Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
25 novembre 2015 3 25 /11 /novembre /2015 10:04

L'Oligarchie se sécurise, les Français peuvent attendre :

Le ministre de l'intérieur Bernard Cazeneuve a annoncé mercredi, un dispositif de sécurité renforcée pour la COP21. Près de 2 800 hommes sécuriseront le site.

 

Quelque 8 000 policiers et gendarmes sont déployés aux frontières pour des contrôles à l'occasion de la conférence de l'ONU sur le climat (COP21) qui débute dimanche au Bourget, où seront postés 2 800 hommes supplémentaires pour la sécurité du site, a annoncé mercredi le ministre de l'Intérieur.

 

« Au total ce sont 120 000 policiers, gendarmes et militaires déployés sur l'ensemble du territoire » pour assurer la sécurité après les attentats du 13 novembre à Paris et Saint-Denis, a ajouté Bernard Cazeneuve.

 

Cazeneuve annonce 8 000 policiers aux frontières pour sécuriser la COP21, 0 pour les Français

Cazeneuve annonce 8 000 policiers aux frontières pour la COP21, 0 pour les Français : Manuel Valls, en effet, ne croit pas aux frontières nationales pour protéger les Français...

Repost 0
24 novembre 2015 2 24 /11 /novembre /2015 12:39

Mise à jour permanente

Au moment où Obama cherche à empêcher le rapprochement Poutine-Hollande, la Turquie abat un avion militaire russe près de sa frontière avec la Syrie. On va dire que c'est un hasard.

Lorsque le président américain Barack Obama rencontrera mardi son homologue français François Hollande, il ne cherchera pas uniquement à examiner leur solidarité dans la lutte contre le terrorisme. Obama veut s'assurer que Hollande n'adoucira pas sa politique à l'égard de la Russie, écrit le magazine Politico.

 

L'administration américaine veille à ce que tous les leaders clés de l'Europe soient prêts à élargir les sanctions contre Moscou, qui expirent fin janvier. Les fonctionnaires redoutent que la coopération entre Poutine et Hollande en Syrie ne modifie la politique de la France à l'égard de la crise ukrainienne.

 

[...] L'élargissement de la coopération avec Moscou suite aux attentats du 13 novembre à Paris a également suscité l'étonnement à Washington.

 

Hollande fait allusion à un point de vie analogue: dans son intervention peu après les attentats de Paris, il a appelé à former une grande « coalition unique » pour lutter contre les groupes radicaux syriens. "Je rencontrerai dans les prochains jours le président Obama et le président Poutine pour unir nos forces et atteindre un résultat qui pour l'instant est encore renvoyé à trop longtemps", a-t-il déclaré.


 
La Turquie abat un avion militaire russe près de sa frontière avec la Syrie au moment où Obama cherche à empêcher le rapprochement Poutine-Hollande

Source : Obama cherchera briser le rapprochement Hollande-Poutine, Sputnik, 09:35 24.11.2015(mis à jour 10:03 24.11.2015)

 

Et voici un hasard qui tombe à pic : la Turquie abat un avion militaire russe près de sa frontière avec la Syrie :

 

La Russie a remarqué depuis longtemps l'afflux sur le territoire turc d'importantes quantités de pétrole provenant des gisements contrôlés par le groupe terroriste Etat islamique (EI), a déclaré mardi le président russe Vladimir Poutine.

 

"Nous avons remarqué depuis longtemps que sur le territoire de la Turquie afflue une grande quantité de pétrole et de produits pétroliers venant des territoires occupés. Ce qui procure d'importants revenus aux formations armées", a déclaré M.Poutine.

 

Selon le president russe, l'avion russe se trouvait à un kilomètre de la frontière turque, au-dessus de la Syrie, quand il a été abattu, et il s'est écrasé à 4 km de la frontière turque, sur le sol syrien.

 

Source: Poutine: du pétrole livré par l'EI détecté en Turquie , Sputnik, 14:12 24.11.2015(mis à jour 15:02 24.11.2015)

 

13h25 CET

 

Le président tchèque Milos Zeman a condamné la Turquie pour avoir abattu le SU-24 russe. «Il y a des soupçons que la Turquie coopère d’une façon informelle avec l’Etat islamique. Etant donné que les forces aériennes russes luttent contre Daesh, cette attaque semble une mesure extrêmement radicale. Elle ne fera qu’aggraver la situation», a déclaré le président tchèque.

 

Source: EN CONTINU : Un bombardier russe abattu en Syrie, près de la frontière turque (VIDEO), Rt en français,

 

Le chef du Kremlin a estimé que cet incident constituait un "coup dans le dos" de la Russie.

"La Russie a toujours traité la Turquie non seulement en voisin, mais en ami. Je ne sais pas qui avait besoin (d'un tel incident, ndlr), mais pas nous", a indiqué Vladimir Poutine.

"Au lieu d'établir un contact immédiat avec la Russie après l'incident avec le Su-24, la Turquie s'est adressée à l'Otan, comme si c'était la Russie qui avait abattu leur avion", a déclaré le président russe.

Vladimir Poutine a comparé le recours turc à l’Otan à la création d’une alliance pro-EI.

 

Source: Poutine: la Russie ne tolérera aucun crime comme celui perpétré contre le Su-24, 13:50 24.11.2015(mis à jour 14:51 24.11.2015)

 

A suivre en direct sur Le Figaro :

 

à 12:15

«L'Otan suit la situation de près»

«L'Otan suit la situation de près. Nous sommes en contact avec les autorités turques», indique un responsable de l'Alliance, interrogé par l'AFP. Le 5 octobre, le secrétaire général de l'Otan, Jens Stoltenberg, avait appelé "la Russie à pleinement respecter l'espace aérien de l'Otan et à éviter une escalade des tensions avec l'Alliance".

à 12:06

Un «incident très sérieux» aux yeux du Kremlin

Le Kremlin a qualifié mardi la destruction d'un chasseur-bombardier de l'armée russe en Syrie d'«incident très sérieux». «Il est simplement impossible de dire quelque chose sans disposer de toutes les informations», a déclaré Dmitri Peskov, porte-parole du président Vladimir Poutine.

à 11:53

Un pilote russe est décédé, selon les rebelles syriens

Une vidéo envoyée à Reuters par un groupe rebelle syrien montre un homme à terre, immobile et portant la trace de graves blessure. «Un pilote russe», dit une voix parmi un groupe d'hommes rassemblés autour du corps. «Dieu est grand», peut-on encore entendre.

D'après le porte-parole du groupe rebelle, le pilote était mort, sans mentionner ce qu'il est advenu du deuxième pilote de l'appareil.

à 11:27

L'armée turque publie le suivi radar du Su-24 russe

L'armée turque dévoile le suivi radar du chasseur-bombardier de type Sukhoï Su-24 abattu à la frontière turco-syrienne, annonce la chaîne CNN-Türk.

à 11:05

Des nouvelles images de l'appareil en flammes

L'agence turque Anadolu publie de nouvelles images du Su-24 en flammes.

à 11:01

Des hélicoptères russes ont été envoyés sur place

Des hélicoptères russes ont été envoyés à la recherche des deux pilotes qui sont parvenus à s'éjecter de l'appareil, selon l'agence turque Dogan News.

à 10:50

Dix sommations en l'espace de cinq minutes

L'armée turque précise à l'AFP que le Su-24 russe a été averti à dix reprises en l'espace de cinq minutes avant d'être abattu par deux F-16.

à 10:38

Serguei Lavrov doit se rendre demain en Turquie

Le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov, était attendu demain en Turquie pour évoquer, entre autres, le dossier syrien. Selon l'AFP, le rendez-vous est tout de même maintenu.

Le 20 novembre, Ankara avait convoqué l'ambassadeur de Russie, Andreï Karlov, après des frappes de l'aviation russe près de sa frontière avec la Syrie.

à 10:34

La Turquie a décidé de saisir l'ONU et l'Otan

Immédiatement après les faits, le premier ministre turc, Ahmet Davutoglu, s'est entretenu avec son chef d'état-major, le général Hulusi Akar, et son ministre des Affaires étrangères Feridun Sinirlioglu. La Turquie a décidé de saisir l'Otan, dont la Turquie est membre, et l'ONU.

à 10:27

Les rebelles syriens auraient capturé un des pilotes

Selon la chaîne de télévision turque CNN-Türk, l'un des deux pilotes a été capturé par les rebelles en Syrie. «Le sort des pilotes reste à définir. Selon des premières informations, les pilotes ont réussi à s'éjecter», affirme pour sa part le ministère russe de la Défense.

à 10:22

Selon Moscou, l'appareil n'a pas violé l'espace aérien turc

Le ministère russe de la Défense a confirmé que l'un de ses avions de combat a été abattu à la frontière turco-syrienne.

Mais il nie que l'appareil ait violé l'espace aérien turc comme l'en accuse Ankara. Selon le ministère, la Russie est en mesure de prouver que l'avion est resté dans l'espace aérien syrien.

Moscou a précisé que les pilotes du chasseur avaient réussi à s'éjecter et à retomber au sol en parachute.

à 10:18

Tension accrue entre Ankara et Moscou

Il s'agit du premier avion russe abattu depuis le début de l'intervention militaire de Moscou en Syrie, commencée le 30 septembre à la demande du régime de Damas dont la Russie est un fidèle allié.

Le 3 octobre dernier, des chasseurs turcs avaient déjà intercepté un avion militaire russe engagé en Syrie qui avait violé leur espace aérien et l'avaient forcé à faire demi-tour. Moscou avait alors mis en cause les «mauvaises conditions météo». L'armée turque avait également abattu le 16 octobre un drone de fabrication russe qui avait pénétré dans le ciel turc.

La tension entre les deux pays s'est encore accrue ces derniers jours, après une série de bombardements russes qui ont, selon Ankara, visé des villages de la minorité turcophone de Syrie. La Turquie a convoqué vendredi l'ambassadeur russe pour le mettre en garde contre les «sérieuses conséquences» de cette opération.

à 10:15

VIDÉO - La TV turque diffuse les images de l'appareil en feu

Les chaînes d'information NTV et CNN-Türk ont diffusé des images de la chute d'un avion militaire en feu s'écrasant dans les montagnes proches de la frontière turque, en face de la province de Hatay. Les deux pilotes de l'avion se sont éjectés.

à 10:10

La Turquie a abattu un avion militaire russe

La Turquie a abattu un avion militaire russe. Celui-ci avait violé son espace aérien près de sa frontière avec la Syrie. « Un avion russe Su-24 a été abattu conformément aux règles d'engagement après avoir violé l'espace aérien turc malgré les avertissements », précise la présidence turque. Moscou a confirmé que l'un de ses appareils avait été abattu.

 

Source : EN DIRECT - Avion russe abattu par la Turquie: un des deux pilotes aurait été capturé par des rebelles syriens, Le Figaro, Par Roland Gauron Mis à jour le 24/11/2015 à 12:27 Publié le 24/11/2015 à 10:01

 

Repost 0
24 novembre 2015 2 24 /11 /novembre /2015 09:12
La décision inconsidérée ou l'erreur fondamentale de François Hollande

François Hollande a fait preuve d'imprudence en engageant la France dans une guerre inconsidérée contre l'Etat islamique en Irak, en 2014, sans avoir d'espoir raisonnable de victoire et en étant certain des représailles de type attentats terroristes...

 

Ainsi, Christian de Moliner l'explique très bien sur Boulevard Voltaire :

 

"L’erreur fondamentale a été commise par François Hollande lorsqu’il est entré en 2014 en guerre aérienne contre Daech, et surtout lorsqu’il a décidé de bombarder la Syrie un an après. Les moyens militaires de la France étaient ridicules, comparés aux capacités américaines… François Hollande a provoqué inutilement le califat ! Bien sûr qu’il fallait combattre Daech, mais lorsqu’on entre en guerre, il faut être sûr d’avoir une chance raisonnable de victoire !" [1]

 

Les théologiens, à la suite de saint Thomas d'Aquin (II, 9-40) posent six conditions pour qu'une guerre soit juste.

 

1/ L'intention droite. Sont absolument illégitimes et très gravement, toutes révolutions fomentées par ambition personnelle, intérêt financier d'un individu ou d'un trust…

 

2/ Une cause juste. Etaient légitimes le soulèvement de la Vendée, en France contre la tyrannie des révolutionnaires de 1789, celui des chrétiens libanais contre l'alliance syro-palestinienne, celui des Noirs du Sud du Soudan contre les persécuteurs musulmans du Nord, etc… Pour que la cause soit juste, il faut que le bien commun du pays ou le bien commun d'une minorité légitime soient attaqués.

 

3/ Être le seul moyen. Tous les autres efforts pour la justice ayant été épuisés, et ceci en un laps de temps raisonnable.

 

4/ Un espoir raisonnable de victoire. C'est l'aspect pragmatique de la licéité d'un coup d'Etat ou d'une entrée en guerre : il ne faut pas que cela apporte un mal plus grand.

 

5/ Des moyens non intrinsèquement mauvais. Il serait illicite de séparer définitivement des familles, de castrer des groupes, de gazer ou supprimer une ethnie....

 

6/ Des moyens proportionnés à la cause défendue. Sont ainsi à exclure : la trahison, les armes causant des destructions ou des souffrances disproportionnées (Napalm, armes chimiques). De même s'attaquer aux civils, c’est-à-dire aux non-combattants, bombarder des zones résidentielles ou des villes entières (Dresde, Hiroshima…)

 

Lire : La légitime défense, le concept catholique de "guerre juste"

 

S'agissant des déclarations de Michel Onfray, l’intellectuel bête noire de Manuel Valls, qui tout en qualifiant notre politique étrangère d’islamophobe, propose d’arrêter de bombarder la Syrie et de négocier une trêve avec l’État islamique, Christian de Moliner explique, toujours dans cet article de BV :

 

"les bombardements français ne sont que des piqûres d’épingles et ne gênent guère Daech, sauf peut-être ceux qui visent les champs pétrolifères et les camions-citernes (et encore). Mais les sorties aériennes sur Raqqa ont une efficacité nulle ! Les camps d’entraînement et les casernes que l’on vise sont évacues depuis bien longtemps. Ces bombardements sur la capitale de l’émirat ne sont que des signaux envoyés à notre opinion publique mais ne servent à rien militairement !

 

En revanche, ils comportent un risque majeur. Quelles que soient les précautions employées, des civils (pire, des enfants) seront peut-être un jour tués par des bombes françaises. Si cette bavure se produit (et plus les bombardements se succèdent, plus cet événement risque de se produire), le résultat sera dévastateur ! Nous aurons, nous aussi, tué des innocents ! Comment, vis-à-vis de l’opinion publique musulmane et arabe, pourrons-nous mettre en avant nos morts du Bataclan puisqu’on nous reprochera d’agir de même !

 

[…] Peut-on négocier une trêve avec l’émirat ? Sans doute oui par des canaux indirects ! Mais on ne signera que l’illusion d’une trêve ! De même qu’aucun accord de fond n’était possible avec Hitler, aucun compromis sur le fond n’est possible à l’État islamique car Daech vise à l’hégémonie mondiale et à établir le califat chez nous en s’appuyant sur les musulmans français. Le pacte (temporaire) que nous pourrions signer avec l’État islamique serait : je ne te bombarde plus et tu ne pose plus de bombes chez moi ! L’émirat serait intéressé, non pas parce que nos opérations militaires le gênent, mais parce que cet accord soulignerait sa puissance. Il aurait fait capituler une grande nation occidentale ! Le résultat serait cataclysmique !

 

Le mieux que nous ayons à faire maintenant, c’est de continuer la guerre mais par des actions mesurées, spectaculaires mais exemptes de tout dérapage. La marge est vraiment étroite !" (Fin de citation)

 

 

Le Vatican a eu raison avant les autres. Le Pape François, dans une conférence de presse le 18 août 2014, prôna l'arrêt de "l'agresseur injuste" en Irak, "seulement cela, l'arrêter. Rien que cela", suggérant la création d'une force internationale d'interposition ("Une nation seule ne peut pas juger seule cela, comment on arrête l'agresseur l'injuste. Après la deuxième Guerre mondiale c'était l'idée de Nations Unies.") Autrement dit, une seule nation, comme la France, ne devait pas décider seule, d'entrer en guerre, ou même une "grande coalition" (occidentale). Condamnant le principe général d'un bombardement et d'une guerre ("je ne dis pas bombarder, faire la guerre, je dis l'arrêter"), le Pape suggéra l'idée que pour arrêter l'"agresseur injuste" - l'Etat islamique - il fallait une action de la communauté internationale.

 

Lire : Une claque aux bellicistes : le pape condamne le principe du bombardement et d'une guerre en Irak

 

Notes

 

[1] Michel Onfray a-t-il raison ?, Christian de Moliner, Boulevard Voltaire, 24/11/2015.

 

 

. Attentats du 13 novembre : "Ils nous ont dit que c'était à cause de François Hollande qu'ils étaient là"

. Général Jean-Claude Allard : détruire l'Etat islamique sera "très difficile"

Repost 0
23 novembre 2015 1 23 /11 /novembre /2015 09:27

Dans une interview au journal Paris Match, le 30 septembre dernier, le juge Marc Trévidic affirmait : « On manque d’hommes pour neutraliser les terroristes. » Il faisait part, dans cette interview, du manque de moyens affectés au parquet antiterroriste pour arrêter, dans les règles d’un état de droit, les terroristes effectifs ou potentiels. C’était un mois et demi avant les attentats abominables du 13 novembre.

 

Un an auparavant, différentes informations circulaient sur le coût de l’organisation, pour l’État, de la fameuse COP21 (conférence mondiale sur le climat Ndlr.) qui commence le 30 novembre. Le chiffre tout à fait réaliste de 179 millions d’euros était avancé.

 

[L]’état d’urgence a été décrété et prolongé jusqu’en février. Dans une autre interview plus récente, le juge Trévidic expliquait que l’état d’urgence implique « la mise à l’écart des juges, et donc de la justice », et que « diminuer nos libertés n’empêchera pas de nouveaux attentats ».

 

"Diminuer nos libertés n’empêchera pas de nouveaux attentats" (Juge Trévidic)

Source : Les attentats, la COP21 et le mur de la réalité, Marc Le Menn, Boulevard Voltaire, 22/11/205

A l'intérieur, ce n'est pas en embauchant 10 000 forces de police de plus, qu'on empêchera des terroristes qui se trouvent partout de passer à l'acte et de passer à l'acte partout.

 

A l'extérieur, une fois le siège de l'Etat islamique rasé, d'autres têtes de l'hydre pousseront un peu partout et ce sera une guerre perpétuelle contre le terrorisme islamique.

 

Le tout sécuritaire ne vaut rien s'il n'est accompagné d'une prévention en amont, d'une éducation et d'une vraie civilisation. Cette civilisation que Christiane Taubira voulait supprimer et changer.

 

Lire : Les libertés et l'égalité : des principes monarchiques millénaires dévoyés ou le bilan effroyable de la République "française"

 

La république est incapable d'opposer une riposte au terrorisme pour plusieurs raisons. D'abord parce que les institutions républicaines sont en elles-mêmes d'une grande fragilité, d'une grande faiblesse. Regardez en effet l'Exécutif qui est complètement controversé. Nous pensons que pour traiter ces problèmes qui relèvent de la Souveraineté, il faut un souverain, parce que la souveraineté a été bradée. Et qu'elle seule peut donner une autorité pour lutter contre le terrorisme. Un chef de parti élu pour cinq ans peut-il incarner la Souveraineté ?

 

Cette république n'a aucune ambition, ni nationale ni internationale. Et on le voit parce qu'elle se met à la remorque des Etats-Unis et qu'elle s'est mise à la botte de groupes de pression qui sont complètement acquis au mondialisme.

 

La république est idéologiquement enfermée dans un cercle vicieux d'anti-valeurs, d'anti-principes que sont l'antiracisme, la politique communautariste et évidemment le laïcisme, qui entre parenthèses est la seule religion qu'on ne peut pas blasphémer en France. Donc, il faudrait renoncer à ces principes et cela elle ne le peut pas. Parce que si la république renonçait à ces principes, elle se renoncerait elle-même, elle se renierait.

 

L'islamisme dans nos territoires progresse grâce au vide spirituel laissé par la république "laïque". C'est pourquoi nous affirmons que la république nous a désarmé moralement et spirituellement, laissant les Français sans force spirituelle capable de les protéger. Car nous avons affaire à une guerre spirituelle avant tout entre le Royaume du Christ et les enfers.

 

Il faut que la France proclame que l'Evangile doit inspirer nos lois, parce que seule la lumière du Christ pourra s'opposer efficacement à la haine et à l'obscurantisme terroriste islamiste et, précisément, vaincre le vide laissé par le laïcisme et l'âge des ombres. La lumière du Christ viendra remplir ce vide dans lequel s'engouffre l'islamisme. Et les rayons de lumière sortant du coeur du Christ viendront guérir les blessures que la république a infligées à la France, fille aînée de l'Eglise.

 

La laïcité républicaine venant du même fond terroriste satanique que le califat islamique ne sera d'aucune efficacité. Satan ne se combat pas lui-même.

Revolution-de-1789---Coup-d-Etat.JPG

La Terreur, c'était la peur qui était institutionnalisée en 1793 et qui a été érigée en système de gouvernement. Et la décapitation a été systématiquement instrumentalisée par la Révolution française, et en a fait toute cette série de guillotinés et de victimes qui se comptaient par dizaines de milliers, où les ouvriers et les artisans étaient envoyés par charrettes entières à la guillotine, en mélangeant les innocents et les coupables (près de 80% des guillotinés étaient des petites gens). Comme l'Etat islamique, la république a transformé ces exécutions en grand spectacle à des fins de propagande (c'est Jacques Julliard qui écrit cela dans un numéro de Marianne, de cet hiver.) Et comme la Révolution "française", l'Etat islamique se servira du terrorisme et de la violence pour accoucher d'un nouvel ordre social... La ressemblance à ce point de vue est frappante. La république serait donc mal venue de reprocher des méthodes qu'elle a elle-même employées pour se construire.

 

La république ne peut et ne pourra jamais être un rempart à la barbarie parce qu'elle est issue en fait du même fond terroriste.

 

Lire: "Attentats du 13 novembre: communiqué de presse de l'Alliance Royale"

Repost 0
22 novembre 2015 7 22 /11 /novembre /2015 12:52

Directeur central du renseignement intérieur de 2008 à 2012, l’ancien préfet Bernard Squarcini, dans un entretien à "Valeurs actuelles" publié le 20 novembre, a accusé Manuel Valls d'avoir refusé en 2013 une liste des combattants Français en Syrie parce que cette liste venait des services syriens :

 

Il était prévu depuis les attentats de Bombay, en 2008, que de telles actions coordonnées et déterminées se produisent sur le territoire français et que la menace s’installe dans la durée. Nous savions que nous allions devoir monter en puissance pour faire face à ce type d’attentat. Il n’y a eu aucune surprise. En revanche, les services français paient les conséquences de certaines décisions politiques. Comme M. Hollande traite Bachar al-Assad de tous les adjectifs, les services syriens ne veulent plus coopérer avec les services français.

 

 

… Nous sommes contraints de faire appel à des partenaires étrangers qui nous donnent les informations qu’ils souhaitent. Sans ces errements idéologiques, peut-être pourrions-nous éviter que des drames se produisent.

 

… Il y a déjà deux ans, les services syriens m’avaient effectivement proposé une liste des Français combattant en Syrie. J’en avais parlé à mon ancien service qui en a rendu compte à Manuel Valls. La condition des Syriens était que la France accepte de coopérer à nouveau avec leurs services de renseignements. On m’a opposé un refus pour des raisons idéologiques.

Trois refus de sécuriser les Français, ça commence à faire beaucoup

Source : Bernard Squarcini : “Nous sommes entrés dans la terreur et le terrorisme de masse”, Valeurs actuelles, Par Louis de Raguenel, Vendredi 20 Novembre 2015 à 10:00 (mis à jour le 20/11/2015 à 09:42)

Du même genre que le Premier ministre qui ne croit pas aux frontières quand il s'agit de protéger et sécuriser les Français, mais y croit quand il s'agit de sécuriser les chefs d'Etat à la Conférence mondiale pour le cimat (COP 21) à Paris, le site "Breiz Atao" nous informe aujourd'hui que le ministre de la Défense Le Drian a déclaré que "parler avec les services de renseignements de la Syrie n'est pas à l'ordre du jour".

 

Autrement dit, même après des attentats qui ont fait 130 morts, le gouvernement "refuse toujours de coopérer avec la Syrie pour neutraliser les djihadistes", pour des raisons idéologiques et géostratégiques (l'alliance avec les Etats-Unis). Interrogé, l’intéressé a tout simplement fait valoir les intérêts de l’oligarchie au pouvoir sur la sécurité de la population, résume précisément "Breiz Atao" :

Trois refus de sécuriser les Français, ça commence à faire beaucoup

La déclaration de Le Drian a été rapportée ce matin par Michaël Darmon, Chef du service politique de @itele, sur twitter :

Trois refus de sécuriser les Français, ça commence à faire beaucoup

Un refus de connaître une liste des combattants français en Syrie parce que cette liste vient des services de renseignements syriens, un refus de fermer les frontières pour sécuriser les Français mais une fermeture pour sécuriser les chefs d'Etat, une coopération avec la Syrie pour lutter contre le terrorisme islamique "pas à l'ordre du jour"... Ca commence à faire beaucoup.

Repost 0
19 novembre 2015 4 19 /11 /novembre /2015 23:11

Honteux : Manuel Valls ne croit pas aux frontières nationales pour protéger les Français, sauf quand il s'agit de protéger les chefs d'Etat à la Conférence mondiale sur le climat à Paris (Cop 21) !

Valls ne croit pas aux frontières nationales pour protéger les Français, sauf quand il s'agit de protéger les chefs d'Etat à la Conférence mondiale sur le climat à Paris (Cop 21)

à 20:28

Pour Valls, les frontières nationales ne sont pas la solution

Face à la menace terroriste, le premier ministre ne pense pas que la fermeture des frontières nationales constitue une solution. «Quand Schengen n'existait pas, quand il y avait des contrôles aux frontières, la France était déjà touchée par des attentats», a déclaré Manuel Valls sur le plateau du journal télévisé de France 2. Ajoutant toutefois : «moi je crois aux frontières» mais précisant : «européennes». «Aujourd'hui les frontières sont celles de l'Union européenne donc elles doivent fonctionner», a-t-il dit. Relevant que «les frontières extérieures de l'Union européenne doivent être renforcées (...) Nous le disons depuis des semaines, des mois, des années».

 

Source: EN DIRECT - Valls : «Si l'Europe n'assume pas ses responsabilités, tout le système Schengen sera remis en cause», Le Figaro, Par Mis à jour le 19/11/2015 à 22:29 Publié le 19/11/2015 à 06:06

Valls ne croit pas aux frontières nationales pour protéger les Français, sauf quand il s'agit de protéger les chefs d'Etat à la Conférence mondiale sur le climat à Paris (Cop 21)

«Ces dirigeants PS comme ex-UMP sont intoxiqués par des années d'idéologie européiste et ils peinent à en sortir», commente le vice-président du Front national, Florian Philippot. Interrogé par Le Scan, l'eurodéputé juge «qu'ils s'accrochent à leurs dogmes révolus» tout en «se prenant le réel en pleine face». Et de pointer du doigt une «contradiction»: «Pour Valls, les frontières nationales sont inutiles, mais il s'empresse de les remettre le soir des attentats».

 

Pour Nicolas Dupont-Aignan, le président de Debout la France, «le problème de fond c'est que ni le président de la République, ni le premier ministre ne croient aux frontières de leur pays». «Mais les frontières européennes, c'est une dilution des responsabilités: Monsieur Valls n'est pas premier ministre de la Grèce, n'est-ce-pas?», s'agace le député souverainiste contacté par Le Scan. Pour lui, «le système Schengen est un système qui s'effrondre devant nos yeux mais (le couple exécutif) continue à en rêver: c'est non-assistance à peuple en danger. Le temps que ça change, il y aura d'autres attentats».

Source: «Non-assistance à peuple en danger» : les propos de Valls sur les frontières conspués, Le Figaro, Par Tristan Quinault Maupoil Mis à jour le 19/11/2015 à 22:05 Publié le 19/11/2015 à 21:53

Il n'est pas étonnant de voir l'espagnol rouge défendre les frontières européennes plutôt que nationales : pour les frères trois points de Manuel Valls, l'Europe est le premier pas vers un monde sans frontières.

Repost 0
19 novembre 2015 4 19 /11 /novembre /2015 19:16
Australie : un évêque catholique poursuivi pour avoir distribué aux écoles une brochure affirmant que le mariage se contracte entre un homme et une femme

Voici un cas caractérisé de persécution religieuse, entièrement prévisible dès lors que le « mariage » gay a été légalisé. L’évêque de Hobart en Australie, Mgr Julian Porteous, a fait l’objet d’une plainte pour avoir distribué dans les écoles de son diocèse une brochure sur le mariage affirmant que celui-ci n’existe qu’entre un homme et une femme. Le Bureau du commissaire chargé de la lutte contre les discriminations lui a notifié la semaine l’avis du dépôt de plainte qui pourra déboucher sur des poursuites.
 
Mgr Anthony Fisher, archevêque de Sydney, a qualifié d’« étonnante et de véritablement alarmante » cette menace d’action en justice. « Ce qui est proprement alarmant », souligne l’archevêque, « c’est que des personnes puissent être poursuivies pour avoir affirmé les croyances relatives au mariage du catholicisme » alors que la Constitution australienne garantit la liberté de culte et d’opinion.

 

C’est à la suite de distribution de la brochure Ne touchez pas au mariage aux écoles catholiques, réalisée par les évêques d’Australie, que Martine Delanay, militant transgenre —il s’agit d’un homme qui se revendique femme— a porté plainte contre l’évêque qui a osé enseigner le point de vue de l’Église sur le mariage et la sexualité. Il y est notamment écrit que la redéfinition même du mariage aux fins de reconnaître comme telles les unions homosexuelles est une « grave injustice » faite aux enfants, aux adultes et à la société.

 

L’Église catholique affirme que le mariage est une institution sacrée, un bien fondamental en soi, le fondement même de l’existence et de l’épanouissement de la race humaine sur terre, et un don de Dieu. Pour le militant LGBT, une telle conception constitue une offense et une humiliation à l’encontre des partenaires homosexuels : « Nos relations homosexuelles ne se résument pas à une amitié, nous aussi nous constituons un tout dans notre union, et non, les enfants que nous élevons ne sont pas plus malades ou dépravés que les autres », ajoute-t-il. Mgr Fisher se défend d’une telle intention en faisant remarquer que la brochure a été soigneusement rédigée de sorte à ne heurter personne en particulier.

 

Dire aux enfants que le mariage se contracte entre un homme et une femme, c’est de la discrimination, selon le lobby LGBT

 

L’Australie, comme tant d’autres pays, fait l’objet de pressions et d’attaques afin que soient promus l’idéologie du genre et le « mariage » homosexuel, attaques provenant de très puissants groupes de pression déterminés à en finir avec toute opposition à la déconstruction et à la redéfinition de cette institution fondamentale qu’est le mariage entre un homme et une femme.

 

Source et suite: Australie : un évêque catholique poursuivi pour avoir distribué aux écoles une brochure affirmant que le mariage se contracte entre un homme et une femme, 19 novembre 2015 14 h 11 min

Repost 0
18 novembre 2015 3 18 /11 /novembre /2015 18:10

Eruic Zemmour sur Rtl le 17 novembre, ironise sur la "guerre" de François Hollande :

 

"La guerre, dit Hollande. La guerre, dit Valls, la guerre dit Cazeneuve. Une guerre impitoyable, dit Hollande, que nous allons gagner, dit Valls. Notre guerre disent les media. la guerre pour jouer au chef de guerre. La guerre pour appeler à l'unité nationale, la guerre pour remonter dans les sondages*...

 

Une guerre française dans les fourgons de l'armée américaine. Une guerre en Syrie qui s'ajoute à celle d'Irak et d'Afghanistan ou de Libye, qui ont agravé le mal qu'elles étaient censées annihiler.

 

Des guerres aux côtés de l'Arabie Saoudite, du Qatar, de la Turquie, qui ont fabriqué, équipé, financé la milice de Daech - leur milice -, comme elles avaient fabriqué, équipé, financé Al Qaida, avec la bénédiction de sservices secrets de l'Oncle Sam.

 

... Quand on prétend mener une guerre, il faut connaître l'adversaire pour le vaincre. François Hollande craint même de prononcer son nom, parle de 'terroriste' pour ne pas dire 'islamistes', fustige 'Daech' pour ne pas dire 'état islamique'. Le gouvernement socialiste accepte de laisser en libertés sur notre territoire plus de 10 000 terroristes potentiels, tous fichés par nos services de police sous la catégorie S. Ne pas les expulser, ne pas les enfermer, respect de l'état de droit, pas d'amalgame, le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve, déclarait en 2014 : 'Ce n'est pas un délit de prôner le djihad.'

Zemmour: François Hollande craint de prononcer le nom de son adversaire

Sa collègue de la Place Vendôme prône une justice bienveillante évitant la prison qu'elle juge criminogène. Christiane Taubira a été entendue. Ismaïl Mostefaï, tueur du Bataclan avait été condamné à huit reprises, mais jamais emprisonné. Au moins, ce n'est pas en prison qu'il s'est radicalisé ! Au lieu de bombarder Raqqa, la France devrait bombarder Molenbeek. Raqqa en Syrie, Molenbeek en Belgique d'où sont venus les commandos du vendredi 13. Mais les frontières entre pays ne servent plus à rien depuis les Accords de Schengen, elles sont ridicules comme les douaniers. C'est sans doute parce qu'elles ne servent à rien que le gouvernement français a rétabli les frontières pour la conférence mondiale sur le climat et tenté d'éviter de nouveaux bains de sang.

 

Dès vendredi soir sur les résaux sociaux, une phrase lapidaire était largement reprise comme un message personnel à François Hollande : "Votre guerre, nos morts." (Fin de citation)

* On a vu ce matin que "81% des personnes interrogées (+20 par rapport à septembre) approuvent les frappes aériennes contre Daech en Syrie (contre 18%) même si 63% jugent qu'elles vont «contribuer à davantage exposer» la France à des risques d'attentats." (Source: EN DIRECT - Assaut à Saint-Denis: deux forcenés morts dont une femme kamikaze, Le Figaro, Par Mis à jour le 18/11/2015 à 08:59 Publié le 17/11/2015 à 06:36)

Repost 0
18 novembre 2015 3 18 /11 /novembre /2015 13:31

Pauvre homme réduit à rejeter la responsabilité des évènements sur les autres. Pour l'histoire, il est important d'enregistrer les paroles d'un François Hollande amnésique, qui affirmait ce matin que "ce n'est pas la France, mais c'est cette organisation terroriste (Daech - l'Etat islamique Ndlr.) qui lui a déclaré la guerre".

 

Ce qui d'un point de vue historique est faux. François Hollande est un président de guerre. A chaque fois la lutte contre le terrorisme est avancée. Voici quelques faits et dates :

François Hollande : "ce n'est pas la France, mais c'est cette organisation terroriste (Daech - l'Etat islamique) qui lui a déclaré la guerre"

Source : EN DIRECT - Fin de l'assaut à Saint-Denis, deux morts et sept personnes interpellées, Le Figaro, Par Mis à jour le 18/11/2015 à 13:24 Publié le 17/11/2015 à 06:36

 

François Hollande ment. Voici pourquoi.

 

Un article de Mediapart du 15 septembre 2014 évoquait la responsabilité de François Hollande dans sa "lutte contre le terrorisme" :

 

Après le Mali, la Centrafrique, l'Irak et la Syrie, François Hollande est le président le plus guerrier de la Ve république.

François Hollande : "ce n'est pas la France, mais c'est cette organisation terroriste (Daech - l'Etat islamique) qui lui a déclaré la guerre"

Source : Mali, Centrafrique, Irak: Hollande, le président qui aime faire la guerre, Mediapart, 15 septembre 2014 | Par Lénaïg Bredoux et Thomas Cantaloube

 

Le 3 septembre 2014, lors d'un conseil restreint de défense, François Hollande envisageait une réponse militaire contre l'Etat islamique :

François Hollande : "ce n'est pas la France, mais c'est cette organisation terroriste (Daech - l'Etat islamique) qui lui a déclaré la guerre"

Source: EI: la France évoque une réponse militaire, Le Figaro, Flash Actu, Par Le Figaro.fr avec REUTERSMis à jour le 03/09/2014 à 18:41

Continuons nos investigations. Un article du 19 octobre 2014 du Figaro indiquait qu'"en moins de trois ans, François Hollande a engagé trois opérations militaires extérieures: le 11 janvier 2013 au Mali, le 5 décembre de la même année en Centrafrique et le 19 septembre dernier (2014 Ndlr.) dans le ciel de l'Irak, contre l'État islamique :

François Hollande : "ce n'est pas la France, mais c'est cette organisation terroriste (Daech - l'Etat islamique) qui lui a déclaré la guerre"

Source : Les trois guerres de François Hollande, Le Figaro, Par Alain Barluet Mis à jour le 19/10/2014 à 18:26 Publié le 19/10/2014 à 17:55

 

L'Etat islamique répondait entre les et par des attentats en France qui ont visé la rédaction du journal "Charlie Hebdo", des policiers et des clients d’une supérette cacher, et au cours desquelles dix-sept personnes ont été tuées.

 

Sans avoir alors déclenché l'état d'urgence, ni fermé les frontières pour autant, ni pris les décisions qui s'imposaient pour protéger les Français (ces décisions ne seront prises que trop tard au soir des attentats du 13 novembre 2015), François Hollande décidait, le 7 septembre 2015, l'envoi de vols de reconnaissance en Syrie contre l'Etat islamique :

François Hollande : "ce n'est pas la France, mais c'est cette organisation terroriste (Daech - l'Etat islamique) qui lui a déclaré la guerre"

Source : Réfugiés, Syrie, impôts : les réactions aux annonces de François Hollande, Le Figaro, Par Roland Gauron , William Plummer Mis à jour le 07/09/2015 à 16:43 Publié le 07/09/2015 à 09:19

 

Les premières frappes aériennes contre l'Etat islamique étaient réalisées le 27 septembre 2015. Manuel Valls affirma : « Nous frappons Daech en Syrie car cette organisation terroriste prépare les attentats vers la France depuis la Syrie, depuis ces sanctuaires (...). Nous agissons donc en légitime défense » :

François Hollande : "ce n'est pas la France, mais c'est cette organisation terroriste (Daech - l'Etat islamique) qui lui a déclaré la guerre"

Source : La France a mené ses premières frappes en Syrie, LE MONDE | 27.09.2015 à 08h20 • Mis à jour le 27.09.2015 à 15h32 | Par Nathalie Guibert

La France a mené ses premières frappes aériennes en Syrie contre le groupe État islamique, a annoncé François Hollande à New-York, ce dimanche 27 septembre. Il a justifié ces bombardements par la "sécurité nationale" de l'Hexagone, en marge d'une Assemblée générale de l'ONU où la question syrienne sera au centre du jeu diplomatique.

 

Quelles forces étaient engagées?

 

Selon François Hollande, l'armée de l'air française a mobilisé six avions, dont cinq Rafales, pour ces frappes. Un communiqué de l'Élysée précisait plus tôt que ces bombardements ont été effectués sur la base de renseignements collectés ces deux dernières semaines grâce à des vols de reconnaissance.

François Hollande : "ce n'est pas la France, mais c'est cette organisation terroriste (Daech - l'Etat islamique) qui lui a déclaré la guerre"

Source : Syrie: ce que l'on sait des premières frappes françaises contre Daech, L'Express, V.G. avec AFP, publié le 27/09/2015 à 16:42 , mis à jour à 17:32

Quoiqu'il en dise ce matin, c'est bien François Hollande qui a déclaré la "guerre" (sans le mot) à l'Etat islamique en Irak en 2014.

 

Conclusion. François Hollande est un président de guerre à l'extérieur (Mali, Centrafrique, Irak, Syrie) et un président de désarmement moral et spirituel à l'intérieur (laïcisme antichrétien, fabrication d'un "islam de France", formation des imams, financements publics des mosquées, politique de peuplement imposée dans chaque commune, lutte contre le racisme, islamophobie, etc.)

 

A chaque fois que la lutte contre le terrorisme est avancée, l'"islam de France" et la mixité multiculturelle sont affirmés en parallèle (des imams franc-maçons viennent à la rescousse pour affirmer que l'islam est soluble dans la république). Gouvernés par des fous, les Français sont livrés pieds et points liés à leurs ennemis.

 

Afin de donner le change, François Hollande annonce l'embauche de 10 000 policiers et gendarmes sur le quinquennat. Mesure en trompe l'oeil qui ne s'attaque pas aux causes du terrorisme. Il déclare qu’il faut « augmenter encore les moyens » pour lutter contre le terrorisme et assurer la sécurité des Français. 5 000 emplois supplémentaires de policiers et de gendarmes doivent être créés d’ici deux ans, « afin de porter le total des créations d’emploi de sécurité à 10 000 sur le quinquennat. […] Cela permettra simplement de restaurer le potentiel des forces de sécurité au niveau qu’elle connaissait en 2007. » Ces créations de postes « bénéficieront aux services de lutte contre le terrorisme, à la police aux frontières, et plus généralement à la sécurisation générale du pays ». (Source: Postes supplémentaires de policiers et de gendarmes : le détails des annonces de Hollande, Le Monde.fr | 16.11.2015 à 18h47 • Mis à jour le 16.11.2015 à 19h08)

 

Le gouvernement reproche au précédent gouvernement de droite d'avoir supprimer des postes dans les forces de police. Or, les islamistes sont partout et peuvent frapper n'importe où. François Hollande peut bien "augmenter encore les moyens" à l'infini, nous affirmons que ce n'est pas le fait d'embaucher 10 000 et même 150 000 policiers s'ils voulaient qui changera quoique ce soit.

 

Il fallait réaliser une politique de prévention en amont, s'attaquer aux causes de la "guerre", faire en sorte que les islamistes n'aient pas la volonté de frapper la France... Voilà ce qu'il fallait faire. Mais rien de ceci n'a jamais été fait.

 

Sous l'Ancien Régime par exemple, s'agissant des "forces de police armée, on peut dire que dans le royaume, elles n'existaient pas" ! C'est l'historien Frantz Funck-Brentano qui l'écrit dans son livre "Ce qu'était un Roi de France" (Librairie Hachette 1940, p. 189.)

 

Il n'y avait pas de force de police avant 1789, vous avez bien lu..., et il n'y avait pas les problèmes de sécurité que nous connaissons aujourd'hui.

 

L'historien protestant Pierre Chaunu, dans son livre "Le Grand déclassement", expliquait qu'"être français (avant 1789) s'est d'abord confondu avec le privilège de vivre protégé sous les fleurs de lys". On est loin aujourd'hui de connaître ce privilège !

 

En août 2015, un classement des villes les plus agréables du monde faisait reculé Paris au 29e rang mondial des villes où il fait le mieux vivre.... Un recul de plus de dix places qui s'expliquait par les attentats de janvier.

 

Pauvre France, la politique républicaine du tout sécuritaire ne vaut rien si elle n'est pas accompagnée d'une politique de prévention, d'éducation, de moralisation et de civilisation des Français. L'école républicaine fabiquant de parfaits consommateurs individualistes et égoïstes, et avec l'état laïciste antichrétien fabriquant un "islam de France" en parallèle, il ne faut pas s'étonner des résultats catastrophiques.

 

La république désarme les Français et les laisse sans résistance et sans force face à leurs ennemis. C'est pourquoi nous affirmons que la politique qui est actuellement conduite par les républicains de droite ou de gauche dans une belle "union républicaine" conduira la France dans le chaos. Il ne servira alors à rien à tel ou tel de dire c'est la faute aux islamistes.

 

Seul un réarmement moral et spirituel de la France pourra - peut-être si nous le méritons - changer le cours des évènements.

 

Vive Dieu, vive le Roi, vive la France.

Repost 0
18 novembre 2015 3 18 /11 /novembre /2015 09:01

Mise à jour permanente

 

Un assaut lancé vers 4h20, toujours en cours de l'armée, du Raid et de la BRI dans la capitale, à Saint-Denis, a fait deux morts, dont une femme islamiste kamikaze qui a activé son gilet explosif :

Assaut à Saint-Denis: deux morts dont une islamiste kamikaze. De nombreux militaires déployés sur place
Assaut à Saint-Denis: deux morts dont une islamiste kamikaze. De nombreux militaires déployés sur place

 

à 12:40

Ce que l'on sait de l'assaut à la mi-journée

o L'assaut est terminé. L'opération de police avait démarré aux alentours de 4h30 dans le centre de Saint-Denis. Plusieurs suspects se sont retranchés dans un appartement situé à l'angle de la rue de la République et de la rue de Corbillon.

 

» Saint-Denis, 4h20, l'assaut est lancé contre des suspects liés aux attentats

 

o Deux personnes ont été tuées. Une femme retranchée est morte en déclenchant son gilet d'explosifs. Un autre terroriste décédé a été "retrouvé à la fin de l'opération, atteint par des projectiles", a précisé le procureur. Au moins cinq policiers ont été légèrement blessés.

 

o Sept interpellations. Trois personnes qui se trouvaient dans l'appartement ont été interpellées. Deux autres personnes ont été interpellées "alors qu'elles étaient en train de se cacher dans les gravats", a précisé le procureur. Deux personnes de plus, enfin, ont été interpellées à proximité. Il s'agit de l'homme qui a fourni le logement et de l'une de ses connaissances.

 

o La présence du commanditaire présumé n'est pas confirmée. L'assaut visait l'interpellation du commanditaire présumé des attentats de vendredi soir à Paris, Abdelhamid Abbaoud, dont la présence dans ce logement était soupçonnée.

 

» Qui est Abdelhamid Abaaoud, commanditaire présumé des attaques de Paris

 

o Les policiers sont intervenus dans une église de Saint-Denis. Les forces de l'ordre ont forcé la porte de l'Eglise Neuve de Saint-Denis, située à l'opposé de la rue de la République par rapport à la basilique Saint-Denis. Les motifs de cette intervention ne sont pas clairs et elle n'aurait rien donné.

 

EN COURS : Mis à jour à 08:59

Ce que l'on sait à 8 heures

o Un assaut a été lancé dans la nuit à Saint-Denis. De premiers tirs auraient été entendus aux alentours de 4h30. Le quartier concerné à Saint-Denis, sur la rue de la République, à proximité de la place Jean-Jaurès, est entièrement bouclé par un important dispositif policier. Plusieurs suspects se sont retranchés dans un appartement situé à l'angle de la rue de la République et de la rue de Corbillon. Plusieurs explosions successives ont retenti vers 7h30.

 

o Le commanditaire présumé des attentats ciblé. Abdelhamid Abaaoud, cerveau présumé des attaques de vendredi à Paris, est la cible de cet assaut à Saint-Denis. Sa présence dans l'appartement où se sont retranchés les suspects n'est toutefois pas confirmée.

 

o Deux forcenés sont morts, un suspect retranché, trois personnes interpellées. Deux des personnes retranchées dans l'appartement sont mortes,dont une femme qui se serait fait exploser. Plusieurs policiers auraient par ailleurs été blessés dans cet assaut. Des sources policières font également état de deux interpellations.

 

o L'opération se poursuit. La ministre de la Justice Christiane Taubira avait annoncé sur Europe 1 que l'opération était en train de s'achever. Mais des sources policières ont par la suite confirmé à l'AFP qu'un suspect était toujours retranché dans l'appartement. La police a ensuite fait savoir que l'opération est toujours en cours. Les habitants sont invités à ne pas s'approcher du périmètre de sécurité et rester ches eux. Les transports dans le secteur sont complètement à l'arrêt.

 

à 08:59

Cinq personnes ont été interpellées

Le parquet de Paris donne des précisions officielles sur l'opération et ses conséquences. Une femme retranchée dans l'appartement est morte après avoir activé son gilet explosif.

 

à 08:10

Deux interpellations lors de l'assaut

Deux interpellations ont eu lieu lors de l'opération antiterroriste en cours à Saint-Denis, selon des sources policières. Aucune précision n'a été donnée sur l'identité des personnes.

Assaut à Saint-Denis: deux morts dont une islamiste kamikaze. De nombreux militaires déployés sur place

 

à 07:46

De nombreux militaires déployés sur place

Notre journaliste Frédéric Picard est sur place. De nombreux militaires lourdement armés sont présents et "renforcent le périmètre de sécurité". Des badauds essayent de rentrer dans la zone, les policiers tentent de faire le tri. La presse est parquée près de l'Eglise St Denys de l'Estrée, dite l'Eglise neuve.

 

à 06:35

Le cerveau présumé des attentats visé par l'assaut

Le terroriste Abdelhamid Abaaoud, commanditaire présumé des attaques de Paris, est la personne visée par l'assaut mené ce matin par le Raid à Saint-Denis. Il n'est pas confirmé qu'il se trouve actuellement dans l'appartement.

 

Hier à 23:19

Les Français approuvent la riposte de Hollande (sondage)

D'après un sondage Odoxa pour Le Parisien-Aujourd'hui en France, les trois quarts des Français (73%) jugent que François Hollande a été «à la hauteur» des événements après les attentats et approuvent à une très large majorité les mesures proposées par le chef de l'État. 25% des Français jugent que le président de la République a été «tout à fait» et 48% «plutôt» à la hauteur. 26% pensent qu'il ne l'a pas été et 1% ne se prononce pas. Sans surprise, les jugements sont beaucoup plus positifs chez les sympathisants de gauche (90%) mais sa réaction est également majoritairement approuvée à droite (63%).

 

Parmi les mesures annoncées par François Hollande devant le Parlement réuni en Congrès à Versailles, ils approuvent à 91% l'élargissement des possibilités de déchéance de la nationalité française, à 89% la création de 5.000 emplois supplémentaires de policiers et de gendarmes et à 84% le fait de faciliter les règles de la légitime défense pour les policiers.76% des Français estiment aussi que l'appel à l'union nationale «est une bonne réponse car cela montre que la démocratie est plus forte que le terrorisme». A l'inverse, 24% y voient «une mauvaise réponse car c'est une manoeuvre politicienne hypocrite».

 

Par ailleurs, 81% des personnes interrogées (+20 par rapport à septembre) approuvent les frappes aériennes contre Daech en Syrie (contre 18%) même si 63% jugent qu'elles vont «contribuer à davantage exposer» la France à des risques d'attentats. Les Français sont également majoritairement favorables (62% contre 38%) à ce que la France participe à une intervention militaire au sol en Syrie, ce qu'exclut l'exécutif. Interrogés sur les sentiments (deux réponses possibles) qu'ils éprouvent après les attentats de Paris, 57% répondent «la colère», 40% «la peine», 31% «la solidarité» et 13% «la peur».

Sondage réalisé les 16 et 17 novembre auprès d'un échantillon de 1.000 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. Méthode des quotas.

 

Hier à 23:01

Des supporteurs turcs crient «Allah Akhbar» pendant la minute de silence

 

Des supporteurs turcs ont crié «Allah Akhbar» (Dieu est grand) et ont sifflé pendant la minute de silence en hommage aux victimes des attentats de Paris avant le coup d'envoi du match amical Turquie-Grèce, selon un photographe de l'AFP. Ils ont entonné des chants en faveur du président Recep Tayyip Erdogan au stade Basaksehir d'Istanbul, sous le regard du premier ministre turc Ahmet Davutoglu et de son homologue grec Alexis Tsipras.

 

Source: EN DIRECT - Assaut à Saint-Denis: deux forcenés morts dont une femme kamikaze, Le Figaro, Par Mis à jour le 18/11/2015 à 08:59 Publié le 17/11/2015 à 06:36

Repost 0
16 novembre 2015 1 16 /11 /novembre /2015 23:38
Attentats du 13 novembre : un gros souci de contrôle aux frontières. Les failles du renseignement commencent à apparaître

Comme après chaque attentat islamiste réussi, le massacre du 13 novembre va relancer la polémique sur "la faille" dans les systèmes antiterroristes français et européens. Et cette fois, comme les précédentes, il semble que les dysfonctionnements se soient accumulés.

 

En l'état actuel de l'enquête, le plus grave semble être le cas de Samy Amimour: ce Français de 28 ans, soupçonné de vouloir partir pour le Yémen, est mis en examen en octobre 2012 pour "association de malfaiteurs terroristes", placé sous contrôle judiciaire. Ce qui ne l'empêche pas de rejoindre, un an plus tard, la "terre de jihad" syrienne.

 

Cela provoque l'émission d'un mandat d'arrêt international. Malgré cela, il parvient à rentrer en France incognito pour participer, vendredi soir à Paris, au pire attentat jamais commis en France.

 

Un "gros" souci de contrôle aux frontières

 

"On a un souci de contrôle aux frontières Schengen, et un gros", assure à l'AFP Alain Chouet, ancien chef du service de renseignement de sécurité à la DGSE. "Son arrivée aurait dû provoquer la levée d'un drapeau rouge. Mais ces gars maîtrisent bien les techniques d'entrée et de sortie de Schengen, pour l'avoir beaucoup pratiqué".

 

"S'il a pris soin de ne pas rentrer par une frontière française, personne ne l'a vu. S'il rentre par la Belgique, par exemple par un vol low-cost à Charleroi... Allez-y à Charleroi, vous verrez les contrôles", ajoute-t-il.

 

Une fiche S

 

Autre problème, un autre tireur du Bataclan, Omar Ismaïl Mostefaï, avait d'une part attiré dès 2010 l'attention des services français, qui avaient émis à son encontre une fiche S ("sûreté de l'État"), et d'autre part avait été, selon Ankara, signalé deux fois à Paris pour son appartenance à la mouvance jihadiste.

La police turque "a informé la police française en décembre 2014 et janvier 2015" à son propos (il était entré sur le territoire turc en 2013, pour ensuite certainement rallier la Syrie), et "nous n'avons jamais eu de retour de la France", a affirmé lundi à l'AFP un responsable turc.

 

Par ailleurs d'autres membres du commando, installés en Belgique, étaient connus de la police belge. "Vous comprendrez bien que si les Belges ne nous préviennent pas, ici on ne peut rien faire", confiait lundi à l'AFP une source policière.

"Les Belges ne sont pas au niveau"

 

Ces faisceaux d'indices, ces signalements, ce mandat d'arrêt international auraient dû constituer les points d'un schéma qui, en les reliant, auraient pû conduire les enquêteurs, en France ou en Belgique, à passer à l'action contre cette cellule avant qu'elle n'ensanglante Paris.

"Il y a trois hypothèses", explique à l'AFP un ancien spécialiste du contre-terrorisme à la DGSE, sous couvert d'anonymat. "Soit personne n'a rien vu, et c'est un gros souci; soit on a vu des trucs et on ne les a pas compris, ce qui est aussi un problème; soit on a vu des trucs et malgré tout l'équipe a pu passer à l'action."

Source: Attaques à Paris : les failles du renseignement commencent à apparaître, Sud-Ouest, Publié le 16/11/2015 à 19h39 , modifié le 16/11/2015 à 19h48 par Sudouest.fr avec AFP

Repost 0
15 novembre 2015 7 15 /11 /novembre /2015 22:41

Alors que les attentats de janvier 2015 à Paris avaient permis au gouvernement d'annoncer "une réforme d'un islam de France" et "des financements pour construire des mosquées"..., cette fois-ci les attentats du 13 novembre devront permettre au gouvernement de prononcer un état d'urgence de 3 mois. Les mainstream annonceront la nouvelle en boucle dès demain matin.

 

Un article de RT en français ce soir énumère les conséquences liberticides pour les Français :

Etat d'urgence de trois mois, quels changements pour les Français ?

Le président François Hollande a indiqué dimanche aux responsables parlementaires qu'il souhaitait que l'état d'urgence, décrété après les attentats du 13 novembre, dure trois mois, ont indiqué plusieurs sources parlementaires.

La mise en état d'urgence s'applique depuis samedi 00H00 «sur le territoire métropolitain et en Corse», d'après le décret daté de samedi paru au Journal Officiel.

Il convient de noter que la prorogation de l'état d'urgence au-delà de 12 jours ne peut être autorisée que par une loi, votée par le Parlement, qui en fixe sa durée définitive.

C'est pourquoi le prochain Conseil des ministres examinera un projet de modification de la loi de 1955 sur l'état d'urgence pour en revoir le «périmètre» et la «durée».

Les deux commissions des Lois de l'Assemblée et du Sénat travailleront ensemble aux «adaptations» de cette loi après les attentats, a déclaré le président du Sénat, Gérard Larcher (Les Républicains), à sa sortie de l’entrevue. «La prolongation de l'état d'urgence sera aussi l'occasion d'ajuster le texte de 1955», a précisé l'intéressé.

L'état d'urgence permet aux autorités :

  • D'«interdire la circulation des personnes»

  • D'instituer «des zones de protection ou de sécurité» où le séjour des personnes est réglementé, selon la loi de 1955, qui a instauré cette procédure exceptionnelle au début de la guerre d'Algérie.

Un second décret comporte des dispositions spécifiques applicables «à l'ensemble des communes d'Ile-de-France». Ce dernier prévoit la possiblité:

 

  • D'assigner à résidence toute personne «dont l'activité s'avère dangereuse pour la sécurité et l'ordre public».

  • D'ordonner la fermeture provisoire de salles de spectacle, de débits de boissons ou de lieux de réunion de toute nature.

  • De mettre en place la confiscation de certaines catégories d'armes.

Par ailleurs, le décret ou la loi déclarant l’état d’urgence autorise les autorités administratives à :

 

  • Ordonner des perquisitions à domicile de jour et de nuit 

  • Prendre toutes les mesures nécessaires pour assurer le contrôle de la presse et des publications de toute nature, ainsi que celui des émissions radiophoniques, des projections cinématographiques et des représentations théâtrales.

 

Plusieurs fois mis en œuvre durant la guerre d'Algérie, l'état d'urgence n'a, depuis, été décrété qu'à deux reprises : en 1985, en Nouvelle-Calédonie, lors des affrontements qui avaient alors touché l'archipel, et en 2005, face aux émeutes dans les banlieues, à l'initiative du gouvernement de Dominique de Villepin. 

 

Source: Etat d'urgence de trois mois, quels changements pour les Français ?, RT en français, 15 nov. 2015, 20:30

Repost 0
15 novembre 2015 7 15 /11 /novembre /2015 20:04

François Hollande crée des réfugiés et des terroristes plus vite que son ombre. Illustration avec les attentats du 13 novembre à Paris, les assaillants ont dit aux victimes du Bataclan que "c'était à cause de François Hollande qu'ils étaient là" :

Attentats du 13 novembre : "Ils nous ont dit que c'était à cause de François Hollande qu'ils étaient là"
Repost 0
15 novembre 2015 7 15 /11 /novembre /2015 15:45

La radicalisation ne se fait pas dans les caves, mais à découvert dans les mosquées :

Bataclan : l'un des assaillants fréquentait la mosquée de Lucé (Eure-et-Loir)

Le preneur d'otage français qui a fait exploser vendredi soir sa ceinture d'explosifs après avoir tiré sur le public d'un concert au Bataclan fréquentait la mosquée de Lucé.

 

Selon les enquêteurs, Omar Ismaïl Mostefaï aurait fréquenté assidûment la mosquée de Lucé, près de Chartres (Eure-et-Loir).

 

Condamné à huit reprises pour des délits de droit commun (conduite sans permis, outrages), il avait été fiché par la DCRI pour radicalisation en 2010. Le kamikaze a été identifié par ses empreintes, grâce à un doigt sectionné retrouvé au Bataclan, où se tenait un concert rock lors de l'irruption des jihadistes. 

Les enquêteurs tentent de confirmer qu'il a bien séjourné en Syrie en 2014. 

 

Source: Eure-et-Loir : l'un des kamikazes fréquentait la mosquée de Lucé, France3-regions.francetvinfo, Ch.L avec AFP Publié le 15/11/2015 | 10:30, mis à jour le 15/11/2015 | 15:29

 

Rappelons qu'en 2012, Manuel Valls voulait le financement public des imams et qu'en février 2015, il proposait une "réforme de l'islam de France" et envisageait des "financements pour construire des mosquées..., qui soient transparents et ne viennent pas de l'étranger." Les attentats de janvier 2015 avaient "précipité le mouvement", nous disait-on sur la radio RMC, le 26 février 2015. Ces gens qui nous imposent leur "islam de France" (sic) ouvriront-ils les yeux cette fois-ci ?

 

Repost 0
15 novembre 2015 7 15 /11 /novembre /2015 15:16
Attentats du vendredi 13 novembre : 3 terroristes identifiés, un syrien, un égyptien et un "français"

Les enquêteurs français travaillant sur place ont déclaré que sur les sept terroristes, au moins trois avaient été identifiés, l'un aurait un passeport syrien, le second un passeport égyptien et le troisième serait Français. Le passeport syrien appartenait à un migrant enregistré en Grèce, selon un ministre grec.

 

Les enquêteurs français ont déclaré que sur les sept terroristes, au moins deux avaient été identifiés, l'un aurait un passeport syrien, et l'autre serait Français, indique Europe 1.

 

Auparavant, les enquêteurs ont annoncé avoir retrouvé un passeport syrien près d'un des corps des terroristes kamikazes à Saint-Denis. La découverte a eu lieu aux abords du stade de France. Actuellement, les enquêteurs s'emploient à vérifier le passeport afin d'en retirer le maximum d'informations et de faire des conclusions.

 

Le corps d'un Français, connu des services des renseignements et très probablement l'un des assaillants de la salle de concert du Bataclan, a été aussi identifié.

 

Par ailleurs, un ministre grec a déclaré que le passeport syrien appartenait à un migrant enregistré en Grèce.

 

Source: Attaques à Paris: 3 terroristes identifiés, un Syrien, un Egyptien et un Français, Sputnik, 13:42 14.11.2015(mis à jour 14:18 15.11.2015)

Repost 0
15 novembre 2015 7 15 /11 /novembre /2015 14:54
Un passeport syrien découvert appartient à un migrant syrien

Source : Attentats: le passeport syrien retrouvé à Paris appartenait à un migrant enregistré en Grèce, Le Figaro.fr avec AFP et ReutersMis à jour le 14/11/2015 à 17:44

Un passeport syrien découvert appartient à un migrant syrien

Source: Attaques à Paris, Le passeport syrien retrouvé a été enregistré en Grèce, Paris Match, le 14 novembre 2015 | Mise à jour le 14 novembre 2015

Un passeport syrien découvert près du corps d'un assaillant, au Stade de France appartiendrait à un migrant enregistré à son arrivée en Grèce en Octobre dernier.

 

Un passeport syrien a été retrouvé près d'un des auteurs des attaques de Paris vendredi soir, pour lequel des vérifications sont en cours, a appris l'AFP samedi de sources policières. Ce passeport a été «retrouvé à proximité d'un des corps des assaillants», ont affirmé à l'AFP ces sources. Selon l'une de ces sources, ce document a été récupéré lors des investigations réalisées après le carnage du Bataclan à Paris (au moins 82 morts).

 

Ce passeport syrien appartenait à un migrant enregistré lors de son arrivée sur une île grecque en octobre, a affirmé samedi le ministre grec de la protection publique Nikos Toskas. "Le détenteur du passeport syrien est arrivé le 3 octobre par l'île grecque de Leros où il a été enregistré conformément aux règles de l'Union européenne", a assuré M. Toskas dans un communiqué.

Un « réfugié » parmi les islamistes: le kamikase syrien du stade de France a été enregistré en Grèce

 

Dans un communiqué le ministre grec de la protection des citoyens, Nikos Toskas, annonce qu’un des kamikases  qui s’est fait exploser au stade de France est passé par l’ïle grecque de Léros parmi le flot des  immigrants et qu’il y a été enregistré commme « réfugié »  le 3 octobre 2015 . 

 

Traduction en français du communiqué du ministre Nikos Toskas:

 

Communiqué du ministre de la Protection des citoyens (Grèce) Nikos Toskas au sujet des attaques de Paris

Le ministre de la Protection des citoyens,  Nikos Toskas le fait suivant: en ce qui concerne le passeport syrien qui a été trouvé aux abords de l’attaque du terroriste.

Nous annonçons que ce passeport a été enregistré à Léros le 3/10/2015, où il a été identifié selon les règles de l’Union européenne. Comme cela  a été établi lors du sommet consacré aux réfugiés. Nous ne savons pas si le passeport a été vérifié d’autres pays dans lesquels il est possible qu’il ait été enregistré. (…)

Le communiqué du ministre a été diffusé par un analyste économiste grec  Yanis Koutsomitis.

 

Source : Un « réfugié » parmi les islamistes: le kamikase syrien du stade de France a été enregistré en Grèce, Medias-presse.info, in Politique / by Emilie Defresne / on 15 novembre 2015 at 13 h 03 min /

Repost 0
15 novembre 2015 7 15 /11 /novembre /2015 13:55
Pourquoi le gouvernement informé que des milliers de terroristes étaient infiltrés parmi les migrants n'a-t-il pas fermé les frontières plus tôt ?

Source : 'Just wait…' Islamic State reveals it has smuggled THOUSANDS of extremists into Europe, By Aaron Brown, PUBLISHED: 07:27, Thu, Sep 10, 2015 | UPDATED: 12:07, Mon, Sep 14, 2015

Depuis des mois, le pouvoir en place avait été prévenu que l'Etat islamique préparait des attentats d'une ampleur inédite sur le territoire français et visait même des lieux hautement fréquentés. Depuis des mois, ce même pouvoir présidé par François Hollande était parfaitement informé, de la part notamment des services britanniques et de la sécurité d'Etat russe, de l'infiltration de terroristes islamistes parmi la vague d'immigrés clandestins en provenance du Proche et du Moyen Orient.

 

Nous savons aussi par le journal serbe Blic que la BIA (service de sécurité serbe) avait averti Paris de l'arrivée de jihadistes par les Balkans, fondus dans la masse des "migrants". A l'évidence, malgré ces avertissemnts fondés, rien ne semble avoir été fait pour éviter la dramatique soirée du 13 novembre. (Source)

 

Sur Christ-Roi nous avions nous-mêmes publié un article dès le 10 septembre 2015. Selon l'"Express.co.uk", "des milliers de combattants de Daech étaient infiltrés parmi les réfugiés".

 

Dès lors, pourquoi le gouvernement n'a-t-il pas fermé les frontières plus tôt ? Il va bien falloir que le gouvernement réponde à cette question.

Le gouvernement de la république savait que des milliers de terroristes étaient infiltrés parmi les migrants et n'a pas fermé les frontières à temps. Il ne s'est décidé à fermer les frontières que quelques heures après le carnage satanique du vendredi 13 novembre 2015.

 

Vladimir Poutine lui-même, en ouverture du Forum économique oriental tenu à Vladivostok du 3 au 5 septembre 2015, avait averti les Français :

 

"Je crois que cette crise était absolument prévue. Si vous vous souvenez, ou le recherchez dans vos archives, nous en Russie, - votre serviteur en particulier -, avons déclaré depuis quelques années que nous courrions vers des problèmes à grande échelle si nos partenaires occidentaux continuaient avec leur politique étrangère erronée, de laquelle je me suis toujours inquiété, en particulier dans les régions musulmanes, au Moyen-Orient, en Afrique du Nord - c'est la politique qu'ils mènent effectivement actuellement encore.

 

Quelle est cette politique ? Celle d'imposer leurs normes sans prendre en considération l'Histoire, la religion, la culture ou les caractéristiques nationales de ces régions. Ceci est, particulièrement, la politique menée par nos partenaires américains; l'Europe suit aveuglément son leadership, docile à respecter ses engagements de soi-disant alliée, et par conséquens elle en porte le poids."

 

Source: Conférence de presse de Poutine : Ukraine, submersion migratoire de l'UE et Syrie, Sott.net, Emilie Defresne, kremlin, lun., 07 sept. 2015 04:20 UTC, Traduction : Emilie Defresne

Repost 0
14 novembre 2015 6 14 /11 /novembre /2015 01:15

Mis a jour le 15 novembre 2015.

14 novembre, 13:00 Réaction video de Boris Le Lay, il y a quarante minutes :

"L'incurie complète de ce gouvernement qui collabore activement à l'invasion islamique en important via la crise migratoire que nous avons vu, plus l'immigration officielle, des masses musulmanes au coeur de l'Europe", explique Boris Le Lay.

 

"François Hollande n'est-il pas celui qui a fustigé la politique de Viktor Orban qui a dressé une barrière anti-migrants à ses frontières en Hongrie ? N'est-ce pas Laurent Fabius qui a aussi fustigé la politique hongroise, qui aujourd'hui rigolent ? Nous avons affaire à des gens d'une inconséquence totale, ou alors pire, nous avons affaire à des traîtres. Je vous laisse le choix entre les deux.

 

Nous avons affaire à des gens qui sont des imbéciles, qui sont criminels de par leur inconséquence, soit qu'elle est consciente, soit qu'elle ne l'est pas. ... En tout cas, c'est tout à fait avéré, ce gouvernement ne contrôle absolument rien. Il n'a aucune intention de stopper l'immigration-invasion, de désigner l'ennemi. Et ce gouvernement implante désormais cette immigration en plein coeur de nos villages, comme vous l'avez-vu. Ils importent les syriens en plein coeur de nos villages, en Europe. C'est une politique complétement suicidaire. Il va falloir les stopper à un moment ou un autre.

 

... Au pire cynisme aux conséquences mortelles. La politique étrangère menée par les socialistes, et avant par Sarkozy, ainsi que la politique intérieure d'immigration et d'implantation et de défense de l'islam, est une politique qui pèse son poids en litres de sang. François Hollande est directement responsable de ce qui se passe. Il n'est absolument pas en position de donner des leçons à qui que ce soit, et encore moins de se faire passer pour le protecteur de qui que ce soit."

Attentats du 13 novembre : une fermeture des frontières qui intervient trop tard

Source : Attaques terroristes à Paris: des dizaines de morts, l'état d'urgence décrété, Le Figaro, Mis à jour le 14/11/2015 à 01:11 Publié le 13/11/2015 à 22:05

 

Ce n'est plus les "no borders" qu'il va falloir surveiller aux frontières mais les islamistes. Suite aux attaques terroristes probablement de l'Etat islamique vendredi 13 dans la soirée qui ont fait plus 40 morts, François Hollande a pris la parole publiquement un peu avant minuit et a annoncé qu'il déclenchait l'état d'urgence et la fermeture des frontières. Bernard Cazeneuve avait déjà annoncé vendredi 6 novembre sur BFMTV et RMC le retour des contrôles aux frontières pendant un mois à partir du 13 novembre, afin de sécuriser la conférence mondiale sur le climat à Paris. Et malheureusement, c'est ce 13 novembre que les terroristes ont eux aussi choisi pour ... attaquer la France. L'annonce de l'irresponsable François Hollande et de son gouvernement immigrationniste sansfrontiériste de fermer la frontière intervient donc bien trop tard. Hollande fait la guerre à Daech en Syrie et laisse les frontières ouvertes et les Français sans défense. Les terroristes sont déjà à l'intérieur de chez nous, depuis longtemps. Il fallait penser aux conséquences de vos actes bien avant messieurs les bellicistes à l'extérieur, bisounours à l'intérieur.

 

On a un gouvernement de fous irresponsables.

 

Aucun roi n'aurait laissé son peuple ainsi sans défense (ils avaient le sens de leur devoir qui était de protéger le petit peuple avant tout) après avoir déclaré la guerre à l'extérieur, tout en faisant des propagandes d'ouverture mondialiste, d'immigration forcée (Cf. la "politique de peuplement" de Valls), des politiques de mixité obligatoire avec des populations qui veulent nous assassiner, en ruinant tout esprit combatif des Français et de fierté nationale à l'intérieur, François Hollande et les oligarques ont désarmé moralement et spirituellement les Français. L'Anti-France a bien fait son travail.

 

Attentats du 13 novembre : une fermeture des frontières qui intervient trop tard

Source: «Un acte de guerre commis par une armée terroriste, Daech», Le Figaro, Par Mis à jour le 14/11/2015 à 12:04 Publié le 13/11/2015 à 22:05

L'irresponsabilité du gouvernement commence à être relevée :

 

"Dans la salle de spectacle (Bataclan Ndlr.), ils ont tiré en plein dans la foule en criant 'Allah Akbar', l'un d'eux reprochant l'intervention française en Syrie (contre l'Etat islamique Ndlr. Voir ici et ), oubliant un peu vite que le ministre socialiste des Affaires étrangères, Laurent Fabius considéraient que les terroristes (d'Al Nosra et Al Qaeda Ndlr.) font du 'bon boulot' dans ce pays meurtri par la guerre.

 

Selon l'analyste Jean-Paul Ney, les équipes d'assaut de l'Etat islamique, seraient composées de jihadistes 'français' de retour de Syrie et d'Irak. Tous fichés S, tous identifiés, la plupart dans la nature. Le n° vert et les stages de 'déradicalisation' mis en place par un gouvernement Valls-Hollande totalement irresponsable et déconnecté des réalités, n'auront donc servi à rien." (Source)

 

Il fallait tout simplement interdire à ces gens de revenir en France, leur fermer la frontière. Mais n'est-on pas tous citoyens du monde ?!

 

Il ne fallait pas non plus être grand devin pour voir que la politique d'un François Hollande vassal des Etats-Unis fabriquerait des réfugiés et des terroristes plus vite que son ombre... (article du 7 septembre 2015...) Maintenant que la guerre est déclenchée comme d'habitude par un gouvernement de gauche, on attend un gouvernement de droite pour y mettre fin...

 

. Une fermeture des frontières destinée à protéger les chefs d'Etat à Paris qui intervient... "trois semaines trop tard"

 

 

Attentats du 13 novembre : une fermeture des frontières qui intervient trop tard

Bilan le 14 novembre à 11 heures: 128 morts, plus de 250 blessés.

Attentats du 13 novembre : une fermeture des frontières qui intervient trop tard

Source: Attaques terroristes : la guerre en plein Paris, Le Figaro, Par Mis à jour le 14/11/2015 à 11:20 Publié le 13/11/2015 à 22:05

Le groupe californien "Eagle of Death Metal" (Aigle du Metal de la mort) au Bataclan a été exaucé plus rapidement que prévu. Il avait en effet entamé la chanson "Kiss the Devil" (c'est-à-dire "embrasser le diable") avec les paroles: "I Meet the Devil And this Is His Song" (c'est-à-dire "J'ai rencontré le diable et voici sa chanson") quand l'attaque a commencé :

Attentats du 13 novembre : une fermeture des frontières qui intervient trop tard

Source : Hollande : «Un acte de guerre commis par une armée terroriste», Le Figaro, Par Mis à jour le 14/11/2015 à 14:43 Publié le 13/11/2015 à 22:05

Un ressortissant "français" parmi les auteurs de l'attentat :

http://www.20minutes.fr/societe/1730283-20151114-direct-attentats-paris-plus-120-tueshuit-terroristes-morts-attentats

http://www.20minutes.fr/societe/1730283-20151114-direct-attentats-paris-plus-120-tueshuit-terroristes-morts-attentats

http://www.europe1.fr/faits-divers/premiers-indices-sur-les-auteurs-de-lattentats-2620425

http://www.europe1.fr/faits-divers/premiers-indices-sur-les-auteurs-de-lattentats-2620425

à 19h 27 Un des terroristes était "fiché S"

L'un des assaillants du Bataclan a été formellement identifié. Il s'agit d'un individu né le 21 novembre 1985 dans l'Essone. Il a été condamné 8 fois par la justice entre 2004 et 2010, sans jamais être allé en prison. Il a fait l'objet d'une fiche S pour radicalisation en 2010, a indiqué le procureur de Paris François Molins.

 

19h17 Nouveau bilan : 129 morts, 352 blessés dont 99 en "état d'urgence absolue"

Attentats du 13 novembre : une fermeture des frontières qui intervient trop tard

Source : Attentats en série à Paris : «trois équipes de terroristes coordonnées», Le Figaro, Mis à jour le 14/11/2015 à 19:45 Publié le 13/11/2015 à 22:05

Add. le 15 novembre 2015, 13h45. Depuis des mois, le pouvoir en place avait été prévenu que l'Etat islamique préparait des attentats d'une ampleur inédite sur le territoire français et visait même des lieux hautement fréquentés. Depuis des mois, ce même pouvoir présidé par François Hollande était parfaitement informé, de la part notamment des services britanniques et de la sécurité d'Etat russe, de l'infiltration de terroristes islamistes parmi la vague d'immigrés clandestins en provenance du Proche et du Moyen Orient.

 

Nous savons aussi par le journal serbe Blic que la BIA (service de sécurité serbe) avait averti Paris de l'arrivée de jihadistes par les Balkans, fondus dans la masse des "migrants". A l'évidence, malgré ces avertissemnts fondés, rien ne semble avoir été fait pour éviter la dramatique soirée du 13 novembre. (Source)

 

Sur Christ-Roi nous avions nous-mêmes publié un article dès le 10 septembre 2015. Selon l'"Express.co.uk", "des milliers de combattants de Daech étaient infiltrés parmi les réfugiés". Dès lors, pourquoi le gouvernement n'a-t-il pas fermé les frontières plus tôt ? Il va bien falloir que le gouvernement réponde à cette question.

Des vérifications étaient en cours samedi après la découverte d'un passeport syrien près du corps d'un assaillant, au Stade de France. Il appartiendrait à un migrant enregistré à son arrivée en Grèce en Octobre dernier.

 

Un passeport syrien a été retrouvé près d'un des auteurs des attaques de Paris vendredi soir, pour lequel des vérifications sont en cours, a appris l'AFP samedi de sources policières. Ce passeport a été «retrouvé à proximité d'un des corps des assaillants», ont affirmé à l'AFP ces sources. Selon l'une de ces sources, ce document a été récupéré lors des investigations réalisées après le carnage du Bataclan à Paris (au moins 82 morts).

 

Ce passeport syrien appartenait à un migrant enregistré lors de son arrivée sur une île grecque en octobre, a affirmé samedi le ministre grec de la protection publique Nikos Toskas. "Le détenteur du passeport syrien est arrivé le 3 octobre par l'île grecque de Leros où il a été enregistré conformément aux règles de l'Union européenne", a assuré M. Toskas dans un communiqué.

Attentats du 13 novembre : une fermeture des frontières qui intervient trop tard

Source: Attaques à Paris, Le passeport syrien retrouvé a été enregistré en Grèce, Paris Match, le 14 novembre 2015 | Mise à jour le 14 novembre 2015

Un « réfugié » parmi les islamistes: le kamikase syrien du stade de France a été enregistré en Grèce

 

Dans un communiqué le ministre grec de la protection des citoyens, Nikos Toskas, annonce qu’un des kamikases  qui s’est fait exploser au stade de France est passé par l’ïle grecque de Léros parmi le flot des  immigrants et qu’il y a été enregistré commme « réfugié »  le 3 octobre 2015 . 

 

Traduction en français du communiqué du ministre Nikos Toskas:

 

Communiqué du ministre de la Protection des citoyens (Grèce) Nikos Toskas au sujet des attaques de Paris

Le ministre de la Protection des citoyens,  Nikos Toskas le fait suivant: en ce qui concerne le passeport syrien qui a été trouvé aux abords de l’attaque du terroriste.

Nous annonçons que ce passeport a été enregistré à Léros le 3/10/2015, où il a été identifié selon les règles de l’Union européenne. Comme cela  a été établi lors du sommet consacré aux réfugiés. Nous ne savons pas si le passeport a été vérifié d’autres pays dans lesquels il est possible qu’il ait été enregistré. (…)

Le communiqué du ministre a été diffusé par un analyste économiste grec  Yanis Koutsomitis. (Source)

 

Les assaillants ont dit aux rescapés que "c'était à cause de François Hollande qu'ils étaient là" :

http://rmc.bfmtv.com/emission/attaques-a-paris-ils-nous-ont-dit-que-c-etait-a-cause-de-francois-hollande-qu-ils-etaient-la-930031.html

http://rmc.bfmtv.com/emission/attaques-a-paris-ils-nous-ont-dit-que-c-etait-a-cause-de-francois-hollande-qu-ils-etaient-la-930031.html

Repost 0
12 novembre 2015 4 12 /11 /novembre /2015 19:54

40 morts et des dizaines de blessés, c'est le bilan provisoire d'un attentat probablement de l'Etat islamique au Liban en fin d'après-midi dans un quartier de la banlieue sud de Beyrouth, fief du Hezbollah chiite.

Le Hezbollah est engagé dans le conflit syrien aux côtés des forces du président Bachar al Assad. 

Liban : plus de 40 morts après un double attentat suicide des amis de Fabius en Syrie
Liban : plus de 40 morts après un double attentat suicide des amis de Fabius en Syrie

Source:

Liban: 37 morts dans un double attentat, Par Lefigaro.fr avec AFPMis à jour le 12/11/2015 à 18:59 Publié le 12/11/2015 à 17:23

Il s'agit de la première attaque contre le fief du Hezbollah chiite depuis juin 2014. Un agent de sécurité avait alors été tué en empêchant un attentat à la voiture piégée. Auparavant une dizaine d'autres attaques avaient endeuillé des bastions du Hezbollah à travers le Liban entre juillet 2013 et février 2014, la plupart revendiqués par des groupes extrémistes sunnites. Source

Repost 0
12 novembre 2015 4 12 /11 /novembre /2015 19:05

Bernard Cazeneuve a annoncé vendredi 6 novembre sur BFMTV et RMC le retour des contrôles aux frontières pendant un mois à partir du 13 novembre :

 

Bernard Cazeneuve annonce que "la France va fermer ses frontières pendant quelques semaines" pour assurer la sécurité de la COP21 (conférence mondiale sur le climat à Paris du 30 novembre au 11 décembre), qui concentrera des dizaines de chefs d'Etat à Paris "dans un contexte de menace terroriste qui pourrait venir entacher cette grande manifestation internationale qui porte par ailleurs un grand message pour l'humanité". [1]

 

Autrement dit, le rétablissement des frontières n'est pas destiné à protéger le peuple face à l'invasion de migrants agressifs et violents comme à Calais, mais à protéger les chefs d'Etat.

 

"Pendant un mois, nous allons établir des contrôles aux frontières, ce qui n'est pas du tout une suspension de Schengen, parce que Schengen permet de le faire dans des circonstances particulières", a expliqué Bernard Cazeneuve.

 

En effet, jamais un événement organisé en France n'a représenté autant de risques: au moins 80 chefs d'Etat seront réunis au Bourget dans un contexte de menace terroriste très élevée.

285 points de contrôles seront en place sur les routes, mais aussi dans les aéroports et les gares avec des renforts policiers importants qui viendront de toute la France. Au total, il devrait y avoir plus de 5.000 policiers supplémentaires pour assurer la sécurité partout en Ile-de-France pendant la COP 21.

 

Mais, comme a pu nous l'indiquer un policier hier soir, l'annonce de Bernard Cazeneuve "intervient trois semaines trop tard". Ainsi, selon nos informations plusieurs groupes d'extrême-gauche sont déjà arrivés d'Allemagne, du Royaume-Uni, des Pays-Bas, de Belgique et même d'Australie et des Philippines pour l'événement... [2] Quelle équipe !

 

 

 

Sources:

 

[1] Cazeneuve sur la COP21: "Il y aura des contrôles aux frontières", BFMTV, 06/11/2015 à 08h45 Mis à jour le 06/11/2015 à 12h37

[2] COP 21: Des activistes d'extrême-gauche venus du monde entier sont déjà en Ile-de-France, Bfmtv, 11/11/2015 à 08h37

Repost 0
12 novembre 2015 4 12 /11 /novembre /2015 11:56

A quelques jours du sommet des chefs d'Etats et de gouvernement du G20 d'Antalya (Turquie), malgré toutes les réalités d'appauvrissement et d'éclatement des sociétés européennes en passe de sécession avec leurs élites, malgré une crise migratoire en Europe qui menace l'UE d'éclatement, le FMI demande à l'UE d'accueillir encore plus de migrants... Son raisonnement simpliste se résume à quelques chiffres, quelques variables d'ajustement quant à un possible dopage de l'"activité" par une augmentation de la population active. "Surtout, cet afflux, ajoute-elle, pourrait permettre de s'attaquer au vieillissement de la population". Aveu terrible du remplacement de population décidé en haut lieu...

"De leur côté, les pays d'origine des migrants vont certes pâtir de l'exil de leur population jeune et qualifiée", reconnaît Mme Lagarde, "mais ils bénéficient en contrepartie de transferts de fonds." L'esprit colonialiste, esprit de pillage, n'a pas abandonné ces "éclaireurs" de l'humanité.

 

L'article du Figaro :

La directrice du FMI pense que l'afflux de migrants pourrait être un atout économique pour une Europe vieillissante. 

La dirigeante du FMI Christine Lagarde, a appelé mercredi les pays riches à "élargir leur approche" pour accueillir plus de réfugiés, dont l'afflux en Europe pourrait, selon elle, être bénéfique pour la croissance économique.
"Certains pays ont accepté d'accueillir un large flot de réfugiés et ont fait tout leur possible pour leur fournir de la nourriture et un abri", a déclaré la dirigeante dans un blog publié par le Fonds monétaire international.
"D'autres, spécialement parmi les pays avancés, doivent voir comment ils peuvent élargir leur approche pour accueillir plus de réfugiés", a-t-elle ajouté, appelant à une action internationale à quelques jours du sommet des chefs d'Etats et de gouvernement du G20 d'Antalya (Turquie).

 
Impact économique positif

La dirigeante appelle notamment à renforcer la capacité des marchés du travail "à absorber les migrants", à améliorer leur accès à des formations et à faciliter la reconnaissance des qualifications professionnelles acquises à l'étranger.
La crise migratoire en Europe met à mal la cohésion de l'UE qui se divise sur la répartition de la charge de l'accueil des réfugiés venus de la Méditerranée. Un sommet sur la question se tient mercredi entre dirigeants européens et africains.

Selon Mme Lagarde, cet afflux --s'il est géré "avec les mesures appropriées-- peut être d'abord bénéfique aux pays d'accueil en augmentant leur population active et en dopant l'activité.
"Les calculs préliminaires du FMI montrent un impact positif modéré des migrants sur la croissance dans les pays de l'UE", assure la dirigeante.
Surtout, cet afflux pourrait permettre de s'attaquer au vieillissement de la population dans les pays riches et de "réduire la pression" sur le coût du système de retraites et des dépenses de santé, assure Mme Lagarde.

De leur côté, les pays d'origine des migrants vont certes pâtir de l'exil de leur population jeune et qualifiée, reconnaît Mme Lagarde.
Mais ils bénéficient en contrepartie de transferts de fonds
des migrants vers leurs proches qui totalisent 436 milliards de dollars en 2014, soit "plus de trois fois" le montant de l'aide publique au développement, note-t-elle, en appelant à réduire les frais de ces transferts d'argent.
Christine Lagarde appelle l'UE à accueillir plus de migrants

Source: Christine Lagarde appelle l'UE à accueillir plus de migrants, Le Figaro.fr avec AFPMis à jour le 12/11/2015 à 08:00 Publié le 11/11/2015 à 18:37

 
Repost 0
11 novembre 2015 3 11 /11 /novembre /2015 12:30

Quand la "mondialisation heureuse" se transforme en migration heureuse :

Migration heureuse : Troisième nuit d'affrontements entre la police et les migrants à Calais

Environ 250 CRS se sont opposés, en fin de journée mardi, à des migrants en colère. C'est la troisième nuit de heurts à proximité de la jungle de Calais. Il y aurait eu, selon la maire de Calais, une cinquantaine d'interpellations.

Pour la troisième nuit de suite, après lundi et mardi, des heurts se sont produits entre CRS et migrants, à proximité de la jungle de Calais. Après les 16 blessés de la première nuit, les 11 de lundi soir, le dispositif policier avait été réorganisé pour protéger les riverains.

Mais dès 22h30, un face-à-face tendu a débuté entre CRS et les migrants. Très rapidement, après le jet de quelques projectiles et des insultes, les CRS ont eu recours à des grenades lacrymogènes. Un canon à eau a aussi été utlisé pour éteindre un feu allumé par des manifestants à l'aide de palettes en bois. Des grenades lacrymogènes ont continué d'être tirées jusqu'au retour du calme après 23h30.

«250 policiers, dont une majorité de CRS, étaient mobilisés mardi soir» pour empêcher ou réprimer les troubles autour de la «Jungle», a rapporté le porte-parole du ministère de l'Intérieur, Pierre-Henry Brandet, présent sur les lieux. Selon Calais Solidarity, un collectif d'aide aux migrants, il y aurait eu 4 blessés et 4 arrestations chez ces derniers. Deux activistes No-Borders auraient aussi été arrêtés. Des chiffres qui n'ont pas encore été confirmés par les autorités, mais la maire de Calais, Natacha Bourchart, sur RMC, a parlé de cinquante interpellations.

Pour le ministère de l’Intérieur, selon qui le dispositif n’était pas plus importants que les dernières semaines, l’objectif était de rendre «visibles» les forces de l’ordre, a expliqué la déploré la préfète du Pas-de-Calais, Fabienne Buccio. Ces derniers jours en effet, les riverains sont inquiets après des intrusions «dans la propriété des riverains pour se procurer des objets pouvant servir à bloquer des camions sur la rocade».

Ces troubles ont suscité des réactions politiques. La maire de Calais, Natacha Bouchart (Les Républicains), a de nouveau réclamé l'intervention de l'armée. En France, la sécurité intérieure est assurée «par la police et la gendarmerie», a répondu la préfète.

«Désolée de poser encore une fois une question qui fâche, mais combien d'arrestations ?», a lancé Marine Le Pen sur Twitter.

 

Source: Troisième nuit d'affrontements entre la police et les migrants à Calais, Rt en français, 11 nov. 2015, 07:56

Repost 0
10 novembre 2015 2 10 /11 /novembre /2015 18:49
Des calaisiens en pleurs, paniqués et révoltés

"Calais ravagé par les émeutes de migrants. Des calaisiens en pleurs, paniqués et révoltés ! C'est le bilan des 2 nuits d'émeutes qui viennent de se dérouler sur la rocade portuaire de Calais près de la jungle, voici le témoignage de Sandy."

 

Des pavillons pris d'assaut pendant deux nuits, des poubelles volées, des palissades cassées, des calaisiens obligés de se barricader chez eux, des couvertures clouées aux fenêtres, fenêtres fermées, volets fermés, Video Boris Le Lay Facebook

 

Quel politique, quel media se soucie des calaisiens et de toutes les victimes collatérales de la "politique de peuplement" irresponsable de Manuel Valls ? Ce silence des media sur ce que doivent vivre les Français dans leur propre pays est insupportable. Il est temps que des politiques se saisissent du problème et prennent des décisions en sens inverse de tout ce qui a été décidé depuis quarante ans... avant que tout ceci dégénère.

Add. 21h35. Le site RT en français a publié un article sur le sujet : 

 

Pierres lancées sur les voitures, palissades et boîte aux lettres arrachées, grenades lacrymogènes jonchant le sol (plus de 350 grenades ont été utilisées)… Les stigmates de la nuit sont toujours visibles ce mardi matin. La riveraine interrogée, qui est locataire dans le lotissement depuis un mois, a décidé d’aller dormir chez sa mère avec ses enfants le temps que la situation se calme : «Je suis chez moi ? Et bien non, je ne suis pas chez moi. Je suis obligée de quitter ma maison pour aller chez ma mère, être en sécurité avec mes enfants, et dormir profondément au moins une nuit».

 

«Je vous confirme qu’ils [les migrants] s’en prennent aux riverains», affirme-t-elle dans la vidéo. «Dès qu’ils voient qu’on essaie de filmer ou de se faire entendre, et bien ils s’en prennent à nous. Ils m’ont fait des signes d’égorgement», dit-elle avant de conclure : «Pour moi la guerre civile a déjà démarré, il serait peut-être temps de faire appel à l’armée, il n’y a qu’elle qui puisse nous aider».

 

Mais la préfète du Pas-de-Calais, Fabienne Buccio, a d'ores et déjà décidé d'exclure cette option.
 

Des calaisiens en pleurs, paniqués et révoltés

Source: Une riveraine de Calais, menacée par des migrants : «Pour moi la guerre civile a déjà démarré», RT en français, 10 nov. 2015, 17:33

 

A voir : la video montrant les pavillons dégradés, des maisons caillassées, et l'interview exclusive d'une riveraine avec les larmes aux yeux, qui nous explique ce qui s'est passé la nuit passée, sur le site Les Calaisiens en colère

Repost 0
10 novembre 2015 2 10 /11 /novembre /2015 17:37
"Etat de droit" : Un vol, des dégradations de biens, et un "pugilat général" avec des gendarmes sont moins graves que manifester contre le "mariage" homo

Les heurts entre clandestins et forces de l'ordre se multiplient à Calais. Ils ont déjà fait 27 blessés légers côté policier en deux jours pour zéro arrestation. Quatre assauts successifs d'illégaux vers la zone portuaire et la rocade de la ville, dont deux dans les dernières 24 heures, ont déjà fait 27 blessés légers côté policiers. rtains jetant des pierres en direction des policiers. L'axe routier a dû être fermé pendant deux heures, avec tous les retards que cela suppose pour le trafic transmanche. «Les dysfonctionnements du lien Eurotunnel font désormais peser une menace sérieuse pour les entreprises qui commercent des deux côtés du channel. En Grande-Bretagne notamment, la production à flux tendu de certaines sociétés est mise en en danger», confie un chef d'entreprise du Calaisie.

Quelques heures plus tôt, dans la nuit de lundi à mardi, entre 23 heures et 4 heures du matin, quelque 250 migrants ont, «à plusieurs reprises, tenté de ralentir le trafic sur la rocade portuaire, en posant divers objets sur la chaussée», déplore la préfecture du Pas-de-Calais. Les migrants tentaient de se cacher dans des camions, a-t-on appris mardi auprès de la préfecture du Pas-de-Calais qui a dénombré «11 blessés très légers parmi les policiers».

Les policiers ont dû faire l'usage de gaz lacrymogènes de nombreuses fois. De leur côté, les migrants ont «démonté des panneaux de signalisation pour faire des barrages sur la rocade». «Ils étaient aiguillonnés par des militants altermondialistes du groupe No Border».

Le camp de Lande, dit la jungle, se situe à deux pas du lieu de ces heurts. Les pompiers se plaignent d'y être régulièrement «caillassés» désormais, quand ils viennent y éteindre un feu ou y secourir une personne. Signe d'une dégradation du climat: aux abords, des panneaux du réseau de bus en plastique ont été arrachés et brûlés sur le sol.

Pour la police, ce sont de «véritables raids» qui sont menés la nuit désormais. Des centaines de clandestins font masse et n'hésitent plus à «aller au contact» avec les policiers et les gendarmes. «Ils nous canardent maintenant!», proteste un officier d'une unité de CRS mobilisée sur place. «À ce rythme-là, nous ne tarderons pas à connaître des attaques en règle de nos positions, comme les collègues grecs ont pu les endurer.»

Policiers blessés à Calais : Hollande - Valls durs avec les faibles, faibles avec les forts

Source: Calais : les migrants chargent de nouveau la police, Le Figaro, Par Jean-Marc Leclerc Mis à jour le 10/11/2015 à 15:30 Publié le 09/11/2015 à 18:18

 

Pour rappel, il y a 2 ans, plus d'une centaine de veilleurs défenseurs du mariage et des enfants étaient arrêtés, conduits au poste de police, un emprisonné ferme (deux mois) pour refus de se livrer à un prélèvement d'empreintes et d'ADN, alors qu'aucun d'eux n'avaient pas même bousculé un seul policier.

Repost 0
27 octobre 2015 2 27 /10 /octobre /2015 13:29

Le Portugal a pénétré dans les eaux politiques dangereuses. Pour la première fois depuis la création de l'union monétaire de l'Europe, un Etat membre a pris la décision d'interdire explicitement des partis eurosceptiques de prendre leurs fonctions pour des motifs d'intérêt national.

 

Anibal Cavaco Silva, président constitutionnel du Portugal, a refusé de nommer un gouvernement de coalition de gauche, même si elle a obtenu une majorité absolue au parlement portugais et a remporté un mandat pour briser le régime d'austérité légué par la troïka UE-FMI.

 

Il a jugé trop risqué de laisser le pouvoir au Bloc de gauche ou les communistes, insistant sur le fait que les conservateurs doivent persévérer comme minorité pour satisfaire Bruxelles et les marchés financiers étrangers.

Le Portugal bloque l’accession au pouvoir de partis eurosceptiques de gauche au nom de l’intérêt national

 Source: Eurozone crosses Rubicon as Portugal's anti-euro Left banned from power, The Telegraph, By Ambrose Evans-Pritchard, 4:30PM BST 23 Oct 2015

Google Translate

 

Vous aviez parlé de démocratie ?

 
Repost 0