Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 août 2015 6 22 /08 /août /2015 18:33
Carnage évité du Thalys - Jean-Huges Anglade : « nous hurlions "Ouvrez !" On voulait qu'ils réagissent ! En vain... »

L'acteur français Jean-Hugues Anglade était à bord du train Thalys reliant Amsterdam à Paris dans lequel une fusillade a éclaté vendredi. Il a témoigné pour Paris Match.

 

Le Figaro a raporté ses propos :

 

à 11:55

Jean Hugues Anglade dénonce l'attitude des employés du Thalys

 

L'acteur qui était dans le Thalys et s'est blessé en actionnant la sonnette d'alarme a regretté dans une interview à Paris-Match l'attitude des employés du Thalys qui se serait réfugiés dans la motrice et l'ont fermé à clé. 

"Collés les uns aux autres contre la porte métallique de la motrice. Nous tapions dessus, nous criions pour que le personnel nous laisse entrer, nous hurlions "Ouvrez !" On voulait qu'ils réagissent ! En vain... Personne nous a répondu", regrette le comédien qui déplore un abandon "insupportable". [1]

 

Extrait de l'entretien de l'acteur à Paris Match:

 

" J'étais avec mes deux enfants et ma compagne, autour de nous, il y avait une quinzaine de passagers. Tout à coup, des membres du personnel navigant ont couru dans le couloir, le dos courbé. Leurs visages étaient blêmes. Ils se dirigeaient vers la motrice, leur wagon de travail. Ils l'ont ouvert avec une clef spéciale, puis se sont enfermés à l'intérieur... Le tireur était à quelque dizaines de mètres de nous, dans le wagon numéro 12.

 

Nous étions dans la voiture 11, la dernière. L'homme armé venait vers nous, il était déterminé. J'ai pensé que c'était la fin, que nous allions mourir, qu'il allait tous nous tuer. Oui, on s'est vu mourir car nous étions prisonniers de ce train, et qu'il était impossible de s'échapper de ce cauchemar. Nous étions piégés dans une souricière ! C'est un sentiment terrifiant de se sentir autant impuissant. On cherchait tous une issue, un moyen de s'enfuir, de survivre. J'ai brisé la vitre pour tirer l'alarme pour arrêter le Thalys! Le verre a méchamment entaillé mon majeur jusqu'à l'os, et les machines ont ralenti. Mais nous étions toujours bloqués à l'intérieur.

 

Dos au mur. Collés les uns aux autres contre la porte métallique de la motrice. Nous tapions dessus, nous criions pour que le personnel nous laisse entrer, nous hurlions "Ouvrez !" On voulait qu'ils réagissent ! En vain... Personne nous a répondu. Silence radio. Cet abandon, cette détresse, cette solitude, c'était terrible et insupportable ! C'était, pour nous, inhumain. [2]

 

Sources

 

[1] EN DIRECT - Attaque d'un Thalys : «Je ne me suis pas senti un héros», Le Figaro, Mis à jour le 22/08/2015 à 19:29 Publié le 21/08/2015 à 21:00

[2] Exclusif Paris Match - Anglade: "Rendre hommage à leur courage héroïque", Paris Match, Le 22 août 2015 | Mise à jour le 22 août 2015

 

Partager cet article
Repost0

commentaires