Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Christ Roi

  • : Christ Roi
  • Christ Roi
  • : Blog d'informations royaliste, légitimiste, pour une France libre, indépendante et souveraine
  • Contact

Horloge

13 octobre 2014 1 13 /10 /octobre /2014 23:00

 

Saint-Calixte-Ier-instituant-les-jeunes--France--Paris--XI.jpg
Saint Calixte Ier instituant les jeûnes, France, Paris, XIVe siècle

Saint Calixte Ier (155-222) Pape (16 ème) de 217 à 222, Martyr

 

Calixte naît vers 155 d'une famille d'esclaves d'origine grecque qui habitait le quartier du Transtévère (Trastevere) à Rome, Calixte (kalistos = le plus beau) devint chrétien au début de sa vie d'adulte. Il fut d'abord au service d'un haut fonctionnaire de l'empereur Commode, nommé Carpophore, chrétien lui-même, qui le chargea d'administrer ses biens. En relation d'affaires avec quelques juifs de Rome, il fit de mauvaises opérations, s'affola, prit la fuite, fut finalement rattrapé et enfermé dans un cachot. Son maître, qui l'estimait, le fit relâcher, pensant qu'il parviendrait à récupérer l'argent perdu. Il était sur le point d'aboutir quand il pénétra un jour de sabbat dans la synagogue, perturba l'office qui s'y célébrait et se fit mettre rudement à la porte par les participants qui le livrèrent au préfet Tuscianus en le dénonçant comme chrétien.

Il fut condamné aux mines de soufre de Sardaigne pour avoir troublé une réunion juive, et parce que chrétien. Il travailla donc durant 3 ans à l'extraction du minerai en Sardaigne et là, côtoya de nombreux martyrs chrétiens, relégués au bagne comme lui : il se montra auprès d'eux d'un dévouement admirable.

 

Libéré et affranchi vers 190, il passa quelques années à Antium (Anzio) au sud-est de Rome. Zéphyrin, dès son élection comme pape en 199, l'appela à ses côtés, le faisant son secrétaire personnel et l'archidiacre de la ville : il le rendit responsable de la direction du clergé et de la création du premier cimetière chrétien qu'il fit creuser dans le tuf sur la Via Appia : cimetière qui porte aujourd'hui son nom « Catacombe de Saint-Calixte ».

 

A la mort de Zéphyrin, en 217, Calixte est élu pape. Il le demeura 5 ans 2 mois et 10 jours. Son court pontificat fut des plus difficiles, marqué par l'opposition d'un prêtre de Rome, saint Hippolyte qui fut pourtant lui aussi canonisé (martyr dans les mines de Sardaigne vers 235). Calixte fit prévaloir contre lui et quelques autres l'usage d'absoudre tous les péchés, y compris ceux que les rigoristes, tel Tertullien, considéraient comme impardonnables : l'idolâtrie, l'adultère et le meurtre. Il reconnut comme valide le mariage entre esclaves et femmes libres (non admis comme légal par le droit romain) et accepta le remariage des veufs ainsi que leur entrée éventuelle dans le clergé. Politique d'indulgence générale qui lui valut beaucoup de critiques : face à ses opposants, il resta ferme et donna sans se lasser l'image du bon pasteur.

 

Il est à remarquer qu'envers l'État, il ne montra aucune servilité. Apprenant qu'un chrétien venait d'être exécuté sur ordre de l'empereur Alexandre-Sévère et jeté dans le Tibre, Calixte se cacha sur les rives du fleuve et avec l'aide de quelques pêcheurs et membres du clergé, le retira des eaux, célébrant solennellement ses funérailles dans sa catacombe de la Via Appia.

 

Il mourut le 14 Octobre 222 dans son quartier du Transtévère, victime d'une émeute dirigée contre les chrétiens. Jeté du haut d'une fenêtre dans un puits, recouvert de décombres, il en fut retiré par un prêtre une quinzaine de jours après : on l'enterra sur la Via Aurélia dans le cimetière de Calépode non loin de là. Il laissait l'Église en pleine prospérité, organisée corporativement et dotée d'une école de théologie.

 

Dès le début du 4° siècle, il était déclaré martyr et l'un des rares à avoir son anniversaire. Ses reliques se trouvent sous le maître-autel de la basilique Sainte Marie du Transtévère : elle fut construite sur l'emplacement du modeste oratoire consacré à Marie qu'il avait fait édifier dans sa maison : premier lieu de culte connu érigé à la mémoire de la mère du Christ dans la Ville éternelle.

 

C'est au IVe siècle que Calixte fut déclaré martyr puis canonisé. L'Église catholique célèbre sa fête le 14 octobre.

 

Sources : 1; 2

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Saints du jour
commenter cet article
13 octobre 2014 1 13 /10 /octobre /2014 22:43

 

Pape-Francois--soyons-ouverts-aux-surprises-de-Dieu--13-oc.jpg

 

Le Pape: "Soyons ouverts aux surprises de Dieu"

 

2014-10-13 Radio Vatican

 

Le Pape nous invite à ne pas rester enfermés dans nos propres « idées » et à être ouverts aux « surprises » de Dieu. Il critique l’attitude des docteurs de loi et des pharisiens, qui ne voient pas les signes des temps et surtout ne comprennent pas que « la loi qu’ils protégeaient et aimaient » était une « pédagogie » vers Jésus-Christ. Les docteurs de la loi, a commenté le Pape François, « avaient très bien élaboré la loi, un chef-d’œuvre. Tous les juifs savaient ce qui pouvait se faire et ce qui ne pouvait se faire, jusqu’où on pouvait aller. Tout était prévu. »

Pour eux, le Christ qui fréquentait les pêcheurs et les prostituées était une sorte d’insulte, et quand devant le sanhédrin ils dit être le fils de Dieu, ils ne comprennent rien, ils arrachent leurs vêtements et l’accusent de blasphème. D’une part, fait remarquer le Pape, les docteurs de la loi étaient « fermés », et de l’autre ils avaient « oublié que Dieu est le Dieu de la loi mais également de l’histoire », et ils avaient oublié d’appartenir à un « peuple » « en chemin », à l’intérieur d’une « histoire », dans laquelle Dieu révèle ses « surprises ». Mais eux ne comprenaient pas que Dieu est le Dieu des surprises, que Dieu est «  toujours nouveau, que jamais il ne se renie lui-même, que jamais il ne dit que ce qu’il avait dit était faux, jamais, mais qu’il nous surprend toujours ». Le Pape François a tenu ces propos durant la messe à Sainte Marthe, ce lundi matin, en commentant l’Evangile du jour, où les docteurs de la Loi demandent un signe à Jésus. Le Pape a conclu son homélie en invitant à « demander au Seigneur un cœur qui aime la loi, parce que la loi est de Dieu, mais un cœur qui aime aussi les surprises de Dieu et sache que cette loi sainte n’est pas une fin en soi ».

(Tratto dall'archivio della Radio Vaticana)


via http://www.news.va/fr/news/le-pape-soyons-ouverts-aux-surprises-de-dieu
Repost 0
Publié par Ingomer - dans Religion
commenter cet article
13 octobre 2014 1 13 /10 /octobre /2014 20:30

Des mots très forts du père Daniel Ange qui, dans un court entretien à Famille Chrétienne, répond à Mgr Pontier, président de la Conférence des évêques de France, qui "a appelé à privilégier la réflexion au combat".

 

 

Lorsqu’on est en face de gens qui sont sourds et qui imposent leur idéologie « manu militari » – le père emploie même le terme de « totalitarisme » – on ne discute plus, on se bat !

 

« Dans un grand nombre d'écoles on est en train de bousiller nos enfants. Et donc en temps de guerre, en temps de combat, on ne va pas se contenter de réfléchir ! On monte au créneau, ne serait-ce que pour sauver les blessés et les amener à l'hôpital. »

 

Le père Daniel Ange, fondateur de Jeunesse-Lumière (école catholique internationale de prière et d'évangélisation) donne en exemple les autres conférences épiscopales entières qui ont déjà réagi pour condamner le genre (Slovénie, Slovaquie Tchéquie, Suisse, Autriche, Portugal, Italie, Pologne, etc.) et se lamente que la CEF soit à la traîne.

 

« Que l’Eglise n’ait pas peur de crier la vérité même si c’est au prix de la prison. Personne ne peut rester indifférent sans avoir du sang sur les mains au dernier Jugement. Il n’est pas possible de ne pas réagir sans avoir de sang sur les mains ! Lorsqu'il s'agit de sauver un seul enfant, cela vaut la peine d'être marginalisé, emprisonné, et peut-être torturé. C'est une gloire. »


A écouter, réécouter et diffuser !

 

Source video : http://gloria.tv/media/wP7MhrzsoEB

 

 

. Points de vue du docteur Yann Carrière sur la "théorie du genre", une "théorie fascisante"

. Farida Belghoul explique d'où vient la théorie du genre qui "n'existe pas"

Repost 0
13 octobre 2014 1 13 /10 /octobre /2014 18:45
monastere-de-Valaam-en-Russie.jpg
Monastère de Valaam en Russie

Un magnifique reportage sur le monastère orthodoxe de Valaam, en Russie, près du lac Ladoga.

On y apprend l’importance de la liturgie et du chant qui lui est associé. Inchangée depuis des siècles, c’est elle qui a permis au monastère de renaître après la douloureuse parenthèse communiste.

On voit aussi en quoi consiste la véritable « participation des fidèles » : se laisser simplement toucher par les rites sacrés qui célèbrent la Majesté divine.

Quant à la spiritualité monastique, les mots manquent pour en qualifier la profondeur et le rayonnement...

... loin du tumulte de la majorité de nos messes paroissiales.

 

Vladimir-Poutine--Journee-spirituelle-au-monastere-Valaam.jpg

Vladimir Poutine au monastère Valaam en Russie (avril 2013) où vit son directeur spirituel.

Valaam, archipel d'une cinquantaine d'îles, figées six mois par an dans les glaces de l'immense lac Ladoga, abrite le plus ancien monastère de Russie. Fondé selon la tradition au 11e siècle, la prière du monastère de Valaam s'est interrompue pendant près de 50 ans, lorsque le régime communiste expulsa les moines de l'île dans les années 1940. Mais en 1989, six moines accostent à Valaam, pour restaurer une vie monastique dont le fil a été brisé. 23 ans plus tard, ils sont près de 150, et la plupart des églises dévastées ont été rebâties. Ce documentaire propose de découvrir la vie quotidienne des moines de Valaam, dans le grand monastère principal, et dans les ermitages perdus dans les bois des îles alentour. Travail manuel, peinture des icônes, grandes liturgies dans la nuit: une vie de combat permanent avec soi-même, ancrée dans l'obéissance et la prière perpétuelles. Portrait d'une foi en pleine renaissance, qui fait de ce lieu hors du commun, le symbole de l'impressionnant réveil spirituel de toute la Russie.

Un film écrit et réalisé par François Lespès. Une coproduction Grand Angle Productions et KTO - 2012.

Emission du 26/11/2012

 

 

via Pro Liturgia ACTUALITE (13/10/2014) http://www.proliturgia.org/

 

 

. Dmitri Medvedev qualifie de miracle la renaissance de l'Eglise orthodoxe (novembre 2011)

. La renaissance de l'Eglise orthodoxe russe

. Les Russes chassent Robespierre de Saint-Pétersbourg

. La Russie reconstruit ses monuments sacrés

. La Russie est devenue une grande puissance grâce à la religion chrétienne (Poutine, le 25 juillet 2013)

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Russie
commenter cet article
13 octobre 2014 1 13 /10 /octobre /2014 08:46

Nicolas-Dupont-Aignan.jpgAffichant l'objectif de la présidentielle, Nicolas Dupont-Aignan a lancé hier à Paris, le nouveau nom de son parti devant sept cents militants réunis lors du congrès de «Debout la France» (DLF), qu'il a qualifié de «seule alternative crédible» pour 2017.

 

 

DLF a présenté quelques militants issus d'autres formations de gauche ou de droite qui s'en sont pris à «l'impasse de l'UE (ndlr : union européenne)», défendue, selon eux, par le PS et l'UMP, mais aussi à celle du «nationalisme et de l'isolement» du FN. Se sont exprimés plusieurs figures médiatiques comme l'économiste Jacques Sapir, l'un des principaux partisans en France de la sortie de l'euro, ou Hervé Falciani, ancien informaticien de la banque HSBC à Genève qui a révélé en 2008 des fichiers permettant de découvrir des milliers d'évadés fiscaux dans le monde.

 

Seul problème, le personnage est un républicain franc-maçonnisé qui en 2012 va plancher au «Grand Orient de France», la secte la plus anticléricale (1789, loi de 1905) et la plus antidivine («mariage homo») qui soit, pour soit-disant être plus «connu» et pour que ses  «compatriotes voient qui il est et quelles idées il a «de la France» et  «de la république» (video ci-dessous).

 

Ce parti sert de leurre pour montrer aux Français qu'il y a un semblant de « débat démocratique». Jamais il n'arrivera au pouvoir. Et s'il devait y arriver, ce serait avec l'aide et le soutien total des «frères trois points» pour faire le contraire de ce pourquoi il a été créé, selon le principe de l'infiltration, noyautage, et déviation.

 

 

Source video: http://www.gloria.tv/?media=519387

 

GODF : Pourquoi avez-vous accepté notre invitation ? Nicolas Dupont-Aignan : «Parce que je ne suis pas assez connu ...»


La République absolue catégorise, étiquette, divise, selon l'origine ethnique (Sos racisme, licra, associations dites «antiracistes»), sociale, le sexe, la religion, l'orientation sexuelle... ( «mariage» homo), crée les conditions des pires discriminations et alimente la haine. Mais Dupont-Aignan se pique de dire qu'«on est dans une vie politique qui a tendance à mettre des catégories sur les hommes politiques, à les enfermer dans des rôles, dans des postures». Pourquoi ne va-t-il donc pas au bout de son raisonnement en condamnant la soit-disant « république» ?

La république organise la guerre civile permanente. Les élections ne laissent le choix qu'entre la gauche ou la droite depuis 1789, mais toujours au service de la haute-finance et du mondialisme. La république crée les conditions de l'esclavage moderne par la dette, la marchandisation de l'humain («mariage» homo, GPA), le hold-up du vivant (semenciers et chimistes qui sont en train de détruire la diversité animale et végétale..., traité transatlantique en cours de négociation dans le dos du «peuple souverain»...), la domination sur les peuples via la démocratie dite «représentative»...

 

Barreaux-de-prison-copie-1.jpgLa Secte exclusive n'invite que ceux qui partagent ses idéaux de domination et de contrôle mondial («Nouvel ordre mondial»). Ainsi, en 2011 et janvier 2012, François Hollande avait été auditionné au «  Grand Orient de France » avec Jean-Luc Mélenchon, Eva Joly, François Bayrou, François Hollande, Hervé Morin et... Nicolas Dupont Aignan biensûr. Mais Marine Le Pen n'avait pas été invitée. Tout personnage politique prônant (plus ou moins) que la loi morale (loi naturelle, loi divine) est supérieure à la loi civile (lois des hommes) - ce qui est loin d'être le cas de Marine Le Pen... - est exclu de la Secte... C'est la «France Big Brother»    tu n'es libre que de te mouvoir à l'intérieur d'un carré et d'une prison dont les limites et les barreaux sont définis par un Club à Paris...

 

La loi maçonnique (antinaturelle, antichristique et antidivine) doit être supérieure à la loi des hommes, de sorte que toutes les monstruosités puissent devenir «lois» de la soit-disant «république». Le «progrès» c'est dominer la «nature» ingrate et difficile... N'est-ce pas ? Les écolos au sein du gouvernement de gauche ne sont là que pour piller et détruire la planète, c'est le «progrès» !

Autant dire détruire la nature, tuer la vie, démolir la Création... Pourquoi se gêner ? L'homme doit pouvoir tout faire... Non ? Ne vous étonnez donc pas des conséquences horribles (génocides, esclavage, exploitation économique libérale ou communiste..., guerres...) Posez donc la question à Dupont-Aignan et à ses « compatiotes»... Vous aurez la réponse !

Repost 0
10 octobre 2014 5 10 /10 /octobre /2014 07:13

"La Révolution aura fait reculer la législation sociale de trois-quarts de siècle". René Sédillot (1906-1999), historien.

 

Les ouvriers ont été envoyés par charrettes entières à la guillotine...

 

Les "décapitations [...] concernent pour 28% des paysans, pour 31% des artisans et des ouvriers, sans doute pour plus de 20% des marchands ... 8 à 9% des nobles, pour 6 à 7% des membres du clergé..." (René Sédillot,  Le Coût de la Révolution française, Vérités et Légendes, Perrin, Mesnil-sur-l'Estrée 1984, p. 24.)

 

Près de 80% étaient des petites gens.

 

 

 

La Révolution continue son oeuvre de destruction. Tout ce qui, de près ou de loin, nous est cher, est détruit systématiquement par la république.

 

Méditez-bien cette phrase. Regardez autour de vous. Dans la vie de votre commune, dans votre milieu professionnel, dans les écoles. Dans tout, petit à petit des pans entiers de notre pays s'écroulent.

 

La république n'assure plus ni la sécurité de ses citoyens, ni le respect de ses citoyens, ni leur donne du travail. On délocalise à tours de bras à l'étranger pour gagner un peu plus d'argent. C'est d'ailleurs intéressant de voir qu'un certain patronat avec le main sur le coeur des droits de l'homme, la liberté, l'égalité, la fraternité, n'a pas de complexe pour envoyer ses usines dans des pays du Tiers-monde où les gens sont payés d'un bol de riz et d'un coup de pompe au derrière. C'est ce qu'on appelle pour eux l'égalité et les droits de l'homme...

 

Source: http://www.actionroyaliste.com/

 

. La république a menti

. Les origines du vrai combat social en France

. Comprendre les Lumières : La loi Le Chapelier, aux sources de la prolétarisation du monde ouvrier (Marion Sigaut)

. Francophonie et frères d’Alliance

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Histoire
commenter cet article
10 octobre 2014 5 10 /10 /octobre /2014 07:11

 

 

Bien avant le Front populaire, les royalistes et catholiques sociaux n'ont eu de cesse de s'acharner pour soulager la misère ouvrière qui sévissait depuis la révolution de 1789.
Lois et propositions de loi sont là pour prouver à quel point les royalistes furent à la pointe du combat social face aux républicains de droite comme de gauche qui eux n'ont eu de cesse de rejeter ces lois au nom de leurs idéologies respectives...

Les hommes qui sont présentés dans cette vidéo, n'ont pas tous leurs noms dans nos rues. Et pourtant tout comme nos rois ils furent populaires et soulagèrent la misère. A la différence de ce que nous voyons souvent, ils œuvrèrent dans un esprit chrétien, de charité et de justice social sans aucun intérêt ni soucis idéologique ne cherchant pas à manipuler le monde ouvrier en vue d'agitation ou de révolution.
Tous sociaux parce que royalistes, le sens du devoir social dicté par des convictions bien ancrées, l'application directe dans la rue et la ténacité pour les passer en loi.


 

. C'est la droite légitimiste et traditionaliste qui la première prend la défense des travailleurs

. René de La Tour du Pin : "La liberté de l'industrie, telle que l'entend notre législation libérale, c'est la liberté des voleurs et l'emprisonnement des honnêtes gens"

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Histoire
commenter cet article
8 octobre 2014 3 08 /10 /octobre /2014 23:00

John-Henry-Newman.jpg 

 Une des figures majeures du catholicisme britannique, avec Thomas More, Henry Edward Manning et Ronald Knox, John Henry Newman est un prêtre anglican converti au catholicisme en 1845, cardinal, fondateur, théologien (1801-1890).

 

Aîné d'une fratrie de six enfants. La famille aurait des origines hollandaises, et le nom « Newman », auparavant écrit « Newmann », suggère des racines juives, sans que celles-ci soient prouvées. Sa mère, Jemima Fourdrinier, était issue d'une famille de huguenots français, graveurs et fabricants de papier, depuis longtemps installés à Londres. (1)


Il éprouve un grand plaisir à lire la Bible, mais également les romans de Walter Scott, alors en cours de publication, et, entre 1810 et 1813, il étudie les Anciens tels qu'Ovide, Virgile, Homère et Hérodote. Par la suite, il découvre des auteurs agnostiques comme Thomas Paine et David Hume, qui l'influencent pendant un certain temps. À l'âge de quinze ans en 1816, alors qu'il entre dans sa dernière année de collège, il fait la connaissance du révérend Walter Mayers, protestant évangélique proche du méthodisme de John Wesley. Très impressionné par ce prêtre avec lequel il entretient de longues conversations, il finit par adhérer lui-même à l'évangélisme. Quelques mois plus tard, cette conversion s'approfondit : « Quand j'eus quinze ans (en automne 1816), un grand changement se fit dans mes pensées. Je subis les influences de ce qu'était le dogme et cette impression, grâce à Dieu, ne s'est jamais effacée ou obscurcie. » (Jean Honoré, La Pensée de John Henry Newman, Mayenne, Éditions Ad Solem, janvier 2010, p. 11; Apologia Pro Vita Sua, traduction L. Michelin-Delimoges, Bloud et Gay, Paris, 1939, p. 23.) Son attachement au protestantisme évangélique et au calvinisme lui rend l'Église catholique romaine intolérable (Louis Bouyer, Newman sa vie sa spiritualité, préface du cardinal Jean Honoré, Paris, Éditions du Cerf, février 2009, p. 42.) et il « [partage] vigoureusement les préjugés contre les papistes idolâtres et le pape “Antéchrist” » (Xavier Tilliette, L'Église des philosophes De Nicolas de Cuse à Gabriel Marcel, préface de Giuliano Sansonetti, Paris, Éditions du Cerf, 2006, 306 p. 167.)

 

Admis au Trinity College d'Oxford le 4 décembre 1816, il s'y installe après six mois d'attente en juin 1817. Sa correspondance avec le révérend Walter Mayers témoigne de son esprit critique, et sa lecture des « Private Thoughts » de l'évêque William Beveridge l'invite à remettre en cause certains aspects du protestantisme évangélique que prône Mayers: fort de ce nouvel apport, Newman s'interroge sur la pertinence des dons sensibles dans les conversions méthodistes et semble entrevoir que la conversion peut, par le baptême, se passer de toute expérience sensible.

Il se prend d'amitié avec John William Bowden, de trois ans son aîné, avec qui il suit les cours. Ses camarades cherchent à l'emmener aux fêtes alcoolisées de l'université, mais il ne s'y sent pas à l'aise et leurs tentatives sont vouées à l'échec.

 

Étudiant à l'Université d'Oxford, il est ordonné prêtre anglican. Ses travaux sur les Pères de l'Église le conduisent à analyser les racines chrétiennes de l'anglicanisme et à défendre l'indépendance de sa religion face à l'État britannique, sous la forme de « tracts ». Ainsi naît le Mouvement d'Oxford, dont John Newman est l'un des principaux acteurs.


Ses recherches sur les Pères de l’Église et sa conception de l’Église l'amènent à se convertir au catholicisme, qu'il voit désormais comme la confession la plus fidèle aux racines du christianisme.

 

Sa réflexion aboutit à la publication en 1833 d'un livre sur l'arianisme, Les Ariens du quatrième siècle ; il décèle chez les Pères de l'Église un authentique humanisme chrétien. Pendant ses vacances de 1828 il lit Ignace d'Antioche et Justin de Naplouse, puis se penche en 1829 sur Irénée de Lyon et Cyprien de Carthage. Il entreprend dans la même période l'étude des œuvres complètes d'Athanase d'Alexandrie et de  Grégoire le Grand.

 

Portrait du révérend John Henry Newman.


L'influence de Newman à Oxford atteint un point culminant en 1839, année où, pourtant, son étude de l'hérésie monophysite l’amène à douter : contrairement à ce qu'il croyait, la doctrine catholique, constate-t-il, est restée fidèle au concile de Chalcédoine (451) ; en d'autres termes, elle ne s'est pas écartée du christianisme d'origine, interrogation qui redouble à la lecture d'un article de Nicholas Wiseman paru dans la Dublin Review, où figurent les mots de saint Augustin contre les donatistes : « Securus judicat orbis terrarum » (« le verdict du monde est concluant ») (Louis Bouyer, Newman sa vie sa spiritualité, préface du cardinal Jean Honoré, Paris, Éditions du Cerf, février 2009, p. 261.)


Newman, comme il l'explique plus tard, est « sur son lit de mort pour ce qui était de son appartenance à l’Église anglicane ». Il démissionne alors de son poste de rédacteur en chef à la British Critic. Désormais, il pense que la position des anglicans est similaire à celle des semi-ariens lors de la controverse de l'arianisme, et le projet d'un diocèse anglican à Jérusalem, avec des nominations relevant alternativement des gouvernements britannique et prussien, achève de le convaincre du caractère non apostolique de l'Église d'Angleterre.


En 1842, il se retire à Littlemore, où il vit dans des conditions monacales avec un petit groupe de proches, auxquels il demande de rédiger des biographies des saints anglais, tandis qu'il achève son Essai sur le développement de la doctrine chrétienne, où il cherche à se réconcilier avec la doctrine et la hiérarchie de l'Église catholique romaine. Il étudie les écrits d'Alphonse de Liguori, dont il retire la certitude que l'Église catholique n'est pas, comme il le croyait, une foi superstitieuse. En février 1843, il publie anonymement dans l'Oxford Conservative Journal une rétractation officielle des critiques qu'il a adressées à l'Église romaine, et en septembre, il prononce son dernier sermon anglican à Littlemore, puis il démissionne de Saint-Mary le 18 septembre 1843.


Le 26 septembre 1843, Newman écrit son dernier sermon anglican, « On the Parting of Friends ». John Keble, s'affirmant ainsi comme l'une des rares personnes à le soutenir à travers sa correspondance, assigne son retrait aux vives critiques et aux calomnies dont il est l'objet. Newman, quant à lui, soutient qu'il doute depuis plus de trois ans de la validité de l'anglicanisme, que sa décision a été longuement mûrie, qu'il ne se sent plus en sécurité dans une Église schismatique. D'ailleurs, ajoute-t-il, sa conversion au catholicisme ne saurait être le fruit que de sa réflexion sur la foi, car loin d'y trouver son intérêt, il perdra son statut et ses amis, et s'engagera dans une communauté où il ne connait personne. Cependant, il diffère sa décision définitive, préférant poursuivre son étude des pères de l'Église et, comme il l'explique dans sa correspondance, prier pour savoir s'il « [est] victime d'une illusion ». Au cours de l'été, il achève ses travaux sur Athanase d'Alexandrie et commence à rédiger un nouvel ensemble de réflexions théologiques. Deux années s'écoulent avant qu'il ne soit officiellement reçu dans l'Église catholique romaine le 9 octobre 1845 par Dominique Barberi, passioniste italien au Collège de Littlemore, conversion, assure-t-il, qui lui apporte la paix et la joie. Se séparer d'Oxford lui est difficile, encore que sa conversion soit suivie par d'autres, de plus en plus nombreuses, parmi les membres du mouvement d'Oxford (Louis Bouyer, Newman sa vie sa spiritualité, préface du cardinal Jean Honoré, Paris, Éditions du Cerf, février 2009, p. 325.)

 

Sa conversion au catholicisme est incomprise et critiquée par ses anciens amis anglicans. Il est aussi regardé avec méfiance par une partie du clergé catholique anglais du fait de ses positions considérées comme très libérales. En réaction à des calomnies, John Newman décrit sa conversion au catholicisme dans Apologia Pro Vita Sua. Cet ouvrage change la perception des anglicans à son égard et accroît sa notoriété.

 

Dans un premier temps, en mai 1852, Newman donne des conférences où il expose sa conception de l'éducation et de l'université, ainsi que la culture christianisée et la possibilité de concilier science et théologie, notions encore précisées lors de nouvelles interventions qui conduisent à l'une de ses principales œuvres, Idea of a University (L'idée d'université) (Louis Bouyer, Newman sa vie sa spiritualité, préface du cardinal Jean Honoré, Paris, Éditions du Cerf, février 2009, p. 385.)


Au cours des années 1850, les évêques irlandais s'opposent à l'institution de l'université Queen's d'Irlande demandent à Newman de fonder une nouvelle université à Dublin, la « Catholic University of Ireland ». Très vite, Newman en est nommé recteur, fonde une faculté de philosophie et de littérature en 1854, puis une faculté de médecine en 1856.

 

Lors du Ier concile œcuménique du Vatican (1869-1870), il s'oppose à la définition de l'infaillibilité pontificale présentée par les théologiens qui reviennent de Rome et, dans une lettre privée à son évêque, publiée à son insu, il dénonce « la faction insolente et agressive » qui a soutenu ce dogme. Cependant, il ne s'y oppose pas lors de sa proclamation et, lors de l'attaque du Premier ministre Gladstone accusant l'Église catholique d'avoir « également répudié la pensée moderne et l'histoire ancienne », trouve plus tard l'occasion de préciser son attitude dans une Lettre au duc de Norfolk (1875), où il affirme qu'il a toujours cru en cette doctrine mais a craint qu'elle n'affecte les conversions en Angleterre en raison des spécificités historiques locales du catholicisme ( Louis Bouyer, ibid. p. 477); en cela, il affirme la compatibilité entre le catholicisme et la liberté de conscience que certains anglicans, depuis la proclamation du dogme de infaillibilité, ont entrepris de dénoncer. Il y affirme même la primauté de la conscience sur l'autorité du pape, mais aussi sur celle des autorités civiles. Cette lettre fut d'autant mieux reçue qu'elle allait contre certains partisans de l'ultramontanisme ; elle suscita quelques interrogations à Rome, mais il n'y eut pas de réactions défavorables (2) Sa conception de la conscience et la relation avec l'autorité de l'Église a été développée par des théologiens catholiques au point d'être reprise en partie par le Magistère catholique, notamment lors du concile Vatican II, avec la déclaration Dignitatis Humanae.  

 

Il écrit par la suite la Grammaire de l'assentiment, qui se veut une défense de la foi face au développement du positivisme.

 

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/d/d6/Newman_room1.JPG/405px-Newman_room1.JPG

La chapelle privée du cardinal Newman

 

Le nouveau pape Léon XIII, élu en 1878, décide de le créer cardinal en 1879.

John Newman meurt onze années plus tard à l’âge de 89 ans. Il est enterré dans le cimetière de Rednall Hill (Birmingham). Il partage sa tombe avec son ami, Ambrose St. John, qui s’est converti au catholicisme en même temps que lui. Dans le cloître de l'oratoire de Birmingham où sont placées des plaques commémoratives, il voulut que soit inscrite au-dessous de son nom cette épitaphe : Ex umbris et imaginibus in veritatem (« Des ombres et des images vers la vérité ») (Louis Bouyer, ibid. p. 485.)


Ses œuvres, dont la Grammaire de l'assentiment (son travail le plus abouti dans lequel la foi religieuse est étayée par des arguments souvent différents de ceux qu'emploient les théologiens catholiques et  qui se veut une défense de la foi face au développement du positivisme), l'Apologia Pro Vita Sua (oeuvre autobiographique qui retrace la recherche de la vérité ayant conduit à sa conversion, grand succès de librairie, qui lui vaut le soutien et les félicitations de nombreux catholiques dont il leva les doutes), sont une référence constante chez des écrivains tels que G. K. Chesterton, Evelyn Waugh ou Julien Green, mais aussi pour des théologiens et des philosophes comme Avery Dulles, Erich Przywara et Edith Stein, qui a traduit en allemand son ouvrage L'Idée d'université.


John Henry Newman a été proclamé vénérable par la Congrégation pour les causes des saints en 1991.

 

Il a été béatifié à Birmingham, le 19 septembre 2010, par le pape Benoît XVI.

 

« L'Angleterre a une longue tradition de saints martyrs, dont le témoignage courageux a soutenu et inspiré la communauté catholique. Il mérite bien de prendre place dans une longue lignée de saints et d'érudits de ces Iles, saint Bède, sainte Hilda, saint Aelred, le bienheureux Dun Scott, pour n'en nommer que quelques-uns. Dans la personne du bienheureux John Henry, cette tradition d'élégante érudition, de profonde sagesse humaine et d'ardent amour du Seigneur a porté des fruits abondants, signe de la présence pleine d'amour de l'Esprit Saint dans les profondeurs du cœur du peuple de Dieu, faisant mûrir d'abondants dons de sainteté.

 

La devise du Cardinal Newman, « Cor ad cor loquitur », ou « le cœur parle au cœur » nous donne une indication sur la manière dont il comprenait la vie chrétienne : un appel à la sainteté, expérimenté comme le désir profond du cœur humain d'entrer dans une intime communion avec le Cœur de Dieu. Il nous rappelle que la fidélité à la prière nous transforme progressivement à la ressemblance de Dieu. Comme il l'écrivait dans l'un de ses nombreux et beaux sermons, « pour la pratique qui consiste à se tourner vers Dieu et le monde invisible en toute saison, en tout lieu, en toute situation d'urgence, la prière, donc, a ce qu'on peut appeler un effet naturel, en ce qu'elle élève et spiritualise l'âme. L'homme n'est plus ce qu'il était auparavant : progressivement, il s'est imprégné de tout un nouvel ensemble d'idées, il a assimilé de nouveaux principes » (Sermons paroissiaux, IV, p. 203, Le paradoxe chrétien, Cerf, 1986).

 

L'Évangile nous enseigne que personne ne peut servir deux maîtres (Lc 16,13), et l'enseignement du bienheureux John Henry sur la prière montre comment le fidèle chrétien est définitivement pris pour le service du seul véritable Maître, le seul qui puisse prétendre recevoir une dévotion sans conditions à son service (cf. Mt 23,10). Newman nous aide à comprendre ce que cela signifie dans notre vie quotidienne : il nous dit que notre divin Maître a donné à chacun de nous une tâche spécifique à accomplir, « un service précis » demandé de manière unique et à chaque personne individuellement : « J'ai une mission», écrivait-il, je suis un chaînon, un lien entre des personnes. Il ne m'a pas créé pour rien. Je ferai le bien, j'exécuterai la tâche qu'il m'a confié ; je serai un ange de paix, je prêcherai la vérité à la place où je suis [...] si j'observe ses commandements et le sers à la place qui est la mienne ». (Méditations sur la doctrine chrétienne, Ad Solem, Genève 2000, pp. 28-29).

 

Le service particulier auquel le bienheureux John Henry a été appelé consistait à appliquer son intelligence fine et sa plume féconde sur les nombreuses et urgentes « questions du jour ». Ses intuitions sur le rapport entre foi et raison, sur la place vitale de la religion révélée dans la société civilisée, et sur la nécessité d'une approche de l'éducation qui soit ample en ses fondements et ouverte à de larges perspectives ne furent pas seulement d'une importance capitale pour l'Angleterre de l'époque victorienne, mais elles continuent à inspirer et à éclairer bien des personnes de par le monde.

 

Image illustrative de l'article John Henry NewmanFermement opposé à toute approche réductrice ou utilitaire, il s'est efforcé de mettre en place un environnement éducationnel où l'exercice intellectuel, la discipline morale et l'engagement religieux pourraient progresser ensemble. Le projet de fonder une Université catholique en Irlande lui donna la possibilité de développer ses idées à ce sujet, et l'ensemble des discours qu'il a publiés sur « L'idée d'une Université » met en évidence un idéal dont tous ceux qui sont engagés dans la formation académique peuvent continuer à s'inspirer. En effet, quel meilleur objectif pourraient avoir des professeurs de religion que celui que le bienheureux John Henry a présenté dans son célèbre appel en faveur d'un laïcat intelligent et bien formé : « Je désire un laïcat qui ne soit pas arrogant, ni âpre dans son langage, ni prompt à la dispute, mais des personnes qui connaissent leur religion, qui pénètrent en ses profondeurs, qui savent précisément où ils sont, qui savent ce qu'ils ont et ce qu'ils n'ont pas, qui connaissent si bien leur foi qu'ils peuvent en rendre compte, qui connaissent assez leur histoire pour pouvoir la défendre » (The Present position of Catholics in England, IX, 390).

 

La chaleur et l'humanité qui marquent son appréciation du ministère pastoral sont magnifiquement mises en évidence dans un autre de ses célèbres sermons : « Si des anges avaient été vos prêtres, mes frères, ils n'auraient pas pu souffrir avec vous, avoir de la sympathie pour vous, éprouver de la compassion pour vous, sentir de la tendresse envers vous et se montrer indulgents avec vous, comme nous ; ils n'auraient pas pu être vos modèles et vos guides, et n'auraient pas pu vous amener à sortir de vous-mêmes pour entrer dans une vie nouvelle, comme le peuvent ceux qui viennent du milieu de vous » (« Hommes, non pas Anges : les prêtres de l'Évangile », Discourses to Mixed Congregations, 3). Il a vécu à fond cette vision profondément humaine du ministère sacerdotal dans l'attention délicate avec laquelle il s'est dévoué au service du peuple de Birmingham au long des années qu'il a passées à l'Oratoire, fondé par lui, visitant les malades et les pauvres, réconfortant les affligés, s'occupant des prisonniers. Il n'est pas étonnant qu'à sa mort, des milliers de personnes s'alignaient dans les rues avoisinantes tandis que son corps était transporté vers sa sépulture à moins d'un kilomètre d'ici. Cent vingt ans plus tard, de grandes foules se sont rassemblées à nouveau pour se réjouir de la reconnaissance solennelle de l'Église pour l'exceptionnelle sainteté de ce père des âmes très aimé. Comment pourrions-nous mieux exprimer la joie de ce moment, sinon en nous tournant vers notre Père des cieux dans une vibrante action de grâce, et en priant avec les paroles mêmes que le bienheureux John Henry a mises sur les lèvres du chœur des anges dans le ciel :

 

Loué soit le Très Saint dans les hauteurs

Et loué soit-Il dans les profondeurs ;

Très admirable en toutes Ses paroles ;

Infaillible en toutes Ses voies!

(Le songe de Gerontius).

 

NB. Le bienheureux John Henry Newman, est fêté, dans le calendrier liturgique catholique, le 9 octobre et non le jour anniversaire de sa mort, le 11 août. Ce jour étant déjà celui de la fête de sainte Claire d'Assise, c'est le 9 octobre, date de l'accueil officiel dans l'Église catholique de John Henry Newman, qui a été retenu. » (3)

 

 

Source principale : Extraits de l’Homélie de béatification par le Pape BENOÎT XVI, Cofton Park de Rednal - Birmingham, dimanche 19 septembre 2010 - Vatican.va

 


 

Sources:

 

(1) http://fr.wikipedia.org/wiki/John_Henry_Newman

(2) http://fr.wikipedia.org/wiki/Lettre_au_duc_de_Norfolk#Contenu

(3)  http://www.levangileauquotidien.org/main.php?language=FR&module=saintfeast&localdate=20131009&id=13991&fd=0

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Saints du jour
commenter cet article
2 octobre 2014 4 02 /10 /octobre /2014 11:38

Dans un entretien à Boulevard Voltaire, publié le 1er octobre 2014, Mgr Yousif Habash, évêque syriaque catholique des États-Unis et du Canada, en quelques mots simples merveilleux, réagit à la situation des chrétiens de son pays l'Irak, persécutés par les djihadistes de l’État islamique, et à la réponse militaire des pays occidentaux...

Il dénonce sans le dire le résultat de l'interventionnisme occidental qui a eu pour conséquence de chasser les chrétiens de la région ("Tout le monde était chrétien, et tout le monde a été chassé"...), et envoie un avertissement très clair aux bellicistes occidentaux en Irak et en Syrie : "Vous dites que vous voulez protéger nos villes ; non ! [...]  Vous ne savez pas comment les générations futures vont vous maudire."

 

 

Comment vous sentez-vous face à la situation dramatique que vivent les chrétiens d’Irak ?

 

Mgr-Yousif-Habash.jpegLes nouvelles des chrétiens d’Irak sont bien tristes. Ce n’est plus l’Irak que nous avons connu. Les islamistes ont détruit un pays qui devait être un symbole de culture et de civilisation pour tout le monde, pas seulement pour les Irakiens et le Moyen-Orient. Aujourd’hui, les principales victimes de ce qui se passe en Irak sont les minorités chrétiennes. Pourtant, nous sommes les authentiques Irakiens. Nous sommes en Irak, nous les chrétiens, avant les musulmans, avant les Kurdes. Nous sommes les héritiers du pays ; c’est nous qui l’avons construit. Mais notre foi chrétienne nous demande d’accepter les autres, et c’est ce que nous faisons. À cause de cela, notre civilisation ne peut pas être chrétienne. Certains en ont profité et ont abusé de cet amour que nous donnions. Nous, chrétiens, n’avons pas d’armes, pas de pétrole, nous ne crions pas violence ; voilà pourquoi nous n’avons pas de place en Irak et au Moyen-Orient. Aujourd’hui, malheureusement, ceux qui ont la chance d’y rester et de dominer sont ceux qui ont des armes, des bombes, des chars, des tanks, et qui veulent la mort des autres. Nous, chrétiens, n’avons qu’à donner, servir et protéger la vie. Nous sommes des gens de paix, et donc ils n’ont pas besoin de nous !

 

 

Votre famille est en Irak. Est-ce que vous avez des nouvelles ? Est-elle encore en vie ?

 

Je viens d’une petite ville au nord de l’Irak nommée Qaraqosh ; c’est une petite île dans un océan musulman. Tout le monde était chrétien, et tout le monde a été chassé. En moins de 24 heures, la ville a été vidée de ses habitants. J’avais trois frères là-bas, je ne sais pas où ils sont maintenant. Ma sœur aînée a 13 enfants et je ne sais pas où ils sont non plus. Mais tous sont des victimes de l’injustice, de la violence et du mal qui règnent dans la région pour casser et briser les innocents. Alors, évidemment, je souffre parce qu’ils ont tout perdu ; mais d’un autre côté, il y a quelque chose qui me rend fier : tous les chrétiens de Qaraqosh ont été obligés de se convertir à l’islam, et ils ont refusé. Ils auraient pu rester chez eux et avoir une vie tranquille, mais ils ont préféré souffrir pour leur foi car c’est là qu’ils puisent leur bonheur. D’un point de vue humain, c’est triste, mais au regard de la foi, c’est magnifique comme témoignage ; je suis fier de mes parents, citoyens, frères et sœurs irakiens.

 

 

Que pensez-vous de l’intervention des pays occidentaux en Irak pour stopper l’avancée de l’État islamique ?

 

Vous savez, les chrétiens en Irak ou au Moyen-Orient n’ont pas besoin de la protection des Européens. Protégez-vous vous-mêmes ! Nous, nous savons comment faire pour gérer nos souffrances, mais vous, les Européens, vous êtes pauvres. Vous ne savez pas comment les générations futures vont vous maudire. Ils vont maudire leurs grands-parents parce que les Européens, aujourd’hui, agissent sans sagesse vis-à-vis de leur nation et de son avenir. S’ils veulent vraiment servir la paix et leur pays, ils doivent enseigner et aider les musulmans et les Arabes dans leur pays, et non pas en France. Nous pouvons construire un monde avec des nations indépendantes qui peuvent s’entraider, mais nous ne devons pas mélanger les nations et les civilisations de façon absurde.

 

Donc les populations menacées, persécutées, qui veulent fuir les violences doivent, en fait, rester dans leur pays ?

 

On peut créer des lois pour protéger les gens menacés dans leur pays. Je ne veux pas quitter mon village. Les gens de Qaraqosh veulent y rester. On comprend que Paris est une ville de lumière, de luxure, de civilisation, de rêve…mais je n’en n’ai pas besoin ! Gardez la France pour vous ! Vous avez bien raison d’être français, d’aimer votre pays… et moi, j’aime mon petit village. Pourquoi me déplacer, pourquoi me chasser ? Vous dites que vous voulez protéger nos villes ; non ! Si vous êtes vraiment justes, si vraiment vous aimez la paix, venez et bâtissez un régime de justice… Chacun reste là où il a été créé. J’aime mon village, laissez-moi ici. C’est là où je trouve ma joie.

 

Quel message souhaitez-vous lancer aujourd’hui aux chrétiens d’Irak ?

 

Je suis fier des citoyens de Qaraqosh et des chrétiens d’Irak. Ils ont été glorieusement fidèles à leur chrétienté. En devenant musulmans, ils auraient pu vivre paisiblement, mais ils ont refusé, par fidélité au Christ, malgré les menaces de mort. Ils ont voulu vivre et mourir pour Jésus. Ils ont sacrifié leurs maisons, leur mémoire, leurs souvenirs, leur repos, ils ont tout perdu. Comme c’est magnifique, la splendeur des chrétiens d’Irak, du courage de Ninive. Aujourd’hui ce n’est pas facile d’être chrétien, mais nous avons des chrétiens en or, nous avons des chrétiens incroyables, plus forts que la mort. L’amour est plus fort que la mort, et nous en avons un bel exemple chez les chrétiens d’Irak.

 

Source: Boulevard Voltaire, Entretien réalisé par Charles Le Bourgeois, journaliste

http://www.bvoltaire.fr/yousifhabash/devons-pas-melanger-les-nations-les-civilisations-facon-absurde,109404

 

"Heureux les artisans de paix, ils seront appelés fils de Dieu"

(Evangile selon saint Matthieu, 5, 9.)

 

. Etat islamique : « Les terroristes c’est nous »

. Une claque aux bellicistes : le pape condamne le principe du bombardement et d'une guerre en Irak

 . Syrie : Une nouvelle guerre qui comme en Irak a pour but d'éliminer les chrétiens de la région ? (27 août 2013) 

Repost 0
2 octobre 2014 4 02 /10 /octobre /2014 10:18

 

EIIL--Irak-Creation-d-un-mouvement-de-resistance-a-Mos.jpg

« Le grand mensonge de l’État islamique : "Les terroristes c’est nous". »

 

Voici une bonne analyse trouvée sur le site   "Mondialisation.ca", Centre de recherche sur la mondialisation, qui devrait calmer les ardeurs de nos bellicistes nationaux que l'on rencontre malheureusement chez trop de "catholiques" si prompts à servir de supplétifs zélés au Nouvel Ordre mondial :

 

 

Le grand mensonge de l’État islamique : « Les terroristes c’est nous ». 


[L]’Arabie saoudite et le Qatar (alliés des pays occidentaux Ndlr.) ont financé et formé les terroristes de l’État islamique (EI ou EIIL) pour le compte des États-Unis. Israël héberge l’EI dans le plateau du Golan et l’OTAN, en liaison avec le haut commandement turc, est impliqué depuis mars 2011 dans la coordination du recrutement des combattants djihadistes envoyés en Syrie. En outre, les brigades de l’EIIL en Syrie et en Irak sont intégrées par des forces spéciales occidentales et des conseillers militaires.

 

Tout cela est connu et documenté, mais pas un seul chef d’État ou chef de gouvernement n’a eu le courage de souligner l’absurdité de la résolution du Conseil de sécurité des Nations Unies proposée par les États-Unis et adoptée à l’unanimité le 24 septembre.

 

[...]

 

Les dirigeants des pays occidentaux sont-ils totalement ignorants et stupides ou totalement corrompus et complices? « Les terroristes c’est nous »*. Par ailleurs, ils semblent totalement ignorer les vastes implications de leurs actions.

 

La propagande de guerre est un acte criminel en vertu des principes de Nuremberg : il s’agit d’un crime contre la paix. En soutenant les mensonges et les fabrications de la politique étrangère étasunienne, les médias de masse sont complices de crimes de guerre.

 

Le premier ministre britannique David Cameron portera l’affaire devant le Parlement britannique [le 26 septembre le Parlement britannique a approuvé les frappes aériennes]. Au Canada et en Grande-Bretagne, on envisage de révoquer la citoyenneté des personnes soupçonnées d’appuyer le mouvement jihadiste. Alors que le premier ministre britannique a appelé le gouvernement de Sa Majesté « à limiter ou annuler les passeports des djihadistes britanniques […] la ministre de l’Intérieur, Theresa May, a menacé de priver de leur citoyenneté les Britanniques luttant déjà avec l’État islamique ».

 

Ironie du sort, le premier ministre Cameron est complice puisqu’il a facilité et organisé le recrutement de djihadistes britanniques au Royaume-Uni. En attendant la formulation d’accusations criminelles, on pourrait en effet suggérer que son passeport soit révoqué pour « appui au mouvement djihadiste ».

 

George W. Bush a déclaré en 2001, « vous êtes avec nous ou vous êtes avec les terroristes ». La vérité interdite est que les États-Unis sont impliqués dans une entreprise diabolique: ils ont créé un réseau terroriste islamique dans le but de détruire des pays souverains et maintenant ils mènent une guerre contre leur propre réseau de terreur. Sans la propagande des médias, ce programme militaire sous couvert de lutte contre le terrorisme tomberait à plat, s’effondrerait comme un château de cartes.

 

Les terroristes sont le président des États-Unis et son indéfectible allié de Grande-Bretagne, ce sont ces « États qui appuient le terrorisme » dans le but de mener une guerre de conquête et l’Organisation des Nations Unies est complice dans ce projet.

 

* Jeu de mot avec la chaîne de magasin de jouets étasunienne Toys R Us, « Terrorists R Us »

 

Michel Chossudovsky

 

 

Source: Mondialisation.ca, Centre de recherche sur la mondialisation 

 

http://www.mondialisation.ca/le-grand-mensonge-de-letat-islamique-les-terroristes-cest-nous/5405154

 

A cette analyse on peut ajouter que la banque anglo-saxonne et les élites occidentales ont financé et soutenu toutes les révolutions criminelles, les guerres et les génocides, dont le communisme au XXe siècle qui a fait 100 millions de morts, les révolutions de couleur en Ukraine, le coup d'Etat et la révolution "nationaliste" du Maidan en février 2014, le génocide des russophones pour lequel la Russie a lancé une procédure pénale.

 

Pour l'historien Stéphane Courtois, la "première logique totalitaire" apparaît sous la Révolution française.

 

Les leçons du passé ne servent-elles donc à rien ?

 

Nous sommes nous, les Français, les premiers terroristes barbares dans le monde.

 

N'avons-nous pas inventé la "promotion démocratique de l'holocauste" (1), guillotiné Louis XVI et Marie-Antoinette, inventé les meurtres de masses, assassiné d'abord le petit peuple des paysans artisans et ouvriers (28% des guillotinés sous la Révolution "française" étaient des paysans, 31% des artisans et des ouvriers, 20% des marchands et des spéculateurs, 8 à 9% de nobles, 6 à 7% des membres du clergé) (2), inventé la "guerre libératrice" (Brissot et les Girondins) (3) ?

Le tout en considérant que cette ignominie nous faisait entrer dans l'ère libératrice du "progrès" et de la "démocratie" ?...

Il est temps d'en finir avec ces mensonges.

 

Sans compter qu'aujourd'hui, les amis de BHL et Fabius peuvent être contents, le soutien occidental aux rebelles syriens - depuis 2011 - contre le président laïque Bachar el Assad a ressuscité le califat islamique... disparu il y a un siècle. Pas plus tard que le 26 mai dernier au Congrès, le président américain Barack Obama a demandé d'autoriser un budget de 500 millions de dollars pour "entraîner et équiper" l'opposition modérée armée en Syrie. Ces gens-là ne savent donc pas ce qu'ils veulent. Ils font maintenant la guerre à ceux qu'ils ont entraîné et équipé !

 

Les nationaux français prêts à jouer les supplétifs de Big brother au Proche-Orient, les faiseurs de haine et de guerres devraient la baisser d'un ton..., se la jouer plus modeste et se regarder dans une glace avant d'accuser les autres de leurs propres turpitudes s'ils veulent construire un monde de paix et un avenir meilleur pour la France.

 

 

Notes

 

 

(1) R. Sédillot,  Le Coût de la Révolution française, Vérités et Légendes, Perrin, Mesnil-sur-l'Estrée 1984, p. 12.

(2) René Sédillot, ibid., p. 24.

(3) R. Sédillot, ibid., p. 13.

Repost 0
1 octobre 2014 3 01 /10 /octobre /2014 09:55

Encore une décision venant d'en haut prise en totale déconnection de la réalité et de la volonté de la majorité des Français :

timbre-femen-boycott.jpgConfrontée à un boycott de ses timbres Marianne-Femen, au lieu de supprimer le timbre scandaleux, la Poste augmente spectaculairement ses tarifs... qui augmenteraient en moyenne de 7% au 1er janvier 2015, soit la hausse la plus élevée de son histoire, justifiée selon elle par la nécessité de compenser la baisse de l'activité...

 

"Dans le détail, la lettre prioritaire à timbre rouge passe de 0,66 à 0,76 euro, et la lettre verte à timbre vert passe de 0,61 à 0,68 euro".

 

 

. Un nouveau timbre à l'effigie de la femen qui a scié une croix en Ukraine (juillet 2013)

. Les Femen banalisent le salut nazi… en toute liberté

. Refusez le timbre Marianne, inspiré d’une Femen ! (janvier 2014)

Repost 0
30 septembre 2014 2 30 /09 /septembre /2014 20:08

 Francois-invite-a-reciter-la-priere-a-saint-Michel-Arc.jpg

Le Pape François a invité hier 29 septembre 2014 les fidèles "à réciter la prière antique et si belle à l’Archange Michel afin qu’il continue à lutter pour défendre le mystère le plus grand de l’humanité : le Verbe s’est fait homme mort et ressuscité."

 

Saint-Michel-Archange---Remontee-De-L-archange-Saint-miche.jpg

 

Symbole du triomphe de la « Lumière sur les Ténèbres », l'archange Saint-Michel a retrouvé sa place au sommet de l'église de Saint-Michel-Mont-Mercure, le 29 septembre 2013, sous les applaudissements des spectateurs. La statue avait été descendue en Novembre 2012, afin d'être restaurée.

 

Source (et photos) :

http://www.justacote.com/saint-michel-mont-mercure-85700/lieux-de-culte/remontee-de-l-archange-saint-michel-1362570.htm

 

A noter, au-dessus de la lance du saint Archange, un heptagramme, étoile à sept branches, différente de l'étoile maçonnique rouge bolchévique à cinq branches.

 

Dans la tradition chrétienne, l'heptagramme représente les sept jours de la création, et est devenu un symbole permettant de repousser le Mal.

Cette invitation venait conclure l'homélie du Pape François lors de la messe de ce lundi matin, dans la chapelle de la Maison Sainte-Marthe, alors que l’Église célèbre la fête des Saints Archanges Michel, Gabriel et Raphaël.

 

Les lectures du jour nous présentent des images très fortes ce lundi : la vision de la gloire de Dieu racontée par le prophète Daniel, celle de la lutte de l’Archange Michel et de ses anges contre « le grand Dragon, le serpent des origines, celui qu'on nomme Démon et Satan, celui qui égarait le monde entier » avant d’être finalement défait comme l’affirme l’Apocalypse, ou encore cette image de l’Evangile de Jean lorsque Jésus dit à Nathanaël « Vous verrez les cieux ouverts, avec les anges de Dieu qui montent et descendent au-dessus du Fils de l'homme. » 

 

Dans son homélie, le Saint-Père a expliqué que "Satan présente les choses comme si elles étaient bonnes, mais son intention est de détruire l’homme, avec des motivations prétendument 'humanistes'." Il a également rappelé que "les anges, eux, luttent contre le diable et nous défendent".

 


« Hormis les péchés qui nous sont propres, tant et tant de projets de déshumanisation de l’homme sont l'œuvre de Satan, simplement parce qu’il hait l’homme. Satan est astucieux : la première page de la Genèse nous le dit. Il présente les choses comme si elles étaient bonnes, mais son intention est la destruction. Et les anges nous défendent. Ils défendent l’homme et l’Homme Dieu, l’Homme supérieur, Jésus-Christ qui est la perfection de l’humanité, le plus parfait. Pour cette raison, l’Eglise honore ses anges, parce qu’ils sont ceux qui seront dans la Gloire de Dieu, parce qu’ils défendent le grand mystère caché de Dieu, c’est-à-dire, le Verbe devenu chair. »

 

VATICAN NEWS
http://www.news.va/fr/news/les-anges-nous-defendent-de-satan-qui-veut-detruir

 

Le Pape a ensuite fait référence à l’« autre lecture », tirée de l’Apocalypse (12, 7-12). Dans ce texte aussi, a-t-il précisé, on parle de gloire, mais comme lutte ». On y lit en effet: « Alors, il y eut une bataille dans le ciel : Michel et ses Anges combattirent le Dragon. Et le Dragon riposta, avec ses Anges, mais ils eurent le dessous et furent chassés du ciel. On le jeta donc, l'énorme Dragon, l'antique Serpent, le Diable ou le Satan, comme on l'appelle, le séducteur du monde entier, on le jeta sur la terre et ses Anges furent jetés avec lui ».

C’est « la lutte entre le démon et Dieu », a-t-il expliqué. Mais « cette lutte a lieu après que Satan tente de détruire la femme qui va accoucher du fils ». Et « depuis le début, la Bible nous parle de cela: cette séduction pour détruire de Satan. Peut-être par envie ».

 

Francois-invite-a-reciter-la-priere-a-saint-M-copie-1.jpgLe devoir du peuple de Dieu, affirme le Pape est de protéger l’homme qui est en chacun de nous : Jésus parce qu’il est l’homme qui a donné vie à tous les hommes. Satan au contraire, dans ses projets de destruction, invente des explications humanistes qui vont totalement à l’encontre de l’homme, à l’encontre de l’humanité et à l’encontre de Dieu.

« La lutte est une réalité quotidienne de la vie chrétienne : dans notre cœur, dans notre vie, dans notre famille, dans notre peuple, dans nos églises... Si on ne lutte pas, nous serons défaits », avertit le Pape. « Mais le Seigneur a donné ce métier, de lutter et de vaincre, principalement aux anges ». Le chant final de l’Apocalypse après cette lutte est « si beau », s’exclame François : « Voici maintenant le salut, la puissance et la royauté de notre Dieu, et le pouvoir de son Christ ! Car l'accusateur de nos frères a été rejeté, lui qui les accusait jour et nuit devant notre Dieu ».

Le Pape a enfin invité les fidèles à prier les archanges Michel, Gabriel et Raphaël et à réciter la prière antique et si belle à l’Archange Michel afin qu’il continue à lutter pour défendre le mystère le plus grand de l’humanité : le Verbe s’est fait homme mort et ressuscité. Cela est notre trésor. Qu’il continue à lutter pour le protéger ».

 

VATICAN NEWS


http://www.news.va/fr/news/anges-et-demon-messe-a-sainte-marthe

 


La prière à saint Michel Archange fut composée par le Pape Léon XIII qui demanda à ce qu'elle soit récitée après chaque messe basse. Cette prière continua donc d'être récitée jusqu'au 26 septembre 1964, quand l'instruction Inter oecumenici (n° 48, § j.) décréta que "les prières léoniennes sont supprimées".

Au cours du Regina Caeli du 24 avril 1994, le Pape saint Jean-Paul II insista pour que les fidèles récitent, à nouveau, cette prière.


http://www.leforumcatholique.org/message.php?num=759730

 

Saint-Michel-Archange.jpg

Prière à Saint Michel Archange

Saint Michel Archange, défendez-nous dans les combats
Soyez notre protecteur contre la méchanceté et les embûches du démon.
Que Dieu lui commande, nous L'en supplions, et vous, prince de la milice céleste, par le pouvoir qui vous a été confié, précipitez au fond des enfers Satan et les autres esprits mauvais
qui parcourent le monde pour la perte des âmes. Ainsi soit-il.

 

Prière rédigée par le pape Léon XIII, le 13 octobre 1884.

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Religion
commenter cet article
30 septembre 2014 2 30 /09 /septembre /2014 10:55

Suite de la première partie :  

 


 

 

Le journal New York Herald Tribune écrivit : "On dirait que la Révolution bolchévique en Russie n'est en réalité qu'une énorme opération financière qui n'a pour objectif que de transférer le contrôle d'énormes sommes de la Russie vers des banques européennes et américaines.

 

Kuhn, Loeb & Co avait fourni à Léon Trotsky, via ses affiliés allemands, la modique somme de 20 millions de dollars afin d'organiser le putsch bolchévique.

 

Marx-Manifeste-du-Parti-Communiste--1848-.jpgEn l'espace de six mois, ils reçurent en retour plus de 100 millions ($ 102 290 000) d'après le New York Times du 23 août 1921. Tous ceux qui étaient impliqués dans la conspiration firent d'énormes gains grâce à la souffrance du peuple russe. Jacob Schiff donna l'ordre de liquider le Tsar et toute sa famille d'un seul coup. L'ordre fut délivré au membre du Politburo Jakov Sverdlov [ndt: alias Jacob Salomon] par l'entremise de la Délégation américaine qui était alors postée dans la ville de Vologda.

Le rapport de Sverdlov a été acheminé en retour à Schiff via la même organisation.

Sverdlov ordonna à Yankel [alias Jacob] Yarovsky d'exécuter l'ordre dans le soubassement de la maison appartenant au marchand Nicolaï Ipatiev à Ekaterinbourg. 

 

Lénine mit sa fortune personnelle, qu'il avait gagnée, à l'abri des pillages, ainsi que objets de valeurs et pierres précieuses qu'il avait vendus, sur un compte bancaire en Suisse. En 1920 seulement, Lénine transféra 75 millions de francs suisses sur son compte. Trotski avait deux comptes bancaires personnels aux Etats-Unis sur lesquels il avait un total de 80 millions de dollars. Et il en avait d'autres qui contenaient 90 millions de francs suisses dans les banques en Suisse. Moïsei Uritsky (alais Boretsky) possédait 85 millions de francs suisses. Félix Dzerzhinsky (alias Rufin) 80 millions, et Ganetsky 60 millions de francs suisses et 10 millions de dollars.

 

Ces sauvageries ont été justifiées en utilisant l'idéologie créée par les Illuminati pour tromper.

 

Karl-Marx.jpg

  « Le bien, c’est le mal en un sens, c’est ce qui doit être éliminé, c’est ce qui s’oppose à un progrès des relations interhumaines ; le "mal", c’est le bien puisqu’il produit le mouvement qui fait l’histoire en constituant la lutte. »

(Karl Marx à Georg Weydemeyer, 5 mars 1862)

 

« Les communistes dédaignent de faire un secret de leurs idées et de leurs intentions. Ils déclarent ouvertement que leurs fins ne pourront être atteintes sans le renversement violent de tout l’ordre social tel qu’il a existé jusqu’à présent. »

(Karl Marx, Misère de la philosophie, coll. « Bibliothèque de la Pléïade », t.I, p. 89)

 

 

« La destruction de la religion, en tant que bonheur illusoire des hommes, est indispensable à leur bonheur réel. L’appel à l’abandon de leurs illusions sur leur condition est un appel à l’abandon d’une condition qui a besoin d’illusions. La critique de la religion est donc la critique de cette vallée de larmes dont la religion est le halo ».

(Karl Marx, Introduction à la Critique de la philosophie du Droit, de Hegel).

 

 

" Ainsi un dieu m'a arraché " mon tout "

Dans les malédictions et dans les coups du sort.

Tous ses mondes se sont évanouis

Sans espoir de retour,

Et il ne me reste plus désormais que la vengeance. "

 

" Je veux me bâtir un trône dans les hauteurs,

Son sommet sera glacial et gigantesque,

Il aura pour rempart la terreur de la superstition,

Pour maréchal, la plus sombre douleur. "

 

" Quiconque porte vers ce trône un regard sain,

Le détournera, pâle et muet comme la mort,

Tombé entre les griffes d'une mortalité aveugle et frissonnante.

Puisse son bonheur creuser sa tombe ! "

 

(Karl Marx, poème "Invocation d'un désespéré" in Morceaux choisis, Vol. I - New York, International Publishers, 1974)

 

Lire : KARL MARX ET SATAN.

http://www.barruel.com/karl-marx-et-satan.html

Marx était un franc-maçon du 31e degré. En février 1848 il publia sous ordre de la direction maçonnique "Le Manifeste du Communisme". Ici, Marx nous montre le signe maçonnique du "Maître", tout comme l'on fait d'autres francs-maçons avant et après lui, un signe énigmatique, aussi vu dans le "Rituel de la Franc-maçonnerie de Duncan" [Duncan's Ritual of Freemasonry].

 

Afin d'initier la Terreur Rouge, les bolchéviques avaient besoin d'un prétexte. C'était le matin du 30 août 1918. Moïsei Uritsky arrivait dans sa voiture aux environs de 10h00. Il était le directeur de la Tcheka de Petrograd. Uritsky avait une réputation infâme et était surnommé "Le boucher de Petrograd". Il prenait plaisir à regarder les exécutions par la fenêtre de son bureau. Le suspect du meurtre d'Uritsky était âgé de 22 ans, étudiant en technique : Leonid Kannegisser. Le meurtre d'Uritsky a été organisé par le protégé de Dzerzhinsky, Glob Boky qui succéda à Uritsky dans ses fonctions. L'organisation centrale de la Tcheka, avec à sa tête Lénine et Dzerzhinsky était derrière le meurtre d'Uritsky. Boky le franc-maçon nourrissait les animaux du zoo de Petrograd avec la viande des exécutés. Lénine donna personnellement l'ordre d'assassiner Uritsky, ainsi que de mettre en place aussi une tentative de meurtre contre sa propre personne, afin d'avoir une raison de commencer immédiatement la Terreur de masse contre le peuple russe. L'assassinat a aussi été une punition pour Uritsky, pour avoir volé, dans le dos de Lénine, certaines richesses confisquées avec Volodarsky (de son vrai nom Moïsei Goldstein) et le franc-maçon Andronnikov (qui était le chef de la Tcheka à Cronstadt). Le butin avait été revendu via certaines banques scandinaves dont, entre autres, la Nya Banken possédée par Olof Aschberg. Les voleurs avaient dérobé des biens pour un montant total de 2,5 milliards de roubles-or. Kannegisser n'a jamai eu de procès; il a été tué en toute illégalité. Volodarsky a été assassiné en juin. Uritsky était en train de faire une enquête sur le meurtre de Volodarsky et avait découvert la vérité à ce sujet. C'est pour cette raison qu'il fut tué. Fanny Kaplan était à moitié aveugle et était incapable de tirer un coup de feu. Elle fut néanmoins accusée d'avoir mis en scène la tentative de meurtre sur Lénine. Lénine écrit : "Même si 90% du peuple russe périt, ça vaut quand même le coup... si les 10% restant peuvent assister à la révolution mondiale".

 

La Commission spéciale, la TCHEKA qui était la policie politique a fourni les cachots et les charniers où ils exterminèrent autant d'"ennemis de classe" que possible. Le camarade et "âme soeur" de Lénine, Grigorï Zinoviev vanta : "Nous pouvons annihiler toute une classe sociale !" Le Mal dans le communisme est sans fond.

 

Lénine : "Plus les représentatifs de la bourgeoisie et... du clergé réactionnaire sont fusillés, mieux c'est." Lénine surenchérit : "Nous devons utiliser toutes les ruses et méthodes illégales... pour nier et cacher la vérité."

 

Le franc-maçon Lénine a dit : "Nous pouvons et nous devons écrire dans un langage qui enflamme les masses pour les dégoûter et les faire haïr ceux qui ne sont pas d'accord avec nous."

 

La liste de ces fusillades et autres exécutions ont été publiées dans le journal hebdomadaire de la Tcheka. De cette façon nous pouvons prouver que 1,7 million de personnes ont été exécutées durant la période 1918-1919. Une rivière de sang s'est mise à courir à travers la Russie.

 

La Tcheka a dû employer des personnes pour compter les corps. D'après les rapports officiels soviétiques, datant de mai 1922, ce sont 1 695 904 personnes qui furent exécutées de janvier 1921 à avril 1922. Parmi ces victimes, l'on trouvait des évêques, des professeurs, des docteurs, officiers, policiers, gendarmes, avocats, personnels civils, journalistes, écrivains, artistes, des infirmières, des ouvriers, et des agriculteurs. Leur crime était pensé "antisocial". Les yeux étaient désorbités, les oreilles et les nez étaient tranchés. Les tchekistes de Kharkov plaçaient les victimes en rang-d'oignons et arrachaient les ongles des mains sur une table, leur trancher tout autour des poignets avec un couteau et leur versaient de l'eau bouillante sur les mains et tiraient afin de les dépecer. A d'autres endroits, on plaçait la tête des victimes sur des enclumes et on les éclatait doucement avec un marteau à pression vapeur. Ceci dû pour faire subir la même punition le jour suivant et être forcé à regarder. Les yeux des dignitaires de l'Eglise étaient désorbités, leur langue était tranchée, arrachée et ils étaient brûlés vivants. Ce sont les tchékistes qui étaient habitués à couper et ouvrir les estomacs de leurs victimes et à tirer dessus pour faire sortir le petit intestin qu'ils attachaient ensuite à un poteau de télégraphe, la victime était forcée de courir en rond autour du poteau jusqu'à ce que l'intégralité de l'intestin fut éventré et que la victime mourût. L'évêque de Voronezh a été bouilli vivant comme un porc, après quoi ce fut le tour des moines sur la tempe desquels on pointait un revolver pour les forcer à boire cette soupe. A Odessa, les officiers ont été bouillis dans une immense marmite. La calotte supérieur du crâne était sciée finement et une queue était forcée de manger la cervelle, ensuite la procédure était répétée ainsi de suite jusqu'à la fin de la queue.

 

Etoile-rouge-a-cinq-branches---drapeau-sovietique.png Drapeau-de-l-Union-sovietique.png Jean-Jaures-Banniere-maconnique---etoile-rouge.gif
Etoile rouge à cinq branches  Drapeau de l'Union soviétique  

La "Loge Jean Jaurès", au sein de la Grande Loge "de France".

Cette loge vit le jour en 1917 comme par hasard...; sa bannière reproduit l'Etoile rouge soviétique avec la lettre "G" à l'intérieur, signifiant "Gnose". Encore un "hasard"...

La loge Jean Jaurès N° 469 existe toujours aujourd’hui à la Grande Loge "de France"...

 

AntiMaidan-International-Brigades-Europa.jpg

Une tentative d'infiltration communiste maçonnique est visiblement en cours en ce moment dans le camp des défenseurs pro-russes du Donbass, résistants authentiques à l'Oligarchie mondialiste et à la corruption, dont les valeurs sont à l'opposé de celles de l'Occident et du modèle libéral de société occidental.

Ainsi, en juin 2014, la Constitution de la république populaire de Donetsk inscrit dans son préambule le fondement orthodoxe de la République, protectège l’être humain dès sa conception (Art. 12.2), interdit le mariage homosexuel et sa promotion (Art. 4.3, 31.1, 31.3), protège la vie privée (Art16.2, 17.1), interdit les arrestations arbitraires (Art. 15.2) et de la torture (Art. 14.3). Et le manifeste du Front populaire de Libération de l'Ukraine de juillet 2014 prévoit une démocratie directe et l'interdiction l'usure bancaire.

 

La franc-maçonnerie tente donc de reprendre la main en infiltrant ces noyaux sains. On trouve ainsi un nouveau site internet Facebook intitulé Antimaidan International Brigades : https://www.facebook.com/antimaidaninternacionalbrigadeseuropa

dont l'emblème significatif comporte une étoile rouge bolchévique (image-ci-dessus).

 

Une des tactiques des francs-maçons étant l'"ordre (maçonnique) par le chaos", le "diviser pour mieux régner", et l'infiltration des deux camps adverses, il faudra d'une manière générale nous méfier des instrumentalisations en cours entre les pro et les anti-Maidan, et être très attentifs.

 

Le "Maidan" est le coup d'Etat atlantiste pro UE, pro US, réalisé en Ukraine début 2014 qui a été réalisé dans le but de rayer la Russie de la liste des partenaires de l'Union européenne et la remplacer par les Etats-Unis.

 

A Kharkov les gens étaient scalpés. A Voronezh, les victimes étaient torturées et placées dans des barriques dans lesquelles on jetait les ongles écrasés au marteau. Une fois les victimes coincées et collées à l'intérieur, on faisait rouler les tonneaux. Une étoile à 5 branches était marquée au fer rouge sur le front des victimes.

A Tsaritsyn et Kamyshin, les mains des victimes étaient amputées à la scie. A Poltava et Krementchoug, les victimes étaient empalées. A Odessa, elles étaient rôties vivantes dans des fours et réduites en pièces.

A Kiev, les victimes étaient placées dans des cercueils avec un corps en décomposition pour être enterrées vivantes puis être déterrées seulement trente minutes après.

Lénine n'était pas encore satisfait par ces rapports et demanda : "Plus de pouvoir à la terreur !"

L'objectif immédiat était l'établissement d'un système de camps de travail pour les esclaves.

Le 5 septembre 1918, dans un article du "Décret de la Terreur Rouge", on pouvait lire : "La République soviétique doit se débarrasser de ses ennemis de classe en les isolant... dans des camps de concentration."

Il se présentait deux choix à soi: soit rejoindre le peuple du Mal ou le camp des gens ordinaires.

 

Le franc-maçon Karl Marx a décrit avec sa prose son monde idéal qui le faisait rêver : "S'il y a quelque chose qui dévore, alors je lèche avec, et ce jusqu'à ce que le monde finisse en ruines."

"Le monde tombé en vrac entre moi et les abysses, je finirai ma course endurée, échoué en pièces. " (Karl Marx)

 

Les doctrines haineuses de Marx ont été utilisées par les francs-maçons communistes pour justifier les horreurs qu'ils commettaient dans le monde civilisé qu'ils visitaient.

 

En 1919, Lénine envoie d'énormes sommes d'argent au Grand Orient pour la rénovation de son Quartier général à Paris, et pour sa propagande, ainsi que d'autres opérations. Tout ceci pendant que des millions de Russes subissaient la famine.

 

Serguei-Essenine.jpg

Sergueï Essénine, poète marquant russe « né le 21 septembre 1895 (le 3 octobre selon le calendrier grégorien adopté en Russie en février 1918), il "mit fin à ses jours le 28 décembre 1925 à Léningrad" »..., selon la fiche wikipedia.

Le nouveau régime avec Léon Trotsky à sa tête, s'est chargé des poètes russes éminents, comme Sergeï Essenine : liquidé.

 

Dans son poème "Le Pays des Escrocs" [Country of the Crooks] Essenine appela les nouveaux maîtres des "parasites" et avait dit que la République soviétique n'était rien d'autre qu'un bluff (écrit en alphabet latin). Il a également décrit la haine grandissante de Trotski envers la culture russe. "Apporte deux hommes, de préférence de la Tcheka. Des gars efficaces !" [Ur filmen "Jesenin", tiré du film "Essenine" : on a retrouvé Essenine "pendu", Ndlr.]

 

Trotski était un cynique et un sadique de la pire espèce. Il exécutait souvent ses victimes personnellement. Il a même ordonné des meurtres d'enfants. Il ordonnait tout en grimace des "exécutions punitives." Ses cruautés ont été bien documentées dans les Archives du Parti communiste. Les officiers et leurs familles étaient aussi exécutés s'ils désobéissaient à ses ordres. La cruauté et l'absence de pitié de Lénine et Trotski définissent la pierre angulaire de tout le Pouvoir soviétique. La Krasnaya Gazeta révéla le premier objectif du régime soviétique le 31 août 1919 : "Déjà, des ruisseaux de sang de bourgeois coulent à flots. Allez ! Plus de sang ! Le plus possible !" Déjà durant la Guerre civile de 1920, Trotski commença à établir les plans pour la militarisation de l'économie afin de la préparer dans sa Guerre du Communisme. Il avait besoin d'esclaves militarisés.

Des paysans et des ouvriers auraient dorénavant les mêmes statuts que les soldats engagés et formeraient des "unités-de-travail comparables" "aux unités militaires" (bataillons ouvriers) guidés par des commandants. "Chaque individu était considéré comme un 'Soldat du Travail' qui ne peut être son propre maître." "S'il reçoit l'ordre de bouger, il doit obéir; s'il refuse, il sera considéré comme déserteur et devra être puni" (habituellement de mort).

Trotski renchérit : "Ce n'est pas vrai que le travail forcé est improductif dans toutes les circonstances."

Les usines étaient dirigées avec une discipline militaire. Les dirigeants bolchéviques commençèrent à exécuter les ouvriers grévistes en tant que "déserteurs". Beaucoup furent arrêtés. Trotski disait que toutes ces demandes de liberté d'expression, de presse libre et d'unions marchandes libres devaient être fusillées "comme des canards dans une mare" ou "comme des chiens".

Alexandre-Rogozhkin.jpg

Alexandre Rogozhkin

Tout comme en 1917, Lénine insista sur le fait que les ouvriers n'avaient pas besoin ni de liberté, ni d'égalité et ni de fraternité. Les tchekistes ont utilisé la moindre excuse imaginable pour tuer. Dans la ville de Bryansk (Russie centrale), la peine de mort a été introduite pour les cas d'ébriété, à Viatka pour "être dehors après 20h00", et dans d'autres endroits pour vol. Les prisonniers étaient amenés dans des cellules d'exécution, étaient mis à nus, ensuite alignés contre un mur et tirés par un petit peloton d'escadron armé d'un pistolets. Ceci peut être clairement vu dans le film "Les Tchekistes" d'Alexandre Rogozhkin.

A Petrograd, le dirigeant soviétique Grigorï Zinoviev fit la promesse de tuer dix millions de Russes et de faire du reste de bons communistes.

 

Durant la famine de 1921-1922, c'est à nouveau 5 053 000 de plus qui périssent. Les Bolchéviques, sous la direction de Lénine, se sont arrangés pour envoyer à la mort plus de 30 millions de personnes pendant les quatre premières années où ils sont au pouvoir, dont huit millions de paysans.

Lénine annonça qu'il n'y avait pas d'argent pour lutter contre la faim ou pour la culture.

Si l'on en croit les mythes, Lénine pensait toujours aux autres en premier. Lénine voulait supprimer de Russie 60 millions de paysans. "Tuez-les!" qu'il criait. Il était communément admis que la belle jeunesse était destinée à devenir intellectuelle. Dorénavant, les jeunes séduisants étaient tués, considérés comme des dangers pour la société. Jamais dans l'histoire, l'on avait enregistré de crime plus répugnant.


Moloch---leurs-fils-et-leurs-filles-.-Ils-les-sacrifiaient.jpg

Moloch- Baal

"Leurs fils et leurs filles... Ils les sacrifiaient à leurs idôles de Canaan" (Psaume 106, 36-37)

"Ils érigent le tumulus du Tafeth dans le ravin de Ben-Hinnôm pour que leurs fils et leurs filles y soient consummés par le feu" (Jérémie, 7, 31)

"Ils érigent le tumulus de Baal pour que leurs enfants y soient consumés par le feu en holocauste à Baal" Jérémie, 19, 5)

"Tu ne livreras pas l'un de tes enfants pour le faire passer au Moloch" (Lévitique, 18,21)

(18,21)

Les francs-maçons bolchéviques avaient besoin de sacrifices humains. D'après Lénine, ils sacrifiaient les gens au dieu Moloch. Ceci a été révélé par les Bolchéviques ayant déserté, comme le chef Georges Solomon dans son livre "Parmi les maîtres Rouges" ["Among the Red Rulers"].

 

Ainsi, après tout cela, que pouvaient espérer les survivants ?

 

Lénine a fait remarquer qu'il accueillait favorablement le métissage de différents groupes ethniques et tout ce qui menait à la création d'un peuple unique.

 

Durant la nuit de Noël 1923, seulement quelques semaines avant sa mort, Lénine était assis sur son balcon et hurlait à la pleine lune tel un loup. Dans ses derniers spasmes, il bavait en allemand : "Weiter, weiter !" ["Plus tard, plus tard !"] Lénine meurt le 21 janvier 1924 à 18h30 [Hasard de la Providence, le même jour que Louis XVI qui mourut de la main des "révolutionnaires" illuminés le 21 janvier 1793, Ndlr.]. L'autopsie révéla que la moitié gauche de son cerveau était atrophiée et déformée.

 

En août 1927, Staline s'est arrangé pour manoeuvrer Trotski hors du parti. Et le 16 janvier 1928, il fut exilé à Alma-Ata au Kazakhstan. Ensuite, Trotski est expulsé en Turquie. Trotski a ensuite vécu en Norvège, puis au Mexique. Sur ordre de Staline, un agent du NKVD, Ramon Mercader, défonce le crâne de Trotski avec un pic à glace le 20 août 1940. Trotski meurt le jour suivant, le 21 août 1940.

 

Rockefeller a embauché l'agence publicitaire Ivy Lee pour redonner un coup de peinture sur les Bolchéviques et leur donner un aspect plus chaleureux et amical.

La propagande soviétique avait dragué 100.000 travailleurs américains pour venir en Russie. Ceux qui commencèrent à protester ou à critiquer le communisme finissaient en camps de prisonniers. Ceci démontre à quel point les autorités étaient inquiétées par la moindre information détaillée que le public américain pourrait trouver sur les conditions de vie dans le "paradis" communiste. L'un d'entre eux assez fou pour avoir séjourner dans l'enfer communiste fut Andrew Smith ["J'ai travaillé chez les Soviets"] Lorsqu'il s'est finalement réveillé, il quitta l'Union soviétique et il a alerté les jeunes "bleus" qui seraient tentés de tomber dans le piège.

60.000 ouvriers allemands ont aussi déménagés pour s'installer dans l'empire de Staline. On utilisait le travail d'esclave partout. Pour la construction du Canal Maritime Blanc, 1000 esclaves mouraient chaque jour durant les douze mois de la construction. Au total, ce canal a coûté 600.000 vies (six cent mille).

 

Si nécessaire, l'esclave le plus proche était poussé vivant dans un trou dans le mur du canal. Le Canal Maritime Blanc, long de 227 km a été terminé le 2 août 1933, quand Staline vint personnellement l'inspecter.

 

La collectivisation de l'agriculture en 1932-33 a été suivie de famines d'une ampleur jamais connue auparavant. ["Holodomor", famine provoquée en ukraine en 1932-1933.]

 

Ukraine---famine---Holodomor-1932-1933.jpg

 « Six million perish in Soviet famine, Peasants' Crops seized, They and thier animals starve.» Six millions périssent dans la famine soviétique, la récolte des Paysans saisie, Eux et leurs animaux sont affamés" (Une du Chicago American du lundi 25 février 1935)

 

 

 

Holodomor--Scene-de-rue-a-Kharkov-en-1933.jpg

 Holodomor, Scène de rue à Kharkov en 1933

 

Le Parlement européen reconnaît l'Holodomor en Ukraine comme « un crime effroyable perpétré contre le peuple ukrainien et contre l'humanité » sans pour autant lui donner une qualification de « génocide »... (Texte adopté le jeudi 23 octobre 2008 par le Parlement européen.).

En décembre 2009, la commission de l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe pour les questions politiques a rejeté tous les amendements contenant la mention du génocide, proposés par la délégation ukrainienne, dans son rapport sur Holodomor (Agence de presse URA-Inform, Ukraine. 17 décembre 2009).

 

 

En France, en novembre 2006, le député conservateur (UMP) Christian Vanneste a déposé une proposition de loi relative à la reconnaissance du génocide ukrainien. Il a déposé à nouveau la proposition de loi le 9 octobre 2007, proposition cosignée par plus de trente députés centristes et conservateurs.

Les activistes politiques grattaient le moindre grain de blé et chipaient le moindre oeuf, le moindre légume, et le moindre fruit.

Des convois de marchandises faisaient évader la moindre nourriture.

Tout Ukrainien qui était suspecté d'un rien du tout, et qui souvent inventait des excuses pour faire baisser l'impact de la famine ou pour cacher n'importe quel aliment à la barbe des autorités, celui-là était fusillé ou envoyé en camps de travail.

Les enfants orphelins par la famine étaient tués dans des établissements spéciaux comme des abbatoirs et leur viande était vendue comme nourriture.

Presque 15 millions de personnes sont mortes pendant la grande famine.

Le slogan officiel des Soviets était très cynique : "TOUT POUR LE BIEN DU PEUPLE ! TOUT AU NOM DU BONHEUR DU PEUPLE !"

 

L'économie de la Russie s'est immédiatement écroulée après le Coup d'Etat d'Octobre. L'aide américaine était vaine.

 

Rockefeller paya une attention toute particulière à la construction d'une machine-de-guerre soviétique.  

 

Les experts américains avaient admis que le Communisme aurait pu s'effondrer très facilement si tout le premier quinquennal n'avait pas été financé par les Américains et si les autres qui ont suivi ne l'avaient pas été également en partie par eux. L'ignorance des Russes créait constamment de nouveaux problèmes. L'argent américain continua d'assister la respiration de ce régime fragile, inefficace et brutal, et ce en dépit de toutes les difficultés. Les Russes étaient souvent incapables de construire des usines sophistiquées et ce malgré la fourniture des plans détaillés par les Américains. Ceci amena Albert Kahn, fournisseurs en contrats de construction de la ville de Détroit (USA) de conclure un marché avec Moscou en février 1930 où il devait construire un certain nombre d'usines en Union soviétique. Le coût total avoisinait les 2 milliards de dollars. Son assistance rapprochée a servi de conseil au gouvernement des Soviets pendant le second plan quinquennal.

 

Lazare-Kaganovitch-avec-Joseph-Staline.jpg
Lazare Kaganovitch avec Joseph Staline

Vers 1937, ce sont 18 millions de personne supplémentaires qui meurent sous la vague de terreur [image: le chef de la Police Genrikh (Henry) Yagoda] lancée par l'homme de confiance de Staline, Lazar Kaganovitch. Ceci en plus, à rajouter aux 30 millions qui ont déjà péri durant la collectivisation et la famine.

 

La grande terreur commença en 1937. Les gens étaient exécutés par vagues. L'une de ces vagues déferla sur Moscou et Leningrad le 30 octobre 1937 où un assez grand nombre de personnes furent tuées [image: quartie général de la Police Politique NKVD, Moscou]. L'extermination a été là aussi exécutée selon un plan. [image: Quartier général, NKVD, Leningrad] Kaganovitch a dessiné en juillet 1937 le premier plan d'extermination. Selon ses plans, le NKVD devait emprisonner 268 950 personnes sur une période de quatre mois et dont 75 950 furent exécutées immédiatement. [image : "Camps de captifs d'URSS"]

 

Très rapidement, Kaganovitch réalisa que la cadence était trop lente. Des fonctionnaires locaux proposèrent des solutions aux problèmes de cadence lente qui furent soumises au politburo et qui adopta toutes les suggestions. En effet, celles-ci permirent à 48 000 personnes supplémentaires d'être assassinées et d'attraper 9 200 autres personnes en plus à emprisonner pendant cette période de quatre mois. Et pourtant, les quotas n'étaient toujours pas suffisamment élevés. Un total de 7 millions de personnes sont devenues des prisonniers politiques en Union soviétique pendant les années 1937-1938.

 

Alexandre Soljenitsyne a estimé le total des exécutés pour la période 1937-1938 à 1 million d'exécutés + 2 autres millions morts dans les camps de travail.

Le Literaturnaya Rossiya ["Littérature russe"] publia en 1992 le plus grand nombre estimé sur le nombre total des victimes du régime des Soviets, incluant celles qui étaient mortes affamées et celles de la guerre civile à 147 millions de victimes.

 

Communisme---cent-millions-de-morts.jpg

Les Crimes du Communisme.

Source: Stéphane COURTOIS, Le Livre noir du Communisme, Robert Laffont, 1997, pages 14-15.

 

L'assassinat systématique des enfants commença en 1934. Après tout, ils coûtaient bien trop chers. Entre 1935 et 1939 seulement, 92 000 adolescents âgés de 12 à 16 ans sont poursuivis en justice.

 

Le 1er avril 1939, ce sont 10 000 mineurs qui sont envoyés en camp de travail.

En octobre 1940, les Tchekistes emprisonnent jusqu'à 1 millions de jeunes entre 14 et 17 ans. Ce sont les unités du NKVD qui ont kidnappé ces jeunes dans différentes villes de Russie et sont immédiatement rassemblés comme du bétail dans des camps de travail où la plupart d'entre eux meurent de faim ou exténués de travail. En 1943, les Tchekistes se débrouillent pour collecter 2 millions d'enfants.

 

Afin de surpasser ses problèmes économiques, Staline a prévu une attaque (Opération Eclair) contre l'Allemagne et d'autres nations occidentales, le 6 juillet 1941. Pour mettre à exécution ses plans, Staline devait entériner deux traités, le premier, le 23 août 1939 avec l'Allemagne (Pacte Ribbentrop-Molotov), et le second, le 15 octobre 1939 (Pacte Staline-Churchill) avec l'Angleterre, ce dernier étant plus favorable. Le Secrétaire d'Etat à la guerre de Churchill signa les documents exécutifs de ce pacte, le 8 février 1940 à Londres.

 

L'Union soviétique n'avait aucune base en Finlande, alors le 30 novembre 1939, Staline attaque la Finlande sans même lui déclarer la guerre. La guerre d'hiver a commencé. Mais en Bessarabie (ajourd'hui la Moldavie), en Lithuanie, en Lettonie et en Estonie, les troupes soviétiques ont été admises à établir des bases. Le 21 juin 1940, des coups d'Etats sont organisés le même jour dans les trois Pays Baltes. Ensuite est arrivée la terreur communiste. "Maintenant brille sur nous le soleil de la constitution de Staline et dans les faits, elle prend déjà effet" [image: Johannes Vares Barbarus, chef du gouvernement des forces d'occupation]

 

A l'image nous voyons des victimes des Communistes en Estonie, dont Tartu, où les prisonniers ont été jetés dans les puits des prisons [image: Centre pénitentiaire de Talllinn, Estonie].

 

Dans la nuit du 14 juin 1941, des dizaines de milliers de personnes sont déportées des Etats baltes vers la Sibérie. Les Communistes voulaient déporter plus de 700 000 Estoniens et ne laissaient derrière que 358 000 tout juste comme administrateurs, mais il n'y avait pas assez de temps.

 

L'Estonie s'est vue inondée par un flot de centaines de révolutionnaires internationaux venus de différents pays pour terroriser, torturer et tuer les meilleurs éléments en accord avec les standards des pratiques communistes. Parmi eux, il y avait Idel Jakobson venu de Lettonie pour être à la tête de la section des investigations du NKVD. Il a envoyé beucoup d'Estoniens à la mort. Lénine: "Quest-ce que le pouvoir des Soviets?" Comme Lénine, beaucoup d'Estoniens demandèrent: c'est quoi le pouvoir soviétique ? La réponse était simple : prison, meurtres de masse et travail pour esclaves [image : prison centrale de Tallinn].

 

Le 22 juin 1941, les troupes d'Hitler envahissent l'Empire soviétique pour prévenir une attaque soviétique planifiée. Les Services Secrets allemands l'avaient apprise et avaient préparé une contreattaque appelée : "Opération Barbarossa". 3,8 millions de soldats soviétiques se rendent eux-mêmes. Ils refusent de se battre pour Staline. C'est dans une Estonie qui souffre l'Enfer communiste que les Allemands pénètrent et son accueillis dans l'enthousiasme comme des libérateurs. Les Allemands permettent aux Estoniens de conserver leur drapeau national.

 

Lavrenti-Beria--Chef-de-la-police-politique-de-Staline.jpg

Lavrenti Beria, Chef de la police politique de Staline.

Durant la Seconde Guerre mondiale, la tête du NKVD, Lavrenti Beria, était connu pour être un infâme boucher. Il commit ses crimes en les collant sur le dos des nazis. Il a envoyé 20 millions d'âmes dans les camps de travail pour esclaves. Dans les camps allemands, les choses étaient différentes [image: "Images provenant des camps allemands"]


Après la défaite allemande par les USA, la Grande-Bretagne et l'Union soviétique, de nouveaux territoires en Europe de l'Est ont été mis sous la main de l'Union soviétique par les puissances occidentales.

 

En 1946, l'Union soviétique commença à tenter de faire rapatrier ses réfugiés, la plupart partis en France. Des dizaines de milliers d'Emigrants russes crurent la propagande et espérèrent que les Communistes étaient devenus plus humains. Leur réveil a été brutal. Ils n'avaient aucune idée du fait que l'Union soviétique avait grandement besoin de nouveaux esclaves. Les plus jeunes d'entre eux étaient envoyés dans des camps d'esclaves pour le travail, pendant que les plus vieux étaient fusillés directement. Les familles étaient séparées. Tout cela se passait dans le port d'Odessa [Ukraine, Mer Noire]. Les femmes étrangères voyaient leurs passeport confisqué [image: tiré du film "Est-Ouest"]. On avait besoin de millions d'esclaves. Alors furent créés les camps d'esclaves pour étrangers avec le consentement tacite des dirigeants occidentaux.

 

Lénine Bundesarchiv Bild 183-71043-0003, Wladimir Iljitsch

Wladimir Iljitsch Lenin, Bundes archiv Bild

Dans un décret signé par Lénine en 1919 (sur lequel était écrit : "Publication interdite!"), tous les étrangers reconnus "sans valeur" devaient être envoyés en camps de concentration.


Un citoyen américain, John Noble, a été emprisonné à Dresde [Allemagne], le 5 juillet 1945. Le fait qu'il avait l'immunité diplomatique suisse ne l'a pas sauvé lui et sa famille. John Noble a écopé d'une peine de 15 ans en camps d'esclaves à Vorkouta. Vorkouta était connu pour être une destination de non-retour. "Je me souviens du Général Maslenikov lorsqu'il arriva à Vorkouta. Il est  venu dans notre camp et dans bien d'autres. Il nous a demandé de nous lever afin que nous nous exprimions. Il nous a dit : 'Tout le monde est libre de parler. Personne ne sera puni'. Il se trouve que personne ne s'est levé. Alors il répéta encore et encore, et encore... Puis finalement, environ vingt hommes se sont levés. Le premier était un professeur d'histoire de l'Université de Leningrad. Et il dit : 'Je sais que pour ce que j'ai à dire je risque de me prendre au moins dix ans de plus à ma peine'. Et le Général Maslenikov a dit : 'Non, non il ne vous arrivera rien. Vous avez la liberté de parole.' Alors ce professeur a énuméré toutes les étapes de l'esclavagisme dans l'histoire de l'humanité. Et quand il est arrivé à la situation présente, il a dit : 'Général, jamais un régime d'esclavage pareil, aussi brutal, aussi inhumain n'avait vu le jour jusqu'alors que celui que nous vivons actuellement.' Il n'a pas reçu dix ans supplémentaire à sa peine, il a été fusillé."


A Varkouta, un total de 2 millions d'esclaves ont travaillé dans 40 mines de charbon, et usines de ciment et briques. Des documents révèlent que plus de 60 000 étrangers, dont des Finlandais et des Roumains, ont été amenés à Petchora en Komi.

 

Pas même avant 1955 le Président Eisenhower demanda que l'on relâche John Noble. Il fut finalement relâché en 1955.

 

Le nouveau dictateur Nikita Kroutchev relâcha dans les années 1950 des camps d'esclaves, plus de 200 000 étrangers issus de 45 pays.


En 1945, dans le Nieder-Schlesien dans l'Est de l'Allemagne, l'Armée Rouge a mis la main sur 25 immenses wagons de chemin-de-fer contenant du matériel d'archives ultra-sensibles, dont des documents provenant de différentes loges maçonniques en Allemagne, France, Belgique, Hollande, Luxembourg, Pologne et Tchécoslovaquie. Les documents donnent une image compréhensible du pouvoir secret exercé par l'Internationale franc-maçonnerie. Tout le matériel a été expédié à Moscou et a constitué la base des Archives spéciales de l'Union Soviétique : le fond "OSOBY ARKHIV/OA." De cette façon avec ces archives secrètes maçonniques, Staline tenait en laisse plusieurs politiciens francs-maçons en Occident qui craignaient que leurs activités hautement sensibles soient révélées.

 

Les minutes enregistrées lors de rencontres à la Grande Loge d'Allemagne en 1917, mentionnent la déclaration suivante : "L'anarchiste et révolutionnaire Lénine... représentent actuellement et conformément les idéaux politiques de la franc-maçonnerie internationale"...

 

On y trouve également beaucoup de documents maçonniques essentiels concernant le rôle des sociétés secrètes dans le monde politique.

 

Staline est devenu une sérieuse menace pour l'élite qui a décidé qu'il devait être éliminé.

 

L'un des conspirateurs était Lazar Kaganovitch, membre du Politburo. Les tablettes médicales que prenait régulièrement Staline ont été échangées avec d'autres dont Molotov avait dit que c'était de la mort-aux-rats. Beria se sentait aussi menacé et avait développé son propre plan; nom de code : Mozart. Il s'assura que Staline n'eut point reçu d'aide médicale pendant 12-13 heures et trois jours plus tard, le 5 mars 1953, Staline meurt.

 

Après la mort de Staline, plusieurs révoltes éclatent dans diférents camps de travail d'esclaves et qui provoqua la levée de 22 millions d'esclaves. La révolte à Vorkouta commença le 1er août 1953, et la révolte à Karaganda (Kazakhstan) le 16 mai 1954 [image: tiré du film "Les Cannibales"]

 

Totskoie--Essai-nucleaire-1954.jpg

Essai nucléaire de Totskoïe, le 14 septembre 1954.

 

L'exercice sous le commandement du maréchal Joukov, connu sous le nom de code « boule de neige » testait des armes nucléaires sur les personnes...

Il impliquait une détonation aérienne d'une bombe atomique aussi puissante que les deux bombes utilisées dans les attaques américaines sur Hiroshima et Nagasaki réunies. L'objectif affiché de l'opération était la formation militaire pour briser les lignes de défense fortifiées d'un adversaire utilisant des armes nucléaires.

Une armée de 45 000 soldats marchèrent dans la zone autour de l'épicentre, peu après l'explosion atomique. L'exercice fut réalisée le 14 septembre 1954, au nord du village de Totskoïe dans l’oblast d'Orenbourg, en Russie, dans le district militaire du sud de l'Oural.

 

L'exercice n’est devenu largement connu qu'en 19933. Les soldats qui participèrent à l'exercice ne savaient pas qu'ils avaient pris part à un test nucléaire sur des hommes. 45 000 personnes furent délibérément exposées aux radiations nucléaires. Les soldats reçurent l'ordre qu'il y aurait un exercice militaire normal avec une explosion nucléaire fictive et que ce serait filmé.

 

Les militaires ne récurrent pas d'équipement de protection, Les habitants de certains villages (Bogdanovka et Fedorovka) qui étaient situés à environ 6 km de l'épicentre de la prochaine explosion furent évacués temporairement à l'extérieur d’un cercle de 50 km de rayon. La plupart des population locale ne fut cependant jamais avertie.

 

Des milliers de personnes qui furent soupçonnés d'avoir cherché de l'aide dans les hôpitaux locaux auront la surprise, plus tard, de constater que leurs dossiers médicaux, avaient disparu de l'hôpital régional. Ce fait fut confirmé par un ancien soldat qui avait participé à l’exercice, Alexeï Petrovitch Vavilov, lors d’un entretien pour le programme de télévision Podrobnosti (chaîne de télévision INTER), plus de 50 ans plus tard.

 

Plus d'un demi-siècle plus tard, cette question est toujours sous le contrôle strict du gouvernement fédéral. Les membres des forces de l'ordre locales continuent de harceler les journalistes qui tentent d'obtenir des images du ploygone d’essai.

La terreur continua tout de même sous Nikita Kroutchev. Entre autres choses, il donna l'ordre de tester une bombe atomique sur des êtres humains près du village de Totskoïe, le 14 septembre 1954 [image: "provenant du Bureau du KGB"]. Observez l'impact !

 

Le putsch en Chine par les Communistes a été planifié au moins depuis la Conférende de Potsdam à l'été 1945. Les Etats-Unis souhaitaient que soit dissimulé son rôle dans ce processus. Ceci a été confirmé par le Représentant du Département d'Etat, Owen Lattimore qui a dit : 'Le problème est comment leur permettre (la Chine) de sombrer sans faire que cela se voit que ce sont les Etats-Unis qui les y ont poussés'. Au début, les Chinois pro-communistes s'entretuèrent les uns les autres à cause de leurs convictions politiques. Ensuite, ils se mirent à manger les gens. Juste les tuer n'était pas suffisant. Par contre, en mangeant la chair de ses ennemis, l'on pouvait démontrer sa conscience de classe. Vous n'aviez qu'à torturer les gens d'abord, ensuite les éventrer et sortir leurs estomacs pendant qu'ils étaient encore en vie. Comme vous abattriez un cochon, vous en extirperiez le coeur et le foie pour les attraper et les manger. Au pic de cette mode épidémique, la viande humaine était même préparée pour les repas des réceptions du comité révolutionnaire de la ville de Wuxuan. Les victimes du Communisme en Chine uniquement sont au nombre de 140 millions d'âmes.

 

Avec le temps qui passe, les dysfonctionnements de l'Union soviétique commencent à devenir de plus en plus évidents. Il était temps de liquider le système défaillant. Au printemps 1990, l'Union soviétique faisait face à une crise monétaire aigüe où le produit intérieur brut a fondu à 2%, l'inflation s'envole d'au moins 23% par an, ainsi que des pénuries de toutes sortes sur les biens de consommation. Une vague de grèves a aggravé la situation. En 1991, entre 14 et 19 milliards de dollars en devises étrangères ont été envoyées à l'étranger. Le résultat a été une production qui s'est drastiquement effondrée. L'Union soviétique s'effondre. Après la désintégration du communisme, de nombreux criminels communistes devinrent francs-maçons à travers toute l'Europe de l'Est. A l'image nous voyons leur rite d'initiation en Ukraine : le président Leonid Kravtchouk devient franc-maçon, ainsi que son ministre de la Défense, Procureur national, et fameux chanteur populaire, Josef Kobzon. Dans le centre de Kiev, nous voyons bien ce symbole maçonnique connu, qui est présent dans toutes les loges [image: mappe-monde Ndlr]. A New York ou à Dallas. Tous ensemble avec Vladimir Poutine, nous pouvons poser cette question : "C'est quoi ce signe maçonnique ?"

 

En Estonie, c'est pareil; les gens malhonnêtes ont recueilli protection dans les sociétés secrètes. Ici [image] nous avons Arno Köörna, Secrétaire du Parti, à l'Université de Tartu en 1950 et un informateur communiste. Il est devenu "Grand Maître" maçonnique d'Estonie. A cause de lui, des centaines d'enseignants et d'étudiants ont été persécutés. On peut constater que Silvio Berlusconi, et bien d'autres politiciens occidentaux ont reçu protection pour leurs activités criminelles grâce aux sociétés secrètes. La carte de membre de Berlusconi à la loge P2 [ndt: Propaganda Due] comporte le numéro 1816.

 

 

Même l'Union européenne a été créée sous le signe du Scorpion puisque le 1 novembre 1993. Dans le cercle de la réforme de de l'organisation franc-maçonnique européenne, nous pouvons voir une certaine similitude avec l'actuel drapeau de l'Union européenne.

 

Le meeting Bilderberg des Illuminati de l'année 2003 a retenu Jose Manuel Barroso ainsi que l'année suivante et il a été acclamé en tant que dirigeant de l'Union européenne.

 

 

Quincy-Adams-John.jpeg

John Quincy Adams, sixième président des Etats-Unis (1825-1829), fils de John Adams, le second président des Etats-Unis.

Le président américain, John Quincy Adams (1825-1829) pensait que : "La maçonnerie devrait être abolie à tout jamais." Il déclara : "Elle est mauvaise - essentiellement mauvaise - une graine du Diable qui ne pourra jamais produire de bien. L'existence d'un tel ordre est une tache de puanteur sur la morale de la communauté."

 

La franc-maçonnerie continue de nous tourmenter sous de nouvelles formes. Le mondialisme (globalisme) n'est rien d'autre que ce vieux communisme mais sous une forme différente. Son but suprême est de détruire toute conscience nationale. La conscience nationale est la plus grande menace pour la franc-maçonnerie internationale.


Hermès ricane de l'ignorance des humains car nous ne voyons toujours pas, malgré les tromperies de la franc-maçonnerie, et nous continuons de croire en leurs projets [Tous leurs projets ne sont pas intrinsèquement mauvais - au contraire un piège serait de s'opposer frontalement à leurs dénominations au motif qu'ils seraient des projets maçonniques alors que souvent chrétiens à la base, ces projets subvertis et déformés, ne sont que des leurres (Ex: la laïcité chrétienne subvertie en laïcisme, religion occulte de la franc-maçonnerie) destinés à nous faire oublier leur véritable pouvoir de domination sur la société.].

 

Ainsi, ne croyez pas tout ce que vous disent ces faux détenteurs de puissances ! Pensez par vous-mêmes, et les secrets du monde vont commencer à s'ouvrir devant vous ! Même le pouvoir secret des francs-maçons peut être brisé.
[nous l'avons vu, un des moyens pour briser le secret maçonnique est d'établir une loi de transparence et de responsabilité démocratique  imposant aux forces de l'ombre qui font de la politique à se déclarer devant les assemblées dites "représentatives", afin que le peuple sache réellement qui est qui, qui fait quoi, et qui est responsable de quoi... Ndlr.]


Jesus-Christ--lumiere-du-monde--Evangile-selon-Saint-Jean.jpg Jesus-J-ai-Confiance-en-vous---Christ-misericordieux.jpg 
"De nouveau Jésus leur adressa la parole et dit : "Moi, je suis la lumière du monde" (Evangile selon saint Jean- 8, 12.)

L’image du Christ Miséricordieux vient d'une vision mystique de 22 février 1931 révélée à sainte Faustine. L’Image représente le Christ Ressuscité portant les stigmates de la Passion au mains et aux pieds. L’image nous parle de l’amour miséricordieux de Dieu pour l’homme. Cet amour est révélé pleinement dans le mystère pascal du Christ. D’autre part, elle rappelle aux fidèles d’avoir la confiance en Dieu et le devoir d’aimer les prochains. Les paroles situées en bas de tableau parlent de cette attitude de confiance « Jésus j’ai confiance en Toi ». Pour tous ceux qui vénéreront cette image, Jésus a promis le progrès (croissance) dans la foi, une bonne mort et beaucoup d’autres grâces et bienfaits.

Les Illuminati ne peuvent pas d'un côté brandir la lumière de la Vérité et de l'autre chercher à la fuir ["Quiconque, en effet, commet le mal hait la lumière et ne vient pas à la lumière de peur que ses oeuvres ne soient démontrées coupables, mais celui qui fait la vérité vient à la lumière." Evangile selon Saint Jean 3, 20-21.], telle la taupe fuyant la lumière du soleil. Les forces obscures échoueront inévitablement et la lumière atteindra à nouveau l'âme des hommes.

 

Ceux qui ignorent les 300 millions de victimes du communisme portent une responsabilité morale.

 

Fin.

 

. La première logique totalitaire apparaît sous la "Révolution française" (Stéphane Courtois)

. Contre le Nouvel Ordre mondial : en finir avec la "révolution" (Ière partie)

. Les racines occultistes du socialisme (un article de Vive le Roy du 1er février 2010)

Repost 0
30 septembre 2014 2 30 /09 /septembre /2014 07:32

Il n'y a pas qu'en France que les sanctions européennes contre la Russie font des mécontents. "Effet boomerang" de celles-ci, comme le dit Poutine, les sanctions se retournent contre l'Allemagne. Mais l'échec allemand ne s'explique pas que par cet "effet boomerang". La synthèse du communisme et du libéralisme dans la social-démocratie échoue lamentablement à protéger le travailleur (précarisation de l'emploi, néo-esclavagisme) et assurer un avenir au pays (crise démographique) :

 

L'Allemagne en «déclin» : des économistes donnent l'alerte

 

Le Figaro, Mis à jour le 29/09/2014 à 12:51 Publié le 29/09/2014 à 12:31

 

Effondrement des naissances, manque cruel d'investissements, répercussions du conflit entre l'Ukraine et la Russie... Le PIB allemand a été revu à la baisse. Certains économistes parlent ouvertement d'échec, de déclin et même de chute du pays.

 

On est loin de la situation de croissance nulle et d'envolée du déficit de la France. Il n'empêche: après un début d'année prometteur grâce à un hiver exceptionnellement doux qui a favorisé l'activité dans le secteur de la construction, l'économie allemande connaît quelques difficultés. Son PIB a ainsi diminué de 0,2% au cours du deuxième trimestre.

 

Interrogé dimanche par la radio publique Deutschlandfunk, le ministre de l'Économie social-démocrate Sigmar Gabriel a annoncé que la croissance allemande serait plus faible cette année que le 1,8% prévu par le gouvernement. Deux raisons à cela: la première, la lenteur de la croissance de la zone euro. Jusqu'ici, l'Allemagne faisait office d'exception dans une Europe en panne. Force est de constater que le principal moteur de la zone euro semble s'être quelque peu grippé. La chute de l'euro devrait constituer une bonne nouvelle mais les produits «hauts de gamme» allemands sont moins sensibles à l'effet de change que des pays comme la France ou l'Italie. L'impact devrait être donc moindre pour l'Allemagne. «Il n'est pas question de parler d'une quelconque fin de cycle ni même d'ailleurs d'un essoufflement du modèle allemand, relativise Marc Touati, économiste chez ACDEFI. Car de toute évidence le socle de croissance du pays demeure solide. Un effet de correction (pour la croissance, ndlr) était inévitable au deuxième trimestre».

 

En sus de cette correction technique, le ministre allemand avertit sur la crise ukrainienne. Selon lui, elle a porté atteinte au climat des affaires en Allemagne - les chefs d'entreprise du pays n'ont jamais été si pessimistes depuis avril 2013 - en affectant directement les entreprises qui traitent directement avec la Russie. Car Moscou a toujours été un partenaire privilégié de l'Allemagne. Or, dans un contexte où l'Europe s'emploie à sanctionner sévèrement la Russie, les exportations allemandes vers Moscou ont chuté de près de 15% depuis le début de l'année. Conséquence: le commerce extérieur de l'Allemagne a contribué négativement à la croissance du pays. Fait rare.

 

«L'Allemagne se proclame modèle du monde mais l'orgueil précède la chute»

Marcel Fratzscher, économiste allemand

 

Ces déclarations de Sigmar Gabriel coïcindent avec les pensées de l'économiste allemand Marcel Fratzscher, qui publie ce lundi un ouvrage intitulé Die Deutschland illusion (Allemagne, l'illusion) dans lequel il n'hésite pas à parler de pays en «déclin» qui «vit sur ses acquis». Selon lui, la compétitivité retrouvée du pays, la chute du nombre de chômeurs et l'amélioration des comptes publics ne doivent pas occulter ses «faiblesses fondamentales», à savoir «le manque d'investissements» ou encore l'effondrement démographique. «L'Allemagne est en voie de redevenir l'homme malade de l'Europe. L'Allemagne se proclame modèle du monde mais l'orgueil précède la chute», ose-t-il. «L'économie de ce pays est en échec. Sa croissance depuis l'an 2000 est plus faible que la moyenne européenne. Les salaires y ont progressé moins vite, et la pauvreté, en hausse, touche un enfant sur cinq», poursuit-il encore.


Chant du cygne d'une grande nation économique

 

Après de mauvais indicateurs ces derniers mois, Olaf Gersemann, chef du service économique du groupe de médias Welt, voit aussi l'avenir en noir, dans un livre paru lundi dernier «La bulle Allemagne», (»Die Deutschland Blase»). Nous assistons au «chant du cygne d'une grande nation économique», prévient-il, convaincu que le pays profite d'une conjonction de «circonstances très favorables» qui vont «bientôt disparaître», voire s'inverser.

 

Il n'en fallait pas plus également au front «pro-croissance» en Europe, avec en tête Paris et Rome, pour réclamer à l'Allemagne «un soutien plus ferme à la croissance». Ce qui a fait sortir de ses gonds la chancelière allemande, Angela Merkel et creusé le fossé entre Berlin et les pays du sud. «Si la zone euro a besoin de l'Allemagne, l'inverse n'est en revanche pas si évident, rappelle Marc Touati. Afin d'éviter le scénario du pire - une sortie de l'Allemagne de la zone euro -, l'Europe doit se réveiller et comprendre que l'Allemagne n'est pas un ennemi mais un modèle à suivre».

 

Source: http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2014/09/29/20002-20140929ARTFIG00137-l-allemagne-en-declin-des-economistes-donnent-l-alerte.php

 

Pour connaître "le modèle à suivre", il suffit de savoir qu'en Allemagne, les allemands sont payés au lance-pierre, le salaire minimum n'existe pas. Et c'est ce modèle qu'a loué François Hollande en visite en Allemagne pour le 150e anniversaire du SPD (Parti social-démocrate), à Leipzig le 23 mai. Il a fait l'éloge des réformes de Gerhard Schröder, l'"homme de gauche" social-démocrate. Les "réformes Schröder" (du nom d'"Agenda 2010") louées par Hollande, avaient pour "objectif de 'faire un choc de compétitivité'" par une remise à plat du 'marché du travail', se conjuguant par des mesures intéressantes pour les patrons comme la 'baisse du coût du travail', la 'baisse de l'impôt sur les sociétés'. Mais ce qu'on dit moins ce sont les inconvénients pour les travailleurs : 'licenciements facilités', 'durcissement de l'assurance chômage', établissement des 'mini-jobs', bref précarisation des gens à tous les étages... Elu chancelier en 1998 à la tête de la première coalition rouge-verte aux élections législatives fédérales, Gerhard Schröder n'a rien fait durant son premier mandat à part libéraliser les procédures de naturalisation..., avant dans le second de faire une politique libérale avec la mise en place de l'"agenda 2010", un paquet de réformes libérales qui ont provoqué une hausse du chômage et entraîné l'échec de Schröder aux élections de 2005 qui vit l'arrivée au pouvoir d'Angela Merkel, ancienne adhérente de Jeunesse "libre" allemande (Freie Deutsche Jugend), mouvement de jeunesse marxiste-léniniste officiel des 14-25 ans... rallié à l'économie de marché après la chute du mur de Berlin. Le modèle à suivre est une synthèse du communisme (ou ce qu'il en reste : étatisme,  économie dirigée) et du libéralisme dans ce qu'il a de plus odieux (exploitation et précarisation des gens) pour donner au final, ce qui est comme leur marque de fabrique aux deux, la grande société moderne d'esclavagisation chère aux Illuminés...

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Allemagne
commenter cet article
29 septembre 2014 1 29 /09 /septembre /2014 19:03

Les francs-maçons atlantistes ne veulent plus entendre parler de leurs "frères" communistes du début du XXe siècle... Une autre statue du franc-maçon terroriste Lénine a été démantelée en Ukraine à Kharkov aujourd'hui avec l'autorisation des autorités de Kiev, autorités pourtant mises en place par l'Otan...

A Kharkov, les victimes du communisme étaient scalpées... (Cf. Jüri Lina: 2-2 Dans l'Ombre d'Hermès. Les Secrets du Communisme" (VOSTFR, "In the shadow of Hermes. The Secrets of Communism"):

 

Une statue de Lénine démantelée à Kharkov (vidéo)

 

La Voix de la Russie

 

29/09/2014, 11:11

 

Des nationalistes ukrainiens ont déboulonné une statue de Lénine à Kharkov. La statue haute de 9 mètres, la plus imposante d'Ukraine, a été démantelée.

 

L'enquête pénale ouverte pour hooliganisme a été aussitôt clôturée car le gouverneur Igor Balouta désigné par Kiev avait signé rétroactivement l'ordre de démanteler le mounument.

 

La police n'est pas intervenue non sans avoir au préalable dispersé un meeting anti-guerre. Plus tôt une autre statue de Lénine a été déboulonnée dans le chef-lieu du district de Dergatchi dans la région de Kharkov.

 

Source: Video La Voix de la Russie http://french.ruvr.ru/news/2014_09_29/Une-statue-de-Lenine-demolie-a-Kharkov-0808/

 

 

Lenine-statue-lenine-oulan-bator-retiree-14-octobre-2012.jpg
 Statue de Lenine d'Oulan Bator (Mongolie) retirée le 14 octobre 2012

Il ne reste plus qu'à déboulonner les autres statues de "la liberté" et de "l'Egalité" dans le monde... et autres impostures responsables des génocides communistes..., des guerres..., et de la plupart des "révolutions" financées par la banque anglo-saxonne...


Les symboles du totalitarisme des "Lumières" et de 1789 tombent les uns après les autres...

 

. Jüri Lina: Dans l'Ombre d'Hermès. Les Secrets du Communisme" (VOSTFR, "In the shadow of Hermes. The Secrets of Communism")

. La Russie lance une procédure pénale pour génocide des russophones en Ukraine

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Russie
commenter cet article
29 septembre 2014 1 29 /09 /septembre /2014 18:51

Ukraine-genocide.jpg

 

Ukraine: la Russie lance une procédure pénale pour génocide

 

21:17 29/09/2014

MOSCOU, 29 septembre - RIA Novosti


Le Comité d'enquête de Russie a ouvert une enquête pénale pour génocide des russophones dans les républiques autoproclamées ukrainiennes de Donetsk et de Lougansk, a annoncé lundi à Moscou le porte-parole du comité, Vladimir Markine.

"Le département d'instruction principal du Comité d'enquête de Russie a lancé une procédure pénale pour génocide des populations russophones vivant sur le territoire des républiques populaire de Lougansk et de Donetsk en vertu de l'article 357 du Code pénal russe", a indiqué M. Markine.

"Des personnes non identifiées au sein de l'administration politique et militaire ukrainienne, des Forces armées ukrainiennes, de la Garde nationale et du 'Secteur droit' (formation ultranationaliste ukrainienne) ont donné des ordres destinés à la destruction totale des citoyens russophones résidant dans les républiques de Donetsk et de Lougansk", a précisé M. Markine.

Des meurtres de russophones ont été effectués au moyen de lance-roquettes multiples Grad et Ouragan, de missiles air-sol non guidés, de missiles tactiques Totchka-U et d'autres armes lourdes non sélectives. Ces actions ont provoqué la mort d'au moins 2.000 personnes, d'après le responsable.

"300.000 personnes ont été obligées de quitter leurs foyers et de se réfugier sur le territoire russe", a annoncé M. Markine.

 

        Source: RIA NOVOSTI http://fr.ria.ru/world/20140929/202561387.html

 

. Ukraine : Bilan humain du génocide russe (actualisé)

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Russie
commenter cet article
28 septembre 2014 7 28 /09 /septembre /2014 13:53

"L'histoire pourrait être quelque chose d'extraordinaire si seulement elle était vraie"

(Léon Tolstoï)

 

Wall Street et sa Révolution bolchévique. La chronologie et la description des dessous-de-table autour des révolutions russes (bolchéviques) de 1905 et 1917. [En vert, nos commentaires]

 

Juri-Lina---I-skuggan-av-Hermes--Kommunismens-hemligheter--.jpg

Début du documentaire :


"Les francs-maçons qui leurrèrent les gens avec le communisme - le documentaire affiche les images d'Adam Weishaupt (fondateur des Illuminés de Bavière dont la doctrine était un proto-communisme), Marx et Lénine, Ndlr. -, invoquèrent la protection d'Hermès, afin de cacher leurs secrets de bains de sang."


Hermès est assimilé dans la littérature gnostico-ésotérico maçonnique au dieu bon, tandis que le dieu véritable est assimilé au démon. Cette allégorie rapportée au christianisme assimile Hermès (qui a apporté le feu à l'humanité) à Lucifer (qui a apporté la connaissance à l'humanité), et fait de lui le dieu bon, cependant que le véritable Dieu, serait mauvais pour les hommes parce qu'il voulait garder pour lui le feu et la connaissance. Vous l'aurez compris, dans une inversion totale, cette littérature maçonnico-ésotérico gnostique fait du démon, Dieu, et de Dieu, le démon. On retrouve cette inversion du Bien et du Mal dans le communisme et dans les écrits de Karl Marx.

 

Le documentaire poursuit :

 

"Tout comme Hermès, les démagogues aujourd'hui cachent la vérité et la malmènent grâce à la rhétorique. Ainsi l'ont peut dire avec assurance que toutes les déceptions politiques et idéologiques ont pris naissance dans l'ombre d'Hermès."


D'où le titre du documentaire, "Dans l'ombre d'Hermès. Les Secrets du communisme".

"Dans l'Ombre d'Hermès. Les Secrets du Communisme" ("In the shadow of Hermes. The Secrets of Communism"), est un documentaire écrit et produit en 2009 par le journaliste dissident estonien (ex rép. d'URSS) exilé en Suède, Juri Lina qui a eu accès à d'importantes archives soviétiques ouvertes aux chercheurs à partir de 1991 lors de la Pérestroïka, jusque là inaccessibles et inédites. Le documentaire est tiré du livre "Sous le signe du Scorpion" (Stockholm, Suède, 1994 & 1999).

 

Nous présentons ci-dessous ce documentaire video de Juri Lina sous-titré en français, avec la transcription littérale de l'information délivrée, sans autre commentaire critique. Vous trouverez dans cet article la première partie (video) de ce documentaire. La seconde partie sera publiée prochainement et sera ajoutée en lien (en fin d'article) le jour de sa publication.

 

L'auteur établit l'identité entre la conspiration des Illuminés de Bavière au XVIIIe siècle et le communisme.

 

Rappelons auparavant que le projet des Illuminés de Bavière consistait, pour résumer, à la mise en place d'un "régime dominateur universel" tourné contre l'alliance des trônes et de l'autel, et réalisé "pour le bonheur de l'humanité...", mais "en silence..." Ce projet travaille à la destruction des "peuples, nations & patries", la destruction de la propriété, et la destruction de "l'amour de la famille, plus encore que l'amour national et l'amour de la patrie".

Le genre, cette "théorie fascisante" ou "théorie qui n'existe pas" aujourd'hui (de la même manière que le "complot qui n'existe pas"...), la corruption des moeurs, ne sont que les derniers avatars d'un plan déterminé de destruction de la société et de la famille mis en place au XVIIIe siècle par les Illuminés. Le tout a été réalisé au moyen d'une vision instrumentalisée et subvertie des "droits de l'homme" (maçonnique), de la laïcité, de la "liberté" et de l'"égalité", tournés contre toute religion qui n'est pas celle des francs-maçons.

 

En deux heures, le documentaire de Jüri Lina présente tous les noms des personnes et organisations ayant fomenté, financé et activé les événements historiques majeurs de 1905 et 1917.

 

L'essentiel du matériel-source est issu des fonds d'archives de l'Union Soviétique ouverts aux Chercheurs à partir de 1991 pendant la période de la Perestroïka.

 

Dans ce documentaire vous découvrirez les réels acteurs et les motifs des "révolutions", exactement tout ce qui ne figure pas dans les manuels scolaires et la "version officielle" historique.
 

Il s'agit d'une version totalement "révisée" de l'Histoire du XXe siècle qui est dans le sillage des travaux de Eustache Mullins ("La Réserve Fédérale Américaine") et de Anthony C. Sutton ("Wall Street et la Révolution bolchévique").

 


 

 

« Le dimanche 13 janvier 1917, le bateau à vapeur Montserrat arriva sur l'île Ellis à New York. A bord se trouvait le révolutionnaire international, Leïba Bronstein, plus connu sous le nom de Léon Trotsky, ainsi que sa famille.

 

Trotsky démarra son voyage de Barcelone en Espagne, le 25 décembre 1916. Il voyagea en première classe et non en troisème comme il l'indiqua dans ses Mémoires. Les titres de voyage de Trotsky sont toujours gardés aux Etats-Unis aux archives des services de l'immigration. Dans d'autres archives il y a une invitation pour l'Amérique, qui peut être tracée et attribuée à son "frère" maçonnique Jacob Schiff, russophobe, et qui est président de la Banque Kuhn, Loeb & Co située à Wall Street, New York City. Schiff a financé et entraîné des "Révolutionnaires" internationaux venant de Russie.

 

Depuis 1890, en coopération avec le B'Naï B'Rith qui prit une part active dans la "révolution" de 1905. Entre 1900 et 1902, 10.000 révolutionnaires venant de Russie furent entraînés aux Etats-Unis. Leur mission était de retourner en Russie et d'écraser le régime tsariste. Schiff a aidé financièrement le coup d'Etat raté de 1905. Ce pauvre fère maçon Trotsky commença immédiatement à mendier et demanda assistance dans sa mission pour détruire la Russie. Il séjourna d'abord dans l'hôtel chic Astor à Time Square. Plus tard, lui et sa famille séjournèrent dans une luxueuse demeure au 1522 Vyse Avenue dans le Bronx (avec la location payée trois mois à l'avance par Jacob Schiff).

Dans ses mémoires, Trotsky décrit son appartement meublé d'"ouvrier" avec "lumières électriques, fourneaux de cuisine à gaz, baignoire, téléphone, ascenseur automatique..." "et même une bouche de vide-ordure". Une limousine avec chauffeur était fournie gratuitement pour son usage...

"Ma seule occupation à New York a été celle d'un Socialiste Révolutionnaire", disait plus tard Trotsky. Il écrivit quelques articles pour un petit journal marxiste : le Novy Mir. Son bureau éditorial se situait au 77 de la Place St Mark à East Village où travaillait Nicolas Boukharine et Moïsei Goldstein, dont le nom révolutionnaire était Volodarsky.

Il écrivit également en langue yiddish (ndt: germano-hébreux) pour le journal marxiste Der Forverts.

Trotsky fit également des discours et des lectures aux émigrants de Russie à l'Université Libre de East Village à la East Seventh (7th) Street.

Léon Trotsky devint un membre de l'ordre maçonnique B'Naï B'Rith (ndt: loge exclusivement réservée aux Juifs) en janvier 1917; organisation qui aida plus tôt les "révolutionnaires" en Russie.

Jacob Schiff prit soin des contacts entre le "mouvement révolutionnaire" en Russie et le B'Naï B'Rith.

ERNST-NOLTE--La-Guerre-civile-europeenne--National-sociali.jpgLeïba Bronstein devint aussi un membre de la loge maçonnique "française" Art et Travail, à laquelle il appartint.

Le franc-maçon Winston Churchill vérifia en 1920 que Trotsky était aussi un Illuminatus (Ndt: de l'Ordre des Illuminés de Bavière).

[Note de Christ-Roi : l'historien allemand Ernst NOLTE, dans son livre La Guerre civile européenne, National-socialisme et bolchévisme 1917-1945, rapporte une citation de Winston Churchill : "C'est Winston Churchill en personne qui écrivit dans l'un de ses articles :

 

"Ce mouvement, chez les Juifs, n'est pas nouveau. Depuis l'époque de Spartakus Weishaupt (pseudonyme du chef des Illuministes allemands au XVIIIe siècle, Ndt.) jusqu'à celle de Karl Marx puis, plus tard encore, celle de Trotski (Russie), Bela Kun (Hongrie), Rosa Luxemburg (Allemagne) et Emma Goldman (Etats-Unis), cette conjuration mondiale visant à renverser la civilisation et à révolutionner la société par désir d'empêcher toute évolution, par jalousie et envie et sous prétexte de réaliser une égalité impossible, est en pleine croissance. [...] [Ce mouvement] fut la force motrice qui se cachait derrière chacun des mouvements subversifs du XIXe siècle; aujourd'hui, ce ramassis de personnalités extraordinaires venues des bas-fonds des grandes villes européennes et américaines a pris le peuple russe au collet et s'est pratiquement rendu le maître incontesté d'un immense empire."

(Source: Winston Churchill, cité in Alex P. SCHMID, Churchills privater Krieg. Intervention und Konterrevolution im russischen Bürgerkirieg, november 1918- märz 1920, Zurich, 1974, p. 312., cité in ERNST NOLTE, La Guerre civile européenne, National-socialisme et bolchévisme 1917-1945, Collection Tempus, Paris 2011, p. 169.]

 

Leon-Trotsky--ou-Trotski-.jpg
 Leïba Bronstein, alias Léon Trotsky (ou Trotski)

On peut lire ceci dans le "Manuel Initiation secrète au 33e degré" : "la franc-maçonnerie n'est rien de plus et rien de moins que la révolution en action", "une incessante et guerroyante conspiration". Par conséquent il n'est pas très étrange que Leïba Bronstein commença à étudier la franc-maçonnerie, ainsi que l'histoire de sociétés secrètes sérieusement en 1898 et continua ces études pendant les deux années qu'il passa en prison à Odessa (ndt: Ukraine). Il prit plus de 1000 pages de notes. Le Lexique franc-maçon "Internationaler Freimaurer-Lexikon" répugne à admettre que Leïba Bronstein arriva au bolchévisme grâce à l'étude de la franc-maçonnerie. Trotsky a écrit ses mémoires "Ma Vie" : "Ce fut pendant cette période que je m'intéressa à la franc-maçonnerie. Pendant plusieurs mois, et avec avidité, j'étudiais des livres sur son histoire; livres offerts par des parents et des amis en ville. Voilà donc pourquoi des marchands, artistes, banquiers, officiels et avocats du premier quart du XVIIe siècle, commençèrent à se faire appeler eux-mêmes francs-maçons et essayèrent de recréer les rituels du Moyen-Âge. Mais au fond quel était l'objet de cette étrange mascarade ? Graduellement le tableau devenait plus clair. Dans certaines branches de la franc-maçonnerie, des éléments évidents d'un féodalisme réactionnaire étaient prééminents, comme dans le système écossais (rite).

Au 18e siècle, les francs-maçons devinrent l'expression d'une politique militante d'illumination, comme dans le cas des Illuminati, qui furent les signes avant-coureurs de révolutions. Sur leur gauche, ils culminèrent avec les Carbonari. "J'ai écrit en tout petits caractères des extraits de nombreux livres, entrecoupés de mes propres réflexions sur la franc-maçonnerie" (Bronstein alias Trotsky).

 

Statue-de-la-Liberte.jpg

Colonne-de-Juillet.jpg

La Liberté éclairant le monde. "Statue de la Liberté"

 

Son concepteur, Frédéric Auguste Bartholdi, né à Colmar en 1834 était Franc-maçon tout comme Gustave Eiffel qui conçut l’ossature en fer de l’édifice.

 

Elle tient dans une main la table de la loi, celle des constitutionnalistes américains. Et dans l'autre, la « Flamme de l’Illumination » maçonnique.

 

Le Flambeau portant la flamme fait référence à Lucifer qui « porte la lumière » et qui se trouve dans toutes les loges.

« Génie de la Bastille » sur la Colonne de Juillet à Paris, « ange tutélaire » de la république maçonnique.

 

L'"ange" tient dans sa main gauche des chaînes brisées, un flambeau allumé dans sa main droit. Il court (sa jambe droite est levée et seule la pointe de son pied gauche touche terre) au-dessus d’un globe.

 

La statue tourne le dos à l’est et donne donc l’impression de courir à grande vitesse en direction de l’ouest. Elle tourne le dos à l’orient, tourne le dos au soleil levant. « Orient » est l’un des noms messianiques de Notre-Seigneur Jésus-Christ (cf. par exemple la cinquième des grandes antiennes « O » précédant Noël : Luc I, 78.) La liturgie de l’Eglise est « orientée », c’est-à-dire qu’elle est célébrée en direction du soleil levant, qui symbolise le Christ ressuscité, vainqueur des ténèbres, et elle manifeste aussi de la sorte l’attente du retour glorieux de ce même Jésus-Christ (cf. « comme l’éclair qui part de l’orient et brille jusqu’à l’occident ainsi sera l’avènement du Fils de l’homme », Matth. XXIV,27).

 

Source: Le Blog du Mesnil,

Lucifer, « ange tutélaire » de la république maçonnique.

La statue de la Liberté était un cadeau des francs-maçons français, parmi lesquels Frédéric Auguste Bartholdi et Gustave Eiffel, du Grand Orient de France offert aux francs-maçons de New-Ork en 1886. Une réplique plus petite a été érigée la même année sur une île de la Seine à Paris. Elle est censée représenter la déesse romaine Libertas, mais en fait elle est l'impératrice babylonienne Semiramis, la "sainte-Patronne" des Illuminati. Dans sa main droite elle tient une torche et dans sa gauche elle porte la Déclaration d'Indépendance. Le symbole de la statue de la Liberté est aussi la colombe, Columbia. Pour le grand public la torche est un symbole de liberté, tandis que pour les francs-maçons elle implique le contrôle et la manipulation. La première pierre a été posée par le "Grand Maître" de New York William A. Brodie le 8 août 1884 (Ndlr. La dédicace aux francs-maçons de New York lors du 100e anniversaire de la dépose de la première pierre de la "statue de la Liberté" indique le 5 août 1884 et non le 8 août), accompagnée de rituels magiques conduits et en la présence de milliers de francs-maçons américains.


La statue de la Liberté a été officiellement inaugurée sous le signe du Scorpion, le 28 octobre 1886, à nouveau en présence de milliers de francs-maçons. Lors de telles cérémonies, les francs-maçons américains utilisent des céréales, du vin et de l'huile, comme toujours, rappelant le Deutéronome, qui demande un sacrifice. Les francs-maçons "sacrifient" cela usant d'anciens symbolismes pour assurer prospérité et bénir d'importantes entreprises. Les francs-maçons souhaitant maintenir leur rôle dominant dans la société du futur.


Statue de la Liberté, première pierre posée par le Grand

 La première pierre de la Statue de la Liberté, posée par le "Grand Maître" de New York William A. Brodie le 5 août 1884. Cette plaque est dédicacée aux francs-maçons de New York lors du 100e anniversaire de cet évènement historique, le 5 août 1984.

 

At this site on August 5, 1884, the cornerstone of the pedestal of the Statue of "Liberty Enlightening The World" was laid with ceremony by William A Brodie, Grand Master of Masons in the State of New York. Grand Lodge members, representative of the United States and French Governments, Army and Navy officers, members of foreign legations, and distinguished citizens were present. This plaque is dedicated by the Masons of New York in Commemoration of the 100th anniversary of that historic event.

August 5, 1984


Tour-de-Sauron-Novus-Ordo-Seclorum.jpgLe "Grand Maître" de Rome, Adriano Lemmi, a expliqué les tactiques maçonniques dans les années 1870 : "La franc-maçonnerie a pour but de former et diriger l'opinion publique. ... Elle lutte afin de placer ses propres dirigeants dans les services de sécurité, la législature ainsi que dans les postes politiques les plus élevés."

 

Les capitalistes internationaux voulaient démarrer une "révolution" à St Petersbourg à la suite de la défaite de la Russie dans la guerre russo-japonaise de 1905. L'organisateur en chef, Alexandre Parvus, reçut deux millions de livres sterling de la part du Japon pour instiguer la prise du pouvoir en Russie. Un total de 50 millions de dollars a été investi dans la "révolution russe" de 1905. Le Japon a fourni des armes aux "révolutionnaires". Selon les activités des "révolutionnaires", le colonel Motojiro Akashi était un ancien militaire attaché en Russie lorsque les francs-maçons planifièrent l'évènement. Le banquier américain Jacob Schiff s'assura qu'aucune banque ne prêtât d'argent aux Russes. Au même moment il supporta les groupes "révolutionnaires" en Russie. Les capitalistes internationaux voulaient s'emparer du pouvoir en Russie au nom des ouvriers. Derrière ces activités étaient entre autres des sociétés secrètes comme le B'Naï B'Rith, dont le quartier général était situé à Washinton D.C./USA.


En 1905, la Terreur assuma des proportions sans précédents. Les fanatiques commencèrent à tuer les populations "à l'aveuglette". 50.000 personnes furent tuées ou blessées dû à ce chaos révolutionnaire.

Dans les années 1905-1906, le tsar dénommé Peter Stolypine, Ministre de l'Intérieur en avril 1906, est quelque temps après promu Premier ministre. Stolypine n'avait pas d'autre choix que de déclarer la loi martiale afin de combattre la terreur et la "révolution". Au final, Stolypine mit un terme à la terreur et à la "révolution". 35.000 "révolutionnaires" s'envolèrent à l'étranger; pour la plupart aux Etats-Unis, qui devint un sanctuaire à terroristes.  

Peter Stolypine reprit le contrôle de la situation en juin 1907. Par la suite, la Russie commença à se remettre des atrocités de Trotsky et de Parvus.

La maison de Stolypine a subi un attentat à la bombe le 26 août 1906 par des francs-maçons radicaux. Les victimes furent des visiteurs et des soldats. Bilan : 27 morts et 40 blessés. Parmi les victimes il y avait le fils et la fille du Premier ministre Stolypine. Sa fille fut soufflée de l'intérieur de la maison par la force de l'explosion. Elle resta estropiée pour le restant de sa vie.

Les réformes de Stolypine allaient très loin. Les journaux étaient en substance autorisés à publier ce qu'ils voulaient. Tous les partis politiques étaient permis. L'armée de terre et la marine ont été modernisées. Le scientifique et politicien britannique Bernard Pares avait aussi admis que les sept années de la période 1907-14, d'un point de vue économique, devaient être vues sans aucun doute comme les meilleures de toute l'histoire russe. Durant cette période, les paysans devinrent les propriétaires des 3/4 de la terre.

 

Après les réformes de Stolypine, la Russie commença à produire plus de céréales que les Etats-Unis, le Canada et l'Argentine tous réunis. 80% du lin dans le monde est issu de la production russe. La Russie produisant 40% du grain mondial, était surnommée "le grenier à blé du monde". Les dirigeants maçonniques de St Petersburg commencèrent à devenir nerveux.

 

A 21 heures, dans la soirée du 14 septembre 1911, le Premier ministre Stolypine fut blessé par le terroriste et agent de police Mordekaï Bogrov à l'opéra de Kiev. Ceci se passa lors de l'entracte du "Tsar Saltan" de Rimsky Korsakov, en la présence du tsar Nicolas II. Stolypine fut mortellement touché. Il mourut quatre jours plus tard. Avec cet assassinat, les forces obscures allaient pouvoir mettre un terme aux enquêtes menées par le gouvernement russe sur leurs activités subversives. Avant cela, les francs-maçons avaient cumulé dix tentatives d'assassinat sur Stolypine. Ils réussirent leur onzième coup.

 

Karl-Marx--B.-Nicolaievski.jpg

Marx, Lénine, Trotzky et leur "frères" étaient de grands admirateurs du coup d'état d'une secte qu'a été la "révolution" française, et la prenaient toujours en exemple, se considérant tous comme ses "enfants".

(Source : B. Nicolaïevski et O. Maenchen-Helfen, Karl Marx, éditions Gallimard, 1937).

En décembre 1916, les francs-maçons intensifièrent leurs efforts en Russie et en mars 1917, des pénuries de pain manigancées en fait par les francs-maçons provoquèrent une rebellion [la même méthode - la famine - fut employée en 1789 par Necker pour forcer les Parisiens à se révolter. Cette méthode sera de nouveau employée en Ukraine dans les années 1930. Ndlr.] Ils usèrent de pénuries de pain à Petrograd et ce en dépit du fait qu'il y avait du pain à foison en Russie à ce moment-là.

 

Le 12 mars, le coup d'Etat connu sous le nom de "Révolution de février" éclata. Trois jours plus tard, le 15 mars, le tsar Nicolas II à Pskov, face à la possibilité de voir toute sa famille tuée, abdiqua. La couronne passa du tsar Nicolas II à Michaël, son plus jeune frère. Les francs-maçons étaient toutefois déterminés à broyer le régime tsariste. Et Michaël fut forcé d'abdiquer le lendemain même.

 

Le franc-maçon Pavel Milyukov, qui devint Secrétaire des Affaires étrangères dans le gouvernement provisoire, admit dans ses mémoires que le Coup de Février était un complot maçonnique. Le public naïf était ravi, mais lorsque le nouveau gouvernement maçonnique initia une énorme vague de terreur contre l'opposition, leurs sourire se figèrent et furent remplacés par des grimaces choquées. Les premières victimes furent 4.000 policiers. Les foules s'emparèrent d'eux, les frappèrent à mort et traînèrent leurs corps à travers les rues. Ensuite commençèrent les assassinats d'officiers; parmi eux, l'Amiral von Wiren. Le deuxième jour après le coup d'Etat, Kerensky a fait relâcher des prisons tous les criminels. Il y avait 10.000 criminels qui furent relâchés dans Petrograd. Dans d'autres villles, les portes des prisons furent également ouvertes. C'est alors que l'anarchie commença. Les criminels détruisirent les entrepôts, les magasins, les transports ferroviaires. Les gens étaient assassinés et pillés. Alexandre Kerensky était Secrétaire du Conseil Suprême maçonnique "russe" et dirigeant du Grand Orient "de Russie".

 

"A savoir s'ils étaient presque tous francs-maçons, cela ne fait aucun doute; cela veut donc dire qu'il s'agissait d'un complot maçonnique." (Sergej Semanov, historien)

 

A nouveau, la piste et les documents nous ramènent ici au quartier général du Grand Orient à Paris.

 

Antony-C.-Sutton---Wall-Street-and-the-Bolshevik-Revolution.jpgAu printemps, le Gouvernement provisoire reçut une aide d'un million de dollars de la banque de Schiff, la Kuhn, Loeb & Co, ainsi que des fonds provenant d'autres banques. Jacob Schiff commença à financer Léon Trotsky afin d'installer la seconde phase de la "révolution". Le colonel Edward M. House, un conseiller très influent, du Président Woodrow Wilson, constata que Wilson avait très rapidement (et illégalement) produit un passeport américain pour la personne de Trotsky, de sorte qu'il puisse retourner en Russie et qu'il y  accomplisse un putsch.

 

Le banquier de Wall Street Paul Warburg devient le patron politique de Trotsky. Normalement on peut espérer n'importe quoi d'un citoyen américain lorsqu'il s'agit de supporter les alliés des Etats-Unis dans sa guerre contre l'Allemagne et de sauver des vies de soldats américains. Mais ce n'est pas de cette façon que Paul Warburg et ses acolytes virent la chose : la Russie devra être détruite et un régime esclavagiste communiste devra être mis en place.

 

D'après des documents du Département d'Etat ("Wall Street and the Bolshevik Revolution", Antony C. SUTTON), Jacob Schiff était également un membre de l'organisation maçonnique B'naï B'rith, ainsi que ses compagnons Félix Warburg, Otto Kahn, Mortimer Schiff, Isaac Seligman, et bien d'autres, et ils avaient établi les plans dès 1916 pour renverser le Tsar russe.

 

Don-Jordan-and-Michael-Walsh--White-Cargo--The-Forgotten-Hi.jpgEn avril 1917, Jacob Schiff confirma lui-même et officiellement qu'il avait fourni l'aide financière aux révolutionnaires qui fit que le tsar dût abdiquer de force.

 

Pourquoi cette folle volonté ? Pour répondre à cette question nous avons besoin d'examiner brièvement la réelle histoire des Etats-Unis. La résistance contre les tentatives britanniques de taxer ses colonies en Amérique du nord n'a pas été le réel motif de la Révolution américaine. La vérité est bien plus perturbante que cela. Les francs-maçons avaient besoin d'une base pour leurs activités criminelles.

La franc-maçonnerie américaine a servi au XVIIIe siècle à protéger le crime organisé incluant la contrebande d'opium, la piraterie, et plus tard un trafic illégal d'esclaves. Elle a aussi servi à décevoir le public et réécrire l'histoire. Les familles maçonniques des Roosevelt, des Morgan et autres ont caché leur odieux passé de contrebandiers d'opium et de pirates. A l'origine, ce sont des milliers de personnes de races blanches qui sont kidnappées et sont transportées de Grande-Bretagne vers l'Amérique en tant qu'esclaves.

Nicholas HAGGER, The secret founding of the America, the re 

 

Serpent---Premier-symbole-americain-pre-revolutionnaire-.jpg Liberte--Egalite--Fraternite-ou-la-mort.gif

 Le serpent, premier symbole américain pré-révolutionnaire de Benjamin Franklin.

 

Image : Benjamin Franklin. “Join or Die”. Pennsylvania Gazette (Philadelphia), May 9, 1754. Newspaper. Serial and Government Publications Division, Library of Congres.

 

« Benjamin Franklin consulted Baroque emblem books to find an appropriate symbol for the union of the colonies. A French source provided the image of a cut snake with the motto that translated as "Join, or Die." »

 

Benjamin Franklin a consulté des livres d'emblème baroques pour trouver un symbole approprié pour l'union des colonies. Une source française a fourni l'image d'un serpent avec la devise qui se traduit comme "Se joignent, ou Meurent."

 

Source: http://www.loc.gov/exhibits/uscapitol/s1.html

 

 

La république maçonnique ne laisse pas le choix : acceptez le monde nouveau ou mourez !

Les Etats-Unis n'ont pas été fondés sur un idéal de liberté et de démocratie.  

 

Benjamin Franklin, membre de l'infâme Loge Les Neuf Soeurs du Grand Orient de France (The Nine Sisters) avait pour slogan "Join or die" ("Rejoins-nous ou meurs").

 

Les Treize colonies [colonies de l'Empire britannique d'Amérique du Nord qui donnèrent naissance aux États-Unis d'Amérique] ont été forcées de former une union, symbolisée par le serpent. Ceci peut être vu à la Bibliothèque du Congrès (Library of Congres)  Washington D.C. / USA.

 

Les Neuf Soeurs utilisèrent un slogan similaire pendant la Révolution "française" : "Sois mon frère ou je te tuerai" [Liberté, égalité, fraternité ou la mort].

 

Les Neuf Soeurs ont étroitement coopéré avec les Illuminati qui opéraient sous le nom de "Jacobins". L'ordre des Illuminati a été fondé par Adam Weishaupt en 1776 à Ingolstadt en Bavière. Les Jacobins portèrent un bonnet Phrygien rouge comme les esclaves romains affranchis pour montrer leur esprit révolutionnaire. L'influence des Illuminati est visible partout dans la capitale américaine : à la Bibliothèque du Congrès, aux Archives nationales (National Archives), ainsi qu'au Capitol. George Washington essaya de restreindre l'influence des Illuminati mais sans succès.

L'une des réelles causes de la Guerre civile américaine aura été que les francs-maçons, sous Albert Pike, ont essayé d'établir le plus grand royaume d'esclaves au monde incluant Cuba et le Mexique, et qui aurait eu pour nom La Confédération américaine avec pour capitale Richmond (Virginie, USA). Les différentes loges ont agi dans ce sens.

 

American-snake.jpg

 Auteur : James Gillray, "The American Rattle Snake." Date Created/Published: [London] : Pubd. by W. Humphrey, No. 227 Strand, 1782 April 12th.

 

« Published when peace negotiations had begun, this etching suggests the futility of further British efforts to suppress forcibly the Americans. The American rattlesnake boasts: "Two British Armies I have thus Burgoyn'd, And room for more I've got behind." A sign is posted over a vacant third coil:"An Apartment to Lett for Military Gentlemen." »

 

Publié au début des négociations de paix (en 1782), cette gravure suggère la futilité de nouveaux efforts britanniques pour réprimer par la force les Américains. Le serpent à sonnettes américain dispose : "deux Armées britanniques pour lesquelles j'ai ainsi Burgoyn'd (?) Et une salle de plus j'ai derrière." Un écriteau est affiché sur un troisième encerclement vide : "un Appartement pour Messieurs les Militaires."

 

« Cartoon shows "American" snake, the emblem used by Americans as a device on their flag before the adoption of the stars and stripes, with two of three coils around units of British soldiers, commanded by Burgoyne and Cornwallis at time of their surrender. Gillray is lampooning the British war effort. The verse printed below the image reflects the widespread sympathy in England for the American cause. » Source: http://www.loc.gov/pictures/item/96510312/

 

Le dessin montre le serpent "américain", l'emblème utilisé par les Américains comme symbole sur leur drapeau avant l'adoption des étoiles et des rayures, avec deux de trois bobines autour des unités des soldats britanniques, commandé par Burgoyne et Cornwallis au moment de leur reddition.  

Gillray lance des satires contre l'effort de guerre britannique. Le vers imprimé au-dessous de l'image reflète la sympathie répandue en Angleterre pour la cause américaine.

 


Abraham-Lincoln--November-1863--president-des-Etats-Unis-4.jpg

Abraham Lincoln, November 1863.

 

Abraham Lincoln fut président des Etats-Unis du 4 mars 1861 au 15 avril 1865.

Le non franc-maçon et républicain Abraham Lincoln a été élu Président en novembre 1860 à la grande stupeur des francs-maçons. Lorsqu'il entra en fonction à Washington D.C. il fut immédiatement la cible d'une tentative d'assassinat. La fois suivante c'était son propre secrétaire de la Guerre, Edwin Stanton, qui fut impliqué. Stanton était franc-maçon. C'est alors que le dirigeant maçonnique, le général Albert Pike trouva une autre solution : la guerre civile qui démarra le 12 avril 1861.  

L'opposition fit pression sur Lincoln afin qu'il établisse une banque centrale; Lincoln y était opposé [Cf. 150e anniversaire - De Gettysburg à Goldman Sachs : D'un monde libre à un monde communiste].

Tourné vers la Russie pour demander aide, le Tsar alexandre II envoya sa flotte militaire pour aider Lincoln et donc rejoignit la guerre. Les francs-maçons haïssaient Lincoln qui mit fin à leur grand rêve d'établir un régime esclavagiste mondialisé. Cinq jours après la fin de la Guerre civile le 9 avril 1865, le franc-maçon du 33e degré John Wilkes Booth tira mortellement sur le Président Lincoln au Théâtre Ford (Ford Theater). L'année suivante, une tentative avait été faite de faire la même chose contre le Tsar Alexandre II.

 

Après la Guerre civile, Pike fut traîné au Tribunal et condamné à de la peine de prison pour trahison. Les francs-maçons se tournèrent vers le Président Andrew Johnson, un franc-maçon du 4e degré. Le 22 avril 1866, le Président Johnson le gracia et tout juste le jour d'après Pike lui paya une visite à la Maison-Blanche. Le 20 juin 1867, le Président Johnson passa du 4e degré au 32e selon le rite écossais.

 

La Maison-Blanche a été modélisée selon l'Ancien manoir maçonnique de Dublin. Les obélisques sont associés aux sacrifices. Un obéliques maçonnique composé de 14 sections avec la torche Illuminati (la flamme de Lucifer) au sommet, a été érigé en 1941 sur Dealy Plaza à Dallas (Texas), près de l'endroit où le Président Kennedy fut assassiné le 22 novembre 1963 (sous le signe du Scorpion). L'obélisque est situé sur le 33e parallèle.

 

Kennedy
 J.F. Kennedy, président des Etats-Unis, 20 janvier 1961 – 22 novembre 1963

 

Le 4 juin 1963, le Président John F. Kennedy signe l'Executive order n° 11110 [ordre exécutif] qui redonnait au gouvernement les pleins pouvoirs de battre sa propre monnaie sans avoir à faire usage de la très privée Federal Reserve (FED). Le Président Kennedy voulait retirer des Conseillers militaires américains du Vietnam, et aussi empêcher Israël de produire des armes nucléaires, ce qui le mit en position d'ennemi face au franc-maçon David Ben-Gourion, le Premier ministre d'Israël. Il n' y avait aucune chance que le tireur d'élite, peu doué, Lee Harvey Oswald, puisse arriver trois coups de feu incluant deux touchés en l'espace de 5,6 secondes à partir de sa prétendue place cachée au sixième étage du dépôt bibliothécaire situé sur la rue Elm Street à Dallas. L'avocat du district Jim Garrison à New Orleans croit qu'il devait y avoir au moins trois tireurs d'élite impliqués dans la fusillade. Les images non-censurées révèlent que Kennedy a reçu plus que deux coups dont au moins un venant de face. Peu de temps après, la bouc-émissaire Oswald fut assassiné à son tour.

 

Kennedy fut remplacé par le franc-maçon haut-gradé Lyndon Baines Johnson, qui fit tout ce qui était en son pouvoir pour sceller la vérité sur le meurtre.

 

Les francs-maçons sont vraiment vindicatifs. Le capitaine William Morgan avait découvert certains des terribles secrets maçonniques lorsqu'il tenait une position centrale dans la Loge n° 433 à Batavia (New York). Il voyagea à travers tous les Etats-Unis pour alerter les autres loges maçonniques. En 1826 il expliqua cela qu'il était de son devoir d'alerter le public des plans secrets des francs-maçons. Morgan signa un contrat avec l'éditeur, le colonel David C. Miller afin d'exposer les activités cachées des dirigeants maçonniques. Les francs-maçons kidnappèrent Morgan et le jetèrent dans le fleuve Niagara. L'un des conspirateurs, John Whitney confessa le meurtre à son médecin sur son lit de mort en 1860. A Batavia, un monument a été érigé en 1882, en l'honneur de William Morgan où l'on peut lire : "[...] un citoyen de Batavia respectable et martyr de la liberté d'écrire et de dire la Vérité, qui a été noyé... par les francs-maçons et assassiné pour avoir voulu révéler les secrets de leur ordre."

 

Jacob Schiff, et quelques autres francs-maçons hauts-gradés, ont fait tout ce qui était en leur pouvoir pour punir la Russie et y introduire le plus cruel système d'esclavage que le monde n'ait jamais connu. A new York, le 27 mars 1917, Trotsky, alors âgé de 37 ans, embarque avec sa famille et accompagné de 275 terroristes internationaux et aventuriers sur le navire Kristianiafjord affrété pour l'Europe, afin de finaliser la "révolution" en Russie. Divers criminels Communistes américains et des courtiers [brokers] de Wall Street les accompagnent également. La réflexion la plus intéressante que Trotsky ait faite sur la Russie était : "Notre pays libéré par la révolution".

 

Le 3 avril 1917, alors que le kristianiafjord faisait escale à Halifax, Nouvelle-Ecosse / Canada, la police des frontières canadienne arrête Léon Trotsky, sa femme et ses deux enfants, ainsi que cinq autres "Socialistes russes" : Nikita Mukhin, Leïba Fishelev, Konstantin Romanenko, Grigorï Chudnovsky, Gerons Melitchansky. Les proches camarades de Trotsky, Volodarsky, et Uritsky, restèrent à bord. Trotsky a été arrêté parce qu'un télégramme a été envoyé à partir de Londres le 29 mars 1917. Il révélait que Bronstein (Trotsky) ainsi que ses compagnons Socialistes étaient en chemin pour la Russie pour y déclencher une révolution contre le gouvernement et que Trotsky avait reçu 10.000 dollars des Allemands dans ce but. Effectivement, en fouillant Trotsky la police trouva ce montant. Il expliqua que l'argent venait de la part des Allemands mais qu'il n'avait aucun commentaire à faire sur ce sujet. Les Canadiens suspectèrent Trotsky de collaboration avec les Allemands. Ce furent les Services secrets britanniques, pour lesquels Trotsky était un agent, qui voulaient nettoyer Trotsky de toute suspiscion à travers cette manoeuvre. Ceci fut confirmé par des documents issus des archives nationales canadiennes [Canadian National Archives]. Des officiels canadiens reçurent même des instructions pour que Trotsky ne fasse pas de travaux forcés dans les camps de détention. Les autorités britanniques savaient que l'Etat-major Général allemand de 1915 avait financé Kerensky, Lénine et d'autres agitateurs russes. Soudainement, un contre-ordre demandant de relâcher Leïba Bronstein et ses effets venait de l'Ambassade britannique à Washington. L'ambassade avait reçu une requête du Département d'Etat à Washington pour libérer Bronstein (Trotsky) en tant que citoyen américain possédant un passeport américain.

Washington demanda que les Canadiens aident Bronstein par tous les moyens. Selon des explications d'Américains, c'était Kerensky qui voulait que Trotsky soit relâché. Trotsky a en effet été relâché cinq jours plus tard, le 4 mai. Plus tard, tout avait été fait au maximum pour dissimuler ces faits du public canadien, depuis que les autorités réalisèrent qu'en relâchant Trotsky ils avaient prolongé la Guerre mondiale.

Après Trotsky, ce sont 8.000 "révolutionnaires" parlant le Yiddish qui arrivèrent. Le Socialiste Estonien Alexandre Keskula suggéra à l'ambassadeur allemand en Suisse Gisbert von Romberg, le 7 septembre 1914, que Lénine soit utilisé comme cheval-de-Troie pour faire faire signer une paix séparée par la Russie avec l'Allemagne.

Le franc-maçon Alexandre Parvus (de son vrai nom Israël Gelfand) qui organisa la "révolution" de 1905 a été chargé en 1915 d'enrôler Lénine et ses camarades en tant qu'agents allemands. Keskula confia également 250.000 marks aux bolchéviques. L'objectif allemand était que les Bolchéviques puissent entrer dans une paix séparée avec l'Allemagne, une fois emparés du pouvoir. Plus tard, Parvus clamait que c'était lui qui avait tiré la plupart des ficelles par derrière dans le coup d'état de février 1917 lorsqu'il vivait sur la place Stureplan à Stockholm/Suède.

Le comte Ulrich von Brockdorff-Rantzau envoya un télégramme secret à partir de Copenhague/Danemark au Ministre de l'Intérieur à Berlin, le 2 avril 1917 : "Nous devons immédiatement essayer d'apporter un chaos aussi étendu que possible en Russie. Au même moment nous devons éviter de nous impliquer visiblement nous-mêmes dans la course à la révolution russe. Mais en secret nous devrions tout faire pour exacerber les antagonismes entre les partis modérés et les partis extrémistes, depuis que nous sommes assez intéressés en la victoire de cette dernière parce que le coup d'état serait alors inévitable."

L'entrée de Lénine en Russie a été approuvée par le chancelier Théobald von Bethmann-Hollweg, un membre de la famille banquière Bethmann, à Francfort-sur-le-Main/Allemagne. Le 9 avril, Lénine et son équipe démarrent un séjour qui partira de Berne en Suisse pour finir à Petrograd en Russie (ex St-Petersburg) [Ndt: future "Leningrad"] Le Major Général allemand Max Hoffmann écrivit plus tard : "Nous n'avions ni su ni prévu le danger qu'encourait l'Humanité des conséquences de l'éparpillement des Bolchéviques en Russie."

 

Le wagon dans lequel voyagent Lénine et ses 32 compagnons qui aurait été plombé-scellé est là encore, un autre mythe. Les autorités allemandes ont demandé aux "révolutionnaires" de ne pas quitter le wagon et des officiers allemands les ont accompagnés. Lénine arrive à Stockholm Gare centrale un peu avant 10h00 du matin, le vendredi 13 avril 1917. Le maire Socialiste de Stockholm, Carl Lindhagen, rencontra Lénine et ses compagnons à la Gare centrale [Stocholm Central Station] Il y avait un politicien socialiste du nom d'Erik Palmstierna qui avait suspecté que Lénine pourrait devenir dangereux et il suggéra d'organiser une provocation policière à la gare afin de pouvoir tirer sur Lénine dans le tumulte qui en résulterait. Les autres se mirent à lui rire au nez.

 

Lénine n'est resté que 8 heures à Stockholm. Il passa la plupart de ce temps à l'Hôtel Regina sur la Rue Drottninggatan. Il continua sur Aparanda à 06h37 dans la même soirée. Avant son départ, les Socialistes suédois eurent le temps de lui acheter un costume et sa fameuse casquette mondialement connue dans le magasin PUB.

Au même moment, Lénine rencontre Hans Steinwachs qui était le patron de l'espionnage allemand en Scandinavie.

Fabian Mannson, un dirigeant de l'Union organisa une collecte parmi les membres du Parlement.

Même le ministre des Affaires étrangères sudédois, pourtant de droite, Arvid Lindman, donna à Lénine 100 couronnes (beaucoup d'argent pour l'époque). Un franc-maçon en aidait un autre.

Le Comité suédois d'Assistance aux Réfugiés donna à Lénine également 3.000 couronnes.

Il arrive à Petrograd Finland Station le 16 avril à 23h10. Le franc-maçon Nicolaï Chkheidze qui était le Président du Soviet de Petrograd, l'accueillit avec des fleurs et lui prononça un discours de bienvenue. Steinwachs envoie le télégramme suivant pour Berlin, le 17 avril : "Le voyage de Lénine en Russie s'est bien déroulé. Il agira précisément de la façon que nous voulons."

 

Un total de 25.000 "révolutionnaires" internationaux entrent en Russie. Le dirigeant illuminati Guiseppe Mazzini proclama : "la vieille Europe est en train de mourir", prononçant une sentence de mort aux empires, aux monarchies et à l'aristocratie. "Telle est notre finalité vers laquelle tous les efforts possibles doivent être faits."

 

Loge-des-Neuf-Soeurs--une-loge-maconnique-d-avant-1789.jpg

Loge des neuf Soeurs, une loge maçonnique d'avant 1789

En 1914, Lénine devient membre de la plus subversive des loges du Grand Orient : les Neuf Soeurs [où fut "initié" Voltaire, le 7 avril 1778. Ndlr.]

 

Les francs-maçons comptèrent sur l'ignorance des travailleurs qui ne voyaient pas l'ombre d'Hermès et dans laquelle leur mouvement créera leur propre esclavage et en seront leurs victimes.

 

Au début, les francs-maçons suédois étaient tellement sûrs d'eux qu'ils n'ont même pas pris la peine de cacher la connexion symbolique entre la Social-démocratie et la franc-maçonnerie; comme nous pouvons le voir ici sur cet étendard de corporation ouvrière (image: bannière de l'Union de 1883). Les travailleurs ont été trahis par eux d'un côté et par la bourgeoisie de l'autre.

 

En juillet 1917, une information sur des contacts que Lénine et Trotsky auraient pris avec les Services d'Intelligence allemands ont fuité dans les journaux. Le gouvernement interdit la publication de ces documents sensibles. Mais un petit journal, le Verbe Vivant ignore l'interdiction et les publie. L'article de Grigorï Alexinsky & Vassili Pankratov mentionne des financements allemands pour la fête de Lénine du 18 juillet. L'argent allemand a été transféré de la Banque impériale allemande à Berlin via la Nya Banken (Olof Aschberg) à Stockholm, pour finir sur la Banque de Sibérie à Petrograd. Le jour suivant, d'autres journaux ont également commencé à publier des télégrammes révélant des transferts de fonds financiers allemands à l'adresse des Bolchéviques à Petrograd sous divers prétexte d'innocence.

L'agent du Gouvernement Provisoire, présent à Stockholm, aida les Bolchéviques en passant en contrebande des fonds allemands vers Petrograd à l'aide de sacs de coursier. Ceci paraît manifeste si l'on en croit la correspondance de Lénine avec Ganetsky-Furstenberg. Tout cela était extrêmement embarrassant pour le Gouvernement Provisoire. Lénine commença à publier dans un grand nombre de journaux et périodiques; au total : 41 publications. Les fonds ont servi aux Bolchéviques qui payaient 10 à 17 roubles pour participer à des grèves ou à des manifestations, et 120 à 149 roubles pour des actes de violence. Le 20 juillet, le Gouvernement Provisoire ordonna l'arrestation de Lénine, ainsi que Grigorï Zinoviev et Léon Kamenev (alias Rosenfeld). Le 22 juillet, à 23h00, Lénine quitta Petrograd avec Zinoviev. Mais la chose la plus remarquable et la plus énigmatique est que, en dépit de l'ordre d'arrestation, personne n'a appréhendé Lénine et personne ne voulait l'arrêter malgré le fait que plus tard la propagande soviétique défendait le contraire.

Le ministre de la Justice Alexandre Kerensky devient le Premier ministre. C'est en tant que Procureur que Andreï Vyshinsky fut responsable de traduire les Bolchéviques en justice. Durant l'ère stalinienne, il envoya plusieurs Bolchéviques à la mort, ayant été reconnus coupables d'être des agents britanniques.

Une soit-disant "Délégation de la Croix-Rouge" se rendit en Russie en août 1917 avec pour intentention de parlementer avec les dirigeants bolchéviques sur la finalisation des détails des l'ascension des Rouges au pouvoir. Parmi les membres de cette délégation, sept étaient des docteurs, les autres étaient des banquiers venus de New York, parmi lesquels, John P. Morgan Jr. et Jacob Schiff.

Le 1er septembre, Lavr Kornilov, Commandant en chef de l'Armée russe, ordonna à ses cosaques d'attaquer Petrograd. Le 7 septembre, Kornilov dit à son chef d'équipe : "Il est temps d'aller pendre les partisans des Allemands et les espions, à commencer par Lénine. Et nous devons détruire les Soviets de sorte qu'ils ne puissent plus se reformer à nouveau !" Kerensky est alors pris de panique. Lors de l'insurrection de Kornilov, le Gouvernement provisoire et les Bolchéviques coopèrent contre lui. La partie était lancée pour les deux camps. Lénine avait "oublié" son slogan : "Pas de soutien au Gouvernement Provisoire !"

D'après les Archives du Déparement d'Etat, David Francis, l'ambassadeur américain à Petrograd, avait bien été mis au courant des plans des Bolchéviques. La Maison Blanche a su six semaines à l'avance quand les Bolchéviques allaient prendre le pouvoir. Cet évènement a été arrangé afin qu'il tombe le 8 novembre, c'est-à-dire afin qu'il coïncide avec l'anniversaire de Trotsky. Le président des Etats-Unis Woodrow Wilson a su à l'avance que le putsch des Bolchéviques provoqueraient une prolongation de la Guerre mondiale. Mais il n'a rien fait pour arrêter leurs plans. Bien au contraire. Il fit tout ce qui était en son pouvoir pour les y aider. Les Etats-Unis ont été la seule nation à faire d'immenses profits sur la guerre. Toutes les puissances belligérantes ont perdu de gigantesques sommes et sont arrivées à devoir aux Etats-Unis un total de 14 milliards de dollars. Il avait été calculé que l'élite financière internationale avait réalisé un total de 208 milliards de dollars avec la guerre.

 

Le gouvernement britannique était aussi informé des plans des Bolchéviques puisqu'il avait recommandé à ses sujets de quitter la Russie au moins six semaines avant le Putsch. Les autorités savaient parfaitement que Lénine était à Petrograd. La soeur de Lénine, Maria, confirma cela à un officiel. Le gouvernement provisoire ne fit rien du tout pour poursuivre ou arrêter Lénine. Les plans des Bolchéviques pour s'emparer du pouvoir n'était un secret pour personne. Le grand public n'était pas ignorant de la chose, ni même le Gouvernement Provisoire. Zinoviev et Kamenev avaient décrit assez ouvertement leurs plans dans le journal Novaya Zhizn, le 31 octobre. Lénine avait également parlé de ces plans publiquement à de nombreuses occasions. Les autorités connaissait dans le détail les plans des Bolchéviques. Donc, s'ils n'étaient pas impliqués dans la conspiration, pourquoi n'ont-ils donc rien fait ? Kerensky refusa d'ordonner l'envoi de troupes à Petrograd comme on le lui avait suggéré.

Trotsky avait déjà formé un comité militaire révolutionnaire le 25 octobre. Le pouvoir avait été transféré en secret à ce comité le 3 novembre. Lénine qui était né le 23 avril 1870 et non le 22, n'avait même pas organisé l

a prise du pouvoir. C'est Trotsky qui organisa tout, et Trotsky n'avait même pas voulu autoriser Lénine à entrer dans Smolny, le Quartier général des conspirateurs. Lorsque le pouvoir fut finalement entre les mains des Bolchéviques, Lénine dit à Trotsky en allemand : "Es schwindelt !", "j'en suis étourdi !". Aux environs de 6 heures, le Principal de l'Académie d'Artillerie à Mikhaïlovsk ordonna à ses cadets de quitter le Palais d'Hiver. Les Cosaques aussi s'en allèrent. Le Palais d'Hiver fut tout simplement remis aux Bolchéviques. Le Gouvernement Provisoire n'avait en fait perdu aucune autorité. Les représentations théâtrales continuèrent cette soirée-là et les restaurants restèrent ouverts. Personne ne remarqua quoique ce soit d'inhabituel. Trotsky confirma le 7 novembre à 14h35 que le Gouvernement Provisoire n'existait plus.

 

Lenine.jpeg

"Le dernier acte se joue le 18 janvier 1918, d'abord dans la rue, où Lénine, pour la première fois depuis mars 1917, fait tirer sur une manifestation pacifique de partisans de l'Assemblée, provoquant une douzaine de morts et des dizaines de blessés. ... La nuit même l'Assemblée est dispersée par la force. Sa mort officialise la naissance du régime totalitaire."

(Stéphane Courtois, Communisme et totalitarisme, Tempus 2009, p. 86-87.)

A 22h00 le Congrès des Soviets proclama : "Le Pouvoir du Gouvernement repose sur le Comité Militaire Révolutionnaire ! " Les Gardes Rouges restèrent un moment à l'extérieur du Palais d'Hiver malgré l'absence de gardes aux entrées. Il n'y eut aucune tempête sur le Palais d'Hiver. Tout se passa dans le calme. Pas la moindre goutte de sang. Les Gardes Rouges attendirent juste que leur temps soit venu d'y entrer. Ils attendirent jusqu'à 1h30 du matin. Lorsque les Bolchéviques passèrent sereinement les grilles sans surveillance, ils firent une petite ballade dans les halls et couloirs et accueillirent les "défenseurs"... Des défenseurs qui n'opposèrent aucune résistance mais juste une attitude amicale. Le membre du Comité Miliaire Révolutionnaire et ami de Trotsky, Vladimir Antonov-Ovseyenko, ainsi que ses Gardes Rouges atteignirent le hall Malachite juste un peu avant 02h00 et restèrent à attendre derrière la porte qui mène à la Chambre du Conseil du Gouvernement Provisoire. Le Gouvernement (sans Kerensky), et ce contre toute raison, s'était rassemblé ici. Pourquoi ? Antonov-Ovseyenko était resté à regarder l'horloge. Les Gardes Rouges et les Marins étaient également plantés là à attendre le signal de Antonov-Ovseyenko. Ils attendirent là pendant environ dix minutes. A 02h10, Antonov-Ovseyenko dit aux Gardes Rouges : "Para!" ("C'est l'heure !") Il ouvre la porte et dit quelque chose de très obscur : "Messieurs, votre temps est levé!" Une petite étude astrologique approfondie indique que le Soleil venait juste alors précisément dans le centre du signe du Scorpion (14°58'). Le Scorpion est le huitième signe du zodiaque; le signe du crime et de la mort. Trotsky fêta son 38e anniversaire le 26 octobre (8 novembre) 1917 [Ndt. Calendrier catholique romain vs orthodoxe] et cet immense spectacle était devenu son cadeau d'anniversaire.

Les Bolchéviques ont perdu les élections parlementaires mais continuent de gouverner et lorsque les masses protestent, les Gardes Rouges ouvrent le feu et tuent dix personnes à l'ouverture de l'Assemblée Constituante, le 5 janvier 1918.

C'est ainsi que les Bolchéviques commençèrent à terroriser et à piller ouvertement, sous le slogan : "volez ce qui a été volé !" Lénine saisit de nombreux riches. Les Tchékistes arrêtent des familles entières et torturent les enfants devant leurs parents et les femmes devant leurs maris afin de saisir l'or qu'ils auraient. Cette gigantesque opération de vol avait l'aspect d'un business démentiel.

 

2ème partie :

 

Jüri Lina: 2-2 Dans l'Ombre d'Hermès. Les Secrets du Communisme" (VOSTFR, "In the shadow of Hermes. The Secrets of Communism")

Repost 1
28 septembre 2014 7 28 /09 /septembre /2014 12:12

En avez-vous entendu parlé cette semaine ? Les agriculteurs français ont bloqué les routes pour protester contre les sanctions européennes contre la Russie, mercredi 24 septembre. La route RN12 à Landerneau, Bretagne, dans le nord-ouest France, a été bloquée par 130 tracteurs pendant plus de deux heuresLe blocus a montré l'indignation des agriculteurs au sujet de l'embargo russe sur les importations de produits alimentaires de l'UE provoquées par les sanctions de l'UE. Les cultivateurs ont éparpillé des pommes de terre, des choux-fleurs, incendié des pneus et des mottes de foin et ont dressé une effigie du président français François Hollande sur une guillotine. (Video à voir sur RT) (1)

 

Vers 18h, arrivés devant l'entrée de Landerneau bloquée par un cordon de gendarmes mobiles, les manifestants ont déversé des déchets sur un rond-point voisin avant d'y mettre le feu. Ils ont amené une fausse guillotine sous laquelle un pantin était affublé du visage du président François Hollande, puis ils l'ont guillotiné. Après quoi, les manifestants ont commencé à quitter les lieux, sans confrontation, vers 18h30. (2)

 

Pour les producteurs la situation s'avère intenable. «On veut mettre en avant la conjoncture et les extrêmes difficultés que nous rencontrons depuis le début de l'année», a expliqué Hervé Conan, président de la section légumes de la FDSEA des Côtes-d'Armor : «L'embargo russe a des conséquences très importantes sur nos exploitations.»

«Notre chiffre d'affaires, depuis plus d'un an, a baissé de 30% à cause des conditions climatiques, de la consommation qui baisse, des charges qui augmentent et de l'embargo russe», a lancé de son côté Jean-Luc Moulin, trésorier de «Terres de Saint-Malo», une des coopératives.

Les manifestants, parmi lesquels une majorité de légumiers mais également quelques artisans et commerçants, ont indiqué que leur action visait à maintenir la pression sur le gouvernement pour réclamer un allègement administratif et fiscal.

La manifestation a démarré quelques heures après la réunion entre légumiers bretons et le ministre de l'Agriculture à Paris, au cours de laquelle Stéphane Le Foll a annoncé la mise en place de mesures en leur faveur dès la semaine prochaine.

Dans le détail, les solutions mises sur la table par Stéphane Le Foll sont de trois niveaux et devront être étendues à l'ensemble de la filière fruits et légumes, sur tout le territoire, a précisé le ministre, qui en recevra les représentants vendredi, avant un rendez-vous européen lundi à Milan.

Stéphane Le Foll entend d'abord demander à la Commission européenne «d'étendre la liste des produits éligibles» aux aides de soutien face à l'embargo russe, afin d'intégrer, entre autres, les productions bretonnes comme chou-fleur, artichaut et brocoli qui en étaient exclus. Il souhaite également des mesures de soutien au marché comme des retraits de marchandises ou la recherche de nouveaux clients pour désengorger le marché et juguler la chute des cours. Ces propositions seront présentées au Conseil des ministres européens de l'agriculture, mardi prochain en Italie.

Localement et «à court terme», les préfets de région devront évaluer la situation des exploitations «les plus en difficulté» afin de les aider «dès la semaine prochaine», sous forme de soutiens à la trésorerie mais aussi prises en charge de cotisations sociales, remboursements et exonérations de taxe sur le foncier non bâti. (3)

 

Sources :

 

(1) Video RT : http://rt.com/in-motion/190544-france-farmers-protest-sanctions/

(2) http://www.lafranceagricole.fr/actualite-agricole/legumes-fin-des-manifestations-dans-le-calme-en-bretagne-94074.html

(3) http://www.leparisien.fr/bretagne/legumiers-bretons-en-colere-le-foll-debloque-des-aides-des-la-semaine-prochaine-24-09-2014-4160351.php

 

. Jacquerie à Morlaix, Valls, en dialogue, promet des "poursuites judiciaires" (19-20 septembre 2014)

 

Récapitulatif historique et contexte des sanctions occidentales et des contre-sanctions russes :

 

- 27 juin 2013 : Snowden: un sénateur US prépare des sanctions contre Moscou

- 4 mars 2014 : Ukraine / Crimée : en direct le 4 mars. Les sanctions contre la Russie pourraient aboutir à une catastrophe économique pour l'union européenne

 

- 19 mars 2014: Sanctions contre la Russie: la France a beaucoup à perdre, avertit Nicolas Doze

- 21 mars 2014 : Sanctions US: pas de mesures de riposte pour le moment (Poutine)

- 7 août 2014 : La Russie répond aux sanctions économiques des Occidentaux, les Occidentaux reprochent à la Russie de répondre

- 3 septembre 2014 : Obama menace la Russie de nouvelles sanctions

- 8 septembre 2014 : Après Obama la semaine dernière... l'Union européenne approuve de nouvelles sanctions contre la Russie

- 12 septembre 2014 : Ces 1200 sociétés françaises qui pâtiront des sanctions économiques occidentales contre la Russie

- 18 septembre 2014 : Vladimir Poutine accuse l'Occident de violer les normes de l'OMC

- 20 septembre 2014 : Embargo: l'UE aura du mal à revenir sur le marché russe (Medvedev)


Repost 0
Publié par Ingomer - dans Economie
commenter cet article
27 septembre 2014 6 27 /09 /septembre /2014 08:56

Marion-Sigaut--La-Chasse-aux-sorcieres-et-l-Inquisition.jpgLa Chasse aux sorcières et l’Inquisition

Entretien avec Marion Sigaut

Propos recueillis par Kontre Kulture

 

Marion Sigaut présente son ouvrage La Chasse aux sorcières et l’Inquisition, publié par les éditions Kontre Kulture et second opus de la collection « Les manuels d’histoire de Marion Sigaut ».

 


 

via http://www.egaliteetreconciliation.fr/La-Chasse-aux-sorcieres-et-l-InquisitionEntretien-avec-Marion-Sigaut-28123.html

 

Extrait :

 

« La chasse aux sorcières est un phénomène qui a suivi le schisme protestentant. C'est-à-dire que la chasse aux sorcières est un phénomène de la Renaissance. La Renaissance est après le Moyen Âge. Le Moyen Âge n'a pas brûlé de sorcières. Et c'est le début de la période dite "moderne", c'est-à-dire entre grosso modo 1550 et 1650 qu'on a brûlé les sorcières : ce n'est pas le Moyen Âge.

 

[...] L'Inquisition, c'est un tribunal ecclésiastique, un tribunal de l'Eglise.

 

Déjà, en pays protestants, en Allemagne, en Suisse, dans les pays du nord, les pays scandinaves, il n'y avait pas d'Inquisition puisque c'étaient des pays protestants. Et un pays protestant n'obéissant plus à la loi de l'Eglise ne peut pas faire fonctionner un tribunal ecclésiastique...

 

D'autre part, qui a poursuivi les sorcières ?

 

Par exemple, au royaume de France, c'étaient les tribunaux laïques, les juridictions locales. Et pas du tout les juridictions ecclesiastiques.

Et de toutes façons, l'Inquisition ne s'est pas penché sur les procès en sorcellerie puisque l'Inquisition s'occupait d'hérésie, et pas de sorcellerie. Ce n'est pas la même chose.

L'hérésie c'est la déviance par rapport au dogme. La sorcellerie ce sont des choses très précises, des invocations du diable, des messes noires, etc. Cela n'a rien à voir avec l'hérésie... Donc la Sainte Inquisition, le Tribunal ecclésiastique, chargé par le pape de poursuivre l'hérésie, n'a pas poursuivi de sorcières.  

Les sorcières ont bel et bien été poursuivies par des tribunaux laïques qui n'obéissaient en aucun cas à l'Eglise.

 

[...] Il y a eu des pics de bûchers abominables.

Cela a été une période sombre, noire, dont je crois que l'on peut véritablement, sans risque de se tromper, dire qu'elle a été la conséquence du schisme, la conséquence des guerres de religion.

 

L'Eglise n'avait plus l'autorité qu'elle avait.

Jusqu'au schisme, jusqu'au protestantisme, qui fait suite à toute une série d'abus, il y a eu un certain délitement de l'autorité du pape, mais pendant le Moyen Âge l'Eglise est précisément toute puissante et c'est là qu'il n'y a pas de chasse aux sorcières : on ne peut pas faire ces choses là !

Et la chasse aux sorcières se déclenchent quand pratiquement on donne, on laisse à des autorités locales le loisir de décider de ce qui est bien et ce qui est mal en lieu et place de l'autorité qui précédemment s'en chargeait et dont on a décidé de s'émanciper.

Donc vraiment, la chasse aux sorcières est fille directe des guerres de religion. »

 

Norman-COHN--Demonolatrie-et-sorcellerie-au-Moyen-Age--F.jpg
Norman COHN, "Démonolâtrie et sorcellerie au Moyen Âge, Fantasmes et réalités" (Payot, 1981)

Marion Sigaut cite un ouvrage d'un historien anglais, Norman COHN, "Démonolâtrie et sorcellerie au Moyen Âge, Fantasmes et réalités" (Payot), livre à partir duquel elle a réussi à comprendre énormément de choses sur ce qu'était véritablement les procès en hérésie "à mettre en prallèle avec ce qu'était les procès en sorcellerie" :

 

« Norman Cohn a également étudié les grands menteurs qui nous ont induit en erreur, parce que comment croit-on connaître en France ce qu'a été la chasse aux Sorcières ? On a, explique Marion Sigaut,  « les grands menteurs devant l'Eternel qui sont Voltaire, Jules Michelet, Etienne Langon de Lamothe qui sont des Français qui ont oeuvré véritablement pour tromper le peuple. Michelet a écrit un livre qui s'appelle "La Sorcière" : c'est une série de contre-vérités absolument ahurissante. Mais ce n'est pas de l'histoire. Il ne s'est pas appuyé sur des sources premières, il a truqué les dates. C'est complètement ahurissant de bêtises, de mensonges, de contre-vérités. Et Michelet passe pour un historien ! ... Il (Michelet) n'a jamais fait d'études d'histoire et il n'a pas fait un travail d'historien, ... qui consiste à aller chercher dans les archives ce qu'il y a et de raconter ce qu'on y trouve.»

 

Marion Sigaut mentionne alors qu' 

 

Robert-MANDROU--Magistrats-et-Sorciers-en-France-au-XVIIe-s.jpg

Robert Mandrou, "Magistrats et Sorciers en France au XVIIe siècle"

« il y a un historien français qui a fait un travail extraordinaire sur les véritables procès en sorcellerie, c'est-à-dire ceux qui se sont déroulés à peu près entre 1550 et 1650/60 : Robert MANDROU, qui a écrit "Magistrats et Sorciers en France au XVIIe siècle".

 

Et lui, explique Marion Sigaut, a raconté les véritables procès en sorcellerie. C'est-à-dire qu'il les a situés dans le temps, dans l'espace. Il est allé dans les archives. C'est un excellent ouvrage, que je recommande, facile à trouver. »

 

--------------------------------------

. Inquisition : rareté des exécutions des peines capitales (10 à 12.000 en trois siècles)

. Marion Sigaut : "L'Eglise a été victime d'une campagne de calomnie à grande échelle"

. Marion Sigaut et Claire Colombie sur l’enseignement de l’histoire à l’Université

. Entretien avec Marion Sigaut : De la centralisation monarchique à la révolution bourgeoise

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Histoire
commenter cet article
26 septembre 2014 5 26 /09 /septembre /2014 21:59

« Rejetons la vanité qui éloigne de la vérité et nous fait ressembler à une bulle de savon » : telle est l’image utilisée hier matin par le Pape François au cours de son homélie à la chapelle de la Maison Sainte-Marthe. A la fin de son homélie, le Saint-Père a repris une image utilisée par les Pères égyptiens du désert, celle de l'oignon : « on le prend et on commence à l’éplucher ; on effeuille la vanité aujourd’hui, un peu demain, et toute la vie on effeuille la vanité pour la vaincre. A la fin, on est content : je me suis débarrassé de la vanité, j’ai enlevé toutes ses feuilles à l’oignon, mais il me reste l’odeur sur les mains. Demandons au Seigneur la grâce de ne pas être vaniteux, d’être vrais, avec la vérité de la réalité et de l’Evangile » a conclu François.

 

« Les chrétiens vaniteux sont comme une bulle de savon »


2014-09-25 Radio Vatican


Le Saint-Père, s’inspirant de la première lecture tirée du Livre de l’Ecclésiaste, a expliqué que les chrétiens, même lorsqu’ils font le bien, doivent se méfier de la tentation de « se faire voir ».

Une tentation qui existe en effet aussi bien pour les non-croyants que pour les « personnes de foi », a fait observer le Pape. Jésus « réprimandait tant » ceux qui se vantaient. Aux docteurs de la loi, a continué le Pape François, Jésus disait qu’ils ne devaient pas « se promener sur les places publiques » en portant « des vêtements luxueux » comme ceux des « princes ». Quand tu pries, demandait le Seigneur, « ne prie pas pour que l’on te voie, prie en cachette, retire-toi dans ta pièce la plus retirée ». C’est la même chose que l’on doit faire lorsqu’on aide les pauvres, a ajouté le Pape : « ne fais pas jouer de la trompette (…). Le Seigneur le voit, et c’est suffisant ».

Eviter la tentation de la vanité

« Mais le vaniteux dit : "mais regarde, moi je donne ce chèque pour les œuvres de charité de l’Eglise", et il montre le chèque ; puis de l’autre côté il escroque l’Eglise. Mais c’est cela que fait le vaniteux : il vit pour paraître, souligne le Pape François. « "Quand tu jeûnes", leur dit le Seigneur, "ne prends pas un air abattu, triste, car tous voient que tu jeûnes ; non, jeûne avec joie ; fais pénitence dans la joie, pour que personne ne s’en aperçoive". Et la vanité, poursuit le Pape, c’est comme ça : c’est vivre pour paraître, vivre pour se faire voir ».

« Les chrétiens qui vivent comme cela, a souligné le Pape, pour paraître, pour la vanité, ils ressemblent à des paons, ils se pavanent ». Il y a celui qui dit « moi je suis chrétien, je suis apparenté à tel prêtre, telle sœur, tel évêque, ma famille est une famille chrétienne ». Ils se vantent, « mais, a demandé le Pape, et ta vie avec le Seigneur ? Comment est-ce que tu pries ? Et ta vie dans les œuvres de miséricorde, qu’en fais-tu ? Tu rends visite aux malades ? ». Et c’est pour cela que Jésus, a-t-il ajouté, « nous dit que nous devons construire notre maison, c’est-à-dire notre vie chrétienne, sur la roche, sur la vérité ». En revanche, « les vaniteux construisent leur maison sur le sable, et cette maison s’effondre, elle chancelle, parce qu’elle est incapable de résister aux tentations ».

Attention à la vie comme une bulle de savon

 « Tant de chrétiens vivent pour paraître. Leur vie ressemble à une bulle de savon, a comparé François. Et elle est belle cette bulle de savon ! Elle est toute colorée ! Mais elle dure quelques secondes, et après ? Même lorsqu’on regarde des stèles funéraires, on pense que c’est une vanité, parce que la vérité, c’est le retour à la terre nue, comme le disait le Serviteur de Dieu Paul VI. La terre nue nous attend, là est notre vérité finale. Entretemps, je me vante ou je fais quelque chose ? Je fais le bien ? Je cherche Dieu ? Je prie ? Est-ce que je fais des choses consistantes ? a lancé le Pape. La vanité est une menteuse, une fantaisiste, elle se trompe elle-même, elle trompe le vaniteux, parce qu’il feint d’abord d’être, mais finalement il croit être quelque chose. Il y croit vraiment. Le pauvre ! » s'est exclamé François.

C'est la situation qu’a connue Hérode, selon le Pape, lui qui, comme le rapporte l’Evangile de ce jour, s’interrogeait avec insistance sur l’identité de Jésus. « La vanité, a dit le Pape, sème une mauvaise inquiétude, elle enlève la paix. C’est comme ces personnes qui se maquillent trop et qui ensuite ont peur de se prendre la pluie et que tout le maquillage parte. La vanité ne nous apporte pas la paix, seule la vérité nous donne la paix. Pensons, a continué le Saint-Père, à cette proposition du diable, du démon, qui a aussi incité Jésus à la vanité quand il était dans le désert ». Le démon lui a présenté « la vanité sur un plateau ». La vanité, a répété le Pape, « est une maladie spirituelle très grave ».

De la bulle de savon à l'oignon

A la fin de son homélie, François a repris une image utilisée par les Pères égyptiens du désert, celle de l'oignon : « on le prend et on commence à l’éplucher ; on effeuille la vanité aujourd’hui, un peu demain, et toute la vie on effeuille la vanité pour la vaincre. A la fin, on est content : je me suis débarrassé de la vanité, j’ai enlevé toutes ses feuilles à l’oignon, mais il me reste l’odeur sur les mains. Demandons au Seigneur la grâce de ne pas être vaniteux, d’être vrais, avec la vérité de la réalité et de l’Evangile » a conclu François. 


Source: http://www.news.va/fr/news/les-chretiens-vaniteux-sont-comme-une-bulle-de-sav

 

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Religion
commenter cet article
26 septembre 2014 5 26 /09 /septembre /2014 19:27

 

 

Repost 0
26 septembre 2014 5 26 /09 /septembre /2014 18:58

Dans la tradition de toutes les guerres républicaines du XXe siècle engagées par des gouvernements de gauche et terminées par des gouvernements de droite..., François Hollande est devenu en deux ans et demi le président le plus guerrier de la Ve République :

 

Francois-Hollande-le-President-le-plus-guerrier-de-la-Ve-.png

Mensonge honteux: quand Hollande fustigeait la droite et exigeait le retrait d'Afghanistan!


Mali Centrafrique Irak Syrie (Demain LIbye?) : François Hollande Le Président Le Plus Guerrier De La Ve République!

 

Trois guerres en deux ans!

 

Pour la troisième fois en deux ans seulement, en engageant militairement la France en Irak, François Hollande confirme son rôle de Président le plus guerrier de l'histoire de la Ve République en un temps si court.

 

À chaque fois, c'est le même argument bushiste qui est avancé : lutter contre le terrorisme, que ce soit au Mali et en Centrafrique depuis 2013, aujourd’hui en Irak ou demain, probablement, en Syrie et en Libye. À tel point que le président français François Hollande est régulièrement taxé (à juste titre) de néoconservateur en s’alignant ainsi sur les États-Unis.

 

Lundi, à l’occasion de la conférence sur la paix et la sécurité en Irak, organisée à Paris avec une trentaine d’États représentés, le chef de l’État français a de nouveau défendu la nécessité de frapper militairement l’État islamique (EI), que les autorités françaises n’appellent plus désormais que par son acronyme en arabe, Daech (Etat islamique, Ndlr), pour lui dénier le droit de constituer un État. « Les États-Unis ont agi pour former une large coalition. La France y prendra sa part », a-t-il expliqué.

 

[...] Sans surprise, François Hollande a surtout insisté lundi sur la nécessité de la lutte contre le terrorisme, qualifiée de « menace globale ». Même si la référence est involontaire, la rhétorique rappelle évidemment celle de George W. Bush et sa guerre globale contre le terrorisme. « Telle est la menace, elle est globale, la réponse doit donc être globale », a expliqué lundi François Hollande qui a rebaptisé la conférence « sur la paix et la sécurité en Irak, et contre le terrorisme ».

 

 

Il faut « punir tous ceux qui sont associés de près ou de loin » à l’EI, a-t-il également déclaré, avant de redire sa volonté de « punir les responsables ». « Punir », c’était déjà le terme, très contesté à l’époque, que le président français avait utilisé pour appeler à des frappes militaires contre le régime de Bachar al-Assad. Et comme il y a un an, Hollande est prêt à intervenir militairement sans mandat de l’Onu. Quant aux procédures françaises, il n’a, cette fois, même pas évoqué l’organisation d’un débat parlementaire.

 

 

Surtout, François Hollande a fait le lien entre l’intervention militaire en Irak et le risque terroriste qui pèse sur la France. « Alors que la France se tient prête dans ces moments décisifs pour sa sécurité, car c’est bien aussi la sécurité de la France que menace Daech, ce pseudo-État islamique », avait déjà déclaré depuis Abou Dhabi le ministre de la défense Jean-Yves Le Drian. Une rhétorique déjà abondamment utilisée par le ministre de l’intérieur, Bernard Cazeneuve, qui défend à l’Assemblée son projet de loi antiterroriste. « Nous faisons face à une menace inédite, par sa nature et par son ampleur. (…) Face à ce phénomène inédit, notre riposte est globale : nous combattons les terroristes à l'intérieur et à l'extérieur », a-t-il expliqué au JDD.


Selon Cazeneuve, la France fait face à un risque d’attentat : « Cette menace est diffuse. Et d'autant plus dangereuse. » « Nous sommes obligés de nous défendre parce que nous sommes au bout du fusil »juge également Laurent Fabius, ministre des affaires étrangères. Un des principaux responsables de la lutte antiterroriste en France, Loïc Garnier, à la tête de l'Unité de coordination de la lutte antiterroriste (Uclat), a même affirmé lundi « Aujourd'hui, nous n'en sommes plus à nous demander s'il y aura un attentat en France, mais quand. » À tel point que certains médias en sont à dresser un pseudo-portrait-robot du « prochain attentat terroriste en France ».

Là encore, le parallèle avec les États-Unis interroge. Bush avait résumé le pilier de sa doctrine par la phrase suivante : « Mener le combat contre l’ennemi chez lui avant qu’il ne puisse nous attaquer chez nous. » Cela a mené les États-Unis durant les années 2000 à développer le concept des « frappes préventives », les interventions dans des pays qui ne représentaient pas une menace immédiate (Irak, Pakistan) et, d’une manière générale, la permanence d’actions militaires aux quatre coins de la planète, de la Somalie au Waziristan.

 

Source: http://zebuzzeo.blogspot.fr/2014/09/mali-centrafrique-irak-syrie-demain.html
Repost 0
25 septembre 2014 4 25 /09 /septembre /2014 21:39

 

Donbass-genocide.jpg

L'armée ukrainienne a massacré des milliers d'habitants du Donbass

 

MOSCOU, 25 septembre - RIA Novosti/La Voix de la Russie Après le retrait des forces gouvernementales ukrainiennes repoussées par les insurgés, des découvertes terrifiantes ont été faites dans les zones qui étaient alors contrôlées par l'armée de Kiev avant la signature d'une seconde trêve à Minsk, écrit jeudi le quotidien Rossiïskaïa gazeta.

 

Des fosses communes remplies de corps d'habitants, torturés et exécutés par les militaires ukrainiens, ont ainsi été mises au jour. Les faits les plus épouvantables déjà signalés auparavant par les forces d'autodéfense ont été confirmés: les punisseurs de la Garde nationale et des "bataillons de volontaires" ont perpétré un génocide dans le Donbass.

 

Les forces d'autodéfense venues déminer la zone ont découvert une fosse commune près d'une carrière du village Nijniaïa Krynka dans la région de Donetsk. Quatre corps de femmes et plusieurs corps d'hommes s'y trouvaient, à peine recouverts de terre. Les hommes avaient les mains attachées dans le dos, un corps était décapité et tous – les hommes et les femmes – ont été torturés avant d'être exécutés d'une balle dans la nuque. Les femmes, dont une était enceinte, ont été violées avant l'exécution. Telles sont les traces laissées par le bataillon "Aïdar" déployé à proximité de la carrière.

 

Contrairement aux constats précédents faits jusque-là par le Parquet militaire des républiques autoproclamées du Donbass sur le traitement cruel des militaires ukrainiens envers les civils, complètement ignorés par les médias ukrainiens et occidentaux, cette fois des experts et des observateurs de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) se sont rendus sur les lieux. Les forces d'autodéfense ont également annoncé la découverte d'autres fosses sur le territoire qui était jusqu'à récemment contrôlé par l'armée ukrainienne, et attendent l'arrivée des démineurs et des experts judiciaires accompagnés d'observateurs européens. Les corps de la fosse commune de Nijniaïa Krynka ont été exhumés et envoyés à Donetsk pour une expertise médico-légale et identification. De leur côté, les procureurs militaires de Donetsk interrogent les habitants, qui confirment la disparition de plusieurs hommes et femmes capturés dans la rue par les combattants du bataillon "Aïdar".

 

Il s'agit des premières preuves formelles des sévices des bataillons punitifs et de la Garde nationale dans le Donbass. Elles sont irréfutables: Kiev et Bruxelles ne pourront plus les mettre sur le compte de la "propagande".

 

Le corps d'une femme violée et noyée a été découvert près de Lougansk. On y a découvert également des fosses communes de civils à qui les punisseurs ont même accroché des plaques outrageantes. Les faits horribles s'accumulent. Un membre des forces d'autodéfense a annoncé sur les réseaux sociaux la découverte d'une famille de sept réfugiés assassinés dans une maison.

 

Une vidéo a été diffusée récemment où l'on voit les combattants du bataillon "Aïdar" ouvrir le feu sur deux adolescents à vélo près de Marioupol. La police locale a confirmé que le premier adolescent avait été tué et le second grièvement blessé.

 

A Marioupol également, selon le bureau d'information de l'Armée du sud-est, "des fascistes saouls ont commencé à tirer dans un restaurant avec des fusils automatiques, ont violemment battu le propriétaire de l'établissement et ont amené de force deux serveuses". Les deux jeunes filles n'ont toujours pas été retrouvées et la police a peur d'enquêter sur l'incident.

 

Ce n'est qu'une mince partie des faits recueillis par les militants des droits de l'homme russes et ukrainiens dans le Livre blanc dont la rédaction a commencé après le premier massacre de civils le 2 mai à Odessa.

 

RIA Novosti

 

Source: http://french.ruvr.ru/news/2014_09_25/Larmee-ukrainienne-a-massacre-des-milliers-dhabitants-du-Donbass-3769/

 

. Ukraine : Bilan humain du génocide russe (actualisé)

.  Les "terroristes" ukrainiens pro-russes en T-Shirt et chemisettes face aux chars démocratiques des Maiden de Kiev + 38 personnes brûlées vives à Odessa

Repost 0
25 septembre 2014 4 25 /09 /septembre /2014 12:09

Rusvesna

25.09.2014 - 13:47

 

Le nombre de personnes déplacées à l'intérieur de l'Ukraine peut atteindre 900 mille personnes - Rapporteur spécial des Nations Unies

 

Chaloka-Beyani.jpgLe nombre de personnes déplacées à l'intérieur de l'Ukraine peut atteindre 900 mille personnes. C'est ce qu'a annoncé aujourd'hui le Rapporteur spécial de l'ONU sur les droits de l'homme au sujet des personnes déplacées, a déclaré Chaloka Beyani (un professeur zambien de droit international à London School of Economics, Ndt. ) à l'issue d'une visite de 10 jours en Ukraine.

 

Source: Число внутренне перемещенных лиц на Украине может достигать 900 тысяч человек — спецдокладчик ООН http://rusvesna.su/short_news/1411638450

via Translate Google

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Russie
commenter cet article
25 septembre 2014 4 25 /09 /septembre /2014 08:38

Devant l'Assemblée générale de l'Onu hier pour lors de la 69e session de l'Assemblée générale des Nations Unies, en présence notamment du ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov, le président américain Barack Obama a dénoncé « l'agression de la Russie en Europe. [...] une époque où les grandes nations piétinaient les petites pour poursuivre des ambitions territoriales ». Il a promis que les sanctions occidentales contre la Russie seraient « levées » si Moscou choisissait « le chemin de la diplomatie et de la paix » en Ukraine.

 

« Alors que nous nous sommes réunis ici, le virus Ebola sévit en Afrique de l'Ouest (…), l'agression russe en Europe rappelle une époque où les grandes nations piétinaient les petites à la  poursuite de leurs propres ambitions territoriales, et la cruauté des terroristes en Syrie et en Irak nous pousse à scruter le cœur des ténèbres », a déclaré le locataire de la Maison Blanche.

 

Fustigeant l'"agression russe" en Europe, notamment l'"annexion" de la Crimée par Moscou et son soutien aux séparatistes prorusses en Ukraine, il a toutefois cité la lutte contre l'extrémisme en tant que priorité des efforts internationaux actuels.

 

Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov lui a répondu en déclarant que la Russie occupait la deuxième place dans la liste des menaces nommées par le président américain Barack Obama :

 

 

« En ce qui concerne le discours du président des États-Unis, nous nous sommes retrouvés à la seconde place en termes de menaces à la paix internationales et la sécurité. Le virus Ebola se trouve à la première place, et « l’agression russe en Europe » se trouve à la seconde place, tandis que l’Etat islamique est à la troisième place, a déclaré le ministre russe des Affaires étrangères.

Repost 0