Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 janvier 2015 2 20 /01 /janvier /2015 13:34
Nous sommes tous Louis XVI

Démocratie, niveau des impôts, écarts de richesses, libertés françaises, prenez tous les sujets importants, et vous verrez que 1789 marque une régression terrible pour les Français, l'état de droit et la civilisation.

Louis XVI, Roi par la grâce de Dieu, de France et de Navarre de 1774 à 1791 puis Roi constitutionnel des Français de 1791 à 1792 est guillotiné par les terroristes révolutionnaires à Paris le 21 janvier 1793. Il succède à son grand-père Louis XV en 1774. Il est le frère aîné des futurs rois Louis XVIII et Charles X.

Son règne est marqué par d'importantes avancées législatives concernant le droit des personnes qui seront reprises à leur compte par les terroristes révolutionnaires : abolition de la torture en 1781 et 1788, abolition du servage dans le domaine royal en 1779, abolition du péage corporel des juifs d'Alsace en 1784, édit de tolérance des protestants en 1787, instauration d'un impôt direct égalitaire (en remplacement de la taille inégalitaire) et d'assemblées provinciales élues destinées à contrôler cet impôt. Particulièrement, ces dernières réformes fiscales butèrent sur l'hostilité des privilégiés, celle de la noblesse de robe, celle du Parlement de Paris, celle de la Cour de Versailles et celle des francs-maçons, tous unis contre l'"absolutisme" royal... Louis XVI tenta alors de passer outre cette obstruction parlementaire acharnée en présentant la réforme devant une assemblée des notables (1787), plan qui échoua, puis devant les états généraux (1789), plan qui échoua aussi.

Les dernières années du règne de Louis XVI sont marquées par d'importantes spéculations boursières..., puis par la Révolution dite "française" qui, tout en reprenant certaines des réformes soutenues par le Roi avant 1789, transforment le rôle politique du Roi et le système de gouvernement de la France en mettant fin à la monarchie de droit divin. Dans un premier temps, Louis XVI devient un monarque constitutionnel en butte à une opposition de plus en plus hostile. Dans un second temps, il est renversé par la conspiration républicaine du 10 août 1792 (Gérard Maintenant, Les Jacobins, collection Que sais-je? PUF, Paris 1984, p. 52-58), la monarchie est abolie le 21 septembre, le génocide vendéen suivra, puis le Grand remplacement de la population au XXe siècle qui finalisera le projet républicain de régénération du "peuple".

Surnommé « Louis le Dernier » ou « Louis Capet » par les terroristes, Louis XVI est inculpé pour trahison sur l'accusation de ne pas avoir respecté son rôle constitutionnel, d'avoir manœuvré secrètement contre la Révolution et d'avoir tenté de fuir la France en juin 1791 sur la suggestion des complotistes maçonniques comme La Fayette. Jugé coupable par la Convention dite "nationale" (en réalité oligarchique), il est condamné à mort et guillotiné le 21 janvier 1793 sur la place de la Révolution à Paris.

La première logique totalitaire apparaît sous la Révolution française (Stéphane Courtois). Aucune alternative politique réelle n'est possible sans changement des institutions républicaines. La modernité est une époque moins démocratique que celle d'avant" (Francis Dupuis-Déri). Comme l'explique aussi l'historienne Marion Sigaut, à l'élection aux Etats généraux de 1789, le système était plus démocratique qu'après. Les Etats généraux représentaient l'intégralité de la population française, il y avait plus de démocratie en 1789 sous l'Ancien Régime qu'après.

 

Enfin, l'impôt. Aujourd'hui les impôts sont dix fois supérieurs à ce qu'ils étaient avant 1789.

Les-Revolutions-francaises---broche---Francois-Bluche--S.jpgLes rois de France n'ont cessé depuis la fin du XVIIe siècle de vouloir réaliser l'égalité fiscale ("capitation" 1695, "dixième" 1710, "vingtième" 1750, "Subvention territoriale" 1786). Ils furent empêchés par les parlements qui refusèrent d'enregistrer ces édits royaux. Sur ce sujet, essentiel, il faut lire "Les Révolutions françaises, Sous la Direction de Frédéric Bluche et Stéphane Rials", (Fayard, Mesnil-sur-l'Estrée 1989), chapitre "La pré-Révolution 1788-1789" rédigé par Jean-Marie Harouel.

 

Si cette réforme avait pu être réalisée, elle nous eut éviter les massacres des terroristes "révolutionnaires", un recul de la législation sociale de trois quart de siècle, l'avènement de la démocratie terroriste, de la barbarie "libérale et égalitaire", et l'esclavage moderne des trafiquants de monnaie (argent-dette).

C'est l'histoire de l'une des plus grandes injustices que la France ait connu, l'histoire d'un Roi qui ne voulait que le bonheur de son peuple.

 

A peine sacré, il abolit la torture et fait relâcher des milliers de prisonniers. Louis XVI rend visite aux pauvres, et fait rénover les hôpitaux. Soucieux de la justice et des peuples, Louis XVI vole au secours de l'Amérique pour lui donner la liberté.

 

Père de famille exemplaire, il enseigne à son fils qu'un Roi se doit de penser uniquement au bonheur de son peuple. Mais la guerre a coûté plus de deux milliards de livres, les caisses sont vides. Louis XVI convoque les Etats généraux pour réaliser l'égalité fiscale. La Bastille est prise, les quelques gardes infirmes sont massacrés, le gouverneur est décapité, premiers signes d'une tyrannie totalitaire et pour Louis XVI une destinée de saint martyr. Louis XVI ne reverra jamais plus Versailles. Il ne reverra plus jamais sa femme car il sera assassiné à l'aide d'un procès truqué. Il est mort le 21 janvier 1793. Son fils sera battu à mort au nom de la "liberté" et des droits de l'homme, sa femme Marie-Antoinette sera guillotinée.

 

Honorons sa mémoire afin que sa mort n'ait pas été inutile.

Partager cet article
Repost0

commentaires

D
NOUS SOMMES TOUS LOUIS XVI !

A Vendôme, dans la Vallée des Rois, ville où fut pensionnaire Honoré de Balzac (royaliste),au collège des Oratoriens, les royalistes ont placardé cette nuit, aux points stratégiques religieux et administratifs (porte de l'église de la Trinité, porte de l'église de La Madeleine, mairie, bibliothèque, office de tourisme, bureau de la "Nouvelle Répubique" de Loir-et-Cher, sous-préfecture où fut sous-préfet Philippe de Villiers et marché couvert), une feuille A4 où était écrit au stylo rouge, symbole du sang de Louis XVI, martyr mort en haine de la Foi, le texte suivant :

NOUS SOMMES TOUS LOUIS XVI
A BAS LA REPUBLIQUE REGICIDE, GENOCIDAIRE ET CHRISTIANOPHOBE !
VIVE LE ROI !

avec des coeurs disposés sous Louis XVI et le mot Roi, qui font la séparation.

La feuille en hommage à Louis XVI placardée à la bibliothèque du parc Ronsard fut collée sur la petite affiche "NOUS SOMMES TOUS CHARLIE".

J'aurais voulu voir la tête des journalistes, des bibliothécaires, des employés de l'office de tourisme, du maire, de la sous-préfète, des curés, en voyant ce crime de lèse-ripouxblique à Vendôme où il y a toujours eu beaucoup de royalistes, s'apercevant que le royalisme est passé du royalisme de salon au royalisme de combat.

Vive le Roi !
Répondre