Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Christ Roi

  • : Christ Roi
  • Christ Roi
  • : Blog d'informations royaliste, légitimiste, pour une France libre, indépendante et souveraine
  • Contact

Horloge

10 avril 2014 4 10 /04 /avril /2014 10:27

Encore un exemple de "transparence" !

 

« La PMA refait surface

 

Après avoir été tenu secret, un rapport sur la filiation, achevé en février, a finalement été publié hier. Ce document de travail, commandé à la sociologue Irène Théry, devait servir à élaborer la loi famille, reportée sine die par l'exécutif en février dernier, suite aux grands défilés de la Manif pour tous. Le texte de 350 pages préconise deux mesures polémiques : l'ouverture de la PMA (procréation médicalement assistée) aux couples de femmes et la reconnaissance de l'état civil des enfants nés par mère porteuse à l'étranger. Plus généralement, le rapport incite la société à en finir avec les "secrets de famille", en permettant aux enfants issus de dons de gamètes et de l'accouchement sous X d'avoir accès à leurs origines à leur majorité. Afin d'adapter le droit aux évolutions de la société (familles séparées, recomposées...), il propose en outre la création d'un "mandat d'éducation quotidienne" poour reconnaître la place d'un tiers (comme un beau-parent) dans l'éducation des enfants. »

 

Source: Direct Matin, n° 1476, mercredi 9 avril 2014, p. 10.

 

Direct-Matin--n--1476--La-PMA-refait-surface--mercredi-9-a.jpg

Repost 0
10 avril 2014 4 10 /04 /avril /2014 08:57

Le Front national "Charte de la Manif pour tous" va célébrer son premier mariage homosexuel à Marseille demain après-midi ! Un symbole...

 

Stephane-Ravier.jpeg

 

Marseille: Le FN va célébrer son premier mariage homosexuel

 

 

Créé le 10/04/2014 à 08h50 -- Mis à jour le 10/04/2014 à 08h57

 

Le nouveau maire du 7e secteur de Marseille est opposé aux unions entre personnes du même sexe mais a dit qu'il respecterait la loi...

 

Stéphane Ravier, le nouveau maire FN du 7e secteur de Marseille, le plus peuplé, va célébrer son premier mariage homosexuel vendredi, a annoncé BFM TV.

 

Le maire, qui prendra ses fonctions vendredi, a reconnu être opposé aux unions homosexuelles, mais a assuré à La Provence qu'il comptait «respecter la loi». «Nous sommes légalistes et je ne vais pas me mettre en travers dès le premier jour», affirme-t-il.

 

Pas disponible

Selon L’Express, Stéphane Ravier ne sera toutefois pas disponible vendredi après-midi pour célébrer le mariage car «il a prévu d'aller au conseil municipal», a expliqué Bruno Brignone, le secrétaire général de la mairie. L’union sera donc célébrée par l'un de ses adjoints. «S'il le faut, j'en désignerai» a prévenu l'élu à La Provence.

 

Source : http://www.20minutes.fr/societe/1348157-marseille-le-fn-va-celebrer-son-premier-mariage-homosexuel

 

 

Stéphane Ravier a signé la "Charte de la manif pour tous" :

 

"Dans les grandes villes, des signataires «bleu marine». Selon le recensement effectué par Libération, on dénombrait, mercredi, 40 villes de plus de 50 000 habitants comptant au moins un candidat signataire de la charte. Au total, dans ces 40 communes, 51 têtes de liste ont paraphé le document. Ce qui, précisent d’emblée les organisateurs, «ne constitue pas un soutien de la Manif pour tous envers le candidat».

On remarque néanmoins que 58% de ces signataires s’engagent sous les couleurs du Front national et du Rassemblement Bleu Marine, 18% sous celles de l’UMP et 24% sous une bannière divers droite. Dans les trois plus grandes villes françaises, le parti de Marine Le Pen réalise un triplé avec Wallerand de Saint-Just (Paris), Christophe Boudot (Lyon) et Stéphane Ravier (Marseille). D’autres candidats dans des municipalités majeures (Nice, Bordeaux, Nantes, Metz) s’engagent aussi à défendre les sacro-saintes valeurs familiales"

Source: http://www.liberation.fr/societe/2014/02/27/le-fn-a-fond-sur-la-charte-de-la-manif-pour-tous_983306?xtor=rss-450


 

À quoi sert la "Charte de la Manif pour tous" ?

 

Nous ne nous étions pas trompés en posant cette question prémonitoire : " la charte de la Manif pour tous est-elle crédible ou pas ? Efficace ou collabo ?  "... Cette charte semble de plus en plus n'avoir été faite que pour canaliser le mécontentement des manifestants dans le carré de l'Oligarchie...

 

Carre-de-l-Oligarchie.jpg

L'oligarchie : une prison

 

La rédaction de la "charte" ne contient aucun engagement précis à ne pas "marier" mais une promesse vague (qui n'engage que ceux qui y croient) d'"abroger la loi mariage et adoption pour tous"... En attendant combien d'enfants auront pâti de cette imposture ?

Repost 0
10 avril 2014 4 10 /04 /avril /2014 08:10

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/b/b8/Kirsten_Dunst_Cannes.jpg/170px-Kirsten_Dunst_Cannes.jpg

«Je pense que la féminité a été un peu sous-évaluée. Nous devons avoir notre propre travail et gagner de l’argent seules, mais de retour à la maison, nous devons faire la cuisine et être des mères. … Parfois, on a besoin d’un chevalier en armure. Je suis désolée. Un homme doit être un homme et une ­femme une femme. Il n’y a que comme cela qu’une relation peut fonctionner», a déclaré l'actrice américaine Kirsten Dunst qui a notamment incarné la reine Marie-Antoinette dans le film éponyme (2006), à "Harper’s Bazaar".

 

Réaction offusquée et totalement prévisible de l'organe de presse collabo 20 minutes suisse :

 

« Kirsten Dunst agace les féministes. L’actrice américaine a une vision plutôt rétrograde du rôle de la femme dans un couple. Elle a enfoncé le clou avec des propos dignes du Moyen Age... 

...Outrées, plusieurs journalistes ont réagi face à ces déclarations, dont la féministe Stacey Ritzen: "Ces dernières années, Kirsten Dunst a continué à montrer à quel point elle était insupportable. Preuve en est sa dernière interview où elle donne son avis de la plus haute importance sur les rôles assignés à chaque genre", s’est-elle indignée sur le site uproxx.com. Quant à la rédactrice du site jezebel.com, Erin Gloria Ryan, elle prend les propos de la star avec une pointe d’ironie: "Voilà comment marchent les relations. On a tout fait de travers jusqu’ici! Kirsten Dunst n’est pas payée pour écrire sur la théorie du genre, ce n’est donc pas étonnant qu’elle dise des choses stupides." »

 

Comme s'il fallait être « payé » pour faire une critique raisonnée de la « théorie du genre » ! Une théorie fascisante détruisant la raison elle-même dans sa méthode... L'argent n'a rien à voir là-dedans... (ils sont obnubilés par l'argent). Il s'agit de la défense de l'identité sexuelle, de la complémentarité des sexes, et de la défense d'une vision naturelle de la famille où l'enfant n'est pas l'objet du caprice d'adultes et d'un commerce infâme (procréation médicalement assistée ou location d'utérus...)

Repost 0
9 avril 2014 3 09 /04 /avril /2014 21:37

Les Frères et Soeurs de la mission nous communiquent :

 

12 avril : Faridah Belghoul chez les frères et soeurs de la mission

La communauté des frères et sœurs de la mission invitent Faridah Belghoul le samedi 12 avril 2014 à 20 h sur le thème :

La présence de la théorie du genre dans les manuels scolaires : un moyen d’action les J.R.E (journées de retrait des écoles)

Frères et Sœurs de la Mission

494 rue Marie Mauron

83220 Le Pradet

 


 


Source: https://www.facebook.com/jre2014/photos/pcb.487122394747898/487121831414621/?type=1&theater


Repost 0
9 avril 2014 3 09 /04 /avril /2014 12:47

Le 5 janvier dernier nous avions vu ce qu'il fallait penser de la soit-disant "déclaration officielle des lobbys à l'Assemblée nationale" : un "enfumage"

Le site "Résistance 2017" pour l'élection présidentielle 2017 a publié hier un article intéressant réclamant la "déclaration d'appartenance à la franc-maçonnerie pour les fonctionnaires", la transparence politique et socio-profesionnelle étant une exigence sans laquelle il n'y a effectivement pas de "démocratie"...
En réalité il s'agit d'établir une charte de transparence et d'exiger des lobbys maçonniques, qu'ils viennent à la lumière, se déclarent comme les autres... à l'Assemblée "nationale" pour les ministres et les députés, dans un registre national pour les fonctionnaires.

Nous nous distançons seulement sur le passage concernant Nicolas Sarkozy qui, s'il a été attaqué violemment par le "Grand Orient de France" - loge maçonnique la plus anticléricale - pour ses discours de 2007-2008 sur la "laïcité positive" défendant "les racines chrétiennes de la France" et "de l'Europe", ou sur le rôle du curé dans la morale par rapport au professeur (Cf. "L'Unsa-Education charge Nicolas Sarkozy sur la laïcité positive"; Une première lézarde dans l'édifice maçonnique de construction de la société en dehors du Christ; Intervention de Nicolas Sarkozy à l'ambassade de France près le Saint-Siège; Visite de Sarkozy au Vatican : premières réactions; Sarkozy au Vatican, le Grand Orient pas content), président de la dette, Nicolas Sarkozy fait lui aussi partie de l'Oligarchie globalisée, et a bénéficié des réseaux souterrains, sans quoi il n'aurait jamais pu être "élu" président.

 

 

Déclaration d’appartenance à la Franc Maçonnerie pour les fonctionnaires

 

Les journaux ont largement étalé sur la place publique l’appartenance à la franc-maçonnerie – et tout particulièrement au Grand Orient de France -, de bon nombre de nos ministres actuels. Cependant, il ne s’agit que de la toute petite pointe de l’iceberg. Les ministres seuls ne peuvent manipuler le pouvoir et l’opinion sans le soutien actif de milliers de fonctionnaires initiés.

 

C’est là que se trouve le cœur du système franc-maçon :

 

- La police, à partir d’un certain rang, est totalement infiltrée,

 

- La magistrature ne vit que de cette appartenance,

 

- Bercy est un nid de frères,

 

- La plupart des Régions sont tenues par des affairistes maçons,

 

- Les hauts gradés de l’Armée en font partie.

 

Il est souvent plus simple de trouver les hauts responsables qui ne font pas partie de la franc-maçonnerie plutôt que ceux qui y sont !

 

Le Grand Orient de France (GODF), obédience de gauche, est tout particulièrement bien représenté aujourd’hui. Il a couvert – ou fomenté – tous les scandales de l’ère Mitterrand et ses pratiques occultes sont encore à l’œuvre aujourd’hui. Sarko n’aurait pas pu être écouté depuis plus d’un an sans son aide.

 

Le moteur existentiel du GODF a toujours été – et reste encore – l’anticléricalisme. L’Eglise Catholique, même affaiblie, reste une menace pour le GODF car elle promeut une vision bienveillante du monde : les pauvres et les faibles doivent être protégés, les riches et les puissants doivent pouvoir agir pour le bien-être de tous. On est loin de la vision machiavélique de la franc-maçonnerie.

 

Une philosophie humaniste a un temps prévalu parmi les frères mais l’affairisme, le goût de l’argent et la recherche du pouvoir ont depuis longtemps pris le dessus.

 

On se demande pourquoi les « affaires de gauche » sont étouffées, à l’exception de quelques-unes comme celles concernant DSK ou Cahuzac qui sont vraiment trop difficiles à défendre et qui de plus ne sont pas vraiment de gauche…

 

On comprend en fait très facilement la méthode d’autoprotection des maçons en étudiant le rituel d’initiation des nouveaux arrivants, confirmé et renforcé lors du passage de chaque échelon.

 

Voici le texte prononcé lors de l’intronisation : « je jure sur le glaive, symbole de l’honneur, de garder tous les secrets qui me sont conférés par cette Respectable Loge, ainsi que tout ce que j’y aurai vu faire et entendu dire, de n’en jamais rien écrire sans en avoir reçu la permission. Je promets d’aider mes frères et de les secourir selon mes facultés. Je promets en outre de me conformer aux statuts généraux de la Franc-Maçonnerie et aux règlements particuliers de cette Respectable Loge et je préférerais avoir la gorge tranchée plutôt que de me rendre coupable de trahison en révélant les secrets de l’Ordre ».

 

C’est, à peu de choses près, le serment de la Mafia Sicilienne…

 

Et l’aide aux frères est intangible, créant des chaînes de solidarité pratiquement impossibles à rompre. Lorsqu’un justiciable maçon est en face d’un policier maçon, d’un procureur maçon ou d’un juge maçon, l’entraide maçonnique permet de s’absoudre des règles du système. Les problèmes sont souvent résolus entre frères et les procédures sont raccourcies.

 

Dans les cas extrêmes, un maçon peut faire le signe de détresse ultime, en posant les mains sur la tête et en prononçant AMLEDLV (à moi les enfants de la veuve). Tout maçon présent lui doit alors un soutient immédiat.

 

Le système maçonnique influe sur les décisions de justice mais également sur les promotions, sur l’attribution des légions d’honneur, sur la délivrance d’un permis de construire ou d’un marché difficile, sur l’approbation d’un prêt, sur la décision de faillite amicale d’un concurrent, sur les arrangements entre avocats, sur l’obtention de subventions bidon, sur le détournement d’un héritage,…

 

Un franc-maçon ne dira jamais rien pouvant impacter négativement un frère. Voyez les prestations récentes du tandem Taubira-Vals.

 

Le système de chasse à l’homme mis en place sur Sarkozy doit beaucoup au GODF mais aucun maçon n’avouera jamais rien.

 

Pour assainir ce système quasi-mafieux, il faut commencer par la transparence. Les fonctionnaires, les élus et les ministres devraient révéler toute appartenance à une loge maçonnique. Certains frères, plus intègres que d’autres, ont avancé cette mesure mais il est probable que la décision sera repoussée par tous ceux, nombreux, qui profitent du système.

 

 

Source : http://www.resistance2017.net/?p=877

 

 

 

. Suisse : Le parlement du Valais envisage d'obliger les francs-maçons à se déclarer devant lui

. L'enfumage de la déclaration officielle des lobbys à l'Assemblée nationale

. Le projet de loi sur la "transparence de la vie politique" voté : la transparence s'assombrit

Repost 0
9 avril 2014 3 09 /04 /avril /2014 12:37

Bombe.jpgCa y est, ils ont trouvé la "pierre philosophale"..., la solution pour calmer la grondre fiscale et désamorcer la colère des Français.

 

Au lendemain de la déroute électorale de la gauche aux municipales, François Hollande avait déclaré : "au pacte de responsabilité doit correspondre un pacte de solidarité." Des mots, des mots, toujours des mots...

 

Hier, Manuel Valls el blanco, a promis un allègement des charges patronales, "un pacte de responsabilité et de solidarité", d'ici 2017 voire 2020..., sans vraiment dire comment il serait financé... "Nous porterons les allégements du coût du travail à 30 milliards d'ici à 2016", a-t-il déclaré. Environ 500 euros par an, 41 euros par mois pour un Smic, dégressif jusqu'à 1,3 smic.


L' impôt sur les sociétés à 33,33 % depuis 1993, un des plus élevés d'Europe, verrait son taux abaissé à 28 % d'ici 2020 avec une première étape en 2017. Dans la Russie de Poutine il n'est que de 20%...

 

Sans compter qu'en 2017, la "majorité" socialiste aura été éjectée (peut-être bien avant...), cette baisse annoncée des charges patronales concerne des sommes si ridicules comparées aux millions d'euros que se versent régulièrement les oligarques et leurs collabos qu'on se demande si le gouverne-ment a bien entendu les Français aux municipales...

 

Pour les commerçants, les entrepreneurs, les artisans, au bord de l'asphyxie, attendre 2020, c'est juste pas possible.

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Economie
commenter cet article
9 avril 2014 3 09 /04 /avril /2014 12:22

 

Manifeste en Kharkiv

 

Mercenaires US en Ukraine: risque de dérapage (ex-congressiste américain)

 

 

14:31 09/04/2014

WASHINGTON, 9 avril – RIA Novosti

 

La présence de mercenaires étrangers en Ukraine est inadmissible, le personnel des compagnies militaires privées risquant de provoquer un conflit armé, a déclaré Dennis Kucinich, ex-congressiste et ancien candidat à la présidentielle américaine dans une interview accordée à RIA Novosti.

"Nous avons vu en Irak comment les forces de sécurité privées pouvaient devenir incontrôlables. Dans une situation politique ou militaire tendue, c'est extrêmement dangereux parce qu'ils tirent profit de l'expansion du conflit. Ils pourraient déclencher une guerre et en profiter", a déclaré Dennis Kucinich.

 

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/9/94/Kucinich_june07.JPG/220px-Kucinich_june07.JPG

Dennis Kucinich, membre du Parti démocrate,

ancien maire de Cleveland de 1977 à 1979 et représentant du dixième district de l'Ohio à la chambre des représentants des États-Unis de 1997 à 2013.


Plus tôt, le ministère russe des Affaires étrangères s'est dit préoccupé par l'accumulation dans l'est de l'Ukraine de forces supplémentaires de l'armée ukrainienne, dont des représentants de la compagnie Greystone Ltd., des unités des forces intérieures et de la garde nationale, ainsi que des combattants du groupuscule armé Secteur droit.

L'ex-congressiste s'est dit catégoriquement opposé à la participation de ces compagnies militaires privées où que ce soit. "Si les oligarques souhaitent les engager pour leur propre protection, ils en ont le droit. Mais si un Etat fait entrer des armées privées, c'est une sorte de produit inflammable parce qu'il n'existe aucun moyen de les contrôler. Les armées privées poursuivent leurs propres intérêts", a-t-il souligné.

L'ex-congressiste souligne qu'on ignore les sources de financement exactes de ces unités. "On sait que l'argent reçu aujourd'hui par l'Ukraine provient uniquement du FMI. Alors qui finance ces armées privées?", s'interroge Dennis Kucinich.

Greystone Ltd. est une société privée enregistrée à la Barbade qui recrute des citoyens de divers pays. Le site de la compagnie indique qu'elle met à disposition "les meilleurs militaires du monde entier" capables de servir n'importe où dans le monde.

 

Source: http://fr.ria.ru/world/20140409/200935258.html

 

 

 

. Nommé premier ministre par le putsch, Arseni Yatseniouk est un ancien employé de Goldman Sachs

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Russie
commenter cet article
9 avril 2014 3 09 /04 /avril /2014 09:08

"Nommé premier ministre par le putsch, Arseni Yatseniouk est un ancien employé de Goldman Sachs". (Yves Bataille)


Entrevue de Yves Bataille au site "Fédération des Québecois de souche".

Yves Bataille est  une des figures marquantes de la mouvance pan-européenne et eurasienne. Géopolitologue, spécialiste des Balkans et notamment de la Serbie.


 

Entrevue avec Yves Bataille

 

Texte de la F.Q.S.

 

 

L’Ukraine est devenue le centre de l’attention médiatique aux cours des dernières semaines. Alors qu’au début l’emphase était sur les manifestations nationalistes au cœur de Kiev, l’enjeu est rapidement devenue la Crimée. Avec des médias occidentaux pour le moins biaisés, il est difficile de se faire une idée de ce qui s’y passe vraiment. D’un côté il y aurait les manifestants ultranationalistes pourtant supportés par notre Ministre des affaires étrangères John Baird, de l’autre l’ogre russe incarné par Vladimir Poutine.

 

Les rapports des médias sont souvent contradictoires et pour se faire une idée de ce qu’il s’y passe réellement, nous avons décidé d’interroger Yves Bataille, nationaliste engagé et correspondant pour plusieurs publications de notre mouvance, qui est lui présent en Europe de l’Est. Voici donc, ce qui se passe réellement en Ukraine.

 

Le Harfang - Monsieur Bataille, pourriez-vous en premier lieu vous présenter à nos lecteurs?

 

iv-bataj.jpg

Yves Bataille - Militant nationaliste-révolutionnaire français installé en Serbie depuis le début de la guerre yougoslave, j'ai suivi de près les évènements du laboratoire yougoslave qui préfiguraient les guerres ultérieures. Guerre contre la Libye, guerre contre la Syrie et aujourd'hui guerre contre la Russie en Ukraine. Cette observation m'a permis de comprendre les mécanismes de la subversion atlantiste et les méthodes employées pour déstabiliser les Etats et renverser des régimes et des gouvernements considérés comme obstacles. Les cibles sont différentes mais les méthodes varient peu. Ces cibles ont toutes un point commun, elles gènent l'impérialisme global (anglo- saxon) dans sa volonté d'établir une hégémonie présentée comme la démocratie, le progrès et la modernité. En fait nous avons affaire à une entreprise totalitaire d'ensemble s'appuyant sur la haute finance, les mass médias et le conditionnement des esprits. Les états soumis à la dictature du globalisme n'ont plus la moindre parcelle d'indépendance et de souveraineté. C'est la cas de la France qui est devenue avec Sarközy et Hollande un pays occupé. C'est pour mener le combat de libération nationale et sociale de la France et du Continent européen tout entier, de la Francité aussi - et le Québec en fait partie - que je me suis installé en Serbie, un pays certes occupé lui-aussi mais qui dispose de ressources politiques et morales et se trouve lié à la Russie. Ce combat de libération nationale, sociale, continentale et francitaire se mène et se mènera avec elle. Si j'évoque souvent le Québec, c'est que je connais le pays pour y avoir séjourné, l'avoir parcouru « from coast to coast » et y avoir rencontré d'ardents Patriotes. J'estime que la France et le Québec se libéreront dans une synergie d'ensemble, conséquence d' efforts des Français libres et d'un bouleversement politique à venir.

 

 

 

H - Contrairement à la plupart des nationalistes européens, vous démontrez un intérêt et une excellente compréhension de la situation du Québec. Vous avez d'ailleurs écrit un article des plus intéressants dans la revue Rebellion. D'où vous vient cet intérêt pour le Canada-français?

 

 

 

YB - C'est l'écrivain et poète Jean Parvulesco qui m'a fait prendre conscience de l'importance du Québec en m'indiquant un livre à lire. C'était un roman d'espionnage de Claude Rank. L'autre influence déterminante fut celle de Philippe Rossillon, l'homme qui avait organisé l'Opération « Vive le Québec Libre ! » Une action organisée et non spontanée. Ancien fondateur du groupe néo-planiste Patrie et Progrès à la fin des évènements d'Algérie, Philippe Rossillon avait créé dans les années 1980 un Cercle Louis Riel et Les Amitiés Acadiennes. A la tête d'un réseau de hauts fonctionnaires et de militaires, Rossillon disposait d'une influence non négligeable. C'est donc lui qui devait organiser le voyage du Général de Gaulle au Québec et lui permettre de lancer son cri historique devant le peuple. Pour cela l'équipe de Rossillon avait démonté le micro placé dans une cour intérieure de l'Hôtel de Ville où se tenaient les notables et l'avait placé sur une fenêtre dominant la foule. Sans cette initiative il n'y aurait pas eu de Vive le Québec libre ! Rossillon était bien sûr fiché et suivi par la GRC, la Gendarmerie Royale Canadienne et Pierre- Elliot Trudeau devait le faire interdire de séjour pendant cinq ans au Canada. Il lui était reproché aussi d'avoir des activités « subversives" en Acadie et au Manitoba.

 

J'en viens à nos « nationalistes européens ». Beaucoup d'entre eux faisaient et font toujours l'impasse sur la France, passant de leur ethno-région à ce qu'ils croient être l'Europe pour rejoindre une conception politique allemande volkish qui ne peut pas être l'Europe puisque les nationalistes allemands ne reconnaisent pas autre chose que la Pangermanie ou l'Europe allemande. Ceux qui nous serinent avec un ethno-différencialisme et une Europe des ethnies idéalisés ne sont ni des nationalistes français ni des nationalistes européens, ce sont tout simplement et tout logiquement des nationalistes allemands, qu'ils le sachent ou qu'ils l'ignorent. Les seuls nationalistes européens que je connaisse sont ceux dans la lignée de Jean Thiriart et de son communautarisme national-européen. Les deux Jean, Jean Thiriart et Jean Parvulesco ont eu une certaine influence sur Alexandre Douguine qui a intégré à sa conception néo-eurasiste des éléments conceptuels russo-soviétiques. Par ricochet Douguine a eu une influence bénéfique sur la Nouvelle Droite de France (Alain de Benoist) qui a subi une certaine évolution, passant d'une position héritée des groupes des années 1960 (Fédération des Etudiant Nationalistes, Europe Action et dérivés) à une grille de lecture des évènements du monde plus « géopolitique ». L'interrelation dynamique a aussi fonctionné en Italie où Thiriart avait le plus fort groupe (Jeune Europe) en Europe. Là sous l'influence de Claudio Mutti, ancien responsable du Mouvement Giovane Europa, devait se développer un véritable courant national-révolutionnaire de ligne géopolitque qui devait donner naissance à Lotta di Popolo/Lutte du Peuple de Ugo Gaudenzi à partir du groupe gaulliste italien de l'ancien partisan Pacciardi (Nuova Repubblica) et de la suite de Giovane Europa (Avangardia di Popolo, Universita Europea, Movimento Studentesco Operaio d'Avangardia etc). Le groupe de Mutti publie aujourd'hui la revue Eurasia et appartient au réseau eurasiste italien lié à Douguine. On ne doit pas s'étonner que ceux qui se réclament d'un nationalisme européen et évacuent la France se préoccupent peu du Québec et de la Francité. Dans les années 1980 je publiais à Paris une Lettre de la Francité sur la question des communautés ethniques de langue française (Wallonie, Jura, Romandie, Val d'Aôste, Québec, Acadie, Louiasiane etc). Je dois dire quel'intérêt pour la question de la Francité y était limité pour ne pas dire nul dans ce milieux (hormis dans le groupe Thiriart). J'ajoute que le groupe Thiriart n'a jamais pu s'implanter en Allemagne où dominait la vision volkish. Toutefois la vision jacobine européenne du groupe Thiriart pose problème dans la mesure où ignorant les réalités nationales, elle se limite à une conception géométrique et constructiviste de la « Nation Europe ». Le réalisme géopolitique et géohistorique conduit plutôt à un Bloc Continental composé d'Etats-nations dont le nombre pourra (devra) être réduit mais qui représentant les grandes composantes du Continent pourront faire une synergie avec la Russie. Enfin par aversion pour une idéologie maurassienne que la plupart d'entre eux méconnaissent, ce « Secteur Droit » a mélangé et mélange les écrits nostalgiques et romantiques d'auteurs de l'après guerre avec des formules héritées de l'anticommunisme du temps de la décolonisation et des avatars des groupes nationalistes sans doctrine de l'après gaullisme. Une bouillie propice aux dérives qui ont conduit les plus sots à soutenir les nationalistes croates pro-allemands et anti-serbes des années 1990 et qui soutiennent aujourd'hui les nationalistes ukrainiens pro-allemands (croient-ils...) et anti-russes, en fait surtout cette fraction de Galiciens prise en main par le nouveau Gladio et qui fait le jeu de l'OTAN. Enfin nos nationalistes français ou européens n'ont pas compris quel gisement national- révolutionnaire qu'ils ont sous les pieds avec l'usage intelligent que l'on peut faire de la doctrine gaullienne dans une perpective de multipolarité et de non alignement. Enfin les nationalistes « français ou européens ignorent tout la richesse des écrits de « Gaullistes de Gauche» (comme Philippe de Saint Robert, René Capitant, Pierre Rossi, Paul-Marie de La Gorce, Christain Perroux...).

 

 

 

H - Les manifestants/émeutiers sont présentés dans les médias occidentaux comme des libéraux, des nationalistes et des pro- européens, des termes qui semblent contradictoires. Qui sont réellement ces émeutiers et quelles sont leurs revendications, si revendications il y a ?

 

 

 

YB - Il y a ou plutôt il y avait les trois. Plus des gens qui suivaient le mouvement comme toujours. Mais après le putsch du 23 février nous sommes dans une période post Euro-Maidan. Cette opposition violente au pouvoir du président légal Yanoukovitch, un pouvoir sorti des urnes, était hétérogène et ce qui l'unissait était sans doute la russophobie. On nous a dit que c'était une révolte contre les oligarques qui entouraient Yanboukovitch (Ianoukovytch, président chassé par le coup d'Etat atlantiste à Kiev. NdCR.) sans indiquer qu'une partie des oligarques ukrainiens se trouvaient dans l'opposition. Les derniers oligarques qui entouraient Yanoukovitch l'ont abandonné après l'accord avec la Russie et ont soutenu les manifestants. La propagande présentant le président légal comme un dictateur était ridicule. Si Yanoukovitch avait été un dictateur, la place de Kiev aurait été nettoyée en une demi-journée. Au lieu de ça, il a dangereusement maintenu pendant des semaines ses gendarmes Berkut dans une incroyable posture défensive. Ianoukovitch craignait d'employer la force et que cela lui soit reproché et il est arrivé ce qui devait arriver, il a été renversé. Mais les Russes l'ont exfiltré. L'hétérogénéité d'Euromaidan s'est tout de suite vue à la présence des trois leaders courtisés par l'étranger et surtout de deux d'entre eux, le boxeur Vitali Klischko, membre de l'internationale chrétienne démocrate CDU d'Angela Merkel et Arseni Yatseniouk, proche de Youlia Timoshenko et soutenu par le Département d'Etat américain. Nommé premier ministre par le putsch, Yatseniouk est un ancien employé de Goldman Sachs. Le troisième homme Oleh Tyahnybok, du parti Svoboda, apparaissait constamment avec les deux autres bien que n'ayant pas les mêmes soutiens. Ses troupes issues du Parti national-socialiste ukrainien ont servi de service d'ordre aux manifestations. C'est un membre de Svoboda qui a été chargé de former la Garde Nationale destinée à conquérir l'Est. Svoboda a reconnu des liens avec des Israéliens (voir la note « Nouveau Gladio pour l'Ukraine »).

 

Arseni Yatseniouk en 2012.
Arseni Yatseniouk en 2012.

 

H - Comment cette crise a-t-elle pris naissance et est-elle aussi importante que les images qui circulent le laissent paraître?

 

 

YB - La crise était latente dans la mesure où les activités du Bloc Américano-Occidental n'ont pas cessé depuis la fin de l'Union Soviétique. Les Etats-Unis, la Grande Bretagne et l'Allemagne ont implanté des dizaines d'organisations non gouvernementales (ONG), payé une ribambelle de journaux et de sites Internet, financé des partis politiques. L'Ukraine a été vue comme un moyen d'enfoncer un coin dans l'étranger prôche de la Russie, comme un tremplin, une base d'attaque (la Biélorussie aussi était visée). On se souvient des élections contestées et refaites pour faire gagner le candidat pro-occidental, de la Révolution Orange, de ces volontaires ukrainiens envoyés combattre les Russes avec les Tchétchènes. Parmi eux des « nationalistes » du groupe UNA- UNSO, que l'on retrouve aujourd'hui dans la comédie du néo- nazisme ukrainien. Pour avoir une idée du contexte passé on peut se reporter à l'un de mes articles sur l'Ukraine, qui date déjà de dix ans. Tous les éléments de ce que l'on appelle aujourd'hui la crise y sont contenus : L'Ukraine sur le Grand Echiquier http://www.evrazia.org/modules.php?name=News&file=article&sid=2104 (un article de 2004. NdCR.)  La « crise » a pris un tour nouveau quand à la fin de l'année dernière le président en titre, issu du suffrage universel et présenté abusivement comme le candidat des Russes, a décidé de se tourner vers Moscou plutôt que vers Bruxelles. Ceux qui pensaient prendre progressivement le pouvoir avec leurs Ong, leur appareillage politico-médiatique et leur mise de fonds en ont été pour leurs frais. La Russie de Poutine offrait des crédits et des garanties supérieurs. L'ordre a été alors donné par la « communauté internationale » de casser la barraque. Washington a immédiatement alloué 5 milliards de dollars à l'« opposition » pour stimuler la révolte. Le nouveau Gladio de l'OTAN est entré en action. Les oligarques, dont ceux qui jouaient le double jeu avec Yanoukovitch, se sont immédiatement ligués contre ce dernier. Les oligarques d'Ukraine n'ont pas soutenu la « révolution » , ils y ont participé. Que ce soit Victor Pinchuk, Igor Kolomoïsky, le fondateur du Parlement Juif Européen ou Vadim Rabinovitch. Ont accompagné le putsch « nazi » l'oligarque Igor Kolomoïsky, propriétaire de la Privat Bank et Petro Poroshenko, le « Roi du chocolat » (chocolaterie Roshen), l'une des plus grandes fortunes d'Ukraine. Il possède aussi une chaine de télévision (Canal 5), des chantiers de construction navale, des usines de montage d'automobiles et d'autobus etc... A la suite d'ennuis avec la justice, l'oligarque Vadim Rabinovich, co-fondateur du Parlement Juif Européen avec Kolomoïsky a obtenu comme ce dernier la nationalité israélienne. Rabinovitch est l'un des financiers des Femen. Aux côtés des nazis de Maidan ces oligarques juifs ont joué un rôle central dans les émeutes et le putsch de Kiev. Par leurs relais médiatiques (ils possèdent tous de grands médias) ces individus ont fait de la scène de théâtre d'Euromaidan une caisse de résonnance mondiale qui a tenu la même fonction que la place Tahir au Caire.

 

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/3/36/Ihor_Kolomoyskyi2.jpg/220px-Ihor_Kolomoyskyi2.jpg

Igor Kolomoïsky

 

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/9/9c/Vadim_Rabinovich2.jpeg/200px-Vadim_Rabinovich2.jpeg

Vadim Rabinovitch

 

 

H - Serait-il faux de faire un parallèle entre cette crise et les « Révolutions de couleur » ou même le « Printemps arabe » ?

 

 

 

YB - Le coup de Kiev est la suite de la Révolution orange. Il a un rapport avec le Printemps arabe dans la mesure où ces opérations n'ont rien eu de spontané mais ont été conçues, préparées et mises en pratique dans le cadre d'une volonté de remodèlement de l'anneau périphérique élargi de l'Eurasie, qui passe par l'Europe orientale, la méditerranée orientale, le Proche Orient, la Mer Noire et le Caucase. Il y a un lien entre la guerre yougoslave, l'agression contre la Libye et la Syrie et les ravalements de façade islamistes en Tunisie et en Egypte.

 

En Egypte, les Etats-Unis ont utilisé le Mouvement du 6 Avril, un succédané du groupe serbe de la CIA Otpor (devenu Canvas) ont essayé de placer leur agent El-Baradei au pouvoir ou près du pouvoir mais ils ont perdu. L'Armée égyptienne qu'ils croyaient contrôler leur a échappé. Comme Nasser naguère, son commandant en chef devenu le nouveau Raïs du Nil, le Général al-Sissi s'est tourné vers Moscou. En Tunisie, l'installation des Frères Musulmans dans un pays francophone à fortes tendances laïques ne durera pas. En Libye c'est le chaos avec un retour des forces (néo)khadafistes dans le pays, en particulier le Fezzan. En Syrie l'assaut a été jusqu'à présent endigué et l'armature baa'thiste de Bachar el- Assad tient bon. Grâce à la structure du pouvoir mais aussi à la Russie et à l'Iran. En Serbie, le pouvoir titulaire pro-américain n'a qu'un consentement passif de masses soumises à un régime semi-dictatorial mais comme le disait il n'y a pas longtemps un responsable états-unien, pour Washington « deux pays ne sont pas sûrs dans la région, la Serbie et l'Ukraine » (...). Tout cela pour dire qu'il y a un fossé entre les tentatives des Etats-Unis (et de leurs alliés plus ou moins contraints) et les réalisations.

 

 

 

H - Dans la même lignée, plusieurs forces occidentales agissaient plus ou moins ouvertement lors du Printemps arabe. Aujourd'hui en Ukraine, y a-t-il des forces étrangères qui s'impliquent d'une façon ou d'une autre dans cette crise?

 

 

 

YB - Il faut relire The Grand Chessboard, Le Grand Echiquier  de Zbigniew Brzezinski. La Conquête de l'Est et le plan de destruction de la Russie y sont clairement expliqués. Ce livre date de 1997. Brzezinski y explique sans ambage que pour assurer l'hégémonie des Etats-Unis sur l'Europe et le reste du monde (le livre est sous-titré L'Amérique et le reste du monde) il faut neutraliser la France, empêche une union de nations européenne susceptible de ruiner l'influence des Etats- Unis et tranformer quatre pays en madrier des Etats-Unis contre la Russie. Ces quatre pays sont la France, l'Allemagne, la Pologne et l'Ukraine... Le Plan PAUCI de la Polish- Ukrainian Cooperation Foundation correspond à ce que nous avons vu faire en Ukraine. Brzezinski évoque aussi dans ce livre la nécessité de balkaniser l'Eurasie et utilise d'ailleurs explicitement les termes de « Balkans d'Eurasie » pour désigner ce que les Etats-Unis doivent faire en Asie Centrale. Il s'agissait ni plus ni moins de détacher complètement de la Russie les Etats anciennements soviétiques. Ce plan a échoué en Arménie et en Kirghizie et a été plus ou moins neutralisé ailleurs. En Asie centrale, l'idée était de faire comme en Afghanistan, de monter les musulmans contre les Russes, contre les Slaves et contre les orthodoxes , avec une pénétration économique états-unienne, un détournement des richesses du sous-sol et la corruption généralisée des dirigeants comme ils font dans les pays cibles. A Euro-Maidan, les minorités ethniques du Caucase hostiles aux russes avaient été mobilisées. Fatima Tlisova, une circassienne de NED  National Endowment for Democracy et de Voice of America ainsi que le kabarde Ibrahim Krganov/Yagonov ont été vus avec Mikhail Saakashvili, le célèbre bouffeur de cravates géorgien enragé. Comme l'Allemagne hitlérienne naguère ou jadis, Tatars de Crimée, géorgiens, circassien ou tchétechènes hostiles, les Etats-Unis instrumentalisent systématiquement les groupes ethniques de la périphérie russe et hostiles à Moscou, alimentant ONG et Fondations ad hoc. Dans ce jeu la Jamestown Foundation joue depuis des années un rôle central.

 

 

 

H - Pour rester informé de façon objective, quelles sources d'informations conseilleriez-vous à nos lecteurs?

 

 

 

YB - Il faut se faire sa propre revue de presse. On comparera ce qui est dit dans les journaux du système avec les informations glanées dans des sites alternatifs. Ils sont nombreux et on sélectionnera les plus sérieux et les mieux fournis. Il faut regarder la télévision russe Russia Today. Il existe une version en espagnol et en arabe et elle est en anglais mais les informations données sont de qualité et échappent au filtre américano-occidental. Il faut espérer qu'une version en français sera faite bientôt. Elle peut être directement captée sur Internet, sa diffusion est permanente et il n'y a pas de publicité toutes les trois minutes comme sur CNN. Télévision politique riche en reportages en direct et en dossiers bien construits, avec des présentateurs/trices de et des journalistes de qualité, Russia Today est la télévision de Poutine.

 

 

 

H - Quelles perspectives pour l'Ukraine ?

 

 

 

YB - L'Ukraine n'existe plus. La péninsule de Crimée est définitivement inclue dans la Fédération de Russie. Le tronc ukrainien va se scinder en deux voire en trois ou quatre morceaux. En cette fin mars la diplomatie russe propose la solution d'une Fédération un peu comme en Bosnie et Herzégovine avec la Fédération Croato-Musulmane et la Republika Srpska mais les putschistes vont refuser cette solution de transition. Une guerre larvée va s'en suivre, pour essayer de contrôler le plus de villes, le plus de territoires. Un coup de force ou un massacre de populations de l'Est pourrait légitimer une intervention militaire russe. Mais que les fantoches de Kiev le veuillent ou non, il y aura une ex- Ukraine que certains appellent déjà Nouvelle Russie ou Petite Russie entre Kharkov, Dnipropetrovsk, Donestsk, Maroupol et Kherson. Peut-être ira-t-elle jusqu'à Odessa et au-delà pour faire la jonction avec le Pridniestrovie (la Transnistrie). Malgré les paroles, l'attitude hésitante du bloc BAO indique que ce dernier ne veut pas faire la guerre. Une guerre directe et de grande envergure. Le BAO va donc faire une guerre indirecte avec intense campagne médiatique et aide aux russophobes du Caucase et d'Asie Centrale. Des attentats par groupes interposés compenseront l'impossibilité américano- occidentale d'affronter directement la Russie. On parle de sanctions économiques mais elles sont à double tranchant. Certains pays comme l'Allemagne et les Etats-Unis ont trop à y perdre. L'Allemagne a des centaines de sociétés en Russie et est tributaire du gaz russe pour son industrie. (Une bonne partie de l'Europe l'est). La Russie a menacé de ne pas rembourser les crédits américains qu'elle a contractés. La France pourrait rompre le contrat de vente des Mistral mais elle y perdrait.

 

 

 

L'équipe ahurie de Hollande risque néanmoins d'agir contre les intérêts français comme on l'a vu en Syrie avec le désir fou d'agresser ce pays partiellement francophone et comme on l'a vu en Iran avec le sabordage de Peugeot et des sociétés françaises. Depuis décembre l'Ukraine était virtuellement en faillite, elle est aujourd'hui complètement à cours de liquidités. Ses distributeurs de billets (Bankomat), ne fonctionnent plus et les produits de première nécessité commencent à manquer. Le putsch a agravé le problème. L'Est riche en minerais et en industries va pouvoir s'en tirer avec l'aide russe. Il est possible que le président Yanukovitch réfugié en Russie resurgisse dans le Donbass et soit mis à la tête de l'entité de Nouvelle Russie protégée par Moscou. A l'est et au sud, les putschistes ont nommé des gouverneurs qui ne gouvernent rien. Les Russes ne peuvent laisser les usines de Kharkov et de Donetsk aux mains de leurs ennemis. Une partie de l'industrie d'armements russe se trouve dans cette région. De même la possession de la Crimée devrait permettre d'écarter de la prospection des hydrocarbures dans la mer Noire les compagnies pétrolières états-uniennes. Mais pour cela il serait bien de contrôler le port d'Odessa. Sur le plan géostratégique, sans parler du bouclier anti-missiles soi disant hier destiné à l'Iran, une installation de l'OTAN en Ukraine est inacceptable pour la Russie. De même en Moldavie et en Géorgie. La Russie a le moyen d'empêcher l'OTAN d'annexer la Géorgie, c'est le Pridniestrovie... L' échec du BAO va renforcer la Russie et la fixer dans l'espace de l'Eurasie. La suspension de la Russie du G8 et la suppression des visas pour quelques responsables russes sont un coup d'épée dans l'eau. Tout ce qui va dans le sens du continentalisme et de l'autarcie est une bonne chose non seulement pour la Russie mais encore pour l'Europe réelle qui n'est pas représentée par la concession de Bruxelles mais par des mouvements nationalistes et populistes qui vont se rejoindre par affinités et dont l'action est à coordonner. L'isolement de la Russie va être son renforcement car les échanges avec l'Occident ont jusqu'à présent surtout profité à l'Occident. La Russie d'aujourd'hui n'est plus celle de 1999 quand 19 pays derrière les États-Unis bombardaient la Serbie. Le retour de la Russie sur la scène internationale devra être accompagné par la mise sur pied opérationnelle d'un nouveau Komintern ou peut-être Natintern chargé de guider idéologiquement, d'impulser et de conduire les luttes nationales, sociales et (trans)continentales contre l'impérialisme politico- militaire et financier états-unien, l'anglosphère culturelle et la gouvernance globale. Contre leurs institutions comme le FMI, la Banque Mondiale, le Tribunal de La Haye et leur gendarmerie planétaire, l'OTAN et ses dérivés. ◊

 


NOTES ET COMMENTAIRES D’YVES BATAILLE

 

 

 

1) Troisième Voie = Voie de garage pour l’Europe et boulevard atlantiste vers l’Eurasie. La France et la Russie étant les cibles de ce délire... La situation en Ukraine a excité les quelques croates abouchés à la faction germanomaniaque de l’extrême droite française..., qui se repassent avec délice le film de la destruction de la Yougoslavie et s’identifient aux radicaux de Galicie qui se prennent aussi pour des allemands (nazis) et font la guerre aux Russes comme ces croates qui se croyaient hier allemands (« Danke Deutschland ! ») faisaient la guerre aux Serbes au nom d’idées suprémacistes et autres sottises métapolitiques. Avec l’aide de mercenaires professionnels anglo-saxons des Sociétés Militaires Privées (SMP) qui précèdent ou accompagnent toujours les guerres de l’oncle $am et de la reine d’Angleterre, ces détraqués forment aujourd’hui en Ukraine la garde nationale de l’Otan comme les barbus islamiques de Benghazi et de Syrie formaient hier et forment encore aujourd’hui le cheval de Troie des mêmes contre l’indépendance nationale et la souveraineté de leur pays. Ces propos d’un croate dans un site français devraient faire réfléchir les Français car dans sa projection de l’avenir centre-européen qui redessine une Grande Allemagne et un Empire Austro-Hongrois il n’y a aucune place pour la France : « Ainsi la crise ukrainienne peut être l’occasion ou jamais de réfléchir et de peut-être redéfinir les axes géopolitiques d’une Eurasie triarchique reposant sur la triplice géopolitique carolingienne- occidentale/catholique autro-hongroise et centre-européenne/slavo- orthodoxe eurasiatique » (...)

 

 

 

2) Mise au point sur l’Ukraine. On soutient ou on ne soutient pas mais on ne soutient pas à moitié ! Et on choisit clairement son camp ! Je lis quelque part sur un support français ça : « Et pour couronner le tout les Russes ne sont pas en reste. Ces derniers ont décidément bien du mal à rompre avec toute une série de vieux réflexes dès qu’il s’agit de leur « étranger proche », jouant une ingérence (stratégie de la tension ?) certes beaucoup plus fine et subtile que celle des Euroricains, mais qui n’en demeure pas moins tout à fait néfaste. Le Droit était largement de leur côté en août 2008 en Géorgie, c’est beaucoup plus discutable aujourd’hui. » (...) J’en ai marre de ces demi vérités, de ces demi positions, de ces demi amis. Dans l’affaire de l’Ukraine aujourd’hui comme dans celle de la Serbie/Yougoslavie hier, il n’y a pas de camp alternatif, de troisième position possible eu égard aux enjeux géopolitiques. La place de tous les Français et de tous les Européens lucides est d’être aujourd’hui du côté de la Russie en Ukraine comme il fallait être hier du côté de la Serbie en Yougoslavie. - « Les Russes ne sont pas en reste » ? Ils devraient se laisser encercler. Après la Géorgie, l’Azerbaidjan et les Pays Baltes, laisser les vipères lubriques se lover dans leur ventre ? Se laisser pisser dessus ? - « Ils [les Russes] ont décidemment du mal à rompre avec toute une série de réflexes » (...) Manifestement, ce ne sont pas les Russes qui ont du mal mais bien ces amis de la Russie qui lui font défaut quand on l’attaque et renouent avec le viel antisoviétisme/antirussisme de papa. - Le droit ne serait « pas du côté russe aujourd’hui en Ukraine » ? Mais de quel droit les « Euroricains » se permettent ils de juger et de s’opposer à la décision d’un président ukrainien élu normalement ? Bien sûr pas de réponse à cela. J’ai lu aussi quelque chose d’un auteur ayant visiblement subi dans le vocabulaire l’influence de l’ancienne Nouvelle Droite. Entre deux rasades de schnaps ethno-différentialisme et de critique bâclée de l’Eurasisme de Douguine, le précieux épistolier nous explique qu’il faut se garder d’appuyer la « brutalité russe » et le « messianisme orthodoxe ». C’est la version pédante des « Cocos à Moscou ! » des gamins d’Occident (l’ex- mouvement) et de leur suite. Des dizaines d’années de retard et la sottise de vouloir faire les guerres d’hier - les guerres des autres aussi - alors que la guerre d’aujourd’hui, notre guerre, nous indique la politique à suivre et la géographie à prendre en compte. De la part de Français, le tropisme anti-Russe est non seulement ridicule mais encore irrecevable. Je dis à ces compagnons de route de l’Alliance Atlantique : ce sera brutalité contre brutalité et messianisme contre messianisme. La France est sous occupation américaine, pas russe. Entre ce camp et nous autres c’est une guerre puisque l’on ne peut s’accorder et, à défaut de se comprendre, s’aimer, collaborer, vivre ensemble. Il n’y a plus ni Est ni Ouest, il y a le camp de la vraie liberté, de la libération nationale et sociale, de l’Unité Continentale et de la Francité. Et il y a celui de l’Empire USAïque. Il faut aujourd’hui choisir son camp. Les nostalgiques qui pensent refaire le Front de l’Est contre les « Rouges » sont en train de refaire le débarquement de Normandie pour les Verts. Verts commes les billets de banque US qui arrosent la dite opposition ukrainienne et Verts comme les amis de Cohn-Bendit.

 

 

 

3) Les liens israéliens de Svoboda : Nouveau Gladio pour l’Ukraine « Son peloton, déclare-t-il à la Jta, est aux ordres de Svoboda, autrement dit d’un parti qui derrière sa nouvelle façade conserve sa matrice néonazie. Pour tranquilliser justement les juifs ukrainiens qui se sentent menacés par les néonazis, Delta souligne que l’accusation d’antisémitisme à l’égard de Svoboda est une « connerie ». La présence en Ukraine de spécialistes militaires israéliens est confirmée par l’information, diffusée par la JTA et d’autres agences juives, que plusieurs blessés dans les affrontements avec la police à Kiev ont immédiatement été transportés dans des hôpitaux israéliens, évidemment pour empêcher que quelqu’un ne révélât d’autres vérités incommodes. Comme celle sur les gens qui ont entraîné et armé les snipers qui, avec les mêmes fusils de précision, ont tiré, place Maïdan, à la fois sur les manifestants et sur les policiers (presque tous touchés à la tête). Ces faits apportent une nouvelle lumière sur la façon dont a été préparé et mis en œuvre le coup d’État de Kiev. Sous direction des USA et de l’Otan, à travers la CIA et d’autres services secrets, ont été pendant des années recrutés, financés, entraînés et armés les militants néonazis qui à Kiev ont donné l’assaut aux palais gouvernementaux, et qui ont ensuite été institutionnalisés comme « Garde nationale » : http://www.voltairenet.org/article182785.html

 

 

 

4) Pour la documentation sur l’aspect énergétique (gaz, gazoducs, guerre des tuyaux) https://www.facebook.com/notes/francis-maginot/de-limportance-de-l- ukraine/521173048001987

 

 

 

5) Sur le plan PAUCI inspiré de Zbigniew Brzezinski : Pologne. Le Fabius polonais. Où il est indiqué que  Radek Sikorski, le ministre polonais des affaires étrangères, est dirigé par la CIA et le MI6. En 1981 cet individu se réfugie en Grande Bretagne où l’Intelligence Service le fait monter en structure et où il obtient la nationalité britannique. Il y adhère au Bullington Club dont David Cameron est membre (un club interdit aux femmes). Puis la communauté du renseignement anglo- américain (UKUSA) le fait se marier à la journaliste américaine Anne Applebaum du Washington Post. Il devient membre du néocon American Enterprise Institute (AEI) de Washington, ‘executive director’ de New Atlantic Initiative... On sait que la Pologne, comme les Pays Baltes, est une plateforme d’agression impérialiste contre la Russie. Lié au plan PAUCI de la Polish-Ukrainian Cooperation Foundation, Sikorski a été chargé d’appliquer le plan Brzezinski d’attaque contre la Russie et de superviser la subversion américano-occidentale en Ukraine. http://www.rmf24. pl/tylko-w-rmf24/wiadomosci/news-piskorski-kontakty-z-cia-i-mi6- sikorski-amerykanskim-agentem,nId,1359861

 

 

 

 

 

6) Une mise en pespective de Jean-Michel Lemonnier : http://www.agoravox.fr/actualites/international/article/victoire-euro- atlantiste-en-148631

 

 

 

 

 

Pour la préservation de notre peuple,

 

F.Q.S.

 

Source: http://www.quebecoisdesouche.info/index.php?entrevue-avec-yves-bataille

 

 

 

. Nouvelle révolution orange en Ukraine ? (1er décembre 2013)

. L'Anschluss était dans Mein Kampf, le contrôle de l'Ukraine est dans "Le Grand Echiquier" (R. Chamagne)

. Ioulia Timochenko veut tuer les Russes d'Ukraine "à l'arme nucléaire"

Repost 0
8 avril 2014 2 08 /04 /avril /2014 14:28

Baptême pour l’enfant de deux lesbiennes

 

Deux femmes ont décidé de faire baptiser leur enfant en Argentine, pays du pape François, comme le précise l’AFP.

Il pourrait s’agir du choix de femmes capables de rejeter tout l’enseignement de l’Eglise lorsqu’elles réclament le mariage, mais inconsciemment travaillées par leur attachement à Dieu.

Mais cela ressemble malheureusement bien plus à une démarche ultra-militante, puisque l’un des deux réclame dès la fin de la messe le mariage à l’église comme prochaine étape.

Elle s’empresse de déclarer que cette démarche est pleine d’espoir pour le monde, puisque cela signifie que leur enfant est « l’égal de tous les autres » : c’est un fait que personne n’a jamais nié, leur enfant est évidemment l’égal de tous les autres aux yeux de Dieu.

Il est toutefois nécessaire de rappeler que ce sont elles précisément qui ont choisi, avec le renfort de la loi, d’imposer à « leur » enfant la plus grande inégalité qui soit par rapport aux autres enfants : celle d’être privé de père.

A noter également que la marraine du bébé n’est autre que Cristina Kirchner, présidente de l’Argentine, qui avait légalisé le mariage homosexuel après de vives tensions avec le Cardianal Bergoglio, désormais pape, qui était alors archevêque de Buenos Aires·


 

 

 

Source: http://reinformation.tv/le-jt-du-7-avril-2014-bapteme-pour-lenfant-de-deux-lesbiennesritv-video/

Repost 0
8 avril 2014 2 08 /04 /avril /2014 12:17

"Premièrement, ils vous ignorent, puis se moquent de vous et vous haïssent. Puis ils vous combattent, et vous gagnez" (Gandhi)

 

 

Le Printemps Français n’a "pas oublié les menaces de dissolution" prononcées contre lui par Manuel Valls et lui promet qu’il s'en apercevra bientôt. Voici son dernier communiqué reproduit ci-dessous, auquel nous ajoutons quelques-unes de nos pensées dans ce qui nous semble être véritablement un "combat aux proportions cosmiques, un combat pour notre planète, physique et spirituel" (Alexandre Soljénitsyne).

 

Combat aux proportions cosmiques

 

Communiqué de presse du Printemps Français sur la nomination de Manuel Valls

 

En nommant Premier ministre Manuel Valls, François Hollande adresse deux messages aux français : le changement de civilisation préfiguré par la loi Taubira est son seul programme, il va donc continuer la même politique. Le Printemps Français dénonce l’ambition qu’exprime cette nomination d’achever la destruction du mariage, de la famille et de la filiation, qui sont le socle fondamental de toute humanité.

La nomination de Manuel Valls à Matignon signifie que la politique du gouvernement ne s’éloignera pas d’un pas du programme de changement de civilisation engagé depuis 2012. Manuel Valls est au service de la même conception technicienne et idéologique de la personne humaine. Il s’est d’ores et déjà prononcé pour la PMA et l’euthanasie. L’enseignement du genre à l’école fait partie intégrante de sa vision de la République. Et il entend, comme il l’a prouvé lors de son passage au Ministère de l’intérieur, que la force publique s’emploie avec cynisme et brutalité à édifier cette république idéologique. Avec cette nomination, les rafles d’opposants politiques, les arrestations arbitraires, les violences policières, le détournement de la justice à des fins politiques se trouvent légitimés.


Printemps-francais-ne-le-24-mars-2013.jpg

Enfants gazés le 24 mars 2013


Le Printemps Français est né le 24 mars 2013 sur les Champs Elysées au milieu des gaz lacrymogènes lancés par la police de Manuel Valls contre des manifestants pacifiques. Le Printemps Français n’a pas oublié les menaces de dissolution prononcées contre lui par Manuel Valls, au lendemain de la première manifestation jamais organisée devant le siège du Grand orient de France en avril 2013. Le programme politique qu’annonce cette décision, c’est qu’une chape idéologique se rabat sur la France pour faire de notre pays la république des loges. Il est maintenant prouvé que François Hollande n’a pas eu d’autres choix que d’obéir à la Franc Maçonnerie.

 

Valls-La-dictature-c-est-maintenant-copie-2.jpg

Pourtant le scrutin municipal de mars 2014 révèle le rejet du clivage droite-gauche et l’impatience des français à changer de marqueur politique. Il est urgent de refonder la politique sur d’autres valeurs, sur une autre conception de l’homme et de la société. C’est pourquoi le programme de résistance du Printemps Français est aujourd’hui plus nécessaire que jamais. Nous promettons à Manuel Valls qu’il aura bientôt à s’en apercevoir… Si vous voulez, vous aussi, entrer en résistance, rejoignez le Printemps Français !


Source: http://www.printempsfrancais.fr/3773/communique-de-presse-du-printemps-francais-sur-la-nomination-de-manuel-valls/

 

 

Il ne faut jamais perdre de vue que - contrairement à ce que dit le gouvernement - la première violence vient de l'Oligarchie elle-même qui par ses lois illégitimes, détruit l'harmonie de la société, détruit l'Etat de droit en France, démolit l'unité, et produit concrètement une explosion des violences et des inégalités, le "diviser pour régner". La nuit, la haine, la violence, le racisme, l'antisémitisme et la barbarie sont le lot chaque jour de l'individu atomisé, déculturé, déraciné, gendérisé... Un individu rendu athée, illettré, lgbt.

 

http://www.viveleroy.fr/IMG/arton71.jpg

 

En face, toute réponse ne peut s'analyser que comme une légitime défense de la société elle-même. Une réaction de la nature qui n'entend pas se laisser assassiner sans sursaut, sans instinct de survie.

 

Sur Christ Roi, nous savons que pour être crédibles et efficaces, il faut être dans le pour et pas seulement dans le "contre", la lutte ou le "non".

 

Chacun doit cultiver prioritairement cet état d'esprit positif. Chacun doit développer un discours de construction et non une simple opposition ou destruction de l'idée adverse (qui est le logiciel même du système de la "tabula rasa" que nous combattons). Le mal existe, on ne pourra jamais l'éradiquer complètement. Contrairement aux promesses illusoires des idéologies modernes (libéralisme, progressisme, socialisme, communisme, nouvel-ordre mondialisme, genrisme) qui se sont succédées depuis 1789, l'homme croyant sait qu'il ne fera pas le monde autrement que Dieu ne l'a fait. Ceci demande donc d'abord un travail sur soi.

 

De même, on ne combat pas le feu "par le feu", mais par l'eau. Ceci demande de la souplesse. Le Christ Notre Seigneur dit : "Voici que je vous envoie comme des brebis au milieu des loups. Soyez donc prudents comme les serpents et simples comme les colombes" (Evangile selon saint Matthieu., X, 16.) Ce qui peut s'analyser comme une alliance de la souplesse et de l'esprit de science qui chasse la colère : un des Sept dons du Saint-Esprit.


Il s'agit pour chacun d'être une lumière, c'est-à-dire une force spirituelle et philosophique de proposition et de renaissance pour la société et non plus seulement une force brute de contestation ou de simple "dissidence" comme nous l'entendons trop souvent dans les milieux nationaux, sans que jamais derrière, aucune solution concrète ne soit proposée... Regardez, faites le tour des sites alternatifs dits de "réinformation". Quels sont ceux qui vous proposeront une alternative à l'Oligarchie ? Quels sont ceux qui feront des propositions ? 

 

Jugeons donc la démocratie à ses fruits; et de notre côté, proposons les recettes qui marchent, celles qui ont fait la France et l'ont conduit au rang où elle était à la veille de 1789 !

 

http://idata.over-blog.com/1/06/39/73/Scoutisme/La-lumiere-brille-dans-les-tenebres.JPG


Après la nuit vient l'aurore.

Soyons ce que nous sommes !

Après la "culture de mort" et de la haine, la culture de vie et de l'amour !

 

Terre-du-milieu.JPG

 

 

. Manuel Valls : un "gouvernement de combat" (sic) contre les Français

. "Un combat aux proportions cosmiques, un combat pour notre planète, physique et spirituel" (Alexandre Soljénitsyne)

. Bases philosophiques du Printemps français

. Manuel Gaz envisage d'interdire le Printemps français : autant interdire le peuple !

. "La violence n'exige de nous que notre obéissance au mensonge" (A. Soljenitsyne, à Moscou le 12 février 1974)

. Un R inversé : Le Printemps français a son symbole de la résistance

. Béatrice Bourges : la "convergence des luttes" [audio]

. Le Printemps français pointe six mensonges de "ce gouvernement socialiste qui n'en finit plus de mentir"

. Les neuf principes de fonctionnement du Printemps français

Repost 0
7 avril 2014 1 07 /04 /avril /2014 22:43

 

Carre-de-l-Oligarchie.jpg

 

  La "démocratie" ou la "liberté" de se mouvoir à l'intérieur d'un carré dont les limites sont définies dans un Club à Paris...


 

Une république est-elle nécessairement démocratique ? Pour le savoir, allez donc faire un tour sur le site « Global Democracy ranking » pour vous faire une idée.

Le site de cette association autrichienne effectue chaque année un classement des pays en fonction de critères politiques (libertés et autres caractéristiques d’un système politique) et non politiques (économie, éducation, santé, environnement).

Le dernier classement qui vient de paraitre est très intéressant :

 

Global-Democracy-ranking-2014--La-France-n-est-pas-dans-le-.jpg


Quelle étrangeté : point de France dans le top 10 ? Et oui, nous n’apparaissons qu’en 16ième position…

Ah au fait : sur les 10 premiers, combien de républiques ?

Observons maintenant le bas du classement :

 

Global-Democracy-ranking-2014--Des-republiques-dans-le-FLO.jpg


Ça se passe de commentaire, vous ne trouvez-pas ?

 

Source : http://democracyranking.org/wordpress/ranking/2013/data/Scores_of_the_Democracy_Ranking_2013_letter.pdf

via http://www.vexilla-galliae.fr/actualites/776-republique-democratique-de-france

Repost 0
7 avril 2014 1 07 /04 /avril /2014 16:49

Selon un sondage Ipsos/Steria Francetv info publié le 30 mars, le front national obtiendrait 22% des voix, arrivant second juste derrière l'UMP (24%), et trois points devant le PS (19%).  

 

Si le Front national n'a pas encore obtenu l'adhésion des personnes qui votent pour lui, comme le disent les commentateurs des résultats des dernières municipales, alors une autre explication politique peut être donnée, celle d'un vote négatif pratiqué comme une sanction et non plus comme une adhésion. À moins que cette fois-ci, les journalistes ne reconnaissent que le vote front national s'est notabilisé, normalisé ?

 

Quelque soit l'analyse présentée, les mondialistes et ses collabos de la presse alignée sont piégés... Soit ils disent que le front national n'a toujours pas l'adhésion de ses électeurs, et ils courent le risque de voir le vote transformé négativement en arme de sanction massive, vu que le FN n'étant pas un parti comme les autres, les Français sont empressés à voter pour le seul parti qui précisément n'est pas comme les autres. Soit ils reconnaissent que le Front national est un parti "républicain"..., qui a désormais un socle d'électeurs qui adhère à ses valeurs, et c'est finalement le normaliser tout à fait.

 

Bataille-de-Tolbiac-par-Ary-Scheffer--1795-1858-.jpg

 

Le front national fait parti du système lui-même (particratie, organisation politique de la division au profit d'une minorité de parasites contrôlant les medias et les élections). S'il venait à gagner miraculeusement des élections importantes, on sait que l'Oligarchie ne le laissera pas faire (voir les déclarations d'un Malek Boutih), déclarera la nullité des élections, décrètera l'état d'urgence, déclenchera une guerre civile, prendra tout moyen pour refuser le choix des Français exprimés dans les urnes.

 

De l'aveu même des gardiens du camp..., l'abstention, la sécession (et donc l'évasion) sont en réalité les meilleures armes contre eux, pour reconstruire très rapidement la France réelle, libre et souveraine, en un temps record, après l'effondrement de leur tour.

 

http://www.viveleroy.fr/IMG/arton71.jpg

 

Si les peuples de France s'y mettent tous ensemble et en même temps, s'ils s'unissent ils seront invincibles.

 

Quoiqu'il en soit, cette nouvelle pratique sociologique du vote négatif massif pourrait porter aux prochaines européennes un coup terrible à l'Oligarchie. Les participants mettront dans l'urne un bulletin "front national" pour exprimer leur mécontement de voir qu'aucun parti, qu'aucun choix "démocratique" ne les satisfait pleinement. Le vote sera pratiqué comme défouloir et sanction du système maçonnisé, globalisé et gendérisé, qui refuse d'entrer en dialogue avec eux... À suivre.

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Politique
commenter cet article
7 avril 2014 1 07 /04 /avril /2014 16:34

"En Ukraine, Washington réunit les conditions pour un bain de sang. ...Inconsciemment ou sciemment les Etats-Unis ouvrent la voie au génocide et au nettoyage ethnique"...


(Aijaz Ahmad)

 

L'histoire bégaie. Le recours au coup d'Etat sous la direction de nazis comme une toute nouvelle étape de la promotion de la "démocratie" par l'Amérique et l'UE par le biais de l'extrême-droite; La montée des gouvernements néo-nazis en Europe avec le soutien et l'appui des Etats-Unis et de l'UE... On n'est pas loin du "complot qui n'existe pas"... et de la réédition des "heures les plus sombres de notre histoire" au profit des mêmes... "Ordo ab chao"....

 

Le Capitole des États-Unis

 

En Ukraine, Washington réunit les conditions pour un bain de sang (expert)

 

16:20 07/04/2014

NEW DELHI, 7 avril – RIA Novosti

 

Cherchant à faire de l'Ukraine un avant-poste militaire près des frontières russes, les Etats-Unis cherchent à encercler la Russie stratégiquement; dans le même temps leur "flirt" avec les mouvements fascistes en Ukraine est susceptible d'entraîner une guerre fratricide selon le scénario yougoslave, écrit l'expert politique et philosophe indien Aijaz Ahmad dans un article publié sur le site de la plus grande revue politique du pays Frontline.

 

Coup d'Etat euro-nazi

 

"Le coup d'Etat euro-nazi à Kiev en février 2014 financé par les Etats-Unis et la réintégration de la péninsule de Crimée à la Russie, qui a suivi en mars, marquent un tournant dans l'ère postsoviétique. Après la grande propagande de la doctrine l'"Axe asiatique" du président Barack Obama, qui visait à encercler la Chine, on assiste à un tournant rapide accompagné de violence sur l'"Axe européen" de l'Amérique destiné à achever au plus vite l'encerclement de la Russie et la suppression d'une zone tampon cruciale entre la Russie et le réseau de bases de l'Otan, qui s'introduit sur le territoire de l'ex-Pacte de Varsovie et, dans certains cas, de l'ex-URSS", écrit Aijaz Ahmad dans un article intitulé "Le grand jeu en Europe".

 

Selon le politologue, l'Ukraine est une sorte de zone frontalière partagée par ces deux civilisations "à l'instar de la région serbo-croate en ex-Yougoslavie".

 

"Nous savons comment la Croatie avec sa majorité catholique a été poussée à se séparer de la Serbie orthodoxe, ce qui a entraîné des massacres partout, voire un génocide. En s'efforçant de transformer l'Ukraine en un avant-poste pour déployer des bases de l'Otan afin de contrer la Russie, inconsciemment ou sciemment les Etats-Unis ouvrent la voie au génocide et au nettoyage ethnique. Par le passé, ils ont déjà formé une armée internationale de jihadistes en Afghanistan pour contrer le communisme; nous en ressentons encore les conséquences à travers le monde. Mais qu'arriverait-il si un équivalent d'Afghanistan faisait son apparition dans un pays crucial géographiquement situé entre l'Orient et l'Occident?", s'interroge l'auteur.

 

Effondrement économique

 

Aijaz Ahmad doute que l'assistance économique occidentale promise aidera réellement l'Ukraine. D'après lui, au cours des deux dernières décennies les subventions russes pour les achats pétrogaziers de l'Ukraine s'élèvent à 200 milliards de dollars, sans compter les prêts et le soutien financier de la Russie non seulement pour aider l'Ukraine, mais également pour y assurer la neutralité. De son côté, l'Occident propose des sommes et des crédits du FMI largement inférieurs en échange de l'accord de l'Ukraine pour instaurer le même régime d'austérité que celui qui a été imposé à la Lettonie, la Slovaquie, la Grèce et d'autres pays.

 

"L'économie ukrainienne serait aujourd'hui en ruines sans la générosité de la Russie. Le régime d'austérité imposé par le FMI à l'économie effondrée et la militarisation sous l'égide de l'Otan pour une confrontation directe avec la Russie est un mélange explosif qui pourrait entraîner une guerre civile, une guerre régionale et on ne sait quoi encore dans un pays où 70% de la population s'oppose à l'adhésion à l'Otan, selon un récent sondage de Gallup", écrit l'expert.

 

De plus, les conséquences des mesures du FMI provoqueraient des cataclysmes aux retombées imprévisibles, estime Aijaz Ahmad.

 

Les bons et les mauvais radicaux

 

Aijaz Ahmad explique qu'il existe de "bons" et de "mauvais" radicaux aux yeux de l'Occident.

 

Ukraine-Crimée.2jpg"Il n'est plus à la mode de se qualifier de "nazi" ou de "fasciste". Faisant partie du paysage politique de l'Europe, ils se font appeler "nationalistes", et les médias les appellent "nationalistes de droite", "extrémistes", "xénophobes" et ainsi de suite. Cependant, la rose sent la rose, peu importe le nom qu'on lui donne. Les successeurs des fascistes ont largement participé à la mise en place de gouvernements dans plusieurs pays postsocialistes tels que la Croatie, la Hongrie et la Slovénie. Cependant, l'Ukraine est le premier pays européen à avoir au gouvernement au moins trois mouvements politiques qui s'identifient ouvertement à l'héritage nazi et qui contrôlent la sécurité de l'Etat sous le patronat non dissimulé des Etats-Unis et avec le consentement absolu de l'Union européenne. Cette marche de néonazis vers les plus hautes fonctions dans un pays européen crucial avec le soutien total des Etats occidentaux sera un élixir enivrant pour les partis fascisants à travers l'Europe", écrit Ahmad.

 

Il considère le recours au "coup d'Etat sous la direction de nazis" comme une toute nouvelle étape de la promotion de la démocratie par l'Amérique par le biais de l'extrême-droite. On constate des parallèles historiques à cela.

 

"Nous avons vu de "bons jihadistes" dans la campagne antisoviétique en Afghanistan ; de "bons miliciens narcoterroristes" qui se battaient contre la gauche au Salvador, au Nicaragua et en Amérique Latine ; de "bons terroristes d'Al-Qaïda" en Syrie. Cette fois, nous avons de "bons nazis" en pleine Europe", écrit le philosophe.

 

Les Etats-Unis ont annoncé à plusieurs reprises que les accusations de fascisme portées contre les partisans de la "révolution" ukrainienne n'étaient qu'une étiquette collée par leurs opposants politiques, écrit Ahmad. Néanmoins, les faits ne laissent pas l'ombre d'un doute: les principales forces impliquées dans le coup d'Etat ukrainien – le parti nationaliste Svoboda (Liberté) et l'association d'organisations nationalistes radicales Secteur droit – sont des organisations fascisantes. Svoboda était initialement appelé Parti social-nationaliste d'Ukraine. De plus, ses leaders déclaraient avoir hérité des idées de Stepan Bandera, fondateurs de l'Organisation des nationalistes ukrainiens (OUN), qui avait coopéré avec les occupants allemands, rappelle le politologue.

 

Selon lui, la "haine extrême de tout ce qui se rapporte à la Russie" émanant des nouvelles autorités de Kiev signifie qu'un tiers des Ukrainiens ou plus vivent aujourd'hui dans la peur et songent même à la réalisation du scénario criméen. L'unique alternative au conflit est la fédéralisation de l'Ukraine avec l'octroi de larges pouvoirs aux gouvernements régionaux, affirme Ahmad.

 

Diabolisation du gouvernement russe

 

Depuis Joseph Staline, aucun dirigeant russe n'avait été aussi diabolisé en Occident que l'est aujourd'hui Vladimir Poutine, écrit l'expert. D'après ce dernier, les Etats-Unis peuvent utiliser dans les circonstances actuelles le mensonge sur l'"invasion russe en Ukraine" pour faire passer la Russie comme une menace militaire pour ses voisins, ce qui justifierait une augmentation conséquente de la présence militaire américaine non seulement en Europe, mais aussi en Asie centrale. De plus, les USA, dont la propagande rangera Poutine aux côtés des personnalités telles que Staline, l'ayatollah Khomeini, Saddam Hussein, Mouammar Kadhafi et Bachar al-Assad, œuvrera pour organiser une "révolution de couleur" en Russie au nom de la "démocratie" et contre la "dictature" et la corruption.

 

La Russie et la Chine

 

Ahmad souligne également l'importance du soutien accordé à la Russie par la Chine et l'Inde dans le cadre de la situation en Crimée.

 

"Une alliance stratégique étroite entre la Russie et la Chine pourrait tout à fait être l'une des issues positives du fiasco ukrainien des USA", écrit l'expert en soulignant qu'une telle alliance pourrait avoir des conséquences "fatales" pour l'"empire américain", car la Russie possède les plus grandes réserves naturelles et la Chine détient le plus grand nombre de liquidités. Les actions de Washington aussi bien contre la Russie que contre la Chine ne feront qu'accélérer la formation de leur union, affirme l'expert.

 

 

Source: http://fr.ria.ru/world/20140407/200920611.html

 

 

Ordo ab chao: "on ira ensemble vers ce nouvel ordre mondial et personne ne pourra s'y opposer"…

. Ordo ab chao: "On ira ensemble vers ce Nouvel Ordre Mondial et personne ne pourra s'y opposer" (Nicolas Sarkozy)

. Ordo ab chao. Le G7 se sert de la crise pour créer "un nouvel ordre économique mondial" (14 février 2009)

. Ordo ab chao: Guerres et paix

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Russie
commenter cet article
7 avril 2014 1 07 /04 /avril /2014 14:59

Contraceptifs : vers un désastre écologique

 

 

Contraceptifs : vers un désastre écologique

 

dans Bioéthique et Santé / Par Jean-Pierre Dickès / le 6 avril 2014 à 11:11 /

 

En 2009 paraît pour la première fois un rapport sur l’influence des hormones féminines déversées dans l’écosystème par l’intermédiaire des contraceptifs oraux, des traitements substitutifs de la grossesse et des implants chez les animaux (veaux et poulets aux hormones, mais aussi certains anticancéreux et les phytohormones). En gros ce sont toutes les substances hormonales féminines. Une étude était diligentée par la Brunel University, les universités d’Exeter et Reading et le Centre d’écologie et d’hydrologie au Royaume Uni. Elle était soutenue par le Conseil de recherche sur l’environnement et publié dans le journal Environment Health Perspective. Elle est arrivée à la conclusion que ces hormones entraînaient la modification du sexe des poissons au détriment des mâles ce qui affectait les capacités de reproduction de certaines espèces (dysgénésie testiculaire). 1000 poissons ont été étudiés dans 30 rivières de l’Angleterre. Cette recherche s’étala sur trois années. Dans certains cas 95 % des poissons étaient identifiés comme féminins; à quoi s’ajoutaient des cas d’intersexualité. L’idée était de connaître les conséquences d’une telle situation sur l’espèce humaine notamment en matière de reproduction. Ce rapport évoquait la disparition programmée de nombreuses espèces du monde animal.

 

En Espagne, vient de paraître une autre étude afférente à ce sujet. Il est apparu que des poissons mâles se mettaient à pondre des œufs dans les estuaires des rivières. Bien sûr ceux-ci étaient immatures; ce qui interdisait leur développement. Mais a été mise en avant la nécessité d’étudier les conséquences de cette situation sur l’environnement.

 

Les écologistes font semblant d’ignorer une situation ne faisant que s’aggraver et qui amènera à un désastre sur des espèces fragiles. Ainsi pourrait s’expliquer la disparition progressive de l’instinct de reproduction chez les tigres. Mais c’est toujours l’idéologie contraceptive qui règne au sein de ces organisations écologistes politiquement récupérées.

 

 

Source: http://medias-presse.info/contraceptifs-vers-un-desastre-ecologique/8406

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Culture de mort
commenter cet article
7 avril 2014 1 07 /04 /avril /2014 14:12

Le kosovo ne cesse de revenir "dans la gueule" des Occidentaux. Donetsk (est de l'Ukraine) pourrait organiser un référendum sur le rattachement à la Russie le 11 mai prochain.

Les putschistes de Kiev, en interdisant la langue russe en tant que seconde langue nationale, en ukrainisant à outrance (c'est-à-dire en germanisant) en attendant l'otanisation pure et simple, ont eux-mêmes préparé la sécession de l'Ukraine de l'Est, comme ils ont engendré la déclaration d'indépendance de la Crimée et de Sébastopol et leur demande de rattachement à la Russie par référendum.

Les Russes d'Ukraine veulent être russes et ne veulent surtout pas de l'Occident décadent... C'est pleinement leur droit. Il s'agit du "droit des peuples à disposer d'eux-mêmes", droit à l'autodétermination, un principe qui avait été proclamé par les forces alliées pendant la Iere Guerre mondiale en vue de démembrer les deux derniers empires austro-hondrois et russe... (monarchies catholique des Habsbourg et orthodoxe des Romanov... réunissant de nombreuses communautés religieuses et ethnies différentes) tout en refusant son application là où cela ne l'arrangeait pas (Autriche-Hongrie germanophone-république allemande de Weimar, Irlande)... et réaffirmé après la Seconde Guerre mondiale dans la Charte des Nations unies de 1945. 

De telle sorte qu'en Crimée, peut-être bientôt à Donetsk, est de l'Ukraine (?), ces peuples russophones demandant l'exercice de leur droit à l'autodétermination et leur rattachement à la Russie, l'Occident marche sur ses propres principes. Les principes qui ont servi à l'Occident décadent maçonnisé à démanteler l'Europe chrétienne (catholique et orthodoxe) sont en train de lui revenir "dans la gueule".

 

Ukraine: Donetsk pourrait organiser un référendum sur le rattachement à la Russie

Ukraine: Donetsk pourrait organiser un référendum sur le rattachement à la Russie

 

16:07 07/04/2014

DONETSK, 7 avril - RIA Novosti

 

Le Conseil populaire de la région de Donetsk (est de l'Ukraine), institué lundi, a annoncé l'intention de créer la république de Donetsk et d'entrer au sein de la Fédération de Russie après un référendum sur cette question qui sera organisé au plus tard le 11 mai prochain.

 

"La république populaire de Donetsk est créée dans les frontières administratives de la région de Donetsk. La décision sur cette question entrera en vigueur immédiatement après le référendum (sur l'indépendance de la région vis-à-vis de l'Ukraine et son rattachement à la Russie, ndlr)", stipule le communiqué du Conseil populaire, dont la lecture a été donnée dans les locaux de l'administration régionale, occupés dimanche par des partisans de la fédéralisation de l'Ukraine.

 

Source: http://fr.ria.ru/world/20140407/200920399.html

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Russie
commenter cet article
7 avril 2014 1 07 /04 /avril /2014 13:11

Une idée de sketch pour nos amis humoristes ici en France sur la farce de la "démocratie" !

 

Une pièce humoristique a été diffusée en Allemagne (ZDF du 11/03/2014), sur le putsch en Ukraine. Le sénateur US John McCain sur la place Maidan en décembre... Madame Monsieur Timochenko, des manifestants soudoyés payés au Maidan (comme en 1789... On ne change pas des recettes qui marchent..) Les Américains ont investi 5 milliards de dollars pour la révolution en Ukraine (Victoria Nuland, sous-secrétaire d'Etat US pour l'Europe et l'Eurasie). Imaginez l'inverse, Poutine se rendant sur la 5e Avenue auprès d'Occupy Wall Street... et leur donnant des milliards de dollars, et déclarant : "Monsieur le président, FAITES TOMBER CE MUR (Wall Street) !"

Tout personnage ressemblant à la réalité...n'est qu'un pur hasard..

Finale extra : "Quand un homme est démocratiquement élu et que le peuple ne veut plus de lui... alors le peuple doit élire celui que nous avons choisi pour lui!"...

 

 

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Humour
commenter cet article
7 avril 2014 1 07 /04 /avril /2014 07:01

Les manifestants du Maidan avaient le droit de manifester contre Ianoukovitch et de le renverser avec l'aval, l'appui et le soutien de l'Occident, tandis que l'inverse, ceux qui sont contre le coup d'Etat et pour le maintien du régime Ianoukovitch pro-russe, n'auraient pas le droit de manifester. Couvre-feu pour eux... Cela devient comique.

Un couvre-feu est entré en vigueur sur la place d’Indépendance à Kiev  

 

Un couvre-feu est entré en vigueur sur la place d’Indépendance à Kiev

 

La Voix de la Russie  Hier, 20:28

 

Tout rassemblement et mouvement est interdit sur le Maidan Nezalejnosti (place de l’Indépendance) dans la capitale ukrainienne entre 1 heure et 5 heures du matin, selon les autorités municipales. Les patrouilles vont procéder aux contrôles aléatoires pendant ces heures.

 

Selon les médias, ces limitations ont été introduites par la fameuse « Rada des centaines du Maidan », composée des dirigeants des groupes semi-armés, qui se sont créés pendant les affrontements avec la police à Kiev.

 

La « Rada des centaines » a adopté une série de «Lignes directrices du comportement sur le territoire du Maidan ». Selon ces règles, tous les événements qui se déroulent dans ce secteur doivent être coordonnés avec « l’état-major du commandant du Maidan ».

 

Source: http://french.ruvr.ru/news/2014_04_06/Un-couvre-feu-est-entre-en-vigueur-sur-la-place-d-Independance-a-Kiev-2387/

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Russie
commenter cet article
6 avril 2014 7 06 /04 /avril /2014 13:30

Mis à jour, Christ-Roi, 07/03/2014, 16h27.

 

http://1.bp.blogspot.com/-ofai15RuI9Y/UulO9D-2FiI/AAAAAAAABR4/3zDlLOEvqsU/s1600/Rwanda.jpg

 

Au moment où vont débuter les commémorations du 20e anniversaire du génocide rwandais, Bernard Lugan, expert au tribul pénal international pour le Rwanda dans les divers procès, présente son ouvrage "Rwanda un génocide en questions", publié en janvier 2014 : "Le tribul pénal international pour le Rwanda va terminer ses travaux l'année prochaine en 2015. On peut dire qu'il a quasiment terminé.... Une fausse histoire du génocide a été écrite. On peut dire aujourd'hui que tout ce qui avait été affirmé auparavant concernant le génocide du Rwanda est faux".

 

 

Source video : http://bernardlugan.blogspot.fr/2014/01/bernard-lugan-presente-rwanda-un.html 

 

Date de publication : 26/01/2014

Durée : 25:33

 

Une fausse histoire du génocide a été écrite.

 

« Depuis 1994, date du début du génocide, une fausse histoire de ce génocide a été écrite, une fausse histoire qui est l'histoire officielle. Cette histoire se résume de la manière suivante : des extrémistes hutus ont abattu leur propre président hutu afin de déclencher un génocide qui était programmé, afin d'éliminer les tutsis, pour se maintenir au pouvoir. Et c'est autour de cette idée, que depuis 20 ans, les uns et les autres écrivent. Et c'est autour de cette idée que s'est construite l'histoire officielle qui sert à légitimer l'actuel pouvoir rwandais. Or, cette histoire officielle est une histoire qui est totalement obsolète aujourd'hui. Il est bien évident que les journalistes ne le savent pas et ceux qui écrivent sur le Rwanda non plus.

 

J'ai eu la chance et le privilège d'être nommé expert auprès du tribunal pénal international pour le Rwanda (TPRI), tribunal créé par le Conseil de sécurité de l'O.N.U. en 1995, afin de juger les responsables, les commanditaires, les acteurs principaux de ce génocide. Et je fus expert dans les principaux procès, notamment les procès militaires.

 

Ce tribunal a commencé à siéger en 1995. Il va terminer ses travaux l'année prochaine en 2015. On peut dire qu'il a quasiment terminé. Et pendant plus de dix ans, devant ce tribunal l'histoire officielle a totalement été remise en question. Pourquoi ? Parce que ce tribunal a siégé selon le principe anglo-saxon de la common law, dans lequel il n'y a pas de juge d'instruction qui en amont déblaie le dossier. L'instruction se fait à l'audience. Il y a l'accusation et il y a la défense. Et dans ces procès qui se sont déroulés, le procureur qui avait comme argumentaire l'argumentaire officiel du régime de Kigali est parti, et a dressé ses actes d'accusation, toujours selon le même principe : ce sont des Hutus qui ont abattu l'avion de leur président hutu car ils considéraient qu'il les avait trahis, et ils l'ont abattu de façon à créer l'irréversible, qui allait permettre de lancer le génocide qu'ils avaient programmés afin d'éliminer les Tusis. Et, face à cela, procès après procès, les défenses des accusés ont remis en question cette doxa officielle. Et moi j'étais l'expert dans une dizaine de ces procès, notamment les principaux procès. Et j'ai eu accès absolument à toutes les archives du TPIR.

 

Ces archives du TPIR, ce sont des dizaines de milliers de dossiers, des milliers d'heures d'enregistrement, des centaines de témoins, des dizaines d'experts, des tonnes de rapports, une masse considérable. Personne n'a fait le travail qu'a fait le TPIR. Il y a eu en permanence quatre chambres qui siégeaient, devant lesquelles il y avait la défense, l'accusation. Du côté du procureur, plusieurs membres de l'accusation, de la défense une dizaine d'avocats dans chacune de ces chambres. Ce qui fait qu'on est allé véritablement au fond des choses.

 

Et, on peut dire aujourd'hui, en se basant sur les travaux du TPIR, tout ce qui avait été dit auparavant, tout ce qui avait été affirmé auparavant concernant le génocide du Rwanda est faux. Et c'est ce que je démontre dans mon livre en reprenant les grandes idées, en remettant en perspective cette démonstration, et en montrant ce que nous savons maintenant du génocide du Rwanda qui est bien différent de ce qui continue à être dit dans les medias, et qui est affirmé par le régime du Rwanda. Car le régime du Rwanda tire toute sa légitimité du génocide.

 

Pourquoi les travaux du TPIR ont-ils permis de renverser les connaissances au sujet du génocide ?


  Tout simplement parce que nous sommes allés au fond des choses. Au TPIR on affirmait que le génocide avait été programmé et pour mettre en avant la démonstration, la preuve de cette programmation, l'accusation et le régime de Kigali disaient oui ce génocide a été programmé pour plusieurs raisons :

 

(1) parce que les extrémistes hutus avaient créé des structures génocidaires. La première de ces structures génocidaires c'était la radio télévision des Mille Collines qui était la radio génocidaire et son fondateur Ferdinand Nahimana, que j'avais eu comme étudiant en 1973-76 au Rwanda, qui ensuite est devenu mon collègue à l'université puis mon doyen, avait été qualifié par Jean-Pierre Chrétien de Goebels du Rwanda. Donc le Goebels du Rwanda a créé la radio génocidaire.

(2) Il y avait une structure secrète qui s'appelait l'Akazu et qui était une petite cellule créée autour de l'entourage de la belle-famille du président Habyarimana et qui coordonnait le génocide.

(3) Troisième élément, ces génocidaires avaient prévu par un certain nombre d'organisations, de listes qu'ils avaient constituées, de tuer les Tutsis.

 

Donc, tout ceci existait. Or, tout cela a été enlevé, tout cela s'est dispersé, tout cela a été détruit devant le TPIR.

Par exemple : le premier procès emblématique, le procès de Ferdinand Nahimana qui était présenté par la presse et le régime de Kigali comme le procès du Goebels du Rwanda, la radio télévision des Mille Collines a été créée pour organiser le génocide. Et bien, jugement d'appel, Ferdinand Nahimana a été condamné à la prison, certes, mais pas pour génocide : il a été acquitté de cette accusation de programmation du génocide. Et le jugement est très clair, le jugement dit : la radio télévision des Milles Collines n'a pas été créée dans un but génocidaire avant la date du 8 avril.

 

Ensuite il y a eu des appels au génocide mais elle n'a pas été créée pour cela. Donc il y a un élément essentiel dès le départ dans la programmation du génocide qui disparaît.

 

Deuxième élément, le procès de ce celui qu'on a appelé monsieur Z, monsieur Protais Zigiranyirazo, qui était le beau-frère du président, le frère de l'épouse du président Habyarimana et qui était accusé d'être l'organisateur en sous-main du génocide parce qu'il aurait créé une cellule secrète qui s'appelait l'Akazu.

Or, devant la cour du TPIR, nous avons fait citer un certain nombre de témoins. Notamment deux anciens ministres de l'opposition au général Habyarimana, qui sont venus expliquer que c'est eux qui avaint inventé le terme « Akazu », c'est eux qui avaient créé le terme Akazu en 1991, dans le contexte interne de lutte politique au Rwanda, de façon à discréditer le président Habyarimana.

Et ce terme Akazu a été repris par l'accusation alors que l'Akazu n'a jamais existé. Monsieur Z Protais a été acquitté et mis en liberté.

 

Donc le premier pilier (du génocide) saute, la radio des Mille Collines, 2e pilier l'Akazu, troisième pilier, le procès de celui qu'on a appelé l'organisateur suprême du génocide, c'est-à-dire le colonel Bagosora, l'artisan principal, on le présentait comme l'homme qui avait organisé tout ce génocide. Et bien, il a été acquitté de tout cela. Certes il a été condamné à de la prison pour des arguties juridiques. Il a été condamné parce qu'on lui reproche de ne pas être intervenu sur une chaîne de commandement à laquelle il ne participait pas, et concernant des meurtres qui ont été commis par des hommes de base supposés être dans sa chaîne de commandement alors qu'il n'était plus militaire, il était à la retraite depuis deux ans.

Et le colonel Bagosora supposé être l'artisan du génocide, l'organisateur, l'architecte du génocide, a été acquitté par le TPIR de ce chef d'accusation. Donc les trois principaux chefs d'accusation montrant la préméditation sautent.

 

Et le tribunal d'Arusha, le TPIR n'a dans aucun procès pu mettre en évidence la préméditation: donc saute cette idée de préméditation.

 

Ce qui fait que toute l'explication du génocide est à reprendre. À partir du moment où il n'y a pas préméditation, c'est que ce génocide est spontané.

 

Alors pourquoi ce génocide a-t-il eu lieu et comment a-t-il eu lieu ?

 

C'est ce que j'explique dans mon livre.

 

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/7/73/Juv%C3%A9nal_Habyarimana_%28Andrews_Air_Force_Base%2C_Maryland%2C_USA_-_1980%29.jpg/220px-Juv%C3%A9nal_Habyarimana_%28Andrews_Air_Force_Base%2C_Maryland%2C_USA_-_1980%29.jpg

Juvénal Habyarimana

 

Par les travaux du TPIR nous avons réussi à montrer que le procureur a été incapable de soutenir sa thèse de génocide programmée. Et à partir de ce moment-là, toute l'histoire du génocide doit être réécrite. Et on retombe sur l'idée : qui a tué le président Habyarimana ? Qui a organisé l'attentat du 6 avril 1994 ? Attentat qui a vu la destruction en vol de l'avion du président rwandais. À la suite de cet attentat a lieu le génocide. On revient à la case de départ.

 

Or, ce qui est fort intéressant, le TPIR n'a pas eu l'autorisation d'enquêter sur cet attentat. Le TPIR a été créé par le Conseil de sécurité de l'O.N.U.. Et les alliés du régime rwandais, les Etats-Unis et les Britanniques, se sont toujours opposés à ce que l'on enquête sur cet attentat.

 

Il y a eu un début d'enquête qui a démarré au mois d'octobre 1994, jusqu'en 1995, qui a été diligenté par l'O.N.U. sur place au Rwanda, et le rapport qui a été remis était un rapport qui dès 1995, désignait l'entourage du président Kagame, c'est-à-dire l'entourage de l'actuel régime rwandais.

 

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/d/d1/Kagame_2012_Cropped.jpg/220px-Kagame_2012_Cropped.jpg

Paul Kagame, Actuel président du Rwanda

 

Dès 1995, un rapport qui est le rapport Hourigan, confirmé par un enquêteur sénégalais qui était le capitaine Deme, qui a également écrit un livre, explique qu'ils vont remettre au procureur du TPI, le résultat de leur enquête, ils ont les aveux de trois des membres du commando, trois des membres du commando qui ont abattu l'avion. Et, à partir ce ce moment là, on leur interdit de continuer leur enquête. Le rapport est complètement étouffé, on n'en parle plus. Ce rapport dort et est enterré. Ce rapport a été ressorti par le juge Bruguière, ce qui lui a permis de lancer un certain nombre de mandats d'arrêts après la publication de son ordonnance.  

 

Donc il y a une obstruction complète dans cette affaire de l'attentat et le régime de Kigali est très embêté parce que le éléments sortent de plus en plus.

Nous savons par exemple, que nous avons tout concernant cet attentat. Nous avons même les numéros d'identification des missiles. Nous savons que ces missiles venaient d'un stocke de l'armée ougandaise. Nous savons que ces missiles avaient été livrés par l'ex-Union soviétique à l'armée ougandaise. Nous savons que 16 de ces missiles sont sortis des stockes de l'armée ougandaise. Certains de ces missiles avaient abattu des avions rwandais durant la guerre civile dans les années 91-93. Nous savons comment ces missiles sont arrivés à Kigali, cachés dans des camionnettes de chargement de bois. Nous avons la couleur des véhicules, les plaques d'immatriculation des véhicules, les noms des chauffeurs des véhicules, les noms des quatre membres du commando. Nous avons le détail de l'opération. Le premier missile qui frôle l'avion, qui le rate, qui est tiré par un sergent qui loupe, le lieutenant qui prend le tir et qui tire le 2e missile et qui touche l'avion.

 

Nous savons absolument tout, mais si vous voulez il y a une opacité complète qui fait qu'on ne peut pas aller au-delà. Et pour le moment, tous les éléments qui s'additionnent vont dans le sens contraire à celui de la thèse officielle. C'est-à-dire, ce ne sont pas les Hutus gouvernementaux qui ont abattu l'avion de leur propre président. D'ailleurs pourquoi auraient-ils abattu l'avion de leur propre président avec leur chef d'Etat-major, avec le chef de la mission militaire. Ils auraient donc abattu leurs propres partisans, leurs propres chefs. Ce serait complètement incohérent.

 

Le génocide n'était pas programmé

 

Si ce génocide n'est pas programmé, c'est qu'il est spontané. S'il est spontané, quel est la cause qui l'a déclenché ? Je viens de vous le dire, l'attentat contre le président Habyarimana. Et pourquoi cet attentat a-t-il déclenché le génocide ? Parce que soyons clairs, moi je ne nie pas l'existence du génocide. Ce que je nie, c'est sa programmation. Ce génocide s'est inscrit dans un mouvement de longue durée. Il faut bien voir que ce génocide va s'inscrire dans un mouvement de longue durée qui débute en 1959, quand au nom de la démocratie, l'Eglise catholique de l'époque et la tutelle belge décide d'imposer le suffrage universel au Rwanda. Le suffrage universel va faire que les 10% de tutsis qui sont au pouvoir vont être balayés par les 90% de Hutus. Parce que le suffrage universel en Afrique, c'est de l'ethno-mathématique.

À partir de ce moment-là, les Tutsis se retrouvent minoritaires, commencent à subir un certain nombre de massacres, et une partie des Tutsis quittent le Rwanda, va se réfugier dans les pays voisins, notamment en Ouganda. Ceux qui vont prendre le pouvoir en 1994 sont les descendants de ceux qui étaient partis en Ouganda entre 1959 et 1962-63.

 

Et, dans toute l'histoire du Rwanda, il y a régulièrement des massacres de Tusis qui sont faits chaque fois que le régime hutu a un problème politique. Le bouc émissaire tutsi est là, on tue des Tutsis.

Or, ce climat délétère va être pacifié en 1973 avec l'arrivée du général  Habyarimana au pouvoir. Le général Habyarimana est un hutu du nord qui prône la réconciliation et pendant les premières années du régime Habyarimana, la réconciliation se fait entre les Tutsis et les Hutus, il n'y a plus de problème de Tutsis Hutus. Certes il y a le non-dit, mais il n'y a plus de massacres. Or, tout va basculer à partir des années 1990 où deux phénomènes vont arriver en même temps. L'attaque du Rwanda par des réfugiés tutsis d'Ouganda, et au même moment, l'obligation faite par la France au régime Habyarimana de démocratiser.

Et le général Habyarimana va dire au président Mitterrand : si je démocratise avec des élections en pleine période de guerre civile, nous allons être dans un climat d'anarchie totale. Et le président Mitterrand va donner une garantie au général Habyarimana. Il va lui dire : non, vous démocratisez, vous faites des élections, mais si jamais certains veulent profiter de cela pour prendre le pouvoir nous interviendrons pour vous aider. Et le général  Habyarimana se lance dans la politique de multipartisme et dans la politique de démocratisation. Et à partir de ce moment-là, toutes les forces de dissociation se développent au Rwanda. Et ces forces de dissociation sont dirigées par le FPR, qui est très minoritaire, mais qui va essayer de s'appuyer sur un certain nombre de Hutus pour déstabiliser le régime rwandais. Et le FPR qui est aujourd'hui au pouvoir au Rwanda va développer la politique de la terreur.

 

Je l'explique très bien dans mon livre : les attentats qui se sont déroulés entre 1991 et début 1994, comment les assassinats politiques sont attribués au FPR. Le FPR va assassiner des hommes politiques hutus, dits "modérés", de façon à ce que l'on accuse le régime rwandais de liquider ses adversaires. Et, par une campagne de presse parfaitement organisée par les medias mondiaux qui sont contrôlés par le FPR, ou qui roulent pour le FPR, cette thèse va apparaître. Ce qui fait que le régime rwandais va apparaître comme étant un régime de terreur, avec des escadrons de la mort qui n'existaient pas puisque les escadrons de la mort sont du FPR et ne sont pas du côté des Hutus et du régime hutu. Et tout ceci va faire que dans cette cocotte minute rwandaise, il y a une sorte d'ébullition qui se fait et ne demande qu'à exploser. Et qui va exploser au lendemain de l'assassinat du président Habyarimana. Parce qu'une partie de la population hutu va dire : nous avons fait la paix avec les tutsis pour la paix, l'accord d'Arusha de 1993 et le FPR nous tue notre président qui était notre seul rempart et là, la folie génocidaire va se déclencher. Mais ce génocide est spontané, qui part de la base, qui va se décaler en fonction des régions, n'est pas organisé par une cellule, une structure, mais un génocide qui part de la base et va toucher ce pays.

 

Le génocide éclate véritablement le 8-9-10 avril. Des massaces généralisés en 1994. La France intervient pour évacuer ses ressortissants. Quelques jours plus tard, tout le monde est parti. Et pendant les mois d'avril, mai et juin, a lieu véritablement ce génocide. La France va intervenir fin juin, début juillet pour essayer de limiter les dégâts sur vote de l'O.N.U.. Ce sera l'opération Turquoise. La France intervient dans le sud du Rwanda. La France va essayer ensuite de créer une zone humanitaire sûre pour essayer de protéger les Tutsis qui n'ont pas été massacrés. Et le régime actuel prend le pouvoir. Le général Kagame prend le pouvoir et à partir de là, le régime rwandais crée l'historie, son histoire du génocide. Parce qu'il ne faut pas oublier que le régime est en place parce qu'il y a eu une attaque en pleine période de paix, profitant de l'attentat qui a tué le président Habyarimana, le FPR, donc le général Kagame reprend les hostilités, il déclenche la guerre. Et il va conquérir le pouvoir militairement. Et il faut qu'il justifie cette conquête militaire. Et il va la justifier en disant : nous avons conquis le Rwanda pour lutter contre les génocidaires. Et l'histoire officielle va être celle de la légitimité de ce régime qui est arrivé au pouvoir pour lutter contre le mal absolu qu'était le mal génocidaire. Et l'idée essentielle est la suivante : l'attentat du 6 avril n'a aucun lien avec le génocide puisque ce génocide était programmé. Même si cet attentat n'avait pas eu lieu, dit le régime de Kigali, le génocide aurait eu lieu puisqu'il a été programmé. Or, je viens de vous expliquer, que devant le TPIR, il a été démontré que le génocide n'était pas programmé. C'est donc bien l'attentat du 6 avril 1994 qui est l'étincelle qui va déclencher ce génocide, qui vient au terme d'une tension politique considérable, qui a éclaté depuis 1990 car le pays est en guerre depuis 1990.

 

Alors aujourd'hui, nous allons arrivés au 20e anniversaire de ce génocide, et le régime de Kigali est très embêté parce que l'histoire officielle est en train de se fissurer de toute part. Et l'histoire officielle se fissurant de toute part, le régime de Kigali est lancé dans une surrenchère médiatique, et essaie de freiner la seule enquête judiciaire sérieuse qui ait été menée, l'enquête française qui avait été initiée par le juge Bruguière.

 

Pourquoi une enquête française ? Parce que l'équipage de l'avion présidentiel abattu le 6 avril 1994 était français et les familles de cet équipage ont déposé une plainte pour assassinat et c'est la juridiction antiterroriste française qui a instruit cette l'enquête.

Alors aujourd'hui le dossier Bruguière a été repris par le juge Trévidic, le juge Bruguière est parti à la retraite, et les autorités rwandaises de Kigali font tout pour freiner, paralyser. Le but est que le juge Trévidic : on y comprend rien, c'est une affaire très compliquée, on arrivera pas du tout à savoir qui a organisé cet attentat. Donc le but est un enfumage politique avec prériodiquement des articles dans la presse. Le journal Libération est coutumier de ce genre de publications. Ces journalistes, soit sont abusés, soit sont naïfs, soit se font manipuler et périodiquement Libération sort des révélations sur l'attentat. Par exemple, dans mon livre j'explique longuement la dernière manipulation qui date de l'année dernière. Libération sort un article en disant nous avons trouvé la preuve que les Hutus disposaient de missiles parce que voilà tel document qui a été retrouvé dans les archives de l'O.N.U. à New York. Manque de chance, nous avions montré que ce document était un document qui ne reposait sur rien du tout, que c'était un faux document qui avait été complètement manipulé.

Et donc périodiquement, il y a des tentatives pour enfumer, pour obscurci, parce qu'il ne faut surtout pas pour le régime de Kigali qu'à l'occasion du 20e anniversaire qui va se dérouler au mois d'avril de cette année, l'on puisse avoir un doute en disant certes il y a eu un génocide mais ce génocide a été programmé par quoi ? Par l'attentat du 6 avril. Mais qui? Qui a commis cet attentat puisque nous savons maintenant que ce ne sont pas les Hutus dits extrémistes. »

 

 

Mis à jour, Christ-Roi, 07/03/2014, 16h27.


http://www.realpolitik.tv/wp-content/uploads/2014/04/rwanda-604x272.jpg

 

Rwanda : un génocide en questions

 

Publié par Bernard Lugan le 7 avril 2014

 

Source: http://www.realpolitik.tv/2014/04/rwanda-un-genocide-en-questions/


Rwanda : un génocide en questions, par Bernard Lugan. Assassinat du président Habyarimana, jeu trouble de Washington, enquête du juge Trévidic : clés de compréhension et d’explication.

 

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/7/73/Juv%C3%A9nal_Habyarimana_%28Andrews_Air_Force_Base%2C_Maryland%2C_USA_-_1980%29.jpg/220px-Juv%C3%A9nal_Habyarimana_%28Andrews_Air_Force_Base%2C_Maryland%2C_USA_-_1980%29.jpg

Juvénal Habyarimana

 

Le 6 avril 1994, l’avion transportant deux présidents africains en exercice, MM. Juvénal Habyarimana du Rwanda et Cyprien Ntaryamira du Burundi était abattu par un missile [1]. Aucune enquête internationale ne fut ouverte afin d’identifier les auteurs de cet attentat qui fut le déclencheur du génocide du Rwanda [2].


Les États-Unis à la manœuvre

 

Mis en place au mois de mai 1995 après sa création au mois de novembre 1994 par le Conseil de sécurité de l’ONU avec compétence pour la période allant du 1er janvier au 31 décembre 1994, le TPIR (Tribunal pénal international pour le Rwanda) fut installé à Arusha, en Tanzanie.

 

Dès le début, les États-Unis d’Amérique firent pression afin que l’attentat du 6 avril 1994, pourtant totalement inclus dans les limites chronologiques imparties au TPIR, soit écarté de son champ d’investigation. Avec une grande constance, tous les Procureurs qui se succédèrent à la tête de ce tribunal respectèrent cette étrange exclusion. Le TPIR spécialement créé pour juger les responsables du génocide, refusa donc de rechercher les auteurs de l’acte terroriste qui en fut la cause (!!!).

 

L’insolite attitude des États-Unis pose d’autant plus problème qu’en 1995, il ne faisait alors de doute pour personne que les auteurs de l’attentat du 6 avril 1994 étaient ces « Hutu extrémistes » tant de fois dénoncés par les ONG américaines. Pourquoi les États-Unis étaient-ils donc opposés à ce que la responsabilité de ces derniers dans l’attentat qui déclencha le génocide du Rwanda soit officiellement mise en évidence par une enquête du TPIR? La réponse à cette question est peut-être que les services de Washington savaient déjà que l’attentat n’avait pas été commis par les « Hutu extrémistes »… En interdisant au TPIR de mener l’enquête sur l’assassinat du président Habyarimana, les États-Unis protégèrent donc de fait ceux qui, en détruisant en vol son avion, permirent au FPR (Front patriotique rwandais), mouvement essentiellement tutsi totalisant de 10% à 15% de la population, de s’emparer militairement d’un pouvoir que l’ethno-mathématique électorale lui interdisait de conquérir par les urnes. Un retour en arrière est ici nécessaire.

 

Washington qui avait décidé de créer un fort pôle d’influence en Afrique centre-orientale, fit de l’Ouganda le pivot de sa stratégie dans cette partie du continent. A partir de ce pays, les États-Unis armèrent et conseillèrent le FPR qui, depuis octobre 1990, menait la guerre contre le Rwanda. Ils lui fournirent une aide diplomatique et, par le biais d’ONG liées à leurs services, ils montèrent des campagnes internationales de diabolisation du régime Habyarimana tout en présentant au contraire les hommes du général Kagamé comme des combattants de la démocratie.

 

Tant que François Mitterrand fut au pouvoir en France, ce plan de conquête du Rwanda fut mis en échec. Il réussit en 1994 quand, à la faveur de la seconde cohabitation, une droite en partie atlantiste occupa l’Hôtel de Matignon.

 

Le 7 avril, une fois le président Habyarimana assassiné, le FPR reprit unilatéralement les hostilités violant ainsi les accords de paix d’Arusha. Le président Mitterrand fut alors partisan d’une intervention militaire française destinée à ramener le FPR sur ses lignes de départ et cela afin de sauver le processus de paix d’Arusha [3]. Comme le gouvernement de Monsieur Edouard Balladur y était opposé, le général Kagamé eut le champ libre pour conquérir le pays et au mois de juillet 1994 il fut le maître à Kigali.

 

A partir du Rwanda, les États-Unis préparèrent ensuite la seconde phase de leur plan qui était le renversement du maréchal Mobutu du Zaïre. En 1997, paralysée par les fausses accusations de complicité avec les « génocidaires » montées de toutes pièces par les services américains et qui avaient été relayées par la presse hexagonale, la France n’osa pas intervenir pour soutenir son allié zaïrois attaqué par une coalition ougando-rwandaise. Le Zaïre redevenu RDC (République démocratique du Congo) fut démembré et l’exploitation-pillage des richesses du Kivu par les sociétés-écran rwandaises débuta. La connaissance de cet arrière-plan est indispensable à la compréhension du dossier rwandais [4].


Les preuves contre le FPR s’accumulent

 

Revenons à l’attentat du 6 avril 1994. En 1998, saisi des plaintes déposées par les familles de l’équipage français de l’avion et par la veuve du président Habyarimana, le juge anti-terroriste Bruguière mena son enquête. Au mois de novembre 2006, il rendit une ordonnance de soit-communiqué et mit en examen neuf personnalités très proches du général Kagamé, accusées d’avoir organisé ou perpétré l’attentat du 6 avril 1994. Ne pouvant poursuivre le chef de l’État rwandais car il était protégé par son immunité, le juge français demanda au TPIR de l’inculper. En vain.

 

La contre-attaque du général Kagamé se fit à travers ses puissants réseaux d’influence français et par le biais d’une presse qui ne cessa jamais de lui servir de porte-voix, notamment Libération et Le Figaro quand Patrick de Saint-Exupéry collaborait à ce dernier titre. Appuyé sur les uns et sur les autres, il tenta une manœuvre dilatoire destinée à discréditer le travail du juge Bruguière en prétendant que ce dernier aurait été influencé par des témoins dont les propos lui auraient été mal traduits ou qu’il aurait mal interprétés.

 

Cette argumentation qui fut reprise sans vérification par les médias ne correspond pas à la vérité car les témoins entendus par le juge Bruguière furent également auditionnés par le TPIR devant lequel la traduction simultanée (kinyarwanda-français-anglais) était faite par des traducteurs assermentés. Or, les procès-verbaux des audiences montrent que ces témoins firent aux juges internationaux les mêmes déclarations qu’au juge français. Avec une différence toutefois : ils déposèrent sous serment et en pleine connaissance des graves sanctions – dont l’incarcération à l’audience – qu’entraînait le parjure devant ce tribunal international.

 

Le juge Trévidic ayant succédé au juge Bruguière en 2007, de nouveaux éléments accablants pour les responsables de l’actuel régime de Kigali s’ajoutèrent peu à peu au dossier. Entre autres :

 

- Le jeudi 21 juin 2012, à Johannesburg, le général Faustin Kayumba Nyamwasa, ancien chef d’état-major de l’APR (Armée patriotique rwandaise), qui était en 1994 responsable du renseignement militaire du général Kagamé, affirma sous serment devant un tribunal, que ce dernier « a ordonné le meurtre du président Habyarimana» [5], confirmant ainsi les termes de l’ordonnance du juge Bruguière.

 

- Le 9 juillet 2013, la correspondante de RFI en Afrique du Sud, Madame Sonia Rolley, publia deux entretiens exclusifs, l’un avec le général Faustin Kayumba Nyamwaza, l’autre avec le colonel Patrick Karegeya, ancien chef des renseignements du général Kagamé, dans lesquels les deux hommes accusaient de la façon la plus claire ce dernier d’être l’ordonnateur de l’attentat du 6 avril 1994 qui coûta la vie au président Habyarimana.

 

Patrick Karegeya qui avait affirmé au micro de RFI qu’il était en mesure de prouver d’où les missiles avaient été tirés, fut étranglé dans sa chambre d’hôtel de Johannesburg le 1er janvier 2014.

 

Le général Kayumba et le colonel Karegeya demandaient depuis des mois à être entendus par le juge Trévidic. Ce dernier ne pourra donc plus interroger le second…Quant au premier, le juge doit se hâter de le rencontrer car il a échappé de justesse à une seconde tentative de meurtre le 4 mars 2014…

 

- En juillet 2013 puis en janvier 2014, Jean-Marie Micombero, ancien secrétaire général au ministère rwandais de la Défense et qui, le 6 avril 1994, était affecté à une section chargée du renseignement dépendant directement de Paul Kagamé, témoigna devant le juge Trévidic. Réfugié en Belgique depuis 2010 où il est placé sous protection policière, il a donné les noms des deux hommes qui, le 6 avril 1994, tirèrent deux missiles sur l’avion présidentiel. Il a également livré nombre de détails sur les préparatifs et sur le déroulement de l’attentat [6]. Ces déclarations recoupaient en les confirmant celles recueilles en leur temps par le juge Bruguière auprès d’autres témoins.

 

Pour le régime de Kigali, ces avancées du dossier sont terriblement destructrices et c’est pourquoi ses affidés ont reçu l’ordre d’allumer des contre-feux. La presse française est donc actuellement et une nouvelle fois à la manœuvre, n’hésitant pas à travestir les faits tout en continuant à réciter une histoire aujourd’hui obsolète.

 

La thèse fondant la « légitimité » du régime du général Kagamé, à savoir celle du génocide « programmé » et « planifié » par les « extrémistes » hutu, a en effet volé en éclats devant le TPIR. Dans tous ses jugements concernant les « principaux responsables du génocide », tant en première instance qu’en appel, ce tribunal international a en effet clairement établi qu’il n’y avait pas eu « entente » pour le commettre [7].

 

Conclusion : si ce génocide n’était pas « programmé », c’est donc qu’il fut « spontané ». Et s’il fut « spontané », c’est qu’un évènement d’une exceptionnelle gravité poussa certains à le commettre. Nous en revenons ainsi à l’assassinat du président Habyarimana.


Que contient le dossier du juge Trévidic ?

 

La question de savoir qui ordonna l’attentat du 6 avril 1994 est donc primordiale. Voilà pourquoi, depuis des années, les services rwandais tentent d’enfumer la justice française, précisément parce qu’elle est la seule à enquêter sur cette affaire depuis qu’en janvier 1997, Madame Louise Arbour ordonna à Michael Hourigan de cesser ses investigations.

 

Quelques mois auparavant, cet avocat australien devenu fonctionnaire de l’ONU avait été personnellement chargé par Madame Arbour, Procureur du TPIR de septembre 1996 à septembre 1999, d’identifier les commanditaires et les auteurs de l’attentat du 6 avril 1994. Madame Arbour voulait alors étayer l’acte d’accusation jusque là rachitique qu’elle était occupée à dresser contre les anciens dirigeants du régime Habyarimana afin de montrer que cet attentat avait été commis par des « extrémistes hutu » et qu’en le commettant, ces derniers avaient donné le signal du génocide qu’ils avaient programmé.

 

Or, sur place, à Kigali, menant son enquête, Michael Hourigan découvrit tout au contraire que les auteurs de l’attentat n’étaient pas des « Hutu extrémistes », mais des Tutsi du FPR… et il obtint même les noms de ceux qui auraient abattu l’avion du président Habyarimana sur ordre du général Kagamé. Il rédigea ensuite un rapport qu’il remit personnellement à Madame Arbour. A partir du moment où il lui fit ces révélations, cette dernière changea totalement d’attitude à son égard, devenant cassante, le sommant de mettre un terme à ses recherches et exigeant la confidentialité absolue sur ses découvertes. Le contrat de Michael Hourigan avec l’ONU ne fut pas renouvelé.

 

Bien que le TPIR ait refusé de le lui communiquer au prétexte qu’il n’existait pas (!!!), le juge Bruguière obtint malgré tout une copie du « Rapport Hourigan ». Devant le juge, Michael Hourigan authentifia son texte et il en confirma la teneur.

 

Le capitaine sénégalais Amadou Deme, adjoint de Michael Hourigan et ancien numéro 2 du renseignement de l’ONU au Rwanda a confirmé à la fois les résultats de l’enquête à laquelle il avait personnellement participé et l’insolite changement d’attitude de madame Arbour à partir du moment où le FPR fut suspecté d’avoir assassiné le président Habyarimana.

 

Tous ces éléments ainsi que de multiples autres témoignages figurent dans le dossier d’instruction et ils pèsent naturellement plus lourd que les tentatives d’enfumage médiatique périodiquement faites par les services de Kigali à travers les journaux français. C’est pourquoi, au mois de novembre 2013, le juge Trévidic refusa le non lieu demandé par les avocats des personnalités rwandaises mises en examen par le juge Bruguière en 2006. Cette décision était parfaitement justifiée car :

 

1) Comment le juge Trévidic aurait-il pu faire autrement que de refuser le non lieu avec un dossier donnant, entre autres, le lieu du tir des missiles, les noms des deux tireurs et des membres de leur escorte, la marque et la couleur des véhicules utilisés pour transporter les missiles depuis l’Ouganda jusqu’au casernement de l’APR situé au centre de Kigali et de là jusqu’au lieu de tir à travers les lignes de l’armée rwandaise ainsi que le déroulé de l’action ?

 

2) Comment le magistrat instructeur aurait-il pu rendre un non lieu quand son dossier contient la preuve que l’avion présidentiel rwandais a été engagé par deux missiles dont la traçabilité a été établie ? Grâce à la coopération judiciaire de la Russie il sait en effet que ces deux missiles dont les numéros de série étaient respectivement 04-87-04814 et 04-87-04835 faisaient partie d’un lot de 40 missiles SA 16 IGLA livrés à l’armée ougandaise quelques années auparavant. Or, Paul Kagamé et ses principaux adjoints furent officiers supérieurs dans l’armée ougandaise avant la guerre civile rwandaise et, de 1990 à 1994, l’Ouganda fut la base arrière, mais aussi l’arsenal du FPR.

 

3) Comment un non lieu aurait-il pu être envisagé quand, devant le TPIR, il fut amplement démontré que l’armée rwandaise ne disposait pas de tels missiles et que l’arme du crime était en revanche entre les mains du FPR ?

 

4) Comment le juge Trévidic aurait-il pu satisfaire à la demande exorbitante de non lieu alors qu’il sait que cette même armée rwandaise, paralysée par l’embargo sur les armes et la mise sous séquestre par l’ONU de son armement lourd et de ses hélicoptères, n’était pas en état de combattre et que ce fut le FPR qui reprit unilatéralement les hostilités car il savait qu’il allait gagner la guerre ?

 

5) Comment un tel non lieu aurait-il pu être justifié alors que, comme cela fut largement démontré devant le TPIR, les forces du FPR qui n’attendaient qu’un signal pour lancer leur offensive préparée de longue date, reçurent l’ordre de marche depuis leurs bases de la frontière ougandaise dans la nuit du 6 au 7 avril, juste après l’annonce de la mort du président Habyarimana ?


Le général Kagamé va-t-il néanmoins réussir à faire enterrer le dossier ?

 

En dépit de toutes les pressions qu’il subit, il faudra bien que, tôt ou tard, le juge Trévidic face la balance entre les éléments que contient le dossier de l’assassinat du président Habyarimana.

 

Or, si le magistrat instructeur a bien entre les mains suffisamment d’éléments pour renvoyer les mis en examen devant la Cour d’Assises, tout va in fine dépendre du Parquet chargé de porter l’accusation à l’audience.

 

 

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/d/d1/Kagame_2012_Cropped.jpg/220px-Kagame_2012_Cropped.jpg

Paul Kagame, Actuel président du Rwanda

 

Nous voilà donc revenus aux réseaux d’influence que Kigali entretient en France et dont la mission est de tenter d’influencer le juge Trévidic pour que soit étouffé le dossier. En effet, et comme l’a dit Madame Carla Del Ponte qui succéda à Louise Arbour au poste de Procureur du TPIR : « S’il était avéré que c’est le FPR qui a abattu l’avion du président Habyarimana, c’est toute l’histoire du génocide du Rwanda qu’il faudrait re-écrire ».

 

Et de cela, les alliés, les soutiens et les obligés du général Kagamé ne veulent évidemment pas entendre parler.

 

Les éléments contenus dans cette analyse seront naturellement occultés par la presse française à l’occasion du vingtième anniversaire du début du génocide du Rwanda. Les journalistes paresseux continueront à réciter une histoire obsolète ; quant aux journalistes militants ils recopieront ou liront les fiches qui leur ont été remises par les agents de Kigali.

 

Bernard Lugan – 03/04/2014

bernardlugan.blogspot.com

 

[1] Un premier missile rata sa cible.

 

[2] La « communauté internationale » se montra plus empressée quand il s’agit d’identifier les assassins de M. Rafik Hariri (2005), ancien Premier ministre libanais, et de Mme Bénazir Bhutto (2007), Premier ministre du Pakistan.

 

[3] Si une telle opération avait été décidée, il n’y aurait pas eu de génocide.

 

[4] Aujourd’hui, à Washington, le général Kagamé voit son étoile pâlir en raison des accusations portées contre son régime par les défenseurs des droits de l’Homme.

 

[5] Après avoir rompu avec Paul Kagamé, le général Nyamwaza se réfugia en Afrique du Sud où au mois de juin 2010, il survécut par miracle à une tentative d’assassinat. C’est à l’occasion du procès des six Rwandais qui tentèrent de le réduire au silence qu’il fit cette déclaration.

 

[6] Voir à ce sujet l’interview donnée à Pierre Péan intitulée « J’ai assisté à la préparation de l’attentat qui a déclenché le génocide » (Marianne numéro du 28 mars au 3 avril 2014).

 

[7] A l’exception du jugement de Jean Kambanda, ancien Premier ministre condamné en 1998, après qu’il eut plaidé coupable contre la promesse d’une peine réduite, procédure qui de facto lui avait fait accepter l’acte d’accusation du procureur. Depuis, il est fermement revenu sur cette reconnaissance.

 

Crédit photo : dfid via Flickr (cc)

 

Source: http://bernardlugan.blogspot.fr/2014/04/rwanda-un-genocide-en-questions.html

viahttp://www.realpolitik.tv/2014/04/rwanda-un-genocide-en-questions/

Repost 0
5 avril 2014 6 05 /04 /avril /2014 14:15

 

Ukraine: les meurtres au Maïdan perpétrés par l'opposition (ex-directeur du SBU)

 

Ukraine: les meurtres au Maïdan perpétrés par l'opposition (ex-directeur du SBU)

 

16:10 05/04/2014

MOSCOU, 5 avril - RIA Novosti

 

Les meurtres au Maïdan lors des troubles à Kiev ayant été perpétrés par les membres de l'opposition, l'Europe aura bientôt honte de les avoir soutenus, a déclaré samedi aux journalistes l'ex-directeur du Service de sécurité ukrainien (SBU) Alexandre Iakimenko.

 

"Les meurtres de manifestants du Maïdan, tous les meurtres ont été perpétrés par les opposants eux-mêmes. Bientôt, l'Europe aura honte pour les actions de personnes qu'elle a soutenues. Le temps finira par mettre tous les points sur les i", a indiqué l'ex-responsable.

 

Il a ajouté que les actuelles autorités ukrainiennes n'avaient pas envie d'enquêter sur la mort de policiers.

"Il est évident que cela les intéresse le moins du monde. C'est le Maïdan qui veut savoir les noms de ceux qui assassinaient ses partisans et on essaie actuellement de trouver n'importe qui que l'on pourrait sacrifier pour justifier es assassinats", a souligné l'ex-directeur du SBU

 

En février dernier, lors des troubles à Kiev, des tireurs d'élite embusqués ont tiré à la fois sur les manifestants et les policiers sur la place de l'Indépendance, berceau de la contestation ukrainienne qui a débouché sur un changement de pouvoir dans la capitale ukrainienne. Le ministre estonien des Affaires étrangères Urmas Paet a révélé lors d'une conversation avec la chef de la diplomatie européenne Catherine Ashton que ces tireurs d'élite auraient été enrôlés par l'opposition.

 

Au total, plus de 100 personnes ont trouvé la mort dans les violences à Kiev.

 

Source: http://fr.ria.ru/world/20140405/200913271.html

 

Le 2 avril, le site Les-crises.fr a reproduit l'interview de Stephen Cohen, "l'américain qui a osé plaider la cause de Poutine", un "universitaire avec les croyances généralement progressistes" (les progressistes aux Etats-Unis sont l'équivalent de l'"extrême droite" en France!), dans NewsWeek, par Zoë Schlange. Stephen Cohen y explique pourquoi ce qui s'est passé à Kiev est un "coup d'Etat" :

 

Stephen Cohen :"[N]ous savons maintenant que [la secrétaire d'Etat adjoint pour les affaires européennes et eurasiennes au Département d'État des États-Unis] Victoria Nuland complotait pour renverser le gouvernement, parce que nous avons l’enregistrement où elle indique à l’ambassadeur américain, voici comment nous allons former un nouveau gouvernement.

 

C’est ce qu’on appelle un coup d’Etat. Yanukoyvch avait été élu légalement. Tout le monde dit que cette élection était juste.

 

... Mais permettez-moi de tourner ça autrement. Disons que le Tea Party déclare qu’Obama a violé la loi américaine et la Constitution avec Obamacare. Ils encerclent la Maison Blanche. Ils jettent des bombes incendiaires sur les gardes de sécurité de la Maison Blanche. Obama fuit et le Tea Party place Ted Cruz à la la tête de la Maison Blanche. Dirons-nous que c’est de la démocratie ?


Alors à quel titre est-ce de la démocratie en Ukraine ? D’ailleurs pourquoi ne pouvaient-ils pas attendre ? La prochaine élection présidentielle était dans un an. Pourquoi Washington et l’UE ne disent pas, nous sommes des démocraties ; ce n’est pas la façon dont nous procédons. Manifestez pacifiquement autant que vous voulez, mais ne jetez pas de bombes incendiaires sur les policiers, car si vous faites ça dans n’importe quelle capitale démocratique, nous ouvririons le feu.

 

Regardez ce qu’ils ont fait à Londres. Regardez ce qu’ils ont fait en Grèce. Regardez ce que nous avons fait à Occupy [Wall Street]. Ces gens-là n’étaient même pas violents, nous les avons matraqués et gazés avec des bombes à poivre. C’est ce que nous faisons."

 

(Stephen Cohen, professeur émérite à Princeton et NYU, qui s’est trouvé ces derniers temps en bien étrange compagnie. Source: http://www.les-crises.fr/americain-ose-plaider-poutine/ )

 

 

. Coup d'Etat / Snipers de Kiev: Le ministre russe des Affaires étrangères contredit les affirmations de Kiev

. Les snipers de Kiev tiraient depuis un bâtiment contrôlé par les forces Maidan de Kiev (chef de la sécurité Ex-Ukraine)

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Russie
commenter cet article
5 avril 2014 6 05 /04 /avril /2014 09:15

Sur ce blog, nous préconisons l'abstention (Voir "  ici"; ou "") et la solution à la Russe pour tous pour nous libérer. La jeunesse applique déjà la solution à la russe...

La coquille se vide inexorablement... L'occupant s'inquiète... et fait un appel désespéré "au vote" !

Il y a quelques jours, le 26 mars, le Grand Orient publiait un communiqué alarmiste indiquant que le front national (pas nommé mais rebaptisé "parti de l'amertume et de la désillusion") était "devenu le parti majoritaire de France, que celui-ci ait pris la voie de l'abstention ou de la protestation". Sortez les mouchoirs !

Hier 4 avril, un "communiqué commun" de la "Direction de la Fédération Française du Droit Humain", "suffisamment rare pour être souligné", portant la signature de 5 obédiences, associe la "Grande Loge de France" et le "Grand Orient de France", selon blogs.lexpress.fr :

 

 

http://blogs.lexpress.fr/lumiere-franc-macon/wp-content/blogs.dir/693/files/2014/04/5-Ob-c.-labstention.jpg

 

5 obédiences contre l’abstention européenne

 

Source: http://blogs.lexpress.fr/lumiere-franc-macon/2014/04/04/5-obediences-contre-labstention-europeenne/

 

L’événement est suffisamment rare pour être souligné. Des obédiences sortent de leur isolement pour signer un communiqué commun sur la question sensible de l’abstention aux élections et la montée des extrémismes.

 

Ces obédiences entendent lutter contre l’abstention après sa poussée aux dernières élections municipales. « Si voter est un Droit, c’est aussi un Devoir Civique. » La conclusion est ferme.

 

Trois arguments principaux sont mis en avant : l’abstention favorise les extrémismes, l’abstention bloque le progrès, l’abstention favorise la régression.

 

Le premier argument est le plus audacieux. Les obédiences signataires redoutent une « abstention record ou un vote de protestation en faveur des candidats représentants des mouvements ou partis extrémistes, populistes, europhobes voire racistes, antisémites, homophobes« . La charge est forte contre l’extrémisme politique. Le FN est naturellement visé. Les « europhobes » de l’extrême-gauche aussi. Mais également Christine Boutin, qui vient de déclarer que l’homosexualité est une abomination… ce qui a conduit l’UMP a protester vigoureusement.

 

Le communiqué, qui m’a été transmis ce 4 avril par la Direction de la Fédération Française du Droit Humain, porte également la signature de la Grande Loge Féminine de France, la Grande Loge de France, le Grand Orient de France, la Grande Loge Mixte de France, la Grande Loge Féminine de Memphis Misraim. Sauf que le Grand Maître de la GLDF, Marc Henry, sollicité par mes soins, m’indique le Conseil Fédéral n’a pas encore validé le communiqué (il devait le faire le WE prochain). De son côté, Michel Meley, président de la FFDH, me le confirme, en m’expliquant qu’il a dû diffuser dès maintenant le communiqué qui ne devait être publié que le 5 mai, car Gadlu.info l’a rendu public (une autre obédience l’a diffusé un peu trop vite). Si cette précipitation ne contrarie pas le Conseil Fédéral de la GLDF, sa signature aura du poids, car il n’est pas fréquent du tout de la voir associée avec le GODF, la FFDH et la GLFF.


 

Réponses aux arguments maçonniques avancés :

 

 

«la démocratie, la laïcité »

 

 À l'élection aux Etats généraux de 1789, le système était plus démocratique qu'après . La "laïcité", c'est une invention chrértienne. Qu’est-ce que la laïcité authentique ? C’est quand l’État ne s’arroge pas le monopole d’une croyance qu’il impose à tous – autrement dit, quand il se limite à exercer ses fonctions régaliennes (justice, défense, monnaie). Qu’on le veuille ou non, ce principe a été énoncé pour la première fois par Jésus quand il a déclaré : « Rendez à César ce qui est à César et à Dieu ce qui est à Dieu. » (Matthieu 22, 21). Mais si la laïcité est fondamentalement d’inspiration chrétienne – et elle a poussé sur ce terreau –, elle concerne plus largement tout citoyen épris de liberté. Qu'il serait salutaire de se réapproprier ce concept jusque-là confisqué par les fanatiques d’une religion politique, et de veiller à sa stricte application !

 


"Il est temps que les catholiques se réveillent : on n'a pas séparé l'Eglise de l'Etat, à la Révolution française on a soumis l'Eglise à l'Etat... Avant la Révolution l'Eglise était autonome. Par le biais de la dîme qu'elle percevait et dont elle restituait les bénéfices en terme de tous les services qu'elle rendait à la population, elle était indépendante de l'Etat. À la Révolution française on a fait la Constitution civile du Clergé : on a soumis l'Eglise à l'Etat. Donc on n'a pas séparé les pouvoirs (temporel et spirituel), on a lié les pouvoirs à la Révolution, on a fait l'inverse.

 

Comme il y a eu la guerre civile (la Guerre de Vendée, il y a eu des soulèvements partout) Napoléon a dit on va arrêté le truc (la déchristianisation forcenée, le calendrier révolutionnaire, le decadi, le génocide en Vendée) on va faire un Concordat, c'est-à-dire qu'il est allé chercher le pape, on lui a mis un fusil sur la tempe et on lui a dit vous allez signer là. On ne vous rendra pas tout ce qu'on vous a volé, mais en échange on vous laisse l'éducation. Et pour le reste, toute l'Eglise est soumise à l'Etat : le choix des prélats, la rémunération des prêtres, c'est l'Etat qui s'en charge. Ce n'était pas comme ça avant ! Donc avant la Révolution française il y a séparation de l'Eglise et de l'Etat et après la Révolution française il y a soumission de l'Eglise à l'Etat ! Et en 1905 on arrive et on dit 'on va venir à bout de siècles et de siècles de domination de l'Eglise' ! Mais de rien du tout... D'un siècle de Concordat obtenu par la violence... Il faut le dire. Debout les cathos ! Cessez de vous laisser embrouiller !" (Marion Sigaut: "Il est temps que les cathos se réveillent")

 

«la liberté, l'égalité »

 

La monarchie française a inventé la liberté et l'égalité. Ces concepts sont les nôtres. Ne nous les laissons plus voler, exigeons-les immédiatement. Fin du deux poids deux mesures !

 

« Si voter est un Droit, c’est aussi un Devoir Civique. »

 

L'abstention est "une affirmation et une protestation éclatante" (Comte de Chambord).

Ou avec une NKM (prise à son propre jeu aux municipales) : "Ce n’est pas un refus de choisir, mais une abstention militante et engagée"...

 


« l’abstention bloque le progrès, l’abstention favorise la régression. »

 

L'abstention bloque surtout le progrès maçonnique qui conduit la société et le monde dans l'état d'inégalités jamais atteint dans lequel il est à présent, l'abstention favorise la libération.

 

En réalité, tout semble indiquer que cette charge maçonnique unanime contre le Front national et l'abstention cache une volonté sous-jacente de diaboliser un parti afin de donner au peuple l'illusion d'un exutoire au moment du vote. Cette unanimité maçonnique trahit la fébrilité de la Secte sur ce point crucial de l'abstention, mais aussi une manière de pousser au vote Front national... Si le Front national n'existait pas, l'Oligarchie l'aurait inventé !

 

 

. Adrien Abauzit : Décodons la matrice sur la Libre Antenne de MetaTV

. La Mutinerie - Entretien avec Etienne Chouard (complet)

Repost 0
4 avril 2014 5 04 /04 /avril /2014 23:00

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/d/db/Irene_of_Thessaloniki.jpg

Icône d'Irène située à Athènes


Jeune fille grecque, Irène s'enfuit dans les montagnes avec ses compagnons lors des persécutions. Se reprochant sa lâcheté, elle revint dans son village et y fut arrêtée. Ayant refusée de dénoncer ses compagnons et de sacrifier aux dieux, elle fut brûlée vive. Irène meurt avec ses deux sœurs, trois compagnes et un compagnon.

 

Sources:

1 ; 2

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Saints du jour
commenter cet article
4 avril 2014 5 04 /04 /avril /2014 18:17

 

 

 

Il n'y a pas de "débat" sur cette question de la vaccination en France. C'est un sujet tabou. Pourquoi ?

 

http://e-leclerc.scene7.com/is/image/gtinternet/Electre_978-2-7033-1042-6_9782703310426?size=195,230Invité de Tv-Libertés jeudi 3 avril, le professeur Michel Georget, agrégé de biologie et auteur de l'ouvrage "L'apport des vaccinations à la santé publique, La réalité derrière le mythe", explique que le mythe est que "grâce à la vaccination les maladies infectieuses ont régressé, voire disparu. La variole par exemple. Et d'autre part la vaccination est un procédé sans dangers. Et par conséquent tout est bénéfice dans la vaccination. C'est efficace et sans dangers."

 

Or, "sur les deux points, déjà sur le point de l'impact sur la régression des maladies infectieuses, l'OMS le dit elle-même, le facteur principal a été l'élévation du niveau de vie (aussi bien l'amélioration de l'alimentation, du logement, de l'hygiène. Toutes causes qui ont permi de mieux lutter contre les maladies de façon naturelle).

 

Les maladies ont reculé. Le problème est de savoir s'il n'y a pas eud'autres facteurs parallèles à l'utilisation des vaccinations. Comme les améliorations des conditions de vie."


La vaccination est "un sujet tabou (en France) parce qu'il y a une pression énorme de l'industrie pharmaceutique sur le plan médical, et via le corps médical une pression aussi sur la population".

 

L'idée du lobby pharmaceutique "n'est pas un mythe, c'est une véritable réalité à tous les niveaux, y compris autour des ministères, autour de toutes les commissions. On aborde là le problème des conflits d'intérêts, c'est-à-dire des personnes qui ont en charge normalement notre santé, mais qui ont par ailleurs ont des relations étroites avec l'industrie pharmaceutique. Et cela que ce soit des personnes qui font partie de la commission d'autorisation de mise sur le marché, du comité technique des vaccinations, du Conseil supérieur d'Hygiène publique de France. Toutes ces personnes ont des relations étroites avec l'industrie pharmaceutique. Elles sont rémunérées par l'industrie pharmaceutique sous forme de rémunérations suites à des conférences, des expertises. Il est difficile d'imagine, même s'ils s'en défendent que ces personnes ne soient pas indulgentes vis-à-vis de l'industrie pharmaceutique, lorsqu'il s'agit de décider de la mise sur le marché d'un vaccin ou d'un médicament."

 

Le livre du professeur n'a fait l'objet d'aucune publicicité. Michel Georget n'a jamais été l'invité d'un débat contradictoire sur une chaine de télévision.

 

 

Source video : http://fr.gloria.tv/?media=591697

Repost 0
4 avril 2014 5 04 /04 /avril /2014 17:43

 

 

 

Histoire d'une âme - Sainte Thérèse de Lisieux

La pièce de Michel Pascal - 2010

 

Source video : http://fr.gloria.tv/?media=591855

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Religion
commenter cet article
4 avril 2014 5 04 /04 /avril /2014 14:56

Bombs for peace: NATO marks 65 year anniversary

 

Published time: April 04, 2014 05:36 Edited time: April 04, 2014 11:26

 

Source: http://rt.com/news/nato-anniversary-bombings-death-125/

 

Traduction Christ-Roi

 

L-Otan-livre-la-democratie-depuis-1949.jpg

L'Otan livre la démocratie depuis 1949

 

Bombes pour la paix : l'OTAN marque son 65ème anniversaire

Publié: 4 Avril 2014 05:36 Modifié temps 4 avril 2014 11:26

 

On a longtemps vanté  l'OTAN comme un corps de sécurité collective post-Seconde Guerre mondiale, quoique les campagnes de bombardements tournant mal, peu se sentent en meilleure sécurité pour cela.

 

Voici quelques raisons pour lesquelles 65 années d'OTAN n'ont pas fait du monde un endroit meilleur.


Logo de l'organisationL'OTAN a été fondée comme un organisme post Seconde Guerre mondiale "pour garder les Américains dedans, les russes dehors et les allemands en bas."

 
Mais depuis plus de 40 ans, l'alliance en un éclair, s'implique dans sa première guerre chaude après que son rival de la guerre froide a déjà quitté la scène de l'histoire.

En Bosnie, l'OTAN obtint l'aval du Conseil de sécurité à chaque étape de 1992-1996, et mit en place des zones d'exclusion aérienne pour protéger les "zones de sécurité" et les casques bleus de l'ONU sur le terrain, qui avaient été détruites par les factions belligérantes de l'ex-Yougoslavie.

Le 28 Février 1994, l'OTAN s'engageait dans les premières opérations de combat de son histoire où ses combattants ont abattu quatre chasseurs-bombardiers serbes de Bosnie qui conduisaient une mission de bombardement en violation de la zone d'exclusion aérienne.

Elle a également mis en place un blocus naval dans la mer Adriatique pour endiguer le flot d'armes et de matériel militaire circulant dans l'ex-Yougoslavie,
quoique ce fut une série d'attaques aériennes connues sous le nom d'"Oeil Mort et Force Délibérée" qui conduisit les Serbes à la table de négociations.

 

Depuis lors, l'occasion est advenue de rendre ceci plus grand, vraiment beaucoup plus grand.

 

Alors que de manière agressive l'OTAN commençait à s'élargir, en 1999 elle jeta par la fenêtre  des mandats de l'ONU au début d'une campagne de bombardements de 78 jours contre la République fédérale de Yougoslavie, après que les négociations furent "tombées en panne."

 

People travel on the tram as they pass a destroyed building of the former federal military headquarters in Belgrade March 24, 2009.(Reuters / Marko Djurica )

Les gens voyagent sur le tram en passant devant le bâtiment détruit de l'ancien siège militaire fédéral à Belgrade le 24 mars 2009.

 

Il ressort que jusqu'à 2.000 civils yougoslaves ont été tués dans les frappes de l'OTAN.

 

A worker operates a bulldozer during the demolition of the former Chinese embassy in Belgrade November 10, 2010.(Reuters / Marko Djurica)

Un ouvrier conduit un bulldozer après la démolition de l'ancienne ambassade chinoise à Belgrade le 10 novembre 2010.

 

L'Ambassade chinoise à Belgrade se s'en est aussi pas très bien sortie.

 

"Il y a toujours un prix pour vaincre un mal. Il n'arrive jamais gratuitement malheureusement. Mais le coût de l'échec à vaincre un mal plus grand est beaucoup plus grand", déclara le porte-parole de L'OTAN, Jamie Shea, à l'époque. [On n'est pas loin du leitmotiv illuministe d'Adam Weishaupt "la fin sanctifie les moyens"... NdCR.]

 

Deux ans après, l'OTAN évoquait l'article 5 de son traité exigeant l'intervention de l'alliance pour venir en aide à n'importe quel Etat faisant l'objet d'une attaque armée pour la première fois au cours du demi-siècle, à la suite des attaques du 11 septembre.

  This 11 September, 2001 file photo shows smoke billowing up after the first of the two towers of the World Trade Center collapses in New York City.(AFP Photo / Henny Ray Abrams)

La fumée monte après l'effondrement de la première des deux tours du World Trade Center à New York le 11 septembre 2001.

 

La Force Internationale d'Assistance à la Sécurité (la FIAS) de l'Otan fut la première chargée de sécuriser Kaboul, bien que son mandat fut ensuite étendu à l'ensemble du pays.

Et comme toujours, quand les bombes commencèrent à tomber, le coût pour vaincre le mal était prêt à être payé par l'OTAN, d'où la vingtaine de morts de soldats pakistanais lors d'une frappe aérienne sur ​​la frontière pakistanaise en Afghanistan en Novembre 2011.

 

Smoke rising apparently after a cross-border NATO air strike on Pakistani border posts on a mountain in the Mohmand tribal district, on November 26, 2011.(AFP Photo / ISPR)

La fumée monte apparemment après un raid aérien transfrontalier de l'OTAN à la frontière pakistanaise sur un poste de montagne dans le quartier tribal Mohmand, le 26 novembre 2011.

 

Ou 18 morts civils - dont la moitié sont d'enfants - au cours d'une frappe aérienne de la coalition dans une province orientale en Afghanistan en Juin de l'année suivante.

 

Mais les excuses sont difficiles à trouver lorsque des victoires sont largement célébrées, comme les victimes civiles sont elles-mêmes réduites à des "circonstances regrettables."

 

Et pour les dizaines de civils "non reconnus" tués en 2011 lors de la campagne de bombardement de l'OTAN en Libye, ou pour les combattants rebelles démontés dans des attaques de tir ami, l'OTAN répète le mantra éternel entendu à chaque fois qu'elle tente de bombarder à sa façon le chemin vers la paix : "dommages collatéraux".

Repost 0
4 avril 2014 5 04 /04 /avril /2014 10:42

Mettez le gouverne-ment à la porte il revient par la fenêtre ! Pas de "dialogue"...


 

Violences policières : le nouveau gouvernement n’a pas changé de méthode

 

Medias-Presse-Info, le 3 avril 2014 à 9:14

 

A peine la nouvelle du nouveau gouvernement tombée et les bonnes habitudes reprennent de chaque côté.

 

[Mercredi 2 avril, NdCR.] Plusieurs centaines de Veilleurs et Sentinelles se sont regroupées aux abords du Ministère de la Justice pour protester contre le maintien de Taubira. Cependant les forces de l’ordre avaient déjà bloqué la Place Vendôme si bien qu’il a été impossible d’y accéder. Les manifestants se sont donc regroupés aux abords. C’est alors qu’ils ont été évacués de manière parfois violente. L’un d’eux a même dû aller à l’hôpital et en est ressorti avec trois jours d’arrêt. Il y a eu cinq interpellations. D’autres Sentinelles se sont ensuite dirigées vers l’Assemblée Nationale où là aussi un important déploiement de forces de l’ordre les attendaient. Le message est passé. Manuel Valls a changé de ministère mais pas de méthode !

 

 

 

Source: http://medias-presse.info/violence-policiere-le-nouveau-gouvernement-na-pas-change-de-methode/8272

 

 

. Manif Pour Tous : La répression policière dénoncée au Conseil des Droits de l’Homme des Nations-Unies

. Le Conseil de l’Europe nomme deux rapporteurs sur les violences policières anti-Manif pour tous

. Regardez comment la démocratie dite "française" respecte les droits des citoyens, dont la "liberté de réunion et d'association, droit essentiel dans une démocratie" (Art. 11 CEDH)

. Résolution 1947 2013 du Conseil de l'Europe : Condamnation de la France pour "atteintes aux droits de l'homme" et à l'"Etat de droit" (résolution 13255), "menaces pour la liberté de réunion, la liberté des médias et la liberté d'expression"

Repost 0