Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
6 février 2015 5 06 /02 /février /2015 13:24
Laurent Obertone - Bistro Libertés

Pour la sortie de son dernier ouvrage phare La France Big Brother, Laurent Obertone a choisi Bistro Libertés (l'émission-débat de TV Libertés) comme seul rendez-vous médiatique.

Extrait:

 

"Je suis certain qu'il (Big Brother) ne les a pas prévu (les attentats de Paris du 7 janvier 2015 NDLR.) Big brother est dépassé par la réalité qu'il a créée. C'est une sorte de docteur Frankenstein qui crée des choses qui le dépassent. Et il essaie de se rattraper à ces réalités pour les retourner en sa faveur. C'est exactement ce qui s'est passé. C'est-à-dire que ce qui s'est passé (les attentats de Paris NDLR.) résulte de toute son utopie, de croire que le vivre ensemble, le multiculturalisme serait formidables, dans une chaîne éternelle d'amour merveilleux. Sauf que voilà, les résultats sont là. Tous ces gens sont directement responsables de la situation, et ils parviennent tous à en profiter, grâce à la puissance de feu médiatique dont ils disposent. C'est ça que j'ai voulu dire dans ce livre.

 

[...] Big Brother a la capacité extraordinaire à retourner tous les faits à son avantage, comme je le disais sur cette affaire Charlie Hebdo, parvenir à transformer un échec absolu de toute sa politique et de toute sa pensée en une victoire en rase campagne de ses plus féroces soutiens. [...] En fin de compte, le réel n'a aucune importance pour Big Brother. C'est simplement la façon de communiquer sur le réel qui importe. Tout est dans la communication. La politique c'est uniquement cela. C'est de savoir exactement comment on va mentir aux gens."

 

http://www.tvlibertes.com/

https://www.facebook.com/tvlibertes

Repost 0
6 février 2015 5 06 /02 /février /2015 12:36

« Le serpent dit à la femme : "Non, vous ne mourrez pas, mais Dieu sait que le jour où vous en mangerez, vos yeux s'ouvriront et vous serez comme des dieux". » (Génèse, 3,4)

 

 

Serge Abad Gallardo: la franc-maçonnerie est une religion qui fait de l'homme son propre dieu

 

Nantes. Peut-on être chrétien et franc-maçon ?

 

06/02/2015 – 07H30 Nantes (Breizh-info.com) - Le jeudi 29 janvier dernier, Serge Abad Gallardo était invité au théâtre de la Gobinière par la section d’Orvault-Sautron de la fédération des Associations Familiales Catholiques(AFC44). Devant une salle comble, l’auteur de J’ai frappé à la porte du Temple a expliqué pourquoi l’appartenance à la franc-maçonnerie n’est pas, selon lui, compatible avec la foi chrétienne.

 

D’origine espagnole, Serge Abad Gallardo réside à Narbonne, département dans lequel la franc-maçonnerie est très bien représentée. Issu d’une famille catholique, il explique qu’il s’était éloigné d’une foi qui n’était pas très fervente. Se posant les questions existentielles sur le sens de la vie, en recherche spirituelle, il est entré en maçonnerie dans une loge de l’obédience du « Droit Humain ». Il y est resté près de 22 ans. Il la quittera après avoir retrouvé la foi. Il raconte cette expérience dans son livre J’ai frappé à la porte du Temple (Editions Pierre Téqui). Il précise d’emblée que son but n’est pas d’attaquer ce courant mais de montrer que, pour un chrétien, l’adhésion à la franc-maçonnerie est une impasse incompatible avec sa foi : « je veux dire aux catholiques ce que sont les francs-maçons et aux francs-maçons ce qu’est l’église catholique. »

 

La franc-maçonnerie spéculative, à ne pas confondre avec l’opérative, est une création anglaise de 1717. En France, elle s’établit dès 1738 avec la Grande Loge de France qui donnera jour au Grand Orient de France. Ce dernier constitue aujourd’hui l’obédience principale qui compterait environ 45 000 membres. Très anticléricale, c’est à dire anticatholique, elle était jusque récemment exclusivement masculine. Ont également une bonne représentativité le Droit Humain qui est mixte, la Grande Loge Nationale de France (GLNF) de rite anglais, la Grande Loge de France (GLF) et la Grande Loge Féminine de France (GLFF).

 

Pour le conférencier, la franc-maçonnerie représente un poids certain dans la société française et influence l’évolution des lois, en particulier les lois dites « sociétales ». Dans chaque profession, il existe des « fraternelles » qui regroupent les francs-maçons. La Fraternelle Parlementaire en compterait ainsi 500 dont 140 en activité. A titre d’exemple, Serge Abad Gallardo rappelle que, selon M. Simon, la loi Veil sur l’avortement a été étudiée et mûrie en loges avant d’être reprise par le gouvernement Chirac.

 

Si, parmi les francs-maçons, on rencontre des « affairistes », la majorité d’entre eux sont des personnes qui recherchent une réponse à leurs interrogations sur l’homme et sa place dans le monde. Dans cette recherche, certaines ont des liens étroits avec les courants occultistes et ésotériques, la philosophie « new âge » ou le mouvement théosophiste. Ils pensent qu’il existe une vérité mystique, une tradition connue de seuls sages, qu’il faut transmettre. D’autres se considèrent plus simplement comme des héritiers de Robespierre et de sa volonté de déchristianiser la France.

 

Ces obédiences présentent donc de sensibles variantes. En particulier, elles ont une conception différente sur l’existence ou non d’un dieu. Au final, cependant, pour Serge Abad Gallardo la franc-maçonnerie est une religion avec une initiation, des cérémonies, des rites, une croyance, des dogmes, un idéal commun, des liens entre les membres. Elle est pour l’homme non seulement un moyen d’approcher Dieu, mais de devenir soi-même Dieu. Cela revient à dire que tout part de l’homme et y revient.

 

Pour toutes ces raisons, dès 1738, le pape Clément XII condamne cette idéologie et sanctionne par l’excommunication un catholique qui y adhère. Cette condamnation sera confirmée à 7 reprises, la dernière fois en 1983 par le cardinal Ratzinger, le futur Benoît XVI.

 

Photo :DR

[cc] Breizh-info.com, 2015, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine.

 

Source: http://www.breizh-info.com/22620/actualite-societale/nantes-peut-etre-chretien-et-franc-macon/

Repost 0
6 février 2015 5 06 /02 /février /2015 11:11
La « laïcité » républicaine inefficace contre les harcèlements à l’école
La « laïcité » républicaine inefficace contre les harcèlements à l’école

1 élève sur 10 serait victime de harcèlement à l'école. Les républicains ont voulu chasser Dieu de l'école, ils en déplorent aujourd'hui les conséquences. Après la laïcité inefficace contre l'islamisme (Cf. Attentats de Paris du 7 janvier 2015 commis par des bi-nationaux), inefficace contre l'augmentation des suicides, la laïcité inefficace contre les harcèlements à l'école :

 

Najat Vallaud-Belkacem présente un plan anti-harcèlement à l’école

 

Le Monde | 06.02.2015 à 09h12 • Mis à jour le 06.02.2015 à 09h13

 

Najat Vallaud-Belkacem a présenté son plan anti-harcèlement à l’école, vendredi 6 février sur i-Télé. Pour la ministre de l’éducation nationale, il faut « rompre le silence » et agir sur deux points : la formation des enseignants et la prise en charge des familles.

 

Selon la ministre, 1 élève sur 10 serait victime de harcèlement. Et « parmi tous ces élèves victimes, 1 sur 5 ne va pas parler, c’est ce que va le conduire à des actes tragiques, a-t-elle souligné. Le harcèlement a longtemps été un sujet tabou à l’école, mais depuis deux-trois ans, on en parle. Et le ministère s’en est saisi depuis un an. »

 

Mme Vallaud-Belkacem a annoncé la mise en place d’outils pour « mieux détecter » le harcèlement : la formation des enseignants, mais aussi la mise en place d’un prix « Mobilisons-nous contre le harcèlement » pour que les élèves puissent s’exprimer, par le biais de dessins par exemple.

 

Source: http://www.lemonde.fr/education/article/2015/02/06/najat-vallaud-belkacem-presente-un-plan-anti-harcelement-a-l-ecole_4571190_1473685.html#lYpDVKbTieMlyHx6.99

La « laïcité » républicaine inefficace contre les harcèlements à l’école

Même s'il faut se féliciter de cette rupture du silence autour des harcèlements à l’école, un « sujet tabou à l’école » dont les républicains ne parlent que « depuis deux-trois ans » (!), ce n'est pas avec « la formation des enseignants,» ni « la mise en place d’un prix Mobilisons-nous contre le harcèlement » que ces harcèlements cesseront. Il est frappant de constater que ces « harcèlements » n'existent pas dans les écoles catholiques classiques traditionnelles. Pourquoi ? Tout simplement parce que la vie de prière, le matin, le soir, la fréquentation des sacrements de l'Eglise (eucharistie, confessions), font que les enfants reçoivent une conscience morale que l'école laïque et obligatoire leur a enlevée et est dorénavant incapable de leur donner. D'où les harcèlements d'enfants par d'autres enfants sans conscience morale.

Repost 0
6 février 2015 5 06 /02 /février /2015 00:00
Saints Paul Miki et ses comp., martyrs († 1597) - memoire -

Sts Paul Miki et ses Compagnons, Martyrs (memoire) († 1597)

Une des plus dures persécutions qu'aient essuyées les chrétiens du Japon est celle de Taicosama.

La mission du Japon avait débuté avec succès en 1549 avec saint François-Xavier, mais en 1582 l'empereur voulut faire partir les Jésuites, considérés par certains comme un danger national. La méfiance s'accrut encore lorsqu'une quinzaine de Franciscains débarquèrent en 1593 et construisirent deux couvents, prêchèrent et baptisèrent de nombreux Japonais.

L'empereur du Japon ordonna en 1596 d'arrêter tous les missionnaires qu'on trouverait et de les mettre à mort. Ainsi furent arrêtés six franciscains ; trois jésuites dont Paul Miki et dix-sept laïcs tertiaires franciscains. Ils furent exposés de ville en ville pendant des semaines à la vindicte populaire afin de faire un exemple. L'empereur les envoya alors à Nagasaki où il avait fait dresser 26 croix sur lesquelles ils furent crucifiés face à la mer (face à l'Occident, comme un défi lancé à la chrétienté).

Ces vingt-six martyrs étaient :

Trois jésuites :

Paul Miki, frère jésuite, fils d'un général, premier jésuite japonais et grand prédicateur, Jean Soan (de Goto), frère jésuite japonais, Jacques Kisoï, frère jésuite japonais.

Six franciscains :

Pierre Baptiste de Saint-Esteban, prêtre espagnol, chef de la mission franciscaine au Japon, Martin d'Aguirré, prêtre espagnol, professeur de théologie, François Blanco, prêtre espagnol, Philippe de Las Casas, mexicain, frère convers, Gonzalve García, des Indes Orientales, frère convers, François de Saint-Michel, frère convers.

Dix-sept laïcs tertiaires franciscains, tous japonais et membres de la communauté de Méaco, (arrêtés le 31 décembre 1596) :

Côme Tachegia, Michel et Thomas Cozaki, Paul Ibarki, Léon Carasumo (catéchiste et interprète), Mathias, Bonaventure, Joachim Saccakibara (mèdecin), François de Méaco (médecin), Thomas Dauki (interprète), Jean Kinoia, Gabriel de Duisco, Paul Suzuki (catéchiste et interprète) ; François Danto et Pierre Sukejiro n’étaient pas sur la liste des arrestations mais, comme ils s’obstinaient à suivre les prisonniers et à les soigner, ils furent arrêtés à leur tour ; Louis (11 ans) et Antoine (13 ans).

Du haut de sa croix, Paul Miki continuait à prêcher pardonnant à ses bourreaux et invitant à la conversion : « Arrivé au terme où vous me voyez, dit-il, je ne pense pas qu'aucun de vous me croie capable de trahir la vérité. Eh bien ! Je vous le déclare, il n'y a pas d'autre moyen de salut que la religion chrétienne. Je pardonne aux auteurs de ma mort ; je les conjure de recevoir le baptême. »

Un autre, suspendu à une croix, n'osait se servir que des paroles du bon larron : « Seigneur, souvenez-vous de moi ! »

Les enfants ne furent pas moins admirables. Louis, répondit à un païen qui l'engageait à renoncer à sa foi : « C'est vous qui devriez vous faire chrétien, puisqu'il n'y a pas d'autre moyen de salut. »

Antoine, résista aux larmes de ses parents et aux promesses du magistrat : « Je méprise, dit-il, vos promesses et la vie elle-même : je désire d'être attaché à la croix pour l'amour de Jésus crucifié. » Du haut de sa croix, il chanta d'une voix angélique le psaume : Laudate, pueri, Dominum, Enfants, louez le Seigneur, et il eut le cœur percé d'une lance au Gloria Patri, qu'il alla chanter dans le Ciel.

Ils furent tous achevés d'un coup de lance dans le cœur. Les fidèles recueillirent le sang et les vêtements des martyrs, dont l'attouchement opéra des miracles.

Paul Miki et ses Compagnons ont été béatifiés, par le pape Urbain VIII (Maffeo Barberini, 1623-1644), le 14 septembre 1627 et canonisés, par le bienheureux Pie IX (Giovanni Maria Mastai Ferretti, 1846-1878), le 8 juin 1862, dans une solennité sans exemple, au milieu d'un grand concours d'évêques de toutes les parties du monde.

Ce furent les premiers martyrs du Japon.

En Belgique, cette mémoire est reportée au 7 février.

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Saints du jour
commenter cet article
5 février 2015 4 05 /02 /février /2015 14:18

Après la crotte de pigeon sur l'épaule, la mouche sur le visage ! Décidément la nature a horreur de François Hollande !

 

12:36 Une mouche se pose sur le visage du président

Cela n'a échappé à personne:

 

http://www.lefigaro.fr/politique/2015/02/05/01002-20150205LIVWWW00117-en-direct-hollande-conference-de-presse.php

 

Le président s'exprimait lors de sa cinquième conférence de presse, depuis l'Élysée, au cours de laquelle il a notamment expliqué qu'il voulait «prolonger l'esprit du 11 janvier» :

 

«La France a été attaqué dans ce qu'elle avait de plus sacré. Elle a su réagir avec dignité et fierté. Elle a fait face. «Les rassemblement citoyens qui se ont multiplié  ont impressionné le monde. L'esprit du mois de janvier c'est l'unité de la République. Cet esprit là, je doit le prolonger.»

 

François Hollande souhaite-t-il prolonger les attentats islamistes en France ? On peut se poser la question compte tenu de la nouvelle menace contre la France et notamment les 4 millions de «Je suis Charlie» par l'Etat islamique !

 

Quoiqu'il en soit, cet «esprit» ne lui voulait pas du bien ... puisqu'un peu plus tard, une mouche est venue se poser sur le front de François Hollande, tournant autour de son visage et le gênant pour donner ses réponses.

 

 

Une mouche se pose sur le visage du président

Le 11 janvier, lors de la marche «Je suis Charlie» organisée par le pouvoir et à l'origine du dit «esprit du 11 janvier», un pigeon déféqua sur l'épaule du président, provoquant le fou rire des «survivants».

Une mouche se pose sur le visage du président
Une mouche se pose sur le visage du président
Une mouche se pose sur le visage du président
Repost 0
Publié par Ingomer - dans Humour
commenter cet article
5 février 2015 4 05 /02 /février /2015 12:41

Le communisme et le républicanisme sont des terrorismes toujours pas désavoués ni condamnés.

N'avons-nous pourtant pas inventé la "promotion démocratique de l'holocauste" (1), l'assassinat politique, les meurtres de masses ? N'avons nous pas assassiné d'abord le petit peuple des paysans artisans et ouvriers en 1789-1794 ? (2), inventé la "guerre libératrice", propagé la guerre "révolutionnaire" dans toute l'Europe (Brissot et les Girondins) (3) "parce qu'à coup sûr la paix tuait la république...'" (Jean-Baptiste Louvet, dit Louvet de Couvray, cité in A. Barruel, Mémoires pour servir à l'histoire du jacobinsime, Editions de Chiré, Chiré-en-Montreuil 2005, tome 2,., p. 473.)? N'avons nous pas propagé essentiellement le règne de l'usure et des banquiers centraux et internationaux dans toute l'Europe et le monde ? Le tout en considérant que cette modernité nous faisait entrer dans l'ère libératrice du "progrès" et de la "démocratie" ?

 

En 2015, pour remporter ses élections, le PS accepte toujours les voix des communistes, grands génocideurs et criminels de l'humanité, sans que le Front républicain ne fonctionne dans ce sens-là, sans que personne ne songe à demander au PS à refuser les voix de ces communistes. Pire : personne ne songe même à le dire! Ceci montre tout le poids du lavage de cerveaux. Le deux poids deux mesures du "Front républicain".

 

Notes

 

 

(1) René Sédillot, Le Coût de la Révolution française, Vérités et Légendes, Perrin, Mesnil-sur-l'Estrée 1984, p. 12.

(2) 28% des guillotinés sous la Révolution "française" étaient des paysans, 31% des artisans et des ouvriers, 20% des marchands et des spéculateurs, 8 à 9% de nobles, 6 à 7% des membres du clergé. Source: René Sédillot, ibid., p. 24.

(3) René Sédillot, ibid., p. 13.

Repost 0
5 février 2015 4 05 /02 /février /2015 12:33

Le deux poids deux mesures du terrorisme (islamique vs démocratique) bien vu et analysé :

Deux poids deux mesures du "terrorisme"

Le terrorisme islamique est aujourd’hui mis au ban des sociétés démocratiques.

Mais quelle différence y a-t-il entre guillotiner madame Michu qui « n’ayant rien fait contre la République, n’a non plus rien fait pour elle » et égorger un mécréant dont le seul tort est d’être chrétien ? Aucune !

Une attitude schizophrénique

L’hypocrisie politique dans laquelle nous vivons est que les actes terroristes ne sont plus appréciés en fonction de leur nature mais au regard de leur finalité. Pour la vulgate politico médiatique les attentats de l’ETA en Espagne sont légitimes, Franco régnant, mais deviennent illégitimes quand la démocratie est restaurée à Madrid. Dans un cas la police française collabore avec la police espagnole dans l’autre non.

Cette position est intellectuellement et moralement très fragile.

Moralement un acte est objectivement bon ou mauvais en lui-même. Tuer un innocent pour quelque raison que ce soit ne peut jamais être un acte vertueux. La conception machiavélienne, pour ne pas dire machiavélique, de la politique selon laquelle : « La fin justifie les moyens » est la négation de la justice dans l’ordre social. C’est au nom de lendemains radieux à bâtir qu’ont été perpétrés les grands massacres de l’époque contemporaine. Sous cet aspect l’islamisme est bien, comme l’écrivait Jules Monnerot, le communisme du XXI ème siècle.

Moralement un acte est objectivement bon ou mauvais en lui-même. Tuer un innocent pour quelque raison que ce soit ne peut jamais être un acte vertueux. La conception machiavélienne, pour ne pas dire machiavélique, de la politique selon laquelle : « La fin justifie les moyens » est la négation de la justice dans l’ordre social. C’est au nom de lendemains radieux à bâtir qu’ont été perpétrés les grands massacres de l’époque contemporaine. Sous cet aspect l’islamisme est bien, comme l’écrivait Jules Monnerot, le communisme du XXI ème siècle.

Le gouvernement français gagnerait en crédibilité et en cohérence dans sa lutte contre le terrorisme s’il commençait par jeter à bas les icônes terroristes médiatiques aujourd’hui portées au pinacle que sont Robespierre, Lénine ou le frère No1, alias Polpot.

 

Source: http://www.renaissancecatholique.org/Les-bons-et-les-mauvais.html

Repost 0
5 février 2015 4 05 /02 /février /2015 12:07

Il y a deux jours, le 3 février, l'économiste Jacques Sapir écrivait sur son blog :

 

"Que signifierait une collision frontale dans le contexte de la Grèce ? Si nous avons un refus de l’Allemagne d’admettre que l’austérité ne fonctionne pas, refus motivé tant par des représentations idéologiques que par une certaine vision des intérêt de l’Allemagne, combiné à un refus de céder à la Grèce parce que c’est la Grèce (on se souvient des mots blessants sur les « cueilleurs d’olives »), et que du côté d’Athènes on se refuse de céder car l’on sait que cela signifie la fin de l’expérience de Syriza, l’idée de la collision frontale prend du sens. Dans ce cas, on ne trouve pas de solutions d’ici le mois de juillet et la Grèce doit faire défaut sur sa dette. La réaction de la BCE sera de couper le financement aux banques grecques, ce qui entraînera la décision du gouvernement grec à mobiliser la Banque Centrale grecque pour que le crédit ne soit pas coupé aux banques et, de fil en aiguille, la Grèce sortira de l’Euro." (1)

 

Or, la prévision de Jacques Sapir s'est réalisée plus vite que prévu ! Hier soir, la BCE a décidé de ne plus refinancer les banques grecques tant qu’Athènes ne sera pas parvenu à un accord sur sa dette (2)

 

La décision couperet est tombée mercredi soir lors d’une réunion du conseil des gouverneurs de la BCE, qui devait se prononcer sur la poursuite ou non d’un dispositif permettant aux banques grecques d’obtenir des liquidités de la BCE en présentant comme garanties des titres de l’Etat grec. « Cette suspension est en ligne avec les règles existantes de l’Eurosystème, du fait qu’il est actuellement pas possible de présumer que la revue du programme (de sauvetage de la Grèce, NDLR) aboutisse à un succès ».

En clair, la BCE met fin à une dérogation destinée à faciliter le refinancement de banques grecques et dépendant de l’existence d’un programme d’aide au pays.

[...] La décision de la BCE a une conséquence immédiate : à compter du 11 février prochain, les banques grecques ne pourront compter pour se refinancer que sur l’aide d’urgence en liquidités (ELA), prodiguée par la Banque Nationale Grecque. (3)

 

Par la mesure qu’elle vient de prendre contre la Grèce, la BCE envoie un signal très clair au nouveau gouvernement : restez dans le cadre du plan d’aide décidé par la « Troïka ». Mais, elle vient de déclencher un processus qui peut aboutir à l’inverse de ce qu’elle recherche. Loin de faire céder le gouvernement grec, cette mesure pourrait le forcer à prendre des mesures radicales qui, à terme, provoqueraient une rupture définitive entre la Grèce et ses créanciers et conduiraient ce pays à sortir de l’Euro.

 

[...] Les possibles réactions du gouvernement grec. ... Le gouvernement Grec peut mettre en place des contre-mesures. Certaines sont techniques (fermeture momentanée des banques, limites aux retraits des particuliers). ... Le gouvernement grec peut donc décider de réquisitionner la Banque Centrale pour la contraindre de continuer à alimenter en liquidités (en Euro) les banques grecques. Mais, ce faisant, il viole les traités constituant l’Union Economique et Monétaire, c’est à dire la zone Euro. Il pourrait donc le faire constatant la menace que fait peser la BCE sur la Grèce, et prenant à témoin la population de ce fait inouï d’une instance technique s’immisçant dans les chois politiques d’un peuple souverain.

 

Une telle décision serait bien entendu lourde de conséquences. Ce serait au tour de la BCE d’être le dos au mur. Si elle acceptait la mesure de réquisition, elle reconnaitrait son impuissance et donnerait des idées d’indépendance aux autres pays.

 

[...] Il faut le répéter, ce qui est en cause c’est la politique d’austérité de Mme Merkel et surtout son imposition à l’ensemble de l’Europe, condition nécessaire à ce que ne se mette pas en place une logique d’Union de Transfert au détriment de l’Allemagne. Cette dernière ne peut céder, ou alors elle verra sa crédibilité disparaître instantanément.

 

En cas de réquisition de la Banque Centrale de Grèce, réquisition qui pourrait alors survenir le 28 février ou le 1er mars, la Banque Centrale Européenne pourrait décider de ne plus accepter en circulation les euros « grecs ». Une telle mesure a déjà été temporairement appliquée à Chypre. Cela revient à expulser, ou à menacer de le faire, un pays de la zone Euro. (4)

 

Notes

 

(1) http://russeurope.hypotheses.org/3389

(2) http://bourse.lesechos.fr/infos-conseils-boursiers/actus-des-marches/infos-marches/la-bourse-d-athenes-et-les-banques-grecques-devissent-apres-la-decision-de-la-bce-1029549.php

(3) http://www.lesechos.fr/monde/europe/0204135297436-la-bce-ferme-ses-guichets-aux-banques-grecques-1090213.php

(4) http://russeurope.hypotheses.org/3397

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Economie
commenter cet article
4 février 2015 3 04 /02 /février /2015 22:17

L’adjoint du chef d’Etat-major des forces de la République populaire de Donetsk (RPD), Edouard Bassourine, a présenté des fragments de munitions retrouvées après les bombardement qui ne sont utilisées que par les pays de l’OTAN.

 

Les déclarations les plus récentes du président des Etats-Unis affirmant qu'il n'envisage pas de livrer des armes à l'Ukraine ne sont que des paroles.

Repost 0
4 février 2015 3 04 /02 /février /2015 18:42
L’Islande aura bientôt un temple dédié aux dieux des Vikings

L’Islande aura bientôt un temple dédié aux dieux des vikings

 

Reinformation.tv

4 février 2015 10:51

 

Les Islandais pourront bientôt adorer ouvertement les dieux vikings Thor, Odin ou Frigg, puisque la construction du premier temple dédié à ces dieux nordiques depuis le temps des Vikings est sur le point de commencer, ce mois-ci, en Islande.

Il y a 1000 ans, le culte des divinités scandinaves ont été remplacé par le christianisme en Islande, mais les Islandais sont de plus en plus nombreux à renouer avec une forme de paganisme très ancrée dans les traditions populaires, y compris pendant les fêtes chrétiennes comme Noël.


« Je ne pense pas que quiconque croie qu’il existe un cyclope monté sur un cheval à huit pattes », a expliqué Hilmar Orn Hilmarsson, le grand prêtre de l’Asatruarfelagid, une organisation basée à Reykjavik et qui pratique le culte des dieux nordiques qu’adoraient les Vikings. Pour lui, « ces contes sont des métaphores poétiques et une manifestation des forces de la nature et de l’esprit humain ».

L’association a vu le nombre de ses membres tripler au cours des dix dernières années et réussissait à rassembler 2.400 personnes l’an dernier, un chiffre exceptionnel puisque la population totale de l’île est de 330.000 âmes seulement.

Que les Islandais croient ou non en l’existence de ces dieux vikings, le culte refait surface : dans le temple de forme circulaire enfoui dans le flanc d’une colline, au dessus de la capitale islandaise, des mariages et des funérailles seront célébrés. Mais également des « baptêmes » : les enfants y recevront un nom viking tandis que les adolescents seront initiés à la mythologie nordique.


Pour l’instant, les adeptes de ces cultes nordiques païens se bornent à quelques rituels sacrificiels anciens : la réunion, l’écoute de contes, la musique, le partage d’un repas…

Mais modernité oblige, l’association a renoncé à la pratique des sacrifices d’animaux.

Pour Hilmar Orn Hilmarsson, le culte des dieux païens, abandonné depuis la victoire du christianisme dans le pays, n’a jamais été totalement oublié, parce que c’est « ce en quoi nos grands-parents croyaient ».

Il citait alors un Islandais récemment rencontré, qui lui racontait le commentaire de sa grand-mère le jour de sa confirmation : alors qu’elle lui offrait un livre de poèmes eddiques, elle lui avait confié : « La chrétienté c’est bien, mais tu ne dois pas non plus oublier tes racines ».

Faut-il rappeler que l’arrivée de la chrétienté a mis un terme à la barbarie viking…

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Religion
commenter cet article
4 février 2015 3 04 /02 /février /2015 16:09
Cambadélis : «La République est en danger». Qui met en danger la république ?

Jean-Christophe Cambadélis, premier secrétaire du PS, invité mercredi 4 février du «Talk Le Figaro», a déclaré que «Marine Le Pen peut gagner (les élections présidentielles de 2017).» A la question du journaliste, qui lui demande si «la République est en danger», il répond «oui.» (1)

C'est vrai, la République est en danger, mais elle l'est depuis que Hollande est président ! Un ancien ministre de l'Education nationale et député PS, Benoît Hamon, ne l'a-t-il pas lui-même déclaré en octobre 2014 ? La politique (du gouvernement) "menace la république" et prépare un "désastre démocratique", confirmant ce que nous disions sur Christ-Roi en 2013 et 2014 sur François Hollande, "destructeur de la république", (res publica, chose de tous) et François Hollande "destructeur de la démocratie"...

Grâce aux très intelligents conseillés du président François Hollande qui a décidé d'organiser une «marche républicaine» «Je suis Charlie» le 11 janvier en réponse aux attentats de Paris du 7 janvier, en retour, la France est de nouveau menacée par l'Etat islamique ! La France est donc en guerre avec «Daesh», l'Etat islamique, et en guerre civile chez elle avec des doubles-nationaux qui font des attentats terroristes dans la métropole.

Un signe tangible de cette incroyable destuction de la paix et de la sécurité par les dirigeants de ce pays, des soldats montent la garde devant des écoles et des lieux de cultes sont protégés par l'armée; des soldats, des policiers, des ouvriers, des civils se font assassinés... La Police est paralysée, l'Armée est infiltrée, l'Ecole publique fabrique des illettrés; quand à la Justice il ne lui reste que le nom : Le passage en force de la loi Taubira a détruit l'Etat de droit; les multiples atteintes à la liberté d'expression rangent le pays parmi les "démocraties populaires". Police, armée, école, justice, ces 4 pilliers de l'Etat de droit sont littéralement détruits.

Si la république est «en danger» (sic), c'est bien la faute des irresponsables qui la dirigent depuis quarante ans...

Le Front national n'a, à ce que nous sachons pour le moment pas encore pris pour cible les millions de personnes qui avaient défilé en janvier pour afficher leur solidarité avec Charlie Hebdo !

Dehors les irresponsables !

 

Notes

(1) http://video.lefigaro.fr/figaro/video/cambadelis-la-republique-est-en-danger/4031642498001/2/

 

 

. "Front républicain" - Franc-maçonnerie contre Front National : le Grand Orient au secours de la république

Repost 0
3 février 2015 2 03 /02 /février /2015 20:41
L'Etat islamique menace à nouveau la France dans une vidéo

Dans une vidéo diffusée aujourd'hui sur des forums islamistes et comptes djihadistes, le groupe État islamique a appelé en français les musulmans à prendre pour cible les millions de personnes qui avaient défilé en janvier pour afficher leur solidarité avec Charlie Hebdo. Entouré de six autres hommes en treillis, armés et masqués, un djihadiste a appelé en français les musulmans a affirmé avoir des milliers de partisans dans ce pays prêts à mener des attaques. (1)

L'Etat islamique menace à nouveau la France dans une vidéo

Un seul homme, armé d’un fusil d’assaut, dans un français très compréhensible, parle et s’adresse «à la communauté musulmane de France» qui demande de «rejoindre» l’Etat islamique. «Vous n’avez rien à faire en France» a expliqué l’homme qui veut que «les soldats, libres, en prison ou surveillés, passent à l’action».

«Un lourd châtiment va tomber dans ce pays»

«Un lourd châtiment va tomber dans ce pays (...) Ne vous rendez-pas. Tuez. Vous avez plus de 4 millions de cibles maintenant» dit l’homme ne faisant référence à la marche républicaine du 11 janvier dernier. L’homme finit la vidéo par cette conclusion glaçante : «Soyez prêts, car nous le sommes». (2)

 

Où sont les irresponsables « Je suis Charlie » ?

 

Notes

 

(1) Vidéo: le groupe État islamique menace la France, mis à jour le 03/02/2015 à 19:52 Publié le 03/02/2015 à 19:49, http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2015/02/03/97001-20150203FILWWW00404-video-le-groupe-etat-islamique-menace-la-france.php

(2) L'Etat islamique menace à nouveau la France dans une vidéo, Valeurs Actuelles, Mardi 03 Février 2015 à 18:31 (mis à jour le 03/02/2015 à 18:31) http://www.valeursactuelles.com/monde/letat-islamique-menace-a-nouveau-la-france-dans-une-video-50488

 

 

 

Repost 0
Publié par Ingomer
commenter cet article
3 février 2015 2 03 /02 /février /2015 15:43

« Front républicain », « Je suis charlie», les méthodes PS de lavage de cerveaux restent inopérantes.

Dimanche prochain, 8 février 2015, aura en effet lieu le 2ème tour d’une élection législative dans la 4ème circonscription du Doubs, opposant Sophie Montel (FN) et Frédéric Barbier (PS). (1) Le FN représenté par Sophie Montel a réalisé 32,6%, le PS 28,85%, et l’UMP a été éliminé. Le candidat de la fausse droite Charles Demouge, avait déclaré « qu’il faut foutre les français dehors », car « ce sont les bons petits blonds qui l’emmerdent ». (2)

D’après une étude Ifop pour LCI et Le Figaro, une large majorité de sympathisants de l’UMP est en faveur du « ni-ni » (3) suivant la ligne Sarkozy-Gaino-Wauquiez au second tour de la législative partielle dans le Doubs. Selon cette étude parue mardi mais réalisée par l’Ifop lundi, 67 % de ses sympathisants réaffirment le principe «ni front républicain, ni Front national».

... Les séances de lavage de cerveaux à la Goebbels que nous avons subies avec la « marche républicaine » consécutive aux attentats de Paris, n’ont pas fonctionné. Le premier tour de cette partielle du Doubs montre que la grossière manipulation du pouvoir surfant sur la vague ambiguë des « je suis Charlie » qui tentait d’inverser la contestation de la population au profit du pouvoir socialiste, n’a pas fonctionné, bien au contraire. Cela démontre également à quel point les chefs politique de toute l’Union européenne sont méprisés par le peuple désormais. Hollande a eu beau rameuter le banc et l’arrière-banc de l’Europe, jusqu’au sanguinaire Porochenko venu d’Ukraine donner des leçons de démocratie, cela ne fonctionne plus. L’adhésion toute mesurée, des Français au stupide « Je suis Charlie » recouvrait en réalité une simple adhésion au raz-le-bol de l’islamisation de la France. Ce qui explique aussi et peut-être surtout, la confirmation de la montée du FN, le seul parti qui depuis 40 ans dénonce les dangers de la libanisation de notre pays.

 

Sources:

(1) http://www.medias-presse.info/lheure-de-verite-pour-lump-et-le-fn/24664

(2 ) http://www.medias-presse.info/duel-fn-ps-dans-le-doubs-le-fn-en-tete/24615

(3) http://www.medias-presse.info/la-majorite-des-sympathisants-ump-opposee-au-front-republicain-selon-un-sondage/24676

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Politique
commenter cet article
31 janvier 2015 6 31 /01 /janvier /2015 23:12

Un de nos fidèles lecteurs et commentateurs nous signale que le site "Medias-presse.info" a été hacké par l'Etat islamique. En page d'accueil de ce site s'affiche désormais une image d'un combattant de l'Etat islamique et de son drapeau, affichant "I love Isis", "Fuck france".

 

http://www.medias-presse.info/

Repost 0
31 janvier 2015 6 31 /01 /janvier /2015 20:50
Ukraine : Les indépendantistes rejettent les "pourpalers de paix" de Minsk recherchés par Kiev

Les pourparlers de paix entre Kiev et les séparatistes prorusses, avec la participation de la Russie et de l'OSCE, qui avaient débuté samedi à Minsk avec devaient conclure une trêve contraignante (1). Il se sont terminés sans accord.

Les pourparlers de paix se sont achevés ce soir sans l'accord de cessez-le-feu espéré par les Occidentaux.

L'émissaire de la république de Donetsk Denis Pouchiline a reproché à Kiev d'"insister sur la ligne de partage établie en septembre" par les accords de Minsk alors que les séparatistes ont considérablement gagné du terrain depuis.

Les forces indépentantistes avaent lancé une contre-attaque le 22 janvier (2) suite à une offensive des troupes kiéviennes et notamment des unités de réserve ordonnée par le président ukrainien Porochenko le 20 janvier (3).

La veille, le 19 janvier, le boucher de Kiev rejeta le nouveau plan de paix de Vladimir Poutine et relança l'offensive contre les indépendantistes. (4)

Jusque-là, au 12 janvier, la ligne de front n'avait absolument pas bougé. (5)

Le président ukrainien Porochenko était à la marche républicaine du 11 janvier à Paris

Le président ukrainien Porochenko était à la marche républicaine du 11 janvier à Paris

Ces derniers jours, les présidents russe Vladimir Poutine, français François Hollande et la chancelière allemande Angela Merkel avaient dit espérer, lors d'un entretien téléphonique, la conclusion d'un "cessez-le-feu rapide".

Ce samedi 31 janvier, l'armée ukrainienne a déploré la mort de 15 soldats en 24 heures, l'un des pires bilans journaliers depuis le début du conflit il y a neuf mois qui a fait plus de 5.000 morts. La veille, au moins 24 personnes dont 19 civils ont péri dans l'Est.

Selon l'armée ukrainienne, les combats faisaient rage samedi aux abords de la ville stratégique de Debaltseve, sur la route reliant Donetsk à Lougansk. Un responsable militaire séparatiste, Edouard Bassourine, a pour sa part affirmé que les rebelles avaient "encerclé" les forces ukrainiennes, soit 8.000 hommes au total, présentes à Debaltseve.

Plusieurs médias ukrainiens comparent la bataille de Debaltseve à la "tragédie" d'Ilovaïsk, quand, en août, des troupes kiéviennes ont été encerclées par les indépendantistes et plus de 100 militaires ont été tués.

L'armée ukrainienne a fait état samedi de combats à Vougleguirsk, dont la conquête par les rebelles signifierait un encerclement quasi-total de Debaltseve.

Alors que le coup d'Etat américain en Ukraine est de mieux en mieux connu, dans un entretien avec l'hebdomadaire ukrainien Dzerkalo Tyjnia paru samedi, l'ambassadeur des Etats-Unis en Ukraine Geoffrey Pyatt a souligné que les Etats-Unis n'avaient "pas épuisé tous les moyens pour faire payer à la Russie le prix" pour son rôle dans le conflit ukrainien (sic). 

L'Union européenne a de son côté accru cette semaine la pression sur la Russie, en prorogeant de six mois les sanctions. (6)

Un "document contraignant sur un cessez-le-feu immédiat et le retrait des armes lourdes de la ligne de contact" aurait dû être signé à Minsk qui avait déjà été le lieu de la conclusion des premiers accords de paix en septembre 2014.

 

Notes

 

(1) Ukraine: pourparlers entre Kiev et séparatistes, Le Figaro avec Afp, Mis à jour , Publié http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2015/01/31/97001-20150131FILWWW00100-ukraine-pourparlers-entre-kiev-et-separatistes.php

(2) http://www.nationspresse.info/mondialisme/atlantisme/ukraine-donbass-attaques-massives-des-forces-independantistes

(3) http://www.nationspresse.info/mondialisme/atlantisme/ukraine-donbass-kiev-fait-monter-en-ligne-ses-reserves

(4) http://www.nationspresse.info/mondialisme/atlantisme/ukraine-donbass-combats-acharnes-dans-peski-et-vers-avdeevka-secteur-de-donetsk

(5) http://www.nationspresse.info/mondialisme/atlantisme/ukraine-donbass-la-treve-est-morte-kiev-pilonne-les-populations-sans-defense

(6) http://www.ladepeche.fr/article/2015/01/31/2040941-ukraine-debut-pourpalers-paix-minsk-entre-kiev-separatistes.html

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Russie
commenter cet article
31 janvier 2015 6 31 /01 /janvier /2015 19:14

Etrange chose que ce sentiment de malaise vis-à-vis de l’islam qui monte peu à peu parmi les non-musulmans. Comme la presse s’en fait de plus en plus l’écho (et davantage encore sur internet), comme presque trois quarts des Français l’ont reconnu dans un sondage récent, il y a quelque chose de perturbant dans l’islam. Pourquoi ces terribles luttes fratricides entre musulmans n’en finissent-elles jamais ? Pourquoi cette intolérance doctrinale de l’islam envers les autres religions ? Pourquoi cette volonté de tout dominer ? Pourquoi les problèmes d’intégration au sein du monde moderne, si ce n’est de compatibilité avec lui ? Pourquoi certaines atteintes aux libertés, à la dignité humaine ? Pourquoi si peu de réaction de l’immense majorité des musulmans eux-mêmes devant tout cela ? Et en particulier, pourquoi si peu de réaction devant les violences qui ne cessent de se produire depuis que cette religion s’est imposée, voici environ 1400 ans, et la formidable épopée de Mahomet, son prophète ? Mais surtout, pourquoi est-il si difficile, voire interdit aux musulmans d’aborder ces sujets, de poser ces questions et de se livrer à des interprétations critiques ? Qu’y a-t-il donc à cacher dans l’islam ?

 

[...] L’islam n’est pas le résultat d’une révélation divine – ou de la prédication de Mahomet – mais celui d’un processus très long et très complexe de réécriture de l’Histoire, s’enracinant dans des croyances juives et chrétiennes dévoyées, et manipulé par les califes pour satisfaire leurs visées de domination politique. Cette découverte restait encore à ce jour quasi inconnue du public. (p. 88.)

 

Le Grand Secret de l’Islam est un ouvrage de 135 pages de Olaf, en lecture libre sur internet (http://legrandsecretdelislam.com/). L'auteur remercie Edouard-Marie Gallez, docteur en théologie et histoire des religions, pour sa patiente collaboration à cet ouvrage et indique qu'"on pourra se reporter aux deux volumes de sa thèse, Le Messie et son Prophète (Editions de Paris, 2005-2010) pour y trouver les très nombreuses références, sources bibliographiques et historiques que les limites de l’exercice de vulgarisation et de développement de cette thèse que constitue Le Grand Secret de l’Islam ne permettent pas toujours de citer."

Extrait (p. 11) :

 

Une thèse de doctorat en théologie et histoire des religions a été soutenue en 2004 à l’université de Strasbourg II par un chercheur étonnant, le père Edouard-Marie Gallez, élève et continuateur des travaux du père Antoine Moussali – lesquels s’enracinent eux-mêmes dans les travaux précédents de chercheurs du Moyen-Orient. Cette thèse se fonde également sur les recherches personnelles de l’auteur et sur la reprise d’un colossal ensemble de recherches précédentes, ayant abouti aux percées majeures déjà mentionnées. Nous citerons en particulier les suivantes :

‐ Islamologie « classique » : des découvertes remarquables ont été réalisées par Régis Blachère, Alfred-Louis de Prémare, Patricia Crone, Michael Cook, Marie-Thérèse Urvoy, Gerd Puin, Manfred Kropp, Guillaume Dye, Robert Kerr, ou encore Christoph Luxenberg ;

‐ Recherches plus ou moins éparses de nombreux intellectuels, historiens, archéologues, géographes, linguistes, scientifiques et religieux ;

‐ Traditions historiques et religieuses - à commencer bien sûr par les traditions et les textes musulmans - et aussi les traditions juives et celles des Eglises d’Orient;

‐ Approche nouvelle du christianisme des origines, éclairée notamment par l’analyse des manuscrits de la Mer Morte.

 

 

Source: http://legrandsecretdelislam.com/

Repost 0
31 janvier 2015 6 31 /01 /janvier /2015 17:21
Un député ukrainien avait révélé à l’avance le complot américain du coup d’Etat – Vidéo et transcription

TRANSCRIPTION :

 
- Le député Oleg Tsarov a la parole! 
 
Honorables collègues,
Honorable Vladimir Vasilievitch,
 
Dans mon rôle en tant que représentant du peuple ukrainien, des militants de l’organisation se sont adressés à moi et m’ont fourni des preuves claires que sur notre territoire, avec le soutien et la participation directe de l’ambassade américaine à Kiev le projet « TechCamp » est mis en place en vertu duquel des préparatifs sont en cours pour une guerre civile en Ukraine. 
 
Le projet « TechCamp » prépare des spécialistes pour une guerre de l’information utilisant les médias modernes pour discréditer les institutions étatiques et des révolutionnaires potentiels pour organiser des manifestations et le renversement de l’État de droit. 
 
Le projet est actuellement supervisé et sous la responsabilité de l’ambassadeur américain en Ukraine: Geoffrey R. Pyatt. 
 
Après ma conversation avec l’organisation « Volya », j’ai appris qu’ils ont réussi à accéder aux installations du projet  » TechCamp » en se faisant passer pour une équipe de spécialistes de l’informatique.À leur grande surprise, des séances d’information sur les particularités de l’utilisation des médias modernes ont eu lieu.
 
Des instructeurs américains leur ont expliqué comment les réseaux sociaux et les technologies de l’Internet peuvent être utilisés pour la manipulation ciblée de l’opinion publique ainsi que pour activer le potentiel de protestation et pour provoquer des troubles violents sur le territoire de l’Ukraine par la radicalisation de la population et le déclenchement de luttes intestines.
 
Les instructeurs américains montrent des exemples d’utilisation réussie des réseaux sociaux pour organiser des manifestations en Égypte, Tunisie et Libye.

 

Les représentants de « TechCamp » délivrent actuellement des conférences à travers toute l’Ukraine.

Un total de cinq événements ont eu lieu jusqu’à présent.

Environ 300 personnes ont été formées comme agents, et sont maintenant actifs dans toute l’Ukraine.

La dernière conférence « TechCamp » a eu lieu les 14 et 15 Novembre 2013 en plein cœur de Kiev sur le territoire de l’ambassade des États-Unis!

Vous me dites quel pays dans le monde permettrait à une ONG de fonctionner à l’ambassade des États-Unis? C’est irrespectueux envers le gouvernement ukrainien et envers le peuple ukrainien !

Je lance un appel aux autorités constitutionnelles de l’Ukraine avec la question suivante:

Est-il concevable que des représentants de l’ambassade des États-Unis organisent les Conférences « TechCamp » en abusant ainsi de leur mission diplomatique ?

Laissez-le parler!

continuez!

La Résolution de l’ONU du 21 Décembre 1965 réglemente le caractère inadmissible de toute ingérence dans les affaires intérieures d’un État de façon à protéger son indépendance et sa souveraineté conformément aux paragraphes un, deux et cinq.

Je vous demande de considérer cela comme une requête de mener une enquête sur cette affaire.

Merci!

Source -
 
Repost 0
Publié par Ingomer - dans Russie
commenter cet article
31 janvier 2015 6 31 /01 /janvier /2015 16:06
Marche "républicaine" du 11 janvier 2015. Une centaine d'êtres supérieurs (nos gouvernants), entourés par une multitude de policiers et de gardes du corps, faisaient semblant, bras dessus, bras dessous, de manifester.

Marche "républicaine" du 11 janvier 2015. Une centaine d'êtres supérieurs (nos gouvernants), entourés par une multitude de policiers et de gardes du corps, faisaient semblant, bras dessus, bras dessous, de manifester.

La foule marchait, ou plutôt piétinait, autour de la statue de la République, alors qu’une centaine d’êtres supérieurs (nos gouvernants), à un kilomètre de là, entourés par une multitude de policiers et de gardes du corps, faisaient semblant, bras dessus, bras dessous, de manifester. D’un côté, l’exaltation d’une masse compacte et recueillie, de l’autre : tournez manège ! Car l’important, pour ces gens-là, n’était pas le peuple qui communiait plus loin. Non, l’important était les centaines de journalistes qui les flashaient tous unis pour l’occasion, tous rassemblés autour du président français. Ce jour-là, il ne fallait pas être avec la masse, il fallait simplement être sur la photo. Nous avons assisté à de la « comm' », à une simple mise en scène bien huilée : les chefs de gouvernement défilant vers les caméras dans une ruelle bien gardée et barrée par le service d’ordre et les gardes du corps d’un côté, et le peuple… ailleurs.

Marche "républicaine" du 11 janvier 2015. François Hollande et l'Oligarchie mondialisée, à la télévision ... et dans la réalité

Marche "républicaine" du 11 janvier 2015. François Hollande et l'Oligarchie mondialisée, à la télévision ... et dans la réalité

Vous me direz, il est normal de prendre des précautions quand la plupart des autorités des États du monde sont présentes. Certes, il était naturel de les protéger de tout mouvement de foule qui aurait pu cacher des fanatiques décidés à faire un carton mondialisé. Mais n’était-il pas plus facile de délimiter un emplacement en tête du cortège, au besoin en rassemblant les grands de ce monde deux heures avant la manif pour minorer les risques ?

Maintenant, parlons de l’attitude des journalistes français qui ne diffusèrent jamais la deuxième photo. Montrant, ainsi, combien ils étaient aux ordres du politiquement correct. Même si, sur le moment, la télévision y fit allusion, il fallut des journalistes étrangers pour prendre ce cliché avec vue plongeante et cadrage élargi, montrant le confinement du groupe dans une impasse sous la surveillance des CRS et gendarmes mobiles. Si nos journaux ne l’ont pas publiée, c’est qu’ils savaient l’effet désastreux que cette photo agrandie provoquerait chez nos concitoyens. Le peuple qui, pendant des jours, avait cru à l’union nationale. Union, oui, mais simplement celle des puissants de ce monde, de tous ces chefs d’État mondialisés qui versaient une larme par obligation...

Repost 0
31 janvier 2015 6 31 /01 /janvier /2015 14:15

Dans un entretien au Figaro (1), le ministre de la ville, de la Jeunesse et des Sports Patrick Kanner, à la tête d'une mission interministérielle consacrée à "la lutte contre les inégalités, au combat pour l'égalité” dans les quartiers, défend la discrimination positive. Il invente la discrimination par le nom et l'adresse. Il s'agirait là pour lui d'"équité républicaine".

 

La république dite française avait placé l'égalité au frontispice de ses temples, en tête de sa constitution, elle était censée mettre tout le monde au même rang, sans classe supérieure ou inférieure, sans discrimination, sans jugement de valeur. Maintenant, après la "discrimination positive" de Nicolas Sarkozy, voici les "places aux jeunes de banlieue d'abord". Les Français autochtones devront raser les murs pour ce qu'ils sont.

 

Dans cet entretien, Patrick Kanner fait toutefois cette concession au réalisme :

 

"Nous avons reçu une claque monumentale avec les attentats de début janvier, nous devons maintenant rebondir. Passée l'émotion, nous devons être dans le temps de la construction et de l'action. Il n'y a pas de réponse miracle ou toute faite, mais un cumul de réponses qui pourra nous permettre de combattre le sentiment de relégation et de non-reconaissance des jeunes des quartiers.

 

[...] (la discrimination positive) ... Je n'ai pas peur de ce mot. Il y a aujourd'hui près de 5 fois plus de demandes de services civiques que de places disponibles. Il faut que 100% des demandes de services civiques faites dans les banlieues soient honorées. Les places doivent d'abord leur aller. Les jeunes dans les banlieues portent déjà un sac de handicaps tellement lourd, à cause de leurs noms, de leur adresse, etc. Donner plus à ces jeunes me semble une démarche essentielle. L'équité républicaine, c'est cela."

 

Quid des jeunes Français autochtones et de la classe moyenne blanche, cette "France des invisibles" reléguée dans les périphéries, étudiée par le géographe Guilluy ? Quid de leur "sentiment de relégation et de non-reconnaissance" par leur propre pays ?

 

Dans cet entretien, Patrick Kanner fait une autre concession au réalisme. A la question "Craignez-vous de nouvelles émeutes dans les quartiers comme en 2005?", il répond :

 

"Bien sûr, ce danger existe. Vous savez, les choses se sont dégradées depuis les émeutes de 2005. Moi qui suis cette thématique depuis plus de vingt ans, je peux vous dire que nous n'avions pas ces phénomènes de prosélytisme religieux aussi développés avant 2005. Le choc de 2005 a permis à des mouvements fondamentalistes de s'intégrer dans les quartiers."

 

[...] Je ne sais pas si la France est en guerre mais je sais que certains sont en guerre contre des valeurs que nous défendons. Face à ce malheur qui nous a touchés, nous devons construire des politiques publiques plus pertinentes. Maintenant, je suis devant une course contre la montre."

 

Autrement dit, face à des gens radicalisés, "en guerre" selon le terme de Patrick Kanner, face à un prosélytisme religieux développé, l'Oligarque répond "plus de places" pour eux ! On est passé désormais bien-au delà du deux poids deux mesures. Nous sommes maintenant dans la discrimination par l'origine et par le chantage au terrorisme. Il y aura le citoyen de bonne origine, avec le bon nom, ... et l'autre, le citoyen qui aura le mauvais nom, la mauvaise origine. Le sous citoyen sera discriminé pour ce qu'il n'est pas.

 

Faudra-t-il que les Français autochtones aux mauvais noms commettent à leur tour des attentats meurtriers à Paris pour avoir "des places" et avoir le sentiment d'être reconnus ?

 

Ces gens sont irresponsables et dangereux. Que cherche-t-il ? L'embrasement et la guerre civile généralisée ? Ce n'est pas possible autrement.

 

Notes

 

(1) Service civique : «Les places doivent d'abord aller aux jeunes de banlieue», Le Figaro, Mis à jour le 31/01/2015 à 11:50, Publié le 31/01/2015 à 11:44 http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2015/01/31/01016-20150131ARTFIG00057-service-civique-les-places-doivent-d-abord-aller-aux-jeunes-de-banlieue.php

Inconscients et irresponsables : Service civique : «Les places doivent D'ABORD aller aux jeunes de banlieue»
Repost 0
31 janvier 2015 6 31 /01 /janvier /2015 11:13

Extrait d'un article d'Ido Amin, illustrateur et animateur, pour Haaretz, le 12/01/2015, traduit et publié sur Les-Crises.fr :

 

[...] En France, la liberté d’expression est considérée comme un droit universel tandis qu’en Israël un tel hebdomadaire ne pourrait pas exister, à cause des lois qui interdisent “l’offense aux sensibilités religieuses”. Durant mes années de dessinateur j’ai dû me familiariser avec les lois restreignant la presse israélienne.

Mais notons bien que la loi contre les offenses des sensibilités religieuses n’est pas une loi contre le racisme, l’obscénité ou la diffamation (il y a d’autres lois pour ça). C’est une loi spécifique très draconienne, une vrai loi anti-Wolinski. La loi interdit toute illustration de Moïse, Jésus ou Mahomet d’une manière qui heurterait la sensibilité des croyants.

[...] Pour les français, cela semble aussi étrange car les lois qui limitent la liberté d’expression ont été retirées des textes à la fin du XVIIIème siècle.

En Israël, comme nous le savons, il n’y a pas de Constitution qui protège la liberté d’expression. Les partis religieux se sont opposés à ce genre de Constitution en 1948. En revanche la loi israélienne contre l’offense aux sensibilités religieuses est un héritage du mandat britannique. Elle fut importée par les colonisateurs britanniques depuis une autre colonie – l’Inde – en 1936 pour éviter que ne se reproduisent des émeutes violentes, religieuses et raciales comme celles de 1929.

Les émeutes de 1929 étaient-elles un événement unique ? Serait-il donc possible d’abolir les lois d’exception ? S’il y a eu un américain, un français ou un britannique pour penser ainsi, alors la réalité l’a giflé au visage lorsqu’un autre massacre a eu lieu dans la même ville, Hébron, en 1994.

Les britanniques avaient-ils donc raison en matière de législation ? Lorsque des groupes différents vivent côte-à-côte dans une petite zone, devrait-on censurer l’expression ? Le respect de nos voisins doit-il être plus sacré que la liberté d’expression ?

 

Source: http://www.les-crises.fr/en-israel-charlie-hebdo-naurait-meme-pas-eu-le-droit-dexister-par-ido-amin/

Benjamin Netanyahu, Premier ministre israélien à la manifestation "Je suis Charlie" à Paris le 11 janvier 2015 (à gauche sur la photo)

Benjamin Netanyahu, Premier ministre israélien à la manifestation "Je suis Charlie" à Paris le 11 janvier 2015 (à gauche sur la photo)

Repost 0
30 janvier 2015 5 30 /01 /janvier /2015 15:49
« Nous allons couper ta tête à la Maison Blanche » : L'État islamique menace de décapiter Barack Obama et de transformer les États-Unis en une province musulmane dans une dernière vidéo
« Nous allons couper ta tête à la Maison Blanche » : L'État islamique menace de décapiter Barack Obama et de transformer les États-Unis en une province musulmane dans une dernière vidéo

Source : http://www.dailymail.co.uk/news/article-2928426/ISIS-claim-execute-Japanese-hostage-24-hours.html

 

Traduction Christ-Roi

 

« Nous allons couper ta tête à la Maison Blanche » : L'État islamique menace de décapiter Barack Obama et de transformer les États-Unis en une province musulmane dans une dernière vidéo

Selon un article du Daily Mail publié le 27 janvier et mis à jour le 28 janvier, l'État islamique menace de décapiter Obama Obama et de transformer les États-Unis en une «province musulmane», dans une nouvelle vidéo d'exécution.

 

Des militants de l'État islamique ont menacé de décapiter Barack Obama et de transformer les États-Unis en une province musulmane dans la dernière vidéo horrible sortie du califat. Les images montrent un djihadiste vêtu de noir sur un soldat kurde qui, dans un paroxysme écoeurant à la vidéo, tient la tête tranchée. Avant l'exécution de l'otage, le combattant de l'Etat islamique a averti le président américain :

 

« Sache, oh Obama, que nous atteindrons l'Amerique. Sache aussi que nous allons couper ta tête à la Maison Blanche et transformer l'Amérique en une province musulmane. »

 

Les militants ont menacé qu'ils ne s'arrêteront pas aux Etats-Unis, mais ont inclu un message pour la France et sa « soeur » la Belgique. Il dit :

 

« Nous vous avertissons que nous viendrons à vous avec des voitures bombes à charges explosives, nous couperons vos têtes. »

 

Le militant a réservé son attaque la plus personnelle pour le leader kurde Massoud Barzani, qui dirige actuellement la lutte contre l'État islamique en Iraq.

 

« Sache que nous sommes des hommes qui craignent personne. Nous mettrons en place les lois d'Allah, qu'Il soit exalté et loué ».

 

Se référant à l'otage kurde, il a poursuivi:

 

« C'est le sort d'un de vos soldats, et chaque fois que vous lancez un missile, nous vous enverrons en retour la tête d'un de vos soldats.

 

«Vous tuez des enfants et bombardez des civils tout en prétendant que cela est interdit par votre constitution. »

 

La vidéo, qui se termine par la décapitation de l'otage, a été publiée par Memri TV, laquelle est traduite de l'arabe.

Repost 0
30 janvier 2015 5 30 /01 /janvier /2015 15:27

S. Brent Morris, 33° du « rite maçonnique écossais » (1) a déclaré dans cette video :

 

« 10% du public exècre les francs-maçons, et nous ne devons rien faire pour changer leur opinion. 10% du public hait les francs-maçons, et nous ne devons rien faire pour changer leur opinion. 80% du public n'a jamais entendu parler de nous, n'a aucune idée de qui nous sommes ni de ce que nous faisons. C'est là l'audience que nous ciblons. »

 

Notes

 

(1) http://en.wikipedia.org/wiki/S._Brent_Morris

Repost 0
30 janvier 2015 5 30 /01 /janvier /2015 14:58

Bel exemple de « dialogue » et de respect du choix démocratique du peuple grec :

 

Selon le quotidien économique russe Kommersant, le nouveau premier ministre grec, Alexis Tsipras, a, dès avant la victoire de Syriza, annoncé qu’il était favorable à un allégement des sanctions et contre la politique d’isolement de la Russie. Et dans «les premières escarmouches» entre la nouvelle Grèce et l’Union européenne racontées dans Le Temps ce jeudi matin, un aspect géostratégique frappe: l’axe Athènes-Moscou qui est en train de se dessiner sur la carte des alliances. Ce que la Neue Zürcher Zeitung résume dans la formule: « Le cheval de Troie de Poutine ».

 

Résumons. A peine installé, le gouvernement de Syriza (en Grèce NDLR) passe l’acte: il récuse les nouvelles sanctions contre la Russie réclamées par Bruxelles après la reprise de violentes hostilités dans l’est de l’Ukraine. Pendant ce temps, Nikos Kotzias, le ministre des Affaires étrangères, transfuge du Parti communiste grec, défend des relations bilatérales plus étroites avec Moscou. Il aurait déjà remercié Poutine de s’être porté «au secours de nos frères orthodoxes» en Crimée. (1)

 

C'est dans ce contexte que la CDU de Merkel a menacé de jeter la Grèce de Tsipras hors de l’UE pour son attitude pro-russe.

 

Karl-Georg Wellmann, député CDU au Bundestag et président du groupe parlementaire germano-ukrainien, membre de la Transatlantic Leadership Academy (TLA), pour le développement de la coopération transatlantique entre décideurs politiques des États-Unis et de l’Europe, et membre de l’Advisory Board de Young Transatlantic Conservative Alliance, lors d'un entretien à Handelsblatt, a averti la Grèce :

 

« l’UE ne connaît pas d’adhésion obligatoire. La Grèce ne fera pas échouer toute la politique de la communauté occidentale envers la Russie », sous-entendant que l'Allemagne pourrait expulser la Grèce de la zone euro si elle ne se range pas derrière  la « politique de la communauté occidentale envers la Russie ». (2)

 

Sources:

 

(1) http://www.letemps.ch/Page/Uuid/1e0d206c-a792-11e4-9acf-c65b500212f4/Le_nouveau_gouvernement_grec_saligne_sur_la_Russie_de_Poutine

(2) http://www.rtdeutsch.com/10400/inland/cdu-droht-griechischem-regierungschef-tsipras-mit-eu-rausschmiss-bei-pro-russischer-haltung/ via http://lesakerfrancophone.net/la-cdu-de-merkel-menace-de-jeter-la-grece-de-tsipras-hors-de-lue-pour-son-attitude-pro-russe/

Repost 0
29 janvier 2015 4 29 /01 /janvier /2015 20:47
Michel Houellebecq : « Est-ce que je m'imagine vivre sous l'Ancien Régime ? Oui. »

L'écrivain Michel Houellebecq était l'invité de BFM-TV mercredi 28 janvier à 19 heures. S'inquiétant des risques de « guerre civile » en France, l'auteur de « Soumission » (Éd. Flammarion) a évoqué des pistes inattendues pour sauver la France de la « soumission ». Il a tenu des propos iconoclastes pour la « république », la « laïcité ». Il a notamment répété son scepticisme à l'égard du système politique républicain pour faire face aux islamistes. Expliquant que la liberté d'expression faisait partie des « choses non-négociables » et qu'il s'agissait d'un thème (de la France) « plus ancien » que la république, il s'est imaginé pouvoir « vivre sous l'Ancien Régime », mais pas en Arabie Saoudite. (1)

« Moi, là vous me demanderiez vous êtes prêt à vous faire tuer pour la république ? Non, sûrement pas. Pour la liberté d'expression, oui, je ne dis pas non. C'est plus ancien comme thème », a expliqué l'écrivain.

 

Ruth Elkrief lui a demandé : « La république pour vous, c'est dépassé, désuet ? »

 

- « Non pas forcément, mais disons que c'est une modalité parmi d'autres. Elle (la république) a des défauts. Le plus gros défaut cela a été la conscription, je suis tout à fait contre. Cela a permis aux guerres de se dérouler sur une échelle inédite avant. (avant 1789 NDLR.)

 

[...] (Le servive militaire) je suis absolument contre. S'il y a bien une chose à laquelle je ne suis pas prêt c'est bien de donner ma vie à mon pays. Non, c'est trop. Cela dépasse ce que je suis prêt à accorder à mon pays. Non, les rois ne demandaient pas cela.

 

Ce n'est pas non plus une attaque contre la république, mais disons que le patriotisme n'a pas eu que des avantages. La guerre de 14-18 est quand même un truc inexcusable. C'est trop de morts pour rien. Trop de carnages pour rien. », a répondu Michel Houellebecq.

 

- « Dans le fond on est un peu fichus, notre modèle d'aujourd'hui ? » a demandé Ruth Elkrief.

 

- « Oui, il y a d'autres modèles. La France, par ailleurs ne se limite pas à la période de 1789 à nos jours. C'est un vieux pays. Je comprends bien la république, la laïcité, tout ça, mais ce n'est pas au bout du bout le plus important à mes yeux. Par contre, la liberté fait partie des choses non-négociables. Certaines libertés sont non-négociables. La question est de savoir dans quel pays accepte-t-on de vivre ou pas. Est-ce que je m'imagine vivre sous l'Ancien Régime ? Oui. Eventuellement, oui. Est-ce que je m'imagine vivre en Arabie Saoudite ? Non. »

 

« [...] Donc vous voyez ce n'est pas blanc noir, a ajouté Michel Houellebecq, il y a différents accomodements possibles. [...] On a le droit de mettre de l'huile sur le feu si on le veut. [...] Je pense qu'il y a une vraie nécrose des partis, un vrai problème démocratique qui est que le système n'était pas fait pour ce que l'on est en train de vivre actuellement et que là cela ne marche plus », a répondu l'écrivain.

 

Notes

 

(1) 19H Ruth Elkrief: "On ne peut pas être optimiste à l'heure actuelle", Michel Houellebecq (2/2) - 28/01 http://www.bfmtv.com/mediaplayer/video/19h-ruth-elkrief-on-ne-peut-pas-etre-optimiste-a-l-heure-actuelle-michel-houellebecq-22-2801-398553.html

Repost 0
29 janvier 2015 4 29 /01 /janvier /2015 20:17

La Suède est une forme de laboratoire de l'enfer multicuturel, multiracial, pluriconfessionnel en Europe.

 

Si la Junte fasciste y est habillée en civil et que le parlement fait partie de la farce, la démocratie suédoise à la pointe du « progrès » n'aura jamais abusé que les naïfs :

 

Coup d’État en Suède ?

 

Source: http://www.contrepoints.org/2015/01/27/195862-coup-detat-en-suede

 

Publié le 27 janvier 2015 dans Europe

 

Le putsch tranquille de l’establishment suédois, et l’étonnante intuition de Michel Houellebecq.

 

Par Pascal Titeux.

 

La nouvelle n’a pas fait la « une » des médias, et c’est pourtant un des événements les plus inquiétants de ce début de siècle. Le dernier masque de la démocratie représentative, dans sa version postmoderne et corrompue, vient en effet de tomber.

 

Cela ne surprendra pas les libéraux, qui savent à quel point l’étatisme électif peut se rapprocher à pas de loup des « vraies » dictatures, et de quoi il est capable lorsqu’il se sent menacé de perdre ses prébendes. On le voit déjà montrer les crocs, à grand renfort d’HADOPI, LPM et autres mesures « anti-terroristes ». Mais en Suède il vient de mordre pour de bon, et saigner peut-être à mort une démocratie déjà bien abîmée par le très politiquement correct « modèle suédois ».

 

Les faits sont simples dans leur crudité cynique. Les dernières élections ont vu surgir un parti disons atypique, le mot « populiste » étant, en Suède comme ailleurs, un mot dépourvu de sens (tous les partis courtisent le peuple !). Avec ses 12%, le SD ne pouvait qu’être un parti d’opposition, mais lorsqu’un autre s’est joint à lui pour rejeter le budget, le gouvernement a été mis en minorité, et son budget invalidé : situation classique de « crise gouvernementale ». Dans toute démocratie, cela entraîne la démission du gouvernement, et chez nous ce serait un des cas où la dissolution s’imposerait. C’est si évident que dans un premier temps, le chef du gouvernement suédois, Stefan Löfven, a décidé, et annoncé pour le 22 mars 2015, la tenue de nouvelles élections.

 

Jusqu’ici tout va bien, me direz-vous, le peuple va trancher.

 

Mais voilà : les sondages se sont mis à dessiner une forte hausse du SD, l’amenant à des niveaux tels que ni l’alliance socialistes-verts, ni le centre-droit, ne puissent espérer gouverner. Craignant de perdre, avec leurs dernières plumes, les places qu’ils occupaient chacun leur tour dans une aimable alternance, ces partis ont décidé de se répartir les postes non plus alternativement mais simultanément, et pour toujours. En tout cas jusqu’en 2022, première date de révision de leur accord.

 

Le coup d’État

 

Stefan Löfven vient donc de revenir sur sa décision : les élections prévues pour 2015 n’auront pas lieu, et le résultat de celles de 2019 est d’avance neutralisé puisque l’entente des sortants, ou plutôt de ceux qui ne veulent pas sortir, est organisée jusqu’en 2022. La Suède aura donc la « chance » d’être la première démocratie du monde à connaître la composition de son gouvernement avant les élections, et à savoir qu’il restera en place indépendamment de leur résultat. C’est sûr que ça renouvelle le concept de démocratie, tellement même qu’il faudrait trouver un nouveau nom.

 

Mais ce nom existe déjà : comment nomme-t-on un événement où les élections annoncées sont brutalement reportées, le pouvoir annonçant que de toute façon il restera en fonction quel qu’en soit le résultat ? Bien sûr, cela n’a pas été proclamé sur fond d’hymne national par un colonel dont la garde prétorienne vient de s’emparer de la télévision : la Suède n’est pas une république bananière. C’est du moins ce que les naïfs croyaient jusqu’ici. Car si la Junte est habillée en civil, et que le parlement fait partie de la farce, c’est quand-même, très exactement, ce qu’on nomme un coup d’État. C’est d’ailleurs ainsi qu’il est vécu de l’intérieur (cf. I.Carlqvist et L. Hedegaard) :

 

 

[...] à l’exception d’un bref article dans Valeurs Actuelles, aucun « Indignez-vous ! » vengeur. Pire : un « grand journal du soir », le même qui avait applaudi l’entrée des Khmers Rouges dans Phnom-Penh (décidément, on ne se refait pas), n’en a parlé que pour en faire un modèle : « Une fois de plus, la Suède donne l’exemple. Confrontés à la perspective d’une crise politique prolongée, les partis politiques traditionnels, de gauche à droite, ont décidé de s’unir pour permettre au gouvernement de fonctionner en neutralisant la capacité de nuisance parlementaire du parti populiste. » On admirera incidemment un des plus beaux exemples de langue de bois jamais énoncés dans la presse française. Des élus d’opposition qui votent contre le gouvernement, rejettent ses projets de loi, déposent des amendements, bref, des opposants qui s’opposent ? De la « nuisance parlementaire ». Vite, le parti unique, seule garantie d’un parlement sans nuisance !

 

 

[...]

 

Selon le traditionnel clin d’œil, « Toute ressemblance avec une situation française …», etc. Mais la plaisanterie ne fait pas vraiment rire : le fait est que cette histoire suédoise valide pour de bon, avec une variante mais l’essentiel y est, l’intuition de Michel Houellebecq. Qu’on n’aime ou pas ses thèmes et son style, cette sorte d’empathie sociale, cette aptitude à percevoir l’état du monde qui l’entoure, font de lui un prophète qui en vaut bien d’autres (aïe, blasphème !). Nous avons peu de temps devant nous pour en tirer les leçons.

 

Le premier enseignement du coup d’État suédois comme du scénario de M. Houellebecq, c’est que les nobles envolées sur la démocratie, les valeurs républicaines, etc., explosent en un quart de seconde lorsque la caste au pouvoir se sent menacée. Le deuxième est que, contre cela, il n’y a aucune défense par le vote : le putsch se fait discrètement, en une nuit de négociations secrètes, et ensuite il est trop tard. Sauf à prendre les armes, ce qui nous amène à la troisième leçon : la seule solution pacifique est préventive et libérale : réduction maximale des pouvoirs de l’État. Au moins les dégâts seront-ils limités si les larrons de la foire aux voix s’entendent, et gageons qu’ils ne se gêneront pas plus ici qu’en Suède.

 

 

[...]  la démocratie en Suède vient de mourir, la lucidité de Michel Houellebecq est assez pessimiste, mais je m’efforce de croire, pour le temps qui nous reste, qu’un diagnostic lucide est la première phase d’un traitement réussi. Encore faut-il que le patient sorte du sommeil. Réveillons-nous, la Suède n’est pas loin. » (Fin de citation)

 

Dans sa dernière video, intitulée « de l'état d'urgence au crépuscule de la démocratie », Boris le Lay a traité de ce « coup d'Etat civil et non militaire » en Suède « qui n'a pas été fait dans la violence », et explique que nous affrontons en France « au même type de crise » « surtout que la Suède est une forme de laboratoire de l'enfer multicuturel, multiracial, pluriconfessionnel en Europe. »

Extrait :

 

« La Suède est un pays qui s'est engagé depuis un certain nombre d'années dans une politique généreuse à l'égard des extra-européens, mais singulièrement, depuis au moins une quinzaine d'années, dans un véritable plan de remplacement de population au sens strict du terme. Tout cela est très bien documenté, contrairement à la France où le Régime tenu par des factions communistes, socialistes, cache soigneusement toutes les informations sur tout ce qui relève de la composition ethnique de la population. Ce n'est pas le cas en Suède où nous avons des données très précises.

 

Par exemple en 2013, Malmö est devenu une ville à majorité non-européenne pour la première fois de l'histoire de la Suède. Un autre exemple, la ville de Göteborg, sur 34.000 enfants recensés dans cette ville, 15.000 en 2014 était d'orige non-européenne. Vous pouvez retrouver toutes ces sources sur le Centre de statistiques officielles du gouvernement suéodois qui s'appelle statistika centralbyrån.

 

On a d'autres faits. Par exemple en terme de criminalité, il faut savoir qu'en 2003, avant les très grandes vagues d'immigration en Suède, on recensait 9 viols pour 100.000 habitants. C'était très peu. Et aujourd'hui, onze ans plus tard, en 2014, on est à 69 viols pour 100.000 habitants. D'après les recensements officiels de la police et du gouvernement, 77,6% des viols sont commis par des étrangers, dont une large proportion de musulmans. 

 

[...] Pour la seule année 2013, il avait été prévu d'accueillir 61.000 réfugiés et le gouvernement a été au-delà de cet objectif puisqu'il a accueilli 80.000 réfugiés provenant notamment du Moyen-Orient, et d'Afrique, essentiellement du Moyen-Orient, donc des musulmans. Pour un pays qui compte 10 millions d'habitants. Donc 80.000 personnes, comme vous le voyez il s'agit de villes entières en une seule année. Et encore, 80.000, ne s'agit-il-là que des seuls réfugiés, c'est-à-dire les demandeurs d'asile. Ce chiffre n'inclut donc évidemment pas l'immigration de travail, d'études, de regrouprement familial, etc. C'est encore autre chose.

 

[...] 83.000 (réfugiés) prévus pour l'année 2015. En deux ans, on a doublé le nombre de réfugiés accueillis en Suède.

 

Le même gouvernement suédois prévoit d'accueillir dans les quatre ans qui viennent 500.000 immigrés légaux. Sans faire état des réfugiés donc. 1 millions d'habitants, en quatre ans. C'est ce qui se passe actuellement en Suède. (En huit ans, ce serait 2 millions, en seize ans, 4 millions, soit près de la moitié de la population suédoise de 10 millions d'habitants..., NDLR.)

 

Donc, vous le voyez une véritable politique de remplacement, d'auto-destruction qui ravage le socle ethnique, racial de la Suède et qui libanise ou sud-africanise le pays à toute allure, créant des secteurs de plus en plus colonisés par ces populations non-européennes et qui n'ont aucune chance d'être intégrées. Avec de tels flots, si ce mythe (de l'assimilation NDLR.) avait jamais pu être crédible, il ne le sera plus, c'est tout à fait évident. 

 

Quelle est l'ambiance en Suède, quel est le ton général ?

 

Nous avons d'abord en Suède une gauche social-démocrate totalitaire, fanatique dans sa volonté de détruire le peuple suédois. L'ex Premier ministre Reinfeldt (Premier ministre de Suède du 6 octobre 2006 au 3 octobre 2014 NDLR) qui vient d'être remplacé (le 3 octobre 2014 par le social-démocrate Stefan Löfven NDLR), et qui est quart de noir, et aussi quart de juif des pays Baltes, est un véritable croisé du métissage, un véritable croisé du remplacement de population. Il l'a expliqué à plusieurs reprises : s'il fallait que la Suède se ruine en accueillant de nombreux immigrés, il fallait le faire !  Il l'a notamment fait en Suède lorsqu'au cours du scandale des maisons de retraites l'on a appris que 15.000 personnes âgées souffraient de mal-nutrition et que dans le même temps des sommes colossales étaient déversées sur des réfugiés, des immigrés venant de tous les pays de la planète, et singulièrement d'Afrique ou d'Orient. [...] Ce que le Premier ministre [Reinfeldt] a justifié et trouvé parfaitement normal ! 

 

Citons une phrase de ce Premier ministre [Reinfeldt] qui va donner le ton : "La Suède est ce que les immigrés en font au quotidien". Donc, la Suède appartient aux immigrés. »

 

Evidemment, cette véritable destruction de la Suède mise en place par ses élites politiques, tous bords politiques confondus, écologistes, socio-démocrates, marxistes, libéraux, etc., a rencontré une opposition de la part du peuple, et c'est le parti Démocrates de Suède qui a bénéficé de cette opposition politique. Aux dernières élections, il a fait 12%, mais, présent au parlement, ce parti a décidé de ne pas voter le budget qui devait passer à l'automne ou cet hiver. Et, un autre parti a rejoint les Démocrates de Suède au parlement pour bloquer ce budget et cela a fait tomber le gouvernement [Reinfeldt] en place.

 

Alors vous le savez, lorsqu'un gouvernement ne réunit pas une majorité dans un régime parlementaire proportionnel il faut consulter à nouveau la population pour dégager une nouvelle majorité et voter à nouveau le budget. C'est ce qu'apprétait à faire le gouvernement. Des élections avaient été convoquées le 22 mars 2015. On allait convoquer le peuple aux élections ... Sauf qu'entre-temps les sondages sont apparus. Et ces sondages donnaient les Démocrates de Suède bien au-delà des 12%.

A tel point qu'il aurait été impossible [pour l'Oligarchie suédoise, NDLR] de mettre en place une coalition au sein du gouvernement. Bref, le peuple était en mesure de dire "non", capable de remettre en cause la toute-puissance de l'établissement politique.

 

Là est arrivé le grand phénomène dont je parlais et qui n'a pas été relayé : les partis au gouvernement, le gouvernement de coalition en place, a décidé de ne pas convoquer d'élections, de maintenir jusqu'en 2019 le gouvernement en place et de faire un accord trans partis jusqu'en 2022.

Ce qui veut dire que quelque soit le résultat des élections (en Suède), les gens qui sont gouvernement et la répartition des portefeuilles ne changera pas.

 

Ce qui fait que la Suède est devenue la première démocratie à connaître avant même que des élections aient lieu à l'avenir, la composition de son gouvernement indépendamment même du résultat de ces élections, qui de toutes façons ont été repoussées.

 

Donc en Suède, il y a eu un coup d'Etat civil et non militaire, qui n'a pas été fait dans la violence, qui a été fait par des gens en costumes et en cravates, et qui se sont mis d'accord pour dire au peuple : "Quoique vous votiez, cela ne compte plus."

 

Donc ce sont les tenants de cette démocratie, sur laquelle reprose normalement leur constitution, qui ont décidé d'arriver à ce nouveau mode de gouvernance.

 

Alors ce qui normalement aurait dû faire hurler les grandes consciences de la démocratie universelle, qui notamment en Europe, auraient dû s'offusquer et dire que c'était absolument anormal de repousser des élections, de maintenir au pouvoir des gouvernements indépendamment des résultats, etc., non, il n'y a pas eu un mot. Cela n'a pas suscité de réaction d'hostilité particulière.

 

Donc à présent en Suède, vous avez un parlement officiel, les apparences sont préservées mais vous avez le parlement réel qui lui est dans l'ombre, où les tractations se font entre les membres de ce nouveau gouvernement, j'allais dire d'"Union nationale" - sans le peuple... -, faisant fi donc des élections.

 

En France, les réactions de la presse ont été intéressantes. J'en relève une, qui est une réaction du journal Le Monde. Face à ce véritable coup d'Etat, je cite :

Coup d’État en Suède, analyse et enseignements

 

"Une fois de plus, la Suède donne l’exemple. Confrontés à la perpective d’une crise politique prolongée, les partis politiques traditionnels, de gauche à droite, ont décidé de s’unir pour permettre au gouvernement de fonctionner en neutralisant la capacité de nuisance parlementaire du parti populiste d’extrême droite." (1)

Alors il faut bien relever les mots utilisés : "nuisance parlementaire". Donc des opposants (politiques NDLR.) qui s'opposent par des moyens légaux, constitutionnels (les élections NDLR.), maintenant cela s'appelle une "nuisance parlementaire". Voilà qui est intéressant !

 

Donc, en fait, nous assistons (en Suède) à la création d'un Parti unique, fédéral certes, mais Parti unique, sous les vivats de la presse française, à commencer par Le Monde, grande conscience de la démocratie comme vous le savez.

 

Le mot "populisme" est intéressant, car comme vous le savez, il n'y a que les partis de droite, ou d'extrême-droite qui sont "populistes". Jamais aucun autre parti ne fait appel au peuple. Jamais aucun parti ne fait usage de démagogie, vous le savez. Donc, ce mot "populisme" traduit quelque chose... Il traduit cette morgue à l'égard du peuple quand il ne pense pas comme il faudrait qu'il pense. Ou quand certaines catégories, ou certaines fractions du peuple ne pensent pas comme il faudrait qu'elles pensent.

 

(Le journal) Le Monde appartient au banquier Pigasse. On comprend qu'il défende ses intérêts. Face à la montée en puissance du nationalisme on sonne le tocsin en quelque sorte.

 

Coup d’État en Suède, analyse et enseignements

Cet effondrement de la démocratie en direct, sous nos yeux, est quelque chose de très présent chez des gens qui se revendiquent de la démocratie, c'est-à-dire d'une conception du peuple particulière, conception que l'on trouvait aussi chez les "Jacobins" (lors de la Révolution dite "française" NDLR.), qui est une conception avant-gardiste. C'est-à-dire qu'il y a une avant-garde qui est au courant, au fait des réalités politiques et idéologiques, et cette avant-garde doit mener la Révolution et elle doit guider le peuple. Et le peuple a donc besoin des "lumières" de cette avant-garde. C'est le principe même du jacobinisme et de la centralisation du pouvoir. On va retrouver cela ensuite chez les Bolchéviques en Russie (en 1917 NDLR.). Le Parti communiste d'Union soviétique se concevait comme un parti d'avant-garde des masses. Et Lénine avait résumé cette pensée-là. Il avait dit : "S'il faut supprimer 9/10ème de la population pour le salut du communisme, alors nous ne devons pas hésiter." Ce qui veut dire que "la fin justifie les moyens". Parce que nous nous connaissons la fin, nous nous avons la légitimité pour user de tous les moyens afin de parvenir à cette fin. Et cette démocratie triomphante, tenue et mise en oeuvre par ces gens-là de sensibilité révolutionnaire, marxiste, social-démocrate aussi, ces gens ont une conception qui est la leur de la "souveraineté populaire".

 

Donc quand le peuple ne comprend pas la finalité de la démocratie, l'état d'urgence s'impose. On interdit au peuple de s'exprimer si nécessaire, et on le rééduque.

 

Et là j'en viens à la situation française. Parce que si en France, nous n'en sommes pas encore à l'état d'urgence ni au coup d'Etat civil, qui pourra d'ailleurs plus tard prendre la forme d'une union de tous les partis contre éventuellement le Front national, par exemple. Marine Le Pen pourra dédiaboliser son parti tant qu'elle voudra. Le problème ce n'est pas son parti, le problème c'est son électorat, la sociologie de son électorat. Il y a une dynamique et une nature de cet électorat bien précise qui est très bien connue de la part de l'élite qui est au pouvoir, de cette élite à caractère jacobin, centraliste et avant-gardiste qui s'arroge la détermination de la vie politique et du rythme de cette vie politique. Et ils savent très bien que structurellement, l'électorat de ce parti de Marine le Pen, analysé par le géographe Guilluy, qui explique que c'est un électorat de la classe moyenne blanche (relégué en périphérie en-dehors des centre-villes, et des bassins de formation et d'emploi, "la France des invisibles", NDLR) et donc de plus en plus au chômage et précarisé. Cette population ne pourra jamais être récupérée. Donc c'est une classe dangereuse qui peut remettre en cause l'ordre établi. Et donc si on n'en est pas encore dans le cas de la Suède pour contenir cette poussée, on est par contre clairement entré dans le cadre de la rééducation. J'en ai parlé dans ma video sur Charlie Hebdo, comment on a retourné la mobilisation populaire contre le peuple. »

 

Notes

 

(1) Contre le populisme, l’exemple suédois, LE MONDE | 29.12.2014 à 10h42, http://www.lemonde.fr/idees/article/2014/12/29/contre-le-populisme-l-exemple-suedois_4546938_3232.html

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Suède
commenter cet article