Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 juillet 2015 3 15 /07 /juillet /2015 17:33
Macron : l'accord sur la Grèce "ne purge pas le sujet de la dette intellectuellement"

Alors que François Hollande a déclaré "la Grèce reste dans la zone euro. L'Europe a gagné", le ministre français de l'Economie, Emmanuel Macron, sur la même ligne que le FMI, s'est montré lors d'un point presse mercredi matin beaucoup plus dubitatif et circonspect sur la possibilité de conclure à court terme un accord sur un allègement de la dette grecque. 

 

L'accord sur la Grèce (conclu entre la Grèce et ses créanciers lundi) "ne purge pas le sujet de la dette". [1]

 

C'est le cas de le dire. Il y aurait tout un débat à faire et qui n'a jamais été fait sur la dette et le financement de la vie politique par la dette, qui est le contraire même d'une saine politique, transparente et rationnelle conçue à long terme et qui, le plus grave, est la source de la nouvelle esclavagisation des peuples et de ce que des observateurs appellent déjà le "néo-féodalisme". (Cf. "Money Masters", les maîtres de la monnaie (1/2); Ce qui vous attend après la faillite de la Grèce (Valérie Bugault et Jean-Michel Vernochet)

Après le diktat lundi des créanciers à la Grèce pour un troisième plan d'aide à Athènes, la surprise est venue du Fonds monétaire international qui a reconnu mardi que la dette grecque n'était pas viable, ce qui suppose que ses créanciers l'annulent ou qu'ils lui accordent un délai de grâce de 30 ans.

Le FMI propose trois pistes explosives aux créanciers européens. La première consiste à étendre de 10 à 30 ans le délai de grâce pendant lequel la Grèce n'aurait pas à rembourser sa dette aux Européens, y compris sur les nouveaux prêts. La seconde, consisterait, pour les États européens, à réaliser des «transferts annuels explicites» au budget de l'État grec. Enfin, la dernière -et la plus controversée- consisterait pour les créanciers à accepter de «sérieuses décotes» de la dette. Autrement dit, un effacement pure et simple. Une option dont l'Allemagne refuse d'entendre parler. [2]

Alors que l'Assemblée dite "nationale" française a approuvé à une très large majorité cet après-midi cet accord, largement encouragé par le président de la République, par 412 voix "pour" et 69 "contre" [3], Emmanuel Macron fait une critique plus réaliste et a ouvertement critiqué cette "avancée". Il a estimé que si "l'accord qui a été trouvé" était "le meilleur accord possible", compte tenu des exigences des uns et des autres [4], 

 

"l'accord ne purge pas le sujet de la dette intellectuellement. Théoriquement, je ne pense pas que sur le long terme ce niveau de dette soit possible (...) politiquement et de manière réaliste, à court terme il est impossible d'avoir un accord sur le sujet." [5]

 

Selon le jeune ministre qui a succédé à Arnaud Montebourg, il faudra reconsolider la confiance dans la zone euro et améliorer son fonctionnement pour envisager une approche à long terme du problème.

 

"Au-delà de l'accord qui a été trouvé, il faut que nous puissions redéfinir les voies et moyens d'un redémarrage de l'économie grecque, ce que ne permet pas l'accord a ce stade", a-t-il poursuivi.

 

Lors de son interview du 14 juillet, François Hollande avait lui salué le courage d'Alexis Tsipras, premier ministre grec, et considéré que les réformes annoncées étaient "dures" mais nécessaires.

 

 

Notes

 

[1] EN DIRECT - Grèce : démissions en série dans le gouvernement Tsipras, Le Figaro, Mis à jour le 15/07/2015 à 16:34 Publié le 15/07/2015 à 11:36

[2] Le FMI réclame un allégement drastique de la dette grecque, Home ECONOMIE Conjoncture, Par lefigaro.fr Mis à jour le 15/07/2015 à 16:35 Publié le 15/07/2015 à 09:34

[3] EN DIRECT Grèce : l'Assemblée nationale donne son feu vert, Les Echos | Le 15/07 à 12:27, mis à jour à 18:15

[4] Grèce : Emmanuel Macron sceptique sur l'accord, Publié le 15/07/2015 à 15:50 | Le Point.fr

[5] Grèce : Emmanuel Macron pessimiste sur l'accord, Le Figaro, Home LE SCAN Les verbatims, Par Mathilde Siraud, AFP, AP, Reuters Agences Publié le 15/07/2015 à 14:58

 

Partager cet article
Repost0

commentaires