Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 mai 2015 2 05 /05 /mai /2015 13:54

Moment de vérité organisé le 2 mai par BFM-TV dans l'émission "Hondelatte Direct", lors d'un court débat sur la monarchie contre la république au moment où les media évoquent en boucles - y compris en France - le "royal Baby"... (la naissance du deuxième enfant du prince William, duc de Cambridge et de son épouse, qui fait les grands titres de la presse ... comme si en France on n'avait pas le prince Louis et ses enfants...)

Sur le "droit divin" évoqué par François Asselineau pour le railler, l'on peut répondre qu'il vaut mieux le "droit divin" que le droit occulte gnostique maçonnique relativiste qui aujourd'hui fonde le "droit" français et européen quoiqu'en disent les thuriféraires de la "démocratie" moderne, ou Oligarchie devrait-on dire. En outre le "droit divin" a longtemps été le rempart à l'Oligarchie et aux maîtres de la monnaie. Au "Moyen Âge", le droit canonique de l'Eglise catholique interdisait formellement de prêter de l'argent avec intérêt. Ce concept avait déjà été édicté par Aristote et saint Thomas d'Aquin. L'intérêt était contraire à la raison et à la justice. En accord avec les règles de l'Eglise au "Moyen Âge", l'Europe a interdit les intérêts sur prêts de monnaie et qualifait ce délit d'"usure". Ce délit et cette interdiction "de droit divin" fondait l'économie française jusqu'à la Révolution française où les banques prirent le pouvoir et l'Empire de Napoléon où la Banque dite "de France" fut créée en 1800 sur injonction des banquiers.

 

Sur les mauvais rois évoqués par François Asselineau, ce qui compte ce n'était pas la personne du roi mais la qualité des institutions qui entraîne un cercle vertueux et emporte un mieux sur le long terme.

S'agissant de l'argument d'"égalité", rappelons que les premiers à avoir souhaité une égalité des Français devant l'impôt furent les rois Louis XIV, Louis XV et Louis XVI..., que l'écart de richesse entre riches et pauvres n'a jamais été aussi important qu'aujourd'hui, et que les impôts sont 10 fois supérieurs aujourd'hui à ce qu'ils étaient en 1789.

François Asselineau marque un point néanmoins en abordant le fait que les actuelles monarchies européennes ont toutes abdiqué leur indépendance et leur souveraineté au profit de Bruxelles, de la Banque centrale européenne, et de Washington. Ce qui est une trahison et un reniement. Ce qui a pu faire dire à Marie-France Garaud, ancienne conseillère de Georges Pompidou, dans l'émission "Ce soir ou jamais" présentée par Frédéric Taddéï le mardi 23 octobre 2012: "La France n'est plus un Etat."

"La France n’est plus un État. Nous n’avons plus aucun pouvoir d’État. Nous n’avons plus le pouvoir de battre monnaie, de faire les lois, de rendre la justice ou de décider de la paix et de la guerre. On avait encore un pouvoir parlementaire de voter le budget ; on l’a perdu il y a quinze jours, dans le vote de ce malencontreux traité (traité de Lisbonne imposé par Sarkozy)…"

Partager cet article
Repost0

commentaires