Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
17 mai 2013 5 17 /05 /mai /2013 21:39

 

http://www.bvoltaire.fr/media/2012/12/cathophobie-565x252.jpegLa comédie est terminée. Rideau. Le Conseil constitutionnel a tranché dans le sens attendu en validant la totalité de la loi Taubira. Nul n’en sera surpris : il n’est là que pour maîtriser les éventuels écarts de la loi, pas pour s’opposer à la politique générale d’un gouvernement.

 

En bref, cette décision ne mériterait aucun commentaire particulier si elle ne comportait un passage hautement intéressant :


En ouvrant l’accès à l’institution du mariage aux couples de personnes de même sexe, le législateur a estimé que la différence entre les couples formés d’un homme et d’une femme et les couples de personnes de même sexe ne justifiait plus que ces derniers ne puissent accéder au statut et à la protection juridique attachés au mariage ; qu’il n’appartient pas au Conseil constitutionnel de substituer son appréciation à celle du législateur sur la prise en compte, en matière de mariage, de cette différence de situation.

 

Vous avez bien lu : la différence sexuelle ne justifie plus la différence de traitement. C’est valider l’argument d’égalité avancé par les partisans du projet, au mépris du principe élémentaire selon lequel l’égalité de droits ne se conçoit que dans des situations identiques. Première atteinte à l’intelligence.

 

Mais surtout, le Conseil constitutionnel réaffirme un principe révolutionnaire : la loi est au dessus de la nature. Ou, formulée différemment, il n’existe aucun principe supérieur à la loi civile. Et, dès lors, il appartient au législateur de définir la totalité du réel.

 

Cela signifie que le législateur a, en vertu de la fiction de la volonté générale, le pouvoir de dire le bien et le mal. Il peut définir la réalité. Il s’arroge le pouvoir prométhéen de soumettre la nature à sa loi, de la faire plier sous sa loi. Le législateur a le pouvoir de dire ce qu’est l’union conjugale, et n’est pas tenu par la nature même de cette union.

 

En vertu de ce principe, il peut définir ce qu’est la vie, ce qu’est la mort. Il peut appeler homme une femme, et pomme un navet. Il peut décider, demain, que les animaux sont sujets de droits, légaliser le mariage zoophile ou dépénaliser l’inceste, comme il modifierait la loi sur les faillites…

 

La loi est l’expression de la volonté générale énonce doctement la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen du 26 août 1789. Ce n’est pas vrai. La loi est la règle conforme à la réalité naturelle, qui régit les rapports entre les hommes en société. Il existe de nombreuses réalités préexistantes à l’État. La famille et le mariage en font partie. C’est la raison pour laquelle le référendum sur le sujet n’est pas acceptable en principe : il revient à soumettre au vote la définition d’une réalité naturelle.

 

François Teutsch, le 17 mai 2013

 


Source : http://www.bvoltaire.fr/francoisteutsch/validation-du-mariage-gay-la-loi-au-dessus-de-la-nature,23206

 

 

- Le rêve égalitaire et libéral, racines du mal totalitaire détruisant le réel

- La guerre entre le peuple réel et l'Oligarchie est déclarée le 17 mai 2013

- «C'est une violence faite à la Nation que de changer le sens des mots» (Cardinal Barbarin)

- "Il n'est pas sain de mettre aux voix de savoir ce qui est bien et ce qui est mal. Je ne crois pas que la source de la morale soit la majorité" (Mgr André Vingt-Trois)

- La démocratie? Une forme de la tyrannie, l'absolutisation de la "Volonté générale"

Repost 0
16 mai 2013 4 16 /05 /mai /2013 14:53

Un article trouvé sur Boulevard Voltaire montre que la gauche au pouvoir, censée défendre les intérêts des travailleurs, détruit méthodiquement leurs droits et notamment le CDI. Désormais les salariés pourront être les licenciés pour avoir refusé de changer de poste, de changer de lieu de travail, y compris de l'autre côté de l'Hexagone, refusé une baisse de salaire, ou simplement s'ils sont "incompétents".

 

Ceux qui ont pris un crédit pour vingt ans pour acheter leur logement ont du souci à se faire !

 

http://www.bvoltaire.fr/media/2013/05/liberalisme.jpg14 mai 2013, la loi sur « la sécurisation de l’emploi » a été votée au Sénat, par 169 voix contre 33. La fin du CDI et tout le monde s’en moque… Pas une manifestation dans la rue, nada ! Pas le moindre sénateur pendu non plus… Les moutons ne voient pas l’abattoir que l’on construit devant la bergerie.

 



Le CDI vous préservait des licenciements sauf en cas de « cause sérieuse et réelle ». En clair, à moins d’une faute grave ou d’une inaptitude au travail, la seule chose que pouvait tenter votre patron était de vous pousser au suicide comme chez France Télécom…


 

Aujourd’hui, le boss pourra vous virer pour avoir refusé de changer de poste, pour avoir refusé de changer de lieu de travail, y compris de l’autre coté de l’Hexagone… Ou simplement s’il vous juge « incompétent » !

 



Le CDI prévoyait l’impossibilité de baisser votre rémunération sans votre accord. Le boss pouvait demander. Certains ont essayé… 
Grâce à notre Sénat, refuser une baisse de salaire (jusqu’au SMIC) devient un motif valable pour vous faire pointer à Pôle emploi (article 18 de l’accord national interprofessionnel – ANI).


 


Finalement, c’est quoi cette… chose ? 
Rien de moins que la mise au pas de la France par la Commission européenne en matière de droit du travail et la destruction d’un acquis vieux de 20 ans.
 C’est l’échine courbée jusqu’à la brisure de vertèbres devant l’ultra-libéralisme. Un grand jour pour le MEDEF.

 



Comme d’habitude, les travailleurs ont été trahis par plusieurs syndicats (CFDT, CFE-CGC, CFTC) puisque cette loi n’est que la retranscription de l’ANI signé entre lesdits syndicats et le patronat le 11 janvier 2013. FO et la CGT l’ont refusé, encore heureux…


 

Chaque fois que les syndicats parlent des organisations patronales comme « des partenaires sociaux », c’est déjà joué.

 Dans 1984, la dictature décrite par Orwell utilisait des slogans comme: « La guerre, c’est la paix. La liberté, c’est l’esclavage. » 
Tout aussi fort, le hollandisme révolutionnaire ajoute ceci : « La fin du CDI, c’est la sécurisation de l’emploi. »

 



Au Sénat, les communistes sont les seuls à avoir voté contre.
 Comme à son habitude, l’UMP a botté en touche, intrinsèquement lâche, en choisissant de s’abstenir. Il ne faudra pas les oublier ceux-là non plus, le jour du grand nettoyage au Kärcher de la scène politique.
 Comme à son habitude, c’est le PS qui s’y colle pour faire reculer les acquis sociaux…

 

Franck Vinrech, le 15 mai 2013

 

 

Source: http://www.bvoltaire.fr/franckvinrech/le-senat-vote-la-fin-du-cdi-et-tout-le-monde-sen-fout,22801

 

- Fin du CDI : Les électeurs de gauche sont des cons

- Hollande va-t-il remettre en cause le CDI ?

Repost 0
15 mai 2013 3 15 /05 /mai /2013 22:54

http://ecoles.ac-rouen.fr/jean-moulin-2/img/commerce-triangulaire.jpgLes oligarches, tout en pratiquant eux-mêmes allègrement le néo-esclavagisme par la marchandisation forcenée du corps humain (filière d'immigration légalisées et encouragées, mariage homosexuel qui au nom de l'"égalité" entraînera PMA et GPA, recherches sur l'embryon, etc.), en dignes fils des "Lumières" qui au XVIIIe siècle étaient en première ligne dans le commerce triangulaire, ont adopté aujourd'hui un amendement PS créant "un crime d'esclavage et de servitude" punis de 15 ans de réclusion pour "répondre aux formes d'esclavage moderne".

 

Lors de l'examen de ce projet de loi transposant plusieurs directives européennes sur la justice, notamment la traite des êtres humains ou les abus sexuels envers les enfants, la ministre de la Justice Christiane Taubira, après avoir demandé le retrait de cet amendement et proposé un groupe de travail, s'en est remis à la 'sagesse de l'Assemblée' devant l'insistance des députés PS, soutenus par leurs collègues UMP.

 

Source: http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2013/05/15/97001-20130515FILWWW00586-le-crime-d-esclavage-moderne-reconnu.php

Repost 0
15 mai 2013 3 15 /05 /mai /2013 16:20

 

Photo

L'ancien ministre du Budget socialiste Jérôme Cahuzac a estimé avoir moins menti que François Hollande.

 

Jérôme Cahuzac, plus honnête que François Hollande ? Ce serait en tout cas ce que pense l'ex-ministre du Budget, selon une information du Figaro, ce mercredi 15 mai.

  •  
  • "C'est moins grave de mentir pendant 15 secondes devant 577 députés que de mentir depuis un an sur l'état de la France, comme le fait François Hollande... !"

Le 5 décembre dernier, lors de la séance des questions au gouvernement, Jérôme Cahuzac s'était défendu devant les députés. "Je n’ai pas, je n’ai jamais eu de compte à l’étranger, ni maintenant ni avant", avait-il alors expliqué, avant d'avouer avoir menti sur sa situation fiscale devant les parlementaires.

 

Jérôme Cahuzac avait déjà menti "sur ordre"

 

Cette "hiérarchie du mensonge", comme le titre Le Figaro, faisait déjà partie de l'argumentaire du ministre déchu selon le Canard Enchaîné : Jérôme Cahuzac aurait fait valoir un raisonnement similaire début avril, en expliquant qu'il avait déjà menti devant les députés, mais sur un tout autre sujet : le déficit de la France.

  • "Quand on ment sur ordre, et pour des raisons politiques, à l'Assemblée, est-ce digne ? A ce compte-là, j'ai menti devant l'Assemblée, sur la possibilité de réaliser 3% de déficit en 2013", a affirmé l'ancien ministre du Budget.

 

Sources:

(1) http://www.rtl.fr/actualites/info/politique/article/jerome-cahuzac-estime-avoir-moins-menti-que-francois-hollande-7761429440

(2) http://www.lexpress.fr/actualite/politique/pour-cahuzac-hollande-serait-un-plus-gros-menteur-que-lui_1248869.html

 

- Affaire Cahuzac - Où est la République irréprochable ?

- "Le ministère de l'Intérieur n'a jamais été informé de ce compte. Je ne savais pas" (Manuel Valls) : les socialistes incapables ou menteurs ?

- Affaire Cahuzac : Pierre Moscovici savait en décembre

Repost 0
11 mai 2013 6 11 /05 /mai /2013 08:52

Le Conseil de l’Europe a été saisi d’une question du Parti populaire Européen (PPE, droite) sur « la répression croissante et inquiétante » en France des opposants au mariage homosexuel, a indiqué le Figaro le 10 mai.

 

Le Comité des ministres des 47 États membres du Conseil de l’Europe vient d’être saisi par le président italien du groupe PPE à l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe, Luca Volontè, d’une question écrite mettant en cause la gestion, par le gouvernement français, des manifestations contre la loi Taubira .

 

  • « Le mouvement social de défense de la famille qui anime actuellement la France, écrit Luca Volontè, fait l’objet d’une répression croissante et inquiétante, inacceptable de la part d’un État membre du Conseil de l’Europe ».
  • « Ainsi, lors de la manifestation du 24 mars 2013 , dit-il, de nombreuses personnes dont de très jeunes enfants, des femmes et des personnes âgées ont été violentées par les forces de l’ordre ».
  • « Quelles mesures le comité des ministres entend-il prendre pour engager le gouvernement français à mettre un terme à cette violence ? » demande Luca Volontè. (1)

 

Le Comité des ministres - qui exerce notamment un rôle de surveillance du respect par les États membres de la démocratie, des droits de l’homme et de l'État de droit... - devrait répondre avant la fin du mois.

 

  • Mais si jamais la réponse n'était «pas satisfaisante», prévient le parlementaire italien, «les abus de pouvoirs de ces dernières semaines seraient une nouvelle raison d'insister. Rendez-vous compte qu'une femme handicapée a été battue à Caen par la police! Ce sont des violations des droits de l'homme comme on en voit en Ukraine ou en Biélorussie! Si l'on veut être crédible en défendant les droits de l'homme, on ne peut pas accepter que l'un de nos membres ne les respecte pas », indique-t-il.

 

Le directeur de l'European Center for Law and Justice (une ONG chrétienne accréditée auprès du Parlement européen et des Nations unies) Gregor Puppinck fera lui aussi un suivi. «On envisage, explique-t-il, de soumettre un mémoire en soutien à cette question écrite.»

 

Luca Volontè accumule en ce moment «de nombreux témoignages, vidéos et photos», enrichis «malheureusement presque quotidiennement».

 

  • «Le gouvernement français sait maintenant qu'il est observé et aura à se justifier !, a-t-il lancé. S'il ose continuer, je rassemblerai facilement de nombreux collègues derrière moi pour déposer, pourquoi pas, une proposition de résolution.» (2)

 

 

Sources:

 

(1) http://www.lesechos.fr/economie-politique/politique/actu/0202757220587-mariage-gay-le-parti-populaire-europeen-en-appelle-au-conseil-de-l-europe-565582.php

(2) http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2013/05/10/01016-20130510ARTFIG00488-manif-pour-tous-le-conseil-de-l-europe-saisi-pour-les-violences-policieres.php

 

- Une majorité de Français est désormais opposée à la loi Taubira

- Le Printemps français est né dimanche 24 mars 2013

Repost 0
9 mai 2013 4 09 /05 /mai /2013 22:59

Le sweat-shirt de la Manif pour tous continue visiblement à inquiéter les autorités !

Hier soir, un groupe de jeunes a été interpellé en plein Paris par des CRS, la préfecture de police expliquant «qu'ils s'approchaient dangereusement de l'Élysée». Les jeunes gens envisagent de porter plainte pour «arrestations abusives».

 

http://boutique.lamanifpourtous.fr/img/p/1/9/19-thickbox_default.jpgC'est un groupe d'une vingtaine d'amis qui se sont donné rendez-vous sur les Champs-Élysées, mercredi soir, pour boire un verre. «C'est le 8 mai, si on fêtait la victoire?», se sont-ils envoyé comme texto. Certains sont des habitués de la Manif pour tous, d'autre n'y ont jamais mis les pieds. Ont-ils des signes distinctifs? Sont-ils menaçants? «Avec nos caméras de surveillance, nous avons repéré un jeune portant le sweat-shirt de la Manif pour tous», rapporte sans rire un porte-parole de la préfecture.

 

Pour les policiers, il n'en faut pas plus pour y voir un «attroupement interdit». «C'est en tout cas ce qu'ils nous ont dit en nous arrêtant, raconte Clothilde, une vendeuse de 23 ans. Nous on ne faisait que marcher, en discutant par petits groupes, quand une centaine de CRS nous ont foncé dessus». Selon la préfecture, les jeunes ont été interpellés car ils s'approchaient dangereusement de l'Élysée. «Ils se sont séparés en deux: un groupe a été bloqué au rond-point des Champs-Élysées, un autre été arrêté avenue Gabriel», indique la préfecture.

Main courante pour «manifestation interdite»

 

Cyprien, un étudiant de 23 ans, est sûr d'avoir été reconnu puis suivi par des RG, lui qui a déjà passé 44 heures en garde à vue après une Manif pour tous il y a trois semaines. «Dès que je suis sorti du métro, avec trois copains, un RG m'a interpellé: “mais qu'est-ce que vous foutez ici”. Je lui ai répondu que l'allais boire un verre avec des amis ; il ne m'a pas cru». C'est parce qu'il en avait marre, dit-il, d'être suivi, que Cyprien a décidé de se diriger vers les Tuileries, accompagnés par certains de ses amis. Avenue Gabriel, raconte-t-il, «dans leur précipitation les flics ont failli embarquer un couple de touristes étrangers, tout simplement parce qu'ils marchaient à côté de nous!»

 

Fouillés et poussés sans ménagement dans le fourgon, les jeunes - deux d'entre eux sont mineurs - seront conduits dans trois commissariats différents. Au poste du Châtelet, «l'OPJ m'a dit: “je ne sais pas quoi faire, je ne sais pas pourquoi vous êtres là”», raconte Matt, 16 ans. Le lycéen et ses amis écoperont d'une main courante pour «manifestation interdite». Quant aux autres, après une courte halte aux commissariats des IIIe et XVIe arrondissements, ils seront relâchés après une simple vérification d'identité.

 

«Depuis quinze jours-trois semaines, il faut savoir qu'il y a régulièrement des actions semblables, se justifie le porte-parole de la préfecture. Avant-hier soir, par exemple, des jeunes ont bloqué la rue de Rivoli pendant 10 minutes. Une quinzaine d'entre eux a été interpellée. Nous, on ne fait que notre boulot: on ne peut pas laisser des jeunes déambuler à 20 mètres de l'Élysée».

 

Mais ces «interpellations abusives» ne font qu'exaspérer encore davantage le groupe d'amis. «Quelle paranoïa, ce préfet de police! lance Cyprien. Cette violence ne fait que radicaliser des gens biens élevés comme nous». Pour les organisateurs de la Manif pour tous, «ça dépasse les bornes!». «Cela montre l'extrême fébrilité de l'exécutif avant la grande manif du 26 mai, affirme Caroline, l'une des responsables. Alors même que nous maintenons le caractère pacifique et légal de l'ensemble de nos actions». Les 24 jeunes interpellés mercredi soir (8 mai, NdCR) envisagent de porter plainte pour «arrestations abusives» et «délit de faciès».

 

Source: http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2013/05/09/01016-20130509ARTFIG00337-des-jeunes-portant-le-sweat-shirt-de-la-manif-pour-tous-interpelles-a-paris.php

 

- Verbalisé pour port d’un tee-shirt de la Manif pour tous !

- Ports de sweats MPT interdits au jardin du Luxembourg, expulsions et PV

Repost 0
5 mai 2013 7 05 /05 /mai /2013 22:46

Israël a lancé aujourd'hui un raid près de Damas, le deuxième mené en 48 heures. (1) Silence complet dans les media.

 

L'aviation israélienne a mené deux raids en Syrie en 48 heures entre vendredi et dimanche, affirmant vouloir empêcher un transfert d'armes au Hezbollah libanais. Pour Damas, ces raids ouvrent la porte à toutes les options. Ces raids risquent de marquer un tournant avec une implication ouverte d'Israël. L'Iran s'est dit prêt à "entraîner" l'armée syrienne.

 

Selon Damas, l'État hébreu a frappé dans la nuit de samedi à dimanche trois positions militaires au nord-ouest de Damas avec des missiles tirés par des avions venus d'Israël via le Liban-sud. "Cette agression a causé des morts et des blessés et des destructions graves", a assuré le gouvernement syrien.

Centre scientifique visé

Ce raid a visé un centre de recherches scientifiques à Jamraya, déjà touché fin janvier par Israël, ainsi que deux objectifs militaires, selon un diplomate à Beyrouth s'exprimant sous couvert de l'anonymat.

 

Un responsable israélien a confirmé la frappe, affirmant qu'elle "visait des missiles iraniens destinés au Hezbollah".


"Le gouvernement syrien confirme que cette agression ouvre largement la porte à toutes les possibilités, notamment parce qu'il n'y a plus aucun doute sur la réalité des connexions entre toutes les composantes menant la guerre contre la Syrie", a-t-il ajouté. (2)


Dans une lettre adressée au Conseil de sécurité de l'ONU, Damas a accusé l'Etat hébreu d'appuyer les rebelles, notamment la branche syrienne d'Al-Qaïda, le Front Al-Nosra, que son armée combat depuis plus de deux ans.(3)




Sources:

 

(1) http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2013/05/05/97001-20130505FILWWW00098-l-agression-israelienne-ouvre-toutes-les-possibilites-damas.php

(2) http://www.swissinfo.ch/fre/nouvelles_agence/international/Syrie:_nouveau_raid_israelien_-_Damas_garde_les_options_ouvertes.html?cid=35732466

(3) http://www.jeuneafrique.com/Article/DEPAFP20130505164025/

Repost 0
5 mai 2013 7 05 /05 /mai /2013 14:01

L'actuel projet de loi de "mariage" des personnes homosexuelles étant une "réforme de civilisation" selon Christiane Taubira, il faut dire et rappeler que le régime démocratique qui se dit "Etat de droit" est en réalité un régime despotique pouvant changer à sa guise les lois mêmes civilisationnelles et culturelles. Le roi, n'étant pas au-dessus de la culture de son peuple qu'il ne pouvait changer à sa guise, ni au-dessus de la loi naturelle, il n'aurait pas eu le pouvoir de marier des personnes du même sexe ni d'engager une telle réforme. Le "mariage" homosexuel est un nouvel exemple de république absolue, d'absolutisme républicain et de cette guerre de religion que mène la république.

 

Dans la monarchie absolue qui fut le système politique de la France à l'âge classique et notamment sous le règne de Louis XIV, le roi ne rend pas de comptes à un quelconque parlement. Mais « absolu» n'est pas synonyme de « despotique ». Ce terme signifie seulement « libre de tout lien » ce qui ne veut pas dire « tyrannique ». Le roi de France n'aurait pas eu le pouvoir de marier des personnes du même sexe ou de prélever des impôts confiscatoires...

A l'autre opposé on trouve la monarchie constitutionnelle qui n'est rien d'autre qu'une démocratie couronnée. A titre d'exemple on peut citer le Royaume-Uni, les pays scandinaves, l'Espagne, la Belgique. Dans ce système le roi règne mais ne gouverne pas. Il se contente d'assurer la continuité de l'Etat et la fonction symbolique attachée à la Couronne. C'est une monarchie diminuée mais qui a tout de même le mérite d'exister car elle assure l'unité de la nation. Que serait la Grande Bretagne sans sa Reine. Que seraient devenus les belges sans leur roi ? La Belgique serait-elle restée un havre de sécurité pour les riches contribuables ?

Et entre ces deux modèles opposés il existe une infinité de situations intermédiaires. Des régimes mixtes qu'on peut appeler « monarchies statutaires » ou encore « monarchies institutionnelles », dans lesquelles le pouvoir du roi est réel mais partagé. On en a vu beaucoup d'exemples au XIXeme Siècle et jusqu'à la guerre de 1914. Par exemple en France la Restauration ou le Second Empire correspondent à ce modèle ; le pouvoir appartenait pour partie au Parlement et pour partie au souverain. L'empire des Habsbourg en est un autre illustration remarquable, tout comme l'Empire allemand crée par Bismarck. Dans ces Etats on pratiquait le suffrage universel et la protection sociale ! Actuellement il y a un minuscule Etat en Europe, la Principauté de Lichtenstein, qui continue à fonctionner selon ce modèle. La souveraineté politique appartient conjointement au Prince et au Peuple. Le Prince dispose de la direction politique et d'un droit de veto ; il peut aussi provoquer des référendums. Le peuple de son côté peut s'adresser au Prince pour provoquer une votation exactement comme en Suisse. Et ce système d'alliance du Prince et du Peuple s'avère efficace car ces dernières années il a permis de tenir en échec les puissantes oligarchies parlementaires et financières qui souhaitaient avoir les coudées franches...

Je ne vous cache pas que ce système est celui qui a ma préférence. C'est en quelque sorte la monarchie tempérée par la démocratie directe. L'alliance de l'autorité légitime et du consentement populaire...

 

La monarchie est un système politique et social qui obéit à une logique tout à fait différente de la logique démocratique. Le régime démocratique, et on le voit bien dans notre système républicain, fonctionne suivant les règles de la logique formelle, c'est à dire des exclusions et oppositions. Il faut toujours choisir : droite ou gauche, Peuple ou Roi, salarié ou patron, progrès ou réaction, hommes ou femmes, riches ou pauvres, etc... C'est un système réducteur, frustrant et à terme intrinsèquement violent. Par contre le régime monarchique est un système de logique paradoxale, d'union des contraires en quelque sorte. Le roi règne, dirige le jeu politique et peut prendre des décisions propres. Mais en même temps il peut laisser au peuple de très grands espaces de liberté et mettre en place des mécanismes d'autogestion. On a découvert, par exemple, que sous la Monarchie Française, dans le sud-est et du côté du Dauphiné, il existait un territoire appelé « la République des Escartons » qui fonctionnait en démocratie directe à la manière des cantons suisses. La population gérait son territoire, votait les impôts, élisait ses représentants. Les rois de France ne remirent jamais en cause ces libertés qui étaient assimilées à des privilèges et qui étaient donc à ce titre garanties par la Couronne. Quel exemple et quelle modernité ! Ce n'était pas le seul exemple. Et c'est la Révolution française qui a mis fin à ces libertés au nom de l'égalité face à l'Etat !

 

Source: http://french.ruvr.ru/radio_broadcast/74538918/110162908.html via http://www.institutducdanjou.fr/fr/actualites-diverses/237-la-monarchie-sauverait-elle-la-france-.html

 

- Le coup d'Etat historique du "mariage" pour tous

- Considérations sur la violence suscitée par la loi Taubira : une guerre de religions ?

- République absolue : François Hollande et la division haineuse des citoyens en classes, catégories et groupements d'hommes

Repost 0
27 avril 2013 6 27 /04 /avril /2013 22:58

Souvenez-vous Philippe SCHMITT est le père d'Anne-Lorraine, assassinée dans un train de banlieue le 25 novembre 2007 par un récidiviste.

Le syndicat de la Magistrature a mis sa photo sur "le mur des cons" dont vous avez sans doute entendu parler aux actualités
: http://www.atlantico.fr/decryptage/mur-cons-comment-accepter-haine-et-mepris-magistrats-pour-familles-qui-comme-mienne-ont-eu-enfant-tue-philippe-schmitt-709032.html

 

 

Mur des cons : "Comment accepter la haine et le mépris de magistrats pour des familles qui, comme la mienne, ont eu un enfant tué" ?

 

 

 

Philippe Schmitt est le père d'Anne-Lorraine, assassinée de 34 coups de couteau dans le RER D, le 25 novembre 2007, par un récidiviste, Thierry Devé-Oglou. Il figure sur le Mur des cons du Syndicat de la magistrature (SM), révélé par Atlantico. Ce jeudi, il a décidé de porter plainte.

 

Atlantico : A titre personnel, comment avez-vous appris votre présence sur ce mur et quelle est votre réaction ?

 

Philippe Schmitt : Je me suis rendu sur votre site le jour de la sortie de l'information. J'ai passé la vidéo très rapidement. Mais je ne me suis pas repéré dessus. J'étais passé à autre chose. Et en fait j'ai appris ça de la part d'un ami qui m'a contacté et m'a affirmé m'avoir vu sur ce mur. J'ai donc revu la vidéo en m'arrêtant plusieurs fois pour me chercher. Et effectivement, avec surpris et stupeur, je me suis reconnu sur ce mur. On me voit en chemisette bleue avec un pull sur les épaules. Et sur ma photo, il y a un autocollant avec la flamme symbole semble-t-il du Front national.

 

Alors tout d'abord, je n'appartiens en aucun cas au Front national. Ensuite avec mon épouse et mes enfants nous sommes profondément scandalisés ! S'agissant d'un homme politique cela peut être dans la logique des choses de prendre des coups bas. Mais moi je ne suis pas un homme politique. Je suis le père d'une victime et je trouve absolument abject de me retrouver sur un mur intitulé le "Mur des cons" ! A travers ma photo, je trouve que c'est notre histoire personnelle qui est bafouée. On voit à travers de tels actes le mépris et la haine que ces magistrats éprouvent pour des familles comme nous et comme toutes les familles de France qui ont eu une enfant tué dans ces circonstances. Je trouve cela absolument anormal.

 

Pourquoi je suis là ? Je me pose la question. J'ai critiqué, je critique encore et je critiquerai toujours, parce que ce ne sont pas eux qui me feront taire, les dysfonctionnements de la justice. Je trouve anormal que des gens qui soient punis de 10 ans de prison n'en fassent que cinq. On les retrouve dans la rue. Ils sont sans contrôle. Ils récidivent. Tout le monde trouve cela normal. Je m'élève contre ce fait. Je m'élève contre la suppression des peines de rétention. J'ai été opposé à l'abolition des peines planchers. Je suis donc forcément, d'après eux, un dangereux facho.

Que pensez-vous de la mise en place d'un "Mur des cons" au sein du Syndicat de la magistrature ?

 

Je pense que c'est totalement déplacé ! On n'est pas dans une salle de classe, dans une salle de potaches ou dans un patronage. On est dans un monde de magistrats et j'estime que leur première qualité n'est pas forcément d'être impertinent. Le principe d'un tel mur, je trouve cela scandaleux. Le fait même, d'une certaine manière, qu'ils fichent des gens sur un mur intitulé "Le Mur des cons" c'est quelque chose de honteux. Sur quel critère est-on un con ? A titre personnel, j'aimerais bien savoir le critère sur lequel j'ai été sélectionné. Le principe même dans un syndicat, soit disant responsable au niveau du siège national, qu'il puisse y avoir ce mur là, c'est une plaisanterie qui ne fait pas rire du tout.

Ces critiques que vous faites envers la justice, sont-elles selon vous les seules motivations qui ont poussé les auteurs à vous placer sur ce mur ?

 

Il y a cette motivation là effectivement. La deuxième c'est que par le passé j'ai participé à un débat télévisé avec un de leur responsable. Le débat a été cordial mais très musclé. Cette personne en question n'a peut-être pas accepté et est peut-être revenu le soir même en disant : "J'ai débattu avec ce type. Quel con !" C'est une hypothèse. J'ai fait également un bout de chemin avec l'Institut pour la justice mais cela fait plus de quatre ans. Je ne pense pas que cela soit la raison. Vraiment je ne vois pas, je ne sais pas pourquoi.

 

 

J'ai bénéficié de par mes relations de micros et de présence médiatique et je n'ai jamais manqué une occasion de dire ce que je pensais. Aux Assises, au moment du procès de l'assassin de ma fille, chaque soir j'ai dit tout ce que je pensais de cette politique pénale qui est mise en place. J'ai été reçu aussi à une conférence où j'ai dit tout le mal que je pensais du projet Taubira. Je ne m'en suis jamais caché et je continuerai ainsi. Peut-être que cela leur déplait.

Quelles sont les suites judiciaires que vous envisagez à cette affaire ?

 

J'ai eu mon avocat au téléphone dans l'après-midi. Nous étions en train d'évoquer toutes les possibilités pour donner suite à cette affaire. Je vais porter plainte pour insultes. Maintenant est-ce que cette insulte s'est faite dans un cadre privé ou public ? Est-ce qu'un siège de syndicat est accessible facilement ? C'est ce que nous sommes en train de regarder avec mon avocat (Maître Bruno Drye ndlr).

 

La plainte sera déposée dans les jours qui viennent parce qu'avant je souhaite voir quelle est l'évolution de cette histoire. Aujourd'hui la Garde des Sceaux s'est exprimée par exemple. Elle aurait demandé l'avis du Conseil supérieur de la magistrature. Ce ne sont peut-être que des gesticulations médiatiques. A voir. J'étudie de toute manière très sérieusement la possibilité d'une action avec mon avocat. Mon avocat demande d'ailleurs à ce qu'on publie la liste des membres du Syndicat de la magistrature. En effet, il se propose de les récuser désormais systématiquement dans les prochaines affaires dans lesquelles ils seraient amenés à intervenir. Il estime que ce sont des magistrats partiaux et à ce titre là la justice n'est donc pas bien rendue.

 

 

Source: http://www.atlantico.fr/decryptage/mur-cons-comment-accepter-haine-et-mepris-magistrats-pour-familles-qui-comme-mienne-ont-eu-enfant-tue-philippe-schmitt-709032.html

 

via https://www.facebook.com/Hollandouille1er

Repost 0
18 avril 2013 4 18 /04 /avril /2013 11:28

"Il ne peut pas y avoir d'actes contre des personnes"

(François Hollande à Roissy le 18 avril 201).

 

François Hollande dénonce aujourd'hui les "actes homophobes" qui, rappelons-le, s'ils sont avérés, sont créés de toute pièce par l'Oligarchie qui joue la stratégie de la tension, de la division des communautés montées les unes contre les autres et du chaos pour régner... "Il ne peut pas y avoir d'actes contre des personnes", a-t-il déclaré. Il a prononcé son discours en marge d'un déplacement ultra-secret à Roissy consacré à la sécurité. Jusque-là François Hollande se terrait dans son palais à l'Elysée depuis une dizaine de jours... Son déplacement à Roissy avait été tenu ultra-secret afin d'empêcher tout accueil démocratique !

 

Dans le même temps, depuis plusieurs jours, la police politique d'Hollande violente les opposants politiques et viole leurs droits naturels les plus élémentaires dans l'indifférence totale des media collabos. Le droit de manifester pacifiquement, le droit même de se réunir sur une place pour chanter n'existe pas pour tout le monde en Hollandie !

 

Il y a manifestement des personnes qui ont plus de droits que d'autres ! Des dizaines de jeunes défenseurs du mariage naturel et des droits des enfants faisaient un sitting improvisé mardi soir 16 avril sur la pelouse des Invalides. Ils étaient assis par terre, serrés les uns contre les autres, ils chantaient. Ils ont été évacués de force par la police politique du Régime dit "démocratique". Certains ont été traînés par terre, des jeunes femmes tirées par les cheveux... 

 

La video est visible ici : http://www.youtube.com/watch?v=u72M-xIo62c

Repost 0
15 avril 2013 1 15 /04 /avril /2013 13:43

 

Après les hausses d'impôts inédites en 2012 et 2013, Pierre Moscovici qui "ne savait pas" lui non plus à propos de l'exil fiscal de l'ancien ministre du Budget Jérôme Cahuzac... admet aujourd'hui qu'il y aura une hausse en volume des prélèvements obligatoires de 0,2 à 0,3 point en 2014, soit environ six milliards d'euros.

 

Avec cette nouvelle hausse la France atteindra un record historique des prélèvements obligatoires : 46,5 à 46,6 % du PIB (produit intérieur brut).

 

Le gouvernement avait jusqu'ici promet que les prélèvements obligatoires seraient gelés au-delà de 2013...

 

Il y a quelques semaines encore, Jérôme Cahuzac (Budget) et Pierre Moscovici (Économie) promettaient la "stabilité fiscale" à compter de 2014.

 

Que les ménages se rassurent : sur France Inter, Pierre Moscovici a minimisé l'impact sur les ménages de la hausse des prélèvements en 2014 :


  • "Il n'y aura qu'une hausse d'un seul impôt, c'est la TVA qui a déjà été annoncée pour financer le crédit d'impôt compétitivité emploi". 

 

En réalité, la hausse de la TVA ne financerait que six des 10 milliards d'euros du crédit d'impôt compétitivité, selon Les Echos.


Source: http://www.franceinfo.fr/economie/prelevements-obligatoires-seraient-a-la-hausse-en-2014-952971-2013-04-15

Repost 0
14 avril 2013 7 14 /04 /avril /2013 23:52

Photo : #Hollande #Ayraullt : La grande débacle !Caroline Fourest dénonce un climat de "quasi-guerre civile" : dis merci à Hollande et Taubira !

 

Source: Hollandouille Ier

Repost 0
14 avril 2013 7 14 /04 /avril /2013 23:46

Un militant anti mariage pour tous poignardé.

Le 12 avril des pro #mariagepourtous appelaient à tabasser Samuel Lafont.
Le lendemain matin, il est poignardé.
La presse et la police s'empressent de conclure à une "agression crapuleuse".

Photo : Le 12 avril des pro #mariagepourtous appelaient à tabasser Samuel Lafont. Le lendemain matin, il est poignardé. La presse et la police s'empressent de conclure à une "agression crapuleuse".

 

Source: https://www.facebook.com/Hollandouille1er

Repost 0
11 avril 2013 4 11 /04 /avril /2013 10:52

Ce ne sont pas des "incapables" mais des menteurs !

 

Photo

Malgré les dénégations de Manuel Valls ou de François Hollande parlant d'"outrage à la république", Moscovici savait en décembre. (1)

 

Selon Valeurs actuelles du 11 avril, le ministre de l'Economie Pierre Moscovici a envoyé une mission secrète en Suisse et connaissait depuis décembre 2012 l'existence du compte suisse de l'ancien ministre du Budget Jérôme Cahuzac. Une équipe d'une quinzaine de fonctionnaires, notamment de la Direction nationale d'enquêtes fiscales, a agi de façon parfaitement légale et n'a eu aucune difficulté à obtenir la confirmation recherchée. "La démarche de Pierre Moscovici, qui consiste, le 24 janvier, à demander aux autorités helvétiques si Jérôme Cahuzac disposait d'un compte à l'UBS entre 2006 et 2012 avait quelque chose de surréaliste", selon l'hebdomadaire.

 

Pierre Moscovici s'est défendu de toute complaisance ou faille dans l'enquête diligentée auprès de la Suisse sur le compte de l'ex-ministre du Budget...


On apprend à la mi-journée que Pierre Moscovici va porter plainte contre "Valeurs actuelles", selon des informations obtenues par BFMTV.

 

Même tactique, même ligne de défense que Manuel Valls: "Non, bien sûr que non".

 

Pierre Moscovici oppose aujourd'hui un "démenti formel" aux allégations de l'hebdomadaire Valeurs actuelles, selon lequel le ministre de l'Economie aurait été au courant dès décembre 2012 de l'existence du compte en Suisse de son ministre délégué au Budget Jerôme Cahuzac. Le ministre a même décidé de porter plainte contre l'hebdomadaire, a assuré Bercy à BFMTV.


Une mission secrète envoyée en Suisse dès 2012?

 

Selon Valeurs actuelles, le ministre aurait envoyé dès la fin de l'année dernière une mission secrète en Suisse pour enquêter sur le cas de Jérôme Cahuzac. Toujours selon ce média, la quinzaine de fonctionnaires dépêchée en Suisse n'aurait eu aucun mal à obtenir la confirmation de l'existence de ce compte.

 

Cette information pourrait éclairer d'un nouveau jour les demandes envoyées le 24 janvier dernier par Bercy aux autorités helvétiques pour vérifier l'existence d'un compte à la banque UBS pour la période 2006-2012, soit jusqu'au délai de prescription. Une démarche qualifiée a posteriori de "surréaliste" par Valeurs actuelles.

 

Mais pour Pierre Moscovici il s'agit ni plus, ni moins, que d'une "reconstruction à partir d'une réalité qui n'existe pas". (2)

 

Sources:

 

(1) http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2013/04/11/97002-20130411FILWWW00400-moscovici-aurait-su-des-decembre.php

(2) http://www.bfmtv.com/societe/moscovici-dement-avoir-su-decembre-2012-cahuzac-490282.html

 

- 2014, la croissance, le mensonge et Cahuzac (Jacques Sapir)

Repost 0
8 avril 2013 1 08 /04 /avril /2013 11:40
Repost 0
8 avril 2013 1 08 /04 /avril /2013 11:28

 

http://www.ps-paris.org/sites/default/files/imagecache/node-full/imagefield/article/republique-exemplaire-reunion-publique-de-la-campagne-de-francois-hollande.pngPendant sa campagne présidentielle, François Hollande s'était engagé à ne pas nommer un ministre ayant eu des démêlés avec la justice... Va-t-il devoir mettre ses actes en accord avec ses paroles ? Le Premier ministre Jean-Marc Ayrault a été condamné en 1997 à six mois de prison avec sursis pour octroi d'avantages injustifiés. Le maire socialiste de Nantes avait à l'époque été jugé pour avoir accordé à une association l'impression du journal municipal sans passer d'appel d'offres.

 

Le 19 décembre 1997, Jean-Marc Ayrault, qui était déjà président du groupe socialiste à l'Assemblée nationale, avait été condamné par le tribunal correctionnel de Nantes, en Loire-Atlantique, à six mois de prison avec sursis et 30.000 francs d'amende pour délit de favoritisme dans l'attribution d'un marché public.

 

Source: http://www.rtl.fr/actualites/politique/article/condamne-en-1997-jean-marc-ayrault-va-t-il-perdre-matignon-7747991046

Repost 0
5 avril 2013 5 05 /04 /avril /2013 11:59

 

 

Certains élus socialistes semblent à court d'arguments :


  • «Chez moi, comme partout en France, confie l'un d'eux, il y a des entreprises qui ferment. Comment va-t-on expliquer qu'un ministre du Budget avait 42 ans de salaire planqués en Suisse? Ce n'est pas possible.»

 

Le député de l'Essonne Malek Boutih est plus serein. Il appelle ses collègues à garder la tête froide:

 

  • «Rappelons-nous l'affaire DSK! C'était plus qu'incroyable. Sur l'affaire Cahuzac, le côté surjoué est limite. Il faut se calmer et descendre d'un petit cran.»
  •  

Même analyse de Eckert:

 

«Les élus ne doivent pas paniquer. Cette affaire est plus qu'un coup de vent mais ce n'est pas un tsunami. Il ne faut pas avoir d'état d'âme. Il y a nécessité de serrer les rangs et d'être solidaires. Surtout, il faut éviter de surréagir».

 

Thierry Mandon est moins optimiste. Il prédit:

 

  • «Les députés vont rentrer en début de semaine prochaine porteurs d'une demande de changements…»
Repost 0
5 avril 2013 5 05 /04 /avril /2013 11:03

Le lapsus de Valls: "Des ministres ont trahi !"

 



Repost 0
4 avril 2013 4 04 /04 /avril /2013 13:16

 

http://lagauchematuer.fr/wp-content/uploads/2013/01/d%C3%A9sir-condamn%C3%A9.png

Le Premier secrétaire du Parti socialiste Harlem Désir, condamné à 18 mois de prison pour recel d'abus de biens sociaux, a écrit aujourd'hui aux militants socialistes pour les inviter à faire bloc dans l'affaire Cahuzac et dénoncer la "surenchère politicienne dangereuse" de la droite. Dans cette lettre, le dirigeant dit comprendre "la stupeur et la colère" des socialistes face aux actes "d'une extrême gravité" de l'ancien ministre du Budget, qui a avoué détenir depuis 20 ans un compte bancaire à l'étranger.

 

L'ancien ministre du Budget "a trahi la confiance" du président de la République, du Premier ministre, du gouvernement, de la représentation nationale, des citoyens, "mais aussi des militants socialistes", écrit-il. Il explique que par ses agissements, Jérôme Cahuzac "s'est exclu de fait" du Parti socialiste. "Ces actes sont incompatibles avec les exigences de la vie politique et des mandats publics qui lui avaient été confiés. Ils constituent une blessure pour tous les socialistes".

 

Harlem Désir évoque les réactions de la droite et l'extrême droite destinées à "se livrer à une surenchère politicienne dangereuse: elles instrumentalisent une affaire individuelle à des fins de déstabilisation du président et du gouvernement." Pour le Premier secrétaire du PS, "la meilleure réponse face à l'adversité et à la crise, c'est l'unité la plus grande des socialistes dans le soutien aux réformes économiques et sociales mises en oeuvre pour la croissance, l'emploi, la justice sociale, pour redresser et transformer notre pays dans la durée".


Repost 0
4 avril 2013 4 04 /04 /avril /2013 11:10

 

 

"Le ministère de l'Intérieur n'a jamais été informé de ce compte. Je ne savais pas" (Manuel Valls sur RMC-Info ce matin)

 

La position du ministre de l’Intérieur sur l'affaire Cahuzac était "attendue". Manuel Valls a été interrogé ce matin avec beaucoup de complaisance sur la radio collabo RMC-Info :

 

Interrogé sur le fait de savoir s'il connaissait le compte à Singapour de l'ancien ministre du Budget Jérôme Cahuzac, l'homme en principe «le mieux informé de France», a répondu avec la langue de buis socialiste :

  • « Le ministère de l'Intérieur n'a jamais été informé de ce compte. ... Je ne savais pas. Sinon j'en aurais informé directement le président de la République. L'enquête a été ouverte à partir du 9 janvier. Dans un Etat de droit, nous devons respecter des procédures et la justice a fait son travail. Quand une crise morale et d'autorité vient nous frapper, il faut rappeler que nous sommes dans un Etat de droit ». (1)

 

Pourtant n'importe quel quidam aurait pu lui poser la question suivante : lorsqu'un citoyen lambda fraude le fisc n'y a-t-il pas des inspecteurs des impôts qui lui tombent immédiatement dessus afin d'enquêter sur ses comptes ? N'y avait-il pas moyen de savoir si oui ou non il y avait eu fraude du ministre du Budget sans attendre que la justice "fasse son travail" ? Pour les citoyens lambdas on n'attend pas que la justice "fasse son travail", il y a enquête du fisc et descente d'inspecteurs des impôts. Où est "l'égalité républicaine" ?

 

 

 

A la question de Jean-Jacques Bourdin "est-il vrai oui ou non qu'une note a été transmise à l'Elysée quelques jours après les révélations de Mediapart ?", le locataire de la place Beauvau a répondu par la négative :

 

  • « Non, c'est faux, il n'y a eu aucune note qui a été transmise. ... Vous pensez un seul instant que j'aurais demandé, moi, à la direction centrale du renseignement intérieur, de faire une enquête sur Jérôme Cahuzac, ou sur la bande où sa voix était enregistrée ? Mais, où sommes-nous? C'est fini cela, ces temps où les anciens renseignements généraux pouvaient enquêter sur des personnalités politiques. ... La presse a fait son travail et la justice aussi à partir du 9 janvier a fait aussi son travail. Mais moi, je ne déclenche pas des enquêtes, ce n'est pas mon rôle, ce n'est pas mes prérogatives, c'est le rôle de la justice. »

 

  • « Non, c'est faux ! En aucun cas, il n'y a eu d'enquête parallèle, ni avant, ni pendant celle menée depuis le 8 janvier 2013", a déclaré Manuel Valls.

 

Jusqu'au plus haut niveau de l'Etat, leur ligne de défense est celle des caïds de banlieues : on ne sait rien, on n'a rien vu, on n'est pas au courant ! C'est tout l'enjeu de l'offensive de communication lancée par le gouverne-ment. Alors, les socialistes, incapables ou menteurs ?

 

Selon M6Info, la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI) aurait été sollicitée dès le 4 décembre par la place Beauvau pour savoir quel crédit donner à l'enquête dévoilée ce même jour par Mediapart. Les hommes du renseignement concluent en seulement deux jours que l'enregistrement sonore n'est pas un montage et que la voix est "très probablement" celle de Jérôme Cahuzac. Pourtant, officiellement, l'enquête de police sur ce fameux enregistrement n'est ouverte que le 8 janvier 2013... La note de la DCRI serait remontée au ministère de l'Intérieur. Et, selon le Canard Enchaîné ainsi que Le Point, François Hollande aurait reçu ce document confidentiel fin décembre. Officiellement, c'est seulement le 19 mars 2013 que la police attribue "probablement " la voix à Jérôme Cahuzac. A cette date, le parquet ouvre une information judiciaire pour blanchiment de fraude fiscale. (2)

 

 

Ce matin sur RMC, le journaliste de La Croix, Antoine Peillon, a affirmé que la Direction Centrale du Renseignement Intérieur (DCRI) savait tout, depuis longtemps. Dès fin décembre, François Hollande aurait été averti par une note blanche confirmant les accusations de Mediapart. Des doutes qui pèsent aussi sur Bercy et la place Beauvau. Les services des ministères des Finances et de l'Intérieur ont-ils tenté de masquer une partie de l'affaire ? Pour le journaliste de La Croix, la DCRI savait tout, depuis longtemps : « Dans l’enquête que j’ai faite, j’ai constaté, parfois avec une certaine consternation, que les policiers du Renseignement intérieur [la DCRI, qui dépend du ministère de l’Intérieur] sont au courant de quasiment tout en ce qui concerne l’évasion fiscale. Je pense que sur ce qui concerne particulièrement monsieur Cahuzac, étant donné ses responsabilités politiques depuis longtemps, étant donné son activité d’évasion fiscale assez maladroite quelque part, je ne peux pas croire que ce n’était pas connu, précisément de cette police-là ». (3)

 

Selon Le Monde, il n'y aurait certes pas eu de "note" parvenant à l'Elysée, mais néanmoins des éléments concordants, fin décembre. Et ceux-ci ne seraient par forcément issus du ministère de l'intérieur, mais sans doute de Bercy. (4)

 

Par ailleurs, on a vu que le 15 décembre, l'ancien maire RPR de Villeneuve-sur-Lot (Lot-et-Garonne), Michel Gonelle, avait contacté le directeur de cabinet de François Hollande pour revendiquer la paternité de l'enregistrement. Il avait été renvoyé vers les autorités judiciaires.

 

 

Sources:

 

(1) http://www.rmc.fr/editorial/365774/nous-nous-sentons-salis-dit-manuel-valls/

(2) http://lci.tf1.fr/politique/affaire-cahuzac-l-elysee-savait-il-valls-nie-toute-enquete-parallele-7913102.html

(3) http://www.rmc.fr/editorial/365782/affaire-cahuzac-le-renseignement-interieur-savait-tout/

(4) http://www.lemonde.fr/politique/article/2013/04/04/affaire-cahuzac-manuel-valls-dement-toute-enquete-parallele_3153785_823448.html

Repost 0
4 avril 2013 4 04 /04 /avril /2013 09:52

http://www.c2euros.com/produit/p4477_fich_20120314232831_barbapapa_gigogne_5848.jpgAprès Jérome Cahuzac, membre de l'équipe de campagne de François Hollande, Pierre Moscovici soupçonné d'avoir blanchi son copain, et au moment de la déclaration de guerre des pays du G20 contre les paradis fiscaux,  voici un troisième homme proche de François Hollande, impliqué dans des montages financiers opaques : Jean-Jacques Augier, le trésorier de la campagne présidentielle 2012 de François Hollande a investi aux Caïmans. Ce polytechnicien, énarque de la promotion Voltaire, brillant porteur des valeurs de la république, voit son nom apparaître dans les documents auxquels Le Monde a eu accès. Ceux-ci montrent qu'il est actionnaire de deux sociétés offshore dans le paradis fiscal des îles Caïmans (Caraïbes), sous souveraineté britannique, par le biais de son holding financier Eurane.


Jean-Jacques doit l'origine de sa fortune à son mentor dans le monde des affaires, André Rousselet, l'ami intime de François Mitterrand, qui l'a recruté en 1987 pour diriger la compagnie de taxis G7. (1)


Offshore Leaks sera-t-il le nouveau scandale mondial en vue ? «Ces fuites, qui ont le potentiel de causer un choc sismique, montrent à quel point la finance offshore s'est répandue dans le monde», explique Le Guardian.(2)

 

Add. 5.04.2013. L'affaire Cahuzac rattrape le garde des Sceaux Christiane Taubira qui "ne pouvait pas ignorer les détails de cette affaire explosive. En tant que garde des Sceaux, elle est théoriquement la première informée, mais elle est parfois «doublée» par le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, comme dans le cas des expertises confiées à la police scientifique." (3)

 

Sources :

 

(1) http://www.lemonde.fr/economie/article/2013/04/04/les-investissements-aux-caimans-du-tresorier-de-campagne-de-francois-hollande_3153282_3234.html

(2) http://www.lefigaro.fr/international/2013/04/04/01003-20130404ARTFIG00405-offshore-leaks-une-enquete-choc-aux-multiples-ressorts.php

(3) http://www.lefigaro.fr/politique/2013/04/04/01002-20130404ARTFIG00680-le-dossier-cahuzac-etait-suivi-de-pres-par-la-chancellerie.php

Repost 0
3 avril 2013 3 03 /04 /avril /2013 22:14

Vers un remaniement du gouvernement Ayrault 2

 

 

L'affaire Cahuzac ne fait que commencer. Lorsqu'un ministre du Budget chargé de faire la chasse à la fraude fiscale était lui-même un fraudeur et qu'il a, dans ses fonctions de fraudeur, bénéficié du blanchiment et du soutien du ministre de l'Economie, c'est tout le gouvernement qui se voit décrédibilisé, sa responsabilité gouvernementale engagée. Dès lors, sa relation de confiance avec les Français brisée, il ne lui reste plus qu'à démissionner en bloc.

 

Mais aujourd'hui, nous ne sommes plus sous la IIIe ou la IVe république... L'Oligarchie a appris à se défendre. Les gouvernements ne démissionnent plus en bloc, ils font l'objet de rema-nie-ments  !

 

Pensez donc, vous envisagez une démission en bloc du gouvernement et une dissolution de l'Assemblée dite "nationale", mais n'y pensez pas, vous faites le jeu de l'extrême droAaate !

Repost 0
3 avril 2013 3 03 /04 /avril /2013 14:03

http://clemenceg.typepad.com/.a/6a00d8341cae9f53ef0147e2697152970b-500wiLe bruit court que Jérôme Cahuzac n'aurait été qu'une victime sacrificielle qui paierait pour le comportement ordinaire d'autres personnalités du gouverne-ment.

 

L'affaire Cahuzac fonctionnerait-elle comme une boîte à gigognes avec des démissions en cascade qui vont s'enchaîner pour le gouvernement ? L'arbre qui cache la forêt ? Combien d'autres affaires Cahuzac existent encore parmi les ministres, députés, sénateurs, élus au parlement européen, maires et autres élus régionaux ? Ce qui est sûr c'est qu'aujourd'hui, cette affaire en accouche d'une autre, l'affaire Moscovici.

 

Au lendemain de la démission de Jérôme Cahuzac, le ministre de l'Economie Pierre Moscovici a estimé ce matin n'avoir commis "aucune faute" et récusé la moindre "complaisance" ou "volonté d'entraver la justice".

 

 

Plus tôt dans la matinée, le directeur de la publication de Mediapart Edwy Plenel a accusé l'administration fiscale d'avoir voulu protéger Jérôme Cahuzac et mis en cause le ministre de l'Économie Pierre Moscovici, l'accusant d'avoir, fin janvier, tenté de protéger Jérôme Cahuzac en "instrumentalisant" l'administration fiscale, "alors qu'il y avait une enquête judiciaire en cours depuis début janvier"... Estimant sur BFMTV que Jérôme Cahuzac se "sacrifie pour d'autres", il a expliqué que Pierre Moscovici "a manqué à ses fonctions", n'a pas fait tout ce qui était en son pouvoir pour éclaircir l'affaire et qu'il a trop rapidement laissé entendre que les documents fournis par la Suisse dédouanaient Jérôme Cahuzac. "Ceux qui pensent qu'il s'agit de l'histoire d'un homme, ou de l'enrichissement privé d'un homme, font fausse route", a-t-il ajouté.

 

 

 

 

Fabrice Arfi, journaliste à Mediapart, a lui aussi mis en cause Pierre Moscovici, ministre de l'Economie : "Ce qui m'intéresse c'est de comprendre. Que savait la présidence. Comment Pierre Moscovici a tenté de blanchir Jérôme Cahuzac ? Sa responsabilité est considérable. Ils ont utilisé les moyens de l'Etat pour tenter de blanchir un copain, alors que la justice enquêtait déjà. Le mensonge a été possible grâce à une opération de communication de Bercy avec la Suisse. On n'a jamais vu la couleur de la réponse de la Suisse", a-t-il dit sur RMC.

 

Le député UMP de Paris Claude Goasguen a réclamé la démission de Moscovici "dans les plus brefs délais". "M. Moscovici doit démissionner dans les plus brefs délais, sinon nous aurons une poussée de populisme", a-t-il prévenu dans les couloirs de l'Assemblée nationale. Dénonçant "deux poids deux mesures", il a ajouté: "on enquiquine les Français avec des contrôles fiscaux, on essaie de lutter contre la fraude fiscale, mais pour le responsable du contrôle de la fraude fiscale, on se base sur sa seule parole, ce n'est pas sérieux". "Si vous avez un contrôle fiscal et que l'inspecteur des impôts vient vous voir en vous demandant, les yeux dans les yeux, si vous avez fraudé le fisc et que vous lui répondez 'non', il y a de fortes chances qu'il vérifie quand même votre comptabilité. M. Moscovici s'est contenté de demander à M. Cahuzac 'Vous avez fraudé le fisc?' Il a répondu 'non', et la porte a été fermée", s'est exclamé Claude Goasguen au parisien. (1)

 

 

Dans une mise en scène guignolesque faite aujourd'hui à la mi-journée entre deux portes de l'Elysée car le président de la république est en partance pour le Maroc, (l'une figurant l'Elysée, l'autre sa prochaine démission ?), alors que ses détracteurs l'accusent d'avoir connu l'existence du compte bancaire de son ex-ministre dès l'éclatement de l'affaire à la mi-décembre, François Hollande a dénoncé à la mi-journée "un outrage à la république". Le chantre de la «République exemplaire» pendant la campagne présidentielle a dit avoir appris hier avec «stupéfaction» et «colère» les aveux de l'élu devant les juges... (2) On est pas loin du crime de lèse-majesté... François Hollande ne mesure pas bien la gravité de la situation, nous refait le coup de "l'exemplarité" (!) et fait l'annonce de trois mesurettes (renforcement de l'indépendance de la justice, lutte contre les conflits entre les intérêts publics et les intérêts privés, l'interdiction de tout mandat public aux élus qui auront été condamnés pénalement pour fraude fiscale ou corruption) pensant sans doute s'en tirer ainsi à bon compte avec les Français.

 

 

 

Michel Gonelle, prédécesseur de Jérôme Cahuzac à la mairie de Villeneuve-sur-Lot, a confirmé dans le Midi Pile sur France 3 Aquitaine, qu'il avait appelé le Président de la République dès le 15 décembre au matin, pour lui expliquer "très posément, très calmement et de manière très claire" ce qu'il savait de l'affaire Cahuzac, et qu'il a eu au bout du fil son directeur de cabinet adjoint. Dans cet interview, Michel Gonelle a réaffirmé que François Hollande était au courant de l'origine de l'affaire dès la mi-décembre et répété quele président de la république et ses conseillers étaient au courant dès le 15 décembre au matin. (3)

 


Michel Gonelle est l'homme par qui l'enregistrement audio de Jérôme Cahuzac évoquant son compte bancaire en Suisse a été divulgué. Sur I-télé, l'ancien bâtonnier du barreau d'Agen a affirmé avoir appelé l'Elysée au matin du 15 décembre pour assurer le président de la République et ses collaborateurs de l'authenticité de cet enregistrement. (4)

 

Sur BFM-TV, Michel Gonelle, l'ancien élu RPR qui détient l'enregistrement audio sur lequel Jérôme Cahuzac évoque un compte en Suisse, a affirmé aujourd'hui que François Hollande qui "avait à sa disposition les preuves depuis décembre" aurait dû "réagir comme la foudre". "Il y a eu une décision très très lente... On dit aujourd'hui que le ministre de l'Intérieur lui-même (Manuel Valls, NdCR.) lui avait communiqué la traduction de l'enregistrement et la vérification de l'enregistrement de Mediapart dès la fin décembre", a-t-il expliqué. (5)

 

Suivre le fil de cette discussion sur Twitmunin.com.  

 

 

Edit. 11 avril. Malgré les dénégations de Manuel Valls ou de François Hollande parlant d'"outrage à la république", Moscovici savait en décembre. Selon Valeurs actuelles du 11 avril, le ministre de l'Economie Pierre Moscovici a envoyé une mission secrète en Suisse et connaissait depuis décembre 2012 l'existence du compte suisse de l'ancien ministre du Budget Jérôme Cahuzac. Une équipe d'une quinzaine de fonctionnaires, notamment de la Direction nationale d'enquêtes fiscales, a agi de façon parfaitement légale et n'a eu aucune difficulté à obtenir la confirmation recherchée. "La démarche de Pierre Moscovici, qui consiste, le 24 janvier, à demander aux autorités helvétiques si Jérôme Cahuzac disposait d'un compte à l'UBS entre 2006 et 2012 avait quelque chose de surréaliste", selon l'hebdomadaire.

 

Pierre Moscovici s'est défendu de toute complaisance ou faille dans l'enquête diligentée auprès de la Suisse sur le compte de l'ex-ministre du Budget... (6)


Sources:

 

(1) http://www.huffingtonpost.fr/2013/04/03/moscovici-cahuzac-mise-en-cause-complaisance_n_3003989.html?utm_hp_ref=france

(2) http://www.lefigaro.fr/politique/2013/04/03/01002-20130403ARTFIG00434-cahuzac-hollande-denonce-un-outrage-a-la-republique.php

(3) http://aquitaine.france3.fr/2013/04/03/affaire-cahuzac-sur-france-3-aquitaine-michel-gonelle-reaffirme-que-francois-hollande-connaissait-l-origine-de-l-affaire-des-la-mi-decembre-227665.html

(4) http://www.itele.fr/politique/video/m-gonelle-francois-hollande-savait-des-le-15-decembre

(5) http://www.dailymotion.com/video/xypide_affaire-cahuzac-pour-gonelle-hollande-avait-les-preuves-depuis-decembre-03-04_news#.UVxhO0qvMrp

(6) http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2013/04/11/97002-20130411FILWWW00400-moscovici-aurait-su-des-decembre.php

 

 

- "Le ministère de l'Intérieur n'a jamais été informé de ce compte. Je ne savais pas" (Manuel Valls) : les socialistes incapables ou menteurs ?

Repost 0
2 avril 2013 2 02 /04 /avril /2013 19:20

Affaire Cahuzac - Où est la République irréprochable ?

 

"Moi président de la République, je ferai en sorte que mon comportement soit en chaque instant exemplaire. Moi président de la République, il y aura un code de déontologie pour les ministres, qui ne pourraient pas rentrer dans un conflit d'intérêts..." (Hollandouille Ier, le 2 mai 2012)


Jérôme Cahuzac, après avoir déclaré devant la représentation nationale qu'il n'avait pas de compte à l'étranger, a avoué aujourd'hui avoir menti... Il a un compte "depuis une vingtaine d'années" entre la Suisse et Singapour avec plus de 600.000€, de l'argent provenant de ses anciennes activités avec les labos pharmaceutiques qui dormait tranquillement à l'abri du fisc français.

 

http://www.lesreniementscestmaintenant.fr/wp-content/themes/goodnews/framework/scripts/timthumb.php?src=http://www.lesreniementscestmaintenant.fr/wp-content/uploads/2013/04/Cahuzac.png&h=346&w=599&zc=1

 

Le blanchiment de fraude fiscale est un délit sévèrement puni par la loi. Le code pénal prévoit une peine maximum d'emprisonnement de cinq ans et une amende de 375.000 euros pour le blanchiment de fraude fiscale. La loi précise toutefois que «le blanchiment est puni de dix ans d'emprisonnement et de 750.000 euros d'amende» «lorsqu'il est commis de façon habituelle ou en utilisant les facilités que procure l'exercice d'une activité professionnelle». Cahuzac avait démissionné de ses fonctions de ministre du Budget le 19 mars dernier, après l'ouverture d'une information judiciaire. Il a avoué aujourd'hui que ministre du Budget il avait parié que personne ne découvrirait son compte à l'étranger. On peut quand même le féliciter d'avoir eu le courage de sortir de la "spirale du mensonge" et de demander "pardon". D'autres dans des cas similaires ont toujours nié et adopté pour ligne de défense la dénégation.

 

En revanche, il n'y a pas de sanction pénale prévue si un ministre ment devant l'Assemblée... Et pour cause, la "Salle de l'enfer" (Marie-Julie Jahenny) est le lieu où s'élabore quotidiennement le règne du mensonge. De source parlementaire, pour avoir menti devant l'Assemblée, l'ex-ministre ne risquerait donc rien.

 

 

Selon le canard, Hollande et Ayrault savaient au moins depuis Noël ! Pourquoi n'ont-ils rien fait ?
Photo : Selon le canard, Hollande et Ayrault savaient au moins depuis Noël ! Pourquoi n'ont-ils rien fait ?

 

Repost 0
30 mars 2013 6 30 /03 /mars /2013 21:57
Repost 0