Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
31 janvier 2011 1 31 /01 /janvier /2011 10:40

Israël a fait parvenir un message confidentiel aux Etats-Unis et à des pays européens leur demandant de soutenir la stabilité du régime du président égyptien.

Dans ce message, les responsables israéliens cherchent à convaincre ses alliés qu'il est de «l'intérêt de l'occident» et de «l'ensemble du Moyen-Orient de maintenir la stabilité du régime en Egypte», a indiqué lundi le quotidien "Haaretz".

«Il faut en conséquence freiner les critiques publiques à l'encontre du président Hosni Moubarak», a souligné ce message envoyé à la fin de la semaine, selon le journal. La radio militaire, qui a repris cette information, a estimé que cette initiative constitue une critique à l'encontre des Etats-Unis et des pays européens qui ont pris leurs distances avec le régime du président Moubarak. (1)

 «Haaretz», citant des responsables officiels israéliens, a également indiqué que le ministère des Affaires étrangères avait émis des directives destinées à une dizaine d'ambassades «clé» aux Etats-Unis, au Canada, en Chine en Russie et dans plusieurs pays européens.

Ces directives demandent aux ambassadeurs de souligner auprès de leurs interlocuteurs «l'importance de la stabilité de l'Egypte» et de faire passer ce message le plus rapidement possible.

 

Dans ces conditions, il est bien évident que les multiples annonces du système dans les media français occupés, selon lesquelles l'Europe appellerait à "cesser les violences", les Etats-Unis, le régime de Moubarak à tenir compte des attentes du peuple égyptien (alors qu'en réalité Israël craint une destabilisation de la Pax judaïca dans les pays arabes qui aboutirait à une menace réelle pour l'Etat criminel d'Israël), sont de purs mensonges relevant du double discours. Ces provocations devront être identifiées, leurs auteurs recherchés, poursuivis et traduits en justice devant les tribunaux du peuple... Qui dit Révolution, dit en suivant, Libération et épuration... Chacun son tour j'ai envie de dire.

 

L'Egypte fut le premier pays arabe à signer la paix avec Israël conclue en 1979. L' accord de paix fut signé en échange du retrait (réalisé en 1982), de tous les territoires égyptiens conquis par l'armée israélienne durant la guerre de juin 1967.

 

Le double discours et l'hypocrisie doivent être systématiquement dénoncés comme techniques néo-mondialistes, de manipulation et de domination des peuples du monde. Le peuple Français lui-même devra se souvenir de ces agissements des néo-zélotes lorsque il s'insurgera pour recouvrir sa Liberté. Les néo-zélotes sont effectivement passés maîtres dans l'art de la tromperie afin de faire accepter leurs vues par les peuples eux-mêmes, persuadés d'agir dans leurs propres intérêts. Faire aimer sa propre servitude, voilà en quoi consiste leur tromperie. Une technique satanique s'il en est...

 

S'agissant des Egyptiens, espérons qu'ils ne tombent pas eux-mêmes dans le piège tendu par l'hypocrite El Baradei, parachuté soudainement en Egypte par les forces nouvel ordre mondialistes et présenté dans les media occupés comme l'opposant à Moubarak... Rappelons que, comme son ami Obama, El Baradei a reçu en 2005... le prix nobel de la Paix avec l'Agence Internationale de l'Energie Atomique (A.I.E.A.), dont il était le directeur de 1997 à 2009... (2)

 

Sources:   

 

(1) http://www.20min.ch/ro/news/dossier/tunisie/story/Isra-l-soutient-Moubarak-28569495

(2) http://fr.wikipedia.org/wiki/Mohamed_El_Baradei

 

-----------------------------------------------------------------

- Tunisie : Dominique Strauss-Kahn et son "ami" Ben Ali

- Egypte: l'UE appelle à cesser les violences (Herman Van Rompuy)

Repost 0
22 janvier 2011 6 22 /01 /janvier /2011 23:59

Cinquante ans après la mort du plus grand écrivain français du XXe siècle, Louis Ferdinand Céline, le ministre de la Culture Frédéric Mitterrand donne raison au juif Serge Klarsfeld, en retirant l'auteur controversé des «célébrations nationales»... L'universitaire Henri Godard, l'un de nos plus éminents célinologues, et dont il a notamment édité les oeuvres en Pléiade, parle d'"une forme de censure".

 

Au nom de l'Association des fils et des filles de déportés juifs de France, Serge Klarsfeld a obtenu rapidement gain de cause. Il y a quarante-huit heures, il demandait le retrait du nom de Louis-Ferdinand Céline, mort il y a cinquante ans, du recueil «Célébrations nationales 2011», recueil de personnalités nationales célébrées en 2011.

La raison invoquée était simple : «l'antisémitisme virulent» de l'écrivain, auteur de pamphlets ignobles. «Son talent ne doit pas faire oublier l'homme qui lançait des appels au meurtre des Juifs sous l'Occupation. Que la République le célèbre, c'est indigne», expliquait Serge Klarsfeld. Une vive polémique s'est ensuivie.

M. Klarsfeld avait assuré qu'il ferait appel à Nicolas Sarkozy pour s'assurer que Céline ne figure pas dans la liste des personnes honorées.

Vendredi soir, il a été entendu : le ministre de la Culture, Frédéric Mitterrand, a affirmé : «Après mûre réflexion, et non sous le coup de l'émotion, j'ai décidé de ne pas faire figurer Céline dans les célébrations nationales.» Il a ajouté que ce retrait n'était pas un désaveu du haut comité chargé de sélectionner les 500 personnalités et événements à célébrer cette année. Serge Klarsfeld s'est dit heureux de la nouvelle.

 

De son côté, Henri Godard, professeur émérite à la Sorbonne, grand spécialiste de Céline, et auteur de la notice contestée, s'est indigné : «C'est une forme de censure.» Présent au moment où le ministre de la Culture annonçait la nouvelle, Henri Godard lance : «Je tombe des nues, personne ne m'a contacté». «Je me sens piégé, j'ai appris le retrait en même temps que tous les journalistes. Pourtant, j'avais bien souligné dans la notice que l'on ne pouvait pas distinguer les deux Céline : le grand écrivain et l'antisémite», a-t-il ajouté. 

 

Pour Frédéric Vitoux, de l'Académie française et biographe de Céline, «retirer le nom d'un catalogue, c'est aussi vain que Staline faisant effacer les photos des dirigeants communistes qu'il n'aimait pas. Ça n'empêchera pas que Céline a écrit des horreurs et qu'il est l'un des plus grands écrivains français. Nier que Céline est traduit dans le monde entier et même en hébreu, c'est ridicule. Faut-il retirer la traduction en hébreu de Voyage au bout de la nuit ?» Et d'enfoncer le clou : «Je serais Serge Klarsfeld, je voudrais, au contraire, qu'on multiplie les études sur Céline pour comprendre comment il a pu écrire Bagatelle pour un massacre.»

 

[Vidéo] Céline, l'ennemi public (avec Henri Godard) 

Repost 0
3 janvier 2011 1 03 /01 /janvier /2011 23:59

Dans le contexte actuels des "attentats islamistes" qui effraient légitimement les Occidentaux, et du "débat" autour de "l'islamisation", voici enfin sur le site realpolitik.tv une mise au point qui recadre le "débat", ce que nous avons pu entendre aux "Assises sur l'islamisation"..., et l'élève au niveau où il devrait se situer, si nous avions des media réellement libres.

L'auteur, Xavier Moreau, appelle d'urgence nos pays à se demander quelle est (NDLR. dans une optique géopolitique), la nature exacte des contacts que les ONG américaines entretiennent avec certaines minorités ethniques ou religieuses..., notamment en France "où les zones de non-droit se comptent par centaines", et à contrer cet '"impérialisme" anglo-américain, qui "a toujours conduit l'Europe à la guerre", par la création d'une alliance franco-russe solide, reposant "sur un système de sécurité commun et une collaboration économique accrue".

 

Xavier Moreau dénonce Wikileaks comme un site "dissident" qui "n’aborde jamais la collusion entre les administrations américaines et les groupes islamo-mafieux, en Bosnie, en Afghanistan ou au Kosovo".

 

Bernard Kouchner, administrateur du Kosovo à l’époque des exactions de l’UCK, était l'ami personnel d'Akim Thaçi, chef du clan mafieux albanais qui dirige actuellement le Kosovo. "Le TPY est bien trop occupé à modifier en permanence ses procédures internes, dans le seul but de faire condamner des officiers serbes qui n’ont fait que leur devoir, pour trouver le temps de s’apitoyer sur les crimes de l’OTAN ou de ses alliés. Il y a fort à parier que les anciens maoïstes français, qui ont soutenu l’organisation criminelle de l’UCK en 1999, seront mis à contribution pour nier ou même justifier ces crimes."

"Cette triste affaire, ajoutée à l’impuissance de l’ 'US Army' devant l’armée nord-coréenne, permet une nouvelle fois de dresser le bilan médiocre de la tentative hégémonique américaine de ces 20 dernières années. Ce bilan peut se résumer en une phrase : 'Equipez-vous de l’arme nucléaire, si vous ne voulez pas être soumis à un clan islamiste ou mafieux, allié de l’OTAN '. Les hésitations américaines devant la détermination de la Corée du Nord, démontrent en effet que si la Serbie avait possédé la dissuasion nucléaire en 1999, l’OTAN n’aurait pas eu les moyens de lui confisquer son berceau historique au profit d’un clan islamo-mafieux. Et c’est justement parce que Saddam Hussein n’avait pas d’armes de destruction massive, que les Etats-Unis l’ont envahi. Acquérir le nucléaire permettrait à l’Iran d’être définitivement à l’abri d’une invasion américaine et du cortège de crimes, d’exactions et de massacres de civils qui l’accompagne à chaque fois. Le bilan de la tentative manquée d’hégémonie anglo-saxonne est une incontrôlable prolifération nucléaire."

Pour accomplir leurs objectifs géopolitiques, Xavier Moreau explique que "l’Angleterre et les Etats-Unis ont soutenu sans complexe des factions islamistes ou mafieuses. Ces deux puissances ont fait preuve d’un cynisme qui va bien plus loin qu’une simple 'realpolitik'. C’est pour contrer ces nations dont l’impérialisme a toujours conduit l’Europe à la guerre que la création d’une alliance franco-russe solide, reposant à la fois sur un système de sécurité commun et une collaboration économique accrue est urgente. Une telle alliance pourrait enfin forcer la puissance anglo-saxonne à ne plus interférer nuisiblement dans le destin de l’Europe continentale."

 

L'auteur termine cette remarquable analyse en évoquant le fait que "sauvagerie à laquelle l’OTAN a livré les peuples du Kosovo justifie a posteriori l’intervention russe en Ossétie du Sud. On peut imaginer le sort qu’un psychopathe comme Mikhaïl Saakhachvili réservait au peuple ossète. Pour les pays d’Europe occidentale, la révélation au grand jour des méfaits de la politique d’influence américaine doit être un signal d’alarme. Il est vital que les services de sécurité intérieure de nos pays s’intéressent à la nature des contacts que les ONG américaines entretiennent avec certaines minorités ethniques ou religieuses, notamment en France, où les zones de non-droit se comptent par centaines." (Fin de citation)

 

Source: http://www.realpolitik.tv/2010/12/trafic-dorganes-et-proliferation-nucleaire/ 

------------------------------------------------------

- WikiLeaks ne révèle rien de gênant S/T

Repost 0
28 décembre 2010 2 28 /12 /décembre /2010 23:57
Obama assimilé à Hitler et Lénine par l'utra-droite libérale pour avoir mis en place un embryon de sécurité sociale

Obama assimilé à Hitler et Lénine par l'ultra-droite libérale pour avoir mis en place un embryon de sécurité sociale

Une petite bourgade américaine, Prichard, a stoppé net le versement des pensions de ses 150 retraités municipaux. Une décision locale qui pourrait avoir de graves conséquences à l’échelle du pays.

Prichard, Alabama, est une petite ville qui se meurt. Le New-York Times nous rappelle qu’après deux dépôts de bilan, la ville savait qu’elle devait prendre des mesures pour sauvegarder sa caisse de retraite. Pourtant, rien n’a été fait malgré moult mises en demeures judiciaires. Et depuis septembre 2009, elle n’envoie plus aucun chèque à ses retraités municipaux.

Depuis… Nettie Banks, un policier à la retraite de 68 ans, s’est déclaré en banqueroute personnelle. Alfred Arnold, un ancien capitaine des pompiers, 66 ans, a repris le travail comme gardien de sécurité dans un centre commercial pour tenter de conserver sa maison. Eddie Ragland, 59 ans, ex-capitaine de police, a accepté l’aide de collègues après avoir grièvement blessé par un voleur. Il est désormais incapable de se rendre à son nouveau travail d’agent de sécurité à l’aéroport régional. Un ancien pompier est décédé en Juin. Comme beaucoup d’autres, il était trop jeune pour percevoir la sécurité sociale. « Quand ils l’ont trouvé, il avait ni électricité, ni eau courante dans sa maison », a déclaré un ancien de ses collègues.

 L’exemple de Prichard est un avertissement pour des villes comme Philadelphie et des États comme l’Illinois, le New Jersey, le Colorado, le Minnesota et le Dakota du Sud, dont les fonds de pension sont mis à rude épreuve. C’est d’ailleurs pour cette raison que l’affaire revient en force dans l’actualité. Les juristes, les analystes et les élus locaux de tout le pays observent l’évolution de la situation avec grand intérêt. L’enjeu est de taille : il s’agit de savoir si une ville peut couper net le versement des pensions à ses retraités. « Prichard, c’est l’avenir », a déclaré Michael Aguirre, l’ancien procureur de San Diego. « Nous sommes tous sur le même tapis roulant. Prichard a juste un peu d’avance ».

Dans le privé, les entreprises sont tenues par la loi de provisionner le montant des retraites promises. A défaut, le gouvernement peut leur infliger des amendes, ou même prendre le contrôle des fonds de pension. En cas de faillite, l’administration fédérale peut prendre en charge la caisse de retraite. Dans tous les cas, les retraités sont assurés de toucher leur pension, même si le montant peut être réduit. Mais cette loi ne couvre pas les travailleurs du secteur public… En mars dernier, un juge a donné raison à la municipalité : Prichard n’est pas légalement obligée de payer ses retraités.

 

Source: http://www.nationspresse.info/?p=120128

 

---------------------------------------------------------------------

- Alex Jones: les banquiers ou bien nous s/t

Repost 0
28 novembre 2010 7 28 /11 /novembre /2010 20:36

Déjà plusieurs médias occidentaux, associés à l'opération, ont commencé ce soir à révéler le contenu des documents diplomatiques détenus "en violation de la loi américaine" par le site WikiLeaks.

Malgré une attaque informatique ce dimanche soir, des journaux ont commencé à dévoiler les documents. Les premiers concernent le nucléaire iranien. Les premières révélations ont commencé à tomber dimanche peu avant 19h30.

 

«Nous faisons actuellement l'objet d'une attaque massive sous la forme d'un déni de service», (c'est à dire un nombre de requêtes tellement important sur le site que ses serveurs informatiques ne peuvent suivre) peut-on lire sur le service de micro-blog twitter dédié au site Internet. Les journaux «El Pais, Le Monde, Spiegel, Guardian et New York Times vont publier de nombreux télégrammes des ambassades américaines ce soir, même si WikiLeaks est en panne », annonce un autre message provenant de cette source.

  

En tête, le New York Times, qui a publié sur son site Internet un très long article dans lequel sont mis en exergue les points forts des 250.000 notes diplomatiques communiquées par WikiLeaks. Ces notes «offrent un panorama inédit des négociations d'arrière-chambre telles que les pratiquent les ambassades à travers le monde», écrit le quotidien américain

Ces milliers de fichiers semblent en effet offrir des points de vue très directs sur certains dirigeants étrangers, et apportent des informations «sensibles» sur le terrorisme et la prolifération nucléaire. Ils exposent notamment comment Israël a poussé les Etats-Unis à la fermeté contre l'Iran en 2009, montrent que des donateurs saoudiens restent les principaux financiers d'organisations radicales comme al-Qaida, ou encore que des agents du gouvernement chinois ont mené une opération coordonnée d'attaques informatiques visant les Etats-Unis et leurs alliés.

 

Le quotidien britannique The Guardian indique par exemple sur son site internet que le roi Abdallah d'Arabie saoudite a appelé les Etats-Unis à attaquer l'Iran pour mettre fin à son programme nucléaire.

 

Concernant le dossier iranien, les documents montrent qu'Israël a poussé à la fermeté en décembre 2009 les Etats-Unis contre l'Iran, en affirmant que leur stratégie de négociation avec Téhéran "ne marchera pas", selon un document diffusé le site du quotidien français Le Monde. Un télégramme américain relate ainsi une conversation le 1er décembre 2009 entre Amos Gilad, directeur des affaires politico-militaires au ministère israélien de la Défense et Ellen Tauscher, la sous-secrétaire d'Etat américaine. La diplomatie du président Barack Obama, "l'engagement stratégique avec l'Iran", "c'est une bonne idée, mais il est bien clair que cela ne marchera pas", y déclare M. Gilad.

 

Sources : 1 http://www.lefigaro.fr/international/2010/11/28/01003-20101128ARTFIG00208-wikileaks-devoile-les-dessous-de-la-diplomatie-mondiale.php

2 http://lci.tf1.fr/monde/amerique/2010-11/wikileaks-dit-faire-l-objet-d-une-attaque-informatique-6166364.html

3 http://www.ouest-france.fr/actu/actuDet_-WikiLeaks-dit-faire-l-objet-d-une-attaque-informatique-_6346-1602620_actu.Htm

4 http://www.rtlinfo.be/info/magazine/internet_et_high_tech/756365/wikileaks-la-publication-de-documents--met-des-vies-en-danger-

 

 

- Armée américaine : la nouvelle "bombe" de Wikileaks serait imminente

Repost 0
28 novembre 2010 7 28 /11 /novembre /2010 12:52

La nouvelle «bombe» de WikiLeaks serait imminente. Washington se prépare au pire, Londres tremble, Moscou s'inquiète… 

 

Après avoir révélé le "bain de sang" commis en Irak par l'armée américaine, le site internet WikiLeaks s'appêterait à révéler dimanche une nouvelle bombe concernant des fuites sur le Proche-Orient, l'Afghanistan, l'Irak, et les relations des Etats-Unis avec ses partenaires, 251 287 câbles diplomatiques (statelogs) américains secrets remontant jusqu'en 1966, dont un millier de documents pourrait concerner la France.

 

Les "bonnes" relations diplomatiques des États-Unis avec une partie du reste du monde serait menacées, du fait des commentaires parfois crûs à l'égard de "partenaires". Le Daily Mail rapporte ainsi que le gouvernement britannique se prépare à des révélations potentiellement très embarrassantes sur ce que pensent les Etats-Unis de la Grande Bretagne et de ses leaders, et de ce que les deux pays pensent d'autres gouvernements...

   

Washington a rejeté samedi toute négociation avec Wikileaks sur leur diffusion, affirmant que le site internet spécialisé les détenait en violation de la loi américaine.

 

Washington a par ailleurs multiplié ces dernières 48 heures les contacts avec ses partenaires internationaux pour amortir le choc de la possible divulgation de ces documents. Vendredi, la secrétaire d'Etat américaine, Hillary Clinton, a d'ailleurs personnellement décroché son téléphone pour prévenir les dirigeants français, afghans, émiratis, britanniques ou encore chinois du contenu possible des câbles diplomatiques dont le site internet est en possession. «Dans tout le département d'Etat, de hauts responsables entrent en contact avec des pays pour les prévenir», a aussi confié le porte-parole de la diplomatie américaine, Philip Crowley.

 

Le site Wikileaks, spécialisé dans le renseignement, avait déjà publié vendredi 19 novembre près de 400.000 documents secrets de l'armée américaine sur la guerre en Irak, braquant les projecteurs sur un véritable «bain de sang» en Irak, avec 109.032 morts, dont 60% de civils.

 

Ses conclusions sont sans appel : la coalition internationale a torturé des prisonniers irakiens et fermé les yeux sur des exactions commises par les forces irakiennes.

 

Présentés comme «la plus grosse fuite de documents militaires secrets de l'Histoire», les documents mettent en évidence «de nombreux cas de crimes de guerre qui semblent manifestes de la part des forces américaines, comme le meurtre délibéré de personnes qui tentaient de se rendre».

 

WikiLeaks évoque le comportement de soldats américains «faisant sauter des bâtiments entiers parce qu'un tireur se trouve sur le toit».

 

Les documents révèlent «plus de 300 cas de torture et de violences commis par les forces de la coalition sur des prisonniers», et dénombrent plus d'un millier d'exactions de la part des forces irakiennes.

 

«On parle de cinq fois plus de morts en Irak, un vrai bain de sang comparé à l'Afghanistan», a assuré sur CNN le fondateur de WikiLeaks, Julian Assange

 

Refusant d'entrer dans les détails de ces révélations, la secrétaire d'Etat américaine, Hillary Clinton, a condamné la fuite de tout document pouvant mettre en danger «la vie des soldats et des civils des Etats-Unis et de leurs alliés».

La même ligne a été reprise par le gouvernement britannique, qui a «condamné» une démarche pouvant «représenter un risque pour la vie des troupes britanniques et celles de nos alliés».

 

109.032 morts entre 2004 et 2009

 

WikiLeaks avait remis à l'avance ses documents à plusieurs médias internationaux comme le New York Times, le Guardian, Der Spiegel ou Al-Jazira, qui a la première révélé leur contenu. Selon la chaîne de télévision du Qatar, l'armée américaine a «couvert» des cas de torture de détenus par les autorités en Irak, où des centaines de civils ont en outre été tués à des barrages tenus par les alliés. Au vu des documents, «les autorités américaines n'ont pas enquêté sur les centaines de cas de violences, tortures, viols et mêmes des meurtres commis par des policiers et des militaires irakiens», pointe pour sa part le Guardian.

Selon le communiqué de WikiLeaks, les documents secrets couvrent la période du 1er janvier 2004 au 31 décembre 2009, après l'invasion américaine de mars 2003 qui a renversé le régime de Saddam Hussein. Les documents révèlent que le conflit a fait 109.032 morts en Irak, selon le communiqué, qui précise que plus de 60% sont des civils. Un bilan américain publié officiellement fin juillet faisait état de près de 77.000 Irakiens civils et militaires tués de 2004 à août 2008. Des chiffres qui montrent «que les forces américaines disposaient d'un bilan recensant morts et blessés irakiens, même si elles le niaient publiquement», a relevé Al-Jazira.

 

A Londres, où le gouvernement Cameron a appelé les patrons de presse à «garder à l'esprit» les implications des fuites pour la sécurité du Royaume-Uni, «la divulgation de secrets britanniques sème la panique», assurait samedi le quotidien populaire Daily Mail. Quant à la France, elle serait concernée, à en croire le site internet Owni.fr, par 500 à 1.000 mémos en possession de WikiLeaks.

 

Dans plusieurs médias, les journalistes ne s'embarrassent plus du conditionnel pour évoquer les Statelogs. Sur la radio canadienne 98,5 FM, Normand Lester, spécialiste de la diplomatie américaine depuis plusieurs décennies, prédit un désastre, «la plus grande catastrophe diplomatique de l'histoire des relations internationales». Il évoque une «chronique crue» des rapports entre les Etats, et cite cinq rédactions: le New York Times, Der Spiegel, le Guardian, mais aussi El Pais et Le Monde. A la différence des trois premiers journaux cités, les deux derniers ne seraient en possession que d'une partie des documents, qui concerneraient leur propre pays.

 

Pour mieux vous retrouver dans la masse des documents, Slate.fr, en partenariat avec Owni.fr et LeSoir.be vous propose de suivre les développement grâce au live-blogging assuré par Owni ainsi que grâce à une application développée pour l'occasion. Lors de la publication des Warlogs irakiens, WikiLeaks avait directement contacté Owni.fr pour que le site fournisse l'application qui permettait de naviguer à travers les rapports de situation écrits par l'armée américaine. Cette fois-ci, Owni.fr a choisi de se mettre dans une situation qui ne le rende pas dépendant d'une clause de confidentialité. Et Slate.fr et LeSoir.be ont décidé d'accompagner la démarche. Slate.fr est ainsi partenaire de l'application développée (comme cela avait été le cas lors de la publication des documents sur l'Afghanistan), et qui sera en ligne dès dimanche.

Il y a eu les warlogs, cette fois-ci, les équipes d'Owni ont convenu d'appeler cette opération #Statelogs.

D'ici quelques heures, en cliquant sur l'image ci-dessous, vous pourrez accéder à l'application.

 

 

Sources : 1 http://www.lefigaro.fr/international/2010/10/23/01003-20101023ARTFIG00385-wikileaks-revele-l-horreur-de-la-guerre-en-irak.php

2 http://www.lefigaro.fr/international/2010/11/27/01003-20101127ARTFIG00542-la-nouvelle-grenade-de-wikileaks-serait-imminente.php

3 http://www.lesnumeriques.com/wikileaks-quand-web-bourleverse-ordre-mondial-news-16754.html

4 http://www.slate.fr/lien/30837/wikileaks-statelogs-owni

5 http://owni.fr/2010/11/27/wikileaks-statelogs-diplomatic-assange-application-insurance/

Repost 0
22 novembre 2010 1 22 /11 /novembre /2010 20:14
« Je hais ces mensonges qui nous ont fait tant de mal » : Sarkozy sur le financement des retraites (avant et après)
Sarközy a promulgué la loi sur la réforme des retraites, reportant de 60 à 62 ans l’âge légal de départ à la retraite; Le même avait solennellement affirmé qu’il ne toucherait pas à l’âge de la retraite...
 
Repost 0
4 novembre 2010 4 04 /11 /novembre /2010 19:18
Repost 0
2 novembre 2010 2 02 /11 /novembre /2010 23:59

Nous apprenons ici qu'une enquête faite au début de cette année par le National Review Institute, avait découvert que 28 % des partisans du Tea Party ("un mouvement de base spontané qui ne disposerait pas d’une direction centralisée comme les “grands” partis, et serait réparti en plusieurs branches ou groupes qui n’auraient pas une doctrine commune, sinon que tous seraient d’accord pour un État moins tentaculaire et une diminution des impôts et des taxes") se disaient catholiques : un pourcentage considérable qui semblerait montrer qu’avec le Tea Party on a aussi affaire au mouvement de base le plus profond jamais enregistré chez les catholiques." (fin de citation)

Or, le Tea party et ses supporters veulent faire croire qu'Obama est élitiste (comprendre: contre le peuple) alors qu'ils sont eux-mêmes financés précisément par ceux qui sont les véritables élitistes, Wall Street, les membres de la U.S. Chamber of Commerce, par exemple pour le moins indifférents aux intérêts des Américains ordinaires, recherchant surtout une politique fiscale plus favorable aux plus riches.

Dès lors, si le Tea Party est financé par Wall Street, pourquoi Obama a-t-il lui-même été financé par Wall Street et les cercles néo-mondialistes ? La réponse n'est-elle tout simplement pas dans le fait que les maîtres du monde financent chaque extrémité de la vie politique américaine "démocrate" comme "républicaine" ?

 

Sources : http://www.nouvelles-de-france.fr/article.php?cat=7&id=161&titre=Une_nouvelle_etude_sociologique_sur_le_mouvement_Tea_Party; http://blog.lefigaro.fr/obamazoom/2010/11/le-tea-party-obama-et-lelitisme.html

 

 

Repost 0
31 octobre 2010 7 31 /10 /octobre /2010 14:08

Aujourd’hui en 2010 la dette de la France s’élève à 1500 milliards d’euros, ce qui nous coûte la somme colossale de 135 millions d’euros par jour !

Il est désormais clair (hormis pour une certaine extrême-droite européiste victime de sa bêtise) que pour apurer la dette de l’Etat et libérer la France du pouvoir des banquiers, il faut d’abord sortir de l’Union européenne.
Explications et informations ahurissantes ci-dessous.
 

Lu sur le blog Konigsberg :

« Historique de la dette :

 3 janvier 1973, réforme de la Banque de France par Pompidou ancien directeur de la banque Rothschild.

Dans la loi portant sur la réforme des statuts de la banque de France, nous trouvons en particulier cet article 25 très court, qui bloque toute possibilité d’avance au trésor :

« Le Trésor public ne peut être présentateur de ses propres effets à l’escompte de la banque de France. »

Ce qui signifie que l’article 25 de la loi 73-7 du 3 janvier 1973 interdit à la Banque de France de faire crédit à l’État, condamnant la France à se tourner vers des banques privées et à payer des intérêts ; alors qu’avant cette loi, quand l’État empruntait de l’argent, il le faisait auprès de la banque de France qui, lui appartenant, lui prêtait sans intérêt.

Autrement dit : auparavant, l’État français avait le droit de battre monnaie, et avec cette nouvelle loi, il perd ce droit qui est du même coup légué aux banques privées, qui en profitent pour s’enrichir aux dépends de l’État en lui prêtant avec intérêt l’argent dont il a besoin.

Cette décision correspond à une privatisation de l’argent et ramène la nation au même rang que n’importe lequel de ses citoyens.

L’accroissement sans fond de la dette publique trouve son origine précisément là. Voici en effet un graphique représentant l’évolution de la dette, avec et sans intérêt. La courbe rouge représente bien sûr la dette constatée, calculée avec les intérêts.

   

 

La dette à fin 1979 était de 239 milliards d’euros (chiffre corrigé de l’inflation), déjà injustifiables ; la dette à fin 2008 s’établit à 1327 milliards d’euros ! Ainsi, entre 1980 et 2008, la dette a augmenté de 1088 milliards d’euros et nous avons payé 1306 milliards d’euros d’intérêts.

1327 – 1306 = 21 Milliards d’Euros ! : Si nous avions pu créer notre monnaie — faire exactement ce qu’ont le droit de faire les banques privées —, la dette publique serait quasiment inexistante aujourd’hui.

Georges Pompidou a été le directeur général de la banque Rothschild ; il en était le valet, il n’est par conséquent pas étonnant qu’il ait fait cette loi du 3 janvier 1973 qui interdit à l’État français de battre monnaie et qui a endetté la France d’une façon structurelle et incommensurable auprès de banques privées comme la banque Rothschild.

C’est pourquoi, cette loi, on propose de l’appeler désormais la loi Rothschild.

A qui profite le crime ?

Cette loi scélérate, uniquement destiné à engraisser les porcs banquiers, a ensuite été reprise dans les traités ultralibéraux de Maastricht et de Lisbonne* qui fondent l’Union Européenne.

Pour sortir de cette situation cauchemardesque et du parasitisme des banques privées, il faut donc absolument sortir de l’Union Européenne ne pas payer les banquiers usuriers escrocs, les dirigeants de l’euroland et leurs collabos, de les emprisonner et les juger. Source : http://www.contre-info.com/pourquoi-et-comment-la-france-est-asservie-par-les-banques

 

* Add. Chris-Roi, 28 septembre 2012. L'article 123 du Traité de Lisbonne (2007) stipule : "Il est interdit à la Banque centrale européenne et aux banques centrales des États membres, ci-après dénommées « banques centrales nationales », d’accorder des découverts ou tout autre type de crédits aux institutions, organes ou organismes de l’Union, aux administrations centrales, aux autorités régionales ou locales, aux autres autorités publiques, aux autres organismes ou entreprises publics des États membres. L’acquisition directe, auprès d’eux, par la Banque centrale européenne ou les banques centrales nationales, des instruments de leur dette est également interdite. » L'article 123 reprend l’article 104 du traité de Maastricht, également identique à l’article 181 du traité constitutionnel européen." (Source: http://fr.wikipedia.org/wiki/Trait%C3%A9_de_Lisbonne#Principales_dispositions)

Autrement dit, la France et les autres Etats européens doivent aller sur le marché privé s'ils veulent se financer...

---------------------------------------  

- Money as debt - L'argent dette

- John Perkins, confessions d'un corrupteur de nations

- Mensonge du siècle : "sauf accident majeur, cette opération n'aura pas de coût pour le contribuable" (le plan de refinancement des banques aura coûté 360 milliards d'Euros mais "n'aura pas de coût pour le contribuable" ! dixit François Fillon.)

- La dette de l'Etat passe la barre des 1500 milliards, soit 80 % du P.I.B.

- Crise de la dette : Après la Grèce, le Portugal et l'Espagne, la France ?

- Le Saint-Siège réclame la fin des « fonds vautours » (Intervention de Mgr Tomasi au Conseil des droits de l’homme à Genève)

Repost 0
2 octobre 2010 6 02 /10 /octobre /2010 22:59

Dans le cadre d'une étude sur les effets de la pénicilline, des centaines de Guatémaltèques se sont vus inoculer des maladies sexuellement transmissibles (M.S.T.) entre 1946 et 1948, infectés à leur insu par la syphilis et la blennorragie, par des scientifiques américains.

 

Le Guatemala dénonce un crime contre l'Humanité

 

Washington a présenté vendredi des excuses aux centaines de Guatémaltèques. Ces révélations ont ébranlé les autorités guatémaltèques, qui affirment ne rien connaitre de l'affaire. Le président du Guatemala Alvaro Colom a dénoncé un «crime contre l'Humanité» et annonce que son gouvernement «se réserve le droit de porter plainte ».

A l'origine de ce scandale, une étude financée par les autorités américaines à la fin entre 1946 et 1948 sur les effets de la pénicilline, découverte en 1928. Les scientifiques se demandent alors si l'antibiotique peut non seulement guérir la syphilis mais aussi prévenir la maladie. Comme la législation américaine n'autorise pas à mener de telles expériences sur l'homme, le directeur de cette étude, le médecin John Cutler, la met en place au Guatemala. Les chercheurs vont sélectionner comme cobayes des personnes vulnérables, tels que des malades mentaux. Environ 696 personnes participent à leur insu à cette étude. L'un des patients au moins est mort, sans qu'il soit établi si l'expérience est elle-même à l'origine de son décès. L'étude, qui n'a jamais été publiée, n'a apporté aucun résultat significatif. 

Dans un premier temps, les chercheurs inoculent la syphilis ou la blennorragie à des prostituées et les laissent ensuite avoir des rapports sexuels avec des soldats ou des détenus. Mais lorsque cette «exposition naturelle» ne produit pas assez de contaminations, les scientifiques changent de tactique. Ils contaminent directement des soldats, des prisonniers et des malades mentaux. Selon les rapports de l'étude, la bactérie de la syphilis à été apposée sur des zones du visage, du bras ou du pénis des patients qui avaient été abrasées.

Les scientifiques, dont les recherches étaient financées des Instituts américains de la santé accordée au Bureau sanitaire panaméricain, n'auraient pas expliqué en détail leur projet aux responsables guatémaltèques et auraient fait des dons de matériels. Les cobayes ont été traités avec de la pénicilline mais l'étude ne précise pas si cela a suffi à les guérir, affirme Susan Reverby. C'est cette historienne américaine, qui a découvert l'expérimentation et a alerté les autorités américaines.

 

«Un sombre chapitre de l'histoire de la médecine»

 

Susan Reverby a retrouvé les comptes-rendus du docteur John Cutler, en enquêtant sur une autre des études, toute aussi contraire à la déontologie, à laquelle il a participé : l'expérimentation de Tuskegee. Entre 1932 et 1972, des scientifiques américains ont suivi 600 afro-américains atteints de la syphilis. Aucun de ces sujets n'était au courant qu'ils étaient porteurs de la maladie. A aucun moment les médecins n'ont proposé de les soigner. L'expérience guatémaltèque n'est pas isolée, rappelle le directeur des instituts américains de santé, pour qui son homologue de l'époque a sans doute été mis au courant. Selon le Dr. Francis Collins, qui déplore «un sombre chapitre de l'histoire de la médecine», une quarantaine d'expériences d'inoculation délibérée ont été organisées aux Etats-Unis, dans les années 40.

L'étude menée au Guatemala, était «clairement contraire à l'éthique» et «répréhensible», ont dénoncé la secrétaire d'Etat Hillary Clinton et la ministre de la Santé Kathleen Sebelius. «Bien que ces événements aient eu lieu il y a plus de 64 ans, nous sommes révoltées qu'une recherche aussi répréhensible ait pu être menée en invoquant la santé publique», écrivent encore les deux ministres.

Barack Obama a téléphoné à son homologue guatémaltèque et lui transmis «ses plus profonds regrets». 

  

Sources : 1, 2

Repost 0
30 août 2010 1 30 /08 /août /2010 09:04

 

Bertrand Delanoë, maire de Paris, a justifié ce samedi matin (28 août 2010) l'accord avec Jacques Chirac, le Roi de l'évasion, prévoyant le remboursement intégral du coût des emplois fictifs par l'UMP et l'ex-chef de l'Etat !

 

Delanoë justifie l'accord passé avec Chirac - Ma-Tvideo France3
Bertrand Delanoë, maire de Paris, a justifié ce samedi matin l'accord avec Jacques Chirac prévoyant le remboursement intégral du coût des emplois fictifs par l'UMP et l'ex-chef de l'Etat.

 

Dans sa chronique hebdomadaire, Philippe Randa évoque, au sujet de cet accord "Chirac-Ump-Delanoë", un "mépris de la décence publique" et se rit de voir comment le "scandale Chirac" devient brusquemment le "scandale Delanoë" !

En efffet, l’accord signé avec la Mairie de Paris, écrit-il, "sonne comme un formidable pied de nez à la Justice française, soit comme l’a immédiatement commenté l’euro-député Eva Joly : « Un mauvais deal au très haut niveau qui traduit encore un mépris de la justice. »

 

On pourrait certes faire remarquer à la possible future candidate écologiste à la fonction suprême que ce « mauvais deal » de date pas d’aujourd’hui. Il avait été signé par la quasi totalité de la classe politique en 2002. La France avait alors à choisir entre Jacques Chirac et Jean-Marie Le Pen. Les troupeaux auto-proclamés défenseurs de la démocratie outragée tout autant que de la République en danger défilaient allégrement en beuglant qu’il valait mieux « un voleur » qu’« un facho » à l’Élysée.

Le verdict des urnes avait ensuite été rendu au mépris de la décence publique. Qu’il soit bientôt confirmé par celui d’une justice bafouée n’en est que la conséquence tardive.

En revanche, il est cocasse de voir comment le « scandale Chirac » est brusquement devenu le « scandale Delanoë ». Scandale en passe d’éliminer définitivement l’actuel Maire de Paris de la course aux candidats potentiels à l’investiture socialiste… et à donner du Parti à la rose la plus vilaine des images : celle de la magouille à travers de tels « petits arrangements."

Repost 0
18 août 2010 3 18 /08 /août /2010 17:10

Le maoïste léniniste membre fondateur du "Parti Socialiste" en 1972, principal soutien de Ségolène Royal dans le Sud pour sa candidature à l’élection présidentielle 2007, et  President du Conseil Régional Languedoc-Roussillon, Georges Frêche, met Lénine et Mao à l'honneur à Montpellier.

 

«Ce n'est pas le nombre de morts, c'est le nombre de déclics créés dans l'histoire qui compte», a déclaré celui qui n'exclut pas de commander un jour une statue de Staline.

 

Lénine «a changé la face du monde au XXe siècle», a-t-il lancé pour justifier un de ses choix polémiques [j'ai envie de dire : Hitler aussi ! ...]

 

Dix autres sculptures les rejoindront à l'avenir, dont cinq - celles de Mao, Mandela, Nasser, Gandhi et Golda Meir - devraient être livrées fin 2011-début 2012. ... «des personnes pour qui je nourris une profonde admiration, en particulier pour Lénine de la révolution de 17» a expliqué le président de l'agglomération montpelliéraine.

 

Les Verts ont menacé de déboulonner les statues, estimant que l'ancien édile «se sert de son pouvoir personnel pour imposer ses visions de l'Histoire».

 

Georges Frêche, a été réélu haut la main au printemps dernier à la tête de la région Languedoc-Roussillon. Dimanche dernier, il a fait irruption à Villefranche-de-Conflent (Pyrénées-Orientales) pour proposer aux Catalans la modernisation du train jaune (150 millions d'euros) qui fête ses cent ans et ses 200.000 touristes. Mais l'équipement ferroviaire de ce symbole de l'esprit catalan est vétuste, nous explique Le Figaro.

 

Sources : 1, 2

 

Note de Christ-Roi : Précisons qu'enregistré à son insue en février 2009 par ses étudiants lors de son cours magistral (disponible sur youtube.com) Georges Frêche avait expliqué le fonctionnement de la démocratie, sa vision des catalans et de "l'esprit catalan" : «"J'ai toujours été élu par une majorité de cons" (Politique 101)...

Donc vous faites des trucs, vous vous faites élire, 6 ans :

  • Les 2 premières années vous devenez maximum impopulaire. Vous leur tapez sur le claque bec, etc. « Ah salaud ! le peuple aura ta peau ! On t’aura ! » moi je dis : « cause toujours, je vous emmerde ! »
  • Ensuite 2 ans vous laissez reposer le flan. Vous faites des trucs plus calmes.
  • Et les deux dernières années, plus rien du tout, des fontaines, des fleurs, et des bonnes paroles : « Je vous aime ! Ô Catalans, je vous aime ! Ô Occitans mes frères, je vous aime ! » Vous faites un petit institut, une merde pour propager le catalan auprès de 4 “guguss” : tout le monde est content ! Évidemment, ils parlent catalan comme ça personne les comprend à 3 km de chez eux. Mais, ça leur fait plaisir».

Lire: Leçon de démocratie par Aristophane et Georges Frêche

 

Add. Communiqué d’Alain Jamet, vice-président du Front National, secrétaire régional FN du Languedoc-Roussillon, secrétaire départemental FN de l’Hérault:

Lénine, ce fou sanguinaire, qui a dit : « De la population russe, 90 millions sont sous la puissance des soviets, le reste, nous les exterminerons. » ; Lénine, ce monstre sans foi ni loi, qui a déclaré : « Si, pour réaliser le communisme, il faut exterminer 9/10ème de la population, nous ne devrons pas reculer. » ; Lénine a désormais une statue érigée à sa gloire à Montpellier.

Georges Frêche, Président de la Région Languedoc-Roussillon, a à nouveau frappé. Et pour faire bon poids, bonne mesure, il va y ajouter en septembre une statue en l’honneur de Mao, tous deux, prétend-il, « Libérateurs de peuples ».

Le Front National s’élève contre cette insulte faite aux morts, à l’Histoire, et à la mémoire. Il apporte d’ores et déjà son soutien à toute manifestation citoyenne ayant pour objet d’effacer de la vue des Montpelliérains ces deux statues, symboles de la tyrannie et du totalitarisme marxistes.

 

Source: http://www.nationspresse.info/?p=108955

Repost 0
9 juillet 2010 5 09 /07 /juillet /2010 19:11

Depuis sa Bretagne natale, le président du Front national Jean-Marie Le Pen a dénoncé aujourd'hui le fonctionnement mafieux de la république.

A propos d'importantes sommes en argent qui auraient été remises en liquide à des personnalités politiques, il a évoqué le "sarkozygate" et déclaré : 

"Ce n'est pas une révélation pour moi. Ces choses-là sont sues, mais soigneusement cachées. On sait que le fonctionnement de cette république pure et dure, c'est celui d'une véritable mafia, mais avec la bonne conscience, puisque ils le font tous, sauf le Front national. Mais on sait très bien que le Front national n'a aucune importance, par conséquent on se passe très bien de son opinion. Il est le seul à dire qu'il est tête haute et mains propres, les autres se portent très bien d'être tête basse et mains sales."

Il a dit craindre que la démission en bloc du gouvernement ne suffise pas à remettre de l'ordre, car "il faut remettre le peuple dans la politique". Et pour cela, il faut "cesser d'éliminer des modes électoraux la proportionnelle, car seule la proportionnelle permet à toutes les catégories du peuple de s'exprimer, et leur donne envie de s'exprimer car elle leur donne au moins l'impression, l'illusion peut-être, qu'ils jouent un rôle. Et que la chose publique c'est aussi la leur".

Or, "de plus en plus, la classe dirigeante, surtout politique... élimine toutes les formes de contestation sauf quand elles se couchent, parce qu'il y a la contestation couchée qui est admise, mais la contestation debout comme celle que nous pratiquons depuis des années, n'est pas admise. D'où toutes les réformes des modes de scrutin qui visent à nous éliminer". 

 

Source : Jean-Marie Le Pen, Emissions FN : Le Journal de Bord de Jean-Marie Le Pen n°198, http://www.frontnational.com/?p=5503

 

----------------------------------------------------

- L'imposture démocratique

Repost 0
9 juillet 2010 5 09 /07 /juillet /2010 16:32
Repost 0
7 juillet 2010 3 07 /07 /juillet /2010 17:53

 

Merci à Dominique

Repost 0
4 juin 2010 5 04 /06 /juin /2010 18:57
On y est, le système emploie la force légale pour contraindre les catholiques traditionalistes. On est désormais très loin des libertés religieuses, de conscience, etc... En matière d'instruction les parents n'ont pas le droit de tout choisir.
 
La machine infernale est en marche... A quand la Légion d'honneur pour David Pujadas ?

SUD OUEST 4 juin 2010 06h00 | Par YANN SAINT-SERNIN
St-Projet à nouveau épinglé
Un second contrôle a amené les autorités à mettre en demeure les parents du collège d'inscrire leurs enfants dans un autre établissement. L'école primaire, elle, devrait poursuivre ses activités.


L'Inspection académique a effectué un second contrôle à l'école Saint-Projet de Bordeaux le 7 mai dernier. PHOTO THIERRY DAVID


L'avertissement n'avait visiblement pas suffi. Les parents de la vingtaine d'élèves du collège Don Bosco Saint-Projet seront mis en demeure d'inscrire leurs enfants dans un autre établissement, ont indiqué hier après-midi l'inspecteur d'académie André Mercier et le recteur Jean-Louis Nembrini lors d'un point presse.

L'établissement hors contrat lié à la paroisse traditionaliste Saint-Éloi et à l'Institut du Bon pasteur [Ndlr : institut fondé par Benoît XVI en 2006] dirigé par le sulfureux abbé Laguérie s'était rendu célèbre suite à la diffusion le 27 avril sur France 2 d'un reportage en caméra cachée qui révélait des propos violemment antisémites, tenus par des enfants en salle d'étude. Le reportage mettait aussi en cause un professeur d'histoire qui déclarait ne pas aborder la Shoah dans ses cours « parce qu'on en parle assez comme ça ». Dans le même cours d'histoire sur la Seconde Guerre mondiale, il qualifiait De Gaulle de « déserteur » et disait de Pétain, qu'il avait « beaucoup fait pour la France ».

L'annonce de la diffusion du documentaire a vraisemblablement précipité un premier contrôle de l'Inspection académique le 31 mars sur l'école Saint-Projet, et sur le collège Don Bosco, établissement attenant et géré lui aussi par l'Association d'enseignement populaire Saint-Projet.

« L'ouverture aux autres »
« Un certain nombre de carences ont été relevées et des observations ont été formulées à la direction des deux établissements », explique le recteur. Et celui-ci de pointer des éléments « fondamentaux » du socle commun, telle « l'ouverture aux autres » auxquels sont soumis tous les établissements, même ceux se situant hors contrat avec l'Éducation nationale.

Si, selon André Mercier, un second contrôle opéré le 7 mai dernier pouvait laisser penser que l'école primaire était « en bonne voie de prise en compte des observations formulées », le collège n'a lui pas convaincu les inspecteurs.

En cause, selon l'académie, notamment un enseignement scientifique « inexistant », et un enseignement de l'histoire « scientifiquement décalé ». Concrètement, il est reproché au collège de ne fournir aucun enseignement sur l'histoire des religions (hormis le catholicisme) et de distiller une instruction historique uniquement marquée par « une vision catholique du monde » qui, « en l'absence de cours d'instruction civique » ne permet pas aux élèves de « se former un esprit critique ».

Le recteur a rappelé qu'il s'en tenait « au code de l'éducation », qui stipule qu'en matière d'instruction, « les parents n'ont pas le droit de tout choisir ».

Poursuites possibles
R-publique-libre----gale.jpgSi le collège n'est pas à proprement parler « fermé », les autorités ont mis en demeure la directrice du collège de leur fournir la liste des parents, afin qu'eux-même soient mis en demeure d'inscrire leurs enfants dans un autre établissement. « Si la mise en demeure n'était pas respectée, les parents s'exposeraient à des poursuites pénales », a précisé André Mercier. En clair, le collège existe toujours, mais les parents ne peuvent y inscrire leurs enfants. [Ndlr : on entre dans le bolchévisme obligatoire.]

Une décision qui pourrait s'avérer lourde de conséquences pour l'Association d'enseignement populaire (AEP) Saint-Projet, présidée par Me Thomas Rivière, par ailleurs associé d'un grand cabinet bordelais spécialisé dans la défiscalisation patrimoniale.

L'AEP avait ouvert le collège Don Bosco, un établissement qui se voulait une extension de l'école primaire, elle, ouverte en 2005. Thomas Rivière est par ailleurs associé gérant de la SCI baptisée Pacelli3 (du nom de cardinal du pape Pie XII) dont l'objet était notamment en 2009 l'acquisition et la gestion de l'immeuble situé à l'adresse du collège Don Bosco.

Il existe en Gironde deux autres écoles confessionnelles hors contrat. L'une se situe à Saint-Macaire, et l'autre, l'école Saint-Georges se trouve au Bouscat. Celle-ci est rattachée à la Fraternité lefebvriste Saint Pie X, dont sont issus une partie des cadres de l'Institut du Bon pasteur. Cette école a été, selon André Mercier, « elle aussi contrôlée très récemment ».
 
Repost 0
1 juin 2010 2 01 /06 /juin /2010 11:32

Une flottille pro-palestinienne baptisée "flotille de la liberté" transportant de l'aide à Gaza a été attaquée lundi par l'armée israélienne. Israël a confirmé le même jour dans un communiqué que "plusieurs passagers avaient été tués et blessés". Pour l'heure, l'Etat d'Israël ne reconnaît officiellement que neuf victimes. Un responsable palestinien a fait état de la mort de 15 militants pro-palestiniens cité par Al-Jazira sans l'identifier.

Le Mavi Marmara, qui transportait 600 personnes, faisait partie d'une flottille de six bateaux, dont des bateaux turcs, a annoncé le ministère des Affaires étrangères turc, acheminant des centaines de militants pro-palestiniens et de tonnes d'aide qui voulait forcer le blocus israélien imposé à Gaza depuis 2007.

La Turquie a prévenu Israël de "conséquences irréparables" sur les relations bilatérales, après le raid meurtrier israélien sur la flottille d'aide pro-palestinienne. 

Aux cris de «Dieu est grand» et «Maudit soit Israël», plusieurs milliers de manifestants se sont réunis lundi sur la place de Taksim en Turquie dans le centre d'Istanbul, à l'appel de la Fondation pour les droits de l'homme, les libertés et le secours humanitaire (IHH), principale organisatrice de la "Flotille de la paix". 

Le premier ministre Recep Tayyip Erdogan, qui s'exprimait depuis le Chili où il effectuait une visite, a accusé Israël de s'être rendu coupable d' «un acte de terrorisme d'État inhumain». La Turquie «ne restera pas inerte (…), le droit international a été piétiné», a-t-il ajouté.

 

"Pas d'arme à bord"

 

Pour justifier le recours à la force contre la flottille, les autorités israéliennes ont assuré que des militants propalestiniens du Mavi Marmara avaient ouvert le feu. «Il s'agit d'un immense mensonge», déclare Izzet Sahin, ancien représentant de l'IHH en Cisjordanie, expulsé vers la Turquie par Israël le 17 mai dernier après trois semaines d'incarcération. «Les autorités turques ont inspecté les bateaux avant leur départ, il n'y avait pas d'arme à bord, s'insurge Murat Mercan. Israël cherche à masquer son crime.»

Des passagers allemands qui étaient dans la flottille visée hier par un raid israélien meurtrier alors qu'elle tentait de forcer le blocus de Gaza ont assuré mardi à Berlin que les militants pro-palestiniens n'étaient armés que de bâtons. "J'ai personnellement vu deux bâtons en bois qui ont été utilisés (...). Il n'y a rien eu de plus", a affirmé Norman Paech, 72 ans, ancien député du parti d'extrême gauche Die Linke, qui était à bord du ferry turc Mavi Marmara. "Nous n'avons jamais vu de couteau utilisé comme arme. C'est avec des bâtons qu'on s'est défendu", a-t-il expliqué lors d'une conférence de presse peu après son rapatriement.

"C'était une attaque sur une mission pacifique dans les eaux internationales. Les Israéliens peuvent vouloir défendre leur zone de défense militaire, mais nous étions en dehors de ces limites. Nous avions le droit de nous défendre, et même d'utiliser les armes avec lesquelles on nous attaquait", a-t-il ajouté. Paech a été rapatrié en compagnie de quatre concitoyens qui étaient également à bord du Mavi Marmara.

Deux d'entre eux, les députés de Die Linke Inge Hoeger, 59 ans, et Annette Groth, 56, ans, ont abondé dans ce sens. "Personne n'était armé", a assuré Mme Hoeger.

Le bilan sanglant a déclenché une nouvelle crise entre les deux pays. L'ambassadeur turc a été rappelé de Tel-Aviv, trois exercices militaires conjoints des armées turque et israélienne ont été annulés, Ankara a réclamé - et obtenu - une réunion d'urgence au Conseil de sécurité des Nations unies et, à sa demande, l'Otan doit se réunir mardi.

 

Israël empêchera tout autre bateau humanitaire d'entrer

Réuni lundi soir en urgence, le Conseil de sécurité de l'ONU a demandé à Israël la libération immédiate des navires et des civils détenus et réclame qu'une enquête impartiale, «crédible et transparente conforme aux critères internationaux» soit diligentée. Sur le nombre de victimes civiles, l'ONU exhorte aussi Israël à «permettre aux pays concernés un accès consulaire afin de récupérer les corps des victimes et les blessés», regrettant «les pertes d'au moins dix vies humaines» après usage de la force de l'armée.

La déclaration de l'ONU rappelle aussi l'importance d'une pleine mise en oeuvre des résolutions 1850 et 1860, qui n'ont jamais été respectées. La 1860, datant du 8 janvier 2009, demande que l'aide humanitaire «soit fournie et distribuée sans entrave dans tout Gaza».
Réponse du vice-ministre de la Défense Matan Vilnaï : Israël empêchera tout autre bateau humanitaire international d'entrer dans les eaux de la bande de Gaza. Israël persiste et signe... alors que la communauté internationale entière condamne fermement l'opération rebaptisée par certains «Massacre en haute-mer». 

Le président iranien Mahmoud Ahmadinejad a accusé Israël de vouloir planifier une «attaque massive» contre Gaza. «Nous avons des informations précises qu'ils ont planifié une attaque massive contre Gaza pour compenser leurs échecs passés», a-t-il déclaré lors d'une intervention télévisée.

La radio publique israélienne a annoncé lundi matin que la censure militaire avait interdit la diffusion de toute information sur les morts et les blessés transférés vers des hôpitaux en Israël à la suite de l'abordage de la flottille en route vers Gaza.

La Turquie a prévenu Israël de "conséquences irréparables" sur les relations bilatérales, après le raid meurtrier israélien sur la flottille d'aide pro-palestinienne, dont des bateaux turcs, a annoncé le ministère des Affaires étrangères.

 

Sources :

http://www.lefigaro.fr/international/2010/05/31/01003-20100531ARTFIG00712-grave-crise-entre-israel-et-la-turquie.php

 

http://www.leparisien.fr/international/aide-humanitaire-israel-ne-laissera-rien-passer-01-06-2010-945620.php

 

http://www.leparisien.fr/flash-actualite-monde/abordage-meurtrier-de-la-flotille-a-gaza-israel-confirme-des-morts-31-05-2010-944117.php

 

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2010/06/01/97001-20100601FILWWW00483-flottille-aucune-arme-a-bord-passagers.php

-------------------------------

- Maurice Sartre - ENTRETIEN Gaza PALESTINE dans l'Antiquité

- Mur israélien : "tragique" (Benoit XVI)

- Gaza: les Juifs attendent le "machia" pour gagner (rabbin Dynovisz)

Repost 0
30 mai 2010 7 30 /05 /mai /2010 06:40

Pierre Bachelot, le fils de la ministre de la Santé Roselyne Bachelot, a été nommé à un poste de chargé de mission directement rattaché à la direction générale de l’Institut national de prévention et d’éducation pour la santé (Inpes). Cet organisme public, créé en 2002, est chargé de mettre en œuvre les politiques de prévention et d’éducation pour la santé fixées par le gouvernement. Il fait travailler 140 personnes et dispose en 2010 d’un budget de 115 millions d’euros.

Pierre Bachelot y sera chargé de développer une stratégie d’influence ou de lobbying, notamment auprès du Parlement, et de veiller à ce que la santé soit intégrée dans toutes les politiques. S’il gère ces dossiers aussi efficacement que sa maman ne l’a fait pour celui de la crise de la grippe A, les laboratoires pharmaceutiques peuvent déjà se frotter les mains et les contribuables nourrir quelques inquiétudes…

Pierre Bachelot a souvent travaillé au côté de sa mère de 1992 à 2007, en tant qu’attaché ou conseiller parlementaire dans les ministères de l’Ecologie puis de la Santé. Si la politique familiale du gouvernement UMP laisse sérieusement à désirer à l’échelle nationale, en interne par contre, on ne peut pas reprocher aux membres du gouvernement de négliger leurs proches et leurs enfants… C’est sans doute ce que l’on appelle « la méritocratie républicaine ».

 

Source : http://fr.novopress.info/59323/nepotisme-le-fils-de-roselyne-bachelot-nomme-a-l%e2%80%99inpes/

 

- Ministre de la santé polonaise sur le vaccin H1N1 (5 novembre 2009)

- Bide du H1N1: la faute aux nouveaux médias ?

Repost 0
7 mai 2010 5 07 /05 /mai /2010 11:00

D’après la Maison Blanche, les États-Unis pourraient d’ici quelques années avoir une bombe d’une puissance telle qu’elle pourrait remplacer les armes nucléaires.

Une arme de précision capable d’ atteindre n’importe quel objectif sur Terre en une heure.

Bien que l’arme ne soit toujours pas finalisée, le gouvernement Obama a accepté une requête de la Russie stipulant que les États-Unis doivent se débarrasser d’un missile nucléaire pour chacune de ces nouvelles armes « conventionnelles » mises en service, tel qu’il est écrit dans les nouveaux accords START sur le désarmement nucléaire que le président Obama et son homologue russe Dmitri Medvedev ont signé deux semaines plus tôt, a indiqué la Maison Blanche au New York Times.

L’arme se nomme Prompt Global Strike - soit Frappe Globale Instantannée. Elle est destinée à pointer directement Oussama Ben Laden dans une grotte, détruire un missile nord-coréen embarqué ou une installation nucléaire iranienne. La déflagration provoquerait des dégâts équivalent à une arme atomique.

Obama a émis un avis favorable sur l’arme, mais n’a pas donné son feu vert pour le moment. Une première version pourrait être produite avant 2014 et inclue dans l’arsenal du Pentagone entre 2017 et 2020.

Source : http://www.egaliteetreconciliation.fr/Une-Superbombe-peut-remplacer-l-arme-nucleaire-3147.html

Repost 0
1 mai 2010 6 01 /05 /mai /2010 08:13

Un conseiller du président participe à de singulières réunions. Des entreprises y sont sollicitées pour financer une société d’études d’opinion.

C’est une opération menée dans une discrétion absolue. Car le sujet, celui des sondages et de leur financement, est particulièrement délicat. Depuis le début de l’année, Grégoire Chertok, 44 ans, banquier d’affaires en pleine réussite, s’active. Cet associé-gérant de Rothschild ‘ Cie a l’habitude de travailler avec les entreprises du CAC 40. Elu conseiller régional (UMP) en Ile-de-France en mars, il présente une singularité: très proche de Jean-François Copé, il soutient pleinement Nicolas Sarkozy.

Pour faciliter la réélection du chef de l’Etat en 2012, Chertok l’aide sur un point sensible : la réalisation et le financement de radioscopies de l’opinion (1). Au cours des derniers mois se sont déroulés des rendez-vous secrets, pilotés par un cadre de Rothschild ‘ Cie. Avec des représentants d’entreprises et surtout un homme, Julien Vaulpré, qui se présente à ses interlocuteurs pour ce qu’il est : conseiller technique à la présidence de la République, chargé de l’opinion.

Source http://www.nationspresse.info/?p=86795

Repost 0
28 avril 2010 3 28 /04 /avril /2010 13:32

La vice-présidente du Front national, Marine Le Pen, a accusé François Fillon d'être "sur la voie du totalitarisme" après que le Premier ministre a demandé aux responsables des principaux partis politiques, mais pas du FN, de donner leur avis sur la réforme territoriale. Dans une lettre, le chef du gouvernement a sollicité les leaders politiques de huit formations (PS, PCF, Verts, UMP, Nouveau Centre, MoDem, PRG, MPF) sur le mode d'élection des futurs conseillers territoriaux, qui doivent siéger à partir de 2014 à la fois aux assemblées départementales et aux assemblées régionales.

"Quand le peuple vote mal, on lui supprime autant que faire se peut le droit de s'exprimer librement et on muselle ceux qui sont censés le représenter", a réagi Marine Le Pen, voyant en François Fillon un "véritable chef de clan", "sur la voie du totalitarisme". "Cette discrimination politique à l'égard d'un mouvement qui aux élections régionales de mars 2010 a obtenu plus de 2.200.000 voix (au premier tour, ndlr) et fait élire 118 conseillers régionaux, est un véritable scandale démocratique", a ajouté Mme Le Pen.

 

Source : http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2010/04/28/97001-20100428FILWWW00518-le-fn-accuse-fillon-de-totalitarisme.php

 

Repost 0
12 avril 2010 1 12 /04 /avril /2010 15:58

Deux Britanniques, militants de l'athéisme, entendent faire arrêter le pape Benoît XVI pour "crimes contre l'humanité", lors de sa visite au Royaume-Uni, à la suite des accusations selon lesquelles il aurait couvert des prêtres pédophiles, a indiqué aujourd'hui leur avocat.

Le scientifique britannique Richard Dawkins et l'auteur américano-britannique Christopher Hitchens ont l'intention de saisir la justice britannique et la Cour pénale internationale (CPI) de La Haye, a indiqué l'avocat de M. Dawkins, Mark Stephens, dans le quotidien Guardian.
Me Stephens a dit vouloir contraindre le pape, attendu au Royaume-Uni du 16 au 19 septembre, à s'expliquer sur "la manière avec laquelle il semble avoir fait passer la réputation de l'Eglise catholique avant le bien-être d'enfants".

Un juge britannique peut délivrer un mandat d'arrêt contre une personnalité étrangère en visite au Royaume-Uni, à la demande d'un plaignant, s'il estime qu'elle a pu participer à des crimes de guerre ou des crimes contre l'humanité notamment.
En 1998, l'ancien dictateur chilien Augusto Pinochet, avait été arrêté au Royaume-Uni, suite à un mandat d'arrêt espagnol. Et en décembre dernier, l'ex-ministre israélienne des Affaires étrangères, Tzipi Livni, avait annulé in extremis un voyage à Londres après le lancement d'un mandat d'arrêt suite à une plainte d'associations pro-palestiniennes.
Après cet incident, Londres a promis de réfléchir "de façon urgente" à une réforme de sa législation.

Le pape "n'est pas au-dessus de la loi", a estimé Christopher Hitchens dans la presse britannique. "La dissimulation institutionnalisée de viols d'enfants est un crime, dans toutes les législations, quelles qu'elles soient".
Depuis plusieurs mois, l'Eglise est touchée par une cascade de scandales, et son chef est accusé d'avoir couvert des prêtres pédophiles avant de devenir pape en 2005.
"C'est un homme dont l'instinct a été, quand ses prêtres se sont retrouvés pris sur le fait, de dissimuler le scandale et réduire au silence les jeunes victimes", a déclaré Richard Dawkins au Sunday Times.
Les deux intellectuels sont considérés comme des figures de proue du "nouvel athéisme" qui prône une attitude plus critique vis-à-vis de la religion.

 

Source

 

Les sionistes entendraient-ils ainsi faire payer au pape son soutien à la cause palestinienne lorsque le 13 mai 2009 il jugea "tragique" la construction de la barrière de séparation israélienne en Cisjordanie, lors d'une visite dans un camp de réfugiés à Bethléem ? Et qu'il se prononça pour la création d'un Etat palestinien indépendant ?

 

- Le pape Benoît XVI pour "une patrie palestinienne souveraine"

- Benoît XVI appelle à la création d'un Etat palestinien indépendant

- Statistiques à propos des abus sexuels

- Y a-t-il plus de pédophiles parmi les prêtres qu’ailleurs ? Non !

Repost 0
12 avril 2010 1 12 /04 /avril /2010 15:50

Israël s'est lancé en 2002 dans la construction d'un mur séparant la Cisjordanie du reste de son territoire

 

Un décret militaire israélien doit entrer en vigueur mardi, qui établit de nouvelles règles de séjour en Cisjordanie. S'il est appliqué à la lettre, il permettrait d'expulser des dizaines de milliers de Palestiniens qui vivent dans le territoire. Désormais, ils pourront être jugés en tant «qu'infiltrés» devant des tribunaux militaires. En droit israélien, le terme d'«infiltré» désigne originellement une personne entrée illégalement en Israël via des pays classés comme ennemis de l'Etat (Jordanie, Egypte, Liban et Syrie). Outre l'expulsion, ils risquent des peines pouvant aller jusqu'à sept ans de prison et 7.500 shekels (1.500 euros) d'amende.

 

Source

 

- Jérusalem-est : annexion en cours

- N.O.M. et religion mondiale à Jérusalem
-
La paix juive en Palestine : expulsions des Palestiniens de Jérusalem par la police israélienne
-
Mur israélien : "tragique" (Benoit XVI)

- "Temple de Jérusalem" : Vers une troisième intifada

Repost 0
6 avril 2010 2 06 /04 /avril /2010 08:03
rabbis caught for molestation
Repost 0