Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 octobre 2017 4 19 /10 /octobre /2017 17:09

Cette pastorale issue de la déclaration "Nostra Aetate" du concile Vatican II "sur les relations de l'Eglise avec les religions non-chrétiennes" devient problématique lorsque sont mis sur un pied d'égalité deux saluts, le premier offrant le salut par la foi dans le Christ, le second promettant le salut et le bonheur par la foi dans l'homme auto-rédempteur et s'auto-réalisant, tel un "superman" se sauvant par ses propres forces...

Or n'est-ce pas ce qui a été fait aujourd'hui à l'Université pontificale grégorienne ?

 

Nous apprenons en effet sur Reinformation.tv que :

Un colloque sur l’"Illumination" et "l’Eucharistie depuis la perspective tantrique" à l’Université pontificale grégorienne

"dans le cadre de sa journée interreligieuse, et marquant la plus importante des fêtes hindoues, le Deepawali ou Divali célébré cette année le 19 octobre, l’Université pontificale grégorienne organisait mercredi un colloque qui portait notamment sur le thème : 'Esprit et Shakti : la célébration eucharistique en tant que rituel depuis la perspective tantrique.' L’événement s’est ouvert par une 'cérémonie de la lumière' suivie d’allocutions du cardinal Jean-Louis Tauran et de l’ambassadeur d’Inde à Rome. La rencontre était placée sous le signe du défi des migrations et du 'pluralisme interreligieux' en Europe.

 

Sous le titre Illuminazione e via tantrica ('Illumination et voie tantrique'), la réunion universitaire eut les honneurs de l’Aula Magna de la Grégorienne où l’on réfléchit au destin de l’homme dans le tissu cosmique, à la déification selon les Saiva Agamas du Cachemire et selon les Pères de l’Eglise, à la manière d’atteindre la vie éternelle selon la doctrine et la pratique Śaivasiddhānta (illumination par la grâce de Shiva, dieu de la destruction et de la création représenté notamment par un symbole phallique, et qui permet de transcender la différence entre l’esprit et la matière), et au tantrisme comme lieu de dialogue avec le christianisme. (!)

La cérémonie de la lumière est un rituel hindou de la fête de Divali qui célèbre plusieurs divinités hindoues et qui commémore le retour victorieux du roi Rama dans sa capitale avec son épouse Sita – deux avatars de Vishnou et de Lakshmi – enlevée par un démon. (!) Elle commémore ce retour fêté par la population qui alluma de nombreuses lampes dans les rues. Cette tradition de l’allumage des lampes – auquel assistait le cardinal Tauran tandis qu’un prêtre catholique allumait la flamme de petites lampes sur un 'arbre', en présence de dignitaires hindous –...

 

Retournant à sa place, le cardinal Tauran a déclaré : 'Que cette fête de la lumière apporte dans votre vie et dans le monde, par la grâce de Dieu qui est Lumière suprême, davantage de joie et davantage de paix… Que notre réunion aujourd’hui et nos réflexions sur le thème fassent grandir en nous l’estime pour tout ce qui est noble, beau et bon dans nos traditions religieuses respectives, de manière à pouvoir tous contribuer au bien commun et à la paix.'

 

... L’allocution consacrée à l’Eucharistie considérée du point de vue du tantrisme était particulièrement dérangeante. Selon l’hindouisme, le Shakti, sorte de divinité multiforme, est le véhicule permettant à la conscience individuelle de s’unir avec la conscience pure ou la divinité. Shakti, épouse de Shiva, est conçue notamment comme une libre énergie de la divinité qui s’empare de la personne et en jouit comme elle l’entend, où l’individu est simplement appelé à jouer son rôle minuscule, dirigé à son insu par une énergie impersonnelle. On est véritablement aux antipodes de l’union avec le Christ dans la communion…

 

Dans le document pontifical (très critique) sur le 'New Age' publié en 2003 par le Conseil pontifical pour la culture et le Conseil pontifical pour le dialogue interreligieux, la véritable nature de ces pratiques était rappelée :

 

« On fait appel à la psychologie pour expliquer l’élargissement de la conscience comme expérience “mystique”. Le yoga, le zen, la méditation transcendantale et les exercices tantriques mènent à l’expérience de la pleine réalisation de soi ou illumination. Les expériences extraordinaires (le rebirthing qui consiste à revivre sa propre naissance, les voyages aux portes de la mort, le biofeedback, la danse et même les drogues, tout ce qui peut produire une altération de l’état de conscience) mènent à la conscience de l’unité et à l’illumination. Comme il y a un seul Esprit, certaines personnes peuvent servir de canal pour approcher les êtres supérieurs.. »

(Fin de citation)

(Source)

 

Note de Christ-Roi. "Cette tradition de l’allumage des lampes – auquel assistait le cardinal Tauran tandis qu’un prêtre catholique allumait la flamme de petites lampes sur un 'arbre', en présence de dignitaires hindous –...".

 

Est-ce la foi de l'arbre de Genèse 3 ? C'est-à-dire l'homme se sauvant par sa propre science, par ses propres forces à la place du Christ ?

 

Cette voie est celle de Lucifer dans la franc-maçonnerie. Il n'est donc pas étonnant que cette même franc-maçonnerie promeuve par tous les moyens le mouvement "New Age" qui participe du même esprit...

 

Quoiqu'il en soit, voici ce que dit à propos du "New Age" un prêtre exorciste, l'abbé Jean-Régis FROPO, membre de l'Association Internationale des Exorcistes (AIE), dans son livre "90 Questions à un exorciste, dont le sous-tire est "Thérapeutique des emprises maléfiques", éd. de l'Emmanuel (Nanterre 2015), page 173 (cité dans ce livre entre autres le "shiatsu", le "reiki", qualifié de "pratique dangereuse puisqu'elle peut véhiculer des présences occultes", c'est-à-dire des démons) :

 

"Le Nouvel Âge, théorisé dans le livre Les Enfants du Verseau de Marilyn FERGUSON paru en 1980, n'est pas un mouvement spirituel, il est plutôt un état d'esprit, une manière de concevoir le monde spirituel qui influence les croyants aujourd'hui. Ce courant a créé une nébuleuse d'initiatives diverses porteuses d'idées qui s'opposent radicalement à la conception judéo-chrétienne du cosmos et du salut, tout en utilisant des concepts chrétiens : la doctrine du Christ qui circule dans les cercles du Nouvel Âge s'inspire des enseignements théosophiques d'Helena Blavatski, de l'anthropologie de Rudolf Steiner et de l'école ésotérique d'Alice Bailey. Le Nouvel Âge est devenu très populaire comme ensemble fluide de croyances, thérapies et pratiques proposées dans des séminaires de développement personnel où l'on pratique l'élargissement de la conscience.

Le dieu dont parle le Nouvel Âge n'est nu personnel, ni transcendant. Ce n'est ni le Créateur, ni le sustentateur aimant l'univers, mais une énergie impersonnelle immanente au monde avec lequel elle forme une unité cosmique. Cette unité est moniste et panthéiste. Le Cosmos est incréé, éternel et autosuffisant. La mystique Nouvel Âge est celle de la fusion avec le grand tout.

Dans cette abondante littérature du Nouvel Âge, Jésus-Christ est présenté comme un sage, un initié ou un avatar parmi d'autres. Voici quelques points communs aux approches du Nouvel Âge :

Le Jésus-Christ historique, personnel et individuel est distinct du Christ éternel, impersonnel et universel. Le sacrifice du Christ sur la Croix est réinterprété, car le péché n'existe pas vraiment, il n'y a que des 'erreurs'. On est invité à une démarche d'autoréalisation et d'autorédemption de soi, qui va jusqu'à des réincarnations successives. Les textes aprocryphes sont admis au même titre que les Ecritures reconnues par le canon chrétien.

La littérature fondée sur les idées du Nouvel Âge est pléthorique. Les titres du genre Dialogue avec l'Ange, Conversations avec Dieu, Dialogues avec l'Au-delà, etc., font les belles ventes de certaines collections.

.... Nous devons cependant reconnaître que beaucoup de nos contemporains sont en quête de spiritualité. Nous serions gravement déficients, nous chrétiens, si par ignorance et négligence, nous leur cachions les trésors de spiritualité de notre héritage mystique catholique : à nous de le découvrir, de l'approfondir et d'en témoigner.

On trouvera une explication remarquable et détaillée du Nouvel Âge dans le texte du Conseil pontifical de la Culture et Conseil pontifical pour la culture religieuse : Jésus-Christ, le porteur d'eau vive. Une réflexion chrétienne sur le Nouvel Âge (éd. Bayard-Fleurus-Mame-Cerf, 2003. Présentation du cardinal Poupard)."

 

S'agissant du "salut" par la foi dans l'homme auto-rédempteur et s'auto-réalisant, le père Verlinde s'est interrogé fort justement : "que signifie un amour et un bonheur qui se vit seul et qui ne s’ouvre pas sur l’Autre ?"

 

Les philosophies hindouiste et bouddhiste : une "pensée ésotérique", par le père Verlinde

Père Verlinde sur le New Age

Partager cet article
Repost0

commentaires