Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Christ Roi

  • : Christ Roi
  • Christ Roi
  • : Blog d'informations royaliste, légitimiste, pour une France libre, indépendante et souveraine
  • Contact

Horloge

2 août 2015 7 02 /08 /août /2015 15:50
Lors de son séjour au Nouveau-Brunswick, l’avocat a tenu deux conférences sur le 250e anniversaire de l’arrivée des Acadiens en Louisiane. - Acadie Nouvelle: Simon Delattre

Lors de son séjour au Nouveau-Brunswick, l’avocat a tenu deux conférences sur le 250e anniversaire de l’arrivée des Acadiens en Louisiane. - Acadie Nouvelle: Simon Delattre

Militant, avocat, auteur passionné d’histoire, l’infatigable Warren Perrin n’a jamais cessé d’œuvrer pour la survie du français et de revendiquer la culture acadienne en Pays Cajun.

 

Lors de sa première visite à Moncton en 1988, l’avocat de Lafayette, au sud des États-Unis, ne parlait pas un mot de français. Il ignorait même tout de ses origines acadiennes. «J’ai été interdit de parler français, raconte-t-il. À l’école on ne nous montrait rien de notre héritage.» Il se lance alors dans une vaste recherche sur ses ancêtres francophones.

 

Aujourd’hui, le drapeau des Acadiens de Louisiane ne quitte plus sa veste. Pendant une quinzaine d’années, Warren Perrin a mené campagne pour que la déportation des Acadiens soit officiellement reconnue. Grâce à de nombreux soutiens, comme Jean Chrétien ou la SNA, il obtient en 2003 une proclamation royale, signée de la main d’Élisabeth II, reconnaissant les torts causés par le Grand Dérangement.

 

«Ma plus grande réalisation, lâche-t-il avec un large sourire. Tout le monde croyait que j’étais fou. Ça m’a donné la chance de voyager partout, de faire des présentations sur l’histoire des Cadiens. À l’époque, personne ne connaissait les Acadiens…» À 68 ans, il continue avec la même énergie à parler de ceux qui ont accosté en Louisiane, il y a 250 ans.

 

Joseph Broussard en Acadia HRoe 2009.jpg

«Les Cajuns sont les seuls francophones qui ont essayé de ne pas perdre leur héritage en s’installant aux États-Unis. Les premiers arrivants étaient des militants, ils ont transplanté une culture.» Fondateur du musée acadien d’Erath, au cœur du Pays Cajun, Warren Perrin a écrit plusieurs ouvrages historiques. On lui doit notamment la biographie de Joseph Broussard, dit Beausoleil, leader acadien qui a résisté aux Anglais en 1755.

 

«On ne nous a pas tués»

 

Entre 1994 et 2010, l’avocat a présidé le CODOFIL, le Conseil pour le Développement du français en Louisiane, et a tenté de développer l’enseignement francophone. «C’est toujours une bataille, la langue est menacée par des problèmes budgétaires, on n’attire pas assez de professeurs étrangers. Ce qui est encourageant c’est que la demande est là, la fierté est là, plus que jamais!»

 

Aujourd’hui la Louisiane offre près de 5000 places en immersion française, et s’apprête à ouvrir une première école entièrement francophone à Lafayette. «Si on n’avait jamais commencé il y a 30 ans, la langue était foutue, souligne-t-il. Maintenant les jeunes musiciens ne veulent que la musique cadienne et créole.» Cette fierté, il veut désormais la transmettre à ses descendants. «On a survécu à la déportation, on ne nous a pas tués et je ne veux pas qu’ils oublient.»

 

Artisan du Congrès mondial acadien de 1999 en Louisiane, Warren Perrin a également représenté les États-Unis lors des sommets de la Francophone d’Hanoi, Moncton, Bucarest, Québec et Montreux. «Maintenant je connais des Acadiens de partout», s’amuse-t-il. «Grâce aux CMA et à internet, les relations entre la Louisiane et le Nouveau-Brunswick sont bien plus fortes.»

 

«Lâche pas la patate!»

 

Le défenseur de la langue n’a pas fini de militer, il participe actuellement à l’organisation du troisième Grand Réveil Acadien. Le festival de 9 jours commémorera l’héritage cajun au mois d’octobre 2015. Il est aussi impliqué de près dans le projet Nouvelle Acadie, une initiative archéologique qui vise à localiser le premier lieu d’établissement des Acadiens en Louisiane en 1765. «On veut trouver un lieu de mémoire, on n’a rien de la première génération.»

 

De ces années d’engagement, il affirme n’avoir aucun regret. Chaque nouvelle reconnaissance des francophones de la Louisiane le galvanise. Mais des défis les attendent encore, explique-t-il, comment transformer cette richesse culturelle en richesse économique? «Comme on dit : “lâche pas la patate!“ Nos ancêtres ont su adapter leur façon de vivre. Si on veut que notre culture survive, il ne faudra pas avoir peur d’évoluer.»

 

Source : Warren Perrin, 25 ans de combat pour les Cadiens de Louisiane, Acadie Nouvelle, Publié: 8 h 19 min, mardi 21 juillet 2015 par Simon Delattre

Repost 0
2 juillet 2015 4 02 /07 /juillet /2015 10:22

L'Eglise, dernier bastion de la Résistance au Nouvel Ordre Mondial :

Le cardinal Sandoval dénonce la décision de la Cour suprême du Mexique d’imposer le « mariage » homosexuel au nom du « Nouvel Ordre »

 
Le cardinal Juan Sandoval Iñiguez, archevêque émérite de Guadalajara, au Mexique, a évoqué la décision de la Cour suprême mexicaine d’imposer le « mariage » homosexuel à tous les Etats du pays, dans son enseignement vidéo hebdomadaire diffusé par la télévision catholique en ligne Mariavision. Dans cet entretien, le cardinal Sandoval affirme que cette décision de la Cour suprême est une machination des organisations internationales qui tentent de créer un gouvernement global et d’imposer un « Nouvel Ordre ». Il a également regretté le peu de réaction des évêques catholiques, incapables selon lui d’organiser une résistance catholique pourtant nécessaire.
 
Dans sa vidéo, le cardinal Sandoval affirme que la Cour suprême mexicaine cherche à « détruire le mariage lui-même » en annulant les lois des Etats qui définissaient jusqu’alors le mariage comme l’union d’un homme et d’une femme, et associaient le mariage à la procréation.

 

Le cardinal Sandoval dénonce le « Nouvel Ordre » et la marche vers un gouvernement mondial

 
Il a répété une accusation qu’il avait déjà évoquée de nombreuses fois depuis 2011 : que la Cour suprême reçoit ses ordres d’organisations internationales.
 
« Le mariage, selon la nature, se contracte entre un homme et une femme, et cela est également en accord avec la révélation chrétienne » a affirmé le cardinal : « Toute autre définition est déviante. Et si vous demandez pourquoi la Cour suprême s’est engagée sur ce chemin, d’où viennent les pressions, d’où les juges reçoivent peut-être de grosses sommes d’argent (…) d’où viennent les influences qui poussent la Cour suprême à légaliser ces comportements, toujours opposés à la morale : eh bien, le problème fondamental est qu’il existe des organisations internationalse au service d’un projet qui s’appelle le “Nouvel Ordre”, un plan en vue d’un gouvernement mondial. »
 
Le cardinal Sandoval a ajouté : « La Russie, la Chine et le monde arabe leur ont échappé. Ils ne les dominent pas, mais ils veulent instaurer un seul gouvernement dans les pays occidentaux et s’en servir pour détruire la famille et l’Eglise catholique qui se trouvent sur leur chemin, aussi bien que les véritables gouvernements nationaux. Et l’un des moyens pour détruire la famille est de pervertir le concept de famille lui-même, de parler du mariage comme d’une union de personnes, afin que la définition s’applique à n’importe quelle relation. C’est lamentable, et très triste. »
 
Les forces mondialistes collaborent étroitement avec la Russie, la Chine et les pays arabes, contrairement aux apparences qu’elles s’emploient à déployer. Les liens économiques entre les Etats-Unis et la Chine, qui pourraient encore se renforcer avec le TPP, et la complicité de l’Arabie Saoudite, du Qatar et des pays arabes avec les Etats-Unis dans la mise à feu et à sang du Moyen-Orient, le prouvent surabondamment. La synthèse mondialiste est en cours.

 

Le Cardinal Sandoval dénonce le silence des évêques devant la légalisation du « mariage » homosexuel

 
Mais le cardinal Sandoval a également dénoncé le « silence  lamentable» d’une partie de « ceux d’entre nous qui sont des pasteurs de l’Eglise, qui ne parlent pas clairement, qui ne dénoncent pas, qui n’organisent pas nos fidèles pour entrer en résistance. » Il espère une réaffirmation claire de l’enseignement de l’Eglise lors du prochain Synode des évêques qui se tiendra en octobre au Vatican.

 

Les prodromes de la persécution

 
En réponse à ces affirmations du cardinal, une coalition d’organisations homosexuelles ont décidé de poursuivre le cardinal en justice, avec l’aide de deux agences gouvernementales, affirmant que ses propos étaient « discriminatoires » et incitaient « à la violence » contre les homosexuels.
 
« Avec ses déclarations, le cardinal fomente l’homophobie et la transphobie », a ainsi déclaré Carlos Becerra, membre de Unions Diverses, l’une des organisations plaignantes.

 

Des associations homosexualistes menacent le Cardinal Sandoval de poursuites judiciaires

 
Un autre groupe LGBT, the Cohesion of Diversities for Sustainability (CODISE), a annoncé qu’il comptait également porter plainte contre le cardinal, avec l’aide du secrétariat fédéral de la gouvernance.
 
Ce n’est pas la première fois que le cardinal Sandoval, comme d’autres prélats catholiques, sont menacés de poursuites judiciaires pour avoir proclamé l’enseignement de l’église sur l’homosexualité ou le mariage. Le porte-parole de l’archidiocèse de Mexico avait été menacé de poursuites par le chef du gouvernement de la capitale, Marcelo Ebrard, pour avoir affirmé que l’avortement faisait plus de morts que les narcotrafiquants… Ce même homme avait également poursuivi le cardinal en 2010, lorsqu’il l’avait accusé d’avoir « graissé la patte » de la Cour suprême pour faire avancer son agenda anti-vie. Le cardinal comme le porte-parole de l’archidiocèse de Mexico avaient remporté leurs procès.

 

Béatrice Romée

Repost 0
29 juin 2015 1 29 /06 /juin /2015 14:56
Cardinal Caffarra : l'idéologie du genre est l'œuvre du diable

Lu sur le blog de Jeanne Smits :



La lucidité du cardinal Caffarra : l'idéologie du genre est l'œuvre du diable. "C'est la fin. L'Europe est en train de mourir."

Le cardinal Carlo Caffarra a longuement évoqué l'idéologie du genre, le « mariage » gay et la « glorification de l'homosexualité » qui annonce toujours la fin des civilisations, dans un entretien qu'il a accordé au journal italien Il Tempo à la veille de la marche pour la famille à Rome le 20 juin dernier. Je vous propos ici ma traduction de ce texte important, qui est un appel à ne jamais baisser les armes, quoi qu'il en coûte. – J.S.

"Plusieurs réflexions m’ont traversé l’esprit à l’occasion de la motion votée par le Parlement européen. La première est celle-ci : c’est la fin. L’Europe est en train de mourir. Et peut-être même n’a-t-elle aucune envie de vivre, car il n’y a pas de civilisation qui ait survécu à la glorification de l’homosexualité. Je ne dis pas : à l’exercice de l’homosexualité. Je parle de la glorification de l’homosexualité. Et je fais une incise : on pourrait observer qu’aucune civilisation n’est allée jusqu’à proclamer le mariage entre personnes de même sexe. En revanche, il faut rappeler que la glorification est quelque chose de plus que le mariage. Dans divers peuples l’homosexualité était un acte sacré. De fait, l’adjectif utilisé dans le Lévitique pour juger la glorification de l’homosexualité à travers le rite sacré est celui d’« abominable ». Elle avait un caractère sacré dans les temples et dans les rites païens.

C’est si vrai que les deux seules réalités civiles, appelons-les ainsi, les deux seuls peuples qui ont résisté pendant de nombreux millénaires – en ce moment je pense surtout au peuple juif – ont été ces deux peuples qui ont été les deux seuls à contester l’homosexualité : le peuple juif et le christianisme. Où sont les Assyriens ? Où sont les Babyloniens ? Et le peuple juif était une tribu, il paraissait n’être rien par rapport aux autres réalités politico-religieuses. Mais la réglementation de l’exercice de la sexualité que nous rencontrons, par exemple, dans le livre du Lévitique, est devenu un facteur de civilisation extrêmement important. Voilà ma première pensée : c’est la fin.

Ma deuxième réflexion est purement de foi. Devant de tels faits je me demande toujours : mais comment est-il possible que dans l’esprit de l’homme puissent s’obscurcir des évidences aussi originelles, comment est-ce possible ? Et je suis arrivé à cette réponse : tout cela est une œuvre diabolique. Littéralement. C’est le dernier défi que le diable lance au Dieu créateur, en lui disant : « Je vais te montrer comment je construis une création alternative à la tienne et tu verras que les hommes diront : on est mieux ainsi. Toi, tu leur promets la liberté, je leur propose d’être arbitres. Toi, tu leur donnes l’amour, moi je leur offre des émotions. Tu veux la justice, et moi, l’égalité parfaite qui annule toute différence.

J’ouvre une parenthèse. Pour quoi dis-je : « création alternative » ? Parce que si nous retournons, comme Jésus nous le demande, au Principe, au dessein originel, à la manière dont Dieu a pensé la création, nous voyons que ce grand édifice qu’est la création est érigée sur deux colonnes : la relation homme-femme (le couple) et le travail humain. Nous parlons maintenant de la première colonne, mais la deuxième aussi est en train de se détruire… Nous sommes, par conséquent, face à l’intention diabolique de construire une création alternative, qui défie Dieu dans l’intention de voir l’homme finir par penser qu’on se trouve mieux dans cette création alternative ?

Troisième réflexion: « Jusques à quand, Seigneur ? » La réponse qu’il nous donne fait référence au livre du Nouveau Testament, l’Apocalypse…

Dans ce livre on raconte que les pieds de l’autel céleste sont ceux qui sont assassinés par la justice, par les martyrs qui disent sans cesse : « Jusqu’à quand vas-tu rester sans venger notre sang ? » (Ap. 6, 9-10). Et cette réponse me vient spontanément : Jusqu’à quand Seigneur, ne défendras-tu pas ta création ? Et une nouvelle fois la réponse de l’Apocalypse résonne en moi : « Il leur fut dit qu’ils attendissent en repos encore un peu de temps, jusqu’à ce que fût rempli le nombre de ceux qui étant leurs frères et serviteurs comme eux, devaient aussi bien qu’eux souffrir la mort. » Quel grand mystère que la patience de Dieu ? Je pense à la blessure de son Cœur, qui est devenue visible, historique, lorsqu’un soldat a ouvert le côté du Christ. Parce que de chaque chose, de chaque créature créée, la Bible dit : « Et Dieu vit que cela était bon. » Pour finir, au sommet de la création, après la création de l’homme et de la femme, elle dit : « Et Dieu vit que tout cela était très bon. » La joie du grand artiste ! Aujourd’hui cette grande œuvre d’art est totalement défigurée. Et lui, Il est patient et miséricordieux. Et il dit, à celui qui lui demande « jusques à quand ? », qu’il attende. « Tant que le nombre des élus ne sera pas atteint. »

Et voici ma dernière réflexion. Un jour, lorsque j’étais archevêque de Ferrera, j’étais dans un des villages les plus éloignés du diocèse, dans le delta du Pô. Un lieu qui ressemblait au bout de la terre, au milieu d’un de ces tortueux méandres que décrit le grand fleuve, qui avant d’atteindre la mer, va là où il veut. Là j’ai rejoint un groupe de pêcheurs, des gens qui passent littéralement la plus grande partie de leur vie en mer. Un de ceux-là m’a posé cette question : « Imaginez que le monde est un de ces conteneurs cylindriques où nous mettons les poissons que nous venons de pêcher : eh bien, le monde est une espèce de baril et nous sommes comme des poissons qui viennent d’être pêchés. Ma question est celle-ci : le fond de ce baril, comment s’appelle-t-il ? Quel est son nom ? »

Imaginez-vous ce pêcheur qui pose la question qui est au principe de n’importe quelle philosophie : comment s’appelle le fond des choses ? Et moi, alors, étonné par cette question, je lui ai répondu : « Le fond ne s’appelle pas le hasard ; il se nomme gratuité et tendresse de Quelqu’un qui nous embrasse tous. » Ces jours-ci j’ai recommencé à penser à cette question et à la réponse que j’ai donnée à ce vieux pêcheur je me demande : toute cette volonté de détruire et de détruire la création a-t-elle assez de force pour pouvoir vaincre à la fin ? Non. Je pense qu’il y a une force plus puissante qui est l’acte rédempteur du Christ, Redemptor Hominis Christus, le Christ rédempteur des hommes. »

Mais j’ai eu une autre réflexion, suscitée précisément par les pensées de ces derniers jours. Mais moi, en tant que pasteur, comment puis-je aider mes gens, mon peuple, à garder dans leur esprit et dans leur conscience morale la vision originelle ? Comment puis-je empêcher l’obscurcissement des cœurs ? Je pense aux jeunes, à ceux qui ont encore le courage de se marier, aux enfants. Et alors je pense à ce que l’on fait normalement dans le monde lorsqu’il faut faire face à une pandémie. Les organismes publics responsables de la santé des citoyens, que font-ils ? Ils agissent toujours selon deux lignes directrices. La première est de soigner, en principe, celui qui est malade et d’essayer de le sauver. Le deuxième, non moins importante, et même décisive, est d’essayer de comprendre le pourquoi, les causes de la pandémie pour pouvoir ainsi définir une stratégie de la victoire.

La pandémie est là, désormais. Et en tant que pasteur, j’ai la responsabilité de guérir, et d’empêcher que les gens ne tombent malades. Mais dans le même temps j’ai l’important devoir de commencer un processus, c’est-à-dire une action d’intervention qui exigera de la patience, de l’engagement, du temps. Et la lutte sera toujours plus ardue et cela est tellement certain que je dis parfois à mes prêtres : je suis sûr que je mourrai dans mon lit, mais je ne le suis pas pour mon successeur. Il mourra probablement en prison. Par conséquent, nous parlons d’un processus qui sera long, et qui nous verra aux prises avec un dur combat. En résumé : nous sommes appelés à faire les deux choses : intervention d’urgence et lutte de longue durée, stratégie d’urgence et long processus éducatif.

Mais qui seront les acteurs d’une entreprise qui va requérir du temps et une capacité de sacrifice ? A mon avis, il y en aura, fondamentalement, deux : les pasteurs de l’Eglise et, plus concrètement, les évêques. Et les époux chrétiens. Pour moi, ce sont ceux-ci qui recommenceront à construire les évidences originelles dans le cœur des hommes.

Les pasteurs de l’Eglise, parce qu’ils sont là pour ça. Ils ont reçu une consécration dont la fin est celle-ci, la puissance du Christ est en eux ? « Cela fait deux mille ans que l’évêque constitue, en Europe, l’un des ganglions vitaux, non seulement de la vie éternelle, mais de la civilisation » ('G. De Luca). Et une civilisation, c’est aussi l’humble et magnifique vie quotidienne du peuple engendrée par l’Evangile que prêche l’évêque. Et ensuite les époux. Parce que le discours rationnel vient après la perception d’une beauté, d’un bien que tu vois devant tes yeux, le mariage chrétien.

Et pour ce qui est de l’intervention d’urgence ? Je dois admettre que j’ai moi-même des difficultés. Et cela parce qu’il n’est pas rare que l’allié me manque ; le cœur humain. Je pense à la situation parmi les jeunes. Ils viennent et ils me demandent : « Pourquoi devons-nous nous engager pour toujours, alors que nous ne sommes même pas sûrs de continuer à nous aimer, la nuit venue ? » Eh bien, face à cette question je n’ai qu’une seule réponse : recueille-toi en toi-même et pense à ton expérience quand tu as dit à une jeune fille, ou dans le cas d’une jeune fille, à un garçon : « Je t’aime, je t’aime réellement. Par hasard as-tu pensé en toi-même, en ton cœur : « Je me donne tout entier à l’autre, mais seulement pour un quart d’heure ou au plus tard jusqu’à la nuit » ? Cela ne fait pas partie de l’expérience de l’amour, qui est don. C’est l’expérience d’un prêt, qui est calcul. Mais si tu parviens à guider la personne vers cette écoute intérieure (Augustin), tu l’as sauvée. Parce que le cœur ne trompe pas. L’Eglise a toujours enseigné sa grande thèse dogmatique : le péché n’a pas radicalement corrompu l’homme. L’homme a été cause de grands désastres, mais l’image de Dieu est restée. Je vois aujourd’hui que les jeunes sont toujours moins capables de ce retour à eux-mêmes. C’est le drame même d’Augustin lorsqu’il avait leur âge.

Et au fond, à la fin, qu’est-ce qui a ému Augustin ? C’est de voir un évêque, Ambroise, et de voir une communauté qui chantait avec le cœur plus encore qu’avec les lèvres la beauté de la création, Deus creator omnium, la très belle hymne d’Ambroise. Aujourd’hui cela est très difficile avec les jeunes, mais à mon avis c’est une intervention d’urgence. Il n’y en a pas d’autre. Si nous perdons cet allié qu’est le cœur humain – le cœur humain est allié de Evangile, parce que le cœur humain a été créé dans le Christ en correspondance avec le Christ – je disais que si nous perdons cet allié je ne vois pas d’autre chemin.

Je voudrais ajouter une chose pour terminer. Plus ma vie a avancé, plus je découvre l’importance qu’ont dans la vie de l’homme, pour que sa vie soit bonne, les lois civiles. J’ai entendu ce que disait Héraclite : « Il est nécessaire que le peuple combatte pour la loi comme pour les murs de la cité. » Plus je vieillissais et plus je me rendais compte de l’importance de la loi dans la vie d’un peuple. Aujourd’hui, il semble que l’Etat ait abdiqué de sa tâche législative, qu’il ait abdiqué de sa dignité, en se réduisant à n’être qu’une bande enregistreuse des désirs des individus, dont le résultat est la création d’une société d’égoïsmes opposés, ou de fragiles convergences d’intérêts contraires. Tacite dit : « Corruptissima re publica, plurimae leges. » Les lois sont extrêmement nombreuses lorsque l’Etat est corrompu. Quand l’Etat est corrompu, les lois se multiplient. C’est la situation actuelle.

C’est un cercle vicieux parce qu’une partie des lois semblent se réduire, précisément, à n’être qu’une bande enregistreuse de désirs. C’est cela qui rend le social inévitablement conflictuel, une lutte pour la suprématie du plus puissant sur le plus faible, c’est-à-dire, la corruption de l’idée même de bien commun, de la chose publique. Alors on essaie de résoudre les choses avec des lois en oubliant qu’il n’y aura jamais de lois si parfaites que l’exercice des vertus en devienne inutile. Il n’y en aura jamais. En cela, à mon avis, nous autres pasteurs portons une grande responsabilité pour avoir permis le désengagement culturel des catholiques dans la société. Nous l’avons permis, nous l’avons même parfois justifié. Quand l’Eglise a-t-elle fait cela ? Les grands pasteurs de l’Eglise ont-ils jamais fait cela ?

[Interrogé sur la marche pour la famille qui allait avoir lieu à Rome le 20 juin, le cardinal a répondu :]

Je n’ai aucune hésitation à dire que c’est une manifestation positive parce que, comme je le disais, nous ne pouvons pas nous taire. Malheur à nous si le Seigneur devait nous reprendre avec les paroles du prophète : « Chiens qui n’avez pas aboyé ». Nous le savons, dans les systèmes démocratiques la délibération politique est fondée sur le système de la majorité. Et cela me paraît bien, car les têtes, il vaut mieux les compter que de les couper. Mais devant des faits comme ceux-ci, il n’y a pas de majorité qui puisse me faire taire. Dans le cas contraire, je serais un chien qui n’aboie pas.

Ce qui me m’encourage d’abord, et que j’ai beaucoup apprécié, c’est que cette journée ait pour objectif la défense des enfants. Le pape François a dit que les enfants ne peuvent être traités comme des cobayes. On fait des expériences pseudo-pédagogiques sur les enfants. Mais avons-nous le droit de faire cela ? La chose la plus terrible, le logos le plus sévère prononcé par Jésus avait à voir avec la défense des enfants. Par conséquent, à mon avis, l’initiative romaine est une chose qu’il fallait obligatoirement faire. Le lendemain, le Parlement votera peut-être une loi qui reconnaisse les unions entre personnes de même sexe. Qu’il le fasse, mais il doit savoir que c’est quelque chose de profondément injuste. Et c’est cela qu’il nous faut dire cet après-midi à Rome. Lorsque le Seigneur dit au prophète Ezéchiel : « Toi, recommence à appeler », il semble que le prophète réponde : « Oui, mais ils ne m’écoutent pas. » Toi, recommence à appeler et celui que tu auras appelé sera de nouveau responsable, et pas toi, car toi, tu as recommencé à l’appeler. Mais si tu ne recommençais pas à l’appeler, ce serait toi le responsable.

Si nous devions nous taire face à une telle chose, nous serions coresponsables de la grave injustice envers les enfants, qui ont été transformés de sujets de droit qu’ils étaient, comme chaque personne humaine, en objets de désir des adultes. Nous sommes revenus au paganisme, où l’enfant n’avait aucun droit. Il était seulement un objet « à la disposition de ». Et donc, je le répète, à mon avis c’est une initiative qu’il faut soutenir, on ne peut pas se taire."

Source

via Le Forum Catholique

Repost 0
22 juin 2015 1 22 /06 /juin /2015 17:32
Alain Finkielraut: "La France est un pays qui a été façonné par le catholicisme, un pays où il y a en effet des églises dans chaque village"

"L'islamisme radical nous empêchera de tourner la page". Invité de "Tout est politique" sur I 24 News, le philosophe Alain Finkielkraut, a évoqué les sujets des mosquées à la place des églises, des migrants et du monde depuis le 11 janvier, avec un regard réaliste qui tranche avec le discours irénique des multiculturalistes idéologues. Il dit avoir été "ahuri" par la proposition de Dalil Boubakeur de donner les églises au culte musulman, "étonné" que cela soit lui qui la fasse "et pas un représentant de l'UOIF, des Frères musulmans ou des salafistes". "De la part du recteur de la Mosquée de Paris, c'était très surprenant et très inquiétant", s'est-t-il étonné en dénonçant une proposition "impudente". Extrait :

 

"La France est un pays qui a été façonné par le catholicisme. La France est un pays où il y a en effet des églises dans chaque village. Qu'elles soient désaffectées ou inoccupées n'y change rien. Qu'elles soient changé en mosquées, c'est dire que le catholicisme se retire et l'islam prend la place, c'est donner l'image d'une véritable substitution culturelle. Il n'y a pas de clash (de civilisations) si l'Occident cède sur ce point là. Où voyez-vous le clash ? Les églises risquent peut-être d'être transformées en mosquées. Certains disent 'de toutes façons, puisqu'elles sont inoccupées, autant qu'elles soient transformées en lieu de culte plutôt qu'en restaurant' (Mgr Dubost, évêque d'Evry. NDLR.), mais une église vide cela reste un lieu spirituel parce que ce vide, il peut être aussi pour beaucoup de non-croyants, une sorte de refuge. Et je pense qu'on a un peu honte d'exprimer notre effroi devant une proposition aussi impudente. Parce que précisément la mémoire de l'Europe paralyse l'Europe. Nous avons peur de notre ombre, peur de nos propres démons. Nous nous disons attention nous allons retomber dans le racisme et la xénophobie, et à force d'être obsédés par nos propres démons, nous ne voyons pas les réalités qui nous menacent d'aujourd'hui.

... Il ne s'agit pas d'exclure qui que ce soit, il s'agit d'assumer son propre héritage et d'assumer un certain nombre de valeurs. ... Nous entrons dans une période extrêmement inquiétante où tous nos repères sont en train de s'effacer. Et il s'agit de savoir si nous sommes encore capables de nous assumer nous-mêmes et éventuellement de nous défendre.

... Je crois que tout le monde est un peu dépassé et que beaucoup d'hommes politiques et d'intellectuels ont une vision purement économiste des problèmes (le vrai conflit au bout du compte est le conflit entre ceux qui ont et ceux qui n'ont pas, les possédants et les dépossédés), ils mésestiment la puissance des conflits civilisationnels ou religieux. Et Obama a voulu commencé son mandat au Caire par un appel au dialogue des civilisations qui s'est révélé, malheureusement, totalement à côté de la plaque...

(En France) Je pense qu'elles (les choses) ont changé dans le mauvais sens. Il y avait un grand moment d'unanimité, une France prête à défendre ses moeurs et ses principes. Et cette unanimité s'est fissurée et aujourd'hui, il y en a beaucoup qui disent que dans cette affaire, les vrais fautifs, c'est la république puisqu'elle pratique une politique d'apartheid (Cf. manuel Valls): c'est l'islamophobie. Et puis il y a ce livre invraisemblable d'Emmanuel Todd qui nous explique que cette manifestation était en fait une manifestation raciste contre la religion des faibles. Donc, malheureusement, cette unité, si importante, a volé en éclats.

Le philosophe termine son intervention par une véritable profession de foi philosophique antimaçonnique (qui prétend que l'homme est son propre créateur et qu'il peut tout changer) affirmant que l'homme n'est pas son propre créateur et qu'il n'est pas à son pouvoir "de s'inventer lui-même":

 

"... Je ne suis pas seulement ce que mon passé a fait de moi. Evidemment nous sommes des individus et il y a une part très importante de liberté en nous, mais évidemment nous ne sommes pas nos propres créateurs. Il n'est pas au pouvoir de l'homme de s'inventer lui-même : la liberté ne va pas jusque-là. Donc je dépends pour une part de ce que j'ai reçu. Mon passé c'est la langue que je parle, je ne l'ai pas inventée. C'est aussi toute une part de mon héritage. Ce n'est pas moi qui ai choisi de naître dans une famille de juifs ashkénazes rescapés. Et ce passé a contribué au façonnement de ma personnalité. "

Repost 0
20 juin 2015 6 20 /06 /juin /2015 08:10
 Statue de Jean Paul II à Ploërmel : la résistance s’organise

Lu sur Aleteia :



Statue de Jean Paul II à Ploërmel : la résistance s’organise

La défense de la statue du saint Pape polonais contre la Libre Pensée s’organise autour de son auteur et de l’ancien maire de la ville.

"Rappel des faits : Paul Anselin, maire de la ville de Ploërmel (Morbihan) de 1977 à 2008, avait fait ériger une statue de Jean Paul II par un ami, le sculpteur russe Zurab Tserelli. L’installation de la sculpture sur le domaine public, avec des fonds publics pour financer le socle, avait provoqué la colère de la fédération morbihannaise de la Libre Pensée, d’inspiration trotskyste.

En 2009, celle-ci avait déjà réussi à faire annuler la subvention accordée par le Conseil général du Morbihan pour la construction du socle, en raison d’une "atteinte à la laïcité". Mais la Libre Pensée n’en avait pas fini avec cette statue et exigeait que les symboles ostentatoires de la religion, comme la croix surplombant la statue, soient retirés, sans quoi la statue devrait sortir du domaine public. Or le tribunal administratif a donné raison à la Libre Pensée au mois d’avril 2015.

Touche pas à ma statue !

Ni le maire Paul Anselin, ni l’artiste Zurab Tserelli n’acceptent de retirer la croix. Autour de M. Anselin, ancien maire mais également ancien officier, la résistance s’organise et prend des formes diverses. Il a créé une association de défense de la statue qui réunit diverses personnes et confessions : "Je voudrais avoir aussi bien des protestants, des catholiques que des bouddhistes", explique Paul Anselin.

Un site a même été créé pour regrouper les bonnes volontés. Il organise aussi un appel aux dons qui lui permettront d’acheter le terrain sur lequel se trouve la statue, le sortant ainsi de facto de l’espace public. Au cas où il y aurait des dons "en trop", les organisateurs ont de nombreuses idées pour les dépenser : une nouvelle chapelle pourrait être construite, et ils envisagent aussi de venir en aide à l’association Caritas Égypte. Soignant leur communication, les défenseurs de la statue prévoient de construire de petites répliques de la statue qui seront vendues ou qui pourraient être offertes en cadeau aux généreux donateurs.

En ordre de bataille

La statue est venue de Russie avec la bénédiction du patriarche orthodoxe de Moscou et l’agrément des autorités. La présente polémique est donc vécue par l’artiste comme une insulte à son pays et à son travail. Paul Anselin assure, du haut de ses 84 ans : "Je continuerai ce combat, tant que Dieu me prêtera vie ! La majorité des habitants de Plöermel est avec nous, et nous n’avons aucune raison de nous laisser imposer la volonté d’une minorité qui n’accepte pas que les racines de la France – et en particulier celles de la Bretagne – soient chrétiennes !".

Source

via http://www.leforumcatholique.org/message.php?num=781443

Repost 0
19 juin 2015 5 19 /06 /juin /2015 12:42
De nombreux évêques italiens se mobilisent pour une manifestation contre le "gender" et pour la famille

De nombreux évêques se mobilisent pour une manifestation contre le "gender" et pour la famille

 

SER Monseigneur Crepaldi:"Les attaques contre la famille sont un suicide de l'humanité"

 

De nombreux évêques se mobilisent pour une manifestation contre le "gender" et pour la défense de la famille et des enfants, qui se tiendra demain 20 juin à Rome, devant Saint-Jean du LATRAN:

 

- c'est d'abord Monseigneur Paglia, Président du Conseil Pontifical pour la famille qui lance un message de soutien clair et courageux, qui invite chaque chrétien à l'action, promouvant une famille forte, soudée, fondée sur le rocher de l'Evangile et de l'Eglise.

 

- SER monseigneur Negri, archevêque de Ferrare, lui emboîte le pas contre la volonté "de détruire les racines profondes de notre peuple",

 

- puis le cardinal Ruini lui fait écho pour "soutenir avec conviction les familles dans cette bataille".

 

- Le cardinal Vallini, un des premiers à se déclarer pour la manifestation, invite les familles et les personnes de bonne volonté à y prendre part.

 

- L'évêque de Foligno s'engage également,

 

- suivi par l'évêque de Perouse,

 

- l'archevêque de Trieste Monseigneur Crepaldi s'engage dans un article retentissant: "Les attaques contre la famille sont un suicide de l'humanité",

 

- suivi par l'évêque de Saint-Marin,

 

- l'archevêque de Livourne,

 

- l'archevêque de Reggio-Calabre,

 

- l'évêque de Campobasso, etc.

 

 

"Défendons nos enfants ! Le 20 juin, tous à Rome "! (in "La Nuova Bussola Quotidiana" du 17)

 

via Le Forum catholique

De nombreux évêques italiens se mobilisent pour une manifestation contre le "gender" et pour la famille

Essai de traduction Christ-Roi de l'article en italien de La Nuova Bussola Quotidiana, du 17 juin :

 

Les évêques se mobilisent le 20 Juin
Constance Signorelli17-06-2015

Une vraie famille

"Je souhaite à votre événement un succès complet, avec la certitude qui apportera une contribution précieuse à la vie de l'Eglise et toutes les personnes qui se soucient du bien de toute l'humanité." Ceci complète le message que Mgr Vincenzo Paglia, à titre de président du Conseil pontifical pour la famille, il a voulu adresser au Comité "Nous défendons nos enfants» lors de la manifestation pour la défense de la famille et des enfants, prévue pour le 20 Juin, 15:30 Square à Saint-Jean de Latran à Rome (cliquez ici).

Un message clair de soutien et courageux annonçant une Eglise animée par la "forte volonté de promouvoir la famille comme un don de Dieu, pour la création de l'homme et la femme, créés à son image et cellule fondamentale de la société." Une famille 'où vous apprenez à vivre avec la différence et d'appartenir à d'autres et où les parents transmettre la foi à leurs enfants", selon Mgr Paglia qui reprend donc les paroles du Pape lui-même dans sa récente rencontre avec les évêques européens.

Un message invitant à se distancer de manière décisive de la mentalité de ce monde "qui rompt dangereusement l'intérieur de la maison et empêche patience et ténacité dans la formation d'une famille solide." Parce que "la société devient de plus en plus dangereuse tentation de vivre et de se développer d'une manière autonome, dans une vie solitaire, comme si les autres étaient des adversaires ou des ennemis."

Mais, il s'agit avant tout, un message qui invite tout le monde à l'action et qui a décidé de prendre une position: "Nos enfants, les enfants d'aujourd'hui, attendent de nous une hypothèse sérieuse et profonde de responsabilité parce que nous savons et de montrer au monde la richesse et la grandeur de toute la famille chrétienne", car "si le monde ne connaît que de tisser des liens à court, nous voulons une famille de long! Si la société est liquide, nous proposons une famille solide, stable, fondée sur le roc de l'Évangile et de l'Église". Avec ces mots, le président ne fait pas de quotas sur les raisons profondes qui motivent le Conseil Pontifical pour la Famille de manifester l'adhésion à l'initiative ce samedi.

Mgr Vincenzo Paglia, cependant, n'est pas le seul, ajoutant les témoignages de certains cardinaux, d'évêques et de leurs diocèses faites au cours des dernières semaines en faveur de l'événement.

Mgr Luigi Negri, archevêque de Ferrare-Comacchio, a exprimé son "adhésion" profonde et a souligné sa reconnaissance d'"une volonté de détruire les racines profondes et de la culture de notre peuple. Ce qui est en cause est non seulement la défense du grand trésor de la tradition catholique de la famille - qui a fait l'objet vivant et actif depuis des siècles de la vie sociale - mais la possibilité d'une authentique liberté de la personne à toutes les étapes de sa vie, de la naissance à la fin (...) Cet événement, le 20 Juin à Rome, va au-delà des limites de la même tradition catholique, va au-delà des frontières de nos gens à devenir une solide défense du bien commun de la nation; parce que là où il n'y a pas de liberté d'exprimer pleinement ses points de vue, la démocratie culturelle, religieuse, sociale et politique est grièvement blessée. Et ceux qui se présentent comme une minorité méprisée par la violence idéologique, fondamentalement, sont une majorité qui se pose en termes d'absolu incontestable et l'intolérance. Ceci nous encourage à travailler dur pour le bien de notre pays "(cliquez ici).

La voix de l'évêque Negri, fait écho à celle du cardinal Camillo Ruini: il épargné pour faire connaître les raisons qui l'ont conduit à soutenir les familles avec conviction dans cette bataille. Dans une récente interview de Matthieu Matzuzzi de Il Foglio, sur les questions de la famille et un projet de loi qui ont l'intention de détruire, il a déclaré: "j'espère sincèrement que les initiatives qui en ce moment se développent sur ces points aient un fort succès, à commencer par celle du 20 Juin prochain (...) ". Quant aux moyens les plus appropriés pour les catholiques de témoigner ses convictions, il a ajouté: "Il ne s'agit pas de faire des 'guerres culturelles', mais d'exprimer la conception chrétienne de l'homme, avec des mots, mais aussi avec le mode de vie et le comportement réel, maintenir ensemble la vérité et l'amour du prochain. Comme nous ne devrions pas attaquer quiconque, donc nous ne devons pas abandonner l'annonce claire de la vérité et de témoigner de sa vie".

Le soutien vient aussi du cardinal Agostino Vallini, qui, avec son Vicariat de Rome qui a été parmi les premiers à prendre parti en faveur de l'événement, du diocèse de Foligno qui "encourage la manifestation 'invitant' les familles et les personnes de bonne volonté à y prendre par", du diocèse de Pérouse qui partage "les objectifs de défense des droits de l'enfant et la protection de la famille comme société naturelle fondée sur le mariage", ainsi que de celui de Trieste, dont l'archevêque Mgr Giampaolo Crepaldi a publié hier un article de soutien (cliquez ici). Et puis, par l'évêque de Saint-Marin Andrea Turrazzi, le diocèse de Livourne, l'archidiocèse de Reggio de Calabre, dans le diocèse de Campobasso et tous ceux qui se joignent dans les dernières heures.

Par conséquent, bien que l'événement du 20 Juin veuille rester non-confessionnel et non-partisan - juste parce que cela relève de l'expérience du monde séculier qui a l'intention de donner sa pleine représentation - les familles ne peuvent pas se sentir réfractaires à accompagner ce mouvement des paroles de ces pasteurs et continuent encore plus décisivement à s'inscrire dans le parcours difficile et passionnant vers une société plus réelle et plus juste pour tous.

Repost 0
12 juin 2015 5 12 /06 /juin /2015 19:12

L'impéritie idéologique des Pouvoirs publics devient intenable pour les policiers. Mercredi, 80 policiers de la CRS 25 de Pau (pyrénées-atlantiques) étaient absents pour raison de santé. L'épidémie s'étend aujourd'hui à la Bretagne où également "plus de 80 policiers de deux compagnies de CRS se sont faits "porter pâles" alors qu'ils devaient assurer la sécurité du déplacement du président de la République aujourd'hui à Nantes." [1] D'autres compagnies ont été appelées en renfort pour les remplacer.

Fin avril à Brest, lors d'un autre déplacement de François Hollande, 44 fonctionnaires de la CRS 13 de Saint-Brieuc, sur 74, étaient portés malades. Jean-Marc Falcone, directeur général de la police nationale, avait alors fait part de son mécontentement et rappelé aux CRS "l'impératif de sécurité"...

Les CRS se déclarent malades depuis plusieurs semaines pour dénoncer "un manque d'effectifs et de considération" sur fond de plan Vigipirate renforcé, nous dit-on.

En fait, après des dizaines d'années d'immigrationnisme contraint, de métissage et de vivre ensemblisme obligé, les policiers se voient forcés aujourd'hui de sécuriser les déplacements du "président"..., des écoles et des lieux de culte ! Qu'ils commencent à se lasser était prévisible...

Continuons donc de les soutenir par la prière afin qu'ils comprennent que le service du peuple français les appelle à des sacrifices plus importants et au courage.

Notes

 

[1] Déplacement de Hollande: des CRS en congés, Le Figaro, Home ACTUALITE Flash Actu, Par LeFigaro.fr avec AFPMis à jour le 12/06/2015 à 19:20 Publié le 12/06/2015 à 18:34

Repost 0
2 juin 2015 2 02 /06 /juin /2015 17:53
Ecroulement brutal du nombre des visiteurs internet des media-menteurs

Mon idée de la "coquille vide" fait son chemin... sur Boulevard Voltaire :

Chefs d’entreprise, entrepreneurs, créateurs de start-up, BARRONS-NOUS ! Je propose qu'on déshabille entièrement la France de toutes ses entreprises privées, ne laissant à la république qu'une coquille vide, un grand cimetière de chômeurs par millions, que l'Etat ne saura plus comment nourrir.

Robin de La Roche

Repost 0
25 mai 2015 1 25 /05 /mai /2015 17:43

Le suffrage universel, nous en sommes certains, ne ramènera pas le Bien commun. Nous affrontons non un régime mais une idéologie. Si on affrontait un régime politique, on pourrait se soulever contre un régime. Mais contre une idéologie ce n'est pas la même chose.

Jean de Viguerie

Comment donc résister à une idéologie, avons-nous vu s'interroger l'historien Jean de Viguerie ?

De la Résistance passive à la liberté

Le plus illustre pamphlet politique de tous les temps, le discours intitulé "De la Servitude Volontaire ou le Contr’un" écrit par Étienne de la Boétie au XVIe siècle alors qu’il n’avait que 18 ans, est très intéressant à découvrir car il s’applique au pouvoir mis en place dans les républiques contemporaines quelles qu’elles soient...

Il n’y a plus un tyran élu ou non ou un roi héréditaire à la tête de la nation mais une caste de politiciens qui sont élus par un peuple ayant abandonné toute idée de liberté en se laissant tyranniser par des politiciens dont ils sont en définitive les complices puisqu’ils les ont mis au pouvoir et en sont devenus les victimes consentantes. [1]

 

Les systèmes électoraux eux-mêmes ont été peaufinés par les politiciens pour servir les intérêts de ces mêmes politiciens selon une mécanique qu’on peut ne qualifier que de machiavélique [Machiavel était l'ancêtre du républicanisme et de la politique moderne] car les minorités non inféodées aux groupes d’intérêt n’y ont aucune chance de représentativité. Les libertés individuelles disparaissent les unes après les autres, la propriété privée est menacée, l’intimité de la personne est surveillée et les agents du fisc, tels les fermiers généraux de l’Ancien Régime, se sont arrogé un droit de regard sur nos achats, nos revenus et nos dépenses, nous sommes écoutés, espionnés à la minute près, l’éducation de nos enfants depuis l’école maternelle jusqu’à l’université est prise en charge par le tyran, notre santé dépend du bon vouloir du tyran, en un mot nous sommes totalement asservis par le pouvoir en place qui dispose d’une police agressive et aux ordres et éventuellement de l’armée pour asseoir son pouvoir indéfectible.

 

Il reste encore quelques monarchies en Europe dont les rois ou reines n’ont plus aucun pouvoir mais ce pouvoir est détenu par le monde politique sous les ordres d’un tyran d’un autre genre, président ou premier ministre selon les pays, qui détient même le triste pouvoir d’envoyer à la guerre les citoyens assujettis à sa tyrannie et y compris d’engager son pays dans une guerre dont la majorité des citoyens ne veulent viscéralement pas.

 

Tout est décrit par La Boétie, scrupuleusement, et il y a 441 ans de cela ! La Boétie était un libertarien avant l’heure. Ce jeune homme prônait la désobéissance civile (et civique), le refus de payer l’impôt, l’objection de conscience et la non-violence, même s’il n’utilisait pas dans son discours ces termes aussi précisément, pour faire échec à la tyrannie du politique sur le citoyen, au sens grec du terme c’est-à-dire habitant de la cité.

Mais il faut avant tout que les citoyens, dix, cent, mille, des cités entières, des millions (selon La Boétie), prennent conscience qu’ils sont tyrannisés par le monde politique qu’ils ont eux-mêmes mis au pouvoir. Ce que La Boétie n’a pas mentionné dans son Discours est la collusion entre le monde de la finance et le monde politique, et souvent certains milieux industriels comme l’industrie de l’armement, de l’énergie ou plus récemment des télécommunications et ces rapprochements naturels, aux yeux du citoyen moyen, y compris l’éducation et la santé pour mieux parachever cette œuvre de domination, sont contre nature et tout au contraire organisés pour mieux asservir ce citoyen déjà réduit à l’état de serf (au sens du XVIe siècle) alors entièrement soumis à ce système tyrannique à qui il a pourtant attribué ce pouvoir.

En ce qui concerne le monde politique français en particulier, mais le pamphlet de La Boétie s’applique à n’importe quel régime politique de n’importe quel pays sur cette planète, il n’y a aucune distinction de couleur ou d’idéologie entre la gauche et la droite, entre l’extrême gauche, le centre ou l’extrême droite, entre républicains ou démocrates, entre chrétiens-démocrates et partis populaires – des dénominations usurpées et vides de sens – entre travaillistes ou conservateurs, ce sont des classifications sans fondement car tous les partis politiques n’ont qu’un seul objectif : se faire élire avec l’appui de la haute finance puis asservir leur électorat, le tyranniser et l’appauvrir. Les riches ne votent même pas, ils achètent les politiciens, c’est beaucoup plus efficace

La servitude moderne comme toute servitude est proprement démoniaque. Elle dégrade et corrompt l'homme afin de maintenir sur lui sa domination spirituelle. Sur le plan strictement politique, c'est la raison pour laquelle la Tyrannie moderne a marqué sa différence avec la pensée politique traditionnelle dans son refus catégorique de considérer la morale comme actrice et fondement de la politique. Cette autonomie radicale de la politique - totalement étrangère à la pensée des Anciens comme à celle des grands docteurs scolastiques - ne fait que traduire l’apparition avec Machiavel d’une nouvelle conception de l’État, conçu comme comme une valeur en soi, indépendante des fins poursuivies, et une valeur absolue.

Ainsi, les Révolutionnaires de 1789 avec leur république absolue ont-ils constitutionnalisé le principe d'un "régime" politique amoral où la source de toute légitimité politique n'est plus ni Dieu ni le droit naturel même, mais la Volonté générale (article 6) combiné à la Souveraineté nationale (article 3) tout en déclarant à côté dans le même temps .... l'existence de "droits naturels et imprescriptibles" (sic) (article 2), mais qui ne reposent absolument sur rien.

Comment sortir de cette servitude ?

 

C’est le principe de la Résistance passive combinée à la désobéissance civile (technique reprise d’Henry David Thoreau à Gandhi).

La révolte classique oppose la violence à la violence. La Résistance passive refuse d'être complice d'un pouvoir illégitime et de nourrir ce pouvoir par sa propre coopération. Elle combine la désobéissance civile théorisée par La Boétie, à l'action passive (Exemple: le boycott autant que possible des media-menteurs, le refus de consommer tel ou tel produit, le refus de participer à l'inversion des souverainetés, des fins, le refus de participer à la soit-disant "vie" politique, etc.)

La Boétie est un des premiers théoriciens de ce mode d’action qu’il faut distinguer de la rébellion, qui elle est active.

Or, dans un régime politique qui n'en est pas un comme la république, la révolte nourrit l'idéologie dominante qui, tel un parasite, se nourrit de chaque réaction du peuple pour ressouder ce qu'elle nomme l'"unité républicaine".

Pour se défaire donc de cette malédiction qui agit tel un envoûtement collectif et qui fait que les gens pensent avoir un quelconque pouvoir grâce à un bulletin de vote, il s'agit d'abord pour chacun à son niveau, de refuser de nourrir le parasite. C'est un combat intérieur contre les Principautés et les puissances du mal, qui a ses répercussions sur notre environnement proche. Combat intérieur dans lequel les conseils de sainte Jeanne d'Arc, Patronne secondaire de la France, prennent tous leurs sens. Nous combattons "en nom Dieu".

La non-violence ou le principe de la Résistance passive s'impose alors comme un mode d'action politique nouveau qui combine les effets de la désobéissance civile à l'action passive dans chaque geste de notre vie quotidienne, animé de la grâce surnaturelle.

Sans le soutien actif du peuple en effet, les tyrans n’auraient aucun pouvoir. C'est la grande leçon de La Boétie.

La Résistance passive, dirais-je, suffit à briser les chaînes des dominations supérieures par intervention des Puissances supérieures d'abord en nous, qui ensuite, se communiquent à notre environnement immédiat. Puissances supérieures, dont nous sommes en définitive, les seuls convocateurs.

Cette sagesse chrétienne était aussi celle des Chinois :

 

Depuis l’homme le plus élevé en dignité, jusqu’au plus humble et plus obscur, devoir égal pour tous : corriger et améliorer sa personne ; ou le perfectionnement de soi-même est la base fondamentale de tout progrès et de tout développement moral.

Confucius, Doctrine de Confucius ou les quatre livres de philosophie morale et politique de la Chine, Traduit du Chinois par M.G. Pauthier, Librairie Garnier Frères, 1921, p.73.

Les intentions étant rendues pures et sincères, l’âme se pénètre ensuite de probité et de droiture ; l’âme étant pénétrée de probité et de droiture, la personne est ensuite corrigée et améliorée ; la personne étant corrigée et améliorée, la famille est ensuite bien dirigée ; la famille étant bien dirigée, le royaume est ensuite bien gouverné ; le royaume étant bien gouverné, le monde ensuite jouit de la paix et de la bonne harmonie.

Doctrine de Confucius ou les quatre livres de philosophie morale et politique de la Chine, Traduit du Chinois par M.G. Pauthier, Librairie Garnier Frères, 1921, p.73

En nom Dieu, les gens d'armes combattront, et Dieu donnera la victoire.

Sainte Jeanne d'Arc

Repost 0
19 mai 2015 2 19 /05 /mai /2015 19:49
Ecroulement brutal du nombre des visiteurs internet des media-menteurs

Signe de l’entrée croissante en dissidence, le suivi du nombre de visiteurs internet de plusieurs quotidiens a décroché très brutalement en novembre 2014 : 10,6 millions perdus par Le Monde, 3,3 millions par Le Figaro, etc. Les milliards de subvention étatique versés au Gestell de propagande ne suffisent plus.

 MPI - 54 - 01 - le Monde 10,6 millions de visiteurs perdus -

Ecroulement des visiteurs du site internet Le Monde

MPI - 54 - 02 - LeFigaro 3,3 millions de visiteurs perdus -

Ecroulement des visiteurs du site internet Le Figaro

MPI - 54 - 03 - LEXPRESS 2,6 millions de visiteurs perdus -

Ecroulement des visiteurs du site internet L’Express

 

Source

On continue... pour ne plus laisser qu'une coquille vide..

Repost 0
7 mai 2015 4 07 /05 /mai /2015 13:03

Hormis le message passablement utopique d'un monde "sans guerre, sans délinquance, sans corruption", je relaie un intéressant "appel aux Français" d'Eric Fiorile qui se présente (à partir de 42:07) comme "la seule personne qui pouvait lancer cet appel", un "citoyen comme tous les autres", un "monsieur tout le monde", un "anonyme" qui n'"a jamais postulé à aucun poste dans la politique", n'a "appartenu à aucun parti", n'a "jamais accepté d'entrer ni aux francs-maçons ni dans aucune secte d'aucune sorte".

Cet appel, mis en ligne le 12 mars 2014, pour le 14 juillet 2015 prochain, dresse un certain nombre de vérités que vous n'entendrez pas dans les media du grand courant et fait des propositions, dont la mise en place d'un "Gouvernement provisoire" composé notamment de citoyens tirés au sort parmi l'ensemble des couches sociales de la population (ouvriers, artisans, paysans, salariés, fonctionnaires, jeunes, retraités, professions libérales, etc.) Un gouvernement issu de la journée du 14 juillet 2015 dont, quoiqu'il en soit, il faudra s'assurer de la transparence :

Extrait (à partir de 7:45) :

 

"(Au XVIIIe et XIXe siècle) il y a toute une puissance du pouvoir bourgeois qu'on appelle francs-maçons dans un pays, ou autrement, parce qu'ils multiplient les sectes de toutes sortes, qui vont commencer vraiment à prendre le pouvoir. Ils trouvent une arme fabuleuse chez les humanistes, en se servant de leurs écrits et de leurs idées pour faire croire au peuple qu'il va acquérir des libertés à travers un système qui est le leur, et qui est 'la république'.

 

Alors, cette 'république', elle ne va jamais fonctionner. En Grèce, elle a provoqué la corruption et la destruction de l'empire grec. Ensuite, cela a été à Rome en deux cents ans, cela a provoqué la même chose, la destruction et une corruption extrême. Et puis chez nous, on voit la même chose, cela fait deux cents ans qu'elle est en place et on retrouve toujours une corruption extrême et la destruction de la société. [Cf. La Révolution continue son oeuvre de destruction. Tout ce qui, de près ou de loin, nous est cher, est détruit systématiquement par la république.]

 

Donc, eux trouvent cette arme fabuleuse qui est la république qui permet de faire croire à un peuple crédule que tout d'un coup il est en démocratie, que c'est lui qui décide..., alors qu'en réalité biensûr tous les membres, systématiquement tous les membres dirigeants sortent exclusivement de leur monde, donc à travers leurs sectes, etc.

 

Alors, durant ces deux cents ans, l'humanisme a pratiquement disparu. Et puis il commence à renaître progressivement par une prise de conscience de la destruction de notre monde à la fin du siècle dernier. Et avec internet, il apparaît un développement de cet humanisme qui aujourd'hui touche une multitude de gens sensibles à cet humanisme. [...] Ces mêmes gens ont pris conscience que tout le pouvoir et toute notre société était contrôlé par ces bourgeois. Et globalement, ce que l'on appelle le Nouvel Ordre Mondial, c'est en fait ces gens qui sont prêts à tout sacrifier (les humains et la planète) pour leurs bénéfices et leur enrichissement personnel.

 

15:25 [...] Nous faire perdre notre souveraineté. La finalité est de faire que l'Europe devienne une province américaine qui permettra à l'Amérique de disposer d'un marché économique. Pour cela il y a le traité transatlantique qui se prépare [en douce et sans débat NDLR.]. Et puis il fallait surtout que l'on perde notre souveraineté. Donc le rôle de Sarkozy était de faire entrer notre armée sous le contrôle de l'Otan. ... Et Sarkozy, au premier juillet 2011 a passé un décret qui autorise la police à tirer à balles réelles sur les manifestants. Donc, depuis cette date, l'assassinat direct par des snipers officiels est autorisé. Cela, c'est une police politique qui est installée sur notre territoire et qui peut intervenir contre le peuple en cas de révolte. Donc ils s'y attendent et ils se préparent...

 

... A François Hollande, il reste de procéder au démantèlement géographique de la France et à signer le traité transatlantique.... (Dans le domaine de l'agriculture), demain, les Américains vont pouvoir librement utiliser la terre de France pour cultiver leurs OGM, pour imposer leurs pesticides, insecticides. C'est une destruction complète de notre terre.

 

[...] En ce qui concerne la date. Le 14 juillet est symbolique puisqu'on enseigne aux enfants que le 14 juillet (1789), le peuple de France a repris le pouvoir... En 1789 c'était pas forcément vrai. Faisons-le en 2015 et là que cela soit réel. ... C'est un appel véritablement de gens libres, de libres penseurs. C'est-à-dire que c'est vous qui allez déclencher cette opération. ... Cette prise de conscience, c'est vous qui allez la provoquer. Et cet appel, c'est vous qui allez le répercuter. ... Ce jour-là, les militaires sont avec nous. Et ce défilé qui normalement est une parade pour les beaux yeux des politiciens, qui n'a plus beaucoup de sens maintenant pour les Français. Ce défilé va devenir une réalité. Ce ne seront pas les militaires qui défileront mais le peuple de France, accompagné et protégé par les militaires, qui va aller de la Place de la Concorde à l'Elysée et directement s'installer à l'Elysée. Concrètement, il suffit une fois arrivé à l'Elysée de faire une déclaration au monde comme quoi le peuple de France a repris le pouvoir chez lui. " (Fin de citation)

Si tel devait être l'appel lancé depuis l'Elysée, il faudra bien veiller à ce que plus aucun membre de la Secte dont parle Eric Fiorile dans cette video ne dirige le "peuple", et tire les ficelles dans l'ombre comme il a pu le faire en 1789, 1830, 1848, 1870, 1945.

 

Afin d'éviter cet inconvénient et de mettre fin à l'action souterraine de la franc-maçonnerie (comme cela s'est toujours pratiqué dans la plus grande opacité depuis plus de deux siècles maintenant...), j'avais proposé en 2014 une déclaration publique officielle des francs-maçons devant l'Assemblée nationale. Il s'agit pour ceux qui veulent faire de la politique de se présenter au sein du "Gouvernement provisoire" décrit par Eric Fiorile (à partir de 32:50 dans la video) ("200 membres environ"), dès le début le 14 juillet 2015, dans la transparence, sans écarter leur appartenance maçonnique.

14 juillet 2015 : l'Appel aux Français

Car quiconque fait le mal hait la lumière, et il ne vient point à la lumière, de peur que ses oeuvres ne soient découvertes, mais celui qui fait la vérité vient à la lumière." (Evangile selon Saint Jean, III, 19-21).

Saint Michel archange, Protecteur de la France, Premier défenseur de la Royauté du Christ, Très Glorieux Prince de la Milice céleste, daignez venir à notre secours.

Repost 0
6 mai 2015 3 06 /05 /mai /2015 12:49
Jeu de dupes : "En attaquant ou en se substituant au sacré, le système tente d'asphyxier mortellement la France" (Stéphanie Bignon)

Appelant à manifester le 10 mai à partir de midi Place Saint-Augustin, Stéphanie Bignon, présidente de l'association "Terre et Famille", et co-auteur avec Anne Brassié de "Arrêtez de nous libérer..." se joint à l'hommage rendu à Sainte Jeanne d'Arc. Dans la video ci-dessus, elle explique:

"Sans le sacre, il n'y a pas de 'roi de France'. Les Anglais de l'époque (de sainte Jeanne d'Arc) ne l'avaient peut-être pas tout à fait réalisé, mais nos ennemis d'aujourd'hui le savent. Et en attaquant ou en se substituant au sacré, le système tente d'asphyxier mortellement la France. Et ce jeu dure depuis trop longtemps." (Stéphanie Bignon)

Un jeu de dupes

 

Religion (catholique) contre religion maçonnique, un exemple de raillerie du sacré vient d'être fourni par le républicain François Asselineau qui, dans un débat contre le royaliste Eric Rossand, a raillé le "droit divin". Il faut dans ces cas-là, systématiquement parler de duperie, de jeu de dupes ou de deux poids deux mesures, compte tenu du fait que nos oligarques au pouvoir, aujourd'hui, le sont par la grâce du droit occulte de la franc-maçonnerie, un droit oligarchique fixé lors de la Révolution dite française établi sur le complot républicain de 1792 et un génocide.

Jeu de dupes : "En attaquant ou en se substituant au sacré, le système tente d'asphyxier mortellement la France" (Stéphanie Bignon)
Repost 0
3 mai 2015 7 03 /05 /mai /2015 07:58
Maison d'une dame âgée squattée à Rennes : Les Bonnets Rouges se solidarisent d’Adsav et appellent à rejoindre la manifestation organisée par le parti nationaliste

BREIZATAO – NEVEZINTIOU (02/05/2015) Les Bonnets Rouges se solidarisent d’Adsav ! et appellent à se joindre à la manifestation du parti nationaliste dans un communiqué paru ce jour (source). [...] dimanche 3 mai, les nationalistes bretons organisent une manifestation de soutien à Maryvonne Thamin, 83 ans, au 94 rue de Châtillon à Rennes. Maryvonne Thamin est devenue SDF suite au squatt de son domicile par l’extrême-gauche rennaise depuis de nombreux mois.

 

http://breizatao.com/2015/05/02/maison-squattee-a-rennes-les-bonnets-rouges-se-solidarisent-dadsav-et-appellent-a-rejoindre-la-manifestation-organisee-par-le-parti-nationaliste/

Repost 0
26 avril 2015 7 26 /04 /avril /2015 14:29
"Le fruit de nos entrailes" : un documentaire de Maria Poumier

Le Fruit de nos entrailles : documentaire de Maria Poumier( 60'02) sur le marché de la stérilité, l'industrie de la procréation artificielle, la prostitution utérine ou location d'uterus (la "GPA"). Avec Farida Belghoul, Roger Bongos, Lucien Cerise, Francis Cousin, Dr.Jean-Pierre Dickès, Père Olivier Horovitz, Béatrice Pignède, Sébastien Renault, Claire Séverac.

Via http://jre2014.fr/vaincre-ou-mourir/

 

Extrait :

 

"(A partir de 16:35) L'avortement en tant que tel représente une activité colossalement lucrative. Cf. La commercialisation des organes de bébés avortés. On peut entre autres exemples prendre celui de l'industrie de la maladie virale. La chose a été délibérément cachée au grand public jusque très récemment. Mais le fait est que la plupart des vaccins dispensés aujourd'hui à travers le monde - donc des vaccins les plus courants contre les hépatites A et B, contre la varicelle, contre la grippe aviaire -, sont élaborés à partir d'organes de foetus humains avortés. La cabale pharmaceutique mondialiste soutient que les cellules animales ne sont pas aussi fiables, que les cellules humaines diploïdes seraient les seules à faire l'affaire. Une contradiction patente devrait ici nous alerter. En effet, d'où proviennent ces cellules ? Réponse: nécessairement d'êtres humains. Donc d'un côté l'avortement ne peut se justifier comme procédure moralement neutre qu'à condition de démontrer qu'il ne consiste pas en l'élimination d'êtres humains innocents conçus, donc que les foetus ne sont pas humains. De l'autre côté, la création de vaccins à partir de lignée cellulaires humaines présupposent la dérivation de celles-ci à partir d'organes sources humains - en l'occurence d'organes foetaux humains -. Nous avons donc ici un problème élémentaire d'application du principe logique du tiers exclu. Si les foetus ne sont pas des êtres humains, nous pouvons alors en conclure que l'avortement est une activité moralement neutre. Mais, si les foetus ne sont pas des êtres humains, comme alors justifier leurs utilisations comme sources de cellules dites humaines à l'intérieur du processus d'élaboration des vaccins? C'est ou l'un ou l'autre.

(A partir de 20:28) [...] Il nous faut bien avoir à l'esprit que la barbarie malthusienne 'humanitaire' est en grande partie financée par l'argent des impôts et par les grands donateurs richissimes aux Etats-Unis et en Europe. Donc, grâce aux programmes d'aides étrangères et à la Banque mondiale, les contribuables américains et européens financent - à leur insu ou pas - de très violentes campagnes de stérilisation forcée à travers le monde.

L'UNICEF profite des catastrophes touchant les pays les plus pauvres pour aller initier des programmes de vaccination en masse. Deux exemples récents:

- le premier aux Philipinnes où après le passage du typhon qui dévasta Tacloban et les régions voisines en novembre 2013, l'UNICEF lança un programme de vaccination de masse avec la distribution de quelques 800.000 doses de vaccins oraux antipolios. Ce en dépit du fait qu'aucun cas de polio n'avait été déclaré aux Philippines depuis 1993. Les personnes ainsi vaccinées vont recycler le virus dans les systèmes d'égoût, ce qui provoquera finalement la maladie réelle que le vaccin est censé prévenir. Donc c'est toujours la même logique de l'inversion, la même logique du cheval de Troie malthusien, à fort visage 'humanitaire'.

- Même chose également en 2013 avec les deux millions de doses de vaccins antipolios achetés par l'UNICEF pour imposer aux réfugiés syriens en Jordanie une opération vaccination de masse similaire à celle des Philippines. On n'avait pas vu de cas de polio en Syrie depuis 1999. Après la vaccination de masse, les cas de polio commençèrent à réapparaître parmi les réfugiés syriens qui retournèrent au pays l'année dernière.

(A partir de 29:10) [...] Tous les gouvernements occidentaux sont impliqués aux avant-postes du projet mondial, de réduction de la population, qui est un des piliers du Nouvel Ordre Mondial. Les gouvernements occidentaux sont donc les premières instances impliquées dans la mise en oeuvre de la philosophie malthusienne à travers le monde. Vous avez par ailleurs les médecins de l'ONU, la caste des médecins du secteur public, regroupant différentes cabales associatives, médicales ou nationales, la fondation Rockefeller, la fondation des Gates, la fondation des Nations Unies, les fondations de George Soros, la Banque mondiale, l'organisation mondiale pour la Santé, le fonds des Nations Unies pour la population, l'UNESCO, l'Alliance Globale pour les Vaccins et l'immunisation, l'Agence Américaine pour le développement international, Médecins sans frontières, l'Association internationale des Fabriquants de Produits pharmaceutiques, la Fédération européenne des Associations et des Industries Pharmaceutiques, et on pourrait encore citer le Consortium pour la Fièvre hémorragique virale.

[...] (A partir de 42:10) "La résistance est possible. Il faut renommer les choses. C'est-à-dire que dans la guerre qui nous est livrée, l'aspect sémantique est très important. Plutôt que de parler de 'GPA', il faut parler de 'prostitution utérine' et utiliser ce terme à chaque fois pour sortir du côté lénifiant et faussement altruïste de 'GPA', qui est l'acronyme de Gestation pour autrui où l'on a l'impression que c'est généraux, que l'on va faire pousser quelque chose pour le donner à quelqu'un. Il y a toute une conotation qu'il faut absolument écarter pour nommer les choses telles qu'elles sont: c'est du commerce. Ce n'est pas pour, ce n'est pas altruïste, ce n'est pas un don. C'est de la prostitution, ni plus ni moins. C'est-à-dire qu'au-delà de la prostitution déjà connue qui est celle du vagin, là on va encore plus loin : on va louer l'uterus comme le propose Pierre Bergé qui va très loin dans l'exploitation capitaliste du corps des femmes, puisqu'il reprend une phraséologie marxiste où l'on doit mettre en location le ventre des femmes comme les ouvriers louent leurs forces de travail, louent leurs bras." [1] Donc on voit bien que l'on est dans une perspective qui est très strictement commerciale, qu'on appelle aussi la marchandisation du vivant, qui passe par son artificialisation puisque la nature - elle - est gratuite. Si on veut que tout soit tarifé, que tout soit payant il faut détruire la nature, on n'a pas le choix... pour la reconstruire sur de nouvelles bases, depuis des bases mercantiles où tout sera tarifé, y compris l'air que l'on respire, l'eau que l'on boit, etc.

[...] (54:05) Ces femmes sont transformées en objets de location purement et simplement. On pourrait dire en cela qu'elles sont réduites à moins que des animaux d'élevage. Ainsi déshumanisées, elle deviennent avec leurs enfants exploitées et commercialisées comme de la vulgaire denrée, les esclaves du marché ultra-libéral absolutisé. Car il s'agit effectivement d'une mise en esclavage des gens progressive. [...] Pourquoi s'en prendre à la procréation naturelle ? Réponse : précisément parce qu'elle est un ordre divin. La procréation réelle qui est la procréation naturelle est la manifestation d'un ordre divin sous-jacent. Or le Nouvel Ordre humain est un nouvel ordre fondé sur l'illusion de la vie sans Dieu.

[...]

Notes

 

[1] "Louer son ventre pour faire un enfant ou louer ses bras pour travailler à l'usine, quelle différence?", a déclaré Pierre Bergé dans une interview accordée au Figaro.fr et rapporté par Le Parisien, le 17 décembre 2012.

Repost 0
22 avril 2015 3 22 /04 /avril /2015 14:00

Remarquable analyse de Boris Le Lay qui examine la loi antiterroriste, l'opération de destabilisation, de subversion et de démoralisation ("guerre subversive") des sociétés par le "mariage" gay pour obtenir un individu ne sachant plus où est le bien et le mal, un individu rendu amoral dont le pouvoir pourra faire ce qu'il veut : l'Etat policier occulte et la "guerre démoniaque".

Repost 0
22 avril 2015 3 22 /04 /avril /2015 12:03
Aucune "unité" avec les diviseurs et les professionnels du chaos

Le 11 mars, François Hollande avait annoncé la sécurisation des synagogues et écoles confessionnelles dans le cadre de l'"opération Sentinelle", et le 25 mars, le recrutement de 11.000 militaires dans le cadre de cette opération. Or, un projet d'attentat contre "une ou deux églises" a été déjoué en France, apprend-on ce matin, un cimetière chrétien profané à Castres il y a quelques jours, et pendant que le gouvernement républicain protège les synagogues, les écoles juives et les mosquées, les églises, elles, ne sont pas protégées. Deux poids deux mesures...

Le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, a annoncé ce matin qu'un homme avait été arrêté dimanche (19 avril NDLR.), alors qu'il projetait de perpétrer un attentat de façon "imminente" contre une ou deux églises. [1]

L'homme arrêté est soupçonné d'être l'auteur du meurtre d'Aurélie Châtelain, femme de 32 ans dont le corps présentant trois impacts de balles a été retrouvé dans sa voiture en flammes, dimanche matin. Cet étudiant en informatique était connu des services de police pour ses "velléités de départ en Syrie". ... [C]et étudiant est de nationalité algérienne et était arrivé en France en 2009.

Plusieurs médias indiquent que l'homme aurait été interpellé presque par hasard: blessé aux jambes dimanche matin, il a sollicité les secours pour lui venir en aide. Les policiers, prévenus, se sont rendus sur place et se sont dirigés, en suivant les traces de sang laissées par l'homme, vers le véhicule du blessé. Ils y ont découvert un "arsenal", selon les mots du ministre de l'Intérieur, qui a confirmé que l'homme arrêté avait été blessé par balle, sans donner de précisions.

D'après RTL, l'homme aurait été initialement blessé par un autre individu qui lui aurait tiré dessus avec un pistolet à plomb avant de lui voler son sac, peu avant 9 heures dimanche matin. La chaîne iTélé indique de son côté que l'homme aurait pu se blesser lui-même.

L'homme, arrêté après avoir sollicité les secours pour une blessure à la jambe, possédait un "arsenal" d'armes de guerre et de poing dans sa voiture et à son domicile, dans le XIIIe arrondissement. Les policiers ont découvert une documentation "établissant sans ambiguïté" que l'homme projetait un attentat "imminent" contre une ou deux églises. Ces églises sont situées à Villejuif, d'après des sources policières.

D'après les informations du journal Le Monde, l'homme se serait effectivement blessé lors de l'agression d'Aurélie Châtelain, en essayant de lui voler sa voiture.

La police a découvert au domicile de l'homme, situé dans le XIIIe arrondissement, ainsi que dans son véhicule, des armes de guerre, des armes de poing, des munitions et des gilets par balles, ainsi que du matériel informatique, a indiqué Bernard Cazeneuve. Une "documentation" a également été découverte, "établissant sans ambiguïté" que l'homme projetait un attentat «imminent» contre une ou deux églises.

Cet étudiant franco-algérien se trouve actuellement en garde à vue sur son lit d'hôpital. [L]a garde à vue du suspect franco-algérien de 24 ans, devrait être prolongée d'au moins 24 heures, au-delà des 96 heures règlementaires en cas d'actes ou de risques de terrorisme.

"Le dossier serait très lourd, ce n'est pas un homme seul. On relève d'inquiétantes similitudes avec le dossier Kouachi-Coulibaly", commente une source. Outre les expertises balistiques menées en début de semaine, le parquet de Créteil a procédé à plusieurs auditions avant de transmettre hier le dossier au parquet antiterroriste de Paris.

Alors qu'il est lui, comme initiateur avec Christiane Taubira de projets de "réforme de civilisation" imposés par l'Etat ("mariage" gay) le premier diviseur des Français, le Premier ministre Manuel Valls, pompier pyromane immigrationniste, s'est exprimé à l'issue du Conseil des ministres :

"Notre pays, comme d'autres, fait face à une menace terroriste sans équivalent dans le passé par sa nature et son ampleur. […] Les terroristes ciblent la France pour nous diviser", a-t-il affirmé.

Irresponsable à la tête du gouvernement, le premier à être responsable de la situation désastreuse après avoir milité pendant des années pour l'immigration "chance pour la France", Valls Quand même a souligné que la "réponse" à apporter devait être "le rassemblement, l'unité, et une très grande détermination face à cette menace terroriste" dont il est, lui, avec ses amis socialistes, le premier responsable ! Le golem que Valls a créé, se retourne contre lui.

En fait, il n'y a nul besoin des terroriste pour diviser la France. Les premiers diviseurs des Français se trouvent à la tête de l'Etat. Toute la clique à Hollande - république absolue - se charge d'organiser la division pour régner. Jours après jours, mois après mois, ils créent, instaurent patiemment, les conditions du chaos et de la division, soutiennent à l'extérieur des politiques étrangères déstabilisatrices criminelles (guerre en Irak, en Libye, soutiens aux djihadistes en Syrie, etc.) comme à l'intérieur des politiques artificielles de division ("mariage" gay). Puis, quand surviennent des attentats, ils appellent à l'"unité"... Mais quelle "unité" peut-on réaliser avec les organisateurs et les professionnels du chaos ? Quelle "unité" réaliser avec des satanistes ? Aucune ! Satan est le grand diviseur mais le gouvernement est le créateur de politiques satanistes (homosexualisme et théorie du genre).

 

Cohérence et discernement pour tous ! Ne tombons pas dans le piège d'une unité factice destinée à renforcer le Régime. Mais demandons des comptes aux responsables !

 

Notes

 

[1] Un projet d'attentat contre «une ou deux églises» a été déjoué en France, Le Figaro, Mis à jour le 22/04/2015 à 12:33 Publié le 22/04/2015 à 10:32

 

 

 

Repost 0
28 mars 2015 6 28 /03 /mars /2015 11:28

Élevés par des homosexuels, ils confient leur souffrance à la communauté gay

Des témoignages qui ne seront pas diffusés dans les media : Élevés par des homosexuels, ils confient leur souffrance à la communauté gay

 

Il y a quelques jours, les homosexuels Dolce & Gabbana affirmaient que « la famille n’est pas une mode passagère, c’est un sens de l’appartenance. […] La seule famille, c’est la famille traditionnelle. » Tollé immédiat et appel au boycott dans les milieux LGBT.

Quelques jours plus tard, six adultes américains élevés par des homosexuels écrivaient pourtant aux deux stylistes pour les remercier d’avoir « donné voix à une chose que nous avons apprise par l’expérience : chaque être humain a un père et une mère, et couper l’un ou l’autre de la vie d’un enfant, c’est priver l’enfant de dignité, d’humanité et d’égalité ».

Les signataires poursuivent : « Nous savons que vous allez subir une immense pression, spécialement en ce moment où l’Italie et les États-Unis sont poussés à nier ce que nous réclamons, à savoir le droit d’avoir un père et une mère, dans le seul but de satisfaire un puissant lobby gay. ».
 Les six confient avoir trouvé dans les propos de Dolce & Gabbana « l’inspiration » et le « courage » d’aller dénoncer le mariage gay auprès de la Cour suprême des États-Unis, et leur lettre s’achève par une supplication : « C’est important pour notre bien […] que vous ne vous excusiez ni ne capituliez. S’il vous plaît, continuez à soutenir l’idée qu’un enfant a besoin d’un père et d’une mère. C’est un droit de l’homme. » Un cri de souffrance bien peu relayé par les promoteurs de l’égalité.

Plus récemment encore, Heather Barwick, Américaine également, écrivait à sa « chère communauté gay » pour lui confier sa souffrance. Élevée par deux lesbiennes, la jeune femme a longtemps milité pour le mariage homosexuel. Elle écrit « pour sortir du placard » : « Je ne soutiens plus le mariage homosexuel », confie-t-elle, en précisant : « Non pas parce que vous êtes gay, je vous aime tant, mais en raison de la nature même de la relation homosexuelle. »

Pourquoi ? Parce que « cela promeut et normalise une structure familiale qui nous prive de quelque chose de précieux et de fondamental. On nous répète que nous n’avons pas besoin de ce que nous désirons naturellement et profondément. On nous répète que ça va aller. Mais ce n’est pas vrai, nous souffrons », explique-t-elle.


C’est après s’être mariée que la jeune femme a réalisé combien l’absence d’un père était douloureuse, « en voyant mes enfants aimer et être aimés par leur père ». « J’aime la partenaire de ma mère, précise la jeune femme, mais une autre femme ne remplacera jamais le père que j’ai perdu (…] C’est une chose étrange et troublante de vivre avec cette douleur profonde de rechercher un père, un homme, dans une communauté qui prétend que les hommes sont inutiles. »

Heather Barwick sait que les homosexuels peuvent être de bons parents. Elle sait aussi que « tant de causes peuvent faire souffrir les enfants dans une famille : divorce, abandon, infidélité, viol, mort… » mais « la meilleure et la plus belle structure familiale est celle dans laquelle les enfants grandissent avec un père et une mère », écrit celle qui refuse désormais que l’on impose sa souffrance à d’autres enfants.

Elle supplie cette communauté gay qu’elle « aime tant » et qui lui a « tant appris » d’entendre cette souffrance, dans un message poignant :

Un grand nombre d’entre nous a peur de parler et de vous dire sa peine et sa souffrance parce que quelles que soient les raisons, vous n’avez jamais l’air de nous écouter. Vous ne voulez pas entendre. Si nous disons que nous souffrons d’avoir été élevés par des parents homosexuels, nous sommes ignorés ou catalogués comme haineux. Cela n’a rien à voir avec la haine du tout […] Je sais que vous avez vraiment été haïs et que vous avez réellement souffert […] J’étais là. J’ai pleuré et j’ai ressenti la colère directement dans la rue avec vous. Mais ce n’est pas moi. Ce n’est pas nous.


Un témoignage désarmant pour des activistes LGBT souvent tentés par la violence et l’agressivité lorsque certains, et même leurs propres enfants, leur rappellent ces évidences, et la souffrance immense qu’impose leur négation.

 

Source: http://www.bvoltaire.fr/charlottedornellas/eleves-par-des-homosexuels-ils-confient-leur-souffrance-la-communaute-gay,167253

Repost 0
4 mars 2015 3 04 /03 /mars /2015 09:38
Bilger : Si le FN n'avait pas existé, les socialistes l'auraient inventé

Philippe Bilger, magistrat honoraire et président de l'Institut de la parole, dans un article pour le Figaro écrit ce que je disais en avril 2014 ("Si le Front national n'existait pas, l'Oligarchie l'aurait inventé !"); On peut dire que le FN fait partie intégrale de la république : il a intégré la conception erronée de l'autorité, il affirme que l'autorité vient d'en-dessous, des inférieurs, et non d'un principe supérieur (Dieu); le FN partage la monstrueuse "souveraineté nationale", expression de la "Volonté générale" qui ne pouvait finir que par vouloir changer toutes les lois, aujourd'hui la loi naturelle ("mariage homosexuel), demain peut-être les lois de la gravitation universelle (J.C. Martinez), François César Hollande, se prenant pour Dieu (P. Buisson), dans le cadre de la "religion de la république" (version Claude Bartolone) ou "religion de la république" (version Vincent Peillon).

 

Il n'est pas impossible que l'Oligarchie mise la soit-disant "alternance politique" avec le Front national comme elle le fit en 1940 en donnant les pleins pouvoirs à Pétain (sans que le coeur de la Matrice ait été détruit), pour ensuite s'en servir comme refouloir pendant 50 ans... Nous disons donc à tous les nationalistes et à ceux qui s'apprêtent à voter FN : attention, le piège est gros, ne tombez pas dedans, ne jouez  pas les esclaves de l'Oligarchie, soyez des hommes libres.

 

Il existe a une autre solution: laisser la république satanique s'effondrer sous le poids de ses propres mensonges et apories (apories qui sont la conception erronée de l'autorité; l'universalisme religieux satanique vivre ensembliste de peuples et nations aux cultures et moeurs différents dans le "creuset républicain", projet en opposition au décret divin créant des peuples et des nations distincts aux langues différentes suite à la destruction de la Tour de Babel que les mondialistes veulent aujourd'hui reconstituer dans le cadre de leur Nouvel Ordre mondial pour à la fois s'élever contre Dieu et le faire mentir).

 

"La République, même cent fois répété, est un mot qui ne changera aucune condition. N'adoucira aucune peine. C'est le vent d'un État qui, ne sachant pas comment se débarrasser des problèmes, les ignore.

Le peuple réel, qui va le voir, qui recueille son chagrin, le sert en se servant de lui? Le FN. Mais qu'on ne s'y trompe pas. Si le FN n'avait pas existé, les socialistes l'auraient inventé. Sans lui, sans cette République proclamée comme une marque de lessive, dénaturée à force, dégradée, instrumentalisée, le socialisme serait condamné à se contempler."

 

Bilger : Si le FN n'avait pas existé, les socialistes l'auraient inventé, Home FIGARO VOX Vox Politique, Par Philippe Bilger, Publié le 03/03/2015 à 20:07

 

La république est un mot qui un million de fois répété ne changera pas les décrets divins.

Tour de Sauron, allégorie du "Novus Ordo Seclorum" (Nouvel Ordre mondial) dans le "Seigneur des Anneaux" (J.R.R. Tolkien)

Tour de Sauron, allégorie du "Novus Ordo Seclorum" (Nouvel Ordre mondial) dans le "Seigneur des Anneaux" (J.R.R. Tolkien)

Pour que tout cela s'arrête, il faut commencer par faire caler la machine satanique.

 

Comment fait-on caler la machine ?

 

Il faut simplement arrêter de propager le Mal, arrêter la diffusion de la DDP (différentiel de pôles) dans la machine satanique, c'est-à-dire cesser d'alimenter la haine (ici la victimisation encouragée par Manuel Valls et l'extrémisation dans l'autre sens) dans le cadre du "suffrage universel".

 

Il faut détruire le coeur de la Matrice, l'Anneau de pouvoir maléfique, qui dans la trilogie du Seigneur des Anneaux était d'une manière allégorique la source du Mal.

 

Pour être détruit, le coeur de la Matrice doit être jeté dans le lac de feu qui l'a vu naître. Symboliquement, ce lac de feu est les "élections républicaines", et l'Anneau, le bulletin de vote qui nous enchaîne à la Matrice. Il faut s'abstenir aux "élections" créées par la Matrice, couper le courant, ne plus voter dans le cadre de partis noyautés et déjà gouvernés. Toute tentative de destruction de la Matrice par les moyens qu'elle a inventés est voué à l'échec et ne fait au contraire que renforcer la malédiction et la propagation du Mal sur terre.

 

Il faut donc s'abstenir. Lorsque l'abstention passera de 60% aujourd'hui à 70-80% d'ici 10 à 15 ans, vu le niveau de progression de l'abstention scrutin après scrutin (grande panique de la république), la réalité de la rupture majoritaire avec la Matrice entraînera l'effondrement de la nouvelle Tour de Babel, faute de participants. Vidée de l'intérieur, la machine tombera en panne, calera et s'arrêtera. Ce jour-jà, nous aurons gagné notre liberté. Et nous pourrons commencer à reconstruire.

Repost 0
3 mars 2015 2 03 /03 /mars /2015 23:48

L'Oligarchie ploutocrate panique. Boris le Lay évoque un sondage qui donne 48% de jeunes votant FN. Si on enlève les allogènes qui votent (15 à 20%), on a 65 à 70% de jeunes qui se radicalisent.

 

 

Selon un sondage Odoxa pour Le Parisien, 50% des jeunes entre 25 et 34 votera FN aux prochaines départementales. [1]

 

Notes

 

[1] Départementales : un sondage donne le FN en tête avec 33% des voix, Home ACTUALITE Flash Actu Par Le Figaro.fr Mis à jour le 01/03/2015 à 23:02 Publié le 01/03/2015 à 21:43

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2015/03/01/97001-20150301FILWWW00201-departementales-le-fn-en-tete-a-33-selon-un-sondage.php

Repost 0
25 février 2015 3 25 /02 /février /2015 22:46
Importantes milices chrétiennes des « Unités de Protection de la Plaine de Ninive » en Irak, bénies par l’archevêque de Mossoul (Vidéo)
Importantes milices chrétiennes des « Unités de Protection de la Plaine de Ninive » en Irak, bénies par l’archevêque de Mossoul (Vidéo)

Les Unités de Protection de la Plaine de Ninive

 

 

Les Chrétiens d’Irak combattent pour jeter ISIS hors de chez eux

 

Les chrétiens assyriens ont pris les armes pour protéger leurs villes contre les terroristes de l’Etat Islamique qui a envahi leurs villages en Irak l’année dernière.

 

Les chrétiens assyriens, qui se considèrent comme les populations autochtones de l’Irak, veulent survivre à leurs conditions.Pour Kado et les combattants du bataillon, cela signifie rester dans leurs villages, peu importe que les combattants de l’ISIS (Etat Islamique en Irak et au Levant) tentent d’éradiquer le christianisme d’Irak.

Oghanna dit qu’il y a actuellement moins de 400 000 chrétiens vivant en Irak, contre environ 1,6 millions en 2003. La plupart ont fui. Mais lui ne fuira pas. Il remonte les racines de sa famille à Al Qosh à 400 ans en arrière.

 

L’Archevêque de Mossoul bénit et encourage les combattants chrétiens

 

Mgr Youhanna Boutros [Jean Pierre] Moshe, archevêque de l’archéparchie de Mossoul de l’Église syriaque catholique, s’est rendu, à la mi-février, dans un camp d’entraînement des Unités de protection de la Plaine de Ninive (NPU), pour féliciter et encourager ces volontaires chrétiens qui, sans solde et avec aussi peu d’armes que de nourriture, s’efforcent de protéger ce qui peut l’être et combattent l’État Islamique. Il leur a rappelé qu’ils défendaient une terre qui était déjà la leur avant le christianisme, et il leur a exprimé sa fierté de les voir prendre tant de risques et courir de graves dangers, des attitudes qui révèlent leur foi et leur volonté de rester dans leur pays. Il a appelé la bénédiction de Dieu sur eux. Nous appelons aussi la bénédiction de Dieu sur ces Unités de protection et sur cet authentique pasteur.

 

Source: http://www.medias-presse.info/importantes-milices-chretiennes-des-unites-de-protection-de-la-plaine-de-ninive-en-irak-benies-par-leveque-de-mossoul-video/26520

 

Repost 0
25 février 2015 3 25 /02 /février /2015 18:55
Français de souche très résistante ! (Eloïse Gloria)

Eloïse Gloria :

 

La gauche maîtrise l’art de soigner des cancers en répandant des métastases. Parlez-lui des problèmes d’immigration, d’insécurité, de terrorisme, elle vous répondra « politique de peuplement », « mixité sociale », « vivre ensemble », « lutte contre le racisme ». Au lieu de s’attaquer à la source du mal, on lui substitue d’autres causes, on biaise le diagnostic et on propage le virus.

Les Français de souche, qu’on n’a même plus le droit de nommer sauf pour les dégommer, comme le fit Hollande lors du dîner du CRIF le 23 février, devraient tout accepter sans broncher : destruction d’églises, construction de mosquées ; abattoirs convertis au halal ; abaya, niqab, burqa ; zones de non-droit ; cimetières vandalisés dont tout le monde se fout dès lors qu’il s’agit de sépultures chrétiennes ; crèches interdites à Noël, fêtes catholiques remplacées outre-mer par celles d’autres cultes (à quand, en métropole ?)…

Qu’ils osent protester et les voilà accusés d’être des monstres xénophobes. À longueur de temps, politiques et médias leur pilonnent des grand coups de « pas d’amalgame » dans le cerveau. Car ils ont interdiction absolue de « stigmatiser » l’Autre mais doivent accepter de l’être eux-mêmes, de voir leur religion fondatrice moquée, dénigrée, leurs autels souillés par des bécasses hystériques, leurs banlieues ghettoïsées.

Après les attentats de Charlie, la France bien-pensante s’est réveillée en sursaut : l’intégration était un échec, nombre de jeunes légitimaient les méfaits des terroristes. Loin de faire leur aggiornamento, les socialistes en rajoutent une couche. Valls a même ressorti de derrière les fagots un petit joyau de novlangue bushiste, « l’islamo-fascisme », pour entériner la théorie fumeuse selon laquelle ces actes n’ont « rien à voir » avec l’islam. La preuve : les musulmans seraient les principales victimes. Est-il au courant que le christianisme est la religion la plus persécutée dans le monde ? Que 21 coptes ont été décapités au couteau il y a quelques jours en Libye par l’État islamique ? Que 90 chrétiens viennent d’être enlevés en Syrie ?

Combien de « déséquilibrés », de « loups solitaires », dont on a confisqué bêtement les passeports pour prévenir leurs tentations djihadistes, seront incités par la propagande des chebabs somaliens à faire sauter nos centres commerciaux ? Refusant de tirer les conclusions de cette politique désastreuse d’immigration de masse à l’œuvre depuis quarante ans et de la radicalisation idéologique qu’elle inocule, le gouvernement a estimé qu’il suffisait de mieux répartir les populations. En somme, gangrener les quartiers qui sont encore préservés.

Invitée au sommet contre la violence extrémiste à Washington, Anne Hidalgo s’est déclarée pour « promouvoir une ville plus inclusive » et, pour ce faire, à s’inspirer directement du modèle new-yorkais. Madame le maire semble ignorer que la Big Apple était un véritable coupe-gorge dans les années 80 et qu’il fallut la poigne d’un Giuliani pour éradiquer la criminalité. Elle préconise toujours plus de HLM et de mixité sociale qui exacerbent l’insécurité et font décaniller les classes moyennes.

Face à cette entreprise de démolition progressive de notre identité, de notre généalogie, de notre essence, nous devons opposer une fin de non-consentement sans équivoque. Nous sommes d’une souche très résistante, nous l’avons déjà démontré par le passé.

 

Source: http://www.bvoltaire.fr/eloisegloria/francais-de-souche-tres-resistante,160945

 

. « Il n'y a pas de Français de souche », a déclaré l'UMP Henri Guaino

. CFCM : "Un plan pour réorganiser l'islam"

 

Repost 0
22 février 2015 7 22 /02 /février /2015 14:30
Vincent Peillon : « Toute l'opération consiste bien, avec la foi laïque, à changer la nature même de la religion et à terrasser définitivement l'Eglise »

« Toute l'opération consiste bien, avec la foi laïque, à changer la nature même de la religion, de Dieu, du Christ, et à terrasser définitivement l'Eglise »

(Vincent Peillon, « Une religion pour la République », Seuil, 2010, p. 277, cité in Marie-Pauline Deswarte, professeur émérite de droit public à l’Université d’Artois, La République organique en France, page 245.)

Vincent Peillon : « Toute l'opération consiste bien, avec la foi laïque, à changer la nature même de la religion et à terrasser définitivement l'Eglise »

Dans son livre La République organique en France (Via Romana, 2014), Marie-Pauline Deswarte s’interroge sur l’incapacité récurrente de notre droit constitutionnel contemporain à défendre une société de vie. Longtemps la France a vécu selon les principes organiques du droit naturel transmis par la Grèce et Rome, puis approfondis et défendus par l’Église catholique. Ces principes constituaient son arbre de vie ; ils avaient produit, en particulier dans le domaine juridique, des fruits de civilisation exceptionnels. Mais, depuis que la Révolution a coupé les racines de l’arbre, la vie de notre pays ne cesse, à ses yeux, de s’étioler et menace même de s’éteindre tout à fait. Désormais dénaturés, les anciens principes deviennent en effet cause de notre décadence. Tel est le défi de notre époque : retrouver l’intelligence de notre « vivre-ensemble ». Les siècles passés nous disent qu’il faut entreprendre ce combat et que nous devons le gagner. C’est ce à quoi nous convie l’auteur.

 

« Marie-Pauline Deswarte, professeur de droit constitutionnel et administratif, reconnu nationalement et internationalement, explique lumineusement le nœud de contradictions de notre modèle constitutionnel français. Dans son principe, ce modèle a pris, en effet, la suite, mais dans une rupture, d’un modèle précédent organique, royal, social, légitime de soi, historiquement et transcendentalement. Et ce que montre admirablement Marie-Pauline Deswarte, c’est que la République a constamment dans tous ses avatars cherché à trouver pour elle-même des fondements organiques, similaires, solides moralement, intellectuellement, socialement, et qui puissent la légitimer : or elle a toujours échoué, jusqu’à parodier inutilement les formes anciennes dans une sorte de religion de substitution, de représentation politique vainement dite nationale, mais en réalité parcellaire et désorganisée. Cette quête perpétuelle ne fait que prouver le manque absolu de légitimité d’un régime qui ne se tire de ses contradictions essentielles que par un mensonge sur sa nature et sur son droit. » (Hilaire de Crémiers, Politique magazine, n°128, avril 2014.)

 

« L'ancienne monarchie était un régime « organique », ce que Louis XIV a clairement exposé : « Car enfin, mon fils, nous devons considérer le bien de nos sujets plus que le nôtre propre. Il semble qu'ils fassent partie de nous-mêmes, puisque nous sommes la tête d'un corps dont ils sont les membres. » Les révolutionnaires détruisirent tous les corps intermédiaires et substituèrent à la monarchie organique une atomisation de la société : « le peuple souverain est l'universalité des citoyens français » (Constitution de 1793, article 7.)

L'auteur nous expose aussi un caractère spécifique de la République française : alors que toutes les sociétés humaines ont été fondées sur une transcendance (Cicéron ne cesse de parler des lois divines et humaines), la République française a inventé une séparation bien particulière de l'Église et de l'État qui met la première au ban des accusés ou, pour le moins, en tête de la liste des suspects. La République française détruit toute transcendance comme elle détruit tout corps social naturel, sa fondation fut d'essence révolutionnaire et elle a persisté dans son être.
   Madame Deswarte nous montre une recherche de la nécessaire création d'un corps organique dans notre pays sous le régime républicain, mais on n'y parvient jamais car la reconnaissance d'organes sociaux indépendants par le politique est absolument contraire aux principes d'une république fondée sur le Contrat social de Rousseau. Dans l'esprit du philosophe genevois, tout corps intermédiaire nuit à l'expression de la volonté générale. La république française restera jacobine. ... Les révolutionnaires ont détruit les corporations et les provinces ; tout a été remplacé par des cadres nouveaux, artificiels et porteurs d'idéologie. Le républicain Joseph Paul Boncour prétendait, à l'aube du XXe siècle, que la décentralisation était nécessaire et possible. Charles Maurras le mit, ainsi que tous les républicains, au défi de la faire. Le débat eut lieu en 1903, le livre Un débat nouveau sur la République et la décentralisation parut en 1905. Nous attendons encore la république organique.
   Mais, dira-t-on, De Gaulle en a parlé et la décentralisation fut accomplie sous Mitterrand. Oui, De Gaulle a parlé de république organique comme il a parlé de l'Algérie française, oui, la Ve République a installé des régions, mais elles sont artificielles, créées dans un cadre politique et étrangères au Pays réel. Ces régions sont des morceaux du fromage démocratique : une déconcentration des rouages politiques donne l'apparence d'une décentralisation, mais il s'agit d'une illusion. « Le département est un des pires mécanismes antiphysiques appliqués au corps de la France. » (Maurras, La République et la Décentralisation). De Gaulle, qui avait tout en main, retomba par idéologie jacobine, dans les vieilles habitudes républicaines. Au lieu de considérer la France comme un être historique, il se faisait, le mot est horrible et sent la révolution, « une certaine idée de la France ».
   A la fin de ses pertinentes analyses, Madame Deswarte souligne un nouveau danger pour la société traditionnelle qui apparaît dans la Constitution en 1992 : « Des Communautés européennes et de l'Union européenne. » « Cette “Communauté qui chasse l'autre” n'a pas de caractère organique. Bien au contraire. Elle donne au projet républicain français d'émancipation une dimension européenne : cette nouvelle Communauté serait là pour dissoudre les États et les nations européens en leur enlevant leurs pouvoirs, sans pour autant créer un véritable État européen. » (p. 240)
   Ce livre permet de bien comprendre les rouages d'un régime qui est toujours en crise car il ne s'est jamais installé : la Ve république semble moribonde et beaucoup parlent aujourd'hui d'une VIe… Quelle usure en un peu plus de deux siècles ! » (Gilles de Grépiac, Lecture et tradition, NS, n°36, avril 2014.)

 

« La Révolution balaye « les institutions vivantes naturelles, unies par des liens d’interdépendance et vivant d’une vie propre », pour les remplacer par les représentants du peuple souverain – organe supposé vouloir pour la nation. C’est alors qu’on a cherché à bâtir une théorie de l’État, dans lequel certains, comme Auguste Comte, ont vu « un individu physiologique », auquel chaque citoyen est entièrement soumis. Ainsi, dans notre démocratie, l’État peut tout et, bientôt, fera tout.

La majorité des députés de 1871 ne comprit pas la position du comte de Chambord, qui avait insisté sur la nécessité vitale de la reconstruction d’une France organique.
   Ainsi naquit la IIIe République qui, bientôt, rechercha une nouvelle spiritualité, c’est-à-dire une nouvelle religion. Nous connaissons tous l’histoire de la laïcité républicaine, qui se transforma très vite en un laïcisme conquérant, puis oppresseur et diviseur.
   Depuis lors, « la laïcité est […], aux yeux de l’ensemble de la classe politique, la seule réponse qui convienne au problème de la légitimité du pouvoir. » La République est devenue, selon Vincent Peillon, « le passage […] de la religion révélée et théocratique à la religion laïque et libérale ».

Pourtant, de plus en plus, les Français attendent un retour au réel, car la France sait qu’elle est organique. L’exemple de la nouvelle Constitution hongroise montre qu’une nation est capable de se référer à l’origine de son histoire, afin de se réapproprier les valeurs qui l’ont construite.

L’homme abstrait de l’idéologie laïciste a désormais vécu. Il est invité à céder la place à l’homme concret, celui dont Marcel de Corte écrivait, dans L’Homme contre lui-même, qu’il était « fait d’une âme incarnée dans un corps et dans les corps de surcroît que sont les communautés de vie ». » (Xavier Soleil, Les 4 vérités hebdo, n°958, vendredi 5 septembre 2014.)

 

« M.-P. Deswarte remarque que dans certaines situations, la République a dû parfois composer avec certaines formes d’organicité, notamment outre-mer, ou encore qu’elle a un temps semblé disposée à accepter le suffrage familial, comme en 1848. En réalité, tant que les principes demeurent, il est vain d’espérer le moindre changement, sauf si cela est momentanément utile, sous le poids de la nécessité – face, par exemple, à l’instauration d’États dans l’État à base ethno-religieuse. La conclusion de l’ouvrage évoque le « retour du réel » mais reste ouverte. L’auteur évoque à titre d’exemple la nouvelle constitution hongroise dont l’objectif affiché est de reconstruire après les ruines. Une question demeure, que n’aborde pas l’auteur : la République s’appuie, certes, sur la contrainte pour se survivre, mais ne repose-t-elle pas surtout sur un socle humain garant de sa durée, une base sociale faite des multiples réseaux d’intérêts idéologiques, financiers, « dynastiques » même dont l’ensemble constitue le « petit peuple » auquel s’était intéressé en son temps Augustin Cochin ? En ce sens alors, ne pourrait-on pas dire que la République est bel et bien organique ? » (Catholica, n°126, hiver 2015.)

 

CONCLUSION

 

« Toute société digne de ce nom fonctionne en résonance avec une tonalité horizontale (à laquelle se rattache le monde des « idées ») et une tonalité verticale (le monde des « valeurs »). Sans s’exclure l’une l’autre, les deux dimensions, synchronisées l’une à l’autre, donnent sa place à la personne humaine dans le champ de la société. C’est ce que l’on nomme une société organique.

 

La Révolution Française et l’idéologie des droits de l’Homme représentent incontestablement une étape importante sur le plan horizontal des idées. Mais sur le plan vertical, il en va tout autrement.

En effet, malgré les efforts consentis depuis deux siècles pour tout à la fois nier la royauté tout en mimant ces rites et ses mythes, la république ne peut parvenir à ses fins qu’à la condition de placer le sacré au-dessus du profane, le plan vertical au-dessus de l’horizontal ; autrement dit, qu’en se niant elle-même.

 

Je le répète et le souligne : la république ne peut parvenir à manifester ses idées qu’en incarnant les valeurs et donc qu’en se niant elle-même. En effet, la république est PAR DEFINITION « l’absence du roi ». Et l’absence du roi, c’est l’absence du sacré, seul principe pouvant faire contre-pied à la toute-puissance du marché et de la banque.

 

La restauration des hiérarchies vraies ne peut donc s’incarner dans la figure d’un chef d’Etat située AU-DESSUS de l’horizon des idées politiques, soit par un arbitre – et non un partisan – du débat public. C’est-à-dire un roi. Posons donc tout haut la question que se posent tout bas beaucoup de républicains patentés :

 

POUR SORTIR DU « SYSTEME », POURQUOI PAS LA ROYAUTE ?

 

[…] Pour combattre cette idéologie pernicieuse et corrosive, on doit sortir du système lui-même et ne pas essayer de solutionner nos problèmes à l’intérieur de celui-ci et avoir le courage de dire que la cause-racine des problèmes qui se pose à la France n’est en effet ni l’immigration massive, ni l’islam, ni l’islamisme, ni le terrorisme islamique qui en découle mécaniquement, mais la lâcheté et l’esprit de renoncement des politiciens de droite et de gauche, lesquels, millimètres après millimètres, ont laissé l’économique prendre le pas sur la politique, la finance sur l’économique et enfin la spéculation boursière sur la finance.» [Alliance Royale, Billet d'humeur]

 

 

Repost 0
21 février 2015 6 21 /02 /février /2015 22:24

Remarque pertinente de Bernard Mitjavile : la laïcité n'est pas la neutralité (Exemple: la théorie du genre imposée à l'école).

 

Tout système de valeurs est partisan. En aucun cas ce système de "valeurs" peut-il être "neutre", sinon à quoi bon des lois pour le faire tenir debout, une police et des tribunaux pour le faire respecter ?

 

 

La laïcité n’est pas la neutralité

 

Contrairement à ce qui est souvent affirmé ces derniers temps, la laïcité n’est pas une valeur en soi mais un principe de séparation entre les religions et l’État dont on peut trouver l’origine dans cette réponse du Christ à une question piège des pharisiens sur l’impôt : « Rendez à César ce qui est à César et à Dieu ce qui est à Dieu. » C’est si peu une valeur universelle qu’il n’y a pas vraiment de mot correspondant dans d’autres langues comme l’anglais ou l’allemand, langues pourtant parlées dans des pays autant, sinon plus démocratiques que le nôtre comme les USA, l’Angleterre ou l’Allemagne.

 

Historiquement, on peut voir les lois sur la laïcité de 1905 comme un moyen de calmer le jeu dans les tensions entre l’Église catholique et l’État qui ont marqué le XIXe siècle en se fondant sur un principe de la République « qui ne reconnaît aucune religion ». Or, comme en matière de journalisme où, malgré ses prétentions à l’objectivité, un éditorialiste s’efforce dans le meilleur des cas d’être honnête mais n’est jamais vraiment neutre et défend un point de vue, l’État républicain non plus n’est pas souvent neutre.

 

Si l’on prend une définition large de la religion, mot issu du latin religere, comme ce qui relie les membres d’une communauté autour d’une vision commune du monde (la Weltanschauung de Max Weber), laïcs ou pas, nous sommes tous religieux au sens où nous défendons tous une certaine vision du monde.

 

Ainsi, on pourrait dire que l’école reste neutre en matière d’enseignement de la sexualité tant qu’il s’agit de la sexualité des souris. Mais s’il s’agit de promouvoir la promiscuité sexuelle par le biais de la distribution de préservatifs et d’encouragements à l’avortement auprès d’adolescents ou d’enseigner la théorie du genre chez des enfants, c’est bien une vision spécifique de l’homme, de la sexualité et du mariage que l’on promeut et non la neutralité.

 

On pourrait parler d’histoire, de la façon dont on enseigne l’Ancien Régime, la répression en Vendée ou la Terreur révolutionnaire et l’on verra que la neutralité affichée est mise à mal dans les manuels scolaires comme dans les cours et que l’on a affaire à des opinions, allant de celles qui glorifient les « grands ancêtres » révolutionnaires à celles qui idéalisent l’Ancien Régime.

 

De même quand on enseigne l’évolution des espèces, si l’on en profite pour promouvoir une vision du monde athée, expliquant que cette théorie montre que tout est le produit du hasard et de la nécessité, pour reprendre les mots d’un prix Nobel français, alors on a quitté la neutralité scientifique et l’on défend une forme de matérialisme athée.

 

Au lieu de reconnaître simplement qu’il n’y a pas de neutralité en matière de valeurs et donc d’éducation, les tenants d’une laïcité bornée avancent masqués en promouvant leurs idées au nom d’une neutralité supposée de l’État. Le tout est de le savoir et de les démasquer en dévoilant les a priori idéologiques dissimulés derrière une laïcité aux contours mal définis.

 

 

Source: http://www.bvoltaire.fr/bernardmitjavile/la-laicite-nest-pas-la-neutralite,160189

 

Nous avons à faire en fait à l'imposition de force si je puis dire, d'un système religieux de "valeurs" antichrétiennes (Cf. Claude Bartolone "religion de la république") qui s'entend comme une "réforme de civilisation" (Christiane Taubira) : ce qu'aucun "tyran" d'Ancien Régime, même au faîte de sa puissance, ne s'est jamais permis de faire.

Les nazis voulaient créer l'homme aryen, les communistes l'homme bolchévique, les républicains de 1789 l'homme régénéré ou l'homme nouveau, aujourd'hui c'est l'homme genré. La république dite française qui n'en finit plus de vouloir changer l'homme, est donc bien un totalitarisme, et des plus pervers.

Repost 0
21 février 2015 6 21 /02 /février /2015 15:50
Manif pro-Poutine et anti-Maïdan à Moscou : « Non au Maïdan, non à la guerre »

Pour exprimer leur soutien au président Vladimir Poutine et manifester leur opposition à toute velléité de soulèvement populaire sur le modèle ukrainien, des dizaines de milliers de personnes ont défilé aujourd'hui dans le centre de Moscou. Le défilé organisé par le mouvement « Anti-Maïdan » visait à marquer le premier anniversaire du soulèvement populaire du Maïdan -place au centre de Kiev- soutenu par les Occidentaux qui mena, en février 2014, à la destitution de l'ex-président ukrainien Viktor Ianoukovitch.

 

« L'exemple ukrainien nous a appris beaucoup de choses, et nous ne permettrons pas le Maïdan dans notre pays », ont déclaré les organisateurs à la veille du défilé qui a réuni environ 35.000 personnes selon la police de Moscou.

Des défilés et manifestations similaires se sont déroulés dans plusieurs villes de Russie, notamment à Saint-Pétersbourg (nord-ouest), Ekaterinbourg (Oural), Vladivostok (Extrême-Orient russe), ainsi qu'à Simféropol, la capitale de la Crimée, péninsule ukrainienne à majorité russophone rattachée en mars 2014 à la Russie par referendum.

« Non au Maïdan, non à la guerre », « Le Maïdan est une maladie. Nous allons la soigner », indiquaient les pancartes des manifestants à Moscou, dont plusieurs portaient également des drapeaux russes. Le défilé a réuni des membres du parlement, des retraités, des jeunes, des cosaques en costumes traditionnels, ainsi que des motards du club « Loups de la Nuit » qui ne cessent de prôner le patriotisme et que M. Poutine appelle ses « frères ». [1]

 

Les rassemblements de Maïdan ont commencé dans le centre de Kiev en novembre 2013 après que le président ukrainien Viktor Ianoukovytch a repoussé la signature d’un accord d’association avec l’Union européenne (UE). Les manifestations ont atteint un point culminant en février 2014 lorsque des affrontements violents entre les émeutiers et la police ont fait basculer l’histoire de l’Ukraine.

 

En septembre 2014, pendant que le président dit "ukrainien" Porochenko recevait d'Obama l'ordre de poursuivre les tactiques répressives en même temps qu'il signait la "paix de Minsk", l'Union européenne ratifiait l'accord d'association UE-Ukraine, le 16 septembre, lors de la session du parlement européen à Strasbourg. [2]

 

L'ex-président ukrainien Viktor Ianoukovitch a rejeté aujourd'hui la responsabilité du conflit en Ukraine sur les ministres européens qui avaient initié la signature d'un accord avec l'opposition à Kiev en février 2014. L'Europe doit assumer la responsabilité des événements en cours en Ukraine, a déclaré M. Ianoukovtch à la chaîne de télévision Rossia. [3]

 

Le coup d'Etat à kiev, soutenu et financé par les Occidentaux, a unilatéralement renversé l'ex président Ianoukovitch en février 2014. Le nouveau gouvernement atlantiste compatible lança l'opération dite "anti-terroristes" en avril 2014. Le 2 mai, 38 russophones étaient brûlées vifs à Odessa. Le 9 mai, des personnes étaient abattues à bout portant en pleine rue à Marioupol (région de Donetsk). L'« opération de police » engendra un conflit militaire meurtrier. L'armée ukrainienne a été coupable de crimes de guerre (tirs interdits de bombes au phosphore blanc par l'armée ukrainienne contre les populations civiles, usages de véhicules sanitaires et d'ambulances dans le cadre d'opérations militaire).

Selon les dernières informations de l'Onu, le conflit a fait plus de 5 300 victimes civiles. [4]

Près d'un million de personnes ont dû quitter leurs foyers depuis, a rapporté l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE). Au total, cinq millions de personnes ont été touchées par le conflit.

 

Vladimir Poutine reste l'homme politique le plus populaire en Russie, en dépit de la crise économique provoquée par les sanctions de l'UE et de Washington.

Le mouvement citoyen russe «Anti-Maïdan» était à l'origine d'une manifestation place de la Révolution aujourd'hui à Moscou, le mot d'ordre était «on n'oubliera pas, on ne pardonnera pas». Le groupement a été créé en janvier 2015 pour organiser la résistance à toutes les tentatives de déstabilisation de la Russie. L’action, selon le gouvernement de Moscou, a rassemblé près de dix mille personnes dans le centre de la capitale. [5]

Notes

 

[1] Ukraine: manif pro-Poutine à Moscou, Par lefigaro.fr avec AFP Mis à jour le 21/02/2015 à 15:12 Publié le 21/02/2015 à 15:10

[2] L’Ukraine et l’UE ratifient un accord d'association « historique », Le Monde | 16.09.2014 à 16h20 Mis à jour le 16.09.2014 à 16h44 | Par Claire Gatinois,

[3] Ianoukovitch: l'Europe est responsable des événements en Ukraine, Sputniknews, (mis à jour 15:25 21.02.2015)

[4] http://fr.sputniknews.com/international/20150205/1014386889.html#ixzz3QtG87Amw

[5] Les «Anti-Maïdan» ont manifesté à Moscou (VIDEO), RT en français, 21 févr. 2015 10:43

Repost 0
20 février 2015 5 20 /02 /février /2015 20:05

Belle et bienvenue initiative des femmes qui demandent "la véritable égalité entre l’homme et la femme dans la complémentarité et la réciprocité" dans le cadre d'une Déclaration des femmes, "traduite en sept langues" et "déjà soutenue par une centaine d’ONG à travers le monde" :

La Déclaration des Femmes

La Déclaration des Femmes est une initiative présentée par Profesionales por la Etica en Espagne, Istituto di Studi Superiori della Donna en Italie, Woman Attitude en Belgique et Femina Europa en France.

 

Notre but est de faire savoir aux institutions internationales et aux politiques ce que veulent vraiment les femmes.

 

La Déclaration comporte 10 affirmations et 5 demandes concernant l’identité féminine, le gender et la maternité. Traduite en sept langues, elle est déjà soutenue par une centaine d’ONG à travers le monde. Vous pouvez la trouver et la signer ici : http://www.profesionalesetica.org/statement-of-the-women-of-the-world/

 

Nous avons l’intention de la présenter le 8 Mars, journée internationale de la femme, à Bruxelles.

 

Pour casser la mise en œuvre de l’idéologie du gender et les politiques qui se retournent contre la femme, nous avons besoin d’un soutien massif, nous avons besoin de votre signature. Et si vous êtes un homme, trouvez une femme qui signera ! Car le vrai féminisme c’est aussi bon pour l’identité masculine !

 

Faites entendre au monde la voix des femmes, SIGNEZ et faites passer ! Merci !

 

 

 

DECLARATION.

 

 

 

Nous, femmes de tous les pays du monde, affirmons solennellement que:

 

 

 

I. La femme et l’homme, pour leur propre bonheur, le bien de la société tout entière et la survie de l’humanité, sont faits pour une relation réciproque fondée sur la reconnaissance, le respect, et la valorisation de leurs différences.

 

 

 

II. L’identité féminine déploie son potentiel en complémentarité et en réciprocité avec celle de l’homme.

 

 

 

III. La femme contribue d’une manière unique à la stabilité de la famille, de l’entreprise, de la société et au bien commun.

 

 

 

IV. Le rôle de la femme dans la société doit être encouragé sans discrimination, violence ou exploitation et reconnu comme un enjeu pour notre temps.

 

 

 

V. La maternité possède une valeur et une dignité intrinsèques.

 

 

 

VI. En Occident les femmes sont discriminées du fait de leur dimension maternelle.

 

 

 

VII. La maternité est un atout pour la femme dans le monde du travail et un investissement pour la société tout entière.

 

 

 

VIII. La maternité et la consécration de la femme à sa famille, loin d’entraver son développement personnel, renforcent et développent son identité féminine.

 

 

 

IX. Le travail invisible et non marchand consacré à la famille possède une valeur sociale et économique.

 

 

 

X. Pour être véritable, l’émancipation de la femme est tout simplement la liberté d’être une femme, en tant que telle.

 

 

 

 

 

En conséquence, nous demandons:

 

 

 

1 - La reconnaissance universelle et le respect de l’identité féminine, de sa dignité, et de la véritable égalité entre l’homme et la femme dans la complémentarité et la réciprocité.

 

 

 

2 – La conciliation entre la vie familiale et la vie professionnelle par des mesures internationales assurant la liberté de choix des femmes.

 

 

 

3- La reconnaissance universelle par la législation internationale de la valeur du travail invisible et non marchand effectué par les femmes au sein de leur famille. Ces femmes doivent être désignées par le secteur économique comme le groupe des « gestionnaires de famille ».

 

 

 

4- Un ensemble de mesures politiques dédié à la protection des femmes salariées qui veulent avoir des enfants, ainsi que de celles qui se consacrent exclusivement ou en partie au soin de leur famille et à la prévention des discriminations à leur encontre.

 

5- L’interdiction universelle de la Gestation Pour Autrui. La GPA est une violation de la dignité de la mère et de l’enfant. C’est une nouvelle forme d’exploitation des femmes et de traite des êtres humains qui fait de l’enfant un objet de contrat.

 

 

 

 

 

Source:

 

http://femina-europa.org/actu/2015/02/17/ce-que-veulent-vraiment-les-femmes-soutenez-la-declaration/

 

Repost 0