Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
20 janvier 2015 2 20 /01 /janvier /2015 13:34
Nous sommes tous Louis XVI

Démocratie, niveau des impôts, écarts de richesses, libertés françaises, prenez tous les sujets importants, et vous verrez que 1789 marque une régression terrible pour les Français, l'état de droit et la civilisation.

Louis XVI, Roi par la grâce de Dieu, de France et de Navarre de 1774 à 1791 puis Roi constitutionnel des Français de 1791 à 1792 est guillotiné par les terroristes révolutionnaires à Paris le 21 janvier 1793. Il succède à son grand-père Louis XV en 1774. Il est le frère aîné des futurs rois Louis XVIII et Charles X.

Son règne est marqué par d'importantes avancées législatives concernant le droit des personnes qui seront reprises à leur compte par les terroristes révolutionnaires : abolition de la torture en 1781 et 1788, abolition du servage dans le domaine royal en 1779, abolition du péage corporel des juifs d'Alsace en 1784, édit de tolérance des protestants en 1787, instauration d'un impôt direct égalitaire (en remplacement de la taille inégalitaire) et d'assemblées provinciales élues destinées à contrôler cet impôt. Particulièrement, ces dernières réformes fiscales butèrent sur l'hostilité des privilégiés, celle de la noblesse de robe, celle du Parlement de Paris, celle de la Cour de Versailles et celle des francs-maçons, tous unis contre l'"absolutisme" royal... Louis XVI tenta alors de passer outre cette obstruction parlementaire acharnée en présentant la réforme devant une assemblée des notables (1787), plan qui échoua, puis devant les états généraux (1789), plan qui échoua aussi.

Les dernières années du règne de Louis XVI sont marquées par d'importantes spéculations boursières..., puis par la Révolution dite "française" qui, tout en reprenant certaines des réformes soutenues par le Roi avant 1789, transforment le rôle politique du Roi et le système de gouvernement de la France en mettant fin à la monarchie de droit divin. Dans un premier temps, Louis XVI devient un monarque constitutionnel en butte à une opposition de plus en plus hostile. Dans un second temps, il est renversé par la conspiration républicaine du 10 août 1792 (Gérard Maintenant, Les Jacobins, collection Que sais-je? PUF, Paris 1984, p. 52-58), la monarchie est abolie le 21 septembre, le génocide vendéen suivra, puis le Grand remplacement de la population au XXe siècle qui finalisera le projet républicain de régénération du "peuple".

Surnommé « Louis le Dernier » ou « Louis Capet » par les terroristes, Louis XVI est inculpé pour trahison sur l'accusation de ne pas avoir respecté son rôle constitutionnel, d'avoir manœuvré secrètement contre la Révolution et d'avoir tenté de fuir la France en juin 1791 sur la suggestion des complotistes maçonniques comme La Fayette. Jugé coupable par la Convention dite "nationale" (en réalité oligarchique), il est condamné à mort et guillotiné le 21 janvier 1793 sur la place de la Révolution à Paris.

La première logique totalitaire apparaît sous la Révolution française (Stéphane Courtois). Aucune alternative politique réelle n'est possible sans changement des institutions républicaines. La modernité est une époque moins démocratique que celle d'avant" (Francis Dupuis-Déri). Comme l'explique aussi l'historienne Marion Sigaut, à l'élection aux Etats généraux de 1789, le système était plus démocratique qu'après. Les Etats généraux représentaient l'intégralité de la population française, il y avait plus de démocratie en 1789 sous l'Ancien Régime qu'après.

 

Enfin, l'impôt. Aujourd'hui les impôts sont dix fois supérieurs à ce qu'ils étaient avant 1789.

Les-Revolutions-francaises---broche---Francois-Bluche--S.jpgLes rois de France n'ont cessé depuis la fin du XVIIe siècle de vouloir réaliser l'égalité fiscale ("capitation" 1695, "dixième" 1710, "vingtième" 1750, "Subvention territoriale" 1786). Ils furent empêchés par les parlements qui refusèrent d'enregistrer ces édits royaux. Sur ce sujet, essentiel, il faut lire "Les Révolutions françaises, Sous la Direction de Frédéric Bluche et Stéphane Rials", (Fayard, Mesnil-sur-l'Estrée 1989), chapitre "La pré-Révolution 1788-1789" rédigé par Jean-Marie Harouel.

 

Si cette réforme avait pu être réalisée, elle nous eut éviter les massacres des terroristes "révolutionnaires", un recul de la législation sociale de trois quart de siècle, l'avènement de la démocratie terroriste, de la barbarie "libérale et égalitaire", et l'esclavage moderne des trafiquants de monnaie (argent-dette).

C'est l'histoire de l'une des plus grandes injustices que la France ait connu, l'histoire d'un Roi qui ne voulait que le bonheur de son peuple.

 

A peine sacré, il abolit la torture et fait relâcher des milliers de prisonniers. Louis XVI rend visite aux pauvres, et fait rénover les hôpitaux. Soucieux de la justice et des peuples, Louis XVI vole au secours de l'Amérique pour lui donner la liberté.

 

Père de famille exemplaire, il enseigne à son fils qu'un Roi se doit de penser uniquement au bonheur de son peuple. Mais la guerre a coûté plus de deux milliards de livres, les caisses sont vides. Louis XVI convoque les Etats généraux pour réaliser l'égalité fiscale. La Bastille est prise, les quelques gardes infirmes sont massacrés, le gouverneur est décapité, premiers signes d'une tyrannie totalitaire et pour Louis XVI une destinée de saint martyr. Louis XVI ne reverra jamais plus Versailles. Il ne reverra plus jamais sa femme car il sera assassiné à l'aide d'un procès truqué. Il est mort le 21 janvier 1793. Son fils sera battu à mort au nom de la "liberté" et des droits de l'homme, sa femme Marie-Antoinette sera guillotinée.

 

Honorons sa mémoire afin que sa mort n'ait pas été inutile.

Repost 0
20 janvier 2015 2 20 /01 /janvier /2015 10:34

Comme si la privation des « droits civils, civiques et politiques allait empêcher des terroristes de nationalité française de prendre un fusil et de tirer, la dernière trouvaille de génie de nos dirigeants reviendra pour tout candidat au terrorisme à la remise d'une médaille.

 

François Hollande réfléchirait à cette mesure défendue par l'UMP pour lutter contre le terrorisme. Instaurée temporairement en 1944, le «crime d'indignité nationale» prévoit la déchéance des droits civiques, civils et politiques. (1)

 

Rétablir un crime «d'indignité nationale» pour sanctionner les terroristes n'ayant pas la double-nationalité: la suggestion était apparue avant les attentats de ce mois de janvier. Dès novembre, le député UMP Philippe Meunier l'évoquait comme une sanction envisageable dans les affaires de terrorisme. Elle redevient d'actualité alors que le gouvernement s'apprête à annoncer, mercredi, des mesures sur les «moyens» et la «protection» des policiers et des gendarmes mais aussi le «renforcement du Renseignement».

 

Unanimité de la caste républicaine, reprise par l'UMP dans ses propositions, la mesure d'indignité nationale serait à l'étude du côté de l'Élysée. Ou comment diviser pour régner, créer encore plus de divisions, plus de haine et de ressentiment, plus de clivage parmi les nationaux. La république absolue, si elle gouverne mal se défend bien...

 

La notion de crime d'indignité nationale est née en août 1944, par une ordonnance du Général de Gaulle. Elle visait à condamner des Français ayant collaboré avec les nazis pendant l'Occupation de 1940 à 1944. La peine de «dégradation nationale» pouvait être infligée aux personnes reconnues coupables d'«indignité nationale». Elle privait les condamnés de leurs droits civiques, civils et politiques. Comme le rappelle France Info, cela implique notamment le retrait du droit de vote, l'inéligibilité, l'interdiction d'exercer un emploi dans certains types d'entreprises et de posséder une arme. Cette disposition a été supprimée par une loi d'amnistie de 1951.

 

L'indignité nationale figure parmi les douze propositions avancées mercredi dernier par l'UMP pour lutter contre le terrorisme. La droite souhaite que les terroriste possédant une double-nationalité soient déchus de leur nationalité française. Mais dans le cas des terroristes n'étant que français, une telle mesure est rendue impossible par la Déclaration universelle des droits de l'homme, qui empêche de créer des apatrides. L'UMP propose de réserver à ces individus le crime d'indignité nationale.

 

Le député UMP Philippe Meunier a présenté sa proposition de loi devant l'Assemblée nationale en novembre, qui l'a rejetée. Elle a été reprise par l'UMP, mercredi. La vice-présidente du parti, Nathalie Kosciusko-Morizet, a qualifié de «mesures symboliques fortes» la déchéance de nationalité et la peine d'indignité nationale proposées par son parti.

 

Le PS n'y serait pas non plus hostile, à en croire son premier secrétaire, Jean-Christophe Cambadélis. «Ça peut se discuter, moi je n'ai pas d'a priori», a-t-il affirmé au Grand rendez-vous, d'Europe 1, Le Monde et i-Télé.

 

François Hollande envisagerait également cette mesure comme une piste possible, d'après les informations d'Europe 1.

 

Du côté d'un Front national un peu plus averti et responsable, Marine Le Pen qui vient de déclarer hier s'être séparée «depuis un certain nombre de jours» de son conseiller va-t-en guerre aux affaires internationales, Aymeric Chauprade, à cause de sa fixation sur le «choc des civilisations» (2), s'est positionnée contre la proposition. Interrogée sur le sujet, la présidente du parti d'extrême-droite a fustigé une «mesure gadget».

 

Cette mesure irresponsable s'ajoute aux autres pistes «intelligentes» envisagées pour lutter contre le terrorisme, comme la «religion républicaine» de Claude Bartolone...

 

«La responsabilité d'un mouvement politique, c'est d'éviter précisément l'engrenage du choc des civilisations. Il faut l'éviter, il est très facile de se soumettre à cette logique, et je la trouve terrible», a tranché hier la présidente du FN (2) qui se hisse un peu plus au rang de chef d'Etat.

 

 

Notes

 

 

(1) L'«indignité nationale», une piste envisagée par l'Élysée, Le Figaro, Mis à jour le 20/01/2015 à 09:40, Publié le 20/01/2015 à 09:21 http://www.lefigaro.fr/politique/2015/01/20/01002-20150120ARTFIG00087-l-indignite-nationale-une-piste-envisagee-par-l-elysee.php

(2) http://www.lefigaro.fr/politique/le-scan/couacs/2015/01/19/25005-20150119ARTFIG00131-marine-le-pen-desavoue-aymeric-chauprade-apres-ses-propos-sur-les-musulmans.php

Repost 0
19 janvier 2015 1 19 /01 /janvier /2015 21:02
Claude Bartolone (PS) veut imposer "la religion de la république"

Face aux terroristes islamistes, Claude Bartolone, le président de l'Assemblée nationale, invité du Grand Jury RTL/LCI/Le Figaro dimanche 18 janvier 2015, a eu une idée géniale, il a prôné "la religion de la république" ! Il fallait y penser !

Interrogé par Jérôme Chapuis (1), sur "la manière dont les caricatures de Charlie Hebdo étaient reçues dans le monde musulman notamment après la nouvelle une de Charlie Hebdo qui représente à nouveau le prophète Mahomet" (10 personnes mortes au Niger le 17 janvier, des drapeaux français brûlés au Pakistan) et quelle devait être "l'attitude de la France", Claude Bartolone a répondu : « Intraitable sur les valeurs de la république. Intraitable. Le jour où l'on affaiblit ce socle, nous sommes renvoyés les uns et les autres à notre communauté ou à notre religion et c'est le vivre ensemble qui est menacé. D'ailleurs ces terroristes, ces assassins, c'est ce qu'ils ont essayé de faire comme première victime, le vivre-ensemble. Moi je veux que l'on réussisse, même si cela prendra un peu de temps. Regardez le temps qu'il a fallu pour faire accepter à la religion catholique le fait qu'il y a une religion suprême pour chacun d'entre nous : c'est la religion de la république. »

 

Où est passée la laïcité ? Où est passée la "charte de la laïcité" ? Où sont les grands donneurs de leçons de démocratie devant cette nouvelle religion d'Etat ? Où sont l'auto-questionnement, et la remise en question devant les morts ? Y aura-t-il un "débat" démocratique sur cette théocratie (gnostique maçonnique) assumée ? Nous en doutons... Place à la certitude et au fanatisme... républicain.

 

Notes

 

 

(1) Source video : http://video.lefigaro.fr/index.php/figaro/video/le-debrief-du-grand-jury-avec-claude-bartolone/3996377269001/

Repost 0
19 janvier 2015 1 19 /01 /janvier /2015 20:52

Olivier Berruyer, invité des "Experts" sur BFM-Tv le 13 janvier dernier, s'est interrogé sur les causes du terrorisme et a demandé de la réflexion dans un débat inexistant jusqu'ici autour de la manifestation "Je suis Charlie".

« La difficulté est qu'il n'y aura jamais aucune loi – comme l'appelle aujourd'hui l'UMP – de Patriot Act qui empêchera trois terroristes de prendre un fusil et d'aller tuer des gens.

La question est comment on fait en sorte que les gens n'aient pas envie de devenir terroristes. Et c'est là où il devrait y avoir un débat et c'est là où il y a eu très peu de réflexion. On est tombé les deux pieds joints dans les deux pièges que nous tendaient Al Qaïda, le premier c'était évidemment la récupération politique de cette émotion qui nous submergeaient tous. - Avoir, excusez-moi, un Nicolas Sarkozy qui a rasé la Libye, un François Hollande qui déclenche une guerre tous les six mois, avec le Secrétaire général de l'OTAN qui a envoyé 5000 bombes sur l'Etat islamique, ou Dominique de Villepin sur BFM, qui il y a quatre mois expliquait qu'il ne fallait pas agir comme cela, qu'on allait avoir des retours de bâtons, qu'il fallait être beaucoup plus fins dans la réponse au terrorisme, d'avoir Netanyahou qui a tué 1500 palestiniens il y a six mois. Comment tout cela est-il vu au Moyen-Orient ? C'est la première chose qui doit nous interpeller. Aux Etats-Unis, il y a encore un mois on nous sortait la torture. Quelle influence, quand les Etats-Unis torturent les gens ont-ils sur la naissance du terrorisme au Moyen-Orient ? Le deuxième point, […] l'absence totale de distanciation dans ce débat. Défendre la liberté d'expression ce n'est pas assumer tout ce qu'a fait Charlie Hebdo.

[…] Les caricatures [de Charlie Hebdo Ndlr.] qui à mon sens ne relevaient pas de la liberté d'expression, qui étaient simplement une envie de choquer, d'insulter. Il n'y avait aucune expression. Quelle expression dans la caricature où on voit Mahomet nu, en levrette ?

[…] Moi j'aime bien votre discours sur la nation [passage de Jean-Pierre Petit, président des "Cahiers verts de l'économie", sur la nation, l'unité nationale "manifestée" au cours de la manifestation, Ndlr.] , il me prend aux tripes, bravo, mais je n'ai pas l'impression que c'est ce qui se passe. Le billet que j'ai fait sur ce sujet a dépassé le million de vues. Ce qui ne m'est jamais arrivé. Mais moi j'ai vu des milliers de commentaires islamophobes. J'ai rêvé de la nation rassemblée, mais où la voyez-vous rassemblée ? Avez-vous entendu Ivan Rioufol qui interviewe une musulmane et qui la fait pleurer parce qu'il lui demande 'Vous êtes musulmane ? Condamnez ce qui vient de se passer.' Comme si les musulmans sont responsables de la barbarie. »

Olivier Berruyer conclut en citant Kierkegaard :

« Les gens exigent la liberté d'expression pour compenser la liberté de pensée qu'ils évitent. »

Repost 0
18 janvier 2015 7 18 /01 /janvier /2015 21:18
Vous "serez", ce que vous permettrez à l’Amour de faire de vous

« Votre bonheur n'est pas dans ce que vous avez été, il est dans ce que vous êtes présentement. ... Et demain, il sera dans ce que vous serez. Vous "serez", ce que vous permettrez à l’Amour de faire de vous. » (Léandre Lachance)

 

- Lire le message au complet:
www.fcdj.org/.../Book_PBM3_fr_web.pdf
- Visitez notre site web: www.fcdj.org
MÉDIAS SOCIAUX: - Suivez nous sur Facebook: www.…

 

Source video : http://gloria.tv/media/4HoRQLSNAgf

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Religion
commenter cet article
18 janvier 2015 7 18 /01 /janvier /2015 20:38

Pas de sang, pas de recul, pas de mouvement du corps = fake  ?

Repost 0
18 janvier 2015 7 18 /01 /janvier /2015 20:36
Repost 0
18 janvier 2015 7 18 /01 /janvier /2015 20:32

Tout ancien président de la République dispose, depuis 1985, d'avantages «pour services rendus» lorsqu'il quitte l'Elysée. Si l'on sait, selon les calculs du député socialiste René Dosières, qu'un «ex» coûte 1,5 à 2 millions d'euros par an à l'Etat, on ignorait jusque là le détail des frais engagés par la République pour ses anciens chefs.

Alors que plusieurs députés socialistes réclament que Nicolas Sarkozy renonce à ces avantages, maintenant qu'il est redevenu le chef de l'UMP, Médiapart en publie le détail chiffré.

Un ancien élu écologiste grenoblois, Raymond Avrillier, «tombeur» d'Alain Carignon en 1994 et à l'origine de l'affaire des sondages de l'Elysée sous la présidence de Nicolas Sarkozy, a obtenu de Matignon, au bout de quatre mois d'effort, le détail des dépenses de Nicolas Sarkozy depuis la fin de son mandat en mai 2012. Le site Médiapart publie le détail de ces comptes, de mai 2012 à décembre 2014.

Comme ses prédécesseurs de la Ve République, Nicolas Sarkozy bénéficie de gardes du corps, d'une voiture et de locaux depuis la fin de son mandat présidentiel.

Ses bureaux privés, payés par l'Etat, sont installés rue de Miromesnil. Ce magnifique appartement de 320 m² répartis en onze pièces, dont une classée à l'inventaire des Monuments historiques, est loué 16 431 € par mois, soit près de 200 000 € par an. Il a fallu le meubler, et pour cela la République a dépensé 56 724 € de meubles, bureaux, fournitures diverses, ainsi que 8 513€ pour le déménagement des cartons du Faubourg Saint-Honoré. En 2014, les frais d'entretien, de nettoyage, la facture d'électricité, celle des téléphones fixes et mobiles, le papier et les timbres, ont coûté 215 392 € selon les documents obtenus par Avrillier. A cela s'ajoutent un peu moins de 10 000 € par an d'essence et d'entretien de la voiture présidentielle, une Citroën C6V6 HDI Exclusive achetée 44 141 € le 11 mai 2012 dans une concession de Levallois-Perret.

Le seul ex-président qui n'est pas à la retraite

La dépense la plus importante est celle des salaires des collaborateurs de l'ancien président. Dix personnes travaillent à plein temps au 77 rue de Miromesnil (Paris VIIIe). Parmi les cinq fonctionnaires, on dénombre deux chauffeurs, l'un détaché du ministère de l'Intérieur, l'autre du conseil général des Hauts-de-Seine, un intendant, et deux officiers de sécurité. La liste n'inclut pas les effectifs attachés à la protection du domicile du président et de sa femme dans une impasse privée du XVIe arrondissement. Parmi les cinq collaborateurs contractuels, qui touchent de 5 247 à 7 020 € par mois de salaire, figurent Consuelo Remmert, la demi-sœur de Carla Bruni-Sarkozy, ancienne conseillère à l'Elysée chargée aujourd'hui de gérer la diplomatie de Nicolas Sarkozy ainsi que ses conférences internationales, première source de revenus de l'ancien chef d'Etat. Véronique Waché, fidèle attachée de presse, affirme à Médiapart qu'elle a depuis la fin novembre été embauchée «à 100 %» par l'UMP où elle continue de gérer la communication de son champion, redevenu président du parti. Michel Gaudin, préfet à la retraite, ne toucherait non plus, selon Véronique Waché, aucune rétribution pour son poste de directeur de cabinet.

Au total, la facture de ces dix collaborateurs de mai 2012 à décembre 2014 a représenté 1,76 millions d'euros nets, 2,3 millions environ en tenant compte des cotisations patronales.

S'il ne coûte pas plus cher, en moyenne, que ses prédécesseurs, Nicolas Sarkozy n'est pas, contrairement à eux, à la retraite. Raymond Avrillier compte, toujours selon le site d'investigation, interpeller la Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques afin de l'interroger sur le maintien de ces avantages alors que Nicolas Sarkozy préside l'UMP depuis fin novembre, et qu'il envisagerait d'être à nouveau candidat à la présidence. Il souhaiterait aussi que les avantages en nature soient à l'avenir comptabilisés dans les documents qu'il a obtenus.

Combien gagne Nicolas Sarkozy ?

Comme Valéry Giscard d'Estaing et Jacques Chirac, Nicolas Sarkozy touche personnellement une indemnité à vie de 6 000 € par mois, soit 192 000 € sur les 32 mois concernés. Il dispose aussi, ainsi que son épouse, de la gratuité de ses déplacements avec la SNCF et Air France, «dans la meilleure classe», précise la lettre signée par Laurent Fabius en 1985, alors Premier ministre de François Mitterrand, pour institutionnaliser ces avantages aux anciens serviteurs de la République.

Dans leur livre «Ça reste entre nous, hein ?», les journalistes du Parisien - Aujourd'hui en France Nathalie Schuck et Frédéric Gerschel affirment que chaque conférence internationale, à la demande d'une banque ou d'une entreprise privée la plupart du temps, rapporte à l'ancien président «entre 100 000 et 150 000 euros», soit, en «une vingtaine de prestations rémunérées en deux ans et demi, un gain d'environ 2 millions d'euros», qui ne sont aucunement versés par l'Etat.

A partir du 28 janvier, Nicolas Sarkozy aura 60 ans. Il pourra en outre toucher en plus sa retraite de parlementaire, lui qui a été député pendant près de cinq ans dans les Hauts-de-Seine. Elle est estimée à 1900 euros par mois, une pension pour laquelle il a cotisé pendant ses mandats à l'Assemblée nationale. A cela s'ajoutent ses retraites de différents mandats locaux, comme maire de Neuilly-sur-Seine ou président du conseil général des Hauts-de-Seine. Enfin, l'ancien président ne siège pas au Conseil constitutionnel et ne perçoit donc pas l'indemnité de 13 000 € qui accompagne cette charge.

Source: http://www.leparisien.fr/politique/combien-nicolas-sarkozy-a-t-il-coute-a-la-republique-depuis-mai-2012-17-01-2015-4455539.php

Repost 0
18 janvier 2015 7 18 /01 /janvier /2015 20:20
Repost 0
Publié par Ingomer - dans Religion
commenter cet article
18 janvier 2015 7 18 /01 /janvier /2015 00:18

La réponse d'Altana Otovic aux "Je suis Charlie" :

 

Non, vous n’êtes pas Charlie… vous êtes Charlot

 

Maintenant que les cadavres ont refroidi, passons aux choses sérieuses. Le choc et le recueillement s’estompant, il est déjà temps – avant qu’il ne soit trop tard – de sortir les plumes des fourreaux, de dégainer les idées brûlantes, enfin, de battre le fer tant qu’il est chaud.

Alors, comme ça, vous êtes Charlie ? Vous, la meute tirant à vue depuis des années sur tous ceux qui vous dérangent, vous vous émouvez maintenant que la mitraille retentit contre votre camp ?

« Je suis Charlie », dites-vous d’une seule et même voix. « Je suis Charlie », annoncent les pancartes que vous brandissez dans les rédactions. « Je suis Charlie », scandent vos avatars et vos hashtags sur les réseaux sociaux. Et vous avez bien raison.

Seulement…

Vous êtes Charlie aujourd’hui, mais vous n’étiez pas Éric Zemmour hier, quand il s’est fait virer d’i>Télé pour raisons politiques. Pire encore : vous pétitionniez à tour de bras pour l’évincer du service public.

Vous êtes Charlie, mais vous n’étiez pas mon ami Robert Redeker en 2006, quand un papier critiquant l’islam dans Le Figaro lui valut une tornade de haine : graves menaces de mort qui le gardent encore aujourd’hui sous protection policière, désaveu et silence de la classe intellectuelle et journalistique, lynchage dans les règles de l’art sur le plateau d’« ONPC ».

Vous êtes Charlie, mais vous n’étiez pas Clément Weill-Raynal, pour certains votre confrère, mis à pied de France 3 pour avoir révélé l’affaire du « mur des cons » dont il fut le plus triste fusillé.

Vous êtes Charlie, mais vous n’étiez pas Robert Ménard à son licenciement, Michel Houellebecq, Renaud Camus ou Christine Tasin à leurs procès respectifs pour avoir critiqué l’islam.

Vous êtes Charlie, mais vous trouvez normal que le FN soit exclu de la manifestation hommage de ce dimanche à laquelle tous les partis seront conviés, et alors même que vous défendez l’union nationale, dont notre pays a, en effet, plus que jamais besoin.

Vous êtes Charlie, mais vous soutenez toutes les lois mémorielles qui empêchent les intellectuels de faire leur travail, pour le bien de l’Histoire et de la vérité.

Vous êtes Charlie, mais vous n’êtes pas Richard Millet face à la meute d’Annie Ernaux et d’une centaine d’écrivains délateurs et complices, vous n’êtes pas Alain Finkielkraut ni Dieudonné, ou encore Ivan Rioufol, brillant d’intransigeance mais déchiqueté comme un gigot jeté aux lions sur le plateau d’« On refait le monde » ce jeudi 8 janvier.

Vous êtes Charlie, mais vous n’êtes rien de ce qui sentirait trop le soufre, vous êtes les dénonciateurs de tous ceux qu’on abat sur l’autel du politiquement correct, vous êtes ceux qui tenez le fusil, les bourreaux objectifs de tous les indésirables de la liberté. Votre liberté à vous et à vous seuls.

Pourtant, la liberté n’a qu’un seul visage. C’est la liberté pour les sains, la liberté pour les fous, la liberté pour les noirs, la liberté pour les blancs, la liberté pour ceux qu’on désapprouve peut-être mais qui font la diversité et la santé intellectuelle de notre pays.

Vous n’étiez pas ces gens, et aujourd’hui vous êtes Charlie ? Vous vous mentez, vous nous mentez. Vous êtes ce qui vous arrange, quand cela vous arrange. Vous n’êtes pas Charlie, vous êtes Charlot. Et tant que vous ne défendrez pas les principes que vous dites avoir au cœur jusqu’au bout, vous le resterez.

Altana Otovic

 

http://www.bvoltaire.fr/altanaotovic/non-vous-netes-pas-charlie-vous-etes-charlot,150885

 

. La traque républicaine

Repost 0
Publié par Ingomer
commenter cet article
17 janvier 2015 6 17 /01 /janvier /2015 23:42

Une nouvelle mode est en train de se développer ; celle du tatouage de l’œil. Il s’agit de se faire injecter des pigments dans la conjonctive de l‘œil. C’est un véritable tatouage qui colore le blanc des yeux en bleu, en vert, en rouge ou même en noir. Il faut plusieurs injections pour couvrir tout l’œil. Il paraît que ce n’est pas douloureux. Cette technique sévit en Angleterre et en Amérique… Elle tend à devenir un phénomène mondial. Ce ne serait pas plus difficile à faire que des tatouages de la peau et pratiquement indolore. Or les ophtalmologistes sont très inquiets car le risque est de toucher la rétine.

En général ceux qui se font ainsi changer la couleur de l’œil sont des jeunes bardés de piercing et au visage recouvert de tatouages.

Tout cela n’est pas anodin. Il y a un risque définitif de larmoiement, de douleurs et de cécité. Le tatouage est irréversible, il peut amener des réactions allergiques et inflammatoires chroniques et définitives insoignables, des sensations de brûlures dont le tatoué souffrira au mieux toute la vie et au pire l’amènera à la perte de la vue.

Certains pays envisagent d’interdire cette mode stupide. L’œil n’est pas de la peau ; c’est une muqueuse fragile.

De même que les concerts Métal style Hellfest engendre chez les jeunes des surdités, cette mode bizarre mène à la cécité.

Jean-Pierre Dickès

Source: http://www.medias-presse.info/eyeball-tatoo-le-tatouage-des-yeux-une-technique-gravement-dangereuse/23337

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Culture de mort
commenter cet article
17 janvier 2015 6 17 /01 /janvier /2015 22:07

Liberté religieuse, liberté de pensée, liberté de conscience ?

Réfléchissez-bien et demandez-vous si les "Je suis charlie" défendent réellement la liberté ou si au contraire ils ne militent pas contre la liberté.

Repost 0
15 janvier 2015 4 15 /01 /janvier /2015 23:58

Une jolie video des volontaires français pour le Donbass libre.

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Russie
commenter cet article
15 janvier 2015 4 15 /01 /janvier /2015 23:10

La liberté d'expression ne signifie pas la liberté d'insulter les personnes... Autocritique d'un irresponsable repenti : Delfeil de Ton, ancien de Charlie Hebdo accuse l'ancien rédacteur en chef Charb d'avoir «trainé son équipe» à la mort.

 

Le journaliste âgé de 80 ans, l'un des fondateurs de l'hebdomadaire satirique, accuse, dans une chronique publiée dans L'Obs, l'ancien rédacteur en chef et dessinateur Stéphane Charbonnier d'avoir «traîné son équipe» à la mort.

 

Voilà qu'une voix dissonante crée la polémique en s'exprimant dans les médias, une semaine jour pour jour après la date tragique des attentats du journal satirique, entrainant la disparition des entrailles de la rédaction.

 

Delfeil de Ton, le pseudonyme d'Henri Roussel, l'un des fondateurs du journal agitateur, sort de son silence quant à sa descendance à la rédaction, dont une partie a disparu dans les attentats terroristes du 7 janvier dernier. Dans les colonnes du Nouvel Observateur du 14 janvier où il tient sa chronique hebdomadaire, cet ancien de la famille Charlie crache son venin. «Je t'en veux vraiment Charb». Le journaliste âgé de 80 ans accuse le dernier rédacteur en chef d'avoir «trainé son équipe» à la mort, notamment en publiant des caricatures dont il regrette le degré de provocation.

 

«Il était le chef. Quel besoin a-t-il eu d'entraîner ses amis dans la surenchère?» questionne Delfeil de Ton dans sa chronique, accusant la persistance de Charb même après que les locaux soient incendiés en novembre 2011, après la sortie du numéro Charia Hebdo, illustré par des caricatures de Mahomet.

 

Henri Roussel, l'un des premiers rédacteurs de Hara-Kiri et membre de Charlie Hebdo jusqu'en 1975, va plus loin en se remémorant les paroles de Wolinski à l'époque de l'incendie criminel provoqué à la rédaction de Charlie Hebdo. «Je crois que nous sommes des inconscients vulnérables et des imbéciles qui avons pris un risque inutile. C'est tout» aurait dit le dessinateur. «On se croit invulnérables. Pendant des années, des dizaines d'années même, on fait de la provocation et puis un jour la provocation se retourne contre nous. Il fallait pas le faire», raconte Delfeil en citant l'illustrateur regretté, ajoutant que malgré la mise en garde de son confrère «Charb l'a refait, un an plus tard, en septembre 2012». (1)

 

Ces quelques lignes extraites de la dernière chronique de Delfeil De Ton, compagnon de route de Charlie Hebdo et proche compagnon également de son ancien patron de la rédaction, décédé dans la tuerie, Charb, publiée hier dans les colonnes de l’Obs , ont soulevé l’indignation, déclenché la rage de toute ou partie de l’équipe de « Charlie ». Et en particulier de l’avocat et figure de l’hebdomadaire, Richard Malka, qui a eu un très violent échange avec Renaud Dély, rédacteur en chef de l’Obs, qualifiant « d’abjecte » cette chronique et plus « abjecte » encore, sa publication. L’avocat a tenté de joindre également mais en vain le patron de l’Obs, Mathieu Croissandeau, pour lui dire son dégoût et sa fureur, avant de se retourner dans un climat de très vive tension vers l’un des actionnaires du groupe, Mathieu Pigasse. (2)

 

Liberté d'expression Charlie ?!...

 

Selon Le Monde, Richard Malka, l’avocat de Charlie Hebdo aurait envoyé un texto «scandalisé» à Matthieu Pigasse, l’un des actionnaires du Nouvel Observateur: «Charb n’est pas encore enterré que L’Obs ne trouve rien de mieux à faire que de publier sur lui un papier polémique et fielleux».

 

Le directeur du Nouvel Observateur, Mathieu Croissandeau assume la publication de la chronique, «après débat»: «dans un numéro sur la liberté d’expression, il m’aurait semblé gênant de censurer une voix, quand bien même elle serait discordante», déclare-t-il au Monde. (3)

 

Ce n’est pas la première fois que Delfeil exerce sa liberté d'expression.

 

C’était à l’été 2008, lors d’une autre querelle qui avait largement dépassé les frontières de la rédaction de L’Obs et les troupes de Charlie. Après la publication d’un article du dessinateur Siné sur le mariage du fils de Nicolas Sarkozy, que Philippe Val avait jugé antisémite, le directeur de l’hebdomadaire avait décidé de licencier le dessinateur (Siné a depuis fait condamner Charlie pour préjudice moral et financier, et obtenu en appel 90 000 euros de réparations). (4)

 

Notes

 

(1) Charlie Hebdo : Delfeil de Ton lance une polémique sur Charb, Le Figaro, Mis à jour le 15/01/2015 à 16:11, Publié le 15/01/2015 à 10:02 http://www.lefigaro.fr/culture/2015/01/15/03004-20150115ARTFIG00094--charlie-hebdo-delfeil-de-ton-lance-une-polemique-sur-charb.php

(2) Violente réaction de Richard Malka, avocat de « Charlie », après une chronique de Delfeil De Ton dans l’Obs http://blogs.lexpress.fr/media/2015/01/14/violente-reaction-de-richard-malka-avocat-de-charlie-apres-une-chronique-de-delfeil-de-ton-dans-lobs/

(3) Delfeil de Ton, ancien de «Charlie», accuse Charb d'avoir «entrainé l’équipe dans la surenchère» http://www.20minutes.fr/medias/1517631-20150115-delfeil-ancien-charlie-accuse-charb-avoir-entraine-equipe-surenchere

(4) http://www.lemonde.fr/societe/article/2015/01/14/polemique-dans-la-famille-charlie-hebdo_4556428_3224.html

 

. Je pense donc je ne suis pas Charlie

Repost 0
Publié par Ingomer
commenter cet article
12 janvier 2015 1 12 /01 /janvier /2015 08:55
Repost 0
11 janvier 2015 7 11 /01 /janvier /2015 18:17
Je pense donc je ne suis pas Charlie

Croire est un acte qui ne peut être ni condamné ni limité, ni empêché par un autre homme. Cet acte est conforme à la raison. Or, Charlie-Hebdo milite :

 

- contre la liberté de conscience, contre la liberté religieuse (la liberté de croire sans être empêché, insulté, méprisé en permanence...)

- contre la liberté d'expression (la "liberté" conçue comme une liberté d'insulter et de mépriser les personnes, n'est pas une liberté, elle mériterait à tout enfant se comportant ainsi d'être qualifié d'enfant mal élevé et d'être corrigé, elle est une incivilité et une impolitesse; silence de "Charlie-Hebdo" sur l'interdiction des spectacles de Dieudonné; licenciement de Siné en 2008 pour dessin "antisémite")

- contre la liberté de ne pas être arbitrairement emprisonné (silence de "Charlie Hebdo" sur l'emprisonnement neuf mois de Vincent Reynouard pour opinions hérétiques sur la "Shoah"; silence de "Charlie Hebdo" sur l'emprisonnement d'un manifestant pour la défense du mariage naturel).

 

Charlie Hebdo milite donc en réalité pour Big brother où ta "liberté" se résume à te déplacer le long des quatre côtés d'un carré qui constituent ta prison. Sortir de ce carré qualifié de "liberté" te vaudra la prison et une mort sociale.

 

Tu votes, tu t'amuses, tu consommes, tu t'indignes, tu manifestes, parce que tu es conditionné, domestiqué, manipulé... Tu vis dans ce que l'on appelle une "démocratie".

 

Les insultes et les provocations permanentes de Charlie-Hebdo sont dirigées contre la liberté religieuse, c'est-à-dire contre la raison. C'est pourquoi elles sont immorales, non conformes aux droits humains et doivent être condamnées.

 

Je pense donc je ne suis pas Charlie.

Repost 0
10 janvier 2015 6 10 /01 /janvier /2015 15:15
Manuel II Paléologue

Manuel II Paléologue

En marge des événements récents, un extrait du discours de Benoît XVI à Ratisbonne (D) :

« (...) J’ai lu la partie, publiée par le professeur Théodore Khoury (de Münster), du dialogue sur le christianisme et l’islam et sur leur vérité respective, que le savant empereur byzantin Manuel II Paléologue mena avec un érudit perse, sans doute en 1391 durant ses quartiers d’hiver à Ankara. L’empereur transcrit probablement ce dialogue pendant le siège de Constantinople entre 1394 et 1402. Cela explique que ses propres réflexions sont rendues de manière plus détaillée que celles de son interlocuteur persan. Le dialogue embrasse tout le domaine de la structure de la foi couvert par la Bible et le Coran ; il s’intéresse en particulier à l’image de Dieu et de l’homme, mais revient nécessairement sans cesse sur le rapport de ce qu’on appelait les “trois Lois” ou les “trois ordres de vie” : Ancien Testament – Nouveau Testament – Coran. Je ne voudrais pas en faire ici l’objet de cette conférence, mais relever seulement un point – au demeurant marginal dans l’ensemble du dialogue – qui m’a fasciné par rapport au thème “foi et raison”, et qui servira de point de départ de mes réflexions sur ce sujet.

“Ne pas agir selon la raison est contraire à la nature de Dieu” (Benoît XVI)

Dans le septième entretien (διάλεξις – controverse) publié par le professeur Khoury, l’empereur en vient à parler du thème du djihad, de la guerre sainte. L’empereur savait certainement que, dans la sourate 2, 256, on lit : pas de contrainte en matière de foi – c’est probablement l’une des plus anciennes sourates de la période initiale qui, nous dit une partie des spécialistes, remonte au temps où Mahomet lui-même était encore privé de pouvoir et menacé. Mais, naturellement, l’empereur connaissait aussi les dispositions – d’origine plus tardive – sur la guerre sainte, retenues par le Coran. Sans entrer dans des détails comme le traitement différent des “détenteurs d’Ecritures” et des “infidèles”, il s’adresse à son interlocuteur d’une manière étonnamment abrupte – abrupte au point d’être pour nous inacceptable –, qui nous surprend et pose tout simplement la question centrale du rapport entre religion et violence en général.

Il dit : “Montre moi ce que Mahomet a apporté de nouveau et tu ne trouveras que du mauvais et de l’inhumain comme ceci, qu’il a prescrit de répandre par l’épée la foi qu’il prêchait”. Après s’être prononcé de manière si peu amène, l’empereur explique minutieusement pourquoi la diffusion de la foi par la violence est contraire à la raison. Elle est contraire à la nature de Dieu et à la nature de l’âme. “Dieu ne prend pas plaisir au sang, dit-il, et ne pas agir selon la raison (‘σύν λόγω’) est contraire à la nature de Dieu. La foi est fruit de l’âme, non pas du corps. Celui qui veut conduire quelqu’un vers la foi doit être capable de parler et de penser de façon juste et non pas de recourir à la violence et à la menace... Pour convaincre une âme douée de raison, on n’a pas besoin de son bras, ni d’objets pour frapper, ni d’aucun autre moyen qui menace quelqu’un de mort...”.

 

L’affirmation décisive de cette argumentation contre la conversion par la force dit : “Ne pas agir selon la raison est contraire à la nature de Dieu”. L’éditeur du texte, Théodore Khoury, commente à ce sujet : “Pour l’empereur, byzantin nourri de philosophie grecque, cette affirmation est évidente. Pour la doctrine musulmane, au contraire, Dieu est absolument transcendant. Sa volonté n’est liée à aucune de nos catégories, fût-ce celle qui consiste à être raisonnable”. Khoury cite à ce propos un travail du célèbre islamologue français R. Arnaldez, qui note que Ibn Hazm va jusqu’à expliquer que Dieu n’est pas même tenu par sa propre parole et que rien ne l’oblige à nous révéler la vérité. Si tel était son vouloir, l’homme devrait être idolâtre.

 

A partir de là, pour la compréhension de Dieu et du même coup pour la réalisation concrète de la religion, apparaît un dilemme qui constitue un défi très immédiat. Est-ce seulement grec de penser qu’agir de façon contraire à la raison est en contradiction avec la nature de Dieu, ou cela vaut-il toujours et en soi ? Je pense que, sur ce point, la concordance parfaite, entre ce qui est grec, dans le meilleur sens du terme, et la foi en Dieu, fondée sur la Bible, devient manifeste. En référence au premier verset de la Genèse, premier verset de toute la Bible, Jean a ouvert le prologue de son évangile par ces mots : “Au commencement était le λογος”. C’est exactement le mot employé par l’empereur. Dieu agit “σύν λόγω”, avec logos. Logos désigne à la fois la raison et la parole – une raison qui est créatrice et capable de se communiquer, mais justement comme raison. Jean nous a ainsi fait don de la parole ultime de la notion biblique de Dieu, la parole par laquelle tous les chemins souvent difficiles et tortueux de la foi biblique parviennent à leur but et trouvent leur synthèse.

 

Au commencement était le Logos et le Logos est Dieu, nous dit l’Evangéliste. La rencontre du message biblique et de la pensée grecque n’était pas le fait du hasard. La vision de saint Paul, à qui les chemins vers l’Asie se fermaient et qui ensuite vit un Macédonien lui apparaître et qui l’entendit l’appeler : “Passe en Macédoine et viens à notre secours” (cf. Ac 16, 6-10) – cette vision peut être interprétée comme un condensé du rapprochement, porté par une nécessité intrinsèque, entre la foi biblique et le questionnement grec.

 

En fait, ce mouvement de rapprochement mutuel était à l’œuvre depuis longtemps. Déjà, le nom mystérieux de Dieu lors de l’épisode du buisson ardent, qui distingue Dieu des divinités aux noms multiples et qui énonce simplement à son sujet le “Je suis”, son être, est une contestation du mythe, qui trouve une analogie interne dans la tentative socratique de surmonter et de dépasser le mythe. Le processus engagé au buisson ardent parvient à une nouvelle maturité, au cœur de l’Ancien Testament, pendant l’Exil, où le Dieu d’Israël, désormais sans pays et sans culte, se proclame le Dieu du ciel et de la terre et se présente dans une formule qui prolonge celle du buisson : “Je suis celui qui suis”. Avec cette nouvelle reconnaissance de Dieu s’opère, de proche en proche, une sorte de philosophie des Lumières, qui s’exprime de façon drastique dans la satire des divinités, qui ne seraient que des fabrications humaines (cf. Ps 115). C’est ainsi que la foi biblique, à l’époque hellénistique et malgré la rigueur de son opposition aux souverains grecs qui voulaient imposer par la force l’assimilation à leur mode de vie grec et au culte de leurs divinités, alla de l’intérieur à la rencontre de la pensée grecque en ce qu’elle avait de meilleur pour établir un contact mutuel, qui s’est ensuite réalisé dans la littérature sapientielle plus tardive. Nous savons aujourd'hui que la traduction grecque de l’Ancien Testament faite à Alexandrie - la Septante - est plus qu’une simple traduction du texte hébreu (à apprécier peut-être de façon pas très positive). Elle est un témoin textuel indépendant et une avancée importante de l’histoire de la Révélation. Cette rencontre s’est réalisée d’une manière qui a eu une importance décisive pour la naissance et la diffusion du christianisme. Fondamentalement, il s’agit d'une rencontre entre la foi et la raison, entre l’authentique philosophie des Lumières et la religion. A partir de l’essence de la foi chrétienne et, en même temps, de la nature de la pensée grecque, qui avait fusionné avec la foi, Manuel II a pu vraiment dire : ne pas agir “avec le Logos” est en contradiction avec la nature de Dieu. (...) »

 

Source: Pro Liturgia, ACTUALITE DU 10 JANVIER 2015

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Religion
commenter cet article
8 janvier 2015 4 08 /01 /janvier /2015 11:05

Remarquable article de Gabrielle Cluzel :

 

Non, je ne suis pas Charlie !

 

Non, je ne suis pas Charlie !

 

« Non, je ne suis pas Charlie. » Et je ne crois pas qu’il faille se sentir obligé de répéter cette phrase toute faite comme une incantation pour avoir le droit d’exprimer sa compassion, de plaindre les victimes et les familles, de dire son inquiétude.

Je ne suis pas Charlie parce que ce serait faire injure aux policiers qui sont morts, eux aussi. Ou alors, il faudrait dire également « je suis flic ».

Je ne suis pas Charlie, parce que j’en ai toujours détesté le contenu, et que je n’envisage pas de le prendre aujourd’hui à mon compte. Pour être solidaire de leur calvaire, pour être indignée par ces sordides exécutions, la France entière n’est pas forcée de s’identifier à Charlie Hebdo.

Je ne suis pas Charlie parce que ce n’est pas insulter la mémoire des morts de dire que la ligne du journal relève plus souvent de l’insulte que de l’humour… et que j’aime bien rire mais pas conspuer, choquer, ni humilier. J’entends sur toutes les radios qu’il faudrait absolument republier un peu partout les caricatures de Mahomet pour montrer que l’on ne courbe pas l’échine. Je crains que ce soit l’exemple type d’une fausse bonne idée. Ne pas baisser la tête est une chose ; agiter le chiffon rouge jusqu’à indigner les plus modérés, les blesser dans ce qu’ils ont de plus cher, jusqu’à peut-être les convaincre que les plus radicaux ont finalement quelque raison de s’exciter, en est une autre.

Paradoxe suprême : les mêmes clament à qui veut l’entendre qu’il ne faut pas stigmatiser les musulmans, qu’il faut même leur tendre la main. Tendre la main de cette façon-là revient à embrasser son prochain en lui disant « Nique ta mère ». Discuter pied à pied de l’islam, montrer les contradictions, souligner les exactions, forcer l’autre à user de sa raison, bref, convertir. Mais pas cracher à la figure.

Je ne suis pas Charlie parce que ce psittacisme facile m’indispose. Il ne suffira pas d’être Charlie, de décréter un deuil national, de mettre les drapeaux en berne pour tout résoudre, si l’on refuse de regarder la réalité en face, de soulever le couvercle d’une marmite dont on redoute les remugles. Cette fois, plus de déséquilibré, de loup solitaire, de paumé, ni de bronzé-fait-le-djihad qui aurait crié « Allahu akbar » pour se donner du courage. Il suffit de regarder la vidéo, le sang-froid, la façon de progresser des tueurs… Ces hommes-là savent faire la guerre. Mais peut-être qu’autour de Noël, si on avait évité précisément de minimiser, de psychiatriser, d’isoler, de démontrer par A + B que rien de tout cela ne relevait du terrorisme pour, au contraire, voir la petite lumière rouge, le signal d’alerte, et commencer à ratisser méthodiquement, les choses auraient pu être différentes. Non pas « Je suis Charlie », mais « Où est Charlie ? », le djihadiste planqué dans l’anonymat de sa cité, de sa banlieue, de sa cave.

Je ne suis pas Charlie. Mais je le serais, « j’aurais la rage ». La rage de penser qu’avec un gouvernement moins inapte, schizophrène et dans le déni, tout cela aurait, peut-être, pu être évité.

Gabrielle Cluzel

 

Source: http://www.bvoltaire.fr/gabriellecluzel/non-je-ne-suis-pas-charlie,150293

 

 

Repost 0
8 janvier 2015 4 08 /01 /janvier /2015 08:29

 

Ce n'est pas au Front national chaupradisé qui soutient l'intervention contre l'état islamique et prône la laïcité républicaine, ni chez les catholiques nationaux prompts à se mettre à la remorque des républicains et des libres censeurs dès qu'ils entendent le mot "islam"..., que vous trouverez une note discordante ces jours-ci sur l'attentat commis hier contre "Charlie Hebdo" qui a tué les dessinateurs Charb, Cabu, Honoré, Tignous, Wolinski, et arrive à point pour ressouder nationalistes et républicains. Comme en 14 ! A croire que ces gens n'apprennent rien... Ou font le jeu du système ?

Le dernier dessin de Charb paru dans "Charlie Hebdo" du 7 janvier 2015 montre un islamiste fou disant "On a jusqu'à la fin janvier pour présenter ses voeux".

Le dernier dessin de Charb paru dans "Charlie Hebdo" du 7 janvier 2015 montre un islamiste fou disant "On a jusqu'à la fin janvier pour présenter ses voeux".

Cette caricature vient après une longue série de provocations offensantes, tournées tant contre l'islam que contre le catholicisme :

 

Charlie Hebdo : la "riposte laïque" et la "résistance républicaine", des réponses adéquates ?
Charlie Hebdo : la "riposte laïque" et la "résistance républicaine", des réponses adéquates ?

Sans compter d'autres que la décence ne permet pas de présenter ici.

 

Charlie Hebdo, RIP.

 

Le 12 septembre 2014, sur BFMTV, Dominique de Villepin, lucide et clairvoyant avait estimé que la décision de Barack Obama d'engager une grande coalition sur le terrain était «absurde et dangereuse» et qu'elle aurait pour conséquence de « multiplier » les foyers de terrorisme :

 

« Il serait temps que les pays occidentaux tirent les leçons de l'expérience. Depuis l'Afghanistan, nous avons multiplié les interventions militaires, pour quel résultat? Il y avait en 2001 un foyer de terrorisme central? Un. Aujourd'hui? Une quinzaine... L'État islamique, c'est l'enfant monstrueux de l'inconstance et de l'arrogance de la politique occidentale».

 

Le site Les-Crises.fr revient sur cet avertissement de Dominique de Villepin :

 

Alors, ce 22 septembre, merci M. Hollande !

Et en plus, ça marche, personne ne se dit que les gouvernements du Paraguay, d’Inde, d’Afrique du Sud, de Corée, du Vietnam, d’Indonésie ne voient pas l’urgence d’aller bombarder l’Irak… :

Le Français sont des veaux inconscients ?

 

Source: http://www.les-crises.fr/irak-villepin-denonce-une-guerre-absurde-et-dangereuse/

Traiter les causes de cet attentat contre "Charlie Hebdo", plutôt qu'apporter des réponses inadaptées aux conséquences de nos erreurs, c'est avant tout dire que la laïcité version républicaine n'est pas la réponse adéquate pour éviter la guerre sur notre territoire, portée dans la capitale de la France...

 

Le vide laissé par la laïcité est un laïcisme qui ne permet pas le développement harmonieux et complet de la nature humaine et par tant du premier droit de l'homme qui est le droit de croire en Dieu.

 

Les républicains n'ont pas d'anthropologie, ou du moins ils ont une conception amputée de l'homme, ils manquent d'un vrai humanisme qui prenne en compte la totalité de la nature humaine, matérielle et spirituelle. Sans une prise de conscience généralisée des lacunes républicaines c'est en vain que les "Charlie Hebdo" manifesteront leur tristesse. C'est en vain qu'ils parleront d'"unité nationale", de "vivre ensemble", et de leur "monde nouveau"...

 

Il faut le dire, la république n'est plus un gage de paix, elle est devenue notre insécurité quotidienne. Ce laïcisme républicain, anti-religieux, provocateur, méprisant pour les croyants, de combat contre les religions tant musulmane que catholique (en fait les religions dogmatiques insupportables pour les "illuminés"... depuis un certain Adam Weishaupt) qui a fini par engendrer des réponses, il est vrai, disproportionnées..., doit être stoppé. La liberté d'expression ne signifie pas la liberté d'insulter les personnes.

 

Dans ce contexte, la "riposte laïque", la "résistance républicaine" sont autant de mots d'ordre du chaos institutionnalisé qui ne font que jeter de l'huile sur le feu, sans apporter de vraies solutions.

 

Le soutien à l'intervention contre l'état islamique est une erreur depuis le début.

 

Puissent les esprits éclairés et les personnes de bonne volonté se rencontrer et porter cette voix différente (et cette voie...)

Repost 0
7 janvier 2015 3 07 /01 /janvier /2015 07:04

Notre pays a été dépassé en 2014 par le Royaume-Uni, dont le PIB est supérieur au nôtre.

Voilà une bien triste nouvelle pour François Hollande et l'orgueil national: «La France, c'est un grand pays ; elle est la cinquième puissance économique du monde», avait affirmé le président de la République le soir de la Saint-Sylvestre lors de ses vœux aux Français. Le propos se voulait roboratif, «un message de confiance et de volonté», avait-il lui-même annoncé. Hélas, trois fois hélas, au moment même où le chef de l'État rappelait ce fameux classement - une habitude bien ancrée de sa part -, il n'était déjà plus valable.

Certes, la France était effectivement «la cinquième puissance économique du monde» encore en 2013. Son PIB (produit intérieur brut), la richesse créée annuellement, la seule mesure de la puissance économique, arrivait au 5e rang, derrière les États-Unis, la Chine, le Japon, l'Allemagne et devant le Royaume-Uni. Or celui-ci nous devance désormais: en 2014, le PIB britannique aura dépassé de 98 milliards d'euros celui de la France (2232 milliards d'euros pour le premier et 2134 milliards pour le second). Ces chiffres figurent dans un document de la Commission européenne consultable sur son site.

À cette période de l'année, il s'agit bien sûr encore d'une estimation. Mais contrairement aux prévisions qui peuvent se révéler fausses, cette évaluation comptable, qui marque une différence de près de 4,5 % entre les deux pays, ne sera en aucun cas remise en cause lors de la publication définitive des bilans 2014 dans quelques semaines.

Source: La France a perdu sa place de cinquième puissance économique mondiale, Le Figaro, Mis à jour le 06/01/2015 à 22:26, Publié le 06/01/2015 à 22:00

Repost 0
6 janvier 2015 2 06 /01 /janvier /2015 17:57

La banque centrale "russe" prépare un Maidan "russe" pour le printemps.

L’impuissance de Poutine face à la Banque Centrale russe (sous contrôle de la FED)

Evgeny Fedorov, député russe, explique le rapport de force crucial opposant le président Poutine à la Banque Centrale russe, sous contrôle extérieur du dollar, de la FED et de ses dérivés mondiaux.

Le contrôle de la monnaie russe, via les banques de prêt étrangères et la législation financière (dépossédant la Russie de toute autonomie monétaire), permettent d’empêcher l’économie russe de se développer réellement.

Plus: sa dévastation est en vue: sous le motif des sanctions occidentales, la FED dépossédera la Russie de tout prêt de n’importe quelle banque du monde, même russe.

L’objectif en vue est de susciter depuis l’extérieur des révoltes sociales anti-Poutine en Russie et organiser un nouveau Maidan en 2015.

 

. "Money Masters", les maîtres de la monnaie (1/2)

 

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Russie
commenter cet article
5 janvier 2015 1 05 /01 /janvier /2015 09:41
Robert Pirault, A l’école du moulin

A l’occasion de la sortie du livre de Robert Pirault, A l’école du moulin, la basilique de Vézelay, les Editions Franciscaines et la Maison du Visiteur à Vézelay vous invitent à la

Projection – débat du film

A l’ombre de la lumière

Samedi 17 janvier, à 17h au Couvent saint François (7, rue Marie-Rose, 75014 Paris).

Vente et dédicace du livre à l’issue.

RSVP avant le 15 janvier au 01 45 40 72 51 ou à contact@editions-franciscaines.com

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Livres
commenter cet article
2 janvier 2015 5 02 /01 /janvier /2015 21:35

Liberté & égalité... Pour la 1ère fois dans l'histoire de l'humanité, en 2014, les 85 individus les plus riches de la planète disposent d'autant d'argent que 50% de la population mondiale, soit 3,5 milliards d'individus.

La rentabilité du capital est supérieure à la croissance; ceux qui détiennent du capital s'enrichissent plus vite que ceux dont les revenus proviennent uniquement de leur travail. Le capitalisme libéral est donc, selon Thomas Piketty, l'économiste qui a refusé la Légion d'honneur, un système qui, par nature, concentre de plus en plus la fortune entre les mains d'une minorité d'héritier.

Source: Ce que Thomas Piketty conseille au gouvernement, Le Figaro, Mis à jour le 02/01/2015 à 16:57, Publié le 02/01/2015 à 14:13

. L'Oligarchie cachée

. 1789 : Une aristocratie en chasse une autre, naissance de la bourgeoisie d'affaires et de l'Argent-Roi, la ploutocratie

. "Liberté & Egalité" : Les inégalités entre les Français se creusent

. "Liberté & égalité" : Depuis la crise de 2008, les écarts de richesse continuent de se creuser (INSEE)

. Règne de la "démocratie" dans le monde : Près de la moitié des richesses mondiales est détenue par 1% de la population

Repost 0
1 janvier 2015 4 01 /01 /janvier /2015 19:55

Pour bien commencer l'année : J.S. Bach / Wie schön leuchtet der Morgenstern, Comme elle resplendit, l'étoile du matin !

 

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Christ-Roi
commenter cet article
1 janvier 2015 4 01 /01 /janvier /2015 10:48

La police a arrêté début décembre 37 personnes soupçonnées d'appartenir à un réseau de type mafieux qui oeuvrait pour faire attribuer les contrats publics de Rome à des proches du patron présumé de cette organisation, un membre de l'extrême-droite. L'enquête surnommée par la presse italienne "Mafia capitale" montre que certains contrats portaient sur la gestion de centres pour immigrés dans les faubourgs de la capitale.

Parmi les documents rendus publics par les enquêteurs figurent des transcriptions de conversations montrant comment des entrepreneurs ont décroché des contrats publics : "As-tu la moindre idée de ce que tu pourrais gagner sur les immigrés ? Le trafic de drogue rapporte moins", peut-on lire sur un de ces documents. (1)

"Nous devons défendre les pauvres, et pas nous défendre des pauvres. Nous devons être au service des pauvres, pas utiliser les pauvres", a déclaré hier le pape François lors de son homélie pour les vêpres de la Saint-Sylvestre à la basilique Saint-Pierre de Rome. Il a condamné les personnes accusées d'avoir détourné des fonds publics destinés aux migrants pauvres de la ville de Rome et estimé que la capitale italienne avait besoin d'un "renouveau spirituel et moral".

Sources:

(1) Rome a besoin d'un "renouveau moral" (Pape), Par lefigaro.fr avec AFP, Mis à jour le 31/12/2014 à 21:21, Publié le 31/12/2014 à 21:01

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Religion
commenter cet article