Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 mars 2015 3 11 /03 /mars /2015 13:52

A-t-on encore le droit à la liberté de penser dans ce pays, par exemple être Français et monarchiste ? Apparemment non, les grands démocrates dans l'esprit bien Charlie et républicain veulent contraindre les français à voter ... sous peine d'amende, tout en s'autorisant eux-mêmes à s'abstenir quand cela les arrange.

 

Ainsi, esprit Charlie (?), François de Rugy, coprésident du groupe Europe Ecologie Les Verts à l'Assemblée nationale, qui a voté pour la loi du «mariage» homosexuel, déposera «cette semaine» une proposition de loi pour rendre le vote obligatoire, annonce aujourd'hui l'intéressé. [1]

 

«Personnellement, j'en ai un peu assez qu'à chaque élection on se lamente, on se mette à pleurer sur l'abstention et qu'on ne fasse rien», a-t-il lancé sur Sud Radio. «Je vais déposer une proposition de loi à l'Assemblée nationale avec mes collègues écologistes cette semaine, pour le vote obligatoire». L'élu regrette un suffrage «universel pour même pas la moitié des français». «Il y a une inégalité des Français devant le suffrage universel», estime le député écologiste. «Pour rétablir le suffrage universel en quelque sorte, il faut sans doute en passer par là, parce que la République, c'est des droits et des devoirs», insiste-t-il. «On a beaucoup parlé des valeurs de la République au mois de janvier, avec la terrible épreuve que nous avons subie [...] maintenant, il faut être concrets sur les valeurs de la République, et dans ces valeurs, il y a cet engagement civique autour du vote», martèle François de Rugy.

 

«Nous avons voté l'année dernière une loi qui reconnaît le vote blanc, donc évidemment, si on n'est pas content de l'offre politique des partis et des candidats qui se présentent, on a la possibilité de voter blanc. [...] Si on veut que les élections aient du sens, si on veut que les élus aient davantage de légitimité, il faut prendre des mesures et le vote obligatoire en fait partie» insiste le député. «Sinon en effet, il faut arrêter de se lamenter sur l'abstention et dire c'est quasiment un vote comme un autre», conclue-t-il. La mesure serait, selon lui, favorablement accueillie par «des députés de tout bord [...] du centre jusqu'au Front de Gauche».

 

Si cette loi était adoptée, les abstentionnistes s'exposeraient à une «amende de 35 euros. En Belgique, où ce type de loi existe, «le taux de participation est très fort», a conclu M. de Rugy soulignant le caractère dissuasif de l'amende.

 

François de Rugy veut forcer les autres à voter mais s'abstient lui même quand cela l'arrange.

 

Ainsi, dans sa réponse au discours de politique générale du Premier ministre du 3 juillet 2012 – fidèlement retranscrite par le Journal officiel édition des débats de l’Assemblée nationale du 04/07/12 – il s’était abstenu d’évoquer le sujet du projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes... [2] contre lequel pourtant de nombreux écologistes de la base s'opposèrent sur le terrain et devant l'Assemblée nationale. Le zèle remarquable qu’il déploya avant la victoire de François Hollande contre le projet d’aéroport s’atténua singulièrement - au moins dans son expression médiatique – depuis qu’il devint coprésident du groupe EELV et que madame Duflot et Monsieur Canfin détinrent un portefeuille dans le gouvernement Ayrault.

De même, si François de Rugy est monté au créneau pour déplorer l’incident survenu à la centrale nucléaire de Fessenheim le 5 septembre 2012, il est demeuré toujours aussi discret – les dépêches de la presse en font foi – concernant l’aéroport cher à Jean-Marc Ayrault. François de Rugy s’est rendu le 7 septembre 2012 à Notre-Dame-des-Landes en compagnie du nouveau secrétaire national d’EELV Pascal Durand « pour rencontrer les associations et leur réaffirmer que nous sommes à leur côté dans ce juste combat. » Les militants qui se battaient sur le terrain auraient sans doute préféré qu’il montrât un peu plus d’audace face au Premier ministre en Juillet 2012.

 

Si cette loi devait être votée, il faudrait donc inclure la sanction des députés qui restent curieusement silencieux sur des sujets engageant leurs promesses de campagne ou leur programme et qui s'abstiennent ensuite sur des sujets les engageant en les contraignant à payer une amende à la hauteur de leurs responsabilités.

 

Ou bien y aurait-il d'un côté la caste des intouchables et en-dessous les autres, bons à voter ? Jusqu'à quand ce cinéma durera-t-il ?

 

Notes

 

[1] Une proposition de loi contre l'abstention, Le Figaro, Home ACTUALITE Flash Actu, Par Le Figaro.fr avec AFP, Mis à jour le 11/03/2015 à 11:45 Publié le 11/03/2015 à 11:37

[2] François de Rugy écrit à Novopress, 10/09/2012 — 12h00, NANTES (NOVOpress Breizh)

Partager cet article
Repost0

commentaires