Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
10 août 2014 7 10 /08 /août /2014 16:24

Quand la créature de la CIA et du Mossad échappe à son créateur, les frappes aériennes arrivent... mais n'abusent pas l'observateur averti :

 

EI---L-ordre-d-assaut-d-Obama-contre-l-Irak.png

 

As Obama Launches Another Iraq Assault, Here Is An Undercover Look Inside ISIS

Zerohedge.com 08/09/2014 08:53 -0400

 

Alors qu'Obama lance un autre assaut contre l'Irak, voici un regard indiscret sur l'Etat islamique 

Alors que la plus grande des nouvelles géopolitiques de la semaine écoulée a été l'annonce d'Obama, qu'il deviendrait le quatrième président à ordonner une action militaire en Irak, ciblant explicitement les djihadistes de l'Etat Islamique (EI), la plus grande des questions est la raison qui a poussé l'administration à enfin agir.

Le New York Times rapporte
que "la tension est montée à Washington", le catalyseur de la décision d'Obama était le rebondissement entourant la capitale du Kurdistan, Erbil. "Les forces kurdes qui avaient combattu les militants dans trois villages chrétiens à proximité ont brusquement reculé en arrière vers les portes de la ville, attisant des craintes que la ville ne tombe bientôt . Dès jeudi matin, les gens se pressaient à l'aéroport, désespérés pour prendre les vols hors de la ville. "La situation près d'Erbil devenait plus terrible que n'importe qui ne l'avait prévu", déclara un officier d'administration supérieur, parlant sous la condition d'anonymat pour décrire les délibérations internes de la Maison blanche. "Nous ne voulions pas d'un autre Benghazi". 

 
La raison de ceci est que les USA ont une ambassade dans Erbil : cette chute de l'EI serait le coup de poing suprême dans l'estomac pour une administration dont la politique étrangère est devenue le bout de toutes les plaisanteries mondiales.

 

Ce qui est le pire, maintenant c'est que l'EI a pris le contrôle d'un barrage critique à Mossoul (qui, comme nous l'avons signalé précédemment contrôle les niveaux d'eau du Tigre jusqu'à Bagdad, et dont la capture a "secoué les fonctionnaires kurdes et a alimenté le sentiment de crise", pendant qu'il donnait à l'EI tous les leviers ), l'ambassade américaine pourrait être inondée si l'EI fait sauter le barrage en question.

En d'autres termes, Obama a simplement pris les armes après que la menace d'une autre humiliation étrangère massive ne devienne trop vraisemblable pour lui et que le recul de la défense kurde ne soit sur ​​le point de se réaliser. Bien sûr, la raison avancée réelle de l'intervention était toute différente, bien plus noble.


     Lors d'une réunion de 90 minutes dans la salle de crise jeudi matin (7 août Ndlr.), M. Obama a été informé à nouveau sur le sort des Irakiens bloqués sur le Mont Sinjar. Les membres d'une ancienne secte religieuse connue sous le nom de Yazidis, ont été stigmatisés comme fidèles du diables par les militants. Les femmes devaient être réduites en esclavage; les hommes abattus.
 
     Les fonctionnaires ont dit à M. Obama qu'il y avait un réel danger de génocide, selon la définition juridique du terme. "Alors que nous avons dû relever des défis humanitaires difficiles, ceci relevait d'une autre catégorie," déclara un responsable. "Ce genre qui vous secoue, capte votre attention."
 


     A 11h20, M. Obama a quitté la réunion pour se rendre à Fort Belvoir, en Virginie, où il a signé un projet de loi élargissant les soins de santé pour les anciens combattants. Il avait tout, sauf pris sa décision d'autoriser des frappes aériennes, indiquèrent des responsables, et alors qu'il était parti, son équipe rédigea les options militaires spécifiques.
 

 
     Lorsque le président est revenu à la Maison Blanche à peine une heure plus tard, il retourna dans les réunions avec son personnel. D'ici là, il y avait des reportages de parachutages et des grèves possibles. Mais la Maison Blanche s'"accroupit", déclara un responsable, refusant de commenter les rapports de peur de mettre en danger un largage de nuit sur ​​le Mont Sinjar.

 

    M. Obama n'annonça les opérations qu'à l'aube en Irak, un retard de plusieurs heures qui ajouta à la panique dans Erbil. Les rapports des explosions près de la ville au crépuscule jeudi soir semèrent la confusion après que les fonctionnaires kurdes aient déclaré que les Etats-Unis avaient commencé des raids aériens sur les militants. Le Pentagone nia catégoriquement les rapports.


Le reste est maintenant bien connu (la recension complète peut être trouvée ici), et a abouti jeudi à l'annonce d'Obama du lancement immédiat des bombardements sur les militants de l'EI.

Voici le rapport de courtoisie le plus récent sur la situation en Irak de l'institut pour l'étude de la guerre (ISW).



Dans les dernières 24 heures, l'EI a saisi le barrage de Mossoul. Cette capture fournit à l'Ei l'avantage stratégique sur l'Etat irakien. L'effondrement du barrage endommagerait de vastes secteurs du pays où l'EI chercha à atteindre la victoire militaire, mais rencontra une forte résistance. En outre, l'EI contrôle désormais la production d'électricité à Mossoul et le groupe étend son territoire revendiqué plus au nord. L'EI continue à se battre contre le Peshmerga dans Makhmour, au sud de Mossoul et l'IA dans Dhuluiya, au nord de Bagdad. Bien que les États-Unis aient mené deux séries de frappes aériennes ciblées contre le territoire contrôlé par l'EI en dehors d'Arbil et Mossoul, il est encore trop tôt pour déterminer si oui ou non le groupe va ajuster sa stratégie militaire. L'EI est susceptible de durcir les limites territoriales du califat islamique à l'est de Mossoul, mais ISW évalue que l'EI ne tentera pas de prendre Erbil. Pourtant, la peur d'une attaque de l'EI sur Erbil a atteint un sommet.


Source: http://www.zerohedge.com/news/2014-08-09/obama-launches-another-iraq-assault-here-undercover-look-inside-isis

Repost 0
10 août 2014 7 10 /08 /août /2014 13:02

De-dollarisation_yuan.jpg

La dé-dollarisation s'accélère - L'accord de change de devises Chine / Russie complet

 

Les 3 derniers mois ont vu les plans russes de "dé-dollarisation" s'accélérer. D'abord les clients de Gazprom se changent en euros et renminbi, puis des accords d'échange des monnaies britannique et chinoise, alors l'allié de l'OTAN la Turquie rompt les liens et réfléchit à la dé-dollarisation, la Suisse saute dans les accords d'échange de devises, et les BRICS créent leur propre moyen de financement non basé aux Etats-Unis, et enfin cette semaine, les oligarques russes ont changé leur trésorerie à Hong Kong. Mais cette semaine, comme le rapporte RT, les banques centrales russes et chinoise ont convenu d'un projet d'accord de change, ce qui leur permettra d'accroître le commerce des monnaies nationales et de réduire la dépendance au dollar américain dans les paiements bilatéraux. "L'accord stimulera davantage le développement des échanges directs en yuan et roubles sur les marchés de la Russie et de la Chine en devises nationales", a déclaré le régulateur russe.

 

Source: http://www.zerohedge.com/news/2014-08-09/de-dollarization-accelerates-chinarussia-complete-currency-swap-agreement

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Economie
commenter cet article
9 août 2014 6 09 /08 /août /2014 09:05

 La Russie ne devrait pas se contenter de répondre à des sanctions économiques par d'autres sanctions économiques.  

Très bon conseil trouvé sur le site Soutien à la république populaire du Donbass :

 

OTAN---Anders-Fogh-Rasmussen--secretaire-general.jpgLe secrétaire général de l’OTAN envisage de nouvelles sanctions contre la Russie 

http://french.ruvr.ru/news/2014_08_07/Le-secretaire-general-de-l-OTAN-de-nouvelles-sanctions-contre-la-Russie-sont-possibles-1482/

Ca commence à bien faire ! la Russie devrait créer des commissions d'enquête sur les crimes de guerre et contre l'humanité commis en Irak, Libye, Serbie, Syrie et Afghanistan (Ukraine, aussi ! Ndlr.) et lancer des poursuites contre une centaines de responsables occidentaux de haut niveau !
Comme le tribunal de la Haye ne sert qu'à juger que des noirs, des arabes et des européens de second ordre donc sert juste à condamner les ennemis de l'occident, la Russie devrait aussi créer un tribunal international des pays non alignés, pourquoi pas basé en Asie et chargé de condamner les occidentaux de leur crimes !
la culture de l'impunité doit disparaitre."

https://www.facebook.com/republikpopulairedudonbass/posts/1468600836725336

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Russie
commenter cet article
9 août 2014 6 09 /08 /août /2014 08:55

Croix-Rouge---Comite-international-de-la-Croix-Rouge--CICR.png

Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) salue la proposition du ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov d'envoyer une aide humanitaire dans le sud-est de l'Ukraine, a annoncé vendredi le CICR dans un communiqué. (1)

 

Les USA s'opposent à l'initiative russe. Les Etats-Unis considéreront comme une invasion directe l'acheminement unilatéral par la Russie d'une aide humanitaire en Ukraine, a déclaré vendredi l'ambassadeur des Etats-Unis auprès des Nations Unies Samantha Power à la réunion du Conseil de sécurité. (2)

 

Sources :

 

(1) http://french.ruvr.ru/news/2014_08_09/Ukraine-le-CICR-salue-la-proposition-russe-denvoyer-une-aide-dans-le-sud-est-3435/

(2) http://french.ruvr.ru/news/2014_08_09/Aide-humanitaire-en-Ukraine-les-USA-sopposent-a-linitiative-russe-9982/

Repost 0
8 août 2014 5 08 /08 /août /2014 08:48

Conseil-de-Securite-de-l-ONU-debat-de-l-Ukraine-le-5.jpg

 

Le Conseil de Sécurité de l’ONU a débattu de l’Ukraine le 5 aout… et cela vaut vraiment le coup de lire le compte-rendu...

LE CONSEIL DE SÉCURITÉ DÉBAT DE LA GRAVITÉ DE LA SITUATION HUMANITAIRE EN UKRAINE

OÙ 4 MILLIONS DE PERSONNES SONT AFFECTÉES PAR LES COMBATS

 

Le représentant d’OCHA annonce le lancement, cette semaine,

d’une réponse humanitaire de l’ONU pour prévenir l’aggravation de cette situation

Le Conseil de sécurité a, cet après-midi, à la demande de la Fédération de Russie, débattu de la gravité de la situation humanitaire dans l’est de l’Ukraine et des conséquences de l’instabilité provoquée par les combats qui affectent le quotidien de 4 millions de civils.

« Actuellement, 3,9 millions de personnes vivent dans les zones affectées par la violence et l’approvisionnement en eau est réduite à quelques heures par jour pour 1,5 million d’habitants des villes de Donetsk et Luhansk », a déclaré le Directeur de la Division de la coordination et des interventions du Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA), M. John Ging. Depuis le début du conflit à la mi-avril, 1 367 personnes ont été tuées et 4 087 autres blessées, a-t-il dit, avant d’annoncer le lancement, cette semaine, d’un plan de réaction humanitaire des Nations Unies pour prévenir toute nouvelle aggravation.

Pour faire face à la situation des personnes déplacées en Ukraine dont le nombre est estimé à 117 910 et des 740 000 personnes qui auraient trouvé refuge dans la Fédération de Russie, de nombreuses délégations ont appelé à la mise en place d’un système unifié d’enregistrement de personnes déplacées.

Si le représentant russe a jugé « catastrophique » la situation dans l’est de l’Ukraine en raison des activités militaires qualifiées de « chaotiques » du Gouvernement ukrainien, plusieurs délégations ont accusé la Fédération de Russie d’avoir été à l’origine de cette situation et dénoncé son manque de coopération pour faire pression sur les séparatistes afin qu’ils renoncent aux armes et engagent un dialogue.

« Il est étonnant que la Fédération de Russie convoque une réunion d’urgence du Conseil de sécurité pour débattre de la gravité d’une crise humanitaire dont elle est à l’origine », a déclaré le représentant du Royaume-Uni. À l’instar de la représentante de la France, il a relevé que personne ne fuyait les zones sous contrôle du Gouvernement ukrainien. Les rapports du Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme, a-t-il fait remarquer, ne laissent plus aucun doute sur les exactions commises par les séparatistes pro-russes. Sur le même ton, la représentante des États-Unis a estimé que la Fédération de Russie pouvait mettre fin à l’instabilité provoquée par les séparatistes en contrôlant ses frontières avec l’Ukraine et en interdisant ainsi les flux d’armes et ceux qui cherchent à combattre sur le territoire ukrainien.

« C’est la Russie qui continue de déstabiliser l’est de l’Ukraine, c’est elle qui soutient les terroristes dont le mobile principal est de détruire les systèmes d’approvisionnement en eau et en électricité et les hôpitaux », a accusé, de son côté, le représentant de l’Ukraine qui a rappelé que son gouvernement avait mis en place des corridors humanitaires pour permettre à la population civile de fuir les zones de combats.

Bien sûr, les combattants détruisent leurs propres hôpitaux ! Pour mémoire, le 7 aout (source) :

Ukraine-Un-hopital-touche-par-un-obus-a-Donetsk--4-morts.jpg

Un hôpital touché par un obus à Donetsk, 4 morts, le 7 août 2014

 

 

 

 

 

 

 

 

Source (et suite): http://www.les-crises.fr/conseil-de-securite-onu-debat-ukraine-05-08/

 

... les habitants se coupent eux-mêmes l'eau, le gaz, et l'électricité comme à Slaviansk et Kramatorsk..., bombardent et brûlent également leurs propres usines de traitement d'eau et leurs propres églises... comme à Gorlivka !

 

L'OTAN, complaisamment relayée par Le Monde, n'hésitait pas en juillet dernier à inverser la charge des crimes, tortures, enlèvements et des tirs sur les journalistes...

Repost 0
8 août 2014 5 08 /08 /août /2014 08:00

Ukraine-Kiev-bombarde-et-brule-l-eglise-Gorlivka.jpg

Eglise de Gorlivka brûlée dans le bombardement. 7 août 2014 ATU, Donetsk, le MRN

 

Горловка: Церковь загорелась в результате артиллерийского обстрела. 7 августа 2014 АТО, Донецк, ДНР

 

L'église de l'Annonciation de Gorlivka brûlée dans le bombardement, le 7 août 2014.
En raison de la poursuite des attaques punitives, une usine de traitement de l'eau a été endommagée, l'église de l'Annonciation a pris feu.

 

Source (en russe) : http://rusvesna.su/news/1407422166

 

Ci-dessous, la même église, le 29 juillet :

 

 

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Russie
commenter cet article
7 août 2014 4 07 /08 /août /2014 19:20

Ukraine-les-habitants-de-Kiev-se-revoltent-contre-le-pres.jpg

Le centre ville de Kiev brûle. Le Maidan se réchauffe en plein coeur de l'été alors que l'opération de répression des populations du Donbass est à la peine et que le régime autoritaire imposé par Washington et Bruxelles est en pleine crise.

Porochenko, le candidat atlanto-aligné à peine "élu" président en mai fait déjà l'objet d'une grave contestation à Kiev sur la place même du coup d'Etat de février qui amena le renversement de Ianoukovitch. Toute la journée, le centre de Kiev a été la proie d'affrontements rarement vus depuis la chute de l'ex-président.

Le ministère de l'Intérieur, en accord avec la présidence et le ministère de la Défense ont décidé d'envoyer non seulement la garde dite "nationale" contre les manifestants mais une compagnie de chars lourds T-64 BM Bulat... Ce que Ianoukovitch n'avait jamais osé faire. Silence et omerta dans les médias "français" et occidentaux. Aucun écho, aucun article, aucune image

 

Ce soir le Maidan flambe, comme aux grandes heures de la seconde révolution orange. Plus que jamais, la junte kiévienne est déstabilisée. (1)


Le 8 mai, Ioulia Timochenko, chef du parti "Patrie au pouvoir" (sic), alors candidate à la présidentielle, a menacé l'Ukraine d'un "troisième cycle de révolution" si le favori oligarque Porochenko était élu (2).


(1) Jacques Frère pour NationPresse.info http://www.nationspresse.info/mondialisme/atlantisme/ukraine-donbass-donetsk-lugansk-et-le-centre-kiev-en-flammes

(2) http://fr.ria.ru/presse_russe/20140508/201163018.html

Repost 0
7 août 2014 4 07 /08 /août /2014 18:09

Otan-livre-la-democratie-depuis-1949.jpg

 

Les mensonges et la manipulation de l'opinion continuent. Alors que tout le monde sait que l'OTAN et la CIA sont derrière le coup d'Etat à Kiev, le secrétaire général Anders Fogh Rasmussen a déclaré aujourd'hui, lors d'une conférence de presse à Kiev, que « la Russie continue de déstabiliser l'Ukraine » et « de soutenir les séparatistes ».

 

L'OTAN renforce donc son assistance à l'Ukraine face à l' « agression » de la Russie, elle organise des manoeuvres militaires en Ukraine depuis mai 2014, mais la Russie devrait rester sagement derrière sa frontière et ne pas même organiser de manœuvres militaires chez elle : l'Otan est prête à renforcer son assistance à l'Ukraine face à l' « agression » de la Russie, qu'elle appelle à retirer ses troupes de la frontière ukrainienne et à ne pas intervenir sous couvert de maintien de la paix, a déclaré Anders Fogh Rasmussen.

Source : L'Otan prête à renforcer son assistance à l'Ukraine face à "l'agression russe"

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2014/08/07/97001-20140807FILWWW00240-l-otan-prete-a-renforcer-son-assistance-a-l-ukraine-face-a-l-agression-russe.php

---------------------------------

. Obama révèle que le changement de régime en Ukraine en février 2014 est une action des USA (février 2015)

. Ukraine : Poutine dénonce un "coup d'Etat soutenu par les partenaires américains et européens"

. Poutine parle des nationalistes russophobes, néo-nazis et antisémites qui ont fait le "coup d'Etat" en Ukraine

. Ukraine: les Etats-Unis ont orchestré la crise (Poutine)

. Ukraine : une guerre civile est "fomentée par des forces obscures" (Ianoukovitch)

. Ukraine/troupes russes: les photos de l'Otan faites en août 2013 (Moscou)

. L'Otan deviendra-t-elle une "usine à guerre"?

. Otan : Les promesses non tenues de l'Occident

Repost 0
7 août 2014 4 07 /08 /août /2014 16:53

Alors que la réponse russe arrive en riposte aux sanctions des Occidentaux adoptées le 29 juillet dernier ( sanctions stratégiques d'envergure, dites de «niveau III» visant à restreindre l'accès des Russes aux marchés des capitaux européens, aux ventes d'armes, aux technologies sensibles dans le domaine de l'énergie et aux biens à double usage militaire et civil), il se pourrait que l'UE inverse la charge de la responsabilité (dont le manque à gagner pour les agriculteurs européens) et accuse la Russie de violer les obligations de l'OMC (comme elle l'a déjà fait en mars dernier.)

OMC Les Occidentaux accusent la Russie de répondre aux sanAinsi apprend-on sur le Figaro qu'au lieu de s'en prendre aux dirigeants occidentaux qui sont les premiers responsables des sanctions économiques contre la Russie, la FNSEA, principal syndicat d'exploitants agricoles, a déjà fait savoir qu'  elle voulait «saisir» l'Organisation Mondiale du Commerce pour qu'elle prenne des mesures contre la Russie ! Son président «a demandé à rencontrer dans les meilleurs délais François Hollande.»

Ci-dessous deux articles du Figaro, le premier, impartial, évoque la riposte russe aux sanctions économiques occidentales, le second, article manipulatoire et de propagande antirusse, renverse la charge de la responsabilité. Ainsi, les industriels français, inquiets de l'embargo russe envisageraient de saisir l'Organisation Mondiale du Commerce (OMC).

Pour résumer : la Russie devrait accepter d'être étranglée économiquement sans avoir même le droit de se défendre. Nous sommes étonnés, de voir que la Russie, devenue membre de l'OMC en 2011, n'attaque pas les sanctions occidentales devant cette institution plutôt que de simplement répondre aux sanctions par d'autres sanctions ou d'attendre que cela se passe.

 

L'article impartial du Figaro :

 

La Russie durcit les sanctions contre les pays occidentaux

 

Lefigaro,fr, Mis à jour le 07/08/2014 à 17:46 Publié le 07/08/2014 à 11:08

 

En représailles aux sanctions économiques occidentales contre Moscou, Vladimir Poutine instaure un embargo total sur une longue liste de produits alimentaires et envisage d'interdire le transit des avions européens par la Russie. L'Europe envisage de prendre de nouvelles mesures.

 

La riposte russe est lancée. En représailles aux sanctions économiques des Occidentaux, qui l'accusent d'alimenter l'instabilité dans l'est de l'Ukraine, Vladimir Poutine a signé un décret instaurant une interdiction totale d'importation de la plupart des produits alimentaires en provenance des États-Unis, de l'Union européenne, d'Australie, du Canada et de Norvège. Sont concernés les fruits, légumes, viandes, poissons, lait et produits laitiers. L'embargo ne concerne pas les aliments pour bébé et les citoyens russes pourront toujours faire leurs achats à l'étranger, bien que toute tentative de profiter de la situation pour revendre des produits interdits sera «sévèrement punie», prévient le premier ministre Dmitri Medvedev.

 

La mesure est applicable à partir de ce jeudi et pour une durée d'un an, a précisé le premier ministre russe Dmitri Medvedev. Mais elle pourra être levée si «nos partenaires font preuve d'une approche constructive», a déclaré ce dernier lors d'une intervention télévisée.

 

Dmitri Medvedev a également confirmé que Moscou envisageait la mise en place d'une interdiction de survol du territoire russe pour les compagnies aériennes effectuant des liaisons entre l'Europe et l'Asie via la Sibérie, la route la plus courte. Les avions des compagnies aériennes ukrainiennes ne sont déjà plus autorisés à transiter par la Russie.

 

Peu après ces annonces, l'Union européenne a affirmé qu'elle se réservait «le droit de prendre des mesures». «Après évaluation complète par la Commission européenne des mesures prises par la Fédération de Russie, nous nous réservons le droit de prendre les mesures appropriées», a affirmé Frédéric Vincent, un porte-parole de la Commission, qui a qualifié la riposte russe de «clairement politique».

 

Des armes à double tranchant

 

Le premier ministre russe a lui-même qualifié la fermeture de l'espace aérien russe pour ces liaisons de «mesure grave» qui provoquerait pour les compagnies un important surcoût en carburant qui se répercutera sur les prix. Cette éventuelle interdiction serait particulièrement dommageable pour les compagnies européennes, en premier lieu Lufthansa, British Airways, Air France et Finnair, qui opèrent de nombreux vols long-courriers vers l'Asie. Mais elle entraînerait aussi des pertes pour la principale compagnie aérienne russe Aeroflot, qui perçoit des indemnités pour ces vols de transit estimées à près de 250 à 300 millions de dollars par an. «Nous devons y réfléchir», a ainsi précisé Dmitri Medvedev, ajoutant qu'il s'agissait de réagir aux sanctions qui ont poussé à l'arrêt des activités du premier transporteur aérien à bas coût russe, Dobrolet.

 

L'interdiction des importations de produits alimentaires est aussi une arme commerciale à double tranchant, selon la Maison-Blanche: «Riposter contre des entreprises ou des pays occidentaux accentuera l'isolement international de la Russie et provoquera davantage de dégâts à sa propre économie», a prévenu Laura Lucas Magnuson, porte-parole du Conseil de sécurité nationale. L'avis est partagé par les analystes: «Même si d'un point de vue politique, cela peut sembler approprié, et si cela va sans aucun doute affecter les fournisseurs de la Russie, cela va sans doute alourdir le coût des sanctions en entraînant une hausse du prix des produits alimentaires et donc affecter plus largement le pouvoir d'achat des ménages russes», estime Dmitri Polevoy, économiste en chef d'ING.

 

Pour compenser le tarissement brutal de ses sources d'importations agroalimentaires, la Russie a déjà prévu de solliciter son marché intérieur et de se tourner vers les pays qui ne lui ont pas imposé de sanctions. Parmi eux: le Brésil, le Chili, l'Argentine et l'Équateur. «Même dans ces conditions, nous sommes persuadés que nous arriverons à retourner la situation en notre faveur», a assuré Dmitri Medvedev, promettant d' «empêcher la hausse des prix» et de «libérer les étals pour nos propres producteurs». Selon lui, «une telle chance, une occasion unique d'ouvrir et de développer notre industrie destinée à la substitution des importations, ne peut être négligée».

 

En attendant, la mesure devrait se faire ressentir sur les balances commerciales des Américains et des Européens. La Russie est en effet le premier importateur mondial de fruits et légumes européens. En 2013, l'industrie agroalimentaire américaine a, de son côté, exporté pour 1,5 milliard de dollars de produits alimentaires vers la Russie, qui est notamment le deuxième marché d'exportation des volailles américaines derrière le Mexique. «Toutes ces mesures ne sont purement qu'une réponse aux sanctions occidentales. Nous ne voulions pas d'un tel développement de la situation. Il n'y a rien de positif dans les sanctions, a affirmé Dmitri Medvedev. J'espère sincèrement que le pragmatisme économique prévaudra sur les considérations politiques stupides chez nos partenaires, et qu'ils penseront à ne pas isoler ou faire peur à la Russie».

 

Source : http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2014/08/07/20002-20140807ARTFIG00098-la-russie-durcit-les-sanctions-contre-les-pays-occidentaux.php

 

L'article manipulatoire :

 

Les industriels français de l'agro-alimentaire inquietés par l'embargo russe

 

Le Figaro Mis à jour le 07/08/2014 à 17:51, Publié le 07/08/2014 à 16:58

 

Inquiet des conséquences des annonces russes, le président de la FNSEA a demandé à rencontrer dans les meilleurs délais François Hollande.

 

Bœuf, porc, volaille, poisson, fromage, lait, légumes et fruits, l'embargo total de la Russie pour les produits en provenance des pays d'Europe et des États-Unis n'épargne presque aucun secteur de l'agriculture et de l'agroalimentaire français, à l'exception des vins et spiritueux. Cette interdiction d'importer, qui touche également l'Australie, le Canada et la Norvège, s'applique pour une durée de un an mais pourra être levée «si nos partenaires font preuve d'une approche constructive» précise le premier ministre russe. Moscou utilise une nouvelle fois l'arme commerciale comme moyen de pression diplomatique sur ses voisins. Terminés donc les camemberts et le bœuf français dans les rayons des supermarchés russes, ce qui ne manque pas d'inquiéter les industriels françaises et les agriculteurs. La Russie est en effet un gros client de l'Union Européenne et de la France. Ce pays absorbe 10% des exportations agricoles et agroalimentaires de l'Union Européenne, pour un montant de 12 milliards d'euros par an, selon les chiffres Eurostat. Pour les produits français, la Russie est aussi une destination privilégiée. Plus de 121.000 tonnes de viandes et animaux y ont ainsi été exportés en 2013 pour une valeur proche de 243 millions d'euros. Et, l'industrie agroalimentaire y a, elle, exporté plus de 162.000 tonnes de produits pour une valeur proche de 375 millions d'euros, selon les derniers chiffres de FranceAgriMer.


Un manque à gagner considérable

 

Xavier Beulin, le président de la FNSEA, le principal syndicat d'exploitants agricoles a déjà fait savoir son inquiétude. Contacté par Le Figaro, il craint que l'embargo russe ait «des répercussions directes, à savoir la fermeture du marché russe aux produits européens», et craint notamment pour la filière des fruits et légumes qui représente 15% des exportations et celle des produits laitiers qui en représente 10%. Xavier Beulin évalue à un milliard d'euros le manque à gagner engendré par la décision russe. Même son de cloche du côté des industries de l'agroalimentaire. Les conteneurs de viandes congelées à destination de la Russie du groupe Bigard, numéro un de la viande en France, sont restés à quai ce matin. Joint par Le Figaro, Jean-Marie Joutel, le directeur général adjoint du groupe appréhende les répercussions, d'autant que l'embargo russe sur le porc européen décrété depuis janvier impacte déjà lourdement la filière viande. «Au sein du groupe Bigard, nous exportons vers la Russie essentiellement des coproduits et des abats car ce sont des produits bon marché qui rencontrent une faible demande en Europe. Avec l'embargo, il va falloir trouver de nouveaux débouchés, vers l'Europe de l'Est et l'Afrique. Le problème de ces nouveaux marchés, c'est qu'ils ont moins de moyens», explique-t-il avant d'ajouter que l'embargo pourrait donc engendrer «des prix bradés».

Un engorgement du marché européen

 

Une des conséquences indirectes de l'embargo est également l'engorgement du marché européen avec des produits normalement écoulés en Russie. «Poutine est adroit, il cible les produits les plus sensibles, à savoir les fruits et légumes ainsi que les produits laitiers, qui sont très vite périssables», analyse Xavier Beulin. Pour Emmanuel Commault, le directeur général de Cooperl Arc Atlantique, une coopérative spécialisée dans la viande de porc, «le marché russe est essentiel pour l'équilibre entre l'offre et la demande de la carcasse de porc, tout comme d'autres produits», expliquet-il au Figaro. «Le problème avec la Russie, c'est qu'en raison de la tournure politique des décisions commerciales, nous n'avons aucune visibilité. Les mauvais prix peuvent donc durer des mois ou des années» ajoute-t-il.

 

La France risque donc de subir lourdement les conséquences de l'embargo russe, et peut-être même plus que ses voisins européens, comme l'explique Emmanuel Commault, «la rentabilité de l'ensemble des entreprises alimentaires européennes va être mise à mal mais la France risque bien d'être encore plus touchée en raison de son manque de compétitivité par rapport à ses voisins».

 

Face à cette inquiétude, le président de la FNSEA a d'ores et déjà demandé à rencontrer le président François Hollande. Ce midi, l'inquiétude ne semblait pourtant pas encore avoir gagné les rangs du ministère de l'Agriculture qui, contacté par la rédaction, répondait «Aucun chiffre n'est avancé pour le moment. Notre plus grand segment d'exportation vers la Russie est la filière des vins et des spiritueux qui n'est pas touché par l'embargo russe, ceci est plutôt une bonne nouvelle pour l'instant. Nous allons réagir rapidement». Reste donc à savoir si la Commission Européenne développera des mesures de retrait et de dégagement sur les produits concernés par l'embargo ou si l'Organisation Mondiale du Commerce, que veut d'ailleurs saisir la FNSEA, prendra des mesures contre la Russie.

 

Source: http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2014/08/07/20002-20140807ARTFIG00243-les-industriels-francais-de-l-agro-alimentaire-inquiets-par-l-embargo-russe.php

 

 

. Inversion accusatoire : L’UE accuse la Russie de violer les obligations de l'OMC (23 mars 2014)

Repost 0
5 août 2014 2 05 /08 /août /2014 07:17

Une info Breizh-info.com

parlement-autome-breton-KAD.jpg

Vers un parlement autonome Breton ? KAD s’explique [interview]

 

04/08/2014 – 07H00 Rennes (Breizh-info.com) – Nous vous avions fait part récemment de l’activité de l’association KAD, Kelc’h an Dael (cercle du parlement) qui oeuvre pour la mise en place d’un parlement Breton autonome, et qui a lancé récemment une initiative en faveur d’élections bretonnes dans le but d’élire en 2016 une assemblée parallèle au conseil régional de Bretagne.

La direction de KAD vient de répondre aux questions que nous leur avons adressées.

Breizh-info.com : Pouvez-vous présenter KAD ainsi que l’initiative pour le référendum sur un parlement breton ?

KAD : Le seul objectif de KAD est la (re)création du Parlement de Bretagne, son unique raison d’existence, et pour se faire, KAD accueille en son sein tous les Bretons et Bretonnes de bonne volonté, patriotes et démocrates, toutes sensibilités politiques confondues.

Notre point commun à tous est la volonté de s’unir pour les intérêts supérieurs de la Bretagne, chose pour l’instant malaisée tant les Bretons ont le don de se chamailler pour des points secondaires, au grand plaisir de nos adversaires jacobins. Le ciment de notre union au sein de KAD est notre charte: http://www.parlementdebretagne.org/?page_id=99

Comme nous l’avons expliqué dans notre dernier communiqué à ce sujet, KAD va organiser des élections nationales bretonnes en novembre 2016, ( c’est plus qu’un référendum…), et elles seront ouvertes pour candidature, à tous les bretons et bretonnes des cinq départements comme de la diaspora. Ces candidats se présenteront à travers une profession de foi, et devront être indépendants des partis français jacobins centralistes. Ils devront adhérer à une charte commune succincte afin de certifier qu’ils désirent réellement travailler pour les intérêts supérieurs de la Bretagne.

Breizh-info.com : Que répondez-vous à ceux qui parlent d’une énième initiative qui risque de ne pas aboutir par amateurisme ?

KAD : Amateurisme? Toutes les associations bretonnes qui font bouger et avancer la Bretagne depuis des décennies auraient pu être taxées d’amateurisme car bénévoles et sans moyens, et pourtant elles sont les seules à agir et à obtenir des résultats, à tel point que l’État français, immobile ou même destructeur sur les affaires bretonnes, en arrive parfois à devoir en officialiser certaines, sans doute dans un esprit de récupération ou de blanchiment de conscience… Mais ce sont toujours des associations bretonnes, motrices de renouveau, que viennent les bonnes initiatives en Bretagne!

Ensuite ceux qui nous critiquent d’entrée de jeu, « trop ceci… Pas assez cela… », seraient mieux avisés, si vraiment bretons, de venir nous aider pour organiser ces élections, ou bien tout simplement le moment venu de se porter candidats et/ou électeurs… Nous comptons sur eux! Il s’agit réellement d’un projet collectif pour la Bretagne: ce premier Parlement provisoire de Bretagne sera ce que nous désirons en faire, tout simplement! Son devenir ainsi que notre destin breton commun nous appartiennent à nous Bretons de bonne volonté, prêts à nous mobiliser pour ce beau projet! Si nous ne faisons rien nous n’aurons rien, donc ensemble faisons!

Breizh-info.com : Les Bretons veulent-t-ils vraiment dans leur majorité tendre vers une autonomie ? une indépendance ?

KAD : Les Bretons n’ont, et de plus en plus n’auront plus le choix devant l’immobilisme (pour ne pas dire plus) de la France à l’égard de la Bretagne: l’exemple de la volonté française de refuser la réunification de la Bretagne contre l’avis majoritaire des Bretons en dit long… Et c’est ainsi en tous domaines!

La réticence bretonne face à l’autonomisme ou plus, ne provient que du long formatage jacobin dans les cerveaux bretons à travers la presse et l’éducation… Mais devant la gestion désastreuse des intérêts bretons par la France, qui travaille en Bretagne uniquement pour garder en main ses intérêts propres au détriment des nôtres, les derniers obstacles psychologiques devraient tomber petit à petit… La frustration et le mécontentement montent inexorablement en Bretagne: l’idée que les Bretons seraient aujourd’hui mûrs pour prendre leur destin en main dans une gestion politique et financière autonome fait de plus en plus son chemin, et pourrait devenir incontournable sous peu!

 Breizh-info.com : Vous prônez le dialogue et le travail en commun pour la Bretagne, toutes obédiences politiques confondues. Néanmoins, cela semble avoir du mal à prendre . D’où viennent les blocages ? N y a t-il pas une forme de blocage au nom du politiquement correct ?

KAD : Le blocage provient essentiellement de la multitude de chapelles politiques bretonnes qui se définissent d’abord selon le clivage droite-gauche à la française: elles se chamaillent entre elles pour des divergences mineures (la couleur des tapisseries), au lieu de se regrouper d’abord sur les convergences majeures que sont les intérêts supérieurs de la Bretagne (la construction de la maison commune).

Les expériences passées devraient apporter davantage de réflexion, de tolérance et de solidarité bretonnes dans la façon de se parler et de s’unir… La désunion est suicidaire, l’union est salvatrice: nous n’avons plus le choix, s’unir ou disparaître! Dans KAD, nous avons déjà prouvé que l’union diplomatique harmonieuse des sensibilités contradictoires étaient possibles, prises uniquement comme des tendances ou points de vue… Dans le Parlement ces différentes tendances s’exprimeront, et à travers la parole argumentée et le compromis du vote souverain, les solutions seront trouvées ensemble!

A propos du politiquement correct, quelques Bretons de gauche nous reprocherons sans doute de vous donner cet interview… Qu’attendent t-ils pour nous proposer la même chose ?  Et ensuite ils diront que KAD est de droite… En réalité KAD n’est ni d’un bord ni d’un autre, ayant toutes les sensibilités bretonnes en son sein, et nous voulons simplement faire l’union pour permettre la (re)création du Parlement Breton, où toutes les sensibilités doivent être représentées, démocratie oblige ! Le moment venu nous poserons la question à tous les partis bretons : peut-être aurons nous de bonnes surprises ? Nous verrons bien…

Breizh-info.com : La Bretagne a changé depuis trente ans. Les acteurs du mouvement breton (culturel, politique) en ont ils conscience ou vivent-ils dans une sorte de bulle ?

KAD : Il est difficile de généraliser en ce domaine: tous les cas de figure semblent possibles et co-exister en îlots séparés. L’idée d’un Parlement de Bretagne permettra peut-être de créer des ponts, des passerelles, ou même des gués entre tous les îlots… Nous l’espérons fortement et agissons pour cela, malgré encore certaines  incompréhensions et réactions de rejets corporatistes. Mais l’intérêt de la Bretagne est en jeu, et l’intelligence pragmatique devrait l’emporter sur les idéologies diverses: un oiseau a besoin de ses deux ailes, droite et gauche, pour s’envoler… Avec une seule aile il tourne en rond et ne décolle pas, et la situation actuelle de la Bretagne en est la preuve la plus éclatante.

Breizh-info.com : Comment allez vous procéder pour toucher une majorité de Bretons ? Quels sont vos objectifs quantifiables ?

KAD : Nous allons travailler lentement mais sûrement, et c’est pour cela que nous avons fixé la date de ces élections en novembre 2016: nous avons plus de deux ans devant nous pour convaincre et s’organiser. Quant à notre stratégie, elle se dévoilera au fil de nos prochains communiqués. Chaque chose en son temps!

Nous n’avons volontairement aucun objectif quantifiable quant au nombre de candidats ou d’électeurs… Plus le nombre de candidats et d’électeurs sera important plus nous serons crédibles, bien sûr, mais nous acceptons l’idée qu’il soit faible au début, afin de ne pas être déçus, et qu’à travers d’éventuels quolibets et sarcasmes, nous sachions garder le cap indéfectible, et petit à petit augmenter ce nombre, tranquillement et avec le sourire.

Quant au nombre de député(e)s bretons, un chiffre idéal pour l’instant serait d’en avoir une cinquantaine pour commencer. Mais un chiffre inférieur de Breton(e)s élu(e)s permettrait à un Parlement provisoire de travailler honorablement en « shadow cabinet », pour peu que l’esprit commun soit rigoureux et déterminé. L’avenir nous le dira, et nous y croyons! Les grands projets démocratiques ont toujours débuté avec une poignée de femmes et d’hommes résolus au début, et ils ont été rejoints petit à petit par leurs compatriotes lentement convaincus: pourquoi n’en serait-il pas de même en Bretagne?

Propos recueillis le 1er août 2014


Source: http://www.breizh-info.com/14922/actualite-politique/vers-parlement-autonome-breton-kad-sexplique-interview/

Repost 0
5 août 2014 2 05 /08 /août /2014 06:45

Israël informe les USA de ses plans d'asphyxie de l'économie à Gaza (Wikileaks)

 

19:11 04/08/2014

MOSCOU, 4 août - RIA Novosti

 

L'ambassade américaine à Tel-Aviv n'ignorait pas qu'Israël a délibérément maintenu "au bord du gouffre" l'économie dans la bande de Gaza, territoire palestinien contrôlé par le Hamas qui refuse de reconnaître l'Etat hébreu, ressort-il des notes diplomatiques publiées lundi par Wikileaks.

"Dans le cadre de leur embargo global sur Gaza, des responsables israéliens ont confirmé (...) à de multiples occasions leur intention de maintenir l'économie gazaouie au bord du gouffre, sans aller jusqu'à l'y précipiter", stipule une dépêche secrète de l'ambassade en date du 3 novembre 2008, envoyée au Trésor et au département d'Etat.

Selon ce document, les autorités israéliennes "ont l'intention de laisser l'économie gazaouie fonctionner à petit feu, le plus petit possible, tout en évitant une crise humanitaire".

Pour y parvenir, le gouvernement pratiquait une politique monétaire extrêmement dure à l'égard de l'enclave palestinienne. Imposé en juin 2006 à la suite de l'enlèvement d'un soldat israélien, le blocus de la bande de Gaza avait été renforcé après la prise de contrôle de ce territoire en juin 2007 par les islamistes du Hamas.

Ces nouvelles fuites diplomatiques sur le site de Wikileaks surviennent sur fond de nouvelle confrontation entre Israël et le Hamas. L'Etat hébreu mène depuis le 8 juillet dernier une opération militaire Bordure protectrice à Gaza lancée en représailles à des tirs de roquettes palestiniens. Le Hamas a rejeté le plan de règlement pacifique proposé par l'Egypte, en insistant sur la levée inconditionnelle du blocus de l'enclave palestinienne.

Selon les dernières informations, 1.626 Palestiniens, en grande majorité des civils, ont trouvé la mort en 25 jours des hostilités et 8.830 autres ont été blessés.

Côté israélien, 66 personnes, dont 63 soldats et officiers de Tsahal, ont trouvé la mort depuis le début de l'opération.

 

Source: http://fr.ria.ru/world/20140804/202031113.html

Repost 0
4 août 2014 1 04 /08 /août /2014 13:03

UERSS.jpg

 

Les Crises.fr d'Olivier Berruyer évoque aujourd'hui une video et un entretien de 2006 du dissident soviétique Vladimir Boukovski mettant en garde contre une dictature de l'UE de type soviétique, que nous avions présenté sur Christ-Roi, en 2008, 2010, puis O. Berruyer présente l'entretien de V. Boukovski réalisé au parlement européen en 2006 avec Paul Belien que nous avions publié en 2007, parlement européen où V. Boukovski avait été invité par le FIDESZ, membre du groupe ECD (chrétiens démocrates européens) depuis l'Angleterre où il résidait, à l'occasion du cinquantième anniversaire de l'insurrection hongroise de 1956. Après sa réunion avec les Hongrois le matin, Vladimir Boukovski tint un discours l'après-midi dans un restaurant polonais de la Tier Straat en face du parlement européen, à l'invitation du United Kingdom Independence Party (UKIP, parti de Nigel Farage), dont il est le parrain.

 

Olivier Berruyer :

Je vous propose aujourd’hui cette interview de 2006 du dissident soviétique Vladimir Boukovski. Il est le premier à dénoncer l’utilisation de l’emprisonnement psychiatrique contre les prisonniers politiques en Union soviétique.

Ses propos sont durs (je ne les approuve pas tous), mais intéressants, et alimentent la réflexion – je vous fais confiance pour séparer le bon grain de l’ivraie…

Il est sur une tendance assez libertarienne, de droite “musclée”, et soutient l’UKIP anglais. Mais je comprends qu’une “forte pensée libertaire” anime quelqu’un qui a passé 12 ans de sa vie emprisonné dans un hôpital psychiatrique en raison de ses opinions…

Du bureau de Paul Belien, lundi 27/02/2006

Vladimir Boukovski, un ancien dissident soviétique âgé de 63 ans, craint que l’Union Européenne ne soit en train de se transformer en une seconde Union Soviétique. Dans un discours prononcé à Bruxelles la semaine dernière, M. Boukovski a traité l’UE de “monstre” qui doit être détruit au plus vite, avant qu’il ne se développe en un état totalitaire à part entière.

M. Boukovski a rendu visite au Parlement européen ce jeudi à l’invitation du Fidesz, le Forum Civique Hongrois. Le Fidesz, membre du groupe ECD (chrétiens démocrates européens), avait invité l’ancien dissident soviétique depuis l’Angleterre où il réside, à l’occasion du cinquantième anniversaire de l’insurrection hongroise de 1956. Après sa réunion avec les Hongrois le matin, M. Boukovski a tenu un discours l’après-midi dans un restaurant polonais de la Tier straat, en face du Parlement Européen, à l’invitation du United Kingdom Independence Party (UKIP), dont il est un grand défenseur.
Dans son discours M. Boukovski fait référence à des documents confidentiels des services secrets soviétiques, qu’il a eu l’autorisation de lire en 1992.
Ces documents confirment l’existence d’une “conspiration” pour influer sur l’Union Européenne afin de la transformer en une organisation de type communiste.
J’ai assisté à la conférence et ai enregistré le discours. Une transcription ainsi qu’un enregistrement audio d’environ 15 minutes se trouvent ci-dessous.
J’ai également interviewé brièvement (4 minutes) M. Boukovski. La transcription et l’enregistrement audio se trouvent également ci-dessous.
L’interview à propos de l’Union Européenne a dû se terminer rapidement car M. Boukovski avait d’autres engagements, mais elle me rappela quelques souvenirs puisque j’avais interviewé Vladimir Boukovski il y a 20 ans. En 1986, quand L’Union Soviétique, le premier monstre qu’il a si vaillamment combattu, était toujours vivant et prospère.
M. Boukovski était l’un des héros du XXe siècle. Jeune homme il fit connaître l’utilisation de l’emprisonnement psychiatrique à l’encontre des prisonniers politiques dans l’ancienne Union Soviétique (Union des Républiques Socialistes Soviétiques, 1917 – 1991) et passa en tout 12 ans de sa vie (1964 – 1976), de sa 22e année à la 34e dans les prisons soviétiques, les camps de travail et les institutions psychiatriques.
En 1976, les soviétiques l’expulsèrent vers l’Ouest. En 1992, il fut invité par le gouvernement russe comme expert, témoignant au procès qui devait déterminer si le parti communiste soviétique était une institution criminelle.
Pour préparer son exposé M. Boukovski eut accès à un très grand nombre de documents des archives des services secrets soviétiques. Il est l’une des rares personnes à avoir jamais pu consulter ces documents parce qu’il sont toujours classés comme secrets. Utilisant un petit scanner à main et un ordinateur portable, il entreprit cependant de copier beaucoup d’entre eux (certains étant classés très sensibles), parmi lesquels des rapports du KGB au gouvernement soviétique.

Une interview de Vladimir Boukovski

Paul Belien: Vous étiez un célèbre dissident soviétique et maintenant vous faites le parallèle entre l’Union Européenne et l’Union Soviétique. Pouvez-vous expliquer cela ?
Vladimir Boukovski: Je fais référence à des structures, à certaines idéologies qui sont inculquées, à des projets, à sa direction et à son inévitable expansion, à l’affaiblissement des nations qui était aussi le but de l’Union Soviétique. La plupart des gens ne comprennent pas cela. Ils ne le savent pas, mais nous le savons parce que nous avons grandi en Union Soviétique où nous devions étudier l’idéologie soviétique à l’école et à l’université.
L’ultime but de l’Union Soviétique était de créer une nouvelle entité historique, le peuple soviétique, partout dans le monde.
C’est le but de l’UE aujourd’hui. Ils essayent de créer un nouveau peuple. Ils appellent ce peuple “les Européens” quoi que cela signifie.
Selon la doctrine communiste et selon plusieurs formes de pensée socialiste, l’Etat, l’Etat-nation doit disparaître.
En Russie, cependant, ils se passa le contraire. Au lieu de s’affaiblir, l’Etat soviétique devint très puissant mais les nationalités furent anihilées.
Mais lorsque l’URSS s’effondra, ces identités nationales revinrent comme des boomerangs et détruisirent presque le pays. Ce fut très effrayant.
PB : Pensez-vous qu’il puisse arriver la même chose lorsque l’Union Européenne s’effondrera ?
VB : Absolument, c’est comme un ressort : vous pouvez le contracter seulement jusqu’à un certain point, et vous savez que l’esprit humain est très résistant. Vous pouvez donc le contracter encore et encore, mais n’oubliez pas que pendant ce temps, il accumule de la force pour rebondir.
PB : Mais tous ces pays qui ont rejoint l’UE l’ont fait de leur plein gré.
VB : Non, ils ne l’ont pas fait volontairement. Prenons l’exemple du Danemark qui a voté à deux reprises contre le traité de Maastricht. Prenons celui de l’Irlande [qui a voté contre le traité de Nice]. De nombreux autres pays subissent une pression énorme. C’est presque du chantage. Les Suisses ont été contraints de voter cinq fois lors de référendums. A cinq reprises ils l’ont rejeté, mais qui sait ce qui arrivera la sixième fois, ou la septième ? C’est toujours la même chose. C’est un piège pour les idiots. Les peuples doivent voter par référendum jusqu’à ce qu’ils disent ce qu’on attend d’eux. Ensuite ils ne peuvent plus voter. Pourquoi arrêter ? Laissez nous continuer à voter. L’Union Européenne est ce que les Américains appelleraient un “shotgun marriage” [un mariage avec un pistolet sur la tempe, un mariage forcé - NdT].
PB: Que pensez-vous que les jeunes devraient faire à propos de l’Union Européenne? Sur quels points devraient-ils insister pour démocratiser l’institution, ou devraient-ils simplement y mettre un terme?
VB: Je pense que l’Union Européenne, comme l’URSS, ne peut pas se démocratiser. Gorbatchev avait essayé et il l’a faite exploser. Ce genre de structures ne peut pas se démocratiser.
PB: Mais nous disposons d’un Parlement européen élu par le peuple.
VB: Le Parlement européen est élu sur la base d’un scrutin à la proportionnelle [dans chaque pays], ce qui ne constitue pas une réelle représentation populaire. Et que vote-t-il ? Le pourcentage de graisse dans les yaourts ou ce genre de choses. C’est ridicule. Il lui a été donné la même tâche qu’au Soviet Suprême (parlement à l’époque de l’URSS NdT). En moyenne, les députés prennent la parole six minutes par an dans la chambre des députés. Ce n’est pas un réel Parlement.

Verbatim du discours de M. Boukovski à Bruxelles

En 1992, j’avais un accès sans précédent aux documents secrets du Politburo et du Comité Central, qui ont été classés comme secrets et le sont encore plus de 20 ans après. Ces documents montrent très clairement que l’idée de transformer le Marché commun européen en un Etat fédéral a été acceptée par les partis de gauche européens et Moscou comme un projet commun que [le leader soviétique] Gorbatchev appelait en 1988-89 notre “maison européenne commune”
L’idée était très simple. Elle est apparue en 1985-86, lorsque les communistes italiens rendirent visite à Gorbatchev, suivis des socio-démocrates allemands. Ils se sont tous plaints de ce que les changements dans le monde, en particulier après que [le Premier Ministre britannique Margaret] Thatcher ait introduit son programme de privatisation et libéralisation économique, menaçaient de détruire les conquêtes (pour reprendre leurs termes) de générations de socialistes et socio-démocrates – risquant de les renverser complètement. Par conséquent, la seule façon de résister à cet assaut de capitalisme déchaîné (comme ils l’appelaient) était d’introduire les mêmes objectifs socialistes dans tous les pays à la fois. Avant cela, les partis de gauche et l’Union Soviétique s’étaient opposés résolument à l’intégration européenne car ils la percevaient comme un moyen de bloquer leurs objectifs socialistes. A partir de 1985, ils changèrent complètement de vision. Les Soviétiques arrivèrent à une conclusion et un accord avec les partis de gauche sur le fait que s’ils oeuvraient ensemble ils pourraient prendre en otage le projet européen tout entier et le retourner. Au lieu d’un marché ouvert, ils en feraient un Etat fédéral.
D’après les documents [soviétiques secrets], c’ est en 1985-86 qu’eut lieu la période charnière. J’ai publié la plupart de ces documents. Vous pourriez même les trouver sur internet. Mais les conversations qu’ils contenaient sont très révélatrices. Pour la première fois, vous comprenez ce qu’est une conspiration – très facile à comprendre pour eux, qui essayaient de sauver leur peau politiquement. A l’Est, les Soviétiques avaient besoin d’un changement dans les relations avec l’Europe car ils étaient en train d’entrer dans une crise structurelle prolongée et très profonde ; à l’Ouest, les partis de gauche avaient peur d’être anéantis et de perdre leur influence et leur prestige. C’était donc bien une conspiration, assez ouvertement créée par eux, décidée et planifiée.
En janvier 1989, par exemple, une délégation de la Commission Trilatérale est venue voir Gorbatchev. Elle comprenait [l'ancien Premier Ministre japonais] Nakasone, [l'ancien Président] Giscard d’Estaing, [le banquier américain] Rockfeller et [l'ancien Secrétaire d'Etat US Henry] Kissinger. Ils eurent une conversation très aimable lorsqu’ils essayèrent d’expliquer à Gorbatchev que la Russie Soviétique devait s’intégrer aux institutions financières mondiales telles que le GATT, le FMI et la Banque Mondiale.
Au milieu de cette conversation, Giscard d’Estaing prit soudain la parole et dit: “Monsieur le Président, je ne peux pas vous dire exactement quand cela va avoir lieu – probablement au cours des 15 prochaines années – mais l’Europe va devenir un Etat fédéral et vous devez vous y préparer. Vous devez travailler avec nous, et les leaders européens sur la façon dont vous y réagirez, dont vous laisserez les autres pays d’Europe de l’Est interagir avec ou dont vous les laisserez y prendre part. Vous devez être prêt.
C’était janvier 1989, alors que le traité de Maastricht [de 1992] n’avait même pas été rédigé. Comment diable Giscard d’Estaing pouvait-il savoir ce qui allait se passer 15 ans plus tard? Et – surprise – comment est-il devenu l’auteur de la constitution européenne [en 2002-03] ? Très bonne question. Cela sent un peu la conspiration, n’est-ce pas?
Par chance pour nous, la composante soviétique de cette conspiration s’est effondrée plus tôt et n’a pas atteint le stade où Moscou a pu avoir une influence sur le cours des choses. Mais l’idée d’origine était d’avoir ce qu’ils appelaient une convergence, suivant laquelle l’Union Soviétique se serait quelque peu amollie en devenant plus sociale-démocrate tandis que l’Europe de l’Ouest serait devenue sociale-démocrate et socialiste. Alors il y aurait eu convergence. Les structures doivent être compatibles. C’est pourquoi les structures de l’Union Européenne ont été initialement construites afin de se marier aux structures soviétiques. C’est pourquoi elles sont si semblables dans leur fonctionnement et leur structure.
Ce n’est pas par hasard si le Parlement Européen, par exemple, me rappelle le Soviet Suprême. Il ressemble au Soviet Suprême parce qu’il a été conçu à son image. De la même manière, quand vous regardez la Commission Européenne, elle ressemble au Politburo. Je veux dire qu’elle y ressemble exactement, à l’exception du fait que la Commission a maintenant 25 membres alors que le Politburo avait normalement 13 ou 15 membres. Autrement les deux sont exactement identiques, ne rendant de comptes à personne, n’étant directement élus par absolument personne. Quand vous vous intéressez à toute l’activité étrange de l’Union Européenne avec ses 80 000 pages de règlements, elle ressemble au Gosplan. On avait une organisation qui planifiait toute l’économie, jusqu’à la dernière vis et au dernier boulon, cinq ans à l’avance. C’est exactement la même chose qui se produit dans l’UE. Quand vous regardez le type de corruption dans l’UE, c’est exactement le style de corruption soviétique, allant du haut vers le bas plutôt que du bas vers le haut.
Si vous passez en revue toutes les structures et les caractéristiques de ce monstre européen émergent, vous pourrez remarquer qu’il ressemble de plus en plus à l’Union Soviétique. Je vous prie de ne pas mal interpréter mes propos. Je ne dis pas que cette Union Européenne a un Goulag. Elle n’a pas de KGB -pas encore- mais j’observe de manière très attentive des structures comme l’Europol par exemple. Cela m’inquiète au plus haut point car cette organisation possédera certainement plus de pouvoirs que n’en avait le KGB. Ils auront l’immunité diplomatique. Pouvez-vous concevoir un KGB doté d’une immunité diplomatique ? Ils pourront nous poursuivre dans 32 types de crimes – deux d’entre eux étant particulièrement inquiétants, le racisme et la xénophobie. Aucune cour d’assises au monde ne définit quoi que ce soit de ce genre comme un crime [NdT : ce n'est pas entièrement vrai, par exemple la Belgique ou la France le fontt déjà]. Il s’agit donc d’un nouveau crime, à propos duquel nous avons déjà été mis en garde.Un membre du gouvernement britannique a déclaré que tous ceux qui désapprouvaient l’immigration incontrôlée en provenance du tiers-monde seraient considérés comme des racistes et que tous ceux qui s’opposaient à une expansion de l’intégration européenne seraient considérés comme xénophobes. Je pense que Patricia Hewitt l’a dit publiquement [Secrétaire d'Etat anglaise au commerce et à l'industrie entre 2001 et 2005 et Secrétaire d'Etat à la santé entre 2005 et 2007- NdT]
Nous voilà désormais prévenus. En attendant, ils introduisent toujours plus d’idéologie. L’Union Soviétique fut un Etat guidé par l’idéologie. Celle de l’Union Européenne d’aujourd’hui est sociale-démocrate, étatiste, et pour une bonne part également politiquement correcte. J’observe très attentivement comment le politiquement correct se propage et devient une idéologie répressive, sans parler du fait qu’elle interdise désormais de fumer pratiquement partout. Regardez la pression dont est victime la population, à l’instar de ce pasteur suédois qui fut persécuté des mois durant pour avoir dit que la Bible n’approuvait pas l’homosexualité. Et la France a justement adopté une loi réprimant les “discours de haine” envers les gays. La Grande-Bretagne est en train de faire la même chose au sujet des relations inter-raciales ainsi que des discours religieux, et ainsi de suite. Vous pourrez constater, avec du recul, que l’on assiste à une introduction systématique d’idéologies potentiellement amenées à imposer des mesures répressives. A croire qu’Europol n’a été conçu que pour cela. Autrement, pourquoi en aurait-on besoin ? Pour moi, Europol est une structure très suspecte. J’observe attentivement qui est persécuté, pour quoi et ce qu’il en advient, parce qu’il y a bien un domaine où je suis un expert : je sais comment les Goulags sortent de terre.
Il semble que nous vivions dans une période de démantèlement rapide, systématique et très soutenu de la démocratie. Regardez cette “Legislative and Regulatory Reform Bill” [loi de réforme législative et réglementaire]. Elle fait des ministres des législateurs qui peuvent introduire de nouvelles lois sans se soucier de le dire au Parlement ou à quiconque. Ma réaction immédiate est : pourquoi en avons-nous besoin? La Grande-Bretagne a survécu aux deux guerres mondiales, à la guerre avec Napoléon, à l’Armada espagnole, sans parler de la guerre froide, où on nous disait qu’une guerre nucléaire pourrait éclater à tout moment – sans qu’on ait besoin d’introduire ce genre de législation, sans qu’on ait besoin de suspendre nos libertés civiles et d’introduire un état d’urgence. Pourquoi en a-t-on besoin maintenant? Cela peut faire de votre pays une dictature en un rien de temps.
Aujourd’hui la situation est vraiment sinistre. Les principaux partis politiques ont été complètement capturés par ce nouveau projet européen. Aucun d’entre eux ne s’y oppose réellement. Ils sont devenus très corrompus. Qui va défendre nos libertés ? C’est comme si nous nous dirigions vers une sorte d’effondrement, une sorte de crise. L’issue la plus probable est qu’il va se produire un effondrement économique en Europe, ce qui arrivera en temps voulu avec l’augmentation des dépenses et des taxes. L’incapacité de créer un environnement économique compétitif, la réglementation excessive de l’économie, la bureaucratisation, va aboutir à un effondrement économique. En particulier l’introduction de l’euro a été une idée folle. La monnaie n’est pas censée être politique.
Je n’ai aucun doute à ce propos. L’Union européenne va s’effondrer, à peu près de la même façon que l’Union soviétique en son temps. Mais n’oubliez pas que lorsque des entités s’effondrent, elles laissent derrière elles des dévastations telles qu’une génération entière est nécessaire pour parvenir à un redressement. Pensez simplement à ce qu’il pourrait arriver en cas de crise économique. Les tensions entre les nations vont être gigantesques. Cela pourrait exploser. Regardez le nombre impressionnant d’immigrants venus du tiers-monde et qui vivent aujourd’hui en Europe. Cette immigration a été encouragée par l’Union Européenne. Que va-t-il se passer en cas d’effondrement économique ? Nous assisterons probablement, comme dans les dernières années de l’Union soviétique, à un développement inimaginable des conflits ethniques. Aucun pays n’a connu de tensions ethniques comparables à celles qui ont eu lieu en Union soviétique, à l’exception peut-être de la Yougoslavie. Et c’est exactement ce qu’il va se passer ici aussi. Nous devons nous préparer à cette situation. Le gigantesque édifice bureaucratique va s’effondrer sur nos têtes.
C’est pourquoi, et je le dis vraiment sincèrement, plus tôt nous en aurons fini avec l’Union Européenne, mieux ce sera. Plus tôt celle-ci s’effondrera, moins les conséquences que nous et les autres pays auront à subir seront importantes. Mais nous devons faire vite car les eurocrates, eux, agissent rapidement. Il sera difficile de les vaincre. Cela reste simple aujourd’hui. Si un million de personnes marchent sur Bruxelles, ces types s’enfuiront aussitôt aux Bahamas. Si demain la moitié de la population britannique refuse de payer ses impôts, il n’y aura aucune conséquence et personne n’ira en prison. Aujourd’hui nous avons encore la possibilité d’agir de cette manière. Mais je ne sais pas comment évoluera la situation demain avec l’émergence d’un Europol [organisme de coopération entre les polices de l'UE http://fr.wikipedia.org/wiki/Europol - NdT] entièrement réorganisé avec d’anciens membres de la Stasi [ancienne police politique d'Allemagne de l'Est - NdT] ou de la Securitate [ancienne police politique de la Roumanie pendant la période communiste - NdT]. Tout peut arriver.
Nous perdons du temps. Nous devons les vaincre. Nous devons nous asseoir et réfléchir, élaborer une stratégie aussi rapidement que possible pour obtenir un effet maximal. Sinon il sera trop tard. Comment je vois les choses ? Ma conclusion n’est pas optimiste. Jusqu’ici, malgré le fait que nous disposions de forces anti-UE dans presque tous les pays, cela n’est pas suffisant. Ils sont en train de nous battre et nous perdons du temps.
(Source)
 

 

 

Note d'Olivier Berruyer :

 

Argumentaire de Boukovski
- L’URSS était gouvernée par 15 personnes non élues qui se cooptaient mutuellement et n’avaient à répondre à personne.

- L’UE est gouvernée par 2 douzaines de gens cooptés qui se réunissent à huit clos, ne répondent de leurs décisions à personne et ne sont pas limogeables.

- On pourrait dire que l’UE a un parlement élu, mais l’URSS avait aussi une espèce de parlement, le soviet suprême.

- Nous avalisions sans discussion les décisions du Poliburo tout comme le Parlement Européen où le temps de parole de chaque groupe est rationné et se limite souvent à une minute par intervenant.

- A l’UE, il y a des centaines de milliers d’eurocrates avec des émoluments énormes, leur personnel, leurs larbins, leurs bonus, leurs privilèges, leur immunité judiciaire à vie, simplement transférés d’un poste à un autre, quoiqu’ils fassent, bien ou mal. N’est-ce pas l’URSS toute crachée ?

- L’URSS fut crée par la contrainte, très souvent par l’occupation armée.

- On est en train de créer l’UE non pas par la force armée, mais par la contrainte et la terreur économique.

- Pour continuer d’exister, l’URSS s’est étendue toujours plus loin. Dès qu’elle a cessé de s’étendre, elle a commencé à s’écrouler.

- Je soupçonne qu’il en sera de même pour l’UE.

- On nous a dit que le but de l’URSS était de créer une nouvelle entité historique : le peuple Soviétique. Il fallait oublier nos nationalités, nos traditions et nos coutumes.

- Même chose avec l’UE semble t-il. Ils ne veulent pas que vous soyez anglais ou français, ils veulent faire de vous tous une nouvelle entité des européens, réprimer vos sentiments nationaux et vous forcer à vivre en communauté multinationale.

- 73 ans de ce système en URSS se sont soldés par plus de conflits ethniques que nulle part ailleurs au monde.

- Un des buts grandioses de l’URSS était de détruire les états-nations.

- C’est exactement ce que nous voyons en Europe aujourd’hui. Bruxelles a l’intention de phagocyter les états-nations pour qu’ils cessent d’exister.

- Le système soviétique était corrompu du haut jusqu’en bas.

- C’est la même chose pour l’UE.

- Les activités anti-démocratiques que nous avions vues en URSS fleurissent en Union Européenne.

- Ceux qui s’y opposent ou les dénoncent sont bâillonnés ou punis

- Rien n’a changé : en URSS nous avions le goulag. Je crois que nous l’avons aussi dans l’UE, un goulag intellectuel « politiquement correct ». Essayez de dire ce que vous pensez sur des questions de race ou de sexualité, et si vos opinions ne sont pas les bonnes, vous serez ostracisé. C’est le commencement du goulag, c’est le commencement de la perte de votre liberté.

- En URSS, on pensait que seul un état fédéral éviterait la guerre.

- On vous raconte exactement la même chose dans l’UE.

- Bref, c’est la même idéologie dans les deux systèmes. L’UE est le vieux modèle soviétique habillé à l’occidentale.

- Mais comme l’URSS, l’UE porte en elle les germes de sa propre perte. Hélas, quand elle s’écroulera, car elle s’écroulera, elle laissera derrière elle une immense destruction et de gigantesques problèmes économiques et ethniques.

- L’ancien système soviétique était irréformable. De même, l’UE.

Mais il y a une alternative à être gouvernés par deux douzaines de rond-de-cuir à Bruxelles L’INDÉPENDANCE. Vous n’êtes pas forcés d’accepter ce qu’ils vous réservent. On ne vous a jamais demandé si vous vouliez vous joindre à eux.

 

UERSS---Vladimir-Boukovski--ancien-dissident-sovietique-me.jpg

 

Source: http://www.les-crises.fr/un-ancien-dissident-sovietique-met-en-garde-contre-une-dictature-de-lue/

 

. Rencontrez vos nouveaux seigneurs soviétiques M. Orbán (Nigel Farage au Parlement européen le 19 janvier 2011)

. "Les médias occidentaux, c'est comme s'ils étaient devenus les médias de l'Union soviétique" (Alexeï Poukov)

. Il n’y a plus un seul marché libre dans le monde : le "libéralisme" capitaliste s'est mué en communisme planétaire, une immense prison 

.  Les salaires et retraites en or des fonctionnaires européens

. Dieudonné : "La démocratie n'a jamais existé"

. Nos solutions

. Faire sécession

Repost 0
4 août 2014 1 04 /08 /août /2014 12:16

Klitschko---J-espere-que-les-habitants-de-la-ville-vont-le.jpg

En prévision de l'hiver, la junte de Kiev embourbée dans son Stalingrad au Donbass, incapable de faire face à ses factures, coupe le gaz à sa propre population à Kiev... "J'espère que les habitants de la ville vont le comprendre" !, a déclaré Vitali Klitschko, ex-champion du monde du boxe qui était l'un des leaders du Maïdan, mouvement de la contestation pro-européenne, soutenu par les USA et l'UE et qui a abouti à des tirs sur les deux camps et à la destitution du président élu Ianoukovitch.


Tous les habitants de Kiev sont privés à partir d'aujourd'hui d'eau chaude, jusqu'au mois d'octobre en raison de la crise économique. La société privée Kievenergo, contrôlée par l'homme le plus riche d'Ukraine Rinat Akhmetov qui détient le monopole du chauffage dans la capitale ukrainienne, ville de près de 3 millions d'habitants, a indiqué : "toutes les centrales thermiques sont coupées d'approvisionnement en gaz le 4 août".


Le maire de Kiev Vitali Klitschko a indiqué que la coupure d'eau chaude chaque été pour deux ou trois semaines, allait durer cette année jusqu'au mois d'octobre. 

 

Dmytro Novitski, un responsable en charge des services municipaux, a laissé entendre que la capitale serait privée d'eau chaude jusqu'à "la saison de chauffage" qui débute le 15 octobre. "Si nous ne commençons pas à économiser le gaz maintenant, nous aurons de gros problèmes en hiver", a-t-il souligné.

 

http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2014/08/04/97002-20140804FILWWW00105-plus-d-eau-chaude-a-kiev-jusqu-en-octobre.php

 

L'UE leur fournira du gaz on imagine?!...

Repost 0
4 août 2014 1 04 /08 /août /2014 09:57
Calife-al_baghadi_montre_rolex.jpg

  Calife al-Baghdadi, à la montre Rolex à 6000 dollars

  http://www.maghrebnaute.com/monde/article/irak-la-montre-rolex-du-calife-al-baghdadi_3365.html

Après une première annonce selon laquelle la créature de la CIA et calife auto-proclamé Al-Baghdadi ne souhaitait pas s'en prendre à Israël, rebondissement, il souhaite à présent rentrer dans la bataille contre les "Juifs barbares" !... La nouvelle tombe à point pour le "Grand Israël" ! La campagne de diabolisation des musulmans et des palestiniens va pouvoir s'ouvrir, battre son plein dans les médias alignés et justifier l'emploi des grands moyens...

Seulement, selon certaines sources, le "calife" serait en fait juif, de père et mère juifs et s'appelerait Shimon Eilot. (Sources: 1, 2, 3) Voilà qui change la donne. Son faux nom actuel est Ibrahim Awad bin bin Ibrahim al-Husseini al-Badri Razavi. Son Régime a pour but de fortifier et sécuriser les pays qui constituent une menace pour la sécurité d'Israël et permettre ensuite la destruction de l'invasion afin d'élargir et établir un Grand Israël... (via Google translate).

Enfin, revenons sur la nouvelle qui était intervenue le jour où l’Unicef lançait sa campagne pour la fin des mutilations féminines..., selon laquelle en juillet dernier le calife réclama l'excision des jeunes femmes en Irak et en Syrie. Cette nouvelle avait secoué les sites cathos et / ou nationaux en France (Cf. Madame Le Figaro, Christine Tasin pour "Résistance républicaine", Le Salon beige). L'excision en islam est une pratique minoritaire, elle ne se pratique que dans certains pays d'Afrique, nullement en Irak ou en Syrie. Une telle provocation du "calife" prouve qu'il n'est pas musulman et suffit à décrédibiliser toute sa communication en Occident.

Dieu nous donne la grâce d'avoir un esprit pour comprendre, des oreilles pour entendre, des yeux pour voir !

 

 

Calife-Al-Baghdadi-veut-rentrer-dans-la-guerre-contre-les--.jpg

 

L'État islamique en Irak et au Levant veut rentrer dans la bataille contre les «Juifs barbares»

 

L'État islamique d'Irak et du Levant (EIIL) a annoncé au peuple palestinien que c'est "seulement une question de temps" avant que l'organisation islamiste atteigne la Palestine pour se joindre à la lutte contre les «Juifs barbares».

 

Le groupe islamique, qui le mois dernier a annoncé un "califat" à cheval sur la frontière irako-syrienne et en se rebaptisant l’État islamique, a publié la déclaration provocante sur un compte Twitter des affiliés de l'EIIL.

 

"Ce n'est qu'une question de temps et de patience avant que l'EIIL atteigne la Palestine pour combattre les Juifs barbares et tuer ceux d'entre eux qui se cachent derrière les arbres de Gharqad (l'arbre des Juifs)", selon cette déclaration.

 

Il ajoute que l'organisation ferait "tout en son pouvoir" pour continuer la lutte contre tous les obstacles sur le chemin de la Palestine, faisant allusion aux territoires du Moyen-Orient avant la création de l’État d'Israël en 1948.

 

"Alors que des massacres ont lieu dans la bande de Gaza contre des hommes musulmans, femmes et enfants, l'État islamique fera tout en son pouvoir pour mettre à bas tous les apostats qui se dressent comme obstacles sur son chemin vers la Palestine", a indiqué le groupe.

 

Le groupe et son "Calife", Abou Bakr al-Baghdadi, ont fait face à la critique de certains milieux pour ne pas venir en aide aux civils palestiniens tués lors de l'opération israélienne "Bordure protectrice" dans la bande de Gaza.

 

Source: http://www.ibtimes.co.uk/gaza-crisis-isis-pledge-join-palestinian-fight-against-barbaric-jews-1459190 via http://www.agenceinfolibre.fr/info/letat-islamique-en-irak-au-levant-veut-rentrer-bataille-contre-les-juifs-barbares/

 

Add. 17 août 2014, 19h11. L'information est fausse : Désinformation : Mc Cain n’a pas rencontré Abu Bakr Al Baghdadi (preuves en vidéo)

 

. Un document de la NSA révèle que le calife Al-Baghdadi est un agent actif de l'Intelligence américaine, britannique et israélienne

Repost 0
3 août 2014 7 03 /08 /août /2014 22:04

Ukraine-Stalingrad-dans-le-Donbass.jpg

Ukraine : Stalingrad dans le Donbass. Un fanion de la 25e brigade pris à l'ennemi

Je l'avais annoncé le 8 mai, l'Ukraine sera le Stalingrad des Occidentaux... Jacques Frère sur NationsPresse.info l'annonce dans un article publié ce soir : "Ukraine : Stalingrad dans le Donbass".

 

« Jour noir pour l'armée de Kiev au service des euromondialistes et atlantistes : ce 3 août 2014, jour de commémoration du début de la Grande Guerre de 1914-1918, fera date en ce qui concerne le conflit du Donbass. Pas moins de 1.500 soldats et gardes nationaux ukrainiens, encerclés depuis plus d'un mois, sont prêts à se rendre, scellant la fin d'au moins trois brigades de l'armée ukrainienne. C'est une défaite majeure pour un régime qui a toujours privilégié la force brutale et la destruction au détriment de la négociation et de la démocratie. La guerre est loin d'être finie, mais déjà elle n'est plus à l'avantage des assaillants pourtant plus nombreux, tant en hommes, qu'en équipements et en armements, et a priori nettement supérieurs à leurs adversaires de Nouvelle-Russie.»

 

 

 

Ils se rendent...

 

... Abandonnés par Kiev, quelque 1.500 soldats et gardes nationaux ukrainiens encerclés négocient en ce moment leur reddition. Kiev leur a demandé de tenir, mais sans leur en apporter les moyens. Ils avaient été envoyés au feu combattre leurs compatriotes du Donbass, ils se sont faits piéger en raison de l'incompétence de leurs chefs et de l'inefficacité rarement égalée des "conseillers" américains qui supervisent l'opération de répression, et Kiev n'a pas fait grand chose pour les tirer de cette fâcheuse posture. Maintenant ils sont à bout de force, démoralisés, sans vivres, presque sans eau, sans munitions, ni carburants, sans espoir. Aussi, ils ont décidé de se tourner vers leurs adversaires pour négocier une reddition et passer côté russe. Un important groupe de soldats et de gardes nationaux ukrainiens discutent en ce moment de leur capitulation, vers Sverdlovsk à près de 40 km au sud-est de Lugansk. Si les tractations aboutissent, ce serait le plus grand revers pour les forces de Kiev depuis le début de la guerre civile qui oppose les troupes de la junte à celles du Donbass. Un revers militaire comparable à la défaite de Stalingrad en 1943 ou à la destruction des armées allemandes en Normandie dans la poche de Chambois en août 1944... Il y a 70 ans jour pour jour !

Les forces de Nouvelle-Russie exigent que ces Ukrainiens laissent leurs équipements intacts, déposent les armes et après ils pourront rejoindre sains et saufs le territoire russe, à charge pour Moscou de les laisser ou pas retrouver rapidement leur pays d'origine. La reddition, si elle a effectivement lieu, devrait se dérouler entre le village russe de Pavlovka et l'agglomération ukrainienne de Biryukove.

A Kiev, bien planqués dans leurs bureaux cossus, le commandement opérationnel hurle à la trahison, Porochenko est hors de lui et l'extrême-droite néo-bandériste éructe.

La crise est d'autant plus grave que douze autres militaires ukrainiens ont demandé l'asile au poste-frontière russe de Gukovo. Auparavant, une quarantaine de soldats de Kiev avaient déposé les armes en Russie. »

 

Source et suite : http://www.nationspresse.info/mondialisme/atlantisme/ukraine-stalingrad-dans-le-donbass

 

Add. Ukraine: 400 militaires ukrainiens passent du côté de la Russie

 

10:40 04/08/2014

ROSTOV-SUR-LE-DON, 4 août - RIA Novosti

 

Plus de 400 militaires ukrainiens ont demandé l'asile aux gardes-frontières russes qui leur ont ouvert un couloir humanitaire, a annoncé lundi à RIA Novosti le porte-parole de la direction de la protection des frontières dans la région de Rostov-sur-le-Don (sud) Vassili Malaïev.

 

"Dans la nuit de dimanche à lundi, 438 militaires ukrainiens ont demandé l'asile aux gardes-frontières russes", a indiqué l'interlocuteur de l'agence.

 

Selon lui, un couloir humanitaire a été ouvert pour laisser les militaires entrer sur le territoire de la Russie. Parmi les militaires, il y avait 164 gardes-frontières ukrainiens.

 

Source: http://fr.ria.ru/world/20140804/202023089.html

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Russie
commenter cet article
3 août 2014 7 03 /08 /août /2014 16:54

Dans sa première video mise en ligne le 2 août, Norman Finkelstein * a déclaré que « le blocus de Gaza, au regard du droit international» était « illégal ». Il dénonce une inversion du droit international à Gaza et parle d'« annexion » à propos des territoires palestiniens occupés.

 

 

 

Extrait :

 

« Au regard du droit international, le blocus de Gaza constitue une forme de punition collective, et il est donc illégal d'après le droit international. Il ne peut donc y avoir aucune argutie : le blocus étant une forme de punition collective, il doit être levé.

 

... Le blocus est illégal et doit être levé sans considération pour les préoccupations sécuritaires d'Israël.

 

Est-ce qu'Israël a le droit d'exiger des Palestiniens, du Hamas et des groupes militants palestiniens qu'ils procèdent à un désarmement ? Le droit international est parfaitement clair sur ce point : d'après le droit internationa, un peuple engagé dans la lutte pour l'auto-détermination n'a pas l'obligation légale de ne pas recourir à la force. Le droit international dit ou bien que la loi est neutre à ce sujet, ou bien que ces peuples doivent recourir à la force. Ce qui est clair, c'est que d'après le droit international, le recours à la force n'est PAS illégal pour ceux qui luttent pour leur auto-détermination. D'un autre côté, d'après le droit international, un état qui essaie d'écraser un mouvement pour l'auto-détermination - Israël dans ce cas, n'a pas le droit de recourir à la force. Par conséquent, ce que nous avons ici est exactement et précisément une inversion du droit international (1) : ceux qui combattent pour leur auto-détermination se voient ainsi dire que la levée du blocus est qu'ils renoncent à l'usage de la force, mais une telle exigence n'est nullement imposée pour une puissance qui écrase la lutte pour l'auto-détermination.

 

En réalité, l'euphémisme "répondre à toutes les préoccupations sécuritaires israéliennes" dit en substance qu'Israël a le droit de sécuriser l'occupation. Et c'est une contradiction dans les termes, littéralement: car d'après le droit international, la caractéristique, la spécificité la plus fondamentale d'une occupation est qu'une occupation est censée être temporaire. En un mot, une occupation est censée prendre fin. Si une occupation ne prend pas fin, ce n'est pas une occupation, c'est une annexion. Et dans le droit international, une annexion est illégale. Donc, lorsque Israël parle de son droit de voir toutes ses préoccupations sécuritaires assurées, il ne parle pas de son droit à protéger son pays, mais il évoque le droit de sécuriser (perpétuer) son occupation.

 

... Donc une chose peut être établie : Israël ne mettra jamais fin à l'occupation. Lorsque Israël exige que toutes ses préoccupations sécuritaires soient assurées, Israël exige le droit de maintenir éternellement son occupation, ET il exige simultanément que les palestiniens se désarment, que les palestiniens cessent de résister à l'occupation et qu'ils mettent fin à leur combat pour l'auto-détermination.

 

Ainsi, ce qui est véritablement dit à présent, c'est qu'Israël lèvera le blocus à Gaza si et lorsque les palestiniens cesseront de lutter pour leur auto-détermination, cesseront de lutter pour leur indépendance, cesseront de lutter pour avoir un état, et que les palestiniens accepteront que l'occupation  se perpétue éternellement. Sans même parler du point de vue moral, tout cela n'a aucun sens du point de vue légal. ... Ce n'est pas un occupation, c'est une annexion. Et une annexion est - de manière flagrante, évidente, sans controverse possible - illégale d'après le droit international. C'est le principe le plus élémentaire de la Charte des Nations Unies, et il a été exprimé dans la résolution 242 de l'ONU [adoptée unanimement en 1967 après la Guerre des Six-Jours], il est inadmissible pour un pays de faire l'acquisition de territoires par la guerre. Israël a acquis la Cisjordanie, Gaza et Jérusalem-Est par la guerre et n'a donc aucun droit à ces territoires. S'ils exigent - et c'est bien le cas - le droit d'annexer ces territoires, alors c'est clairement, de manière flagrante et manifestement une violation du droit international. »

 

* Norman Finkelstein est un politologue américain, fils de juifs survivants du ghetto de Varsovie, qui s'est fait connaître par ses écrits sur le conflit israélo-palestinien.

 

Notes

 

(1) Cette inversion du droit international à Gaza est observable de la même façon en Ukraine, avec un état kiévien qui essaie d'écraser par la force, avec le soutien des Etats-Unis et de l'UE, le mouvement d'auto-détermination du sud-est-ukrainien et les républiques populaires auto-déterminées de Donetsk et Lugansk (Nouvelle-Russie).

Repost 0
3 août 2014 7 03 /08 /août /2014 14:13

Le "libéralisme" capitaliste s'est mué en communisme planétaire, une immense prison... :

USA---Quand-le-capitalisme-tourne-au-communisme.jpg

"L’Empire américain est doublement engagé, au plan économique et monétaire d’une part et au plan stratégique et géopolitique d’autre part, pour tenter de ralentir son déclin, dans une entreprise systématique de destruction de ses adversaires comme de ses supposés « alliés ».

Au plan économique et monétaire, les manipulations domestiques et internationales auxquelles se livrent les USA (via leur Federal Reserve et leurs grandes banques « too big to fail ») sur la plupart des paramètres (statistiques faussées) et des actifs (monnaie, taux d’intérêt, actions, obligations, etc. « dirigés ») ne sont plus à démontrer, de telle sorte qu’il n’y a plus un seul marché libre dans le monde entier dont on puisse connaitre précisément la situation réelle !

 

Quant au plan stratégique et géopolitique, les USA, visant à empêcher toute alliance entre l’Europe et la Russie (toujours leur obsession du contrôle du « heartland » eurasien !) comme à saboter l’émergence de toute solution pacifique au Moyen Orient avant que ce soit le tour de l’Asie, installent des conflits régionaux qui nécessairement prendront suffisamment d’ampleur pour qu’ils auto-détruisent les Etats qui s’y laissent entrainer.

 

Raisons pour lesquelles Israël a reçu des USA carte blanche afin de poursuivre l’occupation et la destruction de la Palestine comme de son peuple et l’Ukraine idem à l’égard de la partie de sa population russophone réclamant son indépendance. Tout cela permettant aux Américains, au mépris du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes et d’autres règles internationales élémentaires, de sanctionner ceux des Etats du Moyen Orient qui soutiennent encore les Palestiniens et la Russie accusée de s’ingérer dans la question ukrainienne, alors même que depuis des années les USA ne font rien pour trouver une solution à la situation israélo-palestinienne et qu’ils mettent en place l’encerclement de la Russie par l’OTAN, tout en organisant coup d’Etat sur coup d’Etat en Ukraine et ailleurs.

Nous ne nous prononçons évidemment pas sur le point de savoir qui a raison ou a tort dans ces conflits (les Israéliens ou les Palestiniens, les Russes ou les Ukrainiens) mais seulement sur la méthode employée par les USA pour les créer et les envenimer dans le seul but d’empêcher toute coexistence pacifique internationale selon la pratique vieille comme le monde consistant à diviser pour régner.

 

... D’ailleurs, les USA se moquent évidemment des Israéliens comme des Ukrainiens, qui ne sont que des pions sur leur échiquier, ce qu’ils visent c’est la déstabilisation la plus radicale possible et par tous moyens de l’ensemble des pays arabes du Moyen Orient et de la Russie, en grande partie pour éviter de perdre leur contrôle direct ou indirect des ressources gazières et pétrolières internationales qui sonnerait le glas de leur pétrodollar. Ce qui n’est pas nouveau puisque les guerres, les dissimulations et les provocations américaines (qui ont tué des centaines de milliers de personnes) en Afghanistan, Irak, Syrie, Libye, Soudan, ex-Yougoslavie, etc., ont amplement démontré tout cela. Sans oublier l’intérêt plus récemment manifesté par les USA de faire cesser les achats de gaz et de pétrole russes par l’Union européenne, qui pourrait alors constituer un nouveau marché pour les exportateurs de gaz et de pétrole de schistes US permettant ainsi de rentabiliser cette technique qui ne l’est pas encore, tout en accroissant la dépendance globale de l’Europe vis-à-vis des USA et en renchérissant très fortement le coût de l’énergie en Europe (ce qui la fera se tenir « tranquille » et permettra ensuite à Washington de s’occuper du « cas » chinois !).

Heureusement que la Russie, après son opération éclair de récupération de la Crimée avec l’accord majoritaire de la population locale, où elle ne pouvait pas accepter de laisser l’OTAN et la flotte US s’installer à Sébastopol sa base historique stratégique peuplée de nationaux russes depuis Catherine II, s’abstient pour le moment d’intervenir militairement en Ukraine. Ce qui est plutôt responsable, contrairement à la propagande occidentale visant à la faire passer pour l’agresseur et compte tenu du massacre des russophones ukrainiens qu’elle ne défend pas militairement alors qu’elle serait fondée à le faire. Retenue de la Russie qui risque de ne pas durer si l’Union européenne n’aide pas à trouver une solution fédérale permettant de faire vivre ensemble tous les Ukrainiens ou bien de les séparer en deux Etats. Etant donné qu’il n’y a rien à attendre de l’ONU, de l’OSCE et autre « machin » (pour reprendre l’expression gaullienne) qui ne servent à rien dans la prévention ou la résolution des conflits puisque, comme la plupart des autres organisations internationales (FMI, Banque mondiale, etc.), elles sont alignées sur les USA (sur le territoire desquels elles sont généralement installées et qui payent l’essentiel de leur budget ou bien obtiennent la majorité de leurs droits de vote).

 

Nous allons donc assister à de plus en plus de coups tordus (comme la destruction de l’avion de la Malaysian Airlines dans laquelle Moscou n’a pas de responsabilité étant donné que c’est probablement un missile sol/air de l’armée ukrainienne ou tiré depuis un avion de chasse de l’armée ukrainienne – peu importe d’ailleurs sauf pour les malheureuses victimes et leurs proches puisque la vérité restera cachée – qui l’ont abattu pour en « faire porter le chapeau » à la Russie voire justifier une intervention de l’OTAN sur le terrain en Ukraine contre les « terroristes de Donetsk ») et au développement de conflits de toutes natures dans l’ensemble Afrique, Moyen Orient, Balkans, Caucase, Europe, Russie, dont les USA espèrent rester relativement indemnes puisque leur « pays-continent » largement sanctuarisé (sauf du terrorisme international) en est suffisamment éloigné. Mais qui nécessairement provoqueront chez eux une rechute en récession, laquelle est probablement à leurs yeux secondaire par rapport au risque de perdre leur hégémonie mondiale. Cette stratégie américaine du pire n’a en réalité pas d’avenir, parce que tôt ou tard les BRICS et beaucoup d’autres pays situés sur les cinq continents parviendront à remettre en cause l’hégémonie impériale US, mais permet aux USA de gagner de temps tout en occasionnant beaucoup de dégâts aux autres pays. Ce qui permettra aussi aux dirigeants des USA d’expliquer à leur opinion publique le krach boursier, qui pourrait se produire en octobre-novembre 2014 (au moment des élections de mi-mandat qu’Obama et les « Démocrates » perdront) voire avant, en le mettant sur le compte de la « méchante » Russie ou de la « méchante » Chine ; alors qu’il ne sera la conséquence que de l’exubérance irrationnelle de leur propre politique monétaire de Quantitative Easing ultra-keynésienne et des manipulations par les principaux acteurs de Wall Street.

Indépendamment de leurs politiques de déstabilisation globale, les USA font l’objet d’une régression antidémocratique gravissime parce qu’ils sont devenus un Etat policier quasi dictatorial orwellien, dans lequel la NSA et autres services secrets et de renseignement installent « Big Brother » en écoutant et en fichant tant leurs concitoyens que les ressortissants du monde entier avec la collaboration active des sociétés privées d’informatique, de communication, d’internet et des technologies de l’information peu regardantes en matière d’éthique. C’est George Bush Junior qui a entamé ce processus mais c’est Obama qui le développe sans aucun état d’âme alors qu’il était supposé rétablir les libertés démocratiques. Idem pour la façon dont les USA disent le droit international et le font appliquer, alors qu’aucun texte juridique mais seulement leur usage de la force les y autorise. A cet égard, on se demande sur quelle base légale internationale prennent-ils des sanctions individuelles ou collectives contre ceux qu’ils veulent pénaliser (les banques suisses, BNP-Paribas et autres entreprises par exemple) ou exclure (l’Iran, la Russie et consorts par exemple) des relations économiques et politiques internationales ?

Si la plupart de leurs supposés « alliés », l’Union européenne au premier chef (comme la France l’avait fait au temps de Charles de Gaulle), au lieu de se coucher devant les diktats US, refusaient les pratiques illégales des USA, ils devraient les cesser. L’Union européenne doit donc impérativement faire preuve de résistance en rejetant le traité de libre-échange transatlantique, le Facta ou autre mécanisme de contrainte des banques non américaines et exiger le démantèlement de l’OTAN sur son territoire ou sortir de son commandement intégré. Parce qu’au rythme où vont les choses, si l’on ne coupe pas le « cordon ombilical » avec eux, les USA nous entrainerons tous vers le chaos et la tyrannie.

 

Source et suite : http://olivierdemeulenaere.wordpress.com/2014/07/29/les-usa-pour-tenter-de-ralentir-leur-declin-entrainent-le-monde-vers-le-chaos-et-la-tyrannie-p-leconte/ 

 

. 150e anniversaire - De Gettysburg à Goldman Sachs : D'un monde libre à un monde communiste...

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Economie
commenter cet article
3 août 2014 7 03 /08 /août /2014 12:59

 

Gaza---l-enjeu-du-gaz-offshore-dans-la-Mediterranee-orien.jpg

La guerre à Gaza pourrait cacher la « volonté israélienne de reprendre une zone géographique permettant à l’Etat hébreu de revendiquer les gisements gaziers » (1)

 

Un document du Washington Institute de mars 2014 indique que l'agression israélienne sur la bande de Gaza est probablement liée à une affaire de gaz :

 

Natural Gas in the Palestinian Authority: The Potential of the Gaza Marine Offshore Field by Simon Henderson

 

Essai de traduction Christ-Roi

 

Gaz naturel de l'Autorité palestinienne : le potentiel du  champ marin offshore de Gaza par Simon Henderson

introduction

 
L'enquête géologique des Etats-Unis (USGS) a évalué la zone géologique connue comme le Bassin du Levant en méditerranée orientale comme pouvant contenir 122 trillions de pieds cubes (TCF) de gaz naturel. L'USGS a également estimé les ressources pétrolières non découvertes à 1,7 milliards de barils et des liquides de gaz baturel non découverts à
3.1 milliards de barils . Mis à part un très petit champ de production sur le territoire d'Israël, le pétrole doit encore être découvert. La plupart du gaz naturel trouvé jusqu'à présent , environ 40 TCF2, a été dans la zone économique exclusive d'Israël (ZEE), bien que l'une des premières découvertes, en 2000, était en mer au large de la bande de Gaza. L'exploitation de cette découverte, le domaine maritime de Gaza (1 tcf), pourrait fournir de l'électricité plus fiable à la bande de Gaza et accroître les recettes de l'Autorité palestinienne (AP) en Cisjordanie (Rive Ouest).

 

Source: Washington Institute http://www.washingtoninstitute.org/uploads/Documents/opeds/Henderson20140301-GermanMarshallFund.pdf

 

Ce gisement de gaz naturel au large de la Bande de Gaza pourrait permettre à l'Autorité palestinienne d'être moins dépendante de l'électricité d'Israël.

 

Un article du 12 janvier 2009 indiquait que "l’invasion militaire de la Bande de Gaza par les Forces israéliennes, était directement liée à la possession et au contrôle de réserves stratégiques de gaz en mer"  :

 

Il s’agit d’une guerre de conquête: on a découvert de vastes réserves de gaz au large du littoral de Gaza en 2002.

Dans un accord signé en novembre 1999, l’Autorité palestinienne (AP) a garanti des droits de prospection de gaz et de pétrole d’une durée de 25 à British Gas (BG Group) et son partenaire situé à Athène Consolidated Contractors International Company (CCC), une propriété des familles libanaises Sabbagh et Koury.

Ces droits sur les gisements de gaz en mer sont de 60 % pour British Gas, de 30 % pour Consolidated Contractors, et de 10 % pour le Fonds d’investissement palestinien. (Haaretz, 21 octobre 2007)

L’accord AP-BG-CCC inclut l’exploitation des gisements et la construction d’un gazoduc. (Middle East Economic Digest, 5 janvier 2001)

La licence de BG couvre toute la zone maritime située au large de Gaza, laquelle est contigüe à plusieurs installations gazières israéliennes. (Voir la carte ci-dessous). Il convient de souligner que 60 % des réserves de gaz le long du littoral de Gaza et d’Israël appartient à la Palestine.

BG Group a foré deux puits en 2000 : Gaza Marine-1 et Gaza Marine-2. British Gas estime que les réserves sont de l’ordre de 1,4 billions de pieds cubes, évaluées à environ 4 milliards de dollars. Ce sont les chiffres publiés par British Gas. La dimension des réserves de gaz palestiniennes pourrait s’avérer largement supérieure.

 

Gaza---une-guerre-du-gaz-2.jpg

 

Qui possède les réserves de gaz?

La question de la souveraineté sur les gisements gaziers de Gaza est cruciale. D’un point de vue légal, ces réserves appartiennent à la Palestine... (2)

 

 

Notes

 

(1) http://olivierdemeulenaere.wordpress.com/2014/07/31/le-gaz-de-gaza-la-face-cachee-de-la-guerre-israelienne/

(2) http://www.mondialisation.ca/la-guerre-et-le-gaz-naturel-l-invasion-isra-lienne-et-les-gisements-de-gaza-en-mer/11756

Repost 0
3 août 2014 7 03 /08 /août /2014 12:04

François Hollande et son homologue allemand, Joachim Gauck, commémorent ensemble aujourd'hui les 100 ans du début de la Grande Guerre (1) sur la montagne «mangeuse d'hommes» dans les Vosges.

 

Il n'est pas d'usage de commémorer les déclarations de guerre: c'est pourtant ce qu'ont fait ce dimanche matin, les présidents français et allemand, François Hollande et Joachim Gauck, en l'un des lieux les plus symboliques de la Première Guerre mondiale. Cent ans, jour pour jour, après la déclaration de guerre de l'Allemagne à la France, les deux présidents se sont retrouvés sur le site du Hartmannswillerkopf (Haut-Rhin, est), rebaptisé le Vieil Armand par les poilus, pour un hommage commun et inédit aux combattants français et allemands de la Grande Guerre, un site où près de 20.000 soldats français et allemands ont trouvé la mort pendant la Première Guerre mondiale. (2)

 

 

Génocide russe - Semaine sanglante en Ukraine du -copie-1

Gorlovka. Je suis resté en vie par un miracle. Il y a une demi-heure il y avait le bombardement de la ville par Grads par l'armée ukrainienne. Ces images terrifiantes, je les ai fait au parc même. Vous devez savoir. Photos sont faites environ à 14h 00 le 27.07.14 L'endroit - "Square des Héros".

Source: https://www.facebook.com/republikpopulairedudonbass/posts/1459779767607443

Dans leurs allocutions, François Hollande et son homologue allemand Joachim Gauck, autorité morale outre-Rhin, ont célèbré le sacrifice des français et des allemands pour leur Nouvel ordre..., et l'«Europe de paix », etc. Leur bla bla habituel.. François Hollande a ainsi fait cette déclaration ahurissante au moment où les bruits de guerre et de conflit mondial avec la Russie se font jour (3) et où plus de 1100 civils ont été tués par des bombardements ukrainiens : « L'Europe, elle a réussi à vaincre la guerre. Elle est parvenue à réunifier le continent dans la démocratie. » (Discours de françois hollande au Hartmannswillerkopf, Alsace, le 3 août 2014). « Les commémorations ne sont pas une nostalgie. Elles sont des appels à d'autres défis ... Il nous appartient de rappeler le calvaire pour mieux comprendre la barbarie d'aujourd'hui », a-t-il ajouté. (4) François Hollande a tout de même eu un mot pour Gaza où les civils, femmes et enfant meurent aussi en nombre sous les bombes d'Israël : «Tous nos efforts doivent être tendus pour imposer, aujourd’hui plus que jamais le cessez-le feu à Gaza et en finir avec les souffrances des populations civiles», a déclaré le chef de l’Etat français sur le site du Hartmannswillerkopf (Haut-Rhin). (5)

 

Genocide-ukrainien---Le-journaliste-Bogdan-Boutkevitch-la-.pngOn voit ce qu'il en est de leur « Europe de la paix », avec des journalistes en Ukraine qui, en direct, appellent à tuer une partie de la population..., sans qu'aucun des chefs d'Etat européens aujourd'hui ne s'en indignent le moins du monde, ou qu'aucune des grandes rédaction en France n'en fasse même le moindre commentaire...

 

1 million 300000 Français moururent dans ce qui fut leur première guerre totale de nations à nations, où des peuples entiers furent envoyés à la boucherie (et pas seulement les nobles... comme sous l'"Ancien Régime"). Ils appellent cela "le progrès" !

 

Une trouvaille de génie : "L'Union dite sacrée" !

 

 

http://www.wikirouge.net/wiki/images/f/fd/UnionSacr%C3%A9eCartePostale.jpg

 

« La trouvaille de génie a été "L'union sacrée". ... Au nom de l'Union sacrée, il fut ordonné de consentir. Sous peine d'être un "mauvais Français". Ce fut une trouvaille ingénieuse et bien plus efficace que la "Patrie en danger ". Ainsi le patriotisme révolutionnaire triomphait. ...

 

Les orphelins de guerre - on les compte par millions - protestent dans leurs coeurs: "C'est cela votre France, disent-ils, cette idole inhumaine, avide du sang de nos pères, et pouvons-nous l'aimer?" Ils se trompent : la déesse cruelle qu'ils accusent est la patrie révolutionnaire, non la France. Mais comment le sauraient-ils? Nul ne pourrait leur expliquer ? La manipulation est parfaite. » (6)

 

En 1914, l'Oligarchie hôtait toute humanité au "boche", le "barbare" allemand. Aujourd'hui elle parle des insurgés est-ukrainiens rebelles à Washington en les qualifiant de "terroristes" des deux côtés de l'Atlantique.

 

14-18-Demain--mobilisation-generale--Le-Matin-1er-aout-1.jpg

Demain, mobilisation générale, Le Matin 1er août 1914

14-18-La-guerre-europeenne----l-Europe-civilisee-contre-l.png

 

Alors que "l'Allemagne de 1914 était à la pointe de la civilisation" (Yves-Marie Adeline) [Elle rayonnait par ses musiciens et ses philosophes, elle raflait chaque année le plus grand nombre de prix Nobel, de sorte que le XXe siècle lui doit la plus grande partie de ses avancées scientifiques. Nous étions d’ailleurs bien placés nous aussi, au deuxième rang de cette distribution annuelle, malgré la disproportion des forces… mais la Grande Guerre va tuer 80 % de nos élèves de Normale sup’…], l'oligarchie évoquait la "guerre sainte de la civilisation contre la barbarie"...

 

14-18-Guerre-sainte-de-la-civilisation-contre-la-barbarie--.jpg

14-18-Ordre-mobilisation-generale-dimanche-2-aout-1914.jpg

 

Sans les millions de dollars d’argent dette émise par les banques, la guerre de 14 - 18 n’aurait duré que quelques mois et non 4 ans. La FED (banque centrale américaine), créée en 1913, créa des millions de dollars qu’elle prêta aux "Alliés".

 

Les milieu des années 1910 : des banquiers vont à la guerre

 

"La guerre doit être une formidable opportunité pour l'Amérique."

 

(Jack Morgan, Lettre personnelle au président Woodrow Wilson, le 4 Septembre 1914)

 

 

Banksters-Tous-presidents-des-Banquiers.jpg

Cet extrait du récent livre de Nomi Prins, Tous les banquiers des Présidents, qui traite de Woodrow Wilson et la collaboration de Jack Morgan pour financer les Alliés dans les premiers jours de la Guerre. En plus de sa rapidité, il fournit l'un des exemples les plus forts de la coopération étroite entre la présidence (américaine Ndlr.) et les plus hauts niveaux de la banque pour conduire les intérêts américains.

 

Pendant ces 4 années de guerre, la Standart and Oil de la famille Rockfeller va vendre du pétrole dans les 2 camps, ce qui fait qu’a la fin de la guerre la vente de pétrole à triplée pour soutenir chacune des 2 armées en conflit. Les prix aussi ont grimpé. Pour Rockfeller la guerre était une source de profit considérable.

Sans réapprovisionnement en pétrole, les 2 camps en guerre n’auraient pas pu prolonger un tel massacre.

Après la guerre, les pays comme la France et l’Angleterre se partage l’exploitation du pétrole dans le moyen orient. (7)

 

Christian-Grand--Trois-siecles-de-banque--de-Neuflize-Schl.JPG« La conférence de Boulogne-sur-Mer, suivie de l'accord du 22 août 1915, organise la concertation des experts financiers français et anglais sur les conditions d'un grand emprunt conjoint en Amérique. … Le 27 août, Alexandre Ribot envoie à New York son conseiller au ministère des Finances Octabe Homberg et Ernest Mallet, associé de Mallet Frères et régent de la Banque de France. Les deux français sont accompagnés des délégués du gouvernement britannique, Lord Reading et Sir Edward Holden. Forts de la bénédiction de leurs gouvernements, les quatre émissaires ont les pleins pouvoirs pour signer (en douce et sans débat... NdCR.) toutes les conventions relatives à l'emprunt. Dès leur arrivée à New York, ils entrent en contact avec la maison Morgan, avec laquelle Mallet Frères est en relation depuis 1853. » (8)

 

JOURNAL de PONTIVY - 05 AOÛT 1914

14-18- La mobilisation - JOURNAL de PONTIVY - 05 AOÛT 1914

Deux décrets du 2 août et du 6 septembre 1914 furent promulgués qui instituaient des Conseils de guerre spéciaux et "fusiller pour l'exemple" (ou pour la banque !) ceux qui ne répondraient pas à la "mobilisation".

 

 

Notes

 

(1) http://www.lefigaro.fr/international/2014/08/03/01003-20140803ARTFIG00025-14-18-une-commemoration-franco-allemande-inedite-en-alsace.php

(2) http://www.franceinfo.fr/actu/politique/article/14-18-le-hartmannswillerkopf-nouvelle-etape-du-marathon-commemoratif-543941

(3) BHL accuse les européens de lâcheté et veut faire la guerre à la Russie http://christroi.over-blog.com/article-bhl-accuse-les-europeens-de-lachete-et-veut-faire-la-guerre-a-la-russie-124284670.html

(4) http://www.dna.fr/actualite/2014/08/03/hwk

(5) http://www.liberation.fr/politiques/2014/08/03/hollande-appelle-plus-que-jamais-a-un-cessez-le-feu-a-gaza_1074871

(6) Jean de Viguerie, Les Deux Patries, Essai historique sur l'idée de patrie, Dominique Martin, Mayenne 2004, p. 185-212.

(7) http://info-resistance.org/guerres/petrole-14-18-et-39-45/

(8) Trois siècles de banque, de Neuflize Schlumberger Mallet, 1667 - 1991, Préface de Jean Favier de l'Institut, E/P/A Editions, Tours 1991, p. 185-186.

Repost 0
2 août 2014 6 02 /08 /août /2014 21:58

L'État islamique d'Irak a publié la video de l'exécution des soldats irakiens.

 

Cela se passe en Irak aujourd’hui, si vous avez le cœur bien accroché, regardez cette vidéo.


L'abbé Pagès a pu copier la video avant qu'elle ne soit censurée sur yoube le 29 juillet quelques heures après sa publication.

 

 

 

Source : http://fr.gloria.tv/?media=642419

 

. Syrie : des amis islamistes de Fabius crucifient les gens

. Un document de la NSA révèle que le calife Al-Baghdadi est un agent actif de l'Intelligence américaine, britannique et israélienne

Repost 0
2 août 2014 6 02 /08 /août /2014 20:32

Gaza-patriarche-latin-jérusalem Mgr Fouad Twal, Le Patriar

Mgr Fouad Twal, Patriarche latin de Jérusalem, s’est exprimé à propos de l’offensive israélienne sur Gaza. Il a expliqué que des trêves de quelques heures pour des raisons humanitaires ne servent à rien si les conditions à Gaza restent celles d’une zone désespérée en état ​​de siège, situation qui ne peut qu’accroître la peur et la frustration qui alimentent la haine.

Mgr Twal a critiqué la campagne militaire qu’Israël mène sur le territoire palestinien où la densité de population est la plus élevée dans le monde.

Selon le patriarche, il est nécessaire d’éliminer les conditions structurelles qui nourrissent une haine aveugle : blocus maritime, aérien et terrestre imposé par Israël sur le territoire. « Les tunnels construits dans la bande de Gaza sont d’une certaine façon un produit de l’embargo: en mettant fin à ce siège, si les routes sont ouvertes et si la libre circulation des personnes et des biens est permise, si la pêche libre est autorisée au large de Gaza, alors personne n’aura à creuser des tunnels souterrains. « 

Pour le Patriarche latin de Jérusalem, le désir aveugle et pervers d’anéantir l’ennemi est en train de transformer la population civile de Gaza en victime sacrificielle : «Il suffit de regarder l’identité des victimes: 70 % sont des femmes et des enfants».

En réponse aux réactions internationales, le Patriarche latin de Jérusalem a envoyé un message important à ceux qui expriment par déclarations verbales leur solidarité avec les chrétiens et les personnes souffrant au Moyen-Orient: «Il nous arrive beaucoup de lettres, et nous vous remercions tous, mais il y a beaucoup de compassion et peu d’aide concrète. Je suis allé visiter les blessés de Gaza à l’hôpital français, et j’ai été impressionné. Leurs familles ont aussi besoin de tout « .

« Nous faisons ce que nous pouvons avec nos ressources, mais nous recevons peu de soutien de l’extérieur, nous recevons très peu d’aide concrète et efficace. Les messages sur Internet et les déclarations verbales ne suffisent pas « .

 

Source: http://medias-presse.info/le-patriarche-latin-de-jerusalem-denonce-loffensive-militaire-israelienne-sur-gaza/13820

 

 

. Les bombardements israéliens sur Gaza : un exemple type de guerre injuste condamnée par l'Eglise

Repost 0
2 août 2014 6 02 /08 /août /2014 20:20

 

 

Jon Snow, journaliste sur la chaine britannique 4News interpelle le porte-parole des Affaires étrangères du Hamas Osama Hamdan, et lui demande pourquoi ses combattants ne s'arrêtent pas leurs tirs de roquettes sur Israël afin de prévenir d'autres décès de civils à Gaza. Extrait : 

 

« Israël tue des femmes et des enfants depuis 1948. Vous devez savoir qu'ils ont commencé cette attaque contre Gaza avant que la moindre roquette n'ait été lancée sur les israéliens. Il y a eu un cessez-le-feu en 2012 et ce cessez-le-feu a été brisé par l'armée israélienne. Et nous disons depuis le premier jour que nous ne voulons pas nous battre, nous ne voulons pas réagir aux attaques israéliennes, ... après ils bombardèrent les maisons, tuent 11 femmes et enfants, blessent plus de 40 civils... Après nous avons réagi. Il n'est pas juste de dire peu importe qui a commencé.

 

... En réalité les Israéliens tuent femmes et enfants parce que leurs soldats meurent sur le champ de bataille. Si vous regardez les chiffres, au travers de ces combats, plus de 60 soldats israéliens ont été tués alors que tous les morts du côté palestinien étaient des civils.

 

Vous croyez à leur histoire et vous n'écoutez pas les palestiniens qui sont en train de souffrir, d'être tués, d'être sous le régime d'occupation et se sentent maintenant désespérés parce que Netanyahu a détruit la solution politique et la solution à deux Etats (qui est aussi la solution proposée par le Vatican, NdCR.) Ils ont sapé la solution pacifique.

 

Si vous souhaitez accepter l'occupation israélienne, invitez-les donc à occuper votre terre et votre patrie...

 

Nous nous sommes mis d'accord sur plusieurs cessez-le-feu humanitaires, et à chaque fois ce sont les Israéliens qui ont violé ces cessez-le-feu. ... Vous devez comprendre les faits, pas uniquement gober la fausse histoire des israéliens, occupant la terre des palestiniens en prétendant que c'est leur terre, qui leur a été donnée par Dieu.

 

... Vous ne voulez pas entendre l'histoire des criminels et vous voulez que les palestiniens acceptent les crimes qui tuent leur propre peuple. »

 

Nous apprenons ce soir, que « l'armée israélienne retire une partie de ses soldats de Gaza », mais que, comme par hasard, « Tsahal pourrait continuer à occuper une bande de quelques centaines de mètres à l'intérieur de l'enclave palestinienne », histoire de coloniser un peu plus les terres palestiniennes... « Les militaires estiment ainsi avoir quasiment atteint leurs principaux objectifs, à savoir la destruction des tunnels souterrains creusés dans l'enclave palestinienne par les islamistes armés. » (sic le Figaro)

 

. Le sionisme est une idéologie nationaliste

Repost 0
2 août 2014 6 02 /08 /août /2014 16:47

 

Genetically modified babies: Government accused of dishonesty in its regulation of new IVF technique

 

BY STEVE CONNOR – 28 July 2014

 

Essait de traduction Christ-Roi

 

Bebes-genetiquement-modifies--Le-gouvernement-accuse-.jpg

 

Bébés génétiquement modifiés: Le gouvernement accusé de malhonnêteté dans la réglementation d'une nouvelle technique de fécondation in vitro 


  PAR STEVE CONNOR - le 28 Juillet 2014

Le gouvernement (britannique, NdCR.) a été accusé de tromper le public sur la mise en place d'une nouvelle technique de fécondation in vitro (FIV) dont  certains experts pensent qu'elle se traduira par la naissance de "bébés génétiquement modifiés".

D'éminents scientifiques, dont Lord Winston, l'un des pionniers de traitement de fertilité, ont critiqué le ministère de la Santé pour essayer de minimiser un processus qui pour la première fois pemettra de modifier l'ADN des générations futures.

Ils affirment que le gouvernement a redéfini le terme "modification génétique" (GM) pour exclure expressément une technique controversée qui se traduira par des bébés héritier du matériel génétique de trois personnes.

Le mouvement, enterré dans un document du ministère de la Santé a publié la semaine dernière, est conçu pour être la pointe de l'opposition au don mitochondrial - un processus qui vise à éviter  certaines maladies héréditaires  transmis en utilisant les mitochondries saines (structures microscopiques dans la cellule) pris à partir d'un ovule d'une donneuse ou d'un embryon. Les opposants estiment que l'utilisation des mitochondries de donneur sain se traduira par des "embryons de trois parents" et pourrait ouvrir la voie à une ère de "bébés sur mesure" et d"enfants génétiquement modifiés".

Le gouvernement admet qu'il a décidé d'adopter "une définition de travail [de GM] dans le but de faire avancer ces règlements", mais les scientifiques croient que la redéfinition de GM est malhonnête. Ils mettent également en garde qu'il pourrait miner la confiance du public dans les experts médicaux affirmant pour sa mise en place au Royaume-Uni, le seul pays où il sera permis dans la loi, si la loi est adoptée.

Lord Winston a dit à l'Independent: "Le gouvernement semble avoir pris la bonne décision, mais a utilisé une justification bizarre. Bien sûr, le transfert mitochondrial est la modification génétique et cette modification est transmise à travers les générations. Il est totalement faux de le comparer avec une transfusion sanguine ou une greffe et une déclaration honnête pourrait être plus raisonnable et encourager la confiance du public."

Ted Morrow, un biologiste évolutionniste à l'Université de Sussex, était tout aussi cinglant sur la nouvelle définition de GM, qui exclut expressément les altérations des gènes mitochondriaux humains ou tout autre matériel génétique qui existe en dehors des chromosomes dans le noyau de la cellule.

"Mon impression est que le gouvernement fait tout son possible pour contenir et définir ces types de conditions de manière à favoriser le remplacement mitochondrial étant présenté comme une thérapie controversée," a déclaré le Dr Morrow.

"Ils poussent l'idée que l'ADN mitochondrial ne fait rien de plus que de régénérer plus de mitochondries, qui sont rien de plus que les batteries cellulaires, et que les gènes mitochondriaux ne codent pas les traits pertinents de l'identité personnelle et ainsi de suite», a-t-il ajouté.

David King, du groupe de pression Human Genetics Alert, a déclaré que le gouvernement  "jouait à des jeux de relations publiques très douteux basés sur la science" car toute modification des gènes mitochondriaux s'élèveront à la modification génétique. "Leur restriction de la durée des changements héréditaires nucléaires est clairement politique. Ils ne veulent pas que les gens comme moi disent qu'ils légalisent des bébés génétiquement modifiés ", a déclaré le Dr King.

Les mitochondries sont les minuscules «centrales hydrauliques» des cellules qui produisent de l'énergie métabolique du glucose. Ils sont sous le contrôle de 37 gènes mitochondriaux qui existent en tant que molécule d'ADN séparée à l'extérieur du noyau de la cellule.

Environ une personne sur 6.500 bébés nés chaque année est affectée par des défauts héréditaires dans les gènes de la mitochondrie. Maladies mitochondriales graves sont douloureusement débilitante et causent des problèmes de santé à long terme, la faible qualité de la vie et la mort prématurée. Le gouvernement est sous pression pour permettre le don mitochondrial dans le cadre d'un traitement de FIV pour donner aux femmes concernées la possibilité d'avoir des enfants biologiques qui seront libres de cet état.

 

La technique consiste à prendre la santé des mitochondries d'un ovule d'une donneuse ou de l'embryon et de les utiliser pour remplacer les mitochondries défectueuses. L'embryon résultant aura un matériel génétique à partir des deux femmes en plus de l'ADN nucléaire d'un homme. Bien que les comptes de l'ADN mitochondrial pour moins de 0,2 pour cent du génome, la technique est controversée parce qu'elle va modifier la composition génétique des générations futures.

Le ministère de la Santé accepte que la ligne germinale des générations futures soit modifié, mais il insiste, dans sa réponse officielle à la consultation publique publiée la semaine dernière, que cela ne constitue pas une modification génétique. "Il n'y a pas de définition universellement acceptée de la 'modification génétique' chez les humains - les personnes qui ont des transplantations d'organes, les dons de sang ou de la thérapie même gène ne sont généralement pas considérés comme étant 'génétiquement modifié'", dit la réponse.


"Le gouvernement a décidé d'adopter une définition de travail dans le but de faire avancer ces règlements."


Source: Independent

 

http://www.belfasttelegraph.co.uk/news/health/genetically-modified-babies-government-accused-of-dishonesty-in-its-regulation-of-new-ivf-technique-30463918.html

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Sciences
commenter cet article
2 août 2014 6 02 /08 /août /2014 15:32

Dans un article du New York Times du 22 juillet 2014 « Putin’s Crime, Europe’s Cowardice », en forme d'une litanie d'inversions accusatoire, le djihadiste juif BHL, reprenant l'argument du vol Malaisie abattu, accuse les européens de lâcheté et d'"esprit munichois". Il souhaite envoyer les européens faire la guerre à la Russie ! Qu'il y aille lui-même !

 

BHL-Libye-Syrie-Israel-Ukraine.jpg

 

Putin’s Crime, Europe’s Cowardice

By BERNARD-HENRI LÉVYJULY 22, 2014

New York Times

 

Essai de traduction Christ-Roi

 

Crime de Poutine, la lâcheté de l'Europe

Par BERNARD-HENRI LÉVYJULY 22, 2014
 

TANGER, Maroc - dans l'est de l'Ukraine, Vladimir V Poutine  a joué avec le feu.

Il a mobilisé les pires éléments que l'on trouve dans la région.

Il a pris des voyous, des voleurs, des violeurs, des ex-détenus et les vandales et les transformer en une force paramilitaire.  

 

Il a permis aux commandants ad hoc de groupes séparatistes de tuer ou chasser des intellectuels, des journalistes et d'autres autorités morales des villes de Donetsk et Lugansk.

 

Il a regardé comme une armée des canailles imbibés de vodka détruisant ou reprenant le contrôle de bâtiments publics, d'hôpitaux, d'écoles et de bureaux municipaux du pays qu'elle fait semblant de libérer. 

Il a permis une véritable guerre de gangs de s'installer - sans se soucier qu'il est en train de perdre le contrôle des forces qu'il a déchaînées, avec des bandes rivales opposées l'une à l'autre et se tailler des fiefs au milieu de l'anarchie croissante.

 

Davide Cameron, le Premier ministre britannique, a plaidé pour des sanctions plus sévères contre la Russie.

 

Malgré la colère provoquée par le jet abattu, l'Europe se dérobe aux sanctions contre la Russie le 22 juillet 2014.

 

Le plus troublant de tout: Pour ce monde souterrain sans structure ou discipline, à ces voyous indisciplinés qui ne connaissent que la loi de la jungle, à cette nouvelle marque de la force qui n'a seulement qu'une idée obscure de la guerre et aucune idée du combat, Dieu sait, des lois de la guerre - à cette collection hétéroclite M. Poutine, le président russe, a donné un arsenal terrifiant avec lequel les soldats amateurs ne sont pas familiers et avec lequel ils ont joué, comme des enfants avec des feux d'artifice.

 

Nous savons que la Russie a fourni de grandes quantités d'armes lourdes aux séparatistes et les a formé à utiliser le système de missile-aérien SA-11  - le genre qui aurait été utilisé pour abattre le vol Malaisie  17.


On peut envisager la célébration victorieuse du gang avec son trophée, jouant avec lui comme s'il s'agissait d'un jouet - qui peut atteindre des altitudes de plus de 70.000 pieds.

On peut de même imaginer officiers militaires russes - pas si secrètement affectés par le Kremlin pour veiller sur les missiles et leur utilisation par les équipes d'artillerie amatrices ciblant les avions militaires ukrainien - être dépassés par les événements et pris de panique.

 

On peut même imaginer leur consternation quand Igor Strelkov, le ministre de la République de Donetsk défense auto-proclamée, revendiqua la responsabilité d'avoir abattu un avion militaire ukrainien - qui s'est avéré être le vol 17.

 

Nous savons ce qui s'est passé.

Quel que soit le résultat de l'enquête finale - une enquête rendue  presque impossible par ces chiens de guerre qui n'ont ni foi ni loi, qui, tant ils ont horrifié le monde en laissant les corps de leurs victimes abandonnées dans les champs ou entassés dans un train de voitures mal réfrigéré , tant ils se sont délectés de leurs 15 minutes de gloire en déplorant devant les caméras de télévision du monde que les 298 âmes perdues avaient eu le mauvais goût de "poser" sur des maisons du peuple ou dans des réservoirs utilisés pour l'eau potable, ont également dérobé le plan des boîtes noires, l'organisation de l'exportation vers la Russie d'éventuels débris compromettant , et le prélèvement par hasard des corps de leurs objets de valeur - quel que soit le résultat de l'enquête de tout cela, le résultat indéniable a été un carnage, un crime de guerre, une attaque sur l'Ukraine, les Pays-Bas et la Malaisie à la fois.

 

Pour toutes ces raisons, il était difficile de ne pas se ranger du côté du président de l'Ukraine, Petro O. Poroshenko, - qui, il faut le noter, a montré dans les terribles jours suivant l'accident les qualités de sang-froid, de dignité et d'autorité qu'il a exposées durant sa campagne pour le poste -, il a demandé à la communauté internationale de classer comme des organisations terroristes les «républiques populaires» de Donetsk et Lugansk.

 

Il est également difficile de ne pas être d'accord avec M. Porochenko lorsque, quelques heures après la tragédie, parlant sans émotion et sans aucune trace de haine, il a rappelé au président de la France, François Hollande, que le colonel Mouammar el-Kadhafi avait été mis à l'index par le monde pour son implication présumée dans une attaque similaire sur un avion de ligne, le vol Pan Am 103, au-dessus de Lockerbie en Ecosse, en décembre 1988. 

  

Face à ce nouveau Lockerbie, ferons-nous à l'Ouest pas plus que les prières de M. Poutine pour fournir un accès "libre et complet" au site de l'accident et offrir "l'entière collaboration" dans le rétablissement des preuves ?



N'avons-nous pas l'obligation morale de tirer des conclusions logiques d'un tel crime qui à cause de ses raisons politiques incendiaires et irresponsables profondément indignes du président d'une grande puissance, comme M. Poutine qui est, à la fin, entièrement responsable?

 

Dans ces circonstances - avec M. Poutine n'ayant pas encore décidé de faire marche arrière en Ukraine, beaucoup moins en Crimée - comment la France peut-elle justifier moralement son plan pour offrir à la Russie deux navires de guerre de classe Mistral, actuellement aménagés dans le port ouest de St  Nazaire? Voulons-nous qu'ils deviennent les joyaux de la couronne d'une flotte russe à Sébastopol et, peut-être, Odessa?

 

Voir l'Union européenne agir si lâchement est très décourageant. La France veut conserver ses contrats d'armement pour les emplois qu'ils sont censés sauver dans ses chantiers navals. L'Allemagne, un centre d'opérations pour le géant russe de l'énergie Gazprom, est pétrifiée de perdre sa propre position stratégique. La Grande-Bretagne, pour sa part, malgré des déclarations récentes du Premier ministre David Cameron, peut encore ne pas être prête à renoncer aux flux colossaux d'argent mal acquis des oligarques russes sur lesquels la Ville, le quartier financier de Londres, a appris à compter.

 

Dans le langage européen, c'est ce qu'on appelle l'esprit de Munich - l'apaisement. Et c'est une honte.

 

Source: http://www.nytimes.com/2014/07/23/opinion/putins-crime-europes-cowardice.html?_r=0

 

Un article du 26 juillet de Boulevard Voltaire rapporte cet article de BHL : "BHL veut faire la guerre à la Russie : s’engagera-t-il ?"

 

Bernard-Henri Lévy vient d’accuser les Européens de lâcheté dans le New York Times. Il demande la guerre contre la Russie – qui servira à anéantir le Vieux Continent. Mais que ne fera-t-on pas pour éviter le Munich numéro 1000 des « néocons » à la française ?

Le bougre occupe depuis quarante ans le devant de la scène intellectuelle française, comme on dit. Il est l’intellectuel institutionnel que l’on doit écouter et le commandeur des croyants auquel on se doit maintenant d’obéir, le doigt sur la couture du pantalon, surtout quand on est président de la République et que l’on rêve de n’importe quel exploit martial pour éviter de trop ramer dans les sondages. Et cela, alors que le ludion en question était déconsidéré depuis longtemps par tous ses pairs, Aron, Sartre et Bourdieu y compris.

L’escogriffe plumitif traîne depuis bien longtemps au Quartier latin sa carcasse de précieux dégoûté. Aussi, je ne me moquerai pas de son riad avec laquais, de ses chemises à 700 euros, de son dandysme de Prisunic, de sa discourtoise insuffisance. Je ne soulignerai pas non plus que ses succès en librairie ont vingt ou trente ans, qu’il vend maintenant à 3.000 exemplaires, que ses postures ont fini par lasser le grand public qui le découvrait il y a maintenant 40 ans ou presque, au temps du toujours extasié Pivot. Car BHL est à Marcel Proust ce que Doc Gynéco est à Jean-Philippe Rameau.

Par ses poses, il me fait penser aux libéraux américains ou même russes. On sait donc que tout libéral qui se respecte déteste son pays, son histoire et ses racines, et l’idée même d’identité. On sait que, comme tout libéral qui se respecte, il n’a de cesse de souligner que ce pays est viscéralement raciste et antisémite. Et l’on sait que, comme tout aigri qui se respecte, il n’a de cesse de dénoncer comme nationaliste ou populiste tout esprit qui s’opposera à ses schématisations artisanales et à ses imprécations teigneuses : cf. sa diatribe sur le populisme américain et le maccarthysme local toujours renaissant qui refusait de faire de ce cancre las l’émule de Tocqueville !

Puissance malfaisante, ce représentant attitré de la gauche caviar et du néo-conservatisme azimuté synthétise toutes les tares de la charia moderne : le monde ne sera vivable que lorsqu’il sera en tout point identique et mort. C’est le rallye mondain du Paris-Qatar. Les moins riches se loueront une chambre à Gaza en remerciant les journaux de lutter contre le racisme.

Il serait temps pourtant que je reconnaisse ses intenses mérites, que je lui tresse des lauriers. Car c’est ici qu’avec son argent, son bagout, ses réseaux, son sens du chantage il m’impressionne et maintenant me fait peur. Ce nouveau grand inquisiteur triomphe avec toute la force de sa mauvaise volupté.

Je fais un pari : après la Libye, il imposera sa guerre mondiale à la foule fatiguée des zombies européens.

 

Source: http://www.bvoltaire.fr/nicolasbonnal/bhl-veut-faire-guerre-russie-sengagera-t-il,95438

 

 

  . Russie : Le but stratégique de l’Otan, destituer Poutine, détruire la Russie

Repost 0
2 août 2014 6 02 /08 /août /2014 12:37

Un article de Boulevard Voltaire, du 1er août 2014, revient sur l'absence de Manuel Valls aux fêtes de commémoration du 800e anniversaire de la bataille de Bouvines :

 

Bouvines : et Manuel Valls n’est pas venu

Bouvines-louis-de-bourbon.jpg

Le 1 août 2014

 

C’est sûr : vu l’état de délabrement de l’enseignement de l’histoire de France, le mot « Bouvines » a dû engendrer plus de recherches sur Google et Wikipédia que d’immédiats mouvements patriotiques chez nos concitoyens drogués d’immédiateté. C’est sûr : la présence annoncée de l’aîné de la maison de Bourbon – et la perspective qu’il prononce un discours – n’a pas forcément dû donner très envie aux autorités de la Ripoublique de se joindre aux festivités. C’est sûr : la principale activité des cérémonies du souvenir étant une messe et Manolito Valls ayant des relations désastreuses avec l’Église, il n’avait pas grand-chose à faire à Bouvines en ce 800e anniversaire de la bataille éponyme.

N’empêche, il avait promis.

Le maire de Bouvines avait tout préparé, il avait fallu gérer sa venue très en avance, pour la sécurité, vous comprenez, tout ça, Monsieur le maire. Et puis, ce n’est pas tous les jours qu’un Premier ministre se déplace dans ces contrées fort éloignées du boulevard Saint-Germain. Bref, c’était cause entendue : Manuel Valls, Premier ministre de la République allait venir célébrer à Bouvines la victoire de Philippe-Auguste.

C’était sans compter sur le vieil adage chiraquien qui veut que « les promesses n’engagent que ceux qui les écoutent ». Et puis c’est le Nord : on y perd ses orteils, c’est bien connu.

Prévenant au dernier moment de son absence, le Prem’s avait rassuré Monsieur le maire : on enverrait un membre du gouvernement. Bon, ben les GPS des voitures gouvernementales ne doivent pas très bien fonctionner, car à l’heure de la publication de ce papier, le « membre du gouvernement » n’est toujours pas arrivé à Bouvines. Vous me direz… ce serait un peu tard. Et vous auriez raison.

Et puis, finalement, ça nous a évité un discours débilisant sur « la force du vivre ensemble de l’Europe qui, au-delà du souvenir douloureux de ces batailles fratricides, dit fort son « plus jamais ça » ! » Bref, on a évité une sacrée envie de vomir. Au lieu de cela, on a pu profiter de la présence toujours rare et donc précieuse de Louis de Bourbon. En compagnie d’un fils de Saint Louis, tout le reste n’est plus qu’anecdote…

Enfin, pour se consoler de l’absence de Manuel Valls, on conseillera au maire de Bouvines de relire ces quelques lignes extraites des mémoires de Louis XIV :

Je résolus sur toutes choses de ne point prendre de premier ministre ; et si vous m’en croyez, mon fils, et tous vos successeurs après vous, le nom en sera pour jamais aboli en France, rien n’étant plus indigne que de voir d’un côté toutes les fonctions, et de l’autre le seul titre de Roi.

Il est toujours bon d’écouter les vieux. Surtout les vieux rois.

 

Source: http://www.bvoltaire.fr/robindelaroche/bouvines-manuel-valls-nest-pas-venu,97008

 

. 800e anniversaire de la Bataille de Bouvines : discours de Monseigneur le Prince Louis de Bourbon, duc d’Anjou le dimanche 27 juillet 2014

. Cahiers de l'université Saint-Louis 2014

Repost 0