Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Christ Roi

  • : Christ Roi
  • Christ Roi
  • : Blog d'informations royaliste, légitimiste, pour une France libre, indépendante et souveraine
  • Contact

Horloge

7 mars 2007 3 07 /03 /mars /2007 18:39

Parrainages : le Conseil constitutionnel définit un protocole anti-fraude

 

LEMONDE.FR avec AFP | 07.03.07 | 17h00  •  Mis à jour le 07.03.07 | 17h29

 

 


D
ans un communiqué diffusé mercredi 7 mars, le Conseil constitutionnel dit sa préoccupation sur la situation des maires en cette période de collecte des signatures pour l'élection présidentielle."Des maires subiraient des pressions pour remettre leur formulaire de présentation vierge à des tiers, voire pour obtenir un deuxième formulaire s'ils ont déjà adressé le leur au Conseil constitutionnel", écrit-il.

 

 

Il prévient qu'"il s'est mis en mesure de contrôler l'authenticité de la signature et du sceau" des maires et se dit prêt "à aviser le parquet" en cas de faux en écritures publiques ou usage frauduleux de sceaux. Les formulaires de parrainage doivent parvenir au Conseil constitutionnel au plus tard le 16 mars, à 18 heures.

Repost 0
6 mars 2007 2 06 /03 /mars /2007 21:31

Comme prévu, le lynchage est en route, le bouc-émissaire Raymond Barre deva être excommunié, condamné pour blasphème.
"Mardi également, dans une tribune publiée par Libération, Claude Lanzmann, réalisateur de "Shoah" s'est insurgé: "J'accuse M. Raymond Barre d'être un antisémite. Plus encore: je l'accuse de se faire le héraut de cette passion immonde, de la propager, de s'en glorifier, délit qui tombe sous le coup de la loi".
Le Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif) avait été le premier vendredi à se dire "scandalisé" par de tels propos, estimant que Raymond Barre avait "rejoint l'extrême droite".
La Ligue des Droits de l'Homme (LDH), Le Mouvement contre le racisme et pour l'amitié entre les peuples (Mrap) et La Ligue internationale contre la racisme et l'antisémitisme (Licra) ont dénoncé des "propos déshonorants".
Le Parti socialiste a jugé ses "propos indignes d'un ancien Premier ministre de la République, (...) censé rester une référence" et François Bayrou les a qualifiés de "purement et simplement inacceptables".
"Enfin, SOS Racisme a demandé au ministre de la Justice que des poursuites judiciaires soient engagées contre Raymond Barre."

A suivre.

Repost 0
1 mars 2007 4 01 /03 /mars /2007 13:57

Sur fdesouche, on aurait pu intituler ce reportage "La carte scolaire ou comment la république force au métissage CONTRE la volonté des Français". D'où le contournement de la carte scolaire (dont parle le reportage), pour ne pas mettre ses enfants dans les écoles à forte population étrangère : achat de domicile pour les plus riches, production de fausses adresses, faux loyers, dérogations, etc.

Observez la rhétorique gauchiste du proviseur : "si on fait l'école des riches, l'école des pauvres, ce sera un handicap pour tout le monde". Il reprend l'argument marxiste classique de la lutte des classes, l'opposition entre riches et pauvres, alors qu'il s'agit d'abord d'une "lutte des races", d'une opposition des nationalités, des Français et des autres. Si les Français contournent la carte scolaire c'est parce qu'ils ne veulent pas mettre leurs enfants dans les écoles aux 37 nationalités. C'est tout simple, mais cela il ne le diront pas car ce serait raciste de le dire…. Les Français ne veulent pas du mélange ni du métissage pour leurs enfants. C'est naturel et c'est leur droit, comme c'était le droit des anciennes colonies…. Les gauchistes seront d'accord là-dessus ! A moins de se contredire…

Observez le proviseur à la fin du reportage, il dit qu'il est contre la suppression de la carte scolaire. En bon agent de la "république", il se fait le tortionnaire des Français pour les empêcher de fuir les établissements à forte population étrangère, ce qui entraînerait dit-il, le "risque énorme de ghettoiser les quartiers". Il "y aurait plus du tout de mixité sociale"…. Pour forcer les Français à mettre leurs enfants dans les écoles aux 37 nationalités, le proviseur propose donc de créer "dans les quartiers en difficultés" des "options rares" (que l'on ne retrouvera donc pas dans les autres écoles…), des "pôles d'excellence pour dit-il, inciter les parents à aller dans ces établissements là, sachant qu'ils vont avoir là un enseignement un peu différent". C'est donc une rupture de la fameuse Egalité !!! Pour forcer les Français à mettre leurs enfants dans les écoles aux 37 nationalités, le proviseur propose ni plus ni moins de favoriser les écoles mixtes et de défavoriser les autres…

Repost 0
27 février 2007 2 27 /02 /février /2007 15:38

27/02/2007 14:11  

 

MOSCOU (AFP) - Palestiniens: Moscou promet d'oeuvrer pour la levée des sanctions

 

La Russie a promis mardi au numéro un du mouvement islamiste palestinien Hamas, Khaled Mechaal, en visite à Moscou, qu'elle chercherait à obtenir "la levée du blocus" politique et économique imposé au gouvernement palestinien par le Quartette pour le Proche-Orient.

 

"Nous cherchons à faire en sorte que toute la communauté internationale soutienne le processus (de règlement pacifique au Proche-Orient), de manière à le rendre irréversible, y compris pour aider à lever le blocus" imposé aux Palestiniens, a affirmé le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov, en recevant le chef du Hamas dans son ministère.

"Nous apprécions beaucoup le soutien de la Russie, les récentes déclarations du président (Vladimir) Poutine faites à Munich et votre déclaration à l'issue de la réunion du Quartette à Berlin qui vont dans le sens d'un soutien au peuple palestinien et d'une levée du blocus contre le peuple palestinien", a pour sa part déclaré M. Mechaal.

Repost 0
3 février 2007 6 03 /02 /février /2007 14:53
03/02/2007 14:23
PARIS (AFP) - Environnement: "appel de Paris" pour une véritable organisation onusienne

Plus d'une quarantaine de pays ont appelé samedi à Paris, à l'initiative de Jacques Chirac, à la création d'une Organisation des Nations unies pour l'environnement afin de donner une impulsion politique mondiale à la lutte contre les dérèglements climatiques.

Cet appel intervient au lendemain de la publication du rapport des experts de l'ONU, qui ont lancé un avertissement sans précédent sur l'ampleur du changement climatique en insistant sur la responsabilité humaine dans le réchauffement de la planète.

"Nous tous ici présents, Citoyens de la Terre, nous appuyons les efforts des Nations qui se mobilisent, dans un esprit de souveraineté partagée, pour renforcer la gouvernance internationale de l'environnement", a dit le président français, qui a lu cet appel à l'issue d'une conférence internationale de deux jours.

"Nous appelons à transformer le Programme des Nations Unies pour l'environnement en une véritable Organisation internationale à composante universelle à l'image de l'Organisation mondiale de la santé", a-t-il ajouté.

En prenant la tête de ce nouveau combat, à moins de trois mois de la fin de son mandat, Jacques Chirac a cherché à conforter son image d'avocat d'une planète en péril - après son fameux cri d'alarme sur "la maison brûle" à Johannesburg en 2002 - et de rare leader mondial activement engagé dans cette croisade écologiste.

Dans un message lu à la conférence, l'ancien vice-président américain Al Gore a encouragé les participants. "Votre travail ici devrait être un début et pas une fin", a dit l'auteur du film "Une vérité qui dérange".

"Nous appelons tous les Etats sans exception à rejoindre ce combat. C'est notre responsabilité à tous. Il en va, c'est vrai, de l'avenir de l'humanité", a lancé Jacques Chirac.

... Mais beaucoup, y compris parmi les Européens, s'interrogent sur la nécessité de créer une nouvelle organisation, alors que l'ONU dispose déjà du Programme des Nations unies pour l'environnement (Pnue), créé en 1972.

La France plaide pour apporter plus de cohérence et de visibilité à l'action de l'ONU, partagée aujourd'hui en dix-huit organisations différentes qui manquent de moyens et n'ont pas de stratégie commune.

Et surtout, selon l'ancien Premier ministre Alain Juppé, "il faut inventer un nouveau type d'organisation, moins bureaucratique, plus transparente, plus ouverte" sur les entreprises et la société civile, et doté de moyens accrûs.

Réchauffement climatique?

Une774"L'intox!" répond fermement "Monde et Vie" alors que la France vit aujourd'hui au rythme des provocations de Greenpeace qui s'en prend au patrimoine de Paris et des rapports du Groupe intergouvernemental d'experts sur l'évolution du climat, qui désigne l'homme responsable de ce fléau...
On ne peut aborder cette journée sans citer cet appel à la Révolution du Président Chirac :

"Face à l'urgence, le temps n'est plus aux demi-mesures: le temps est à la révolution".

Repost 0
27 janvier 2007 6 27 /01 /janvier /2007 10:00

"Je veux être le président d’une France qui aura compris que la création sera dans le mélange, dans l’ouverture, dans la rencontre, je n’ai pas peur du mot, dans le métissage. »
(Nicolas Sarkozy, Discours d’investiture, Congrès de l’UMP, 14 janvier 2007).Via
fdesouche

Via le Salon Beige, on apprend que "Ce passage en gras n'apparaît pas dans le discours en ligne (vers la fin) sur le site de l'UMP, mais on peut l'entendre très distinctement dans la vidéo (à 1h16mn45).


"Le métissage, je le dis ici, est une chance pour la France. Je serai la présidente de la France métissée et qui se reconnaît comme telle."
(Ségolène Royal, Discours de campagne en Martinique, 26 janvier 2007).

 

Il est important de bien spécifier le sens des mots : lorsque nous disons qu'ils défrancisent la France, eux ils disent qu'ils la francisent (!) Pour les idéologues du métissage, métisser la France, c'est la franciser en quelque sorte (!) .... Cette manipulation mentale est d'un machiavélisme diabolique. Lorsque nous disons que pour nous la France, c'est un peuple européen, de race blanche et de culture celte, gréco-romaine et catholique (et que nous entendons qu'elle le reste), ils répondent que non, la France c'est le métissage... C'est l'avenir disent-ils.... Bref, nous ne pouvons pas nous entendre avec ces gens-là. 

La nouveauté, c'est qu'ils parlent maintenant ouvertement du "métissage de la France "quand ce discours-là était jusqu'ici tenu secret dans les arrières-loges. Bref, ils avancent au grand jour en pensant rester impuni de leurs outrages. Il est vrai que le système en place éduque le peuple français, dès la petite enfance, dans les écoles "laïques" et surtout obligatoires, à sa disparition dans le métissage et le grand magma euro-mondialiste.

Le métissage physique est tout aussi grave que le metissage culturel. A terme, si on le poursuit jusqu'au bout, il conduit au génocide (... programmé dans les loges) de notre peuple français, tel qu'on le connait depuis 2500 ans. Bref, le métissage (physique et/ou culturel) va à l'encontre du droit naturel de tout peuple de se perpétuer dans son être. Surtout, en tant que catholique, il va à l'encontre de la Création : Dieu a fait les races, ce n'est pas pour que nous les supprimions (!) ; il détruit ce que nous avons de plus cher. Nous devons donc être contre, et le métissage physique et le métissage culturel. Nous ne pouvons pas accepter la disparition de notre peuple. Ce génocide-là est tout aussi grave et inacceptable que, par exemple, le génocide des Juifs durant la IIe Guerre mondiale puisqu'il vise lui aussi, à terme, à faire disparaître notre peuple, tel qu'on l'a toujours connu.

Aujourd'hui, le cauchemar pour les mondialistes de l'UMPS qui ont programmé le métissage de notre patrie, c'est que les étrangers se mettent à voter Le Pen et trouvent naturel que les Français veulent rester Français. Imaginez un peu ce que cela peut représenter de cauchemar pour les Ségo et SarKö.

Dans tous les cas, les propos de Sarközy et de Royal sont proprement honteux, scandaleux. Ils marquent une volonté politique de substitution de population et une persécution inouïe des Français de souche qui devront disparaître pour laisser la place aux "métis", nouvelle race supérieure. Cela n'est pas possible. Il faudra réagir ou disparaître. Ca sera eux ou nous.

Lorsqu'ils l'apprirent, Mattathias et ses amis les pleurèrent amèrement et se dirent les uns aux autres : "Si nous faisons tous comme ont fait nos frères, si nous ne luttons pas contre les nations pour notre vie et nos observances, ils auront tôt fait de nous exterminer de la terre." Ce même jour, ils prirent cette décision : "Tout homme qui viendrait nous attaquer le jour du sabbat, combattons-le et nous ne mourrons donc pas tous comme sont morts nos frères dans leurs retraites." (I Maccabées, II, 40-41)

Repost 0
26 janvier 2007 5 26 /01 /janvier /2007 20:47

26/01/2007 20:59

NEW YORK (AFP) - L'ONU condamne le déni de l'holocauste, en pensant à l'Iran

L'Assemblée générale des Nations unies a adopté vendredi à l'unanimité une résolution condamnant sans réserve tout déni de l'holocauste, envoyant ainsi, mais sans le nommer, un message clair à l'Iran.

Dans cette résolution proposée par les Etats-Unis et parrainée par plus de 100 pays, l'Assemblée générale, où siègent 192 Etats, "condamne sans réserve tout déni de l'holocauste".

Elle "engage vivement tous les Etats à rejeter sans réserve tout déni de l'holocauste en tant qu'événement historique, que ce déni soit total ou partiel, ou toute activité menée en ce sens".

Adopté par consensus, sans vote, le texte souligne notamment le danger "des efforts visant à nier l'holocauste qui, en ignorant l'historicité de ces terribles événements, accroissent le risque qu'ils se reproduisent".

Plusieurs diplomates ont souligné que cette résolution, qui ne mentionne aucun pays en particulier, est inspirée par le comportement de l'Iran, dont le président, Mahmoud Ahmadinejad, et d'autres dirigeants, ont souvent nié l'holocauste.

"Nous pensons qu'il s'agit d'une réelle action de l'Assemblée générale de l'ONU pour désavouer le gouvernement iranien (...) et un désaveu des affirmations sans fondements et totalement erronées du président Ahmadinejad", a indiqué le secrétaire d'Etat américain adjoint Nicholas Burns à des journalistes.

Mardi encore, M. Ahmadinejad a qualifié l'holocauste de "fabrication", prédisant à nouveau que l'Etat d'Israël allait "tomber en morceaux".

Le gouvernement iranien s'est attiré une nouvelle vague de condamnations internationales en organisant en décembre à Téhéran une "conférence internationale" sur l'holocauste qui s'est révélée être une tribune pour les révisionnistes de nombreux pays.

L'ambassadeur d'Israël à l'ONU, Dan Gillerman, s'en est vivement pris à l'Iran dans un discours en séance. "Alors que les nations du monde sont réunies ici pour affirmer l'historicité de l'holocauste avec l'intention de ne jamais permettre un nouveau génocide, un membre de cette Assemblée acquiert les moyens d'en commettre un", a-t-il dit, en référence au programme nucléaire iranien.

"Le président iranien est en fait en train de dire: +il n'y a jamais eu d'holocauste mais, au cas où, nous allons finir le travail!+", a-t-il ajouté.

Le délégué iranien, Hossein Gharabi, a affirmé que Téhéran avait à plusieurs reprises condamné "tout génocide quel qu'il soit", accusant Israël d'en commettre un contre les Palestiniens. Il a accusé les auteurs de la résolution de poursuivre "des buts politiques" contre l'Iran.

"L'holocauste a été l'une des catastrophes morales les plus tragiques de l'histoire de l'humanité (...) Ceux qui le nient -et malheureusement il y en a- révèlent non seulement leur ignorance mais aussi leur faillite morale", lui a répondu l'ambassadeur américain par intérim, Alejandro Wolff.

Le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, "réitère sa conviction que le déni de faits historiques comme l'holocauste est inacceptable", a indiqué son service de presse dans un communiqué.

M. Ban, qui entamait vendredi une tournée en Afrique, "exprime le désir ardent de voir ce principe fondamental respecté à la fois en rhétorique et en pratique", ajoute le communiqué.

Les résolutions de l'Assemblée générale de l'ONU n'ont pas le caractère en principe contraignant de celles du Conseil de sécurité mais ont une forte valeur morale et symbolique.

En novembre 2005, l'ONU avait proclamé le 27 janvier "Journée internationale de commémoration en mémoire des victimes de l'holocauste" en l'honneur des quelque six millions de juifs et autres victimes assassinés par le régime nazi pendant la Deuxième Guerre mondiale. Le 27 janvier est la date de la libération en 1945 du camp d'extermination nazi d'Auschwitz-Birkenau, en Pologne.

***************************************************************************************************************

Le blasphème contre Dieu est "légal", mais le déni d'holocauste non..., il "est inacceptable" ! La police de la pensée se resserre : bientôt des procès en sorcellerie pour déni d'holocauste.

Repost 0
25 janvier 2007 4 25 /01 /janvier /2007 13:55
 
Condamnation du député Vanneste confirmée en appel, pour avoir dit la vérité sur l'homosexualité ! Lu sur Le Salon beige :

Cv_1
Le député UMP Christian Vanneste a été condamné jeudi par la cour d'appel de Douai à 3000€ d'amende pour des injures publiques à la suite de ses propos sur la communauté homosexuelle, en janvier 2005, qui avaient été publiés dans deux journaux. Suivant les réquisitions, la cour d'appel a confirmé la peine infligée en première instance, le 24 janvier 2006, par le tribunal correctionnel de Lille. Christian Vanneste devra en outre verser 500€ de dommages et intérêts à chacune des trois parties civiles, Act-Up Paris, SOS-Homophobie et le Syndicat national des entreprises gay (SNEG), des associations de défense des droits des homosexuels. Christian Vanneste avait déclaré :

"Je n'ai pas dit que l'homosexualité était dangereuse, j'ai dit qu'elle était inférieure à l'hétérosexualité. Si on la poussait à l'universel, ce serait dangereux pour l'humanité. Il y a un modèle social qui est celui du mariage hétérosexuel et de l'éducation des enfants
".
Repost 0
24 janvier 2007 3 24 /01 /janvier /2007 11:04
23/01/2007 22:49
- Ahmadinejad: l'holocauste est une "fabrication"

TEHERAN, 23 jan 2007 () - Le président iranien Mahmoud Ahmadinejad a défendu mardi ses propos sur l'holocauste, en le qualifiant de "fabrication", et en prédisant à nouveau que l'Etat d'Israël allait "tomber en morceaux".

M. Ahmadinejad a repris son argumentaire traditionnel sur le thème de l'extermination des juifs pendant la seconde guerre mondiale.

"Puisque le fondement de cet incident (l'holocauste, ndlr) est une fabrication, et que toute l'existence de ce régime (d'Israël) repose sur lui, par conséquent ce régime va tomber en morceaux, ce n'est pas la peine de faire la guerre, c'est une question de temps ", a dit le président dans une adresse télévisée diffusée mardi soir.

M. Ahmadinejad, qui a appelé par le passé à ce que l'Etat hébreu soit "rayé de la carte", avait provoqué un scandale en qualifiant le génocide de "mythe" en décembre 2005.

Le gouvernement iranien s'est attiré une nouvelle vague de condamnations internationales en organisant en décembre dernier à Téhéran une "conférence internationale" sur l'holocauste qui s'est révélée être une tribune pour les révisionnistes de nombreux pays.

Le président avait déclaré à cette occasion qu'Israël allait "bientôt disparaître", tout comme l'URSS, en recevant à Téhéran les participants à la conférence.

M. Ahmadinejad soutient que l'holocauste est un "mythe" qui a été utilisé par les Occidentaux pour justifier la création de l'Etat d'Israël et priver les Palestiniens de leur terre.

Mardi il a qualifié l'holocauste d'"incident historique", en posant à nouveau la question de savoir "s'il s'est produit ou non".

Repost 0
23 janvier 2007 2 23 /01 /janvier /2007 20:55

... au motif qu'il serait une menace pour la République.

Rien que ça !

Hérétique, rebelle aux dogmes sacrés de la "République", anti-sioniste déclaré, Kemi Seba doit être mis hors d'état de nuire.

Décidément, il ne fait pas bon être hérétique au pays de Voltaire et des droits de l'Homme !

Repost 0
23 janvier 2007 2 23 /01 /janvier /2007 19:00

Le Figaro. Publié le 23 janvier 2007 à 16h30

Le candidat à la présidentielle Nicolas Dupont-Aignan a estimé aujourd'hui à Beauvais que le Parti socialiste et l'UMP avaient «culpabilisé les maires» pour qu'ils n'accordent pas leur parrainage aux autres candidats à la présidentielle.

(Avec AFP).
 
Repost 0
19 janvier 2007 5 19 /01 /janvier /2007 12:24
19/01/2007 12:10
NICE (AFP) - Le tribunal administratif de Nice rejette la "soupe au cochon"

Le tribunal administratif de Nice a confirmé le caractère "discriminatoire" et "xénophobe" de la distribution de "soupe au cochon" qui était faite chaque semaine dans le port de Nice par une association proche de l'extrême-droite, Soulidarieta, a-t-on appris vendredi de source judiciaire.

"L'intention manifeste de l'association est de montrer une attitude discriminatoire de rejet envers ceux qui ont une religion interdisant la consommation du porc", précise le tribunal.

La justice administrative rejette ainsi un référé présenté par l'association Soulidarieta contre un arrêté du préfet des Alpes-Maritimes, Dominique Vian, qui avait interdit la distribution de soupe au porc à Nice.

Le tribunal de Nice estime que la distribution de soupe à base de porc constitue "une expression xénophobe" de nature à porter atteinte à l'ordre public.

Le tribunal s'aligne ainsi sur une ordonnance du Conseil d'Etat qui avait interdit, début janvier, la distribution à des sans-abri de Paris d'une soupe à base de porc par l'association Solidarité des Français.

La dictature antifrançaise se resserre, le seuil atteint devient insupportable et intolérable. Il est quand même incroyable que cela soit les indigènes (Français De souche) qui soient interdits de vivre selon leurs coutumes dans leur propre pays en mangeant du cochon, ce qu'ils ont toujours fait depuis 2000 ans. D'autant que les autres communautés (immigrés) distribuent des repas hallal pour les musulmans par exemple, sans que cela ne dérange la "justice" de la "république"... ou que cela soit considéré, par rapport aux Français, comme "discriminatoire" et "xénophobe".... Ce deux poids deux mesures est donc inadmissible. La trahison est ignoble. Tout cela se paiera très cher un jour ou l'autre et les responsables seront jugés. Qu'ils en soient certains.

Repost 0
19 janvier 2007 5 19 /01 /janvier /2007 09:55

Via le blog d'Yves Daoudal, voici le communiqué de Bruno Gollnisch, suite à sa condamnation à trois mois de prison avec sursis et 5.000 euros d'amende, et 55.000 euros de dommages et intérêts aux lobbies de l'antiracisme. 

La condamnation qui vient de me frapper pour avoir estimé qu’un débat historique, ouvert par des questions de journalistes, relevait du travail des historiens, souligne une grave dérive de la police de la pensée.
De fait, la loi du communiste Gayssot, censée protéger la mémoire, n’aboutit qu’à interdire toute discussion sur l’histoire. De la même façon que la loi Pleven aboutit à interdire tout débat sur la politique d’immigration et la loi Perben toute prise de position en faveur de la famille traditionnelle.
Ce scandale va au-delà de mon cas personnel dans un pays autrefois le plus avancé au monde dans le domaine de la liberté d’expression.
Il atteint aussi la liberté et la déontologie des journalistes qui, requis de déposer contre celui à qui ils ont posé des questions, doivent se comporter, bon gré mal gré, en supplétifs de la police de la pensée, et non plus en serviteurs de l’information.
L’incroyable jugement répressif prononcé par le tribunal correctionnel de Lyon, et notamment par son président le juge Schir se disant investi d’une mission, a été rendu, sur réquisition d’un ministère public qui a publiquement reconnu agir aux ordres d’un de mes adversaires politiques, Dominique Perben, alors ministre de la Justice. Ce dernier, donnant l’ordre de me poursuivre malgré l’avis contraire de la police et du parquet, a perdu à cette occasion toute chance de conquérir la mairie de Lyon puisqu’il peut être certain de me trouver sur sa route pour l’en empêcher.
Rien n’est plus insupportable que l’injustice de la justice. Je fais naturellement appel de ce jugement.
Que mes adversaires soient certains que cette persécution n’aura aucune incidence sur mes activités politiques, bien au contraire. Elle décuple ma volonté de mettre à bas un système politique oppressif et corrompu.

Repost 0
18 janvier 2007 4 18 /01 /janvier /2007 23:42

"Je ne nie pas les chambres à gaz homicides. Mais je ne suis pas spécialiste de cette question et je pense qu'il faut laisser les historiens en discuter. Et cette discussion devrait être libre" : 3 mois de prison avec sursis, 5.000 euros d'amende et 55.000 euros de dommages et intérêts. C'est la condamnation rendue par jugement du tribunal correctionnel de Lyon, jeudi 18 janvier pour avoir dit cela...

Poursuivi pour "délit de contestation de l'existence de crime contre l'humanité par paroles", M. Gollnisch encourait jusqu'à un an de prison.

Dans un communiqué, M. Gollnisch a dénoncé une "grave dérive de la police de pensée". "Ce jugement constitue un viol catégorique de la liberté d'expression (...) Si nous n'obtenons pas satisfaction devant la cour d'appel, devant la Cour de cassation, nous irons voir les juges de Strasbourg (les instances européennes, ndlr). Nous irons jusqu'au bout", a précisé son avocat.

Partie civile, SOS Racisme s'est félicitée d'une "grande victoire pour l'antiracisme".

Il est reproché à M. Gollnisch d'avoir assuré le 11 octobre 2004, lors d'une conférence de presse à Lyon, "ne pas remettre en cause les déportations" ni "les millions de morts" des camps nazis, avant d'ajouter: "quant à savoir la façon dont les gens sont morts, ce débat doit avoir lieu".

Interrogé plus spécifiquement sur les chambres à gaz, il avait répondu: "je ne nie pas les chambres à gaz homicides. Mais je ne suis pas spécialiste de cette question et je pense qu'il faut laisser les historiens en discuter. Et cette discussion devrait être libre".

"L'UEJF se félicite de la condamnation judiciaire de Bruno Gollnisch et reste mobilisée pour lui infliger une condamnation politique", indique-t-elle dans un communiqué transmis à l'AFP peu après que le tribunal de Lyon eut prononcé un jugement le condamnant notamment à trois mois de prison avec sursis.

Le président de l'UEJF, Benjamin Abtan a déclaré vouloir "se mobiliser dans les mois à venir pour infliger une peine politique au Front national".

Repost 0
17 janvier 2007 3 17 /01 /janvier /2007 18:18
17/01/2007 16:56
STRASBOURG (AFP) - UE: Merkel met en garde contre un "échec historique" sur la Constitution

Devant un Parlement européen qui attend beaucoup d'elle, la chancelière allemande Angela Merkel, qui préside l'UE, a averti mercredi du risque d'un "échec historique" si les 27 n'arrivent pas à sortir de leur impasse institutionnelle d'ici 2009.

"Il est dans l'intérêt de l'Europe, de ses Etats membres et de ses citoyens que d'ici aux prochaines élections au Parlement européen, en 2009, ce processus soit terminé. Un échec serait un échec historique", a déclaré Angela Merkel.

... Lors du sommet européen de juin 2006, les dirigeants des 25 s'étaient fixé pour objectif d'arriver sous présidence française de l'UE, au deuxième semestre 2008, à une solution définitive qui puisse être mise en oeuvre en 2009.

La présidence allemande a été spécifiquement chargée de présenter d'ici juin 2007 les pistes de sortie possibles à cette crise institutionnelle provoquée par les "non" français et néerlandais à la Constitution européenne.

Mme Merkel s'est à nouveau engagée mercredi à ce que l'UE dispose de cette "feuille de route" d'ici la fin de la présidence allemande le 30 juin, avant de préciser sa méthode.

Les ministres luxembourgeois et espagnol des Affaires étrangères Jean Asselborn et Miguel Angel Moratinos --qui organisent le 26 janvier à Madrid une réunion des 18 pays ayant dit oui à la Constitution-- ont également estimé mercredi dans une tribune au quotidien Le Monde qu'il fallait "préserver les indéniables progrès que représente le traité".

... Beaucoup d'analystes estiment notamment qu'aucune avancée sur la Constitution ne pourra intervenir avant l'élection présidentielle française, dont le vainqueur ne sera connu que le 6 mai.

La candidate socialiste Ségolène Royal s'est prononcée mercredi à Luxembourg pour un nouveau référendum en France en 2009 "sur un traité qui permette aux institutions européennes de fonctionner".

Repost 0
17 janvier 2007 3 17 /01 /janvier /2007 13:08

mercredi 17 janvier 2007

Communiqué de presse de Jean-Marie Le Pen

Le bilan démographique de l’INSEE ne fait pas état de la « fécondité française », mais de la fécondité des femmes habitant en France.

Il faut aller chercher ailleurs que dans les statistiques de l’INSEE pour découvrir par exemple que le département record de la fécondité est la Seine-Saint-Denis, et que dans ce département 40% des naissances sont de mère étrangère.

Le bilan démographique est d’autre part muet sur les 200.000 enfants qui n’ont pas eu le droit à la vie en 2006, et qui manquent à la France.

Le vrai bilan démographique est celui d’une substitution de population, comme le reconnaissent maintenant même des démographes officiels.

Loin d’inciter à crier victoire, le vrai bilan démographique montre l’exigence cruciale d’une politique résolue contre la déferlante migratoire et pour la natalité française.

Voir l'article du Figaro, "Les Françaises championnes de la fécondité".

Repost 0
17 janvier 2007 3 17 /01 /janvier /2007 11:08
Par Alain Juppé, maire (UMP) de Bordeaux, ancien premier ministre..
Publié le 16 janvier 2007
Actualisé le 16 janvier 2007 : 09h42
 
Dans cet article, les dictateurs utilisent l'"environnement" comme arme de propagande pour créer une "Organisation des nations unies pour l’environnement (Onue), comme il existe des organisations mondiales pour l’éducation, la science et la culture (Unesco), pour la santé (OMS) et pour le commerce (OMC)."
 
"pour la première fois de son histoire, l’humanité a les moyens de se détruire et de détruire sa planète."
 
Ce que ne dit pas Alain Juppé, c'est qu'il n'y a pas besoin d'un "gouvernement mondial" pour défendre la nature, le respect de la Création par des Etats chrétiens libres et souverains est la meilleure garantie contre la pollution de la planète. A diluer les responsabilités au sein d'une espèce d'entité planétaire chargée soit-disant de protéger l'"environnement" , il n'y a plus de responsable, plus de responsabilité.... et chacun fait ce qu'il veut. On aboutit au résultat exactement inverse que celui proposé initialement. Cela me rappelle étrangement les "droits de l'Homme" qui fonctionnent sur le même schéma....
 
"Tout à coup, l’humanité comprend que c’est sa survie qui est en jeu, qu’un suicide collectif est en marche, qu’il y a « le feu dans la maison »."
 
Cette phrase est le type même de terrorisme intellectuel devant produire un choc émotionnel afin d'orienter la personne vers la solution (planétaire) préconisée par Alain Juppé.
 
Enfin, rappelons que l'expression "citoyen du monde" fut inventée au XVIIIe siècle par les prétendus "philosophes" et autres occultistes (Philalète). C'était la naissance du cosmopolitisme.
Repost 0
17 janvier 2007 3 17 /01 /janvier /2007 09:56
16.1.07
 
Voici ce qu'on peut lire de la plume de Michèle Tribalat dans le numéro de ce mois de la Revue générale de stratégie:

"La conjonction d'une formidable croissance de la jeunesse d'origine étrangère et d'un recul de celle d'origine française dessine un processus de substitution démographique qui marque d'ailleurs Paris et l'ensemble de la petite couronne."

Source: Bloc notes d'Ivan Rioufol du 12/01/2006
 
Repost 0
12 janvier 2007 5 12 /01 /janvier /2007 21:49

Un sondage indique d'une manière significative l'état de lassement et d'écoeurement des Français devant les institutions de la "république"

82% des Français estiment que les médias accordent plus de place à Nicolas Sarkozy et Ségolène Royal qu'aux autres candidats dans la couverture de la campagne présidentielle, selon un sondage CSA à paraître samedi dans Le Parisien.

16% seulement pensent que les médias proposent un "traitement équilibré".

Les personnes interrogées se déclarant proches de l'UDF sont 95% à penser que M. Sarkozy et Mme Royal bénéficient d'un traitement privilégié.

88% de ceux qui estiment que la couverture n'est pas équilibrée jugent que "ce n'est pas normal", 11% jugeant que c'est "normal parce qu'actuellement ce sont les deux candidats préférés des Français".

12/01/2007 19:32 PARIS (AFP) -

Repost 0
9 janvier 2007 2 09 /01 /janvier /2007 12:50

Via le site d'Anne Kling, la France licratisée

"On a pu admirer l’extrême célérité avec laquelle le Conseil d’Etat vient de faire droit aux requêtes formulées tant par le Ministre de l’Intérieur, Nicolas Sarkozy, que par le maire de Paris, Bertrand Delanoë, accessoirement membre du comité d’honneur de la LICRA. La plus haute juridiction administrative du pays a en effet prestement annulé la décision du Tribunal administratif de Paris d’autoriser la soupe au cochon proposée aux SDF par l’association Solidarité des Français.
Mais, au fait, c’est quoi, au juste, le Conseil d’Etat ? Qui le dirige ? S’il est officiellement présidé par le 1er Ministre, suppléé par le Garde des Sceaux, dans la pratique, c’est le vice-président qui est à sa tête. Depuis le 3 octobre 2006, il s’agit de Jean-Marc Sauvé, nommé à ce poste par le Président de la République.
Second personnage du Conseil d’Etat : Patrick Frydman, Secrétaire Général depuis 2001.
Tous deux, comme pratiquement l’intégralité de cette institution, sont issus de l’énarchie et ont fait l’essentiel de leur carrière dans les préfectures et/ou les ministères.
Ce qui n’empêche pas le Conseil d’Etat de se prétendre parfaitement indépendant… Si, si.

Avant sa toute fraîche nomination par Jacques Chirac, Jean-Marc Sauvé était, de 1995 à 2006, secrétaire général du gouvernement. Une fonction plutôt mal connue des Français. Mais qui ne manque pas d’intérêt. Savent-ils par exemple, ces braves Français, que pour la seule année 2006, le secrétaire général du gouvernement a ainsi distribué, sous la rubrique « crédits d’intervention », pour 11,3 millions d’euros de subventions à diverses fondations politiques et associations oeuvrant pour les droits de l’homme et le développement de la citoyenneté ?
Parmi les heureux bénéficiaires de ces largesses républicaines, pour 2006, on peut citer :
L’Union des Etudiants juifs de France : 200 000 euros
La Ligue des Droits de l’Homme : 100 000 euros
La LICRA : 90 000 euros, plus une petite rallonge pour la LICRA Touraine : 3 000 euros
Le MRAP : 30 000 euros
SOS Racisme : 30 000 euros

Rien pour Solidarité des Français ? Eh non. C’est qu’ils ne font pas partie de la France d’en haut, eux."

C'est Le peuple à "éradiquer".

Repost 0
7 janvier 2007 7 07 /01 /janvier /2007 08:53

Dans un article du Monde paru dans l'édition du 7.01.2007,  le mondialiste fanatique Jacques Attali nous fait des menaces très claires : si vous ne faites pas le gouvernement mondial, on déclenchera une IIIe guerre mondiale, "la même parenthèse totalitaire (1917-1989), mais avec encore plus de dommages". Jacques Attali utilise cette menace d'une IIIe guerre mondiale comme une sorte de peur inconsciente - comme pour les créations de la SDN, de l'O.N.U. ou de l'Union Européenne... - , véritable manipulation mentale pour créer le gouvernement mondial et il le dit (!)  :

La démocratie à l'épreuve du futur

 LE MONDE | 06.01.07 | 14h20  •  Mis à jour le 06.01.07 | 14h22

 Entretien avec Jacques Attali, ex-conseiller de François Mitterrand.

 

Le grand problème de la démocratie, c'est qu'aujourd'hui il n'est presque plus possible à un dirigeant d'être provisoirement impopulaire. C'est pourtant ce que doit pouvoir être un homme d'Etat qui pense au long terme. Cette incapacité à se projeter dans l'avenir risque de ne pas s'améliorer, alors qu'un peu partout on commet l'erreur de réduire la durée des mandats. Prenez l'exemple du financement des retraites, un énorme enjeu pour les prochaines décennies : la situation est catastrophique dans de nombreux pays, notamment en France.

 

... De fait, la fonction de prévisionniste connaît un discrédit quasi général. Sans doute souffre-t-elle de son utilisation par le système soviétique, qui assimilait prévision et propagande. Les entreprises, en particulier familiales, ont mieux compris que les Etats qu'il faut changer sans cesse pour durer. Paradoxalement, les nations - qui sont appelées à durer plus que les entreprises - se crispent trop souvent sur le maintien du présent et refusent de changer : l'incapacité de penser l'avenir, c'est le refus d'organiser le changement.

 

Quelles peuvent être les conséquences de cette incapacité ?

 

Les dangers à venir, notamment ceux liés à la montée générale de la précarité, n'ont pour l'instant pas de réponse. Et c'est cela qui fait peur. Cette difficulté des démocraties face à l'avenir entraînera, une fois de plus, des crispations. Les totalitarismes nationalistes ou religieux refont surface. On voit même poindre des totalitarismes involontaires. Comme dans la bouche de Nicolas Hulot, certainement un démocrate sincère, mais qui affirme qu'aucune décision ne doit être prise dans aucun domaine sans être soumise au diktat écologique. Un totalitarisme vert va-t-il apparaître ? Ce n'est pas impossible. Dans un autre domaine, je n'oublie jamais que le premier à avoir mis en application la politique des grands travaux de Keynes s'est appelé Mussolini, que le deuxième a été Hitler. Roosevelt ne fut que le troisième.

 

Quels sont, dans l'histoire, les moteurs de la prévision ?

 

Il y en a deux. Le premier est une vision mégalomaniaque du dirigeant qui veut laisser une trace : elle le pousse à réfléchir à ce qu'il est utile de faire à long terme. Comme François Mitterrand, par exemple. Il ne désirait pas seulement inscrire son nom sur un bâtiment, mais aussi savoir ce qu'on penserait de lui trente ans plus tard. Cela l'a conduit à s'entourer d'un personnel politique très jeune, car, expliquait-il, "on dira que c'est grâce à moi qu'ils sont entrés dans la carrière". Cette prémonition se vérifie aujourd'hui avec Ségolène Royal et la nouvelle génération qui est aux marches du pouvoir.

 

Le second moteur consiste à s'appuyer sur la peur pour justifier d'agir à long terme. Par exemple, la construction européenne - qui commence en 1947-1948 avec la guerre froide et se termine avec la chute du mur de Berlin en 1989 - se fait sur quatre peurs : celle du retour du démon allemand, celle du retour de la lâcheté française, celle de la puissance soviétique, et enfin celle du départ de l'armée américaine. Aujourd'hui, ces quatre peurs ont disparu et du coup la construction de l'Europe est en panne. 

 

Quelles peuvent être les solutions pour les démocraties des grands pays ? 

 

(...) Les démocraties arriveront-elles assez vite à se projeter dans l'avenir ? Rien n'est moins sûr. Le retour de la dictature est possible. Ainsi, dès aujourd'hui, l'émergence des nouvelles technologies et des techniques de surveillance menace les libertés individuelles. Il faut donc les intégrer dans une nouvelle conception du droit. Si cela n'a pas lieu, le XXIe siècle sera peut-être aussi terrible que le XXe siècle, avec la même parenthèse totalitaire (1917-1989), mais avec encore plus de dommages.

 

Un gouvernement mondial pourrait-il nous aider à penser l'avenir ?

 

Les intérêts des grandes nations sont contradictoires. Et elles ne sont tombées d'accord qu'après des crises majeures : la Société des nations est née après la première guerre mondiale ; les Nations unies après la seconde. Il ne faudrait pas que nous attendions la troisième pour mettre en place un gouvernement mondial. Le projet est assez simple - fusionner le Conseil de sécurité et le G8.

Cette solution serait légitime et représentative. Les Chinois et les Indiens y ont intérêt. Encore faudrait-il que les Européens et les Américains le veuillent. Mais là, Shakespeare, et ses luttes de pouvoir, reprend ses droits.

Propos recueilli par Laure Belot et Emmanuel de Roux

 Article paru dans l'édition du 07.01.07 

Repost 0
5 janvier 2007 5 05 /01 /janvier /2007 22:12

05/01/2007 20:59

PARIS (AFP) - Le Conseil d'Etat refuse la distribution à Paris de la "soupe au cochon"

Le Conseil d'Etat a refusé vendredi la distribution à Paris par une association d'extrême droite d'une "soupe au cochon" aux sans-abri en annulant une décision du tribunal administratif de Paris qui l'avait autorisée.

La plus haute juridiction administrative a rejeté la demande de l'association Solidarité des Français qui voulait la suspension d'un arrêté du préfet de police du 28 décembre interdisant la distribution à Paris de cette soupe.

Saisi par l'association Solidarité des Français (SDF), organisatrice de ces distributions de soupes à base de porc, le juge des référés du tribunal administratif de Paris avait rendu mardi une ordonnance suspendant un arrêté d'interdiction pris le 28 décembre 2006 par le préfet de police de Paris.

Saisi de l'appel formé par le ministre de l'Intérieur, le juge des référés du Conseil d'Etat a annulé vendredi cette ordonnance, estimant qu'en interdisant les distributions, le préfet de police n'avait pas porté une "atteinte grave et manifestement illégale" à la liberté de manifestation.

Le juge des référés du tribunal administratif avait déjà annulé, le 22 décembre 2006, un précédent arrêté d'interdiction pris par la préfecture de police de Paris.

Devant Christian Vigouroux, juge des référés au Conseil d'Etat, le représentant du ministère de l'Intérieur, Me Jean-François Boutet, a estimé que ces distributions de soupe étaient "discriminatoires" et donc susceptibles de troubler l'ordre public.

Me Boutet a cité une phrase du site internet de SDF ("Pas de soupe, pas de dessert, les nôtres avant les autres"), ajoutant que la Haute Autorité de lutte contre les discriminations (Halde) s'était émue de l'aspect discriminatoire de ces "soupes au cochon" ainsi que deux délibérations du Conseil municipal de Paris.

Le maire socialiste de Paris Bertrand Delanoë avait demandé mardi qu'il soit fait appel de l'ordonnance du juge des référés du tribunal administratif concernant cette "initiative aux relents xénophobes".

Me Bruno Le Griel, avocat de Solidarité des Français, a soutenu en revanche que la requête du ministère de l'Intérieur était "irrecevable". Il a ajouté qu'"aucun fait de discrimination n'avait été rapporté" et qu'aucune association ou organisation religieuse musulmane ou juive n'avait protesté.

Me Le Griel a assuré que "lorsque des personnes musulmanes refusent de manger du porc, elles se voient proposer autre chose". Il a déclaré que "traditionnellement la soupe au lard est une soupe de pauvre" et que "ceux qui ne veulent pas manger de porc peuvent toujours aller vers des associations caritatives musulmanes".

Le maire PS de Paris, Bertrand Delanoë, s'est réjoui de la décision du Conseil d'Etat d'interdire à cette association d'extrême droite de distribuer une "soupe au cochon" aux sans-abri dans la capitale.

"Cette décision établit clairement la dimension discriminatoire d'une telle opération dont sont exclues, de fait, les personnes de confession juive et musulmane", souligne le maire de Paris dans un communiqué.

M. Delanoë rappelle que le Conseil de Paris avait adopté en juin 2004 un voeu qui demandait "que soit mis un terme à des initiatives aussi contestables" et estime que le Conseil d'Etat "livre une interprétation extrêmement claire de nos principes républicains".

M. Delanoë avait demandé mardi qu'il soit fait appel de l'ordonnance du juge des référés du tribunal administratif concernant cette "initiative aux relents xénophobes".

***************************************************************************************************************

M. Delanoe pourrait-il nous expliquer quels sont ces principes républicains qui interdisent la distribution de soupe au cochon en France ? Prochaine étape : la fermeture des boucheries-charcuteries ne vendant au public que de la viande de porc, horrible "discrimination" (!)... A quand une loi pour imposer aux bouchers charcutiers de France la viande hallal ? Ce pays devient infernal. Les Français sont de souche sont poursuivis, persécutés et martyrisés dans leur propre pays, traités comme des parias, par un pouvoir étranger persécuteur, apatride qui les a trahi déjà en les envoyant à la boucherie de 14-18 pour assoir sa dictature (Jean de Viguerie, Les deux Patries).

Repost 0
2 janvier 2007 2 02 /01 /janvier /2007 20:05

L'exécution de Saddam Hussein est une faute, par Nicolas Sarkozy

 
Article paru dans l'édition du 03.01.07.

 

En rouge, nos commentaires .

"... Le fait que Saddam Hussein ait été jugé par un tribunal irakien est déjà un exploit en soi dans les circonstances dans lesquelles se trouve plongé le pays."

Un tribunal d'islamistes chiites que Saddam avait réussi à contenir avec le seul régime laïc de la région et surtout un tribunal de collabos.

"Rappelons que l'Irak n'a fait la découverte que depuis quelques mois des élections libres, d'une Constitution librement consentie, d'un gouvernement de coalition, de la délibération parlementaire et d'une justice indépendante, mais surtout qu'il est le lieu d'une guerre civile particulièrement sanglante."

Des "élections libres", une "Constitution librement consentie" après 17 années de guerre ? C'est une blague ? Les élections libres ont amené au pouvoir des clients des Américains qui feront des affaires sur le dos du peuple irakien et avec l'argent du pétrole irakien. Combien de morts civils (embargo), dont beaucoup d'enfants, pour assoir la belle démocratie ? Certainement bien plus que ceux attribués à Saddam. Enfin, qui a suscité la "guerre civile particulièrement sanglante" pour renverser Saddam Hussein ?

"C'est aussi un exploit parce que l'accusé se trouve être celui qui a asservi ses concitoyens par l'assassinat et la terreur pendant plus de trente ans, et dont se revendiquent encore les terroristes (je ne peux pour ma part appeler "résistants" ceux qui posent quotidiennement des bombes au milieu des civils)."

Et les armes chimiques utilisées par les Américains en Irak, au Vietnam, des terres de dizaines de kms rendues stériles et acculant les populations à la famine...

Et surtout, que dire de jacques Chirac alors et de son ami de trente ans ?? Que dire du RPR et de Jacques Chirac, son président à l'époque, qui fit des voyages chez son ami Saddam Hussein et alla jusqu'à lui offrir une centrale nucléaire que les Juifs (dont SarKözy serait "le candidat naturel des électeurs juifs" selon un article de Libération du lundi 4 décembre 2006) s'empressèrent d'ailleurs de détruire. Sarközy, chef du parti UMP, successeur du RPR, parti historique de ce même Jacques Chirac..., à présent vient nous expliquer que Saddam Hussein était "le pire des hommes" !! Qu'est-ce que c'est que ces clowns ?! Quelle hypocrisie ! Le silence complice de Jacques Chirac sur ce point est assourdissant !

"J'aurais aimé saluer le fait qu'à travers ce procès hautement symbolique l'Etat irakien se soit approprié des éléments qui contribuent essentiellement à sa souveraineté, comme un système judiciaire indépendant et professionnel ou une police démocratique et intègre."

Un "système judiciaire indépendant" ?? C'est une blague ? L'Irak n' a jamais connu de toute son histoire une justice aussi asservie au vainqueur américain.

La condamnation à la peine capitale et l'exécution du condamné m'en empêchent. Je suis opposé à la peine de mort. C'est pour moi une question de principe. Je crois que le monde doit continuer à cheminer vers son abolition totale."

On abolit aussi l'avortement alors ? Avortement qui en France a fait, en trente ans aussi..., à raison d'une moyenne de 200 000 / an, un génocide de six millions de bébés....

 Et, en l'occurrence, bien qu'il s'agisse d'un des grands criminels de l'Histoire, j'estime que l'Irak se serait grandi en n'exécutant pas celui qui l'a tant fait souffrir."

Bush avec l'embargo et les famines provoquées ne l'a peut-être pas faite souffrir ?

 Je souhaite ardemment la stabilisation de l'Irak. Mais, pour moi, la stabilisation en profondeur de cette région passe par la promotion des valeurs démocratiques."

On y est ! C'est la fameuse croisade de la démoncratie et de la Liberté !

"Enfin, je déplore profondément que Saddam Hussein, le dictateur qui avait plus de sang sur les mains que quiconque au monde, n'ait pas eu à comparaître pour ses autres crimes."

Nous, nous attendons que Bush et ses affidés soient jugés pour les siens de crimes bien plus nombreux que ceux de Saddam.

"Je regrette que justice n'ait pas été rendue aux Kurdes, dont les souffrances ont été indicibles, et dont le massacre au gaz de 5 000 civils dans la bourgade d'Halabja en 1988 n'aura été qu'un événement atroce parmi de nombreux autres. Je regrette que justice n'ait pas été rendue aux chiites, qui subirent en 1991 une répression barbare de la part de la garde républicaine irakienne - d'ailleurs sous le regard impassible de la communauté internationale."

Nous nous regrettons les millions de bébés assassinés dans les démocraSSies occidentales au nom de la "Liberté" et du "droit à disposer de son corps" ou du "droit de choisir"....

"Il est difficile de réconcilier les différentes composantes d'un peuple au sortir d'une dictature. Mais cette tâche me paraît d'autant plus malaisée lorsque la lumière n'est pas faite sur le passé."

Qui a atomisé le peuple irakien en exacerbant les communautés, en montant les minorités chiites contre la majorité sunnite ? La lumière devra être faite sur cette énième révolution.

"L'exécution de Saddam Hussein, le pire des hommes, est une faute."

La mise hors d'état de nuire des "démocrates", les pires destructeurs de toute société, est une justice et une oeuvre de salut public !

Repost 0
2 janvier 2007 2 02 /01 /janvier /2007 16:31

Via le site de Jacques Vassieux

Le Front national a estimé samedi que “l’élimination physique de Saddam Hussein est pire qu’un crime, c’est une faute”.

Le FN a affirmé que la pendaison de l’ancien dirigeant irakien est “une faute lourde dont la responsabilité retombera sur le monde occidental considéré par le monde arabe comme l’organisateur de cette justice de vainqueur”.

L’impitoyable blocus américain de plus de dix ans a fait beaucoup plus de morts chez les civils irakiens que n’en a fait Saddam Hussein, qui était l’allié et même l’ami des dirigeants occidentaux”, a assuré le FN qui juge qu’”à cet égard, le silence de Jacques Chirac est véritablement assourdissant”.

Enfant irakien victime de l'embargo

[...] L’exécution de Saddam Hussein a d’ores et déjà suscité de nombreuses réactions de la communauté internationale. Le président américain, George W. Bush a estimé que de la mort de Saddam Hussein était une « étape importante » pour l’Irak sur le chemin de la démocratie.

(Source:
http://www2.dw-world.de)

Ce que j'en pense :

Quelques mois après la mort – l’assassinat ? – de Slobodan Milosevic dans les geôles d’un pseudo TPI, c’est un nouveau symbole de la résistance à l’impérialisme américain que les instances judiciaires inféodées aux USA ont exécuté.
Le Raïs Saddam Hussein a été pendu le 30 décembre à l’aube.

Comme toujours depuis plus de quarante ans, lorsqu’il s’agit de tuer les leaders politiques opposés aux intérêts de l’oncle Sam, les motifs sensés justifier l’exécution sont les « crimes contre l’humanité » et le « rétablissement de la démocratie ». En effet
l’empire néolibéral américain ne sera satisfait que lorsque l’ensemble du moyen orient sera devenu « démocrate », libéral, marchand, et pour finir, soumis aux états unis et à leur conception du moyen orient.
Malheureusement, cette vision de la politique internationale faisant des USA les combattants de la liberté, partis en Irak pour libérer le peuple oppressé d’un tyran fasciste supposé soutenir le terrorisme islamiste, est largement acceptée par l’opinion publique occidentale. La propagande de Big Brother a porté ses fruits.
Il importe donc de récapituler certains faits.

Adhérent du parti de la renaissance arabe – le Baas – depuis 1957, Saddam Hussein devient rapidement l’une des principales figures du mouvement et participe à la prise du pouvoir de celui-ci en 1968. Nationaliste et progressiste, il
a farouchement combattu l’intégrisme religieux d’une frange de la population chiite favorable à l’établissement d’une République Islamique, lui opposant un état irakien laïque, garantissant les droits des citoyens et spécialement des femmes, un défi majeur pour un pays du moyen orient.

Curieusement c’est pourtant au nom de la guerre contre le terrorisme islamiste que les Etats-Unis, sans se soucier des résolutions de l’ONU, ont attaqué l’Irak en 2003 et renversé le régime du Raïs. Bravant les principes juridiques qui proscrivent l’ingérence et le recours à la force dans les relations internationales, les USA ont ainsi bombardé le seul état laïc de la région au nom de la « prévention » et de la lutte contre l’intégrisme religieux.

Les conséquences furent désastreuses : dégâts matériels considérables accentuant la pauvreté du pays déjà frappé par l’embargo américain, commencement d’une guérilla sanglante mêlant les forces de la coalition, les sunnites et les chiites, et dont les principales victimes sont civiles.
En outre, les USA ont ici révélé l’incohérence et/ou l’hypocrisie de leur politique, car en renversant le régime baasiste de Saddam Hussein, les armées de la « liberté » ont dégagé la voie aux milices religieuses chiites qui imposent désormais leur loi dans les rues, n’hésitant pas à châtier ou assassiner ceux qui ne respectent pas leur credo. Etrange manière de combattre l’intégrisme que de favoriser indirectement ceux qui souhaitent voir naître en Irak une république Islamique.
Nous aurons tous compris que cette guerre était en fait destinée à « sécuriser la région » et à maintenir l’hégémonie Israélo-américaine au moyen orient. Il s’agissait également de détruire le nationalisme arabe du Baas et de s’emparer des ressources pétrolières.

Suite à sa capture en décembre 2003, un "procès" dont le verdict était bien entendu déjà fixé allait commencer.
Le fait déterminant qui conduisit Saddam Hussein à la potence fut le massacre de 148 chiites et le bombardement d’Halabja, une ville kurde en 1988.
Pour autant qu’un tel acte soit absolument répréhensible, certains faits méritent une fois encore d’être rappelés à l’opinion publique occidentale et aux politiques vassales des Etats-Unis.

- Les américains ont instrumentalisé la guerre opposant l’Iran et l’Irak, encourageant un jour les révoltes chiites, puis le lendemain favorisant Saddam Hussein, causant ainsi plusieurs milliers de morts militaires et civils.
- L’embargo décidé par les USA et leurs complices contre l’Irak est responsable d’un nombre incalculable de victimes civiles suite aux famines et maladies.
- L’utilisation d’armes chimiques qui lui fut reprochée
reste une spécialité américaine ; que ce soit au cours de la première guerre du golfe ou lors de l’invasion de 2003, l’utilisation de ce type d’arme, notamment du phosphore blanc, est la cause – et le sera encore – d’une mortalité infantile importante et de l’apparition de malformations.
- les bombardements multiples de 2003 ont aggravé le bilan des morts civils dont les états unis sont responsables. Par ailleurs l’ampleur des dégâts a mis à bas l’économie irakienne, accentuant ainsi la paupérisation de la population.

Ainsi donc les Etats-Unis sont responsables d’un nombre de morts considérable, bien plus important que celui dont fut déclaré coupable Saddam Hussein.
Nous attendons donc que les divers tribunaux internationaux ou nationaux rendent la justice en ce qui concerne les criminels de guerre yankee, plutôt que mettre un point d’honneur à démolir ceux qui refusent la domination américaine planétaire.
Avant de partir, l’ancien Raïs a adressé à son peuple une lettre, lui demandant de ne pas confondre le peuple américain et ses dirigeants corrompus.
Par cette exécution, les Etats-Unis ont engagé la responsabilité de l’ensemble de l’occident aux yeux de l’Irak et du peuple arabe en général, qui ne manquera pas de réagir et de juger à son tour l’Oncle Sam et ses valets. De plus, le fait que cette exécution ait eu lieu le jour de l’Aïd El Kebir constitue indéniablement une provocation à l’encontre du monde arabe, et plus généralement à l’égard du monde musulman. De nouveaux conflits sont donc à prévoir.

Saddam Hussein est mort dignement ce matin du 30 décembre 2006...
Pour voir la vidéo de la pendaison de Saddam Hussein
Cliquez sur le lien suivant :
http://www.dailymotion.com/hopto/video/xvxgi_saddam-hussein-a-ete-pendu

***************************************************************************************************************

Notre commentaire :

Le pire dans cette histoire, c’est que les américains et les sionistes parviennent à manipuler l’opinion mondiale pour lui faire croire qu’ils n’y sont pour rien dans l’exécution de Saddam, mais que ce sont les vilains chiites irakiens qui l’ont pendu.... Peut-être, mais à qui obéissent ces chiites ? Ces chiites irakiens ne sont que des pantins collabos aux ordres. De la même façon que les américains ou anglais qui ont fait cette guerre d’Irak ne sont que les larbins exécuteurs des basses manoeuvres que les maîtres du monde ne sauraient accomplir... Vont pas se salir les mains vous comprenez, c’est impur ! Faisons faire le sale boulot par les "chrétiens" !... (Entre parenthèse, ce sont des armées protestantes, non catholiques qui sont allées en Irak. La distinction est très importante car la confusion est entretenue volontairement par ceux que vous savez.)

Dernière remarque : les "démocrates", une fois de plus auront sorti leur arme secrète en Irak : jouer les minorités (chiites) CONTRE la majorité (sunnite), atomiser et diviser, puis sur les ruines et les décombres, prendre le pouvoir (ou y installer un Etat-client même si islamiste), se le partager et le conserver. Important de noter ce phénomène car c’est le système que l’UMPS applique en France, l'arme secrète du "diviser pour mieux régner" que les révolutionnaires applique depuis 1789.

Repost 0
31 décembre 2006 7 31 /12 /décembre /2006 01:29

Bush disait juste avant la IIe guerre en irak qu'il s'agissait d'une "CROISADE" (entre guillemet !...) de la "DEMOCRATIE" et de la "LIBERTE" dans le monde pour apporter la "civilisation" et les "lumières" contre le terrorisme (certainement comme ils ont fait avec les Indiens d'Amérique du nord). En réalité, ils ont assassiné Saddam un jour sacré pour l'islam, "l'ait" : cela ne manquera pas d'être perçu comme une provocation chez les musulmans. Or Bush disait travailler pour la paix dans le monde..., contre le terrorisme. Qui est terroriste là ? Qu'est-ce qui se cache derrière cette nouvelle provocation ? Pourquoi l'avoir faite ? A quoi jouent-ils ? La réponse est qu'ils cherchent délibérément à faire le "choc des civilisations", prétexte pour la "croisade"... Ils jettent de l'huile sur le feu et attendent les réactions en retour pour s'ériger ensuite en arbitre et défenseur de la démoncraSSie.

Saddam a été mis à mort parce que c'était un dictateur du monde musulman. Peut-être, mais il a surtout été mis à mort parce que c'était un dictateur du monde musulman sur la route de la démocratie. Or pour Bush et ses affidés, rien ne doit arrêter la démoncraSSie en marche : il faut éradiquer les régimes non démocrates et non "parlementaires" et imposer la démoncraSSie et les droits de l'homme dans le monde entier, CONTRE les peuples s'il le faut.... Peu importe si au passage cela fait des milliers ou des millions de morts : pour eux, "la fin justifie les moyens" (principe classique de l'"illuminé" et satanique
Adam Weishaupt).

Le rais est mort en martyr d’une agression militaire étrangère qui l’a renversé de son rôle de chef d’Etat légitime puisque tous les occidentaux qui l’ont mis à mort et le condamnent aujourd’hui, ont traité avec lui durant des années "en amis" !... Il est mort LIBRE et digne (c’est ce que l'on voit sur les photos quand ligoté par des hommes encagoulés, lui se tenait droit et digne), en résistant à l'avancée mondialiste américaine et sioniste, broyeuse des peuples et des nations.

Avant même l'annonce officielle de l'exécution de Saddam Hussein, le samedi 30 décembre 2006, voici ce qu'en dit Le Pen sur son site de campagne (video à 2:25 au curseur), dans le journal de bord n°47 du jeudi 28 décembre.

Cette question : "On a appris cette semaine que Saddam Hussein serait probablement pendu le 2 janvier. Méritait-il cette peine selon vous ? "

Le Pen répondait :

"C'est une nouvelle navrante [...] Le président Saddam Hussein n’est pas un gangster, un braqueur de banque ou un voleur de poules : c’est un chef d’Etat qui a été renversé par l’intervention d’une armée étrangère, l’armée américaine et britannique dit-il et par conséquent, son jugement par un tribunal d’exception, sa condamnation, visent sans doute à éliminer le chef d’Etat avec lequel l’Occident, en particulier américain et même européen, a traité et a soutenu pendant des années [...] N'est-ce pas monsieur Chirac, on écrivait son nom à un moment donné ChIrak, tant les relations les relations que l'homme politique français avait avec avec le chef d'Etat irakien. N'est-ce pas lui d'ailleurs qui lui a vendu pour 120 ou 130 milliards d'armement et qui de surcroît lui avait donné la centrale nucléaire qui a été d'ailleurs détruite par les Israéliens. Alors je pense que ceux qui prétendent que Saddam Hussein a sur la conscience d’innombrables crimes devraient lui permettre ou devraient permettre à l'opinion de connaître l’étendue de ses crimes par une série d’incriminations. Or le fait qu’on le condamne sur un incident, certes douloureux puisque il y a eu 120 personnes de tuées, au lieu de mettre en cause l’essentiel des actions de son gouvernement prouve bien qu’il s’agit-là d’une basse manœuvre politique, il s’agit là par conséquent d’un véritable crime. Et quand on parle de crime, he bien un certain nombre de gens qui donnent des leçons de morale ne feraient pas mal de faire leur mea culpa puisqu’il est certain que la situation de l’Irak au temps de Saddam Hussein était très supérieure à celle qu’elle est devenue à la suite de l’intervention américaine".

Le Front national a estimé samedi que “l’élimination physique de Saddam Hussein est pire qu’un crime, c’est une faute”. (via novopress)

Le FN a affirmé que la pendaison de l’ancien dirigeant irakien est “une faute lourde dont la responsabilité retombera sur le monde occidental considéré par le monde arabe comme l’organisateur de cette justice de vainqueur”.

“L’impitoyable blocus américain de plus de dix ans a fait beaucoup plus de morts chez les civils irakiens que n’en a fait Saddam Hussein, qui était l’allié et même l’ami des dirigeants occidentaux”, a assuré le FN qui juge qu’”à cet égard, le silence de Jacques Chirac est véritablement assourdissant”.

RIP Saddam.

Repost 0