Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Christ Roi

  • : Christ Roi
  • Christ Roi
  • : Blog d'informations royaliste, légitimiste, pour une France libre, indépendante et souveraine
  • Contact

Horloge

21 mars 2013 4 21 /03 /mars /2013 13:50

Dans un nouveau billet sur Russeurope, Jacques Sapir explique pourquoi le blocus monétaire de Chypre par la Banque centrale européenne révèle profondément la nature tyrannique de l'Union européenne et la raison pour laquelle Mario Draghi pourrait un jour se retrouver devant un tribunal pénal "international ou non".

 

Le « blocus monétaire » de Chypre qui vient d’être mis en œuvre par la BCE est un acte d’une extraordinaire gravité, dont les conséquences doivent être soigneusement étudiées. La décision de M. Mario Draghi porte sur deux aspects : tout d’abord la BCE n’alimente plus la Banque Centrale de Chypre en billets (point qui n’est semble-t-il pas essentiel car les réserves de « cash » semblent importantes) et ensuite elle interrompt les transactions entre les banques chypriotes et le reste du système bancaire de la zone Euro. C’est cette dernière mesure qui est de loin la plus grave. D’une part, elle condamne à court terme les banques chypriotes (mais aussi les entreprises basées à Chypre, qu’elles soient chypriotes ou non) car désormais elles ne peuvent plus faire de transactions avec le reste de la zone Euro. D’autre part, elle équivaut à un « blocus » économique, c’est-à-dire dans les termes du droit international à une action qui équivaut « acte de guerre ». C’est donc dire la gravité de la décision prise par Mario Draghi. Elle pourrait d’ailleurs se prêter à contestation devant les cours internationales. C’est donc dire la responsabilité prise par Mario Draghi qui pourrait, à ce compte, se retrouver un jour devant un tribunal, international ou non.

Le message envoyé par Mario Draghi est donc le suivant : ou vous vous pliez à ce que NOUS avons décidé ou vous en subirez les conséquences. Ce n’est pas seulement un message, c’est un ultimatum. On mesure ici que toutes les déclarations sur le « consensus » ou l’« unanimité » qui aurait présidé à la décision de l’Eurogroupe ne sont que des masques devant ce qui s’avère être un Diktat.

 

... La nature profondément tyrannique des institutions mises en place dans le cadre européen se révèle pleinement dans cet incident. Les grands discours sur la coopération et sur l’expertise cèdent la place au froid rapport des forces et sentiment de puissance.

Il met un terme au concours d’hypocrisie auquel s’étaient livrées les différentes instances européennes parlant d’un accord décidé à l’unanimité (avec le pistolet sur la tempe). Il en va de même avec le “respect du vote” du Parlement chypriote, dont on voit bien que Mario Draghi se moque comme d’une guigne. Désormais les choses sont claires et, en un sens, c’est tant mieux. Mais il ne faudra plus s’étonner si les partis, souvent qualifiés de “populistes”, qui sont opposés aux institutions européennes montent rapidement dans les sondages. De même ne faudra-t-il plus s’étonner si la violence contre les institutions européennes et leurs représentants monte rapidement dans les pays les plus touchés par la crise. Car il est dans la nature des choses que la Tyrannie appelle la violence.

Les conséquences de cette décision seront, quoi qu’il advienne, dramatiques. Il est possible que le Parlement chypriote se déjuge sous la pression, mais ce faisant il ouvrira une crise ouverte avec son peuple. La tradition de violence politique que l’on a à Chypre ne doit alors pas être négligée. Il est aussi possible que l’on aille jusqu’au bout de cette crise et que Chypre soit de facto expulsée de la zone Euro du fait de la décision de Mario Draghi. Le précédent ainsi établi aura dans ce cas des conséquences profondes pour l’ensemble des autres pays. Nous aurons des indications sur le cours que les événements vont prendre d’ici 48 heures.

 

Source: http://russeurope.hypotheses.org/1065

Repost 0
20 mars 2013 3 20 /03 /mars /2013 14:20

Le parlement de Chypre a refusé hier le soit-disant "plan de sauvetage" européen après le tollé dans l'île provoqué par l'annonce de la taxation des dépôts bancaires chypriotes qui l'incluaient. «Chypre appartient à son peuple», «Un peuple uni ne sera jamais vaincu», scandait la foule.  En contrepartie d'un prêt de 10 milliards d'euros de la zone euro et du FMI pour l'île au bord de la faillite,  le "plan de sauvetage" prévoyait une taxe exceptionnelle de 6,75% sur tous les dépôts bancaires de 20 à 100 000 euros et de 9,9% au-dessus. Ce projet conclu à Bruxelles en catimini samedi à l'aube, comprenait à l'origine une ponction de 6,75% pour les dépôts jusqu'à 100 000 euros mais devant le tollé provoqué par cette taxation, Chypre a finalement décidé d'exonérer les dépôts de moins de 20 000 euros. Sur l'île, les banques, fermées depuis samedi, devraient le rester jusqu'à jeudi, les autorités redoutant une ruée des clients sur les guichets pour retirer leur argent. (1)

 

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/f/fb/Mario_Draghi_World_Economic_Forum_2013.jpg/220px-Mario_Draghi_World_Economic_Forum_2013.jpgL'ex-Goldman Sachs et actuel président de la Banque centrale européenne (BCE) Mario Draghi, ne s'en est pas laissé compté et a décidé de répondre par la force au vote du parlement chypriote : le blocus monétaire.

 

La BCE a en effet annoncé aujourd'hui qu'elle cessait d'alimenter en liquidités les banques de Chypre tant que Nicosie n'acceptait pas le plan de sauvetage UE-FMI...

 

«Les liquidités d'urgence de la BCE ne sont disponibles que pour les banques solvables, or les banques chypriotes ne sont pas solvables tant qu'elle ne seront pas recapitalisées rapidement», a indiqué Jorg Asmussen, l'un des membres du directoire de la BCE.

 

Jamais la BCE n'avait encore brandi une telle menace. Du coup, le ministre des Finances chypriote et le gouverneur de la banque centrale de l'île n'ont pas d'autre choix que de laisser les banques être à court, et pourquoi pas à laisser ses banques faire faillite comme Islande et engager des poursuites contre les politiciens responsables de la dette.

 

Combien de temps les banques chypriotes assiégées tiendront-elles ? Cela dépendra des réserves en «cash» de la banque centrale locale qui, selon les pays, peuvent permettre de «tenir un siège» d'après les experts.

 

Plus grave : les entreprises, notamment les compagnies aériennes chypriotes ne pourront bientôt plus payer leurs factures de kérosène, faute de pouvoir faire des virements à l'étranger. Si la situation se prolonge, le blocus monétaire peut très vite se transformer en blocus économique. Du jamais vu dans l'Union européenne.(2) Elle est où la démocratie européenne au service des peuples ? On peut la chercher aux jumelles !

 

Une autre explication au déchaînement de violence de la BCE : Chypre a découvert de colossales ressources en hydrocarbures sous la mer au large de ses côtes méridionales et noué des liens avec Moscou et Pékin. 

 

 

Sources :

(1) http://www.lessentiel.lu/fr/news/story/10366652

(2) http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2013/03/20/20002-20130320ARTFIG00468-l-europe-organise-le-blocus-monetaire-de-chypre.php

 

- "Chypre n'est qu'un petit laboratoire" (Jacques Attali )

- Eurozone : Racket inédit sur les comptes bancaires et moyens d'en sortir

- Bankrun à Chypre

- L'Islande réussit à sortir de la crise

Repost 0
19 mars 2013 2 19 /03 /mars /2013 23:59

A propos du racket bancaire sur les comptes chypriotes, Jacques Attali a expliqué le 18 mars sur Europe 1, que Chypre n’était qu’"un petit laboratoire des problèmes qui sont devant nous".

 

 

 

- Eurozone : Racket inédit sur les comptes bancaires et moyens d'en sortir

Repost 0
19 mars 2013 2 19 /03 /mars /2013 08:29

http://lamanifpourtous.fr/images/Logo%20LMPT24Mars.pngHier, 18 mars, la Manif pour tous du 24 mars aux Champs-Elysées a finalement été interdite par arrêté du Préfet de police de Paris portant interdiction du projet de manifestation envisagé sur les Champs-Elysées le 24 mars prochain. L'arrêté interdit également aux manifestants l'accès à la place de la Concorde, de l'Etoile et des Invalides."La Manif Pour Tous assure cependant tous les Français mobilisés que la manifestation aura bien lieu comme prévu dimanche 24 mars à Paris dans un cadre strictement légal. Elle les tiendra informés en temps réel. Notre détermination, comme la vôtre, ne fait que croître face à cette décision politique déguisée en mesure de police !"

 

Source: http://lamanifpourtous.fr/la-manif-du-24-mars/espace-presse

 

 

- Manif pour Tous 24 Mars: Le printemps français

- Entraves à la liberté de manifestation : Le gouverne-ment joue un jeu dangereux

Repost 0
18 mars 2013 1 18 /03 /mars /2013 15:59

Suite au bankrun chypriote, François Asselineau fait une analyse sans concession du "racket général sur les comptes bancaires" décidé en haut lieu de la Troïka, une opération destiné, avertit-il à servir de test et de "ballon d'essai" pour d'autres pays de l'Eurozone... 

 

Samedi 16 mars 2013 au matin, les dirigeants de l’Union européenne, en concertation avec les dirigeants chypriotes et le FMI, ont fini par trouver une solution. Les bailleurs de fonds (Union européenne, Banque centrale européenne et FMI) ont convenu d’un plan de secours de 10 milliards d’euros dont le volet essentiel consiste en un véritable racket sur les comptes bancaires détenus par des particuliers à Chypre.

 

Le racket, qualifié de « prélèvement » ou de « taxe exceptionnelle » dans la langue de bois des dictateurs qui ont mis la main sur le continent européen, va être opéré directement par les banques chypriotes sur chaque compte bancaire de particulier. C’est-à-dire sur à peu près chaque Chypriote adulte et chaque étranger disposant d’un compte bancaire dans l’île.

Le barème du racket est le suivant :

 

1°) pour toute somme inférieure à 100 000 €, le « prélèvement » sera de 6,7 %.

Pour prendre des exemples concrets :

  • un Chypriote possédant 7000 € d’économie sur un compte à vue, ou sur un compte d’épargne, va se voir racketter (« prélever » selon la langue de bois européiste) la somme de 469 €.
  • un titulaire de plan d’épargne ayant mis de côté 40 000 € pour s’acheter un appartement se verra racketter de 2 680 €.
  • même un étudiant ou un chômeur désargenté, n’ayant en tout et pour tout que 500 € sur leurs comptes, seront rackettés de 33,50 € chacun.

2°) pour toute somme supérieure à 100 000 €, le « prélèvement » sera de 9,9 %.

Pour prendre des exemples concrets :

  • un couple titulaire d’un plan d’épargne logement ayant mis de côté 185 000 € pour s’acheter une maison se verra racketter de 15 115 €. [(100 000 x 6,7% = 6 700) + (85 000 x 9,9% = 8 415) = 15 115 €]
  • un particulier fortuné disposant de 2 000 000 € sur des comptes rémunérés, se verra quant à lui racketter de 194 800 € [(100 000 x 6,7% = 6 700) + (1 900 000 x 9,9% = 188 100) = 194 800 €]

 

Les organisateurs de toute cette opération estiment qu’elle devrait rapporter 5,8 milliards d’euros.

Il faut noter que ce  vol organisé sur les dépôts des particuliers est une mesure sans aucun précédent. Les ministres des finances de la zone euro n’avaient pas soumis la Grèce, l’Irlande, le Portugal ni l’Espagne à une telle clause. 

 

 

Le racket sans précédent organisé par l’UE, la BCE et le FMI sur l’ensemble des comptes bancaires de particuliers ouverts à Chypre obéit à trois objectifs explicites, et probablement à un quatrième objectif implicite :

  • 1°) renflouer conjointement l’État chypriote et les banques chypriotes au bord de la faillite.

Au lieu que l’État chypriote garantisse les dépôts des épargnants, il donne l’équivalent des pertes aux banques qui vont les utiliser pour rembourser leurs créanciers (parmi lesquelles il figure notamment des banques chypriotes et non-chypriotes). 

  • 2°) limiter les pertes de banques non-chypriotes qui auraient prêté à Chypre.

En évitant la faillite de l’État chypriote et des banques chypriotes, la mesure vise en second lieu à limiter les pertes de banques non-chypriotes qui auraient prêté à Chypre. Y compris, bien entendu, d’éventuelles banques françaises.

  • 3°) « sauver l’euro »

Si l’on rackette tous les particuliers qui ont des dépôts à Chypre, c’est en définitive pour que Chypre ne soit pas considéré comme “en défaut” et c’est en définitive, encore et toujours, pour prétendument « sauver l’euro ». Je rappelle néanmoins que l’euro n’est, de toute façon, pas viable sur long terme. Cette grandiose extorsion de fonds opérée sur les patrimoines des déposants chypriotes ne servira, au mieux, qu’à prolonger l’agonie… et à renflouer les banques.

  • 4°) lancer un ballon d’essai pour tester l’acceptabilité sociale d’un tel vol organisé

Cet objectif n’est évidemment pas mis sur la table par les responsables européistes. Cependant, il se murmure dans les couloirs de la Commission européenne et de la BCE que ce dispositif testé à Chypre aura valeur de test. Un tabou vient d’être brisé, qui est celui de la protection des déposants et des épargnants. Les dirigeants du monde politique et bancaire vont maintenant observer si la population chypriote va laisser ou non ce racket se produire sans réagir. C’est dire si la suite des événements va être importante.

 

UNE OPÉRATION DE RACKET VICIEUSEMENT PRÉMÉDITÉE EN FONCTION DU CALENDRIER LITURGIQUE ORTHODOXE

Comme nous l’enseignent les films et les enquêtes de police, l’organisation des grands hold-up par des gangs mafieux n’est jamais laissée au hasard. Tout y est toujours minutieusement planifié.

Il en a été de même pour cette opération de racket : son organisation et son calendrier ont été conçus de façon particulièrement vicieuse.

En effet, l’accord entre l’UE, le FMI, la BCE et les autorités chypriotes a été conclu, non pas « dans la nuit de vendredi à samedi » comme l’affirme le journal Le Monde mais dans les journées des 14 et 15 mars.

Cet accord n’a été présenté comme arraché au cours de la nuit qu’à des fins de mise en scène. C’est ce qui a permis de n’annoncer publiquement la « taxe exceptionnelle » que le samedi 16 mars au matin, afin que les habitants de l’île méditerranéenne ne l’apprennent qu’à leur réveil en ce début de week-end.

De la sorte, les Chypriotes se sont retrouvés coincés car ils ont trouvé les banques fermées lorsqu’ils s’y sont précipités pour y sortir le maximum de numéraire. Des files d’attente se sont constituées devant les distributeurs de billets mais la plupart des automates avaient déjà été mis hors d’état de fonctionnement. 

Mieux calculé encore, les Chypriotes ont également réalisé qu’ils ne pourraient pas sortir d’argent ni le dimanche 17 mars ni même le lundi 18. Car lundi est une journée exceptionnellement fermée, du fait du calendrier orthodoxe qui fixe, cette année, au 18 mars la date mobile du « lundi pur » (Καθαρά Δευτέρα en grec).

 

Le « lundi pur » est une fête mobile du calendrier liturgique orthodoxe. il se situe quarante jours avant le Samedi de Lazare, veille des Rameaux, et 48 jours avant la Pâque orthodoxe. C’est la date qui marque, après le dimanche de Carnaval, le début du Grand Carême. C’est aussi la date qui représente traditionnellement le début du printemps. À cette occasion, les Chypriotes, comme les Grecs, partent pique-niquer et consomment du pain azyme, pendant que les enfants jouent au cerf-volant.

 

L’affaire avait été parfaitement calculée et préméditée car lundi 18 mars est le jour où tombe, en 2013, le “lundi pur” de la religion orthodoxe. Les banques chypriotes resteront donc fermées jusqu’à mardi 19, ce qui offre le temps suffisant aux équipes d’informaticiens des banques d’opérer le « prélèvement » sur chaque compte au cours du week-end.

 

Dès l’annonce du racket officiel, les titulaires de comptes bancaires n’ont plus été en mesure de retirer leur argent.

 

Photo prise par un internaute chypriote samedi 16 mars au matin. L’automate de sa banque ne délivre plus d’argent et affiche le message : « Votre transaction a été annulée en raison d’un problème technique. Ce Distributeur Automatique ne permet pas de retraits d’argent pour le moment. »

 

Le « lundi pur » est une journée où l’on est censé se défaire de ses conduites pécheresses et où l’on doit faire preuve de pardon.

Toute la question est donc de savoir si les Chypriotes vont “pardonner” à leurs autorités politiques et financières le racket qui va être opéré, ce jour-là, sur leurs comptes bancaires ?

Les premières réactions enregistrées samedi ont montré que la population était sous le choc et scandalisée. Mais, aussitôt, tout l’appareil de désinformation politique et médiatique européiste s’est mis en branle pour diffuser son poison.

Dès son retour de Bruxelles, le président chypriote Nicos Anastasiades, responsable européiste “de droite” élu le mois dernier, a ainsi souligné dans un communiqué le prétendu « risque d’effondrement » du système bancaire à défaut d’accord sur un prêt pour l’île au bord de la faillite.

En prenant des airs de Tartuffe pour souligner plaintivement qu’il s’agissait d’un plan « douloureux », il a ensuite repris la sempiternelle thématique de toutes les dictatures, à savoir qu’il n’y aurait bien entendu pas d’alternative : « La solution que nous avons choisie est douloureuse, mais c’était la seule qui nous permettait de continuer nos vies sans remous. »

Comme nous l’a révélé l’exemple islandais – une île d’une taille assez comparable à Chypre -, et comme nous l’enseigne le président Ólafur Grímsson, il y a pourtant toujours une alternative : celle qui consiste à prendre le parti du peuple et de laisser les banques faire faillite.

Quoi qu’il en soit, les autorités chypriotes croisent les doigts. Elles espèrent qu’avec la complicité habituelle de la “gauche” européiste et le matraquage médiatique non moins habituel, les Chypriotes accepteront ce coup de force contre leurs dépôts et leurs économies, dans le but, proclamé, prétendument grandiose et incontestable, de « sauver l’euro ». 

Avant d’entrer en vigueur, la « taxe exceptionnelle »  doit être ratifiée par le parlement, et cela avant la réouverture des banques mardi, puisque le lundi est jour férié à Chypre. Il faut donc faire vite : M. Anastasiades a annoncé qu’il rencontrerait des dirigeants de partis politiques de l’île et qu’il se rendrait dimanche matin au Parlement où une Assemblée plénière, prévue en milieu de matinée, devrait entériner le racket.

Des appels à manifester ont été lancés, notamment par le candidat déçu aux élections présidentielles de février, George Lillikas, qui avait fait campagne contre le plan de sauvetage. Ce dernier a appelé à une mobilisation générale pour mardi, le lendemain du « lundi pur ».  

Mais ne sera-t-il déjà pas trop tard pour réagir puisque les comptes bancaires auront été déjà rackettés au profit des banques ? (1)

 


Afin d'éviter une ruée vers les guichets de retrait, les banques de Chypre resteront fermées jusqu'à jeudi 21 mars. (2)


Comme cela se pratiquait en France sous la troisième république, lorsque les régents de la Banque de France adoubaient les gouvernements. Sachez que vous ne serez pas prévenus. C'est un 15 août dans la nuit que clandestinement ; comme des voleurs dont ils seront les complices qu'une loi de spoliation sera votée par les députés et les sénateurs. Le lendemain matin, il sera trop tard.

Maintenant, il vous faut réfléchir à deux choses :

- Au moyen de protéger vos économies. Les protéger de la dévaluation, c'est un leurre que les banques et les assurance font miroiter pour vous persuader par le biais de quelques mesurettes fiscales avantageuses, de laisser vos sous là où vous les avez mis. Maintenant, il ne s'agit pas de protéger les intérêts, mais de sauver le capital. Il y a le feu à la Zone Euro, et vous devez sauver les meubles ;

- Au moyen de reprendre le pouvoir. Les Islandais l'ont fait, lorsqu'ils ont décidé de ne pas payer la dette abusive née des faillites bancaires. Personne n'est venu les envahir, il n'y a pas eu de bombardements, et l'Islande est toujours là. La nation islandaise, c'est à dire le peuple souverain, c'est exprimé et a imposé à ces élus qui ne sont que ses mandataires, de respecter sa volonté. En France, les citoyens ont repoussé en 2005 le Traité Constitutionnel Européen, en 2007 par une forfaiture, le gouvernement nanocratique, c'est acoquiné avec les prétendus socialistes pour adopter le texte rejeté par la Nation. Quand un mandataire s'arroge des droits et des pouvoirs que son mandant ne lui a pas donné, le mandant peut demander justice à un tribunal. (3)

 

Note de Christroi. En France, et compte tenu de l'histoire de la "représentation" dans ce pays, lorsque le peuple sera réellement "souverain" c'est que l'Oligarchie aura été renversée et que le système factice, mensonger et oligarchique de la dite "représentation" par têtes (élection) aura été remplacé par un système de représentation plus sincère, par exemple par poids des corps de la nation (4), un peu comme en Islande en ce moment... (5) La voie du retour de la croissance et la sortie de crise sera alors enfin devant nous ! (6)

 

Sources:

 

(1) http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/racket-general-sur-les-comptes-132528

(2) http://www.lemonde.fr/economie/article/2013/03/18/chypre-veut-proteger-les-petits-epargnants-de-la-taxe-sur-les-depots-bancaires_1850037_3234.html

(3) http://www.agoravox.fr/actualites/economie/article/escroquerie-giganteste-a-chypre-132516

(4) http://christroi.over-blog.com/article-contre-le-nouvel-ordre-mondial-en-finir-avec-la-revolution-iiie-partie-109470526.html

(5) http://christroi.over-blog.com/article-les-islandais-se-prononcent-sur-une-nouvelle-constitution-ecrite-par-des-gens-ordinaires-111486293.html

(6) http://christroi.over-blog.com/article-l-islande-reussit-a-sortir-de-la-crise-116180292.html

 

-------------------------------------

- Contre le Nouvel Ordre mondial : en finir avec la révolution (IIIe partie)

- Les Islandais se prononcent sur une nouvelle Constitution écrite par "des gens ordinaires"

- L'Islande réussit à sortir de la crise

- Bankrun à Chypre

Repost 0
18 mars 2013 1 18 /03 /mars /2013 08:03

Devant l'ampleur de la dette à rembourser aux banques, le gouvernement a décidé de taxer les dépôts bancaires jusqu'à 10%... Après l'annonce de cette mesure, inédite en Europe pour l'instant, samedi 16 mars, les Chypriotes faisaient la queue devant un distributeur automatique de la Laiki Bank, à Lanarca. Ils se précipitaient pour retirer leurs dépôts bancaires.

 

Les Chypriotes ont tenté de retirer leurs avoirs. D'abord aux distributeurs, vidés en quelques heures. Puis, ils ont tenté leur chance en ligne. Mais en vain! La banque centrale chypriote avait ordonné aux établissements du pays de suspendre toutes les opérations de virement par Internet. Les détenteurs de comptes se sont retrouvés face à des écrans grisés inaccessibles, dans l'impossibilité de récupérer leur argent.

 

«C'est du pillage, du vol! Ma mère de 81 ans, n'a que 1 000 euros sur son compte épargne, pourquoi lui amputer? Ce n'est pas comme cela que le problème de la dette sera résolu!» s'insurge Stefanos, un cadre informaticien qui a passé le week-end enfermé chez lui, devant son poste de télévision et sur Internet.

 

Cette taxe exceptionnelle concerne les comptes chypriotes comme étrangers. Elle permet à l'Europe et au FMI de réduire la facture du sauvetage à 10 milliards d'euros au lieu de 17 milliards d'euros prévus. Le nouveau président, Nicos Anastasiades, qui s'était engagé à préserver les dépôts des épargnants, doit désormais assumer cette potion amère imposée par les créanciers. Après avoir renoncé à réunir le Parlement en session extraordinaire ce dimanche, il s'est exprimé dimanche soir. Dans un premier temps, le chef de l'État chypriote a recommandé de voter le plan estimant qu'il n'y avait pas d'autre alternative à ses yeux. Avant de demander un assouplissement des mesures de l'Eurogroupe. «Je partage totalement le mécontentement causé par une décision difficile et douloureuse», a-t-il déclaré dans un discours télévisé.

 

Dans l'opinion publique, c'est le choc et la consternation. Certains accusent l'Allemagne de vouloir «détruire» le statut de l'île, d'autres appellent à se mobiliser devant les banques à la première heure mardi matin, lundi étant un jour férié. Face à la pression, les autorités songeaient ce week-end à retarder l'ouverture des banques à mercredi ou jeudi.

Le parlement chypriote doit se réunir ce lundi après-midi pour voter le plan de sauvetage. Ce qui doit être une formalité pour le gouvernement s'annonce comme une séance à haut risque, alors que certains élus de la majorité dénoncent un chantage inacceptable de la part de l'UE et du FMI. 

 

La cure imposée à Chypre par ses créanciers publics pourra-t-elle éviter un soulèvement social ? Le bankrun et la révolte chypriote feront-ils taches d'huile ?

 

Source: http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2013/03/17/20002-20130317ARTFIG00205-les-chypriotes-vont-devoir-payer-de-leur-poche.php

 

. La BCE organise le blocus monétaire de Chypre (20 mars 2013)

. Mensonge du siècle : "sauf accident majeur, cette opération n'aura pas de coût pour le contribuable" (François Fillon) 

. Banksters : le vol du siècle

Repost 0
15 mars 2013 5 15 /03 /mars /2013 23:58

La République islamique pourrait se doter d'une arme nucléaire "dans un peu plus d'un an", a déclaré hier le président américain Barack Obama dans une interview à la télévision israélienne.

"Notre objectif est de nous assurer que l'Iran ne possède pas une arme nucléaire susceptible de menacer Israël ou de déclencher une course aux armements dans la région, ce qui serait extrêmement dangereux", a expliqué M.Obama.

Dans le même temps, il a de nouveau plaidé en faveur d'une résolution diplomatique du problème iranien, sans toutefois exclure d'autres options.

"Si nous pouvons le régler diplomatiquement, ce sera une solution plus durable. Sinon, je continuerai à conserver toutes les options sur la table", a indiqué le président américain.

 

Source: http://fr.rian.ru/world/20130315/197804040.html

Repost 0
14 mars 2013 4 14 /03 /mars /2013 23:56

 

Les Champs Élysées ou rien !

 

Un coup de gueule d’Éric Martin*

 

Les Champs Élysées ou rien ! Ras-le-bol de cette Préfecture de Police aux ordres du Gouvernement qui annonce aujourd’hui, que « pour des raisons tenant à la préservation de l’ordre public » (l’argument tarte à la crème qui ne veut rien dire, d’autant plus déplacé que ce n’est pas le NPA mais des Français bien élevés qui manifestent le 24…), la Manif pour Tous ne pourra pas « emprunter un itinéraire passant par les Champs-Élysées ».

 

La Préfecture de Police montre les muscles, elle joue la bonne princesse en rappelant dans son communiqué qu’elle reste « ouverte au dialogue ». En fait, elle inverse les rôles. Si elle ne veut pas que tout finisse beaucoup plus mal que nous l’aurions tous souhaité initialement, elle va devoir nous laisser manifester sur les Champs-Élysées. Car, même face à « seulement » 350 000 personnes, elle ne peut rien. Strictement rien. Et comme cette Méga-Manif pour Tous devrait rassembler beaucoup plus de monde (le nombre de TGV réservés atteint les 10 contre 5 pour le 13 janvier…), la Préfecture va devoir se rappeler qu’en France, c’est le peuple qui décide, pas la police ni le Gouvernement. Que ceux-ci n’existent et n’agissent que parce que nous le voulons bien et avec notre argent. À un million, il n’y a pas besoin de lancer des pavés pour avancer, forces de l’ordre devant ou pas.

 

Alors, le 24, je manifesterai pacifiquement. Car les amoureux des libertés (dont celle de circulation) sont pacifiques. Mais attention, ils ne se laisseront pas agresser, par quiconque. Les amoureux des libertés, dont je suis, considèrent qu’ils disposent d’un droit à l’autodéfense quelle que soit la menace ou son auteur et que l’État n’est JAMAIS légitime à le restreindre. Le 24, donc, je manifesterai. Sur les Champs, pas ailleurs. Et je prendrai ma tente, des fois que la fête se prolongerait.

 

Les choses doivent être claires : je n’accepterai jamais la dénaturation du mariage par l’État, ne serait-ce que parce que le mariage ne lui appartient pas – il n’a pas attendu l’État pour exister - et quelques heures au commissariat (je rigole rien qu’en pensant au million d’interpellations que devrait réaliser la Préfecture, pour rester dans sa logique stupide), une garde à vue ou une amende sont bien peu de choses à côté de ce que je suis prêt à endurer pour défendre le mariage. Pas vous ? D’ailleurs, s’il persiste à vouloir gazer et rafler des personnes âgées et des enfants devant les caméras, le Gouvernement ne tiendra pas la journée. Ce serait la cerise sur le gâteau, vous ne trouvez pas ? Alors, le 24, tous sur les Champs !

 

*Éric Martin est le rédacteur en chef des Nouvelles de France.

 

Source: http://www.ndf.fr/poing-de-vue/14-03-2013/les-champs-elysees-ou-rien#.UUJSizc6eRc

 

De son côté, dans un communiqué de ce jour, la Manif pour tous annonce : "La Manif Pour Tous s’est rendue à quatre reprises à la Préfecture de police de Paris et s’est prêtée à de nombreux échanges téléphoniques avec ses représentants. Elle s’étonne de cette manière peu conforme aux usages républicains employée par la Préfecture de Police qui consiste à répondre par voie de communiqué au dernier courrier qu’elle a reçu de La Manif Pour Tous, lequel proposait un itinéraire alternatif non évoqué, d’ailleurs, dans ledit communiqué, et évitant toute approche des lieux de pouvoir,

 

La Manif Pour Tous, depuis les premières manifestations qu’elle a organisées à Paris et en régions, a systématiquement fait preuve de son exigence absolue en terme d’organisation, d’ordre public et de sécurité. Pas un seul incident n’a eu lieu, y compris le 13 janvier dernier qui a vu affluer un million de personnes de toute la France.

 

Alors pourquoi évoquer l’ordre public pour interdire l’accès aux Champs Elysées ? Veut-on empêcher la mise en place d’un dispositif qui permettra de compter simplement les manifestants ?

 

De fait, depuis des mois, les autorités politiques refusent d’entendre les Français qui s’élèvent contre le projet de loi Taubira dit de « Mariage pour tous ». Les 17 novembre, 8 et 9 décembre 2012, comme le 13 janvier et 2 février 2013, le gouvernement n’a jamais pris acte de l’importance historique des manifestations. Le 12 février 2013, la Préfecture de Police de Paris a interdit le rassemblement prévu aux abords de l’Assemblée nationale. Enfin, les 700 000 pétitions déposées au CESE ont été déclarées irrecevables le 26 février dernier, heurtant ainsi des millions de Français.

 

Face à ce déni de démocratie, La Manif Pour tous a considéré que seul un rassemblement sur les Champs Elysées serait en mesure d’exprimer ce mécontentement de la manière la plus solennelle, visible, démocratique et pacifique possible.

 

Depuis 1881 et 1907, la liberté de réunion est en France une liberté fondamentale. Son champ territorial d’application est de portée générale, et la loi n’a jamais prévu de sanctuarisation de certaines zones, notamment de celle des Champs Elysées.

 

Il s’agit manifestement, une nouvelle fois, de faire taire les opposants au projet de loi « mariage pour tous ».

 

Néanmoins, il est très clair que La Manif Pour Tous, en aucun cas, n’appellera un public, qui s’annonce très nombreux, à manifester en-dehors d’un cadre légal.

 

La Manif Pour Tous étudie avec ses avocats toutes les voies de recours possibles pour que cette demande populaire d’expression démocratique soit entendue et ce, en toute sérénité.

 

Dans cette attente, La Manif Pour Tous appelle les Français à continuer à se mobiliser pour être des centaines de milliers à Paris le 24 mars prochain !

 

On ne lâche rien !"

 

 

Source: http://lamanifpourtous.fr/la-manif-du-24-mars/espace-presse

 

Add. Christroi, 15/03/2013. Communiqué de ce jour de la Manif pour tous : En l’absence de tout arrêté préfectoral d’interdiction, la Manif pour Tous prévue le 24 mars est autorisée. Contrairement à ce qu’a titré la presse, la Préfecture de Police ne l’a pas interdite.

 

Source: http://lamanifpourtous.fr/la-manif-du-24-mars/espace-presse

 

Add. Christroi, 19/03/2013. Hier, 18 mars, la Manif pour tous du 24 mars aux Champs-Elysées a finalement été interdite par arrêté du Préfet de police de Paris portant interdiction du projet de manifestation envisagé sur les Champs-Elysées le 24 mars prochain. L'arrêté interdit également aux manifestants l'accès à la place de la Concorde, de l'Etoile et des Invalides."La Manif Pour Tous assure cependant tous les Français mobilisés que la manifestation aura bien lieu comme prévu dimanche 24 mars à Paris dans un cadre strictement légal. Elle les tiendra informés en temps réel. Notre détermination, comme la vôtre, ne fait que croître face à cette décision politique déguisée en mesure de police !"

 

Source: http://lamanifpourtous.fr/la-manif-du-24-mars/espace-presse

 

 

- La crise de légitimité de François Hollande peut conduire à une crise du régime (Jacques Sapir)

Repost 0
14 mars 2013 4 14 /03 /mars /2013 23:32

http://f.hypotheses.org/wp-content/blogs.dir/981/files/2013/03/sapir-continental-300x200.jpgSi l’économie française connaît une chute brutale d’activité dans le cours de 2013, la perte de crédibilité du gouvernement et du Président se transformera en une perte de légitimité. Cette crise de légitimité pourrait survenir de la conjonction de trois mouvements dont on sent dès aujourd’hui la montée dans la société :une colère politique, une colère sociale, une colère issue d’un sentiment de la perte d’identité. C’est là l’hypothèse la plus sérieuse sur laquelle il convient de réfléchir, car la crise de légitimité implique une crise de régime.

 


La colère politique est facile à prévoir. Elle s’enracine sur un mécontentement allant s’approfondissant et sur le fait que ce dernier ne peut, en théorie, trouver de solution d’ici 2017. Ce mécontentement est redoublé du fait qu’une partie des électeurs qui font partie du socle traditionnel de la gauche s’estime flouée par la politique actuelle du Président et du gouvernement. Ceci est visible dans les sondages récents où le recul de François Hollande est le plus important dans les catégories qui l’ont le plus soutenu : les ouvriers, les employés, les professions intermédiaires et les jeunes. Une partie des responsables du Parti Socialiste s’en inquiète d’ailleurs. Cette déception pourrait, si elle s’enracinait d’ici les prochains mois, se transformer en un mouvement d’abstention massif lors des élections de mars 2014, modifiant ainsi brutalement les rapports de force. Mais, il convient immédiatement de dire que la droite traditionnelle n’est pas une alternative, et qu’elle est encore très peu audible sur les préoccupations de cet électorat. Voilà qui incite à penser que cette colère politique pourrait s’exprimer hors du cadre électoral, ou s’incarner dans tout mouvement rejetant d’emblée les partis traditionnels.


La colère sociale est elle aussi facilement prévisible. Elle s’exprime à la fois dans la montée de la violence sur des sites qui sont devenus emblématiques de la crise (PSA-Aulnay, Continental-Amiens) et dans une désespérance très sensible dans des milliers de petits sites où, à une échelle plus réduite, se rejoue le même drame. L’échec relatif de la mobilisation syndicale contre le projet d’accord ANI entre le MEDEF et quelques syndicats minoritaires ne doit pas faire illusion. Il n’y a eu échec que parce que l’on a proposé à des gens en colère et désespérés des formes bien trop traditionnelles d’expression de leur colère et de leur désespérance. Cet échec est avant tout celui des formes classiques de mobilisation syndicale. Notons déjà que la conjonction de la colère politique et de la colère sociale est redoutable. Le potentiel d’une explosion massive ne fait donc que se renforcer, mais cette explosion suivra des voies différentes de celles qui ont été tracées par les syndicats. Seuls ceux qui sauront s’y adapter y survivront. Cette explosion sera, selon toute vraisemblance, violente. Elle confrontera directement les organes du maintien de l’ordre (Police et Gendarmerie) au choc frontal avec cette colère. Comme ces organismes sont eux aussi travaillés, pour des raisons générales mais aussi des raisons particulières, par un fort mécontentement, nul ne peut dire quelle sera l’issue de ce choc. Si le gouvernement met en œuvre une politique directement répressive, il risque d’aggraver dans des proportions considérables la fracture politique qui se dessine. S’il tergiverse, il peut être emporté par une succession de mouvements se renforçant l’un l’autre.

 

La colère issue du sentiment de perte de l’identité est un phénomène encore plus complexe à décrypter. Elle a, bien entendu, une dimension politique, qui s’enracine dans le déni de démocratie auquel on a assisté en 2005 lors du référendum sur le projet de constitution européenne. Les partisans du « non », largement victorieux, ont été dépossédés de leur victoire, une manœuvre à laquelle François Hollande a été connivent. Les Français ont eu, à ce moment, le sentiment d’être dépossédés de la démocratie, de leur démocratie. Les gouvernants et une partie de l’opposition ont cru que ce sentiment serait passager. C’était oublier le lien très profond, enraciné dans l’histoire, qui unit en France le peuple avec le principe de la démocratie (et non nécessairement ses formes). De là date une fracture symbolique. Cette fracture s’est transformée en une facture qu’il faudra bien solder. Il n’est pas sans une certaine ironie que cette facture retombe sur François Hollande qui, en tant que dirigeant du Parti Socialiste, a beaucoup fait pour l’existence de cette fracture et de cette facture. Cette colère a aussi une dimension sociale, en ceci que le mouvement de désindustrialisation qui s’accélère aujourd’hui nous confronte à l’image d’une France qui n’est plus celle que nous connaissions, ou que nous pensions connaître : un pays fier de ses réalisations industrielles. Une partie importante de la population, qui excède de loin le nombre des simples ouvriers d’industrie, est très profondément attachée à cette image de la France. C’est ce qui explique le succès initial du Ministère du « Redressement productif ». Mais la maîtrise du verbe ne masque qu’un instant les réalités. L’importance de ce sentiment de perte de l’identité, qui peut s’incarner passagèrement dans un rejet de l’« autre », tient en ce que s’articulant avec la colère politique et la colère sociale, il va provoquer une délégitimation massive du pouvoir.

 

La crise qui s’annonce va faire voler en éclats l’idée d’une « démocratie apaisée ».

... Dès lors, le pouvoir actuel a devant lui trois options. Il peut rester « droit dans ses bottes », et supporter la totalité du choc de ces trois colères. Il est possible qu’il y survive, mais au prix d’une répression qui le fera changer de nature et se transformer en Tyrannie. Il est aussi possible, et c’est l’hypothèse la plus probable, qu’il soit brisé par cet affrontement, ouvrant alors une période d’incertitudes politiques et institutionnelles comme la France n’en a pas connues depuis 1958. Il peut chercher à dévier la lame de fond qui monte, en organisant des élections anticipées, donnant ainsi une forme d’expression dans le cadre institutionnel actuel à ces trois colères. Mais, le système électoral français est ici mal adapté. Rien ne serait pire que l’élection d’un nouveau Parlement qui ne soit pas à l’unisson des sentiments de la majorité de la population. Il peut, enfin, chercher à anticiper sur ces événements et changer radicalement de politique, apaisant ainsi la colère sociale et la colère identitaire. C’est la voie de la logique et de la raison, chose dit-on la plus mal partagée au monde…

 

Source: http://russeurope.hypotheses.org/1007

Repost 0
13 mars 2013 3 13 /03 /mars /2013 14:14

http://cdn.bvoltaire.fr/media/2012/05/clementine-celarie-idiote-565x252.jpgPuisque les électeurs du Front national (essentiellement la France qui souffre) ont pu être traités impunément de con par la réputée comique Sophia Aram, tirant profit de la jurisprudence inaugurée, nous nous permettons de renvoyer le compliment à la bobocratie.

 

Déjà François Hollande et l’hologramme qui lui sert de Premier ministre avaient confessé leur soumission à l’oligarchie en enterrant la promesse de campagne de Glass-Steagal Act 1 à la française, en validant le Traité sur la stabilité, la coordination et la gouvernance (TSCG) et le Mécanisme européen de stabilité (MES).

 

Ce printemps, Hollande a prévu d’enfoncer le clou à un endroit inattendu : sur ordre du Medef, il va tirer une balle dans la tête du CDI.

 

Expliquons-nous. Le CDI offre deux grandes garanties au salarié :

- Le salarié ne peut se faire licencier que s’il existe une cause réelle et sérieuse justifiant son licenciement ;

- L’employeur ne peut modifier unilatéralement, sans l’accord du salarié, le « socle » du contrat de travail, à savoir la rémunération, la qualification, le lieu de travail et le temps de travail.

 

Les accords de mobilité interne (article 15 de l’Accord national interprofessionnel) permettront à l’employeur de muter à sa guise les salariés concernés aux quatre coins de la France. Quant aux accords de maintien dans l’emploi (article 18), ils permettront à l’employeur de baisser le salaire des salariés et d’augmenter leur temps de travail. Au final, il ne restera du CDI que des lambeaux.

 

Et la cause réelle et sérieuse du licenciement, nous dira-t-on ? Dans le cadre d’un accord sur l’emploi, la cause réelle et sérieuse du licenciement est attestée… par l’accord même.

 

Les électeurs de gauche étaient persuadés que leur champion mènerait une politique différente de Sarkozy. Le fameux « peuple de gauche » ne se doutait pas que, trahissant toute la mythologie de son parti, de son camp, Hollande profite de la crise pour crucifier le CDI. Le peuple de gauche s’est fait grassement circonvenir.

 

Le soir du premier tour des élections présidentielles, moins d’une heure après les résultats, le complice électoral de François Hollande, donc le coauteur de l’assassinat du CDI, Jean-Luc Mélenchon, se distinguait par une déclaration incroyable sentant le coup fourré à plein nez :

 

  • « À cette heure, en conscience il n y a rien à négocier, notre engagement n’a besoin d’aucune autorisation […] Je vous appelle à vous retrouver le 6 mai, sans rien demander en échange, le 6 mai, pour battre Sarkozy. Je vous demande de ne pas trainer les pieds, je vous demande de vous mobiliser comme s’il s’agissait de me faire gagner moi-même l’élection présidentielle. Ne demandez rien en échange, seulement l’acte de votre conscience. »

 

Les électeurs de gauche n’y trouvèrent rien à redire…

 

Oui, définitivement, nous pouvons conclure que nous avons affaire à des cons.

 

Adrien Abauzit, le 10 mars 2013

 

Source: http://www.bvoltaire.fr/adrienabauzit/les-electeurs-de-gauche-sont-des-cons,13684

Repost 0
23 février 2013 6 23 /02 /février /2013 08:26

La contre-info paie sur internet. L'Oligarchie est en train de perdre la bataille de l'information. Un sondage publié aujourd'hui par le Parisien montre le rejet croissant des Français à l'égard de  la construction européenne.

 

75% juge l'action de l'Union européenne inefficace. 38% considèrent la construction européenne comme source d'espoir, 37% une source de crainte. Jamais depuis 10 ans la part des personnes percevant la construction européenne comme une source d'espoir n'avait été aussi faible. En décembre 2011, à titre de comparaison, cette perception était de 50%.

 

Sources:

 

(1) http://www.leparisien.fr/politique/sondage-l-europe-on-n-y-croit-plus-23-02-2013-2592159.php

(2) http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2013/02/23/97001-20130223FILWWW00329-les-francais-desenchantes-par-l-ue.php

Repost 0
22 février 2013 5 22 /02 /février /2013 08:28

Le film qu'UBS & Co. voudrait interdire : "Ils n'hésitent pas à s'enrichir au détriment des plus pauvres". La spéculation sur les denrées alimentaires affame des millions d'êtres humains. Un film fait par SOLIDAR, une Ong créée en 1936 par le parti socialiste suisse.

 

Le président Flamby Normal Ier fera sans doute la promotion de ce film, avant de passer le lendemain à la bourse de Londres expliquer aux ploutocrates que ce n'était que de la com pour se faire élire !... Ne jamais oublier que nos tyrans modernes savent très bien jouer sur tous les tableaux et investir les deux camps ("libéral" et "socialiste", de "droite" et de "gauche") afin de toujours garder le contrôle de la situation.

 

Repost 0
20 février 2013 3 20 /02 /février /2013 09:10

 

Hallucinant. Le 18 février au soir, l’Élysée a tweetté, via son compte officiel, que « la fête du nouvel an du calendrier lunaire est un moment important pour notre pays », relève le blog catholique La table ronde . On n’était pas au courant…


Une réception a même été organisée lundi soir :

Pour l'Élysée, le nouvel an du calendrier lunaire est plus important que Noël

Rien, par contre, pas le moindre tweet pour fêter un joyeux Noël aux Français en décembre dernier :

Pour l'Élysée, le nouvel an du calendrier lunaire est plus important que Noël

 

Source: http://www.ndf.fr/poing-de-vue/19-02-2013/pour-lelysee-le-nouvel-an-du-calendrier-lunaire-est-plus-important-que-noel#.USSEtzeBmYQ

Repost 0
17 février 2013 7 17 /02 /février /2013 18:59

Scandale. Selon le Pr Philippe Even, le cholestérol est « un ennemi imaginaire », ce qui en fait « la plus grande erreur médicale de tous les temps » en même temps que « la plus grande arnaque, escroquerie de l’industrie pharmaceutique ».

 

Ainsi, si nos artères se bouchent, ce n’est pas la faute du cholestérol tandis que ce dernier « est indispensables pour nos fonctions essentielles » (cardiaque, cérébrale, musculaire, etc.), « une molécule vitale » donc.

 

Aux États-Unis, 400 000 cas de diabètes ont été provoqués par les statines, ces médicaments remboursés par la Sécurité sociale (coût annuel : plus de 2 milliards d’euros ). « C’est l’heure de leur belle mort » avec l’arrivée de génériques en juin 2013, explique toutefois l’auteur de La vérité sur le cholestérol (aux édition du Cherche-midi) sur BFM TV :

 


 

 


 

Source: http://www.ndf.fr/poing-de-vue/15-02-2013/cholesterol-une-arnaque-qui-coute-plus-de-deux-milliards-deuros-par-an-a-la-securite-sociale#.USEXlvKBmYQ

 

- Complot mondial contre notre santé

Repost 0
15 février 2013 5 15 /02 /février /2013 10:32

Ils se prennent pour des "bâtisseurs", ils ne sont en fait que des fossoyeurs.

 

Comme pour Peugeot, les emplois français sont sacrifiés au pire moment. Tout cela parce que la république dite française, vassale de la puissance atlantiste abandonne son indépendance économique au profit de cette dernière.

Au lieu de se battre pour des cas concrets, les princes nuées développent des principes abstraits censés apporter le paradis. Tous les efforts ne sont tendus que dans le but de la mondialisation, alpha et omega de la pensée politique et économique française. Peu importe le prix à payer pour y arriver : "la fin sanctifie les moyens".


Repost 0
11 février 2013 1 11 /02 /février /2013 22:37

Lors des "débats" parlementaires sur le "mariage pour tous", le député Christian Jacob est intervenu dimanche 3 février pour demander un rappel au règlement et que "chacun vote sur son boîtier et pas sur celui du voisin" : alors qu'il n'y avait que 60 parlementaires de la majorité PS, on est arrivé à "un résultat de 148 votes favorables".

 

 

 

Mais comme cette pratique est apparemment bien ancrée, Christian Jacob est intervenu mercredi 6 février pour dénoncer à nouveau la tricherie des députés PS :

 

 

 


Source : http://francejeunessecivitas.hautetfort.com/archive/2013/02/07/vote-triche-a-l-assemblee.html

Repost 0
6 janvier 2013 7 06 /01 /janvier /2013 19:54

Le président du conseil général de l’Aube, flashé en excès de vitesse, repart libre après l’intervention du préfet

 

Flashé à 140 km/h par les gendarmes sur une portion de route limitée à 90 km/h, Philippe Adnot, sénateur et président du conseil général de l’Aube repart avec son véhicule après l’intervention du préfet du département Christophe Bay. On ne se mange pas entre gens du même monde…

http://www.nationspresse.info/wp-content/uploads/2013/01/EstEclair-05-01-2013.jpg

 

Source: http://www.nationspresse.info/?p=198325

Repost 0
4 janvier 2013 5 04 /01 /janvier /2013 19:06

http://1.bp.blogspot.com/_TcZrBkKh0sI/S-7ShF2Im9I/AAAAAAAACWI/I1n3Cl-JoZc/s1600/eurogroupe.pngUne analyse trouvée sur "Herodote.net" que nous partageons et prolongeons pour constater que l'homosexualité se définissant aujourd'hui comme un critère d'appartenance communautaire, culturel, et sociétal, le projet de "mariage" homosexuel nous réserve des lendemains radieux d'"égalité" (dans la pauvreté) et de "progrès" (dans le néo-esclavagisme) où chacun sera sommé de se justifier de ses penchants sexuels, de ses pensées et de ses sentiments ainsi que de choisir sa «communauté», l'une légitime, l'autre illégitime naturellement, le tout devant l'oeil attentif, omniprésent et omnipotent de Big brother.

 

Les homophiles dénonceront quiconque voudra protéger son jardin secret, et recréeront à leur avantage des pratiques inquisitoriales, une forme inédite de "puritanisme inversé" qui conduira à de nouvelles persécutions "laïques" (en réalité maçonniques) visant les croyants mais aussi tous les défenseurs de la loi naturelle qui se mettront en travers de leur route. Ceux-ci seront pourchassés, traqués, poursuivis pour délit d'opinion et hérésie. Une société dont les codes culturels, religieux, philosophiques et anthropologiques auront tous été inversés.

 

Ce projet n'est rien d'autre que la continuation du projet oligarchique maçonnique issu de 1789, fondé sur la "souveraineté populaire" définie par des "élus" ne représentant qu'une oligarchie, ce projet satanique et déshumanisant qui émanait de la haute-bourgeoisie, et qui entreprenait d'établir son pouvoir par l'isolation des individus, leur division, la destruction de leurs anciennes solidarités familiales, provinciales, professionnelles sous le nom de l'abolition des "privilèges" la "nuit du 4 août" 1789 : la nuit du cauchemar capitaliste qui devait s'abattre sur les Français et les nations européennes avec la "révolution industrielle" au XIXe siècle, où plus rien ne venait s'opposait à l'exploitation éhontée des ouvriers (il faudra attendre près d'un siècle pour voir le retour des anciennes corporations abolies en 1789 et la légalisation de la liberté syndicale en 1884). Ce projet tendait finalement à renverser l'Ordre naturel et la Loi naturelle elle-même (Décalogue) au plus grand profit de l'oligarchie révolutionnaire, afin que ne subiste en face d'elle plus rien qui ne puisse lui opposer de résistance : la morale naturelle, la religion, les anciennes solidarités sociales, familiales et professionnelles, tout devait être aboli, effacé, supprimé. Tabula rasa, nous y sommes plus que jamais.

 

Plus inquiétant, outre la persécution des croyants, la poursuite des déviants, ce projet aboutira ipso facto à la mise au pas des plus faibles, des enfants et des plus pauvres invités au nom du maçonnique "Liberté & égalité" à faire désormais commerce de leurs organes, de leur sperme, de leurs ovules et même de leurs bébés (!) pour la plus grande joie des bourgeois occidentaux. C'est là un "progrès" nous dit-on. En réalité une nouvelle forme de société esclavagiste inhumaine à laquelle nos chères élites "éclairées" nous convient. Mais cette société où les plus forts écraseront les plus faibles (à commencer par les enfants et bientôt les vieillards?) mérite-t-elle encore le nom de société humaine ?


Sommes-nous à la veille de Mai-68 ? Non, nous sommes en 2013, mais ceux qui contestent l'ordre établi sont les mêmes, en un peu plus grisonnants, des éternels suppôts de la franc-maçonnerie impérialiste. 

---------------------------------

À quoi sert le mariage ?

 

Le mariage semblait voué à disparaître il y a trois décennies ; le voilà au centre de la politique française, avec le projet de légalisation du «mariage pour tous» par la France

 

Pour en finir avec un enjeu symbolique quelque peu ridicule, Joseph Savès émet le souhait que la loi laïque ne reconnaisse plus que des «unions civiles» et abandonne le mot même de «mariage». Celui-ci ne devrait plus désigner qu'un rituel religieux et sans contenu juridique...

 

Les médias français dénoncent à l'envi une société archaïque et discriminatoire. La révolte gronde dans les cafés et les salons parisiens... Sommes-nous à la veille de Mai-68 ? Non, en 2012, mais ceux qui contestent l'ordre établi sont les mêmes, en un peu plus grisonnants.

 

Dénoncent-ils la catastrophe climatique ? L’incurie des dirigeants européens face à l'explosion de la misère et des inégalités ?... Non, l'affaire est beaucoup plus grave. Elle concerne le droit des homosexuels à se marier devant le maire.

 

Ceux qui ironisaient, il y a quarante ans, sur le mariage «petit-bourgeois» plaident aujourd'hui en faveur de son extension aux homosexuels. Il s'agit de remédier à la souffrance de quelques couples qui ne supportent pas de ne pas «graver leur nom au bas d'un parchemin» (Brassens). Regrettons qu'il n'y ait plus un Molière pour les traiter comme il convient.

 

http://www.st-germain-icones.com/galerie/d/813-2/stefamillebissculptok.jpgMais l'affaire n'est pas seulement risible. Ainsi qu'en conviennent historiens et anthropologues de tous bords, «on ne trouve pas, dans l'histoire, d'union homosexuelle et homoparentale institutionnalisée» (Article de l'anthropologue Maurice Godelier, dans Le Monde du dimanche 18 novembre 2012, page 9) : «L'humanité n'a cessé d'inventer de nouvelles formes de mariage»).

 

N'est-il pas dangereux, dans ces conditions, de jouer les apprentis-sorciers avec une institution, la famille, qui a traversé les millénaires et les civilisations? Rappelons simplement que le mariage n'a pas été établi pour consacrer l'amour de deux êtres (on n'a pas besoin d'une reconnaissance sociale pour s'aimer et vivre ensemble) mais pour assurer une protection juridique aux enfants appelés à naître de cette union et garantir leur droit à hériter.

D'autres l'ont fait, pourquoi pas nous ?

 

On se rassure en se disant que d'autres pays, et non des moindres, ont franchi le pas et officialisé le mariage entre personnes du même sexe : le Canada, la Norvège, la Suède, plusieurs États des États-Unis, l'Afrique du Sud et même l'Argentine et l'Espagne catholique.

 

Le monde non-occidental demeure massivement indifférent ou hostile au mariage homosexuel. Faut-il s'en inquiéter ? On peut faire le rapprochement avec l'esclavage, une institution universelle et immémoriale qui a été abolie en premier lieu par les mêmes Occidentaux.

 

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/en/1/10/Eugenics-Fitter-Families-Contest-Winners-Topeka-Kansas.jpgMais on peut aussi oser un rapprochement avec l'eugénisme. Issue de la théorie de Darwin, cette doctrine a eu les faveurs des élites progressistes à la fin du XIXe siècle tout en étant sévèrement condamnée par l'Église. Elle a débouché sur la stérilisation obligatoire des handicapés mentaux et des inadaptés sociaux dès 1907 dans plusieurs États des États-Unis, puis en 1922 dans la Suède social-démocrate.

 

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/6/60/Hitler_N%C3%BCrnberg_1935.jpg/220px-Hitler_N%C3%BCrnberg_1935.jpgDix ans plus tard, l'eugénisme a été mis en oeuvre par les nazis, qui se voulaient révolutionnaires et hostiles aux «vieilles lunes» cléricales et réactionnaires. Pour cette raison-là, l'eugénisme nous fait aujourd'hui très justement horreur... Qu'en sera-t-il, demain ou après-demain, de l'inscription à l'état-civil des familles parent A / parent B ?

 

 

Homo philie, homo phobie

 

L'homosexualité est aussi vieille que l'humanité et ses pratiquants, quoique minoritaires et souvent victimes de violences et d'exclusion, ont toujours participé à la vie sociale, ainsi que le rappelle l'historien Michel Rouche, dans un passionnant livre d'entretiens avec le journaliste Benoît de Sagazan : Petite histoire du couple et de la sexualité (CLD, 2008).

 

Autres temps, autres moeurs : à l'image de Zeus, qui s'était transformé en aigle pour séduire le jeune Ganymède, les notables grecs et romains n'avaient pas de honte à partager la couche d'un garçon impubère. Mais la pédophilie a été plus tard condamnée, de même que les relations entre adultes du même sexe, sous l'effet du puritanisme stoïcien (et païen).

 

Au Moyen Âge, la «sodomie» (ainsi qualifie-t-on l'homosexualité avant que le mot ne soit inventé en 1869) est inscrite parmi les péchés graves. Elle est parfois sanctionnée, le plus souvent tolérée, selon que domine dans l'Église le courant rigoriste ou le courant optimiste.

 

 

Au XVIIe siècle, les «libertins» de la cour de Louis XIV attestent de l'influence que pouvaient avoir les homosexuels au pied du trône. Plus près de nous, le juriste Cambacérès, l'académicien Julien Green, les philosophes Roland Barthes et Michel Foucault et le Prix Nobel André Gide... montrent qu'elle n'était pas un obstacle à l'ascension sociale et aux honneurs publics.

 

Si l'Église officielle qualifie encore de péché l'onanisme et la sodomie, on ne saurait comparer cette condamnation morale aux sanctions pénales qui frappent les homosexuels dans tous les pays musulmans comme dans la plupart des pays d’Afrique noire et d’Asie.

 

On a fait beaucoup de cas de la loi française de 1942, abrogée en 1982, établissant à 21 ans au lieu de 15 la majorité en matière de relations homosexuelles. Avouons qu'on a connu pire en matière de persécution.


Une régression intellectuelle

 

Le romancier Benoît Duteurtre écrit dans Le Nouvel Observateur (20 septembre 21012) : «L’aspiration des militants homosexuels à la famille et au mariage est une formidable régression intellectuelle par rapport aux enjeux de la libération sexuelle. Après avoir revendiqué la liberté absolue, on en est à vouloir parodier le mariage, ce vieux rituel d’inspiration religieuse auquel les hétérosexuels eux-mêmes ne croient plus guère, vu qu’ils s’empressent généralement de divorcer !»

 

Le romancier juge «amusant de voir certains militants s’exciter contre l’Église, qui devrait, à son tour, accepter le mariage gay – comme s’il fallait à tout prix obtenir la reconnaissance du clergé qui ne fait pourtant que jouer son rôle de force morale archaïque».

 

Pour lui, «la modernité, c’est évidemment le pacs, qui laisse de côté tout cet héritage et qu’on pourrait fort bien se contenter d’améliorer. Mais les groupes de pression, engagés dans la surenchère, semblent confondre l’égalité et le pastiche. Beaucoup d’homos se contrefichent du mariage comme de l’adoption, mais il est vrai que cette soif de normalité enchante certaines personnes qui ont l’impression de les voir rentrer dans le rang».


Communautarisme

 

Les organisations homosexuelles sont en flèche dans le développement du communautarisme en Occident et c'est là un phénomène nouveau. Le philosophe Roland Barthes l'avait entrevu dans les années 1970. Homosexuel épanoui et discret, il s'inquiétait déjà à cette époque d'un activisme qui pouvait porter atteinte à son intimité et à sa liberté.

 

Si l'on met à part une petite minorité d'individus exclusivement orientés vers les personnes de leur sexe, l'homosexualité était jusqu'à ces dernières décennies une pratique occasionnelle qui se conjuguait avec des relations hétérosexuelles plus conventionnelles. Elle est devenue aujourd'hui un critère d'appartenance et chacun est sommé de se définir comme homo ou hétéro.

 

En 1973, dans Les valseuses de Bertrand Blier, les héros pratiquaient sans complexe une sexualité débridée tant homo qu'hétérosexuelle. En 2000, dans la comédie de Francis Veber Le placard, le héros devait choisir son camp. Entre ces deux dates s'est imposé le principe d'enfermement communautaire. Aujourd'hui, signe des temps, Hollywood multiplie les comédies sur les jeunes gens qui seraient tentés de franchir la nouvelle barrière invisible (La faveur intellectuelle dont bénéficie l'homosexualité en ce début du XXIe siècle, conjuguée à la permissivité sexuelle, pourrait bien conduire à un rétrécissement de la gamme des sentiments. On ne conçoit plus guère que des amitiés masculines se déclinent autrement qu'à travers le sexe. Le lien affectif entre Montaigne et La Boétie («parce que c'était lui, parce que c'était moi») paraît aujourd'hui inconcevable. S'ils revenaient sur terre, les deux amis se pacseraient sans attendre et Montaigne s'abstiendrait sagement tant de se marier que de courir le guilledou avec les paysannes de sa région... De même paraissent incompréhensibles, à l'heure des «tournantes», du voile et des clubs échangistes, les amours tragiques de La Princesse de Clèves ou la présidente de Tourvel (Les Liaisons dangereuses). Faut-il s'en réjouir ?).

 

http://www.christ-roi.net/images/1/1b/Libert%C3%A9_Egalit%C3%A9_%26_Fraternit%C3%A9_ou_la_mort.JPGL'«outing» par lequel les activistes homosexuels dénoncent quiconque voudrait protéger son jardin secret nous renvoie aux pratiques inquisitoriales ou, au mieux, à une forme inédite de «puritanisme inversé» qui impose à chacun d'afficher son statut. Militants homosexuels et vedettes du showbiz conjuguent leurs efforts pour abattre le mur opaque et bienfaisant qui séparait naguère sentiments privés et vie publique.

 

Ainsi s'avancent des lendemains radieux où chacun sera sommé de se justifier de ses penchants sexuels, de ses pensées et de ses sentiments ainsi que de choisir sa «communauté», devant un Big Brother omniprésent et omnipotent.


Libertarisme

 

L'homosexualité n'apparaît plus seulement comme une forme d'expression sexuelle parmi d'autres. C'est aussi un mode de vie qui rejoint une aspiration contemporaine à la sécurité et à la tranquillité. Il permet de retrouver la chaleur d'un groupe dans une société aux liens distendus et offre le confort d'une vie de couple sans avoir à supporter les lubies de l'autre sexe.

 

Derrière le mariage homosexuel et l'adoption se profile l'idée que la Loi n'aurait plus pour objet de protéger les faibles (enfants, pauvres...) contre les abus des puissants mais devrait se mettre au service de ces derniers pour lever les ultimes obstacles à leurs désirs. Le psycho-sociologue Jean-Claude Liaudet voit dans ce chamboulement une ruse du néolibéralisme pour intégrer à la société marchande des domaines qui lui échappent encore... (Jean-Claude Liaudet, Le complexe d'Ubu ou la névrose libérale, Fayard, 320 pages, janvier 2004).

 

Ainsi s'avancent des lendemains radieux où les pauvres du tiers monde et du quart monde seront invités, au nom de la Liberté, à faire commerce de leurs organes, de leur sperme, de leurs ovules et de leurs bébés pour la plus grande satisfaction des bourgeois occidentaux.


Joseph Savès

 

Le mariage pour quoi faire?

 

Au moment où les organisations homosexuelles réclament le droit au mariage, on peut se demander à quoi sert encore celui-ci.

 

Au terme d'un processus législatif qui a aligné les droits des enfants «naturels» sur ceux des enfants légitimes, le mariage civil n'apporte plus guère de droits particuliers. Sa justification première, qui était d'offrir aux enfants et à l'épouse une protection juridique et des garanties en matière de succession, est dévaluée par la concurrence d'autres formules juridiques. C'est si vrai que de plus en plus de couples élèvent leurs enfants sans se soucier de passer devant le maire.

 

À défaut d'abolir le mariage civil, le législateur pourrait changer son nom pour celui d'«union civile» et laisser le mot mariage au vocabulaire religieux. L'«union civile» se présenterait dès lors comme un pacte civil de solidarité - pacs - amélioré, ouvert à tous les couples, avec quelques aménagements fiscaux concernant la pension de réversion et l'héritage ainsi que l'adoption.

 

Mais avant toute chose, il importerait de supprimer l'article 433-21 du code pénal qui interdit aux prêtres, pasteurs et rabbins de marier un couple qui n'est pas au préalable passé devant le maire. Ainsi continueront de s'unir civilement ceux qui le veulent, les autres faisant de leur union une affaire purement privée.

 

Soulignons que cette abrogation serait conforme au principe de laïcité et à la loi de séparation des Églises et de l'État. On ne voit pas bien en effet pourquoi l'État laïc se préoccupe de conventions d'ordre privé comme le mariage religieux dès lors qu'elles n'ont aucune implication civile ou juridique.

 

Source : http://www.herodote.net/a_quoi_sert_le_mariage_-article-1406.php

Repost 0
31 décembre 2012 1 31 /12 /décembre /2012 23:58

http://media2.express.be/pictures/lowres/web/hermanvanrompuy.pngL’incapacité des Etats membres à s’entendre sur une proposition de modification du règlement concernant la gestion du personnel va permettre aux 45.000 fonctionnaires de l'UE de ne plus payer l’année prochaine une taxation sur leurs salaires de 5,5%, rapporte Euractiv. Cette taxe de solidarité, instituée en 2004, est devenu caduque, faute d’avoir été reconduite.

... Pour les fonctionnaires de l’UE les mieux rétribués, la suppression de cette taxe se manifestera par une augmentation de plusieurs centaines d’euros de leur salaire net par mois. En dépit de la crise et des politiques d’austérité menées dans certains Etats membres, les fonctionnaires de l'UE ont bénéficié d’augmentations de salaires tous les ans, et cette année, cette augmentation pourrait atteindre 1,7%.

 

Source: http://www.express.be/business/fr/economy/incroyable-mais-vrai-45000-eurocrates-gagneront-55-de-plus-en-2013/183160.htm

 

Les smicards, eux, devront se contenter d'une augmentation mensuelle de ... 0,3%, correspondant à la stricte augmentation légale.

 

 

Sources:

http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2012/12/31/20002-20121231ARTFIG00272-ce-qui-va-changer-au-1er-janvier-2013.php

http://www.lefigaro.fr/social/2012/12/16/09010-20121216ARTFIG00071-la-hausse-du-smic-au-1er-janvier-limitee-a-l-inflation.php

Repost 0
28 décembre 2012 5 28 /12 /décembre /2012 20:19

Lu dans Minute :

M

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

"Le 16 décembre, le lobby gay a manifesté en faveur du « mariage pour tous ». Ce faisant, il a perdu une grande bataille médiatique, en laissant un enfant brandir une pancarte ignoble, qui symbolise le risque de laisser aux fanatiques de la cause homosexualiste le « droit » d’adopter des enfants. [...]

Les plus naïfs pourraient croire qu’il s’agit de quelques farfelus non représentatifs du mouvement. C’est faux : la pancarte a été imaginée par un groupe d’activistes homosexuels particulièrement extrémiste – elle est même téléchargeable sur leur site. Elle a en suite été validée et acceptée au coeur du cortège par les organisateurs de la manifestation. C’est donc un acte délibéré. Et, que l’on sache, nul manifestant ne s’est ému, durant le défilé, de voir un gamin porter ce panneau. Faut-il en conclure qu’à leurs yeux, il n’y avait rien de choquant? On peut également se demander qui sont les « parents » de cet enfant instrumentalisé? Etaient-ils avec lui? Qui est-il, lui-même: un enfant adopté par un couple de gays? Alors bonjour l’image des « bons parents homos qui valent mieux que de mauvais parents hétéros »! [...]

A un tel niveau d’irresponsabilité parentale, la question n’est pas déplacée et la DDASS devrait s’en soucier. [...]

Même le lobby gay a senti le danger et s’est empressé [...] de poser deux lignes de défense assez fragiles. La première consiste à dire qu’il s’agit d’une image trafiquée (un « fake » en langage Internet), créée par des homophobes pour discréditer le mouvement. La seconde, qui se répand sur les forums, dénonce l’instrumentalisation, par des intégristes, d’une innocente plaisanterie: l’espace d’une photo, des adultes ont mis cette pancarte entre les mains du gamin… Hors de question, évidemment, d’assumer une grave faute de communication. Le fait est que, loin d’une image anecdotique, cette photo d’une insupportable violence pourrait bien marquer un tournant dans la campagne sur le mariage gay. Elle symbolise et illustre mieux que n’importe quel discours ce à quoi peut aboutir l’adoption d’enfants par les fanatiques de la cause homosexuelle. Il serait bon que, d’ici le 13 janvier, les politiques comme les responsables de la Manif pour tous, au premier rang desquels Frigide Barjot, fassent leur devoir et portent le débat sur la place publique. Car l’avenir de la civilisation française ne se réduit pas à la crise économique ou aux tactiques médiatiques des « filles à pédés »".



Source: http://francejeunessecivitas.hautetfort.com/archive/2012/12/27/mariage-homosexuel-minute-revient-sur-la-photo-qui-choque-l.html

Repost 0
27 décembre 2012 4 27 /12 /décembre /2012 08:36

Le "Mariage pour tous" ridiculisé par un enfant !

À l'école, la maîtresse a expliqué comment on fait les bébés. Anatole sait bien que, pour faire un bébé, il faut un papa et une maman. Mais la maîtresse, elle, a expliqué plein de trucs bizarres...
Repost 0
9 décembre 2012 7 09 /12 /décembre /2012 15:07

Une religion chasse l’autre…

A l’heure où les marchés de Noël sont rebaptisés « Marchés d’Hiver », où les sapins sont supprimés, un chandelier à sept branches va être installé dimanche soir, sur le Champ de Mars, pour lancer les célébrations de Hanoucca, la « fête juive des lumières » qui se poursuit jusqu’au 16 décembre. Alors même que le maire de Paris refusait les années précédentes les crèches de Noël sur les marchés, sous le prétexte de la laïcité…

Ce chandelier sera allumé par le grand rabbin de France, Gilles Bernheim « en présence de personnalités communautaires et nationales« .

 

Source : http://www.contre-info.com/paris-un-chandelier-a-sept-branches-a-la-place-de-la-creche-de-noel

 

 

Rappelons que la fête juive d'Hanoucca célèbre la victoire des Juifs sur les Grecs hellénistes. Elle marque une importante victoire militaire des Maccabées au IIe siècle av. J.-C sur les armées d'Antiochios IV Epiphane et symbolise la résistance du judaïsme à l'assimilation grecque.

 

Ce faisant, la mairie de Paris organise donc cette année une fête religieuse qui célèbre la victoire du communautarisme (juif) sur l'assimilationnisme grec et "républicain" ! La république qui se combat elle-même en quelque sorte. Or nous le savons, "tout royaume divisé contre lui-même court à sa ruine"... (Evangile selon saint Matthieu, XII, 25.) A moins que, dès le départ, et au nom des valeurs universelles chrétiennes (la liberté, l'égalité et la fraternité en Christ) la république n'eut été qu'un leurre masquant le combat communautaire juif contre le Christ, la chrétienté et l'universalisme chrétien, avec à la clé aujourd'hui la suppression des crèches de Noël, des marchés de Noël rebaptisés « Marchés d’Hiver » et autres "journée la laïcité" ou "fêtes des lumières" organisées par la franc-maçonnerie à Lyon du 6 au 9 décembre, destinées à remplacer la fête de l'Immaculée Conception le 8 décembre ? Auquel cas, - diviser pour régner - les combats de la république n'auront eu pour but que de créer les conditions de la division et du communautarisme enfin célébrés comme il se doit !

 

Add. 19:35. Un peu d'humour (merci à DDB):

 


 

- Confession d'un ancien juif (Frère Nathanaël)

Repost 0
8 décembre 2012 6 08 /12 /décembre /2012 23:38

Si l’on n’y prend garde, le CRIF tente tout simplement de se substituer au CSA pour juger de ce qu’il faut dire, écrire, filmer ou publier sur Israël… Le correspondant de France 2, mon confrère Charles Enderlin, pourtant de nationalité israélienne, en sait quelque chose. Des proches du CRIF alimenteront la campagne de dénigrement déclenchée contre France 2 après la diffusion d’un reportage d’Enderlin montrant la mort par balles d’un enfant palestinien dans la bande de Gaza.

 

Le problème pour la censure sioniste est que Charles Enderlin est juif : comment faire pour le décrédibiliser ?

 

Source et suite : http://www.bvoltaire.fr/josemeidinger/le-parti-sioniste-veille-au-grain,5442

Repost 0
4 décembre 2012 2 04 /12 /décembre /2012 23:58

Hier, Michel Sardou était l'invité du journal de 20H de TF1.

Sur les politiciens français, il a déclaré : "Tout ca va s'effondrer. On va enfin comprendre que les promesses que l'on nous fait c'est du pipeau, qu'elles viennent de droite, qu'elles viennent de gauche, qu'elles viennent du milieu, on va peut-être enfin comprendre qu'on nous prend pour des cons depuis des années !"

 

 

 

 

- Contre le Nouvel Ordre mondial : en finir avec la révolution (IIIe partie)

 

Repost 0
20 novembre 2012 2 20 /11 /novembre /2012 22:26

http://www.chire.fr/I-Grande-10325-la-democratie-totalitaire.net.jpgFrançois Hollande a reconnu aujourd'hui le droit à la "liberté de conscience" pour les maires qui ne souhaiteraient pas appliquer la future loi. C'est ce que nous disions dès le 12 septembre en nous demandant : "les maires pourront-ils mettre en oeuvre leur objection de conscience?" et le 23 septembre, nous disions que le projet du "mariage" homosexuel est un exemple de conflit entre la Volonté générale et les droits de l'homme. Trois droits de l'homme étaient en effet enfreints : la liberté de conscience des maires, liberté à présent reconnue..., la liberté de l'enfant que les socialistes ont tendance à oublier..., et la liberté de la société elle-même.

 

Après la liberté de conscience, reste encore la liberté de l'enfant et celle de la société ! La mobilisation continue !

---------------------------------

Add. Christ-Roi, 21 novembre 2012, 17h58. Après avoir reçu cette après-midi une délégation de l'Inter-LGBT, qui "avait suspendu toutes ses relations avec le gouverne-ment" et exigeait d'"être reçue" "rapidement", François Hollande retire la liberté de conscience des maires !

 

Sources: http://lci.tf1.fr/france/societe/mariage-gay-une-delegation-de-l-inter-lgbt-recue-a-l-elysee-7678876.html ; http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2012/11/21/97001-20121121FILWWW00574-hollande-retire-la-liberte-de-conscience.php

 

La mobilisation de toutes les personnes attachées à la défense de la famille naturelle continue !

Repost 0