Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
18 novembre 2015 3 18 /11 /novembre /2015 18:10

Eruic Zemmour sur Rtl le 17 novembre, ironise sur la "guerre" de François Hollande :

 

"La guerre, dit Hollande. La guerre, dit Valls, la guerre dit Cazeneuve. Une guerre impitoyable, dit Hollande, que nous allons gagner, dit Valls. Notre guerre disent les media. la guerre pour jouer au chef de guerre. La guerre pour appeler à l'unité nationale, la guerre pour remonter dans les sondages*...

 

Une guerre française dans les fourgons de l'armée américaine. Une guerre en Syrie qui s'ajoute à celle d'Irak et d'Afghanistan ou de Libye, qui ont agravé le mal qu'elles étaient censées annihiler.

 

Des guerres aux côtés de l'Arabie Saoudite, du Qatar, de la Turquie, qui ont fabriqué, équipé, financé la milice de Daech - leur milice -, comme elles avaient fabriqué, équipé, financé Al Qaida, avec la bénédiction de sservices secrets de l'Oncle Sam.

 

... Quand on prétend mener une guerre, il faut connaître l'adversaire pour le vaincre. François Hollande craint même de prononcer son nom, parle de 'terroriste' pour ne pas dire 'islamistes', fustige 'Daech' pour ne pas dire 'état islamique'. Le gouvernement socialiste accepte de laisser en libertés sur notre territoire plus de 10 000 terroristes potentiels, tous fichés par nos services de police sous la catégorie S. Ne pas les expulser, ne pas les enfermer, respect de l'état de droit, pas d'amalgame, le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve, déclarait en 2014 : 'Ce n'est pas un délit de prôner le djihad.'

Zemmour: François Hollande craint de prononcer le nom de son adversaire

Sa collègue de la Place Vendôme prône une justice bienveillante évitant la prison qu'elle juge criminogène. Christiane Taubira a été entendue. Ismaïl Mostefaï, tueur du Bataclan avait été condamné à huit reprises, mais jamais emprisonné. Au moins, ce n'est pas en prison qu'il s'est radicalisé ! Au lieu de bombarder Raqqa, la France devrait bombarder Molenbeek. Raqqa en Syrie, Molenbeek en Belgique d'où sont venus les commandos du vendredi 13. Mais les frontières entre pays ne servent plus à rien depuis les Accords de Schengen, elles sont ridicules comme les douaniers. C'est sans doute parce qu'elles ne servent à rien que le gouvernement français a rétabli les frontières pour la conférence mondiale sur le climat et tenté d'éviter de nouveaux bains de sang.

 

Dès vendredi soir sur les résaux sociaux, une phrase lapidaire était largement reprise comme un message personnel à François Hollande : "Votre guerre, nos morts." (Fin de citation)

* On a vu ce matin que "81% des personnes interrogées (+20 par rapport à septembre) approuvent les frappes aériennes contre Daech en Syrie (contre 18%) même si 63% jugent qu'elles vont «contribuer à davantage exposer» la France à des risques d'attentats." (Source: EN DIRECT - Assaut à Saint-Denis: deux forcenés morts dont une femme kamikaze, Le Figaro, Par Mis à jour le 18/11/2015 à 08:59 Publié le 17/11/2015 à 06:36)

Repost 0
18 novembre 2015 3 18 /11 /novembre /2015 13:31

Pauvre homme réduit à rejeter la responsabilité des évènements sur les autres. Pour l'histoire, il est important d'enregistrer les paroles d'un François Hollande amnésique, qui affirmait ce matin que "ce n'est pas la France, mais c'est cette organisation terroriste (Daech - l'Etat islamique Ndlr.) qui lui a déclaré la guerre".

 

Ce qui d'un point de vue historique est faux. François Hollande est un président de guerre. A chaque fois la lutte contre le terrorisme est avancée. Voici quelques faits et dates :

François Hollande : "ce n'est pas la France, mais c'est cette organisation terroriste (Daech - l'Etat islamique) qui lui a déclaré la guerre"

Source : EN DIRECT - Fin de l'assaut à Saint-Denis, deux morts et sept personnes interpellées, Le Figaro, Par Mis à jour le 18/11/2015 à 13:24 Publié le 17/11/2015 à 06:36

 

François Hollande ment. Voici pourquoi.

 

Un article de Mediapart du 15 septembre 2014 évoquait la responsabilité de François Hollande dans sa "lutte contre le terrorisme" :

 

Après le Mali, la Centrafrique, l'Irak et la Syrie, François Hollande est le président le plus guerrier de la Ve république.

François Hollande : "ce n'est pas la France, mais c'est cette organisation terroriste (Daech - l'Etat islamique) qui lui a déclaré la guerre"

Source : Mali, Centrafrique, Irak: Hollande, le président qui aime faire la guerre, Mediapart, 15 septembre 2014 | Par Lénaïg Bredoux et Thomas Cantaloube

 

Le 3 septembre 2014, lors d'un conseil restreint de défense, François Hollande envisageait une réponse militaire contre l'Etat islamique :

François Hollande : "ce n'est pas la France, mais c'est cette organisation terroriste (Daech - l'Etat islamique) qui lui a déclaré la guerre"

Source: EI: la France évoque une réponse militaire, Le Figaro, Flash Actu, Par Le Figaro.fr avec REUTERSMis à jour le 03/09/2014 à 18:41

Continuons nos investigations. Un article du 19 octobre 2014 du Figaro indiquait qu'"en moins de trois ans, François Hollande a engagé trois opérations militaires extérieures: le 11 janvier 2013 au Mali, le 5 décembre de la même année en Centrafrique et le 19 septembre dernier (2014 Ndlr.) dans le ciel de l'Irak, contre l'État islamique :

François Hollande : "ce n'est pas la France, mais c'est cette organisation terroriste (Daech - l'Etat islamique) qui lui a déclaré la guerre"

Source : Les trois guerres de François Hollande, Le Figaro, Par Alain Barluet Mis à jour le 19/10/2014 à 18:26 Publié le 19/10/2014 à 17:55

 

L'Etat islamique répondait entre les et par des attentats en France qui ont visé la rédaction du journal "Charlie Hebdo", des policiers et des clients d’une supérette cacher, et au cours desquelles dix-sept personnes ont été tuées.

 

Sans avoir alors déclenché l'état d'urgence, ni fermé les frontières pour autant, ni pris les décisions qui s'imposaient pour protéger les Français (ces décisions ne seront prises que trop tard au soir des attentats du 13 novembre 2015), François Hollande décidait, le 7 septembre 2015, l'envoi de vols de reconnaissance en Syrie contre l'Etat islamique :

François Hollande : "ce n'est pas la France, mais c'est cette organisation terroriste (Daech - l'Etat islamique) qui lui a déclaré la guerre"

Source : Réfugiés, Syrie, impôts : les réactions aux annonces de François Hollande, Le Figaro, Par Roland Gauron , William Plummer Mis à jour le 07/09/2015 à 16:43 Publié le 07/09/2015 à 09:19

 

Les premières frappes aériennes contre l'Etat islamique étaient réalisées le 27 septembre 2015. Manuel Valls affirma : « Nous frappons Daech en Syrie car cette organisation terroriste prépare les attentats vers la France depuis la Syrie, depuis ces sanctuaires (...). Nous agissons donc en légitime défense » :

François Hollande : "ce n'est pas la France, mais c'est cette organisation terroriste (Daech - l'Etat islamique) qui lui a déclaré la guerre"

Source : La France a mené ses premières frappes en Syrie, LE MONDE | 27.09.2015 à 08h20 • Mis à jour le 27.09.2015 à 15h32 | Par Nathalie Guibert

La France a mené ses premières frappes aériennes en Syrie contre le groupe État islamique, a annoncé François Hollande à New-York, ce dimanche 27 septembre. Il a justifié ces bombardements par la "sécurité nationale" de l'Hexagone, en marge d'une Assemblée générale de l'ONU où la question syrienne sera au centre du jeu diplomatique.

 

Quelles forces étaient engagées?

 

Selon François Hollande, l'armée de l'air française a mobilisé six avions, dont cinq Rafales, pour ces frappes. Un communiqué de l'Élysée précisait plus tôt que ces bombardements ont été effectués sur la base de renseignements collectés ces deux dernières semaines grâce à des vols de reconnaissance.

François Hollande : "ce n'est pas la France, mais c'est cette organisation terroriste (Daech - l'Etat islamique) qui lui a déclaré la guerre"

Source : Syrie: ce que l'on sait des premières frappes françaises contre Daech, L'Express, V.G. avec AFP, publié le 27/09/2015 à 16:42 , mis à jour à 17:32

Quoiqu'il en dise ce matin, c'est bien François Hollande qui a déclaré la "guerre" (sans le mot) à l'Etat islamique en Irak en 2014.

 

Conclusion. François Hollande est un président de guerre à l'extérieur (Mali, Centrafrique, Irak, Syrie) et un président de désarmement moral et spirituel à l'intérieur (laïcisme antichrétien, fabrication d'un "islam de France", formation des imams, financements publics des mosquées, politique de peuplement imposée dans chaque commune, lutte contre le racisme, islamophobie, etc.)

 

A chaque fois que la lutte contre le terrorisme est avancée, l'"islam de France" et la mixité multiculturelle sont affirmés en parallèle (des imams franc-maçons viennent à la rescousse pour affirmer que l'islam est soluble dans la république). Gouvernés par des fous, les Français sont livrés pieds et points liés à leurs ennemis.

 

Afin de donner le change, François Hollande annonce l'embauche de 10 000 policiers et gendarmes sur le quinquennat. Mesure en trompe l'oeil qui ne s'attaque pas aux causes du terrorisme. Il déclare qu’il faut « augmenter encore les moyens » pour lutter contre le terrorisme et assurer la sécurité des Français. 5 000 emplois supplémentaires de policiers et de gendarmes doivent être créés d’ici deux ans, « afin de porter le total des créations d’emploi de sécurité à 10 000 sur le quinquennat. […] Cela permettra simplement de restaurer le potentiel des forces de sécurité au niveau qu’elle connaissait en 2007. » Ces créations de postes « bénéficieront aux services de lutte contre le terrorisme, à la police aux frontières, et plus généralement à la sécurisation générale du pays ». (Source: Postes supplémentaires de policiers et de gendarmes : le détails des annonces de Hollande, Le Monde.fr | 16.11.2015 à 18h47 • Mis à jour le 16.11.2015 à 19h08)

 

Le gouvernement reproche au précédent gouvernement de droite d'avoir supprimer des postes dans les forces de police. Or, les islamistes sont partout et peuvent frapper n'importe où. François Hollande peut bien "augmenter encore les moyens" à l'infini, nous affirmons que ce n'est pas le fait d'embaucher 10 000 et même 150 000 policiers s'ils voulaient qui changera quoique ce soit.

 

Il fallait réaliser une politique de prévention en amont, s'attaquer aux causes de la "guerre", faire en sorte que les islamistes n'aient pas la volonté de frapper la France... Voilà ce qu'il fallait faire. Mais rien de ceci n'a jamais été fait.

 

Sous l'Ancien Régime par exemple, s'agissant des "forces de police armée, on peut dire que dans le royaume, elles n'existaient pas" ! C'est l'historien Frantz Funck-Brentano qui l'écrit dans son livre "Ce qu'était un Roi de France" (Librairie Hachette 1940, p. 189.)

 

Il n'y avait pas de force de police avant 1789, vous avez bien lu..., et il n'y avait pas les problèmes de sécurité que nous connaissons aujourd'hui.

 

L'historien protestant Pierre Chaunu, dans son livre "Le Grand déclassement", expliquait qu'"être français (avant 1789) s'est d'abord confondu avec le privilège de vivre protégé sous les fleurs de lys". On est loin aujourd'hui de connaître ce privilège !

 

En août 2015, un classement des villes les plus agréables du monde faisait reculé Paris au 29e rang mondial des villes où il fait le mieux vivre.... Un recul de plus de dix places qui s'expliquait par les attentats de janvier.

 

Pauvre France, la politique républicaine du tout sécuritaire ne vaut rien si elle n'est pas accompagnée d'une politique de prévention, d'éducation, de moralisation et de civilisation des Français. L'école républicaine fabiquant de parfaits consommateurs individualistes et égoïstes, et avec l'état laïciste antichrétien fabriquant un "islam de France" en parallèle, il ne faut pas s'étonner des résultats catastrophiques.

 

La république désarme les Français et les laisse sans résistance et sans force face à leurs ennemis. C'est pourquoi nous affirmons que la politique qui est actuellement conduite par les républicains de droite ou de gauche dans une belle "union républicaine" conduira la France dans le chaos. Il ne servira alors à rien à tel ou tel de dire c'est la faute aux islamistes.

 

Seul un réarmement moral et spirituel de la France pourra - peut-être si nous le méritons - changer le cours des évènements.

 

Vive Dieu, vive le Roi, vive la France.

Repost 0
18 novembre 2015 3 18 /11 /novembre /2015 09:01

Mise à jour permanente

 

Un assaut lancé vers 4h20, toujours en cours de l'armée, du Raid et de la BRI dans la capitale, à Saint-Denis, a fait deux morts, dont une femme islamiste kamikaze qui a activé son gilet explosif :

Assaut à Saint-Denis: deux morts dont une islamiste kamikaze. De nombreux militaires déployés sur place
Assaut à Saint-Denis: deux morts dont une islamiste kamikaze. De nombreux militaires déployés sur place

 

à 12:40

Ce que l'on sait de l'assaut à la mi-journée

o L'assaut est terminé. L'opération de police avait démarré aux alentours de 4h30 dans le centre de Saint-Denis. Plusieurs suspects se sont retranchés dans un appartement situé à l'angle de la rue de la République et de la rue de Corbillon.

 

» Saint-Denis, 4h20, l'assaut est lancé contre des suspects liés aux attentats

 

o Deux personnes ont été tuées. Une femme retranchée est morte en déclenchant son gilet d'explosifs. Un autre terroriste décédé a été "retrouvé à la fin de l'opération, atteint par des projectiles", a précisé le procureur. Au moins cinq policiers ont été légèrement blessés.

 

o Sept interpellations. Trois personnes qui se trouvaient dans l'appartement ont été interpellées. Deux autres personnes ont été interpellées "alors qu'elles étaient en train de se cacher dans les gravats", a précisé le procureur. Deux personnes de plus, enfin, ont été interpellées à proximité. Il s'agit de l'homme qui a fourni le logement et de l'une de ses connaissances.

 

o La présence du commanditaire présumé n'est pas confirmée. L'assaut visait l'interpellation du commanditaire présumé des attentats de vendredi soir à Paris, Abdelhamid Abbaoud, dont la présence dans ce logement était soupçonnée.

 

» Qui est Abdelhamid Abaaoud, commanditaire présumé des attaques de Paris

 

o Les policiers sont intervenus dans une église de Saint-Denis. Les forces de l'ordre ont forcé la porte de l'Eglise Neuve de Saint-Denis, située à l'opposé de la rue de la République par rapport à la basilique Saint-Denis. Les motifs de cette intervention ne sont pas clairs et elle n'aurait rien donné.

 

EN COURS : Mis à jour à 08:59

Ce que l'on sait à 8 heures

o Un assaut a été lancé dans la nuit à Saint-Denis. De premiers tirs auraient été entendus aux alentours de 4h30. Le quartier concerné à Saint-Denis, sur la rue de la République, à proximité de la place Jean-Jaurès, est entièrement bouclé par un important dispositif policier. Plusieurs suspects se sont retranchés dans un appartement situé à l'angle de la rue de la République et de la rue de Corbillon. Plusieurs explosions successives ont retenti vers 7h30.

 

o Le commanditaire présumé des attentats ciblé. Abdelhamid Abaaoud, cerveau présumé des attaques de vendredi à Paris, est la cible de cet assaut à Saint-Denis. Sa présence dans l'appartement où se sont retranchés les suspects n'est toutefois pas confirmée.

 

o Deux forcenés sont morts, un suspect retranché, trois personnes interpellées. Deux des personnes retranchées dans l'appartement sont mortes,dont une femme qui se serait fait exploser. Plusieurs policiers auraient par ailleurs été blessés dans cet assaut. Des sources policières font également état de deux interpellations.

 

o L'opération se poursuit. La ministre de la Justice Christiane Taubira avait annoncé sur Europe 1 que l'opération était en train de s'achever. Mais des sources policières ont par la suite confirmé à l'AFP qu'un suspect était toujours retranché dans l'appartement. La police a ensuite fait savoir que l'opération est toujours en cours. Les habitants sont invités à ne pas s'approcher du périmètre de sécurité et rester ches eux. Les transports dans le secteur sont complètement à l'arrêt.

 

à 08:59

Cinq personnes ont été interpellées

Le parquet de Paris donne des précisions officielles sur l'opération et ses conséquences. Une femme retranchée dans l'appartement est morte après avoir activé son gilet explosif.

 

à 08:10

Deux interpellations lors de l'assaut

Deux interpellations ont eu lieu lors de l'opération antiterroriste en cours à Saint-Denis, selon des sources policières. Aucune précision n'a été donnée sur l'identité des personnes.

Assaut à Saint-Denis: deux morts dont une islamiste kamikaze. De nombreux militaires déployés sur place

 

à 07:46

De nombreux militaires déployés sur place

Notre journaliste Frédéric Picard est sur place. De nombreux militaires lourdement armés sont présents et "renforcent le périmètre de sécurité". Des badauds essayent de rentrer dans la zone, les policiers tentent de faire le tri. La presse est parquée près de l'Eglise St Denys de l'Estrée, dite l'Eglise neuve.

 

à 06:35

Le cerveau présumé des attentats visé par l'assaut

Le terroriste Abdelhamid Abaaoud, commanditaire présumé des attaques de Paris, est la personne visée par l'assaut mené ce matin par le Raid à Saint-Denis. Il n'est pas confirmé qu'il se trouve actuellement dans l'appartement.

 

Hier à 23:19

Les Français approuvent la riposte de Hollande (sondage)

D'après un sondage Odoxa pour Le Parisien-Aujourd'hui en France, les trois quarts des Français (73%) jugent que François Hollande a été «à la hauteur» des événements après les attentats et approuvent à une très large majorité les mesures proposées par le chef de l'État. 25% des Français jugent que le président de la République a été «tout à fait» et 48% «plutôt» à la hauteur. 26% pensent qu'il ne l'a pas été et 1% ne se prononce pas. Sans surprise, les jugements sont beaucoup plus positifs chez les sympathisants de gauche (90%) mais sa réaction est également majoritairement approuvée à droite (63%).

 

Parmi les mesures annoncées par François Hollande devant le Parlement réuni en Congrès à Versailles, ils approuvent à 91% l'élargissement des possibilités de déchéance de la nationalité française, à 89% la création de 5.000 emplois supplémentaires de policiers et de gendarmes et à 84% le fait de faciliter les règles de la légitime défense pour les policiers.76% des Français estiment aussi que l'appel à l'union nationale «est une bonne réponse car cela montre que la démocratie est plus forte que le terrorisme». A l'inverse, 24% y voient «une mauvaise réponse car c'est une manoeuvre politicienne hypocrite».

 

Par ailleurs, 81% des personnes interrogées (+20 par rapport à septembre) approuvent les frappes aériennes contre Daech en Syrie (contre 18%) même si 63% jugent qu'elles vont «contribuer à davantage exposer» la France à des risques d'attentats. Les Français sont également majoritairement favorables (62% contre 38%) à ce que la France participe à une intervention militaire au sol en Syrie, ce qu'exclut l'exécutif. Interrogés sur les sentiments (deux réponses possibles) qu'ils éprouvent après les attentats de Paris, 57% répondent «la colère», 40% «la peine», 31% «la solidarité» et 13% «la peur».

Sondage réalisé les 16 et 17 novembre auprès d'un échantillon de 1.000 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. Méthode des quotas.

 

Hier à 23:01

Des supporteurs turcs crient «Allah Akhbar» pendant la minute de silence

 

Des supporteurs turcs ont crié «Allah Akhbar» (Dieu est grand) et ont sifflé pendant la minute de silence en hommage aux victimes des attentats de Paris avant le coup d'envoi du match amical Turquie-Grèce, selon un photographe de l'AFP. Ils ont entonné des chants en faveur du président Recep Tayyip Erdogan au stade Basaksehir d'Istanbul, sous le regard du premier ministre turc Ahmet Davutoglu et de son homologue grec Alexis Tsipras.

 

Source: EN DIRECT - Assaut à Saint-Denis: deux forcenés morts dont une femme kamikaze, Le Figaro, Par Mis à jour le 18/11/2015 à 08:59 Publié le 17/11/2015 à 06:36

Repost 0
16 novembre 2015 1 16 /11 /novembre /2015 23:38
Attentats du 13 novembre : un gros souci de contrôle aux frontières. Les failles du renseignement commencent à apparaître

Comme après chaque attentat islamiste réussi, le massacre du 13 novembre va relancer la polémique sur "la faille" dans les systèmes antiterroristes français et européens. Et cette fois, comme les précédentes, il semble que les dysfonctionnements se soient accumulés.

 

En l'état actuel de l'enquête, le plus grave semble être le cas de Samy Amimour: ce Français de 28 ans, soupçonné de vouloir partir pour le Yémen, est mis en examen en octobre 2012 pour "association de malfaiteurs terroristes", placé sous contrôle judiciaire. Ce qui ne l'empêche pas de rejoindre, un an plus tard, la "terre de jihad" syrienne.

 

Cela provoque l'émission d'un mandat d'arrêt international. Malgré cela, il parvient à rentrer en France incognito pour participer, vendredi soir à Paris, au pire attentat jamais commis en France.

 

Un "gros" souci de contrôle aux frontières

 

"On a un souci de contrôle aux frontières Schengen, et un gros", assure à l'AFP Alain Chouet, ancien chef du service de renseignement de sécurité à la DGSE. "Son arrivée aurait dû provoquer la levée d'un drapeau rouge. Mais ces gars maîtrisent bien les techniques d'entrée et de sortie de Schengen, pour l'avoir beaucoup pratiqué".

 

"S'il a pris soin de ne pas rentrer par une frontière française, personne ne l'a vu. S'il rentre par la Belgique, par exemple par un vol low-cost à Charleroi... Allez-y à Charleroi, vous verrez les contrôles", ajoute-t-il.

 

Une fiche S

 

Autre problème, un autre tireur du Bataclan, Omar Ismaïl Mostefaï, avait d'une part attiré dès 2010 l'attention des services français, qui avaient émis à son encontre une fiche S ("sûreté de l'État"), et d'autre part avait été, selon Ankara, signalé deux fois à Paris pour son appartenance à la mouvance jihadiste.

La police turque "a informé la police française en décembre 2014 et janvier 2015" à son propos (il était entré sur le territoire turc en 2013, pour ensuite certainement rallier la Syrie), et "nous n'avons jamais eu de retour de la France", a affirmé lundi à l'AFP un responsable turc.

 

Par ailleurs d'autres membres du commando, installés en Belgique, étaient connus de la police belge. "Vous comprendrez bien que si les Belges ne nous préviennent pas, ici on ne peut rien faire", confiait lundi à l'AFP une source policière.

"Les Belges ne sont pas au niveau"

 

Ces faisceaux d'indices, ces signalements, ce mandat d'arrêt international auraient dû constituer les points d'un schéma qui, en les reliant, auraient pû conduire les enquêteurs, en France ou en Belgique, à passer à l'action contre cette cellule avant qu'elle n'ensanglante Paris.

"Il y a trois hypothèses", explique à l'AFP un ancien spécialiste du contre-terrorisme à la DGSE, sous couvert d'anonymat. "Soit personne n'a rien vu, et c'est un gros souci; soit on a vu des trucs et on ne les a pas compris, ce qui est aussi un problème; soit on a vu des trucs et malgré tout l'équipe a pu passer à l'action."

Source: Attaques à Paris : les failles du renseignement commencent à apparaître, Sud-Ouest, Publié le 16/11/2015 à 19h39 , modifié le 16/11/2015 à 19h48 par Sudouest.fr avec AFP

Repost 0
15 novembre 2015 7 15 /11 /novembre /2015 22:41

Alors que les attentats de janvier 2015 à Paris avaient permis au gouvernement d'annoncer "une réforme d'un islam de France" et "des financements pour construire des mosquées"..., cette fois-ci les attentats du 13 novembre devront permettre au gouvernement de prononcer un état d'urgence de 3 mois. Les mainstream annonceront la nouvelle en boucle dès demain matin.

 

Un article de RT en français ce soir énumère les conséquences liberticides pour les Français :

Etat d'urgence de trois mois, quels changements pour les Français ?

Le président François Hollande a indiqué dimanche aux responsables parlementaires qu'il souhaitait que l'état d'urgence, décrété après les attentats du 13 novembre, dure trois mois, ont indiqué plusieurs sources parlementaires.

La mise en état d'urgence s'applique depuis samedi 00H00 «sur le territoire métropolitain et en Corse», d'après le décret daté de samedi paru au Journal Officiel.

Il convient de noter que la prorogation de l'état d'urgence au-delà de 12 jours ne peut être autorisée que par une loi, votée par le Parlement, qui en fixe sa durée définitive.

C'est pourquoi le prochain Conseil des ministres examinera un projet de modification de la loi de 1955 sur l'état d'urgence pour en revoir le «périmètre» et la «durée».

Les deux commissions des Lois de l'Assemblée et du Sénat travailleront ensemble aux «adaptations» de cette loi après les attentats, a déclaré le président du Sénat, Gérard Larcher (Les Républicains), à sa sortie de l’entrevue. «La prolongation de l'état d'urgence sera aussi l'occasion d'ajuster le texte de 1955», a précisé l'intéressé.

L'état d'urgence permet aux autorités :

  • D'«interdire la circulation des personnes»

  • D'instituer «des zones de protection ou de sécurité» où le séjour des personnes est réglementé, selon la loi de 1955, qui a instauré cette procédure exceptionnelle au début de la guerre d'Algérie.

Un second décret comporte des dispositions spécifiques applicables «à l'ensemble des communes d'Ile-de-France». Ce dernier prévoit la possiblité:

 

  • D'assigner à résidence toute personne «dont l'activité s'avère dangereuse pour la sécurité et l'ordre public».

  • D'ordonner la fermeture provisoire de salles de spectacle, de débits de boissons ou de lieux de réunion de toute nature.

  • De mettre en place la confiscation de certaines catégories d'armes.

Par ailleurs, le décret ou la loi déclarant l’état d’urgence autorise les autorités administratives à :

 

  • Ordonner des perquisitions à domicile de jour et de nuit 

  • Prendre toutes les mesures nécessaires pour assurer le contrôle de la presse et des publications de toute nature, ainsi que celui des émissions radiophoniques, des projections cinématographiques et des représentations théâtrales.

 

Plusieurs fois mis en œuvre durant la guerre d'Algérie, l'état d'urgence n'a, depuis, été décrété qu'à deux reprises : en 1985, en Nouvelle-Calédonie, lors des affrontements qui avaient alors touché l'archipel, et en 2005, face aux émeutes dans les banlieues, à l'initiative du gouvernement de Dominique de Villepin. 

 

Source: Etat d'urgence de trois mois, quels changements pour les Français ?, RT en français, 15 nov. 2015, 20:30

Repost 0
15 novembre 2015 7 15 /11 /novembre /2015 20:04

François Hollande crée des réfugiés et des terroristes plus vite que son ombre. Illustration avec les attentats du 13 novembre à Paris, les assaillants ont dit aux victimes du Bataclan que "c'était à cause de François Hollande qu'ils étaient là" :

Attentats du 13 novembre : "Ils nous ont dit que c'était à cause de François Hollande qu'ils étaient là"
Repost 0
15 novembre 2015 7 15 /11 /novembre /2015 15:45

La radicalisation ne se fait pas dans les caves, mais à découvert dans les mosquées :

Bataclan : l'un des assaillants fréquentait la mosquée de Lucé (Eure-et-Loir)

Le preneur d'otage français qui a fait exploser vendredi soir sa ceinture d'explosifs après avoir tiré sur le public d'un concert au Bataclan fréquentait la mosquée de Lucé.

 

Selon les enquêteurs, Omar Ismaïl Mostefaï aurait fréquenté assidûment la mosquée de Lucé, près de Chartres (Eure-et-Loir).

 

Condamné à huit reprises pour des délits de droit commun (conduite sans permis, outrages), il avait été fiché par la DCRI pour radicalisation en 2010. Le kamikaze a été identifié par ses empreintes, grâce à un doigt sectionné retrouvé au Bataclan, où se tenait un concert rock lors de l'irruption des jihadistes. 

Les enquêteurs tentent de confirmer qu'il a bien séjourné en Syrie en 2014. 

 

Source: Eure-et-Loir : l'un des kamikazes fréquentait la mosquée de Lucé, France3-regions.francetvinfo, Ch.L avec AFP Publié le 15/11/2015 | 10:30, mis à jour le 15/11/2015 | 15:29

 

Rappelons qu'en 2012, Manuel Valls voulait le financement public des imams et qu'en février 2015, il proposait une "réforme de l'islam de France" et envisageait des "financements pour construire des mosquées..., qui soient transparents et ne viennent pas de l'étranger." Les attentats de janvier 2015 avaient "précipité le mouvement", nous disait-on sur la radio RMC, le 26 février 2015. Ces gens qui nous imposent leur "islam de France" (sic) ouvriront-ils les yeux cette fois-ci ?

 

Repost 0
15 novembre 2015 7 15 /11 /novembre /2015 15:16
Attentats du vendredi 13 novembre : 3 terroristes identifiés, un syrien, un égyptien et un "français"

Les enquêteurs français travaillant sur place ont déclaré que sur les sept terroristes, au moins trois avaient été identifiés, l'un aurait un passeport syrien, le second un passeport égyptien et le troisième serait Français. Le passeport syrien appartenait à un migrant enregistré en Grèce, selon un ministre grec.

 

Les enquêteurs français ont déclaré que sur les sept terroristes, au moins deux avaient été identifiés, l'un aurait un passeport syrien, et l'autre serait Français, indique Europe 1.

 

Auparavant, les enquêteurs ont annoncé avoir retrouvé un passeport syrien près d'un des corps des terroristes kamikazes à Saint-Denis. La découverte a eu lieu aux abords du stade de France. Actuellement, les enquêteurs s'emploient à vérifier le passeport afin d'en retirer le maximum d'informations et de faire des conclusions.

 

Le corps d'un Français, connu des services des renseignements et très probablement l'un des assaillants de la salle de concert du Bataclan, a été aussi identifié.

 

Par ailleurs, un ministre grec a déclaré que le passeport syrien appartenait à un migrant enregistré en Grèce.

 

Source: Attaques à Paris: 3 terroristes identifiés, un Syrien, un Egyptien et un Français, Sputnik, 13:42 14.11.2015(mis à jour 14:18 15.11.2015)

Repost 0
15 novembre 2015 7 15 /11 /novembre /2015 14:54
Un passeport syrien découvert appartient à un migrant syrien

Source : Attentats: le passeport syrien retrouvé à Paris appartenait à un migrant enregistré en Grèce, Le Figaro.fr avec AFP et ReutersMis à jour le 14/11/2015 à 17:44

Un passeport syrien découvert appartient à un migrant syrien

Source: Attaques à Paris, Le passeport syrien retrouvé a été enregistré en Grèce, Paris Match, le 14 novembre 2015 | Mise à jour le 14 novembre 2015

Un passeport syrien découvert près du corps d'un assaillant, au Stade de France appartiendrait à un migrant enregistré à son arrivée en Grèce en Octobre dernier.

 

Un passeport syrien a été retrouvé près d'un des auteurs des attaques de Paris vendredi soir, pour lequel des vérifications sont en cours, a appris l'AFP samedi de sources policières. Ce passeport a été «retrouvé à proximité d'un des corps des assaillants», ont affirmé à l'AFP ces sources. Selon l'une de ces sources, ce document a été récupéré lors des investigations réalisées après le carnage du Bataclan à Paris (au moins 82 morts).

 

Ce passeport syrien appartenait à un migrant enregistré lors de son arrivée sur une île grecque en octobre, a affirmé samedi le ministre grec de la protection publique Nikos Toskas. "Le détenteur du passeport syrien est arrivé le 3 octobre par l'île grecque de Leros où il a été enregistré conformément aux règles de l'Union européenne", a assuré M. Toskas dans un communiqué.

Un « réfugié » parmi les islamistes: le kamikase syrien du stade de France a été enregistré en Grèce

 

Dans un communiqué le ministre grec de la protection des citoyens, Nikos Toskas, annonce qu’un des kamikases  qui s’est fait exploser au stade de France est passé par l’ïle grecque de Léros parmi le flot des  immigrants et qu’il y a été enregistré commme « réfugié »  le 3 octobre 2015 . 

 

Traduction en français du communiqué du ministre Nikos Toskas:

 

Communiqué du ministre de la Protection des citoyens (Grèce) Nikos Toskas au sujet des attaques de Paris

Le ministre de la Protection des citoyens,  Nikos Toskas le fait suivant: en ce qui concerne le passeport syrien qui a été trouvé aux abords de l’attaque du terroriste.

Nous annonçons que ce passeport a été enregistré à Léros le 3/10/2015, où il a été identifié selon les règles de l’Union européenne. Comme cela  a été établi lors du sommet consacré aux réfugiés. Nous ne savons pas si le passeport a été vérifié d’autres pays dans lesquels il est possible qu’il ait été enregistré. (…)

Le communiqué du ministre a été diffusé par un analyste économiste grec  Yanis Koutsomitis.

 

Source : Un « réfugié » parmi les islamistes: le kamikase syrien du stade de France a été enregistré en Grèce, Medias-presse.info, in Politique / by Emilie Defresne / on 15 novembre 2015 at 13 h 03 min /

Repost 0
15 novembre 2015 7 15 /11 /novembre /2015 13:55
Pourquoi le gouvernement informé que des milliers de terroristes étaient infiltrés parmi les migrants n'a-t-il pas fermé les frontières plus tôt ?

Source : 'Just wait…' Islamic State reveals it has smuggled THOUSANDS of extremists into Europe, By Aaron Brown, PUBLISHED: 07:27, Thu, Sep 10, 2015 | UPDATED: 12:07, Mon, Sep 14, 2015

Depuis des mois, le pouvoir en place avait été prévenu que l'Etat islamique préparait des attentats d'une ampleur inédite sur le territoire français et visait même des lieux hautement fréquentés. Depuis des mois, ce même pouvoir présidé par François Hollande était parfaitement informé, de la part notamment des services britanniques et de la sécurité d'Etat russe, de l'infiltration de terroristes islamistes parmi la vague d'immigrés clandestins en provenance du Proche et du Moyen Orient.

 

Nous savons aussi par le journal serbe Blic que la BIA (service de sécurité serbe) avait averti Paris de l'arrivée de jihadistes par les Balkans, fondus dans la masse des "migrants". A l'évidence, malgré ces avertissemnts fondés, rien ne semble avoir été fait pour éviter la dramatique soirée du 13 novembre. (Source)

 

Sur Christ-Roi nous avions nous-mêmes publié un article dès le 10 septembre 2015. Selon l'"Express.co.uk", "des milliers de combattants de Daech étaient infiltrés parmi les réfugiés".

 

Dès lors, pourquoi le gouvernement n'a-t-il pas fermé les frontières plus tôt ? Il va bien falloir que le gouvernement réponde à cette question.

Le gouvernement de la république savait que des milliers de terroristes étaient infiltrés parmi les migrants et n'a pas fermé les frontières à temps. Il ne s'est décidé à fermer les frontières que quelques heures après le carnage satanique du vendredi 13 novembre 2015.

 

Vladimir Poutine lui-même, en ouverture du Forum économique oriental tenu à Vladivostok du 3 au 5 septembre 2015, avait averti les Français :

 

"Je crois que cette crise était absolument prévue. Si vous vous souvenez, ou le recherchez dans vos archives, nous en Russie, - votre serviteur en particulier -, avons déclaré depuis quelques années que nous courrions vers des problèmes à grande échelle si nos partenaires occidentaux continuaient avec leur politique étrangère erronée, de laquelle je me suis toujours inquiété, en particulier dans les régions musulmanes, au Moyen-Orient, en Afrique du Nord - c'est la politique qu'ils mènent effectivement actuellement encore.

 

Quelle est cette politique ? Celle d'imposer leurs normes sans prendre en considération l'Histoire, la religion, la culture ou les caractéristiques nationales de ces régions. Ceci est, particulièrement, la politique menée par nos partenaires américains; l'Europe suit aveuglément son leadership, docile à respecter ses engagements de soi-disant alliée, et par conséquens elle en porte le poids."

 

Source: Conférence de presse de Poutine : Ukraine, submersion migratoire de l'UE et Syrie, Sott.net, Emilie Defresne, kremlin, lun., 07 sept. 2015 04:20 UTC, Traduction : Emilie Defresne

Repost 0
14 novembre 2015 6 14 /11 /novembre /2015 01:15

Mis a jour le 15 novembre 2015.

14 novembre, 13:00 Réaction video de Boris Le Lay, il y a quarante minutes :

"L'incurie complète de ce gouvernement qui collabore activement à l'invasion islamique en important via la crise migratoire que nous avons vu, plus l'immigration officielle, des masses musulmanes au coeur de l'Europe", explique Boris Le Lay.

 

"François Hollande n'est-il pas celui qui a fustigé la politique de Viktor Orban qui a dressé une barrière anti-migrants à ses frontières en Hongrie ? N'est-ce pas Laurent Fabius qui a aussi fustigé la politique hongroise, qui aujourd'hui rigolent ? Nous avons affaire à des gens d'une inconséquence totale, ou alors pire, nous avons affaire à des traîtres. Je vous laisse le choix entre les deux.

 

Nous avons affaire à des gens qui sont des imbéciles, qui sont criminels de par leur inconséquence, soit qu'elle est consciente, soit qu'elle ne l'est pas. ... En tout cas, c'est tout à fait avéré, ce gouvernement ne contrôle absolument rien. Il n'a aucune intention de stopper l'immigration-invasion, de désigner l'ennemi. Et ce gouvernement implante désormais cette immigration en plein coeur de nos villages, comme vous l'avez-vu. Ils importent les syriens en plein coeur de nos villages, en Europe. C'est une politique complétement suicidaire. Il va falloir les stopper à un moment ou un autre.

 

... Au pire cynisme aux conséquences mortelles. La politique étrangère menée par les socialistes, et avant par Sarkozy, ainsi que la politique intérieure d'immigration et d'implantation et de défense de l'islam, est une politique qui pèse son poids en litres de sang. François Hollande est directement responsable de ce qui se passe. Il n'est absolument pas en position de donner des leçons à qui que ce soit, et encore moins de se faire passer pour le protecteur de qui que ce soit."

Attentats du 13 novembre : une fermeture des frontières qui intervient trop tard

Source : Attaques terroristes à Paris: des dizaines de morts, l'état d'urgence décrété, Le Figaro, Mis à jour le 14/11/2015 à 01:11 Publié le 13/11/2015 à 22:05

 

Ce n'est plus les "no borders" qu'il va falloir surveiller aux frontières mais les islamistes. Suite aux attaques terroristes probablement de l'Etat islamique vendredi 13 dans la soirée qui ont fait plus 40 morts, François Hollande a pris la parole publiquement un peu avant minuit et a annoncé qu'il déclenchait l'état d'urgence et la fermeture des frontières. Bernard Cazeneuve avait déjà annoncé vendredi 6 novembre sur BFMTV et RMC le retour des contrôles aux frontières pendant un mois à partir du 13 novembre, afin de sécuriser la conférence mondiale sur le climat à Paris. Et malheureusement, c'est ce 13 novembre que les terroristes ont eux aussi choisi pour ... attaquer la France. L'annonce de l'irresponsable François Hollande et de son gouvernement immigrationniste sansfrontiériste de fermer la frontière intervient donc bien trop tard. Hollande fait la guerre à Daech en Syrie et laisse les frontières ouvertes et les Français sans défense. Les terroristes sont déjà à l'intérieur de chez nous, depuis longtemps. Il fallait penser aux conséquences de vos actes bien avant messieurs les bellicistes à l'extérieur, bisounours à l'intérieur.

 

On a un gouvernement de fous irresponsables.

 

Aucun roi n'aurait laissé son peuple ainsi sans défense (ils avaient le sens de leur devoir qui était de protéger le petit peuple avant tout) après avoir déclaré la guerre à l'extérieur, tout en faisant des propagandes d'ouverture mondialiste, d'immigration forcée (Cf. la "politique de peuplement" de Valls), des politiques de mixité obligatoire avec des populations qui veulent nous assassiner, en ruinant tout esprit combatif des Français et de fierté nationale à l'intérieur, François Hollande et les oligarques ont désarmé moralement et spirituellement les Français. L'Anti-France a bien fait son travail.

 

Attentats du 13 novembre : une fermeture des frontières qui intervient trop tard

Source: «Un acte de guerre commis par une armée terroriste, Daech», Le Figaro, Par Mis à jour le 14/11/2015 à 12:04 Publié le 13/11/2015 à 22:05

L'irresponsabilité du gouvernement commence à être relevée :

 

"Dans la salle de spectacle (Bataclan Ndlr.), ils ont tiré en plein dans la foule en criant 'Allah Akbar', l'un d'eux reprochant l'intervention française en Syrie (contre l'Etat islamique Ndlr. Voir ici et ), oubliant un peu vite que le ministre socialiste des Affaires étrangères, Laurent Fabius considéraient que les terroristes (d'Al Nosra et Al Qaeda Ndlr.) font du 'bon boulot' dans ce pays meurtri par la guerre.

 

Selon l'analyste Jean-Paul Ney, les équipes d'assaut de l'Etat islamique, seraient composées de jihadistes 'français' de retour de Syrie et d'Irak. Tous fichés S, tous identifiés, la plupart dans la nature. Le n° vert et les stages de 'déradicalisation' mis en place par un gouvernement Valls-Hollande totalement irresponsable et déconnecté des réalités, n'auront donc servi à rien." (Source)

 

Il fallait tout simplement interdire à ces gens de revenir en France, leur fermer la frontière. Mais n'est-on pas tous citoyens du monde ?!

 

Il ne fallait pas non plus être grand devin pour voir que la politique d'un François Hollande vassal des Etats-Unis fabriquerait des réfugiés et des terroristes plus vite que son ombre... (article du 7 septembre 2015...) Maintenant que la guerre est déclenchée comme d'habitude par un gouvernement de gauche, on attend un gouvernement de droite pour y mettre fin...

 

. Une fermeture des frontières destinée à protéger les chefs d'Etat à Paris qui intervient... "trois semaines trop tard"

 

 

Attentats du 13 novembre : une fermeture des frontières qui intervient trop tard

Bilan le 14 novembre à 11 heures: 128 morts, plus de 250 blessés.

Attentats du 13 novembre : une fermeture des frontières qui intervient trop tard

Source: Attaques terroristes : la guerre en plein Paris, Le Figaro, Par Mis à jour le 14/11/2015 à 11:20 Publié le 13/11/2015 à 22:05

Le groupe californien "Eagle of Death Metal" (Aigle du Metal de la mort) au Bataclan a été exaucé plus rapidement que prévu. Il avait en effet entamé la chanson "Kiss the Devil" (c'est-à-dire "embrasser le diable") avec les paroles: "I Meet the Devil And this Is His Song" (c'est-à-dire "J'ai rencontré le diable et voici sa chanson") quand l'attaque a commencé :

Attentats du 13 novembre : une fermeture des frontières qui intervient trop tard

Source : Hollande : «Un acte de guerre commis par une armée terroriste», Le Figaro, Par Mis à jour le 14/11/2015 à 14:43 Publié le 13/11/2015 à 22:05

Un ressortissant "français" parmi les auteurs de l'attentat :

http://www.20minutes.fr/societe/1730283-20151114-direct-attentats-paris-plus-120-tueshuit-terroristes-morts-attentats

http://www.20minutes.fr/societe/1730283-20151114-direct-attentats-paris-plus-120-tueshuit-terroristes-morts-attentats

http://www.europe1.fr/faits-divers/premiers-indices-sur-les-auteurs-de-lattentats-2620425

http://www.europe1.fr/faits-divers/premiers-indices-sur-les-auteurs-de-lattentats-2620425

à 19h 27 Un des terroristes était "fiché S"

L'un des assaillants du Bataclan a été formellement identifié. Il s'agit d'un individu né le 21 novembre 1985 dans l'Essone. Il a été condamné 8 fois par la justice entre 2004 et 2010, sans jamais être allé en prison. Il a fait l'objet d'une fiche S pour radicalisation en 2010, a indiqué le procureur de Paris François Molins.

 

19h17 Nouveau bilan : 129 morts, 352 blessés dont 99 en "état d'urgence absolue"

Attentats du 13 novembre : une fermeture des frontières qui intervient trop tard

Source : Attentats en série à Paris : «trois équipes de terroristes coordonnées», Le Figaro, Mis à jour le 14/11/2015 à 19:45 Publié le 13/11/2015 à 22:05

Add. le 15 novembre 2015, 13h45. Depuis des mois, le pouvoir en place avait été prévenu que l'Etat islamique préparait des attentats d'une ampleur inédite sur le territoire français et visait même des lieux hautement fréquentés. Depuis des mois, ce même pouvoir présidé par François Hollande était parfaitement informé, de la part notamment des services britanniques et de la sécurité d'Etat russe, de l'infiltration de terroristes islamistes parmi la vague d'immigrés clandestins en provenance du Proche et du Moyen Orient.

 

Nous savons aussi par le journal serbe Blic que la BIA (service de sécurité serbe) avait averti Paris de l'arrivée de jihadistes par les Balkans, fondus dans la masse des "migrants". A l'évidence, malgré ces avertissemnts fondés, rien ne semble avoir été fait pour éviter la dramatique soirée du 13 novembre. (Source)

 

Sur Christ-Roi nous avions nous-mêmes publié un article dès le 10 septembre 2015. Selon l'"Express.co.uk", "des milliers de combattants de Daech étaient infiltrés parmi les réfugiés". Dès lors, pourquoi le gouvernement n'a-t-il pas fermé les frontières plus tôt ? Il va bien falloir que le gouvernement réponde à cette question.

Des vérifications étaient en cours samedi après la découverte d'un passeport syrien près du corps d'un assaillant, au Stade de France. Il appartiendrait à un migrant enregistré à son arrivée en Grèce en Octobre dernier.

 

Un passeport syrien a été retrouvé près d'un des auteurs des attaques de Paris vendredi soir, pour lequel des vérifications sont en cours, a appris l'AFP samedi de sources policières. Ce passeport a été «retrouvé à proximité d'un des corps des assaillants», ont affirmé à l'AFP ces sources. Selon l'une de ces sources, ce document a été récupéré lors des investigations réalisées après le carnage du Bataclan à Paris (au moins 82 morts).

 

Ce passeport syrien appartenait à un migrant enregistré lors de son arrivée sur une île grecque en octobre, a affirmé samedi le ministre grec de la protection publique Nikos Toskas. "Le détenteur du passeport syrien est arrivé le 3 octobre par l'île grecque de Leros où il a été enregistré conformément aux règles de l'Union européenne", a assuré M. Toskas dans un communiqué.

Attentats du 13 novembre : une fermeture des frontières qui intervient trop tard

Source: Attaques à Paris, Le passeport syrien retrouvé a été enregistré en Grèce, Paris Match, le 14 novembre 2015 | Mise à jour le 14 novembre 2015

Un « réfugié » parmi les islamistes: le kamikase syrien du stade de France a été enregistré en Grèce

 

Dans un communiqué le ministre grec de la protection des citoyens, Nikos Toskas, annonce qu’un des kamikases  qui s’est fait exploser au stade de France est passé par l’ïle grecque de Léros parmi le flot des  immigrants et qu’il y a été enregistré commme « réfugié »  le 3 octobre 2015 . 

 

Traduction en français du communiqué du ministre Nikos Toskas:

 

Communiqué du ministre de la Protection des citoyens (Grèce) Nikos Toskas au sujet des attaques de Paris

Le ministre de la Protection des citoyens,  Nikos Toskas le fait suivant: en ce qui concerne le passeport syrien qui a été trouvé aux abords de l’attaque du terroriste.

Nous annonçons que ce passeport a été enregistré à Léros le 3/10/2015, où il a été identifié selon les règles de l’Union européenne. Comme cela  a été établi lors du sommet consacré aux réfugiés. Nous ne savons pas si le passeport a été vérifié d’autres pays dans lesquels il est possible qu’il ait été enregistré. (…)

Le communiqué du ministre a été diffusé par un analyste économiste grec  Yanis Koutsomitis. (Source)

 

Les assaillants ont dit aux rescapés que "c'était à cause de François Hollande qu'ils étaient là" :

http://rmc.bfmtv.com/emission/attaques-a-paris-ils-nous-ont-dit-que-c-etait-a-cause-de-francois-hollande-qu-ils-etaient-la-930031.html

http://rmc.bfmtv.com/emission/attaques-a-paris-ils-nous-ont-dit-que-c-etait-a-cause-de-francois-hollande-qu-ils-etaient-la-930031.html

Repost 0
12 novembre 2015 4 12 /11 /novembre /2015 19:54

40 morts et des dizaines de blessés, c'est le bilan provisoire d'un attentat probablement de l'Etat islamique au Liban en fin d'après-midi dans un quartier de la banlieue sud de Beyrouth, fief du Hezbollah chiite.

Le Hezbollah est engagé dans le conflit syrien aux côtés des forces du président Bachar al Assad. 

Liban : plus de 40 morts après un double attentat suicide des amis de Fabius en Syrie
Liban : plus de 40 morts après un double attentat suicide des amis de Fabius en Syrie

Source:

Liban: 37 morts dans un double attentat, Par Lefigaro.fr avec AFPMis à jour le 12/11/2015 à 18:59 Publié le 12/11/2015 à 17:23

Il s'agit de la première attaque contre le fief du Hezbollah chiite depuis juin 2014. Un agent de sécurité avait alors été tué en empêchant un attentat à la voiture piégée. Auparavant une dizaine d'autres attaques avaient endeuillé des bastions du Hezbollah à travers le Liban entre juillet 2013 et février 2014, la plupart revendiqués par des groupes extrémistes sunnites. Source

Repost 0
12 novembre 2015 4 12 /11 /novembre /2015 19:05

Bernard Cazeneuve a annoncé vendredi 6 novembre sur BFMTV et RMC le retour des contrôles aux frontières pendant un mois à partir du 13 novembre :

 

Bernard Cazeneuve annonce que "la France va fermer ses frontières pendant quelques semaines" pour assurer la sécurité de la COP21 (conférence mondiale sur le climat à Paris du 30 novembre au 11 décembre), qui concentrera des dizaines de chefs d'Etat à Paris "dans un contexte de menace terroriste qui pourrait venir entacher cette grande manifestation internationale qui porte par ailleurs un grand message pour l'humanité". [1]

 

Autrement dit, le rétablissement des frontières n'est pas destiné à protéger le peuple face à l'invasion de migrants agressifs et violents comme à Calais, mais à protéger les chefs d'Etat.

 

"Pendant un mois, nous allons établir des contrôles aux frontières, ce qui n'est pas du tout une suspension de Schengen, parce que Schengen permet de le faire dans des circonstances particulières", a expliqué Bernard Cazeneuve.

 

En effet, jamais un événement organisé en France n'a représenté autant de risques: au moins 80 chefs d'Etat seront réunis au Bourget dans un contexte de menace terroriste très élevée.

285 points de contrôles seront en place sur les routes, mais aussi dans les aéroports et les gares avec des renforts policiers importants qui viendront de toute la France. Au total, il devrait y avoir plus de 5.000 policiers supplémentaires pour assurer la sécurité partout en Ile-de-France pendant la COP 21.

 

Mais, comme a pu nous l'indiquer un policier hier soir, l'annonce de Bernard Cazeneuve "intervient trois semaines trop tard". Ainsi, selon nos informations plusieurs groupes d'extrême-gauche sont déjà arrivés d'Allemagne, du Royaume-Uni, des Pays-Bas, de Belgique et même d'Australie et des Philippines pour l'événement... [2] Quelle équipe !

 

 

 

Sources:

 

[1] Cazeneuve sur la COP21: "Il y aura des contrôles aux frontières", BFMTV, 06/11/2015 à 08h45 Mis à jour le 06/11/2015 à 12h37

[2] COP 21: Des activistes d'extrême-gauche venus du monde entier sont déjà en Ile-de-France, Bfmtv, 11/11/2015 à 08h37

Repost 0
12 novembre 2015 4 12 /11 /novembre /2015 11:56

A quelques jours du sommet des chefs d'Etats et de gouvernement du G20 d'Antalya (Turquie), malgré toutes les réalités d'appauvrissement et d'éclatement des sociétés européennes en passe de sécession avec leurs élites, malgré une crise migratoire en Europe qui menace l'UE d'éclatement, le FMI demande à l'UE d'accueillir encore plus de migrants... Son raisonnement simpliste se résume à quelques chiffres, quelques variables d'ajustement quant à un possible dopage de l'"activité" par une augmentation de la population active. "Surtout, cet afflux, ajoute-elle, pourrait permettre de s'attaquer au vieillissement de la population". Aveu terrible du remplacement de population décidé en haut lieu...

"De leur côté, les pays d'origine des migrants vont certes pâtir de l'exil de leur population jeune et qualifiée", reconnaît Mme Lagarde, "mais ils bénéficient en contrepartie de transferts de fonds." L'esprit colonialiste, esprit de pillage, n'a pas abandonné ces "éclaireurs" de l'humanité.

 

L'article du Figaro :

La directrice du FMI pense que l'afflux de migrants pourrait être un atout économique pour une Europe vieillissante. 

La dirigeante du FMI Christine Lagarde, a appelé mercredi les pays riches à "élargir leur approche" pour accueillir plus de réfugiés, dont l'afflux en Europe pourrait, selon elle, être bénéfique pour la croissance économique.
"Certains pays ont accepté d'accueillir un large flot de réfugiés et ont fait tout leur possible pour leur fournir de la nourriture et un abri", a déclaré la dirigeante dans un blog publié par le Fonds monétaire international.
"D'autres, spécialement parmi les pays avancés, doivent voir comment ils peuvent élargir leur approche pour accueillir plus de réfugiés", a-t-elle ajouté, appelant à une action internationale à quelques jours du sommet des chefs d'Etats et de gouvernement du G20 d'Antalya (Turquie).

 
Impact économique positif

La dirigeante appelle notamment à renforcer la capacité des marchés du travail "à absorber les migrants", à améliorer leur accès à des formations et à faciliter la reconnaissance des qualifications professionnelles acquises à l'étranger.
La crise migratoire en Europe met à mal la cohésion de l'UE qui se divise sur la répartition de la charge de l'accueil des réfugiés venus de la Méditerranée. Un sommet sur la question se tient mercredi entre dirigeants européens et africains.

Selon Mme Lagarde, cet afflux --s'il est géré "avec les mesures appropriées-- peut être d'abord bénéfique aux pays d'accueil en augmentant leur population active et en dopant l'activité.
"Les calculs préliminaires du FMI montrent un impact positif modéré des migrants sur la croissance dans les pays de l'UE", assure la dirigeante.
Surtout, cet afflux pourrait permettre de s'attaquer au vieillissement de la population dans les pays riches et de "réduire la pression" sur le coût du système de retraites et des dépenses de santé, assure Mme Lagarde.

De leur côté, les pays d'origine des migrants vont certes pâtir de l'exil de leur population jeune et qualifiée, reconnaît Mme Lagarde.
Mais ils bénéficient en contrepartie de transferts de fonds
des migrants vers leurs proches qui totalisent 436 milliards de dollars en 2014, soit "plus de trois fois" le montant de l'aide publique au développement, note-t-elle, en appelant à réduire les frais de ces transferts d'argent.
Christine Lagarde appelle l'UE à accueillir plus de migrants

Source: Christine Lagarde appelle l'UE à accueillir plus de migrants, Le Figaro.fr avec AFPMis à jour le 12/11/2015 à 08:00 Publié le 11/11/2015 à 18:37

 
Repost 0
11 novembre 2015 3 11 /11 /novembre /2015 12:30

Quand la "mondialisation heureuse" se transforme en migration heureuse :

Migration heureuse : Troisième nuit d'affrontements entre la police et les migrants à Calais

Environ 250 CRS se sont opposés, en fin de journée mardi, à des migrants en colère. C'est la troisième nuit de heurts à proximité de la jungle de Calais. Il y aurait eu, selon la maire de Calais, une cinquantaine d'interpellations.

Pour la troisième nuit de suite, après lundi et mardi, des heurts se sont produits entre CRS et migrants, à proximité de la jungle de Calais. Après les 16 blessés de la première nuit, les 11 de lundi soir, le dispositif policier avait été réorganisé pour protéger les riverains.

Mais dès 22h30, un face-à-face tendu a débuté entre CRS et les migrants. Très rapidement, après le jet de quelques projectiles et des insultes, les CRS ont eu recours à des grenades lacrymogènes. Un canon à eau a aussi été utlisé pour éteindre un feu allumé par des manifestants à l'aide de palettes en bois. Des grenades lacrymogènes ont continué d'être tirées jusqu'au retour du calme après 23h30.

«250 policiers, dont une majorité de CRS, étaient mobilisés mardi soir» pour empêcher ou réprimer les troubles autour de la «Jungle», a rapporté le porte-parole du ministère de l'Intérieur, Pierre-Henry Brandet, présent sur les lieux. Selon Calais Solidarity, un collectif d'aide aux migrants, il y aurait eu 4 blessés et 4 arrestations chez ces derniers. Deux activistes No-Borders auraient aussi été arrêtés. Des chiffres qui n'ont pas encore été confirmés par les autorités, mais la maire de Calais, Natacha Bourchart, sur RMC, a parlé de cinquante interpellations.

Pour le ministère de l’Intérieur, selon qui le dispositif n’était pas plus importants que les dernières semaines, l’objectif était de rendre «visibles» les forces de l’ordre, a expliqué la déploré la préfète du Pas-de-Calais, Fabienne Buccio. Ces derniers jours en effet, les riverains sont inquiets après des intrusions «dans la propriété des riverains pour se procurer des objets pouvant servir à bloquer des camions sur la rocade».

Ces troubles ont suscité des réactions politiques. La maire de Calais, Natacha Bouchart (Les Républicains), a de nouveau réclamé l'intervention de l'armée. En France, la sécurité intérieure est assurée «par la police et la gendarmerie», a répondu la préfète.

«Désolée de poser encore une fois une question qui fâche, mais combien d'arrestations ?», a lancé Marine Le Pen sur Twitter.

 

Source: Troisième nuit d'affrontements entre la police et les migrants à Calais, Rt en français, 11 nov. 2015, 07:56

Repost 0
10 novembre 2015 2 10 /11 /novembre /2015 18:49
Des calaisiens en pleurs, paniqués et révoltés

"Calais ravagé par les émeutes de migrants. Des calaisiens en pleurs, paniqués et révoltés ! C'est le bilan des 2 nuits d'émeutes qui viennent de se dérouler sur la rocade portuaire de Calais près de la jungle, voici le témoignage de Sandy."

 

Des pavillons pris d'assaut pendant deux nuits, des poubelles volées, des palissades cassées, des calaisiens obligés de se barricader chez eux, des couvertures clouées aux fenêtres, fenêtres fermées, volets fermés, Video Boris Le Lay Facebook

 

Quel politique, quel media se soucie des calaisiens et de toutes les victimes collatérales de la "politique de peuplement" irresponsable de Manuel Valls ? Ce silence des media sur ce que doivent vivre les Français dans leur propre pays est insupportable. Il est temps que des politiques se saisissent du problème et prennent des décisions en sens inverse de tout ce qui a été décidé depuis quarante ans... avant que tout ceci dégénère.

Add. 21h35. Le site RT en français a publié un article sur le sujet : 

 

Pierres lancées sur les voitures, palissades et boîte aux lettres arrachées, grenades lacrymogènes jonchant le sol (plus de 350 grenades ont été utilisées)… Les stigmates de la nuit sont toujours visibles ce mardi matin. La riveraine interrogée, qui est locataire dans le lotissement depuis un mois, a décidé d’aller dormir chez sa mère avec ses enfants le temps que la situation se calme : «Je suis chez moi ? Et bien non, je ne suis pas chez moi. Je suis obligée de quitter ma maison pour aller chez ma mère, être en sécurité avec mes enfants, et dormir profondément au moins une nuit».

 

«Je vous confirme qu’ils [les migrants] s’en prennent aux riverains», affirme-t-elle dans la vidéo. «Dès qu’ils voient qu’on essaie de filmer ou de se faire entendre, et bien ils s’en prennent à nous. Ils m’ont fait des signes d’égorgement», dit-elle avant de conclure : «Pour moi la guerre civile a déjà démarré, il serait peut-être temps de faire appel à l’armée, il n’y a qu’elle qui puisse nous aider».

 

Mais la préfète du Pas-de-Calais, Fabienne Buccio, a d'ores et déjà décidé d'exclure cette option.
 

Des calaisiens en pleurs, paniqués et révoltés

Source: Une riveraine de Calais, menacée par des migrants : «Pour moi la guerre civile a déjà démarré», RT en français, 10 nov. 2015, 17:33

 

A voir : la video montrant les pavillons dégradés, des maisons caillassées, et l'interview exclusive d'une riveraine avec les larmes aux yeux, qui nous explique ce qui s'est passé la nuit passée, sur le site Les Calaisiens en colère

Repost 0
10 novembre 2015 2 10 /11 /novembre /2015 17:37
"Etat de droit" : Un vol, des dégradations de biens, et un "pugilat général" avec des gendarmes sont moins graves que manifester contre le "mariage" homo

Les heurts entre clandestins et forces de l'ordre se multiplient à Calais. Ils ont déjà fait 27 blessés légers côté policier en deux jours pour zéro arrestation. Quatre assauts successifs d'illégaux vers la zone portuaire et la rocade de la ville, dont deux dans les dernières 24 heures, ont déjà fait 27 blessés légers côté policiers. rtains jetant des pierres en direction des policiers. L'axe routier a dû être fermé pendant deux heures, avec tous les retards que cela suppose pour le trafic transmanche. «Les dysfonctionnements du lien Eurotunnel font désormais peser une menace sérieuse pour les entreprises qui commercent des deux côtés du channel. En Grande-Bretagne notamment, la production à flux tendu de certaines sociétés est mise en en danger», confie un chef d'entreprise du Calaisie.

Quelques heures plus tôt, dans la nuit de lundi à mardi, entre 23 heures et 4 heures du matin, quelque 250 migrants ont, «à plusieurs reprises, tenté de ralentir le trafic sur la rocade portuaire, en posant divers objets sur la chaussée», déplore la préfecture du Pas-de-Calais. Les migrants tentaient de se cacher dans des camions, a-t-on appris mardi auprès de la préfecture du Pas-de-Calais qui a dénombré «11 blessés très légers parmi les policiers».

Les policiers ont dû faire l'usage de gaz lacrymogènes de nombreuses fois. De leur côté, les migrants ont «démonté des panneaux de signalisation pour faire des barrages sur la rocade». «Ils étaient aiguillonnés par des militants altermondialistes du groupe No Border».

Le camp de Lande, dit la jungle, se situe à deux pas du lieu de ces heurts. Les pompiers se plaignent d'y être régulièrement «caillassés» désormais, quand ils viennent y éteindre un feu ou y secourir une personne. Signe d'une dégradation du climat: aux abords, des panneaux du réseau de bus en plastique ont été arrachés et brûlés sur le sol.

Pour la police, ce sont de «véritables raids» qui sont menés la nuit désormais. Des centaines de clandestins font masse et n'hésitent plus à «aller au contact» avec les policiers et les gendarmes. «Ils nous canardent maintenant!», proteste un officier d'une unité de CRS mobilisée sur place. «À ce rythme-là, nous ne tarderons pas à connaître des attaques en règle de nos positions, comme les collègues grecs ont pu les endurer.»

Policiers blessés à Calais : Hollande - Valls durs avec les faibles, faibles avec les forts

Source: Calais : les migrants chargent de nouveau la police, Le Figaro, Par Jean-Marc Leclerc Mis à jour le 10/11/2015 à 15:30 Publié le 09/11/2015 à 18:18

 

Pour rappel, il y a 2 ans, plus d'une centaine de veilleurs défenseurs du mariage et des enfants étaient arrêtés, conduits au poste de police, un emprisonné ferme (deux mois) pour refus de se livrer à un prélèvement d'empreintes et d'ADN, alors qu'aucun d'eux n'avaient pas même bousculé un seul policier.

Repost 0
27 octobre 2015 2 27 /10 /octobre /2015 13:29

Le Portugal a pénétré dans les eaux politiques dangereuses. Pour la première fois depuis la création de l'union monétaire de l'Europe, un Etat membre a pris la décision d'interdire explicitement des partis eurosceptiques de prendre leurs fonctions pour des motifs d'intérêt national.

 

Anibal Cavaco Silva, président constitutionnel du Portugal, a refusé de nommer un gouvernement de coalition de gauche, même si elle a obtenu une majorité absolue au parlement portugais et a remporté un mandat pour briser le régime d'austérité légué par la troïka UE-FMI.

 

Il a jugé trop risqué de laisser le pouvoir au Bloc de gauche ou les communistes, insistant sur le fait que les conservateurs doivent persévérer comme minorité pour satisfaire Bruxelles et les marchés financiers étrangers.

Le Portugal bloque l’accession au pouvoir de partis eurosceptiques de gauche au nom de l’intérêt national

 Source: Eurozone crosses Rubicon as Portugal's anti-euro Left banned from power, The Telegraph, By Ambrose Evans-Pritchard, 4:30PM BST 23 Oct 2015

Google Translate

 

Vous aviez parlé de démocratie ?

 
Repost 0
26 octobre 2015 1 26 /10 /octobre /2015 09:52

On se souvient qu'en juin 2014 le soutien des Occidentaux avait ressuscité le califat islamique en Irak et en Syrie qui a commis des mises en scène par décapitation immondes style Place de la Concorde... Aujourd'hui c'est à Tony Blair de faire son mea culpa. Fabius (Syrie), Sarkozy (Libye), au suivant !

Mea culpa de Tony Blair qui reconnaît sa responsabilité dans l'essor de Daech

Source: Tony Blair reconnaît sa responsabilité dans l'essor de Daech, Le Figaro, Par Florentin Collomp Publié le 25/10/2015 à 17:34

 

Dans une interview à CNN diffusée dimanche (25 octobre Ndlr.), l'ancien dirigeant britannique présente ses excuses pour les justifications fallacieuses au déclenchement de la guerre en Irak et le lien avec le djihadisme.

 

Pour la première fois, Tony Blair reconnaît une part de responsabilité dans la situation actuelle en Irak et en Syrie. Jusqu'à présent, l'ancien premier ministre avait toujours défendu la légitimité de l'invasion de l'Irak par les troupes britanniques aux côtés des Américains en 2003. [I]l présente des excuses partielles pour les conséquences de cette décision et reconnaît le lien entre l'invasion de l'Irak et l'essor de l'Etat islamique.

 

«Bien sûr on ne peut pas dire que ceux d'entre nous qui ont renversé Saddam Hussein en 2003 n'ont pas de responsabilité dans la situation en 2015», affirme Tony Blair. Le déclenchement de l'intervention avait alors été justifié par de faux rapports du renseignement sur la possession d'armes de destructions massives par le régime de Bagdad. [1]

 

«Je présente mes excuses pour le fait que les informations que nous avons reçues étaient fausses. Je m'excuse aussi pour certaines des erreurs dans la planification et, évidemment, pour notre erreur à comprendre ce qui se passerait après le renversement du régime», se contrit-il.

 

Tout en ajoutant qu'il trouvait

 

«difficile de s'excuser d'avoir mis fin au pouvoir de Saddam».

Mea culpa de Tony Blair qui reconnaît sa responsabilité dans l'essor de Daech

Mea culpa partiel face à la responsabilité collective occidentale dans la résurrection du califat islamique

 

L'effondrement du régime du dictateur sunnite avait entraîné une vague de terrorisme djihadiste sous la houlette d'Al-Qaida, qui a conduit ensuite à la proclamation du califat de Daech sur une partie du territoire de l'Irak et de la Syrie en 2014.

 

En revanche, face à la responsabilité collective occidentale dans la guerre civile en Syrie, l'ancien dirigeant travailliste relativise «[s]on crime».

 

«Nous sommes restés en arrière et nous, à l'ouest, en portons la responsabilité, l'Europe plus que tout. Nous n'avons rien fait. C'est un jugement de l'histoire auquel je suis prêt à faire face», défie-t-il.

 

Le chef du gouvernement britannique tente désormais avec grande prudence de réunir un consensus politique pour obtenir un vote du Parlement autorisant des frappes aériennes contre l'Etat islamique en Syrie.

 

Tony Blair prend les devants sur les résultats d'une interminable commission d'enquête britannique sur la guerre en Irak, qui s'apprête à annoncer prochainement un calendrier pour sa publication. Le rapport Chilcot est devenu un serpent de mer, constamment reporté. Par ce premier mea culpa, Tony Blair anticipe sur les responsabilités susceptibles de lui être imputées. L'ancien premier ministre ne peut se déplacer sans protection policière, constamment pourchassé par des militants qui l'accusent de crimes de guerre et demandent sa traduction en justice.

 

Le coût humain des guerres en Irak et en Afghanistan a rendu l'opinion britannique majoritairement hostile à toute intervention militaire extérieure. C'est ce qui a conduit David Cameron à essuyer un refus du Parlement le 29 août 2013 contre une opération occidentale destinée à renverser Bachar el-Assad, conduisant deux jours plus tard au volte-face historique d'Obama le 31 août, connu à 19h55 en France, laissant la France isolée diplomatiquement pendant huit jours jusqu'au volte-face à son tour de François Hollande le 6 septembre au lendemain du camouflet reçu par la France au G20... Laurent Fabius, quant à lui, le 13 mai 2014, est toujours le seul à regretter qu'Obama n'ait pas frappé la Syrie...

 

Les Etats-Unis sont responsables en Irak d’un nombre de morts considérable, bien plus important que celui dont fut déclaré coupable Saddam Hussein. Interrogée sur le bilan abominable de l'embargo américain de 1991 en matière de mortalité infantile - 500.000 enfants morts, plus de morts qu'à Hiroshima -, la secrétaire d'Etat Madeleine Albright déclara sans sourciller dans un entretien à CBS News le 12 mai 1996 "Punishing Saddam", que "le prix en valait la peine".

 

“Après qu’une coalition dirigée par les Etats-Unis a dévasté l’Irak en 1991 pour punir “Saddam-Hitler”, l’Amérique et l’Angleterre ont imposé des sanctions meurtrières à ce malheureux pays, avec le but de se débarrasser de son dictateur. Il est probable qu’un million d’enfants en sont morts, soit autant que dans l’holocauste nazi.” (Norman Finkelstein, L’industrie de l’Holocauste – réflexions sur l’exploitation de la souffrance des juifs, éditions La Fabrique, 2001, p. 141. Source)

 

L'embargo économique et militaire décidé par l'ONU à l'encontre de l'Irak, qui avait envahi le Koweït en 1990, a duré douze ans, provoquant des conséquences catastrophiques sur la santé des populations et les droits de l'homme. Les associations qui ont apporté une aide humanitaire à l'Irak ont dû se placer dans une situation de « désobéissance civile internationale »... Source

 

Nous attendons donc que les divers tribunaux internationaux ou nationaux rendent la justice en ce qui concerne les criminels de guerre.

 

Il y a ceux qui sont dans le vent de l'histoire et ceux qui, désespérément tentent de remonter le cours du styx.

 

Notes

 

[1] L'incroyable histoire du mensonge qui a permis la guerre en Irak, L'Obs, Par Vincent Jauvert, Publié le 10-03-2013 à 18h06

 

. Syrie : Bachar el Assad dénonce le "principe européen du deux poids deux mesures" et accuse l'Europe d'avoir "une part de responsabilité" pour avoir "soutenu le terrorisme"

. Obama, Cameron, Hollande : les djihadistes occidentaux en action

. Bush et Blair devraient être jugés à La Haye (prix Nobel de la paix Desmond Tutu)

. Bush responsable d'un nombre de morts considérable, bien plus important que celui dont fut déclaré coupable Saddam Hussein

Repost 0
21 octobre 2015 3 21 /10 /octobre /2015 12:10

"Laisse les morts ensevelir leurs morts; pour toi, va annoncer le royaume de Dieu." (Lc, 9, 60.)

La justice a rejeté la demande de sortir du détenu pour assister aux funérailles de son frère, a indiqué à l'AFP son avocat. « Je suis révoltée maintenant, il va y avoir du grabuge. Je n'ai plus rien à perdre ! » Dans sa caravane, entourée de sa mère et de sa soeur, Adèle Vinterstein pleure, elle est à bout. « Si c'est refusé, on va faire ce qu'il faut faire », prévient-elle. « On a des soutiens dans des camps partout en France. Tout le monde va se révolter », poursuit sa mère, les larmes aux yeux.

 

Sortant devant sa caravane, Adèle Vinterstein éclate en sanglots. « Je n'ai pas fait ce qu'il faut pour mon fils, l'avocat n'a pas fait ce qu'il faut, et maintenant ils l'ont transféré à la prison de Villefranche », dans le Rhône, dit-elle. Au téléphone avec les pompes funèbres, elle tente de décaler les obsèques à jeudi, sans succès. Les obsèques se tiendront, comme prévu initialement, ce mercredi après-midi à Moirans (Isère), apprenait-on en début de matinée. (Source)

 

Or, en fin de matinée, la mère du détenu annule les obsèques après un second refus de sortie.

 

«J'annule les obsèques. Je vais faire venir le cercueil de mon fils ici. Et il ne bougera pas tant que mon autre fils ne pourra pas venir», a indiqué Adèle Vinterstein, au lendemain des violences nées du premier refus opposé à la demande de sortie de son fils. ( Source)

 

Après les émeutes, les autorités se préparent «à tous les scénarios» alors que plus de deux cent gendarmes sont mobilisés sur place.

 

Moirans: la mère du détenu annule les obsèques, les autorités se préparent "à tous les scénarios"
Repost 0
21 octobre 2015 3 21 /10 /octobre /2015 09:42

Le nombre de clandestins à destination de la Grande-Bretagne a doublé à Calais.

Alors que dans un silence médiatique complet des travailleurs installent des clôtures de sept mètres de haut le long de la voie d'accès à l'Eurotunnel au centre de rétention administratif de Coquelles (Pas-de-Calais) pour essayer d'empêcher les migrants de tenter la traversée de la Manche vers la Grande-Bretagne, pour diluer cette affluence, l'État utilise un jet privé, un Beech 1900, mais ce n'est pas cher car c'est l'État qui paye. Et après avoir été promenés dans le sud de la France avec l'argent du contribuable, les migrants reviennent ... en train à Coquelles, gratuitement !

L'Etat promène les migrants en jet privé dans le sud de la France, mais ils reviennent gratuitement ... en train !

L'avion à hélices, dont la police aux frontières est locataire à l'année, s'envole du centre de rétention de Coquelles (Calais), actuellement surchargé, vers Nîmes, Toulouse ou encore Perpignan. Le ministère de l'Intérieur a confirmé ces vols à BFMTV. Au moins trois vols par semaine ont lieu dans ce petit avion de 19 places. Le coût de l'opération est d'1 million 500.000 euros par an.

 

L'Etat promène les migrants en jet privé dans le sud de la France, mais ils reviennent gratuitement ... en train !

Les associations dénoncent un système coûteux et inutile.

 

Pour Christian Salomé, de l'"Association de l'Auberge des migrants" :

 

"c'est une façon de disperser les migrants, de les éloigner. C'est dépenser beaucoup d'argent pour pas grand chose. Et puis les gens reviennent en train, tout simplement."

Source: BFMTV, via La révolte fiscale c'est maintenant Facebook

 

Et le retour en train est gratuit ! 

 

(à partir de 3:15 dans la video ci-dessous)

 

"Ironie du sort, cet élan sécuritaire intervient quelques jours après une note de service interne de la SNCF (du 5 octobre 2015 Ndlr.), dans laquelle le personnel est invité à faire preuve d'une grande compréhension à l'égard des immigrés clandestins. En effet, ces derniers bénéficient de réservations de train à ... zéro euro via une procédure de validation des chefs d'escale pour éviter que d'autres individus que les clandestins puissent bénéficier de ces passe-droit."

 

 

L'Etat promène les migrants en jet privé dans le sud de la France, mais ils reviennent gratuitement ... en train !
Repost 0
20 octobre 2015 2 20 /10 /octobre /2015 20:34
Symbolique: François Hollande hué et sifflé à La Courneuve
Symbolique: François Hollande hué et sifflé à La Courneuve

Symbolique, dix ans après les "émeutes" de Clichy, même ceux qui ont voté pour lui en 2012 n'en veulent plus. L'opération charme du président dans les quartiers populaires est difficile: il a été accueilli sous des huées et quelques applaudissements mardi à La Courneuve (Seine-Saint-Denis).

Symbolique: François Hollande hué et sifflé à La Courneuve

Des "Casse-toi Hollande!" ont même pu être entendus.

François Hollande chahuté à son arrivée à La Courneuve, BfmTv, 20/10/2015 à 17h29 Mis à jour le

 

François Hollande est ressorti par la porte de derrière du bâtiment, encadré par un cordon de CRS.

La tentative de reconquête des quartiers populaires par François Hollande a tourné court. Le président a en effet été chahuté dès son arrivée, ce mardi après-midi à La Courneuve, commune populaire de Seine-Saint-Denis marquée voici dix ans par des violentes émeutes. Il a été accueilli sous des huées et quelques applaudissements de riverains.

Symbolique: François Hollande hué et sifflé à La Courneuve

Alors qu'il se dirigeait vers une pépinière d'entreprises pour lancer officiellement l'agence nationale de développement économique, des habitants, derrière un cordon, dont de nombreux jeunes, ont lancé des huées de protestation tandis que quelques applaudissements retentissaient parmi la foule.

 

En réponse, François Hollande a assuré qu'il n'y avait pas de «quartier perdu dans la République». «Il n'y a pas une France périphérique», a poursuivi le président, affirmant que son rôle était d'assurer «l'égalité». «On ne peut avoir une France qui serait disparate, un puzzle» face au développement économique, a-t-il dit.

 

«Je viens dix ans après ce qui s'était produit, ce drame terrible de Clichy, les émeutes qui avaient eu lieu. On doit mettre de l'apaisement, de la cohérence et de la solidarité», a ajouté le président à la presse avant de serrer quelques mains de riverains et de s'engouffrer rapidement dans le bâtiment.

 

«Ouvre la porte!» ont crié quelques habitants, dont certains brandissaient des téléphones portables pour photographier les forces de l'ordre en nombre autour du périmètre.

 

Cette visite intervient moins de deux mois avant un scrutin régional à haut risque pour la gauche et dix ans après les violentes émeutes dans les banlieues en 2005, déclenchées par la mort de deux adolescents dans un transformateur électrique à Clichy-sous-Bois, après une course-poursuite avec des policiers.

Source: François Hollande chahuté à La Courneuve, Par lefigaro.fr , Tristan Quinault Maupoil Mis à jour le 20/10/2015 à 19:04 Publié le 20/10/2015 à 18:43

L'arrivée du président de la République dans cette commune du 93 a été chahutée par des riverains. Des militants CGT étaient également présents.

Symbolique: François Hollande hué et sifflé à La Courneuve
Repost 0
20 octobre 2015 2 20 /10 /octobre /2015 19:16
La Dauphiné Libéré : "Scènes de guerre civile" à Moirans (Isère)

Un important feu de pneus et de voitures a été allumé ce mardi vers 16 heures à Moirans sur la RD 1085 qui se retrouve ainsi coupée à la circulation dans les deux sens. Des incidents sont également en cours à la prison d'Aiton (Savoie) où le détenu dont les gens du voyage réclament la libération est incarcéré.

 

20h00 : Jean-Pierre Barbier, Député et Président du Conseil départemental de l’Isère dit « condamner avec la plus grande fermeté les scènes de guerre civile inadmissibles et inexcusables qui se sont déroulées à Moirans.

 

19h05 : Cellule de crise à la prison d’Aiton (Savoie) où le frère de l’un des jeunes décédés dans la nuit de vendredi à samedi lors de la sortie de route d’une voiture volée à Saint Joseph de Rivière, est incarcéré. Les détenus du centre de détention ont refusé de réintégrer leurs cellules après la promenade. Ils ont bloqué les serrures des portes et ont mis le feu à tout ce qu’ils ont trouvé : journaux, chaises, tables, matelas. Dans l’après-midi le détenu s’était vu refuser une permission pour aller à l’enterrement de son frère.

 

Tous les accès de la prison sont bloqués. Les gendarmes se sont déployés aux ronds-points.

 

19h00 : toujours via un communiqué, la Ville de Moirans a aussi fait le point.

 

« Les représentants des gens du voyage, sédentarisés à Moirans étaient en négociation avec leur avocat et la juge d’application des peines pour demander la libération du frère de la victime de l’accident de voiture survenu le week-end dernier, actuellement incarcéré. La famille souhaite que le frère puisse rendre visite au défunt et assister aux obsèques qui doivent avoir lieu mercredi.

 

18h55 : Vidéo : à Moirans, des véhicules, des bâtiments et des pneus incendiés.

 

18h50 : Le préfet Jean-Paul Bonnetain vient de déclarer sur place : « Le but est de rétablir la circulation routière dans un premier temps puis de tenir la place et en fait de progresser vers la gare, ce chantage est insupportable et je ferai preuve de la plus grande fermeté. »

 

18h25 : Un bâtiment attenant à la gare et abritant un restaurant qui n'était pas utilisé a été incendié.

 

18h15 : La cantine du collège aurait été incendiée. Des pompiers auraient été caillassés et des gendarmes auraient été menacés par un homme exhibant une arme.

 

17h55 : Des voitures ont été incendiées sur la voie ferrée au niveau de la gare qui aurait été saccagée. Des voitures ont également été incendiées sur le parking de la gare.

 

Trafic très perturbé sur l'axe Lyon-Grenoble.... Actes de malveillance, dégradations voitures en feu à Moirans #SNCFpic.twitter.com/SDGfWMfFbN

; Voie Libre SNCF (@conducteur_PSE) 20 Octobre 2015

 

17h40 : Le trafic des lignes de train Grenoble-Lyon et Grenoble-Valence a été "momentanément interrompu", indique la SNCF sur son site internet.

 

@LouvetSimon@SNCFpic.twitter.com/aaqr79FiNs

; Tom_iz (@_tom_iz) 20 Octobre 2015

 

17h35 : sur le site d’Itinisère, on apprend que les lignes de car 5200 (Saint-Marcellin-Moirans-Grenoble) et 7300 (Beaurepaire-Moirans-Grenoble) ne peuvent plus desservir Moirans.

 

Les #L_5200 et #L_7300 ne pouront pas desservir Moirans pour une durée indéterminée https://t.co/N5MYo52hK3#debutevent

; Itinisere (@itinisere38) October 20, 2015

 

17h30 : dans un communiqué, la préfecture de l’Isère indique que « des déviations sont mises en place dans le sens Grenoble-Lyon: la circulation est coupée au niveau du rond-point Centr’Alpes et déviée en direction de Voiron. Et dans le sens Lyon-Grenoble : la circulation est coupée au carrefour 592 et déviée en direction de Tullins ».

17h25 : Une vingtaine de voitures auraient été détruites dans les deux incendies.

17h05 : Selon nos informations, le trafic ferrovaire devrait être interrompu entre Lyon et Grenoble. Un incendie ayant également été allumé à proximité de la gare de Moirans.

17h00 : Un hélicoptère de la gendarmerie survole actuellement la zone.

16h55 : à Moirans, des écoles ont été évacuées et les enfants regroupés dans le gymnase où leurs parents sont appelés à venir les récupérer.

La mairie et un bâtiment annexe ont également été évacués par mesure de précaution après des menaces reçues.

Les résidents d’une maison de retraite, située à proximité de l’incendie, ont eu pour consigne de rester confinés à l’intérieur du bâtiment.

Par ailleurs, plusieurs maisons situées à proximité du brasier ont également été évacuées.

16h50 : L'incendie aurait été allumé par des membres de la communauté des gens du voyage sédentarisés dans la commune. Ces derniers réclameraient la libération de l'un d'entre eux, incarcéré, pour pouvoir assister aux obsèques d'un de ses proches, l'un des jeunes décédés dans la nuit de vendredi à samedi lors de la sortie de route d'une voiture volée à Saint Joseph de Rivière.

 

Source: Fil actualisé : Violences en cours à Moirans et à la prison d'Aiton, Valls condamne, Le Dauphine, Par B.B. | Publié le 20/10/2015 à 20:00 |

Repost 0
18 octobre 2015 7 18 /10 /octobre /2015 12:55
Le "mémoricide" programmé et les communes "nouvelles" : l'exemple de la Chapelle-Basse-Mer

Un reportage d'Armel Joubert des Ouches pour Reinformation.Tv

Reportage en Loire Atlantique d’Armel Joubert des Ouches

Comment faire disparaître l’histoire et le passé local d’un village ou d’une région en incitant des maires à changer le nom de leur commune ? Le 11 février dernier, une proposition de loi pour « l’amélioration du régime de la commune nouvelle » était adoptée à une large majorité par les députés français. La loi a reçu le plein accord du Sénat quelques semaines plus tard.

 

Cette loi qui comporte des dispositions financières incitatives – regroupement de communes contre argent – ne serait-elle pas un écran de fumée visant à masquer le véritable objectif de l’Etat ? Faire disparaître les communes … et leurs passés.

 

La Chapelle-Basse-Mer et les communes « nouvelles »

 

On le sait, les dotations financières accordées aux communes de France s’effondrent. Résultat, les maires en mal d’argent sont parfois prêts à toutes les concessions pour obtenir des moyens financiers supplémentaires. N’y aurait-il pas là un chantage magistralement organisé ?

 

Mémoricide - la "carotte" de l'argent

Mémoricide - la "carotte" de l'argent

Le dernier exemple en date nous l’avons trouvé aux limites de la Vendée et de la Loire Atlantique. D’ici quelques semaines, les communes de La Chapelle-Basse-Mer et de Barbechat doivent se regrouper. On a proposé aux habitants de changer le nom de leurs communes en « Divatte sur Loire ». Or, la commune de La Chapelle-Basse-Mer porte ce nom depuis des décennies et fut, durant la Révolution française, le théâtre de massacres perpétrés par les soldats de la République.

 

Du génocide au « mémoricide » programmé

 

En 1794, 800 personnes, hommes, femmes, enfants, vieillards furent assassinés par les républicains. Les habitants, par le biais d’une pétition réunissant plus d’un millier de signatures, refusent le changement de nom de leur commune estimant que l’Etat veut effacer son passé, comme Reynald Secher l’a bien montré dans ses ouvrages et en particulier dans « Vendée : du génocide au mémoricide ». La France organise un révisionnisme légal.

Repost 0
18 octobre 2015 7 18 /10 /octobre /2015 12:48

... "Quand un impôt n’est plus payable, il devient confiscatoire. Un chef d’entreprise de l’Essonne aurait dû payer, au plus tard ce jeudi, sa taxe foncière pour les parcelles de 34.818 m2 qu’il possède à Bruyères-le-Châtel (Essonne) depuis 2007. Mais il n’en a rien fait. Et pour cause, son impôt est passé de 451 euros à 71.051 euros, soit une hausse de 15 654 % en un an.

 

La raison ? En 2013, le gouvernement a fait voter une majoration de la taxe sur le foncier non-bâti (TFNB) dans les 727 communes où le marché de l’immobilier est tendu, c’est-à-dire avec peu d’offres de logements par rapport à la demande. Mais le chef d’entreprise, qui affirme qu’il ne « paiera pas », a sollicité un report gracieux. « Quand un impôt n’est plus payable, il devient confiscatoire, estime-t-il.

 

Et l’entrepreneur s’inquiète pour la suite. Alors que cette année l’augmentation est de 5 euros/m2, en 2017 elle sera de 10 euros/m2. « Je vais devoir payer 140.000 euros de taxe foncière ? C’est du vol en bande organisée », s’inquiète-t-il, toujours dans Le Parisien.

Un entrepreneur ne "paiera pas" sa taxe foncière, "c'est du vol en bande organisée"
Repost 0