Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Christ Roi

  • : Christ Roi
  • Christ Roi
  • : Blog d'informations royaliste, légitimiste, pour une France libre, indépendante et souveraine
  • Contact

Horloge

2 mai 2014 5 02 /05 /mai /2014 12:52
  • « Habemus Gender », le colloque international des partisans de la théorie du genre
  • habemus-gender-affiche-mpi
  • Un colloque international organisé à l’Université Libre de Bruxelles (ULB) les 15 et 16 mai prochains rassemblera des partisans de l’idéologie du genre venus d’Europe et des Etats-Unis.
  • L’intitulé de ce colloque est déjà très significatif : « Habemus Gender ! Déconstruction d’une riposte religieuse« . Le logo qui accompagne représente une mitre. D’emblée, on comprend que l’Université Libre de Bruxelles sera fidèle à sa réputation anticléricale en accueillant ce colloque qui a bien l’intention de régler ses comptes avec le christianisme. Les organisateurs de ce colloque ne cachent pas être en faveur « des combats féministes et des luttes homosexuelles » et en opposition avec l’Eglise catholique. Ce colloque est d’ailleurs organisé en collaboration avec la Fédération des Amis de la Morale Laïque et bénéficie du soutien du Centre d’Action Laïque.
  • habemus-gender-logo-mpi
  • Ce qui inquiète ce petit monde, c’est la mobilisation qui existe en France contre cette théorie du genre. Une mobilisation inattendue qui perturbe le plan subversif en cours. D’autant que cette mobilisation française suscite des émules dans d’autres pays depuis quelques mois et rend vigueur à ceux qui refusent le nouvel ordre sexuel mondial que certains voudraient nous imposer avec le concours de divers organismes internationaux.
  • Ce colloque affiche le soutien de la Fédération Wallonie-Bruxelles, de la COCOF et de la Ville de Bruxelles, autant d’institutions officielles qui, comme en France, prennent ainsi fait et cause pour cette théorie du genre mais aussi pour l’antichristianisme de cette théorie.
  • Bien sûr, les organisateurs de ce colloque vont user et abuser de cette stratégie qui consiste à faire parler des universitaires militants afin de donner à leurs élucubrations un vernis académique destiné à impressionner les gogos.
  • Mais il faut se donner la peine de chercher le parcours de chacun de ces intervenants. Commençons le travail…
  • David Paternotte est coresponsable de l’Atelier Genre(s) et Sexualité(s) de l’Institut de Sociologie de l’ULB. Il a notamment travaillé pour l’International Gay and Lesbian Association (ILGA) mais aussi pour la Vlaamse Gemeenschap (Communauté flamande) en tant que… « membre du réseau d’experts sur les thématiques lesbigayes« .
  • Joke Swiebel, a été député européen (Pays-Bas) de 1999 à 2004. A cette occasion, elle a présidé l’Intergroupe du Parlement européen sur les droits LGBT. Active parmi les féministes et le lobby homosexuel depuis les années 1960, elle a travaillé pour la délégation néerlandaise à l’ONU de 1988 à 1995, période cruciale en matière de prise en compte de la théorie du genre et des revendications LGBT par l’ONU, notamment au Congrès de Beijing en 1995.
  • Joke Swiebel est aujourd’hui présidente du Centre International d’information et d’archive homosexuel et lesbien (IHLIA) et membre du conseil d’administration de la Fondation du Musée Gay.
  • Mary-Anne Case, professeur à l’Université de Chicago, est une activiste LGBT qui participe à de nombreux colloques et publications pro-LGBT à travers le monde.
  • Camille Robois intervient notamment à l’Université du Maryland dans le cadre du Programme d’études LGBT.
  • Eric Fassin, sociologue, est professeur à l’Ecole Normale Supérieure. Il a préfacé la traduction de Trouble dans le genre, le manifeste de Judith Butler. Il est l’auteur d’une déclaration limpide : « Ce qui est cause, c’est l’hétérosexualité en tant que norme. Il nous faut essayer de penser un monde où l’hétérosexualité ne serait pas normale«.


 

. "Rumeur de la théorie du genre à l'école" : Vincent Peillon et Najat Vallaud-belkacem mentent "les yeux dans les yeux"

. Le long travail de corruption des moeurs

Repost 0
2 mai 2014 5 02 /05 /mai /2014 09:45

http://cdn.ruvr.ru/2014/05/02/1503843450/9RIAN_02421400.LR.jpg

 

Selon Le Figaro, "l'armée ukrainienne" a lancé  à 4h30 ce matin une vaste opération militaire contre les villes de Sloviansk et de Kramatorsk, deux villes industrielles de 110.000 et 160.000 habitants à l'Est de l'Ukraine.

Or en raison de l'échec de la première étape de l'assaut général des postes de contrôle et bâtiments occupés par les protestataires dans l'Est de l'Ukraine, la gestion de l'attaque décrétée hier 1er mai pour aujourd'hui 2 mai, a été transmise du ministre de l'Intérieur par intérim Arsen Avakov au chef du Service de sécurité ukrainien SBU Valentin Nalivaïtchenko : "Conscient qu'il est inutile d'employer des unités de l'armée régulière dans les régions de Lougansk et de Donetsk, Nalivaïtchenko, après des consultations avec Dmitri Iaroch, a organisé la formation de bataillons spéciaux du Secteur droit (organisation ultranationaliste, ndlr) en vue de lancer un assaut général contre les sites contrôlés par les séparatistes, notamment dans la région de Lougansk", a indiqué à l'agence Ria Novosti une source au sein de l'état-major interarmées ukrainien. Toujours d'après la source, le chef du SBU a reçu l'ordre de rétablir le contrôle de la région de Lougansk dans un délai de 24 heures "coûte que coûte".

 

Ce que ne dit pas la presse française, c'est qu'il ne s'agit donc pas ce matin d'une attaque de "l'armée ukrainienne" (sic) mais de bataillons spéciaux recrutés parmi les membres de l'extrême-droite du coup d'Etat de la Place Maidan à Kiev.

 

Le 22 février, le parlement ukrainien post coup d'Etat, a fixé au 25 mai 2014 la date de l'élection présidentielle anticipée. Tout indique à présent, vu l'empressement, que les forces étatsuniennes redoutent cette élection qui pourrait à amener au pouvoir un candidat non-aligné. Elles tentent donc de récupérer par tous les moyens, y compris la force armée, les territoires érigés en auto-défense que les habitants lui ont retirés.  


Ce n'était sans doute pas au départ une décision de la junte kiévienne que de se lancer à l'assaut du Donbass. Consciente de la faiblesse de ses moyens, elle espérait neutraliser la contestation par l’élection du 25 mai.

L'attentisme n’était pas du goût des sponsors américains de Maidan, qui ont dépêché le chef de la CIA pour lancer une offensive contre les populations civiles de l’est de l’Ukraine. Ils espèrent ainsi, ou bien mâter la résistance par la force, ou – encore mieux – provoquer une intervention militaire de la Russie. Or la stratégie de Poutine semble être de laisser pourrir la situation sur place et d'attendre l'effondrement économique de l'Ukraine.

Selon l'analyste Xavier Moreau pour RealPolitik.tv:

 

« chaque jour qui passe est une prise de conscience supplémentaire pour la junte ukrainienne de la dépendance de son économie nationale envers la Russie. ... La presse française nous répète que la Russie a perdu l’Ukraine, pourtant c’est exactement le contraire. Si l’OTAN ne réussit pas à faire basculer le pays dans la guerre civile d’ici 6 mois, c’est elle qui perdra l’Ukraine.

...En fait les États-Unis et l’OTAN ont une fenêtre de quelques mois pour lancer une guerre civile en Ukraine, qui puisse avoir des conséquences économiques graves en Europe et tirer profit, comme en 1914-1918 et en 1939-1945, d’une guerre civile européenne. »

 

 

Comme prévu, des affrontements avec fusillades entre les forces kiéviennes de sécurité et les partisans de la fédéralisation ont éclaté ce matin au centre de la ville de Slaviansk. Une sirène d'alerte a retenti dans la ville, informant les habitants du début de la phase active de l’opération spéciale lancée par les autorités de Kiev. Une fusillade a commencé. La fumée épaisse des pneus brûlés est montée dans l’air au-dessus des quartiers périphériques de la ville. Des hélicoptères patrouillent l’espace aérien au-dessus de la ville. Des hélicoptères des forces militaires ukrainiennes ont été abattus pendant l’opération. Ces hélicoptères tiraient des roquettes très puissantes. Le pilote de l’une des machines est mort, le deuxième a survécu, et il a été fait prisonnier.

 

Plusieurs dizaines d’habitants de Slaviansk se sont rassemblés sur le pont situé à l’entrée de la ville pour ne pas laisser entrer les troupes ukrainiennes. Les membres de la milice populaire de l'administration de la ville parlent des premières victimes. Selon les premières informations, une personne serait morte et une autre blessée, rapporte le porte-parole de l’autodéfense de Slaviansk Viatcheslav Ponomarev.

 

Selon M. Ponomarev, les forces armées ukrainiennes tirent depuis un hélicoptère sur l’un des postes de passage, qui se trouve à la périphérie de la ville. 


http://cdn.ruvr.ru/2014/05/02/1503842237/42RIAN_02421393.LR.jpgLes forces ukrainiennes se sont emparées de dix postes de contrôle établis par les partisans de la fédéralisation à Slaviansk (est), dans le cadre de cette vaste opération spéciale, a annoncé le ministre ukrainien de l'Intérieur par intérim Arsen Avakov


"Tous les 10 postes de contrôle ont été pris. Plusieurs combattants ont été capturés", a écrit le ministre sur sa page Facebook.


L'assaut général contre les postes de contrôle et les bâtiments occupés par les protestataires dans le sud-est de l'Ukraine a été lancé vendredi matin. L'opération implique des avions et des blindés de l'armée régulière.


Le ministère ukrainien de la Défense rapporte pour sa part que deux hélicoptères des forces aériennes Mi-24 effectuant une mission de patrouille à Slaviansk ont été abattus par des missiles anti-aériens. Deux militaires ont trouvé la mort dans les crashs, et plusieurs autres ont été blessés.

 

Les membres de la milice populaire de Slaviansk ont quitté plusieurs postes de contrôle à l’entrée nord de la ville et se sont concentrés sur l'édification de barricades au centre de la ville, rapporte le chef du bureau régional du parti communiste d’Ukraine Anatoli Khmelevoï.

 

Le 15 avril, les autorités de Kiev ont lancé une opération dite antiterroriste contre les manifestants impliquant des unités de l'armée régulière.

 

 

La Russie demande à l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) de prendre des mesures pour arrêter l'opération punitive que mènent les autorités de Kiev dans l’Est de l’Ukraine. Une déclaration à cet effet a été faite par le représentant permanent de la Russie auprès de l'OSCE Andrei Keline.

 

Hier, Moscou a mis Kiev en garde contre des actes "agressifs et irresponsables" susceptibles d'entraîner des conséquences "catastrophiques" pour l'ensemble du pays.

 

Add. 21h50. ... l'offensive militaire a fait « beaucoup de morts et de blessés »  du côté des rebelles et deux du côté des soldats ukrainiens, selon le président par intérim, Olexandre Tourtchinov. De leur côté, les séparatistes ont indiqué que l'assaut avaient tué trois rebelles prorusses ainsi que deux civils.

 

 

Démocratie en marche en Ukraine : Les images des chars kiéviens avançant sur des civils

 


 

 

. Opération propagande : les manifestants d'Ukraine de l'Est qualifiés de « terroristes »

. Ukraine: les USA misent sur une guerre civile (expert)

. En Ukraine, Washington réunit les conditions pour un bain de sang (expert)

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Russie
commenter cet article
1 mai 2014 4 01 /05 /mai /2014 14:50

 

Prochaine "Journée de Retrait de l'Ecole" le 12 mai

 

http://metatv.org/sites/metatv.org/files/styles/large/public/jre_journees_retrait_ecole.jpg?itok=dEC_onTnMeta TV est en mesure de vous dévoiler en exclusivité la date de la prochaine JRE: ce sera le lundi 12 mai 2014.

 

La "journée de retrait de l'école" s'inscrit comme une action nationale inédite dont l'objectif est de sauver nos enfants. JRE 2014 a été lancé au début de l'année à l'initiative de Farida Belghoul pour parvenir à l'interdiction de la théorie du genre dans tous les établissements scolaires. Un jour par mois, l'organisation demande aux parents de retirer leurs enfants de l'école, en justifiant leur absence le lendemain par le motif suivant: journée de retrait de l’école pour l’interdiction de la théorie du genre dans tous les établissements scolaires.

 

Parce que la manifestation ne suffit plus.

 

Les membres du gouvernement ont toujours nié l'existence de la théorie du genre. Mais Farida Belghoul n'en démort pas: "Le gouvernement ne nous laisse pas le choix avec l’introduction à notre insu de la théorie du genre en classe: en retirant nos enfants de l’école une journée par mois, nous affirmons nos droits fondamentaux et nous passons à la vitesse supérieure."

 

Pour elle, la JRE est "un symbole fort: il dit clairement que nous sommes prêts à tout pour empêcher l’Education Nationale de désorienter, de traumatiser et de déstructurer nos enfants. Organisons-nous pour faire de cette journée un moment privilégié entre parents et enfants, entre voisins, entre amis: libre à nous de concevoir maintes activités en ce jour de retrait! En se regroupant, tout est envisageable: spectacles pour enfants, sorties, rencontres, débats, ateliers créatifs…"

 

Ce que dit le Comité National J.R.E. par la voix de Farida Belghoul :

 

En réalité, cette théorie contre-nature, sous des formes diverses, intègrera définitivement les programmes officiels de l’Education Nationale à partir de la rentrée 2014 avec la complicité de plusieurs syndicats enseignants.

 

Des centaines d’écoliers sont déjà victimes de ces programmes à titre expérimental.

 

Sous couvert de « lutter pour l’égalité et contre les discriminations homophobes », l’Education Nationale considère que ces questions sont des priorités. C’est pourquoi désormais enseignants et militants LGBT (Lesbiennes, Gays, Bisexuels, Transsexuels) abordent en classe l’homosexualité, la bisexualité et la transsexualité.

 

La pudeur et l’intégrité de nos enfants sont profondément attaquées par « la théorie du genre ».

 

Cette théorie prétend que nous ne naissons pas homme ou femme mais que nous le devenons à cause des pressions sociales. A leurs yeux, c’est la société qui « construirait » le genre masculin ou le genre féminin, la nature n’y serait pour rien.

 

Cette théorie dissocie ainsi notre corps sexué de notre identité de genre. Un homme qui se sent femme est du « genre féminin » peu importe son sexe… Une femme qui se perçoit homme est du « genre masculin » indépendamment de son corps. Pour les tenants de la « théorie du genre », on peut être par exemple de sexe masculin et de genre féminin ! Ce ne serait au fond qu’une question de choix personnel !

 

Toutes les institutions sont touchées. Même l’école ! Surtout l’école ! Le pouvoir actuel prévoit de véritablement rééduquer nos enfants en les « arrachant au déterminisme familial » c’est-à-dire à leurs parents.

 

D’ores et déjà, des militants du lobby LGBT s’invitent en classe et font la leçon à nos enfants qui sont accusés d’être porteurs de stéréotypes de genre.

 

Que sont ces « stéréotypes de genre » ? Ce sont les réactions ou les penchants naturels de nos garçons et de nos filles. Si une fille aime jouer à la poupée, pour le lobby LGBT c’est un stéréotype de genre qu’il faut combattre en la conduisant plutôt à jouer aux petites voitures. Si un garçon veut jouer aux petites voitures, le lobby LGBT l’incitera alors à jouer à la poupée.

 

Les collégiens et les lycéens eux-mêmes sont encouragés à douter de leur identité sexuelle sous prétexte qu’ils doivent être libres d’user de leur corps. Ainsi, pour les inciter à explorer de nouvelles pratiques sexuelles, l’école les dirige vers la Ligne Azur, numéro de téléphone et site Internet à destination des adolescents, pour parler d’homosexualité, de bisexualité et de transsexualité…

 

L’Education Nationale entend mettre les parents devant le fait accompli.

 

Nous, Pères et Mères, sommes ainsi déclarés incompétents pour éduquer nos propres enfants. L’Etat veut s’en charger à notre place. Allons-nous accepter que l’école nous dépossède de ce qui nous appartient en premier lieu, à savoir l’éducation ? Nous devons protéger nos enfants. Coûte que coûte.

 

__________________________________________________________

 

Source: JRE2014

Icône de liens externes

/ Relayé par MetaTV(metatv.org)

 

http://metatv.org/prochaine-journee-de-retrait-de-l-ecole-le-12-mai

 


 

. Benoît XVI : la théorie du genre risque de conduire le genre humain à l'autodestruction (22 décembre 2008)

. Points de vue du docteur Yann Carrière sur la "théorie du genre", une "théorie fascisante"

. Le genre : une idéologie dont la méthode nie "la rigueur intellectuelle et la logique" (Yann Carrière)

. Le scandale de la théorie du genre : les "travaux" d'Alfred Kinsey et la Fondation Rockefeller

. La science ridiculise encore la théorie du genre

. Bruce/Brenda/David Reimer : Tragique destin du premier cobaye de la théorie du genre

Repost 0
1 mai 2014 4 01 /05 /mai /2014 14:15
Repost 0
1 mai 2014 4 01 /05 /mai /2014 07:17

Alain Escada, président de Civitas, soutient les Jour de Retrait de l'Ecole pour l'interdiction de la théorie du genre à l'école, qui ont été  « une traduction en actes concrets..., un véritable défi qui a été réussi

 

 

« Nous sommes là aussi, précise Alain Escada, pour rappeler que justement c'est de Dieu que l'on prend l'autorité, que l'on reçoit les directives essentielles pour trouver l'équilibre, rechercher le Bien commun. Nous n'avons pas cette mauvaise conscience qui nous fait penser que ce sont les "droits de l'homme" qui sont la source du début de l'humanité comme si rien n'avait pu exister d'autre que l'obscurantisme avant que la Révolution de 1789 nous nettoie les esprits. Nous nous sommes là pour dire non. La France a grandi avec le christianisme, les liens sont intrinsèques entre le christianisme et l'histoire de France. Et c'est légitime pour les catholiques que de participer au débat de société en tant que catholiques.

 

...(Dans le livre "Mariage homosexuel, homoparentalité, Décryptage d'une révolution sexuelle") j'ai parlé de révolution sexuelle parce que c'est une entreprise qui n'est pas franco-française bien entendu, c'est une entreprise qui est mondiale, mondialiste, de subversion qui vise à inverser les normes en révolutionnant la société. Elle vise à introduire la subversion, c'est-à-dire à créer le désordre en utilisant les moeurs, la sexualité, comme un outil politique. ... Un plan habile qui est savamment orchestré pour subvertir la société.

 

 

(Dans le livre"Théorie du genre STOP, L'idéologie qui voulait détruire la Création et libérer toutes les perversions humaines"), Alain Escada explique qu"il y a une volonté non seulement de subvertir les moeurs mais aussi clairement de s'en prendre à l'ordre divin. C'est la Création divine qui est attaquée. C'est à travers la nature humaine qui est refusée, une volonté de s'en prendre directement à ce que Dieu a créé et mis en place."

 

Combat aux proportions cosmiques : être dans le "pour" et pas seulement dans le "contre""... Les familles de France doivent libérer l'espace public de ceux qui veulent imposer un Nouvel Ordre Mondial qui est l'occasion de mettre en place une 'laïcité' qui muselle, qui bâillone qui tente de nous transformer en esclaves d'une société matérialiste internationale, ajoute Alain Escada.


Nous sommes devant un tel cataclysme à vue humaine que cette réalité s'impose de la nécessité d'une union de toutes les forces vives de Résistance dans un tel combat. L'objet d'un tel combat est une question de droit naturel.

 

... Nous sommes tous ici dans la même barques ! Si nous laissons la théorie du genre se propager, c'est la société toute entière qui en sera bouleversée. Personne ne vivra dans une tour d'ivoire. Personne ne sera à l'abri des murs d'une forteresse. Donc personne ne peut prétendre ne pas devoir s'impliquer dans une telle bataille. Et aucune force de Résistance n'est inutile dans la bataille qui doit se livrer."

 

Source video via http://jre2014.fr/?p=1050

 

 

. Comment lutter efficacement contre les idées révolutionnaires ?

. Combat aux proportions cosmiques : Être dans le "pour" et pas seulement dans le "contre"

Repost 0
1 mai 2014 4 01 /05 /mai /2014 06:45

"La France est née en 1789", "la nation française est née en 1789", etc. sont des antiennes républicaines assénées régulièrement par les hommes politiques dans de grands élans lyriques, afin de faire croire que la France d'avant 1789, nécessairement plongée dans les ténèbres de l'obscurantisme moyen-âgeux et d"'Ancien Régime"..., est venue soudainement à la lumière en 1789 (Cf. L'illuminisme au XVIIIe siècle). Cette illumination soudaine serait l'acte fondateur de la nation française... Le dernier à le dire est le ministre de l'Intérieur Manuel Valls, dénommé El Blanco "Quand même" dans les banlieues, aujourd'hui devenu Premier ministre par la grâce des loges..., qui le 8 octobre 2013, déclara : "Historiquement, c'est la gauche qui a inventé la nation, en 1789" (sic).

 

Lors du Discours de Villepinte le 11 février 2007, Ségolène Royal (socialiste) déclarait : "La France,... c'est la grande lumière jamais éteinte de la Révolution française, ... ce sont des valeurs exigeantes et belles proclamées par la Révolution française". Cinq jours auparavant, dans Le Monde du 6 février 2007, elle déclarait : "La France n'est pas la synthèse de l'Ancien Régime et de la Révolution.... C'est la rupture opérée par la Révolution qui explique la France d'aujourd'hui".

 

Le 9 mars 2007, c'était au "centriste" François Bayrou de faire son cinéma : "L'identité nationale de la France, elle a un nom, c'est la République" (La Croix, AFP, 09/03/2007 20:54, PERPIGNAN (AFP) - François Bayrou: "l'identité nationale de la France c'est la République").   

 

À "droite", un agent "libéral" du mondialisme illuminateur, Nicolas Sarozy, invité en 2007 à dire s'il se sentait l'héritier de Jacques Chirac, indiquait "ne se sentir l'héritier de personne...  La France, c'est la République, ce n'est pas un héritage", affirmait-il. (Le Monde, 12.03.07 | 09h24 Sarkozy "touché" par la déclaration de Jacques Chirac).  

 

Un peu plus tôt en 2004, Dominique de Villepin ("droite" UMP), apôtre des "Lumières", s'écriait : "Je crois à cette folle immortalité française qui veut réconcilier les contraires. Je crois à l'éternité de l'homme né un soir de 1789..." (Dominique de Villepin, Le requin et la mouette, éd. Plon 2004). 

   

Ces quelques exemples montrent des hommes politiques, à la suite de tout un courant républicain qui balayent d'un revers de la main, l'histoire de la France avant 1789, selon une méthode qui conciste en une sorte de mémoricide historique, pour reprendre la terminologie du "mémoricide" qui a été défini juridiquement par l'historien Reynald Secher, "comme un crime contre l'humanité qui consiste à concevoir, réaliser, être complice, tant dans la conception que dans la réalisation partielle ou totale, d'une volonté ou d'un acte dont la finalité est de nier, relativiser, justifier, partiellement ou totalement dans le temps, un acte premier de génocide" (Vendée, du génocide au mémoricide, mécanique d'un crime légal contre l'Humanité, Cerf Politique, Paris 2011, p. 267.)

 

La France en effet n'a pas attendu les mémoridices de son histoire pour être une nation. La culture française, la France et ses valeurs existaient bien avant la date fatidique !


Le mémoricide

 

Ainsi, à la fin du XIXe siècle, un auteur catholique antilibéral, Mgr de freppel s'étonnait déjà : "On a calculé que la Constituante avait confectionné, en deux ans, 2557 lois; la Législative, en un an, 1712; et la Convention, en trois ans, 11 210... Jamais spectacle plus byzarre n'avait été donné au monde. On eût dit que la France ne faisait que de naître, et qu'il fallait la traiter comme une horde de sauvages arrivant à l'état social..." (Mgr Freppel, La Révolution française, Autour du centenaire de 1789, Paris: A. Roger et F. Chernoviz, 1889, p. 46.)


Etats-generaux-reunis-le-5-mai-1789-a-Versailles--dans-.jpg

  Les États généraux se réunissent le 5 mai 1789 à Versailles, dans la salle de l'hôtel des Menus Plaisirs.

 

Sous la Révolution dite "française", un Condorcet, parmi d'autres..., dans Esquisse d'un tableau historique des progrès de l'esprit humain (1795), explique que le processus d'émancipation du genre humain, composé de neuf stades successifs, débute par la Réforme et l'invention de la presse et atteint son apogée dans la Révolution... Celle-ci serait le point de départ, la date de naissance de la France émancipée, libre & égale évidemment, et sur la voie du progrès... Le mythe révolutionnaire était né.

 

L'historien Pierre Gaxotte indique à la première page de son Siècle de Louis XV, que "PENDANT tout un siècle, les Français ont eu la faiblesse de croire que leur histoire commençait en 1789..." (P. Gaxotte, Le siècle de Louis XV (1933), Livre de Poche Historique, Paris-Coulommiers 1956, p. 7). Aujourd'hui encore, on l'a vu, il est courant d'entendre la légende révolutionnaire se répandre. Or, ce n'est pas en 1789 que la France est née, mais treize siècles plus tôt... en 496 exactement, au moment du baptême de Clovis. On fonde traditionnellement la naissance de notre pays à cette date, lorsque par la conversion de Clovis, la France devient "la Fille aînée de l'Eglise", première nation européenne à être convertie selon le commandement de Notre Seigneur Jésus-Christ ("Allez donc, enseignez toutes les nations, les baptisant au nom du Père et du Fils, et du Saint-Esprit". Evangile selon Saint-Matthieu, XXVIII, 19.)

 

Le médiéviste Jacques Heers dans "L’Eglise et les deux glaives", indique que la civilisation occidentale elle-même est née de l’alliance du Trône et de l’Autel. On comprend toute l'importance qu'a pu ainsi jouer notre nation dans l'éclosion de cette "civilisation occidentale".

 

Roland-a-Roncevaux--778.jpg

 

Seulement, comme le déplore l'historienne archiviste-paléographe Régine Pernoud, les universitaires, au moins en France, se sont soigneusement appliqués à ignorer délibérément les grands noms de notre Moyen Âge : "Tristan et Iseut, Roland et Olivier, le roi Arthur et Charlemagne, ce sont, avec Renart et ses comparses, les seuls noms ou à peu près qui aient pu, en France du moins..., subsister dans notre patrimoine folklorique et triompher d'une ignorance soigneusement entretenue par les universitaires." (Régine Pernoud, Aliénor d'Aquitaine, Livre de poche, La Flèche 1965, p. 148).

 

Il est donc temps aujourd'hui de mettre fin à la propagande révolutionnaire, et d'en finir avec le mémoricide historique de la "France née en 1789".

 

La France est née en 496

 

"La France, avait écrit Mgr Pie dans sa troisième synodale, est originairement et substantiellement chrétienne: AUCUNE RÉVOLUTION NE CHANGERA SA NATURE, SA CONSTITUTION, SON TEMPÉRAMENT, SA MISSION, SON HISTOIRE, SA DESTINÉE, SES ASPIRATIONS" (Cardinal Pie, La Royauté sociale de N.S. Jésus-Christ, d'après le cardinal Pie, P. Théotime de Saint-Just, O.M.C., Lecteur émérite en théologie, 1923, Éditions Saint-Rémi, note 246, p. 186).

 

Le baptême de Clovis Ier en 496, acte de naissance de la France "Fille aînée de l'Eglise" est une donnée de l'histoire, un acquis que les républicains ne peuvent pas effacer, faire comme s'il ne s'était jamais produit. Les ennemis de l'Eglise auront beau écrire n'importe quoi, tourner autour du pot, ils ne pourront pas et ne pourront jamais effacer le baptême de Clovis, baptême de la France Fille aînée de l'Eglise.

L'ennemi infernal a alors imaginé un stratagème en enseignant aux enfants qu'en réalité le baptême de Clovis n'en est pas un et donc la France n'est pas née en 496, car Clovis se serait converti à des fins purement politiques (ce qui ôte l'élément spirituel dans la naissance de la France).


La vocation chrétienne de la France

 

« Au regard des catholiques, les nations ne sont pas toutes égales. Certaines remplissent, dans l'histoire de l'Eglise, un rôle exceptionnel. Comment ne pas penser à ce propos à l'Italie, terre des saints et du pape, ainsi qu'à l'Espagne, qui eut avec le Portugal le privilège d'offrir au Christ le Nouveau Monde?

 

"La France, elle aussi, a tenu dans l'Eglise une place éminente. Ce n'est pas sans raison que les souverains pontifes voulurent la saluer du nom de "Fille aînée de l'Eglise" et conférèrent à ses rois le titre de "Très-Chrétiens".

 

Cette place de la France dans le plan divin n'est pas d'abord le fruit de qualités que la France aurait possédées, ou d'une tâche qu'elle aurait accomplie pour la gloire de Dieu. Bien au contraire, c'est parce que Dieu voulait que notre pays accomplit une tâche extraordinaire qu'il la dota de qualités particulières. En d'autres termes, il s'agit d'une prédestination, d'une vocation, la "vocation chrétienne de la France".

 

Comme toute vocation, celle de la France comporte d'abord une prédilection, un amour particulier antérieur à tout mérite. Parmi tant d'autres pays qu'il aurait pu choisir, c'est le nôtre que, gratuitement et sans mérite de sa part, Dieu a voulu appeler à cet honneur. Cette prédilection s'est manifestée clairement dans le choix de Clovis.

 

Celui-ci n'était qu'un obscur petit chef barbare et païen, noyé dans une Gaule appartenant nominalement à l'Empire romain mais entièrement envahie par de puissants peuples germaniques de confession chrétienne-arienne. Ces trois "qualités" de Clovis, l'obscurité, la barbarie et le paganisme, n'étaient certainement pas des titres particuliers à un amour préférentiel de la part du Seigneur. Pourtant, c'est bien Clovis qui fut choisi entre tous et tiré efficacement de son obscurité, puis de son paganisme, enfin de sa barbarie, pour fonder, sur les débris de l'Empire, la première et la plus puissante des nations européennes modernes.

 

Cette vocation se traduit ensuite par des grâces et des secours particuliers, permettant à la France de remplir dignement la mission divine qui est la sienne. Les figures de saint Rémi, de sainte Clotilde, de sainte Geneviève, de saint Louis, de saint Vincent de Paul, de saint Louis-Marie Grignion de Montfort, du saint Curé d'Ars, de sainte Thérèse de Lisieux, de tant de saints envoyés à la France pour la guider et lui obtenir les grâces de sa vocation, sont les signes éclatants de ce secours divin. Par dessus tout, c'est le personnage de Jeanne d'Arc qui atteste plus qu'aucun autre que Dieu voulait la continuité de la France, menacée alors d'être englobée et dissoute dans le royaume d'Angleterre." [ce qui aurait fait d'elle par la suite un pays protestant...]

 

(Abbé Benoît de Jorna, Fideliter, Le Christ qui aime les Francs, Mars-Avril 1996, n° 110, éditorial, p. 1-3).


14 juillet 1790, la "Fête de la fédération" fondant l'unité française : un mythe (Jean Sévillia)

 

"Le 14 juillet 1790, au cours de la fête de la Fédération (fête révolutionnaire célébrée pour le premier anniversaire de la prise de la Bastille), Louis XVI prête serment à la Constitution. Mais lors de cette journée que les manuels scolaires présentent comme la fondation de l'unité française, la personne du roi est applaudie, particulièrement par les provinciaux: la légitimité royale n'est pas morte..."

 

(Jean Sévillia, Historiquement correct, Pour en finir avec le passé unique, Perrin, Saint-Amand-Montrond 2003, p. 181-182.)

 

 

La-Victoire-de-Tolbiac.jpg

 

La victoire de Tolbiac: baptême de Clovis, baptême de la France

 

La victoire de Tolbiac eut lieu en 496 et non dix ans plus tard... (Georges Bordonove)

 

"Le choc décisif se produisit sur les rives du Rhin, dans un endroit indéterminé, mais qui pourrait être Zülpich (Rhénanie-du-Nord-Westphalie) en raison de sa position stratégique.

 

Les Alamans ne cédaient rien aux Francs en matière de bravoure. Leur armement était le même. Ils utilisaient la terrible lance à crochet et la hâche de jet. Ils avaient le même mépris de la mort, et d'autant que, dans leurs croyances, les guerriers braves étaient promis aux voluptés du Walhalla. Peut-être leur férocité dépassait-elle celle des Francs. Selon le témoignage de Procope, ils immolaient aux divinités des arbres et des eaux des boeufs, des chevaux auxquels ils tranchaient la tête et leurs autels ruisselaient de sang.

 

Zulpich--Tolbiac-.gif

Il est possible que l'armée de Clovis ait été inférieure en nombre. Les soldats de Clovis plièrent soudain. Il s'efforça en vain de ranimer leur courage: à cette époque, les rois combattaient au premier rang; leur mort entraînait le plus souvent une débandade générale.

Grégoire de Tours écrit : "Il arriva en effet que la rencontre des deux armées dégénéra en un violent massacre et que l'armée de Clovis fut sur le point d'être exterminée".

 

Mal engagé, sentant venir pour la première fois de sa vie une défaite militaire, c'est le moment précis où Clovis invoque le Dieu de Clotilde, ouvre les bras et lève les yeux vers le ciel où le Christ et ses anges apparaissent soudain.

 

Clovis tint ce discours: "Ô Jésus-Christ, que Clotilde proclame fils du Dieu vivant, toi qui, dit-on, donnes une aide à ceux qui peinent et attribue la victoire à ceux qui espèrent en toi, je demande pieusement la gloire de ton assistance; si tu m'accordes la victoire sur mes ennemis et si j'éprouve la vertu miraculeuse que ton peuple déclare avoir constatée, je croirai en toi et je me ferai baptiser en ton nom. J'ai en effet invoqué mes dieux, mais comme j'en fais l'exprérience, ils se sont abstenus de m'aider; je crois donc qu'ils sont dépourvus de puissance, eux qui ne viennent pas au secours de leurs serviteurs. C'est toi maintenant que j'invoque, c'est à toi que je désire croire pour que j'échappe à mes adversaires"...

 

Les Alamans fléchirent brusquement et commencèrent à reculer. Leur roi-chef de guerre venait d'être tué. Le massacre commença, mais les Alamans demandèrent grâce. Clovis la leur accorda et arrêta la tuerie. [...] Les Alamans se soumirent, abandonnant le cour supérieur du Rhin désormais placé sous le contrôle de Sigebert...

 

Ayant gagné sa capitale, qui était encore Soissons, il raconta à la reine Clotilde comment il avait remporté la victoire sur les Alamans en invoquant le nom du Christ.

 

"La tradition du voeu de Clovis en pleine bataille, [...] est trop constante, en dépit de ses variantes, pour qu'on puisse la révoquer en doute... Certains ont vu dans la promesse inconditionnelle du roi des Francs un vulgaire marché. Il n'appartient pas aux historiens de sonder les reins et les coeurs; ils ne connaissent que les faits. Or ceux-ci motivent précisément en faveur de la sincérité de Clovis" (Georges Bordonove, Les Rois qui ont fait la France, Clovis, J'ai lu, Edition illustrée, Paris 2001, p. 95-96).

 

"La bataille dite de Tolbiac contre les Alamans, eut lieu la quinzième année du règne de Clovis, par conséquent en 496. Cette date est généralement admise. Je passe à nouveau sur les querelles d'érudits tendant à la reculer de dix ans, pour le seul plaisir de bouleverser la chronologie traditionnelle..." (Georges Bordonove, ibid., p. 94).

 

C'est qu'en effet, certains ennemis de l'Eglise ont entrepris de jeter le trouble sur cette date afin d'occulter le divin miracle de la conversion et de la victoire de Tolbiac.

 

"La construction sociopolitique de notre pays n'est pas le seul fait de la dynastie capétienne. Elle a ses premières racines, non les moins tenaces, dans l'histoire des Mérovingiens comme dans celle des Carolingiens" (Georges Bordonove, Les Rois qui ont fait la France, Clovis, J'ai lu, Edition illustrée, Paris 2001, p. 7.)

 

"Épris de la fière Burgonde Clotilde, dont l'âme était aussi haute que la sienne, il [Clovis] lui donna une large part d'influence dans les affaires publiques. Elle régna véritablement avec lui, aux applaudissements des Francs, qui admiraient son intelligence, son énergie, son caractère résolu.

 

Les Gaulois se réjouirent de voir assise sur le trône du glorieux Sicambre une femme de ce mérite; ils se prirent à espérer que Chlodowig (Clovis) subirait jusqu'au bout l'ascendant que sa noble épouse obtenait sur lui, et qu'il finirait, instruit à son école, par confesser la foi du Christ." (C. Guenot, Le Fils aîné de l'Eglise, Épopées de l'histoire de France, Vve H. Casterman, Tournai 1883, p. 49).

 


Date du baptême de Clovis

 

On situe traditionnellement la date du baptême de Clovis à Reims avec 3000 guerriers par saint Rémi, évêque de Reims, le 25 décembre 496 ou 498, voire 506 (Source: Pierre Chaunu, Éric Mension-Rigau, Baptême de Clovis, baptême de la France, De la religion d'État à la laïcité d'État, Éditions Balland, Mayenne 1996, p. 23).

 

"L'estimation la plus prudente situe l'évènement entre 496 et 498" (Régine Pernoud, La femme au temps des cathédrales, Stock, Évreux 1980, p. 16).


La Sainte Ampoule et la doctrine chrétienne de l'égalité (devant Dieu)

 

"Par la sainte Ampoule (petite fiole contenant une huile sacrée qui aurait servi lors du baptême de Clovis) se trouve symbolisée la doctrine chrétienne, selon laquelle tous les hommes étant égaux, aucun d'eux ne peut exercer l'autorité sur ses semblables si ce n'est par une délégation de Dieu, à qui il devra des comptes.

 

D'ailleurs, l'expression, 'par la grâce de Dieu roi de France', telle qu'on l'employait aux temps féodaux, n'est pas autre chose qu'une forme d'humilité"

 

(Source: Georges et Régine Pernoud, Le tour de France médiévale, L'histoire buissonnière, Stock, Évreux 1982, p. 63).

 

"Autre symbole de la royauté: l'histoire de David et de Salomon, qu'on peut voir sur cette même façade de la cathédrale de Reims, au-dessus de la grande rose : c'est aux rois juifs, en effet, et aux coutumes hébraïques que se rattache la cérémonie du sacre. Le sacre de nos rois (de même qu'aujourd'hui celui des souverains d'Angleterre) et le sacre de David, que l'on voit figuré au centre de la façade de Reims, sont identiques dans leurs principaux rites.

 

Manuscrit--dit-evangeliaire-de-Morienval.jpgAvant que, sur cet autel, l'archevêque ne commence à célébrer la messe, le nouveau roi vient prêter serment sur l'Évangile. On conserve encore à la bibliothèque du chapitre de Noyon un évangéliaire sur lequel fut prêté le serment royal : c'est l'admirable évangéliaire de Morienval. Il date du IXe sièlce. Le roi jure de défendre l'Église et de conserver à chacun des évêques la loi et la justice qui lui sont dues; il jure également de rendre au peuple la justice à laquelle il a droit. À cet instant, les voûtes de la cathédrale retentissent de cris : ce sont les seigneurs et le peuple qui, par trois fois, crient ensemble en latin: 'Nous approuvons, nous voulons qu'il en soit ainsi!' Ces cris, qu'on appelle, l'"acclamation", rappellent au roi qu'il reste l'élu du peuple"

 

(Source: Georges et Régine Pernoud, ibid., p. 64).

 

"Plus tard, les révolutionnaires en s'acharnant sur Clovis avec une fureur dévastatrice (son sarcophage est profané, sa basilique détruite, la sainte ampoule solennellement brisée neuf mois après la mort de Louis XVI...), le consacrent malgré eux comme le fondateur de la royauté sacrée. L'affrontement parfois violent au cours du XIXe s. des deux France lui donne un nouveau souffle : comparé à Charlemagne, saint Louis ou Jeanne d'Arc, il devient le symbole de la France chrétienne et royaliste, opposée aux républicains laïc". (Pierre Chaunu, Éric Mension-Rigau, ibid., p. 12).

 

Le baptême de Clovis, premier sacre de nos rois de France

 

Le baptême de Clovis a été perçu comme le premier sacre de nos rois de France au IXe siècle par Hincmar de Reims (806-882).

 

L'histoire telle qu'on l'enseigne aujourd'hui dit que, le premier monarque franc à avoir été sacré fut Pépin le Bref en 751 par Saint Boniface, évêque de Soissons pour la Neustrie, et à nouveau en 754 par le pape Étienne II.

 

Or, en 869, Hincmar de Reims, archevêque de Reims, nous dit que Rémi, immédiatement après le baptême de Clovis, l’avait sacré et oint avec une huile «envoyée du ciel dans la sainte ampoule» par le truchement d’une colombe venue se poser sur l’autel même de l’Eglise. Cette histoire plaisant fort au peuple, sera reçue comme un symbole par presque tous.

 

Si l'on en croit Hincmar (et je ne vois pas pour quelle raison on devrait écarter a priori son témoignage), Clovis fut sacré et oint avec une huile sainte, ce qui est resté dans la tradition historique comme le premier sacre (de droit divin) de nos rois.


Narration du sacre et "Serment de Saint Rémi" ou "Testament"

 

"Dans la nuit de Noël 496, au jour anniversaire et à l'heure même de Sa naissance, le Christ – lors de la naissance spirituelle de notre France et de nos Rois – voulut, par un miracle éclatant, affirmer la Mission providentielle de notre pays et de notre race Royale, au moment même où saint Rémi va proclamer cette Mission au nom du Tout-Puissant, pour sanctionner solennellement les paroles (divinement inspirées) de Son Ministre. À minuit, alors que le Roi, la Reine et leur suite sont dans l'Église Saint-Pierre où l'Archevêque les a convoqués, "soudain, raconte Hincmar (Migne, Patrologie Latines, tome CXXV, p. 1159. Hincmar, Vita Sancti Remigii, chap. XXXVI), une lumière plus éclatante que le soleil inonde l'Église! Le visage de l'évêque en est irradié! En même temps retentit une voix: La paix soit avec vous ! C'est moi! N'ayez point peur! Persévérez en ma dilection! Quand la voix eut parlé, ce fut une odeur céleste qui embauma l'atmosphère. Le Roi, la Reine, toute l'assistance épouvantée, se jetèrent aux pieds de saint Rémi qui les rassura et leur déclara que c'est le propre de Dieu d'étonner au commencement de Ses visites et de réjouir à la fin.

 

Puis soudainement illuminé d'une vision d'avenir, la face rayonnante, l'œil en feu, le nouveau Moïse s'adressant directement à Clovis, Chef du nouveau Peuple de Dieu, lui tint le langage – identique quant au sens – de l'ancien Moïse à l'ancien peuple de Dieu :

 

"Apprenez, mon fils, que le royaume de France est prédestiné par Dieu à la défense de l'Église romaine, qui est la seule véritable Église du Christ".

 

"Ce royaume sera un jour grand entre tous les royaumes et il embrassera toutes les limites de l'Empire romain ! Et il soumettra tous les peuples à son sceptre ! Il durera jusqu'à la fin des temps ! Il sera victorieux et prospère tant qu'il sera fidèle à la foi romaine. Mais il sera rudement chatié les fois qu'il sera infidèle à sa vocation." (Migne, Patrologie Latines, tome CXXXV, p. 51, Flodoard, Historia Ecclesiae Remensis, Lib. I, chap. XIII).

 

Cette prophétie est faite à la race royale, pour bien marquer que la race royale doit être aussi inséparable de la France que la France doit être inséparable de l'Église... (Cf. Marquis de la Franquerie, Saint Rémi,Thaumature et Apôtre des Francs, Éditions Résiac, Montsurs 1981, p. 10).


Le baptême de Clovis : une réelle démarche de foi

 

Notons bien que d'un point de vue politique, le choix du catholicisme (associé à l'empire romain, faible et lointain) plutôt que de l'arianisme (peuplades barbares voisines) ne fut certainement pas le choix le plus facile...

 

Le-Bapteme-de-Clovis--Paul-Joseph-Blanc-v.-1881.jpg

Le Baptême de Clovis, Paul-Joseph Blanc v. 1881

 

"Tous les peuples vaincus de l'Empire romain étaient catholiques, mais toutes les nations barbares et victorieuses étaient ariennes, en Gaule, en Espagne, en Italie, en Afrique. Il fallait donc au Roi se séparer de tous les peuples amis, issus de la même origine, pour adopter la religion des peuples de race étrangère et ennemie ! C'était la vraie difficulté. Elle était si grande que le prince avait vu s'introduire l'arianisme jusque dans sa propre famille. Sa sœur Alboflède, qu'il aimait beaucoup, et qui sans doute exerçait une grande influence sur son esprit était arienne. Aussi sommes-nous convaincu que Rémi ménagea le mariage de Clotilde et de Clovis pour combattre avec plus de succès auprès du roi l'influence de sa sœur. Car non seulement, Clotilde était catholique, mais elle était de plus l'ennemie personnelle des ariens" (qui avaient assassiné ses parents et ses frères).

 

Si Clovis avait été astucieux et rusé (comme certains historiens le prétendent...) il aurait feint la conversion, se réservant de revenir plus tard à ses convictions, quand sa domination eût été assurée; il ne le fit pas: lui aussi préféra rester impuissant, plutôt que de se mentir à lui-même. Dieu pour fonder la France avait préparé deux grandes âmes, nobles toutes deux, dignes de s'entendre, de s'estimer et de s'aimer.

 

Aussi à partir du baptême du roi, l'intimité devint plus grande (encore), Rémi prit part aux affaires de la nouvelle royauté; tous deux de concert s'appliquèrent à réaliser l'unité religieuse et territoriale des Gaules. Dans toutes les guerres de Bourgogne et d'Aquitaine, Saint Rémi était intervenu, les avait approuvées et pratiquement dirigées, en plein accord avec Clovis.

 

Le pape saint Hormisdas – le zélé défenseur de l'orthodoxie contre les euthychéens fit signer par l'empereur Justin, le formulaire de foi qui proclamait l'infaillibilité de l'Église en matière de foi, institua saint Rémi légat avec pleins pouvoirs pour toute l'ancienne Gaule, toute la France : "Nous vous donnons tous nos pouvoirs pour tout le royaume de notre cher Fils spirituel Clovis, que par la grâce de Dieu vous avez converti avec toute sa nation, par un apostalat et des miracles dignes du temps des Apôtres" (Hincmar, Vita Sancti Remigii, chap. LIV, cité in Marquis de la Franquerie, ibid., p. 26-27).

 

C'est qu'au moment du baptême de Clovis, à la fin du Ve s., l'Eglise et les fidèles sont opprimés de tous côtés par des princes hérétiques. "L'empereur Anastase, en Orient, est livré aux Eutychiens; Theodorick, roi d'Italie, Alaric, roi des Wisigoths en Espagne et en Aquitaine, Gondebald, roi des Burgondes, Trasamond, roi des Vandales en Afrique, professent les erreurs d'Arius" (Source: C. Guenot, Le Fils aîné de l'Eglise, Épopées de l'histoire de France, Vve H. Casterman, Tournai 1883, p. 77).

 

Il faut aussi se rappeler que "Clovis croyait aux dieux des anciens Germains : Wotan, dieu des batailles, Thor, le génie de la guerre armé d'un marteau, Thunar, le dieu du tonnerre, Frea, l'épouse de Wotan et la mère de tous les demi-dieux personnifiant les forces de la nature. [...] Il croyait aux devins et aux sorciers. Il croyait aussi à lui-même, puisqu'il avait une origine divine. Pouvait-il concevoir que ce Jésus-Christ qui parlait d'amour, de pardon et de résignation fût un dieu, c'est-à-dire pour Clovis l'équivalent d'un prince ? Un prince se fût-il laissé capturer, fouetter, enchaîner? Eût-il accepté de subir le supplice le plus infamant, celui de la croix ?

 

En outre, en abjurant les croyances germaniques, Clovis abjurait sa propre identité, anéantissait le prestige que ses origines réputées divines lui valaient. Il perdait le caractère sacré que lui reconnaissaient les Francs. Il courait le risque d'offenser gravement ceux-ci, de se voir abandonné par une partie de ses fidèles." (Georges Bordonove, Les Rois qui ont fait la France, Clovis, J'ai lu, Edition illustrée, Paris 2001, p. 91).

 

On est donc très loin d'une conversion "par calcul politique" telle que l'histoire officielle la présente dans nos écoles et universités. Cette conversion entrainait mécaniquement un effet contraire au calcul politique: l'hostilité de tous les rois barbares alentour, l'hostilité de ses soldats avec le risque d'une sécession, et à terme une guerre contre toute l'Europe... En terme de "calcul politique", on fait mieux ! La conversion à des fins politiques est une absurdité.

 

Pour surmonter ces inconvénients, il fallut donc que se trouve chez Clovis une véritable foi.

 

Il reste vrai néanmoins que les Gaules des campagnes étaient, déjà à ce moment au Ve siècle, largement acquises au catholicisme. Dans ces conditions, la conversion lui ouvrit probablement des portes dans les provinces et affermit davantage son autorité chez les peuples gaulois. Mais, il reste qu'à l'extérieur, voire même tout prêt des frontières du royaume franc (Burgondie, Espagne, Allemagne, Italie), les autres princes ne partageaient pas la même foi...


Un roi aimé de ses peuples

 

"Le roi des Francs, chose rare en ces temps de redoutable souvenir, possédait l'affection des peuples: Francs et Gaulois soumis à sa domination, proclamaient sans cesse leur amour pour l'illustre guerrier. Cette main si terrible dans les combats, était légère dans l'administration intérieure; tous bénissaient le sceptre étendu comme une protection sur les têtes. Les Gallo-Romains de l'Est et du Sud supplient Chlodowig de les ranger au nombre de ses sujets; il s'empresse de remplir leurs vœux. Les évêques assis au berceau du nouveau peuple, n'élèvent jamais en vain leur voix respectée; leurs ambassadeurs obtiennent la liberté des vaincus de Tolbiac, celle des prisonniers de Voulon; un prêtre sollicite le pardon des révoltés de Verdun, et il est exaucé.

 

L'Orient s'associe à l'admiration de l'Occident pour le Fils des Sicambres, et l'empereur de Constantinople Anastase Ier (491-518) lui envoie les insignes de la dignité suprême [510: pour le remercier de sa victoire sur les Barbares, l'empereur d'Orient lui offre les insignes de consul honoraire de Rome, ce qui le fait considérer par les évêques comme le successeur des empereurs romains, avec le titre d’"Auguste" ("nouveau Constantin")].

 

Remigius (Rémi), le saint évêque de Reims, vient l'entretenir des devoirs d'un roi chrétien, et il est docilement écouté… Chlodowig a bien compris sa mission, qui est celle de la France; il est le fils aîné de l'Église."

 

(Source: C. Guenot, Le Fils aîné de l'Eglise, Épopées de l'histoire de France, Vve H. Casterman, Tournai 1883, p. 146-147).

Repost 0
30 avril 2014 3 30 /04 /avril /2014 22:41

Le 13 mars 2014, le président russe avait déclaré que la crise en Ukraine n'était pas survenue à cause de la Russie. Hier soir, il a carrément dit d'où elle venait :

 

http://fr.ria.ru/images/20070/14/200701466.jpg

 

Ukraine: les Etats-Unis ont orchestré la crise (Poutine)

 

08:47 30/04/2014

MOSCOU, 30 avril - RIA Novosti

 

La position adoptée par Washington dans le règlement en Ukraine indique que les Etats-Unis ont été à l'origine de la crise qui affecte actuellement le pays, a déclaré mardi soir à Moscou le président russe Vladimir Poutine.

"Le fait que les Etats-Unis soient aujourd'hui au premier plan dans le règlement de cette crise indique que c'est bien eux qui ont initié ce processus", a indiqué le chef du Kremlin.

"Dans un premier temps, les Etats-Unis préféraient se tenir dans l'ombre, car dans une certaine mesure leurs intérêts coïncidaient avec ceux des partenaires européens, l'UE souhaitant conclure des accords avec l'Ukraine à des conditions qui étaient, je suppose, défavorables pour Kiev. L'ancien gouvernement ukrainien tentait de s'y opposer, mais, comme vous le savez, la communauté occidentale a réalisé un autre scénario, qui prévoyait un coup d'Etat anticonstitutionnel et l'usurpation du pouvoir par la force, sans se soucier des conséquences éventuelles", a déclaré le dirigeant russe.

Toujours selon lui, un nombre important d'Ukrainiens n'approuvent pas cette politique de l'Occident, et leur opinion doit être prise en compte.

Les grandes villes de l'Est et du Sud de l'Ukraine, dont Donetsk, Kharkov et Lougansk, connaissent depuis mars une mobilisation sans précédent des partisans de la fédéralisation du pays qui contestent les nouvelles autorités pro-européennes de Kiev et réclament des référendums sur le statut politique de leurs régions.

 

Source: http://fr.ria.ru/world/20140430/201104129.html

 

. Ukraine: le financement du régime de Kiev par les USA illégitime (Moscou)

. Ukraine : une guerre civile est "fomentée par des forces obscures" (Ianoukovitch)

. Les Etats-Unis ont investi dans l'Ukraine 5 milliards de dollars depuis 1991

. Ukraine : le coup d'Etat fomenté par les USA et l'UE (ex-agent américain)

. ZDF - "Le Putsch en Ukraine financé par les USA" - DIE ANSTALT

. Ukraine: les USA misent sur une guerre civile (expert)

. En Ukraine, Washington réunit les conditions pour un bain de sang (expert)

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Russie
commenter cet article
29 avril 2014 2 29 /04 /avril /2014 22:47

 

Les banques européennes soumises à rude épreuve

 

Le Figaro.fr

Publié le 29/04/2014 à 19:03

 

La Banque centrale européenne prévient que les établissements fragiles auront six à neuf mois pour se recapitaliser.

 

L'Autorité bancaire européenne (ABE), qui a la responsabilité de la régulation et de la surveillance du secteur bancaire dans l'Union européenne (et pas seulement de la zone euro), a dévoilé mardi les règles du «test de résistance» auxquelles seront soumis les 124 établissements les plus importants. Ils doivent couvrir pour chaque pays au moins 50% du secteur. En France, BNP Paribas, Société générale, Crédit agricole, BPCE et La Banque postale, entre autres, font partie des élus. L'exercice se déroulera dans les prochaines semaines et les résultats en seront rendus publics fin octobre.

 

Il s'agit d'examiner la solidité de la profession face à un «scénario adverse». En partant des bilans des banques au 31 décembre 2013 et en se fondant sur les hypothèses macroéconomiques «centrales» de la Commission européenne pour les trois prochaines années, l'ABE examinera ce qui se passerait si la croissance économique s'écartait, à la baisse, de 2,2% en 2014, puis de 5,6% (en cumulé) en 2015 et de 7% en 2016. Ces hypothèses sont cohérentes avec une hausse supplémentaire de 2,6% du taux de chômage européen d'ici à trois ans. Un tel scénario macroéconomique, présenté comme «extrême», impliquerait une chute de 20% de l'immobilier. Avec en outre des pertes considérables que les banques subiraient sur leurs prêts, sur leurs portefeuilles obligataires et boursiers (les actions seraient censées dégringoler de 19,2%).


On ne s'amuse pas à prévoir l'apocalypse

 

«La pleine transparence de l'exercice sera la clé de sa crédibilité», a souligné Andrea Enria, le président de l'ABE. Le «test de résistance» mené en 2011 avait prêté le flanc à la critique et il n'avait pas su prévenir les difficultés rencontrées par les banques en Espagne et en Irlande, pas plus qu'il n'avait anticipé l'ampleur de la récession observée en 2012 et 2013 dans la zone euro.

 

Se refusant à examiner le scénario du pire que constituerait une déflation, l'ABE considère que l'inflation resterait toujours positive pour l'ensemble de l'Union européenne. «Pour être honnête, une déflation dans la zone euro aurait des conséquences tellement graves pour les finances privées et publiques que l'inclure dans le scénario risquait de porter un coup trop rude à la confiance naissante dans la zone euro», considère Neil Williamson, chef du département crédit d'Aberdeen Asset Management. Après tout, on ne s'amuse pas à prévoir l'apocalypse: on s'emploie à l'empêcher, comme s'y est engagé à maintes reprises le président de la BCE, Mario Draghi.

 

Pour sa part, la BCE poursuit sa «revue de la qualité des bilans» des banques; il s'agit là d'un exercice statique consistant à faire la chasse aux créances douteuses, qui viendra en préalable au «test de résistance» de l'ABE. La BCE a prévenu mardi que les banques qui révéleraient des insuffisances auraient entre six et neuf mois pour renforcer leurs bilans à compter du 1er novembre 2014. L'enjeu de cette double opération vérité est de lever les doutes qui planent sur le système bancaire et l'empêchent de financer la reprise de façon ad hoc.

 

 

Source: http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2014/04/29/20002-20140429ARTFIG00348-les-banques-europeennes-soumises-a-rude-epreuve.php

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Economie
commenter cet article
29 avril 2014 2 29 /04 /avril /2014 21:52

A moins d’un mois des élections au Parlement européen, Poutine est brandi pour faire peur aux européens :

 

http://fr.ria.ru/images/20106/22/201062260.jpg

Poutine déjà instrumentalisé pour faire peur aux électeurs européens

 

10:52 29/04/2014

Andreï Fedyachine, La Voix de la Russie – RIA Novosti

 

Les symptômes d’une crise des nerfs sont déjà visibles dans chacun des 28 pays de l’UE à moins d’un mois des élections au Parlement européen.

Il s’agit en l’occurrence de symptômes classiques comme « névrose d’angoisse » et « peur morbide ». Et voici la grande phobie politique qui hante l’UE : les partis radicaux de droite et de gauche, de combien progresseront-ils dans le Babylon parlementaire européen? Les experts ne doutent pas qu’ils auront plus de sièges après le scrutin des 22-25 mai. La question est de savoir si ce sera une catastrophe pour les partis traditionnels et s’ils en seront quittes pour une panique de courte durée.

Le Parlement européen élu cette année aura pour la première fois la prérogative d’élire un président de la Commission Européenne recommandé par l’UE. C’est le poste de premier ministre de l’UE, actuellement occupé par le Portugais Manuel Barroso. Si les partis radicaux de gauche et de droite parviennent à rafler 30% des sièges, ils pourront contrôler l’équilibre des voix au moment de tous les votes importants.

Les partis conservateurs, centristes de droite et même socialistes au pouvoir en France, en Allemagne et en Grande-Bretagne, ne ménagent aucun effort pour brandir devant les électeurs l’épouvantail de la xénophobie, du racisme, du néonazisme, de l’antihumanisme, de l’antidémocratisme et de tous les « anti » propres aux partis de droite.

Mais il y a aussi ceux qui affirment qu’il s’agit non pas d’une poussée des partis de droite mais du recul des politiques européens, des failles dans la politique de l’UE, de sa direction médiocre exercée par le président de la CE Manuel Barroso et le président de l’UE Herman van Rompuy.

« Je ne dirais pas que les élections seront balayées par « un tsunami radical » d’euroscepticisme, estime l’Autrichien Hannes Svoboda, leader de l’Alliance des libéraux et des démocrates au Parlement européen. Les centristes auront la majorité mais les partis radicaux progresseront aussi. »

« Ce sera, certes, un coup rude porté à l’Europe et à son image dans le monde. Les gens pourraient croire que l’Europe est envahie par des extrémistes de gauche et de droite ce qui est loin d’être le cas. Au lieu de lutter contre ces partis, nous devons convaincre les électeurs de la justesse de nos programmes électoraux. Nous avons besoin d’une campagne électorale positive et non pas négative. »

Comme il arrive toujours en cas de troubles psychiques légers, la lutte contre les adversaires politiques prend des formes tourmentées et même paranoïaques. C’est ainsi que le président russe Vladimir Poutine commence à être brandi pour faire peur aux électeurs (heureusement que les enfants soient encore épargnés).

Le Britannique lord Tebbit qui, soit dit à propos, dirigeait les conservateurs au temps de Margaret Thatcher, estime qu’il s’agit d’inepties pures et simples. Cela me fait penser à un patron de boutique stupide qui perd ses clients. « Si j’avais une épicerie,a dit Tebbit, et si je découvrais un jour que mes clients préfèrent faire leurs achats dans une boutique à côté, j’irais voir ce que mon voisin vendait de si attrayant au lieu de les insulter publiquement ».

 

La Voix de la Russie

 

Source: http://fr.ria.ru/discussion/20140429/201093448.html

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Europe
commenter cet article
29 avril 2014 2 29 /04 /avril /2014 21:46

L’histoire connaît déjà des exemples des suicides en masse parmi les banquiers. La dernière fois, c’était à l’époque de la Grande Dépression...


http://fr.ria.ru/images/20108/21/201082177.jpg

 

 

Les cavaliers de la Grande Dépression

 

 

10:58 28/04/2014

Par Kira Kalinina, La Voix de la Russie-RIA Novosti

 

De plus en plus de cuiers occidentaux meurent dans des circonstances étranges. Le bilan s’élève à 14 top managers des plus grandes banques internationales rien que cette année.

Selon la version officielle, beaucoup d’entre eux ont mis fin à leurs jours, d’autres ont été abattus avec leurs familles mais la cause de la mort de quelques autres reste toujours mal élucidée. Il s’agit sans doute des simples coïncidences ou du témoignage d’une situation dépressive dans le secteur bancaire à moins que ces départs en masse dans l’au-delà ne s’expliquent par autre chose.

C’est encore en février qu’on a commencé à parler d’une vague de suicides parmi les banquiers. Cinq collaborateurs en vue des banques internationales se sont suicidés en deux semaines. La liste des banquiers morts dans des circonstances étranges comporte déjà 14 personnes et renferme des retraités et des jeunes. C’est ainsi que le trader de Levy Capital Kenneth Bellando qui a sauté de la fenêtre de son appartement, avait moins de 30 ans. Pourtant, de nombreux experts refusent toujours d’établir un lien entre les activités des banques et la fin tragique de leurs employés. C’est notamment le cas d’Anna Bodrova, analyste principale d’Alpari :

« Je crois qu’il s’agit tout simplement d’une succession des événements qui ont coïncidé dans le temps et dans l’espace. A mon avis, rien ne permet en effet d’affirmer qu’il existe un lien entre tous ces incidents. »

Sans entrer dans les théories conspirationnistes, c’est le plus vraisemblablement le fait du stress que subissent les employés. Les psychologues avaient même inventé un nouveau terme et notamment le « burnout » pour désigner ce phénomène. En août dernier, les projecteurs de la presse se sont braqués sur la succursale de « Bank of America ». Son employé allemand débutant Moritz Erhardt avait « bossé » sans discontinuer 3 jours d’affilée et a été finalement découvert mort dans son appartement le jour suivant. La crise financière et le contrôle renforcé du secteur bancaires donnent lieu à un surplus de travail et les employés sont réellement surchargés.

« Les responsables du secteur bancaires sont obligés de travailler durement. En effet, après la crise de 2008, la Banque Centrale Européenne et les autres organes régulateurs, ont renforcé le contrôle du secteur bancaire dans son ensemble et les employés ont été obligés de travailler beaucoup plus et dans un cadre plus strict. »

C’est notamment le cas des monstres des finances comme JPMorgan qui tient le premier rang pour le nombre de top managers ayant mis fin à leurs jours. Voici le commentaire de Vassili Solodkov, directeur de l’Institut bancaire du Haut collège d’économie :

« La banque était obligée de verser d’importants dédommagements parce que ses gérants donnaient de mauvaises recommandations. C’est en réalité une responsabilité écrasante parce que les portefeuilles dépendent des prévisions et si le client perd son argent, cela se répercute en premier lieu sur le gérant de portefeuille et sur la banque dans son ensemble. »

L’histoire connaît déjà des exemples des suicides en masse parmi les banquiers. La dernière fois, c’était à l’époque de la Grande Dépression. Will Rodgers, journaliste et comique qui était témoin de ces événements, les décrit en ces termes : « Lorsque Wall Street s’est affolé, il fallait prendre une place dans la queue pour sauter par la fenêtre et les profiteurs vendaient des places dans l’East River ». Gerald Celente, journaliste et prévisionniste, fait remarquer à son tour qu’on ne peut pas manipuler les marchés à l’insu du top management qui sait forcément ce qui se passe et les risques qu’il prend. La situation actuelle dans l’économie européenne est commentée par Vassili Solodkov :

« L’inflation peut se muer en déflation et en ralentissement de la croissance économique. Lorsque survient la récession, les débiteurs ne peuvent plus payer les créances ou font tout pour l’éviter. La BCE s’efforce de contrecarrer cette évolution à coups d’assouplissements quantitatifs. »

On pense généralement que la crise financière globale était à son pic en 2008 et que les pays essaient maintenant d’en maîtriser les conséquences. Alors pourquoi, les banquiers sont-ils poussés au désespoir maintenant? Gerald Celente estime qu’en 2008, les gens croyaient encore que les événements économiques étaient, certes, désagréables mais normaux. Ils ne savaient rien des spéculations auxquelles se livrait en réalité le secteur bancaire. Bruxelles, l’Allemagne, la Grande Bretagne et les États-Unis analysent maintenant ce qui se passe et découvrent pas mal de faits accablants. Quant à ceux qui savaient trop ou étaient même impliqués dans les sales combines bancaires, ils sont réduits à sauter par la fenêtre.

 

La Voix de la Russie

 

Source: http://fr.ria.ru/discussion/20140428/201082207.html

Repost 0
29 avril 2014 2 29 /04 /avril /2014 21:34

 

Au lieu d'une aide russe de 15 milliards, Kiev recevra quelques misérables dizaines de millions de dollars USD... La démocratie en Ukraine est à ce prix !

 

 

http://fr.ria.ru/images/20109/55/201095556.jpg

Les visées de Washington sur l’Ukraine

 

15:05 29/04/2014

Par Ilia Kharlamov, La Voix de la Russie – RIA Novosti

 

La secrétaire d'Etat américaine (Victoria Nuland NdCR.) adjointe chargée de l'Europe a fait un nouvel aveu dans une interview accordée à la chaîne de télévision CNN : depuis 1991 les Etats-Unis ont investi dans l'Ukraine 5 milliards de dollars.

La somme a été dépensée à titre d'aide au développement de la démocratie à ce pays qui se trouve, suite à des injections financières si importantes, au bord de la désintégration et de la ruine économique et politique totale.

Mme Nuland a tenu à souligné que les Etats-Unis n'avaient pas débloqué ces capitaux pour soutenir le Maïdan qui, selon elle, était un mouvement spontané d'une population lasse de la corruption et de l'arbitraire des autorités. Cependant il est notoire que des fonds octroyés par des sources étrangères, américaines comprises, ont fonctionné en Ukraine pendant des décennies. Les buts proclamés étaient nobles, mais en réalité leur objectif réel était on en peut plus concret : éloigner au maximum Kiev de Moscou et brancher les élites politiques et l'opinion publique ukrainiennes contre la Russie. Il n'était question d'aucuns investissements dans le développement économique ou dans les réformes de la science, de l'industrie et de l'agriculture.

Washington ne parvenait pas à accepter que l'Ukraine devienne un pont entre la Russie et l'Europe et reste un Etat ami et partenaire de son voisin oriental. Il ne fallait pas l'admettre. Ainsi les Américains n'ont pas lésiné sur les moyens pour créer un nouveau foyer d'instabilité près des frontières de la Russie. Le politologue Bogdan Bezpalko a noté à ce propos :  

« Les Américains utilisent le plus souvent le mot démocratie à des fins de spéculations et ils l'interprètent d'une façon très originale. Ils ont toujours conduit au pouvoir les forces qui les arrangeaient. Au Chili ce fut Pinochet et au Cambodge, Pol Pot, parce que ces personnages et leurs partis procuraient des avantages aux Etats-Unis. »

Aujourd'hui les autorités illégitimes de Kiev exécutent volontiers le rôle des fantoches de la Maison Blanche. Ce n'est pas un hasard si le début de « l’opération anti-terroriste » dans l'est ukrainien a été annoncé aussitôt après la visite à Kiev du chef de la CIA, et relancée aussitôt après la trêve de Pâques, aussitôt terminé le séjour dans la capitale ukrainienne du vice-président des Etats-Unis. Cela ressemble beaucoup à l'exécution d’instructions concrètes. Dans ce contexte, de quelle indépendance des chefs du Maïdan peut-il être question ?
L'expert de l'Institut de l'histoire russe Andreï Martchoukov est convaincu que les Américains n'ont pas dépensé en vain ces 5 milliards de dollars.

« Cet argent a été investi dans un coup d'Etat en Ukraine pour la placer entièrement sous contrôle, la transformer en un territoire dépendant et en tête de pont d'une nouvelle offensive contre la Russie. De ce point de vue, l'investissement est rentable. Le processus n'est pas d'ailleurs achevé et on ne voit pas à quoi il aboutira. »

Mais la chose la plus paradoxale et désagréable pour les Ukrainiens est dans le fait que les investissements américains dans l'Ukraine se soient épuisés. Au lieu d'une assistance géante d'un montant de 15 milliards débloquée par la Russie, Kiev recevra quelques pitoyables dizaines de millions. Les responsables américains annoncent haut et fort ces sommes misérables pour un pays peuplé de 48 millions d'habitants. En plus, ils promettent à l'Ukraine des technologies d'économie d'énergie qui permettront de diminuer la dépendance énergétique vis-à-vis de la.Russie. Bref, tout porte à croire que la faillite devient inévitable dans ce pays. Celle-ci servira évidemment de prétexte pour un nouveau Maïdan qui est devenu un état permanent pour la société ukrainienne.

La Voix de la Russie

 

 

Source: http://fr.ria.ru/discussion/20140429/201094410.html

 

 

. L'Anschluss était dans Mein Kampf, le contrôle de l'Ukraine est dans "Le Grand Echiquier" (R. Chamagne)

. En Ukraine, Washington réunit les conditions pour un bain de sang (expert)

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Russie
commenter cet article
29 avril 2014 2 29 /04 /avril /2014 19:47

Dans un entretien à La Provence dimanche, le prince Louis de Bourbon se dit "prêt à servir la France". Il défend un modèle d'Etat minime : "un contrôle minime mais efficace exercé par le minimum d'État qu'est la royauté" et montre un intérêt pour le "système de protection sociale (de la France) que Saint Louis aurait sûrement soutenu". Une royauté "construite sur du réel, c'est-à-dire, au départ, une famille, des fiefs, des communes, des artisans, des commerçants, des entrepreneurs, etc. Tout un tissu social travaillant chacun pour soi et pour le bien de tous". Un système qui "donnait ainsi beaucoup de libertés aux individus".

 

Louis-XX.jpg

 

Louis de Bourbon : "Je suis prêt à servir la France"


 

Marseille / Publié le Dimanche 27/04/2014 à 05H17

 

L'héritier du trône de France était à Aigues-Mortes pour célébrer Saint Louis

 

Si la France était encore une monarchie, le prince Louis de Bourbon, duc d'Anjou, serait notre souverain sous le nom de Louis XX. Le prince, qui s'est rendu vendredi à Aigues-Mortes pour commémorer le 800e anniversaire de la naissance de Saint Louis, a accepté de répondre aux questions de La Provence.

Monseigneur, vous vous êtes rendu, vendredi, à Aigues-Mortes pour commémorer le 800e anniversaire de la naissance de Saint Louis. Que représente ce roi, majeur dans notre histoire, pour vous ? Et pourquoi célébrer sa naissance, qui est aussi le jour de votre quarantième anniversaire, à Aigues-Mortes ?
Louis de Bourbon : C'est vrai que la concordance des dates et des prénoms est amusante : Saint Louis est né le 25 avril 1214, je suis né 760 ans plus tard et nos épouses se prénomment Marguerite... Mais plus sérieusement, oui, il m'a paru important de venir à Aigues-Mortes à l'occasion du 800e anniversaire de Saint Louis. J'ai accepté cette invitation des autorités civiles et religieuses car honorer ce saint roi, bon époux et bon père de famille, est tout un symbole. Il fonda cette cité en 1240, ouvrant à la France une porte sur la Méditerranée qui ne s'est jamais refermée depuis. Roi réformateur, bâtisseur, juste, il était très aimé car il avait grand souci du faible. Tout cela est présent à Aigues-Mortes, mais j'irai cette année dans d'autres lieux, tant en France qu'à l'étranger, à commencer par le Grau-du-Roi pour la restauration d'un reliquaire.

Alors que notre pays semble de plus en plus divisé, quel serait, selon vous, l'intérêt d'une restauration de la monarchie ?
Louis de Bourbon : L'avantage de la royauté, c'est précisément de faire l'union. D'ailleurs, ce fut tout au long de l'Histoire le leitmotiv de nos rois : unir, rassembler, lutter contre les intérêts particuliers au profit de l'intérêt général. Un roi, par nature, est au-dessus de tous les partis. Il est au service de tous. Au service de son pays et c'est naturellement qu'il mettra tout en oeuvre pour le transmettre à son successeur en bonne santé. C'est la concordance commune d'intérêts qui est l'un des secrets de la réussite du système, et cela est unique et irremplaçable.

Peut-on encore concilier modernité et monarchie, notamment en ce qui concerne les problèmes de société ?
Louis de Bourbon : Déjà, on peut constater que des monarchies existent en Europe et, en général, les pays concernés révèlent une adaptation plus dynamique, tant sur le plan social qu'économique. La France est très attachée à son système de protection sociale que Saint Louis aurait sûrement soutenu, lui qui, à l'époque, créait les grands hôpitaux et les premiers fonds de retraite pour les soldats. Mais pour garder cette protection, il faut être vigilant et lucide. Rien n'est pire que l'utopie. La royauté, elle, s'est construite sur du réel, c'est-à-dire, au départ, une famille, des fiefs, des communes, des artisans, des commerçants, des entrepreneurs, etc. Tout un tissu social travaillant chacun pour soi et pour le bien de tous, grâce à un contrôle minime mais efficace exercé par le minimum d'État qu'est la royauté. Ce système donnait ainsi beaucoup de libertés aux individus. Où en sommes-nous avec les libertés ?

Dans la France actuelle, quel rôle entendez-vous jouer ?
Louis de Bourbon : Un rôle à la fois discret et concret. Les autorités, tant civiles que religieuses, qui m'ont invité savent très bien qui je suis et c'est bien en tant qu'aîné de la Maison de Bourbon, descendant direct de Saint Louis, que je suis venu à Aigues-Mortes. Les choses sont claires et je suis très heureux de pouvoir incarner cet attachement profond des Français à leur Histoire. Chaque année, le programme des Célébrations nationales présente beaucoup d'occasions d'évoquer ce lien si particulier qui existait entre le Roi et son peuple, un lien à la fois charnel et spirituel, là encore quelque chose d'irremplaçable. Que vous dire d'autre ? J'existe, je suis là et si je peux un jour oeuvrer plus concrètement pour la France, je prendrai mes responsabilités. J'ai aujourd'hui 40 ans, trois enfants, une vie active, je sens bien que ma génération et celle qui suit attendent un changement profond et pacifique.

 

Source: http://www.laprovence.com/article/edition-marseille/2855596/louis-de-bourbon-je-suis-pret-a-servir-la-france.html

 

 

 

. Les avantages de la monarchie

. La constitution de la France monarchique

. Le rêve égalitaire et libéral, racines du mal totalitaire détruisant le réel : les princes des nuées ou l'"art royal"

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Royalisme
commenter cet article
29 avril 2014 2 29 /04 /avril /2014 08:41

Lourdes.jpgUn tremblement de terre d'une magnitude de 4,7 a eu lieu ce matin à Lourdes (Hautes-Pyrénées) à 9h03.

 

Deux secousses sismiques ont été ressenties ce mardi matin dans le secteur de Lourdes et d’Argelès-Gazost. La première, à 9h03, d’une magnitude de 4,7 sur l’échelle de Richter,

Le séisme a été été suivi d’une réplique à 9h07, plus faible d’intensité, mais qui quand même affiché une magnitude de 4,4. Argelès-Gazost et le secteur allant vers le Val d’Azun ont été privés d’électricité. 

Argelès-Gazost et le secteur allant vers le Val d’Azun ont été privés d’électricité. La secousse a été ressentie jusqu’à Toulouse ce matin.

 

Au cours des 15 dernières années, 12 tremblements de terre de magnitude supérieure à 4 sur l'échelle de Richter ont été dénombrés dans les Hautes-Pyrénées.

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Société
commenter cet article
27 avril 2014 7 27 /04 /avril /2014 17:02

 

http://resize.over-blog.com/120x90-cz5t-ffffff.jpg?~aHR0cDovL2ltZy5vdmVyLWJsb2cuY29tLzI5NngzMzkvMC81MS85OS80OS9Kb3VyLWRlLWNvbGVyZS0yMDE0L01hbnVlbC1WYWxscy0tTGEtRGljdGF0dXJlLWMtZXN0LW1haW50ZW5hbnQuanBnManuel Valls hué à Rome pendant la double canonisation

 

Le premier ministre était en déplacement au Vatican dimanche pour représenter la France. Des pèlerins français ont sifflé son image lorsqu'elle apparaissait sur des écrans géants.

 

Par deux fois, certains parmi les milliers de catholiques français présents au Vatican (le centre pastoral d'accueil parle d'au moins 15.000) ont hué le premier ministre lorsque son image est apparue sur les écrans géants. Les cris ont retenti une première fois alors que Manuel Valls s'approchait de la tribune place Farnèse, avant le début de la cérémonie.

 

Source: http://www.lefigaro.fr/politique/le-scan/couacs/2014/04/27/25005-20140427ARTFIG00082-manuel-valls-hue-a-rome-pendant-la-double-canonisation.php

Repost 0
27 avril 2014 7 27 /04 /avril /2014 15:51

South-Stream.jpg

Malgré que la Russie offre aux européens un prix du gaz moins cher que le projet alternatif américain dévastateur pour l'écologie, le Parlement européen a adopté le 17 avril une résolution préconisant  l'arrêt de la construction du gazoduc South Stream. 

La crise en Ukraine masque mal une volonté américaine de détruire l'approvisionnement en gaz de l'Europe par la Russie (Northstream à travers la Baltique pour arriver directement en Allemagne, Southstream par la Mer Noire, la Bulgarie, la Serbie, la Grèce et la Hongrie pour déboucher soit en Italie soit en Autriche).

 

En 2012, un article d'Asia Times traduit par Pepe Escobar montrait que les élites anglo-étatsuniennes étaient encore toute saisies d’épouvante au souvenir du légendaire discours de de Vladimir Poutine en 2007, à Munich, dans lequel le président russe critiqua le gouvernement de George W. Bush pour son projet impérial, obsessionnellement unipolaire, « au moyen d’un système qui n’a rien de commun avec la démocratie » et pour son viol permanent des « frontières nationales presque partout dans le monde ».  Poutine avait rendu publique sa feuille de route. L’essentiel : non à la guerre en Syrie ; non à la guerre en Iran ; non aux « bombardements humanitaires » et aux « révolutions de couleur  », et tout cela intégré dans un nouveau concept : « Instruments illégaux du pouvoir soft ». Pour Poutine, le Nouvel Ordre Mondial conçu par Washington n’a pas d’avenir. Ce qui compte c’est « le principe consacré de la souveraineté des États ».

Mais le coeur de l’affaire c’était l’intégration de l’Eurasie. Les atlantistes en furent fous de rage lorsqu’il investit toutes ses forces dans la coordination d’une « puissante union supranationale » qui pourra «devenir un des pôles du monde actuel et un lien efficient entre l’Europe et la dynamique zone Asie-Pacifique ». La feuille de route opposée ce fut la doctrine « Cap vers le Pacifique  » d’Obama et d’Hillary. Poutine pariait sur le Gazoduquistan. Il a pris la tête, presque en solitaire, de la résurrection de la Russie en tant que mégagrande puissance énergétique (le pétrole et le gaz représentent les deux tiers des exportations de la Russie, la moitié du budget fédéral et 20 % de son PIB). Même si la Russie représente au moins 30 % des approvisionnements mondiaux de gaz, sa production de gaz naturel liquide (GNL) représente moins de 5 % du marché mondial. La Russie ne se situe même pas parmi les dix premiers producteurs mondiaux. Poutine fera aussi tout pour consolider le gazoduc South Stream qui peut finir par coûter 22 milliards de dollars (l’accord des actionnaires est déjà signé entre la Russie, l’Allemagne, la France et l’Italie. Si South Stream l’emportait, son concurrent, le gazoduc Nabucco, serait « mis échec et mat »; importante victoire russe contre la pression de Washington et contre les bureaucrates de Bruxelles.

En 2012, après l’interminable diabolisation de Poutine et la myriade de tentatives de délégitimiser les élections présidentielles en Russie, certains secteurs très puissants des élites washingtoniennes et angloétatsuniennes étaient fous de rage. Ils savaient que Poutine serait un négociateur extrêmement coriace sur tous les fronts. Ils savaient que Moscou appliquerait une coordination de plus en plus étroite avec la Chine : pour éliminer les bases militaires permanentes de l’OTAN en Afghanistan, pour soutenir l’autonomie stratégique du Pakistan, pour s’opposer au bouclier antimissiles, pour s’assurer qu’il n’y aurait pas d’agression contre l’Iran.

 

Dans le contexte actuel de la crise en Ukraine, le Parlement européen a adopté jeudi 17 avril une résolution préconisant l'arrêt de la construction du gazoduc South Stream. La Bulgarie, très dépendante du gaz russe a vivement protesté en indiquant qu'un projet «stratégique prioritaire» ne devait pas être «sacrifié pour des raisons politiques»... Vendredi 4 avril, le parlement bulgare a même dopté en première lecture un projet de loi permettant de soustraire partiellement le gazoduc South Stream à l'application des normes du Troisième paquet énergie de l'UE sur son territoire national. 

 


Une éventuelle suspension par l'Union européenne du projet de gazoduc South Stream, destiné à distribuer du gaz russe à l'Europe en contournant l'Ukraine, ne va pas affecter sa mise en oeuvre, a déclaré vendredi 18 avril le ministre russe de l'Energie Alexander Novak.


Ukraine: les eurodéputés proposent l'arrêt du projet South Stream

 

... South Stream. Ce gazoduc doit assurer à partir de 2015 l’approvisionnement des Européens en contournant l’Ukraine. La moitié des importations européennes en provenance de Russie passe par le territoire ukrainien. Mais les crises énergétiques de 2006 et 2009 entre Moscou et Kiev ont poussé l’Union a trouvé de nouvelles routes du gaz.

Le gazoduc South Stream est l’un des projets majeurs de l’Union européenne pour diversifier ses routes d’approvisionnement en hydrocarbure. L’Europe développe depuis plusieurs années différents plans pour éviter de se retrouver à nouveau dans le costume de la victime collatérale d’une crise énergétique.

Les chiffres résument à eux seuls l’ampleur du projet South Stream. Le gazoduc sera long de 2 400 km, il acheminera le gaz russe vers les pays membres via la mer Noire. Il traversera la Bulgarie, la Hongrie avant de rejoindre l’Autriche. Une fois a plein régime d’ici 2018, South Stream pourra transporter 63 milliards de mètres cube de gaz, soit 15% de la consommation européenne.

L’enjeu énergétique est donc majeur pour l’Union. Mais il est aussi très politique car ce gazoduc est bien souvent l’objet de tensions entre les Vingt-Huit et la Russie. Afin de ne pas dépendre uniquement de l’énergie russe, l’Union a ouvert son « corridor gazier sud-européen » a d’autres projets. Dans les prochaines années, le gazoduc transadriatique livrera ainsi aux Etats membres du gaz en provenance d’Azerbaïdjan.

Cette solution alternative déplaît à la Russie. Mais cette concurrence n’est pas encore effective. La première pierre de ce transadriatique n’est même pas encore posée. 

 

http://scd.rfi.fr/sites/images.rfi.fr/files/aef_image/344Projet_Pipeline_South_stream_et_Nabucco_0.png

 

Tracés des gazoducs via l'Europe du Sud : South Stream en bleu et Nabucco en rouge, ce dernier a été abandonné. Wikipédia

 

Le consortium South Stream regroupe, outre le géant gazier russe Gazprom, l'Allemand Wintershall, filiale de BASF, l'Italien ENI et le Français EDF.

 

Source: http://www.rfi.fr/europe/20140418-ukraine-eurodeputes-proposent-arret-projet-gazoduc-south-stream-russie-union-europeenne/

 

South Stream doit relier la Russie à la Bulgarie via la mer Noire en contournant l'Ukraine, principal pays de transit du gaz russe, avant de poursuivre vers la Grèce et l'Italie, la Serbie, la Hongrie, la Slovénie et l'Autriche.

 

Source: http://www.romandie.com/news/Une-suspension-par-lUE-du-projet-de-gazoduc-South-Stream-naffectera-pas-sa-mise-en-oeuvre_RP/469522.rom

 

La Russie assure un tiers de tous les hydrocarbures indispensables à l’UE, et Bruxelles ne va pas creuser sa propre tombe, sont persuadés les experts.

 

Source: http://french.ruvr.ru/2014_03_11/L-UE-cherche-de-nouvelles-sanctions-a-imposer-a-la-Russie-8459/

 

Sur fond d’échec du projet Nabucco et de l’accroissement des livraisons de gaz naturel russe les experts annoncent un affermissement des positions du consortium russe Gazprom sur le marché européen et de bonnes perspectives pour le géant gazier.


Source: http://french.ruvr.ru/news/2014_02_26/Le-projet-South-Stream-se-trouve-dans-sa-phase-active-2454/

 

Pendant que le Parlement européen adopte une résolution préconisant l'arrêt de la construction du gazoduc South Stream,  la Grande-Bretagne envisage les achats directs du gaz russe... (26 mars 2014)

 

Gaz-russe.jpg

Gazprom devait achever en 2013 les négociations sur la réduction des prix du gaz avec le groupe français GDF. Malheureusement pour les Français, ces baisses de prix du gaz ne semblent toujours pas à l'ordre du jour.

 

L’Hexagone tourne plutôt au gaz norvégien et algérien. Gaz algérien que la France paye d’ailleurs très cher en raison des contrats passés avec l'Algérie et entre l'Algérie et les Etats-Unis qui lui sont très peu favorables... Le groupe algérien Sonatrach, lié à Gaz de France par 4 contrats de vente/achat portant sur un volume global de 10,24 Gm3/an, est un fournisseur important pour Gaz de France, puisque le gaz algérien représente environ 25% de ses approvisionnements en gaz. Les exportations algériennes représentent 10% de la consommation en gaz de l'Europe. Le dernier contrat en date signé en 2013 entre l'Algérie et les Etats-Unis, entre la compagnie algérienne Sonelgaz et le groupe américain General Electric (GE), prévoit que les deux groupes réaliseront en partenariat un complexe industriel de fabrication de turbines à gaz en Algérie pour un investissement de 200 millions de dollars. Le gaz coûte aujourd’hui 2,5$/MBtu aux USA, et les Etats-Unis paye leur gaz six fois moins cher que la vieille Europe où le produit fossile est indexé majoritairement sur les cours du pétrole, cette indexation étant de plus en plus remise en cause. 


Ainsi, l’Italie et l’Espagne qui importent chacun un tiers de leur gaz depuis l’Algérie, cherchaient en 2013 à réorienter leur approvisionnement en gaz vers de nouvelles sources, dont le niveau des prix est plus approprié à leur économie en crise.


En 2009, les USA, qui étaient jusqu’ici grand importateur de gaz, ont devancé les plus grands producteurs de gaz, à l’instar de la Russie, grâce à la «révolution» que représente le gaz non conventionnel, un gaz emprisonné dans la roche qu’on appelle aussi le «gaz de schistes», dont l'exploitation développée aux Etats-Unis permet d’exploiter un nouveau genre de gaz qu’on trouve dans des couches rocheuses qu’on peut extraire moyennant une technologie se basant sur le fractionnement de la roche en utilisant beaucoup d’eau. Les USA, qui étaient un marché important pour les pays exportateurs de gaz, sont aujourd’hui un important pays exportateur de gaz qui a devancé en 2009 la Russie en termes de production, grâce à ce gaz non conventionnel.


http://cdn.ruvr.ru/2014/03/26/1502471247/9s_nadejdoi.jpgMercredi 26 mars, Obama a déclaré à l'issue du sommet USA-UE que les autorités américaines étaient disposées à autoriser les exportations du gaz naturel en quantités suffisant à satisfaire les besoins quotidiens de l'Europe.  Pour ce faire les Etats-Unis et l'Europe devraient dépenser des dizaines de milliards de dollars (contre 22 à 25 milliards de dollars pour South Stream). Pour les Etats-Unis il faudrait construire une infrastructure et une flotte pour acheminer le gaz liquéfié en Europe, tandis que cette dernière devrait créer une infrastructure pour acceuiller les navires et le gaz liquéfié. Si les Etats-Unis et l'Europe acceptent ces dépenses, le prix du gaz américain sera au moins comparable, voire supérieur, à celui du gaz russe.


Energie bon marché contre pollution prolongée : aux Etats-Unis, le dilemme relatif à l’exploitation des gaz et pétrole de schiste n’a tourmenté ni les industriels ni les pouvoirs publics. Extraites par fracturation hydraulique (injection sous pression d’un mélange d’eau, de sable et de détergents destinés à fissurer la roche pour en chasser le gaz), grâce à la technique du forage horizontal (qui permet de fouailler plus longuement la couche géologique voulue), ces ressources ne s’obtiennent qu’au prix d’une pollution massive de l’environnement. Mais leur exploitation aux Etats-Unis a entraîné la création de plusieurs centaines de milliers d’emplois et offre l’avantage d’une énergie abondante et bon marché. 

 

 Vladimir Poutine se rendra en mai à Pékin, avec les représentants de grands conglomérats industriels, tel que Gazprom, Rosneft, Novatek et Rusal, pour la signature de contrats énergétiques portant non seulement sur la fourniture de gaz, par oléoducs terrestres, de pétrole par mer, mais également sur l’exploitations de gisements à Sakhaline et en Sibérie orientale. Conjointement à ces contrats, sera étudiée, la coopération russo-chinoise dans l'industrie houillère, en particulier sur l'exploitation conjointe de gisements de houille, sur les travaux de sous-traitance, les livraisons d'équipements, la construction de centrales électriques à proximité des mines de charbon et la possibilité de fournitures supplémentaires d'électricité à la Chine, via des lignes à haute tension. La Russie et la Chine ont également convenu d'accélérer la construction d'une raffinerie et d'une usine pétrochimique à Tianjin. Le message est clair : la Chine a les moyens et les besoins de s’offrir la quasi-totalité de la production énergétique russe actuelle… Pourquoi la Russie continuerait-elle à fournir en gaz, des pays qui lui crachent systématiquement dans la main qu’elle leur tend ?


Mardi 22 avril, se posant en fournisseur incontournable de l'UE, Gazprom a déclaré envisager d'étendre à l'Autriche son gazoduc South Stream. "Nous avons accepté la proposition du côté autrichien d'explorer les possibilités de construire un gazoduc en Autriche", a indiqué Gazprom dans un communiqué. "Gazprom augmentera ses exportations de gaz vers l'Europe, y compris grâce aux projets Nord Stream et South Stream, ainsi qu'à la réalisation des projets de gaz naturel liquéfié en mer Baltique et dans l'Extrême-Orient. Cela permettra de satisfaire la demande accrue de gaz en Europe et de livrer des volumes de gaz supplémentaires au marché de la région Asie-Pacifique", a indiqué le groupe dans ce communiqué.

 

 

 

 

. Gaz russe: des prix bientôt réduits pour Gaz de France (3 septembre 2013)

. Pour comprendre la problématique ukrainienne, suivez le gazoduc

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Economie
commenter cet article
26 avril 2014 6 26 /04 /avril /2014 13:33

Top U.S. Diplomat: Russia Has Betrayed the “New World Order”

 

Traduction Christ-Roi

 

 

Haut diplomate américain : la Russie a trahi le "Nouvel Ordre Mondial "

Le refus de Moscou d'acquiescer à l'OTAN sur l'Ukraine signale nouvelle guerre froide

Paul Joseph Watson
Infowars.com
25 avril 2014

http://static.prisonplanet.com/p/images/april2014/250414putin.jpgLe haut diplomate Christopher R. Hill déclare que la réponse de la Russie sur la crise ukrainienne signifie que Moscou a trahi le "nouvel ordre mondial" dont il a fait partie ces 25 dernières années.

Dans un papier pour l'influente publication Project Syndicate, Hill, un ancien ambassadeur américain en Irak et en Corée, écrit que l'annexion par la Russie de la Crimée est une "campagne d'intimidation" contre Kiev qui a mis fin à une période historique de 25 ans, accusant Moscou de s'engager dans la "régression, la récidive, et le revanchisme".

 

La définition par Hill du "nouvel ordre mondial" est la participation post-glasnost de la Russie dans "les institutions occidentales, une économie de marché, et une démocratie parlementaire multipartite."

"Ce nouvel ordre mondial qui s'est tenu près de 25 ans. Sauf pour une brève guerre de la Russie contre la Géorgie en août 2008 (un conflit généralement considéré comme créé à l'instigation de dirigeants géorgiens téméraires), l'acquiescement et l'engagement de la Russie pour le "nouvel ordre mondial", quoique problématique, fut l'une des grandes réalisations de l'après-guerre froide", écrit Hill.

 

Hill, qui est un conseiller à la Albright Stonebridge Group, une "société de la stratégie globale" avec des tentacules profonde au sein de la Maison Blanche et le Département d'Etat, continue d'accuser Moscou de faire revivre les jours de l'empire soviétique, ajoutant que "la Russie ... . ne semble plus intéressée par ce que l'Occident a offert ces 25 dernières années: un statut spécial avec l'OTAN, une relation privilégiée avec l'Union européenne, et le partenariat dans les efforts diplomatiques internationaux".

 

Arguant que les sanctions occidentales sont peu susceptibles d'avoir un impact, Hill affirme que l'OTAN doit se préparer sur le long-terme, avertissant que la Russie "cherchera à faire des ennuis similaires chez les anciens alliés soviétiques", invoquant l'invasion allemande de la Pologne en 1939 pour proposer que Moscou puisse lancer une agression contre d'autres nations de l'Europe de l'Est .


L'affirmation de Hill selon laquelle la Russie a tourné le dos au "nouvel ordre mondial" illustre comment Moscou cherche à mener une autre alliance de pays pouvant constituer une menace majeure pour l'avenir unipolaire envisagé par les Etats-Unis et l'OTAN.

 

En d'autres termes, que la Russie le veuille ou non, l'élite de l'Ouest est en train de fabriquer une nouvelle guerre froide et le monde peut pénétrer dans la période la plus dangereuse de son histoire depuis la crise des missiles de Cuba.

 

 Facebook @ https://www.facebook.com/paul.j.watson.71
Paul Joseph Watson Suivre @ https://twitter.com/PrisonPlanet

*********************

Paul Joseph Watson est éditeur et écrivain pour Infowars.com et Prison Planet.com. Il est l'auteur de l'ordre du chaos. Watson est aussi un membre contributeur des Nouvelles d'Infowars Nightly.

Cet article a été publié : vendredi, 25 Avril 2014, au 14h31

 

Source (en anglais): http://www.infowars.com/top-u-s-diplomat-russia-has-betrayed-the-new-world-order/

Repost 0
26 avril 2014 6 26 /04 /avril /2014 12:43

L-engrenage-revolutionnaire.jpg

Assemblée nationale: la balance de la justice

 

"On ne met pas Dieu en discussion avec Satan"

"On ne met pas le bien en discussion avec le mal"

"Deus non irridetur". De Dieu, on ne se moque pas (Saint Paul, Galates VI, 7.)

 

Comment lutter efficacement contre les idées révolutionnaires, la destruction du réel, de la vérité et du bien que l'on rencontre dans les débats de groupe à un contre plusieurs, ou à l'occasion de référendums ? Comment ne pas faire le jeu de l'Adversaire ? Cette question a taraudé la grande éducatrice catholique Luce Quenette* (1904-1977), auteur de L'Education de la Pureté (1974), qui se demandait comment lutter efficacement contre ce qu'elle appelait "l'engrenage révolutionnaire". L'engrenage révolutionnaire peut être défini comme un mécanisme tendant à faire accepter la règle du jeu révolutionnaire qui met en balance, dans une discussion, dans un débat de groupe, le bien et le mal, Dieu et Satan. Peu importe le fonds des idées, la qualité des arguments..., seul compte la participation au jeu (débat ou référendum), qui aboutit à l'acceptation subliminale des idées révolutionnaires, pour peu que l'unique défenseur de la vérité soit maladroit, ou par le seul fait que la question antichrétienne soit soumise au vote.

Cette grande éducatrice, en avance sur son temps, avait déjà compris que la Révolution fonctionnait comme une machine: "Les idées n'importent plus, mais le mécanisme de la machine." Cf. Principe du moteur de la Révolution.

 

Luce-Quenette--1904-1977-.jpgComment lutter efficacement contre l'engrenage révolutionnaire (Luce Quenette)

 

«La révolution est un tout intrinsèquement pervers, c'est un engrenage "impardonnable", une destruction du réel sans rémission. De même que l'esprit chrétien peut habiter tout entier dans la plus humble des actions, ainsi tout l'esprit de la subversion habite dans la plus insignifiante en apparence de ses démarches» (Luce Quenette)

 

«- Le but de la technique révolutionnaire ce n'est pas de convaincre, c'est de faire accepter la règle du jeu c'est-à-dire le moyen.

 

Le but n'est pas de nier, ni d'affirmer, mais de former, dans les esprits, la conviction que tout ce qui se dit n'est et ne peut être que l'opinion de l'individu qui s'exprime.

 

Le contenu de la discussion, le sujet qu'on traitera dans la réunion à laquelle on vous invite est superflu. Ce n'est pas le fond qui importe, c'est la forme qu'on va lui donner devant vous, qu'on veut que vous acceptiez par votre seule présence, même si vous ne dites pas un mot. Les idées n'importent plus, mais le mécanisme de la machine.

 

Dans cette réunion à laquelle le vicaire vous invite avec tant de gentillesse et d'insistance, on va vous demander votre avis, à vous intégriste au même titre exactement qu'on le demande au progressiste, à l'athée, au communiste également invités. Acceptez : c'est tout, vous êtes dans l'engrenage. Vous avez accepté que la vérité soit l'objet d'une information. La communauté va décider de ce qu'il faut croire pour le moment. Vous êtes entré dans le processus révolutionnaire et avec plus d'efficacité que le camarade communiste, votre voisin, justement parce que vous êtes affiché intégriste, anticommuniste. Vous jouez le rôle nécessaire d'excitant de la technique de groupe, à titre d'opposant. Vous cristallisez la majorité ou la diversité contre quelque chose. C'est ce quelque chose de réel que vous prétendez représenter qui assaisonne la fade dilution des opinions individuelles.

Résultat : donner à l'auditoire l'impression que la volonté communautaire "se dégage" = authentique fruit révolutionnaire. Le dialogue a dilué - la vérité n'a plus de définition.

 

L'absence!

 

User des moyens de la révolution, c'est déjà lui appartenir.

 

[L]a révolution ne demande pas autre chose de ses opposants que de "lui faire la politesse, la gentillesse, voire la charité, de venir contester contre elle". C'est que l'opposition à l'intérieur de son terrain est vivifiante pour la révolution. Je vous invite chez moi : rite vital, obligatoire de la révolution.

 

L'absence est-elle donc un devoir du contre-révolutionnaire ?

 

L'absence n'est pas tout le devoir - mais elle est le premier devoir. La technique révolutionnaire dite technique de groupe (voir les "techniques de communications"... NdCR.) ne redoute rien autant que l'absence systématique:

 

1) celui qui n'est pas là, systématiquement, quelles que soient les avances qui lui sont faites est l'opposant puissant, par le seul système de son absence.

 

2) Il est à craindre qu'il soit ailleurs où il fait autre chose.

 

L'absence et l'autre chose leur sont insupportables. Pas l'opposition...

 

Le silence [valable pour un référendum, voire un sondage. NdCR.]

 

Un dicton dit que "la parole est d'argent, le silence est d'or".

 

Contre le démon & la Révolution, il faut briser & rompre tout dialogue par l'absence comme on vient de le dire, ou si l'on ne peut s'absenter, par le silence.

 

Le lecteur peut méditer la signification des silences de Notre Seigneur Jésus-Christ tout au long de Sa Passion, et leur importance.» (Luce Quenette)

 

Source: tiré d'un texte sur internet de Luce Quenette, qui n'est plus en ligne.

 

Mais si on s'abstient lors d'un "débat" ou lors d'un référendum, cela n'empêche pas d'agir. Au contraire, une action efficace vaut mieux qu'un long discours.

 

Ex1: un catholique traditionaliste qui continue d'aller à sa messe "intégriste" vilipendée par les médias, et qui ne cherche pas à débattre.

Ex2: L'Eglise qui continue de prôner la culture de vie contre la culture de mort en dépit des invitations à débattre des médias officiels.

Ex3: Un défenseur du mariage naturel et des enfants qui retire ses enfants lors du Jour de retrait de l'école pour l'interdiction de la théorie du genre à l'école, en dépit des menaces de la directice et des exhortations au débat.

 

 

* Luce Quenette consacra toute sa vie à l’éducation chrétienne des enfants et des jeunes gens. Elle est née en 1904 à Saint-Etienne dans une famille à la Foi solide et profonde. Après de sérieuses études à la faculté catholique de Lyon en 1928, elle se donne avec un dévouement inlassable à l’instruction libre catholique jusqu'à sa mort en 1977.

Deux écoles sont aujourd’hui les témoins de son action : l’école la Péraudière à Montrottier dans le Rhône et l’école Sainte-Anne de la Providence à Saint Franc en Savoie.
Luce Quenette a fourni de nombreux écrits sur des sujets d’éducation et de religion, soit pour la revue Itinéraires, soit pour la revue de liaison avec les parents d’élèves, la Lettre de la Péraudière. Source: http://www.peraudiere.com/

 

 

. Le rêve égalitaire et libéral, racines du mal totalitaire détruisant le réel : les princes des nuées ou l'"art royal"

. Principe du moteur de la Révolution, la machine révolutionnaire

Repost 0
25 avril 2014 5 25 /04 /avril /2014 22:48

 

 

Nouvelle hausse du chômage en mars

 

Le Figaro Publié le 25/04/2014 à 18:01

 

En mars, le nombre de chômeurs inscrits en catégorie A à Pôle emploi a augmenté de 1600 personnes. Au total à fin mars, le nombre d'inscrits s'est accru en moyenne de 14.000 personnes par mois, soit un rythme supérieur à celui du quatrième trimestre (+5000) et du troisième trimestre (+7900).

 

En mars, le nombre de chômeurs inscrits en catégorie A à Pôle emploi (ceux qui n'ont exercé aucune activité) a augmenté de 1600 personnes, d'après les données publiées ce vendredi par le ministère du Travail. Soit une quasi-stabilisation. Mais cette dernière intervient après un mois de février désastreux (+31.500 inscrits en A) et un mois de janvier médiocre (+8900). Au total donc, le nombre d'inscrits en A s'est accru en moyenne de 14.000 personnes par mois au premier trimestre 2014. Soit un rythme supérieur à celui du quatrième (+5000) et du troisième trimestre 2013 (+7900).

 

En prenant en compte les chômeurs ayant exercé des petits boulots, inscrits en B et C, le constat est identique. Au premier trimestre, le nombre total de chômeurs en A, B, C a augmenté de 14.400 personnes en moyenne par mois. En mars, la hausse a d'ailleurs été marquée, atteignant 11.700.

 

Le gouvernement n'a donc pas réussi son pari de réduire le chômage. Ni même de ralentir sa hausse. Pourtant, François Rebsamen, le nouveau ministre du Travail, avait affiché son optimisme jeudi, à la veille de la publication des chiffres de mars. «Je suis sûr que cette année, nous aurons des baisses qui se produiront certains mois. On est sur une tendance baissière», avait affirmé le ministre sur LCI. Et d'assurer que la politique mise en place par Manuel Valls - et notamment le pacte de responsabilité - allait «payer». Dans son communiqué de ce vendredi, le ministre se contente de déclarer que «la mobilisation doit se poursuivre». L'exécutif compte pour cela envoyer un geste fort. Lundi, François Hollande et Manuel Valls, en présence de François Rebsamen, Michel Sapin (Finances) et Arnaud Montebourg (Economie), réuniront les préfets, les sous-préfets e les services de l'emploi. Pas sûr toutefois que cette manifestation ait beaucoup d'effet.

 

En attendant, si le nombre de chômeurs de moins de 25 ans a reculé en mars, celui des plus demandeurs d'emploi de plus de 50 ans a encore progressé. Sur un an, la hausse du chômage des seniors atteint 11,2%. Et celle du chômage de longue durée, 10,6%.

 

Source : http://www.lefigaro.fr/emploi/2014/04/25/09005-20140425ARTFIG00271-nouvelle-hausse-du-chomage-en-mars.php

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Economie
commenter cet article
25 avril 2014 5 25 /04 /avril /2014 17:33

 

http://www.les-crises.fr/wp-content/uploads/2014/04/urkraine-neil-clarck.jpg

25 avr 2014

[Ukraine] Je suis dérouté – quelqu’un pourrait-il m’expliquer ?, par le journaliste britannique Neil Clark

 

Excellent papier de Neil Clark. Ce qui est énorme dans l’affaire ukrainienne, c’est qu’il n’y a pas seulement une propagande à démonter, mais 2 (du même coté), car les mêmes évènements se passent à 2 mois de distance, mais avec 2 gouvernements différents, “le méchant” puis “le gentil”…

 

Neil Clark est chroniqueur pour The Guardian, le Morning Star, le Daily Express et plusieurs autres journaux. Il a publié sur le site de Russia Today un article sur les doubles standards et les contradictions de la position occidentale sur l’Ukraine. Au moment où ils soutiennent Maïdan, les politiciens occidentaux ne jugent pas dignes d’attention les mouvements de protestation en Europe, et l’invasion sanguinaire en Irak, selon eux, est plus démocratique que le référendum de Crimée.

 

Je suis dérouté. Il y a quelques semaines, on nous disait en Occident que les gens qui occupaient les bâtiments administratifs en Ukraine – c’était bien. Ces gens, nous disaient nos leaders politiques et observateurs médiatiques éminents, « protestent pour la démocratie ».

 

Le gouvernement des États-Unis avait alors mis en garde le pouvoir ukrainien sur l’emploi de la force contre ces « protestataires démocrates » – même alors, comme nous avons pu le voir, que certains d’entre eux étaient des néo-nazis qui jetaient sur la milice des « cocktails Molotov », détruisaient des monuments et incendiaient des bâtiments publics.

 

Aujourd’hui, à peine quelques semaines plus tard, on nous dit qu’à l’inverse, les gens qui occupent des bâtiments administratifs en Ukraine n’ont rien de « protestataires démocrates », mais qu’ils sont des « terroristes » ou des « combattants ».

 

Pourquoi est-ce que prendre le contrôle de bâtiments administratifs était-ce « bien » en janvier et devenu « très mal » en avril ? Pourquoi est-ce que l’emploi de la force contre les protestataires était parfaitement inadmissible en janvier, mais acceptable aujourd’hui ? Je me répète : je suis dérouté. Quelqu’un pourrait-il m’expliquer ?

 

Cet hiver, les manifestants anti-gouvernementaux en Ukraine ont reçu la visite de plusieurs responsables politiques occidentaux éminents, dont le sénateur américain John McCain et la vice-secrétaire d’État américaine Victoria Nuland, qui leur a distribué des biscuits. Au cours de ces dernières semaines, d’importants mouvements de protestation anti-gouvernementale ont secoué de nombreux pays d’Europe de l’ouest. Mais ils n’ont pas bénéficié d’un tel soutien – ni de la part de ces responsables, ni de celle des grands observateurs médiatiques occidentaux. Les protestataires n’ont pas non plus eu droit à des biscuits gratuits offerts par le Département d’État des États-Unis.

 

Si McCain et Nuland aimaient tellement les protestations de rue anti-gouvernementales en Europe et y voyaient une forme authentique de « démocratie », n’auraient-ils pas manifesté leur solidarité aussi aux manifestants de Madrid, Rome, Athènes et Paris ?

 

Je suis dérouté. Quelqu’un pourrait-il m’expliquer ?

 

Il y a quelques semaines, j’ai regardé une interview du secrétaire d’État américain John Kerry. Il annonce : « On ne peut pas impunément envahir un autre pays sous un prétexte inventé, pour défendre ses intérêts propres. » Mais il me semble me souvenir que c’est précisément ainsi qu’ont agi les États-Unis au cours des 20 dernières années.

 

Peut-être ai-je oublié les déclarations sur la possession par l’Irak et l’Iran d’armes de destruction massive ? Peut-être ai-je rêvé, en 2002 et en 2003, que les politiciens et les experts néo-conservateurs prenaient quotidiennement la parole à la télévision pour nous expliquer à nous, bas peuple, que nous devions faire la guerre à l’Irak à cause de la menace que représentait l’arsenal mortel de Saddam ? En quoi est-ce que le vote démocratique en Crimée sur la question du rattachement avec la Russie est-il pire que l’invasion brutale, sanguinaire de l’Irak – invasion qui a fait près d’un million de morts ? Je suis dérouté. Quelqu’un pourrait-il m’expliquer ?

 

En outre, les politiciens et les experts « médiatiques » occidentaux nous ont dit, de l’air le plus sérieux, que le référendum en Crimée était invalide parce qu’il avait été conduit dans des conditions d’« occupation militaire ». Mais je viens de regarder un reportage sur les élections en Afghanistan, qui se déroulent dans des conditions d’occupation militaire. Des personnalités occidentales, telles que le secrétaire général de l’OTAN Anders Fogh Rasmussen, ont fait l’éloge de la tenue de ces élections, les qualifiant de « moment historique pour l’Afghanistan » et d’immense succès de la « démocratie ». Pourquoi le vote en Crimée est-il écarté du compte, alors que les élections en Afghanistan sont exaltées ? Je suis dérouté. Quelqu’un pourrait-il m’expliquer ?

 

La Syrie, aussi, laisse très largement perplexe. On nous a dit et on nous dit que les groupes d’islamistes radicaux représentent une menace contre la paix, la sécurité et notre « image du monde » en Occident. Qu’Al-Qaïda et les autres groupes semblables doivent être anéantis, que nous devons mener contre eux une incessante « guerre contre la terreur ». Et pourtant, en Syrie, nos leaders ont pris le parti de ces groupes radicaux dans leur guerre contre un gouvernement laïc, qui respecte les droits des minorités religieuses, notamment des chrétiens.

 

Quand les bombes d’Al-Qaïda et de leurs alliés explosent en Syrie et tuent des innocents, nos leaders ne le condamnent pas. Ils ne condamnent que le gouvernement syrien laïc, qui lutte contre les islamistes radicaux. Un gouvernement que nos leaders et observateurs médiatiques éminents brûlent de voir renverser.Je suis dérouté. Quelqu’un pourrait-il m’expliquer ?

 

Les droits des gays, encore. On nous dit que la Russie est un pays très mauvais et attardé, parce qu’elle a adopté une loi qui interdit la propagande de l’homosexualité auprès des mineurs. Cependant, nos leaders, qui ont boycotté à cause de cette loi les JO d’hiver de Sotchi, se rendent dans les pays du Golfe persique, où les homosexuels peuvent être internés et même condamnés à mort. Et ils y saluent chaleureusement les dirigeants locaux, sans faire mention des droits des gays.

 

Est-ce que la prison ou la peine de mort pour les gays, ce n’est pas à coup sûr bien pire qu’une loi interdisant la promotion de l’homosexualité auprès des mineurs ? Pourquoi nos leaders, s’ils sont si sincèrement inquiets des droits des homosexuels, attaquent-ils la Russie et non ces pays où les gays sont mis en prison ou condamnés à mort ?Je suis dérouté. Quelqu’un pourrait-il m’expliquer ?

 

On nous dit, dans de très nombreux journaux, que le parti d’extrême-droite hongrois Jobbik est très mauvais. Son ascension provoque la plus vive inquiétude, bien que ce parti ne soit pas représenté au gouvernement et qu’il est peu probable qu’il s’y retrouve. Dans le même temps, en Ukraine, les néonazis et les ultranationalistes occupent des postes dans le nouveau gouvernement, que nos leaders soutiennent avec enthousiasme. En février, les néonazis et les représentants de l’extrême-droite ont joué un rôle clé dans le renversement du gouvernement ukrainien démocratiquement élu, dans la « révolution » que l’Occident a saluée. Pourquoi les ultranationalistes et les groupuscules d’extrême droite sont-ils inadmissibles en Hongrie, mais admissibles en Ukraine ? Je suis dérouté. Quelqu’un pourrait-il m’expliquer ?

 

On nous dit que la Russie est une puissance agressive, impérialiste, et que l’OTAN est soucieux de contrer la « menace » russe. Mais ces jours-ci, j’ai regardé la carte du monde : j’ai vu que la Russie était frontalière d’une multitude d’États entrant dans l’OTAN – une alliance militaire dirigée par les États-Unis, dont les membres, au cours des 15 dernières années, ont bombardé et attaqué de nombreux pays. Mais je n’y ai pas vu un seul pays voisin de l’Amérique, qui ferait partie d’une alliance militaire russe, je n’ai pas vu de bases militaires ou de missiles de la Fédération de Russie dans des pays frontaliers avec les États-Unis ou qui se trouveraient à proximité. Et tout de même, on nous dit que l’« agresseur », c’est la Russie ?

 

Je suis dérouté. Quelqu’un pourrait-il m’expliquer ?

 

Publié le 15 avril 2014.

 

 

 

Source: http://www.les-crises.fr/double-discours-neil-clar/

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Russie
commenter cet article
25 avril 2014 5 25 /04 /avril /2014 15:34

  Kiev force l'armée à participer aux opérations punitives

 

Ukraine: Poutine fustige le recours à l'armée contre les civils

 

15:29 25/04/2014

MOSCOU, 25 avril - RIA Novosti

 

Lors d'un entretien téléphonique tenu vendredi avec la chancelière allemande Angela Merkel, le président russe Vladimir Poutine a vivement condamné les tentatives de Kiev d'utiliser l'armée contre les civils, a annoncé le Kremlin dans un communiqué.

 

"M. Poutine et Mme Merkel ont procédé à un échange de vues sur la situation critique qui prévaut en Ukraine, y compris suite au refus des autorités de Kiev d'appliquer les ententes intervenues le 17 avril à Genève. M. Poutine a vivement condamné les tentatives du régime de Kiev d'utiliser les forces armées contre les civils dans le Sud-Est du pays", lit-on dans le communiqué.

 

... Les autorités ukrainiennes ont lancé une opération militaire contre les manifestants.

 

La confrontation a pris des formes particulièrement violentes à Slaviansk, actuellement contrôlée par les partisans de la fédéralisation.

 

Moscou a qualifié de "très dangereuse" la décision d'utiliser la force armée contre les protestataires. Le président Poutine a déclaré jeudi que la décision du régime actuel à Kiev d'utiliser réellement l'armée à Slaviansk, était un crime très grave contre le peuple ukrainien.

 

Source: http://fr.ria.ru/world/20140425/201069330.html

 

 

Kiev force l'armée à participer aux opérations punitives

 

En dépit des déclarations sur l'état opérationnel de ses unités spéciales, Kiev peut difficilement compter sur la coopération des militaires et des policiers. Le gouvernement force en fait les soldats, dont nombreux sont originaires du sud-est, à combattre contre leurs compatriotes sous peine de poursuites judiciaires pour désobéissance.

Ceux-là mêmes qui ordonnaient à leurs partisans de tirer sur les représentants des forces de l'ordre sur le Maïdan exigent aujourd'hui des policiers d'exécuter leurs ordres criminels. Le Secteur droit, formé par les nationalistes de la Garde nationale qui ont affronté la police en février, est l'unique force sur laquelle s'appuient aujourd’hui les autorités de Kiev. Le gouvernement ukrainien a l'intention d'utiliser ces groupuscules, qui seraient considérés comme terroristes dans de nombreux pays européens, pour procéder à un nettoyage ethnique dans les régions protestataires. Ces opérations spéciales ont déjà été autorisées – les autorités de Dniepropetrovsk offrent officiellement une récompense de 10 000 dollars pour la capture d'individus détenant un passeport russe ou biélorusse.

La correspondance du ministre de l'Intérieur par intérim Arseni Avakov, publiée sur internet par des hackers, met en évidence la coordination dans les actions du Secteur droit et du chef ukrainien des forces de l'ordre. La déclaration de Genève, d'ailleurs signée par le ministre ukrainien des Affaires étrangères, évoquait le désarmement de tous les groupuscules clandestins sur tout le territoire national. Mais au lieu de respecter l'accord de Genève, le leader du Secteur droit Dmitri Iaroch a annoncé la formation du bataillon Donbass, de 800 hommes, pour "pacifier" le sud-est.

"L'armée de Bandera a enfin franchi le Dniepr", a déclaré Dmitri Iaroch (Stepan Bandera était le chef et  idéologue du mouvement nationaliste ukrainien, co-auteur de la Déclaration d’indépendance de l’Ukraine en 1941, ndlr). Le leader du Secteur droit a annoncé son plan lors d'une conférence de presse : "Libérer Donbass des occupants, puis la Crimée". Le gouvernement ukrainien n'a aucune intention de désarmer le Secteur droit. Au contraire, les autorités ukrainiennes ont annoncé avec satisfaction que les combattants de ce mouvement s'étaient déplacés à Dniepropetrovsk pour s'installer dans un bureau à proximité de l'administration régionale. Un centre de recrutement des "patriotes" y a également été installé. Kiev se sert de ces unités punitives pour réprimer les protestations. Le ministère russe des Affaires étrangères (MAE) est persuadé que les combattants du Secteur droit ont participé à la fusillade du poste de contrôle de Slaviansk pendant la nuit de Pâques. En admettant la formation du bataillon Donbass, les autorités ukrainiennes montrent de manière ostentatoire qu’ils refusent de respecter l'accord de Genève.

Le gouvernement ukrainien est prêt à faire couler le sang pour réprimer les protestations, après que Donbass et Lougansk ont refusé d'organiser la présidentielle sur leur territoire. "Comment peut-on participer à une élection qui se déroule chez nos voisins et non chez nous ? Il est impossible dans la situation actuelle d'élire un président qui conviendrait à l'ouest et à l'est du pays", explique Denis Pouchiline, dirigeant de la République populaire autoproclamée de Donetsk. Un référendum est prévu à Donetsk, et peut-être à Lougansk, pour le 11 mai. La question posée à Donbass sera la suivante : "Soutenez-vous l'autonomie étatique de la République populaire de Donetsk ?".

Les autorités ukrainiennes ont envoyé des hélicoptères et des chars pour empêcher ce référendum, dont le résultat est prédéterminé à cause des déclarations belliqueuses de Kiev. "L'armée de Bandera a enfin franchi le Dniepr", a fièrement déclaré Iaroch, leader du Secteur droit. Et ce n'est pas une métaphore : elle a franchi pour tuer.

Dans ce contexte, le président américain Barack Obama menace d'adopter des sanctions contre Moscou si la Russie n'exigeait pas des habitants du sud-est de l'Ukraine de déposer les armes. Mais en dépit des efforts de Washington, la Russie ne prendra pas le parti des assassins.

 

Source: http://fr.ria.ru/presse_russe/20140425/201067477.html

 

 

. Crimée : Kiev autorise les soldats ukrainiens à tirer (19 mars 2014)

. À partir de mai, l'Otan va faire des manoeuvres militaires en Ukraine

. Des morts et des blessés des deux côtés le jour du lancement de l'opération de propagande dimanche 13 avril contre les manifestants d'Ukraine de l'Est qualifiés de « terroristes »

. Des blindés de Kiev entrent à Slaviansk : cinq morts, des journalistes visés

. ZDF - "Le Putsch en Ukraine financé par les USA" - DIE ANSTALT

. Ukraine: Merkel a donné sa bénédiction aux néonazis (députée allemande)

. Ukraine : une guerre civile est "fomentée par des forces obscures" (Ianoukovitch)

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Russie
commenter cet article
25 avril 2014 5 25 /04 /avril /2014 13:08

À l'occasion du 800ème anniversaire de la naissance de Saint Louis, le 25 avril 1214, le Prince Louis de Bourbon, dans un entretien au Figaro du 24 avril 2014, donne un espoir aux Français.

 

Entretien intégral du prince Louis de Bourbon par Stéphane Bern (Le Figaro du 24 avril 2014)

 

Louis de Bourbon : « Le message de Saint-Louis est bien actuel »

Il y a 800 ans, naissait Louis IX. Né le même jour que lui, un 25 avril, son descendant nous parle de l’héritage laissé par celui qui est entré dans l’histoire sous le nom de Saint Louis.

La France va célébrer, ce vendredi, le 800ème anniversaire de la naissance de Louis IX, Saint Louis pour l’histoire. Un timbre commémoratif, une exposition à Poissy, où il est né le 25 avril 1214, des concerts à la Sainte-Chapelle de Paris vont accompagner cet évènement. Tandis que le prince Jean de France, duc de Vendôme, rendra un hommage à la chapelle Saint-Louis de Dreux, nécropole de la famille d’Orléans, le prince Louis de Bourbon, duc d’Anjou, participera aux cérémonies organisées à Aigues-Mortes, d’où le roi partit pour les Croisades. A cette occasion, l’aîné des Capétiens s’est confié en exclusivité au Figaro.

LE FIGARO. – Que représente pour vous cette date du 25 avril ?

LOUIS DE BOURBON.Une date importante ! Celle de mon anniversaire, mais surtout celle de la naissance et du baptême de Saint Louis, dont nous fêtons, en 2014 le 800ème anniversaire. En effet, nous sommes nés tous les deux le 25 avril, de sorte que 760 ans, jour pour jour, nous séparent. J’ai souhaité cette année solenniser spécialement cette date. C’est mon saint protecteur, comme il est aussi celui de la France et, plus largement, de tous ceux qui sont préoccupés par le bien commun. Cette date est donc à la fois émouvante et importante.

Pourquoi avoir souhaité marquer l’anniversaire de Saint Louis, ici, à Aigues-Mortes ?

Beaucoup de villes commémorent cette année la naissance de Saint Louis. En mars, je suis allé à Poissy, qui était associée à un très beau triduum de vénération de la sainte couronne d’épines, organisé par les diocèses de Versailles et de Paris. Pour le 25 avril, j’ai souhaité un geste fort, et il m’a semblé qu’être, en ce jour, à Aigues-Mortes était symbolique. Aigues-Mortes est une ville importante de l’histoire de France, dont l’image est totalement attachée au souvenir de Saint Louis, qui l’a fait bâtir en 1240 pour donner au royaume une porte sur la Méditerranée. Par la suite, il lui a octroyé une des premières chartes communales ouvrant la voie à une profonde réforme des institutions. Cela a permis d’affranchir les villes du pouvoir des féodaux. Le roi y est venu plusieurs fois, et la ville est toujours fidèle au souvenir de Saint Louis, qu’elle fête chaque 25 août. Que le chef de la maison capétienne y vienne est une occasion de rendre hommage à cette fidélité. C’est d’ailleurs ici qu’en 1992, j’ai effectué un de mes premiers déplacements de chef de maison, successeur des rois de France, en venant y déposer solennellement des reliques du saint roi. En 2014, je tenais à y revenir aussi, car j’ai le souci de ne pas associer les commémorations du 800ème anniversaire de Saint Louis aux seules grandes villes, mais à l’ensemble des cités – quelle que soit leur taille – où les rois ont laissé une trace. Les rois, en particulier Louis IX, ont toujours été de grands voyageurs, laissant le souvenir de leur passage de ville en ville.

Né le même jour que Saint Louis et portant son prénom, quels liens filiaux et sentimentaux entretenez-vous avec cette figure historique ?

Au-delà du prénom qui nous relie et qui est celui de la majorité des rois de France depuis Clovis, dont Louis n’est qu’une déformation, il y a cette similitude dans nos dates de naissance. Je ne peux qu’y voir un encouragement à regarder le souvenir de mon aïeul comme un modèle. Le roi Louis IX fut à la fois un grand souverain sachant réformer son Etat et imposer la paix, un  mari et un père de famille exemplaire et ce fut aussi un grand saint. Cette triple qualité n’est pas très courante. Bel et lourd héritage, car comment pourrait-on l’égaler ? Saint Louis est un modèle et je partage avec lui quelques liens intimes. D’abord, nos épouses portent le même prénom, Marguerite. Ensuite, le roi Louis à sa naissance n’était pas le successeur, puisqu’il avait un frère aîné, Philippe, mort alors qu’il avait à peine une dizaine d’année. Avec la mort de mon frère aîné, François, j’ai vécu le même deuil. Enfin, Saint Louis est devenu roi à 12 ans, et j’en avais à peine plus grand quand je suis devenu chef de famille.

Que retenez-vous de Saint Louis après huit siècles d’histoire ?

Les trois qualités que je viens de signaler : un bon mari et un excellent père de famille ; un souverain reconnu par tous ses contemporains ; et un saint. Il me semble que ces trois vertus sont toujours actuelles dans notre monde en pleine mutation où la jeunesse est inquiète. La société contemporaine manque de repères et se replie sur elle-même. J’ai été frappé de voir, ces dernières années, que l’abstention domine dans les élections, même au niveau le plus local. Comment peut-on s’abstenir de la vie sociale ? Voilà quelque chose que Louis IX n’aurait pas compris ! Nos contemporains ne croient malheureusement plus dans leurs institutions et préfèrent l’individualisme à l’ouverture aux autres. Ils manquent de confiance en l’avenir. Pourtant, la petite lueur de l’espérance n’est pas éteinte.

Saint Louis peut-il servir d’exemple pour ranimer cette espérance ?

Pourquoi pas ? Le roi est souvent présenté comme celui qui rend la justice sous le chêne de Vincennes. Belle image. Cette aspiration n’est-elle pas toujours celle de notre temps ? Les gouvernements doivent être les garants de la justice et de l’intérêt général. Ce message est bien actuel. Saint Louis demeure l’un des fondateurs de la France et de ses institutions. Il faut s’en souvenir au moment où, comme au XIIIème siècle, un cycle historique s’achève, pour ouvrir de nouvelles pages de notre histoire commune. Mais ces pages ne peuvent s’écrire qu’en respectant les valeurs qui ont toujours fait la grandeur de la France. Le respect du beau, du vrai et du bien et, comme le rappelle notamment le pape François, il faut remettre l’homme au centre de l’action politique.

Quel sens voulez-vous donner à votre 40ème anniversaire ?

Le 40ème anniversaire est toujours un tournant important. Milieu de la vie, c’est l’époque où tout homme se pose le problème de sa destinée et du sens de son existence. Cet anniversaire correspond au moment où l’on peut véritablement s’affirmer. Deviens ce que tu es ! A notre époque, la génération des quadras aspire à prendre toutes ses responsabilités.

Quel rôle peut encore jouer la monarchie en France ? N’est-elle pas une nostalgie regardée avec sympathie, mais sans avenir, par les Français ?

Avec ma position d’héritier de l’une des plus vieilles dynasties d’Europe, j’ai du mal à parler de la royauté en termes nostalgiques. Pour moi, elle est beaucoup plus concrète. En observant les huit siècles de monarchie ininterrompue, j’ai plutôt envie de parler d’une continuité. Ce régime a fait ses preuves et il y a deux manières de le regarder. Ceux qui parlent de nostalgie se retournent vers le passé et essayent d’y voir un âge d’or qui serait meilleur que le présent. Ce n’est pas ma manière de voir. Ceux qui ont fait la royauté française, c’est-à-dire les rois et les Français, eux, n’étaient pas des nostalgiques. Ils ont toujours cherché à aller de l’avant. A faire progresser leur pays. A l’agrandir, à lui donner la première place en Europe, à faire triompher ses lettres et ses industries, ses arts et sa langue. La royauté « à la française », comme Saint Louis nous le rappelle, est avant tout un esprit, une volonté d’agir, guidée par la foi, qui donne les principes, et la raison, qui permet de rester dans le réel. Cet esprit est celui de l’unité contre la division, de la vérité contre le scepticisme qui mine nos sociétés, d’un sens de l’aventure commune contre les individualismes, d’un monde qui respecte l’homme de sa conception à sa mort plus que l’argent, d’une société qui protège la famille.

Quelle place entendez-vous occuper aujourd’hui ?

A la suite de mes aïeux, je suis là pour continuer à donner cette envie, de faire mieux demain qu’aujourd’hui. Rappeler que l’espoir peut animer notre société, que les jeunes y ont toute leur place et que l’on compte sur leurs idées et leur énergie, qu’ils doivent avoir confiance dans l’avenir. Certes, cela n’est peut-être pas facile, mais est-ce que cela le fut à Bouvines que l’on commémore aussi en 2014, ou après la guerre de Cent Ans ou celles de religions, quand il a fallu reconstruire un royaume ruiné ? Personnellement, parce que j’ai 40 ans, parce que j’ai une famille et trois enfants, bien plus que d’une quelconque nostalgie, j’ai envie d’un lendemain et d’un avenir.

Source : Le Figaro du 24 avril 2014 – propos recueillis par Stéphane Bern

 

http://www.vexilla-galliae.fr/images/fevrier2014/entretien5.jpg

 

via: http://www.vexilla-galliae.fr/royaute/communication-des-princes/799-entretien-integral-du-prince-louis-de-bourbon-par-stephane-bern-le-figaro-du-24-avril-2014

 

 

Note de Christ-Roi. « J’ai été frappé de voir, ces dernières années, déclare le prince Louis de Bourbon, que l’abstention domine dans les élections, même au niveau le plus local. Comment peut-on s’abstenir de la vie sociale ? Voilà quelque chose que Louis IX n’aurait pas compris ! Nos contemporains ne croient malheureusement plus dans leurs institutions et préfèrent l’individualisme à l’ouverture aux autres. Ils manquent de confiance en l’avenir. Pourtant, la petite lueur de l’espérance n’est pas éteinte. »

 

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/9/9c/Henri_dArtois_by_Adeodata_Malatesta.jpg/220px-Henri_dArtois_by_Adeodata_Malatesta.jpgL'abstention constatée par le prince Louis de Bourbon n'est pas nécessairement négative : "l'abstention (lors des consultations électorales) n'est pas un défaut d'affirmation ; elle est au contraire une affirmation et une protestation éclatante. C'est s'affirmer, c'est protester que de dire au pouvoir : les royalistes ne veulent pas se prêter à vos mensonges ; ils ne veulent pas avoir l'air de prendre au sérieux vos prétendues institutions ; ils ne veulent pas, en acceptant une lutte trop inégale, ajouter l'apparence d'une opposition vaincue à votre facile triomphe... Croyez-le bien : lorsque le moment sera venu, l'abstention d'aujourd'hui deviendra pour les royalistes un titre et une recommandation de plus devant leurs concitoyens... Mais j'en suis convaincu, la protestation incessante par l'abstention publique, telle est la vraie mission des royalistes, sous un régime monstrueux qui semble contrarier à plaisir les instincts et les besoins de la France, qui remplace le sentiment moral par le cynisme, la liberté par l'intimidation électorale..." (Henri V, Comte de Chambord, 22 septembre 1861.)


http://www.viveleroy.fr/IMG/arton71.jpgCe qui est clair c'est que, pour de multiples raisons, on a échoué depuis deux siècles à restaurer durablement la monarchie par la voie des élections (Cf. " Principe du moteur de la Révolution" sur le site Vive le Roy). D'où l'abstention du peuple constatée par le prince Louis de Bourbon, à qui on pourrait reprocher de ne pas pousser son avantage plus avant. 

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Royalisme
commenter cet article
25 avril 2014 5 25 /04 /avril /2014 10:02

Manuel-Valls--l-homme-aux-deux-visages.jpg

 

"Le vrai visage de Manuel Valls" (Emmanuel Ratier) ou la fin de la belle histoire de l'homme aux deux visages : à diffuser massivement avant censure et interdiction !

 

Le vrai visage de Manuel Valls : la bande-annonce


 

Source: http://www.egaliteetreconciliation.fr/Le-Vrai-Visage-de-Manuel-Valls-la-bande-annonce-24884.html

 

Emmanuel Ratier : «Cela va s'appeler "Le vrai visage de Manuel Valls" parce que je pense que Manuel Valls a un gros problème d'identité. Il a une espèce de double visage et c'est ce que beaucoup de gens se demandent rien qu'en le voyant. On sent que c'est quelqu'un qui est assez bipolaire.

Manuel Valls a une double histoire, c'est quelqu'un qui a réécrit sa propre histoire. Donc j'ai pris à peu près tout ce qui était disponible sur la question. Il y avait toute une série de documents qui étaient disponibles. Son père était un peinte connu. Manuel Valls se présente comme le fils d'un réfugié franquiste. Il faut rappeler que Manuel Valls est né dans les années 60 (1962) dans l'Espagne du général Franco. Donc on se dit qu'un républicain espagnol réfugié en France, comment se fait-il que son fils puisse naître en Espagne ? Or en réalité il n'en est rien. La famille de Manuel Valls est une famille de la très haute bourgeoisie catholique catalane. Son grand-père a participé à la fondation du plus important journal catholique conservateur de Catalogne (El Mati). Ce journal a été interdit en 1936 par ceux qu'on appelle "les Rouges", c'est-à-dire les communistes, les trotskystes, alliés pour l'occasion avec les socialistes. Donc il n'y avait aucune raison pour que son père quitte l'Espagne en 1951 et soit présenté comme un réfugié antifranquiste. Les vrais réfugiés antifranquistes, ils sont partis à la fin de la Guerre civile espagnole, c'est-à-dire en 1939. Donc c'est déjà une réécriture à cause de son histoire politique. La deuxième c'est l'histoire de sa mère qui est d'une riche famille tessine (Suisse italienne) qui s'est enrichie grâce au trafic de l'or colonial au Sierra Leone. Sa famille possédait des commerces, des hôtels, des immbeubles, des mines d'or. Donc c'est une famille qui n'a strictemenr rien à voir avec ce que l'on pourrait appeler le socialisme même boboïsé.

 

C'est toute une série de choses qui sont développées dans ce livres avec un certain nombres de lumières qui sont apportées et développées la partie sur ses liens absolument étroits avec les sionistes, Israël, la communauté juive en France.

C'est un véritable sionisme de combat. Lui-même a dit dans un discours filmé qui a fait beaucoup de buzz sur l'internet, qu'il était "lié de manière éternelle à la communauté juive et à Israël". Cet homme qui est très entier dans ce discours, qui tappe sur la table, qui à un moment dit "merde quand même!". Un homme de convictions, dans lequel on croit.

Or, ce que les gens ignorent totalement, c'est que cet engagement en faveur d'Israël de Manuel Valls est quelque chose d'extrêmement récent. Cet engagement a environ cinq ans. (Cf. "Le boycott d'Israël est une arme indigne". Manuel Valls, Le Monde 01/11/2010).

Et tout ce qui s'est produit avant, c'est-à-dire en gros de 1980 à 2008 au moins, Manuel Valls est engagé exactement de la même manière, mais en faveur du peuple palestinien (Chapitre "Manuel Valls était pro-palestinien..."). Ce qui a été gommé, et qui ne figure dans aucune biographie !

Les journalistes qui le savent ne veulent pas que cela se sache, et personne n'en parle. Or, il y a des écrits qui existent :

Ex1: Discours de soutien à la Palestine de Manuel Valls, Meeting du 20 novembre 2002 organisé par l'Association France Palestine Solidarité, la Campagne civile pour la protection internationale du peuple palestinien, la Coordination des comités Palestine d'Île de France, et la Ligue des Droits de l'Homme.

Ex2: EVRY-KHAN-YOUNIS, 24 mai 2006, Signature de l'Accord de coopération entre la Ville d'Evry et le camp de réfugiés de Khanyounis, Palestine, Bande de Gaza : "Nous, militants de la cause palestinienne." Manuel Valls.

EX3: Dans une vidéo stupéfiante de 2008, Manuel Valls, maire d'Evry, député de l'Essone, plante un arbre, un olivier en faveur du peuple palestinien et prononce un discours filmé : "Je pense évidemment, peut-être d'abord aux habitants de la Bande de Gaza, enfermés, qui vivent une situation infernale dans tous les sens du terme. Nous sommes responsables d'un long travail à mener collectivement afin de combattre la haine, les divisions, les préjugés". Et tout cela sur fonds de drapeaux palestiniens !

On a l'impression de rêver, puisque aujourd'hui il est l'invité régulier du dîner du Crif. Il se produit au Front social juif unifié, il est bien reçu par le Congrès juif mondial.

Et je dirais que dans les milieux dissidents, c'est cette image très sioniste qu'on connaît Manuel Valls.

EX1 : "Parce que l'antisionisme c'est la porte ouverte à l'antisémitisme. Tous ceux qui ne peuvent pas accepter que la haine se déverse dans nos quartiers au nom de la critique d'Israël, nous devons faire corps, nous devons être unis pour combattre cet antisémitisme nouveau, qui est né, qui se nourrit de cet antisionisme" (Manuel Valls)

EX2 contraire : M. Valls en 2008 plante un olivier pour le peuple palestinien : "L'édification d'un mur honteux, la poursuite des colonilisations, le sort des prisonniers, entrainent des évènements qui ne vont pas dans le sens de la paix".

EX3 : "Mais cette critique de l'Etat d'Israël, basée sur l'antisionisme, c'est l'antisémitisme d'aujourd'hui" (Manuel Valls).

 

Tous les documents existent. Libération sait, TF1 sait, Médiapart sait, Politis sait, Le Monde biensûr sait que cet homme a eu un engagement extrême en faveur de la Palestine. Et personne ne le rappelle aujourd'hui, n'ose le rappeler. Et tout le monde surtout l'a tu et caché, tout simplement parce que cela serait mauvais pour la carrière de Manuel Valls."» [Les meetings, les discours pro-palestiniens de Manuel Valls ont servi à la gauche à se créer une clientèle politique auprès des immigrés musulmans qui ont voté entre 86 à 93% pour François Hollande en 2012 et sont donc les premières victimes de la duplicité du personnage. NdCR.]

 

(L'homme aux deux visages) lié de manière éternelle à la communauté juive et à Israël ?


 

Fin de la belle histoire de Manuel Valls


le-vrai-visage-de-manuel-vallsEn moins de trois ans, Manuel Valls est passé de l’anonymat (5,6 % lors de primaire socialiste de 2011) à Matignon. L’histoire de Manuel Valls et le personnage public qu’il a construit constituent une espèce de bluff très réussi mais les meilleurs canulars ont une fin et c’est un livre édité par Emmanuel Ratier qui mettra un point final à la mystification.

Le mythe du pauvre petit Espagnol, arrivé en France avec ses parents fuyant les méchants franquistes, aura duré ce que durent les roses (socialistes) et un ouvrage de 120 pages de révélations explosives vient mettre fin à la belle histoire. Dans sa chaumière, Cosette peut sécher ses larmes et gageons qu’elle serrera même bientôt ses petits poings, furieuse d’avoir été à ce point grugée.

Issu de la plus haute bourgeoisie catalane par son père et d’une famille suisse enrichie dans le trafic de l’or par sa mère, Manuel Valls, fils d’un célèbre peintre catalan, nullement anti-franquiste, a grandi dans un milieu huppé, dans une maison située en face de l’île Saint-Louis. Ce qui lui a permis de fréquenter le gratin des beaux-arts mais aussi de la politique. Dès ses 18 ans, alors qu’il n’était même pas encore naturalisé français, il a passé un accord secret, appelé « pacte de Tolbiac », avec deux camarades au très brillant avenir : Stéphane Fouks, aujourd’hui pape des communicants socialistes et responsable du Conseil représentatif des institutions juives de France, et Alain Bauer, ancien Grand Maître du Grand Orient de France et ponte de la sécurité urbaine. Son ascension doit beaucoup à ces deux hommes avec lesquels il est demeuré étroitement lié.

Il ne serait pas un socialiste comme les autres ? Le nouveau Premier ministre est l’incarnation même du nouveau Parti socialiste tendance Terra Nova : un apparatchik rompu aux jeux d’appareils, à la fois « boboïsé », social‑démocrate modéré en apparence mais surtout haineux vis‑à‑vis de ses adversaires politiques, libéral rallié au mondialisme, à l’européisme, au métissage et au multiculturalisme. Initié franc‑maçon très jeune, il est membre du club d’influence Le Siècle, mais aussi du groupe mondialiste de Bilderberg qui rassemble la fine fleur de la ploutocratie et du grand capitalisme international. Il est également un soutien sans faille d’Israël, pays avec lequel il s’est déclaré « éternellement lié ».

Il serait apprécié de la droite pour son image d’homme à poigne ? C’est d’autant plus curieux que son action en tant que ministre de l’Intérieur est catastrophique. Après une (très légère) baisse sous la présidence Sarkozy, la délinquance augmente à nouveau. Il a néanmoins été nettement plus efficace dans la répression de La Manif pour tous et du Printemps français depuis un an. Il déteste la droite de conviction, et a d’ailleurs profité de la mort accidentelle du gauchiste Clément Méric pour dissoudre plusieurs organisations nationalistes. Enfin, il a désigné Alain Soral et Dieudonné comme ennemis publics numéro un, les accusant d’antisémitisme.

Avec l’affaire Dieudonné, Manuel Valls a mis en place les principes d’une quasi‑dictature qui pourrait s’installer dans la durée. L’ancien maire d’Évry compte bien marquer la France de son empreinte et se verrait volontiers à l’Élysée en 2017.

 

Pour commander "Le vrai visage de Manuel Valls", cliquer ici

 

via http://arnauddebrienne.wordpress.com/2014/04/19/fin-de-la-belle-histoire-de-manuel-valls/

 

 

24 avril 2014

Manuel Valls face aux religions : 3 questions à Emmanuel Ratier

 

http://www.chretiente.info/medias/HLIC/ce5521acdcd972adabba226d4b46710d.jpgEmmanuel Ratier, qui publie la lettre Faits et documents deux fois par mois, sort le 25 avril une biographie explosive sur Manuel Valls, Le Vrai visage de Manuel Valls (120 pages très denses avec documents et photos). Il y parle évidemment de la répression anti-Manif pour tous, mais il rapporte aussi des éléments nouveaux et inédits. Des informations très gênantes pour Valls et c’est un euphémisme. Nous lui avons posé 3 questions :

 

1. Quelles relations Manuel Valls entretient-il avec la religion catholique et avec les représentants catholiques ? On raconte qu’il aurait pensé être prêtre, lorsqu’il vivait encore en Espagne. Est-ce une réalité ? Est-il plus proche d’un Vincent Peillon au laïcisme exacerbé ou d’un Nicolas Sarkozy et de sa laïcité dite positive ?

 

Emmanuel Ratier : Manuel Valls est issu d’une famille ultra-catholique sur plusieurs générations, engagée dans des mouvements catholiques. Son grand-père, qui a fondé le principal journal catholique conservateur de Catalogne, El Mati, avait un directeur de conscience. Le journal a été interdit dès la prise du pouvoir local par les Rouges. Ce qui n’empêche pas la soeur de Manuel Valls de déclarer, sans rire, que le quotidien a été interdit par Franco…

 

Le jour de l’insurrection communisto-trotsko-anarchiste, toute la famille a assisté à une messe privée à l’église San Juan d’Horta, le faubourg huppé de Barcelone. Après, les religieux ont confié à la famille Valls les ornements les plus précieux, les trésors de leur église, les hosties consacrées, etc. C’est le père de Manuel Valls qui a porté le ciboire alors qu’il n’avait que 12 ans. Toute la famille a failli être fusillée pour avoir caché ces trésors durant toute la guerre civile. Les hosties étaient dissimulées derrière un miroir. Chaque fois qu’il passait devant, chaque membre de la famille faisait une génuflexion. Manuel Valls tout comme sa soeur est baptisé. Il a été enfant de choeur, a servi la messe et a même failli devenir prêtre si l’on en croit sa soeur. Il s’est marié religieusement à Saint-Louis-en-l’isle et ses enfants sont baptisés. Ce n’est pas du tout ce qu’on appelle un « laicard » même s’il tente aujourd’hui de le faire croire.

 

2. Manuel Valls est-il toujours franc-maçon ? Les médias nous répètent qu’il a été initié mais qu’il ne serait plus membre.

 

E. R. : Je ne sais pas si Manuel Valls est toujours franc-maçon. Du moins il l’a été, a été initié très jeune au Grand Orient de France et l’un de ses deux meilleurs amis est Alain Bauer, qui est le parrain d’un de ses enfants. Outre d’être le chantre de la fausse sécurité (mettre des caméras au lieu d’arrêt les délinquants), Bauer a été le plus jeune Grand Maître du Grand Orient de France. Il a des réseaux dans tous les milieux qu’il a mis au service de Manuel Valls. Comme l’ a confié son autre très proche ami, Stéphane Fouks : » Avec Manuel au PS et Alain au GO, on tient la France pour trente ans. » (cité par Challenges, 3 avril 2014). »

 

3. Comment Manuel Valls considère-t-il l’islam ? Est-il prêt à financer par l’argent public la construction de mosquées ?

 

E. R : A propos de l’islam, Manuel Valls a considérablement varié, comme d’habitude, avec un double visage à la limite de la schizophrénie. Le Vrai visage de Manuel Valls cite ses propos en 2003 lors de débats télévisés, avec l’habile prédicateur Tariq Ramadan, où il se déclare favorable au financement par les municipalités et les collectivités locales. Il explique comment a été construite la mairie d’Evry : en allant cherche l’argent en Arabie saoudite. Il est difficile d’être plus clair. »

 

 

Source: http://www.chretiente.info/201404245710/manuel-valls-face-aux-religions-3-questions-a-emmanuel-ratier/

 

 

NdCR. Ne pas oublier non plus : Manuel Valls a appelé la gauche à "mener le combat contre les intégristes de l'ultradroite catholique" "pour défendre la laïcité" (sic) tout en affirmant en tant que ministre de l'Intérieur, et en portant la kippa lors de la "traditionnelle cérémonie des voeux à la communauté juive de France organisée à la grande synagogue de la Victoire à Paris", dimanche 23 septembre 2012, que "les Juifs de France peuvent porter avec fierté leur kippa"...

L'homme aux deux visages a assuré que "c'est la gauche qui a inventé la nation, en 1789". Et que la priorité était de "se battre contre Dieudonné" et la manifestation "Jour de Colère".

 

 

. Sécurité : les mauvais chiffres de Manuel Valls

. Manuel Valls l'arnaqueur s'en prend à nouveau à Dieudonné et à Alain Soral

. Le faux laïque Manuel Valls appelle la gauche à «mener le combat contre les intégristes de l'ultradroite catholique» «pour défendre la laïcité» !

Repost 0
24 avril 2014 4 24 /04 /avril /2014 17:35

"Dette, crise, chômage : qui crée l'argent ?", cette video de Gabriel Rabhi aborde les problèmes de notre société (à partir de 1h13 minutes), la pseudo "démocratie" (à partir de 1h18, chapitre 19) et l'impérialisme bancaire de l'Oligarchie.

L'auteur soutient notamment que "seule une véritable démocratie où c'est le peuple qui vote réellement les lois", seule une "monnaie réellement publique", permettrait à la nation de s'opposer à la prise de pouvoir par la banque (privatisation de la monnaie). 


Argent-dette-In-Debt-we-trust.jpg[Or, le problème est que la démocratie n'a jamais existé nulle part sans qu'une oligarchie (en général celle des plus riches) n'en prenne le contrôle. La solution ne serait pas dans la démocratie mais dans un mélange de monarchie, de démocratie directe telle que pratiquée sous l'Ancien Régime encore en 1789, et d'aristocratie non héréditaire et élective dans la prise de décision. Le monarque "absolu" au sens du XVIIe siècle, c'est-à-dire "sans liens" (du verbe absolvere, délier), est indépendant des lobbies et notamment des lobbies bancaires. Il est le garant d'une France libre, indépendante et souveraine. Raison pour laquelle le lobby bancaire a cherché à créer en face de lui, la Banque centrale au XVIIIe siècle en Angleterre, pour progressivement prendre la main sur le pouvoir (pour soit-disant favoriser l'emploi..., éviter l'inflation, maîtriser les taux d'intérêts à long terme...) et imposer la confiance en l'argent-dette (au lieu de la confiance en Dieu...) et des banques centrales au reste du monde... NdCR.]

 

 

 

(À 1:27:30) "Le gouvernement représentatif (mis en place par les francs-maçons du Club des  Jacobins... en 1791 NdCR.) en ne donnant aucun pouvoir aux pauvres, aux ouvriers et aux paysans, garantit la protection des intérêts des plus puissants et des plus riches."

 

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/8/87/Serment_du_Jeu_de_Paume_-_Jacques-Louis_David.jpg

Le serment du Jeu de Paume, par David

 

L'auteur avance comme solutions "le vote des lois par les citoyens, le référendum d'initiative populaire ou la mise en place d'un parlement tiré au sort dans la population comme le sont les jurys populaires, autant d'évolutions démocratiques élémentaires qui sont systématiquement dénigrés dans les médias".

 

Le vote direct des lois par les citoyens est difficilement réalisable dans un grand pays. Mais la convocation d'Etats généraux ponctuels (comme en 1789) pour demander au peuple de se prononcer sur une question de société était une institution de l'Ancien Régime, impensable à imaginer dans la démocratie moderne...

 

Le référendum d'initiative populaire est dangereux pour la simple raison qu'une majorité n'a pas toujours raison et qu'il faudrait entourer cette prérogative de garde-fous exactement comme le prévoit le Conseil constitutionnel des nouvelles lois qui doivent être conformes à la "Constitution". Ces référendums (et l'ensemble des nouvelles lois) devraient être eux aussi conformes à la Charte qui en France pourrait être le Pacte de Tolbiac, le respect de la loi naturelle (Décalogue), le Christ-Roi au lieu de la "souveraineté nationale" représentée en sa "Volonté générale", une escroquerie fondant l'Argent-dette et l'Argent-Roi... Car là où le Christ ne règne pas, l'argent règne. "Nul ne peut servir deux maîtres... Vous ne pouvez servir Dieu et l'argent". Evangile selon saint Matthieu, VI, 24.). Ce qui permettrait d'éviter de sombrer dans le totalitarisme (génocides par avortement ou changement de population..., le "mariage" gay, la théorie du genre... introduite en douce et sans débat à l'école), ou toute autre "réforme de civilisation" (Christiane Taubira) décidée unilatéralement par une majorité de circonstance aboutissant à "la destruction des Etats-nations, de la cellule familiale, la négation des identités culturelles, religieuses et sexuelles", que l'auteur dénonce à partir de 1:49:00.

 

L'auteur explique justement que "l'Union européenne est le royaume de Goldman Sachs et de la haute finance, dont les hommes se retrouvent à la tête de nombreuses institutions et même de certains Etats. Et nombreuses sont les carrières politiques se prolongeant dans le privé, au service des lobbies ou dans les grandes entreprises."

 

L'auteur fait le même constat que Farida Belghoul à propos du citoyen rendu illettré à partir de 1:48:35 : "le vocabulaire est réduit, le sens des mots dévoyés, de sorte qu'il n'est plus possible de penser la réalité. L'éducation est réduite à une forme de conditionnement à la servitude, et d'insertion professionnelle. Un individu inculte n'a qu'un horizon de pensée limité, et plus sa pensée est bornée à des préoccupations futiles, moins il peut se révolter.


À 1:49:00 : "La destruction des Etats-nations, de la cellule familiale, la négation des identités culturelles, religieuses et sexuelles, sont les moyens de supprimer tous leurs repères aux individus : ils n'ont alors ni leur environnement social et institutionnel ni les ressources mentales pour s'opposer à la domination mondiale des multinationales, et de l'oligarchie financière politique et capitalistique".

 

L'auteur explique que dans ce plan de décervelage à grande échelle, "la télévision, la radio et la presse sont des médias unidirectionnel", "maîtrisés par un petit nombre de personnes soigneusement sélectionnées par les oligarchies politiques et financières pour délivrer des programmes servant leurs intérêts. L'opinion du citoyen est ainsi formatée, maîtrisée, contrôlée."

Pour maîtriser l'internet qui est "multidirectionnel", "l'Oligarchie crée une fausse dissidence sous la forme de médias qui semblent subversifs comme Médiapart, Rue89, Le Canard enchaîné, le magazine Marianne, ou encore des organisations comme WikiLeaks, dont la fonction est de canaliser les citoyens les plus critiques sur des sujets sans importance, d'organiser leur indignation, de monter les uns contre les autres, et de décrédibiliser les analyses vraiment subversives. Et quand le prêt-à-penser perd trop de terrain la liberté de pensée et d'opinion n'existe plus, l'internet tout entier est diabolisé au nom de la démocratie, de la république ou encore de la lutte contre un terrorisme fictif ou fabriqué. Les grands médias qualifient de rasciste, de fasciste, de terroriste, de xénophobe, d'antisémite, de négationniste, de conspirationniste ceux qui analysent les faits, critiquent le système et tentent d'en exposer les fondements. Ces grossiers amalgames visent à empêcher le public d'écouter leurs discours, d'étudier leurs arguments, et de débattre de leurs idées.

 

... La monnaie privée, les médias contrôlés, le gouvernement représentatif non démocratique sont "les instruments de la domination des oligarchies". "Dès lors, avertit l'auteur avec raison, il ne faut pas tomber dans la provocation, l'extrémisme ou la violence. La violence et la provocation sont ce que le système attend pour justifier la censure, le contrôle d'internet et la mise en place d'un Etat policier. Il ne faut pas non plus dépenser son énergie sur des détails, il faut au contraire remettre en cause les fondamentaux sur lesquels repose ce système de domination."

 

 

. Le 100e anniversaire de la FED : d'un monde libre à un monde communiste...

. 150e anniversaire - De Gettysburg à Goldman Sachs : D'un monde libre à un monde communiste...

. Voilà pourquoi nous sommes esclaves et ignorants...

. John Perkins, confessions d'un corrupteur de nations

. Changer les institutions pour une vraie alternative politique

. Adrien Abauzit : Décodons la matrice sur la Libre Antenne de MetaTV

Repost 0
24 avril 2014 4 24 /04 /avril /2014 17:02

L'ordre de Saint-Georges et la croix de Saint-Georges est une décoration militaire suprême de l'Empire russe et de la Fédération de Russie, fondée en 1769 par l'impératrice Catherine II, supprimée en 1917 par le Conseil des Commissaires du peuple, rétablie en 2000 par le président russe Vladimir Poutine.

100 millions de rubans de St-Georges ont été distribués en 9 ans.

 

http://fr.ria.ru/images/20105/96/201059658.jpg

 

Action Ruban de St-Georges: 100 M de rubans distribués en 9 ans

 

Environ 100 millions de rubans ont été distribués en Russie et à l'étranger en neuf ans dans le cadre de l'action annuelle Ruban de Saint-Georges commémorant la Victoire dans la Grande guerre patriotique de 1941-1945, a annoncé jeudi Olessia Voltchenkova, directrice de l'ONG russe "Communauté des étudiants".

"Nous avons distribué environ 100 millions de rubans de Saint-Georges dans le monde entier en neuf éditions de l'action. L'an dernier, 73 pays ont rejoint notre action. Cette année, vous pouvez recevoir un ruban de Saint-Georges dans 75 ambassades et consulats généraux de la Fédération de Russie à l'étranger. Mais il n'y a pas que des canaux officiels. Certains de nos collègues distribuent eux-mêmes des rubans dans différents pays", a indiqué Mme Voltchenkova.

Lancée par les journalistes de l'agence RIA Novosti en 2005, à l'occasion du 60e anniversaire de la Victoire, l'action Ruban de Saint-Georges s'est d'abord déroulée à Moscou avec la participation d'une centaine de volontaires. Cette année, 1.500 volontaires comptent distribuer environ 4 millions de rubans dans la capitale russe, d'après Mme Voltchenkova.

La 10e édition de l'action annuelle Ruban de Saint-Georges, qui symbolise aussi la lutte contre le nazisme et le nationalisme, a démarré le 24 avril en Russie et à l'étranger. Un ruban de Saint-Georges a été envoyé à la Station spatiale internationale. Au programme de l'action figurent des festivals du cinéma et des expositions de photos consacrés à la Seconde guerre mondiale, des flashmobs, des festivals de la chanson et du graffiti. Plus de 100 médias étrangers participeront à cette action qui durera jusqu'au 9 mai, le Jour de la Victoire en Russie.


http://fr.ria.ru/images/19760/99/197609985.jpg
© RIA Novosti.

Les rubans reprenant les couleurs de l'ordre militaire russe de Saint-Georges (orange rayé de trois bandes noires) symbolisent la mémoire de la Victoire du peuple soviétique dans la Grande guerre patriotique et la reconnaissance éternelle aux vétérans et anciens combattants qui ont délivré le monde du régime nazi.

 

Source: http://fr.ria.ru/politique/20140424/201059558.html

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Russie
commenter cet article
24 avril 2014 4 24 /04 /avril /2014 12:15

5 morts du côté des manifestants pro-russes, des journalistes visés par des tirs de snipers de Kiev... La presse et les médias alignés feront-ils leur travail, évoqueront-ils le coup d'Etat US en Ukraine et soutiendront-ils leurs confrères tirés comme des lapins ?


http://cdn.rt.com/files/news/25/bb/00/00/slavyansk-fighting-east-ukraine---.si.jpg

 

Des blindés du gouvernement autoproclamé de Kiev sont entrés ce matin dans le nord de la ville de Slaviansk (Est-Ukraine). Le personnel civil de la mairie "a reçu l'ordre d'évacuer le bâtiment", selon Stella Khorocheva, porte-parole du leader séparatiste local Viatcheslav Ponomarev.

 

 Selon les autorités médicales de la région, l'armé ukrainienne a fait au moins un mort et un blessé parmi les civils à 11h47. Le ministère de l'Intérieur évoque cinq morts insurgés.

Le président russe a assuré ce matin que le recours à l'armée dans l'est de l'Ukraine était un "crime sérieux contre son propre peuple", et que les actes de Kiev dans l'est de l'Ukraine "auront des conséquences".


Face à l'échec de l'accord de Genève dont Barack Obama juge la Russie responsable, Kiev a décidé de passer à l'offensive, "il y aurait 5 morts."


L'opération lancée par l'armée et la police ukrainiennes à Slaviansk (est) a déjà fait cinq morts parmi les membres de la milice populaire locale, a annoncé jeudi le ministère ukrainien de l'Intérieur.


 Selon le ministère de l'Intérieur ukrainien, dans le cadre de l'"opération anti-terroriste" de Kiev, au moins cinq gardes d'auto-défense ont été tués et un policier blessé .

 

 

 


Selon la chaîne de télévision Rossiya 24, les forces d'auto-défense ont repoussé l'attaque des hommes armés de Kiev au point de contrôle à 3 km au nord de Slavyansk.

 

Au moins trois véhicules de l'infanterie ont dû se replier.  La police a annoncé le début de la répression par l'intermédiaire d'haut-parleurs. Un véhicule spécial est actuellement en patrouille dans les rues avertissant les populations locales sur la répression en cours.

 

 

 Les citoyens de la ville se préparent à la répression de Kiev. La majorité des magasins, jardins d'enfants et les écoles ont été fermées. Seuls les magasins vendant du pain et de l'eau restent ouverts.

 

  Au moins trois tireurs d'élite de l'armée ukrainienne sont maintenant sur les barricades, ont déclaré des résidents à Gazeta.ru, ajoutant que quand un des journalistes ont essayé de s'approcher des barricades, les tireurs ont ouvert le feu.

 

 


"Si le régime de Kiev a commencé des actions militaires contre la population du pays, c'est sans doute un crime très grave", a déclaré M. Poutine.


Pendant ce temps , l'envoyé OSCE russe (Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe) Andrey Kelin a proposé d'envoyer  immédiatement les observateurs à Slavyansk , à l'appel de la ville et de "points-chauds" de régions avoisinantes. Il a critiqué l'opération "anti- terroriste" de Kiev , lancée contre des manifestants anti-gouvernementaux dans la ville comme une "grave violation des accords de Genève."

 

Source: http://rt.com/news/154544-slavyansk-fighting-east-ukraine/

 

Nous nous demandions le 1er décembre 2013 si, l'Ukraine ayant préalablement rejeté l'accord d'association avec l'Union européenne... les évènements dans ce pays n'était pas une nouvelle "révolution orange" voyant une alliance hétéroclite de "Femen", de communistes et de nationalistes fomenter une "révolution" au nom des "droits de l'homme" et de la "démocratie" pour renverser le président Ianoulovitch et mettre à la place un gouvernement nouvelordremondialiste compatible... Or, le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, cité par les agences russes et une dépêche Afp, a officiellement déclaré ce matin :

 

"En Ukraine, les Etats-Unis et l'Union européenne (...) ont tenté de mener une nouvelle révolution de couleur, une opération de changement de régime contraire à la Constitution".

Les Occidentaux utilisent l'Ukraine comme un "pion dans le jeu géopolitique" contre la Russie, a-t-il expliqué. "On a simplement utilisé et on continue d'utiliser l'Ukraine comme un pion dans le jeu géopolitique", a ajouté le ministre.

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Russie
commenter cet article