Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
14 juillet 2016 4 14 /07 /juillet /2016 17:19

François Hollande a accordé jeudi le traditionnel entretien du chef de l'État à l'occasion du 14 juillet. Il a défendu âprement son bilan sur France 2 et TF1, où il répondait depuis l'Élysée aux questions de David Pujadas et Gilles Bouleau.

 

Pour le dernier entretien de son quinquennat à l'occasion de la "fête nationale", il a affirmé que les prélèvements des entreprises et des ménages avaient diminué... Suprise.... deux déclarations sur trois sont fausses.

 

Impôts: les derniers mensonges du dernier 14 juillet de François Hollande

 

• «Le niveau le plus élevé des prélèvements était 2013 car il fallait assumer la dégradation des comptes publics»: FAUX

 

Il aurait mieux fait d'éviter le coup de griffe à l'encontre de son prédecesseur. Selon le rapport de règlement du budget et d'approbation des comptes de l'année 2015 (page 123) réalisé par la députée PS Valérie Rabault et remis le 29 juin, les prélèvements obligatoires (TVA, impôt sur le revenu, ISF, fiscalité locale, impôt sur les sociétés, etc.) ont atteint leur plus haut niveau en 2015 avec un montant total de 975 milliards d'euros, contre 914 en 2012. Et c'est en 2014 que le niveau des prélèvements obligatoires a atteint le plus haut pourcentage de PIB avec 44,79%.

 

Impôts: les derniers mensonges du dernier 14 juillet de François Hollande

• «Depuis nous avons diminué les impôts des entreprises»: VRAI

Le montant des prélèvements obligatoires «entreprise» a effectivement diminué depuis 2013, selon le rapport de la députée, autant en milliards d'euros qu'en pourcentage de PIB. En revanche entre 2012 et 2013, ils ont largement augmenté. Si bien que le niveau de prélèvement actuel en volume n'a toujours pas retrouvé son niveau de 2012 pour les entreprises.

 

• «J'ai baissé les prélèvements des ménages»: FAUX

Les prélèvements obligatoires des ménages (TVA, CSG, Impôt sur le revenu, ISF, donations, successions, fiscalité locale, etc.) ont nettement augmenté depuis 2012 en volume et en pourcentage de PIB. Ils atteignent 555 milliards d'euros en 2015. Il faut notamment savoir que le montant de l'impôt sur le revenu seul est passé de 59,51 milliards d'euros en 2012 à 70,18 milliards d'euros en 2015.

 

Source: Hollande prétend que les impôts ont diminué depuis qu'il est président, vrai ou faux ?, Le Figaro, Par Marie Théobald Publié le 14/07/2016 à 17:40

Repost 0
2 juillet 2016 6 02 /07 /juillet /2016 08:36

Nouvel épisode de la république absolue: l'Eglise face au totalitarisme éducatif.

République absolue: L’Église face au totalitarisme éducatif

Alerte : l’Église face au totalitarisme éducatif

 

Le 6 avril dernier, sur France 2, le ministre de l’Éducation nationale Najat Vallaud-Belkacem annonçait un projet de réforme de l’enseignement indépendant (ou hors contrat), dont elle devait ensuite préciser le contenu lors d’une conférence de presse le 9 juin suivant. Désormais, l’ouverture d’un établissement libre est soumise à un régime d’autorisation préalable qui remplace le simple régime de déclaration en vigueur jusqu’ici. Le ministre envisage également certaines contraintes en terme de programme.

 

Dès le 28 avril, le secrétaire général de l’Enseignement catholique (sous contrat), Pascal Balmand, adressait une lettre au Président François Hollande pour lui faire part de sa plus grande inquiétude vis-à-vis de ce projet. Alors qu’il avait soulevé l’indignation de nombreux catholiques en accueillant avec bien peu de réserves la réforme du collège, Pascal Balmand a émis cette fois-ci des critiques claires. Pour lui, comme pour de nombreuses personnalités qui ont fait part publiquement de leur opposition, ­l’État dispose déjà d’un arsenal législatif suffisamment efficace pour prévenir toute dérive sectaire ou communautariste, liée notamment à l’islam, objectif affiché du nouvel encadrement de l’enseignement indépen­dant. « L’état du droit positif, pleinement appliqué, satisfait dès à présent aux exigences des finalités recherchées », commentait-il. Il a ainsi appelé l’État à utiliser efficacement les moyens dont il dispose déjà plutôt que de sacrifier l’un des droits fondamentaux des parents à choisir l’éducation de leurs enfants et de mettre en péril la pluralité et la diversité pédagogiques permises par l’existence d’écoles « alternatives ».

 

Le projet de Najat Vallaud-Belkacem concerne également les évêques même si les écoles indépendantes catholiques ne dépendent pas directement des directions de l’enseignement catholique. Il les concerne d’abord parce que, comme catholiques, ils défendent la responsabilité éducative des parents soulignée par l’Église dans son Catéchisme (« Les parents sont les principaux et premiers éducateurs de leurs enfants », n° 1653) ainsi que dans le Compendium de la doctrine sociale de l’Église (« L’action politique et législative (doit) sauvegarder (…) la liberté effective de choix dans l’éducation des enfants », n° 252).

 

Plusieurs évêques de France ont également fait part de leur opposition au projet du ministre, notamment Mgr Ricard, archevêque de Bordeaux, en sa qualité de président du Conseil pour l’enseignement catholique, dans un communiqué du 8 juin dernier : « Depuis plusieurs décennies, l’Église a manifesté l’attention qu’elle porte à la liberté d’enseignement. Or, ce nouveau dispositif d’autorisation préalable serait, malgré les assurances apportées, une atteinte au principe même de cette liberté constitutionnelle en posant des conditions à l’ouverture des établissements scolaires ».

Pour Mgr Vingt-Trois, archevêque de Paris, « L’idée de lutter contre les écoles musulmanes qui seraient suspectes de radicalisation adopte une règle générale qui va surtout s’exercer, non pas à l’égard des écoles musulmanes, mais des écoles catholiques. » Sur quels critères autorisera-t-on l’ouverture d’une école ?, interroge encore le prélat.

 

… Mgr Cattenoz, archevêque d’Avignon, a également bien voulu nous faire part de son mécontentement vis-à-vis d’un projet de réforme qu’il estime clairement dirigé contre les écoles catholiques : « En réalité, je pense qu’on s’appuie sur l’idée d’écoles radicalisées pour faire disparaître les écoles hors contrat et les racines chrétiennes. L’argument du gouvernement n’est qu’un argument de façade, une fuite en avant pour faire dire ce qu’il veut. Il veut simplement progressivement faire disparaître ces petites écoles. L’objectif est très clair : il est de faire disparaître toutes nos racines chrétiennes jusqu’aux dernières. »

 

Source: Alerte : l’Église face au totalitarisme éducatif, L'Homme nouveau, 29 juin

Repost 0
30 juin 2016 4 30 /06 /juin /2016 19:51

La France est championne d'Europe d'impôts, de charges, et de taxes, notre pays affiche le taux de prélèvements obligatoires le plus élevé parmi les 28 pays de l'Union européenne, devant le Danemark et la Belgique: 45,7% selon Eurostat.

La taxe régionale, ce nouvel impôt dont les Français devront s'acquitter l'an prochain

Le gouvernement a entériné cette semaine la création d'une nouvelle taxe qui sera perçue par les régions. A quoi va-t-elle servir ? Qui va payer ? Explications.

 

C'est une taxe, prélevée sur les ménages et les entreprises, qui ressemblera à celle que paient déjà les propriétaires franciliens, comme David, que TF1 a pu rencontrer (écoutez son témoignage dans le reportage ci-dessus). Il paie 15 euros par an, nous explique-t-il. Depuis deux ans, sur sa feuille d'impôt foncier figure une nouvelle ligne "Taxe spéciale" destinée à financer les travaux du Grand Paris.

 

Dès l'année prochaine, toutes les autres régions prélèveront cette nouvelle taxe. Un impôt sur les ménages et les sociétés prévu pour soutenir... les PME. La formule fait sursauter leur principal représentant, François Asselin, qui ne comprend pas lui-même l'intérêt de cette mesure. "Poser une taxe pour faire du développement économique, c'est-à-dire ‘Vous payez d'abord, on vous aidera ensuite', c'est absurde. C'est l'inverse qu'il faudrait faire", considère-t-il. "On pense que cette taxe permettra d'abonder au fonctionnement des régions et on voit mal comment ça ira à l'investissement."

 

La France a le taux de prélèvements obligatoires le plus élevé d'UE

 

Et pour les contribuables, c'est bien une taxe qui se rajoute sur leur feuille d'impôt car ils continueront de payer pour les départements qui pourtant n'ont plus à assurer cette aide économique auprès des PME.

 

Notre pays affiche le taux de prélèvements obligatoires le plus élevé parmi les 28 pays de l'UE : 45,7% de la richesse nationale est prélevée chaque année par l'Etat. En août dernier, François Hollande s'était engagé à baisser les impôts en 2016 "quoiqu'il arrive". Une promesse qui ne sera pas tenue.

 

Ainsi accusé de ne pas respecter sa promesse d'une pause fiscale, le gouvernement tente de minimiser l'impact de cette nouvelle mesure qui rapportera quand même autour de 600 millions d'euros chaque année.

 

Source: http://lci.tf1.fr/economie/social/la-taxe-regionale-ce-nouvel-impot-dont-les-francais-devront-s-8756450.html

Repost 0
27 juin 2016 1 27 /06 /juin /2016 08:12

L'écrivain cinéaste Alexandre Jardin continue d'éreinter les politiques grands diseux, petits faiseux dans Le Monde. Il explique que le mot "populisme" "est la dernière ligne de défense des élites parisiennes, qui, elles, font du populisme avec toutes leurs promesses non tenues..."

 

En 2015, il s'était déjà distingué en demandant que les politiques qu'il qualifiait de "Diseux" confient les "contrats de mission de service public" à la société civile (les "Faizeux") : "Laissez nous faire! On a déjà commencé", écrivait-il. Ce en quoi il parlait vrai, tant les politiques républicains sont comparables à ces pharisiens dont le Christ nous conseille de pratiquer et d'observer ce qu'ils disent, mais de ne pas agir d'après leurs actes "car ils disent et ne font pas." (Matthieu 23,1-12) 

 

Extrait:

 

Vous défendez l’action plutôt que la loi, les citoyens agissant contre les élites politiques, les régions contre un Paris centralisateur… N’est-ce pas du populisme ?

 

Ce mot, « populisme », c’est la dernière ligne de défense des élites parisiennes qui, elles, font du populisme avec toutes leurs promesses non tenues… La vérité, c’est que le système est en train de disjoncter. Une caste administrativo-politique hors-sol confisque le pouvoir. Il faut mettre fin au jacobinisme, à ce pouvoir vertical, descendant et condescendant. Inefficace.

 

Après trente ans de réformes de l’éducation nationale, 20 % d’une classe d’âge ne sait pas lire ! Si l’on ne parie pas sur les territoires, sur une classe politique locale très au-dessus du lot, on ne s’en sortira pas.

 

Il faut raisonner à partir du terrain, du réel, de ceux qui font déjà leur part. En finir avec l’approche administrative, normative, centralisatrice. Quel sens est-ce que cela a, par exemple, de définir la politique du logement ou de l’éducation à Paris ? Il faut parier sur les régions, leur confier l’effectivité des grandes politiques.

 

Le mot "populisme", dernière ligne de défense des grands diseux

L'initiative d'Alexandre Jardin de laisser faire les Faiseux rejoint la proposition royaliste "l'autorité en haut, les libertés en bas", quand le pays réel prend le pouvoir.

 

Un peu plus loin dans l'article du Monde, Alexandre Jardin dresse un tableau terrible de l'état réel de la France : 

 

"Je vois le délabrement de pans entiers de la République. Les juges qui prononcent des peines jamais exécutées. L’Ile-de-France est un point de croissance au-dessus de la moyenne nationale. Mais 80 % du territoire est en récession depuis des années. C’est cela, l’explosion du FN. Des territoires entiers de pauvreté. Pas des îlots ! Neuf millions de personnes… J’ai cette sensation bizarre que le pays hésite entre renaissance et chaos. Je vois une inventivité locale prodigieuse et des pères de jeunes agriculteurs qui ont du mal à calmer leurs fils armés."

 

Source: Alexandre Jardin : « Je ne laisserai pas la France à l’extrême droite »

LE MONDE | 26.06.2016 à 07h36 • Mis à jour le 26.06.2016 à 14h43 | Propos recueillis par Pascale Krémer

Repost 0
15 juin 2016 3 15 /06 /juin /2016 13:59

Dans une émission du 29 octobre 2015, la journaliste de RMC info demande au député Véronique Besse une preuve du soutien de la France à l'état islamique Daech, puis deux minutes plus tard déclare que c'est "gênant" que la Russie envoie son armée sur place tuer l'état islamique Daech, compte tenu que la France soutient officiellement des rebelles en Syrie... La logique se perd !

Source video : http://rmc.bfmtv.com/mediaplayer/video/pour-la-deputee-veronique-besse-la-france-aide-l-etat-islamique-675142.html

Pour rappel, Laurent Fabius, sinistre des Affaires étrangères avait déclaré dans Le Monde du 13 décembre 2012 qu'Al Nostra en Syrie faisait "du bon boulot"... Si c'est pas une preuve !

 Pour la députée Véronique Besse, "la France soutient indirectement l’Etat islamique"
Repost 0
15 juin 2016 3 15 /06 /juin /2016 09:19

Publié par Wikileaks, un email envoyé par l’ex-secrétaire d’Etat apporte des détails sur les motivations qui ont poussé Washington à «aider le peuple syrien à renverser le régime de Bachar el-Assad».

 

«La meilleure manière d’aider Israël à gérer la capacité nucléaire grandissante de l’Iran est d’aider le peuple syrien à renverser le régime de Bachar el-Assad», annonce d’emblée Hillary Clinton dans le document, révélé par l’ONG de Julian Assange, WikiLeaks, sur son site internet.

 

L’email fait partie de nombreux documents déclassifiés par le Département d’État américain, suite à la découverte du serveur email privé que Clinton utilisait chez elle alors qu’elle occupait, entre 2009 et 2013, le poste de secrétaire d’État de l’administration Obama.

 

Si l’organisation WikiLeaks date le courriel au 31 décembre 2000, il semble que ce soit une erreur de sa part, à en juger par le contenu du message, dans lequel on peut notamment lire que «la rébellion en Syrie dure maintenant depuis plus d’un an». L’email daterait donc vraisemblablement du 31 décembre 2012, lorsqu’elle était en poste.

 

Quoi qu’il en soit, l’actuelle candidate démocrate à l’élection présidentielle américaine y détaille sa stratégie à l’égard de la crise syrienne : «Le programme nucléaire iranien et la guerre civile syrienne peuvent sembler déconnectés, mais ils ne le sont pas. Ce dont les chefs militaires israéliens s’inquiètent – mais dont ils ne peuvent pas parler – est de perdre leur monopole nucléaire».

 

En effet, poursuit-elle, un Iran disposant de l’arme nucléaire permettrait à «d’autres adversaires [d’Israël], comme l’Arabie Saoudite ou l’Égypte, de se mettre aussi au nucléaire».

 

Mais surtout, ce qui préoccupe l’ancienne secrétaire d’Etat, c’est un axe Téhéran-Damas-Hezbollah tourné contre Israël. «Le résultat [d’un Iran disposant de l’arme nucléaire] serait un équilibre nucléaire fragile dans lequel Israël ne pourrait pas répondre aux provocations par des frappes militaires conventionnelles en Syrie ou au Liban, telles qu’elles sont pratiquées aujourd’hui. Si l’Iran devient un Etat doté d’armes nucléaires, Téhéran trouvera bien plus simple d’appeler ses alliés en Syrie et le Hezbollah à frapper Israël, sachant que ses armes nucléaires dissuaderont Israël de lui répondre».

 

Après avoir dressé ce constat, Hillary Clinton conclut en exposant sa solution : «La fin du régime Assad entraînerait la fin de cette alliance dangereuse. Le commandement d’Israël comprend bien pourquoi vaincre Assad est maintenant dans son intérêt (…). Ensuite, Israël et les États-Unis pourraient alors développer une approche commune une fois le programme iranien si dangereux qu’une action militaire devra être garantie».

Hillary Clinton confie dans un email avoir voulu renverser Bachar el-Assad, pour «aider Israël»

Source: RT en français

 

L'Agence Info Livre a également publié un article sur le sujet. Extrait :

 

« La meilleure manière d’aider Israël à gérer la capacité nucléaire grandissante de l’Iran est d’aider le peuple syrien à renverser le régime de Bashar Assad », annonce franchement Hillary Clinton.

Bien que les rapports des services secrets américains aient depuis longtemps abandonné l’idée que le programme nucléaire iranien se met en place aux fins d’obtenir la bombe atomique (cette conclusion est aussi soutenue par l’Agence Internationale de l’Energie Atomique), Clinton continue de manier ces mensonges pour « justifier » la destruction de la Syrie au nom d’Israël.

Elle relie spécifiquement le programme légendaire de la bombe atomique iranienne à la Syrie parce que, dit-elle, le programme de « bombe atomique » menace le « monopole » d’Israël sur les armes nucléaires au Moyen-Orient.

Si l’Iran devait acquérir l’arme nucléaire, assure Clinton, cela permettrait à la Syrie (et à d’autres « adversaires d’Israël » comme l’Arabie Saoudite et l’Égypte) de « se mettre aussi au nucléaire », ce qui menacerait les intérêts d’Israël. Aussi, d’après elle, la Syrie doit être détruite.

 

 

Hillary Clinton confie dans un email avoir voulu renverser Bachar el-Assad, pour «aider Israël»
Repost 0
10 juin 2016 5 10 /06 /juin /2016 10:00

Parole d'un petit patron aux abois :

Il est dans l'intérêt d'un tyran de garder son peuple pauvre pour qu'il soit si occupé à ses tâches quotidiennes qu'il n'ait pas le temps pour la rébellion (Aristote).

Je pense que c'est voulu tout cela, je pense que c'est voulu pour nous museler. Pour moi, tout est calculé, ils veulent nous appauvrir.

La taxe sur la publicité extérieure met les PME/PMI en détresse

Plus de 30 milliards de hausse fiscale sous Sarkozy, au moins 80 milliards depuis que François Hollande est arrivé au pouvoir (1), la France a créé 41 nouvelles taxes depuis 2010, se faisaint ainsi la championne du monde de la créativité fiscale. Jamais aucun système politique n'a à ce point matraqué ses administrés.

 

Voici un reportage de Reinformation.Tv de juin 2016 en Bretagne sud, "TLPE : la taxe locale sur la publicité extérieure met les PME / PMI à genoux".

Les gouvernements qui se succèdent au pouvoir de la France depuis 40 ans ont-ils décidé de mettre à genoux les petites sociétés, les PME, les PMI ? La question est légitime à l’heure où l’on assiste à une avalanche de taxes et d’impôts de toutes sortes. La France compterait paraît-il près de 400 taxes et impôts divers. 41 nouvelles taxes ont été votées depuis 2010, ce qu’explique dans son livre « On va dans le mur », Agnès Verdier-Molinié, la directrice de l’Ifrap, la Fondation pour la recherche sur les administrations et les politiques publiques.

 

La TLPE, une taxe passée inaperçue

 

Votée en France en 2008, la TLPE, taxe locale sur la publicité extérieure, applicable à la discrétion des collectivités locales, a été « pensée » par les politiques pour soi-disant lutter contre la pollution visuelle à l’entrée des villes. En fait, la taxe sur les milliers de pancartes, panneaux ou affiches présentes aux entrées des agglomérations, vient surtout combler l’effondrement des dotations de l’Etat aux communes de France. Elle aurait par exemple permis à la mairie de Quimper de récolter près de 500.000 euros… Taxer les sociétés permet donc de palier en partie à la baisse des dotations, l’argent de l’Etat se faisant de plus en plus rare. Mais il s’agit aussi d’un « cadeau » empoisonné de l’Etat aux mairies, qui entrent souvent en conflit avec les entreprises locales.

 

Des petits patrons en rébellion contre la municipalité et contre la taxe locale sur la publicité extérieure

 

A Pont l’Abbé en Bretagne, le conflit dure depuis des semaines. Depuis le début de l’année en effet, plusieurs dizaines de petites entreprises françaises sont entrées en opposition contre la mairie qui a choisi de leur infliger la TLPE. Récemment, plusieurs petits patrons ont investi le conseil municipal de la commune.

 

Réponse du maire contacté par les petits patrons et de ses collaborateurs sur place (à partir de 7:38) :

 

"Vous avez une chance extraordinaires dans vos entreprises privées, de pouvoir licencier en cas de difficulté." Le petit patron qui rapporte le propos du maire ajoute : "Ce jour-là, j'ai cru qu'il allait se faire lyncher."

 

D’autres actions sont prévues dans les prochaines semaines.

 

Notes

 

(1)  François Hollande a augmenté les impôts de 90 milliards d'euros depuis son élection, Le Figaro, Service infographie du Figaro, Mis à jour le 03/03/2015 à 22:26, Publié le 03/03/2015 à 20:50

Repost 0
28 mai 2016 6 28 /05 /mai /2016 07:23

Oh "un complotiste", etc. ... ! Vite, censurons-le !

Benjamin Harnwell du “Dignitatis Humanae Institute” dénonce le mouvement international de réduction de la population

Reinformation.tv

 

Benjamin Harnwell du “Dignitatis Humanae Institute” dénonce le mouvement international de réduction de la population

 

27 mai 2016 18 h 35 min·

 


Dans un entretien accordé à Breitbart, le fondateur du Dignitatis Humanae Institute, Benjamin Harnwell, a commenté la crise de civilisation actuelle en s’autorisant une analyse dont il a reconnu qu’elle pouvait paraître incroyable. Annonçant qu’il gardait son « entonnoir sur la tête » le temps de cette explication, il a déclaré : « Je crois vraiment qu’il existe un mouvement international, conduit par des organisations telles l’Union européenne et l’ONU, visant à réduire la population globale. J’en suis certain. » Harnwell ne parlait pas comme un fou ; à propos de ce mouvement de réduction de la population, il cherchait simplement à souligner combien cela peut sembler difficile à croire.

Il a poursuivi, à ce propos : « J’ai passé quinze ans dans la politique aussi bien dans la Chambre des communes qu’au Parlement européen, et j’ai étudié ces choses de très près. Cela dépasse le hasard lorsqu’on voit des lois, introduites dans un pays après l’autre, qui sont rédigées de manière presque identique. Il faut bien qu’il y ait une forme de coordination. »


Pour Harnwell, ces initiatives anti-humaines remontent à la révolution sexuelle des années 1960, qui a également fait naître le mouvement environnementaliste moderne et ses obsessions malthusiennes, liées au « changement climatique ». Il y a une ligne droite entre ces concepts, assure Harnwell : « Les gens sont mauvais, la nature est bonne. »

« La conséquence réelle à la fois de la révolution sexuelle avec ses lois, le divorce sans faute, l’avortement et tout cela, et l’avancée vers le changement climatique, est que les gens auront moins d’enfants. Voilà la ligne droite qui unifie ces choses », a-t-il affirmé, ajoutant que le slogan « Les gens sont mauvais, la nature est bonne », est aussi le « credo » des religions païennes auxquelles s’intéresse la gauche, ce qui a donné naissance au mouvement néo-païen. « C’est exactement ce que l’on peut s’attendre à voir surgir, lorsqu’on tolère la déchristianisation de nos sociétés : quelque chose va forcément remplir le vide. »

Benjamin Harnwell a témoigné avec force de son expérience au Parlement européen, et plus précisément de son travail sur les questions provie : la tendance à l’anti-humanisme et au néo-paganisme était tellement forte, dit-il, que son sentiment d’être « au sein d’une guerre spirituelle immédiate contre le diable » n’a jamais été aussi fort.


Benjamin Harnwell – malgré son « entonnoir sur la tête » pour rendre ce témoignage terrifiant – fait partie d’une institution on ne peut plus reconnue et sérieuse. Le Dignitatis Humanae Institute est né quatre ans après la mise à l’écart de Rocco Buttiglione de la Commission européenne en raison de ses convictions catholiques en 2004 ; il vise à défendre la dignité de l’homme en tant qu’elle dérive de sa création « à l’image et à la ressemblance de Dieu » et à assurer « la participation active de la foi chrétienne dans la sphère publique ».

DHI est aujourd’hui présidé par Luca Volontè, la présidence d’honneur revenant au cardinal Renato Raffaele Martino, ancien président de la Commission pontificale Justice et paix.

L’ensemble de l’entretien avec Breitbart mérite d’être entendu (on peut d’ailleurs l’écouter en ligne ici, en anglais).

Harnwell s’y est exprimé sur le vrai fondement philosophique de la dignité humaine, le gauchissement de la politique et des médias, sur le fait que ceux qui sont aujourd’hui dénoncés comme extrémistes de droite ne se sont extrémistes aux yeux de la presse. « Ce que je vois en réalité, c’est une renaissance du centre. C’est parce que depuis la Seconde Guerre mondiale, chaque génération qui passe se décale d’un pas vers la gauche. Ainsi ce que nous le constatons aujourd’hui, ce que l’on appelle l’“ extrême droite” est en réalité au centre, au centre-droit », a-t-il expliqué, ajoutant qu’une personnalité comme Marion Le Pen, aujourd’hui qualifiée d’extrême droite, « n’a pas vraiment d’éléments dans son programme qui seraient traditionnellement associés à l’extrême droite ».


Le décalage entre les élites de gauche et les électeurs plutôt centristes explique selon lui l’intérêt actuel pour la droite, alimenté également par la crise des migrants.

« C’est clair : si on regarde Angela Merkel en Allemagne, il est clair que les leaders politiques ne sont rendent pas compte de la crise existentielle… tout ce qui menace le cadre culturel et historique que l’on est en train de créer par l’apport de millions et de millions de personnes qui partagent une religion radicalement différente du christianisme », a-t-il souligné, ajoutant que l’idéologie à laquelle souscrivent ces élites politiques les rend incapables de comprendre que l’immigration de masse musulmane submergera selon toute probabilité les cultures des pays hôtes, plutôt que de voir les nouveaux arrivants assimilés par la société européenne. (Mais sont-elles vraiment aussi naïves ? N’est-ce pas l’autre versant de la dépopulation occidentale ?)


« Ces personnes, en règle générale, peuvent mollement se dire chrétiennes, mais elles n’ont pas réellement la foi chrétienne, ni protestante ni catholique. Et ainsi, lorsqu’elles regardent d’autres personnes qui elles, sont “religieuses”, elles ont tendance à supposer que celles-ci leur ressemblent en tous points, mais avec une affinité culturelle différente. Elles ne voient pas les musulmans en tant que membres d’une religion qui est de par son origine agressive. Elles regardent des gens qu’en quelque sorte elles projettent elles-mêmes. Telle est la nature de l’idéologie : en se projetant sur d’autres personnes, elles tiennent pour acquis que ces autres personnes sont essentiellement comme elles », a-t-il commenté.

Et de mettre en garde contre la crise existentielle des pays judéo-chrétiens de l’Occident, États-Unis compris, alimentée par une dette nationale qui crève les plafonds et une natalité qui s’est effondrée. « Il n’y a pas un seul pays, un seul Etat membre de l’union européenne, qui affiche un taux de fertilité permettant le remplacement des générations. Cela veut dire que chacun de ces pays, à moins d’être tenu debout par l’immigration, déclinera et s’effondrera. » La seule consolation, a-t-il dit sur un ton provocateur, est que les gouvernements de gauche et laïcistes seront emportés par le désastre. Mais pour être remplacés par quoi ?

 

Anne Dolhein

 

Reinformation.Tv

Repost 0
23 mai 2016 1 23 /05 /mai /2016 22:00

Depuis plusieurs mois, une polémique oppose Manuel Valls à Clémentine Autain, porte-parole du mouvement de gauche radicale Ensemble, à propos de l’islamologue suisse Tariq Ramadan. Actuellement en visite en Israël et dans les territoires palestiniens, le premier ministre est revenu dimanche 22 mai sur le sujet, dénonçant, dans une interview à Radio J, « l’islamo-gauchisme », « ces capitulations, ces ambiguïtés avec les Indigènes de la République, les discussions avec Mme Clémentine Autain et Tariq Ramadan, ambiguïtés entretenues qui forment le terreau de la violence et de la radicalisation ». A la suite de ces propos, la conseillère régionale d’Ile-de-France a menacé, «sans excuse » de la part de M. Valls, de porter plainte . Elle s’explique dans un entretien au Monde. (1) Extrait :

 

"S’il y a bien une « capitulation » intellectuelle à gauche, elle est au gouvernement, et s’il y a bien des « ambiguïtés », elles sont du côté de l’Etat. Ce dernier tient un prétendu « discours de fermeté » et dans le même temps nourrit Daech [l’organisation Etat islamique] dans ses choix de politique internationale. Le premier ministre prétend chercher la voie de la paix dans le conflit israélo-palestinien en affirmant que la reconnaissance d’un Etat palestinien n’est pas automatique. Il soutient Benyamin Nétanyahou [premier ministre israélien] au moment où un ministre pourtant de droite quitte son gouvernement parce qu’un représentant d’extrême droite, raciste patenté, y entre.

Je lui pose la question : qui renforce le wahhabisme saoudien et qatari aujourd’hui ? Qui arme les dictateurs du Moyen-Orient ? Qui verse de l’huile sur le feu en menant une guerre secrète en Libye ? Qui préfère soutenir Erdogan [président turc] que les kurdes laïques ? Ce n’est pas moi. Qui protège les exonérations exorbitantes des capitalistes qataris ? Qui a remis la Légion d’honneur à un prince héritier d’Arabie saoudite ? Recevoir des leçons de morale de responsables politiques qui participent à ces politiques, ça ne m’impressionne pas.

 

... Manuel Valls a perdu son sang-froid et tente une opération qui est assez claire : il veut substituer la question de l’identité à la question sociale. C’est une manière pour lui d’essayer de masquer l’inanité de sa politique par un tour de passe-passe qui consiste à cliver à l’intérieur de la gauche sur cette question. Se rend-il compte, ce faisant, qu’il épouse l’agenda de l’extrême droite ? Polariser le débat autour de la question de l’identité, c’est un piège inouï pour la gauche." (Fin de citation)

 

Clémentine Autain répond bien au Premier ministre. Le seul problème c'est que ce dernier pourra toujours lui répliquer que s'il clive à l'intérieur de la gauche, c'est bien moins grave que de cliver la France entière ! En réduisant le réel à une seule idée, un seul slogan (l'économique ou le "social" marxiste), Clémentine Autain clive non plus la gauche "à l'intérieur" mais la France entière en refusant de prendre en compte le fait identitaire ou culturel. Ce qu'a compris Manuel Valls (dans une tactique purement électoraliste, ne soyons pas naïfs...)

 

Notes

 

(1) Autain : « Valls veut substituer la question de l’identité à la question sociale », Blog Le Monde, 23 mai 2016, par Rouges et Verts

Repost 0
17 mai 2016 2 17 /05 /mai /2016 09:03
Une tranchée française en 1916

Une tranchée française en 1916

Nous avions dit le jour de l'élection de François Hollande qu'on verrait la république absolue dans toutes ses oeuvres de clivage et de division, on ne savait pas que "Moi président" choisirait le jour de la commémoration du centenaire de la bataille de Verdun, le 29 mai, pour diviser la France et les Français.

 

François Hollande ce matin sur Europe 1, a déclaré :

 

"Si le maire voulait - c'est à lui d'en décider - eh bien l'Etat mettrait les moyens pour sécuriser le concert. Et de toute façon, les subventions qui avaient été promise pour ce spectacle ou pour d'autres seraient de toute façon maintenues." [1]

 

Le rappeur controversé "Black M", membre du groupe "Sexion d'Assaut", qui devait se produire le 29 mai, après la cérémonie de commémoration de la bataille de Verdun, avait été déprogrammé vendredi 13 mai par le maire PS de Verdun Samuel Hazard, qui justifia cette annulation par des "risques forts de troubles à l'ordre public."

 

Le risque de trouble à l'ordre public vient de la faute initiale de programmer un personnage qui dans ses chansons insulte la France, les Français, les homosexuels et les Juifs. Elle ne vient pas de ceux qui, en réaction, s'opposent à cette agression.

 

Ce matin, François Hollande prend donc le risque de troubler l'ordre public en faisant le pari de "sécuriser" un concert qui pourrait dégénérer avec de graves affrontements le jour du centenaire de Verdun.

 

Selon Orange Actu, dans un communiqué, la députée FN du Vaucluse Marion Maréchal-le-Pen et le sénateur frontiste des Bouches-du-Rhône Stéphane Ravier avaient les premiers demandé à l'Élysée d'annuler le concert, bien que l'organisateur en soit en réalité la communauté de communes de Verdun :

 

"Il est inconcevable qu'un 'artiste' qui insulte aussi violemment la France participe à un quelconque événement officiel de commémoration de notre histoire nationale", jugent-ils. Marine Le Pen avait elle jugé que les propos de la chanson étaient "extrêmement injurieux à l'égard des Français". Jean-Marie Le Pen avait également réagi sur son compte Twitter : "Hollande veut s'entourer de rappeurs anti-français et salir la mémoire des héros de Verdun. Il faut le stopper net", a-t-il écrit mardi (10 mai Ndlr.).

 

"Je suis très heureux d'avoir contribué, avec beaucoup de citoyens français, à déprogrammer ce concert d'une très grande indécence", a déclaré le vice-président du FN, Florian Philippot en marge d'un colloque du Front national à Paris.

 

Black M "a chanté des horreurs sur la France, a parlé des +youpins+, de cette +conne de France+, des +kouffars+ (incroyants NDLR), etc. Beaucoup de citoyens se sont indignés", a-t-il ajouté.

 

A "gauche", après l'annulation du concert de "Black M", Jack Lang, Rama Yade ou encore Christiane Taubira ont condamné l'annulation du concert. Le ministre de la "Culture" Audrey Azoulay à Cannes samedi 14 mai a dénoncé un "ordre moral nauséabond". On peut simplement dire que ceux qui usent sans cesse de la morale en politique et donnent des leçons de morale à la terre entière à toutes occasions et à tout bout de champ, sont les gauchistes.

 

Ce mardi, dans un entretien publié sur le site internet du Monde, Nicolas Sarkozy est sorti de son silence en jugeant lui aussi qu'"à l'évidence, ce n'était pas une bonne idée" d'inviter le chanteur Black M, "un chanteur qui a insulté la France" et "tenu des propos homophobes et antisémites", après l'annulation de son concert prévu au soir de la cérémonie du centenaire de la bataille de Verdun. "Il y a beaucoup de Français qui ne votent pas FN et qui ont été profondément choqués qu'on invite, à une commémoration nationale, un chanteur qui a insulté la France dans ses textes, et tenu des propos homophobes et antisémites, même s'il s'en est excusé", a déclaré M. Sarkozy. [2]

 

Ce matin également, invité de Jean-Jacques Bourdin sur BFMTV et RMC, Jean-Pierre Raffarin est revenu sur l'annulation du concert de Black M à Verdun :

 

"Je pense que c'est ceux qui ont pris cette initiative au départ, qui l'ont invité, qui ont fait une erreur", a estimé l'ancien Premier ministre, qui prône "la sobriété", "le silence" plutôt que la présence de "quelqu'un de provocant" pour la cérémonie. [3]

 

Auparavant au sein des Républicains, plusieurs responsables avaient plaidé pour l'annulation du concert, telle Nadine Morano ou la députée Valérie Boyer. Nadine Morano sur RMC le 13 mai avait dénoncé "une faute", une décision inadaptée et demandé au maire de Verdun et au gouvernement de renoncer à ce concert.

 

Indépendamment de l'invité, et sans compter qu'une commémoration n'est pas un jour de fête, toute "sécurisation" d'un concert aussi controversé s'assimile à une provocation, une profanation délibérée extrêmement grave venant de la part d'un président qui a la charge de préserver la paix et l'ordre public, une décision irresponsable d'un président sourd qui jette de l'huile sur le feu, dont nul ne peut dire aujourd'hui quelles pourront en être les conséquences et dont l'auteur devra être tenu comme responsable.

 

Add. Le maire de Verdun confirme l'annulation du concert de Black M, Par Lefigaro.frMis à jour le 17/05/2016 à 13:32 Publié le 17/05/2016 à 12:59

 

En dépit de la promesse de François Hollande de "sécuriser le concert", le maire PS de Verdun, Samuel Hazard, a confirmé ce mardi qu'il ne reviendrait pas sur l'annulation du concert de Black M.

 

... [L]e maire de Verdun a décidé de ne pas revenir sur sa décision, comme il l'a confié à un journaliste de l'Est Républicain, à l'issue d'une réunion avec les présidents de la Région Grand Est, Philippe Richert, et du conseil départemental de la Meuse Claude Léonard.

 

 

Notes

 

[1] L'Etat prêt à mettre «les moyens» pour sécuriser un éventuel concert de Black M, Par Lefigaro.fr avec AFPMis à jour le 17/05/2016 à 09:08 Publié le 17/05/2016 à 08:40

[2] Black M/Verdun: pas une bonne idée (Sarkozy), Par Lefigaro.fr avec AFPMis à jour le 17/05/2016 à 09:22 Publié le 17/05/2016 à 09:19

[3] Inviter Black M à Verdun était une "erreur" pour Raffarin, BfmTv, le 17/05/2016

Repost 0
14 mai 2016 6 14 /05 /mai /2016 14:47
Source : Le Figaro, Par Marc de Boni Publié le 13/05/2016 à 17:09 http://www.lefigaro.fr/politique/le-scan/citations/2016/05/13/25002-20160513ARTFIG00247-selon-jean-luc-melenchon-la-revolution-est-au-bout-de-la-rue.php http://www.lefigaro.fr/politique/le-scan/citations/2016/05/13/25002-20160513ARTFIG00247-selon-jean-luc-melenchon-la-revolution-est-au-bout-de-la-rue.php

Source : Le Figaro, Par Marc de Boni Publié le 13/05/2016 à 17:09 http://www.lefigaro.fr/politique/le-scan/citations/2016/05/13/25002-20160513ARTFIG00247-selon-jean-luc-melenchon-la-revolution-est-au-bout-de-la-rue.php http://www.lefigaro.fr/politique/le-scan/citations/2016/05/13/25002-20160513ARTFIG00247-selon-jean-luc-melenchon-la-revolution-est-au-bout-de-la-rue.php

Le fondateur du Parti de gauche juge que la France est dans une situation "surcritique" qui expose le pays à une révolte généralisée. Seul manque l'élément déclencheur d'un "effet papillon".

 

Ce dont Jean-Luc Mélenchon ne se rend pas compte c'est qu'il fait lui-même partie de l'"élite" politique détestée par les révolutionnaires, et qu'en vertu de ses propres principes révolutionnaires, il passera, comme les autres, à la casserole.

 

Rappelons en effet que "la révolution ... est une promesse vague de liberté et de bonheur qui ouvre un espace infini aux spéculations. ... Sitôt formulée, toute définition de la révolution s'expose à la concurrence d'autres définitions qui en approfondiront la nature et en radicaliseront les objectifs. Là réside le moteur de la dynamique révolutionnaire qui, d'outrances en surenchère dans la définition des fins et le choix des moyens, conduit inexorablement, à travers un processus de radicalisation cumulative du discours, à la violence." [1]

 

Depuis des années, ce personnage politique appelle tous les jours à la guerre civile, sans être inquiété par les Pouvoirs publics.

 

Pour bien moins que ça, d'autres sont mis en prison pour un article de blog...

 

L'homme appartient à la secte du grand Orient de France qui dirige la France depuis 1789. Il appelle ouvertement à la révolution, à la subversion et au renversement du gouvernement en place : que font Valls et Cazeneuve ? Où sont-ils ? Ils planchent avec lui dans l'arrière-loge.

 

Il est vrai qu'il est plus facile d'interpeller un Général ou des éditorialistes de sites internet.

 

Rappelons qu'une révolution consiste à tourner sur soi à 360°, on revient au départ, les dégâts en plus, avec violence politique et régression sociale en plus.

 

Une fois la révolution terminée, on s’aperçoit que peu de choses ont changé, sauf les dominants. Une aristocratie en chasse une autre, pas forcément dans l'intérêt du peuple. Le siècle de recul social au XIXe siècle témoigne assez de cela.

 

Dieu nous garde d'une énième révolution... pilotée depuis les arrières-loges !

Notes

 

[1] Patrice Gueniffey, La Politique de la Terreur, Essai sur la violence révolutionnaire, Gallimard, Mesnil-sur-l'Estrée 2003, p. 230.

Repost 0
11 mai 2016 3 11 /05 /mai /2016 07:41

Et après ces gens s'étonnent que plus personne ne vote. Que d'hypocrisies et de mensonges pour en arriver là... On se souvient en effet qu'au mois de février, dans un entretien aux Echos, le "faire avancer le pays par le dialogue social" n'a pas empêché le ministre du Travail et de l'Emploi Myriam El Khomri, dans le même temps, d'annoncer vouloir faire passer sa "réforme du code du travail" en force, en utilisant l'article 49.3 de la constitution (dispositif qui permet l'adoption d'un texte sans vote parlementaire). Pour El Khomri, entre autres, "il n’y a aucun recul des droits des salariés". Travailler jusqu'à 60 heures, la facilitation des licenciements revient à "réduire la précarité du travail et améliorer les droits des salariés", cette "réforme importante" propose "plus de souplesse, plus de flexibilité, et des protections repensées". [1]

 

Manuel Valls a donc engagé hier, comme prévu (et malgré les annonces de "dialogue social"... destinées à tromper le naïf) la responsabilité de son gouvernement pour faire adopter sans vote le projet de loi Travail.

 

Les députés LR et UDI ont aussitôt déposé une motion de censure du gouvernement. [2]

Le loupé dans le "dialogue" social sur la loi El Khomri

Ce que le peuple veut reprocher au gouvernement Valls et à Hollande depuis la bourde initiale de la ministre du Travail et les tentatives pitoyables de rattrapage dans les medias, ce n'est pas tant l'utilisation du 49.3, mais la communicatrion trompeuse et hypocrite sur cette loi. Le peuple ne demande pas au gouvernement de le mener en bateau, il demande qu'il fasse le boulot pour lequel il a été désigné.

 

Manque de professionnalisme, communication désastreuse, le gouvernement socialiste aura déçu tout le monde, y compris à gauche.

Repost 0
25 avril 2016 1 25 /04 /avril /2016 19:42
Boris Le Lay condamné à deux ans de prison ferme pour appel à la résistance à l'islamisation

Le publiciste nationaliste breton a été condamné à deux ans de prison ferme.

Lire aussi : Boris Le Lay : « Nombre de récidivistes, de violeurs ou de braqueurs s’en sortent avec des peines plus légères » Interview exclusive de Boris Le Lay à Breizh Info

 

"Liberté pour la dissidence !", Yann Vallerie, Boulevard Voltaire, 24/04/2016

Repost 0
17 avril 2016 7 17 /04 /avril /2016 08:17

Réveil tardif pour Alain Finkielkraut au sujet de la "république" : "J'ai été expulsé d'une place où doivent régner la démocratie et le pluralisme, donc cette démocratie c'est du bobard, ce pluralisme c'est un mensonge", a-t-il déclaré à propos du mouvement "Nuit debout" largement popularisé par la classe politico-médiatique et qui occupe la Place de la République.

L'expédition aura été de courte durée. Alors qu'il venait d'arriver place de la République à Paris "pour écouter" les revendications des participants au mouvement "Nuit debout", qui dure depuis maintenant plus de deux semaines, Alain Finkielkraut a rapidement été pris à partie

Des vidéos postées sur les réseaux sociaux montrent que le philosophe polémique a notamment été accueilli samedi 16 avril par des manifestants qui lui ont lancé "casse-toi" ou encore "facho". "Saloperies", "fascistes", "pauvre conne" peut on entendre Alain Finkielkraut répondre avant de quitter les lieux (voir les vidéos ci-dessous).

Interrogé par le "Cercle des Volontaires" alors qu'il quittait la place de la République, Alain Finkielkraut a expliqué qu'il ne venait "même pas pour intervenir ou faire valoir [ses] idées" mais seulement pour "écouter". "On a voulu purifier la place de la République de ma présence", a-t-il estimé en présence de sa femme. "Je pense que s'il n'y avait pas eu de service d'ordre, je me faisais lyncher".

 

"J'ai été expulsé d'une place où doivent régner la démocratie et le pluralisme, donc cette démocratie c'est du bobard, ce pluralisme c'est un mensonge", a encore regretté le philosophe (voir la vidéo ci-dessous).

Source: VIDÉOS. Alain Finkielkraut a fait un tour à "Nuit debout" mais ça ne s'est pas bien passé, Rédaction du HuffPost, Publication: 17/04/2016 08h42 CEST Mis à jour

Repost 0
12 avril 2016 2 12 /04 /avril /2016 09:03

Un évènement inattendu comme une vague réminiscence des Français vient perturber la belle unanimité de la classe politico-médiatique à propos des manifestants d'extrême-gauche "Nuit debout".

 

Les manifestants qui depuis onze jours se retrouvaient pour des "nuits debout" afin de contester entre autres le projet de loi travail ont été évacués lundi 11 avril au matin de la place de la République à Paris. L’évacuation par la police de la centaine de personnes encore sur place a commencé vers 5 h 30 et s’est déroulée sans incident. (1) (Le Monde)

 

Tout comme lundi matin, l'occupation de la place de la République a pris fin mardi matin 12 avril après intervention des forces de l'ordre. (2) (Europe 1)

 

Cette subite évacuation ordonnée par la Puissance publique intervient alors que des incidents ont émaillé la "Nuit debout" de Paris dans la nuit de samedi à dimanche, lorsque quelques centaines de personnes ont voulu se rendre au domicile du premier ministre, Manuel Valls, dans l’Est parisien. Huit personnes ont été interpellées et des dégradations ont été déplorées par les autorités, indique Le Monde.

 

"Tant que c’était bon enfant on pouvait tolérer, même si l’occupation ou la privatisation d’une place n’est pas totalement possible. Et puis nous sommes quand même dans une période pour le moins troublée du point de vue des risques de terrorisme. Mais là, depuis quelques jours, la violence s’est invitée (…) donc la difficulté est là. C’est-à-dire que l’on peut discuter, dialoguer (…), mais si ça tourne à la violence, on ne peut pas tolérer", a déclaré le premier secrétaire du Parti socialiste, Jean-Christophe Cambadélis sur France Info lundi.

 

Le maire socialiste de Paris Anne Hidalgo a averti :

 

"S’il est légitime de rêver d’un autre monde, il ne l’est pas de dégrader celui-ci", a déclaré dans un communiqué, lundi 11 avril, Anne Hidalgo à propos au mouvement Nuit debout.

 

Après les échauffourées dans la nuit de samedi et dimanche, et les dégradations de commerces et de mobilier urbain, en marge du mouvement, le maire socialiste du 3e arrondissement, Pierre Aidenbaum avait appelé à revenir "à un Etat de droit sur cette place de la République". François Vauglin (PS), le maire du 11e avait souhaité l’évacuation de la place. Rémi Féraud, maire (PS) du 10e avait estimé que "la place ne peut pas devenir une fête permanente la nuit".

 

Lundi en début de soirée, les CRS ont ainsi non seulement coupé la sono des manifestants mais vidé leur soupe dans le caniveau : les forces de l'ordre avaient en effet reçu pour ordre d'empêcher le ravitaillement des participants. (3) (L'Obs)

 

"La soupe des sans dents"

 

D'autres contempteurs des méthodes policières usent de l'humour pour dénoncer le #MarmiteGate :

 

"Nuit debout": un évènement inattendu vient perturber la belle mise en scène
"Nuit debout": un évènement inattendu vient perturber la belle mise en scène

Plusieurs dizaines de personnes s'amassait en début de soirée, hier 11 avril : "Ils ont voulu nous enterrer, mais ils ont oublié que nous étions des graines et que nous allons repousser!", a lancé à la foule Fanny, de la commission écologie lors d'une Assemblée générale. "Ils veulent nous casser, on veut juste continuer", commente Seven, 28 ans. (MetroNews)

 

Selon Le Point, le mouvement rassemblait hier soir "plusieurs centaines de personnes dans la soirée."

 

"Des centaines de personnes avaient convergé en fin d'après-midi sur la place de la République, où étaient aussi présents de nombreux policiers. ... Mais leur autorisation de se réunir a expiré dimanche soir." (4)

Que nous vaut ce soudain durcissement envers les "Nuit debout" ?

 

 

Anne Hidalgo réaffirme sa ligne initiale : oui aux rassemblements nocturnes, non à l’occupation de la place dans la journée.

 

"De la même manière que rien ne s’oppose à ce que des citoyens débattent une partie de la nuit, indique le communiqué, rien ne doit s’opposer à ce qu’ils libèrent la place une fois qu’ils ont terminé leurs discussions."

 

"nous resterons intransigeants face aux débordements et aux violences qui contredisent les aspirations telles qu’exprimées par l’immense majorité des participants", prévient la maire de Paris. (5) (Le Monde)

 

La nuit, les citoyens peuvent débattre, le jour, non ? Qu'est-ce que cela veut dire ?

 

En fait, un évènement inattendu est intervenu samedi soir 9 avril, des manifestants ont voulu aller prendre l'apéro chez Manuel Valls. Quelle idée ?

 

Samedi soir, dans un autre élan de protestation, des centaines de personnes ont convergé vers le domicile du Premier ministre, qui était alors en visite officielle en Algérie. Leur idée: aller "prendre l'apéro chez Valls !

 

Selon Bfm-Tv, qui rapporte l'information, en route vers le domicile parisien du chef du gouvernement, les manifestants ont été bloqués par les forces de l'ordre qui ont utilisé des gaz lacrymogènes. Puis des projectiles ont été jetés sur le commissariat du XIe arrondissement par un petit groupe. Après la dispersion, une dizaine de vitrines de banques ou d'assureurs ont été brisées à coups de pied ou de barre de fer par des casseurs au visage masqué. A la suite de ces violences, huit personnes ont été interpellées pour "jets de projectiles, port d'arme prohibé, vol par effraction, dégradations et dégradations par incendie" puis placées en garde à vue dans la nuit.

 

Place de la République à Paris, des manifestants prenant part au mouvement "Nuit debout" ont pendu un mannequin à l'effigie du Premier ministre Manuel Valls, le dimanche 10 avril. [E]n haut de la statue qui trône au milieu de la célèbre place parisienne, un mannequin à l'effigie de Manuel a été pendu. Un autre mannequin de Manuel Valls a été pendu sur un lampadaire. (6)

(BFM-TV)

 

Les français pouvaient aller dîner chaque soir avec le Roi et la famille royale, à Versailles comme à Paris. La demeure royale restait ouverte à tout venant. Quelle idée aujourd'hui d'aller prendre l'apéro chez Valls ? Désormais ils sont en "république" !

"Nuit debout": un évènement inattendu vient perturber la belle mise en scène

Notes

 

(1) Nuit debout : évacuation lundi matin de la place de la République, Le Monde.fr avec AFP | 11.04.2016 à 08h10 • Mis à jour le 12.04.2016 à 07h48

(2) "Nuit debout": nouvelle évaucation de la place de la République, Europe1, 06h42, le 12 avril 2016, modifié à 06h57, le 12 avril 2016

(3) La police jette la soupe des Nuit Debout dans le caniveau : c'est le MarmiteGate, L'ObsL'ObsPublié le 12 avril 2016 à 08h31

(4) Nuit debout : après l'évacuation matinale, le mouvement reprend à Paris, Le Point, Publié le 11/04/2016 à 22:14 - Modifié le 12/04/2016 à 10:49 | Le Point.fr

(5) L’avertissement d’Anne Hidalgo à la Nuit debout, LE MONDE | 11.04.2016 à 23h53 • Mis à jour le 12.04.2016 à 06h51

(6) Mannequin pendu et apéro: Valls, la cible privilégiée de "Nuit debout", BfmTv, Mis à jour le 11/04/2016 à 19h06

 

Repost 0
12 avril 2016 2 12 /04 /avril /2016 07:59

Nous écrivions le 4 avril :

 

"Les véritables initiateurs du mouvement des manifestants "Debout", les "Veilleurs debout" ou "Sentinelles" étaient Place Vendôme hier dimanche 3 avril. Ils en ont été chassés pendant que leurs copieurs, les "Nuit debout", manifestants d'extrême gauche sans-frontiéristes pro-immigration, sont libres de manifester debout Place de la République "depuis trois jours maintenant" (BFM-TV).

Deux poids deux mesures.

... Le Figaro rédige chaque jour un article complaisant avec pleines pages de photos vantant les "Nuit debout" "anti-système". Les medias cherchent de toute force à populariser un mouvement de quelques dizaines d'extrémistes communistes mondialistes."

 

Hier, Ivan Rioufol du Figaro reprenait cet argument qu'il appliquait aux médias en général sans nommer le Figaro, et notre expression favorite du "deux poids deux mesures" à dénoncer systématiquement :

 

"Le barnum est soutenu à bout de bras par les médias énamourés", écrit-il. Un "deux poids deux mesures" qui "résume les pratiques détestables de cette gauche qui s’accroche au pouvoir et à ses médias".

"Veilleurs Debout" contre "Nuit debout" : un deux poids deux mesures dans les medias repéré

Source: Quand la gauche naufragée mime sa renaissance, Par Ivan Rioufol le 11 avril 2016 12h31 | 78 Commentaires

Repost 0
7 avril 2016 4 07 /04 /avril /2016 11:46

Panama Papers : l'hypothèse de la manipulation se renforce. Un article publié hier sur le site "Boulevard Voltaire" désigne George Soros "un des commanditaires du coup d’État contre le président ukrainien Ianoukovytch en février 2014", comme l'instigateur du dit scandale des "Panama Papers" :

Panama Papers : Derrière Le Pen et Poutine, la cible de Soros est le pouvoir mondial

"En bref, cette affaire des « Panama Papers » a été initiée par des pirates informatiques dotés de moyens très puissants... La diffusion des informations contenues dans ces documents a été confiée à une organisation basée à Washington et financée, entre autres, par le milliardaire George Soros, qui fut aussi un des commanditaires du coup d’État contre le président ukrainien Ianoukovytch en février 2014. De ces documents, le public n’aura connaissance que des informations relatives à un nombre relativement réduit de décideurs politiques et de personnalités médiatiques de premier plan, au nombre desquels figurent bon nombre d’adversaires de ce qu’il est convenu d’appeler le Nouvel ordre mondial." (1)

 

Un autre article publié hier 6 avril sur l'excellent site Reinformation.tv sur ce sujet apporte des informations plus détaillées :

Panama Papers : Derrière Le Pen et Poutine, la cible de Soros est le pouvoir mondial

"George Soros finance le consortium international des journalistes d’investigation (ICIJ) qui a lancé l’affaire.

 

... [F]ait extraordinaire et peut-être significatif, le lanceur d’alerte des Panama Papers, après avoir volé les fichiers du scandale, les a donnés gracieusement à la Süddeutsche Zeitung, membre de l’ICIJ, et a tenu à rester anonyme. C’est un héros au cube. Pour les mauvais esprits que tant de beautés morales laissent dubitatifs, on notera que l’un des financiers de l’ICIJ, à côté de l’OCCRP, est l’Open Society Foundation, dont le propriétaire est le spéculateur mondial sur les monnaies George Soros.

 

... L’implacable loi du spectacle s’applique : après Poutine, méchant mondial, les médias français sont occupés par la chasse aux Le Pen père et fille, dont les Panama Papers sembleraient établir selon notre confrère le Monde qu’ils ont fraudé le fisc par l’intermédiaire de sociétés off shore. Il faut des people bien saignants pour faire saliver le populo et l’intéresser au feuilleton qu’on lui vend. Cela amuse tout le monde : imaginer Le Pen coincé dans un scandale de Panama, ça vaut un plafond peint par Michel Ange ou Boucher !

 

... Est-il donc étonnant que parmi les cibles des Panama Papers on relève le premier ministre d’un pays, l’Islande, qui s’était opposé frontalement au nouvel ordre mondial après la crise financière de 2008, un chef d’Etat qui passe à raison et à tort pour un adversaire du mondialisme américain, Poutine, et deux chefs populistes français, Marine et Jean-Marie Le Pen ?

 

... Il n’échappe à personne que Soros, qui a fait sa fortune sur la spéculation des monnaies, est un pion sur l’échiquier du nouvel ordre mondial, et qu’en particulier il dépend des Rothschild. Il ne saurait dont s’opposer à leurs intérêts fondamentaux sans disparaître. Pourquoi arrose-t-il une opération qui s’en prend à la haute finance ?

 

... [S]i l’ICIJ mène une opération qui paraît léser les Rothschild, ou même qui les lèse de façon mineure, c’est de bonne guerre. Deuxièmement, la puissance des Rothschild (combien possèdent-ils ? Cela se chiffre en tout cas en milliers de milliards de dollars), les met à l’abri de la chasse menée aujourd’hui par la maçonnerie internationale contre la hausse finance. On se souvient qu’au dix-neuvième siècle on disait qu’ils étaient les véritables rois de France et que leur pouvoir excédait celui de n’importe quel gouvernement, excepté celui de Sa Majesté Britannique, lequel avait alors l’empire du monde. Aujourd’hui, ils ont la main sur la FED après l’avoir eue sur la banque d’Angleterre. Ils maîtrisent donc l’émission de la monnaie de réserve : ils se trouvent en quelque sorte au-dessus de la haute finance. Et même s’ils doivent perdre de l’argent par l’impôt qui suivra un jour la chasse à l’évasion fiscale dont les Panama Papers ne sont pas encore l’hallali, ils garderont l’essentiel. Peut-être même y gagneront-ils, puisque leurs concurrents seront touchés, et que leur avantage concurrenciel croîtra.

 

Il faut se rappeler aussi qu’à leur niveau, comme à celui de la maçonnerie internationale, ce n’est pas l’argent qui compte, mais le pouvoir. Ou plus exactement le fait que l’argent est le moyen déterminant du pouvoir, puisque le sabre ne sert plus beaucoup et que le sacré a été détrôné. C’est la caractéristique principale de notre système politique actuel.

 

Il est significatif que l’une des victimes en soit Jean Marie Le Pen. Celui-ci a toujours été en effet lucide et courageux dans son combat contre le fiscalisme, qui est une plaie multiple, instrument de flicage et de ruine, instrument aussi de progrès du socialisme. Aujourd’hui, sous couleur de combattre les paradis fiscaux, la maçonnerie internationale vise à construire un enfer fiscal mondial, d’où aucune fuite ne sera plus possible, avec une augmentation de la fiscalité globale afin d’assurer une redistribution socialiste des revenus. En présentant Le Pen comme un délinquant (ce qu’il est peut-être, la loi étant ce qu’elle est, la justice le dira), les Panama Papers et ceux qui les exploitent discréditent en même temps toute révolte contre l’inquisition fiscale et le socialisme mondial qui lui est lié. (2)

 

Un petit traitement de ce sujet sur "BFM-TV" est attendu !

Notes

 

(1) « Panama Papers » : l’hypothèse d’une manipulation prend de l’ampleur, Christophe Servan, Boulevard Voltaire, 6 avril 2016

(2) Panama Papers : derrière Le Pen et Poutine, la cible de Soros est le pouvoir mondial, Reinformation.Tv, 6 avril 2016 18 h 05 min·

Repost 0
6 avril 2016 3 06 /04 /avril /2016 11:56

Le 4 juillet 2013, Manuel Valls démentait sur RMC la demande d'asile d'Eward Snowden et la lui refusait en même temps au motif que "les Etats-Unis sont nos amis".

 

 

Un article de SputnikNews du 4 juillet 2013 indiquait pourtant :

 

"la France a reçu, comme beaucoup d'autres pays, par l'intermédiaire de son ambassade à Moscou, une demande d'asile de M. Edward Snowden. Compte tenu des éléments d'analyse juridique et de la situation de l'intéressé, il n'y sera pas donné suite", avait indiqué le ministère dans un communiqué cité par les médias.

La France a rejeté la demande d'asile de l'ex-employé de la CIA Edward Snowden, annoncent jeudi les médias locaux se référant au ministère de l'Intérieur."

 

On peut donc se demander qui ment ? Manuel Valls et François Hollande ou le lanceur d'alerte Edward Snowden ?

 

C'est en effet par un message laconique hier, qu'Edward Snowden a réagi aux propos tenus par François Hollande après les révélations sur les paradis fiscaux.

 

Sans honte, et alors qu'il avait refusé l'asile au lanceur d'alerte en 2013, le chef de l'État a vanté les mérites des lanceurs d'alerte à l'occasion d'un discours à Boulogne-Billancourt, le 4 avril.

 

Le président a ainsi déclaré :

 

"C'est grâce à un lanceur d'alerte que nous avons maintenant ces informations. Ces lanceurs d'alerte font un travail utile pour la communauté internationale, ils prennent des risques, ils doivent être protégés."

 

Une citation reprise par de nombreux médias qui n'a pas échappée à l'ex-employé de la NSA, célèbre pour avoir révélé en 2013 la surveillance massive opérée par les renseignements américains et britanniques sur le reste du monde.

 

"Vraiment ?" a simplement tweeté Edward Snowden, hier 5 avril.

 

Selon l'article du Point publié le 5 avril 2016 qui rapporte ce tweet d'Edward Snowden, celui-ci avait fait une demande d'asile pour venir en France, qui avait été rejetée par les autorités :

 

Alors qu'EELV, le Front national et le Front de gauche avaient estimé qu'il était de la responsabilité de la France de lui accorder l'asile politique, Jean-Christophe Cambadélis, premier secrétaire du Parti socialiste, n'y était pas favorable.

 

Une pétition, signée par près de 170 000 personnes, adressée à François Hollande, avait également été lancée afin d'accueillir le lanceur d'alerte. En vain.

 

Ce message, sous lequel on sent poindre l'ironie, a été partagé plus de 6 000 fois sur le réseau social et a reçu plus de 3 000 likes (j'aime). Les commentaires ont également été nombreux, certains internautes se demandant ce que le président français comptait faire concrètement pour « protéger les lanceurs d'alerte », comme il l'a promis.

 

Aujourd'hui, Edward Snowden est toujours actif en Russie, où il a trouvé refuge depuis 2013. Il est désormais directeur de la fondation Freedom of the Press. Il ne peut quitter le pays sous peine d'être renvoyé aux États-Unis, où il est inculpé d'espionnage et de vol de documents appartenant à l'État.

Panama Papers : Edward Snowden se paye François Hollande, Le Point, Publié le 05/04/2016 à 20:08 - Modifié le 06/04/2016 à 06:26 | Le Point.fr

Panama Papers : Edward Snowden se paye François Hollande, Le Point, Publié le 05/04/2016 à 20:08 - Modifié le 06/04/2016 à 06:26 | Le Point.fr

Repost 0
6 avril 2016 3 06 /04 /avril /2016 10:43
Hollande César en Gaule subitement éclairé: "ce n'est pas en enlevant la nationalité que l'on peut combattre le terrorisme"

Bonjour le "président gardien de la Constitution"... On se demande pourquoi cette volonté de changer la consitution pendant des mois pour finalement relativiser en pointant un "symbole" qui n'avait pas vocation à faire reculer les jihadistes !

 

En marge du conseil des ministres franco-allemand, François Hollande a en effet accordé un entretien au journal Bild dans lequel il revient sur l'abandon du projet d'extension de déchéance de nationalité aux Français coupables de crimes terroristes.

 

"Comment admettre qu’un Français puisse tuer d’autres Français parce qu'ils sont français? Mais ce n’est pas en enlevant la nationalité que l’on peut combattre le terrorisme. C’est en luttant contre les racines mêmes de la radicalisation et de la haine", assure le président de la République, semblant dédramatiser ce qui demeure comme un échec cinglant de sa mandature. (1)

 

Il ressort finalement que la seule motivation du président dans ce projet de changement de la constitution pour y inscrire la déchéance de nationalité pour tous, bi-nationaux comme mono-nationaux (2), n'était qu'un calcul politique, une autre tentative de César en Gaule de diviser les Français pour mieux régner.

Hollande César en Gaule subitement éclairé: "ce n'est pas en enlevant la nationalité que l'on peut combattre le terrorisme"

Notes

 

(1) Hollande et la déchéance: "ce n'est pas en enlevant la nationalité que l'on peut combattre le terrorisme", Le HuffPost | Par Geoffroy Clavel, Publication: 06/04/2016 11h21 CEST Mis à jour: il y a 19 minutes

(2) Une assemblée nationale divisée votait, mardi 9 février au soir, le deuxième article sur le projet de loi constitutionnelle prévoyant d'inscrire dans la Constitution la déchéance de nationalité pour les personnes condamnées pour terrorisme. Cet article controversé a été adopté à 23 h 20 par 162 voix pour, 148 contre et 22 abstentions. Une très large partie de la gauche n’a pas été convaincue du bien-fondé de la mesure. Ainsi, au parti socialiste, 92 députés ont voté contre cet article 2, dix se sont abstenus et 119 ont voté pour : alors qu’il était jusqu’à lors difficile de se rendre compte du rapport de force au sein du groupe majoritaire, le morcellement du PS sur ce sujet était désormais acté. A droite, les élus Les Républicains se sont eux aussi divisés au moment de voter l’article 2 et la déchéance de nationalité, 32 votant pour, 30 contre et 6 s’abstenant.

Source: L’Assemblée nationale vote la déchéance de nationalité, Le Monde.fr | 10.02.2016 à 00h16 • Mis à jour le 10.02.2016 à 13h34 | Par Hélène Bekmezian

Source: L’Assemblée nationale vote la déchéance de nationalité, Le Monde.fr | 10.02.2016 à 00h16 • Mis à jour le 10.02.2016 à 13h34 | Par Hélène Bekmezian

Repost 0
5 avril 2016 2 05 /04 /avril /2016 10:18

En marge du scandale du "Panama Papers" dont les fuites sont calculées au millimètre et qui mettent en cause Vladimir Poutine, une information dont les media du grand courant parlent peu est celle du doublement depuis 2010 du départ des riches qui quitteraient la France à destination de pays anglo-saxons. Un phénomène dont Bercy s'est astreint depuis 2013 à publier un état des lieux annuel. L'information avait été rapportée par Les Echos en 2015.

 

Ces jours-ci l'information est réapparue dans un rapport publié par la société de conseil New Wealth World. Dix mille personnes ayant une fortune égale ou supérieure à un million de dollars auraient quitté l'Hexagone en 2015. La France serait le pays le plus quitté par les millionnaires.

 

Le nombre de millionnaires en France s'est réduit de 3%, passant à 323.000 personnes. Il est à noter que Paris a particulièrement été frappé par ces départs: 7.000 millionnaires ont quitté la capitale française, soit 6% des 126 000 millionnaires qui y résidaient en 2015.

 

Les auteurs du rapport expliquent le départ massif de Français fortunés par la montée des tensions entre chrétiens et musulmans, surtout en zone urbaine. Les spécialistes estiment que cette tendance va s'exacerber. L'absence de perspectives constitue une autre raison qui pousse les millionnaires français à fuir leur pays d'origine. Parmi les destinations préférées des millionnaires parisiens, les auteurs du rapport citent le Royaume-Uni, les Etats-Unis, le Canada, l'Australie et Israël. [1]

 

Selon les Echos dans un article en juin 2015, les candidats au départ choisissent presque tous les mêmes destinations. Les assujettis à l’ISF partent en priorité pour la Suisse, la Belgique, et le Royaume-Uni, trois Etats de choix également pour les redevables de l’impôt sur le revenu, dont les destinations sont toutefois plus éclectiques. Les partants sont aussi plus jeunes que ceux qui restent. Les assujettis à l’ISF ayant choisi de s’exiler ont en moyenne 10 ans de moins que ceux qui restent (57 ans), tandis que 70 % des redevables de l’impôt sur le revenu ayant quitté le pays ont moins de 40 ans.

 

[L]es chiffres montrent une nette augmentation des départs de riches contribuables, ceux dont le revenu fiscal de référence excède 300.000 euros. « Il s’agit d’une population de jeunes actifs, note un expert. Ils ne paient pas forcément l’ISF car il peut s’agir de chefs d’entreprise exonérés sur leurs biens professionnels. »

 

Depuis 2010, leur nombre a plus que doublé : ils ont été 450 à quitter le pays en 2012 (dernières données disponibles), contre 251 l’année précédente. 60 % d’entre eux ont moins de 50 ans, et leur revenu fiscal de référence moyen a doublé, à 1,2 million d’euros. [2]

 

La méthodologie du cabinet d'analyse critiquée par Le Monde

 

Le Monde rapporte aujourd'hui l'information du "rapport du cabinet d'analyse sud-africain New World Wealth" des dix mille riches qui auraient quitté la France en 2015 : la France arrive en première position des pays étudiés qui ont "perdu" le plus de ces millionnaires, soit dix mille départs sur 323 000 personnes, à destination notamment du Royaume-Uni, des Etats-Unis, du Canada, de l'Australie ou d'Israël.

 

Contacté par le journal, Andrew Amoils, directeur des recherches chez New World Wealth, aurait "refusé" de lui donner des précisions sur sa méthodologie. La notice méthodologique du rapport donnerait les sources suivantes :

 

Des statistiques sur les visas d’investisseurs et les achats et ventes de propriétés par pays.

Des entretiens avec environ huit cents millionnaires et des « intermédiaires » (experts en migration, gestionnaires de fortunes, etc.).

Des recherches sur les mouvements de millionnaires dans les médias.

 

Insuffisant conclut Le Monde pour évaluer la fiabilité des chiffres donnés dans l’enquête, ainsi que pour savoir dans quelle mesure l’apparition de "tensions religieuses" est apparue pour justifier des départs.

 

Un autre élément relativise l’ampleur de la vague de départs en elle-même : selon New World Wealth, il y a eu onze mille départs de millionnaires pour mille arrivées environ. Soit environ 3 % des personnes fortunées qui auraient quitté le pays pour s’installer à l’étranger. Mais c’est, au final, une proportion similaire à celle des Français (toutes catégories confondues) qui s’installent à l’étranger chaque année (3 % par an environ depuis une vingtaine d’années). [3]

 

A défaut d’avoir des données fiables, explique Les Echos en juin 2015, plusieurs indicateurs permettent de cerner l’ampleur du mouvement, mais ceux-ci peuvent être trompeurs.

 

Un "rapport des députés Yann Galut (PS) et Luc Chatel (UMP), paru fin 2014" montre un phénomène de rattrapage, la France n’étant historiquement pas une terre d’expatriation.

 

Le registre des Français de l’étranger montre ainsi une forte augmentation des inscriptions sur dix ans – celles-ci ont crû de 35 % à plus de 2 millions de personnes.

 

Sous la pression des élus, Bercy s’est astreint depuis 2013 à publier un état des lieux annuel sur le sujet, via les quelques indicateurs dont dispose le fisc. Le plus emblématique est celui des départs d’assujettis à l’ISF, même s’il porte sur un échantillon très limité. Ces chiffres font état d’une augmentation régulière, malgré des variations ponctuelles souvent correlées à des mesures précises. Les départs augmentent ainsi très fortement à partir de 2002 et se stabilisent à partir de 2007, année de la mise en place du bouclier fiscal (explicitement identifié comme un motif de stabilisation des départs par l’administration fiscale). Le nombre de départs reflue ensuite à partir de 2011, mais pour des raisons essentiellement statistiques liées au relèvement du seuil d’imposition de l’ISF, écartant de nombreux contribuables.
 

Les départs de contribuables imposés sur le revenu sont plus significatifs car ils portent sur une population plus importante. Ces derniers ont commencé à augmenter à partir des plans de rigueur de 2010-2011, année où ils ont crû de 60 % avant de se stabiliser. Surtout, les chiffres montrent une nette augmentation des départs de riches contribuables, ceux dont le revenu fiscal de référence excède 300.000 euros. « Il s’agit d’une population de jeunes actifs, note un expert. Ils ne paient pas forcément l’ISF car il peut s’agir de chefs d’entreprise exonérés sur leurs biens professionnels. »

 

Depuis 2010, leur nombre a plus que doublé : ils ont été 450 à quitter le pays en 2012 (dernières données disponibles), contre 251 l’année précédente. 60 % d’entre eux ont moins de 50 ans, et leur revenu fiscal de référence moyen a doublé, à 1,2 million d’euros.

Les riches quittent la France

Sources:

 

[1] Les riches quittent massivement la France, SputnikNews, 18:37 01.04.2016(mis à jour 22:33 01.04.2016)

[2] Impôts : quand les riches contribuables quittent la France, Elsa Conesa / Correspondante à New-York | Le 25/06/2015 à 09:14, mis à jour le 29/06 à 15:13

[3] Les millionnaires quittent-ils vraiment la France à cause des « tensions religieuses » ?, LE MONDE | 04.04.2016 à 17h12 • Mis à jour le 04.04.2016 à 17h48 | Par Adrien Sénécat

Repost 0
2 avril 2016 6 02 /04 /avril /2016 11:13
"Nuit debout" & "Convergence des luttes" : l'Etat capitaliste a de beaux jours devant lui !

Nous constatons ces derniers jours une curieuse complaisance des media pour les manifestants contre la loi travail El Khomri, le ministre qui ne sait pas ce qu'est un CDD. Le Figaro a en effet produit trois articles en trois jours sur les "nouveaux indignés français". Le dernier, celui du 2 avril contient de nombreuses photos des manifestants. On n'a pas souvenir que le même journal ait aussi bien couvert les manifs des Veilleurs debout (voir ici, ici, et ) et des défenseurs du mariage naturel et du Printemps français, si ce n'est pour les couvrir d'avanies.

"Nuit debout" & "Convergence des luttes" : l'Etat capitaliste a de beaux jours devant lui !

Le Figaro relaie "Nuit Debout" mais se taisait lorsqu'en juin et juillet 2013 les Veilleurs debout passaient des journées debout Place vendôme devant le Ministère de la Justice.

"Nuit debout" & "Convergence des luttes" : l'Etat capitaliste a de beaux jours devant lui !

L'article d'aujourd'hui plus que complaisant titre : "Loi Travail : les nouveaux «indignés» français restent mobilisés". [3]

"Nuit debout" & "Convergence des luttes" : l'Etat capitaliste a de beaux jours devant lui !
Source photo: Les Veilleurs debout - Officiel 30 juin 2013 https://www.facebook.com/446298395468799/photos/a.446305382134767.1073741828.446298395468799/448892821876023/?type=1&theater

Source photo: Les Veilleurs debout - Officiel 30 juin 2013 https://www.facebook.com/446298395468799/photos/a.446305382134767.1073741828.446298395468799/448892821876023/?type=1&theater

    Source photo:     http://www.ndf.fr/nos-breves/09-07-2013/la-photo-du-jour-des-veilleurs-debout-contre-la-loi-taubira-devant-le-grand-orient-lundi-8-juillet

Source photo: http://www.ndf.fr/nos-breves/09-07-2013/la-photo-du-jour-des-veilleurs-debout-contre-la-loi-taubira-devant-le-grand-orient-lundi-8-juillet

Cette photo des Veilleurs debout contre la loi Taubira devant le Grand Orient lundi 8 juillet 2013 Rue Cadet à Paris n'a pas été rapportée par Le Figaro.

 

On se demande si ces médias aujourd'hui seraient aussi enthousiastes si la soit-disant "convergence des luttes" mises en avant par les manifestants d'extrême-gauche portait la demande de moins d'ouverture des frontières ? Pas sûr.

 

Il est en effet un point frappant qui ne sera jamais mentionné, c'est la contradiction des manifestants "Nuit debout", qui exigent la défense des réfugiés et des migrants, autrement dit plus d'ouverture des frontières, ce qui est une exigence fondamentale du capital. Exemple : Angela Merkel a justifié sa politique d'ouverture des frontières aux migrants sur la base des principes économiques du libéralisme économique et de la liberté de circulation.

 

Avec des opposants de ce genre, l'Etat capitaliste a de beaux jours devant lui !

Notes

 

[1] Loi travail: une forte mobilisation émaillée de violences, Le Figaro, Par 3 auteursMis à jour le 01/04/2016 à 11:14 Publié le 31/03/2016 à 19:52

[2] Loi Travail : «Après avoir défilé, désormais on ne rentre plus chez nous», Le Figaro, Par Mélanie Faure Publié le 01/04/2016 à 19:03

[3] Loi Travail : les nouveaux «indignés» français restent mobilisés, Par lefigaro.fr , AFP agence Mis à jour le 02/04/2016 à 17:14 Publié le 02/04/2016 à 10:08

Repost 0
28 mars 2016 1 28 /03 /mars /2016 15:15

Le monde entier est en train de s'étonner de l'attitude de Paris suite aux attentats de Lahore (Pakistan) qui ont visé les chrétiens et fait 72 morts. La Mairie de Paris refuse en effet d'illuminer la Tour Eiffel pour le Pakistan comme elle l'a fait pour la Belgique avec un argument qui exclut au lieu de rassembler. Une décision qui choque nombre d'internautes.

La Mairie de Paris refuse d'illuminer la Tour Eiffel pour le Pakistan comme pour la Belgique

Le monde entier se demande pourquoi la Tour Eiffel et d'autres monuments ne s'allument pas aux couleurs du Pakistan après l'attentat de Lahore. [1]

 

Deux poids deux mesures, la Mairie de Paris n'est pas Charlie avec le Pakistan. Contactée par Europe 1, elle a annoncé aujourd'hui refuser d'illuminer la Tour Eiffel suite aux attentats de Lahore, comme elle l'avait fait mardi 22 mars pour la Belgique. Motif: la Mairie de Paris n'aurait les mêmes relations avec la Belgique qu'avec le Pakistan !

 

Une décision qui choque nombre d'internautes

 

« "Il y a des attentats régulièrement dans le monde et nous rendons hommage aux victimes de différentes manières", explique-t-on. "Les attentats de Bruxelles ont une portée très particulière car nous avons un lien exceptionnel avec Bruxelles". » [2] ... Avec les autres non !

 

Comment doit-on prendre cette fermeture aux autres ? Est-ce un racisme anti-pakistanais et anti-chrétien de la part de la Mairie de Paris ? Curieuses lumières à géométries variables, la réputation de la Ville Lumière tournée sur l'universel en prend un coup.

 

Sources

 

[1] Malgré les espoirs des Pakistanais, la Tour Eiffel ne s'allumera pas pour Lahore..., MetroNews, Mis à jour : 28-03-2016 16:04 - Créé : 28-03-2016 14:19

[2] La tour Eiffel aux couleurs du Pakistan ? C'est non et voici pourquoi, Europe1, 13h01, le 28 mars 2016, modifié à 13h16, le 28 mars 2016

 

 

Repost 0
17 mars 2016 4 17 /03 /mars /2016 15:07

Les mêmes nous disaient il y a quelques années : "Le communisme a échoué ? C'est parce qu'il n'y avait pas assez de communisme" !

 

Echec de l'intégration ("société d'apartheid" sic Valls), échec de la mixité, échec du "vivre ensemble", échec de la politique migratoire, échec culturel, échec sur toute la ligne, les immigrationnistes, mondialistes et internationalistes sansfrontiéristes de tous poils, qui, disons-le franchement, sont les vrais responsables de la situation depuis ces quarante dernières années se sabordent littéralement en proposant "le développement des écoles privées musulmanes" (Le Figaro), tout en rejetant leur responsabilité sur leurs opposants.

Attentats : quand les immigrationnistes rejettent leur responsabilité sur leurs opposants

Consécutivement à la terrible série d’attentats de l’année 2015, un groupe de travail s’est formé au Parti socialiste pour plancher sur la « cohésion républicaine ». Première incohérence : quel rapport entre des attentats terroristes islamistes et la « cohésion républicaine » ? Nous nageons une fois de plus dans les eaux troubles de la confusion mentale propre à la pensée politique des quarante dernières années. Pour répondre au mal qui a engendré la présence terroriste sur notre sol, c’est-à-dire l’immigration de masse, corollaire de l’islamisation progressive de pans entiers du territoire, les socialistes entendent accélérer le processus de défrancisation de la République. Criminel.

 

… Comment, alors, s’étonner que ces gens puissent vouloir encourager le développement des établissements scolaires musulmans, bafouant la laïcité pour se soumettre à la logique communautaire des sociétés multiculturelles ? Ils ont voulu la société multiculturelle, et celle-ci ne cadre pas avec un vrai système politique républicain. Le Parti socialiste, et avec lui les partis dits de « droite », ont détruit la « cohésion républicaine » qu’ils appellent aujourd’hui de leurs vœux. Nous ne faisons que constater que leur utopie est devenue notre cauchemar. Pourtant, ils osent nous rendre responsables de leurs torts.

 

Gabriel Robin, Les socialistes souhaitent encore accentuer la défrancisation de la République, Boulevard Voltaire, 16 mars 2016

 

Repost 0
17 mars 2016 4 17 /03 /mars /2016 12:28

La laïcité "républicaine" débouche sur la négation de notre histoire, le renversement de la culture elle-même.

Du multiculturel à l'a-culturel

Cela devient une interrogation récurrente, qu'on finit par se poser à chaque fête traditionnelle, singulièrement d'origine religieuse : mais quelle mouche a donc piqué les autoproclamés défenseurs de la laïcité ?

Un blogueur de gauche ironise sur la chasse aux oeufs de Pâques organisée par des jeunes MR, pour qui la laïcité serait donc optionnelle selon lui. Des associations antiracistes hurlent au meurtre à chaque fois que paraît Zwarte Piet, un peu trop noir au goût de ces messieurs. Nos marchés de Noël rebaptisés en douce "Plaisir d'hiver", les congés scolaires soudainement devenus de printemps, d'hiver et d'automne plutôt que de Toussaint, de Noël ou de Pâques... à se demander si on finira par renommer les jours de la semaine ou les planètes A,B,C,D... en raison de leur référence aux dieux du panthéon romain ! Et ne parlons même pas de la notation francophone des notes de musique Do-Ré-Mi, issue d'un poème à St Jean-Baptiste, quelle intolérance pour les solfégiens musulmans et juifs !

Bien sûr, tous ces exemples se disputent la palme du ridicule, et ils ne mériteraient guère plus qu'un haussement d'épaules si l'on n'en voyait pas apparaître de plus en plus chaque année. Après tout, ces gens mal lunés ne seront probablement contents que le jour où des pères Fouettard multicolores et androgynes distribueront aux enfants des petits coeurs de la paix en sucre et Saint-Nicolas aura jeté aux orties croix, crosse et mitre. Il sera épargné de justesse à Nicolas de devenir "Nicole" une année sur deux, concédant que "les esprits ne sont pas encore prêts". Et quand nos traditions auront de la sorte perdu toute saveur et tout intérêt, elles mourront à petit feu au fil des années, jusqu'à voir Nicolas désormais devenu dépressif et héroïnomane, réduit à taper le carton avec la cloche de printemps et le père d'hiver en période de soldes devant "l'univers du matelas". Triste fin pour les héros de notre enfance que d'être réduits à un amusant petit rappel culturel dont les services de relations publiques de la grande distribution ont le secret !

Le malheur veut que ces sottises prolifèrent un peu plus chaque année, revenant à chaque fête religieuse comme la vermine de mars ou le gel de décembre. C'est ainsi que nous voyons notre société devenir chaque année un peu plus fade, un peu plus politiquement correcte, un peu plus non pas " multiculturelle", mais "a-culturelle", sans plus la moindre expression d'une culture commune ou de traditions qui nous rassemblent.

 

Ce qui est étonnant de constater pourtant, c'est la motivation donnée à ces fadaises. Les dénominations traditionnelles seraient en effet "non neutres". C'est d'autant plus étonnant que leur agressivité semble se concentrer particulièrement sur les traditions catholiques. A croire que laïcité est le nom que d'aucuns donnent à leur anticléricalisme.

Etonnant aussi cette manie d'invoquer la neutralité au bénéfice d'un agenda idéologique nihiliste qui n'a en fait rien de neutre. Nous en avons d'ailleurs un autre exemple frappant sous les yeux au sujet des fameux cours de "citoyenneté", qui ne sont pas grand-chose d'autre que la généralisation du cours de morale - par ailleurs l'expression d'un "culte" reconnu et subsidié et tout à fait honorable, mais qui a maintes fois démontré que son rabisme n'a pas grand-chose à envier à celui de l'Inquisition de la grande époque. Se parant des somptueux habits de la neutralité, la laïcité "reconnue" n'hésite pas à étaler ses prétentions d'universalisme... un autre point commun avec les religions tiens ! Disons-le franchement, si telle est l'intention de nos gouvernants quand on parle d'inscrire la laïcité dans la constitution, qu'il me soit permis non seulement de n'y voir aucun intérêt, mais de nourrir même les pires appréhensions à ce sujet. Nous avons besoin d'une laïcité qui permette à chacun d'exprimer dans le respect des uns des autres, pas d'un laïcisme nihiliste qui se permet d'intimer le silence aux autres au prétexte de sa propre "neutralité" qui n'en est pas une.

 

Source: Le Vif; Belgicatho

Repost 0
16 mars 2016 3 16 /03 /mars /2016 11:29

Lors de son procès contre l'État qu'il accuse de vouloir le "tuer" par isolement carcéral qu'il qualifie de "torture" et sur ses conditions de détention, Anders Breivik a déclaré qu'il "luttera pour le national-socialisme "jusqu'à (sa) mort". "Je lutte pour le national-socialisme depuis 25 ans et je vais lutter pour lui jusqu'à ma mort", a déclaré l'extrémiste de 37 ans. [1] [2]

Breivik luttera pour le national-socialisme "jusqu'à (sa) mort"

La presse qui rapporte largement le propos de Breivik ce matin omet de préciser l'appartenance maçonnique du personnage qui a tué 77 personnes en Norvège en 2011. La franc-maçonnerie version "Grande Loge" est en effet présente massivement dans ces milieux dits d'"extrême droite".

 

Andres Behring Breivik était membre de la loge "Saint-Olaf aux Trois Colonnes" de la Grande Loge de Norvège à Oslo. Un communiqué  de presse du "Grand Maître" Ivar Skaar de l'Ordre norvégien des francs-maçons, en juillet 2011, confirmait que le tueur avait été immédiatement radié. Extrait :

 

24 juillet 2011 : encore détenteur jusqu’alors du titre de maître franc-maçonde la loge chrétienne et templière de rite Suédois « saint Jean Saint-Olaf aux trois colonnes », il est désormais radié de sa confrérie par Ivar A. Skar, grand maître de l’Ordre norvégien des francs-maçons qui, mis au courant des événements, assortit son évictionpublique de la déclaration suivante :

 

« L’exclusion reflète le fait que les actes qu’il est accusé d’avoir commis, ainsi que les valeurs qui semblent les avoir motivés, sont totalement incompatibles avec ce que nous défendons en tant qu’Ordre. Nous construisons notre activité sur les valeurs chrétiennes et humanistes et nous voulons que nos membres contribuent à la promotion de la charité, de la paix et de la bonté parmi les gens »

 

— Ivar A. Skar, grand maître de l’obédience maçonnique de l’Ordre norvégien des francs-maçons [3]

 

Le Monde révèle l'appartenance maçonnique du personnage en publiant une photo d'Anders Behring Breivik en habit de franc-maçon (photo du milieu) (Le Monde, 27 juillet 2014)

Le Monde révèle l'appartenance maçonnique du personnage en publiant une photo d'Anders Behring Breivik en habit de franc-maçon (photo du milieu) (Le Monde, 27 juillet 2014)

On apprenait dans un article du Monde publé dans l'édition du 27 juillet 2011, qu'Anders Breivik est un fervent admirateur de l'Etat d'Israël qu'il considère comme "poste avancé de l'Occident dans la lutte contre le djihad."

 

"Il fait sienne la théorie complotiste d'Eurabia, très en vogue dans ces milieux et qui trouve un certain écho en France du côté de Riposte laïque. Portée par la Britannique Bat Ye'or, cette théorie affirme qu'il y a une entente secrète entre les Etats européens et des pays arabes visant à soumettre l'Europe dans une nouvelle entité appelée Eurabie.

Croix-de-St-Georges---Red_St_George-s_Cross.png

Toujours dans cette mouvance, Anders Behring Breivik évoque élogieusement l'English Defence League (EDL). Formée en 2009, l'EDL a organisé plusieurs manifestations contre l'islam radical. Des slogans antimusulmans sont régulièrement scandés lors de ses rassemblements. Elle a adopté comme blason une croix rouge sur fond blanc rappelant à la fois la croix de saint George – symbole de l'Angleterre, très prisé de l'extrême droite locale – et l'ordre des Templiers. L'EDL présente la particularité d'être très liée au mouvement hooligan." [4]

 

Breivik luttera pour le national-socialisme "jusqu'à (sa) mort"

Un article de "France catholique du 24 juillet 2011 nous en apprenait un peu plus :

 

"Parmi les trois photos, semble-t-il issues du compte Facebook du « présumé » assassin, il y avait une photo d’identité, une photo avec un fusil sophistiqué et une autre... en tenue de franc-maçon avec le tablier, et tout le reste... Mais là-dessus aucun commentaire. Soit que les journalistes aient estimé qu’il s’agissait de la tenue ordinaire du « fondamentaliste chrétien » ?" [5]

 

"Cette appartenance d’Anders Behring Breivik à la franc-maçonnerie est systématiquement passée sous silence par la grande presse. Pourtant, selon les détails de son costume (voir photo), Anders Behring Breivik pourrait avoir le grade significative de “Passé Vénérable Maître”. Si ce grade se révèlait vrai, le tueur fréquenterait alors cette loge maçonnique depuis au moins une dizaine d’années," indiquait le site d'information identitaire Novopress.info 28 juillet 2011. [6]

 

Un article de l'Express de 2011 qui titre "Anders Behring Breivik est-il fou?" ne mentionne pas l'appartenance maçonnique de Breivik mais indique que celui-ci a été soumis à une "expertise psychiatrique". En commentaire, on trouve néanmoins l'information selon laquelle Breivik serait "passé du grade d'apprenti en 2008 à celui de vénérable Maître en chaire de sa loge en 2011. Autrement dit il présidait sa loge." [7]

 

Le 24 août 2012, Breivik fut jugé responsable de ses actes et condamné à la peine indéterminée, soit 21 ans de prison prolongeable, la peine maximale en Norvège. [8]

 

Breivik conclut le procès avec une provocation en présentant "ses excuses aux militants nationalistes pour ne pas avoir exécuté davantage de personnes." [9]

 

Notes

 

[1] Nazisme: Breivik luttera «jusqu'à sa mort», Par Lefigaro.fr avec AFPMis à jour le 16/03/2016 à 12:21 Publié le 16/03/2016 à 11:39

[2] Breivik luttera pour le national-socialisme "jusqu'à (sa) mort", BFM-TV, 16/03/2016 à 10h07

[3] "Gadlu.info, Actualités maçonniques"

[4] L'inspiration des extrémistes post-11-Septembre, LE MONDE | 26.07.2011 à 12h36 • Mis à jour le 26.07.2011 à 18h55 | Par Abel Mestre et Caroline Monnot

[5] L'attentat d'Oslo, France catholique, 24 juillet 2011

[6] Le tueur norvégien exclu de sa loge maçonnique, Novopress.info, 28 juillet 2011

[7] Anders Behring Breivik est-il fou?, Par LEXPRESS.fr avec AFP , publié le 01/08/2011 à 14:15 , mis à jour le 02/08/2011 à 16:40

[8] Breivik, condamné à la peine maximale, ne souffre pas de "psychose", Le Monde.fr avec AFP et Reuters | 24.08.2012 à 10h15 • Mis à jour le 24.08.2012 à 19h00

[9] Norvège : Breivik condamné à 21 ans de prison, Libération, 24 août 2012 à 10:13 (mis à jour à 17:57)

Repost 0