Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
24 mai 2014 6 24 /05 /mai /2014 16:33

Adam Weishaupt, Danton, Jules Ferry, Laurence Rossignol, Vincent Peillon... Farida Belghoul remonte à la source... explique d'où vient la théorie du genre qui "n'existe pas" et met le feu au gouverne-ment ! ...

 


Adam-Weishaupt--Danton--Jules-Ferry--Laurence-Rossignol--Vi.jpg

 

« Il faut pourtant gagner à notre Ordre le commun du peuple : le grand moyen pour cela est l'influence sur les écoles (...) C'est à la jeunesse qu'il faut aller, c'est elle qu'il faut séduire, elle qu'il faut entrainer, sans qu'elle s'en doute... Allez à la jeunesse, et si c'est possible jusqu'à l'enfance. » Adam Weishaupt (1748-1830)

 

« Les enfants appartiennent à la république avant d'appartenir à leurs parents: l'égoïsme des pères pourrait être dangereux pour la République. Voilà pourquoi la liberté que nous leur laissons ne va pas jusqu'à élever leurs enfants autrement qu'à notre gré. »  Georges-Jacques Danton (1759-1794)

 

« Il existe un père de famille qui les comprend tous: c'est l'Etat. » Jules Ferry (1832-1893) 


« Les enfants n'appartiennent pas à leurs parents. » (Laurence Rossignol, Secrétaire d'Etat à la famille, en fonction depuis le 9 avril 2014)


« Il faut être capable d'arracher l'élève à tous les déterminismes, familial, ethnique, social, intellectuel, pour après faire son choix. (...) Et donc, l'école a un rôle fondamental puisque l'école doit dépouiller l'enfant de toutes ses attaches pré-républicaines pour l'élever jusqu'à devenir citoyen. » (Vincent Peillon, ministre de l'éducation nationale,

 

La "théorie du genre n'existe pas!" : qu'en disent les détracteurs des JRE ?


Source : Farida Belghoul, porte-parole des Journées de retrait de l'Ecole (JRE) pour l'interdiction de la théorie du genre à l'école https://www.facebook.com/jre2014/photos/a.433335193459952.1073741828.432904346836370/512100602250077/?type=1

 

 

Quelques autres citations historiques à connaitre :

 

« Vous devez sans cesse former de nouveaux plans, afin de voir comment on peut dans vos provinces s'emparer de l'éducation publique, du gouvernement ecclésiastique, des chaires d'enseignement et de prédication. » (Adam Weishaupt, Code des Illuminés de Bavière, 1777. Cf. Barruel, Opus. cit., t. II, p, 243, édition de 1819, cité in Jean Ousset, Pour qu'Il règne, Editions DMM, Niort 1998, p. 260.)


Xavier-Martin--Nature-humaine-et-Revolution-francaise--Du.jpgIl faut « saisir les enfants à l'époque où ils reçoivent des impressions décisives, pour préparer des hommes dignes de la République » (Robespierre, 13 août 1793, Archives parlementaires, 1/72/126/1, cité in Xavier Martin, Nature humaine et Révolution française, Du siècle des Lumières au Code Napoléon  , Dominique Martin Morin, Mayenne 2002, p. 112)

 

« La patrie seule a le droit d'élever ses enfants » (Robespierre, 18 floréal an II, Arch. parlem., 1/82/138/2, cité in Xavier Martin, ibid., p. 112.)


« (La famille) est un fédéralisme domestique qui rétrécit les âmes en les isolant » (Robespierre, 18 floréal an II, 7 mai 1794, Archives parlementaires, 1/82/138/2.,  cité in Xavier Martin, ibid., p. 113.)


« Tout se rétrécit dans l'éducation domestique » (Danton, 13 août 1793, Arch. parlem., 1/72/126/2., cité in Xavier Martin, ibid., p. 113.)

 

« Mon fils ne m'appartient pas, il est à la république » (Danton, 13 août 1793, Arch. parlem., 1/72/126/2., cité in Xavier Martin, ibid., p. 112.)

 

« Les enfants appartiennent à la République avant d'appartenir à leurs parents » (Danton, 22 frimaire an II, 12 décembre 1793: Moniteur n° 84, 24 frimaire, 14 décembre, p. 339/2., cité in Xavier Martin, ibid., p. 112.)

 

« Il serait heureux pour l'espèce humaine que tous les enfants ne connussent point leur père  » (Lequinio, Les Péjugés détruits, Paris 1792, p. 144, cité in Xavier Martin, ibid., p. 111.) Lequinio était un député à l'"Assemblée législative" où le signalaient des propositions d'avant-garde... puis conventionnel régicide et représentant en mission particulièrement pugnace.

 

« Toute sa doctrine (à l'éducation nationale) consiste donc à s'emparer de l'homme dès le berceau, et même avant sa naissance; car l'enfant qui n'est pas né, appartient déjà à la patrie.  » (Rabaut Saint-Etienne, Arch. parlem., 1/55/346/2., cité in Xavier Martin, ibid., p. 113.)

 

« Elle (l'éducation nationale) s'empare de tout l'homme sans le quitter jamais en sorte que l'éducation nationale n'est pas une institution pour l'enfance, mais pour la vie tout entière  » (Rabaut Saint-Etienne, 21 décembre 1792, Arch. parlem., 1/55/346/2, cité in Xavier Martin, ibid., p. 115.)


« Pour rendre le peuple heureux, il faut le renouveller, changer ses idées, changer ses lois, changer ses moeurs, changer les hommes, changer les choses, tout détruire, oui, tout détruire puisque tout est à recréer    »  (Rabaut-Saint-Etienne cité in Henri Delassus, La Conjuration antichrétienne, Le Temple maçonnique voulant s'élever sur les ruines de l'Eglise catholique, 1910, rééd. Expéditions pamphiliennes 2007, p. 280.)

 

Devinette : quel était le point commun de tous ces personnages ? Ils étaient tous francs-maçons..., rosicruciens et autres "illuminés"...

 

A aucun moment le peuple n'a été consulté sur ce programme républicain d'"éducation" des enfants pour les "élever jusqu'à devenir citoyen" (V. Peillon), "pour préparer des hommes dignes de la République" (Robespierre)... A aucun moment la théorie du genre introduite en douce et sans débat... à l'école, n'a été médiatisée, présentée au peuple, discutée et approuvée.  

 

Quod omnes tangit ab omnibus tractari et approbari debet (QOT). "Que ce qui touche à tout le monde soit discuté et approuvé par tout le monde" ! Une maxime qui signifie que tout pouvoir nécessite le consentement de ceux sur qui il s'exerce ! (Sinon il s'agit d'une tyrannie...) Et une maxime qui nous vient tout droit de la démocratie médiévale !

 

Il est temps de demander la déclaration officielle des lobbys maçonniques à l'"Assemblée nationale" ! Transparence oblige ! Il est temps que le gouvernement s'explique devant le peuple de ses manigances depuis 1789... s'agissant de l'éducation des enfants ! QOT !

 

 

. La franc-maçonnerie derrière le "mariage pour tous" : Un "grand maître" franc-maçon avoue

. "Le gouvernement s'est engagé à s'appuyer sur la jeunesse pour changer les mentalités" (Vincent Peillon)

. Vincent Peillon : "La Révolution n'est pas terminée. On ne pourra jamais construire un pays de liberté avec la religion catholique"

.  Charte de la laïcité : une religion d’Etat pour tous !

. Le long travail de corruption des moeurs

. "Morale laïque" de Vincent Peillon : encore une de ces fumisteries totalitaires franc-maçonnes 

. Le peuple français fait face à une entreprise totalitaire (Henri Hude)

Repost 0
23 mai 2014 5 23 /05 /mai /2014 22:36

 

Le mouvement Journée de Retrait de l’Ecole (JRE) se structure en fédération autonome de parents d’élèves : la Fédération Autonome de Parents d’Élèves Courageux (FAPEC).

 

 

La FAPEC a vocation à être représentative au sein de l’école pour être une organisation de résistance dans le but d’interdire l’idéologie du genre à l’école en pratiquant notamment des Journées de Retrait de l’Ecole locales et ponctuelles en cas de besoin.

 

 

Elle est aussi un organisme de formation des parents, et de remédiation aux difficultés scolaires rencontrées par les enfants à cause des mauvaises méthodes d’apprentissage employées par l’Education Nationale, comme la méthode globale par exemple.

 

 

Cette fédération est ouverte non seulement aux actuels parents d’élèves mais également aux anciens et futurs parents d’élèves. Ainsi elle est ouverte à tous ceux qui, persuadés de la nécessité de ce combat, veulent rejoindre le mouvement.

 

La FAPEC est structurée en cinq pôles :

 

- Pôle Formation

- Pôle Juridique

- Pôle Culturel

- Pôle Action

- Pôle International

 

Le pôle formation délivrera aux grands-parents, aux parents et aux futurs parents la connaissance de la méthode syllabique. Méthode syllabique utile aussi bien aux élèves de primaire qu’aux élèves de collège en difficulté.

 

La FAPEC organisera également des stages intensifs de grammaire, d’orthographe, de rédaction et de calcul mathématique aux enfants du primaire et du collège. Ainsi que des conférences d’histoire pour les lycéens (en particulier sur la France des Rois et sur la Révolution Française) afin de leur transmettre des éléments de compréhension du monde actuel.

 

Les formations débuteront en septembre 2014.

 

Le pôle juridique proposera des formations délivrées par des avocats sur les droits des parents à l’école.

 

Le pôle culturel avec des productions préservées de l’influence du genre (littérature jeunesse, théâtre, films d’animation…) restaurant les principes naturels de la famille et la complémentarité homme-femme menacés par ce terrible fléau.

 

Le pôle action organisera des JRE locales, en cas de besoin, selon la représentativité de la FAPEC dans l’établissement ciblé : la réaction de la FAPEC locale sera immédiate si des militants LGBT y pénètrent, ou si des séances de gender, ou de sexualisation précoce, y sont mises en place. D’autres types d’actions que la JRE pourront être envisagées dans le courant de l’année dès lors que celles-ci ne seront ni des manifestations de rue ni des pétitions ni des lettres de suppliques au pouvoir.

 

Le pôle international développera ses liens avec d’autres organisations à l’étranger qui poursuivent le même combat. Le mouvement JRE s’engage déjà sur la scène internationale avec l’Allemagne et la Russie.

 

En conclusion, la FAPEC, en proposant des services concrets aux parents aura pour objectif de vaincre la peur des familles en les formant, en leur délivrant les ressources nécessaires à la défense de leurs enfants.

Repost 0
17 mai 2014 6 17 /05 /mai /2014 18:52

17/05/2014 par Meriem

LES JRE DEPLORE L’INITIATIVE PRISE A NANTES PAR LA DIRECTION NATIONALE DE LA MANIF POUR TOUS

lebisouUne nouvelle vidéo sur la manifestation de LMPT vient d’être publiée par l’Agence Info Libre (cf vidéo ci-dessous).

On y voit des militants LMPT manifestant à l’initiative de la direction nationale de La Manif Pour Tous devant le lycée Clémenceau pour protester contre la journée de la jupe.

Vouloir agir, c’est bien. Mais fallait-il encore prendre la mesure de l’influence considérable que l’école a sur nos enfants ! La preuve : les malheureux militants de LMPT de Nantes se sont retrouvés dans une situation ingérable et humiliante face à de nombreux lycéens, chauffés à blanc, par la propagande de l’idéologie du genre et la manipulation PS. On notera la présence aux côtés des élèves de représentants adultes du mouvement des jeunesses socialistes. On sait que la stratégie du lobby LGBT est « de s’appuyer sur la jeunesse pour faire changer les mentalités » comme l’a écrit Peillon aux recteurs en janvier 2013.

N’aurait-il pas mieux valu que les parents soient appelés à garder leurs enfants près d’eux ce jour-là pour leur faire entendre la voix de leur famille ?

L’Education Nationale prétend que cette initiative est purement lycéenne. Le gouvernement socialiste ment une fois de plus. Il suffit pour s’en convaincre de lire le dossier de presse de l’académie de Nantes : l’administration scolaire a encouragé cette action typiquement égalitariste pro-gender.

N’aurait-il pas mieux valu que les parents soient appelés à garder leurs enfants ce jour-là pour leur parler de la complémentarité homme/femme, pilier de notre humanité ?

N’aurait-il pas mieux valu organiser ce jour-là une conférence pour ados, avec les parents unis, en collaboration avec toutes les associations locales mobilisées pour bouter la théorie du genre hors de France, avec des personnalités locales, laïques, religieuses (musulmanes, chrétiennes, etc…) ?

Au lieu de cela, cette inconséquence de la direction nationale LMPT a conduit ses militants à se faire copieusement insultés par des gamins
qui auraient mieux fait d’être pris en charge par leurs familles.

Il était prévisible que les adolescents conditionnés par l’école en viennent à proférer des slogans tels que :profsjupe
- « Pas de fachos dans les lycées ! »
- « casse-toi ! casse-toi ! casse-toi ! »
- « La France de Vichy, c’est fini ! »
- « Egalité ! Egalité ! Egalité !  »
- « La manif pour tous, on n’en veut pas ! »

Le discours de Albéric Dumont, coordinateur national, sous les quolibets des élèves était inaudible. N’aurait-il pas mieux valu s’adresser aux parents ?

Le pouvoir socialiste, par ailleurs très impopulaire, a gagné la bataille de l’image sur ce coup-là.

Cerise sur le gâteau : en guise de provocation en direction de nos pauvres militants LMPT dépassés, deux jeunes filles de 15 ou 16 ans, hissées sur les épaules de leurs camarades, pour être vues de tous, échangent un baiser homosexuel sous les applaudissements de la jeunesse possédée par l’Education Nationale.

Conséquence : « contre les fachos », ils ont été plus nombreux que prévu à se rendre en jupe à l’école, y compris des enseignants !

On ne lâche rien, c’est bien ; fallait-il encore tenir quelque chose…

 

 

 

 

Source: http://jre2014.fr/?p=1335

via https://www.facebook.com/jre2014/posts/508955365897934

 

Note de Christ-Roi. Dans la video ci-dessus, pour défendre la "journée de la jupe", une élève bien formatée, répond "on défend l'égalité entre hommes et femmes, nous on veut l'égalité salariale, la fin des discriminations, la fin du sexisme"... Le seul problème c'est que le parti dont elle reproduit le discours (parti socialiste) est le parti dont les "Grands ancêtres", sous la Révolution, ont exclu les femmes de toute participation politique... en France en 1789 comme aux Etats-Unis en 1776, et ont détruit les droits de la femme à la Révolution ! Cf. Francis DUPUIS-DERI, Démocratie, Histoire politique d'un mot, aux Etats-Unis et en France, Lux Humanités, Québec 2013 :  

 

La femme au moyen âge et sous l'ancien régime : l'exclusion des femmes ne date pas des

« La période de la Révolution française marqua même un recul pour les femmes en termes de droits et de possibilités de participer à la sphère publique. Plusieurs féministes considèrent que la sortie du Moyen Âge en Europe est marquée par plusieurs reculs pour les femmes. Voir parmi d'autres, Sivia FEDERECI, Caliban and the Witch: Women, the Body and Primitive Accumulations, Brooklyn, Autonomedia, 2014)" (F. DUPUIS-DERI, ibid., p. 69.) ... Le pouvoir thermidorien va finalement voter une loi qui interdit aux femmes de s'assembler dans la rue et qui les force à "se retirer dans leur domicile et ordonne l'arrestation de celles qui se trouveraient attroupées au-dessus du nombre de cinq." Le directeur Napoléon Bonaparte scellera leur sort avec l'article 1124 de son code civil, où il est précisé que "les personnes privées de droits juridiques sont les mineurs, les femmes mariées, les criminels, les débiles mentaux". ... Mieux informée ou moins hypocrite que le sénateur socialiste (Robert Badinter qui avait déclaré en janvier 1999 au Sénat, que "le contribution la plus précieuse que la France aura apportée à cette idée démocratique, c'est... une république composée de citoyens qui jouissent de droits semblables sans distinction entre eux." Ndlr.), Maria DERAISMES, une féministe française, discutait de la Révolution française lors d'une conférence intitulée "La femme dans la démocratie ?" prononcée le 19 février 1870, et rappelait l'exclusion des femmes qui avait marqué l'histoire du républicanisme français; Maria DERAISMES, Ce que veulent les femmes: Articles et conférences de 1869-1891, Paris, Syros, 1980 [1869], p. 85-85. » (F. DUPUIS-DERI, ibid., p. 266-267.)

 

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/a/a2/Marie-Olympe-de-Gouges.jpg/220px-Marie-Olympe-de-Gouges.jpgLa féministe Olympe de Gouges, qui sous la Révolution dite française était contre l'esclavagisme et avait rédigé une Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne qui incluait les femmes dans une perspective réellement universaliste..., se positionnait pour une monarchie modérée. Elle sera guillotinée le 3 novembre 1793... (Cf. F. DUPUIS-DERI, ibid., p. 265.)

 

Autre problème pour cette élève, "l'égalité salariale, la fin des discriminations" est déjà appliquée.

 

« Violences conjugales et inégalités salariales. Ces deux mensonges donnent une idée comment fonctionne nos médias et notre démocratie. Depuis que l'on fait des études sur les violences conjugales, c'est-à-dire depuis les années 70, toutes les études ont toujours trouvé qu'il y a autant sinon plus d'hommes battus que de femmes battues. Toutes les études. Il n'y en a pas d'autres. Si on fait une étude sérieuse en interrogeant hommes et femmes, on trouve qu'il y a autant d'hommes battus que de femmes battues et autant de femmes violentes que d'hommes violents, voire un peu plus. Evidemment vous voyez bien que ce n'est pas du tout ce qui est transmis par les medias et par les gouvernements. Donc il y a des mensonges délibérés sur ce sujet. L'important c'est de montrer que le féminisme radical a raison et que via cette violence les femmes sont opprimées et qu'il faut toujours les avantager puisqu'elles sont toujours opprimées. Le deuxième mensonge c'est celui sur les inégalités salariales qui est continuellement asséné par les medias et le gouvernement. Il existe des disparités salariales mais si l'on cherche les explications on les trouve. Un docteur américain comme Warren Farrel, tout à fait accepté par les "féministes", a listé vingt-cinq raisons, 25 variables qui quand on les introduit dans les analyses des différences supprime toute différence et même révèle que les femmes sont plutôt plus payées que les autres. Et cela même les gens en France qui sont statisticiens peuvent le voir. Alors pourquoi ce mensonge ? C'est pour toujours avoir l'idée que les femmes sont opprimées. Personne ne peut croire à ce mensonge parce qu'il peut le vérifier autour de lui. Et puis même la logique du système capitaliste, si vraiment les femmes étaient payées 20% de moins, à travail égal et à performances égales, tout le monde se précipiterait pour les embaucher ! »

(Cf., Points de vue du docteur Yann Carrière sur la "théorie du genre", une "théorie fascisante").

 

L'action de la LMPT est contre-productive parce qu'elle donne l'impression de s'attaquer à l'égalité entre les hommes et les femmes. C'est en tout cas comme cela que le comprennent les élèves interrogés dans la video ci-dessus... Or nous ne sommes pas contre l'égalité hommes-femmes, mais pour l'interdiction de la théorie du genre à l'école qui détruit la complémentarité des sexes, jette la confusion sur l'identité sexuelle (la confusion étant dans la méthode même du gender). Cela va donc bien au-delà de la simple égalité hommes-femmes... Encore faut-il se renseigner sur les Judith Butler, Christina Sommers et autres Carol Gilligan... pour voir qu'au moins chez ces gens-là le genre existe bel bien...

 

. "Journée de la jupe" oligarchique : que La Manif Pour Tous cesse de faire le jeu du système !

Repost 0
16 mai 2014 5 16 /05 /mai /2014 12:59

Dans un article publié sur Le Figaro aujourd'hui, intitulé "Journée de la jupe à Nantes : quand la lutte contre les discriminations devient folle", un très bon résumé de la société genrisée, clivée, divisée, façon nouvelle-civilisation (loi Taubira du "mariage" des paires homosexuelles) qui n'est que la continuation du projet oligarchique de destruction de la société, a été fait en quelques lignes par Julie Graziani, porte-parole d'Ensemble pour le bien commun (une association de jeunes laïcs catholiques à l'origine de la supplique présentée au pape François) :

 

Après avoir d'abord cru que la "Journée de la jupe" organisée aujourd'hui par le rectorat de Nantes était un "canular", l'auteur dénonce la Journée de la jupe organisée à Nantes et Angers aujourd'hui qui propose aux garçons de se rendre en classe vêtus d’une jupe et la bouche badigeonnée de rouge à lèvres. La proposition vaut également pour le personnel masculin enseignant.

 

Julie Graziani résume la société genrisée en douze lignes. Elle décrit ce que nous-même avons décrit ici sous le terme de république absolue le jour de l'élection à la présidence de la république de François Hollande :

 

« La logique de lutte contre les discriminations, quant à elle, pense la personne sous l'angle de la catégorie dans laquelle on la range et développe une approche segmentée spécifique pour lui venir en aide. Si on décline l'initiative lycéenne relayée à grand renfort d'affiches et de dossiers de presse par l'Académie de Nantes cela donne: pour lutter contre le racisme se maquiller en blanc si on est noir et en noir si on est blanc, pour lutter contre les inégalités villes - campagnes venir avec une vache à l'école, pour lutter contre l'islamophobie instaurer une journée de port du foulard à l'école (chiche!), pour mieux accepter les personnes en surpoids enfiler un costume de sumo.

 

Julie Graziani déplore que la société soit organisée "par segment" (le "diviser pour mieux régner") :


L'approche par segment de population, inspirée du marketing, entretient la discrimination qu'elle prétend combattre, car elle fait disparaître la personne derrière la catégorie.

 

Julie Graziani propose donc logiquement de remplacer la société d'opposition et de concurrence où l'individu est déresponsabilisé par la société du "respect dû à toute personne à raison, non pas de son appartenance à tel ou tel groupe mais à raison de ma propre responsabilité de créer du lien avec ceux que je côtoie" (ce qui, notons-le, se rapproche des valeurs médiévales relationnelles d'individus à individus et de solidarités communes qui faisaient consensus aux "siècles obscurs"...) :

 

Il serait préférable de lui substituer un principe plus général de respect dû à toute personne à raison, non pas de son appartenance à tel ou tel groupe mais à raison de ma propre responsabilité de créer du lien avec ceux que je côtoie. »

 

Le 6 mai 2012, nous avons défini la république absolue comme le régime où les "citoyens" sont "classés par catégories, mis dans des cases, classés par chiffres, lettres et numéros, selon la race, l'origine ethnique, sociale, le sexe, la religion". Et 21 mai 2013, nous ajoutions : "Nous ne savions pas qu'ils (les citoyens) seraient aussi classés selon l'orientation sexuelle LGBT (lesbien gay bi trans), homos, hétéros !" Ceci est conforme à la méthode oligarchique du "diviser pour mieux régner" (Cf. Principe du moteur de la Révolution)

 

À propos de cette « Journée de la jupe », Farida Belghoul, porte-parole des Journées de Retrait à l'Ecole pour l'interdiction de la théorie du genre à l'école, a épinglé l'imbécilité de la Manif Pour Tous qui n'a pas compris le piège mortel de la division, n'a pas compris qu'il faut être dans le POUR et pas simplement être dans le contre ! :


« La Manif Pour Tous est tombée dans le panneau en allant manifester près de cet établissement le jeudi 15 mai. Elle a été accueillie par des dizaines et des dizaines de lycéens chauffés à blanc par la manipulation du PS, qui viennent discréditer le mouvement LMPT. La LMPT aurait mieux fait de prendre la mesure de l'influence réelle de l'école sur les jeunes et de choisir une action qui s'adresse aux parents, qui ont autorité sur leurs enfants. La présence de La Manif Pour Tous aux abords de l'école a été perçue par les lycéens comme une provocation anti-jeunes, alors qu'une JRE massive sous la responsabilité des parents coupe court à l'emprise de l'administration scolaire sur les adolescents. De surcroît, les médias ravis ont pu, une fois de plus, présenter la LMPT comme de "vieux réacs" face à une jeunesse enthousiaste et déterminée !

 

 

 

 

Résultat de l'opération : tout bénef pour le pouvoir ! Nous venons d'apprendre en dernière minute que cette présence décalée de la LMPT aux abords du lycée Clémenceau a cassé la dynamique autour de la spéciale JRE en réponse à la journée de la jupe pour tous.

 

Bravo pour le discernement ! » Source: https://www.facebook.com/jre2014/posts/508095809317223

 

Si La Manif Pour Tous souhaite être fidèle à son nom, réellement efficace, ne "rien lâcher"..., qu'elle soutienne donc les Journées de Retrait de l'Ecole (JRE) POUR l'interdiction de la théorie du genre à l'école" ! Qu'elle cesse d'être dans le "contre" stérile ! Et de faire le jeu du système !

Vive les JRE ! Et vive les SPECIALES JRE qui devront continuer, coûte que coûte, et retirer les enfants de l'école chaque fois que l'état oligarchique fait la guerre à son propre peuple par ce genre de "journée" !

 

Combat aux proportions cosmiques

. Combat aux proportions cosmiques : Être dans le "pour" et pas seulement dans le "contre" !...

. Réunion et solidarité : Comment nous allons gagner (Henri Hude)

. Mettre de l'amour entre les personnes et cesser de voter

. République absolue : les moyens d'en sortir

Repost 0
16 mai 2014 5 16 /05 /mai /2014 10:51
Mme Taubira a eu raison de ne pas chanter ce chant génocidaire, symbole du négationnisme des crimes de la République et matrice des totalitarismes (Cf. Stéphane Courtois : La première logique totalitaire apparaît sous la Révolution française). Français, ne chantez plus ce chant de voyous et d’assassins ! 

La Marseillaise ? L’hymne de la Révolution et de la Terreur

république-squelette-mpi
 Il est reproché au ministre de la justice de ne pas avoir chanté la Marseillaise (lors de la journée de commémoration de l'abolition de l'esclavage le 10 mai 2014, Ndlr.) : pourtant la garde des sceaux n’a pas manqué, devant les reproches, de dire son amour de l’hymne national et de ce qu’il représente.
 
Mme Taubira a eu raison de ne pas chanter ce chant, chant de guerre d’une meute de barbares et d’assassins sanguinaires. Cet hymne est une honte pour la France, il est le symbole du négationnisme des crimes de la République.

génocide-vendéen-vitrail-2-mpi
 
C’est la Marseillaise qui accompagna l’extermination de la Vendée, véritable génocide orchestré par les dirigeants révolutionnaires parisiens.
C’est au rythme de ce chant que des femmes furent grillées vives afin que les révolutionnaires en récupèrent la graisse.
C’est aux cris de la Marseillaise que des centaines de personnes furent enfermées dans des cales et noyées dans la Loire, que les prêtres et religieuses furent déportés et exterminés.
C’est accompagné de ce chant inique que les « républicains » assassinèrent des centaines de milliers de personnes, que la République naissante assouvit dans le sang sa haine de la monarchie et de la religion catholique.

génocide-vendéen-vitrail-3-mpi
 
C’est cette même république antichrétienne et contre nature qui aujourd’hui pervertit nos enfants, veut en faire des travestis déracinés manipulables à souhait, les hochets des loges de ces « vénérables frères » qui travaillent à l’établissement du nouvel ordre mondial.
 
Il n’y a rien de « patriotique » à chanter ce chant de voyou : il y a simplement la honte de ne pas vouloir reconnaître l’origine maçonnique, criminelle et génocidaire de cette république née dans le sang du peuple de France et qui dénature aujourd’hui nos enfants.
 
Français, ne chantez plus ce chant de voyous et d’assassins !
 
Xavier Celtillos

Source: http://medias-presse.info/la-marseillaise-lhymne-de-la-revolution-et-de-la-terreur/9878

 

 

  Alain soral évoque la possibilité d'une refondation monarchique

 

 

 

 

Si vous voulez un hymne français, chantez " Grand Dieu sauve le Roy" de Lully (1686), hymne français de 1687 à 1792 . Un hymne pillé par toutes les grandes nations européennes pour devenir leur propre hymne : Angleterre, Allemagne, Russie... quand notre pays l'abandonnait pour le chant génocidaire de "la Marseillaise" !...


 

En 1785 Marc-Antoine Charpentier fit une adaptation de "Grand Dieu sauve le Roy" (Roi Louis XIV) de Lully  (1687). Deux versions différentes à un siècle d'intervalle sur une même musique.

 

Paroles :

 

De notre jeune Roi prends pitié Dieu puissant,
Dieu bienfaisant !
Contre les oppresseurs que ton bras foudroyant
Signale son pouvoir ; c'est l'effroi du méchant.

C'est le fils de Louis, c'est le sang de Henri,
Ce sang chéri
Que ces titres sacrés t'intéressent pour lui,
Dieu juste, des bons Rois tu dois être l'appui.

Il est infortuné ce jeune et faible Roi,
Tu sais pourquoi
Il est fils de ces Rois, protecteurs de ta loi,
Protège un tel enfant, venge le, venge toi.

Grand Dieu, du haut des Cieux écoute tes sujets,
Les vrais Français,
Dans leurs justes douleurs, exauce leurs souhaits
Sauve le Roi, la France et leur donne la paix.

 

 

Cet hymne fut originellement composé par une femme, en 1686. Mme de Brinon, supérieure de la Maison royale de Saint-Louis (futur lycée militaire de Saint-Cyr) le composa pour l'inauguration de son établissement par le roi louis XIV en septembre 1686. Pour les paroles, elle s'inspira du motet traditionnel tiré du dernier verset du psaume XIX de David, verset 10 "Domine, salvum fac Regem et exaudi nos in die qua invocaverimus te" (Seigneur, sauvez le roi, et exaucez-nous au jour où nous vous invoquerons), inclus dans les Te Deum de longue date sur différentes musiques, comme dans celui de Marc-Antoine Charpentier en 1785. L'hymne de Saint Cyr ayant été exécuté en novembre de 1686, Jean-Baptiste Lully le reprit dans son  Te deum, composé en 1687.

 

"Dieu sauve le Roi" fut repris et adapté... par l'Angleterre pour devenir le "God save the queen "... ou "king" selon les règnes (adapté par Haendel pour le roi George Ier 1714-1727, fondateur de la dynastie britannique maçonnique de Hanovre), et actuel hymne britannique;

 

 

 

 

"God Save The King, l'hymne national britannique quand le monarque est un mâle a été chanté et enregistré lors du couronnement du roi du Royaume-Uni George V (1911-1936).

 

 

"Dieu sauve le Roi" fut repris et adapté par la Russie avec "Боже, Царя храни!"  Dieu sauve le tsar! (adapté par Pyotr Ilyich Tchaikovsky)

 

 

"Dieu sauve le Roi" fut repris et adapté par l'Allemagne avec " Gott erhalte Franz den Kaiser ", Dieu sauve l'Empereur Franz (adapté par Haydn en 1797), hymne tant de l'empereur du saint Empire romain germanique dans la version originale Gott, schütze Unser Kaiser !, que du Roi de Prusse, de l'empereur d'Autriche-Hongrie (pays où il était chanté quotidiennement par tous les écoliers jusqu'en 1918), plus souvent connu aujourd'hui comme Chant des Allemands dans sa version de 1841, surtout pour la première ligne de son premier couplet : "Deutschland, Deutschland über alles" (l'Allemagne au-dessus de tout)...

 

Autre idée d'hymne national à la place du chant génocidaire La Marseillaise, "La marche d'Henri IV", alternativement "Vive Henri IV", ou "Vive roi Henri", une chanson populaire française célébrant le roi de France Henri IV, composée vers 1590 qui fait référence au premier roi Bourbon de France, Henri IV (Henri III de Navarre), qui a mis fin à la guerre de religion et restauré la paix en France.

 

 

La Marche d'Henri IV fut un lieu commun pour la royauté française dans plusieurs œuvres du 19ème siècle, par exemple dans l'opéra de Gioachino Rossini Il viaggio a Reims (Le Voyage à Reims), dans la finale, quand Charles X est couronné; ici dans la video ci-dessus, sous le titre Spyashchaya krasavitsa, Act III, N° 30, 2. Apothéose (Apollon en costume de Louis XIV, éclairé par le soleil entouré des fées) par le compositeur russe Pyotr Ilyich Tchaikovsky.

Repost 0
15 mai 2014 4 15 /05 /mai /2014 11:10

Christ-Roi propose à ses lecteurs la transcription littérale du discours d'Alain Escada, président de Civitas, à l'occasion de la fête nationale de Jeanne d'Arc, dimanche 11 mai 2014, fête organisée chaque année le deuxième dimanche du mois de mai, et qui, cette année, a été spécialement organisée en l'honneur du roi Louis IX (Saint-Louis) dont on fête le 800ème anniversaire de la naissance (25 avril 1214).

 

Dans ce discours, Alain Escada a particulièremen bien identifié ce qui oppose le roi Saint-Louis au service du peuple et du Christ, à Hollande, au service de la banque et Mammon.

 


 

 

 

 

Alain Escada : « Nous voulons cette année, rendre également un hommage particulier à Saint-Louis, né il y a huit siècles, et pour lequel Jeanne d'Arc avait un profond respect et une fervente dévotion. Laissez-moi vous montrer quelques différences qui illustrent le fossé entre  Saint-Louis et ceux qui nous gouvernent aujourd'hui.

 


 Saint-Louis, roi de France, assistait chaque jour à la messe, souvent deux à trois fois par jour, pour rester toujours dans un esprit de proximité avec le Christ. En 2014, président de la république et Premier ministre sont plutôt coutumiers des réunions du "Grand Orient" et des dîners du Crif.

 

Le premier devoir de Saint-Louis fut d'assurer l'ordre et la paix dans son royaume. En 2014, malgré les effets d'annonce et les rodomontades de toréador de Manuel Valls, l'insécurité ne recule pas.



Saint-Louis était un roi soucieux des pauvres. Il existe quantité de récits de ses actes de bienfaisance. Ainsi Saint-Louis servait fréquemment à sa propre table de la nourriture à des foules de pauvres. Tout cela était désintéressé. Nous étions loin de la politique spectacle où chaque geste est calculé en fonction des caméras présentes pour filmer le faux intérêt des puissants pour les humbles. Très pieux, Saint-Louis tenait beaucoup le Jeudi saint, à laver les pieds de pauvres, comme le fit le Christ. En 2014, Aquilino Morelle, conseiller de François Hollande, se faisait cirer ses chaussures de luxe entouré des ors d'une pièce réquisitionnée par l'Elysée !

 

http://img15.hostingpics.net/pics/152077NOM.jpgDans le testament qu'il laisse à son fils, Philippe III le Hardi, le roi Saint-Louis recommande d'être juste et écrit: "S'il advient une querelle entre riche et pauvre, soutient plus le pauvre que le riche". Insistant sur l'importance de ne pas dévoyer la justice,  Saint-Louis choisissait lui-même les magistrats, les voulant incorruptibles, afin que nul ne soit au-dessus des lois. En 2014, nous avons vu Manuel Valls faire requérir en extrême urgence, l'arrière petit-neveu de Dreyfus, pour faire interdire un spectacle d'un humoriste et donner ainsi l'impression d'une "justice" de puissants et de copains.

 

Saint-Louis, profondément chrétien , fut un époux et un père exemplaire. En 2014, l'Elysée est occupé par un homme qui n'a pas épousé la mère des enfants. La présidence de la république se donne en spectacle, installe une concubine à l'Elysée, s'en sépare ensuite pour une actrice, et prétend nous expliquer ce qu'est la nouvelle définition de la famille et du mariage.

 


Saint-Louis se faisait un devoir de protéger les libertés, les franchises que les communes avaient acquises au siècle précédent. En 2014, François Hollande et son gouvernement, pris de rage taxatoire ont fait installer des radars, des portiques sur les autoroutes pour rançonner les conducteurs sucitant de nouvelles frondes mémorables en Bretagne.

 

Livre-des-metiers.jpgSous Saint-Louis, on rédige le Livre des métiers, des corporations se développent, des règles sont mises en place pour protéger l'ouvrier et l'apprenti des abus que pourraient commettre leur patron. Des règles sont également mises en place en matière de concurrence. Tous communiaient dans l'intérêt d'une corporation qui faisait office de communauté professionnelle. Et il règnait le goût du travail bien fait. En 2014, c'est la lutte des classes, un système qui oppose les gens, qui encourage les rivalités, qui facilite les concurrences déloyales, dans un climat matérialiste qui entretient les faux besoins, flatte l'appétit des profits, encense l'image de parvenu, comme Mourad Boudjellal, l'arrogant propriétaire du club de rugby de Toulon qui se flatte devant les médias, d'avoir au poignet une montre d'une valeur d'un appartement et veut ensuite donner à la télévision des leçons de morale politique aux électeurs.

 


BCE---Francfort.jpgSaint-Louis a lutté contre l'usure et fait saisir les biens des spéculateurs malhonnêtes pour indemniser les victimes de prêts usuraires. En 2014, l'Etat soutient les banques dont les spéculations mettent en péril les économies des épargants.

 

Saint-Louis par sa réforme monétaire en l'an 1266 crée un instrument monétaire adapté au développement du commerce, dans l'intérêt de la France. En 2014, les gouvernants ont abandonné toute souveraineté monétaire française à des organismes internationaux... oeuvrant aux intérêt d'un "Nouvel Ordre Mondial" et servant les profits d'oligarques apatrides.


Saint-Louis était un roi bâtisseur, qui a fait construire quantité d'édifices militaires, de bâtiments civils, de basiliques, de cathédrales. Saint-Louis venait lui-même régulièrement suivre l'évolution des travaux sur les chantiers. On lui doit une part importante du patrimoine français. En 2014, le patrimoine français est bradé à des émirs du qatar (Cf. ici, ici et Ndlr.), des affairistes chinois, et des oligarques apatrides.


Saint-Louis fit prendre des mesures pour interdire l'offense publique à Dieu. En 2014, la France a un Premier ministre qui est allé fièrement assister à une représentation du spectacle blasphématoire Golgotha Picnic.

 

Sous Saint-Louis, la liberté n'était pas un concept mal compris. La liberté devait être mise au service du bien, dans le respect des commandements de Dieu. En 2014, la "liberté" garantie par l'Etat c'est la liberté pour le vice, la décadence morale, la liberté pour le lobby homosexuel de propager l'inversion des moeurs jusque dans les écoles, la liberté de blasphémer, la liberté d'insulter Dieu. Le règne de Saint-Louis ne régnait pas sur le règne arbitraire de la force mais sur l'adhésion à la justice chrétienne. Le roi Saint-Louis poursuivait le Bien commun de son peuple. En 2014, l'Etat veut tout dicter. Et dans une démarche totalitaire, l'Etat veut même s'emparer des enfants pour les conditionner à sa guise. Et pour imposer ses lois iniques, l'Etat totalitaire fait appel à la force arbitraire.

 

Bataille-de-Taillebourg--par-Eugene-Delacroix-en-1837.png

La bataille de Taillebourg, par Eugène Delacroix en 1837

 

Lorsque le royaume de France était en guerre, Saint-Louis combattait avec ses soldats. Le 21 juillet 1242, il chevauche à la tête de son armée, masse d'arme au poing, et entraine la victoire française contre les Anglo-Poitevins sur le Pont de Taillebourg. Plus tard, en 1248, Saint-Louis

devient le roi Croisé et part en guerre pour libérer les lieux saints. En 1250, à Mansourah, la bataille est perdue. Saint-Louis refuse de fuir et d'abandonner son armée promise à la capture . leur sort est le sien et il sera prisonnier comme ses soldats, et il ne sera libéré contre rançon qu'avec l'ensemble des survivants de son armée. En 2014, le président de la république est un chef de guerre qui ne connait de la réalité des combats que la forme des cercueils de nos soldats sur lesquels il dépose une décoration à titre posthume. Chef de l'Etat, et à ce titre Commandant des Armées, il n'envoie que nos soldats au front pour défendre la France ou la chrétienté, non jamais ! Mais toujours pour contribuer au Nouvel Ordre Mondial. Le 25 août 1270, Saint-Louis meurt au milieu de ses soldats, anéanti par la maladie qu'il a courageusement supporté. Son corps est alors étendu sur un lit de cendres en signe d'humilité, et ses bras en croix à l'image du Christ. En 1214, la notion de sacrifice est incomprise. Aux malades, aux vieillards, aux infirmes, à ceux qui ne sont ni assez consommateur, ni assez producteur, la société moderne veut proposer l'euthanasie.

 

Saint-Louis-a-Mansourah.jpg

 

Durant tout son règne, Saint-Louis, roi de France, se considérait comme le lieutenant de Dieu au service du Christ et du royaume chrétien de France. En 2014, président de la république et gouvernement sont au service du mondialisme, valets des forces occultes.

 

Nous qui sommes rassemblés ici, nous prions sainte Jeanne d'Arc et  Saint-Louis à être forts et vertueux comme ils nous en ont donné l'exemple, à être toujours, d'humbles et fidèles serviteurs de Dieu, comme ils en sont les modèles.

 

En 2014, la forme des combats n'est plus la même qu'aux époques de Saint-Louis et de
sainte Jeanne d'Arc. Mais le combat d'aujourd'hui nous demande encore et toujours, foi en Dieu, courage, persévérance et discernement.

 

Durant les deux dernières années, la Résistance nationale a vu naitre quantité d'initiatives témoignant de l'imagination créatrice de ceux qui ne veulent pas se soumettre aux ennemis de Dieu, aux destructeurs des familles et des patries. L'initiative la plus inattendue est sans conteste celle lancée par Farida Belghoul dont je salue la présence parmi nous, et le mouvement de Journée de Retrait de l'Ecole. Face à l'abomination de la théorie du genre, ce combat pour la protection de l'âme de nos enfants est nôtre. Que les enfants de nos familles soient à l'école publique, sous contrat, hors contrat, ou instruits à domicile, personne ne vit à l'abri des murs d'une forteresse. C'est pourquoi je redis ici mon soutien à la Journée de Retrait de l'Ecole de ce lundi 12 mai à laquelle je vous engage tous à participer et à la faire connaitre autour de vous.

 

Je veux aussi féliciter ici tous ceux qui ont pris part aux élections muncipales et particulièrement, les quelques centaines d'élus authentiquement catholiques qui à l'échelon communal pourront contribuer à servir le Bien commun, de façon discrète mais efficace.

 

Les mois qui viennent seront encore faits d'épreuves et de batailles, et il sera indispensable de garder toujours à l'esprit que la France ne se redressera qu'en retrouvant la ferme volonté d'être fidèle à son rôle de Fille aînée de l'Eglise. Que sainte Jeanne d'Arc et  Saint-Louis nous aident à en trouver la force. »

 


Discours d'Alain Escada à la fête nationale de Jeanne d'Arc, dimanche 11 mai 2014.

Repost 0
14 mai 2014 3 14 /05 /mai /2014 22:48

APPEL URGENT AUX FAMILLES DE L’ACADÉMIE DE NANTES

JOURNÉE DE LA HONTE EN JUPE ET EN ROUGE A LÈVRES A L'ÉCOLE POUR LES GARÇONS DANS L’ACADÉMIE DE NANTES LE VENDREDI 16 MAI 2014,
UNE SEULE SOLUTION COHÉRENTE : JOURNÉE DE RETRAIT DE L'ÉCOLE CE JOUR-LA.

Manifester, pester, écrire des lettres polies et suppliantes au rectorat... ne sert à rien. Le gouvernement continue de mentir et toute expérimentation de la théorie du genre dans les écoles est assimilée à une rumeur.

http://www.dailymotion.com/video/x1unea7_veronique-louwagie-question-au-gouvernement-sur-la-theorie-du-genre_school?mc_cid=95ace94518&mc_eid=e033f37fd9

Face au mensonge, une seule solution : retirer tranquillement vos filles et vos garçons des écoles de l'académie de Nantes, si la journée de la honte en jupe et en rouge à lèvres, est maintenue !

 

http://eduscol.education.fr/experitheque/consultFicheIndex.php?idFiche=9913

 

Pour préserver l'intégrité de vos fils et protéger l'image de l'homme dans l'esprit de vos filles, faites une JRE à Nantes exclusivement dans les établissements concernés par cette opération de corruption le 16 mai 2014. Vous trouverez la liste des établissements visés par le Ministère dans la photo ci-dessous (document officiel du rectorat).

La première journée de la jupe pour les garçons a eu lieu le 12 avril 2013 dans l'indifférence générale au lycée Rabelais à Fontenay le Comte (Voir le Journal Ouest France dans le post ci-dessous). Cette absence de réaction a eu pour résultat que l'opération de corruption des jeunes est reproduite cette année dans de nombreux établissements de l'académie de Nantes.

D'après le document officiel visible ci-dessous, les prochaines académies sur la liste sont Rennes et Poitiers.


Source et suite: https://www.facebook.com/jre2014/posts/507614572698680

Repost 0
14 mai 2014 3 14 /05 /mai /2014 16:42

Christian Harbulot, "l’un des spécialistes les plus reconnus en intelligence économique depuis les années 1990", "fondateur de l’Ecole de Guerre Economique qui sensibilise et forme les futurs cadres sur ce sujet", a publié un nouveau livre au titre sans équivoque «  Sabordage, comment la France détruit sa puissance ». 

  

 

Dans un entretien au site Theatrum Belli, Christian Harbulot dénonce l'abandon par les élites de l'idée de la puissance de la France. C'est la notion même de puissance qui fait problème en France, la puissance est devenue un tabou, mais pas en Allemagne où le mot est le moteur depuis la réunification en 1991.

L'auteur identifie la date de 1815 comme le début de notre déclassement, par l'adaptation de "notre système de pensée" au modèle britannique du "libéralisme", qui dit-il "a jeté la confusion dans les esprits". 

L'auteur identifie toutefois un danger pour le Français qui est la tentation du "repli sur soi", le fait "de ne pas regarder ailleurs", "de ne pas voir le monde qui nous entoure", qui est "une tendance qui est en train d'émerger en France", et qui est "très dangereuse parce que la France en tant que pays va en subir le contre-coup".

Après avoir constaté que "la matrice créée sous Napoléon" était "à bout de souffle", Christian Harbulot  donne quelques pistes générales pour redresser la France : "des individus qui veulent vivre dans ce pays et qui ont envie de le développer notamment par une volonté d’ancrage territorial", "des acteurs économiques qui ont compris la nécessité de prendre appui sur leur pays d’origine pour faire faire face aux jeux de puissance qui les dépassent", "des citoyens qui ont compris que la France n’est pas un sous produit de l’Europe et encore moins des Etats-Unis d’Amérique". 

L'auteur avertit : "la France est un pays fragilisé dans une Europe elle-même fragilisée et si nous nous reveillons pas, si nous nous prenons pas conscience de ce qui est en train de se passer..., nous allons vers un sabordage collectif assumé".


 

« Sabordage, comment la France détruit sa puissance » (entretien avec Christian Harbulot)

http://theatrum-belli.org/wp-content/uploads/2014/05/sabordage-Harbulot.jpgChristian Harbulot : L’objectif de cet ouvrage est de donner des clés pour comprendre comment la France en est arrivée là. Il s’agit d’une esquisse de grille de lecture sur notre déficit de réflexion par rapport à la notion de puissance. En 2014, la France est devenue l’ombre d’elle-même et découvre que l’Allemagne est en train de prendre le leadership de l’Europe. Cette situation est le résultat d’un processus historique déjà ancien dont j’ai essayé d’extraire les étapes fondamentales pour créer un fil conducteur à la thèse que je défends dans cet ouvrage.

... Une réponse trop facile serait de dire que la France coule depuis que ses élites ne croient plus en elle et donc de renvoyer à la catastrophe de juin 1940. Mais je crois qu’il faut remonter beaucoup plus loin pour cerner les étapes qui aboutissent à la négation de la légitimité du besoin de puissance. Je me suis arrêté dans mon ouvrage sur une période charnière durant laquelle la Grande Bretagne, profitant de notre faiblesse après 1815, détruit par la connaissance notre système de pensée sur la souveraineté économique. Le passage au libéralisme a été l’élément déterminant qui a jeté la confusion dans les esprits. Les Britanniques ont mis en avant un discours d’ouverture des marchés qui servait leur intérêt de puissance du moment. Nous l’avons intégré comme un credo atemporel sans le moindre recul critique par rapport à ses objectifs cachés. Cette manière de voir le monde a fortement pénalisé notre capacité de lire dans le jeu de l’adversaire dans le domaine géoéconomique. En 2014, les défenseurs français du modèle libéral (à droite comme à gauche) n’arrivent toujours pas à dissocier leur lecture « pacifique » de la mondialisation marchande des enjeux de puissance du moment. A ce stade de cécité, c’est ce que les Anglo-saxons appelleraient de la self deception.

 

TB : En l’absence de volonté nationale commune, un réveil est-il encore possible ? Si oui, sous quelle(s) forme(s) ?

 

CH : Je crois que nous n’avons pas le choix. La génération montante sait qu’elle doit affronter l’avenir en reconstruisant les bases d’une cohésion nationale. La plupart des pays responsables (Etats-Unis, Chine, Russie, Allemagne, Japon, Brésil, Inde, Corée du Sud, Suisse… la liste est longue) sont dans cette logique. La question, c’est comment ? Il est illusoire de croire que l’appareil d’Etat français a la capacité de servir d’aiguillon. La matrice créée sous Napoléon est à bout de souffle. La haute administration privilégie sa survie et n’est pas prête à prendre des risques pour donner à ce pays les moyens d’affronter un monde multipolaire rendu incertain par l’affaiblissement des Etats-Unis. Il va donc falloir reconstruire de manière aléatoire, à partir de plusieurs niveaux : d’abord les individus qui veulent vivre dans ce pays et qui ont envie de le développer notamment par une volonté d’ancrage territorial, ensuite les acteurs économiques qui ont compris la nécessité de prendre appui sur leur pays d’origine pour faire faire face aux jeux de puissance qui les dépassent, enfin les citoyens qui ont compris que la France n’est pas un sous produit de l’Europe et encore moins des Etats-Unis d’Amérique.

 

 

Source : http://theatrum-belli.org/a-lire-sabordage-comment-la-france-detruit-sa-puissance-entretien-avec-christian-harbulot/

Repost 0
13 mai 2014 2 13 /05 /mai /2014 14:48

Compte-rendu de la journée défilé Civitas annuel en l’honneur de Sainte Jeanne d’Arc et Saint-Louis dont on fête cette année le 800ème anniversaire de la naissance, dimanche 11 mai 2014 :

 

civitas1

 

Ce dimanche avait lieu à Paris le défilé annuel en l’honneur de Sainte Jeanne d’Arc organisé par l’institut Civitas. Une dédicace spéciale était faite à Saint Louis en raison du 800ème anniversaire de sa naissance que nous célébrons cette année.

 

Une invitée de marque était présente en la personne de Farida Belghoul présidente des JRE,  à savoir les Journées de Retrait de l’Ecole, initiative qui consiste à retirer de l’école ses enfants une fois par mois sur un jour fixé à l’avance pour protester contre l’enseignement de la théorie du genre, rebaptisé ABCD de l’égalité, au sein du système éducatif Français.

Banderole des JRE

Banderole des JRE

 

Alain Escada, président de Civitas, et Farida Belghoul se trouvaient côte à côte derrière la banderole en tête de cortège en signe de soutien réciproque dans le combat mené pour la défense de la famille et l’intégrité des enfants.

Alain Escada et Farida Belghoul

Alain Escada et Farida Belghoul

Alain Escada a déclaré que : »La France retrouvera la force pour éliminer la décadence morale lorsqu’elle sera en mesure de retrouver ses racines catholiques.« , tandis que Farida Belghoul après avoir fait un rappel sur les représailles subies par les familles lors des JRE a remémoré que « Dieu vomissait les tièdes » et a appelé à « mouiller la chemise pour sauver les enfants, que ce salut des enfants sera le salut de l’humanité toute entière, que les croyants doivent jouer le rôle qui est le leur qui est leur mission sacré sur cette terre, et qu’il doivent dans la sphère publique apparaître avec le nom de Dieu dans la bouche pour sauver les garçons et les filles de l’humanité.« 
Le défilé s’est ensuite déroulé dans le calme entre la place St Augustin et la place des Pyramides. Jeanne d’Arc et ses chevaliers ouvraient le cortège suivis de la statue de St Louis. Puis venait un Pipe Band représentant le contingent d’Ecossais engagé aux côté des Français durant la bataille d’Orléans en 1429.
Jeanne d'Arc et ses chevaliers

Jeanne d’Arc et ses chevaliers

 

Ecossais

Ecossais

 

Défilé sur la rue de Rivoli

Défilé sur la rue de Rivoli

 

Arrivés sur la place des pyramides, Alain Escada et Farida Belghoul ont déposé conjointement une gerbe de fleur au pied de la statue de Jeanne d’Arc.
Dépôt d'une gerbe de fleur devant la statue de Jeanne d'Arc

Dépôt d’une gerbe de fleur devant la statue de Jeanne d’Arc

A la fin du défilé le président de l’institut Civitas après avoir apporté son soutien à la prochaine journée de retrait de l’école annoncée pour le lundi 12 mai, a fait un discours.

 

 

 

 

 

Source: http://medias-presse.info/defile-dhommage-a-jeanne-darc-et-saint-louis/9752

 

 

Pourquoi Farida Belghoul a-t-elle participé au défilé de Jeanne d'Arc ?

 

 

 

"Je participe aujourd'hui au défile de Sainte-Jeanne d'Arc, en dédicace à Saint-Louis, car il me parait extrêmement important de continuer la convergence avec les catholiques. De toutes façons, depuis toute petite, pour moi Jeanne d'Arc est une figure de mon histoire, et Saint-Louis est le roi que je préfère. Donc c'est tout naturellement que je me présente aujourd'hui, dans le cadre des journées de retrait de l'école. Il me parait extrêmement important aujourd'hui de rendre concret, effectif sur le terrain, toutes les rencontres qui peuvent aller dans le sens de sauver les enfants, de ce qui se trame aujourd'hui à l'école et dont on nous dit que cela n'existe pas. Il va vraiment falloir que catholiques, musulmans, athées, juifs, laïques, se retrouvent pour sauver l'enfance et en sauvant l'enfance pour sauver l'humanité," a déclaré Farida Belghoul, porte-parole des Journées de retrait de l'Ecole pour l'interdiction de la théoririe du genre à l'école."

 

Source: https://www.facebook.com/jre2014/posts/506923602767777

 

Le docteur Xavier Dor avec Civitas :

 

 

 

Source: http://medias-presse.info/pourquoi-avoir-defile-avec-civitas-le-11-mai-xavier-dor-video/9805

Repost 0
13 mai 2014 2 13 /05 /mai /2014 08:42

L'historien, écrivain et journaliste Jean Sévillia a publié un article sur Boulevard Voltaire, "Viva Cristo Rey!" :

http://cdn.bvoltaire.fr/media/2014/05/cristeros-565x250.jpg

  Le 14 mai, l’événement-cinéma, ce n’est pas à Cannes qu’il se déroulera.

 

Le 14 mai, l’événement-cinéma, ce n’est pas à Cannes qu’il se déroulera. Là où il faudra être, ce n’est pas dans le ballet des limousines qui mènent les stars de la Croisette au tapis rouge du Palais des festivals. C’est dans la quarantaine de salles qui, à travers (presque) toute la France, diffuseront Cristeros, un combat pour la liberté, le film de l’américain Dean Wright.

L’histoire est authentique, et méconnue. En 1926, le pouvoir mexicain, alors aux mains d’un parti à la fois nationaliste, agrarien, socialiste et anticlérical, met en œuvre, dans un pays dont l’immense majorité de la population est catholique, une législation s’attaquant à l’Église : nationalisation des lieux de culte et des biens ecclésiastiques, laïcisation forcée des écoles, interdiction du droit de vote et du droit d’être élu pour les membres du clergé, prohibition de l’habit ecclésiastique, expulsion des congrégations enseignantes, interdiction des organisations professionnelles catholiques, obligation pour les prêtres d’aller pointer dans les commissariats…

Espérant faire pression sur le gouvernement, l’épiscopat se résout à suspendre le culte, sur tout le territoire mexicain, jusqu’à l’abrogation des lois antireligieuses. Mais les paysans, privés de messe et de curé, ne l’entendent pas ainsi. Ils prennent les armes, quand ils en ont, ou s’emparent de celles de l’armée gouvernementale. L’insurrection finira par toucher la moitié du pays et s’organisera : 50.000 hommes composeront l’armée des Cristeros, sous le commandement du général Enrique Gorostieta Velarde (Andy Garcia dans le film) et de prêtres passant sans état d’âme de l’autel au fusil. L’affrontement durera trois ans dans sa phase aiguë, mais se poursuivra de façon sporadique au cours des années 1930, laissant un bilan final de 250.000 victimes dans les deux camps. Qui le sait en Europe ?

francisveraC’est une épopée de fer et de feu, avec ses héros, ses lâches, ses traîtres et ses martyrs. C’est aussi une guerre qui, comme tous les conflits, possède ses coulisses géopolitiques et diplomatiques, de Washington – où les États-Unis veillent à la sécurité de leurs concessions pétrolières au Mexique – à Rome – où le pape souffre pour ses fidèles Cristeros mais, à la poursuite des combats, préfère un compromis permettant de rouvrir les églises.

En France, la sortie annoncée de Cristeros fait le buzz depuis plusieurs mois dans les milieux catholiques. Ce sont donc les autres qu’il faut maintenant convaincre d’aller voir le film. Que tous ceux qui, aujourd’hui, n’aiment ni l’État quand il se fait persécuteur, ni le viol des consciences, ni les atteintes à la liberté sachent que ces paysans pauvres qui se battaient, derrière leurs drapeaux frappés de l’image de la Vierge de Guadalupe et au cri de ¡Viva Cristo Rey! (« Vive le Christ Roi ! »), étaient leurs frères en rébellion. Leur rendre hommage au moment où tant de fausses étoiles brilleront à Cannes mettra de la lumière dans la nuit.

 

 

 

 

Source: http://www.bvoltaire.fr/jeansevillia/viva-cristo-rey,59713

 

. Bonne fête du Christ-Roi !

. ILS essaient de liquider le film de Dean Wright "Cristiada" : qui sont-ils ? (16 mai 2012)

. Le film "Cristiada" va sortir en France le 14 mai, sous le titre "Cristeros" (20 février 2014)

. Cristeros : "Je veux voir le film près de chez moi" ! (7 mai 2014)

. Saints Christophe Magallanes, prêtre et ses 24 compagnons martyrs du Mexique

Repost 0
10 mai 2014 6 10 /05 /mai /2014 18:17

La Manif pour tous a été "une manipulation de l'UMP en direction des Catholiques" (Farida Belghoul, Entretien à Politique Magazine, 9/05/2014).

Dans un entretien à Politique Magazine, Farida Belghoul explique qu'elle a été interdite de parole par les "instances dirigeantes nationales" de la Manif pour tous, lors de la manifestation de Lyon (2 février 2014) et que "La Manif pour tous" n'a pas soutenu son intiative des Journées de retrait de l'Ecole pour l'interdiction de la théorie du genre à l'école : "Des consignes pour ne pas soutenir nos actions ont été données aux comités locaux et aux comités Vigi-gender qui en sont l'émanation..."

 

Pour qu'il y ait de la solidarité dans la Résistance, il faut que la solidarité ne soit pas à sens unique. Farida Belghoul a soutenu les Manifs pour tous, mais la Manif pour tous n'a pas soutenu les JRE. Pour dire "on ne lâche rien, jamais, jamais...", il faut encore soutenir ceux qui agissent, et ne se contentent pas de manifs et de pétitions... "La Manif pour tous" n'a rien tenu du tout mais a a tout lâché !

 

Bravo à Farida Belghoul. Soutien total. Les JRE continuent !

 

 

http://www.politiquemagazine.fr/items/files/fca2f35eeb1e899c52eb550a2ab679eb_Farida.jpgFarida Belghoul : "Le lobby LGBT dicte sa loi partout !"

par Jean-Baptiste d'Albaret

Publié le vendredi 9 mai 2014, 11:31:09


Porte-parole de la deuxième Marche pour l'égalité et contre le racisme, en 1984, Farida Belghoul s'investit aujourd'hui dans la lutte contre le gender. En janvier dernier, elle lançait la Journée de Retrait à l'Ecole (JRE) qui invite les parents, une journée par mois, à garder leurs enfants à la maison pour protester contre la diffusion de la théorie du genre à l'école. Ce qui lui vaut de subir les foudres de l'establishment et des médias mainstream. Mais, à l'entendre, elle doit aussi faire face à des oppositions plus inattendues...

 

La théorie du genre est-elle enseignée à l'école ?

 

C'est une évidence. Elle est rentrée à l'école, notamment sous couvert des ABCD de l'égalité, mais pas uniquement. Le gender n'est, certes, pas enseigné formellement, mais l'idéologie qui le sous-tend imprègne les textes officiels de manière diffuse. Ce qui rentre totalement dans l'objectif assigné à l'école par le gouvernement socialiste. L'ancien ministre de l'Education nationale, l'inénarrable Vincent Peillon, l'avait dit au recteur en janvier 2013 : il s'agit de «  changer les mentalités ».

 

Dès leur plus jeune âge, on s'emploie donc à bouleverser l'identité sexuelle des enfants et à déconstruire - en fait, à détruire - la complémentarité naturelle homme/femme. Sont mises en œuvre des séances qui s'attachent à promouvoir l'égalité fille/garçon, à lutter contre les « stéréotypes de genre », à combattre l'homophobie et même... la « LGBTphobie » ! Ainsi diffuse-t-on sournoisement la théorie du genre à l'école sous couvert d'égalité et de lutte contre les discriminations. On est en train d'insinuer aux enfants - parce qu'il s'agit d'insinuer - que leur corps sexué est une chose, mais que leur genre en est une autre. Aux enfants de comprendre qu'ils ont le choix de leur genre puisque celui-ci serait différent de leur sexe biologique.

 

Vous avez lancé la Journée de retrait à l'école. Pour quel résultat ?

 

Cela a été une réussite. La preuve : grâce à la JRE, les sites officiels et certains documents, comme ceux de la ligne azur, ont été nettoyés. Il n'empêche que les projets demeurent, en particulier là où la résistance est moindre. Mais la refonte des programmes a été reportée et Peillon n'a pas été reconduit dans le nouveau gouvernement. C'est une petite victoire, mais une victoire quand même, au moins symbolique. Quand un ministre déclare peu ou prou que l'Etat est propriétaire des enfants au travers de l'Education nationale (Laurence Rossignol: "Les enfants n'appartiennent pas à leurs parents". Ndlr.), tous les gens de bon sens, et pas seulement les Catholiques et les Musulmans, devraient se révolter ! Malheureusement, beaucoup parmi nos compatriotes sont complices du gender même quand ils prétendent le combattre.

 

Vous n'avez pas rencontré le soutien que vous escomptiez ?

 

C'est le moins que l'on puisse dire. A l'exception de quelques personnalités comme Alain Escada - de Civitas -, Béatrice Bourges ou Christine Boutin, tout le monde s'est dégonflé après les premiers encouragements. A commencer par la Manif pour tous dont les instances dirigeantes nationales m'ont empêché de prendre la parole lors de la manifestation du 2 février dernier à Lyon. Des consignes pour ne pas soutenir nos actions ont été données aux comités locaux et aux comités Vigi-gender qui en sont l'émanation. Il paraît que je sentirais la poudre du fait de mon appartenance - totalement fantasmée ! - à l'extrême-droite. Mais même le FN a refusé de se solidariser avec nous. En quoi la JRE est-elle radicale ? J'ai même interdit les rassemblements publics pour éviter tout débordement. La JRE, c'est tout simplement des parents qui gardent leurs enfants à la maison une journée par mois. C'est radical ? Le fond du problème, c'est que, comme la marche des Beurs a été une arnaque du Parti socialiste en direction des quartiers populaires, la Manif pour tous a été une manipulation de l'UMP en direction des Catholiques.

 

Vous ne pouvez donc compter sur personne ?

 

Aujourd'hui, personne ne nous soutient : ni les élites musulmanes, ni le clergé catholique, ni les mouvements de défense de la famille. C'est un comble ! Chez les imams, dans les fédérations de parents d'élèves, le lobby LGBT dicte sa loi. J'ai été invité par l'UOIF au salon du Bourget. Ils m'ont déprogrammé pour finalement me reprogrammer sous la pression de leur base... ce qui m'a permis de découvrir, au cours d'un débat houleux, l'existence d'un lobby LGBT musulman. Je suis tombée de haut !

 

Les Musulmans aurait dû davantage s'investir dans la lutte contre les lois « sociétales » et la diffusion de la théorie du genre ?

 

Oui, car contrairement à ce qui s'est dit, les Musulmans se sont peu mobilisés. Partout où je suis allée, notamment dans les mosquées dont on me ferme aujourd'hui les portes, je les ai culpabilisé sur cette question en leur expliquant que, s'ils s'étaient mobilisés en masse avec les Catholiques, la loi Taubira aurait été retirée. Même chose, dans l'autre sens, pour le gender. Comprenez-moi bien : je n'ai aucune chapelle à défendre. Je sais juste que les enfants sont en danger, en particulier ceux des quartiers populaires qui sont les plus vulnérables et qui servent aujourd'hui de cobayes à une expérimentation qui sera bientôt généralisée partout. Et personne ne se lève pour s'opposer à ce scandale, personne ne veut faire le boulot ! Certains apparaissent dans les médias pour avoir une audience institutionnelle qui leur donne le sentiment d'exister. Ils se font instrumentaliser et ils ne s'en rendent pas compte. C'est grave ! Cessons de bavarder et agissons.

 

Quel avenir pour la JRE ?

 

La prochaine aura lieu le 12 mai et, je vous l'annonce, elle sera spectaculaire. La suivante, qui sera aussi la dernière sous cette forme, est programmée en juin. Nous lancerons à cette occasion des assises nationales pour la création de la Fédération autonome de parents d'élèves courageux, la Fapec, qui ne sera pas une fédération de parents d'élèves comme les autres. Grâce à la Fapec, entre autres actions, nous formerons les parents à la méthode syllabique et à l'enseignement explicite. Nous organiserons également des initiatives autour du thème de l'alliance : entre l'homme et la femme, entre les classe sociales, entre le ciel et la terre. J'ai également créé une maison d'édition destinée aux enfants pour lutter contre la diffusion du gender. Notre premier livre vient de paraître (Papa porte un pantalon et maman porte une robe, éditions Reid, 15 euros).

 

Il n'y aura donc plus de JRE ?

 

Pas sous la forme qu'elle a prise cette année. Elle reviendra à la rentrée de septembre, mais sous forme d'actions ponctuelles et sous l'égide des comités Fapec locaux. Il faut se rendre compte de ce que les parents, qui ont participé à la JRE, ont subi. Que l'on me diabolise, je m'en fiche totalement. Mais, pour les parents, c'est une expérience éprouvante, voire traumatisante. Il faut beaucoup de courage et de ténacité pour résister à la pression de l'appareil d'Etat, des médias et des associations de parents d'élèves. Pensez que même les associations catholiques ne les ont pas soutenus ! C'était pourtant leur intérêt. La JRE est la seule action efficace pour lutter contre la diffusion de la théorie du genre à l'école.

 

http://jre2014.fr/

 

Source: http://www.politiquemagazine.fr/farida_belghoul_le_lobby_lgbt_dicte_sa_loi_partout.html

 

Rétrospective sur les évènements :

 

. Infiltrations oligarchiques au sein de la Manif Pour Tous Versailles le 15 décembre 2013 (Christ-Roi, 16/12/2013)

. Vers la girondinisation de la Manif pour tous ? (Christ-Roi, 16 septembre 2013)

. Depuis le début, la « Manif pour Tous » sert la soupe à l’UMP… (Médias-presse-info, 21 décembre 2013)

. Conférence de presse de Farida Belghoul, Alain Escada, Béatrice Bourges et Christine Boutin sur l’interdiction de la théorie du genre à l’école le 19/02/2014 (Vidéos)

. Farida Belghoul interdite de Manif Pour Tous – L’autre bilan de la LMPT (Médias-presse-info, 3/02/2014)

. Le Front national va célébrer son premier mariage homosexuel à Marseille : à quoi sert la "charte de la Manif pour tous" ? (Christ-Roi, 10 avril 2014)

. Conférence de Farida Belghoul chez les Frères et Soeurs de la mission - Le Pradet, 14 avril 2014

Repost 0
9 mai 2014 5 09 /05 /mai /2014 22:39

DIEUDONNE ET FARIDA BELGHOUL VOUS APPELLENT A PARTICIPER A LA J.R.E. DU 12 mai 2014 POUR L’INTERDICTION DE LA THÉORIE DU GENRE A L’ÉCOLE.

Pour sauver la pudeur et l’intégrité des enfants, Dieudonné se joint à Farida Belghoul pour cette Journée de Retrait de l’Ecole.
J.R.E… l’action qui fait si peur au gouvernement que tous les medias viennent à son secours pour diaboliser Farida Belghoul et en remettre une couche sur Dieudonné :
http://www.canalplus.fr/c-divertissement/c-le-supplement/pid5786-reportages.html?vid=1013360
L’Education Nationale veut s’appuyer sur la jeunesse dès le plus jeune âge pour changer les mentalités et engager les enfants dans la lutte contre l’homophobie. Sous prétexte d’égalité garçons/filles, ils désorientent les élèves – y compris les plus petits – en leur soumettant des séances pédagogiques sur l’homosexualité, la bisexualité et la transsexualité.
25 000 élèves ont déjà été sensibilisés aux problématiques sexuelles par des militants LGBT (Lesbien, Gay, Bisexuel et Transsexuel) :
http://jre2014.fr/?page_id=385
Incroyable mais vrai ! Découvrez la vérité et ses preuves en regardant cette courte vidéo de Farida Belghoul :
Grands-frères, grandes soeurs, agissez pour vous sauver de la barbarie et protéger les petits.
Pères et mères, le combat continue.
Le principe est toujours le même : pour l’interdiction de la théorie du genre dans les programmes scolaires, pas d’école un jour par mois.
Justifiez l’absence par le motif : réunion solennelle de famille. Ne cédez pas aux chantages ni aux pressions de l’administration scolaire. S’ils vous menacent sachez que la JRE est légale et que ce sont leurs intimidations qui sont hors la loi.
Cette journée de retrait concerne tous les élèves de la maternelle au lycée.
Dès le 13 mai, remplissez le formulaire de participation à la JRE que vous trouverez ici.
Grands frères et grandes soeurs, comme vos parents, levez-vous pour faire de cette journée de retrait le jour de la victoire. Vos parents ont besoin de vous.
Collégiens, lycéens, jeunes sans emploi, refusez l’école le 12 mai. Prenez soin de vos frères et soeurs menacés dès la maternelle par ces programmes pervers.
Faites honneur à vos parents qui combattent depuis le mois de janvier.
Vaincre ou mourir.


 

 

 

Source: http://jre2014.fr/?p=1206

 

 

. Conférence de Farida Belghoul chez les Frères et Soeurs de la mission - Le Pradet, 14 avril 2014

. Le scandale de la théorie du genre : les "travaux" d'Alfred Kinsey et la Fondation Rockefeller

. Bruce/Brenda/David Reimer : Tragique destin du premier cobaye de la théorie du genre et du "professeur" John Money

. Points de vue du docteur Yann Carrière sur la "théorie du genre", une "théorie fascisante"

. "Mariage pour tous" : l'enfant en danger ! (Dr. Pierre Lévy-Soussan)

Repost 0
9 mai 2014 5 09 /05 /mai /2014 16:41

Lundi 12 mai 2014 sera la Journée de Retrait de l'Ecole pour l'interdiction de la théorie du genre dans les programmes scolaires. 

 

 

Farida Belghoul a donné une conférence le 14 avril avec les pères Blin et Horovitz chez les Frères et Sœurs de la mission au Pradet, en région PACA, sur le thème : « La présence de le théorie du genre dans les manuels scolaires – Un moyen d’action : les Journées de retrait de l’école »

 

via https://www.facebook.com/jre2014/posts/504991442960993

 

Farida Belghoul annonce notamment (à partir de la 53ème minute) que "la JRE continue son chemin, le chemin de la JRE continue car c'est le seul moyen actuellement pour défendre efficacement les enfants."

"Les manifestations et les pétitions ne nous conduiront nulle part. Elles nous ont certes permis de nous rencontrer les uns les autres. Mais pour quoi faire ?" demande Farida Belghoul.

 

. Le scandale de la théorie du genre : les "travaux" d'Alfred Kinsey et la Fondation Rockefeller

. Bruce/Brenda/David Reimer : Tragique destin du premier cobaye de la théorie du genre et du "professeur" John Money

. Points de vue du docteur Yann Carrière sur la "théorie du genre", une "théorie fascisante"

. "Mariage pour tous" : l'enfant en danger ! (Dr. Pierre Lévy-Soussan)

Repost 0
8 mai 2014 4 08 /05 /mai /2014 16:43

 

 

 

"Mariage pour tous" : l'enfant en danger ! (Dr. Pierre Lévy-Soussan)

 

Le docteur Pierre Lévy-Soussan est médecin psychiatre, psychanalyste, chargé de cours à l'Université Paris-Diderot, expert auprès de l'Assemblée Nationale et du Sénat, directeur de la Consultation Filiations Centre Médico-Psychologique pour l'enfant et la famille.

 

Il explique que l'enfant a besoin d'une "fiction crédible" (le père et la mère). L'enfant doit s'imaginer être issu de la "scène originelle", un père et une mère, même si le père et la mère sont d'une autre couleur.

 

Il donne également l'exemple des Romains qui s'étaient posés la question de l'adoption de quelqu'un de plus âgé que soi. Leur réponse a été non parce que la fiction n'était pas "raisonnable" et que les Romains avaient le sens commun de la loi plutôt qu'une loi faite pour des individus.

 

Il explique qu'il n'utilise plus aujourd'hui le terme de "parentalité", parce qu'il s'est rendu compte que le terme a permis d'habituer les esprits à l'homoparentalité. Au départ le terme a servi à remplacer l'expression d'autorité parentale, pour justifier la garde partagée, sous couvert d'égalité, en cas de divorce, pour des enfants de moins de six ans. Ce qui a été un drame pour eux, parce que les enfants à cet âge-là ont besoin de repères stables. Le terme sert aujourd'hui à désigner des "parents" homosexuels. Le mot à servi à habituer les esprits.

 

La PMA accordée aux célibataires, accordée aux homos, l'auteur nomme le risque de créer des "sans-domicile filiatif connu". 

 

Domremy que nous remercions vivement nous adresse en commentaires ce message ci-dessous que nous reproduisons in extenso, coquilles corrigées :

 

Tous les psychanalystes depuis Freud nous faisaient pleurer sur les interdits sources de refoulement et donc de névroses. Le problème c'est que depuis que les épigones de Freud et de Lacan ont mis la main à la pate ce ne sont plus des névrosés qu'ils nous fabriquent avec leurs théories mais des psychotiques et des pervers. Il ne semble pas qu'on ait gagné au change. Les seul à gagner ce sont les ennemis de l’Eglise Catholique et "les psychiatres assurés de remplir leurs cabinets et les services psychiatriques pendant 30 ans".

 

La dernière phrase phrase n'est pas de moi mais de Pierre Levy Soussan dont je recommande la Video sur Youtube

 

"Mariage pour tous" : l'enfant en danger ! (Dr. Pierre Lévy-Soussan)

 

 

J’en profite pour envoyer un article que j’ai écrit à ce sujet il y a un an après avoir vu sa video :

 

* Je travaille dans le meme champ que le Docteur Levy-Soussan et je le remercie de me donner l’exemple des Romains qui ne faisaient pas n’importe quoi et refusaient, concernant la filiation, d’inscrire dans le Droit « une fiction qui ne serait pas raisonnable ».

 

Je voudrais cependant ajouter un ou deux compléments à ce que dit Levy-Soussan et souligner que le ravage que mentionne le docteur me paraît encore plus radical que celui qu’il souligne et concerne la racine meme de chaque Etre.

 

Je m’explique : Le docteur nous dit que pour que l’enfant puisse se construire, il doit disposer d’un temps, d’une configuration qui lui offre la possibilité d’une «fiction raisonnable » sur son origine, fiction qui a un sens et qui lui donne par la même un sens. Hors, quand on parle de SENS, on parle de se construire dans et par le langage- c’est dans le langage que L’ETRE HUMAIN se construit comme sujet, c’est par lui qu’il acquiert la notion de son existence, de sa place dans le monde, de son identité sexuelle et sociale, de son sens et de son humanité : nous sommes des « parletres » disait Lacan.

 

Je hais tous ces idéologues délirants, désinsérés de toute réalité, qui au lieu de travailler à ce pourquoi ils sont élus - mettre un peu d’ordre dans le monde pour que soit pacifié le lien social grace à un peu plus de justice, de solidarité, de respect - passent leur temps, depuis quelques décennies, à triturer, désintégrer le langage dans tous les sens : Levy Soussan a bien raison de souligner le piège du terme de « parentalité », terme abstrait, inconsistant qui ne vient là que pour dé-différencier et éliminer les termes bien concrets de « père » et de « mère » « papa » « maman » qui eux renvoient à la réalité de la différence sexuelle, de la différence de générations, à l’union d’un homme et d’une femme comme origine de notre existence. Ils remplacent ceci par l’inconsistance du terme de parentalité.

 

Ils ne travaillent pas à solutionner ce pourquoi ils sont grassement payés, en lieu de quoi ils passent leur temps à nous inventer et refiler leurs euphémismes comme solution : les « gouvernants » sont devenus la « gouvernance » - avec ça plus de compte à leur demander puisque les « gouvernants » bien concrets, inclus dans la réalité, incarnés et donc responsables, avec deux oreilles pour entendre, disparaissent… Allez donc adresser vos remarques ou vos revendication à des « gouvernances ». Je n’évoquerais pas les traficotages concernant l’orthographe auxquels s’est attelé en un temps le cher Michel Rocard … sans parler des féminisations des termes à la noix « la professeure » , « l’auteure » etc. Qu’attendent-ils pour masculiniser « la sentinelle » »… .

 

Maintenant ces canailles ignares parlent de "déchristianiser le calendrier", selon eux trop chrétiens, en changeant le nom des jours ou des mois ceci faute d’avoir appris que l’Eglise, elle, a su distinguer le civil et le spirituel et que pour l’Eglise Catholique par ex. 1) l’année commence avec l’Avent, 2) le nom des mois sont restés ce qu’ils étaient et se sont conservés tels qu’ils étaient dans l'Antiquité (« Augustus » pour Août en souvenir de César Auguste ...), et quant aux noms de la semaine c’est au nom des dieux de l’Antiquité qu’ils se réfèrent et l’Eglise chrétienne n’y a rien changé: la lune, Mars, Mercure, Jupiter, Venus, Saturne. Bref ! Même "integriste" l'Eglise n'a jamais été aussi totalitaire que ces crétins.

 

Je découvre aujourd’hui la solution qu’ils promeuvent pour nos vieux : on ne les appellera plus les vieux mais les personnes d’un « âge avancé ». Savez-vous ce qu’ils inventent en ce moment meme, celui où ils sabordent les pauvres retraites de ces vieux, au moment même où ils parlent pour eux d’euthanazi ? ILS veulent organiser et financer une « age pride » sur le modèle de la gay pride … mais quand donc cesseront-ils de nous faire honte ? (http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2013/01/29/97001-20130129FILWWW00504-delaunay-veut-creer-une-age-pride.php)

 

Mais j’en reviens à ces compléments que j’annonçais pour dire que le ravage qu’ils promeuvent est encore plus radical que ne le dit Levy-Soussan car il touche à la racine même du langage chez l’Etre Humain.

 

Savez–vous qu’avant cette « fiction raisonnable » que mentionne Levy –Soussan, dans l’en deça de la fiction, c’est la structure meme du langage, celle à partir de laquelle se fera cette fiction, que désintègrent nos crétins. (Cf. "  La "théorie du genre", une "théorie fascisante". Ndlr.)

 

Les linguistes nous découvrent - l’on ne sait pas pourquoi, mais c’est à la racine de notre identité humaine, (comme les gènes le sont sur le plan biologique de notre organisme) - que la première étape linguistique chez le nourrisson débute par une voyelle, le « a » et que simultanément une occlusive antérieure inaugure le consonantisme :

 

- à 28 semaine, le nourrisson emet des « ba » et des « m » ;

 

- à 5-6 mois l’enfant double les syllabes et prononce ( papa "baba", "dada", "…). et ainsi naît le "premier mot", généralement "papa ».

 

Ceci dans TOUTES LES LANGUES VIVANTES DU MONDE : « dans toutes les langues du monde, -dit Jakobson-, la première opposition consonantique se produit entre une labiale occlusive (« P, B, K,G ») et une nasale (« M, N ») qui sera suivie par l’opposition consonantique labiale dentale (Pa,Ta,Da) : ceci amène, que dans toutes les langues du monde et cela sans doute depuis l'âge de pierre, nous aurons -d’un coté pour le PÈRE « Papa », « Tata (polonais)» « Babbo (Italien) » Baa (arabe), "Pa(chinois) …-et que quelle que soit la langue, nous aurons pour la MÈRE « Maman , Mummy, Mamma Matz chez les Ouzguours etc…

 

- Vers la 44° semaine ces mots prendrons leur SENS mais ce n’est pas l’enfant qui va donner un sens à ces premiers mots : ce sont les parents et l’entourage, et le nourrisson va rattacher ces deux premiers mots à une réalité et les référer à une différence – de sexe, de génération- : à partir de ces mots naîtra pour lui la possibilité de construire ces « fictions raisonnables » qui lui donneront une place, une identité–d’homme, de femmes, de fils de, de fille, de nièce, de neveux …, un corps aussi, dont il pourra interroger les énigmes, bref ! à un monde présentant un minimum d’ordre et de repérage.

 

Parlons des homos comme parents 1 et 2 ou de nous comme « parent 1 » et « parent 2 » : comment donner sens à ces termes « papa » , « maman » universels, éternels, déjà là chez tous les nourrissons du monde, prononcés avant tous les autres termes par les petits d’hommes et de femme. On peut tricher, faire que l’enfant adopté par un couple homo appelle le parent 1 « PAPA » et le Parent 2 « MAMAN » mais pour signifier quelle différence sexuelle ou générationnelle ? Pour s’accorder à quel langage commun qui lui permettra de communiquer transversalement avec ses semblables humains et verticalement avec toute la lignée de ses ascendants humains ?

 

Reste plus qu’à lui faire supprimer du langage, de sa parole, les termes de PAPA et MAMAN.

 

A ce sujet juste une histoire personnelle : un vieil ami avait une merveilleuse petite fille qui a perdu sa maman quand elle avait 6 mois. Mon ami adorait son enfant et S. recevait tout l’amour du monde de son papa, ses oncles, tantes, oncles et cousins cousines. En tant qu’amie il m’arrivait d’accompagner le papa et la fillette dans leurs sorties. Un jour, elle avait 7 ans, nous revenions d’une ballade au Jardin du Luxembourg et l’enfant, nous distançant toutes deux d’avec son père, me dit « Maman !» et ajouta « Ne le dis pas à papa, mais permet moi, laisse moi t’APPELER MAMAN. Je sais que tu n’es pas ma maman, mais tu comprends, je n’ai jamais pu dire « maman » à personne ».

 

Voilà ce que se propose d’anéantir cette loi délirante : la possibilité de dire « papa « et « maman » et les sens que ces termes portent : sens qui ouvrent à tous les sens à venir.

 

Faute de quoi ne reste plus, faute de sens, qu’ à devenir fou.

 

Car oui ! je pense que ceux qui nous gouvernent, avec le mariage homo et les lois qui l’accompagnent –PMA, « Grossesse Par Autrui », l’Euthanazi, la théorie du genre qu’ils promeuvent, l’Euthanazi qu’ils veulent légaliser - ne font que recycler en soft toute les pratiques totalitaires nazies - ils y avait les ventres des femmes exploités dans les Lebensborn au nom de la race, ils le seront au nom du fric et des intérêts des riches homos, (et ce ne seront pas les filles de nos parlementaires, ni de nos bobos aisées qui enroleront les ventres de leurs femmes ou filles). Sur cette question l’abject Bergé vend la mèche, lui qui ose dire : « louer la force de ses bras pour le travail ou louer son ventre quelle différence ?» Oui la GPA, être « mères porteuses » , c’est bon pour la catégorie qui loue ses bras, sa force de travail » : à elle de louer les ventres de ses femmes (… il paraît qu’en Ukraine de pauvres paysannes se portent déjà candidates pour servir en enfants nos homos de France !)….

 

OUI ! Monieur Escada, Madane Belgoul et tous ceux qui veulent sauver les enfants ont raison d’agir et nous de les soutenir.

 

 

Domremy

 

 

 

Merci à Domremy

 

 

. Points de vue du docteur Yann Carrière sur la "théorie du genre", une "théorie fascisante"

. Subversion du langage : Un poème d'Armand Robin qui explique le programme des deux derniers siècles

Repost 0
8 mai 2014 4 08 /05 /mai /2014 12:30

 

 

 

 

 

 

 

"Sous couvert d'égalité, on veut nous faire croire qu'il n'y a plus de père, plus de mère, plus d'homme, plus de femme. La finalité : avoir une masse amorphe, totalement abrutie pour mieux la diriger, mieux la contrôler. Des gnous, des moutons qui vont à l'abattoir avec le sourire aux lèvres."

 

Une video sur la théorie du genre par Celas.

 

En ce 8 mai, jour de célébration de la victoire des Alliés sur l'Allemagne nazie en 1945 et qui marque en même temps que la fin de la Seconde Guerre mondiale, la fin de l'Occupation allemande en France et la libération de l'Europe du nazisme, voici une video bienvenue de Celas, un des jeunes qui firent une video de quenelle devant la mairie de Montargis fin 2013.  

 

 

 

La fin des troupes d'occupation mentale, tout simplement la libération 2014 et la fin elle-même du totalitarisme maçonnique républicain en France passera-elle par ces jeunes conscientisés dans les banlieues ?

 

Sujets abordés : Alfred Kinsey, le père de la théorie du genre, les mensonges de Najat Vallaud-Belkacem, la "laïcité" selon Vincent Peillon ("on ne pourra jamais construire un pays de liberté avec la religion catholique, mais comme on ne peut pas non plus acclimater le protestantisme en France comme on l'a fait dans d'autres démocraties, il faut inventer une religion républicaine"), "alors qu'il n'y a rien de laïc dans tous ces Etats qui aujourd'hui se disent laïcs et surtout en France", "des gens qui sont des pantins, en sachant qu'il y a derrière des gens qui tirent les ficelles, des gens qui appartiennent à des groupuscules ennemis de l'humanité, la franc-maçonnerie, qui pensent que le pouvoir est leur chasse-gardée et que personne ne pourra jamais leur enlever".

 

Dans la 2ème partie, Celas envoie à sa communauté un message.    

 

via https://www.facebook.com/jre2014/posts/504260953034042

 

. Le long travail de corruption des moeurs 

. Le scandale de la théorie du genre : les "travaux" d'Alfred Kinsey et la Fondation Rockefeller

. Une exposition "des elles, des ils" soumet des enfants de 3 à 6 ans à des expériences de genre

. "Le genre, c'est un mal dissimulé sous un bien" (Docteur Yann Carrière)

. Quenelle Charte de la laïcité : une religion d’Etat pour tous !

. Points de vue du docteur Yann Carrière sur la "théorie du genre", une "théorie fascisante"

Repost 0
7 mai 2014 3 07 /05 /mai /2014 13:20
Pour comprendre le climat de ras-le-bol général des populations diverses devant la vision unique de l'information délivrée par la presse et les médias officiels, le deux poids deux mesures permanent, voici une video du 13 janvier que nous avons omis de publier et qu'il est, aujourd'hui, intéressant de regarder pour mieux comprendre :

 

Jacob Cohen, écrivain juif antisioniste franco-marocain, auteur du livre Le Printemps des Sayanim, interrogé le 13 janvier par l'Agence Info Libre, dénonce le « deux poids deux mesures dont a été victime Dieudonné », et la cabale médiatique qui a été monté contre lui. Il dénonce la «puissance du lobby judéo-sioniste en France qui a réussi à monopoliser l'attention du pays, l'appareil d'Etat, les médias contre un seul homme... - le faisant l'ennemi public n°1 - grâce notamment aux sayanim, c'est-à-dire ces juifs sionistes qui collaborent avec le Mossad (agence de renseignement israélienne, Ndlr.) et qui sont des milliers en France. »

Jacob Cohen aborde également la question de ce qu'il nomme la « religion de l'holocauste».

 

Dieudonné et le deux poids deux mesures

 

L'auteur dénonce « le recours à l'antisémitisme, cette vieille ficelle qui commence à s'user», une « accusation qui reste récurrente» contre « tous ceux qui peuvent de près ou de loin critiquer Israël». Jocob Cohen cite une anecdote qui l'«a fait sourire» : Besancenot, «qu'on ne peut pas soupçonner d'antisémitisme a été accusé par le président du CCRIF dans une émission de télévision... d'être antisémite. Et Besancenot, au lieu de lui dire "je suis antisraélien, je critique la politique israélienne et je vous emm.... De quel droit me traitez-vous d'antisémite?" Pas du tout, il s'est mis à pleurer. C'est affligeant qu'un dirigeant politique qui a une culture politique se soumette de cette manière-là».

 

L'auteur dénonce le «  deux poids deux mesures en France depuis des années. Quand il s'agit des juifs, la moindre remarque est tout de suite épinglée comme antisémite et là c'est l'interdiction totale. Par contre, on peut traiter le prophète Mahomet de terroriste avec une bombe sur la tête, de pédophile. On peut dire tout ce qu'on veut mais à ce moment-là on a un Sarkozy qui dit "je préfère l'excès de carricatures à l'absence de carricatures". Tout est permis quand il s'agit des Noirs et des Arabes. Et même les catholiques : les Femen, Jésus dans une pièce de théâtre, sur lequel on jette des excréments. Donc on peut traiter tous les autres, on peut dire ce qu'on veut des autres, sauf des Juifs. Deux poids deux mesures. ...Tout cela vient de la puissance extraordinaire qu'a acquise le lobby judéo-sioniste dominé par le CRIF et tout cela au bénéfice d'Israël... et sa politique coloniale.»

 

L'holocauste

 

«Je ne sais pas, c'est peut-être une coïncidence, mais jusque dans les années 70 on ne parlait quasiment pas de l'holocauste. En tous les cas c'était un sujet secondaire si l'on veut. Et c'est curieux, parce que en fait, l'explosion de cette religion de l'holocauste est venue de plus en plus avec cette occupation israélienne, et les problèmes que cela crée. La première intifada par exemple qui a mis a nu le système colonial, vraiment la nature coloniale de l'Etat d'Israël, de l'occupation israélienne. La loi Gayssot date de 1990, c'est-à-dire à un moment où c'était vraiment la tension extrême au Moyen Orient. Et moi j'interprète cela comme le recours à l'antisémitisme. Le recours à la Shoah c'est toujours en rapport avec Israël. C'est toujours pour éviter à Israël d'être l'objet de critiques, d'être un pays qui est en train de se délégitimer, pour tenter de contrer toute tentatives de boycott etc. Il y a toujours cet élément derrière.

 

... Je pense que si l'on admet la liberté pour chacun il faut qu'elle le soit pour tous. Ou alors pour personne. On ne peut pas en même temps laisser la liberté à tous ceux qui critiquent les Noirs, les Arabes, les cathos, etc., ou les homos, et d'un autre côté, interdire aux humoristes de faire des blagues sur les Juifs. Moi en tant que juif, je me dis il (Dieudonné) a le droit. Des fois cela ne me plaît pas, mais je me dis qu'il doit avoir le droit de le faire comme n'importe qui d'autres. S'il viole la loi, il y a des tribunaux pour cela

 

Un point de vue systématiquement écarté dans les médias officiels depuis le début de cette affaire. Dans ce cas-là, il n'y a pas de "dialogue", ni de débat. Comprenne qui pourra !

Repost 0
7 mai 2014 3 07 /05 /mai /2014 13:18

Tepa de l'agence d'information alternative Meta TV a rencontré l'AFP le 04 mai au "Congrès de la dissidence" organisé par Debout les belges à Anderlecht (banlieue de Bruxelles), le mouvement de Laurent Louis qualifié par Le Point de "groupuscule d'extrême droite".

Ce congrès réunissait des Juifs, des Noirs, des Arabes, des Blancs, autour d'auteurs et de personnalités comme Marion Sigaut, Jacob Cohen, Pierre Hillard, Alain Soral, Dieudonné, Salim Laïbi (Le Libre Penseur), Kemi Seba. Il a fait l'objet d'une immense campagne de dénigrement médiatique, a été qualifié de "plus grand rassemblement antisémite depuis la Seconde Guerre mondiale", avant finalement... d'être interdit. Vendredi 2 mai, la Ligue belge contre l'antisémitisme (LBCA) déposait plainte auprès du procureur du roi de Bruxelles, dénonçant une "véritable journée de la haine qui servirait de cadre au pire rassemblement d'auteurs, de théoriciens et de propagandistes antisémites que notre pays aura connus depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale".  Le maire d'Anderlecht, la commune bruxelloise où devait avoir lieu ce congrès, prit dimanche 4 mai un arrêté interdisant le rassemblement et toute manifestation de soutien ou de réprobation, indiqua l'agence Belga. L'édile justifia sa décision en raison des risques en matière de sécurité. L'interdiction concernait tant l'organisation que les orateurs et les participants, visait également toute manifestation publique de soutien ou de réprobation à ce congrès. Eric Tomas, le maire d'Anderlecht, avait fait savoir dès samedi soir qu'il voulait interdire le rassemblement, quand il avait appris qu'il se tiendrait sur sa commune. Avant cela, les organisateurs avait refusé de divulguer le lieu afin que l'événement ne puisse être interdit. La ministre de l'Intérieur belge, Joëlle Milquet, a indiqué qu’elle soutenait cette décision, soulignant la «légitimé» de l'arrêté, «en raison des risques importants de troubles et heurts en matière d'ordre public.

 

Deux poids deux mesures de l'argument du "trouble à l'ordre public" qui sert d'un côté à interdire un congrès de toutes les communautés comme ici à Anderlecht, ou en France avec l'interdiction des spectacles de Dieudonné (arrêt Stirn Valls), et de l'autre des appels à "manifester" de la part d' Arno Klarsfeld le 2 janvier...  en vue de "justifier" une décision (d'interdiction) du ministre de l'Intérieur "sur des bases légales", avec la veille, le 1er janvier, carrément des appels à troubler l'ordre public et des menaces de guerre civile (!)... si les spectacles de Dieudonné n'étaient pas interdits ! Mais là, curieusement, omerta, stratégie de l'édredon, silence médiatique total.


Tepa de Meta-Tv expose à la journaliste AFP l'imposture des médias mensonges.  

 

 

 

via http://www.egaliteetreconciliation.fr/Tepa-de-MetaTV-interpelle-l-AFP-25152.html

 

 

 

 

 

 

. Jacob Cohen dénonce le "deux poids deux mesures en France depuis des années"

. Face au deux poids deux mesures : prôner l'égalité et la liberté

Repost 0
7 mai 2014 3 07 /05 /mai /2014 09:27

Cristeros.jpgParmi les mémoricides il y a l'histoire du peuple de la Vendée, puis au siècle dernier le silence sur l'histoire des Cristeros.

Le mercredi 14 mai, le film "Cristiada" de Dean Wright qui en 2012 avait été censuré en France, sort sur nos écrans sous le titre "Cristeros", après une longue période d'occultation. N'importe quel torchon de film se paie une campagne promotionnelle digne de Big Brother.

Pour "Cristeros" 44 salles en France ont été prévues pour le diffuser. Nos Grands Frères Compas-Truelle se sont arrangés pour qu'il n'y en ait que 22.

 

Le site cristeros-lefilm.fr a lancé une campagne de promotion du film avec une pétition "Je veux voir le film près de chez moi". Participons y et SIGNONS la pétition sur le site mentionné.

Assez des trois singes "Bandeau Baillons Bouchons". Regardons, parlons, entendons !

Comme le disaient nos amis polonais luttant pour la chute du communisme : "l'hiver est à vous mais le printemps sera à nous " !

"Nous combattrons et Dieu donnera la victoire " : paroles de Jeanne d'Arc

Viva el Christo Rey !

 

 

 

 

. Saints Christophe Magallanes, prêtre et ses 24 compagnons martyrs du Mexique

Repost 0
6 mai 2014 2 06 /05 /mai /2014 19:27

"Ce qui a été fondé depuis plus de deux siècles sur un mensonge, ne peut plus perdurer à partir du moment où le mensonge a été dénoncé et mis à jour, comme c'est le cas aujourd'hui"

(Marion Sigaut, 19 mars 2014, Montréal - lebonnetdespatriotes.net)

 

 

 

Publiée le 19 avr. 2014

 

Conférence de Marion Sigaut le 19 mars 2014, invitée par http://lebonnetdespatriotes.net.

 

 

 

   

"La Révolution a été la destruction, au nom des Lumières, de tout un monde solidaire qu'on a remplacé par un monde de brutes. La prolétarisation dans des conditions atroces de tout un monde français, de toute une population paysanne, solidaires, en gens qui descendaient dans les mines. La chute du bien-être des Français après la Révolution, c'est monstrueux. La Révolution industrielle c'est une horreur.

 

... Faire croire à la France qu'à l'Ancien Régime les gens souffraient et qu'à la Révolution tout a commencé à aller bien, c'est absolument faux. La Révolution, plus j'entre dedans, je la vois comme dix ans d'épouvante. C'est vraiment une horreur".

 

 

 

 

"On est dans un monde issu des "Lumières" : les capitalisme sauvage du profit par tous les moyens, c'est issu directement de la philosophie des Lumières, qui incidemment (les "philosophes" des Lumières") étaient des anglomanes. Ces gens-là ne juraient que par l'Angleterre.

 

"La laideur envahit tout. Et bien je crois que rien n'est perdu parce qu'on est encore là, parce que vous êtes encore là, parce qu'aujourd'hui on a internet et que ces choses là circulent. Est-ce que je vous dirai VIVE LE QUEBEC libre ? Oui !"

 

... En France, ce qui est en train de se préparer je ne peux absolument pas prévoir ce que cela implique. Ce que je comprends c'est que ce qu'on nous a vendu comme une alternance pratiquement depuis la Révolution française est une fausse alternance. C'est-à-dire que la France réelle, la France populaire a été niée depuis la Révolution française et qu'on ne sait pas ce qu'elle veut. Le monde tel qu'il était avant la Révolution était un monde beaucoup plus égalitaire qu'il n'y paraît, beaucoup plus paisible qu'il n'y paraît, dans lequel les grandes catastrophes c'était les catastrophes climatiques et les guerres. On a pareil aujourd'hui.

 

... Ce qu'on a déterminé comme la droite et la gauche, était la droite et la gauche de l'Assemblée pendant la Révolution française n'était que la droite et la gauche d'une minorité qui ne représentait pas la population française. Donc ce qui se prépare, je ne le sais pas. Je sens bien que ce que l'on appelle en France l'UMP et le PS, c'est-à-dire l'UMPS vont se faire balayer dans le cadre d'institutions dont je sens très bien qu'elles sont arrivées au bout de leur logique. Je sais simplement que je désire que ce soit pacifique, que cela ne se termine pas dans un bain de sang. ...Mais de toutes façons, ce système ne perdurera pas en France. Il sera remplacé par quoi ? Je ne le sais pas. Mais c'est vrai que ce qui a été fondé depuis plus de deux siècles sur un mensonge, ne peut plus perdurer à partir du moment où le mensonge a été dénoncé et mis à jour, comme c'est le cas aujourd'hui.

 

...Je pense qu'il y a des évolutions. Et c'est cela beaucoup que je reproche au système dans lequel nous vivons. On nous présente des évolutions (comme la Révolution. Ndlr.) comme s'étant produites parce que devant nécessairement s'être produites, comme s'il y avait une règle immuable et naturelle. Or, il y a des forces qui font changer les choses, qui auraient pu changer différemment si les gens avaient été prévenus différemment. Donc notamment les fameuses règles qu'on nous présente comme naturelles, relevant de la nature ou de la raison, sont des règles manipulées par des gens intentionnés dans une certaine direction. Et on aurait pu éventuellement les arrêter si on avait agi différemment. Donc je ne crois pas aux règles immuables, je ne crois pas à l'évolution inévitable, je pense que la volonté humaine a quelque chose à voir avec l'évolution des sociétés humaines. Je crois beaucoup plus à cela qu'à des évolutions de ce type. Je pense que la volonté humaine, individuelle et collective, a sa part dans l'évolution des choses. Et c'est la raison pour laquelle que je crois tellement à la circulation de l'information que je pense que le bien se fera s'il y a des volontés communes de le faire. Si les libéraux ont toujours menti c'est donc bien que c'est la vérité qui dérange. S'ils n'avaient pas menti ils n'auraient pas obtenu ce qu'ils voulaient.


 

Source video via http://www.egaliteetreconciliation.fr/Comment-j-ai-decouvert-les-Lumieres-25154.html

 

 

. Marion Sigaut : "L'Eglise a été victime d'une campagne de calomnie à grande échelle"

. Marion Sigaut et Claire Colombie sur l’enseignement de l’histoire à l’Université

. Marion Sigaut - Meta TV - Les Lumières à la loupe

. Marion Sigaut: Alerte aux livres d'histoire mensongers !

. Comprendre les Lumières : aux sources de la prolétarisation du monde ouvrier

Repost 0
6 mai 2014 2 06 /05 /mai /2014 15:12

Le 5 mai 2014, Christine Boutin, tête de liste en Île de France Force Vie, pour les élections européennes, était l'invitée de TV Libertés. Elle a notamment expliqué pourquoi il n'était "plus possible, de l'intérieur, de pouvoir infléchir le système. Il faut le reconstruire."


 

"J'ai pensé, explique Christine BOUTIN,  -parce que les règles du jeu de l'Assemblée nationale sont ainsi (il faut appartenir à un groupe pour avoir la possibilité de s'exprimer) - qu'il était possible de changer (les choses) de l'intérieur (d'un grand parti politique). Et bien, avec mon expérience, je dis que c'est une erreur. Et maintenant, depuis que j'ai vu que l'UMP soutient M. Jean-Claude JUNCKER qui est le candidat de la 'droite', si elle est majoritaire en Europe, pour devenir le président de la Commission -, M. JUNCKER a fait voter le mariage homosexuel au Luxembourg, a fait voter l'euthanasie, et est favorable à l'ouverture de la Turquie à l'Europe. À partir du moment où l'UMP soutient comme candidat à la présidence de la Commission un homme qui a de telle idées, moi là je ne peux plus continuer, je ne peux plus accepter, et je dis je suis en rupture et en rupture profonde."

 

"Je me suis rendue compte que l'on arrivait au bout du bout et que maintenant, ce n'était plus possible, de l'intérieur, de pouvoir infléchir le système. Il faut le reconstuire", a ajouté Christine Boutin.

Repost 0
5 mai 2014 1 05 /05 /mai /2014 18:44

Les choses s'accélèrent. 


http://resize.over-blog.com/120x90-cz5t-ffffff.jpg?~aHR0cHM6Ly9mYmNkbi1zcGhvdG9zLWEtYS5ha2FtYWloZC5uZXQvaHBob3Rvcy1hay1hc2gzLzY3NjJfMTQxMDE0MTI5NDI0OTA5XzgwNTIxMDkwOV9uLmpwZw== Face au "Printemps français" né sous le gaz de manuel Valls le 24 mars 2013,  face à la conscientisation des Français et au réveil national des consciences (ici et ), face à l'augmentation conséquente de l'abstention aux différentes élections, face à 50% de Français favorable à un pouvoir de type monarchique (sondage caché CEVIPOF publié par Valeurs actuelles le 24/01/2014), des "républicains" (on ne voit pas trop ce qui leur permet de se donner ce nom-là quand on songe que la res publica est la chose de tous et non la chose de partis...) à l'effigie du bonnet phrygien génocidaire... emblématique de la partitocratie, s'apercoivent que le modèle républicain bascule dans l'opinion, que la république tend de plus en plus à être assimilée à l'Oppression, que l'"élection" au suffrage universel lui-même est en perte de vitesse partout parce que dévoyé dans les partis politiques dont les Français ne veulent plus...

Ainsi s'est créé le mouvement lancé le 26 février 2014 à Paris par Léon Landini, également président du "Pôle de Renaissance Communiste" (sic- un programme aux 100 millions de morts!), qui propose pour la première fois de "boycotter les "élections" européennes d'un parlement" que nous avons vu n'avoir aucun pouvoir (les députés européens au "parlement" reçoivent directement des commissaires les projets de lois, la Commission a le dernier mot, les députés ne servent que de couverture à l'Oligarchie). Mieux vaut donc tard que jamais pour ces "républicains" qui ouvrent les yeux ! Sainte Jeanne d'Arc disait "mieux vaut trop tôt que trop tard" ! Le mouvement royaliste dit la même chose qu'eux depuis deux siècles ! "L'abstention (lors des consultations électorales) n'est pas un défaut d'affirmation ; elle est au contraire une affirmation et une protestation éclatante. C'est s'affirmer, c'est protester que de dire au pouvoir : les royalistes ne veulent pas se prêter à vos mensonges ; ils ne veulent pas avoir l'air de prendre au sérieux vos prétendues institutions ; ils ne veulent pas, en acceptant une lutte trop inégale, ajouter l'apparence d'une opposition vaincue à votre facile triomphe... Croyez-le bien : lorsque le moment sera venu, l'abstention d'aujourd'hui deviendra pour les royalistes un titre et une recommandation de plus devant leurs concitoyens..." (Comte de Chambord, successeur à la Couronne de France, le 22 septembre 1861).  

En 1864, le pape Pie IX avait condamné la loi du nombre, proposition N° 60 « LX. L'autorité n'est autre chose que la somme du nombre et des forces matérielles » (Pie IX, Allocution consistoriale Maxima quidem, 9 Juin 1862 in Proposition condamnée n° 60 du Syllabus publié avec l’encyclique Quanta cura du 8 décembre 1864). Le Syllabus est une énumération de "quatre-vingts erreurs de notre temps" entachées d’hérésies ou de graves erreurs. Par là se trouvait directement frappée la "Souveraineté populaire" ou "nationale" sous son aspect de suffrage universel destiné à fonder la légitimité politique républicaine et à établir et consacrer l’autorité absolue du nombre sur toute autre autorité, notamment divine. Dans les années 1870, Pie IX qualifia le "suffrage universel" de "mensonge universel" (Cf. Yves Déloye, Les voix de Dieu. Pour une autre histoire du suffrage électoral : le clergé catholique français et le vote, xixe-xxe siècles, Fayard, coll. « L’espace du politique », Paris, 2006).

 

Remontons un peu en arrière et tentons de comprendre. Les "élections" de juin 1791 se traduisirent déjà par une forte abstention. Mais depuis 1791 les Français vivent toujours sous le régime de la démocratie dite "représentative" alors qu'elle ne représente pas du tout les Français, et rien n'a vraiment "changé" en dépit des multiples constitutions et de changements de numéros de républiques....  

 

"(En juin 1791) La participation avait atteint son étiage; elle ne devait plus remonter de façon significative, les consultations organisées les années suivantes,... n'ayant jamais mobilisé plus du cinquième des électeurs. ... En l'absence de votants, le système électif se transforme très vite en un système de cooptation, les uns accédant aux charges que les autres viennent de quitter, et réciproquement. La promotion aux responsabilités se fait en circuit fermé : les fonctionnaires peuplent les assemblées chargées d'élire les fonctionnaires. ...La réalité du système répondait à un besoin, celui de la formation d'une classe politique ... qui soit assurée de la continuité en étant délivrée de l'incertitude inséparable du suffrage universel. Mais l'oligarchie née de ces pratiques n'était pas moins un démenti des attentes. On imaginait en effet avec une certaine ingénuité que la vertu première d'un système électif consistait à assurer le renouvellement permanent du personnel dirigeant et l'élargissement constant de son recrutement. On n'imaginait pas que l'élection puisse conduire à la formation d'une 'classe' politique distincte du reste de la société" (Patrice Gueniffey, Histoire de la Révolution et de l'Empire, Perrin, Collection Tempus, Paris 2011, p. 86-88).


Depuis 1791 le système a fait des "progrès"... Il est passé du suffrage censitaire au suffrage universel. Une apparence de démocratie semblait se réaliser. Le summum de la manipulation consistait à faire consentir le peuple à son propre esclavage. "La participation" devenait la nouvelle communion obligatoire à la religion dite "démocratique", un "devoir civique et citoyen" qui reléguait l'abstentionniste dans le camp des hérétiques asociaux. Mieux, selon le professeur de science politique à l'UQAM, Francis Dupuis-Déri, ce système politique nous faisait croire que les gens qui étaient élus, qui nous gouvernaient, gouvernaient "en notre nom et que c'était le peuple qui avait le vrai pouvoir. Ce qui est évidemment un mensonge. Ce n'est pas parce que l'on vote que l'on a le pouvoir. Choisir qui a le pouvoir ce n'est pas avoir le pouvoir. On vit dans des aristocraties élues puisque c'est une petite minorité qui nous gouverne. On peut considérer que c'est une bonne idée, que c'est génial, que c'est mieux qu'une vraie démocratie, mais en tous les cas ce n'est pas une démocratie !"


Concrètement, dans le suffrage universel "on ne choisit pas, on ne délègue personne: on se borne à approuver un choix déjà fait par d'autres. Un choix fait par qui? Eh bien, par les dirigeants du parti, par le comité central, par le comité directeur, par le bureau, par le centre national... Si bien que ces députés que nous croyons élire, ils sont en réalité sélectionnés, ils nous sont en réalité imposés par la caste gouvernementale déjà en place, laquelle, agissant comme toutes les oligarchies, s'agrège les sujets qui lui conviennent et dont le caractère, les penchants, les alliances ont été soigneusement éprouvés. Nous croyons vivre sous un régime de suffrage universel, en réalité nous vivons sous un régime de cooptation" (Maurice Bardèche, Les Temps modernes, Editions Les Sept couleurs, Montargis 1956, p.,  25-26). "Le suffrage universel qui devait fonder une démocratie, c'est-à-dire un pouvoir du peuple, fonde en fait une oligarchie, c'est-à-dire le pouvoir d'une caste que le peuple croit désigner. Les régimes actuels ont perfectionné la désignation de cette caste... Les électeurs connaissent personnellement les candidats et il leur arrivait parfois, simplement par instinct, de préférer d'honnêtes gens à des fripouilles chargées de reliques. Cela amenait au Parlement de mauvaises têtes qui faisaient des discours inconvenants. On a évité cet inconvénient en invitant deux cent mille personnes à voter pour quelqu'un qu'elles ne connaissent pas. Et, comme ils auraient pu s'obstiner à désigner quelqu'un qu'ils estiment, on a décidé qu'on ne tiendrait pas compte des suffrages égarés sur des amateurs qui n'ont pas reçu l'investiture des grands partis... Appartenir à cette caste des gouvernants est donc devenu obligatoirement le commencement de toute carrière politique." (Maurice Bardèche, ibid., p. 16-18).

 

Ce qui est en crise c'est le suffrage universel lui-même organisé au sein des partis politiques, pas l'élection. L'élection existait déjà au Moyen Âge et sous l'Ancien Régime, l'élection se réalisait au sein des corps réels de la nation. Les femmes votaient au Moyen Âge et jusqu'en 1789, ensuite elles devront attendre 1945 pour voter à nouveau...

Nous avons vu le 18 avril, en nous appuyant sur les récents travaux de Francis Dupuis-Déri, que "la république et la démocratie ne sont pas des synonymes" : "Si on regarde ce qui s'est passé aux Etats-Unis et en France, on voit que l'élite politique était tout à fait consciente que des femmes demandaients des mêmes droits. Donc ce n'est pas un oubli. Et même à cette époque, les femmes voyaient bien qu'il y avait un problème. Et donc dans le cas de John Adams, il dit que si on commence à donner des droits aux femmes, après les femmes vont commencer à en vouloir plus, puis après cela on sait bien ce qui va arriver, les autochtones vont en vouloir, les esclaves vont en vouloir et les jeunes vont en vouloir et les pauvres vont en vouloir. Et donc là cela va être le chaos complet. Donc on crée une république où ce sont les hommes propriétaires blancs qui vont gérer la politique. John Adams est intéressant à suivre parce qu'il s'exprime très clairement sur la démocratie. Lui avec d'autres comme James Madison, il dit qu'il ne veut pas fonder une démocratie. Il associe la démocratie aux pauvres et constate que dans une société bien ordonnée il faut que ce soit les membres de l'élite, la mieux éduquée, et les gens qui ont une certaine richesse qui doivent être ceux ou celles qui prennent les décisions. Et évidemment, il faut que cela soit des hommes et pas des femmes. Et donc en ce sens-là il est un très bon exemple de ces pères fondateurs de ce qu'on pense être des démocraties et qui n'étaient en fait qu'antidémocrates.

 

... Ce que l'on appelle aujourd'hui la démocratie, qui est le régime parlementaire, le régime électoral, est un régime où les pauvres ne participent pas à la prise de décision. Si vous regardez le profil socio-économique des gens qui sont à l'Assemblée nationale aujourd'hui, il n'y a pas de pauvres. Ce sont généralement des gens qui sont riches, qui ont des moyens, qui ont une profession libérale. Ce sont des avocats, des notaires, des notables." 

 

Le suffrage universel n'est donc pas une protection ou une garantie de la démocratie : "[L]a possibilité donnée aux citoyens d'élire leurs gouvernants n'est pas en elle-même démocratique. Ce qui démocratise le gouvernement représentatif, selon B. MANIN (Principes du gouvernement représentatif, Paris, Calmann-Lévy, 1995), "c'est plutôt la possibilité pour les citoyens de renouveler à intervalles réguliers, donc de juger, leurs dirigeants". C'est la seconde élection, et non la première, qui constitue le système démocratique (P. AVRIL, "Essais sur les Partis", Paris, LGDJ, 1986, cités in P. Gueniffey, Histoire de la Révolution et de l'Empire, Perrin Collection Tempus, Paris 2011, p. 77,78.) Cette constatation nous semble insuffisante : "c'est la seconde" à condition que les candidats ne fassent pas tous la même politique ! Que les candidats ne viennent pas tous du même moule républicain, des mêmes partis, ne proposent tous que le même modèle de développement comme c'est le cas à peu de choses près aujourd'hui. Le suffrage universel ainsi organisé dans les partis politiques, même à la seconde élection, ne protègera pas contre les dérives totalitaires (loi taubira, genderisation de la société) ni contre la dérive oligarchique de la démocratie et rien ne changera. S'il  y a une base démocratique au processus de dévolution des pouvoirs dans le suffrage "universel", le résultat de ce processus (les élus) lui n'est pas démocratique. Si le mot "démocratie" est utilisé, c’est pour sa fonction de légitimation. Ce mot joue comme une onction dont le caractère rituel est évident (ce caractère rituel n’est pas nouveau. Cf. Olivier Christin, Vox populi. Une histoire du vote avant le suffrage universel, Seuil, p. 66). Aussi, faut-il réfuter l'idée selon laquelle l'élection au suffrage universel est l'instrument de réalisation de la démocratie. On constate, et c'est flagrant aujourd'hui, que les élus ne sont pas représentatifs (ni sociologiquement -hommes de plus de 50 ans issus de classe non-populaires - ni idéologiquement - surreprésentation des deux partis dits de gouvernement, on peut aussi rappeler la distorsion flagrante à propos du Traité constitutionnel européen avec le référendum négatif de 2005 sur le traité constitutionnel européen) ou qu'ils sont des carriéristes, des professionnels de la politique quand ils ne sont pas tout simplement corrompus ou malhonnêtes. On constate également la naissance d'une oligarchie au niveau mondial dont les liens sont étroits entre représentants politiques et finance. Hervé Kempf a fait une synthèse saisissante de cette "oligarchisation" du monde (H. KEMPF, L'oligarchie, ça suffit, vive la démocratie !, Seuil.) Ce n'est pas une question de personnes, mais une question d'institutions. Ce sont les institutions qui prédéterminent les caractères les plus courants des personnes désignées pour gouverner (comme le dit Bernard Manin: "Parce que l’élection est un choix, elle comporte ainsi une dynamique interne qui fait obstacle à la désignation de citoyens semblables aux autres", in "principes du gouvernement représentatif", op. cit., p. 182). Évidemment, cela ne signifie pas que tous les élus sont dépourvus de vertu, mais que ceux qui sont vertueux ne peuvent être élus que de manière marginale, parce que l'élection est une compétition dans laquelle la vertu réelle n'est pas un atout (puisqu'elle n'est pas déterminable ; et la vertu peut se feindre), mais plutôt un handicap (pour être élu, il faut être prêt à jouer les jeux d'appareils, les trahisons et reniements). C'est en cela que l'élection au suffrage universel n'est pas démocratique : il faut un titre particulier pour gouverner. La démocratie, elle, est "le pouvoir propre à ceux qui n’ont pas plus de titre à gouverner qu’à être gouvernés" (Jacques Rancière, La haine de la démocratie, Éd. La Fabrique, 2005, p. 54).

"D'une certaine façon, les hommes de 1789 se font une haute idée de l'élection. Trop haute... Ils voient en elle une protection et une garantie. Ils la croient capable d'assurer que les élus auront un intérêt identique à celui de leurs électeurs. Ils lui prêtent même la vertu de supprimer toute distinction entre représentés et représentants, de telles sorte que les premiers gouverneraient réellement à travers les seconds", explique Patrice Gueniffey in La Politique de la Terreur (Tel Gallimard, Mesnil-sur-l'Estrée 2003, p. 60.) Le mythe est ... condamné à un démenti permanent, dans la mesure où l'élection produit toujours et nécessairement une différence réelle entre le peuple et ses élus" (ibid., p. 60.)

 

L'enjeu est de taille : aucune alternative politique réelle n'est possible sans changement de ces institutions.

 


Dans ce sens, boycotter des élections, même européennes comme le font ces "républicains" n'a pas grand sens si les institutions elles-mêmes ne sont pas contestées et désignées pour ce qu'elles sont, des dispositifs antidémocratiques oligarchiques.

 

Le principe majoritaire du suffrage universel, la loi du nombre est un dispositif mensonger lorsqu'il est organisé au sein des partis politiques et non au sein des corps réels de la nation, seuls bases d'une démocratie authentique parce que directe. La "souveraineté nationale" conçue comme la souveraineté d'une caste coupée du peuple est une farce.

 

C'est donc dans ce contexte de crise aiguë de la "démocratie" représentative issue de 1789 et d'une Europe ploutocratique, oligarchique totalitaire que ces "républicains" oligarchiques comme il faut les appeler, imaginent -sans rire - la "résistance" en conservant ces mêmes dispositifs institutionnels, ces mêmes faux principes dépassés (régime représentatif-suffrage universel au sein des partis politiques), mais appellent néanmoins - justement disons-le-, au boycott des élections européennes.

On doit voir en réalité dans leur initiative, une tentative désespérée de conservateurs réactionnaires du désordre établi et de la subversion révolutionnaire. Derrière leur iniative se cache une tentative de sauver un modèle républicain en faillite. Dans un communiqué du 3 mai du Comité National de Résistance Républicaine à l'Union européenne, ils assument d'ailleurs pleinement mai 68, c'est-à-dire la "révolution" qui a conduit à la décadence des moeurs, la loi Taubira et la genderisation-feminisation de la société. "Ainsi, disent-ils, fourbirons-nous, NON DANS LES MOTS MAIS DANS LES ACTES, les armes morales et intellectuelles de l’ « insurrection citoyenne » à laquelle aspirent, non seulement le peuple qui fit Valmy, les Trois Glorieuses, février 1848, la Commune, le Front populaire, les maquis FTP et le C.N.R., Mai 68, Décembre 95, le 29 mai 2005, mais tous les peuples d’Europe qui, de Madrid à Sofia, aspirent – non pas dans l’U.E. mais CONTRE elle ! – à un nouveau Printemps des peuples d’Europe" (sic).

Que peut-on ajouter après ça ? Ces gens sont déconnectés de la réalité. Ils ne voient toujours pas le fossé qui se creuse toujours plus entre le peuple réel qui résiste et le modèle qu'ils représentent. On ne les a pas beaucoup entendus soutenir l'excellente initiative des Jours de Retrait de l'Ecole pour l'interdiction de la théorie du genre à l'école ! Ces "républicains" au bonnet phrygien veulent le boycott des élections "européennes" mais restent de vieux républicains réactionnaires du désordre établi et de la subversion culturelle, morale, et à présent civilisationnelle mondiale, des internationalistes "de Madrid à Sofia" !

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/4/4c/F%C3%A9lix_Nadar_1820-1910_portraits_Makhail_Bakounine.jpg/220px-F%C3%A9lix_Nadar_1820-1910_portraits_Makhail_Bakounine.jpgUn anarchiste comme Mikhaïl Bakounine qui au XIXe siècle avait lui aussi perçu que "le suffrage universel n’est qu’un leurre et un odieux mensonge", est plus républicain qu'eux, l'anarchie étant le système consensuel dans lequel tout le monde vraiment (et pas quelques-uns...) s'entend sur chaque décision sans qu'il n'y ait d'imposition de la décision par la majorité (ou la minorité... c'est selon que l'on compte les suffrages électoraux!) comme en démocratie, où par le vote et l'élection, le peuple pense gouverner, mais reste en réalité écarté du processus de prise de décision. C’est l’illusion démocratique qu’entendait dénoncer l’anarchiste russe. Au sens de res publica, chose de tous, ces "républicains" au bonnet phrygien partitocratique sont des imposteurs ! 

 

 

Quels remèdes, quelles propositions?

 


1) Dès 1865, M. le Comte de Chambord montre le chemin à suivre pour lutter contre le libéralisme révolutionnaire et son succédané l'individualisme qui ont conduit la société démocratique à cet échec :

 

«Quant aux remèdes, dit-il, voici ceux que les principes et l'expérience paraissent indiquer. A l'individualisme, opposer l'association; à la concurrence effrénée le contre-poids de la défense commune; au privilège industriel la constitution volontaire et réglée  des corporations libres".

Personne ne peut nier que toute la question sociale soit contenue et résolue dans ces trois lignes : On ne dira jamais mieux. » (Comte de Chambord cité in Jacques Ploncard d'Assac, Les idées qui tuent, Société de philosophie politique, Lisbonne 1971, p. 101-102).

 

2°) Un mix de monarchie et de démocratie (tirage au sort ou suffrage universel au sein des "corporations libres".)

 

3°) Une dose d'aristocratie non-héréditaire (entendue comme un ensemble des meilleurs choisis sur leur mérite, leurs compétences réelles, avec des devoirs envers la nation). Cf. Adrien Abauzit : Décodons la matrice sur la Libre Antenne de MetaTV.

Repost 0
4 mai 2014 7 04 /05 /mai /2014 13:36

 

Conjuration-antichretienne.jpgLes européens pensent élire leurs députés au "parlement" dimanche 25 mai. Savent-ils que, ce faisant, ils sont les dindons d'une farce mensongère dramatique pour leur avenir, et que le parlement" ne sert que de couverture "démocratique" à l'Oligarchie consumériste mondialiste cupide ?

 

Savent-ils que les 28 commissaires européens (non-élus mais désignés par des recommandations de leur État membre d'origine), les mieux payés des fonctionnaires, sont les oligarques soudoyés par les multinationales qui, dans l'ombre, tirent les ficelles et détiennent le véritable pouvoir législatif de l'Union dite "européenne" ?

 

Les députés européens au "parlement" reçoivent directement des commissaires les projets de lois ("monopole du droit d'initiative" des commissaires...) Le vote du parlement n'a aucun caractère contraignant, le dernier mot revenant à la Commission.

 

Selon la procédure de codécision dite "procédure législative ordinaire", les actes législatifs sont adoptés conjointement par le Parlement et le Conseil sur proposition de la Commission  (TFUE 289 et 251). Sur proposition de la Commission. Pas du "parlement".

 

Depuis l'antidémocratique Traité de Lisbonne de 2007 passé par-dessus le référendum négatif français de 2005 sur le traité constitutionnel européen, cette procédure est devenue le cas général et couvre presque l'intégralité des secteurs et intègre notamment les politiques de coopération policière et judiciaire. Les secteurs restants relèvent de la procédure de coopération et de la procédure de consultation (le Parlement rend un simple avis) ou de l'avis conforme (le texte est accepté ou rejeté par le Parlement sans possibilité d'amendement).  

 

Si le Parlement européen peut rejeter et amender la partie dépenses du budget (TFUE 314), il reste écarté des décisions sur les recettes de l'Union, c'est-à-dire que le "parlement" européen ne vote pas la partie recettes du budget de l'Union, ne vote pas l'impôt... et est donc exclu de la fiscalité, dont le monopole appartient au Conseil après approbation à l’unanimité des États membres (TFUE 311). Depuis la Magna carta de 1215 (fondant dans la mythologie démocratique la naissance du régime dit "parlementaire"), le contrôle de l'impôt au parlement fait pourtant partie de la panoplie "démocratique"... Consolation, le parlement peut donner un avis consultatif sur toute question au moyen des déclarations écrites !

 

Voici ci-dessous, "ce qu'on ne vous explique jamais» au sujet de l'Union dite "européenne" et du "parlement", Régis CHAMAGNE, responsable national de l'Union Populaire Républicaine en charge des questions de défense, ancien colonel de l'armée de l'air, fait une analyse très réaliste du danger des institutions de l'UE, qui devraient autoriser prochainement l'exploitation du gaz de schiste en France, avec les conséquences dramatiques sur la santé et l'environnement, même si le "parlement" vote contre.  


 

 

Extrait : 


«La Commission est au centre du système, le parlement est un élément périphétique du système. La Commission européenne est à l'initiative du processus décisionnel.»

Régis Chamagne donne l'exemple de l'autorisation de la culture du maïs transgénique OGM TC 1507 de la société Pioneer (USA) en mars 2014. « Quelles ont été les étapes du processus décisionnel pour autoriser la culture de ce maïs en Europe ? Première étape, la Commission européenne demande au Conseil de l'Union européenne d'autoriser la culture de ce maïs transgénique. 2e étape : le Conseil de l'UE vote. 19 pays sont contre, 4 pays s'abstiennent, 5 pays sont pour. Cela ne suffit pas pour obtenir la majorité qualifiée. Nous sommes dans une non décision. 3ème étape : le parlement européen vote et se prononce. 385 contre, 35 abstentions, 201 pour. Donc, le Parlement européen se prononce à une très large majorité contre la culture de ce maïs transgénique, mais son vote n'a aucun caractère d'obligation, aucun caractère contraignant. 4ème étape : la Commission décide d'autoriser la culture du maïs transgénique. Elle était au début du processus, elle est à la fin du processus. Il y a une 5ème étape (personne n'en parle) : la société Pioneer remercie les membres de la Commission et son parrain !

 

Si vous regardez ce qui s'est passé sur ce mécanisme, réel, concret, où y a-t-il du peuple dans tout ce mécanisme ? Au Conseil de l'Union européenne, il y a du peuple puisque le Conseil de l'UE est composé de ministres, donc de représentants du pouvoir exécutif de chaque Etat; au parlement européen il y a du peuple puisque les parlementaires européens sont élus par le peuple, mais il n'y a pas de pouvoir. Là où iil y a du peuple il n'y a pas de pouvoir. À la commission européenne il n'y a pas de peuple, les commissaires sont désignés et élus par personne et c'est là qu'il y a le pouvoir, il n'y a pas de pouvoir de transmission entre le peuple et le pouvoir. C'est un premier indice.

 

 

Usine-d-exploitation-de-gaz-a-Lacq--Pyrenees-Atlantiques.jpg

Usine d'exploitation traditionnelle du gaz à Lacq (Pyrénées-Atlantiques)

 

puits-de-gaz-de-schiste-aux-usa.jpgPuits de gaz de schiste aux Usa.

L'exploitation du gaz de schiste se réalisant par de multiples forages souterrains, nos jolies régions ressembleront-elles à ça ?

 

...Alors vous avez aimé le maïs transgénique, poursuit Régis CHAMAGNE, vous allez adorer le gaz de schiste. Monsieur Günther OETTINGER qui est commissaire européen à l'énergie, a déclaré : "Il faudra explorer la piste du gaz de schiste en Europe" (Les Echos, 21 mai 2013.) Et il va le faire. Vous n'en voulez pas ? Et bien vous l'aurez quand même. Parce qu'on ne vous demandera pas votre avis ! Et cela va se faire. » (Fin de citation)

 

(Cf. Sur ce sujet du gaz de schiste en France, de retour d'une mission au Québec et aux Etats-Unis, des élus du Conseil général du Lot et Garonne ont alerté en 2012 contre les dangers du gaz de schiste, la préfecture de Midi Pyrénees ayant reçu une demande de permis d'exploitation. Impactant la santé et l'environnement, les forages par fracturation hydraulique à 2 ou 3000 mètres de profondeur traversent les nappes phréatiques. « Résultat, on retrouve du méthane dans l'eau et différents produits chimiques... Le projet "Beaumont-de-Lomagne", présenté par l'entreprise Américaine BNK s'étendrait sur un territoire de 10 500 km², englobant une bonne partie du département de Lot-et-Garonne...» Voir aussi : "Gaz : La France et les européens victimes collatérales de la politique étatsunienne")

 

 

Add. 6 mai, 10h33. Il n'y aura pas de maïs transgénique en France. Lundi 5 mai, les sénateurs ont définitivement adopté une proposition de loi socialiste interdisant la culture du maïs transgénique, organisme modifié génétiquement pour produire un insecticide ciblant la pyrale du maïs (un insecte) et résister à des herbicides à base de glufosinate d’ammonium, déjà autorisé dans l’alimentation animale et, depuis mars 2006, dans l’alimentation humaine à l'intérieur de l'UE.


Le texte a été adopté par 172 voix pour et 147 contre. Seul le groupe UMP a voté contre cette loi, qu'il juge anticonstitutionnelle et contraire au droit européen... Au sein du groupe UDI-UC, 4 ont voté pour, dont l'ancienne secrétaire d'État à l'Écologie de Nicolas Sarkozy, Chantal Jouanno, 8 contre et 20 se sont abstenus.

 

Le but de cette loi est d'interdire le maïs transgénique avant la période des semis, notamment le MON810 de Monsanto, le seul autorisé à la culture dans l'Union européenne avec, depuis mars 2014, le Pioneer TC1507. Le texte précise que l'autorité administrative peut ordonner la destruction des cultures concernées en cas de non respect de cette interdiction.

 

Depuis 2009, la France essaie d'imposer un moratoire sur les cultures d'organismes génétiquement modifiés (OGM) sur son sol. Après avoir déclenché la clause de sauvegarde en 2008, invalidée trois ans plus tard, Paris a pris des arrêtés interdisant la culture de maïs OGM à deux reprises en 2011 et en 2013. Le Conseil d'Etat a confirmé hier l'interdiction de la culture du maïs OGM MON810. Or cette interdiction ne vise que le seul maïs génétiquement modifié MON810. "Il s'agissait du seul maïs Monsanto cultivé au sein de l'Union européenne." Quid du maïs transgénique Pioneer TC 1507 autorisé par Bruxelles en mars 2014 ?

 

Le Point indique hier : "L'article unique de la proposition de loi stipule que "la mise en culture des variétés de maïs génétiquement modifié est interdite sur le territoire national". Il interdit ainsi par avance le maïs TC1507 (Pioneer-DuPont) qui pourrait être autorisé par l'UE." Erreur : qui a été autorisé... Mais Le Point ajoute : "Le MON 810 est le seul OGM actuellement cultivé dans l'Union européenne. Son renouvellement d'autorisation est actuellement en cours d'examen par l'Union européenne, avec en parallèle des discussions pour revoir le processus d'évaluation des OGM. Les États de l'UE ont la possibilité d'interdire sur leur territoire un OGM autorisé par l'Union européenne."

 

Pour résumer, le 11 février 2014, vu qu'il n'y avait pas de majorité qualifiée des Etats membres contre cette autorisation de culture, "malgré l'opposition de 19 pays dont la France", "faute d'un accord entre Etats membres, un nouvel OGM, le maïs TC1507 du groupe américain Pioneer", allait être autorisé à la culture dans l'Union européenne "dans les 24 heures". La règle veut en effet que si le Conseil des Etats ne prend pas de décision, la Commission européenne approuve la culture "dans les prochaines 24 heures", a indiqué le service juridique du Conseil des Etats. ... Même si chaque pays aura le droit par la suite d'interdire dans son territoire la production de cet OGM.

 

Le vote au parlement européen en mars 2014 était purement formel, un vote pour rien.

 

. La République, de l'illusion démocratique à la réalité totalitaire

. L'Union européenne vient d'autoriser la culture en France d'un maïs transgénique, le TC 1507, un OGM (Hervé Juvin le 19 février 2014) 

. La démocratie européenne contre le bien commun

Repost 0
1 mai 2014 4 01 /05 /mai /2014 14:50

 

Prochaine "Journée de Retrait de l'Ecole" le 12 mai

 

http://metatv.org/sites/metatv.org/files/styles/large/public/jre_journees_retrait_ecole.jpg?itok=dEC_onTnMeta TV est en mesure de vous dévoiler en exclusivité la date de la prochaine JRE: ce sera le lundi 12 mai 2014.

 

La "journée de retrait de l'école" s'inscrit comme une action nationale inédite dont l'objectif est de sauver nos enfants. JRE 2014 a été lancé au début de l'année à l'initiative de Farida Belghoul pour parvenir à l'interdiction de la théorie du genre dans tous les établissements scolaires. Un jour par mois, l'organisation demande aux parents de retirer leurs enfants de l'école, en justifiant leur absence le lendemain par le motif suivant: journée de retrait de l’école pour l’interdiction de la théorie du genre dans tous les établissements scolaires.

 

Parce que la manifestation ne suffit plus.

 

Les membres du gouvernement ont toujours nié l'existence de la théorie du genre. Mais Farida Belghoul n'en démort pas: "Le gouvernement ne nous laisse pas le choix avec l’introduction à notre insu de la théorie du genre en classe: en retirant nos enfants de l’école une journée par mois, nous affirmons nos droits fondamentaux et nous passons à la vitesse supérieure."

 

Pour elle, la JRE est "un symbole fort: il dit clairement que nous sommes prêts à tout pour empêcher l’Education Nationale de désorienter, de traumatiser et de déstructurer nos enfants. Organisons-nous pour faire de cette journée un moment privilégié entre parents et enfants, entre voisins, entre amis: libre à nous de concevoir maintes activités en ce jour de retrait! En se regroupant, tout est envisageable: spectacles pour enfants, sorties, rencontres, débats, ateliers créatifs…"

 

Ce que dit le Comité National J.R.E. par la voix de Farida Belghoul :

 

En réalité, cette théorie contre-nature, sous des formes diverses, intègrera définitivement les programmes officiels de l’Education Nationale à partir de la rentrée 2014 avec la complicité de plusieurs syndicats enseignants.

 

Des centaines d’écoliers sont déjà victimes de ces programmes à titre expérimental.

 

Sous couvert de « lutter pour l’égalité et contre les discriminations homophobes », l’Education Nationale considère que ces questions sont des priorités. C’est pourquoi désormais enseignants et militants LGBT (Lesbiennes, Gays, Bisexuels, Transsexuels) abordent en classe l’homosexualité, la bisexualité et la transsexualité.

 

La pudeur et l’intégrité de nos enfants sont profondément attaquées par « la théorie du genre ».

 

Cette théorie prétend que nous ne naissons pas homme ou femme mais que nous le devenons à cause des pressions sociales. A leurs yeux, c’est la société qui « construirait » le genre masculin ou le genre féminin, la nature n’y serait pour rien.

 

Cette théorie dissocie ainsi notre corps sexué de notre identité de genre. Un homme qui se sent femme est du « genre féminin » peu importe son sexe… Une femme qui se perçoit homme est du « genre masculin » indépendamment de son corps. Pour les tenants de la « théorie du genre », on peut être par exemple de sexe masculin et de genre féminin ! Ce ne serait au fond qu’une question de choix personnel !

 

Toutes les institutions sont touchées. Même l’école ! Surtout l’école ! Le pouvoir actuel prévoit de véritablement rééduquer nos enfants en les « arrachant au déterminisme familial » c’est-à-dire à leurs parents.

 

D’ores et déjà, des militants du lobby LGBT s’invitent en classe et font la leçon à nos enfants qui sont accusés d’être porteurs de stéréotypes de genre.

 

Que sont ces « stéréotypes de genre » ? Ce sont les réactions ou les penchants naturels de nos garçons et de nos filles. Si une fille aime jouer à la poupée, pour le lobby LGBT c’est un stéréotype de genre qu’il faut combattre en la conduisant plutôt à jouer aux petites voitures. Si un garçon veut jouer aux petites voitures, le lobby LGBT l’incitera alors à jouer à la poupée.

 

Les collégiens et les lycéens eux-mêmes sont encouragés à douter de leur identité sexuelle sous prétexte qu’ils doivent être libres d’user de leur corps. Ainsi, pour les inciter à explorer de nouvelles pratiques sexuelles, l’école les dirige vers la Ligne Azur, numéro de téléphone et site Internet à destination des adolescents, pour parler d’homosexualité, de bisexualité et de transsexualité…

 

L’Education Nationale entend mettre les parents devant le fait accompli.

 

Nous, Pères et Mères, sommes ainsi déclarés incompétents pour éduquer nos propres enfants. L’Etat veut s’en charger à notre place. Allons-nous accepter que l’école nous dépossède de ce qui nous appartient en premier lieu, à savoir l’éducation ? Nous devons protéger nos enfants. Coûte que coûte.

 

__________________________________________________________

 

Source: JRE2014

Icône de liens externes

/ Relayé par MetaTV(metatv.org)

 

http://metatv.org/prochaine-journee-de-retrait-de-l-ecole-le-12-mai

 


 

. Benoît XVI : la théorie du genre risque de conduire le genre humain à l'autodestruction (22 décembre 2008)

. Points de vue du docteur Yann Carrière sur la "théorie du genre", une "théorie fascisante"

. Le genre : une idéologie dont la méthode nie "la rigueur intellectuelle et la logique" (Yann Carrière)

. Le scandale de la théorie du genre : les "travaux" d'Alfred Kinsey et la Fondation Rockefeller

. La science ridiculise encore la théorie du genre

. Bruce/Brenda/David Reimer : Tragique destin du premier cobaye de la théorie du genre

Repost 0
1 mai 2014 4 01 /05 /mai /2014 14:15
Repost 0
1 mai 2014 4 01 /05 /mai /2014 07:17

Alain Escada, président de Civitas, soutient les Jour de Retrait de l'Ecole pour l'interdiction de la théorie du genre à l'école, qui ont été  « une traduction en actes concrets..., un véritable défi qui a été réussi

 

 

« Nous sommes là aussi, précise Alain Escada, pour rappeler que justement c'est de Dieu que l'on prend l'autorité, que l'on reçoit les directives essentielles pour trouver l'équilibre, rechercher le Bien commun. Nous n'avons pas cette mauvaise conscience qui nous fait penser que ce sont les "droits de l'homme" qui sont la source du début de l'humanité comme si rien n'avait pu exister d'autre que l'obscurantisme avant que la Révolution de 1789 nous nettoie les esprits. Nous nous sommes là pour dire non. La France a grandi avec le christianisme, les liens sont intrinsèques entre le christianisme et l'histoire de France. Et c'est légitime pour les catholiques que de participer au débat de société en tant que catholiques.

 

...(Dans le livre "Mariage homosexuel, homoparentalité, Décryptage d'une révolution sexuelle") j'ai parlé de révolution sexuelle parce que c'est une entreprise qui n'est pas franco-française bien entendu, c'est une entreprise qui est mondiale, mondialiste, de subversion qui vise à inverser les normes en révolutionnant la société. Elle vise à introduire la subversion, c'est-à-dire à créer le désordre en utilisant les moeurs, la sexualité, comme un outil politique. ... Un plan habile qui est savamment orchestré pour subvertir la société.

 

 

(Dans le livre"Théorie du genre STOP, L'idéologie qui voulait détruire la Création et libérer toutes les perversions humaines"), Alain Escada explique qu"il y a une volonté non seulement de subvertir les moeurs mais aussi clairement de s'en prendre à l'ordre divin. C'est la Création divine qui est attaquée. C'est à travers la nature humaine qui est refusée, une volonté de s'en prendre directement à ce que Dieu a créé et mis en place."

 

Combat aux proportions cosmiques : être dans le "pour" et pas seulement dans le "contre""... Les familles de France doivent libérer l'espace public de ceux qui veulent imposer un Nouvel Ordre Mondial qui est l'occasion de mettre en place une 'laïcité' qui muselle, qui bâillone qui tente de nous transformer en esclaves d'une société matérialiste internationale, ajoute Alain Escada.


Nous sommes devant un tel cataclysme à vue humaine que cette réalité s'impose de la nécessité d'une union de toutes les forces vives de Résistance dans un tel combat. L'objet d'un tel combat est une question de droit naturel.

 

... Nous sommes tous ici dans la même barques ! Si nous laissons la théorie du genre se propager, c'est la société toute entière qui en sera bouleversée. Personne ne vivra dans une tour d'ivoire. Personne ne sera à l'abri des murs d'une forteresse. Donc personne ne peut prétendre ne pas devoir s'impliquer dans une telle bataille. Et aucune force de Résistance n'est inutile dans la bataille qui doit se livrer."

 

Source video via http://jre2014.fr/?p=1050

 

 

. Comment lutter efficacement contre les idées révolutionnaires ?

. Combat aux proportions cosmiques : Être dans le "pour" et pas seulement dans le "contre"

Repost 0