Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Christ Roi

  • : Christ Roi
  • Christ Roi
  • : Blog d'informations royaliste, légitimiste, pour une France libre, indépendante et souveraine
  • Contact

Horloge

20 février 2015 5 20 /02 /février /2015 19:51
Pour Big brother, « si le vivre-ensemble a échoué, c’est qu’il en faut davantage ! » (Laurent Obertone)

« Nul besoin pour lui (Big brother) d’inventer des faits, il convient simplement de les tourner à son avantage, c’est à dire sous l’angle de son utopie. Et surtout, interdire à Monsieur Moyen de s’interroger sur cette utopie : si le vivre-ensemble a échoué, c’est qu’il en faut davantage ! »

 

Laurent Obertone, La Nouvelle Gazette française, Entretien avec Laurent Obertone sur La France Big Brother : «Mon ouvrage se veut anti complotiste»

 

"Je suis Charlie" : Retournement de la mobilisation populaire et inversion des responsabilités

Repost 0
14 février 2015 6 14 /02 /février /2015 11:24
Les chrétiens plus efficaces que le gouvernement, les blasphémateurs et les laïcistes pour contrer la propagande de l’Etat islamique

 

Etats-Unis : les chrétiens plus efficaces que le gouvernement pour contrer la propagande de l’Etat islamique

 

Reinformation.tv

13 février 2015 3:25

 

Le gouvernement américain semble aussi perdu que le gouvernement français pour mettre en place une campagne d’information qui pourrait réellement affaiblir la propagande de l’Etat Islamique ou d’autres groupes radicaux islamistes. Pendant que le gouvernement français lance un clip vidéo ridicule et un mot clé #StopDjihadisme sur Twitter, le gouvernement américain fait à peu près la même chose et s’adresse également avec un inefficace #ThinkAgainTurnAway ( Penses-y deux fois, arrête ! ) aux jeunes tentés par le djihad. Des initiatives moins efficaces que celles des chrétiens
 
Que la riposte de la Défense américaine ne soit pas efficace, l’armée des Etats-Unis en est consciente. Le général américain Michael Nakata, commandant des opérations de forces spéciales au Moyen-Orient, a planché avec un groupe d’experts sur une campagne possible contre la propagande islamiste. Sa conclusion est claire : « Nous n’avons pas vaincu l’idée. Nous ne la comprenons même pas. »
 

Des campagnes gouvernementales inefficaces contre les messages de l’Etat Islamique

 
Le département d’Etat contre le terrorisme est tout aussi inefficace. En 2011, il créait le Centre pour les communications stratégiques contre le terrorisme. Celui-ci disposait en 2014 d’un budget de 5 millions de dollars et de 50 personnes à plein temps, chargées de répondre aux messages Facebook ou aux tweets des djihadistes, en leur apportant la contradiction.  
C’est lui qui est à l’origine de la campagne « Think Again Turn Away ».
 
Sa page Facebook atteint péniblement les 10.500 «  likes », autant dire qu’elle n’a aucune influence véritable.
 
Un autre élément clé des campagnes américaines : des émissions de radios passées dans le monde entier pour « informer, rassembler les personnes du monde entier autour de la liberté et de la démocratie ». Cela aura coûté 733 millions de dollars au budget – et donc au contribuable – américain l’année dernière. Seul résultat de l’opération : des plaintes pour détournement de fonds.
 
Le gouvernement américain ne sait comment combattre parce que les technocrates – éventuellement athées – qui le composent ne comprennent pas ce qu’ils combattent.

 

Les chrétiens plus efficaces que le gouvernement, les blasphémateurs et les laïcistes pour contrer la propagande de l’Etat islamique

Les chrétiens savent que la bataille contre les groupes islamistes est spirituelle

 
Les chrétiens, eux, savent que la bataille est d’abord spirituelle, et qu’elle vise à combattre une idéologie. Ils regorgent d’idées peu coûteuses et dont les résultats sont nettement supérieurs. Le but est simple : porter le message chrétien au plus grand nombre de personnes possible.
 
L’Eglise n’a jamais craint de le faire en envoyant des missionnaires prêts à mourir pour leur foi dans des endroits reculés et très dangereux. Aujourd’hui des chrétiens américains, généralement protestants, se servent également des réseaux sociaux et de la technologique pour faire avancer leur cause. Et contrairement aux gouvernements, leur message a une résonance profonde au Proche-Orient comme en Afrique.
 
C’est le cas pour Isik Abla, une Turque convertie au christianisme qui anime chaque jour une émission radio téléchargeable dans tous les pays musulmans. Elle partage l’histoire douloureuse qu’elle a vécue au sein de sa famille et sa conversion au christianisme.

 

Des programmes chrétiens remettant en cause l’islam regardés des millions de fois

 
Elle ne leur demande pas de « Think Again, Turn Away » : elle leur délivre un message d’empathie, d’espérance et d’amour. Et sa page Facebook culmine à 1.654.653 abonnements.
 
C’est également ce que fait « Frère Rachid », Marocain converti au christianisme qui anime chaque semaine une émission intitulée « Questions audacieuses » sur la chaîne satellitaire Al-Hayat basée aux États-Unis. Il dialogue avec des dignitaires religieux et des chercheurs musulmans ainsi qu’avec des ex-musulmans et commente les textes fondateurs en islam relatifs à la violence contre les non-musulmans, qui portent atteinte à la dignité humaine. Grâce à cette émission, il est devenu l’animateur-phare de cette chaîne de langue arabe, regardée par plusieurs millions de musulmans dans le monde parce qu’il force les musulmans à questionner leur foi. La dernière émission a été téléchargée 10.763.988 fois.
 
Ce dialogue a ses propres limites, mais du moins prend-il acte de ce qu’en islam, le questionnement de l’autorité et la mise en cause de son enseignement sont interdits – et que ces interdits sont de plus en plus contestés par des musulmans qui aspirent à autre chose. A la vérité…

 

Contrer la propagande sur la différence entre l’islam et l’Etat islamique

 
Le combat mené par ces deux convertis ne se limite pas aux pays musulmans : ils travaillent également aux Etats-Unis. Lorsque Barack Obama avait affirmé que l’Etat islamique n’avait rien à voir avec l’islam, ils avaient répondu dans une vidéo postée sur Youtube, expliquant que cela avait tout à voir et qu’il était temps de le dire.
 
Les chrétiens ont compris, contrairement aux gouvernements, que la bataille n’était pas celle d’une terre ou d’un trésor financier, mais bien celle des âmes et des cœurs.
 
Il ne s’agit pas d’encourager l’Etat à prêcher la bonne parole, mais de comprendre que c’est le monde islamique qui est en profondément en crise, comme l’intérêt de musulmans pour ce type de message. Le message chrétien est une réponse et les prosélytes protestants l’ont bien compris.

 

Source: http://reinformation.tv/etats-unis-chretiens-gouvernement-campagne-islam-islamique-propagande/

 

Repost 0
12 février 2015 4 12 /02 /février /2015 13:58
Laurent Obertone invité sur BFM-Tv (11/02/2015)

Après avoir invité récemment le romancier Michel Houellebecq, qui décrivit une société en déclin et répéta son scepticisme à l'égard du modèle républicain pour faire face à l'islamisme, Ruth Elkrief a invité Laurent Obertone.

Laurent Obertone, journaliste et auteur de "La France Big Brother" (Éd. Ring), a répondu aux questions de Ruth Elkrief sur les idées générales évoquées dans son livre, qui mettent en doute le système médiatique français. "La France Big Brother" démonte une à une les pièces du mécanisme de la domestication quotidienne, qui constitue, selon lui, le premier pouvoir de France.

 

Le journaliste explique avoir été "victime de dizaines d'annulations". Il félicite le media BFM-Tv qui "fait son travail", mais "qui n'est pas forcément représentatif de l'ensemble de la classe médiatique".

L. Obertone dénonce une société où

 

"tout le monde se distrait, tout le monde s'amuse, tout le monde consomme, mais peu de gens voient que pèse sur eux une forme de pression permanente, une forme d'incitation à la bonne pensée. Ce conditionnement qui est bien plus subtil qu'une pression physique directe. Les gens sont terrorisés à l'idée d'être exclus de leur groupe. Donc ils ont tendance à adopter des jugements conformes. Nous sommes donc vulnérables à cette formme de conditionnement et de dressage."

Repost 0
6 février 2015 5 06 /02 /février /2015 13:24
Laurent Obertone - Bistro Libertés

Pour la sortie de son dernier ouvrage phare La France Big Brother, Laurent Obertone a choisi Bistro Libertés (l'émission-débat de TV Libertés) comme seul rendez-vous médiatique.

Extrait:

 

"Je suis certain qu'il (Big Brother) ne les a pas prévu (les attentats de Paris du 7 janvier 2015 NDLR.) Big brother est dépassé par la réalité qu'il a créée. C'est une sorte de docteur Frankenstein qui crée des choses qui le dépassent. Et il essaie de se rattraper à ces réalités pour les retourner en sa faveur. C'est exactement ce qui s'est passé. C'est-à-dire que ce qui s'est passé (les attentats de Paris NDLR.) résulte de toute son utopie, de croire que le vivre ensemble, le multiculturalisme serait formidables, dans une chaîne éternelle d'amour merveilleux. Sauf que voilà, les résultats sont là. Tous ces gens sont directement responsables de la situation, et ils parviennent tous à en profiter, grâce à la puissance de feu médiatique dont ils disposent. C'est ça que j'ai voulu dire dans ce livre.

 

[...] Big Brother a la capacité extraordinaire à retourner tous les faits à son avantage, comme je le disais sur cette affaire Charlie Hebdo, parvenir à transformer un échec absolu de toute sa politique et de toute sa pensée en une victoire en rase campagne de ses plus féroces soutiens. [...] En fin de compte, le réel n'a aucune importance pour Big Brother. C'est simplement la façon de communiquer sur le réel qui importe. Tout est dans la communication. La politique c'est uniquement cela. C'est de savoir exactement comment on va mentir aux gens."

 

http://www.tvlibertes.com/

https://www.facebook.com/tvlibertes

Repost 0
31 janvier 2015 6 31 /01 /janvier /2015 23:12

Un de nos fidèles lecteurs et commentateurs nous signale que le site "Medias-presse.info" a été hacké par l'Etat islamique. En page d'accueil de ce site s'affiche désormais une image d'un combattant de l'Etat islamique et de son drapeau, affichant "I love Isis", "Fuck france".

 

http://www.medias-presse.info/

Repost 0
29 janvier 2015 4 29 /01 /janvier /2015 20:47
Michel Houellebecq : « Est-ce que je m'imagine vivre sous l'Ancien Régime ? Oui. »

L'écrivain Michel Houellebecq était l'invité de BFM-TV mercredi 28 janvier à 19 heures. S'inquiétant des risques de « guerre civile » en France, l'auteur de « Soumission » (Éd. Flammarion) a évoqué des pistes inattendues pour sauver la France de la « soumission ». Il a tenu des propos iconoclastes pour la « république », la « laïcité ». Il a notamment répété son scepticisme à l'égard du système politique républicain pour faire face aux islamistes. Expliquant que la liberté d'expression faisait partie des « choses non-négociables » et qu'il s'agissait d'un thème (de la France) « plus ancien » que la république, il s'est imaginé pouvoir « vivre sous l'Ancien Régime », mais pas en Arabie Saoudite. (1)

« Moi, là vous me demanderiez vous êtes prêt à vous faire tuer pour la république ? Non, sûrement pas. Pour la liberté d'expression, oui, je ne dis pas non. C'est plus ancien comme thème », a expliqué l'écrivain.

 

Ruth Elkrief lui a demandé : « La république pour vous, c'est dépassé, désuet ? »

 

- « Non pas forcément, mais disons que c'est une modalité parmi d'autres. Elle (la république) a des défauts. Le plus gros défaut cela a été la conscription, je suis tout à fait contre. Cela a permis aux guerres de se dérouler sur une échelle inédite avant. (avant 1789 NDLR.)

 

[...] (Le servive militaire) je suis absolument contre. S'il y a bien une chose à laquelle je ne suis pas prêt c'est bien de donner ma vie à mon pays. Non, c'est trop. Cela dépasse ce que je suis prêt à accorder à mon pays. Non, les rois ne demandaient pas cela.

 

Ce n'est pas non plus une attaque contre la république, mais disons que le patriotisme n'a pas eu que des avantages. La guerre de 14-18 est quand même un truc inexcusable. C'est trop de morts pour rien. Trop de carnages pour rien. », a répondu Michel Houellebecq.

 

- « Dans le fond on est un peu fichus, notre modèle d'aujourd'hui ? » a demandé Ruth Elkrief.

 

- « Oui, il y a d'autres modèles. La France, par ailleurs ne se limite pas à la période de 1789 à nos jours. C'est un vieux pays. Je comprends bien la république, la laïcité, tout ça, mais ce n'est pas au bout du bout le plus important à mes yeux. Par contre, la liberté fait partie des choses non-négociables. Certaines libertés sont non-négociables. La question est de savoir dans quel pays accepte-t-on de vivre ou pas. Est-ce que je m'imagine vivre sous l'Ancien Régime ? Oui. Eventuellement, oui. Est-ce que je m'imagine vivre en Arabie Saoudite ? Non. »

 

« [...] Donc vous voyez ce n'est pas blanc noir, a ajouté Michel Houellebecq, il y a différents accomodements possibles. [...] On a le droit de mettre de l'huile sur le feu si on le veut. [...] Je pense qu'il y a une vraie nécrose des partis, un vrai problème démocratique qui est que le système n'était pas fait pour ce que l'on est en train de vivre actuellement et que là cela ne marche plus », a répondu l'écrivain.

 

Notes

 

(1) 19H Ruth Elkrief: "On ne peut pas être optimiste à l'heure actuelle", Michel Houellebecq (2/2) - 28/01 http://www.bfmtv.com/mediaplayer/video/19h-ruth-elkrief-on-ne-peut-pas-etre-optimiste-a-l-heure-actuelle-michel-houellebecq-22-2801-398553.html

Repost 0
25 janvier 2015 7 25 /01 /janvier /2015 20:36
« La vie est au-dessus des lois et la loi doit servir la vie » (Cécile Edel)

« La vie est au-dessus des lois et la loi doit servir la vie » (Cécile Edel, Président de la Marche pour la vie)

Repost 0
24 janvier 2015 6 24 /01 /janvier /2015 19:16

L'Iran, selon Tasnim agence de nouvelles, a presque entièrement éliminé Dollars US de ses réserves et ne est plus en utilisant des dollars dans le commerce extérieur.

Rien ne dure éternellement...

Comme le rapporte Bloomberg, l'Iran n'utilise plus de dollar US dans le commerce extérieur.

"Dans les échanges commerciaux avec les pays étrangers, l'Iran utilise d'autres devises dont le yuan chinois, l'euro, la livre turque, le rouble russe et le Won sud-coréen," a déclaré Gholamali Kamyab, chef adjoint de la Banque centrale d'Iran, selon l'agence de nouvelles Tasnim.

[…] La dé-dollarisation se finalise ... au moment où les États-Unis tentent de négocier des accords anti-nucléaires et des sanctions de retards ...

La domination économique de l'Amérique dans le monde est en déclin depuis 1998, bien avant la crise financière mondiale. Une grande partie de cette baisse a eu peu à voir avec les actions des États-Unis, mais plutôt avec le dénouement de la longue anomalie économique d'un siècle. La Chine a commencé à revenir à la position dans l'économie mondiale qu'elle occupait depuis des millénaires avant la révolution industrielle. Tout comme le dollar a émergé au rang mondial de monnaie de réserve quand sa puissance économique augmentait, de sorte que le tableau ci-dessous indique que la poussée croissante de dé-dollarisation dans le «reste du monde isolé» peut être un pari intelligent...

Dé-dollarisation complète: l'Iran abandonne le dollar US dans le commerce extérieur
Repost 0
24 janvier 2015 6 24 /01 /janvier /2015 19:06

laurent-deutsch

L’acteur et écrivain Lorant Deutsch, vomi par l’intelligentsia gauchiste, a tenu quelques nouveaux propos courageux reproduits par le journal Nice Matin du 22 janvier. 

« (…) on devrait réfléchir au délit de blasphème, qui a été aboli. Je me sens insulté quand on s’en prend à ma religion. Ne confondons pas laïcité et anticléricalisme farouche. Vouloir opposer croyants et « pensants » comme si les premiers étaient des abrutis, cela me peine.« 

 

Source: http://www.medias-presse.info/lorant-deutsch-on-devrait-reflechir-au-delit-de-blaspheme-qui-a-ete-aboli-je-me-sens-insulte-quand-on-sen-prend-a-ma-religion/24019

Repost 0
23 janvier 2015 5 23 /01 /janvier /2015 22:58
Repost 0
23 janvier 2015 5 23 /01 /janvier /2015 11:02
Entretien TV Libertés avec Laurent Obertone sur la France Big Brother

Auteur il y a deux ans du Best-Seller « La France Orange Mécanique », Laurent Obertone a subi un lynchage médiatique et politique, simplement pour avoir décrit - exemples et chiffres à l'appui - la réalité de la violence et de l'insécurité en France. Faisant fi de l'opprobre, il récidive en ce mois de janvier 2015 avec «la France Big Brother », véritable pamphlet contre le système actuel verrouillé par le politiquement correct.

TV Libertés a pu interviewer celui qui est désormais boycotté par TOUTE la presse et TOUS les médias traditionnels (malgré les 120 000 exemplaires vendus de son premier ouvrage) :

Repost 0
22 janvier 2015 4 22 /01 /janvier /2015 11:36

Farida Belghoul crée le Ministère de l’Instruction Publique

21/01/2015

Le Ministère de l’Instruction Publique est mort. Vive le Ministère de l’Instruction Publique !

Un ministère, au vrai sens du terme, est une charge que l’on doit remplir. C’est un service. L’Education Nationale se charge, comme son nom l’indique, d’éduquer les enfants, et c’est bien là le problème… Le Ministère de l’Instruction Publique se charge de les instruire.

Ce nouveau ministère est l’école de la FAPEC en ligne. Il s’agit d’un dispositif de télé-enseignement. Les formations retenues au cours des Assises de Lyon de juin 2014 sont donc prises en charge sur une plateforme internet. Cela résout bien des dilemmes, notamment l’annulation des salles au dernier moment…

Le Ministère de l’instruction Publique apporte aux familles ce que le Ministère de l’Education Nationale leur refuse : une transmission des connaissances de qualité.

L’échec de l’école

La FAPEC, nous l’avons dit à plusieurs reprises, se donne aussi pour mission d’aider les parents dans le domaine de l’instruction.

Les difficultés scolaires, ou l’échec, rencontrés par les enfants s’expliquent la plupart du temps par l’usage de mauvaises méthodes d’enseignement. L’Education Nationale impose délibérément la méthode globale par exemple pour apprendre à lire aux enfants.

Cette méthode globale, les pouvoirs publics ne l’assument pas : ils prétendent comme à l’accoutumée qu’il s’agit d’une vue de l’esprit et qu’elle n’existe pas davantage que la théorie du genre…Or, c’est bien cette pseudo-méthode (à l’origine conçue pour les sourds et les malentendants…) qui est mise en œuvre au CP sous différentes appellations plus farfelues les unes que les autres, « semi-globale » y compris. C’est une méthode de l’à-peu près, méthode qui pousse l’enfant à deviner et non à lire, c’est une méthode de l’échec.

L’illettrisme sévit désormais dans toutes les classes sociales, à cause de ce parti pris de l’école qui consiste à imposer aux enfants des « méthodes d’apprentissage » qui mènent tout droit à la ruine intellectuelle.

Les dégâts ne s’arrêtent pas au CP. L’enseignement de toutes les matières, à tous les niveaux jusqu’au BAC, est sinistré. C’est pourquoi le Ministère de l’Instruction Publique enseigne toutes les matières fondamentales.

La transmission des connaissances – raison pour laquelle nous scolarisons nos enfants – fait place à des programmes de plus en plus ubuesques sur lesquels nous reviendrons plus tard. Nous savons par exemple que la fameuse question du respect des « orientations sexuelles » est pour l’Etat désormais quasiment une matière à part entière qu’il faut traiter en priorité.

C’est la débâcle de l’école.

Les jeunes n’ont plus le goût d’apprendre. Les explications officielles cachent la vérité : c’est l’école actuelle qui crée le dégoût et l’échec scolaire. Les démonstrations savantes autour de la démocratisation de l’école ne sont qu’enfumages et entourloupes.

L’orthographe est sinistrée parce qu’elle n’est plus enseignée rigoureusement. Les dictées se font rares. La grammaire idem. Plus de cours d’élocution ou de rédaction. L’école instruisant de moins en moins, la lecture devient un exercice inabordable et l’étude des textes une gageure. Toutes les matières, y compris les mathématiques, en pâtissent gravement. L’enseignement des bases est sabordé.

La loi d’orientation de 1989

La loi d’orientation de 1989 de Lionel Jospin (sévissant toujours) stipule qu’un élève doit « construire lui-même ses propres savoirs »…L’enfant doit se débrouiller seul pour apprendre. Plus de maîtres donc ! Ceux-ci se limitent souvent, sous la pression des instructions officielles à accompagner les élèves dans un jeu pédagogique pervers où l’objectif est de conduire l’élève à « construire » lui-même son propre cours ! Le cours magistral(1) est combattu à mort par l’institution scolaire. Il finira même par être interdit !

La disparition des cours magistraux, d’explications rigoureuses, progressives et brillantes a tué l’autorité des maîtres qui ne portent même plus le nom honorable qui leur revient. Le maintien de la discipline en classe devient la préoccupation essentielle de l’enseignant « constructiviste » convaincu lui-même par l’erreur. Les plus censés sont paralysés par la peur et travaillent davantage dans la crainte de l’inspection que dans l’intérêt de l’élève. L’inspecteur déboulant, ils doivent prouver que leurs « progressions annuelles» sont conformes aux conceptions officielles où l’idéologie libertaire a remplacé la pédagogie traditionnelle.

Traditionnelle c’est à dire transmise de maîtres à maîtres. Traditionnelle c’est à dire expérimentée. Traditionnelle c’est à dire forte des résultats obtenus. C’est à dire efficace. Mais pour les idéologues du Ministère de l’Education Nationale, la pédagogie traditionnelle est l’ennemie ! Donc à la casse ! Ni Dieu ni maîtres… Ni orthographe ni grammaire… Ni père ni mère. Ni homme ni femme.

L’autorité des aînés décriée par l’institution scolaire elle-même est donc par voie de conséquence bafouée par les élèves en classe : le mépris des jeunes pour l’enseignant, par la même occasion, est « construit » lui aussi…

L’école n’est plus neutre – on le voit de manière criante ces derniers jours; l’école n’est plus un sanctuaire; l’école ne respecte plus la pudeur des enfants et leur désir inné d’apprendre auprès d’un maître respectable et vénéré.

Conséquence : chaque année, 250 000 jeunes sortent de l’école sans qualification c’est à dire sans savoir ni lire ni écrire correctement, ni compter.

Ceux qui poursuivent leurs études sont trompés. Tandis que le niveau baisse inexorablement, les élèves sont surnotés. Et cela ne suffit pas : on envisage même désormais de supprimer les notes ! Tous les moyens sont bons pour cacher le désastre et l’aggraver. On n’apprend plus que ce qui est utile au marché mondial et celui-ci n’a besoin que d’esclaves incultes.

Les parents ne savent rien. Comme d’habitude.

Nous combattons depuis janvier 2014 pour l’interdiction de la théorie du genre en classe. Nous avons jeté les bases d’une convergence de toutes les meilleures volontés pour protéger les enfants, au-delà de tous les clivages sociaux ou religieux. Nous avons également évoqué, à plusieurs reprises, la nécessaire restauration d’un Ministère de l’Instruction Publique mort en 1932. Le gouvernement s’y refusant, la FAPEC s’en charge.

Une plateforme accessible dès le 31 janvier 2015.

Sur la plateforme de notre Ministère, un enseignant à l’écran délivre un cours en direct dans une salle de classe virtuelle. Les élèves en ligne, après l’exposé du maître, peuvent poser des questions le moment venu, à l’oral ou par écrit.

Les documents et les consignes du professeur sont visibles sur un tableau virtuel.

La durée du cours est variable selon l’âge et la matière enseignée.

Le cours délivré en direct peut être revu en différé. En revanche, toutes les séances de travaux pratiques ouvertes aux questions se déroulent en direct.

Les cours magistraux en différé sont ainsi disponibles 24h sur 24, 7 jours sur 7.

Le 31 janvier 2015, le Ministère de l’Instruction Publique ouvre sa première formation tant attendue : connaissance de la méthode syllabique. Destinée aux parents, ou aux « professeurs des écoles », cette première session transmet aux parents cette technique inestimable pour apprendre eux-mêmes à lire et à écrire à leurs propres enfants d’une part mais aussi pour réparer à la maison les dégâts de la méthode globale.

L’engagement des parents dans l’instruction de leurs enfants est l’une des solutions les plus fiables, et les moins onéreuses. Vos enfants vous le rendront…

Ouverture immédiate des inscriptions.

Pour s’inscrire à notre première formation « Transmission de la méthode syllabique aux parents », et pour plus d’informations pratiques, écrire à contact@jre2014.fr en spécifiant dans l’objet de votre mail la mention MIP.

Cette formation des adultes à la méthode syllabique débute le 31 janvier 2015.

Nous publierons prochainement le calendrier, les sujets de nos prochaines leçons et le nom de nos précepteurs, tous maîtres chevronnés comme le Père Horovitz.

Vendredi 23 janvier 2015, Farida Belghoul qui assure elle-même les cours consacrés à la méthode syllabique présentera ce nouveau ministère à l’antenne de Meta TV.

Nous remercions l’Abbé Toulzat, directeur des éditions Clovis qui, dans le cadre de notre ministère, nous accorde le droit d’usage de leur excellentissime méthode syllabique « La Lecture Joyeuse ».

Grâce au Ministère de l’Instruction Publique, chez vous, en toute sécurité, transmettez à vos enfants les connaissances de base qui les préparent sérieusement à toutes les études. Et découvrez une nouvelle façon de vivre en famille.

Farida Belghoul

(1) Cours de grande valeur dont le contenu et la forme dépendent entièrement du maître contrairement aux « séances » actuelles où les élèves dès le plus jeune âge (sic) participent à l’élaboration des contenus…

Source: http://jre2014.fr/farida-belghoul-cree-le-ministere-de-linstruction-publique/

Repost 0
20 janvier 2015 2 20 /01 /janvier /2015 13:34
Nous sommes tous Louis XVI

Démocratie, niveau des impôts, écarts de richesses, libertés françaises, prenez tous les sujets importants, et vous verrez que 1789 marque une régression terrible pour les Français, l'état de droit et la civilisation.

Louis XVI, Roi par la grâce de Dieu, de France et de Navarre de 1774 à 1791 puis Roi constitutionnel des Français de 1791 à 1792 est guillotiné par les terroristes révolutionnaires à Paris le 21 janvier 1793. Il succède à son grand-père Louis XV en 1774. Il est le frère aîné des futurs rois Louis XVIII et Charles X.

Son règne est marqué par d'importantes avancées législatives concernant le droit des personnes qui seront reprises à leur compte par les terroristes révolutionnaires : abolition de la torture en 1781 et 1788, abolition du servage dans le domaine royal en 1779, abolition du péage corporel des juifs d'Alsace en 1784, édit de tolérance des protestants en 1787, instauration d'un impôt direct égalitaire (en remplacement de la taille inégalitaire) et d'assemblées provinciales élues destinées à contrôler cet impôt. Particulièrement, ces dernières réformes fiscales butèrent sur l'hostilité des privilégiés, celle de la noblesse de robe, celle du Parlement de Paris, celle de la Cour de Versailles et celle des francs-maçons, tous unis contre l'"absolutisme" royal... Louis XVI tenta alors de passer outre cette obstruction parlementaire acharnée en présentant la réforme devant une assemblée des notables (1787), plan qui échoua, puis devant les états généraux (1789), plan qui échoua aussi.

Les dernières années du règne de Louis XVI sont marquées par d'importantes spéculations boursières..., puis par la Révolution dite "française" qui, tout en reprenant certaines des réformes soutenues par le Roi avant 1789, transforment le rôle politique du Roi et le système de gouvernement de la France en mettant fin à la monarchie de droit divin. Dans un premier temps, Louis XVI devient un monarque constitutionnel en butte à une opposition de plus en plus hostile. Dans un second temps, il est renversé par la conspiration républicaine du 10 août 1792 (Gérard Maintenant, Les Jacobins, collection Que sais-je? PUF, Paris 1984, p. 52-58), la monarchie est abolie le 21 septembre, le génocide vendéen suivra, puis le Grand remplacement de la population au XXe siècle qui finalisera le projet républicain de régénération du "peuple".

Surnommé « Louis le Dernier » ou « Louis Capet » par les terroristes, Louis XVI est inculpé pour trahison sur l'accusation de ne pas avoir respecté son rôle constitutionnel, d'avoir manœuvré secrètement contre la Révolution et d'avoir tenté de fuir la France en juin 1791 sur la suggestion des complotistes maçonniques comme La Fayette. Jugé coupable par la Convention dite "nationale" (en réalité oligarchique), il est condamné à mort et guillotiné le 21 janvier 1793 sur la place de la Révolution à Paris.

La première logique totalitaire apparaît sous la Révolution française (Stéphane Courtois). Aucune alternative politique réelle n'est possible sans changement des institutions républicaines. La modernité est une époque moins démocratique que celle d'avant" (Francis Dupuis-Déri). Comme l'explique aussi l'historienne Marion Sigaut, à l'élection aux Etats généraux de 1789, le système était plus démocratique qu'après. Les Etats généraux représentaient l'intégralité de la population française, il y avait plus de démocratie en 1789 sous l'Ancien Régime qu'après.

 

Enfin, l'impôt. Aujourd'hui les impôts sont dix fois supérieurs à ce qu'ils étaient avant 1789.

Les-Revolutions-francaises---broche---Francois-Bluche--S.jpgLes rois de France n'ont cessé depuis la fin du XVIIe siècle de vouloir réaliser l'égalité fiscale ("capitation" 1695, "dixième" 1710, "vingtième" 1750, "Subvention territoriale" 1786). Ils furent empêchés par les parlements qui refusèrent d'enregistrer ces édits royaux. Sur ce sujet, essentiel, il faut lire "Les Révolutions françaises, Sous la Direction de Frédéric Bluche et Stéphane Rials", (Fayard, Mesnil-sur-l'Estrée 1989), chapitre "La pré-Révolution 1788-1789" rédigé par Jean-Marie Harouel.

 

Si cette réforme avait pu être réalisée, elle nous eut éviter les massacres des terroristes "révolutionnaires", un recul de la législation sociale de trois quart de siècle, l'avènement de la démocratie terroriste, de la barbarie "libérale et égalitaire", et l'esclavage moderne des trafiquants de monnaie (argent-dette).

C'est l'histoire de l'une des plus grandes injustices que la France ait connu, l'histoire d'un Roi qui ne voulait que le bonheur de son peuple.

 

A peine sacré, il abolit la torture et fait relâcher des milliers de prisonniers. Louis XVI rend visite aux pauvres, et fait rénover les hôpitaux. Soucieux de la justice et des peuples, Louis XVI vole au secours de l'Amérique pour lui donner la liberté.

 

Père de famille exemplaire, il enseigne à son fils qu'un Roi se doit de penser uniquement au bonheur de son peuple. Mais la guerre a coûté plus de deux milliards de livres, les caisses sont vides. Louis XVI convoque les Etats généraux pour réaliser l'égalité fiscale. La Bastille est prise, les quelques gardes infirmes sont massacrés, le gouverneur est décapité, premiers signes d'une tyrannie totalitaire et pour Louis XVI une destinée de saint martyr. Louis XVI ne reverra jamais plus Versailles. Il ne reverra plus jamais sa femme car il sera assassiné à l'aide d'un procès truqué. Il est mort le 21 janvier 1793. Son fils sera battu à mort au nom de la "liberté" et des droits de l'homme, sa femme Marie-Antoinette sera guillotinée.

 

Honorons sa mémoire afin que sa mort n'ait pas été inutile.

Repost 0
11 janvier 2015 7 11 /01 /janvier /2015 18:17
Je pense donc je ne suis pas Charlie

Croire est un acte qui ne peut être ni condamné ni limité, ni empêché par un autre homme. Cet acte est conforme à la raison. Or, Charlie-Hebdo milite :

 

- contre la liberté de conscience, contre la liberté religieuse (la liberté de croire sans être empêché, insulté, méprisé en permanence...)

- contre la liberté d'expression (la "liberté" conçue comme une liberté d'insulter et de mépriser les personnes, n'est pas une liberté, elle mériterait à tout enfant se comportant ainsi d'être qualifié d'enfant mal élevé et d'être corrigé, elle est une incivilité et une impolitesse; silence de "Charlie-Hebdo" sur l'interdiction des spectacles de Dieudonné; licenciement de Siné en 2008 pour dessin "antisémite")

- contre la liberté de ne pas être arbitrairement emprisonné (silence de "Charlie Hebdo" sur l'emprisonnement neuf mois de Vincent Reynouard pour opinions hérétiques sur la "Shoah"; silence de "Charlie Hebdo" sur l'emprisonnement d'un manifestant pour la défense du mariage naturel).

 

Charlie Hebdo milite donc en réalité pour Big brother où ta "liberté" se résume à te déplacer le long des quatre côtés d'un carré qui constituent ta prison. Sortir de ce carré qualifié de "liberté" te vaudra la prison et une mort sociale.

 

Tu votes, tu t'amuses, tu consommes, tu t'indignes, tu manifestes, parce que tu es conditionné, domestiqué, manipulé... Tu vis dans ce que l'on appelle une "démocratie".

 

Les insultes et les provocations permanentes de Charlie-Hebdo sont dirigées contre la liberté religieuse, c'est-à-dire contre la raison. C'est pourquoi elles sont immorales, non conformes aux droits humains et doivent être condamnées.

 

Je pense donc je ne suis pas Charlie.

Repost 0
8 janvier 2015 4 08 /01 /janvier /2015 11:05

Remarquable article de Gabrielle Cluzel :

 

Non, je ne suis pas Charlie !

 

Non, je ne suis pas Charlie !

 

« Non, je ne suis pas Charlie. » Et je ne crois pas qu’il faille se sentir obligé de répéter cette phrase toute faite comme une incantation pour avoir le droit d’exprimer sa compassion, de plaindre les victimes et les familles, de dire son inquiétude.

Je ne suis pas Charlie parce que ce serait faire injure aux policiers qui sont morts, eux aussi. Ou alors, il faudrait dire également « je suis flic ».

Je ne suis pas Charlie, parce que j’en ai toujours détesté le contenu, et que je n’envisage pas de le prendre aujourd’hui à mon compte. Pour être solidaire de leur calvaire, pour être indignée par ces sordides exécutions, la France entière n’est pas forcée de s’identifier à Charlie Hebdo.

Je ne suis pas Charlie parce que ce n’est pas insulter la mémoire des morts de dire que la ligne du journal relève plus souvent de l’insulte que de l’humour… et que j’aime bien rire mais pas conspuer, choquer, ni humilier. J’entends sur toutes les radios qu’il faudrait absolument republier un peu partout les caricatures de Mahomet pour montrer que l’on ne courbe pas l’échine. Je crains que ce soit l’exemple type d’une fausse bonne idée. Ne pas baisser la tête est une chose ; agiter le chiffon rouge jusqu’à indigner les plus modérés, les blesser dans ce qu’ils ont de plus cher, jusqu’à peut-être les convaincre que les plus radicaux ont finalement quelque raison de s’exciter, en est une autre.

Paradoxe suprême : les mêmes clament à qui veut l’entendre qu’il ne faut pas stigmatiser les musulmans, qu’il faut même leur tendre la main. Tendre la main de cette façon-là revient à embrasser son prochain en lui disant « Nique ta mère ». Discuter pied à pied de l’islam, montrer les contradictions, souligner les exactions, forcer l’autre à user de sa raison, bref, convertir. Mais pas cracher à la figure.

Je ne suis pas Charlie parce que ce psittacisme facile m’indispose. Il ne suffira pas d’être Charlie, de décréter un deuil national, de mettre les drapeaux en berne pour tout résoudre, si l’on refuse de regarder la réalité en face, de soulever le couvercle d’une marmite dont on redoute les remugles. Cette fois, plus de déséquilibré, de loup solitaire, de paumé, ni de bronzé-fait-le-djihad qui aurait crié « Allahu akbar » pour se donner du courage. Il suffit de regarder la vidéo, le sang-froid, la façon de progresser des tueurs… Ces hommes-là savent faire la guerre. Mais peut-être qu’autour de Noël, si on avait évité précisément de minimiser, de psychiatriser, d’isoler, de démontrer par A + B que rien de tout cela ne relevait du terrorisme pour, au contraire, voir la petite lumière rouge, le signal d’alerte, et commencer à ratisser méthodiquement, les choses auraient pu être différentes. Non pas « Je suis Charlie », mais « Où est Charlie ? », le djihadiste planqué dans l’anonymat de sa cité, de sa banlieue, de sa cave.

Je ne suis pas Charlie. Mais je le serais, « j’aurais la rage ». La rage de penser qu’avec un gouvernement moins inapte, schizophrène et dans le déni, tout cela aurait, peut-être, pu être évité.

Gabrielle Cluzel

 

Source: http://www.bvoltaire.fr/gabriellecluzel/non-je-ne-suis-pas-charlie,150293

 

 

Repost 0
30 novembre 2014 7 30 /11 /novembre /2014 09:58

Intéressante proposition d'Elie Hatem sur Medias-Presse-Info : plutôt qu'abroger la loi Taubira, pourquoi ne pas remonter à l'origine du mal, et abroger simplement la loi de 1792 sur le mariage civil ?

 

 

 

Extrait :

 

"(Au XVIIIe siècle) La franc-maçonnerie a exercé dans un premier temps une pression sur le roi Louis XVI, avec l'édit de 1787 qui avait constitué le prélude à la loi de 1792, une loi maçonnique laïcisatrice instaurant le divorce et rendant le mariage civil obligatoire. Cette loi [...] a été adoptée (le 20 septembre 1792, un jour avant l'abolition de la royauté et la proclamation de la Ière république, le 21 septembre 1792. Ndlr....) en vue de déchristianiser la France et de l'arracher à ses racines. Un mouvement de laïcisation brutal s'est déclenché jusqu'au Concordat en 1801. 

 

En 1884, le divorce a été rétabli par la loi Naquet, sous la IIIe république.

 

Un peu plus tard, en 1905, les efforts maçonniques de laïcisation, sous l'impulsion notamment de Ferdinand Buisson qui était proche de Jules Ferry, ont été couronnés par la fameuse loi de séparation de l'Eglise et de l'Etat. Une loi qui a hélas sonné le glas à notre identité chrétienne catholique.

 

Il faut souligner que la loi de 1792 a imposé un diktat jacobin qui est celui du mariage civil. Et c'est l'article 433-21 du code pénal qui punit tout ministre du culte à six mois d'emprisonnement et 7300 euros s'il consentait à célébrer un mariage préalable au mariage civil qui est célébré par un ministre du culte de la république.

 

Et ces lois républicaines vont beaucoup plus loin puisqu'elles facilitent la désunion et la destruction donc de la famille.

 

En 2005, puis en 2007, les gouvernements de droite ont réformé la procédure de divorce en l'allégeant. (Loi du divorce pour tous!) Parallèlement, les gouvernements de gauche encouragent le mariage pour tous en adoptant le PACS en 1992, ensuite la loi Taubira.

 

La remise en cause de ces lois n'est pas alimentée par une homophobie mais par une anthropophilie et par une aspiration à la liberté du pays réel.

 

[...] Il convient de s'émanciper du diktat jacobin et d'aborger la source même du mal qui est la loi de 1792 qui a imposé le mariage civil par devant un officier de la république en faisant de la laïcité et de la république un culte.

 

Donc le débat va au-delà de l'abrogation (de la loi Taubira). Et il convient, au nom même de la liberté, de laisser les individus libres de s'unir dans leur église selon leurs rites respectifs, ou bien devant un notaire, et régler librement leur état civil.

 

Autrement dit, il convient de libérer l'état civil des personnes de ce diktat républicain civil qui est sous l'autorité de l'Etat, sous l'autorité de la république.

 

Cette abrogation est tout à fait possible. Elle ne peut pas faire l'objet de critiques d'anticonstitutionnalité par le Conseil constitutionnel ou par d'autres instances européennes auxquelles hélas notre pays est soumis.

 

Note de Christ-Roi. La proposition d'Elie Hatem a le mérite de montrer la contradiction entre les buts affichés par la république depuis 1792 et la réalité.

 

La république a soit-disant décrété la "liberté de conscience" en 1789 (comme si la liberté de culte pour les Juifs ou les Protestants n'existaient pas auparavant...). C'est loin d'être le cas depuis cette loi de 1792 qui impose aux consciences le mariage civil avant le mariage religieux... Il s'agit donc en effet d'un diktat qui touche à la liberté de conscience.

 

. La destruction méticuleuse et déterminée de la famille par la république depuis le XIXe siècle

. Le complot républicain de 1792 et le génocide vendéen

Repost 0
8 novembre 2014 6 08 /11 /novembre /2014 09:27

« Judith Butler, Docteur Honoris Causa de l’Université de Fribourg ?
A Fribourg, les 14-15 Novembre prochains se déroulera la célébration des 125 ans de l’Université suisse, dont la Faculté de Théologie est l’une des plus réputée du monde. Pour l’occasion,
Judith Butler, égérie de la “théorie du gender”, a été invitée par la Faculté des Lettres de la même Université pour recevoir un Doctorat Honoris Causa.
Il est étonnant de voir, à travers cet événement, une opposition si proclamée contre l’attachement au Catholicisme professé publiquement par l’Université. Cette dernière se nomme d'ailleurs “l’Université des Catholiques Suisses”.
De plus, son Grand Chancelier est traditionnellement le Maître de l’Ordre des Dominicains, actuellement le Père Bruno Cadoré, et le Recteur actuel de l’université est aussi un Dominicain, le Père Guido Vergauwen. De même, les évêques suisses patronnent l’Université.
Le silence voire le mépris des problèmes engendrés par la “théorie du gender” se lie également à une forme d’omerta (voulue?) sur la remise du Doctorat à Judith Butler. Peu d’informations circulent sur le net. Seules quelques affiches sont placardées dans l’université.
En plus, les autorités ecclésiastiques semblent, de manière délibérée, se désintéresser de ce grave événement. L'évêque titulaire n’est apparemment au courant de l’affaire que depuis peu. Cependant, le fait que la cathédrale soit utilisée pour la Messe Universitaire du 15 Novembre semble ne pas le déranger. La venue du Maître de l’Ordre ne fera ensuite qu’accentuer l’aura de la remise solennelle des Diplômes à l’université, en présence de toutes les autorités civiles, universitaires et ecclésiales.
Est-ce une reconnaissance explicite de la “théorie du gender” par les Dominicains ?
S. Jean Paul II était venu à Fribourg en 1984. Aujourd’hui, c'est Judith Butler qui vient. Quel contraste !
Aussi, pour ne pas laisser passer un aussi grave événement, il est important de communiquer notre indignation aux autorités compétentes. Notamment
- au
Père Cadoré op, le Maître de l'Ordre Dominicain ;
- au Recteur de l’Université, le
Père Vergauwen op ;
- au
Père Poffet, op, Prieur de S. Hyacinthe de Fribourg ;
- au
Père De la Soujeole, op, Prieur de l’Albertinum de Fribourg ;
- à l’Evêque,
Mgr Morerod ;
- au Curé de la Cathédrale, l’
Abbé Frochaud ;
- au Nonce Apostolique, Mgr
Diego Causero : mailto:nuntius@nunziatura.ch.
Mais aussi à des autorités civiles, notamment à
M. Jean-Pierre Siggen, Conseiller de l’Etat de Fribourg, qui sera présent lors de la cérémonie du 15 Novembre.
Pour ceux qui seraient disponibles, une
conférence “ouverte au public” de Judith Butler aura lieu le 14 Novembre au soir, entre 18h00 et 20h00 (cliquer ici). N’hésitons-pas à venir pour poser les vraies questions volontairement ignorées par le Politburo du “Moralement correct”. »

 

Source: PRO LITURGIA, ACTUALITE Samedi 8/11/2014 http://www.proliturgia.org/

 

Rappelons entre autres que la théorie du genre est une théorie fascisante organisée au plan mondial et qui vise à rien de plus qu'abolir la raison. Cf. Conférence du docteur Yann Carrière.

 

. Points de vue du docteur Yann Carrière sur la "théorie du genre", une "théorie fascisante"

. Théorie du genre à l'école : Le père Daniel Ange répond à Mgr Pontier

. Entretien avec Marion Sigaut sur le rapport Kinsey et la théorie du genre

. La science ridiculise encore la théorie du genre

. Benoît XVI : la théorie du genre risque de conduire le genre humain à l'autodestruction

. Bruce/Brenda/David Reimer : Tragique destin du premier cobaye de la théorie du genre

. Le documentaire qui a détruit la théorie du genre en Norvège

Repost 0
4 novembre 2014 2 04 /11 /novembre /2014 12:10

Ca change de nos pitres en France... :

 

 

Zakharchenko-jure-sur-la-Bible-en-prenant-ses-fonctions-a-.jpg
Zakharchenko jure sur la Bible en prenant ses fonctions à la tête de la République de Donetsk (4 novembre 2014)

Rusvesna

04 novembre 2014 - 13:58

 

Alexander Zakharchenko a pris officiellement ses fonctions à la tête de la République populaire de Donetsk.

 

Zakharchenko a prêté serment sur la Bible: «Je promets solennellement de servir honnêtement les intérêts du peuple de la République populaire de Donetsk, et de remplir consciencieusement leurs devoirs", a promis le chef de la république.

 

... Quatre cosaque en costumes traditionnels tenaient le drapeau de la république de Donetsk dans la salle du Théâtre dramatique avant la cérémonie d'inauguration.

 

Source: http://rusvesna.su/news/1415098700

 

. Des élections aux parlements de Donetsk et Lugansk qui n'intéressent pas les Occidentaux : un bel exemple de démocratie à géométrie variable

Repost 0
21 octobre 2014 2 21 /10 /octobre /2014 20:32

 

Le Libre Journal des enjeux actuels dirigé par Arnaud Guyot-Jeannin mardi 21 octobre 2014 a porté sur le thème : « Comment défendre la famille traditionnelle après la Manif pour Tous ? ». Etaient Invités Farida Belghoul (Porte-parole des Journées de Retrait à l’Ecole (JRE), Présidente de La Fédération de Parents Engagés et Courageux (FAPEC), Frédéric Pichon (Président du Cercle des Avocats Libres), Christian Brosio (Rédacteur en chef adjoint des pages « Histoire » à Valeurs actuelles).

 

Dans cette émission, Farida Belghoul a déclaré (noté à l'audition de l'émission) : 

 

Farida belghoul sur radio courtoisie aujourd'hui à 18h

"La manif pour certains et la manif pour rien et pour personne: qu'avons-nous obtenu grâce à la Manif pour tous ?" a demandé Farida Belghoul.

 

Nous sommes en train d'assister passivement à la mise à mort de nos enfants et à la mise à mort de la civilisation humaine. J'appelle à une convergence de toutes les forces vives, au-delà de tous les clivages. Votre religion, votre milieu, votre race ne vous épargnera pas. La Manif pour tous n'a pas fait ce travail de fédération des forces vives. ... Nous devons nous battre et nous battre ne peut pas être une ballade à Paris, à Bordeaux ou ailleurs." 

 

[...] Il n'y aura aucun parti, aucune institution qui pourra mieux que les parents défendre les enfants. Donc la FAPEC doit rester autonome parce que c'est le critère essentiel. Il faut la convergence de tous pour défendre la loi naturelle, et en particulier la convergence des chrétiens et des musulmans, et de tous les autres, les agnostiques, les athées.

 

Ce n'est pas un combat de bisounours. Nous avons en face des gens qui sont décidés à nous massacrer définitivement.

 

Nous sommes dans un complot qui est mondial. Nous ne pouvons donc mener ce combat, enfermés dans les seules frontières de l'exagone. Nous devons donc impérativement fédérer les élites qui sont capables de faire le travail de fédération radical contre un fléau qui est radical.

 

J'aimerais que ce soit par l'international que la France chrétienne se restaure. Précisément parce que en tant que musulmane je préfère être dans la France chrétienne que dans la république laïque et maçonnique qui n'est pas inclusive mais excluante.

 

Lorsqu'on regarde la contre-civilisation laïciste et laïcarde,  ils ont fait couler le sang et les larmes des chrétiens et des musulmans dans les colonies. Nous devons donc trouver des critères qui nous permettent de sauver la loi naturelle comme une loi de bon sens. On ne peut pas aller vers la confusion qui est le transgenre.

 

S'agissant de l'affaire de la pseudo démission de la Fapec annoncée par le site Egalité & réconciliation d'Alain Soral, Farida Belghoul a expliqué :

 

"La Fapec est un mouvement convoité. Je me suis trouvée confrontée à des attaques d'Egalité & Réconciliation relayant un communiqué d'une démission. Il s'agit d'un putsch anonyme organisé par des rangs extérieurs à la Fapec."


Outre le combat contre la contre-"civilisation" du genre, Frédéric Pichon a évoqué "un combat essentiel global contre une oligarchie financière mondialisée et la négociation en cours du traité transatlantique qui permettra aux entreprises d'attaquer les états."

 

En Russie, Farida Belghoul explique qu'elle est soutenue par 70 associations. L'"International Parental Alliance" (IPA) qui réunie l'Allemagne, la Russie, la France est "une façon de réactiver l'axe Paris-Berlin-Moscou."


Site de Farida Belghoul : http://jre2014.fr/

 

Add. 25/10/2014. Video de l'émission :

 

Repost 0
18 octobre 2014 6 18 /10 /octobre /2014 20:07

Bravo à Farida Belghoul pour tout ce qu'elle a fait jusqu'à présent pour la défense des enfants, pour la défense de la loi naturelle contre la théorie du genre à l'école et contre les attaques des idéologues de l'Education nationale qui a lancé des procédures disciplinaires à son encontre.

 

Soutien total face aux calomnies grotesques et indignes lancées dans un article mensonger publié sur le site d'Alain Soral le 13 octobre usurpant le logo de la FAPEC et apparemment supprimé ce soir à 21h qui annonçait la "démission collective de la JRE et de la FAPEC".


  •  
Extrait :

(à partir de la 28ème minute) « J'ai été dégagée en 1984 lorsque sur la place de la République devant 80.000 personnes j'ai remis en cause et condamné l''antiracisme' et donc le Parti socialiste et les gauchistes. En 2008, on m'a encore dégagée parce que j'ai voulu dénoncé le fait que l'école était devenue autre chose qu'une école, qu'on y apprenait plus à lire, à écrire et à compter convenablement.

Et aujourd'hui, on veut encore me dégager en 2014 parce que je suis en train de vouloir qu'une convergence de toutes les forces vives effectivement se réalisent et s'imposent dans ce pays pour défendre la loi naturelle, pour revenir aux racines de la France chrétienne qui nous garantiront le salut effectivement de cette loi naturelle et pour que les enfants et la civilisation soient sauvés par là-même.

Que je gagne ou que je ne gagne pas, peu importe. La question qui se pose aujourd'hui c'est mon salut, le salut de ceux que je touche, le salut des enfants dont les parents sont mobilisés grâce à mon action et qui pourront effectivement être ceux qui pourront monter sur l'Arche de Noé. »

 
Parler de la loi naturelle c'est être condamné par la franc-maçonnerie et avoir sur le dos tout le réseau maçonnique, y compris "dissident"...
Dieu bénisse Farida Belghoul et son action.
 

Site de Farida Belghoul : http://jre2014.fr/


Repost 0
13 octobre 2014 1 13 /10 /octobre /2014 20:30

Des mots très forts du père Daniel Ange qui, dans un court entretien à Famille Chrétienne, répond à Mgr Pontier, président de la Conférence des évêques de France, qui "a appelé à privilégier la réflexion au combat".

 

 

Lorsqu’on est en face de gens qui sont sourds et qui imposent leur idéologie « manu militari » – le père emploie même le terme de « totalitarisme » – on ne discute plus, on se bat !

 

« Dans un grand nombre d'écoles on est en train de bousiller nos enfants. Et donc en temps de guerre, en temps de combat, on ne va pas se contenter de réfléchir ! On monte au créneau, ne serait-ce que pour sauver les blessés et les amener à l'hôpital. »

 

Le père Daniel Ange, fondateur de Jeunesse-Lumière (école catholique internationale de prière et d'évangélisation) donne en exemple les autres conférences épiscopales entières qui ont déjà réagi pour condamner le genre (Slovénie, Slovaquie Tchéquie, Suisse, Autriche, Portugal, Italie, Pologne, etc.) et se lamente que la CEF soit à la traîne.

 

« Que l’Eglise n’ait pas peur de crier la vérité même si c’est au prix de la prison. Personne ne peut rester indifférent sans avoir du sang sur les mains au dernier Jugement. Il n’est pas possible de ne pas réagir sans avoir de sang sur les mains ! Lorsqu'il s'agit de sauver un seul enfant, cela vaut la peine d'être marginalisé, emprisonné, et peut-être torturé. C'est une gloire. »


A écouter, réécouter et diffuser !

 

Source video : http://gloria.tv/media/wP7MhrzsoEB

 

 

. Points de vue du docteur Yann Carrière sur la "théorie du genre", une "théorie fascisante"

. Farida Belghoul explique d'où vient la théorie du genre qui "n'existe pas"

Repost 0
21 septembre 2014 7 21 /09 /septembre /2014 14:47

 

Regime-des-partis.jpg 

 

Le triomphe du régime des partis

 

Publié dans Editoriaux, le dimanche 21 septembre 2014 par Charles de Bourbon-Parme

 

Les commentaires sur le vote de confiance reçu de l'Assemblée par le nouveau gouvernement ne sont plus à faire. Jusque sur ce site, plus d'un chroniqueur y est allé de son avis, souvent fort intéressant.

C'est pourquoi j'aimerais déplacer notre débat sur la question du régime qui est, en vérité, contenue derrière cette pantalonnade. Pantalonnade ? En effet ! Pour la deuxième fois en quelques mois le Premier ministre a dû recevoir la confiance de la nation. De la nation ? C'est une fiction. La nation, dans son immense majorité, désapprouve la politique du gouvernement, désapprouve ses membres et le Président de la République qui gouverne à nos destinées (83 % de Français ne font plus confiance à François Hollande d'après Ipsos, et 63 % ne font plus confiance à Manuel Valls). Ainsi, les députés ont voté une confiance qui n'engage qu'eux, mais certainement pas la nation qu'ils représentent. C'est bien là un autre problème. Ils ne représentent plus rien. Si d'aventure ils n'avaient pas voulu voter la confiance, le Président Hollande aurait dû dissoudre l'Assemblée, et confrontés aux électeurs, bon nombre de nos députés seraient devenus des dépités... Quand on sait que bon nombre d'entre eux emploient leurs épouses ou leurs filles comme assistantes parlementaires, le siège du Palais-Bourbon est une affaire délicate qu'il convient avant tout de conserver. C'est par l'union partisane entre le gouvernement et la majorité des députés que le Président et son Premier ministre tenaient les votants. Parce que l'impopularité de ces deux loustics rejaillit sur les bancs du Parlement.

Nous voici en fait au cœur d'un problème de régime, celui du régime des partis, qui est triomphant contre la volonté nationale, grâce à ses combinaziones. Que Manuel Valls décide de recevoir la confiance d'un vote conjoint de l'Assemblée et du Sénat, déjà le régime des partis s'effritait, en incorporant une plus grande pluralité de groupes politiques. Mais le groupe au pouvoir préfère assurer sa sécurité que se confronter au réel.

Ce régime des partis consiste à l'accaparement du pouvoir de l'Etat par un groupe partisan majoritaire, au détriment des autres groupes partisans et surtout de tous les corps constitués de la nation. Face au peuple, le parti élu par lui se croît tout permis. C'est le cas du parti socialiste qui, en 2012, disposait de la présidence de la République, de la majorité à l'Assemblée nationale et au Sénat, de la majorité des conseils régionaux et généraux, de la majorité des municipalités et des communautés de communes. Ainsi, le pouvoir du parti socialiste était-il sans limites. A quoi cela a-t-il servi pour la France ? Cette incroyable puissance fut-elle utilisée pour nous servir ? Elle fut utilisée pour asseoir un peu plus la puissance de ce parti et de ses membres dirigeants.

Mais cette situation n'est pas nouvelle. Elle fut la même en 1995 lors de l'élection de Jacques Chirac à la présidence de la République.

Le régime des partis utilise l'appareil public à ses propres fins. Ainsi, en 2003, après des semaines de grèves et de négociations difficiles, le gouvernement Raffarin obtenait à l'arrachée une réforme des retraites bâtardes. Quelques temps plus tard, au cœur de l'été, le gouvernement faisait voter l'augmentation des salaires des ministres par l'utilisation du vote bloqué selon l'article 49-3 de la Constitution. Ainsi, pour le bien du peuple français, il fallait négocier, reculer pour moins bien sauter, mais pour le portefeuille du gouvernement, il fallait faire preuve d'autorité... Déjà, en 1981, François Mitterrand avait donné l'exemple de l'opportunisme. Le parti socialiste de l'époque n'avait eu de cesse de vilipender la Ve République et sa soi-disant nature dictatoriale. Mais parvenu au pouvoir, il s'en contenta bien. Plus récemment, on a vu François Hollande promettre de mettre fin à ce qu'il appelait l'Etat UMP, à savoir le trust des fonctions administratives supérieures et des grands groupes industriels publics par des proches du Président Sarkozy. Cette promesse a été tenue. Nous disposons désormais d'un formidable Etat PS...

Ce régime des partis est notre vraie plaie. C'est la véritable chaîne qui empêche notre pays de se réformer et dont nous avons eu un exemple éclatant ces derniers jours. Tant que des groupes partisans se partageront l'Etat comme un fromage et seront prêts à toutes les compromissions pour conserver ce qui est devenu leur gagne pain, notre nation sera perdante.

Ainsi, l'urgence semble être une réforme des structures de l'Etat pour mieux réformer la France ensuite.

 

 

 

Source : http://www.vexilla-galliae.fr/points-de-vue/editoriaux/981-le-triomphe-du-regime-des-partis

Repost 0
15 septembre 2014 1 15 /09 /septembre /2014 15:01

 

 

 

Les islamistes sont-ils les responsables du changement de population ? Telle est la seule et unique question que nous posons à Chauprade.

 

Lors de l’université d’été du Front National de la jeunesse, le franc-maçon modéré Aymeric Chauprade a présenté son "chemin stratégique réaliste", "pour prendre le pouvoir pour arrêter le changement de population" et "la perte d'identité de la France". Si on synthétisie sa pensée, sa doctrine revient à dire que lutter contre l'islamisation et les islamistes en France c'est lutter contre le changement de population qu'il condamne et pour lequel la lutte contre les islamistes est une priorité.

 

Cette pensée réductrice reçoit un certain nombre d'appuis. Du fait même de son simplisme elle a une capacité à attirer au front national le vote d'un grand nombre de citoyens mécontents de l'immigration, et de créer une majorité sur la base d'une assertion erronée.

 

Si nous reprenons l'article d'Aymeric Chauprade du 11 août définissant sa ligne anti-islamiste intitulé « La France face à la question islamique : les choix crédibles pour un avenir français », sa stratégie pour arriver au pouvoir ("il faut déjà arriver au pouvoir... pour limiter les effets nocifs des politiques américaines", déclare-t-il ici dans cette video) consiste à focaliser sur les islamistes devenus l'incarnation du mal et la source de tous nos maux.

 

Chauprade parle d'une "obsession antisioniste" chez ses adversaires, qui serait "le moteur de toutes leurs luttes qui n'a rien à voir avec le patriotisme français". Mais il reproduit lui-même la même obsession en la tournant contre les islamistes. Chez lui, l'antisionisme est devenu anti-islamisme. L'anti-islamisme devient l'alpha et l'omega du nouveau "patriotisme".

 

Argent-dette-In-Debt-we-trust.jpgSi Chauprade déclare n'avoir aucun problème à parler du groupe Bilderberg et des "logiques d'influence transnationales", il n'évoque jamais la loi Rothschild, dite "loi sur la Banque De France"..., le rôle de la FED et des banques centrales dans notre asservissement par la dette (rappelons ici le mot de Mayer Amshel Rothschild "Donnez moi le contrôle sur la monnaie d'une nation,et je me moque de qui fait les lois".)

 

Chauprade ne parle jamais non plus (ou quasiment jamais) des réseaux maçonniques, et s'il en parle, il n'ira pas au fond des choses mais se contentera de brasser du vent en surface afin de dire "vous voyez, j'en parle".

 

Selon Chauprade, lutter contre "la perte d'identité de la France" et "l'islamisation progressive de la société française", le "changement de population", c'est éliminer les djihadistes.

 

Il faut ""éliminer les djihadistes citoyens français", "écraser sous un déluge de feu ces fous", "butter les terroristes jusque dans les chiottes", considérer comme des "ennemis" les "1000 djihadistes disposant de la nationalité française", les "éliminer in situ ... rôle de nos services spéciaux de s’en occuper dès maintenant", "éliminer ses ressortissants djihadistes", écrit-il dans son article du 11 août.

 

Outre que ce raisonnement caricatural s'attache à éliminer les conséquences d'une politique en aval, sans s'attaquer aux causes en amont, la "stratégie" (sic) de Chauprade coince le nationalisme du début du XXIe siècle dans le piège d'une réédition du nazisme d'Hitler contre les Juifs dans les années 1930 et 1940, mais cette fois-ci tourné contre les musulmans.

 

Une telle "stratégie" est dangereuse pour la paix, dangereuse pour la France et le monde. Elle reproduit le vocabulaire totalitaire de l'élimination physique de l'opposant politique comme seule source de régénération de la société. Tout catholique doit évidemment dénoncer cette "stratégie" comme criminelle, honteuse et dangereuse.

 

Sur Christ-Roi, nous préférons analyser les causes de l'immigration en amont plutôt que de traiter des conséquences en aval. Ajouter du chaos au chaos ne sert à rien si ce n'est à servir la soupe aux maitres du monde.

 

En réalité, depuis les années 1940, le Grand remplacement a été conceptualisé dans les loges maçonniques ici en France, sans que les islamistes n'y aient pris part. Ces loges maçonniques, assurées du succès du fait du secret qui entourent leurs délibérations et leurs appartenances en dépit de toute transparence démocratique, sont toujours à la manoeuvre dans l'ombre aujourd'hui sans que Chauprade ne dise rien là-dessus.

 

Discuté et préparé minutieusement de longue date, le plan de "changement de population" n'a pas été conceptualisé par des islamistes, il l'a été par des politiciens "français" qui ont organisé le génocide des Français par substitution, en étant très souvent en liens avec des groupes ou intérêts étrangers qui étaient aussi ceux d'Israël.

 

Nous partageons donc en grande partie l'avis d'Elias Moutran (avocat libanais et militant pan-arabe, membre du comité exécutif du Congrès National Arabe et du Centre d'Etude pour l'Unité Arabe), lorsqu'il dit, dans un entretien au site Les non-alignés, avec bien plus de persuasion que Chauprade, que "lutter contre les ingérences sionistes dans l'Etat français c'est lutter contre le grand remplacement" (video ci-dessous).

 

 

 

 

Tant que l'ensemble des dirigeants sionistes au gouvernement, c'est-à-dire 100% des membres des gouvernements depuis 40 ans n'auront pas établi clairement une nouvelle doctrine visant à changer la ligne immigrationniste et à arrêter l'immigration de remplacement, nous ne voyons pas pour quelles raisons nous devrions changer d'avis ?

 

Toutefois, sans faire de l'antisionisme l'alpha et l'omega de cette analyse (à côté des sionistes il y a aussi les "libéraux"..., la 5ème colonne, des intérêts économiques et financiers qui ne sont pas les nôtres), il s'agissait de rééquilibrer le débat en contre-balançant l'assertion et la stratégie criminelle de Chauprade.

 

Nous aurions tout aussi bien pu demander si les islamistes étaient les responsables de la loi génocidaire d'avortement, dite loi Veil de 1975, qui à ce jour - à raison de plus de 200.000 avortements par an -, a entraîné la mort de 8 millions de Français non nés du fait de cette loi ?


. Génocide par substitution: programmé par le Grand Orient de France, discuté dans les "clubs de réflexion" et loges maçonniques, appliqué par le gouvernement de la "république française"

Repost 0
13 septembre 2014 6 13 /09 /septembre /2014 10:18

"Le vote est ce qui consacre cette élite de gouvernants. Sans le vote ils ne sont rien."

(Loïc Blondiaux, professeur se sciences politiques)

 

Faire sécession. Petit à petit notre idée de quitter complètement toutes les institutions de la dite "république" (res publica, chose de tous qui n'est que la chose de quelques-uns depuis 1789) fait son chemin.

 

Dans la video ci-dessous intitulée "J'ai pas voté", réalisée par Moise COURILLEAU et Morgan ZAHND, un bilan de la crise politique est dressé, des thèmes et des solutions déjà évoquées sur Christ-Roi sont abordées.

 

Loïc Blondiaux, professeur de sciences politiques explique que "si par hasard, comme dans le roman du romancier portugais José Saramago, les citoyens décidaient de ne plus aller voter, ou de tous aller voter blanc, le système s'effondrerait d'un seul coup..."

 

C'est notre proposition de ne plus laisser sur place qu'une coquille vide qui s'effondrera toute seule en son temps du seul fait du poids de sa propre inertie.


 

Rendez vous sur FACEBOOK (https://www.facebook.com/jaipasvote) et TWITTER (https://twitter.com/jaipasvote) pour plus de doccumentations et suivre les prochains film

 

Après avoir fait le constat suivant : "plus de neuf millions de français n'ont pas voté aux dernières élections présidentielles, un français sur cinq. La défiance envers les hommes politiques ne cesse de grandir. Face à cette crise démocratique aucun changement n'est envisagé. L'isoloir, le bulletin de vote semble le seul moyen de changer de politique", le reportage demande : "l'élection est-elle réellement le fondement de notre démocratie ?"

 

Loïc Blondiaux explique que "pour une petite fraction de la population, tout se passe bien dans le meilleur des mondes aujourd'hui puisque eux tirent profit de la démocratie. Donc pour eux, la démocratie va bien. Mais pour l'immense majorité, les 99% dont parlait le mouvement Occupy (Wall Street, Ndlr.) la démocratie objectivement va mal.

 

Pour le journaliste Hervé Kempf, "il y a au sommet des sociétés dans les sociétés occidentales actuelles, un petit nombre de gens, quelques pourcents à peine qui cumulent les pouvoirs économiques parce qu'ils sont extrêmement riches, mais aussi politiques et médiatiques extrêmement importants."

 

 

Un coup à gauche, un coup à droite... "Mais les thèmes de campagne restent immuables. ... Quelque soit le pouvoir en place, le programme économique, lui, reste inchangé."

 

58.JPG

 

Loïc Blondiaux demande : "Comment nous étonner aujourd'hui de l'abstention croissante de la population face à cette situation de rapprochement et d'indifférenciation de l'offre politique et à la déception qu'elle produit ?"

 

Un divorce qui ne date pas d'aujourd'hui mais que les gouvernements successifs préfèrent nier. Les résultats des élections sont toujours données en pourcentage de votants en prenant bien soin d'en exclure l'abstention de manière à ne PAS REVELER L'AMPLEUR DE LA CONTESTATION ou du désintérêt des Français.

 

Le reportage établit que si les chiffres de l'abstention avait été retenus dans le résultats des élections législatives de 2012, seulement 17% des actuels députés auraient été élus sur les 577 sièges de l'Assemblée dite "nationale". Par exemples, Jérôme Cahuzac (37%) n'aurait pas obtenu la majorité dans le Lot et Garonne où l'abstention obtient 39,7%, Luc Chatel, ancien ministre de l'éducation est lui aussi battu en Haute-Marne (32,6%) contre 40,6% pour l'abstention. Dans les Vosges, l'abstention arrive également en tête avec 41,1% : Gérard Cherpion (30%) et Jack Lang (29%) sont donc battus.

  

Le reportage résume parfaitement la situation depuis 1789 : "Ce qui semblait être une révolution n'est que l'accession au pouvoir de la bourgeoisie. Le peuple est écarté de toute activité politique." Donc, explique Loïc Blondiaux, "il y a eu une sorte de substitution, une sorte de tour de passe-passe, dans lequel finalement, cette assemblée de réprésentants, en est venue à se penser comme le peuple lui-même. Il y a eu un processus d'identification entre la représentation et la souveraineté populaire. Mais il y a un élément aristocratique évident qui est que seul une petiten gouverne au nom de tous les autres et tous les autres sont clairement exclus du jeu politique (nous dirions exclus du processus de la fabrication de la loi, Ndlr.) Et cela, c'est une volonté qu'ont eu les révolutionnaires anglais, américains et Français à la fin du XVIIIe siècle."

 

"L'élection est-elle réellement le fondement de notre démocratie ?"

 

La réponse à cette question est que si l'élection est un élément central de la démocratie représentative, elle n'est pas un gage de démocratie. "Choisir qui a le pouvoir ce n'est pas avoir le pouvoir. On vit dans des aristocraties élues puisque c'est une petite minorité qui nous gouverne. On peut considérer que c'est une bonne idée, que c'est génial, que c'est mieux qu'une vraie démocratie, mais en tous les cas ce n'est pas une démocratie !" ( Francis Dupuis-Déri).

 

Loïc Blondiaux dans le reportage explique lui aussi parfaitement : "Nous sommes dans un cadre d'aristocratie élective. Et cette élite gouvernementale peut se réclamer du vote et c'est la condition pour laquelle elle peut prendre des décisions en disant 'je suis le peuple' et 'je veux en son nom'".

 

F. DUPUIS-DERI comme Marion SIGAUT soutiennent qu'"il y avait plus de démocratie avant 1789 qu'après..." (M. Sigaut); "La modernité est une époque qui est moins démocratique que celle d'avant !" (F. Dupuis-Déri).  

 

Autrement dit, il y avait plus de démocratie dans la conception de la représentation par poids des corps dans la société (états généraux) que dans la conception de la représentation par tête ("un homme un vote").

 

L'élection, le vote n'est donc pas LA solution.

 

Mais l'organisation d'une société de consensus au sein des groupes naturels de la société (employés, ouvriers, artisans, paysans, fonctions libérales, patrons, familles, etc.) semble être une meilleure piste pour faire réellement participer le peuple au processus législatif. Un corps d'états généraux de la nation qui pourrait s'organiser à Paris mais aussi bien n'importe où sur le territoire..., dans chaque ville, chaque village comme l'a parfaitement dit Etienne Chouard à Jacques Attali qui se moquait de sa proposition dans l'émission "Ce soir ou jamais" sur France 2 le 5 septembre, et donner le résultat des délibérations du peuple qui remonteraient à Paris pour les décisions engageant la nation.

 

Et bien vite, la pratique montrera aux Français ainsi consultés que la gestion de la politique au niveau national par un roi, indépendant des lobbies parce qu'au-dessus de tous les partis, est le meilleur gage du pouvoir du peuple contre les féodalités organisées, et les plus dangereuses, celles de l'Argent. (Cf. La vraie raison de la loi du 4 août 1789 dite de "suppression des privilèges")

 

Au Moyen Âge et sous l'Ancien Régime, les villages votaient, les Etats généraux de 1789 demandaient aux Français de se prononcer sur la politique fiscale... Le principe démocratique du consentement à l'impôt était plus important sous l'Ancien Régime qu'après. La révolte fiscale de 2013 en France (Bonnets rouges) par exemple n'a entraîné aucune remise en cause globale de nos impôts. Pire, pour toute réponse, le président de la dite chose de tous (Res publica) ou son gouvernement a déclaré à plusieurs reprises qu'il garderait le cap de sa politique. Le 8 novembre 2013, lors d'une visite au siège de la Banque mondiale à Paris, F. Hollande déclara : "Je confirmerai la stratégie qui est la nôtre, le cap qui est le mien". Lundi 24 mars 2014, malgré la déroute du gouvernement la veille au premier tour des élections municipales, Najat Vallaud-Belkacem indiqua qu'elle ne croyait pas à un "changement" de politique du gouvernement. Selon elle, l'exécutif devait "tenir le cap".

 

Le reportage termine en abordant la solution proposée par Etienne Chouard, le "tirage au sort" au sein des groupes naturels de la nation pourrait être une piste. Ce qui compte c'est de sortir du modèle "démocratie = élections au sein des partis politiques" pour lui préférer un système de tirage au sort ou suffrage universel avec mandats directs au sein des corps et groupes naturels de la nation (une "combinaison"). C'est ça qui est important. Cela s'est pratiqué en France sous la Monarchie d'Ancien Régime jusqu'en 1789. Il faut y revenir !

 

Rappel de propositions Christ-Roi :


1) Dès 1865, M. le Comte de Chambord montre le chemin à suivre pour lutter contre le "libéralisme" révolutionnaire et son succédané l'individualisme qui ont conduit la société démocratique à cet échec :

 

«Quant aux remèdes, dit-il, voici ceux que les principes et l'expérience paraissent indiquer. A l'individualisme, opposer l'association; à la concurrence effrénée le contre-poids de la défense commune; au privilège industriel la constitution volontaire et réglée  des corporations libres".

Personne ne peut nier que toute la question sociale soit contenue et résolue dans ces trois lignes : On ne dira jamais mieux. » (Comte de Chambord cité in Jacques Ploncard d'Assac, Les idées qui tuent, Société de philosophie politique, Lisbonne 1971, p. 101-102).

 

2°) Un mix de monarchie et de démocratie (tirage au sort ou suffrage universel au sein des "corporations libres".) Monarchie et démocratie n'étant pas antinomiques, la souveraineté monarchique émane de la souveraineté d'un peuple libre qui comprend qu'un roi sans liens (ab-solu) indépendant des lobbies, peut rendre à notre pays sa liberté.

 

3°) Une dose d'aristocratie non-héréditaire (entendue comme un ensemble des meilleurs choisis sur leur mérite, leurs compétences réelles, avec des devoirs envers la nation). Cf. Adrien Abauzit : Décodons la matrice sur la Libre Antenne de MetaTV.

 

 

. Ploutocratie : Etienne Chouard brise l'omerta en direct sur France 2

. La vraie raison de la loi du 4 août 1789 dite de "suppression des privilèges"

. Marion Sigaut - Comprendre les Lumières : aux sources de la prolétarisation du monde ouvrier

. Européennes: la jeunesse fait sécession de l'UE, 73% des 18-35 ans n’ont pas voté

. Des républicains s'imaginent "résister" en conservant les mêmes institutions !

. Changer les institutions pour une vraie alternative politique

. Abstention, médias, manifs: pourquoi le peuple fait sécession

. L'abstention : "une affirmation et une protestation éclatante" (Comte de Chambord, 22 septembre 1861)

Repost 0
7 septembre 2014 7 07 /09 /septembre /2014 12:58

Strelkov-Nouvelle-Russie.jpgDans une vidéo, Igor Strelkov, ex-ministre de la défense de Nouvelle-Russie  explique que la Novorossia est "l'idée d'une défense de la foi et de la Patrie" :

 

 

Essai de traduction Christ-Roi.

 

Extrait : "Nous nous appelons armée orthodoxe et sommes fiers de ne pas servir le veau d'or, mais de servir notre Seigneur Jésus-Christ et son peuple. Nos étendards dépeignent le visage du Sauveur ", déclare-t-il.

 

...Des militaires d'Igor ont ainsi déclaré : "Nous avons une équipe beaucoup de gens de tous bords. Mon patron est due à prendre l'étoile rouge, et personne ne tente de faire un point pour elle - même la même "Garde Blanche" Ivanov. Parce que nous avons un ennemi commun, quelles que soient nos convictions politiques personnelles. Et nous avons tous - camarades qui s'opposent à cet ennemi ... Oui, je "réchauffer l'âme" tradition de l'armée pré-révolutionnaire impériale russe. Mais avec la Croix de Saint Georges dans notre milice nous relançons la médaille "Pour le Mérite militaire" - assez soviétique abolie en 1991. Parce que l'histoire de la Russie pour nous ne se termine pas avec l'année 1917 (mais pas à partir, bien sûr).


J'ai discuté à plusieurs reprises de la question Igor Ivanovich des "révolutions de couleur" - "orange", "evromaydannoy", "belolentochnoy", et d'autres. Nous avons, bien sûr, n'est pas acceptable, et lutterons toujours contre elles. Mais nous devons comprendre qu'elles ne sont que la poursuite des anciennes révolutions... Et il y a beaucoup de points communs entre toutes les révolutions, malgré une différence apparente dans leurs slogans. Entre, par exemple, la «grande» française, en février et Octobre, la "perestroïka" - 1991 Ukraine Maidan en 2004 et 2014 présentent des similitudes frappantes.

En effet, dans les révolutions les plus importantes, en dépit de leurs différences apparentes - c'est leur rébellion contre Dieu, leur haine naturelle du christianisme, l'asservissement économique et politique du peuple sous la bannière de la «liberté» et la «fraternité», la destruction de l'institution familiale, la russophobie.

C'est tout à fait exact que quelques communistes modernes luttent avec les orthodoxes dans la nouvelle Russie - et également des contre-révolutionnaires, comme nous le faisons, mais avec pas assez de consistance. Ils sont, en général, des supports en grande partie de valeurs positives, mais, malheureusement, qui n'ont pas encore été réglées ni dans le passé ni dans l'avenir. La louange, par exemple, de dirigeants révolutionnaires du début du 20ème siècle. Lénine et Trotsky auraient été abattus le même Ziouganov et Simonenko (chef du Parti communiste) pour leur sympathie pour la Russie et l'orthodoxie. C'étaient des russophobes, qui voulaient ouvertement la défaite de la Russie dans plusieurs grandes guerres, il ont parlé ouvertement de la «nécessité» de la guerre civile en Russie. Ils étaient des ennemis ardents du christianisme, détruisant des milliers de prêtres, religieux, laïcs pour leur position orthodoxe. En URSS, il y avait de longues périodes de retraite des principes révolutionnaires, c'est la même chose avec Trotsky qui appelait les "contre-révolutionnaires", mais, hélas, et Staline-Brejnev de Staline à partir d'idées communistes incomplètes et incohérentes, cependant, ils ne pouvaient pas en être autrement dans le cadre du système, naissant de la révolution.

Dans le même temps, nous comprenons que ce n'est pas seulement rouge, mais, hélas, la majorité de ceux qui se disent les Blancs, ont péché pendant la guerre civile, l'esprit révolutionnaire de l'époque, seul à avoir le sens libéral-bourgeois, mais encore l'occidentalisation. Bien sûr, dans les rangs de l'armée blanche, et qui étaient fidèles à la fin de la foi, et leurs officiers royaux tels que les généraux Keller Diteriks ... Mais il y avait, hélas, un peu ... Comme les historiens ont parfois exprimé, au moment de la guerre civile "Octobre combattu depuis Février."

Il n'est donc pas tout à fait le droit de nous appeler partisans absolus des «Blancs». 

 

... Aucune atténuation de la folie révolutionnaire que nous voyons, par exemple, la démolition illégale des monuments de l'époque soviétique par les bandéristes, qui se réjouissent à tort et même de nombreux orthodoxes, et la radicalisation de la révolution, sa prochaine étape. En lieu et place de Lénine, ils sont de hisser les drapeaux de sang noir révolutionnaires UPA, monuments "Heavenly cent", et ainsi de suite. D. Nekrofilskie Ces cultes pire et de faux cultes des dirigeants communistes.
http://ruskline.ru/analitika/2014/06/05/nebessnaya_sotnya_nekrofilskij_kult_lzhi/

Les vieux révolutionnaires de 1917 préconisent une «théorie d'un verre d'eau", tout en préconisant une débauche générale entre les hommes et les femmes. Mais le révolutionnaire de 2014 Porochenko a continué. Il a tellement respecté les homosexuels, qu'il les a invités à sa propre inauguration, et ses collègues evromaydannye avant son inauguration a eu des modifications législatives pour protéger les «droits» des pervers à l'embauche.
http://ruskline.ru/analitika/2014/06/21/poroshenko_luchshij_drug_ukrainskih_izvrawencev/

Les vieux bolcheviques étaient les ennemis de l'Eglise, mais pas toujours l'ennemi de la moralité. Ces nouveaux révolutionnaires de ukrovskie - les ennemis à la fois, détruisant l'Église orthodoxe canonique en Ukraine et imposant la décadence universelle de la société.
Lénine a même lutté contre la pornographie, la fornication condamné.

Les dirigeants de ces mêmes frères Klitschko eux-mêmes ont été pris dans une séance photo pour le pornozhurnala homosexuel allemand.

 

Source: Rusvesna

«Новороссия — это идея защиты веры и Отечества», — советник Игоря Стрелкова (видео) via http://translate.googleusercontent.com/translate_c?depth=1&hl=fr&prev=/search%3Fq%3Dhttp://rusvesna.su/%26biw%3D1280%26bih%3D925&rurl=translate.google.fr&sl=ru&u=http://rusvesna.su/recent_opinions/1409823864&usg=ALkJrhjlmJ70C573vr_Av98dk-BXdNjshw

 

 

On comprend mieux pourquoi l'Occident a déclaré la guerre au peuple du Donbass récalcitrant à accepter la dictature fasciste mondiale LGBT.

Repost 0