Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Christ Roi

  • : Christ Roi
  • Christ Roi
  • : Blog d'informations royaliste, légitimiste, pour une France libre, indépendante et souveraine
  • Contact

Horloge

25 juillet 2014 5 25 /07 /juillet /2014 21:37

 

 

 

Le président russe Vladimir Poutine, dans une conférence de presse le 17 juillet 2014 aux accentuations très chrétiennes, a déploré le fait que "quoiqu'ils (les Etats-Unis) fassent, il y a des problème partout" et a averti que "ceux (aux Etats-Unis) qui poussent les autres pays vers de tels développements ne devraient jamais oublier que le sang des soldats de l'armée régulière (en Ukraine), le sang des combattants de la résistance (au Donbass), et celui des civils en premier lieu, est sur leurs mains, de même que les larmes des mères, des veuves et des orphelins". Extrait :

 

"Concernant les dix-quinze dernières années, ils mènent une politique étrangère agressive, et à mon avis qui manque de professionnalisme, parce que quoiqu'ils fassent, il y a des problèmes partout. Il suffit de regarder: il y a des problèmes en Afghanistan; l'Irak est en train de s'effondrer; la Libye est en train de s'effondrer. Si le général el-Sisi n'avait pas pris le contrôle de l'Egypte, l'Egypte serait probablement elle aussi dans la tourmente à présent. En Afrique, il y a des problèmes dans de nombreux pays. Ils se sont impliqués en Ukraine, et il y a des problèmes là-bas aussi. Il serait bon que tout le monde comprenne que nous devons nous appuyer sur les principes fondamentaux du droit international et du droit local.

 

... Nous devons traiter les institutions étatiques avec le plus grand soin. Quand elles sont traitées avec mépris, cela entraîne des conséquences graves : désintégration et conflits internes, comme nous l'observons actuellement en Ukraine. Ceux qui poussent les autres pays vers de tels développements ne devraient jamais oublier que le sang des soldats de l'armée régulière, le sang des combattants de la résistance, et celui des civils en premier lieu, est sur leurs mains, de même que les larmes des mères, des veuves et des orphelins. Ils sont sur leur conscience, et ils n'ont moralement pas le droit de rejeter cette responsabilité sur les épaules de quiconque.

 

Voici ce qui devrait être fait conjointement: appeler toutes les parties du conflit en Ukraine à cesser immédiatement les hostilités et à commencer les pourparlers. Mais malheureusement nous ne voyons pas cela de la part de nos partenaires, d'abord et avant nos partenaires américains qui au contraire, il me semble, poussent les autorités actuelles de l'Ukraine vers la poursuite d'une guerre fratricide et la pousuite des opérations punitives. Cette politique n'a aucune perspective.

 


Quant aux diverses sanctions, j'ai déjà dit qu'elles ont généralement un effet boomerang, et sans aucune doute, dans ce cas, conduisent les relations russo-américaines dans une impasse et les endommagent gravement. Je suis certain que cela est nocif pour les intérêts stratégiques à long terme de l'administration américaine et du peuple américain. Il est très regrettable que nos partenaires suivent cette voie, mais la porte menant au processus de négociation pour surmonter et dépasser cette situation reste ouverte. J'espère que la raison et le désir de régler tous les problèmes par des moyens pacifiques et diplomatiques prévaudront.

 

 

A propos de l'aide financière du FMI à l'Ukraine, le président russe a déclaré :

 

Nous sommes a priori favorables à toute assistance économique fournie à l'Ukraine, y compris l'aide fournie par le FMI. Dans le même temps, je tiens à souligner que les règles du Fonds monétaire international stipulent qu'il ne doit pas fournir d'aide financière à un pays en guerre. J'estime que c'est une mesure juste, et je pense qu'elle devrait être appliquée dans le cas de l'Ukraine. Parce que généralement, dans un pays en guerre, l'argent est donné à un pays dans un certain but, mais il est finalement utilisé pour d'autres choses. L'argent est alloué pour soutenir l'économie et la sphère sociale, mais en réalité il est dépensé dans des opérations militaires et ainsi détourné. C'est, je crois exactement ce qui se passe en Ukraine avec le premier versement du FMI. Par exemple, une grande partie de ce financement devait être utilisé pour soutenir le secteur banquier et financier. Mais d'après mes informations, la plupart de ces fonds ont été transférés aux banques privées des oligarques ukrainiens. Où est cet argent maintenant ? A quoi a-t-il servi ? Dans quelles poches a-t-il fini ? C'est quelque chose que le FMI et le grand public en Ukraine, ainsi que les pays qui lui apportent de l'aide doivent savoir.

 

Par conséquent, nous devons d'abord mettre fin aux hostilités et ensuite donner de l'argent.

 

... Nous sommes favorables à une assitance financière pour l'Ukraine, mais pas pour les oligarques ukrainiens et les voleurs, non, pour le peuple ukrainien.

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Russie
commenter cet article
25 juillet 2014 5 25 /07 /juillet /2014 19:55

Beaucoup d'informations ces jours-ci agitent les sites catholiques et / ou nationaux au sujet des exactions des islamistes de l'Etat islamique d'Irak et au Levant, et des persécutions que subissent en ce moment les chrétiens d'Irak. Des parlementaires se préoccupent même des Chrétiens d'Irak : " vingt parlementaires et anciens Députés exhortent François Hollande, Manuel Valls et le Gouvernement à agir pour les Chrétiens d'Orient", mais jamais ces parlementaires ni les sites en question ne poseront la question qui fâche... de la responsabilité réelle des attentats. La question qu'il s'agit de se poser dans ce genre d'informations..., c'est à qui profite le crime ?

 

Voici un début de réponse que nous avons trouvé sur le site (en anglais) "Infowars" d'Alex Jones : le fameux calife de l'Etat islamique d'Irak et de Syrie n'est qu'une créature de la CIA. Ses crimes perpétrés au nom de l'Islam incombent directement aux Etats-Unis et à Israël et s'inscrivent dans le cadre de la stratégie géopolitique israélienne "Clean Break" que les lecteurs du blog connaissent et dont nous rappellerons un peu plus loin le but. 

 

Le Calife a déclaré que le califat n’avait pas vocation à s’en prendre à Israël, mais que le djihad continuerait jusqu’à la chute de Rome... C'est désormais plus clair... Ce qui est certain en tous les cas, c'est que le "calife" ne pourrait pas agir de la sorte à Mossoul, en Irak, en Syrie ni ailleurs... sans l’aval de ses maîtres américains.

 

Calife-Al-Baghdadi---Un-document-de-la-NSA-revele-que-le-.jpg

NSA Doc Reveals ISIS Leader Al-Baghdadi is U.S., British and Israeli Intelligence Asset

NSA documents add more detail to plan to destabilize Middle East

 

Essai de traduction Christ-Roi

 

Un document de la NSA révèle que le calife Al-Baghdadi est un agent actif de l'Intelligence américaine, britannique et israélienne

 

Des documents de la NSA ajoutent plus de détails au plan de déstabilisation du Moyen-Orient

 

Kurt Nimmo par | Infowars.com | 19 Juillet, 2014

 

Note de la rédaction : la validité du document mentionné ci-dessous ne peut pas être vérifiée en raison de l'exclusivité de la cachette de Snowden. Cryptome a envoyé une lettre à diverses sources en possession des documents, y compris le New York Times, le Washington Post, The Guardian, Barton Gellman, Laura Poitrias, Glenn Greenwald, ACLU (L'Union pour la défense des Libertés civiles), FEP et d'autres exigeant d'une comptabilité. L'allégation sur l'Etat Islamique d'Irak et au Levant Al-Baghdadi, cependant, s'accorde avec d'autres informations démontrant que l'Etat islamique est une création du renseignement.

Selon un document récemment publié par le dénonciateur de l'agence de sécurité nationale NSA Edward Snowden, Abu Bakr al-Baghdadi, le chef de l'État islamique d'irak et de Syrie, est un agent actif du renseignement.

 

Le document de l'Agence de Sécurité Nationale révèle les États-Unis, Israël et la Grande-Bretagne sont responsables de la création de l'Etat islamique.

 

Au début du mois, Nabil Na'eem, le fondateur du Parti du Jihad de la République démocratique islamique et ancien commandant en chef d'Al-Qaïda, a déclaré à la chaîne de télévision pan-arabe, basée à Beyrouth al-Maydeen que tous les filiales d'Al-Qaïda actuellement, y compris l'Etat Islamique d'Irak et au Levant, étaient le travail de la CIA.

 

L'l'Etat Islamique d'Irak et au Levant est maintenant un groupe terroriste bien armé et entraîné dans le contrôle de vastes régions de l'Irak et la Syrie.

 

Le document de la NSA indique que le groupe a été créé par les Etats-Unis, l'intelligence britannique et israélienne dans le cadre d'une stratégie nommée "the hornet’s nest", "le nid de frelon" pour attirer les militants islamistes du monde entier en Syrie.

 

Preuve antérieure du lien d'Al-Baghdadi avec l'Intelligence et l'Armée

 

Abu Bakr al-Baghdadi "a suivi une formation militaire intensive pendant une année entière dans les mains du Mossad (Services de renseignement israélien Ndlr.), en plus des cours de théologie et l'art du discours", expliquent les documents, selon Gulf Daily News, une source bahrainie.

 

En juin un responsable jordanien a déclaré qu'Aaron Klein, membre de l'Etat islamique d'Irak et au Levant a été formé en 2012 par des instructeurs américains travaillant dans une base secrète en Jordanie. En 2012, il a été signalé que les États-Unis, la Turquie et la Jordanie étaient en cours d'exécution d'une base d'entraînement pour les rebelles syriens dans la ville jordanienne de Safawi.

 

Al-Baghdadi aurait été un "interné civil" au Camp de Bucca, un centre de détention militaire américain près de Umm Qasr, en Irak. James Skylar Gerrond, un ancien officier des forces de sécurité de l'Armée de l'Air américaine et commandant au Camp Bucca en 2006 et 2007, a déclaré au début du mois que le camp a "créé une cocotte-minute pour l'extrémisme."

 

"Une preuve indirecte suggère qu'Al-Baghdadi a peut-être été sous contrôle mental prisonnier par l'armée américaine en Irak," a écrit le docteur Kevin Barrett.


La création d'une fausse menace de terrorisme

 

La stratégie du "nid de frelons" a été conçue pour créer la perception qu'un ennemi menace Israël près de ses frontières.

 

Selon le journal personnel de l'ancien Premier ministre israélien Moshe Sharett, cependant, Israël n'a jamais pris au sérieux quelconque menace arabe ou musulmane quant à sa sécurité nationale.

 

"Le journal de Sharett révèle dans une langue explicite que la direction politique et militaire israélienne n'a jamais cru à un danger arabe en Israël", écrit Ralph Schoenman. "Ils ont cherché à manœuvrer et forcer les Etats arabes en affrontements militaires que les dirigeants sionistes étaient certains de gagner si Israël pouvait mener la déstabilisation des régimes arabes et l'occupation prévue de territoires supplémentaires."

 

En 1982, Oded Yinon, un journaliste israélien avec des liens au ministère israélien des Affaires étrangères, a écrit le plan sioniste pour le Moyen-Orient.

 

Le livre blanc proposait "que tous les Etats arabes devraient être décomposés par Israël en petites unités" et la "dissolution de la Syrie et de l'Irak en zones ethniquement ou religieusement uniques comme au Liban, était la cible principale d'Israël sur le front de l'Est dans le long terme".

 

La destruction des Etats arabes et musulmans, suggère Yinon, serait accomplie de l'intérieur par l'exploitation de leurs tensions internes religieuses et ethniques.

 

Source: http://www.infowars.com/nsa-doc-reveals-isis-leader-al-baghdadi-is-u-s-british-and-israeli-intelligence-asset/

 

Note de Christ-Roi

 

Le plan Yinon de 1982 sera également mis en lumière dans le rapport « A Clean Break  : A New Strategy for Securing the Realm » (« Une coupure nette : Une nouvelle stratégie pour sécuriser le royaume (d'Israël) ». Cette stratégie géopolitique israélienne est similaire à la théorie de l'arc de crise de la politique américaine, dont le concept a été initialement développé par l'américain Zbigniew Brzeziński en 1978, repris par l'historien britannique Bernard Lewis dans les années 1980, et qui reçut son développement le plus récent chez les penseurs de l'armée française dans les années 2000 et 2010.

 

 

Selon un article de La Voix de la Russie publié hier, Al-Cia Qaïda, comme par hasard, promet de frapper les États-Unis « au coeur »..., le chef de la branche irakienne d'Al-Qaïda a déclaré que ses militants prévoient d'organiser des attaques terroristes « au cœur » des États-Unis, selon NBC News. Le réseau terroriste a transmis un enregistrement audio dans lequel Abou Bakr al-Baghdadi a souligné que les terroristes du réseau ont juré de punir les États-Unis beaucoup plus sévèrement que l'a fait Oussama ben Laden, et sont déjà sur leur chemin vers l'Amérique. Al-Baghdadi n'a pas précisé où ils vont effectuer la frappe.

 

 

Add. 17 août 2014, 19h09. L'information est fausse : Désinformation : Mc Cain n’a pas rencontré Abu Bakr Al Baghdadi (preuves en vidéo)

 

. «Clean Break : a new strategy for securing the realm», «Rupture Franche : nouvelle stratégie pour sécuriser le royaume»

. Le soutien occidental aux rebelles syriens ressuscite le califat islamique en Syrie et en Irak - huit rebelles syriens modérés crucifiés

Repost 0
25 juillet 2014 5 25 /07 /juillet /2014 17:19

A la question d'un journaliste de RTL le 24 juillet : « Ce dimanche 13 juillet (lors l'"attaque de la synagogue" rue de la Roquette à Paris, Ndlr.), certains affirment qu'il y a eu aussi des provocations de la Ligue de défense juive qui est un groupe d'activistes juifs, considérez-vous que la question de ce groupe est posée aujourd'hui ? », Valls Quand même devient rouge comme une tomate à la prononciation du mot "LDJ" par le journaliste. Cherchant visiblement dans sa tête la réponse qu'il donnerait, il répond (mentant les yeux dans les yeux ?) :


« Mais si ce groupe se livrait à des violences, évidemment il y aurait une réaction des autorités de l'Etat... Et que je sache, ce n'est pas cette organisation (la LDJ) qui a crié "mort aux Juifs"... Ce qu'il y a de plus grave dans cette affaire à Paris comme à Sarcelles, et c'est pour cela que ces manifestations ont été interdites par Bernard Cazeneuve, le ministre de l'Intérieur... c'est que les services de police savaient qu'il y avait des risques de dérapages... Et donc quand on interdit une manifestation c'est parce qu'il y a des risques. C'est rare dans notre pays. »

 

 

 

Donc désormais, à partir du moment où il y a des risques de dérapages..., toute manifestation pourra être a priori interdite. Les casseurs et provocateurs de la LDJ interviendront en amont comme dimanche 13 juillet (video) avec la bénédiction de la police de Valls... qui les laissera passer... pour légitimer ensuite quelques jours plus tard l'interdiction de nouvelles manifestations sur la base de ces "dérapages antisémites"... Ingénieux, il fallait y penser !

 

On dirait juste que la jurisprudence Valls-Stirn se répand à vitesse grand V... et la liberté d'expression et de réunion, elle, d'être réduite à peau de chagrin.

 

 Qui a lancé les cris antisémites en marge de l'"attaque de la synagogue" rue de la Roquette à Paris le 13 juillet ? L'enquête continue... avec à la clé un probable mensonge d'Etat de Manuel Valls !...

Repost 0
25 juillet 2014 5 25 /07 /juillet /2014 16:44

Valls-ne-laissera-pas-le-conflit-israelo-palestinien-s-imp.jpg

Alors que Manuel Valls martèle qu'il ne laissera personne importer le conflit israélo-palestinien en France (1)... (on le croira tous sur parole!), un article du Consulat général d'Israël à Marseille, réseau diplomatique israélien, daté du 28 mai 2014 (image ci-dessous) indique qu'une école "Gan Ami", rue St Suffren à Marseille, a reçu le colonel israélien Ben Shaul, Commandant de MEITAV (Base de recrutement de Tsahal), mercredi 28 mai 2014 dans le cadre d'une "conférence" qui abordait la "Politique d'enrôlement" (sic) de "Tsahal", c'est-à-dire la politique de recrutement de l'armée israélienne en France. (2) Dans ces conditions on peut se poser la question : qui importe le conflit israélo-palestinien ? (3) Et que fait Valls ?

Tsahal-recrute-a-Marseille.png

 

 

Selon un article d'I-télé intitulé « Ces Français qui combattent dans l'armée israélienne », un franco-israélien, Jordan Bensehoum, fait partie des 29 victimes recensées par l'armée israélienne. (4)

 

Après la mort de ce djihadiste juif, originaire de Lyon (5), l’ambassade de France en Israël adressa sur Twitter et sur son site Internet « ses condoléances à la famille du soldat franco-israélien Jordan Benshemoun ». Une consternation advint sur les réseaux sociaux. La réprobation fut telle que les autorités françaises décidèrent de supprimer le tweet... Mais le site Al-Kanz a pris soin de le sauvegarder avant sa suppression. Voici ce qu’il en reste :


Idem sur le site de l’ambassade de France en Israël. La page, alors accessible à l’adresse suivante : http://www.ambafrance-il.org/Condoleances-de-l-Ambassade-de, a été supprimée.

la france en israel

Voilà ce que l’on trouve désormais à la place. Une erreur 404.

erreur 404 ambassade israel

 

Selon un dernier bilan hier du génocide palestinien et des frappes aériennes conduites par des F 16, 800 civils sont morts dont 132 enfants à Gaza (6) suite aux bombardements israéliens.

 

La république française complice de crimes de guerres et crimes contre l'humanité en Palestine : ... à suivre !

 

Notes:

 

(1) http://www.lemonde.fr/societe/article/2014/07/13/plusieurs-milliers-de-manifestants-a-lille-en-soutien-a-gaza_4456290_3224.html

(2) http://www.al-kanz.org/2014/07/24/conflit-israelo-palestinien/

(3) http://www.lelibrepenseur.org/2014/07/25/larmee-sioniste-criminelle-recrute-a-marseille-que-fait-valls/

(4) http://www.itele.fr/monde/video/ces-francais-qui-combattent-dans-larmee-israelienne-89071

(6) http://www.al-kanz.org/2014/07/24/conflit-israelo-palestinien/

(6) http://www.telegraph.co.uk/news/worldnews/middleeast/palestinianauthority/10984259/Revealed-the-Palestinian-children-killed-by-Israeli-forces.html

Repost 0
25 juillet 2014 5 25 /07 /juillet /2014 10:36

L'Alliance Royale commémore dimanche prochain le 8e centenaire de Bouvines sur le lieu de la bataille "qui fit la France".

 

Rendez-vous devant l'église à 10H, dimanche 27 juillet

 

http://www.allianceroyale.fr/articles/actualites/497-bouvines-le-27-juillet

 

Le site Vexilla Galliae a publié mercredi un billet de Daniel de Montplaisir sur la bataille de Bouvines. Extrait :

 

Bouvines-1214--plan-de-bataillee.jpg

Sur le plan militaire, si la bataille ne fut pas la première bataille rangée de l’Histoire, elle fut, depuis la chute de Rome, la première bataille organisée en bataille rangée. Avec une disposition en lignes et en colonnes, assortie d’une préparation tactique relativement élaborée, distinguant les ailes du centre, fixant à chacun une mission relativement précise et, surtout, une déclinaison de manœuvres à effectuer en cas d’échec des premiers mouvements. Elle fut aussi la première bataille où, malgré le rôle demeuré central de la chevalerie, des combattants complémentaires, notamment des arbalétriers, à pied et à cheval, tinrent une place essentielle. Philippe Auguste, redoutant en effet la supériorité numérique de la vaste coalition européenne formée contre lui, avait fait appel aux communes du royaume, et non pas seulement aux villes, pour fournir des hommes en grand nombre. Afin de leur prouver qu’ils n’étaient pas ce qu’on appellerait plus tard « de la chair à canon », le roi prit deux décisions révolutionnaires : les chevaliers protégeraient «les gens de pied» afin que ceux-ci pussent au mieux ajuster leurs tirs de carreaux sans se faire embrocher ; et il leur octroyait le droit de porter, eux aussi, l’oriflamme de Saint-Denis, jusqu’ici réservé aux combattants nobles, ce drapeau rouge uni, qui – on l’oublie souvent, comme Lamartine en 1848 - fut le premier drapeau français.

 

Sur le plan politique, la victoire de Bouvines a considérablement renforcé la position du roi de France, à la fois contre les grands féodaux du royaume, toujours prêts à contester l’autorité royale, que contre les puissances extérieures qui voyaient d’un mauvais œil l’expansion du royaume de France et s’étaient alliés afin d’en partager les dépouilles.

 

C’est pourquoi, sur le plan historique, Bouvines s’est inscrit en repère de la construction de la France. Jusqu’à la Révolution, on citait cette victoire comme l’un des actes fondateurs du royaume. Les historiens républicains eux-mêmes ne la renièrent pas, Jules Michelet puis Ernest Lavisse mettant l’accent sur le commencement de la fin de la féodalité, qui passait désormais « au deuxième rang », et sur la modernité de Philippe II, dont ils auraient presque fait un précurseur de la république en abolissant les classes sociales.

 

 

Source et suite : Daniel de Montplaisir, "  Il y a huit cents ans, Philippe-Auguste remportait la victoire de Bouvines " http://www.vexilla-galliae.fr/civilisation/histoire/912-il-y-a-huit-cents-ans-philippe-auguste-remportait-la-victoire-de-bouvines

 

Philippe-Auguste-prend-l-oriflamme-a-Saint-Denis-le-24-jui.jpg

Philippe Auguste prend l'oriflamme à Saint-Denis, par Pierre Henri Revoil, 2e quart du 19e siècle, Musée national des châteaux de Versailles et Trianon.

 

 

. Le 800e anniversaire de la bataille de Bouvines embarrasse l'Oligarchie

. La conversion de Clovis, les fleurs de lys, l'origine de notre histoire

. "Francia" : les origines de la France

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Histoire
commenter cet article
25 juillet 2014 5 25 /07 /juillet /2014 09:25

 

 

 

Une nouvelle manifestation a été organisé à Paris mercredi 23 juillet contre l'offensive militaire d'Israël dans la bande de Gaza et les crimes de guerre (1) de Netanyahou ( destructions de maisons, civils tués dont des enfants dans la bande de Gaza). La mobilisation fut très forte avec 14000 à 25000 manifestants (selon sources) dans les rues de Paris.

 

Mercredi 23 juillet, le Conseil des droits de l'homme de l'ONU a lancé une enquête sur « toutes les violations » commises dans le cadre de l'offensive israélienne à Gaza, dont nous doutons de l'efficacité réelle... eu égard aux nombreuses condamnations de la communauté internationale jamais respectées par Israël. Le jour même, plus de 66 Palestiniens étaient tués selon les services de secours locaux, portant à plus de 714 le bilan total des victimes palestiniennes depuis le début du conflit le 8 juillet. Un dernier bilan au 24 juillet donne 800 palestiniens tués. (2) pour zéro mort israélien.

 

Mais pour Manuel Valls (dont le gouvernement a interdit des manifestations pro-Gaza), les élus qui défilent aux manifs font "une erreur" ! (3) Mercredi, à l'Assemblée nationale, il a ainsi rudement critiqué les élus qui avaient participé à la manifestation propalestinienne de Barbès, que se services a interdite. Pour Valls Quand même un élu ne doit pas participer à des manifestations qui peuvent se terminer par «des slogans et des actes antisémites». 

 

Manuel Valls Quand même commet-il une erreur ?  

 

Photo : L'image qu'il donne de la France à travers la planète ... IL NOUS FAIT HONTE !

La manif pro-palestinienne à Paris de mercredi 23 a été ponctuée par des slogans "Hollande démission". Des musulmanes voilées interrogées par Line Press ont déclaré avoir voté François Hollande mais qu'elles voteraient Le Pen la prochaine fois, en criant "vive Marine" !

Valls Quand même suit la politique définie par Hollande. Au deuxième jour de l'attaque israélienne Flamby avait déclaré le 10 juillet « toute ma solidarité à Israël face aux agressions de Gaza ! », et souligné que la « France condamne fermement les agressions » contre Israël. Francois Hollande « lui a exprimé la solidarité de la France face aux tirs de roquettes en provenance de Gaza. Il lui a rappelé que la France condamne fermement ces agressions », a écrit l’Elysée dans un communiqué. Il  précisa qu’ « il appartient au gouvernement israélien de prendre toutes les mesures pour protéger sa population face aux menaces ». (4)

Rappelons que les tirs de roquette ont fait zéro mort côté israélien... Dans ces conditions, la déclaration de François Hollande sur la nécessité pour Israël de «protéger sa population» est une pure provocation. La décision elle-même de Valls d'interdire des manifestations pro-palestinienne, alors que la réponse d'Israël aux tirs de roquettes de Gaza est totalement disproportionnée, est une erreur et une nouvelle faute politique grave commise par un PS moribond, déjà sali par les atteintes assumées à la liberté d'expression d'un artiste..., anéanti aux dernières élections municipales et européennes, et accroché à la défense d'un Etat d'Israël publiquement lâché par un Zbigniew Brzezinski... François Hollande va réellement finir par se retrouver seul en rase en campagne !

 

 

 

Enfin, des membres de Naturei Karta (association de juifs orthodoxes antisionistes, basée à New-York) étaient présents. Un des leurs, interrogé par le Cercle des Volontaires, a déclaré qu'il fallait "mettre fin au sionisme" :

 

"Nous sommes ici aujourd'hui pour montrer notre solidarité envers les enfants de Gaza, qui ont été tués, qui ont été assassinés par les sionistes, qui sont une honte et un poison pour le peuple juif.

Nous sommes venus pour manifester afin que les gouvernements européens prennent conscience que c'est une catastrophe, que le sionisme est une catastrophe, et que nous pouvons vivre ensemble en paix. La religion n'est pas le problème, nous avons toujours vécu ensemble en paix, et nous voulons dire à tout le monde que le sionisme est à court d'idées s'il pense que le seul moyen de se défendre, c'est d'assassiner, massacrer des innocents, alors il est à court d'idée, et nous voulons dire à tout le monde qu'il est temps de mettre fin au sionisme."

 

Notes

 

(1) http://www.lexpress.fr/actualite/monde/proche-moyen-orient/gaza-israel-accuse-de-possibles-crimes-de-guerre_1561342.html

(2) http://www.leparisien.fr/international/en-direct-israel-gaza-les-vols-americains-de-nouveaux-autorises-24-07-2014-4023951.php

(3) http://www.lefigaro.fr/politique/2014/07/24/01002-20140724ARTFIG00034-gaza-pour-valls-les-elus-qui-manifestent-font-une-erreur.php

(4) http://jssnews.com/2014/07/10/francois-hollande-toute-ma-solidarite-a-israel-face-aux-agressions-de-gaza/

 

 

. Les bombardements israéliens sur Gaza : un exemple type de guerre injuste condamnée par l'Eglise

. Qui a lancé les cris antisémites en marge de l'"attaque de la synagogue" rue de la Roquette à Paris le 13 juillet ?

. Des dizaines de milliers de Juifs protestent contre l'Etat d'Israël et une nouvelle loi militaire

Repost 0
24 juillet 2014 4 24 /07 /juillet /2014 13:10

L’ancien conseiller à la sécurité nationale des États-Unis Zbigniew Brzezinski, qui s’entretenait avec l’animateur et expert de CNN Farid Zakariya, estime qu’en s’attaquant à Gaza, « Netanyahu a commis une grave erreur » et qu'il « met en danger l’avenir à long terme d’Israël. »  

 

 


Interrogé sur l’offensive israélienne contre Gaza, Brzezinski a commenté les propos de Netanyahu selon lequel l’offensive militaire visait à désarmer la ville de Gaza.

« La stratégie de Netanyahu va-t-elle réussir ? » s’est-il interrogé, et de poursuivre : « Non, je crois que Netanyahu est en train de commettre une grave erreur. »

Selon Brzezinski,

« quand le Hamas a accepté l’idée de participer à un gouvernement d’union nationale, cela veut dire qu’il a accepté de parvenir à un compromis avec Israël. Il s’agit là d’une réelle option sur laquelle il faut insister. »

« Mais qu’a fait Netanyahu ? Il a lancé une campagne de diffamation contre le Hamas et l’a accusé d’être derrière le meurtre de trois jeunes colons et ce sans aucune preuve. Israël a tourné ce triple meurtre à son avantage pour justifier son offensive contre Gaza, une offensive bien mortelle. Ce qui ne fait qu’inciter les arabes », a-t-il lancé.

Et d’affirmer :

« Je crois que Netanyahu est en train d’isoler Israël. Il met en danger l’avenir à long terme d’Israël. Je crois que nous devons préciser que nous nous opposons complètement à cette action (l’attaque contre Gaza, ndlr) et que nous ne la soutenons pas. Et que cette opposition pourrait conduire les États-Unis et la communauté internationale à franchir des pas pour légitimer les idéaux palestiniens, peut-être via l’ONU. »

Source originale : Al Manar, 20 juillet 2014

via http://www.egaliteetreconciliation.fr/Quand-Brzezinski-met-en-garde-Netanyahu-26848.html

 

Note de Christ-Roi. 

 

Brzezinski semble ici mettre en garde Netanyahu, mais n'oublions qu'en Ukraine par exemple ce personnage a exhorté Obama à livrer des armes à l'Ukraine dont l'Anschluss était prévu de longue date dans son livre Le Grand échiquier (1997). Son discours de façade pour l'opinion ne doit tromper personne. Netanyahu sait qu'il a le soutien de Washington pour "nettoyer" la Palestine comme Porochenko a mandat pour nettoyer l'Ukraine de ses "terroristes"...  

 

Brzezinski intervient ici comme acteur d'une pièce de théâtre jouée d'avance pour faire croire à une certaine forme de pluralité d'opinion et de division quant à la politique américaine au Proche-Orient. Mais tout ceci n'est que du théâtre... Les oligarques créent le chaos, trompent l'opinion qu'ils manipulent, puis feignent de dénoncer leurs propres crimes. Enfin ils viennent en sauveurs de l'"Humanité" établir "la paix"... dans le monde... et leur "démocratie". Qui les croira ?

Repost 0
23 juillet 2014 3 23 /07 /juillet /2014 18:24

 

 

 

AUCUN agent pathogène n'a JAMAIS été prouvé coupable du SIDA.' La "séro-positivité" peut être causée par toutes sortes d'autres choses; malaria, lèpre, syphilis, transfusion, etc. Les seuls test qui sont fait pour diagnostiquer le VIH, ne sont absolument pas fiables et concluants. Le cocktail de "médicaments" est, par contre, très cher et très toxique, lui...

Étienne DE HARVEN est docteur en médecine et membre du Comité consultatif sur le SIDA du Président de la République Sud Africaine. Il a derrière lui une brillante carrière dans l'utilisation du Microscopie Electronique pour étudier les rétrovirus depuis les années 50.
Son travail, qui fut anatamo-pathologiste et microscopiste-électronicien, Cela l'a mené au Sloan Kettering Institute à New-York et à l'Université de Toronto.

 

Autre page à lire et à diffuser : http://www.sidasante.com/critique/malvir.htm

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Sciences
commenter cet article
23 juillet 2014 3 23 /07 /juillet /2014 12:43

armes_bourbon

Communiqué du Secrétariat Particulier de Monseigneur le duc d'Anjou

8e centenaire de la victoire de Bouvines

Le Prince Louis de Bourbon, duc d'Anjou, aîné des descendants du Roi Philippe Auguste, a été invité par Monsieur Alain Bernard, maire de Bouvines, aux cérémonies officielles de commémoration de la bataille de Bouvines, le dimanche 27 juillet 2014.

En présence des représentants de l'Etat et de la Région, le Prince assistera à 10 heures à la messe, célébrée par Monseigneur Ulrich, archevêque de Lille, en l'Église Saint Pierre de Bouvines, II se joindra ensuite à un moment de recueillement devant le monument commémoratif avant de participer à la réception prévue dans le parc du château

Monseigneur le duc d'Anjou se rendra au concert donné l'après-midi,

Les adhérents et sympathisants de l'Institut Duc d'Anjou sont invités à se joindre à cet événement.

 

Source: http://www.institutducdanjou.fr/fr/le-prince/280-communique-bouvines-le-27-juillet-2014.html

 

Merci à Dominique pour le lien

 

 

. Le 800e anniversaire de la bataille de Bouvines embarrasse l'Oligarchie

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Royalisme
commenter cet article
19 juillet 2014 6 19 /07 /juillet /2014 10:38

Argent-Roi.jpg

Argent-Roi

 

1789 : Une aristocratie en chasse une autre, naissance de la bourgeoisie d'affaires et de l'Argent-Roi, la ploutocratie

Trouvé sur PLOUTOCRATIE, un article très fouillé et sourcé qui reprend des thèmes que nous avions abordés en 2007 dans l'article " 1789 : Une aristocratie en chasse une autre, naissance de la bourgeoisie d'affaires et de l'Argent-Roi, la ploutocratie" assimile le néo-libéralisme au "fascisme réel".

Le néo-libéralisme porte mal son nom puisque à l'opposé du "libéralisme" (ou conséquence logique du libéralisme ?...), il devient un étatisme internationaliste dirigé par une élite apatride cupide et dangereuse pour les peuples du monde dont le dieu est Mammon-roi ou l'argent-roi...

L'internationalisme étant le coeur de la matrice communiste, les représentants du néo-libéralisme aujourd'hui sont les administrations en réalité trotskystes d'Obama et Bush via leur "Nouvel Ordre mondial". (Voir la 3e partie de la Conférence de John Laughland pour France-Russie Convergences).

Un exemple concret de développement fasciste à l'échelle mondiale est l'imposition de la théorie du genre à l'ONU à Pékin en 1995 et le Nouvel Ordre Mondial sexuel (Voir "Points de vue du docteur Yann Carrière sur la "théorie du genre", une "théorie fascisante") Le fascisme de droite du XXe siècle mort en 1945 avec la défaite d'Hitler s'est mué en fascisme de gauche trotskyste incarné par les élites oligarchiques nouvel ordre mondialiste. Deux facettes d'une même médaille matérialiste.

HeaderIcon

Source: http://www.dedefensa.org/article-le_fascisme_r_el_10_06_2014.html

Image: Logo du Conseil européen ( http://www.european-council.europa.eu/home-page.aspx?lang=fr )

 

Le fascisme réel


Le néolibéralisme est le fascisme réel. Il représente aujourd’hui le principal danger qui menace notre République, c’est-à-dire l’extrémisme le plus subtil et le plus incompris, donc le plus mésestimé dans sa capacité destructive. Ce nouveau fascisme se manifeste à travers une offensive généralisée contre les intérêts de la France et de nombreux autres pays, notamment européens. Il ne s’agit pas d’un vaste complot, mais d’un mode autoritaire de gouvernance qui se globalise dangereusement depuis la « Révolution Reagan » des années 80 et la dérégulation financière correspondante. Ainsi, l’influence et la richesse de ce que l’ancien diplomate et universitaire Peter Dale Scott a appelé le « supramonde » se sont démesurément amplifiées. (1)

Cette offensive néolibérale – multiforme et incessante – sert avant tout les intérêts de la politique étrangère des États-Unis et de leurs multinationales. Mais elle est également profitable à une nouvelle aristocratie apatride (2) : une hyperclasse informelle qui « n’a pas de visage », (3) qui dirige les Marchés et qui domine les cercles médiatiques, économiques et politiques français. (4) Cette hyperclasse ne constitue pas une structure hiérarchisée agissant de manière coordonnée, mais une classe sociale hautement privilégiée qui utilise son influence excessive pour s’enrichir au détriment de l’économie réelle. Manifestement, la plupart des Français de cette hyperclasse sont animés par un état d’esprit pathologiquement cupide (5) et déloyal envers notre pays. (6) En effet, à l’image de nos principaux dirigeants politiques, leurs allégeances profondes sont essentiellement atlantistes, (7) sionistes (8) et hydrocarbomonarchistes. (9) Au regard de la désindustrialisation accélérée de la France, (10) du consensus politique derrière la privatisation de son économie (11) et de l’exode fiscal d’un nombre croissant d’entreprises du CAC 40, (12) cette mentalité est commune à la plupart de nos élites qui – comme l’a dénoncé la députée de l’Aisne et ancienne directrice de l’ENA Marie-Françoise Bechtel –, partagent une « détestation (…) envers la nation [française] ». (13)

Imposé par des élites hostiles à leur patrie, le néolibéralisme prend la forme concrète d’une véritable guerre économique, financière, idéologique, psychologique et sécuritaire – une attaque si déstabilisante que dorénavant, la menace de troubles sociaux à caractère insurrectionnel n’est pas exclue par l’État français. (14) Appuyée par les grandes écoles et les médias de masse, cette offensive néolibérale est à la fois brutale et invisible, car elle est soutenue quotidiennement par le conformisme de la presse écrite et audiovisuelle. (15) C’est pourquoi elle est difficilement perceptible, en tant que menace réelle et immédiate, par la majorité de nos concitoyens. (16) Hélas, elle amoindrit lentement – mais efficacement – les structures de l’État providence héritées du Conseil National de la Résistance (CNR). (17) Non conventionnelle et intensive, cette guerre asymétrique a comme finalité d’enrichir les riches et d’appauvrir les pauvres au mépris de la souveraineté étatique, pérennisant ainsi une nouvelle guerre des classes menée verticalement – du fort au faible – à l’échelle globale. Les travaux de Thomas Piketty, qui deviennent un paradigme majeur en matière d’analyse économique, tendent à le démontrer de façon indiscutable. (18) Cette guerre des classes d’un nouveau genre – encouragée par la globalisation financière et la révolution informatique dans les échanges boursiers –, a d’ailleurs été admise par l’un de ses principaux belligérants, le multimilliardaire états-unien Warren Buffet. (19) Bien que cet « aveu » soit ironique, il illustre néanmoins une réalité concrète.

Plus tragiquement, le néolibéralisme prédateur engendre des guerres durablement brutales et destructrices, qui favorisent avant tout des intérêts privés (et pas seulement énergétiques). (20) Ces interventions militaires sont justifiées par un usage abusif et trompeur des notions humanistes que sont les droits universels ou la démocratie, comme en Irak ou en Libye. Depuis le 11-Septembre, elles sont également légitimées par la guerre globale « contre » le terrorisme, comme en Afghanistan ou à Gaza. En réalité, les forces néolibérales s’appuient fréquemment sur des jihadistes (Bosnie (21), Kosovo (22), Libye (23), Syrie (24)…) ou sur des extrémistes de l’ultradroite (Amérique latine (25), Ukraine (26)…) pour « normaliser » des nations récalcitrantes, tout en invoquant les vertus de la démocratie à la moindre occasion médiatique.

Plus important encore, le néolibéralisme se fonde sur la conviction que les crises, les guerres et les désastres sont le moyen le plus efficace pour imposer aux peuples des mesures économiques qui seraient inacceptables en temps normal – comme l’a démontré l’économiste Naomi Klein. (27) Essentiellement, le néolibéralisme engendre une ploutocratisation du monde, puisqu’il contraint le pouvoir politique à privatiser les gains et à nationaliser les pertes – bien que ses apologistes défendent la notion cosmogonique d’une « Main invisible » qui régulerait les Marchés. En réalité, le néolibéralisme ne relève pas du libéralisme économique, mais d’un socialisme des nantis. En effet, une surabondance de trillions – attribués autoritairement aux contribuables lambda – a été transférée au secteur bancaire global par les gouvernants néolibéraux durant la crise des subprimes, dans le but d’éviter l’effondrement d’un système financier intrinsèquement criminogène (comme l’a expliqué le commissaire Jean-François Gayraud dans son dernier ouvrage). (28). Il en résulte une crise mondiale de l’endettement, qui légitime une nouvelle migration massive de fonds publics vers le secteur privé à travers ce qui est communément appelé l’« austérité ». (29) La guerre « contre » le terrorisme a également engendré un transfert colossal de ressources publiques vers des entreprises privées, le coût de ces interventions armées meurtrières – mais stratégiquement désastreuses – ayant contribué à la déstabilisation économique et financière globale. (30) Le néolibéralisme se nourrit donc de ces catastrophes humaines, et le caractère crisique du Système-monde globalisé promet d’heureux lendemains à l’hyperclasse tirant profit de ces désastres…

La stratégie de la tension médiatique et la guerre néolibérale

Le néolibéralisme est donc le fascisme réel. Celui qui est désigné comme tel par les médias français est instrumentalisé par l’hyperclasse à des fins de neutralisation démocratique. En effet, la médiatisation massive du Front National engendre un basculement du débat public vers les thèmes autoritaristes de la droite extrême. En retour, ce phénomène permet à l’hyperclasse d’imposer via des ministres de l’Intérieur fantoches (31) des politiques sécuritaires consolidant l’ordre établi au nom de la lutte contre l’insécurité, l’immigration, le terrorisme, la haine raciale (etc.). (32) Si le fascisme désigné avait été réellement dangereux pour le système néolibéral, le FN aurait été nettement moins médiatisé. Au contraire, ce parti – qui avait été propulsé sur le devant de la scène politique grâce à François Mitterrand dans les années 80 (33) –, bénéficie d’un accès de plus en plus privilégié aux médias. (34) Il en résulte une telle dégradation du débat public que le citoyen est sensibilisé de force à une vision décliniste de son avenir. Par conséquent, il a peur au lieu de tenter de comprendre qui est son ennemi réel, et ainsi de le combattre. Peur de l’autre, peur du lendemain, peur de l’étranger, peur du chômage, peur de l’appauvrissement, peur de la Crise… « Paradoxalement », l’hyperclasse qui domine les Marchés n’a jamais été aussi fortunée dans l’Histoire du monde. (35) Ainsi, autant dire que le fascisme néolibéral est efficace, subtil et abondamment financé, en plus d’être massivement médiatisé et stratégiquement enseigné (HEC, IEP, ENA, etc.). Il en est donc incroyablement dangereux et, à défaut d’être perçu comme un ennemi concret, il a été imposé « par voie parlementaire » à la tête de l’Union européenne – malgré les refus référendaires des peuples français, irlandais et néerlandais.

Puisque le néolibéralisme se légitime à travers l’arme de médiatisation massive, cette guerre est psychologique avant même d’être économique. Elle fait rage dans nos esprits car les médias nous imposent une stratégie de la tension permanente, qui délégitime le pouvoir politique et détruit les notions protectrices et structurantes de souveraineté et de patriotisme en les assimilant abusivement à l’« extrême droite » et au « nationalisme ». Parallèlement, la souveraineté – essentiellement économique, commerciale et industrielle –, est proscrite par les traités européens. (36) Pourtant, nos « partenaires » à Washington et à Wall Street – capitales mondiales du néolibéralisme – n’ont aucun scrupule à contourner les règles internationales lorsque leurs intérêts le justifient. (37) Ainsi, dans cette guerre globale pourtant dénoncée par François Mitterrand peu avant sa mort, (38) le gouvernement français semble totalement acquis au néolibéralisme et à l’atlantisme correspondant. Par conséquent, – bien qu’elle ait ensuite évoqué des « conséquences négatives » dans les négociations du TAFTA –, notre direction politique s’est d’abord murée dans un silence assourdissant après que le Wall Street Journal ait révélé l’intention de Washington de condamner la BNP Paribas à une amende record de 10 milliards de dollars. (39) Comme l’a rappelé le journal Le Monde,

« [e]n droit international, les pays ne sont en général pas autorisés à exercer des compétences extraterritoriales comme les États-Unis le font en sanctionnant les banques étrangères. Mais un principe juridique supplante tous les autres : celui de la protection de la souveraineté étatique. Un principe résumé avec emphase par le [ministre de la Justice] des États-Unis, Eric Holder (…) : “Aucun individu, aucune entité qui fait du mal à notre économie n’est au-dessus de la loi” ». (40)

« One Nation Under God » : cette « souveraineté étatique » est en réalité de droit divin, d’où l’exceptionnalisme états-unien qui justifie cet hégémonisme global – y compris s’il implique les ingérences économiques permanentes et massives de Washington (alors que les États-Unis sont renommés pour leur attachement au libéralisme de marché…). Ainsi, le constat est cruel, mais il est sans appel : le néolibéralisme exige que la souveraineté soit légalement proscrite aux vassaux étrangers, notamment européens ; mais l’extraterritorialité du « droit naturel » du Souverain est imposée illégalement à travers de discrètes ententes technocratiques, voire des menaces publiques (41) ou officieuses. (42) Au sein de l’Union européenne, ce nouvel ordre extra-juridique se met en place subrepticement, sans que les peuples concernés ne soient consultés – comme l’a expliqué le sociologue Jean-Claude Paye. (43)

Dans ce contexte, comment nos responsables politiques peuvent-ils ignorer cette guerre néolibérale menée contre la France et l’Europe, en particulier à l’aune de l’affaire Snowden et de la volonté de Washington d’« enculer l’UE » à travers la crise ukrainienne ? (44) Pourtant, malgré cette hostilité manifeste de nos « alliés », le cadre institutionnel de l’Union européenne reste majoritairement atlantiste, donc acquis au néolibéralisme et à son bras armé qu’est l’OTAN. La guerre est silencieuse et feutrée depuis le bâtiment Berlaymont, sachant que la plupart des hauts responsables y siégeant font preuve d’une loyauté absolue envers les États-Unis et leurs intérêts (accords SWIFT, TAFTA, etc.). (45) Cette guerre n’en est pas moins intensive, brutale et démocracide – ce que perçoivent majoritairement les électeurs français, sans parfois même en avoir conscience.

L’abstention majoritaire : la délégitimation populaire du néolibéralisme

Ainsi, lors du dernier scrutin européen, cette stratégie de la tension médiatique eu comme effet le plus visible de placer le Front National en tête de ces élections – une dégradation encore plus profonde du débat public étant donc inévitable. En effet, depuis le 21-Avril, les dirigeants des deux principales formations politiques droitisent sans complexe leur discours et leur action sur les questions sécuritaires – conformément aux programmes électoraux du FN. En revanche, lorsqu’il est question d’économie, ils disqualifient toute idée de « souveraineté » ou de « patriotisme » en les assimilant au « populisme » ou au « nationalisme » – malgré les efforts récents du young leader Arnaud Montebourg pour se réapproprier ces concepts, mais sans qu’il ne puisse appliquer les politiques de nationalisation correspondantes (puisqu’elles seraient contraires aux règles imposées par la Commission européenne). (46) Ainsi, dans les médias français, la victoire électorale du FN engendre un déferlement de mises en garde moralisatrices envers les abstentionnistes, alors que la France est profondément déstabilisée par une offensive néolibérale imposée depuis Washington, Wall Street et Bruxelles.

Dans ce contexte difficile, l’abstention d’une majorité d’électeurs français insensibles au piège frontiste est l’événement le plus déterminant de ces élections européennes – près de 56 % des inscrits ne s’étant pas déplacés dans l’isoloir. De manière informelle, ils constituent donc le plus grand parti de France, auquel j’ai récemment adhéré pour une raison simple : participer à la délégitimation d’un système oligarchique républicide et fondamentalement hostile à l’idéal démocratique moderne (donc à l’héritage des résistants du CNR évoqué précédemment). Le vote blanc n’étant pas comptabilisé à l’issue des scrutins français, j’estime ne pas avoir eu d’autre choix pour démontrer mon profond mécontentement.

Irresponsabilité civique ? Laissez-faire « coupable » en faveur du Front National ? Bien au contraire ! Lors des dernières élections, le FN a réalisé un score majoritaire avant tout car les médias de masse ont continuellement promu ce parti en lui accordant une diffusion injustifiée et déstabilisante. Essentiellement, la diabolisation massive du FN par des cercles politico-médiatiques à la crédibilité déclinante a engendré sa victimisation électoralement profitable. Anticipé par les instituts de sondages, ce phénomène était prévisible au vu de la guerre néolibérale ici décrite, qui affaiblit notre pays et détruit notre tissu socioéconomique. Néanmoins, si l’on tient compte de l’abstention massive, ce succès électoral du FN représente avant tout une victoire symbolique, qui n’est pas représentative de l’opinion majoritaire des Français. Ainsi, elle ne doit pas masquer l’essentiel : en France, près de 56 % des citoyens ont choisi de boycotter les élections européennes plutôt que de cautionner par leur vote un système oligotechnocratique qu’ils considèrent comme illégitime.

Parallèlement, une succession ininterrompue de scandales a discrédité durablement le pouvoir politique français. L’impuissance communicationnelle de François Hollande au lendemain des élections européennes, ainsi que la déchéance fulgurante de Jean-François Copé et de son « organisation », en sont des illustrations évidentes et cruelles. Affaiblie et aveuglée par ses tropismes néolibéraux et atlantistes, la « classe politique » française en est donc réduite à dilapider les ressources et le patrimoine de son peuple au profit des Marchés, de leurs structures clés (OMC, NYSE Euronext, MES, CIRDI, BCE, etc.) et des pays œuvrant le plus agressivement pour imposer le néolibéralisme à travers le monde. Je fais ici référence aux États-Unis, à Israël, ainsi qu’aux hydrocarbomonarchies du golfe Persique. En France, ces forces profondes sont dangereusement et anormalement influentes. Or, peu d’observateurs semblent remarquer qu’elles sont massivement défendues par un système médiatique pourtant plus que jamais actif dans la déstabilisation du pouvoir politique français. (47) En effet, toute critique des États-Unis dans les médias engendre des accusations quasi-systématiques (mais faiblement argumentées) d’« antiaméricanisme primaire ». (48) La moindre critique d’Israël, d’ailleurs avant même que quiconque n’ose s’aventurer sur ce terrain périlleux, est neutralisée par l’accusation révoltante d’« antisémitisme ». (49) Enfin, la critique des hydrocarbomonarchies du Golfe est tolérée, dans un contexte de diabolisation permanente de ce que la plupart des médias décrivent caricaturalement comme étant l’Islam – un processus auquel contribue activement le FN depuis des décennies. Néanmoins, ces critiques semblent plutôt rares et bien souvent indulgentes, au vu du caractère dictatorial de ces régimes et de la dangerosité de leurs politiques de soutien des réseaux jihadistes à l’étranger – dont la secte Boko Haram (50) ou la nébuleuse al-Qaïda. (51)

Ainsi, bien qu’étant profondément hostile envers les obsessions xénophobes – et parfois ouvertement racistes (52) – du Front National, ma définition du fascisme diffère de celle que l’ensemble des médias français nous désigne. En effet, ce parti est devenu « malgré lui » l’un des principaux instruments d’une neutralisation oligarchique de la démocratie, qui permet de renforcer le caractère sécuritaire et policier de l’État, tout en marginalisant les notions de « souveraineté » et de « patriotisme ». Il en résulte l’omnipuissance d’un néolibéralisme pourtant majoritairement refusé par les peuples européens. En effet, au moment où j’écris ces lignes, le « social-démocrate » luxembourgeois Jean-Claude Juncker – qui a dirigé pendant 18 ans le paradis fiscal où siègent Clearstream et Euroclear – est le candidat favori à la présidence de la Commission européenne. L’Europe néolibérale ayant été rejetée par voie référendaire, il serait temps que nos responsables politiques prennent conscience que ce déni permanent de démocratie ne peut avoir d’issue heureuse, stable et prospère.

Néanmoins, il semble que le peuple français – à travers une abstention massive plus qu’un recours au vote « protestataire » –, s’est positionné à l’avant-garde de cette nécessaire remise en cause des fondements néolibéraux, déloyaux et atlantistes de l’Union européenne. En ayant boycotté aussi largement ce scrutin européen, les électeurs français ont une nouvelle fois contribué à délégitimer un système néolibéral plus antidémocratique que jamais. D’une certaine manière, sachant que le vote blanc n’est pas comptabilisé, j’ai la conviction d’avoir participé par mon abstention à une forme de révolte pacifiste contre le nouveau fascisme – c’est-à-dire l’imposition autoritaire d’un fondamentalisme néolibéral contraire aux intérêts et à la volonté du peuple européen.

Ainsi, malgré un contexte délétère, nous avons des raisons de nous réjouir, car les citoyens français ont – massivement et majoritairement – choisi de refuser à travers leur abstention la légitimation électorale du fascisme réel. « Le changement, c’est maintenant » !

Maxime Chaix

 

(Je remercie le pianiste Ahmad Jamal pour sa musique, qui m’a été d’une aide précieuse dans l’écriture de cet article. maxime-chaix@hotmail.fr)

 

Notes

1. Le supramonde; voir Jean-François Gayraud, « L’alarmante impuissance contre le blanchiment », Agefi.com, 18 février 2014 : « Des lois de dérégulation ont mis en place une nouvelle architecture du monde autour des triptyques “déréglementation, décloisonnement, désintermédiation” ou encore “privatisations, rigueur budgétaire, libre-échange”. (…) Et il faut casser le mythe d’une dynamique naturelle et inéluctable de la mondialisation qui se serait imposée aux politiciens. La mondialisation a été initiée par les classes supérieures des pays riches du Nord et du Sud ; et ce sont elles qui en ont le plus profité.

La conséquence de ce mouvement historique est connue : la mondialisation a libéré les capitaux de leurs contraintes territoriales, enrichissant des classes supérieures formant une nouvelle upperclass mondialisée, des “élites mondialisées” (Jean-Pierre Chevènement), une superclasse (David Ruthkopf), un “supramonde” (Peter Dale Scott). » (lien).

2. Paul Jorion, préface du livre de Jean-François Gayraud, Le nouveau capitalisme criminel (Éditions Odile Jacob, Paris, 2014) : « La démocratie existe-t-elle encore et s’il semble que oui, cette apparence n’est-elle pas trompeuse : n’est-elle pas seulement le fruit d’un décor habilement peint en trompe-l’œil ? Répond très crûment à cette question, un article fameux d’une équipe de l’Institut polytechnique de Zurich composée de Stefania Vitali, James B. Glattfelder, et Stefano Battiston, article publié en 2011, consacré au réseau de contrôle des firmes mondiales, sur lequel mon blog fut le premier à attirer l’attention dans le monde francophone (…). Il est mis en évidence dans cet article qu’un petit groupe de 147 firmes contrôle 40 % de la finance et de l’économie mondiales ; le nombre monte à 737 si l’on veut atteindre les 80 %. » (Consultable ici). À ce sujet, voir également « Le corporate power, ou le totalitarisme entropique », 24 octobre 2011.)

3. « Hollande et l’adversaire qui “n’a pas de visage” », Nouvelobs.com, 23 janvier 2012.

4. Le club « Le Siècle » est une illustration flagrante des réseaux d’influence de l’hyperclasse ici décrite, et de l’institutionnalisation discrète de lieux d’échanges hautement sélectifs au sein desquels se forment des consensus élitistes. Voir par exemple Nolwenn le Blevennec, « La bande à Pierre Carles allume les journalistes du club Le Siècle », Rue89.nouvelobs.com, 16 novembre 2010 : « Selon Michel Fiszbin, Le Siècle est un “club occulte où les puissants se cooptent”. Le producteur regrette que les journalistes entrent dans des relations “amicales” avec des patrons du CAC40 ou des hommes politiques. Selon lui, cela ne peut qu’influencer leur jugement et biaiser leur travail. ».

5. Jorion, ibid. : « La prétention séculaire de la finance à l’extraterritorialité de son domaine par rapport à la morale semble avoir triomphé. La “rationalité” supposée de l’homo oeconomicus transcende les catégories éthiques. Souvenons-nous tout de même qu’il ne s’agit nullement de rationalité au sens où on l’entend généralement mais, comme l’écrit très bien Gayraud, d’un simple “comportement carnassier”. ».

6. Entretien croisé avec la députée de l’Aisne et ancienne directrice de l’ENA Marie-Françoise Bechtel et l’éditorialiste Nicolas Baverez, L’Expansion, décembre 2013/janvier 2014. Selon Madame Bechtel, « [l]a spécificité française tient surtout à la détestation des élites envers la nation. C’est un trait fédérateur très troublant alors que, au Royaume-Uni et au États-Unis, la crème du pays a le patriotisme chevillé au corps. Il faut se rappeler la tirade de Jean-Marie Messier, au début des années 2000, quand il qualifie les Etats-Unis de “vraie patrie des hommes d’affaires” avant de s’y installer. Il reconnaissait une autre nation que la sienne pour en faire un modèle universel. Toutes les élites ne l’expriment pas ainsi, mais beaucoup n’en pensent pas moins. Dans les années 90, elles se sont coulées dans le modèle anglo-saxon dominant, certaines de pouvoir tirer leur épingle du jeu de la mondialisation. Elles ne croient pas en la France. » (Accentuation ajoutée).

7. Benjamin Dormann, « Washington sur Seine ? Ces ministres de François Hollande qui ont été formés par les Américains », Atlantico.fr, 22 mai 2012 ; Jean Paul Baquiast, « La France et l’atlantisme », Europesolidaire.eu, 25 mai 2012 : « Les divers contacts pris ou en préparation entre les responsables français et leurs homologues européens montrent que la France, sous François Hollande, ne remettra que marginalement en cause l’atlantisme, défini comme une allégeance de fait et de droit à l’Empire américain. » ; tribune libre de Jean-Philippe Immarigeon, « Rendez-moi Montaigne et Guy Mollet ! », Theatrum-belli.org : « On commence à connaître [la French American Foundation,] cette officine créée en 1976, et je conseille la lecture de son site tant ses objectifs y sont clairement exposés : faire de l’entrisme dans les institutions françaises, et convaincre nos prétendues élites de l’intérêt de servir les intérêts américains. (…) Mais le summum se lit dans la liste des lauréats 2013 publiée le 25 juin dernier. Y apparaît le capitaine de frégate Philippe Naudet, commandant du Sous-marin Nucléaire d’Attaque Améthyste (S-605). Ce qui veut dire que la Royale dépêche auprès des Américains un futur pacha de Sous-marin Nucléaire Lanceur d’Engins – puisque le cursus se fait généralement ainsi dans cette arme (…). Mais le plus drôle – à ce stade il ne reste rien d’autre à faire que de rire – c’est que dans le contingent américain des Young Leaders de la promotion 2013, notre futur détenteur de secrets nucléaires côtoiera Madame Anne Neuberger, conseillère spéciale du patron de la NSA. »

8. Pour mieux saisir les liens de l’hyperclasse ici décrite avec le sionisme et le monde politique français, le lecteur pourra notamment consulter le site du journaliste indépendant Hicham Hamza : www.panamza.com. Ce sujet est particulièrement épineux en France, pays dont l’actuel Premier Ministre avait publiquement affirmé – avant de prendre des fonctions gouvernementales – être « éternellement » lié à l’État d’Israël. Du fait de la difficulté de traiter de l’influence israélienne en France, ce site est donc particulièrement utile, informatif et subversif. À noter que Panamza.com a été cité par d’éminentes personnalités, telles que Pascal Boniface, Marwan Muhammad ou Denis Robert.

9. Selon des sources bien informées, le Qatar a joué un rôle central dans les coulisses de la guerre en Libye, ayant apparemment exercé une influence majeure sur le pouvoir français afin de déclencher une intervention armée. À ce sujet, voir notamment « Gaz et pétrole : Guerres secrètes », un documentaire de Spécial Investigation (Canal +) réalisé par Patrick-Charles Messance (consultable à ce lien) ; Christophe Ayad, « La France, meilleure alliée de l’Arabie saoudite, au Liban comme en Syrie », Lemonde.fr, 28 décembre 2013 ; Eric Leser, « Comment le Qatar a acheté la France (et s’est payé sa classe politique) », Slate.fr, 6 juin 2011 (etc.).

10. Pour comprendre les fondements de la désindustrialisation de France, je recommande vivement cette analyse de Sylvain Fontan, « Réflexion sur la désindustrialisation de la France », Leconomiste.eu, 3 décembre 2013 : « La disparition d’une stratégie industrielle en France date des années 70. En effet, au-delà des raisons purement économiques, il y a également des éléments historiques et géoéconomiques qui expliquent la désindustrialisation française :

• Le milieu des années 1970 marque la fin des politiques visant à installer un système pouvant stimuler l’industrie. À cette époque, le commissariat général du plan arrête son soutien à l’industrie électronique, et donc également les autres secteurs d’activité gravitant autour. La disparition de cette vision stratégique provient, d’une part, de l’amoindrissement de la pensée gaulliste qui cherchait notamment à mener une politique industrielle et à la pérenniser et, d’autre part, de la perte d’appétence de la part de firmes multinationales par ce type [d’]approche.

• Parallèlement, ce phénomène est lié à la situation géoéconomique des États-Unis. En effet, à cette époque, les États-Unis sortent de la guerre du Vietnam et voient réapparaître l’Europe et l’Asie sur l’échiquier économique mondial. Après une phase de reconstruction, ces deux zones apparaissent comme des acteurs économiques importants. Or, les États-Unis étaient en pleine guerre froide contre l’Union Soviétique. Dès lors, la montée en puissance de deux nouveaux compétiteurs n’était pas forcément dans l’intérêt direct des États-Unis. Ainsi, ce pays a poussé à l’introduction dans la culture de ces pays (et donc de la France) la perte d’intérêt pour les questions liées aux intérêts nationaux de long terme.

Au final, la France est entrée dans une phase de guerre économique sans se doter des outils d’intelligence économique adéquats pour y faire face. »

11. Le gouvernement Jospin (1997-2002) est celui qui a mené le plus de privatisations. Voir par exemple « Le gouvernement Jospin est celui qui a le plus privatisé », blog Les Décodeurs, Lemonde.fr, 16 novembre 2011.

12. Valérie Segond, « Ces entreprises sans drapeau », Lemonde.fr, , 28 avril 2014.

13. Entretien croisé avec la députée de l’Aisne et ancienne directrice de l’ENA Marie-Françoise Bechtel et l’éditorialiste Nicolas Baverez, L’Expansion, décembre 2013/janvier 2014. Selon Madame Bechtel, « [l]a spécificité française tient surtout à la détestation des élites envers la nation. C’est un trait fédérateur très troublant alors que, au Royaume-Uni et au États-Unis, la crème du pays a le patriotisme chevillé au corps.(…) Dans les années 90, elles se sont coulées dans le modèle anglo-saxon dominant, certaines de pouvoir tirer leur épingle du jeu de la mondialisation. Elles ne croient pas en la France. ». Voir également l’interview de Marie-Françoise Bechtel par François Rothé, Marianne.net, janvier 2014.

14. Jean-Marc Leclerc, « Fronde sociale et fiscale : les préfets sonnent l’alarme », Lefigaro.fr, 13 novembre 2013.

15. À ce sujet, voir le documentaire de Gilles Balbastre et de Yannick Kergoat, intitulé Les Nouveaux Chiens de garde et sorti en 2012. Il peut être visionné en intégralité ici : <lien=http: http://www.youtube.com=""; watch?v="0FW4Ealqx2Q"> http://www.youtube.com/watch?v=0FW4Ealqx2http://www.youtube.com/watch?v=0FW4Ealqx2Q.

16. Pierre Bourdieu, « L’essence du néolibéralisme », Le Monde Diplomatique, mars 1998 : « Le passage au “libéralisme” s’accomplit de manière insensible, donc imperceptible, comme la dérive des continents, cachant ainsi aux regards ses effets, les plus terribles à long terme. Effets qui se trouvent aussi dissimulés, paradoxalement, par les résistances qu’il suscite, dès maintenant, de la part de ceux qui défendent l’ordre ancien en puisant dans les ressources qu’il recelait, dans les solidarités anciennes, dans les réserves de capital social qui protègent toute une partie de l’ordre social présent de la chute dans l’anomie. »

17. Serge Wolikoff, « L’esprit de la Résistance toujours d’actualité », Le Monde Diplomatique, mars 2004 (accentuation ajoutée) : « Tout comme les systèmes de retraites et les dépenses de santé, l’organisation du travail ne pourrait donner lieu, nous dit-on, qu’à une seule “réforme” possible. Ce discours est actuellement dominant dans l’Europe occidentale du début du XXIe siècle, après plus de cinquante ans de paix et de croissance. Pourtant, dans la France dévastée de l’après-guerre, on a fait d’autres choix en appliquant le programme du Conseil national de la Résistance (CNR) élaboré dans la clandestinité et adopté le 15 mars 1944. Le progrès vers plus de justice sociale ne vaudrait donc qu’en temps de pénurie, tandis que l’abondance de la production justifierait l’extension de l’inégalité à tous les domaines de la société ! »

18. James Bradford DeLong, « Thomas Piketty s’attire les foudres de la droite américaine » Leschos.fr, 2 mai 2014 : « Le livre de Thomas Piketty “Le capital au XXIe siècle” s’est répandu rapidement à travers les États-Unis. Au lieu de produire une critique fondée du livre, beaucoup de critiques conservateurs ont lancé des attaques puériles ad nominem contre son auteur. »

19. Vincent de Gaulejac, « Warren Buffett a-t-il raison quand il affirme que la lutte des classes existe et que ce sont les riches qui sont en train de la gagner ? », Atlantico.fr, 31 décembre 2012 : « Le milliardaire américain Warren Buffett a déclaré il y a quelques années, non sans humour, qu’il existait “bel et bien une guerre des classes mais c’est ma classe, la classe des riches qui fait la guerre et c’est nous qui gagnons”. »

20. Voir Peter Dale Scott, La Machine de guerre américaine (Éditions Demi-Lune, Plogastel-Saint-Germain, 2012), pp.259-75. Voir spécifiquement p.262 : « Ce genre de commentaires agressifs n’est pas spécifique à [Zbigniew] Brzezinski. Son appel à une domination unilatérale fait écho à la publication en 1992 du DPG (Defense Planning Guidance) préparé pour le secrétaire à la Défense Dick Cheney par les néoconservateurs Paul Wolfowitz et Lewis “Scooter” Libby: “Nous devons maintenir les mécanismes permettant de dissuader tout concurrent potentiel ne serait-ce que d’aspirer à un rôle régional ou global plus important.” Ceci est repris aussi bien par l’étude du Projet pour le Nouveau Siècle Américain (PNAC) en 2000, Reconstruire les Défenses de l’Amérique (Rebuilding America’s Defenses), que dans la Stratégie de Sécurité Nationale du tandem Bush-Cheney de septembre 2002 (…). Enfin, il est résumé dans le document stratégique mégalomane du Comité d’États-majors interarmées des États-Unis (JCS) intitulé Joint Vision 2020 : “La domination totale et globale signifie la capacité pour les forces des États-Unis, opérant seules ou avec des alliés, de vaincre n’importe quel adversaire, et de contrôler n’importe quelle situation entrant dans la gamme des opérations militaires.” Une rhétorique (…) vitale, pour ces entreprises qui se sont habituées à engranger les bénéfices de la guerre froide, et qui ont dû faire face aux importantes réductions dans les budgets de la Défense et du renseignement suite à la chute de l’Union soviétique. Ces entreprises sont rejointes par d’autres groupes (…) qui ont également intérêt à préserver l’idéologie de la domination à Washington. Parmi eux se trouvent les nouveaux pourvoyeurs de services militaires privatisés – ou ce que l’on peut appeler la violence entrepreneuriale – créés en réponse à ces coupes dans les budgets de la Défense. »

21. Jürgen Elsässer, Comment le Djihad est arrivé en Europe, préfacé par Jean-Pierre Chevènement (Éditions Xenia, 2006, Vevey). Livre commenté par Annet Sauty de Chalon, « Comment le Djihad est arrivé en Europe / Vers l’Orient compliqué », Lefigaro.fr, 3 novembre 2006 (accentuation ajoutée) : « Une enquête (…) signée Jürgen Elsässer. Depuis dix ans, ce journaliste allemand épie l’activisme islamiste en Bosnie. Dans les années 90, de concert avec l’Iran (!) et au mépris de l’embargo, Washington y a fabriqué un “dortoir pour terroristes”. Jusqu’à Ground Zero et au métro londonien, Elsässer suit pas à pas ces “brigades internationales de la terreur”, dont Ben Laden n’apparaît pas du tout comme le chef d’orchestre. Les États-Unis, estime l’auteur, étaient si bien informés qu’ils pouvaient très bien empêcher la tragédie de Manhattan. Sans oléoducs, pas de djihad, résume Elsässer. Quitte à étourdir le néophyte, la profusion et la précision des faits donnent une cadence et un crédit à cette thèse préfacée par Jean-Pierre Chevènement. »

22. Peter Dale Scott, « La Bosnie, le Kosovo et à présent la Libye : les coûts humains de la collusion perpétuelle entre Washington et les terroristes », Mondialisation.ca, 17 octobre 2011.

23. Ibidem.

24. À l’image de l’Arabie saoudite, cette hydrocarbomonarchie ultralibérale qu’est devenue le Qatar a soutenu massivement les jihadistes en Syrie (« Syrie : le Qatar aurait dépensé 3 milliards de dollars pour armer les rebelles », Latribune.fr, 17 mai 2013. Cependant, bien qu’il est de notoriété publique que la CIA et d’autres services alliés (dont le GID saoudien) arment des rebelles décrits comme « modérés », il n’existe pas de sources officielles ayant révélé un soutien direct des services spéciaux occidentaux en faveur des groupes armés jihadistes en Syrie. Néanmoins, comme l’a récemment déclaré sur Arte le député et ancien juge anti-terroriste Alain Marsaud, il est possible que les services spéciaux français soient impliqués dans le soutien de réseaux jihadistes combattant le gouvernement el-Assad : « Ça veut dire qu’aujourd’hui, nous avons choisi notre camp : le camp anti-Assad. (…) Et (…) il est vraisemblable que nous ne sommes pas très très loin de rencontrer des gens d’al-Nosra – j’espère au moins qu’on les a infiltrés ! J’en suis même sûr d’ailleurs, au demeurant. Donc ça veut dire que finalement nous sommes des alliés [des jihadistes] sur le terrain, nous poursuivons le même but. » (http://www.youtube.com/watch?v=UuGij0TvQsY#t=43). Alain Marsaud a même affirmé sur RTL sa « conviction » que les services spéciaux français avaient soutenu des réseaux jihadistes en Syrie, et que celle-ci était « partagée par beaucoup de gens [,] raison pour laquelle [il avait] demandé (…) la constitution d’une mission d’information, d’une commission d’enquête parlementaire afin de vérifier les conditions dans lesquelles tout ça se passe (…) ». Frédéric Rivière, « Alain Marsaud, député, président du groupe de travail sur la Syrie », Rtl.fr, 24 avril 2014,.

25. Naomi Klein, La stratégie du choc : la montée d’un capitalisme du désastre (Éditions Leméac / Actes Sud), pp.97-159.

26. « Ukraine : les nationalistes de Svoboda inquiètent les juifs et les Russes », Lemonde.fr, 11 novembre 2012 ; Julien Licourt, « Le rôle de l’extrême droite dans la révolte ukrainienne », Lefigaro.fr, 28 janvier 2014, (etc.).

27. Klein, La stratégie du choc.

28. Gayraud, Le nouveau capitalisme criminel.

29. « Le piège de l’austérité », document d’information, Oxfam.org, septembre 2013 : « Les programmes d’austérité ont décimé les mécanismes qui réduisent les inégalités et permettent une croissance équitable. Avec l’augmentation des inégalités et de la pauvreté, l’Europe doit faire face à une décennie perdue. Si les mesures d’austérité se poursuivent en Europe, 15 à 25 millions de personnes supplémentaires pourraient se retrouver en situation de pauvreté d’ici 2025. »

30. Joseph Stiglitz et Linda Bilmes, « Bien trop coûteuse guerre d’Irak », Courrierinternational.com, 9 septembre 2010 (traduction d’un éditorial paru dans le Washington Post) : « Quand les États-Unis ont ouvert les hostilités contre Saddam Hussein, le prix du pétrole n’atteignait pas 25 dollars le baril. Mais avec la guerre les cours ont commencé à s’envoler, et en 2008 le baril valait 140 dollars. Nous pensons que la guerre et son impact sur le Moyen-Orient ont joué un rôle majeur. Non seulement la production irakienne a été stoppée, mais l’instabilité provoquée par la guerre a fait chuter les investissements dans la région. (…) Il est incontestable que la guerre en Irak a considérablement gonflé la dette américaine. C’est la première fois dans l’histoire du pays que le gouvernement a réduit les impôts alors qu’il partait en guerre. Résultat : un conflit entièrement financé par l’emprunt. La dette américaine est passée de 6 400 milliards de dollars en mars 2003 à 10 000 milliards en 2008 (avant la crise financière) : au moins un quart de cet accroissement est directement imputable à la guerre. La crise financière mondiale est elle aussi due, en partie, à la guerre. Avec la hausse des cours pétroliers, les États-Unis ont dû dépenser davantage pour s’approvisionner à l’étranger et c’est autant d’argent qui n’a pas pu être investi dans le pays. De surcroît, les dépenses de guerre étaient moins aptes à stimuler l’économie que d’autres types de dépenses. Le relâchement de la politique monétaire et de la réglementation financière a permis à l’économie de fonctionner jusqu’à l’éclatement de la bulle immobilière qui a provoqué son effondrement. La guerre en Irak n’a pas seulement contribué à la gravité de la crise financière, elle nous a aussi empêchés d’y répondre efficacement. »

31. Afin d’illustrer l’« indépendance » de nos récents ministres de l’Intérieur, remarquons en particulier les liensintimes de Nicolas Sarkozy avec le multimilliardaire canadien Paul Desmarais, figure du Groupe Carlyle : « Arrivé avec la veuve de M. Desmarais, Jacqueline, Nicolas Sarkozy a pour sa part livré un témoignage très personnel. “Paul, je t’aimais, je t’admirais”, a lancé l’ex-président qui avait trouvé refuge chez Paul Desmarais lors de sa traversée du désert après l’élection présidentielle de 1995. ». Cette relation étroite entre l’ancien Président français et Paul Desmarais a-t-elle facilité l’embauche de Pierre-Olivier Sarkozy à la direction du Groupe Carlyle ? Concernant Manuel Valls, malgré ses allégeances sionistes ou atlantistes, il est habituellement décrit comme un homme d’État attaché à la France et à ses valeurs républicaines. Cependant, son attitude fuyante – voire indifférente – dans les dossiers NSA, Alstom et BNP Paribas semblent révélatrices de ses allégeances réelles.

32. Alors qu’il était ministre de l’Intérieur, Manuel Valls s’est fréquemment mis en scène dans sa dénonciation du racisme et de l’antisémitisme. Or, il semble plutôt ouvert au dialogue avec une certaine extrême droite. Durant le « scandale Dieudonné », Manuel Valls a notamment assimilé la critique d’Israël à de l’« antisémitisme », puis il évoqué ouvertement des projets de censure d’Internet au nom de la lutte contre le racisme (mais surtout) l’antisémitisme. Ainsi, entre la décision sans précédent du Conseil d’État à l’égard de Dieudonné – qualifiée de « profonde régression » par Jack Lang –, et les projets gouvernementaux de censure d’Internet, le pouvoir politique a utilisé la lutte légitime contre la haine raciale afin de mettre en œuvre des mesures sécuritaires et liberticides. Voir Thomas Wieder, « Jack Lang sur l’affaire Dieudonné : “La décision du Conseil d’État est une profonde régression” », Lemonde.fr, 13 janvier 2014.

33. Roland Dumas dans l’émission Face aux Français (France 2) : « Il faut qu’on trouve un moyen de les diviser [à droite]. Et le moyen de les diviser ça a été la loi électorale, c’est-à-dire la proportionnelle [, qui a permis au Front National d’accéder à l’Assemblée Nationale] » ; Saïd Mahrane, « Le Pen raconte Mitterrand », Lepoint.fr, 28 avril 2011 : « En 1981, faute d’avoir ses 500 signatures, le président du Front national ne peut être candidat à la présidentielle. Par la suite, Le Pen écrit au chef de l’État, Mitterrand, afin de réclamer un “traitement équitable”. Une aubaine pour le socialiste, qui y voit un moyen de contrer le RPR de Jacques Chirac. Mitterrand prend acte de la requête de Le Pen et le lui fait savoir par courrier. Quelques mois plus tard, la France découvre sur le plateau de TF1, puis d’Antenne 2, deux chaînes de grande écoute, la mèche blonde et les poings rageurs du leader d’extrême droite, pourfendeur – déjà – de l’immigration. Merci qui ? “L’omerta avait été rompue grâce à Mitterrand”, reconnaît le tribun frontiste. » ; Marine Tertrais, « Quel a été le rôle du PS dans la montée du Front national? », entretien avec Philippe Braud, Jolpress.com, 26 novembre 2013 : « En 1985, à la veille des élections législatives, François Mitterrand, sachant qu’il pouvait perdre sa majorité, a tenté une manœuvre de dernière chance : il a fait modifier la loi électorale. Pour la première fois sous la Ve république, les législatives se sont déroulées intégralement au scrutin proportionnel à un seul tour. C’est ainsi que le Front national a pu obtenir 32 sièges. Avec le scrutin majoritaire uninominal à deux tours, le FN n’avait aucune chance. (…) C’était un calcul assez machiavélique qui n’a pas marché. » (etc.).

34. Alexandre Dézé, « La banalisation médiatique du FN », Liberation.fr, 11 février 2013 (accentuation ajoutée) : « De fait, [la] banalisation [du FN] doit être avant tout considérée, pour l’heure, comme le produit d’une construction sondagière et médiatique. Marine Le Pen était à peine élue à la présidence du FN que les responsables d’instituts, relayés par la plupart des commentateurs politiques, célébraient déjà le succès de sa stratégie de dédiabolisation. Dès le mois de mars 2011, Gaël Sliman (de l’institut BVA) pouvait ainsi affirmer : “Le pari de Marine Le Pen de dédiaboliser le FN est atteint” (le Figaro, 28 mars 2011). En janvier 2012, Edouard Lecerf (TNS Sofres) indiquait : “Le terme Front national est en train de se normaliser” ; “L’effet Marine Le Pen se confirme” (le Monde, 12 janvier 2012). Aujourd’hui, cette belle prophétie semble donc se réaliser. On ne saurait cependant oublier que la réalité sondagière et médiatique du FN n’est pas, loin s’en faut, la réalité du FN. »; Arnaud Mercier, « Tous aux abris ! Pourquoi le traitement médiatique d’un FN en tête des Européennes sera bien pire à supporter que les résultats eux-mêmes », Atlantico.fr, 22 mai 2014.

35. « Inégalités : 1% de la population mondiale détient près de la moitié des richesses », Laparisien.fr, 20 janvier 2014 : « “Il est sidérant qu’au XXIème siècle, la moitié de la population mondiale, soit 3,5 milliards de personnes, ne possède pas plus qu’une minuscule élite”, se lamente Winnie Byanyima, la directrice générale d’Oxfam international. À quelques jours du forum de Davos, qui rassemble du 22 au 25 janvier prochains dans la station suisse, les principaux décideurs économiques, l’ONG qui lutte contre les inégalités et la pauvreté, sort un rapport édifiant. Selon ses chiffres, la richesse combinée des 85 personnes les plus riches du monde, qui s’élève à environ 85 trillons d’euros, est égale à celle de la moitié la moins riche de l’humani

té. Depuis le début de la crise en 2008, ces inégalités se sont même sensiblement accrues. “Même si la crise a momentanément entamé la part des richesses mondiales détenues par les plus riches, ces derniers se sont depuis largement rattrapés”, explique ce rapport. Les 1% des personnes les plus riches en Chine, au Portugal et aux États-Unis ont plus que doublé leur part de revenus national depuis 1980. L’Europe ne fait pas exception. La fortune combinée des 10 personnes les plus riches d’Europe (217 milliards d’euros) dépasse le coût total des mesures de relance mises en œuvre dans l’Union européenne entre 2008 et 2010 (200 milliards d’euros). (…) Les causes de ce creusement sont nombreuses : la déréglementation financière, les règles et les systèmes facilitant l’évasion fiscale, mais aussi les mesures d’austérité. »

36. Hostiles à l’Union européenne, à la monnaie unique et à l’OTAN, l’ancien haut-fonctionnaire François Asselineau et son parti politique (l’UPR) connaissent un certain essor – notamment grâce à leur activisme sur les réseaux sociaux. Bien que je ne partage pas systématiquement leurs conclusions, leurs analyses sont souvent percutantes, anticonformistes et intéressantes; à ce sujet, voir l’article 63 du Traité sur le Fonctionnement de l’Union Européenne (TFUE), qui proscrit l’interdiction des délocalisations en Europe : « 1. Dans le cadre des dispositions du présent chapitre, toutes les restrictions aux mouvements de capitaux entre les États membres et entre les États membres et les pays tiers sont interdites. (…) » ; Francis Journot, « Rendez-nous notre industrie ! », Marianne.fr, 14 décembre 2011, (etc.).

37. Peter Dale Scott, La Machine de guerre américaine (Éditions Demi-Lune, Plogastel-Saint-Germain, 2012).

38. Hugo Natowicz, « La guerre inconnue », Fr.ria.ru, 7 octobre 2011 (accentuation ajoutée) : « Peu avant sa mort, l’ancien président français François Mitterrand s’est livré à une confession au caractère inhabituel, troublant. Au milieu des entretiens publiés dans le livre de Georges-Marc Benhamou “Le dernier Mitterrand”, l’ex-chef de l’Etat glissait : “La France ne le sait pas, mais nous sommes en guerre avec l’Amérique. Oui, une guerre permanente, une guerre vitale, une guerre économique, une guerre sans mort apparemment. Oui, ils sont très durs les Américains, ils sont voraces, ils veulent un pouvoir sans partage sur le monde. C’est une guerre inconnue, une guerre permanente, sans mort apparemment et pourtant une guerre à mort”. »

39. Daniel Schneidermann, « Les États-Unis contre la BNP : silence politique en France », Arretsurimages.net, 30 mai 2014. Jean-Michel Gradt, « Fabius lie le dossier BNP Paribas au traité UE/USA », Lesechos.fr, 06 juin 2014. Précision importante : la Commission européenne a été mandatée pour négocier le TAFTA avec les États-Unis. Par conséquent, le gouvernement français ne peut suspendre ces négociations, « parce que seule la Commission européenne négocie ce traité. La France pourra donner son avis lors du vote du Conseil européen et, en refusant de signer, compromettre la mise en place du TAFTA. Mais je doute de cette issue, puisque Hollande a dit à plusieurs reprises que ce traité était une bonne chose… » (« Affaire BNP Paribas: “Menacer les Etats-Unis de représailles est ridicule”, entretien avec Michel Crinetz, 20minutes.fr, [accentuation ajoutée], 6 juin 2014.)

40. Diane Jean, Jonathan Parienté et Maxime Vaudano, « BNP : tout comprendre à la menace américaine d’une amende record », Lemonde.fr, 30 mai 2014, accentuation ajoutée. Voir également Régis Bismuth, « BNP Paribas : derrière les 10 milliards, l’extraterritorialité américaine », Liberation.fr, 5 juin 2014.

41. « Iran – Obama menace les entreprises [françaises] qui violeraient les sanctions », Zonebourse.com, 11 février 2014.

42. « Amende record pour BNP Paribas : les Etats-Unis veulent éliminer la concurrence en Iran ? », entretien avec Michel Makinsky, Opinion-internationale.com, 22 mai 2014 : « Je suis un peu surpris de la relative timidité des pouvoirs publics français à cet égard. Si l’on envisage qu’il y ait un accord entre les 5 + 1 (…) et l’Iran, ce qui n’est pas du tout acquis, et que cet accord se traduise par une levée officielle des sanctions, un problème essentiel demeurera entier : les pressions officieuses exercées par le [T]résor américain sur ces banques ne seront pas abandonnées parce qu’elles ne sont pas officielles justement. Il y donc là un véritable souci : en pratique, on peut donc craindre que la levée des sanctions officielles ne soit, de ce fait, d’un effet assez limité, en particulier pour les sociétés françaises qui souhaitent opérer en Iran.

Donc, au-delà de l’affaire BNP Paribas, on aimerait qu’il y ait une attitude de fermeté des autorités françaises puisque les pressions officieuses rendront, en grande partie, inopérante cette levée de sanctions. Les entreprises françaises resteront pénalisées. Les entreprises américaines auront, en revanche, un boulevard. Ce qui bien évidemment est en réalité l’objet de ces sanctions : éliminer de l’accès au marché iranien la concurrence étrangère, notamment française. »

43. Page regroupant les principaux articles de Jean-Claude Paye : http://www.voltairenet.org/article182063.html.

44. Contrairement à ce qu’ont affirmé la majorité des médias francophones, la sous-secrétaire d’État aux affaires européennes et eurasiatiques Victoria Nuland n’a pas dit à son ambassadeur en Ukraine « Que l’UE aille se faire foutre ! ». En réalité, elle a affirmé que la nomination d’un émissaire de l’ONU loyal envers les États-Unis permettrait d’« enculer l’UE » dans la crise ukrainienne – ce qui nous amène à une interprétation fort différente des propos qui lui ont été attribués. Consultez l’intégralité de la conversation interceptée : http://www.voltairenet.org/article182063.html.

45. « Espionnage américain : la Commission européenne classe le dossier Swift », Rtbf.be, 27 novembre 2013. Voir GEAB n°83, note n°2.

46. Benjamin Dormann, « Washington sur Seine ? Ces ministres de François Hollande qui ont été formés par les Américains », Atlantico.fr, 22 mai 2012.

47. Dan Israel, « Péan contre le “journalisme d’investigation”, Arretsurimages.net, 21 septembre 2010 (accentuation ajoutée) : « Comme nous le rappelions (…), Péan et Plenel se sont livrés une guerre féroce lorsque l’enquêteur a publié, avec Philippe Cohen, La Face cachée du Monde en 2003, qui attaquait de front la direction Plenel-Colombani. Certains des chapitres du livre sont étranges, comme celui intitulé “Ils n’aiment pas la France”, reprochant notamment au journal ses enquêtes sur la torture en Algérie, ou celui qui insinue qu’Edwy Plenel serait une taupe de la CIA. »

48. L’atlantisme est à ce point omniprésent dans les médias français qu’il serait particulièrement difficile d’en recenser les symptômes de façon synthétique. Néanmoins, voici un article intéressant sur les réseaux d’influence atlantistes dans les médias français : Denis Boneau, « La face cachée de la Fondation Saint-Simon », Voltairenet.org, 10 février 2004. Concernant les réseaux d’influence néoconservateurs, le lecteur pourra s’intéresser notamment au Cercle de l’Oratoire, dont la revue la revue Le Meilleur des Mondes est un prolongement ; Eric Aeschimann, « Les meilleurs amis de l’Amérique », Liberation.fr, 9 mai 2006 : « Depuis les manifestations contre l’intervention des États-Unis en Irak, des intellectuels français, révoltés par l’antiaméricanisme [sic], ont fondé le Cercle de l’Oratoire. Inspirés par les néoconservateurs et pourfendeurs de l’islamisme radical, ils se réunissent à Paris dans un temple protestant. ».

49. Le grand résistant Stéphane Hessel a été littéralement insulté par de nombreux réseaux d’influence sionistes, dont le CRIF. Le lecteur jugera librement de l’acceptabilité et de l’honnêteté des arguments du président du CRIF, Richard Prasquier. Dans un tel climat, il est particulièrement difficile de critiquer Israël dans les médias français, comme peut notamment en témoigner Pascal Boniface : « À l’origine de la polémique, la publication récente d’un livre de Pascal Boniface (…), qui fait suite à une “note” d’avril 2001. Plus connu comme directeur de l’Institut de relations internationales et stratégiques (Iris), Boniface était alors délégué national du PS pour les questions stratégiques. Un an avant la présidentielle, il s’interroge, dans sa note interne destinée à François Hollande et Henri Nallet, chargé des affaires internationales au PS, sur “l’efficacité électorale” des positions du parti, jugées trop favorables à Israël alors que l’électorat d’origine arabe pèse de plus en plus lourd. “Peut-on diaboliser Haider et traiter normalement Sharon ?” demande-t-il dans ce texte, en mettant sur le même plan le leader de l’extrême droite autrichienne, connu pour ses positions ambiguës sur le nazisme, et un dirigeant israélien. L’ambassadeur de l’État hébreu, Elie Barnavi, s’en mêle, Boniface s’emporte, et la communauté juive s’émeut. Depuis, le directeur de l’Iris est au centre d’une polémique permanente… qu’il n’hésite pas à alimenter. Ainsi, dans le journal suisse le Temps, il propose en 2002 ­ sur le ton de la dérision ­ d’inscrire Israël dans la liste des pays de “l’axe du Mal” ! En janvier 2003, Laurent Fabius et Serge Weinberg, président du directoire de Pinault-Printemps-Redoute, démissionnent du conseil d’administration de l’Iris. En mai, la revue juive l’Arche titre “Est-il permis d’être antisémite ?”, et consacre quatre pages au livre de Boniface… La querelle déborde les milieux juifs ou socialistes : en juin, le professeur Grosser démissionne de l’Express à la suite de la publication par l’hebdo des réactions hostiles provoquées par un de ses articles favorable à Boniface.

Déjeuner “amical”. Au lendemain du congrès de Dijon, réuni mi-mai, le PS se décide donc à trancher. “J’ai estimé, avec François Hollande, que les conditions n’étaient pas réunies pour que son travail continue sereinement”, commente Pierre Moscovici, nouveau secrétaire aux relations internationales. Boniface, “militant utile et actif”, est viré de son poste de délégué national au terme d’un déjeuner “amical”, le 18 juin. “Je ne peux pas laisser dire que la position du PS est pro-israélienne”, se défend Moscovici. » (Jean-Dominique Merchet, « Israël fait claquer la porte du PS », 18 juillet 2003).

50. « Boko Haram, la secte djihadiste préférée des monarchies du Golfe », entretien avec Alain Chouet par Régis Soubrouillard, Marianne.net, 20 mai 2014.

51. Cf. note n°9. Voir également Bob Graham, « Il faut rouvrir l’enquête du 11-Septembre ! », Huffingtonpost.fr, 11 septembre 2012 : « Le temps qui s’est écoulé depuis le 11 septembre 2001 n’a pas diminué la méfiance que beaucoup d’entre nous ressentent à l’égard de la version officielle (…) des attentats, et surtout, la question de qui les a financés et soutenus. (…)

Dès le début de la [commission Graham-Kerrey], l’enquête parlementaire sur le 11-Septembre [coprésidée par le sénateur Graham], il a paru peu plausible que les pirates de l’air (…) aient pu réaliser seuls ce complot abominable. Les investigations ont montré la justesse de ces soupçons, et un chapitre de 28 pages dans le rapport [de cette commission] est consacré aux sources de soutien étranger pour certains de ces terroristes quand ils étaient aux États-Unis. Mais ce chapitre reste censuré, son accès refusé aux Américains.

Hélas, ces 28 pages ne représentent qu’une fraction des preuves de la complicité saoudienne que notre gouvernement continue de cacher au public, sous forme d’un programme de classification tronquée, qui semble surtout faire partie d’un effort systématique pour protéger l’Arabie saoudite de la responsabilité de ses actions. ».

52. Abondamment documentée, la référence suivante suffira à appuyer cette démonstration – Monsieur le Pen ayant été condamné à de nombreuses reprises pour des propos jugés racistes : http://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Marie_Le_Pen#Condamnations_de_ses_propos.

 

SOURCE: http://ploutocratie.wordpress.com/2014/06/13/le-fascisme-reel-par-maxime-chaix/

 

 

. 150e anniversaire - De Gettysburg à Goldman Sachs : D'un monde libre à un monde communiste

Repost 0
18 juillet 2014 5 18 /07 /juillet /2014 21:48

On dirait des hystériques possédés : les mains en l'air, les gesticulations désarticulées, les cris acclamant un pouvoir qui trucide des civils dans l'est de l'Ukraine... Porochenko et Klitchko chantent "alleluia" à Krechtchatik. "Prière" publique, animateur qui harangue, effet de foule, groupe en transe qui n'a rien d'orthodoxe... Incantation pour obtenir la victoire. Dans le style secte évangélique américaine.

 

 

 

Video via https://www.facebook.com/republikpopulairedudonbass/posts/1456034217981998

 

Ces gens nous font penser aux possédés aztèques dans le film Apocalypto de Mel Gibson, les mains en l'air en train de prier en transe pendant qu'ils décapitaient et offraient des sacrifices humains... (attention images violentes) :

 

 

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Russie
commenter cet article
18 juillet 2014 5 18 /07 /juillet /2014 09:00

Selon des médias du courant unique, l'avion a été abattu soit par les séparatistes "pro-Russes" soit par la Russie. Ces mêmes médias n'évoquent jamais la possibilité d'un false flag (attentat sous faux drapeau). Or des témoins ont raconté qu'un avion de l'armée de l'Air Ukrainienne suivait le Boeing 777...   

La question que ne pose jamais les journalistes est la suivante : Quel intérêt les "pro-russes" ou même la Russie auraient-ils à abattre un transporteur aérien avec ses passagers ? Surtout que ce type d'attentat ne ressemble pas du tout ni à la Russie de Poutine ni aux résistants du Donbass.

 

Médias: des témoins oculaires ont décrit un avion  ukrainien de l'Armée de l'Air qui suivait le Boeing Malaisie


Selon des témoins, un avion ukrainien de l'Armée de l'Air suivait le Boeing-777
Malaisie qui s'est écrasé dans l'est de l'Ukraine, selon la chaîne de télévision LIFEnews.

 

Source: http://russian.rt.com/article/41291 via https://www.facebook.com/republikpopulairedudonbass/posts/1455661114685975

 

Add. 11h24. Le missile ukrainien aurait pu viser l’avion de Poutine (Par La Voix de la Russie)


(Merci à Domremy pour le lien)

 

Boeing-777-Malaisie-abattu-un-false-flag.JPG

L’avion du président de Russie Vladimir Poutine aurait pu être la cible d’un missile ukrainien sol-air ou d’un missile tiré par un avion de guerre ukrainien qui a abattu le Boeing 777 de Malaysia Airlines, communique une source dans l’Agence fédérale russe du transport aérien.

L’avion de Poutine a croisé le Boeing malaisien dans le ciel de Varsovie à une altitude de 10 100 m. L’avion présidentiel y est passé à 16H21 heure de Moscou et le Boeing à 15H44 heure de Moscou.

Selon la source, les contours des deux avions pouvaient ête confondus et les couleurs étaient pratiquement identiques à une grande distance.

 

Lire la suite: http://french.ruvr.ru/2014_07_17/274769316/ »

 

Add. 23h25. Est-ce bien Kiev qui a abattu le Boeing ?

 

 

Par La Voix de la Russie | André Chanclu n’a pas froid aux yeux. Dans son facebook il s’est donné comme nom de guerre « Andre le Russophile ». C’est toujours lui qui non seulement défend à cors et à cris la Russie, mais qui le week-end prochain organise un meeting de soutien aux patriotes du Donbass place de Breteuil à Paris.

 

La problématique ukrainienne, il connaît à fond et il semble qu’il prend en grippe les nazillons qui s’amusent à fusiller les blessés des hôpitaux de Kramatorsk ou encore tuer à coups de mortier les enfants en bas âge, le tout avec le soutien de l’Occident qui vient de dévoiler sa vraie approche de la question slave en finançant à cœur-joie la boucherie ukraino-ukrainienne. Qu’à cela ne tienne ! Cent ans plus tard on érigera un petit monument en l’honneur des victimes. C’est ça la civilisation !

 

André Chanclu nous a donné son analyse du crash aérien survenu dans la région de combats des troupes de Kiev avec les résistants locaux qui n’entendent pas baisser la garde.

 

André Chanclu. Je dirais déjà que ce n’est pas le territoire ukrainien, d’après moi, c’est le territoire de la république populaire de Novorossia. C’est la première chose. Mon commentaire est assez simple : en France on constate une nouvelle fois, qu’on saisit l’occasion de critiquer la Russie. On ne voit pas pourquoi, mais c’est la Russie qui est directement indiquée. Les médias occidentaux ont systématiquement dit, qu’il n’y a que la Russie qui peut faire ça, ou l’Ukraine. Mais on insiste lourdement pour dire « c’est la Russie ».

 

Il semblerait qu’avec les systèmes d’armes dont les patriotes du Donbass disposent aujourd’hui, ils ne peuvent pas stratégiquement et d’une manière technique, atteindre un avion à cette hauteur-là. Ça c’est un fait qui est désormais établi. Alors maintenant on se dirige vers la Russie en disant que c’est peut-être la Russie qui a lancé un missile.

 

On ne voit pas trop l’intérêt de la Russie pour ce genre de massacre. Il y a beaucoup de questions qui se posent, mais on constate une nouvelle fois : sur toutes les radios, sur toutes les chaînes de télévision française, il y a un matraquage qui continue contre la Russie.

 

On vit aujourd’hui une situation grave, parce qu’il y a près de 300 morts. C’est dramatique, c’est terrible, voilà le premier constat. Le deuxième, c’est qu’on s’aperçoit que sur le terrain l’armée du commandant Strelkov est en train de gagner du terrain. Alors, peut-être qu’effectivement les forces de l’OTAN et les forces du gouvernement illégal de Kiev essayent de trouver ce subterfuge, pour gagner du temps. Encore une fois, la seule question qui faut se poser dans cette affaire c’est : à qui profite le crime ? »

 

Le politique belge Luc Michel a tenu à nous livrer, lui aussi, une analyse extraordinaire et pleine de détails inouïs de l’éventuelle organisation de ce crash s’il ne s’agit au moins d’une bavure.

 

La Voix de la Russie. Monsieur Luc Michel, croyez-vous que le Boeing a été abattu par les Ukrainiens à titre d’une provocation organisée par les Américains en vue de déclencher la Troisième Guerre Mondiale sur le continent européen ?

 

Luc Michel. Je ne pense pas que la provocation soit américaine. Je suis plongé là-dedans et suis allé voir le cas d’un Boeing d’Iranian Airlines de 1989… Il y a deux scénarios possibles dans l’affaire ukrainienne. Il n’y pas de doute pour moi qu’il s’agit d’une bavure ukrainienne mais elle peut relever des deux choses ! Ca peut être soit un accident. C’est-à-dire que plusieurs experts hier aussi bien sur France 24 que sur Russia Today expliquaient le degré de mauvaise formation des organisations de l’armée ukrainienne. Il est possible qu’ils ont tiré un missile « Bouk » par erreur.

 

Il y a également deux autres scénarios crédibles et je pense qu’il faut se tenir à ces trois-là ! Le deuxième scénario crédible c’est une bavure de la chasse ukrainienne. Il y a un troisième qui serait énormément plus grave : vous savez que certains évoquent, notamment à Moscou, moi, je l’ai fait à Bruxelles, un concours des circonstances étrange. Une trentaine de minutes avant le Boeing des Malaysian Airlines l’avion du Président Poutine a emprunté le même couloir aérien ! Le jet de Malaysian Airlines n’était pas dans son horaire de passage normal. Il était apparemment en retard. Donc certains commencent à dire que le but c’était d’abattre le jet de Poutine. On serait là dans un scénario des fous.

 

Mais il y a eu d’autres cas précédemment : une frégate américaine qui, par accident disent les Américains, volontairement, disent les Iraniens, a abattu un avion de ligne iranien au-dessus du Golfe Persique en 1989 ! Et il y a un cas encore plus célèbre. C’est le fameux DC-9 d’Alitalia ! Mais là les enquêtes n’ont jamais été terminées. Elles ont été étouffées. Là c’est la chasse française qui a été mise en cause.

 

Notamment le Président du Conseil Italien Cossiga a accusé les Français. Il a dit que l’avion a été abattu par erreur puisque la chasse française pensait qu’il s’agissait du jet de Kadhafi.

 

On est dans un cas similaire par rapport à ce qui vient de se passer en Ukraine. Il y avait hier l’éditorialiste du LCI qui a déclaré que jamais dans l’histoire on n’avait vu d’accident pareil. Il prétendait qu’ »il n’y avait que les Russes pour faire ça ! » Et les Français à Uccitta, les Américains au-dessus du Golfe Persique en 1989 ? Jusqu’à maintenant les Occidentaux n’ont jamais reculé à abattre un avion de ligne lorsqu’ils devaient le faire ! Je pense que l’on est dans tous les cas dans un scénario de propagande occidentale. Il y a une vague de russophobie incroyable ! Dans les médias français particulièrement parce que la politique française depuis le retour de la France dans l’OTAN est entièrement assujettie par les Américains.

 

Déjà en France il y a une Fondation qui s’appelle la French American Foundation; Le but de cette Fondation est d’amener les jeunes politiciens français à être pro-Américains. Il y a l’influence de cette Fondation dans le gouvernement français et François Hollande y est lui-même. Mais la Russie n’a strictement rien à voir là-dedans.

 

Il y a eu des erreurs de communication de la république de Donetzk. Ils n’ont pas éclairé le tout à un moment donné. Mais il y a une dernière chose lorsque vous parlez d’une provocation. Il faut quand même constater quelque chose. C’est que les compagnies aériennes internationales mais aussi Kiev ont fait interdire les vols occidentaux vers la Crimée qui est parfaitement en paix ! Il n’y a par là aucune situation à problème. Mais au-dessus de Donetsk ils ont fait interdire jusqu’à lundi les vols. Et on les a rétablis curieusement mercredi. On a fait passer des avions de ligne sur une zone où des chasseurs ukrainiens avaient été abattus au cours des deux jours précédents. Abattus à basse altitude ! Alors la troisième chose qui est tout à fait bizarre dans cette affaire, c’est que le contrôle aérien international a accepté que les plans de vol passent au-dessus d’une zone de guerre. Il y a le dernier élément puisqu’on en parle très peu dans la presse russe, mais on commence à en parler beaucoup sur les réseaux sociaux : le contrôleur espagnol dédié à ce vol de Boeing met en cause directement la chasse ukrainienne. Il dit qu’il a constaté des avions de chasse autour de l’avion avant le crash et deuxièmement, il accuse Kiev d’avoir annoncé la chute de l’avion exactement au moment où elle s’est produite. Ce n’était possible que si l’on avait un constat visuel. Voilà un tableau de la situation !

 

Lire la suite: http://french.ruvr.ru/2014_07_18/Est-ce-bien-Kiev-qui-a-abattu-le-Boeing-1546/

 

 

Crash/Ukraine: Kiev devrait répondre aux questions posées par Moscou

 

12:35 19/07/2014

MOSCOU, 19 juillet - RIA Novosti

 

Les informations dont dispose Kiev concernant l'utilisation de systèmes antiaériens Bouk dans l'est de l'Ukraine permettraient d'éclaircir les causes du crash du Boeing malaisien, estime le vice-ministre russe de la Défense Anatoli Antonov.

Le ministère de la Défense a adressé 10 questions au commandement des forces armées ukrainiennes, espérant que les réponses données par ce dernier permettront de faire la lumière sur les circonstances de l'accident survenu jeudi dans la région de Donetsk, théâtre de violents combats entre troupes gouvernementales ukrainiennes et forces d'autodéfense.

"Kiev peut-il fournir tous les détails de l'utilisation de systèmes sol-air Bouk dans la zone des hostilités, et - ce qui est l'essentiel - pourquoi a-t-il déployé ces systèmes si les insurgés n'ont pas d'avions?", a demandé M. Antonov dans une interview à la chaîne de télévision Rossiya 24.

Selon le ministère russe de la Défense, 27 systèmes de DCA Bouk M1 appartenant à l'armée ukrainienne sont déployés dans la région où s'est écrasé l'avion de ligne malaisien.

M. Antonov a rappelé que les autorités ukrainiennes avaient immédiatement désigné les coupables de cette tragédie. 

"D'après Kiev, il s'agit évidemment des insurgés. Mais quelles sont les preuves permettant d'arriver à cette conclusion?", a demandé le vice-ministre.

Un Boeing 777 de Malaysia Airlines s'est écrasé jeudi dans l'est de l'Ukraine. L'avion avec 283 passagers et 15 membres d'équipage volait à 10.050 mètres d'altitude. Les autorités de Kiev ont immédiatement accusé les forces d'autodéfense d'être à l'origine du crash, mais les insurgés ont déclaré en réponse qu'ils ne disposaient pas de systèmes capables d'abattre un avion à cette altitude.

 

  Source: http://fr.ria.ru/world/20140719/201872902.html

 

 

Le Boeing malaisien a été abattu par les militairies ukrainiens (expert américain)

 

La Voix de la Russie, 22 juillet 2014

 

Les images prises par un satellite américain prouvent que l'avion malaisien a été abattu par les militairies ukrainiens, communique le journaliste Robert Parry connu pour ses enquêtes.

 

 

Selon lui le renseignement américain disposent de photos prouvant que la responsabilité pour l'avion civil abattu dans le ciel de Donetsk incombe aux troupes ukrainiennes.

 

Robert Parry n'a pas dévoilé le nom de son informateur au sein du renseignement tout en signalant qu'il s'agissait d'une source digne de confiance dont il avait déjà reçu des informations véridiques dans des situations similaires.

 

Le Boeing 777 de la Malaysia Airlines effectuant la liaison entre Amsterdam et Kuala Lumpur s'est écrasé le 17 juillet dans l'est de l'Ukraine avec 298 personnes à bord.

 

Source: http://french.ruvr.ru/news/2014_07_22/Le-Boeing-malaisien-a-ete-abattu-par-les-militairies-ukrainiens-expert-americain-9958/

 

 

MH17: Washington bluffe en accusant la Russie (expert)

 

12:12 24/07/2014

WASHINGTON, 24 juillet - RIA Novosti

 

En publiant des données sur le crash du Boeing 777 malaisien, les autorités américaines ont en réalité avoué que leurs accusations à l'encontre de la Russie étaient du bluff, considère Daniel McAdams, directeur exécutif de l'Institut Ron Paul pour la paix et la prospérité.  

"Après quatre jours de menaces émanant du [président américain Barack] Obama et du [secrétaire d'Etat John] Kerry, et de leurs favoris écrivant à la hâte sur Twitter que la Russie devait être punie pour avoir abattu l'avion, le service de renseignement américain estime qu'il s'agit d'une erreur et qu'il n'est pas en mesure de confirmer à cent pour cent qui a réellement abattu l'avion", écrit M. McAdams.  

Selon lui, après la première vague d'accusations, le commandement de l'armée russe a réalisé une démarche intéressante: sans accuser qui que ce soit, elle a publié ses données suivies d'une série de questions.  

L'armée russe a notamment demandé qu'on lui fournisse les preuves de sa soi-disant implication, a rappelé l'expert.  

"La diplomatie US a répondu par le biais d'un porte-parole qui s'est référé aux réseaux sociaux et à des données secrètes ne pouvant pas être divulguées", a-t-il souligné.  

"Ceci signifie qu'avec un budget s'élevant à 100 milliards de dollars, le service de renseignement US prend des décisions susceptibles d'entraîner une guerre nucléaire en se basant sur des tweets et des vidéos publiées sur YouTube", a conclu Daniel McAdams.

 

Source: http://fr.ria.ru/world/20140724/201925399.html

 

 

Vol MH17: Kiev dissimule des enregistrements (Défense russe)

 

12:22 24/07/2014

MOSCOU, 24 juillet - RIA Novosti

 

Les autorités ukrainiennes dissimulent les enregistrements des conversations entre leurs contrôleurs aériens et l'équipage du Boeing-777 qui s'est écrasé le 17 juillet dans l'est de l'Ukraine, a déclaré jeudi aux journalistes le général Alexandre Maslov, ex-commandant de la DCA russe.

 

"Les enregistrements des conversations entre les contrôleurs aériens et l'équipage de l'avion, ainsi qu'entre les équipes en charge des systèmes de missiles sol-air sont particulièrement précieux. Les militaires ukrainiens les possèdent à coup sûr. C'est absolument certain, car le système n'a pas subi de modifications depuis l'époque soviétique et a toujours fonctionné comme une horloge", a indiqué le général.

 

Selon lui, "l'Ukraine dissimule tout cela dans les murs du Service de sécurité nationale (SBU), ce qui confirme que l'évolution des événements suit exactement le scénario de 2001" (lorsqu'un missile ukrainien avait par erreur abattu un avion de ligne russe au-dessus de la mer Noire, ndlr).

 

"Pourquoi personne d'autre que la Russie n'exige que ces enregistrements soient remis immédiatement? On a du mal à comprendre", a conclu le général.

 

L'Etat-major russe a publié lundi 21 juillet ses données sur le crash du Boeing. Selon lui, l'avion a dévié de l'itinéraire initialement prévu et une activité excessive des radars ukrainiens a été constatée près de la zone de la catastrophe. Par ailleurs, selon l'armée russe, un avion de combat ukrainien évoluait dans le couloir aérien réservé aux vols de l'aviation civile peu de temps avant le crash du Boeing malaisien.

 

Source: http://fr.ria.ru/world/20140724/201925544.html

 

Rebondisement le 29 juillet, un pilote ukrainien affirme avoir abattu le jet :

 

MH17 : un pilote ukrainien affirme avoir abattu le jet

 

Dans une interview accordée au Wahrheit fuer Deutschland, le pilote ukrainien d'un Soukhoï Su-25 a revendiqué la responsabilité de la destruction du Boeing de Malaysia Airlines le 17 juillet dans l'est de l'Ukraine.

 

Le pilote a raconté qu'il avait tiré sur le Boeing 777 avec un canon embarqué de 30 mm et que son appareil était présent sur les images satellites du ministère russe de la Défense. Le nom du pilote n'a pas été divulgué.

 

Un Soukhoï Su-25 avait été observé près de l'avion malaisien par les moyens de contrôle russes.

 

Source: http://french.ruvr.ru/news/2014_07_29/Un-pilote-ukrainien-affirme-avoir-abattu-le-MH17-6100/

 

 

 

MH17: un missile et un tir de canon seraient à l'origine du crash (médias)

 

MH17-un-missile-et-un-tir-de-canon-seraient-a-l-origine-du.jpg

SU-25

 

 

21:14 06/08/2014

MOSCOU, 6 août - RIA Novosti

 

Le Boeing malaisien, qui s'est écrasé en juillet en Ukraine, aurait été abattu par un missile air-air et un obus de 30 mm d'un avion d'attaque Su-25, rapporte mercredi (6 août, Ndlr.) le journal malaisien New Straits Times se référant à des experts.

 

"Plusieurs photos des lieux du crash montrent des éclats ressemblant à ceux d'une arme téléguidée et sur d'autres photos on voit des traces d'un tir plus précis, d'un tir de canon. Nous sommes en train de l'analyser", a indiqué un expert au journal malaisien.

 

Selon les experts, cette hypothèse explique la nature des dégâts causés au Boeing 777, notamment la présence de trous ronds qui seraient le résultat d'un tir de canon, et de trous déchirés par un missile.

 

Les experts cités par le journal estiment qu'un missile air-air à tête chercheuse thermique doté d'une ogive de 3 kg a frappé les moteurs de l'avion de ligne.

 

Si l'avion avait été frappé par un missile sol-air Bouk, il aurait été complètement détruit et l'agresseur n'aurait pas eu besoin d'utiliser un canon de 30 mm.

 

Le Boeing volait à 10.600 m d'altitude alors que l'avion d'attaque Su-25 a un plafond pratique de 7.600 m. Selon les experts, le pilote du Su-25 aurait dû le pousser "au maximum de ses performances, mais c'est tout à fait possible".

 

Le général Andreï Kartapolov, chef du commandement opérationnel de l'Etat-major général des Forces armées russes, a antérieurement annoncé qu'un avion de combat ukrainien, probablement un Su-25, volait à une distance de 3 à 5 kilomètres du Boeing malaisien qui s'est écrasé plus tard. Il a rappelé que le Su-25 est capable de détruire des cibles aériennes à une distance de 5 km.

 

D'après les médias, les données des boites noires du Boeing 777 ne contredisent pas l'hypothèse selon laquelle l'avion a été endommagé par un missile air-air.

 

Source: http://fr.ria.ru/world/20140806/202058801.html

 

Vol-MH17-Washington-en-sait-plus-qu-il-ne-le-pretend--homm.jpg

Crash du vol MH17: Washington en sait plus qu'il ne le prétend (homme politique US)

 

14:05 12/08/2014

MOSCOU, 12 août – RIA Novosti

 

Il est difficile de croire que Washington ne dispose pas de preuves sur l'auteur du crash du Boeing malaisien près de Donetsk, étant donné que les satellites espions américains contrôlent pratiquement tout ce qui se passe en Ukraine, affirme Ron Paul, ancien membre de la Chambre des représentants du congrès américain et ex-candidat à la présidentielle américaine.

 

Tout ce que le monde a réussi à entendre de la part des renseignements américains est une absence de preuves sur l'implication de la Russie dans ce crash, souligne l'homme politique, alors que la propagande américaine a déjà réussi à persuader les citoyens américains de la culpabilité de Moscou.

 

"On imagine mal que les USA, qui disposent de nombreux satellites surveillant tout ce qui se passe en Ukraine, ne possèdent pas d'informations exactes sur le responsable du crash et son origine", écrit Ron Paul.

 

Selon l'ex-congressiste, quand les preuves vont à l'encontre des accusations du gouvernement américain, elles ne sont jamais rendues publiques, "bien évidemment pour des raisons de sécurité nationale".

 

"Ce grave événement international laisse encore des questions sans réponse. C'est dommage qu'on ne puisse pas espérer que notre gouvernement dise la vérité et fournisse des preuves.

Je suis persuadé qu'il en sait bien plus qu'il ne prétend", estime Ron Paul.

 

Source : http://fr.ria.ru/world/20140812/202115873.html

 

 

COUP DE GRÂCE ? Crash du vol MH17 Malaysia Airlines: Moscou piège Kiev à l’ONU

 

Allainjules.com

Posted on août 19, 2014 @ 13:07

 

Le crach de l’avion Boeing 777 de la Malaysia Airlines dans la zone de conflit de l’Ukraine a conduit à une crise diplomatique majeure entre la Russie et l’Occident. L’Occident, sans un début de commencement de preuve a accusé la Russie. L’ours a réagi hier (18 août 2014, Ndlr.) à l’ONU de façon magistrale. La Russie a accusé l’Ukraine de refuser de livrer au monde entier tous les enregistrements des communications de ses contrôleurs du trafic aérien avant et après la catastrophe. Ce qui est vrai et qui empêche de faire une vraie enquête internationale.

 

Au lieu d’accuser les pro-russes d’avoir bombardé cet avion, il faut commencer par le début. Pourquoi cet avion a survolé cet espace-là ? Du coup, Kiev se défile. une fuite en avant qui en dit long sur ses réelles intentions.

 

L’ambassadeur russe au Conseil de sécurité de l’ONU, Vitaly Tchourkine, en demandant à Kiev, de livrer ses secrets a vu juste. Les transcriptions des conversations de ses contrôleurs aériens avec l’équipe du vol MH17 montreront certainement que Kiev crie plus pour noyer le poisson…

 

L’Occident et Kiev, en accusant les rebelles pro-russe d’avoir abattu l’avion avec un système de missiles BUK mettent la charrue avant les boeufs. Il y a quand même 298 personnes qui sont mortes et, selon nos informations, l’une des boites noires disculpent les pro-russes. pourquoi rien n’est rendu public ? Mystère et boule de gomme !

 

Source: http://allainjules.com/2014/08/19/coup-de-grace-crash-du-vol-mh17-malaysia-airlines-moscou-piege-kiev-a-lonu/

 

 

Boing-malaisie-777.jpg

Rusvesna 02 septembre 2014

 

La Russie attend une réponse de l'Ukraine dans le cadre de l'enquête catastrophe du "Boeing", l'Ukraine refuse de répondre

 

Moscou attend des réponses à vos questions sur le crash de l'avion Malaisie en Ukraine orientale, a déclaré lundi (1er septembre Ndlr.), le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov.

 

En outre, selon le ministre russe, les experts ont à revenir sur le site du crash du Boeing.

 

"Ce qui était dans la boîte noire" doit déjà avoir été déchiffrée, mais n'a pas été rendu public, il n'y a pas d'informations sur les conversations qui ont conduit les contrôleurs aériens ukrainiens ce jour-là, y compris l'équipage du Boeing de la Malaisie. Pourquoi cela est-il caché, nous ne comprenons pas. Pourquoi les déclarations qui ont fait tout cela avec l'aide de la milice russe, pourquoi ils ne sont pas pris en charge par au moins une certaine image du monde, pourquoi, au lieu délivré images de Youtube? C'est une histoire très sombre,"- dit-il, parlant au MGIMO.

 

Selon lui, le lieu de l'accident est nécessaire "pour restaurer les enquêteurs." «Pourquoi (experts) n'examinent pas l'épave qu'il existe et que nos reporters montrent? Par conséquent, ils peuvent être enlevés, ils peuvent être abordés, s'il vous plaît laissez les experts qui devraient mettre les pendules à l'"- a déclaré le chef du ministère russe des Affaires étrangères.

 

«Nous avons soumis leurs résultats réels, ils n'ont pas la réponse, et nous avons demandé à plus de 20 questions, qui se produisent naturellement dans n'importe quel homme plus ou moins professionnels instruits, qui dans ce domaine devrait enquêter. En attente de réponses,"- a déclaré M. Lavrov.

 

Boeing 777 volant de Amsterdam à destination de Kuala Lumpur, Malaysia Airlines s'est écrasé le 17 Juillet, dans la région de Donetsk. À bord se trouvaient 298 personnes, tous sont morts.

 

Représentant permanent adjoint de l'Ukraine à l'ONU Alexander Paulichenka jeudi à une réunion d'urgence du Conseil de sécurité de l'organisation mondiale fait éludé une réponse directe à la question de représentant permanent de la Russie auprès de l'ONU, Vitaly Tchourkine, en ce qui concerne la publication des dossiers des répartiteurs, qui ont conduit Boeing 777 "Malaysian Airlines" de l'entreprise. Diplomate russe s'est demandé pourquoi l'Ukraine est encore «documents non publiés des négociations de contrôleurs de la circulation de l'air», et elle leur a donné aux experts néerlandais.

 

«L'Ukraine a été activement impliqué dans le travail de la commission interétatique à enquêter sur l'incident. Mon gouvernement a, de bonne foi, dans ce cas la collaboration avec nos partenaires internationaux et étrangers. Je pense que dans un avenir proche sera distribué le rapport de ce comité, et nous verrons les résultats préliminaires de cette enquête, "- dit Paulichenka.

 

Tchourkine déjà parlé à plusieurs reprises à la partie ukrainienne a fourni des enregistrements des négociations de leurs contrôleurs de la circulation de l'air qui ont envoyé "au plan de la Malaisie de la zone de conflit."

 

Pendant ce temps, le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov, répondant aux questions application "Rossiyskaya Gazeta» (La Russie d'Aujourd'hui) à l'édition britannique du Daily Telegraph, a déclaré que la Russie ne mettrait pas la "pédale douce" sur l'enquête sur le crash du Boeing de la Malaisie.

 

"Nous ne devons pas permettre que l'enquêter sur le crash du vol MN17 soit freinée, comme cela s'est produit avec de nombreux autres enquêtes sur des tragédies ukrainiennes, y compris la fusillade de civils par des tireurs d'élite à Kiev en février, les massacres à Odessa et à Mariupol en mai, et ainsi de suite, a dit le ministre. -Nous insistons fortement pour la traduction en justice de ceux qui portent la responsabilité de ces crimes".

 

Source  traduction via http://translate.googleusercontent.com/translate_c?depth=1&hl=fr&prev=/search%3Fq%3Dhttp://rusvesna.su/%26biw%3D1280%26bih%3D925&rurl=translate.google.fr&sl=ru&u=http://rusvesna.su/news/1409649350&usg=ALkJrhgIGHiIAI-6mrRVTEYlzS4hd0bWUw

 

Des parents des personnes tuées dans le crash du Boeing-777 poursuivent l'Ukraine

21/09/2014 | 14:58

Des parents de citoyens allemands qui sont morts dans le crash de la compagnie aérienne Malaysie Airlines Boeing-777 dans la région de Donetsk, ont l'intention de déposer une plainte contre l'Ukraine devant la Cour européenne des droits de l'homme (CEDH).

Le Deutsche Welle rapporte l'information citant la publication Bild am Sonntag. Selon le journal Bild am
Sonntag l'avocat des plaignants Elmar Gimulla, a déclaré que conformément au droit international, chaque État est responsable de son espace aérien si il est ouvert pour les vols. "Si l'Etat est incapable d'assurer la sécurité, il doit fermer son espace aérien, mais dans le cas du vol MN17 cela n'a pas été fait.

 

[...] L'avocat a l'intention de déposer une plainte contre le gouvernement ukrainien à la CEDH dans les deux semaines. Selon lui, le montant de l'indemnité dans chaque cas ne doit pas être inférieur à 1 million d'euros.

 

 

Article original :

 

Родственники погибших в катастрофе Boeing подадут в суд на Украину

 

21.09.2014 | 14:58

 

Родственники граждан Германии, которые погибли в катастрофе самолета авиакомпании Malaysia Airlines Boeing-777 в Донецкой области, намерены подать против Украины иск в Европейский суд по правам человека (ЕСПЧ).

 

Об этом сообщает Deutsche Welle со ссылкой на издание Bild am Sonntag. Как заявил газете Bild am Sonntag адвокат истцов Эльмар Гимулла, в соответствии с нормами международного права каждое государство несет ответственность за свое воздушное пространство, если оно открыто для полетов". Если государство не в состоянии обеспечить безопасность, оно должно закрыть свое воздушное пространство, однако в случае c рейсом МН17 этого сделано не было.

 

[...] Адвокат намерен подать иск против украинского правительства в ЕСПЧ в течение двух недель. По его мнению, сумма компенсации в каждом случае должна составлять не менее 1 млн евро.

 

Source: UNIAN http://www.unian.net/politics/987430-rodstvenniki-pogibshih-v-katastrofe-boeing-podadut-v-sud-na-ukrainu.html

 

. Les crimes d'état du mondialisme (P. Ploncard d'Assac)

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Russie
commenter cet article
17 juillet 2014 4 17 /07 /juillet /2014 16:40

UE---L-Union-europeenne-a-fait-rentrer-la-guerre-en-Europe.jpg

« En soutenant activement et officiellement Piotr Porochenko, en rapprochant l'Ukraine à la zone EU, l'Union européenne a fait rentrer la guerre en Europe. La guerre doit arrêter immédiatement et l'information sur la guerre dans le Donbass doit être transmise à un vaste public afin d'éviter sa contagion en Europe. »

(Communiqué de presse de la Fédération Internationale des Résistants (F.I.R) - Association des antifascistes, fondée en 1951, qui est l'organisation regroupant les Fédérations d'anciens combattants issus de la résistance, les partisans, les membres de la coalition anti-Hitler, les résistants poursuivis par le régime nazi et les anti-fascistes d'aujourd'hui présents dans plus de 20 pays européens et aussi en Israël, en Biélorussie, à Kiev, qui a son bureau à Berlin et à Moscou et dans les pays européens.)


Source: http://french.ruvr.ru/2014_07_16/Ukraine-La-Federation-Internationale-des-Resistants-exige-la-fin-des-combats-8005/

Repost 0
17 juillet 2014 4 17 /07 /juillet /2014 16:02

Les milices populaires du Donbass abattent un avion ukrainien, Kiev accuse la Russie :

 

Selon une dépêche du Figaro intitulée « un chasseur russe a abattu un avion ukrainien », un chasseur russe a abattu hier un avion de combat ukrainien Soukhoï SU-25 en mission au-dessus de l'est de l'Ukraine, où les forces gouvernementales combattent des rebelles séparatistes pro-russes, a annoncé l'armée à Kiev. Le porte-parole du Conseil de sécurité nationale et de défense de l'Ukraine a déclaré que l'avion a été frappé par un tir de roquettes mais que le pilote a réussi à s'éjecter et qu'il est sain et sauf.

 

Or, selon l'agence de presse russe Ria Novosti, « Kiev ment en accusant la Russie d'avoir abattu un avion ukrainien (expert) » :

 

Kiev utilise des méthodes de propagande propres aux régimes totalitaires et fascistes en affirmant que la Russie a abattu un chasseur ukrainien Su-25, estime Igor Korottchenko, directeur du Centre d'analyse du commerce mondial d'armes (Moscou).

 

Le Conseil de sécurité et de défense nationale de l'Ukraine (SNBO) a annoncé jeudi qu'un missile tiré par un avion russe avait abattu un chasseur ukrainien Su-25 dans le ciel de l'Ukraine.

 

"La Russie n'est pas impliquée dans le conflit interne qui se déroule dans l'est de l'Ukraine et n'envisage pas d'y prendre part. Il est regrettable que les responsables du SNBO aient repris le principe de Goebbels: plus le mensonge est gros, plus il passe. En appliquant ce principe de la propagande totalitaire, l'Ukraine s'est discréditée en tant qu'Etat civilisé", a déclaré M. Korottchenko à RIA Novosti.

 

L'expert est persuadé que les allégations des dirigeants ukrainiens au sujet de la destruction du chasseur ukrainien par les forces aériennes russes sont propagées délibérément "en vue de noircir et de calomnier la Russie".

 

Selon l'interlocuteur de l'agence, lors des combats contre les troupes ukrainiennes, les forces d'autodéfense de Donetsk et de Lougansk se sont emparés d'un grand nombre de lance-roquettes antiaériens et de plusieurs systèmes de missiles sol-air Bouk.

 

"Les armes dont disposent les rebelles leur permettent détruire les avions et les hélicoptères ukrainiens volant à différentes altitudes. Le Su-25 a donc été abattu par les insurgés à l'aide de leurs systèmes de DCA", a conclu l'expert.

 

Source: http://fr.ria.ru/world/20140717/201852246.html

 

Sur le site "Soutien à la République du Donbass", une information diffusée il y a 30 minutes, indique :

 

Ukraine---Le-regime-ukrainien-continue-de-perdre-des-avion.jpg

« Ukrainian regime continues to lose aircrafts. Tonight during the airstrike attempt by junta forces, militians have shot down one more plane the Su27 figher over Gorlovka. Ukraine's usual position is not to notice any losses.. »  

 

Traduction : Le régime ukrainien continue de perdre des avions. Ce soir, lors de la tentative de frappe aérienne par les forces de la junte, les miliciens ont abattu un avion de plus le  chasseur Su27 sur Gorlovka. La position habituelle de l'Ukraine est de ne pas remarquer de pertes.

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Russie
commenter cet article
17 juillet 2014 4 17 /07 /juillet /2014 13:56

La version officielle de l'attaque de la synagogue, rue de la Roquette à Paris le 13 juillet, par des "pro-palestiniens" en marge d'une manif contre les bombardements meurtriers d'Israël sur Gaza, était fournie le 13 juillet, notamment par Rue 89... (portant bien son nom!), dans l'article "Valls : « La France ne tolèrera jamais que l’on essaie d’importer le conflit israélo-palestinien »". Des cris "morts aux Juifs" auraient été entendus. Or un article du Daily Mail infirme la version officielle. Des pro-israéliens seraient impliqués dans les affrontements. D'où la question qui se pose maintenant : Qui a lancé ces cris antisémites ? Y aura-il une enquête pour le savoir ?

 

S'il s'avère en effet que ce sont des pro-israéliens qui ont lancé les cris "mort aux Juifs", pour accuser les pro-palestiniens, cela change tout.


Extrait de l'article de Rue 89 (version officielle reprise par Manuel Valls qui "a condamné avec la plus grande fermeté") :

 

Manifestation terrifiante à Bastille, on y crie mort aux Juifs, explosions, haine. #consternation

 

— Valérie Zenatti (@ValrieZenatti) 13 Juillet 2014

 

Un témoin raconte :

 

« J’ai vu des jeunes courir en criant “Allah Ouakbar !”, “Mort aux ashkénazes !”. Certains ont saisi des chaises des terrasses et ont fait mine de les jeter sur les passants. Puis ils ont repris leur course vers la manif en hurlant des slogans pro-Hamas. »

 

… Dans les rues adjacentes, des « casseurs » sont entrés en action. Notamment rue de la Roquette – où se trouve une synagogue.

 

Plusieurs personnes ont tenté de pénétrer dans la synagogue. Elles se sont donc affrontées aux forces de l’ordre. Mais pas seulement. La Ligue de défense juive (LDJ) avait en effet appelé à un rassemblement de « soutien à Israël » devant cette synagogue ce dimanche à 17h30. Sur Twitter, depuis la veille, certains de ses membres se préparaient avec un certain enthousiasme à une confrontation musclée contre « les palos », comme ils disent.

 

… Dans la soirée, Manuel Valls a condamné « avec la plus grande fermeté les violences qui ont eu lieu [aux abords] des synagogues de la rue des Tournelles et de la rue de la Roquette ».

 

Le Premier ministre a ajouté :

 

« La France ne tolèrera jamais que l’on essaie par la violence des mots ou des actes d’importer sur son sol le conflit israélo-palestinien. »

 

Source: http://rue89.nouvelobs.com/2014/07/13/heurts-a-paris-apres-manif-pro-palestinienne-253694

 

Or, le Daily Mail dans un article du 15 juillet mis à jour le 16, a titré : "Scènes choquante : 150 hommes juifs saccagent les rues de Paris et s’affrontent avec des manifestants pro-palestiniens". Extrait :

 

"Les groupes juifs français se sont plaints de l'augmentation de l'antisémitisme au cours de ces derniers mois, en accusant de nombreux jeunes musulmans de les prendre pour cible. Mais une vidéo filmée près de la Place de la Bastille, dimanche dernier, et vérifiée par la police avant d'être postée sur YouTube, fait apparaître que ce sont les groupes pro-israéliens qui sont activement impliqués dans les affrontements."


 

Daily-Mail-Scenes-choquante-150-hommes-juifs-saccagent-le.jpeg

 

A voir ou à revoir la vidéo qui dément la version officielle et ne laisse pas de place au doute quant à l'identité des véritables semeurs de chaos :

 

 

Des pro-israéliens qui cassent tout devant la synagogue de la rue de la Roquette

 

Source: http://www.dailymail.co.uk/news/article-2693423/Jewish-vigilantes-rampage-Paris-attack-pro-Palestinian-demonstrators.html

via http://oumma.com/202580/incidents-synagogue-daily-mail-donne-une-sacree-lecon

 

En France, deux sites ont révoqué en doute la version officielle dès le 15 juillet : Alain Jules et le Libre penseur :

 

A l’heure du journalisme citoyen, il est de plus en plus difficile de mentir. Bref, ceux qui mentent outrageusement, grossièrement, plus que des arracheurs de dents, se décrédibilisent tous seuls. Du sommet de l’Etat en passant par certains citoyens, la condamnation a été unanime après la supposée attaque dont a été victime la synagogue de la rue de la Roquette. Après vérification, il n’en est rien. Ambiance. 

Le 13 juillet dernier, la manifestation pro-palestinienne se faisait sans heurt et bonne enfant lorsque certains militants de la LDJ ont tenté de créer des troubles. Il est temps que les voix qui portent dans la communauté juive française essaient de recadrer cette horde de barbares qui bénéficient d’une impunité abyssale avant que ça ne dégénère. Les images que vous allez voir sont choquantes. Elles démentent formellement la version "officielle" véhiculée par les médias et les politiques d’une attaque des synagogues.

De voir ces barbares dégrader un bar pour transformer ses chaises et ses tables en armes, de les projeter sur des pacifistes et ensuite lorsque ces derniers exaspérés chargent, de voir comment les CRS les laissent passer est terrible. Hélas, dans une société où les informations passent à flux tendu, il ne faut même pas espérer voir ces gens s’excuser de leur mensonge. Ils savaient ce qui s’était réellement passé. Honteux !

 

Source: http://allainjules.com/2014/07/15/video-manif-pro-palestinienne-non-aucune-synagogue-na-ete-attaquee-a-paris/

 

La preuve en images ! C’est tout de même curieux de voir ces images gratuitement disponibles sur le net et pas un flic ou un journaliste pour faire un compte-rendu fidèle des événements ! Au contraire, ils disent exactement le contraire en inversant les faits et veulent interdire les manifs de soutien à Gaza ; c’est le monde à l’envers. On se demande bien qui dirige le pays ! On se le demande mais en réalité on le sait. Ils sont en train de créer un climat de guerre civile en France, c’est aussi clair que de l’eau de roche.

 

Source: http://www.lelibrepenseur.org/2014/07/15/propagande-des-pro-israeliens-cassent-tout-devant-la-synagogue-de-la-roquette/

 

Add. Christ-Roi, 01 août 2014, 00h36. «Les infos dont on parle peu» n°69 de l'Agence info Libre (27 juillet 2014, video ci-dessous), nous apprenons à partir de 09:23 que dans un tweet d'un militant de la LDJ le 16 juillet à 12h13 on peut lire ceci (repris dans le texte avec les fautes d'orthographe) : «c'est justement le but, on y va il y aura forcement un con qui viendra nos insulter, on instrumentalise ca et on se fait passer pour les victimes comme on l'a fait la semaine dernière avec la syna» :

 

 


En outre, le site "Al Kanz", le 16 juillet, a retrouvé et mis en ligne le dit tweet dans l'article "LDJGate : « on instrumentalise et on se fait passer pour les victimes comme avec la synagogue »" :

synagogue-LDJ-un-tweet-d-un-militant-de-la-LDJ-le-16-juille.jpg
Source capture d'écran du tweet : http://www.al-kanz.org/2014/07/16/ldjgate/
  •  
Add. Christ-Roi, 01/08/2014, 11:22. Michèle Sibony, vice-présidente de l'Union Juive Française pour la paix, était présente à la manifestation de soutien à Gaza dimanche 13 juillet. Elle a été invitée de LCI le 16 juillet à 22h57. Elle a évoqué le Daily Mail du 15 juillet et a déclaré : «A l'évidence il s'agissait d'un piège... (Il y a eu) toute une préparation à l'attaque de la manifestation qui est visible sur internet. On en a les preuves, on a les copies d'écran, etc. Et nous avons assisté, nous, aux provocations de la LDJ
 
Source video : Union Juive française pour la paix http://www.ujfp.org/spip.php?article3345
 
L’affaire de l’attaque de la synagogue a été montée de toutes pièces. L’AFP, qui l’a rapportée, n’avait aucun journaliste sur place, et les médias ont été contraints de rectifier.
Les déclarations de Michèle Sibony, secrétaire générale adjointe de l’Union juive française pour la paix (UJFP) sur LCI ont permis de remettre les pendules à l’heure et de rappeler que non seulement il n’y a eu aucun slogan antisémite dans la manifestation, mais que de nombreux juifs y ont participé.

Michèle Sibony, invitée de LCI le 16 juillet à 22h57, a déclaré : «Nous sommes face à une situation de répression coloniale et le gouvernement français est le seul au monde à vouloir interdire les manifestations de protestation». Extrait : 
 

«Je pense que le "trouble grave à l'ordre public" c'est ce qui se passe à Gaza et les prises de positions de notre gouvernement.
Il n'est pas possible que dans la situation actuelle, personne ne soit capable de dire en France, y compris au plus haut niveau du gouvernement, que nous avons affaire à une situation coloniale d'occupation et de colonisation, à une répression et non pas à une "guerre", à une opération de répression.
... Et nous sommes en train de fêter un autre triste anniversaire, celui des dix ans de l'arrêté de la Cour internationale de justice, déclarant le mur, la construction du mur par Israël, de séparation, illégal. Et demandant à la communauté internationale d'agir.
Et à côté de cela, à côté de cette situation-là, ... notre président de la république ne trouve rien de mieux à faire que d'expliquer que c'est Israël qui est la victime.
... J'étais à la manifestation (de dimanche). J'ai témoigné là-dessus par écrit. On peut trouver ces articles-là dans le Nouvel-Obs et sur internet et sur les réseaux sociaux. Il y a eu le Daily, .. j'ai oublié comment s'appelle ce journal américain qui a publié lui, puisque les grands médias français n'ont pas jugé utile de le faire, les videos et les éléments de preuve qui démontrent à l'évidence qu'il s'agissait d'un piège. Il y a eu plusieurs jours avant cette manifestation, samedi dernier, un appel devant la synagogue de la rue de la Roquette à un rassemblement pour soutenir Israël, qui était sur le site de la LDJ et qui était intitulé "Keep calm and kill Hamas".. C'est intéressant quand même de savoir qu'on est capable de faire des rassemblements de ce type devant des lieux de culte. Et toute une préparation à l'attaque de la manifestation qui est visible sur internet. On en a les preuves, on a les copies d'écran, etc. Et nous avons assisté, nous, aux provocations de la LDJ qui ont été absolument calmées par le service d'ordre, et qui étaient là pour attirer des gens dans la rue de la Roquette, de manière à pouvoir déclarer évidemment. ... Si vous voulez, c'est une vieille pratique, quand on sait que l'on a perdu la bataille de la popularité, il y a une touche sur laquelle il faut appuyer - et c'est une touche connue- c'est la touche de l'antisémitisme.
Je voudrais dire qu'il y a des manifestations dans le monde entier et pas qu'en France, devant des salles de presse et de rédaction, notamment en Angleterre devant la BBC pour exiger que la vérité soit dite. Il y a un seul pays au monde qui prétend interdire les manifs de soutien à Gaza, c'est la France», a précisé Michèle Sibony.
Repost 0
17 juillet 2014 4 17 /07 /juillet /2014 12:32

 

Banque-du-nouveau-developpement--Les-BRICS-mettent-en-plac.png

Le Brésil, la Russie, l’Inde, la Chine et Afrique du Sud, autrement dit les « BRICS », se sont réunis lundi dernier (14 juillet Ndlr.) lors d’un sommet dans la ville de Fortaleza, au Brésil, au cours duquel ils ont décidé de créer une banque de développement et un fonds de réserve de crise pour disposer d’une alternative au FMI et à la Banque mondiale. Les BRICS estiment que ces deux dernières défendent trop les intérêts des pays occidentaux. La Chine, la seconde économie mondiale, dispose encore de moins de droits de vote au FMI que la Grande-Bretagne.

 

La New Development Bank aurait son siège à Shanghaï, et elle serait dotée d’un capital de départ de 50 milliards de dollars qui serait par la suite porté à 100 milliards de dollars pour financer des projets d’infrastructure. Un « centre régional » de la banque serait également basé en Afrique du Sud.

 

Le fonds, quant à lui, disposerait d’une réserve de 100 milliards de dollars, et il pourrait être mobilisé pour aider les pays en difficulté. Cependant, il faudra attendre 2 ans avant que ces nouvelles institutions soient opérationnelles, étant donné qu’elles doivent être ratifiées par les 5 nations qui composent les BRICS.

 

La Banque sera dirigée selon le principe d’une présidence tournante ; le premier président nommé sera Indien. Le Brésil devrait diriger le conseil de direction de la banque, tandis que la Russie assurera la présidence de son conseil de gouvernance.

 

Le président russe Vladimir Poutine a saisi l'occasion pour rappeler que son pays avait fait les frais de nouvelles sanctions de la part des États-Unis et de ses alliés occidentaux :

 

Ensemble, nous devons envisager une série de mesures qui pourrait empêcher le harcèlement de pays qui ne sont pas d'accord avec certaines décisions politiques des États-Unis et leurs alliés ».

 

Aujourd’hui (16 juillet Ndlr.), les dirigeants des BRICS se réuniront dans la capitale brésilienne Brasilia à l’occasion d’un nouveau sommet auquel sont également conviés des dirigeants des pays de l’Amérique du Sud, pour trouver des solutions visant à réduire l’influence des Etats-Unis dans la région. Le président vénézuélien Nicolas Maduro, la présidente argentine Cristina Kirchner, et le président équatorien Rafael Correa ont notamment été conviés.

 

Il sera notamment question de faire bénéficier l’Argentine des nouveaux mécanismes financiers créés par les BRICS. Ceux-ci pourraient éventuellement éviter au pays de faire une nouvelle fois défaut sur 1,3 milliard de dettes dues à des hedge funds que la présidente Kirchner qualifie de « vautours », après que la Cour Surprême américaine a statué que le pays devait exécuter ses obligations.

 

Source: http://www.express.be/business/fr/economy/les-brics-mettent-en-place-une-alternative-au-fmi-et-a-la-banque-mondiale.htm

 

. Le Saint-Siège réclame la fin des « fonds vautours » (Mgr Tomasi au Conseil des droits de l’homme à Genève)

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Economie
commenter cet article
17 juillet 2014 4 17 /07 /juillet /2014 12:17

 

 

Strasbourg, 15 juillet 2014, Nigel Farage s'interroge sur le processus électoral de la présidence de la commission européenne. Comme d'habitude, Nigel Farage nous gratifie d'une diatribe extraordinaire contre M. Junker et M. Schulz.

 

. L'Union européenne, de l'illusion démocratique à la réalité totalitaire

Repost 0
16 juillet 2014 3 16 /07 /juillet /2014 08:17

Un bombardement kiévien hier matin sur un quartier résidentiel de la ville de Snezhnoe dans les environs de Donetsk a tué onze personnes et blessé huit autres. Un enfant de 7 ans a été miraculeusement sauvé.

 

Bombardements-kieviens---Bogdan--un-enfant-de-7-ans-miracu.jpg

Un enfant sauvé des débris suite à une  frappe aérienne ukrainienne sur une construction résidentielle (VIDEO)

Au milieu des scènes de destruction et de mort causées par une frappe aérienne ukrainienne sur les bâtiments résidentiels dans la ville de
Snezhnoe dans les environs de Donetsk en République populaire, un enfant de 7 ans a été miraculeusement sauvé de sous une pile de plusieurs tonnes de débris.

EN SAVOIR PLUS: Kiev tire des missiles d'un avion sur une résidence en Ukraine, 11 morts

Les images du sauvetage montrent le travail de nettoyage de la maison d'habitation par des secouristes qui ont réussi à sauver la vie d'un enfant qui a miraculeusement évité d'être écrasé par des tonnes de débris. Malheureusement, d'autres victimes de l'attaque aérienne ne sont pas aussi chanceuses. Jusqu'à présent, 11 personnes sont mortes et huit autres sont blessées. L'administration régionale de Donetsk a annoncé que l'enfant blessé était soigné à l'hôpital.

La vidéo (à partir de 03h42) capture les détails du sauvetage de Bogdan, dont les cris confus ont été entendus alors que des centaines de sauveteurs et de civils étaient à la recherche de survivants de la tragédie.

L'eau a été donné à l'enfant que l'équipe a travaillé contre la montre pour sauver sa vie. Les résidents pendant ce temps ont essayé de garder l'enfant calme, avec un homme, apparemment son père disant à plusieurs reprises "Bogdan, calmez-vous." Au fil des secours, les sauveteurs de la vidéo disaient que l'enfant était pris au piège sous une planche de bois recouverte d'une bloc de ciment.

 

Bombardements-kieviens---Bogdan--un-enfant-de-7-a-copie-1.jpg

 

A mains nues, puis avec des pelles, les sauveteurs ont creusé une fosse pour fournir suffisamment d'espace pour l'enfant à manœuvrer, avant d'utiliser une grue pour soulever le bloc de béton empêchant l'évasion de l'enfant. Le sauvetage a ensuite été poursuivi à la main, avec des débris nettoyés depuis le sommet de l'emplacement de l'enfant, avant de libérer Bogdan en toute sécurité de sa captivité de décombres.

La maison a été détruite après qu'un aéronef - décrit par les autorités ukrainiennes comme "non identifié" - a tiré quatre missiles à environ 06h27 mardi, alors que la plupart des citoyens de
Snezhnoe étaient endormis. L'un des missiles a frappé le bâtiment de l'administration fiscale locale, qui était vide à cette heure matinale. Les trois autres ont frappé le bâtiment résidentiel de cinq étages.

 

Source (traduction): http://rt.com/news/173072-child-rescue-snezhnoe-ukraine/

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Russie
commenter cet article
15 juillet 2014 2 15 /07 /juillet /2014 22:03

Nouvelle-Russie-Hymne-de-Novoross-copie-1.jpgLe Front populaire de Libération de l'Ukraine a publié son "Manifeste" exposant les grands principes de son action, jeudi 10 juillet. Ce manifeste comporte deux nouveautés historiques capitales par rapport à la pratique courante des démocraties modernes (en réalité oligarchies) issues des Révolutions française et américaine :


1/ Une prépondérance est donnée à une démocratie directe à deux degrés ("tout le pouvoir appartient au peuple et est exercé par les organes élus par la représentation directe") sans que l'on voit très bien le mode de désignation (élection, désignation par tirage au sort?) à partir des représentants directs des territoires, ni comment ceux-ci désigneront les "organes élus".

Nous avions vu qu'idéalement cette désignation ne devrait plus se faire au sein d'un corps électoral composé de partis politiques mais d'un corps électoral composé des groupes sociaux naturels de la nation : familles, employés, patrons, fonctions libérales, etc. Et bien, il semble que cela soit entendu par ces ukrainiens : des  unités démocratiques sont organisées au sein "des corporations professionnelles et les syndicats, délégués des organisations politiques, religieuses et sociales".

2/ Une disposition prévoit l'interdiction de " l'usure capitaliste bancaire". Ceci est une disposition historique jamais vue depuis 1789... et la naissance de la ploutocratie bancaire dans le monde occidental. Elle devrait mettre fin au servage par la dette... Mais Washington ne permettra jamais qu'une telle chose arrive aux frontières de l'Europe.. Car cela signifierait la fin du pouvoir de la FED et autres FMI.

 

Outre ces deux dispositions essentielles, nous remarquons que les est-ukrainiens présentés par la propagande atlantiste comme des "terroristes" "pro-russes" qui roulent pour la Russie sont en réalité des Ukrainiens favorable à une Ukraine indépendante libre débarassée de son oligarchie financière corrompue.

 

Le site Les Crises fait ce commentaire :

 

"ce Manifeste a pour but non seulement d’expliquer les buts politiques de la démarche des résistants, mais également de casser certaines images un peu trop confortables et trop éloignées de leur réalité.

On remarquera que l’internet russe le diffuse pour l’instant sans réels commentaires. On le trouve même sur le site des Echos de Moscou, ce qui est à la fois intéressant et surprenant. Il semble s’agir d’un acte important pour la compréhension de l’évolution politique de la situation en Ukraine, mais un acte que pour l’instant aucun média internet ne prend le risque de vraiment analyser. Un virage politique est pris ici, mais l’on ne sait pas encore ni sur quoi il va déboucher, ni s’il pourra arriver à son terme.

 

... Bref, dans l’ensemble, nous sommes face à la seconde phase révolutionnaire ukrainienne. Sur le plan institutionnel, le modèle politique présenté est très simpliste, c’est un modèle populaire/révolutionnaire intermédiaire, fondé sur les représentants et les assemblées, mais permettant de sortir de cette gabegie sanglante et de construire ensemble des institutions qui correspondent à la volonté des habitants du pays.

Le premier Maïdan fut objectivement un échec, aucune des demandes des premiers manifestants ne fut satisfaites, bien au contraire. Aujourd’hui, en fait, ces demandes premières sont reprises par les combattants de l’Est."


Manifeste-du-Front-populaire-de-Liberation-de-l-Ukraine.jpg

 

Четверг, 10 Июль 2014 11:52

 

Манифест Народного фронта освобождения Украины

 

Essai de traduction Christ-Roi

 

Jeudi, 10 Juillet, 2014 11:52
 

Manifeste du Front populaire de Libération de l'Ukraine 
 

 

Centre de Coordination Copyright nouvelle Russie
 

 

document officiel


Front de libération de l'UKRAINE Novorossia,  MANIFESTE des gens et Ruthénie

Quel est le but de notre lutte?

S'appuyant sur le territoire de la République populaire de l'Ukraine juste et sociale sans oligarques ni bureaucratie corrompue.

Qui sont nos ennemis?

Les fascistes de l'élite dirigeante libérale - l'alliance criminelle d'oligarques, les bureaucrates, les responsables de la sécurité et de la criminalité pure, servant les intérêts d'Etats étrangers.

Qui sont nos alliés?

Toutes les personnes de bonne volonté qui reconnaissent les idéaux de justice sociale et sont prêts à se battre pour ceux qui rejettent l'Etat fasciste libéral sur le territoire de l'Ukraine, indépendamment de leur citoyenneté et de leur nationalité

Qu'est-ce que la République populaire sociale pour lesquelles nous nous battons?

La République populaire sociale - c'est une forme politique de l'organisation sociale dans laquelle:

.     les intérêts de la nation et de son développement global - spirituel, intellectuel, social, physique - objectifs les plus élevés et objectifs de la République populaire  sociale
.     Tout le pouvoir appartient au peuple et est exercé par les organes élus par la représentation directe
.     Tout travailleur a droit à la santé, l'éducation, les pensions et la sécurité sociale à la charge de l'Etat
.     permis des initiatives privées ou collectives qui profitent aux populations et leur développement
.      l'usure capitaliste bancaire est interdite, vivant hors des intérêts sur les prêts - argent devrait être obtenu non pas par la servitude pour dettes, et par la mise en œuvre de projets réussis
.     l'État agissant au nom du peuple et contrôlé par ses représentants est le plus grand détenteur du capital et contrôle tous les secteurs stratégiques
.     est autorisé la propriété privée, mais les grandes fortunes et leur investissement dans la politique et l'économie sont sous le contrôle de la société - nul n'est autorisé à devenir un magnat et à dominer  les gens en créant une situation de monopole artificiel

Quelles sont les méthodes de notre lutte?

Pour atteindre cet objectif (la création de la République populaire de l'Ukraine sociale), nous sommes prêts à utiliser des méthodes violentes et non-violentes de lutte. Nous croyons que seule une ou des personnes armées sont capables de défendre leur liberté, mais la violence est le seul moyen d'atteindre un objectif politique forcé.

Que se passe-t-il en Ukraine?

 

Sur le territoire de l'Ukraine se déroule la révolte populaire de libération contre l'autorité libérale-fasciste qui, par la terreur et la propagande, essaie de fixer un capitalisme libéral-fasciste criminel dans notre pays.

 

Qu'est-ce que l'Ukraine?

L'Ukraine - est une zone située entre l'Union européenne et la Russie à la tradition chrétienne (principalement orthodoxe), habitée par différents peuples (Ukrainiens, Russes, Biélorusses, Moldaves, des Bulgares, des Hongrois, des Roumains, des Polonais, des Juifs, des Arméniens, des Grecs, des Tatars, Ruthènes, hutsuls, etc.), qui a une longue tradition d'autonomie populaire et de la lutte politique pour la liberté du peuple.

Que se passe-t-il dans le Sud-Est de l'Ukraine (Nouvelle-Russie)?

Dans le Sud-Est (Novorossii Nouvelle-Russie) la révolte politique des gens a lieu contre l'autorité libérale-fasciste établie à Kiev avec l'appui de l'argent et des maîtres occidentaux. Dans cette révolte sont impliqués tous les peuples
- les Ukrainiens, les Russes, les Grecs, les Arméniens, les Juifs, Hongrois, Roumains et ainsi de suite.


Est-ce une guerre entre la Russie et les Ukrainiens
dans le Sud-Est (Nouvelle-Russie )?

Ce n'est pas une guerre entre Russie et les Ukrainiens (comme le dit la propagande fasciste libérale), mais la rébellion d'un peuple opprimé contre l'otage commun - le capitalisme libéral fasciste criminel.

 Des Russes comme des Ukrainiens se trouvent des deux côtés du front , aussi bien que d'autres peuples.

Du côté des "autorités de Kiev", des mercenaires et des punisseurs trompés par la propagande sont en guerre pour les intérêts du grand capital criminel, et du côté de Sud-Est (Nouvelle-Russie) - les milices sont derrière les intérêts du peuple et son avenir juste, libre et démocratique.

 

Quels sont les différents intérêts russes et ukrainiens dans les événements en cours en Ukraine?

Russes et ukrainiens ont des intérêts-socio-politiques communs de libération de l'Ukraine de la puissance du capital criminel, la bureaucratie   criminelle et la criminalité pure.


Pourquoi le soulèvement dans le Sud-Est (Nouvelle-Russie ) passe pour être des slogans russes?

Parce que la population russe et russophone de l'Ukraine a connu une double oppression - socio-économique, aussi bien que culturelle et politique.


Oppression socio-économique - la corruption, l'arbitraire, le crime de puissance, l'impossibilité des activités normales et des salaires de misère dans la vie normale, la dépendance de "maîtres de vie" - est la norme f'existence de chaque travailleur habitant en Ukraine.

 

L'interdiction de la langue russe dans des régions où plus de 90% de la population parle et pense en russe (environ la moitié du territoire de l'Ukraine), l'interdiction de l'enseignement du russe dans les écoles, et l'interdiction de la publicité et du cinéma en russe, l'interdiction des pratiques juridiques et administratives en langue russe et de nombreuses autres exigences absurdes de ségrégation et d'interdictions - cette humiliation supplémentaire libérale de la population de l'Ukraine russophone par l'autorité criminelle libérale-fasciste.


Ainsi, le russe et le russophone arrivent en premier.

Dans la file d'attente des peuples opprimés de l'Ukraine!

 

Pourquoi la Russie aide le Sud-Est de l'Ukraine (Nouvelle-Russie)?

Une partie considérable de l'élite russe a peur de la contestation socio-politique nationale. Elle aurait volontiers convenu avec les autorités de Kiev de mettre fin à la guerre dans le Sud-Est (Nouvelle Russie). Mais la fureur du soulèvement populaire contre le capitalisme libéral fasciste oligarchique-bureaucratique ne le permet pas. Les peuples russes soutiennent la juste lutte du Sud-Est de l'Ukraine (Nouvelle Russie). Cela oblige toute l'élite russe (par naissance, mais pas vues) , souvent en dépit de ses intérêts stratégiques, de maintenir ou de faire semblant de soutenir la rébellion du Sud-Est de l'Ukraine.


Pourquoi les États-Unis et l'UE aident le régime Kiev?

L'objectif principal des États-Unis est la lutte avec la Russie comme principal concurrent géopolitique. Les États-Unis devraient faire un anti Etat russe avec des bases de l'OTAN sur les frontières de la Russie,  créer le chaos, ou déstabiliser la région.

L'UE a besoin de marchés et de sources de matières premières bon marché supplémentaires.


Qui soutient la lutte du Sud-Est de l'Ukraine (Nouvelle-Russie)?

La lutte des peuples de l'Ukraine, qui était la base principale du Sud-Est de l'Ukraine (Nouvelle Russie), soutient et développe un désir constant des peuples de l'Ukraine libre de la domination fasciste libérale des élites dirigeantes et la prise de conscience progressive des intérêts et des objectifs de la lutte socio-politique générale.

Est-ce une lutte du séparatisme du Sud-Est (Nouvelle-Russie)?

Non, le territoire de lutte est l'ensemble du territoire de l'Ukraine. Les rebelles du Sud-Est (Nouvelle Russie) tendent la main à leurs frères et sœurs de toutes les régions de l'Ukraine avec le slogan: "Levez-vous contre l'ennemi commun"

Nous allons créer la puissance d'une nouveau pouvoir populaire libre de personne socialement responsables à travers l'Ukraine et la Nouvelle-Russie.

Qu'est-ce qui va se passer après la victoire de la révolution de libération nationale et l'effondrement du régime libéral-fasciste?

 
Il y aura la formation d'un nouvel Etat sur ​​le territoire de l'Ukraine, dans lequel le pouvoir appartiendra au peuple, non pas en paroles, mais en actes.

La population de chaque région elle-même se prononcera à travers un référendum comme la plus haute forme de la démocratie  sur l'avenir de sa région - si elle restera dans un état ​​(confédéral) unifié au gouvernement fédéral ou se prononcera pour l'indépendance totale.


Comment se construira le pouvoir politique après la victoire de la révolution de libération populaire nationale?

Le pouvoir politique sera basé sur le principe de la représentation populaire directe (démocratie) - de haut en bas.

Les organes de la démocratie seront formés à partir du niveau des conseils locaux et le Conseil suprême, sur la base des délégués représentatifs des territoires délégués des groupes de travail et les corporations professionnelles et les syndicats, délégués des organisations politiques, religieuses et sociales.

Soutenir la démocratie populaire - les conseils locaux.

Ils délèguent des représentants aux conseils régionaux.

 

L'institution suprême nationale (le Conseil suprême) est composée de délégués des conseils régionaux. Le Conseil suprême nomme le gouvernement, responsable devant le peuple dans la personne de ses représentants.

Nous soutenons l'élection des juges et des responsables d'organismes d'application de la loi sur les places.
 

Quels seront les droits des régions, après avoir remporté la révolution de libération nationale?


Chaque région aura le droit d'avoir sa Constitution ou tout autre document fondamental garantissant la vie des peuples sur son territoire, ses droits politiques, économiques, sociaux, culturels et religieux de base.

 

Chaque région aura le droit, en plus des langues nationales à choisir les langues régionales, la rotation  culturelle, politique, juridique ou administrative.


Chaque région aura le droit de former son propre budget fondé sur l'imposition des personnes physiques ou morales opérant sur son territoire.


Chaque région aura le droit d'exercer un commerce extérieur indépendant.

Quelles seront les responsabilités des régions après la victoire de la révolution de libération nationale?


Chaque région devra payer une partie des taxes dans le fonds général de sauvetage commun (en cas de catastrophes naturelles ou d'autres catastrophes).


Chaque région devra payer une partie des taxes pour les besoins publics - défense, la maintenance de l'appareil de l'État national, la construction d'importance nationale.


Chaque région sera tenu de se conformer aux principes de l'état général des relations entre le travail et le capital, les libertés civiles et politiques.


Chaque région soutiendra l'ordre public et protégera les droits et libertés des citoyens dans les principes directeurs nationaux établis.

Ce sont là les principaux principes et objectifs de notre lutte.

 

Tout citoyen honnête et patriote devrait les accepter et les soutenir.

 

Publié au Centre politique de coordination la NOUVELLE RUSSIE


Source: http://centerkor-ua.org/mneniya/politika/item/1009-manifest-narodnogo-fronta-osvobozhdeniya-ukrainy.html

 

. La Constitution de la République Populaire de Donetsk (état de la Nouvelle-Russie) est un manifeste contre les « valeurs américaines » et le modèle de société occidental (Xavier Moreau)

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Russie
commenter cet article
15 juillet 2014 2 15 /07 /juillet /2014 16:38

S'il avait enseigné la théorie du genre il aurait reçu une promotion !

Triste et emblématique de la mentalité des "évêques" qui-sont-dans-l'Eglise :

 

Un-pretre-trop-traditionnel-qui-enseigne-le-Paradis--l-enf.jpg

 

...ce prêtre explique le Paradis et l'enfer aux enfants durant "l'heure de religion": pour le diocèse, il ne peut plus enseigner!
Thomas Ladner (photo) est un prêtre autrichien de 36 ans, il porte soutane et est coopérateur de la paroisse de Stans, au Tyrol. Un village de 1.500 âmes où il enseigne la religion dans l'école élémentaire locale.

Avant la fin de l'année scolastique le diocèse d'Innsbruck lui a communiqué la révocation de son permis d'enseigner. La faute qu'il a commise, selon l'office d'enseignement du diocèse, c'est d'avoir parlé à ses petits écoliers de l'enfer et du purgatoire, "leçons non adaptées aux bambins et à leur niveau", d'avoir traité le thème de la Famille "en termes qui ne sont plus actuels" et de l'avoir fait dans "un langage rhétorique", soit trop traditionnel.

Les paroissiens eux-même n'ont pas tardé à réagir, qui apprécient les qualités humaines et le travil pastoral de l'abbé Ladner, surtout avec les enfants. Les parents ont lancé une pétition, et le maire a écrit à la curie diocésaine une lettre ferme se plaignant de l'agitation provoquée dans son village par cette "décision inacceptable".
Cette histoire est rapportée par le quotidien local Tiroler Tageszeitung, mais nonobstant l'agitation créée, le diocèse ni son évêque Mgr Manfred Scheuer, n'ont encore donné signe d'évolution dans leur décision.

source: http://www.iltimone.org/31958,News.html via http://www.leforumcatholique.org/message.php?num=754970

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Religion
commenter cet article
15 juillet 2014 2 15 /07 /juillet /2014 15:57

Le Nouvel Ordre Mondial sexuel s'attaque à la pureté et à l'innocence même des enfants qu'il cherche à détruire au niveau mondial. Ce qui, d'un point de vue religieux, s'analyse comme une entreprise proprement diabolique - Satan ayant horreur de la pureté -.

L'Institut Kinsey (que la fiche wikipedia en français présente comme "organisme de recherche sexologique américain") explique que les enfants sont "sexuels dès la naissance" ! Cet institut pédocriminel fondé en 1947 est à l'origine de la théorie du genre, de la "libération des moeurs", de la modification de la législation américaine dans les années 70, et des cours d'éducation sexuelle obligatoire à l'école aujourd'hui.

 Le 5 février 2014 la candidature de l'Institut Kinsey pour la candidature à l'ECOSOC (ONU) a été retenue, avec un statut de "conseiller pour l'enfance et pour la famille" !

 



Judith Reisman, écrivain américain, travaille depuis 30 ans sur les liens entre Alfred Kinsey, l’Institut Kinsey et la pédophilie. Elle est ainsi l’une des plus à même de démontrer les liens entre éducation sexuelle, révolution sexuelle, théorie du genre, pornographie, etc., et la pédophilie.

Bien que ses thèses aient été popularisées en Europe par quelques documentaires, jamais les médias hexagonaux n’ont été l’interroger, et aucune maison d’édition française ne l’a traduite.

C’est pourquoi l’historienne Marion Sigaut et ERTV sont allés à sa rencontre à l’occasion de sa venue à Zagreb, capitale de la Croatie, où elle est devenue une figure importante suite aux débats sur l’introduction de l’éducation sexuelle à l’école qui ont enflammés le pays.


Dans cet entretien, Judith Reisman nous explique son parcours, les raisons de sa venue en Croatie ainsi que la nomination de l’Institut Kinsey au statut de conseiller pour l’Organisation des Nations unies.

 

Source: http://www.egaliteetreconciliation.fr/Education-sexuelle-et-pedophilie-en-Croatie-rencontre-avec-Judith-Reisman-26675.html

 

Nous apprenons dans la video que "grâce à Judith Reisman, la loi d'introduction de l'éducation sexuelle a l'école a été rendue anticonstitutionnelle par le conseil constitutionnel croate."

 

Judith Reisman conclut en déclarant :

 

"Il doit y avoir une réaction à cet abus de l'être humain que l'on voit partout. Et la France pourrait montrer la voie. Pourquoi pas ?"

 

 

. Le scandale de la théorie du genre : les "travaux" d'Alfred Kinsey et la Fondation Rockefeller

. Entretien TV-Libertés avec Marion Sigaut sur le rapport Kinsey et la théorie du genre

. Conférence de presse de Farida Belghoul, Alain Escada, Béatrice Bourges et Christine Boutin sur l’interdiction de la théorie du genre à l’école le 19/02/2014 (Vidéos)

. Le long travail de corruption des moeurs

Repost 0
15 juillet 2014 2 15 /07 /juillet /2014 15:07

France-Russie Convergences a organisé une conférence avec John LAUGHLAND*, Directeur des Études de l'Institut de la Démocratie et de la Coopération (IDC-Europe.org).


 

Dans cette deuxième partie, John Laughland explique notamment que la crise et la guerre civile en Ukraine est voulue et recherchée par les Etats-Unis pour empêcher tout rapprochement entre la Russie et l'Europe :

 

« Tourtchynov, l'ancien président par interim (de l'Ukraine) ne cesse de parler de "terroristes" à l'est, alors que personne à l'est n'a employé le terrorisme. Il n'y a jamais eu un acte de terrorisme à l'est... Et idem pour Porochenko, le nouveau président : il dit qu'il faut "mettre fin à la sécession par la force".

Donc je pense que la politique occidentale, qui est celle aussi du nouveau pouvoir à Kiev, c'est la politique de l'escalade, la politique de l'affrontement et de l'escalade. Ils veulent une guerre civile. Pourquoi ? Parce que cela mettrait, dans leur esprit en tous cas, la Russie devant le besoin impératif d'intervenir, d'envoyer des troupes, qui ferait éclater une fois pour toutes toute idée d'un rapprochement entre l'Europe et la Russie.


... (En Europe), plus personne ne veut entendre parler de cette Union européenne.

Même en France, les sondages montrent qu'une majorité des Français ont une opinion négative sur l'Union européenne.

Et bien, il faut bien ressouder d'une manière ou d'une autre la cohérence perdue, il faut trouver une façon, un truc pour refaire l'Europe. Et bien ce truc, c'est de faire un épouvantail de la Russie. La Russie est profilée par les européens comme l'Anti-Europe. L'Europe, elle est post-moderne, elle est post-chrétienne, elle est post-nationale, elle est post-historique. Nous avons en Europe le "mariage" homosexuel, les transexuels ou les travestis qui remportent l'Eurovision. La dame barbue est mise en avant par le parlement européen dans un tweet comme une image, un symbole de l'Europe tolérante. Je vous signale pour la petite histoire que cet homme travesti en femme a reçu la bénédiction du cardinal Schönborn, archevêque de Vienne qui a dit "Dieu les a créé homme et femme mais tout le monde ne se sent pas homme ou femme, et nous sommes la religion de la tolérance et de la diversité". (1) Donc c'est cela l'Europe. C'est comme cela que l'Europe se conçoit.

Et pour renforcer cette image de l'Europe, cette image de soi, comme ayant dépassé le stade de la nation, comme ayant dépassé le stade de l'histoire, de la famille, de la chrétientié évidemment et de tout cela, il faut agiter l'épouvantail de la Russie. La Russie qui elle est chrétienne, autoritaire, nationale, historique et ainsi de suite. Donc c'est une façon de redorer un peu le blason européen. »

 

A une question posée sur l'aspect religieux sous le conflit en Ukraine, John Laughland répond :

 

« De manière générale, Poutine, depuis quelques semaines, depuis quelques mois pardon, met en avant cet aspect-là (religieux) de la Russie . Il a dit par exemple en septembre que l'une des menaces qui pesaient sur la Russie était celle de l'abandon par l'Europe occidentale des valeurs chrétiennes. Et il a prononcé une phrase extraordinaire : "En Europe, on met tout sur un pied d'égalité, les couples homosexuels sur un pied d'égalité avec un vrai mariage, et on met même sur un pied d'égalité la foi en Dieu et la foi en Satan..." Il n'y a pas un seul dirigeant européen qui s'exprimerait dans ces termes-là. Et naturellement tout cela est un torchon rouge pour l'Europe post-chrétienne. »


* Philosophe et historien, John LAUGHLAND est de nationalité britannique; il est l'auteur de très nombreux ouvrages :
-« A History of Political Trials from Charles I to Saddam Hussein » (Oxford : Peter Lang, 2008) ;
-« Schelling versus Hegel : from German Idealism to Christian Metaphysics » (London : Asghate 2007, ouvrage qui sera traduit en français en 2009 aux Editions François-Xavier de Guibert) ;
-« Travesty : the Trial of Slobodan Milosevic and the Corruption of International Justice » (London : Pluto Books, 2007) ;
-« Le tribunal pénal international : gardien du nouvel ordre mondial (Paris : F.-X. de Guibert, 2003) etc.

Ses livres ont été traduits en français, russe, tchèque, polonais, espagnol, serbe et croate.
Pendant de nombreuses années John Laughland a été commentateur sur les affaires internationales pour la presse britannique et internationale. Il écrivait dans les colonnes de The Spectator, The Guardian, The Mail on Sunday, The Times, Die Welt, Frankfurter Allgemeine Zeitung et d'autres journaux de renom.
Titulaire d'un doctorat en philosophie de l'Université d'Oxford.
Il a été maître de conférences à l'Institut d'Etudes Politiques de Paris de 1991 à 1995 et il a enseigné à l'Université Paris -- III et à l'Université Saint Pie V à Rome.
Ancien membre du Centre de l'Histoire de l'Europe centrale à Paris-IV, il parle anglais, français, allemand, italien et russe.
Il intervient régulièrement sur les chaînes Télé françaises.

Conférence organisée par et pour : France-Russie Convergences (http://www.france-russie-convergences.fr)

Entretien filmé et monté par : Égalité & Réconciliation Languedoc-Roussillon (http://erlanguedoc.fr)

 

3e partie : http://www.youtube.com/watch?v=_vo96iO3eJ0

 

Notes:

 

 

Cardinal-Schonborn--Homme-et-femme-il-les-crea.jpg

Le cardinal Schönborn intitule son billet « Homme et femme il les créa »


Source: http://yvesdaoudal.hautetfort.com/archive/2014/05/19/le-cardinal-schonborn-soutient-l-ideologie-du-genre-5373008.html

(1) le cardinal Schoborn intitule son billet « Homme et femme il les créa ». La phrase de Jésus renvoyant les pharisiens à la Genèse, et que Jean-Paul II a commentée au long de 135 catéchèses pour démolir à la racine l’idéologie du genre, montrant que l’identité de l’être humain est dans sa masculinité ou sa féminité, de façon irréductible puisque c’est « dès l’origine », et que c’est cette altérité sexuelle originelle qui fait l’homme à l’image de Dieu, capable d’union sponsale, de communion des personnes. (Ces catéchèses viennent de reparaître dans une édition qu’on peut qualifier de scientifique, dans une nouvelle traduction, avec des index et une remarquable introduction d’Yves Semen, au Cerf, sous le titre La théologie du corps.)

Or le cardinal Schönborn, qui connaît naturellement l’enseignement de Jean-Paul II sur la question, utilise la même phrase pour prétendre le contraire, dans un journal qui est un véritable torchon, sous les rendez-vous du week-end où l’on met en avant un (autre) spectacle de travestis.

Voici la traduction du texte du cardinal Schönborn :

« Mais, nous le savons tous, dans le jardin de Dieu il y a une variété de couleurs. Ce ne sont pas tous ceux qui sont nés masculins qui se sentent hommes, et de même du côté féminin. En tant que personnes ils méritent le respect, auquel nous avons tous droit. Je me réjouis pour Thomas Neuwirth, qui pour son entrée en scène comme Conchita Wurst a eu un tel succès. Je lui souhaite que cette réussite ne lui monte pas à la tête, et je prie pour lui, pour que Dieu envoie sa bénédiction sur sa vie.»

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Russie
commenter cet article
15 juillet 2014 2 15 /07 /juillet /2014 14:03

La ville de Donetsk après bombardements le 12 juillet 2014.

 

Une famille entière a été tuée dans les bombardements kiéviens sur Donetsk. Une jeune fille de 17 ans inclue. Dans la zone touchée il n'y a que des civils. Aucune cible militaire ! Et aucun écho dans les médias "français"...

 

Video très dure : https://www.facebook.com/republikpopulairedudonbass/posts/1454682458117174

http://rutube.ru/video/4482bea5966c1c43b03898022b29b019/?ref=logo

Repost 0
14 juillet 2014 1 14 /07 /juillet /2014 17:54

En Palestine comme en Ukraine, les mêmes méthodes et le même vocabulaire sont à l'oeuvre. Au moins 157 Palestiniens ont trouvé la mort dont plus d'une vingtaine d'enfants et plus d'un millier d'autres ont été blessés, dans les raids israéliens consistant en des bombardements lancés par l'Etat hébreu contre des cibles « terroristes » du mouvement palestinien, dans le cadre de l'opération militaire d'Israël nommée « Protective Edge » lancée mardi 8 juillet. L'opération vise à « priver le Hamas de sa capacité à tirer des roquettes vers le territoire israélien ». 

 

 

 

Une journaliste de RT s'énerve à propos de la désinformation sur le conflit israélo-palestinien et de l'appel public du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, d'"agir de façon responsable" (sic) : "Combien de personnes devront-elles mourir pour définir l'irresponsabilité ?", demande la journaliste. "Le gouvernement américain peut continuer indéfiniment à soutenir 'le droit d'Israël de se défendre', gardez en mémoire le nombre croissant de morts à Gaza et le fait qu'aucun israélien n'ait encore péri sous les roquettes du Hamas !" ajoute la journaliste.


Le bombardement de Gaza par Israël est un exemple type de guerre injuste condamnée par l'Eglise : les moyens sont disproportionnés et les bombardements n'étaient pas le seul moyen pour régler le conflit.

 Les théologiens, à la suite de saint Thomas d'Aquin (II, 9-40) ont en effet posé six conditions pour qu'une guerre soit "juste" :

1/ L'intention droite. Sont absolument illégitimes et très gravement, toutes révolutions fomentées par ambition personnelle, intérêt financier d'un individu ou d'un trust…

2/ Une cause juste. Par contre étaient légitimes le soulèvement de la Vendée, en France, contre la tyrannie des révolutionnaires de 1789, celui des chrétiens libanais contre l'alliance syro-palestinienne, celui des Noirs du Sud du Soudan contre les persécuteurs musulmans du Nord, etc… Byzarrement, pour ceux qui ne le savent pas, l'O.N.U. ne s'en occupa pas ou y a renoncé. Pour que la cause soit juste, il faut que le bien commun du pays ou le bien commun d'une minorité légitime soient attaqués.

3/ Être le seul moyen. Tous les autres efforts pour la justice ayant été épuisés, et ceci en un laps de temps raisonnable.

4/ Un espoir raisonnable de victoire. C'est l'aspect pragmatique de la licéité d'un coup d'Etat : il ne faut pas qu'il apporte un mal plus grand !

5/ Des moyens non intrinsèquement mauvais. Il serait illicite de séparer définitivement des familles, de castrer des groupes, de gazer ou supprimer une ethnie....

6/ Des moyens proportionnés à la cause défendue. Sont ainsi à exclure : la trahison, les armes causant des destructions ou des souffrances disproportionnées (Napalm). De même s'attaquer aux civils, c’est-à-dire aux non-combattants, bombarder des zones résidentielles ou des villes entières (Dresde, Hiroshima…)

(Source: R. P. Jean-Jacques Marziac, Précis de la doctrine sociale de l'Eglise à l'usage des chefs d'Etat, Préface et textes de son Excellence Monseigneur Marcel Lefebvre, Editions Pontificales suppléantes, Caussade 1991, p. 81-83.)

 

Gaza--Enfants-victimes-des-bombardements-israeliens.jpeg

Source photo :

Mali-web.org "Gaza: 22 morts samedi, l’armée israélienne se prépare à une opération terrestre"

http://mali-web.org/international/gaza-22-morts-samedi-larmee-israelienne-se-prepare-une-operation-terrestre

 

 

 

. Lettre ouverte à François Hollande et autres racistes qui nous dirigent (Christophe Oberlin)

Repost 0
14 juillet 2014 1 14 /07 /juillet /2014 14:22

 

Hollande--La-reprise-est-la--elle-est-trop-fragile-le-14-j.png

 

Il y a un an, le 14 juillet de l'année dernière, François Hollande avait déclaré "la reprise est là". Un an après, il a répété son mantra mot pour mot : "la reprise est là" dans un entretien à l'Elysée à l'occasion du 14 juillet, en ajoutant que nous étions "sortis de la crise" : 

 

"Nous sommes sortis de la crise. Ce que l'on a appelé la crise de la zone euro. Et l'année dernière, c'est vrai, exactement à la même place, j'ai dit la reprise est là. La reprise, elle est là, mais elle est trop fragile, trop hésitante, trop vulnérable. Au-delà des chiffres, on n'est plus dans la récession, on n'est pas dans la crise, on est dans une faible reprise", a précisé le dictateur.

 

 

Au cours de cet entretien, François Hollande a évoqué sa promesse non tenue, l'inversion de la courbe du chômage :

 

"Ce n'est pas venu", a-t-il reconnu. "C'était un objectif qui a permis de mobiliser tout le monde."

 

. François Hollande ou la crise qui prend fin tous les six mois

. Moscovici : «La reprise est là, la confiance va suivre» (13 octobre 2013)

. François Hollande : «Le temps de la reprise est là» (le 8 octobre 2013)

. "La reprise est là" (François Hollande, le 14 juillet 2013)

. Moscovici annonce un début de reprise de l'économie (10 juillet 2013)

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Economie
commenter cet article