Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Christ Roi

  • : Christ Roi
  • Christ Roi
  • : Blog d'informations royaliste, légitimiste, pour une France libre, indépendante et souveraine
  • Contact

Horloge

30 janvier 2015 5 30 /01 /janvier /2015 14:58

Bel exemple de « dialogue » et de respect du choix démocratique du peuple grec :

 

Selon le quotidien économique russe Kommersant, le nouveau premier ministre grec, Alexis Tsipras, a, dès avant la victoire de Syriza, annoncé qu’il était favorable à un allégement des sanctions et contre la politique d’isolement de la Russie. Et dans «les premières escarmouches» entre la nouvelle Grèce et l’Union européenne racontées dans Le Temps ce jeudi matin, un aspect géostratégique frappe: l’axe Athènes-Moscou qui est en train de se dessiner sur la carte des alliances. Ce que la Neue Zürcher Zeitung résume dans la formule: « Le cheval de Troie de Poutine ».

 

Résumons. A peine installé, le gouvernement de Syriza (en Grèce NDLR) passe l’acte: il récuse les nouvelles sanctions contre la Russie réclamées par Bruxelles après la reprise de violentes hostilités dans l’est de l’Ukraine. Pendant ce temps, Nikos Kotzias, le ministre des Affaires étrangères, transfuge du Parti communiste grec, défend des relations bilatérales plus étroites avec Moscou. Il aurait déjà remercié Poutine de s’être porté «au secours de nos frères orthodoxes» en Crimée. (1)

 

C'est dans ce contexte que la CDU de Merkel a menacé de jeter la Grèce de Tsipras hors de l’UE pour son attitude pro-russe.

 

Karl-Georg Wellmann, député CDU au Bundestag et président du groupe parlementaire germano-ukrainien, membre de la Transatlantic Leadership Academy (TLA), pour le développement de la coopération transatlantique entre décideurs politiques des États-Unis et de l’Europe, et membre de l’Advisory Board de Young Transatlantic Conservative Alliance, lors d'un entretien à Handelsblatt, a averti la Grèce :

 

« l’UE ne connaît pas d’adhésion obligatoire. La Grèce ne fera pas échouer toute la politique de la communauté occidentale envers la Russie », sous-entendant que l'Allemagne pourrait expulser la Grèce de la zone euro si elle ne se range pas derrière  la « politique de la communauté occidentale envers la Russie ». (2)

 

Sources:

 

(1) http://www.letemps.ch/Page/Uuid/1e0d206c-a792-11e4-9acf-c65b500212f4/Le_nouveau_gouvernement_grec_saligne_sur_la_Russie_de_Poutine

(2) http://www.rtdeutsch.com/10400/inland/cdu-droht-griechischem-regierungschef-tsipras-mit-eu-rausschmiss-bei-pro-russischer-haltung/ via http://lesakerfrancophone.net/la-cdu-de-merkel-menace-de-jeter-la-grece-de-tsipras-hors-de-lue-pour-son-attitude-pro-russe/

Repost 0
30 janvier 2015 5 30 /01 /janvier /2015 00:00
Sainte Bathilde, reine de France et moniale à Chelles (VIIe siècle)

Bathilde naît en Angleterre, au VIe siècle. Toute jeune encore, à la suite d'une guerre, elle fut vendue comme esclave et achetée à vil prix par un seigneur de la cour du roi franc Clovis II. Le jeune roi, charmé de ses vertus, la prit pour épouse. Ce choix providentiel devait avoir pour résultat la gloire de la France.

Loin de s'enorgueillir de son élévation, Bathilde conserva sur le trône la simplicité de sa vie ; mais elle révéla la plus noble intelligence, les plus hautes qualités et une dignité égale à sa situation. Humble servante et prudente conseillère de son époux, aimant les évêques comme ses pères et les religieux comme ses frères, généreuse pour les pauvres, qu'elle comblait d'aumônes, avocate des malheureux, des veuves et des orphelins, fondatrice de monastères, d'un zèle extraordinaire pour le rachat des captifs et l'abolition de l'esclavage : telle fut, sur le trône, la digne émule de sainte Clotilde.

Au milieu de la cour, elle trouvait le temps de vaquer à l'oraison et de s'adonner à tous les devoirs de la piété ; détachée des grandeurs d'ici-bas, elle n'aspirait qu'à prendre un libre essor vers les délicieuses retraites de la prière et du recueillement.

La mort de son époux lui imposa des obligations nouvelles, et pendant l'enfance du jeune roi Clotaire, son fils, elle dut porter tout le poids de l'administration d'un vaste royaume. Si elle le fit avec une haute sagesse, ce ne fut pas sans grandes épreuves. Sa vertu s'épura dans la tribulation, et c'est sans regret qu'elle put enfin se décharger de la régence et entrer comme simple religieuse au monastère de Chelles, qu'elle avait fondé. Alors, enfin, elle put se livrer tout entière à l'action de grâce et s'adonner à la pratique des plus héroïques vertus.

Nulle religieuse n'était plus soumise, nulle n'affectionnait davantage les plus humbles emplois, nulle n'observait plus fidèlement le silence ; elle fut admirable surtout par son humilité et par le mépris d'elle-même. « Il me semble, disait-elle, que le plus grand bonheur qui puisse m'arriver, c'est d'être foulée aux pieds de tout le monde. »

À sa mort, en 680, ses sœurs virent monter son âme au Ciel, et entendirent les anges célébrer son triomphe par de suaves harmonies. (1)

 

« Clovis mourra jeune, après être tombé dans la démence. Bathilde a pris en main les affaires du royaume et, lorsqu'elle devient veuve, l'an 656, son fils aîné n'ayant que cinq ans, c'est elle qui gouverne. La tradition lui attribue une décision capitale dans l'histoire des moeurs: elle interdit les marchés d'esclaves, ce qui revient à prohiber l'esclavage sur ses terres. » (2)

 

Sources:

 

(1) L'Evangile au quotidien

(2) Régine Pernoud, Les saints au Moyen Age, la sainteté d'hier est-elle pour aujourd'hui ? Plon, Mesnil-sur-l'Estrée 1984, p. 204-205.

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Saints du jour
commenter cet article
29 janvier 2015 4 29 /01 /janvier /2015 20:47
Michel Houellebecq : « Est-ce que je m'imagine vivre sous l'Ancien Régime ? Oui. »

L'écrivain Michel Houellebecq était l'invité de BFM-TV mercredi 28 janvier à 19 heures. S'inquiétant des risques de « guerre civile » en France, l'auteur de « Soumission » (Éd. Flammarion) a évoqué des pistes inattendues pour sauver la France de la « soumission ». Il a tenu des propos iconoclastes pour la « république », la « laïcité ». Il a notamment répété son scepticisme à l'égard du système politique républicain pour faire face aux islamistes. Expliquant que la liberté d'expression faisait partie des « choses non-négociables » et qu'il s'agissait d'un thème (de la France) « plus ancien » que la république, il s'est imaginé pouvoir « vivre sous l'Ancien Régime », mais pas en Arabie Saoudite. (1)

« Moi, là vous me demanderiez vous êtes prêt à vous faire tuer pour la république ? Non, sûrement pas. Pour la liberté d'expression, oui, je ne dis pas non. C'est plus ancien comme thème », a expliqué l'écrivain.

 

Ruth Elkrief lui a demandé : « La république pour vous, c'est dépassé, désuet ? »

 

- « Non pas forcément, mais disons que c'est une modalité parmi d'autres. Elle (la république) a des défauts. Le plus gros défaut cela a été la conscription, je suis tout à fait contre. Cela a permis aux guerres de se dérouler sur une échelle inédite avant. (avant 1789 NDLR.)

 

[...] (Le servive militaire) je suis absolument contre. S'il y a bien une chose à laquelle je ne suis pas prêt c'est bien de donner ma vie à mon pays. Non, c'est trop. Cela dépasse ce que je suis prêt à accorder à mon pays. Non, les rois ne demandaient pas cela.

 

Ce n'est pas non plus une attaque contre la république, mais disons que le patriotisme n'a pas eu que des avantages. La guerre de 14-18 est quand même un truc inexcusable. C'est trop de morts pour rien. Trop de carnages pour rien. », a répondu Michel Houellebecq.

 

- « Dans le fond on est un peu fichus, notre modèle d'aujourd'hui ? » a demandé Ruth Elkrief.

 

- « Oui, il y a d'autres modèles. La France, par ailleurs ne se limite pas à la période de 1789 à nos jours. C'est un vieux pays. Je comprends bien la république, la laïcité, tout ça, mais ce n'est pas au bout du bout le plus important à mes yeux. Par contre, la liberté fait partie des choses non-négociables. Certaines libertés sont non-négociables. La question est de savoir dans quel pays accepte-t-on de vivre ou pas. Est-ce que je m'imagine vivre sous l'Ancien Régime ? Oui. Eventuellement, oui. Est-ce que je m'imagine vivre en Arabie Saoudite ? Non. »

 

« [...] Donc vous voyez ce n'est pas blanc noir, a ajouté Michel Houellebecq, il y a différents accomodements possibles. [...] On a le droit de mettre de l'huile sur le feu si on le veut. [...] Je pense qu'il y a une vraie nécrose des partis, un vrai problème démocratique qui est que le système n'était pas fait pour ce que l'on est en train de vivre actuellement et que là cela ne marche plus », a répondu l'écrivain.

 

Notes

 

(1) 19H Ruth Elkrief: "On ne peut pas être optimiste à l'heure actuelle", Michel Houellebecq (2/2) - 28/01 http://www.bfmtv.com/mediaplayer/video/19h-ruth-elkrief-on-ne-peut-pas-etre-optimiste-a-l-heure-actuelle-michel-houellebecq-22-2801-398553.html

Repost 0
29 janvier 2015 4 29 /01 /janvier /2015 20:17

La Suède est une forme de laboratoire de l'enfer multicuturel, multiracial, pluriconfessionnel en Europe.

 

Si la Junte fasciste y est habillée en civil et que le parlement fait partie de la farce, la démocratie suédoise à la pointe du « progrès » n'aura jamais abusé que les naïfs :

 

Coup d’État en Suède ?

 

Source: http://www.contrepoints.org/2015/01/27/195862-coup-detat-en-suede

 

Publié le 27 janvier 2015 dans Europe

 

Le putsch tranquille de l’establishment suédois, et l’étonnante intuition de Michel Houellebecq.

 

Par Pascal Titeux.

 

La nouvelle n’a pas fait la « une » des médias, et c’est pourtant un des événements les plus inquiétants de ce début de siècle. Le dernier masque de la démocratie représentative, dans sa version postmoderne et corrompue, vient en effet de tomber.

 

Cela ne surprendra pas les libéraux, qui savent à quel point l’étatisme électif peut se rapprocher à pas de loup des « vraies » dictatures, et de quoi il est capable lorsqu’il se sent menacé de perdre ses prébendes. On le voit déjà montrer les crocs, à grand renfort d’HADOPI, LPM et autres mesures « anti-terroristes ». Mais en Suède il vient de mordre pour de bon, et saigner peut-être à mort une démocratie déjà bien abîmée par le très politiquement correct « modèle suédois ».

 

Les faits sont simples dans leur crudité cynique. Les dernières élections ont vu surgir un parti disons atypique, le mot « populiste » étant, en Suède comme ailleurs, un mot dépourvu de sens (tous les partis courtisent le peuple !). Avec ses 12%, le SD ne pouvait qu’être un parti d’opposition, mais lorsqu’un autre s’est joint à lui pour rejeter le budget, le gouvernement a été mis en minorité, et son budget invalidé : situation classique de « crise gouvernementale ». Dans toute démocratie, cela entraîne la démission du gouvernement, et chez nous ce serait un des cas où la dissolution s’imposerait. C’est si évident que dans un premier temps, le chef du gouvernement suédois, Stefan Löfven, a décidé, et annoncé pour le 22 mars 2015, la tenue de nouvelles élections.

 

Jusqu’ici tout va bien, me direz-vous, le peuple va trancher.

 

Mais voilà : les sondages se sont mis à dessiner une forte hausse du SD, l’amenant à des niveaux tels que ni l’alliance socialistes-verts, ni le centre-droit, ne puissent espérer gouverner. Craignant de perdre, avec leurs dernières plumes, les places qu’ils occupaient chacun leur tour dans une aimable alternance, ces partis ont décidé de se répartir les postes non plus alternativement mais simultanément, et pour toujours. En tout cas jusqu’en 2022, première date de révision de leur accord.

 

Le coup d’État

 

Stefan Löfven vient donc de revenir sur sa décision : les élections prévues pour 2015 n’auront pas lieu, et le résultat de celles de 2019 est d’avance neutralisé puisque l’entente des sortants, ou plutôt de ceux qui ne veulent pas sortir, est organisée jusqu’en 2022. La Suède aura donc la « chance » d’être la première démocratie du monde à connaître la composition de son gouvernement avant les élections, et à savoir qu’il restera en place indépendamment de leur résultat. C’est sûr que ça renouvelle le concept de démocratie, tellement même qu’il faudrait trouver un nouveau nom.

 

Mais ce nom existe déjà : comment nomme-t-on un événement où les élections annoncées sont brutalement reportées, le pouvoir annonçant que de toute façon il restera en fonction quel qu’en soit le résultat ? Bien sûr, cela n’a pas été proclamé sur fond d’hymne national par un colonel dont la garde prétorienne vient de s’emparer de la télévision : la Suède n’est pas une république bananière. C’est du moins ce que les naïfs croyaient jusqu’ici. Car si la Junte est habillée en civil, et que le parlement fait partie de la farce, c’est quand-même, très exactement, ce qu’on nomme un coup d’État. C’est d’ailleurs ainsi qu’il est vécu de l’intérieur (cf. I.Carlqvist et L. Hedegaard) :

 

 

[...] à l’exception d’un bref article dans Valeurs Actuelles, aucun « Indignez-vous ! » vengeur. Pire : un « grand journal du soir », le même qui avait applaudi l’entrée des Khmers Rouges dans Phnom-Penh (décidément, on ne se refait pas), n’en a parlé que pour en faire un modèle : « Une fois de plus, la Suède donne l’exemple. Confrontés à la perspective d’une crise politique prolongée, les partis politiques traditionnels, de gauche à droite, ont décidé de s’unir pour permettre au gouvernement de fonctionner en neutralisant la capacité de nuisance parlementaire du parti populiste. » On admirera incidemment un des plus beaux exemples de langue de bois jamais énoncés dans la presse française. Des élus d’opposition qui votent contre le gouvernement, rejettent ses projets de loi, déposent des amendements, bref, des opposants qui s’opposent ? De la « nuisance parlementaire ». Vite, le parti unique, seule garantie d’un parlement sans nuisance !

 

 

[...]

 

Selon le traditionnel clin d’œil, « Toute ressemblance avec une situation française …», etc. Mais la plaisanterie ne fait pas vraiment rire : le fait est que cette histoire suédoise valide pour de bon, avec une variante mais l’essentiel y est, l’intuition de Michel Houellebecq. Qu’on n’aime ou pas ses thèmes et son style, cette sorte d’empathie sociale, cette aptitude à percevoir l’état du monde qui l’entoure, font de lui un prophète qui en vaut bien d’autres (aïe, blasphème !). Nous avons peu de temps devant nous pour en tirer les leçons.

 

Le premier enseignement du coup d’État suédois comme du scénario de M. Houellebecq, c’est que les nobles envolées sur la démocratie, les valeurs républicaines, etc., explosent en un quart de seconde lorsque la caste au pouvoir se sent menacée. Le deuxième est que, contre cela, il n’y a aucune défense par le vote : le putsch se fait discrètement, en une nuit de négociations secrètes, et ensuite il est trop tard. Sauf à prendre les armes, ce qui nous amène à la troisième leçon : la seule solution pacifique est préventive et libérale : réduction maximale des pouvoirs de l’État. Au moins les dégâts seront-ils limités si les larrons de la foire aux voix s’entendent, et gageons qu’ils ne se gêneront pas plus ici qu’en Suède.

 

 

[...]  la démocratie en Suède vient de mourir, la lucidité de Michel Houellebecq est assez pessimiste, mais je m’efforce de croire, pour le temps qui nous reste, qu’un diagnostic lucide est la première phase d’un traitement réussi. Encore faut-il que le patient sorte du sommeil. Réveillons-nous, la Suède n’est pas loin. » (Fin de citation)

 

Dans sa dernière video, intitulée « de l'état d'urgence au crépuscule de la démocratie », Boris le Lay a traité de ce « coup d'Etat civil et non militaire » en Suède « qui n'a pas été fait dans la violence », et explique que nous affrontons en France « au même type de crise » « surtout que la Suède est une forme de laboratoire de l'enfer multicuturel, multiracial, pluriconfessionnel en Europe. »

Extrait :

 

« La Suède est un pays qui s'est engagé depuis un certain nombre d'années dans une politique généreuse à l'égard des extra-européens, mais singulièrement, depuis au moins une quinzaine d'années, dans un véritable plan de remplacement de population au sens strict du terme. Tout cela est très bien documenté, contrairement à la France où le Régime tenu par des factions communistes, socialistes, cache soigneusement toutes les informations sur tout ce qui relève de la composition ethnique de la population. Ce n'est pas le cas en Suède où nous avons des données très précises.

 

Par exemple en 2013, Malmö est devenu une ville à majorité non-européenne pour la première fois de l'histoire de la Suède. Un autre exemple, la ville de Göteborg, sur 34.000 enfants recensés dans cette ville, 15.000 en 2014 était d'orige non-européenne. Vous pouvez retrouver toutes ces sources sur le Centre de statistiques officielles du gouvernement suéodois qui s'appelle statistika centralbyrån.

 

On a d'autres faits. Par exemple en terme de criminalité, il faut savoir qu'en 2003, avant les très grandes vagues d'immigration en Suède, on recensait 9 viols pour 100.000 habitants. C'était très peu. Et aujourd'hui, onze ans plus tard, en 2014, on est à 69 viols pour 100.000 habitants. D'après les recensements officiels de la police et du gouvernement, 77,6% des viols sont commis par des étrangers, dont une large proportion de musulmans. 

 

[...] Pour la seule année 2013, il avait été prévu d'accueillir 61.000 réfugiés et le gouvernement a été au-delà de cet objectif puisqu'il a accueilli 80.000 réfugiés provenant notamment du Moyen-Orient, et d'Afrique, essentiellement du Moyen-Orient, donc des musulmans. Pour un pays qui compte 10 millions d'habitants. Donc 80.000 personnes, comme vous le voyez il s'agit de villes entières en une seule année. Et encore, 80.000, ne s'agit-il-là que des seuls réfugiés, c'est-à-dire les demandeurs d'asile. Ce chiffre n'inclut donc évidemment pas l'immigration de travail, d'études, de regrouprement familial, etc. C'est encore autre chose.

 

[...] 83.000 (réfugiés) prévus pour l'année 2015. En deux ans, on a doublé le nombre de réfugiés accueillis en Suède.

 

Le même gouvernement suédois prévoit d'accueillir dans les quatre ans qui viennent 500.000 immigrés légaux. Sans faire état des réfugiés donc. 1 millions d'habitants, en quatre ans. C'est ce qui se passe actuellement en Suède. (En huit ans, ce serait 2 millions, en seize ans, 4 millions, soit près de la moitié de la population suédoise de 10 millions d'habitants..., NDLR.)

 

Donc, vous le voyez une véritable politique de remplacement, d'auto-destruction qui ravage le socle ethnique, racial de la Suède et qui libanise ou sud-africanise le pays à toute allure, créant des secteurs de plus en plus colonisés par ces populations non-européennes et qui n'ont aucune chance d'être intégrées. Avec de tels flots, si ce mythe (de l'assimilation NDLR.) avait jamais pu être crédible, il ne le sera plus, c'est tout à fait évident. 

 

Quelle est l'ambiance en Suède, quel est le ton général ?

 

Nous avons d'abord en Suède une gauche social-démocrate totalitaire, fanatique dans sa volonté de détruire le peuple suédois. L'ex Premier ministre Reinfeldt (Premier ministre de Suède du 6 octobre 2006 au 3 octobre 2014 NDLR) qui vient d'être remplacé (le 3 octobre 2014 par le social-démocrate Stefan Löfven NDLR), et qui est quart de noir, et aussi quart de juif des pays Baltes, est un véritable croisé du métissage, un véritable croisé du remplacement de population. Il l'a expliqué à plusieurs reprises : s'il fallait que la Suède se ruine en accueillant de nombreux immigrés, il fallait le faire !  Il l'a notamment fait en Suède lorsqu'au cours du scandale des maisons de retraites l'on a appris que 15.000 personnes âgées souffraient de mal-nutrition et que dans le même temps des sommes colossales étaient déversées sur des réfugiés, des immigrés venant de tous les pays de la planète, et singulièrement d'Afrique ou d'Orient. [...] Ce que le Premier ministre [Reinfeldt] a justifié et trouvé parfaitement normal ! 

 

Citons une phrase de ce Premier ministre [Reinfeldt] qui va donner le ton : "La Suède est ce que les immigrés en font au quotidien". Donc, la Suède appartient aux immigrés. »

 

Evidemment, cette véritable destruction de la Suède mise en place par ses élites politiques, tous bords politiques confondus, écologistes, socio-démocrates, marxistes, libéraux, etc., a rencontré une opposition de la part du peuple, et c'est le parti Démocrates de Suède qui a bénéficé de cette opposition politique. Aux dernières élections, il a fait 12%, mais, présent au parlement, ce parti a décidé de ne pas voter le budget qui devait passer à l'automne ou cet hiver. Et, un autre parti a rejoint les Démocrates de Suède au parlement pour bloquer ce budget et cela a fait tomber le gouvernement [Reinfeldt] en place.

 

Alors vous le savez, lorsqu'un gouvernement ne réunit pas une majorité dans un régime parlementaire proportionnel il faut consulter à nouveau la population pour dégager une nouvelle majorité et voter à nouveau le budget. C'est ce qu'apprétait à faire le gouvernement. Des élections avaient été convoquées le 22 mars 2015. On allait convoquer le peuple aux élections ... Sauf qu'entre-temps les sondages sont apparus. Et ces sondages donnaient les Démocrates de Suède bien au-delà des 12%.

A tel point qu'il aurait été impossible [pour l'Oligarchie suédoise, NDLR] de mettre en place une coalition au sein du gouvernement. Bref, le peuple était en mesure de dire "non", capable de remettre en cause la toute-puissance de l'établissement politique.

 

Là est arrivé le grand phénomène dont je parlais et qui n'a pas été relayé : les partis au gouvernement, le gouvernement de coalition en place, a décidé de ne pas convoquer d'élections, de maintenir jusqu'en 2019 le gouvernement en place et de faire un accord trans partis jusqu'en 2022.

Ce qui veut dire que quelque soit le résultat des élections (en Suède), les gens qui sont gouvernement et la répartition des portefeuilles ne changera pas.

 

Ce qui fait que la Suède est devenue la première démocratie à connaître avant même que des élections aient lieu à l'avenir, la composition de son gouvernement indépendamment même du résultat de ces élections, qui de toutes façons ont été repoussées.

 

Donc en Suède, il y a eu un coup d'Etat civil et non militaire, qui n'a pas été fait dans la violence, qui a été fait par des gens en costumes et en cravates, et qui se sont mis d'accord pour dire au peuple : "Quoique vous votiez, cela ne compte plus."

 

Donc ce sont les tenants de cette démocratie, sur laquelle reprose normalement leur constitution, qui ont décidé d'arriver à ce nouveau mode de gouvernance.

 

Alors ce qui normalement aurait dû faire hurler les grandes consciences de la démocratie universelle, qui notamment en Europe, auraient dû s'offusquer et dire que c'était absolument anormal de repousser des élections, de maintenir au pouvoir des gouvernements indépendamment des résultats, etc., non, il n'y a pas eu un mot. Cela n'a pas suscité de réaction d'hostilité particulière.

 

Donc à présent en Suède, vous avez un parlement officiel, les apparences sont préservées mais vous avez le parlement réel qui lui est dans l'ombre, où les tractations se font entre les membres de ce nouveau gouvernement, j'allais dire d'"Union nationale" - sans le peuple... -, faisant fi donc des élections.

 

En France, les réactions de la presse ont été intéressantes. J'en relève une, qui est une réaction du journal Le Monde. Face à ce véritable coup d'Etat, je cite :

Coup d’État en Suède, analyse et enseignements

 

"Une fois de plus, la Suède donne l’exemple. Confrontés à la perpective d’une crise politique prolongée, les partis politiques traditionnels, de gauche à droite, ont décidé de s’unir pour permettre au gouvernement de fonctionner en neutralisant la capacité de nuisance parlementaire du parti populiste d’extrême droite." (1)

Alors il faut bien relever les mots utilisés : "nuisance parlementaire". Donc des opposants (politiques NDLR.) qui s'opposent par des moyens légaux, constitutionnels (les élections NDLR.), maintenant cela s'appelle une "nuisance parlementaire". Voilà qui est intéressant !

 

Donc, en fait, nous assistons (en Suède) à la création d'un Parti unique, fédéral certes, mais Parti unique, sous les vivats de la presse française, à commencer par Le Monde, grande conscience de la démocratie comme vous le savez.

 

Le mot "populisme" est intéressant, car comme vous le savez, il n'y a que les partis de droite, ou d'extrême-droite qui sont "populistes". Jamais aucun autre parti ne fait appel au peuple. Jamais aucun parti ne fait usage de démagogie, vous le savez. Donc, ce mot "populisme" traduit quelque chose... Il traduit cette morgue à l'égard du peuple quand il ne pense pas comme il faudrait qu'il pense. Ou quand certaines catégories, ou certaines fractions du peuple ne pensent pas comme il faudrait qu'elles pensent.

 

(Le journal) Le Monde appartient au banquier Pigasse. On comprend qu'il défende ses intérêts. Face à la montée en puissance du nationalisme on sonne le tocsin en quelque sorte.

 

Coup d’État en Suède, analyse et enseignements

Cet effondrement de la démocratie en direct, sous nos yeux, est quelque chose de très présent chez des gens qui se revendiquent de la démocratie, c'est-à-dire d'une conception du peuple particulière, conception que l'on trouvait aussi chez les "Jacobins" (lors de la Révolution dite "française" NDLR.), qui est une conception avant-gardiste. C'est-à-dire qu'il y a une avant-garde qui est au courant, au fait des réalités politiques et idéologiques, et cette avant-garde doit mener la Révolution et elle doit guider le peuple. Et le peuple a donc besoin des "lumières" de cette avant-garde. C'est le principe même du jacobinisme et de la centralisation du pouvoir. On va retrouver cela ensuite chez les Bolchéviques en Russie (en 1917 NDLR.). Le Parti communiste d'Union soviétique se concevait comme un parti d'avant-garde des masses. Et Lénine avait résumé cette pensée-là. Il avait dit : "S'il faut supprimer 9/10ème de la population pour le salut du communisme, alors nous ne devons pas hésiter." Ce qui veut dire que "la fin justifie les moyens". Parce que nous nous connaissons la fin, nous nous avons la légitimité pour user de tous les moyens afin de parvenir à cette fin. Et cette démocratie triomphante, tenue et mise en oeuvre par ces gens-là de sensibilité révolutionnaire, marxiste, social-démocrate aussi, ces gens ont une conception qui est la leur de la "souveraineté populaire".

 

Donc quand le peuple ne comprend pas la finalité de la démocratie, l'état d'urgence s'impose. On interdit au peuple de s'exprimer si nécessaire, et on le rééduque.

 

Et là j'en viens à la situation française. Parce que si en France, nous n'en sommes pas encore à l'état d'urgence ni au coup d'Etat civil, qui pourra d'ailleurs plus tard prendre la forme d'une union de tous les partis contre éventuellement le Front national, par exemple. Marine Le Pen pourra dédiaboliser son parti tant qu'elle voudra. Le problème ce n'est pas son parti, le problème c'est son électorat, la sociologie de son électorat. Il y a une dynamique et une nature de cet électorat bien précise qui est très bien connue de la part de l'élite qui est au pouvoir, de cette élite à caractère jacobin, centraliste et avant-gardiste qui s'arroge la détermination de la vie politique et du rythme de cette vie politique. Et ils savent très bien que structurellement, l'électorat de ce parti de Marine le Pen, analysé par le géographe Guilluy, qui explique que c'est un électorat de la classe moyenne blanche (relégué en périphérie en-dehors des centre-villes, et des bassins de formation et d'emploi, "la France des invisibles", NDLR) et donc de plus en plus au chômage et précarisé. Cette population ne pourra jamais être récupérée. Donc c'est une classe dangereuse qui peut remettre en cause l'ordre établi. Et donc si on n'en est pas encore dans le cas de la Suède pour contenir cette poussée, on est par contre clairement entré dans le cadre de la rééducation. J'en ai parlé dans ma video sur Charlie Hebdo, comment on a retourné la mobilisation populaire contre le peuple. »

 

Notes

 

(1) Contre le populisme, l’exemple suédois, LE MONDE | 29.12.2014 à 10h42, http://www.lemonde.fr/idees/article/2014/12/29/contre-le-populisme-l-exemple-suedois_4546938_3232.html

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Suède
commenter cet article
29 janvier 2015 4 29 /01 /janvier /2015 18:04
Yann Carrière : Du sexisme au fascisme

« Aucun régime fasciste n'est allé aussi loin (que la théorie du genre) dans la destruction de la personnalité au plus intime où elle est. C'est pour cela que le mot "fascisme" n'est pas trop fort. »

 

Le docteur Yann Carrière sur son dernier livre "Du Sexisme au fascisme" :

Repost 0
29 janvier 2015 4 29 /01 /janvier /2015 15:29

Après la traduction en justice des terroristes de Paris, « un large assaut contre les forces de l'islam » « devra suivre », a déclaré le premier ministre israélien Benjamin Netanyahou, lors d’une conférence de presse à Tel Aviv avec l’ambassadeur français vendredi 9 janvier 2015 :

 

« Ces terroristes ont tué des journalistes à Paris. [...] Ils portent différents noms : ISIS, BOKO HARAM, HAMAS, AL SHABAB, AL QAIDA, HEZBOLLAH. Mais ils sont tous poussés par la même haine et le même fanatisme assoiffé de sang. Ils cherchent tous à détruire nos libertés et à nous imposer une tyrannie violente et moyen-âgeuse. C'est un combat mondial. Traduire en justice les meurtriers de Paris en est le commencement (de ce combat NDLR.) Ensuite, devra suivre un large assaut contre les forces de l'islam à travers le monde : c'est un combat que chacun doit mener. »

 

Cette déclaration a été occultée par tous les media.

 

Si tel devait être le cas, ce serait une nouvelle guerre mondiale avec des conscrits français envoyés faire la guerre pour Israël ... L'histoire du Rav Ron Chaya "Comment arrivera la victoire d'Israël", des deux cocqs (occidentaux contre musulmans) tirés par les cheveux, contraints d'entrer en guerre pour le grand profit d'Israël, deviendrait réalité.

 

Repost 0
29 janvier 2015 4 29 /01 /janvier /2015 14:29

Ces dernières semaines, certains hauts responsables européens ont émis des déclarations contradictoires concernant plusieurs épisodes de la Seconde Guerre mondiale. Ainsi, le premier ministre ukrainien Arseni Iatseniouk a affirmé que "l'Allemagne nazie avait été envahie par l'URSS".

 

Le ministre polonais des Affaires étrangères Grzegorz Schetyna a déclaré que le camp de la mort d'Auschwitz avait été libéré "par des Ukrainiens et non par des Russes".

 

Vladimir Poutine a dénoncé ces tentatives de réécrire l'histoire de la Seconde Guerre mondiale.

 

"Vous êtes au courant des déclarations absurdes, voire honteuses, de certains de nos adversaires, auxquelles ils recourent pour contenir la Russie et réécrire l'histoire. Nous devons certes y résister et nous opposer à ce flux de mensonges flagrants, de falsifications et de déformations des faits historiques", a indiqué le chef du Kremlin lors d'une réunion avec les dirigeants des régions russes.

 

Source : Sputnik, 13:32 29.01.2015 (mis à jour 13:56 29.01.2015) http://fr.sputniknews.com/international/20150129/1014179393.html

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Russie
commenter cet article
29 janvier 2015 4 29 /01 /janvier /2015 09:40

Signe éloquent des tensions entre la Russie et l’Occident et de l’indépendance croissante de Moscou, Vladimir Poutine n'a pas assisté mardi 27 janvier au 70e anniversaire de la libération du camp de concentration d’Auschwitz (Pologne) par l’Armée Rouge (27 janvier 1945). (1) Pour l'occasion, une cérémonie officielle, Journée Internationale de commémoration de l’Holocauste, a été organisée durant laquelle 42 pays furent représentés, dont la France. Elle fut suivie en direct à partir de 14 heures sur France 2. (2)

 

Dans son message adressé à tous les participants à la cérémonie, le Président de la Fédération de Russie a notamment souligné :

 

« L’Holocauste a été l’une des pages les plus tragiques et les plus honteuses de l’histoire humaine. Des millions de personnes innocentes ont été victimes des nazis, ont vécu l’enfer des camps de la mort et ont été fusillés, torturés, et sont morts de faim et de maladie. L’Armée Rouge a mis un terme à ces atrocités et à cette barbarie impitoyable et a sauvé non seulement le peuple juif, mais également les autres peuples d’Europe et du monde.

 

Nous devons toujours garder fermement à l’esprit que toute tentative de réécrire l’histoire et la contribution de notre pays à la grande victoire reviendrait à justifier les crimes du nazisme et ouvrirait la porte à la réémergence de cette idéologie meurtrière. Oublier les leçons de notre passé commun pourrait conduire à une répétition de ces terribles tragédies. Il est donc de notre devoir de défendre la vérité sur les événements de la Seconde Guerre mondiale et de défendre les réalisations, la dignité et la réputation de ceux qui vivent et de ceux qui ne sont plus.

 

C’est notre devoir et c’est une question d’honneur auprès des générations à venir. »

 

Les commémorations se firent sans Vladimir Poutine. (3) Le président russe a annoncé jeudi (22 janvier NDLR.) qu'il ne souhaitait pas participer aux cérémonies, affirmant qu'il n'a pas été officiellement invité par le musée du camp d'Auschwitz. La Russie fut donc représentée par le chef de l'administration présidentielle, Sergueï Ivanov. (4)

 

En fait, aucune invitation officielle n'a été envoyée, les dirigeants qui souhaitaient se rendre à la cérémonie ont été appelés à se faire connaître. "Il y a eu une lettre du directeur du musée (d'Auschwitz) adressée à l'ambassadeur (de Russie en Pologne, NDRL) qui annonçait que ces cérémonies auraient lieu et que si on voulait y participer, il fallait faire savoir qui pourrait venir", a déclaré Sergueï Lavrov, ministre russe des Affaires étrangères, lors d'une conférence de presse à Moscou. "Une invitation de ce genre ne prévoit pas de réponse obligatoire", a ajouté le chef de la diplomatie russe.

 

Sources

 

(1) http://sayed7asan.blogspot.com/2015/01/message-de-vladimir-poutine-loccasion.html

(2) http://www.francetvinfo.fr/monde/europe/auschwitz/direct-suivez-les-ceremonies-du-70e-anniversaire-de-la-liberation-d-auschwitz_807411.html

(3) http://www.bfmtv.com/international/poutine-grand-absent-des-ceremonies-du-70e-anniversaire-de-la-liberation-d-auschwitz-858899.html

(3) http://www.bfmtv.com/societe/le-monde-commemore-le-70e-anniversaire-de-la-liberation-d-auschwitz-859593.html

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Russie
commenter cet article
28 janvier 2015 3 28 /01 /janvier /2015 17:30
« Le départ de cent mille juifs infligerait un coup plus dur à la France que celui de cent mille chrétiens » (Manuel Valls, Libération 22 janvier 2015)
Repost 0
27 janvier 2015 2 27 /01 /janvier /2015 20:48

Le 10 septembre 2012 François Hollande avait finalement admis que le "changement" ce serait dans deux ans" (soit en 2014). Raté ! En 2013, François Hollande détaillait sa "boîte à outils" : tout était fait pour "inverser la courbe du chômage" ... Malheureusement, en 2013, le nombre de chômeurs avait progressé de 168700, et en 2014 cette hausse était plus forte encore avec une progression de 189100 chômeurs de plus.

Depuis l'élection de François Hollande, il y a eu 602.500 chômeurs de plus, pour un total de 3,496 millions de chômeurs sans aucune activité, 5,2 millions toutes catégories en métropole, 6,2 millions, toutes catégories confondues, avec l'outre-mer. Un record :

 

"Le changement, c'est dans deux ans" : Raté ! Il n'y a jamais eu autant de chômeurs en France

Il n'y a jamais eu autant de chômeurs en France

Le Figaro, Mis à jour le 27/01/2015 à 19:22, Publié le 27/01/2015 à 18:12

 

Le nombre de demandeurs d'emploi sans aucune activité a atteint en décembre 3,496 millions en métropole, soit 8100 personnes de plus en un mois et 189.100 de plus sur l'année 2014. Un record.

En décembre, la France comptait 3,496 millions de chômeurs sans activité. C'est près de 190.000 chômeurs de plus qu'il y a un an (+5,7%) et 602.500 de plus depuis le début du quinquennat de François Hollande.

Soit, à ce stade (en seulement 33 mois), 140 000 de moins que Nicolas Sarkozy sur l'ensemble de ses cinq années de mandat. Si la hausse enregistrée chaque mois depuis le début du quinquennat (+18 258 en moyenne) se poursuit au même rythme d'ici à mai 2017, le nombre total de nouveaux chômeurs enregistrés sous la présidence de François Hollande devrait dépasser, dès l'automne prochain, celui tant critiqué de son prédécesseur.

Plus qu'une inversion, c'est donc en quelque sorte «une accélération» de la courbe du chômage qu'ont subie les Français l'année dernière.

[L]a France métropolitaine compte désormais plus de 5,2 millions de demandeurs d'emploi inscrits dans les trois principales catégories de Pôle emploi, un record. Et même plus de 6,2 millions, toutes catégories confondues, avec l'outre-mer. Un autre record.

 

Source: http://www.lefigaro.fr/emploi/2015/01/27/09005-20150127ARTFIG00393-il-n-y-a-jamais-eu-autant-de-chomeurs-en-france.php

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Economie
commenter cet article
25 janvier 2015 7 25 /01 /janvier /2015 23:04

Dans la dernière ligne droite de la campagne, la coalition de gauche Syriza (alliance de trotskystes et d'écologistes) avait creusé son avantage sur la Nouvelle démocratie, le parti de droite du premier ministre sortant, Antonis Samaras.

Les projections en siège donnent au parti d’Alexis Tsipras, qui deviendra le plus jeune premier ministre grec en plus d'un siècle, 150 sièges au Parlement, à un siège de la majorité absolue. (1) « Tsipras sera suffisamment fort pour gouverner sans coalition, qu'il ait la majorité absolue ou non » selon Le Monde.

Le coeur du programme de Syriza est de mettre "un terme à l'austérité", de renégocier la dette immense du pays, à 175% du PIB (2), de relever le salaire minimum, en réduisant certaines taxes ou encore en revenant sur les coupes dans les pensions de retraite.

Or l'élection d'Alexis Tsipras dont a pu dire qu'elle pourrait conduire à l'éclatement de la zone euro ou à une remise en question tonique de l'austérité, n'amènera ni l'un ni l'autre. Syriza n'est pas un parti europhobe, c'est un parti eurosceptique qui ne demandera ni la sortie de l'Europe ni de la fin de l'euro. Alexis Tsipras a même promis de maintenir son pays dans la zone euro ... Tout un programme.

"Le verdict du peuple grec signifie la fin de la troïka", cette structure de supervision de l'économie grecque conduite par l'UE, la BCE et le FMi et qui s'est engagée depuis 2010 à lui prêter quelque 240 milliards d'euros en échange d'une austérité drastique, a déclaré le leader de Syriza devant une foule l'acclamant. (3)

Le président de la banque centrale allemande, Jens Weidmann, a dors et déjà demandé à Syriza de "ne pas faire de promesses illusoires" à ses concitoyens ... Un avertissement à peine voilé.

Ceux qui se félicitent de sa victoire oublient de vous dire que Merkel ne lâchera rien. Elle ne se résoudra pas à une sortie de la Grèce de la zone euro (ce serait un précédent), les Grecs continueront d'être pressés et lessivés, l'élection de Syriza viendra là comme caution populaire au dépeçage et l'austérité en Grèce a de beaux jours. Si des élections avaient permis de changer quoique ce soit cela se saurait !

Notons une déroute historique des socialistes "grecs" (Pasok) qui font moins que les communistes du KKE (5,6 %, 15 sièges) avec 4,8% des voix (13 sièges). Hypocrisie du PS "français" qui tout en n'ayant rien fait contre l'austérité "se félicite de la victoire des forces de gauche en Grèce", "la ligne anti-austérité est aujourd'hui renforcée en Europe", "une bonne nouvelle pour le peuple grec selon son secrétaire national à l'Europe, Philip Cordery, dans un communiqué.

Le président d'honneur du FN, Jean-Marie Le Pen a estimé ce soir que la probable victoire de Syriza en Grèce constituait un "désaveu" pour l'Union européenne, mais a douté que le parti de la gauche radicale "fasse ce qu'il promet". "Je ne suis pas sûr que le dirigeant de ce mouvement (Alexis Tsipras) fasse ce qu'il promet, puisqu'il va être soumis à de fortes pressions", a déclaré Jean-Marie Le Pen à la presse depuis la fédération FN de Paris.

Notes

(1) http://www.lemonde.fr/europe/article/2015/01/25/grece-victoire-historique-du-parti-de-gauche-radicale-syriza_4563125_3214.html

(2) http://www.7sur7.be/7s7/fr/1505/Monde/article/detail/2194341/2015/01/25/Victoire-historique-du-parti-de-gauche-radicale-Syriza.dhtml

(3) http://www.lefigaro.fr/international/2015/01/23/01003-20150123LIVWWW00310-en-direct-elections-grece-syriza.php

Repost 0
25 janvier 2015 7 25 /01 /janvier /2015 20:36
« La vie est au-dessus des lois et la loi doit servir la vie » (Cécile Edel)

« La vie est au-dessus des lois et la loi doit servir la vie » (Cécile Edel, Président de la Marche pour la vie)

Repost 0
25 janvier 2015 7 25 /01 /janvier /2015 09:35
Des mercenaires américains à Marioupol

Regardez cette video du 24 janvier à Marioupol (République populaire de Donestk). Une journaliste ukrainienne approche ce qu'elle pense être un soldat ukrainien (il est en uniforme ukrainien et a un AK sur son côté) et lui demande "dites-moi, que se passe-t-il ici?". Vous pouvez entendre la réponse de vous-mêmes, dans un parfait accent américain: "Non, pas mon visage. Merci." (1)

Marioupol est la dernière grande ville de l'Est sous contrôle de Kiev (2), où trente civils au moins ont péri samedi dans des bombardements. «L'offensive sur Marioupol a débuté aujourd'hui, a déclaré le dirigeant de la république autoproclamée de Donetsk Alexandre Zakhartchenko.

La conquête de cette ville industrielle d'un demi-million d'habitants créerait un pont terrestre entre la Russie et la Crimée, annexée en mars mais très dépendante de Kiev pour ses approvisionnements en eau, électricité et produits alimentaires.

Des indépendantistes ont nié leur responsabilité en dénonçant une «provocation» des forces de Kiev. La video ci-dessus montre que des mercenaires américains opèrent dans Marioupol.

Notes

(1) http://vineyardsaker.blogspot.fr/2015/01/check-out-this-ukrainian-fighter.html

(2) Au moins 30 morts dans une nouvelle offensive pro-russe en Ukraine, La Figaro, Mis à jour le 24/01/2015 à 21:13 Publié le 24/01/2015 à 18:07 http://www.lefigaro.fr/international/2015/01/24/01003-20150124ARTFIG00155-au-moins-30-morts-dans-une-nouvelle-offensive-pro-russe-en-ukraine.php

Repost 0
25 janvier 2015 7 25 /01 /janvier /2015 00:39
Attentats : Lettre ouverte d'un prêtre arabe de Syrie à tous les français

Lettre ouverte d'un prêtre arabe de Syrie à tous les français

Mes amis,
Qui que vous soyez et où que vous soyez, permettez-moi, devant le terrible assassinat de vos douze compatriotes de "Charlie-Hebdo", de présenter mes condoléances à vous tous, et particulièrement à leurs familles, parents et amis.
Ce matin, 8 janvier, durant la Sainte Messe, je ne faisais que penser à ces malheureuses victimes, aux leurs, à vous tous, et particulièrement à mes si nombreux amis et connaissances, que m'ont valus mes multiples séjours et voyages sollicités et organisés par l'Église de France, pour répandre le message de Notre-Dame de Soufanieh à Damas, message d'amour, d'unité et de paix.
J'essais de suivre à la TV Française, les multiples réactions provoquées à tous les niveaux. Je les comprends parfaitement. Mais aussi, je prie de tout cœur, et invite les fidèles de Damas et de Syrie, à prier pour que vos "responsables" politiques aient enfin l'intelligence et l'honnêteté de stopper pour de bon leurs criminelles aventures guerrières en Syrie, pour vous épargner la terrible retombée, mais sur une plus vaste échelle, de ce qui s'est passé au siège de "Charlie-Hebdo".
Mes amis,
Certains d'entre vous savent qu'il m'est arrivé d'écrire de nombreuses lettres, tant personnelles qu'ouvertes, à nombre de vos responsables politiques et religieux. Peine perdue. Pourtant ces lettres étaient loin d'être feutrées. Je n'y manquais pas de les prévenir, depuis de longues années, qu'infailliblement, un jour ou l'autre, la violence qu'ils ont déchaînée dans le monde arabe, et depuis près de quatre ans en Syrie – en y envoyant des centaines de milliers de combattants soi-disant "Djihadistes", de 83 pays, dont des pays européens – leur retombera, d'une façon ou d'une autre, sur la tête. Je crains que "Charlie-Hebdo" n'en soit que le prélude. N'oubliez pas votre fameux dicton: "Qui sème le vent, récolte la tempête"! Puisse cette tempête n'être pas une tornade!
Mes amis,
Je sais que la plupart d'entre vous n'y sont pour rien, et que vous trimez comme quatre, comme vous dites, pour venir à bout. En outre, noyés comme vous êtes dans des médias supérieurement faux et mensongers, vous finissez toujours par confier à vos dirigeants, sans le savoir, le soin de conduire la France, tôt ou tard, au fond du gouffre!
Laissez-moi donc le soin aussi de vous faire savoir très brièvement que, selon les Nations-Unies, la moitié de la population syrienne, qui est de l'ordre de 24.000.000 d'habitants, est sur les routes, soit à l'intérieur du pays, soit ailleurs sur terre, voire sur mer! Or aujourd'hui, il fait à Damas – 2o, à Maaloula -8o.
Imaginez donc un moment les 30.000.000 qui totalisent la moitié de la population française, sur les routes de France et du monde!...
Quant aux tués en Syrie, ils sont de l'ordre, toujours selon les Nations-Unies, de 300.000!...
Beau et valeureux bilan à incruster sur les blasons d'or de vos présidents Sarkosy et Hollande!...
Mes amis,
Cela vous dit-il quelque chose?
Cela vous invite-t-il à faire quelque chose?
Cela vous provoque-t-il pour interpeller vos "irresponsables" évêques, devenus, hélas, depuis des décades, rien moins que des momies!
Et Jésus-Christ dans tout cela, vous dit-il encore quelque chose?
Amis de France,
Où que vous soyez et quels que vous soyez, je vous dis sincèrement ma compassion et mon espoir.


Pr. Elias ZAHLAOUI, Église Notre-Dame de Damas, Koussour – Damas, Le 10/1/2015

Source: https://www.facebook.com/EliasZahlawi/posts/785036261563700

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Religion
commenter cet article
25 janvier 2015 7 25 /01 /janvier /2015 00:23
Repost 0
24 janvier 2015 6 24 /01 /janvier /2015 19:16

L'Iran, selon Tasnim agence de nouvelles, a presque entièrement éliminé Dollars US de ses réserves et ne est plus en utilisant des dollars dans le commerce extérieur.

Rien ne dure éternellement...

Comme le rapporte Bloomberg, l'Iran n'utilise plus de dollar US dans le commerce extérieur.

"Dans les échanges commerciaux avec les pays étrangers, l'Iran utilise d'autres devises dont le yuan chinois, l'euro, la livre turque, le rouble russe et le Won sud-coréen," a déclaré Gholamali Kamyab, chef adjoint de la Banque centrale d'Iran, selon l'agence de nouvelles Tasnim.

[…] La dé-dollarisation se finalise ... au moment où les États-Unis tentent de négocier des accords anti-nucléaires et des sanctions de retards ...

La domination économique de l'Amérique dans le monde est en déclin depuis 1998, bien avant la crise financière mondiale. Une grande partie de cette baisse a eu peu à voir avec les actions des États-Unis, mais plutôt avec le dénouement de la longue anomalie économique d'un siècle. La Chine a commencé à revenir à la position dans l'économie mondiale qu'elle occupait depuis des millénaires avant la révolution industrielle. Tout comme le dollar a émergé au rang mondial de monnaie de réserve quand sa puissance économique augmentait, de sorte que le tableau ci-dessous indique que la poussée croissante de dé-dollarisation dans le «reste du monde isolé» peut être un pari intelligent...

Dé-dollarisation complète: l'Iran abandonne le dollar US dans le commerce extérieur
Repost 0
24 janvier 2015 6 24 /01 /janvier /2015 19:06

laurent-deutsch

L’acteur et écrivain Lorant Deutsch, vomi par l’intelligentsia gauchiste, a tenu quelques nouveaux propos courageux reproduits par le journal Nice Matin du 22 janvier. 

« (…) on devrait réfléchir au délit de blasphème, qui a été aboli. Je me sens insulté quand on s’en prend à ma religion. Ne confondons pas laïcité et anticléricalisme farouche. Vouloir opposer croyants et « pensants » comme si les premiers étaient des abrutis, cela me peine.« 

 

Source: http://www.medias-presse.info/lorant-deutsch-on-devrait-reflechir-au-delit-de-blaspheme-qui-a-ete-aboli-je-me-sens-insulte-quand-on-sen-prend-a-ma-religion/24019

Repost 0
24 janvier 2015 6 24 /01 /janvier /2015 18:52

L'historienne Marion Sigaut a été interrogée par Medias Presse Info au sujet de la fiche « Combat contre l’obscurantisme » éditée par le CNED pour les élèves de seconde. Elle analyse ici les mensonges éhontés publiés sous couvert de l’Education Nationale dans cette fiche, qui fait les louanges du sinistre Voltaire.les mensonges publiés sous couvert de l’Education Nationale dans cette fiche, qui fait les louanges du sinistre Voltaire.

Repost 0
Publié par Ingomer
commenter cet article
23 janvier 2015 5 23 /01 /janvier /2015 23:07
Plan de la BCE : Le citoyen lambda n'en verra jamais la couleur, les banques si

La Banque de France devrait percevoir un peu plus de 20% des 1140 milliards d'euros prêtés par la BCE.

1140 milliards d'euros! Tel est donc le montant que la Banque centrale européenne (BCE) a décidé d'injecter dans la zone euro. L'équivalent d'un peu plus de la moitié du PIB français. La Banque centrale européenne va reverser ces 1140 milliards d'euros à chacune des dix-neuf banques centrales nationales de la zone euro.

La planche à billets de la BCE sera répartie entre ses différents actionnaires, selon leur poids respectif au capital de l'institution. Avec 20 % du capital de la BCE fourni par les États de la zone euro, la Banque de France pourra ra­cheter jusqu'à 230 milliards d'euros de titres publics et privés, et créer en échange autant de nouvelle monnaie. Cela représente 3500 euros par Français.

Comme le programme de rachat de la BCE porte sur 19 mois, cela équivaut à près de 185 euros par mois. Cela ne veut toutefois pas dire que chaque Français recevra, tous les mois, dans sa boîte aux lettres un chèque du même montant. Cette somme équivaut plutôt à un crédit que les banques seraient en mesure d'accorder à leurs clients. (1)

Plan de la BCE : Le citoyen lambda n'en verra jamais la couleur, les banques si.

Tout est expliqué ici : http://www.les-crises.fr/comment-la-bce-se-moque-du-monde/

[Hold-Up à 1 100 000 millions d'€] QE : comment la BCE se moque du monde !

Notes

(1) BCE : chaque Français peut espèrer un crédit de 200 euros par mois, Le Figaro, Mis à jour le 23/01/2015 à 23:07, Publié le 23/01/2015 à 19:51 http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2015/01/23/20002-20150123ARTFIG00448-plan-de-la-bce-chaque-francais-peut-esperer-un-credit-de-200euros-par-mois.php

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Economie
commenter cet article
23 janvier 2015 5 23 /01 /janvier /2015 22:58
Repost 0
23 janvier 2015 5 23 /01 /janvier /2015 22:22

«Sur l’Ukraine, l’Europe s’est complètement trompée»

Selon Hélène Carrère d’Encausse, l’Europe s’est trompée sur toute la ligne dans la gestion de la crise ukrainienne et de ses relations avec la Russie.

L’historienne française spécialiste de la Russie, Hélène Carrère d’Encausse, était de passage à Genève ce mardi. Invitée par le Centre européen de culture, la Société des membres de la légion d’honneur et le Cercle français de Genève, elle a évoqué les conséquences de la crise ukrainienne. Connue pour sa liberté de parole et son indépendance d’esprit, l’académicienne n’a pas mâché ses mots.

Faut-il s’inquiéter de la reprise des combats autour de l’aéroport de Donetsk? Jusqu’où cela peut-il aller?

L’enjeu, ce n’est pas l’aéroport de Donetsk. Derrière l’assaut lancé par le gouvernement ukrainien et le président Porochenko, il y a surtout le désir de voir les Occidentaux et l’OTAN s’investir plus loin en prétextant une intervention russe.

Que doit faire l’Europe pour sortir de cette impasse? A quel moment s’est-elle trompée?

Depuis la révolution orange de 2004, l’Europe s’est complètement trompée. La Commission européenne a mal travaillé. Elle a été incapable de comprendre la situation. Elle n’a jamais tenu compte des éléments réels. Elle a traité avec l’Ukraine mais pas avec la Russie. Au fil des ans, cela s’est aggravé. Le partenariat oriental qui excluait les Russes a été une très mauvaise affaire. Quand Vladimir Poutine a dit, il y a quelques jours, qu’il respectait et reconnaissait l’intégrité territoriale de l’Ukraine, l’Europe aurait dû se réveiller. C’était une déclaration fondamentale. Personne n’a bougé.

Que fallait-il faire?

C’était le moment de faire un geste en levant quelques sanctions. Au lieu de cela, on est resté sur la même ligne. Je crois que François Hollande a compris que la Commission européenne n’avait fait que des sottises. C’est à lui, et accessoirement à la chancelière Angela Merkel, de reprendre la main. Il avait déjà commencé à le faire lors de la commémoration du débarquement en Normandie le 6 juin dernier mais il n’avait pas été soutenu. Il faut relancer une médiation conduite par la France et l’Allemagne. Et surtout, que les Etats-Unis ne s’en mêlent pas.

Quelle est la marge de manœuvre de Vladimir Poutine?

Il n’en a presque pas. Il réagit à ce qui se passe en tirant parti des circonstances. D’un côté, il y a les sanctions. De l’autre côté, il y a des russophones en Ukraine orientale qui lui demandent assistance. Il ne peut pas laisser tomber ces gens, même son opinion publique ne lui pardonnerait pas. Voilà le problème. C’est pour cela qu’il attend un geste des Occidentaux. Une négociation ça se fait à deux. Il a dit qu’il ne toucherait pas à la territorialité de l’Ukraine. Il est obligé d’attendre que le président Porochenko reconnaisse qu’il ne peut pas entrer dans l’OTAN. Il faut trouver un statut pour l’Ukraine orientale.

Source: «Sur l’Ukraine, l’Europe s’est complètement trompée», Tribune de Genêve, 20.01.2015

http://www.tdg.ch/monde/europe/Sur-l-Ukraine--lEurope-sest-completement-trompee/story/11092422

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Russie
commenter cet article
23 janvier 2015 5 23 /01 /janvier /2015 18:09

Après la marche "Je suis Charlie" du 11 janvier organisée par l'Elysée et soutenant la culture de l'insulte et de la dérision, le Premier sinistre Manuel Valls s'est cru autorisé aujourd'hui lors d'un déplacement dans deux lycées de Seine-et-Marne de dire aux adolescents : «Habituez-vous à vivre avec le terrorisme». Et pour cause, lui et son gouvernement d'irresponsables font tout pour activer le terrorisme, l'entretenir et jeter de l'huile sur le feu. Aucune mesure de respect de la foi d'autrui, aucune mesure incitative à la politesse dans les media n'a été annoncée. Tout au contraire, l'insulte et la dérision du catholicisme comme de l'islam est largement encouragée et tolérée. Et au final, aucun respect pour la vie des Français qui peuvent être offerts en holocauste au terrorisme sans que ces bonnes âmes ne s'en offusquent.

Dans ce contexte de folie furieuse, «les jeunes Français doivent s'habituer à vivre durablement avec la menace d'attentats», a déclaré Manuel Valls devant les élèves d'un lycée agricole à Brie-Comte-Robert (Seine-et-Marne). «Votre génération, votre classe d'âge, doit s'habituer à vivre avec ce danger pendant un certain nombre d'années», a-t-il ajouté lors de cet échange, en rappelant «la menace» que constituait le retour en France de jeunes djihadistes formés à l'étranger et déterminés à frapper leur propre pays.

Manuel Valls a fait cette déclaration en présence de la ministre de l'Éducation nationale, Najat Vallaud-Belkacem, et du ministre de l'Agriculture, Stéphane Le Foll. (1)

Le gouvernement essaie de traiter le terrorisme comme une guerre de religion (la «religion de la république» dixit Claude Bartelone et de leur «liberté d'expression», le charlisme contre les autres) alors que l'origine véritable de ce fléau provient de la guerre que ce gouvernement mène principalement en Irak, Syrie, Libye, Mali, etc. pour acquérir de nouvelles sources de matières premières pour les grandes compagnies pétrolières, gazières, etc. Tant que dureront ces guerres de rapine, le terrorisme se renforcera.

 

Notes

 

(1) Valls aux adolescents : «Habituez-vous à vivre avec le terrorisme», Le Figaro, Mis à jour le 23/01/2015 à 13:32, Publié le 23/01/2015 à 12:19 http://www.lefigaro.fr/politique/2015/01/23/01002-20150123ARTFIG00199-valls-aux-adolescents-habituez-vous-a-vivre-avec-le-terrorisme.php

 

Repost 0
Publié par Ingomer
commenter cet article
23 janvier 2015 5 23 /01 /janvier /2015 11:25

Fin tacticien et observateur, Nicolas Sarkozy estime que François Hollande a brouillé les relations de la France avec la Russie et lui attribue une part de responsabilité dans les manifestations anti-françaises qui se multiplient à travers le monde suite à la marche "Je suis Charlie" du 11 janvier qui, organisée par l'Elysée, soutenait la culture de l'insulte et de la dérision et où un renversement de responsabilité avait été opéré afin de cacher l'écrasante responsabilité du gouvernement dans les attentats de Paris (Cf. Hollande, président de guerre au Mali, Centreafrique, Irak)

Selon le journal l'Opinion, lors du bureau politique de l'UMP du 20 janvier, devant l'état-major de l'UMP, il a déclaré : «Hollande ne parle plus aux Russes, et maintenant on brûle le drapeau français dans tout le monde arabe. Tout va bien». Une référence aux manifestations anti-françaises à travers le monde qui ont suivi la parution du dernier Charlie Hebdo, et dont la couverture présente une nouvelle caricature de Mahomet.

L'Opinion rapporte que cette critique a été renouvelée le 21 janvier devant le comité exécutif de l'UMP, où Nicolas Sarkozy a encore brocardé «les erreurs commises au Maghreb et au Moyen-Orient». (1)

Ce positionnement géopolitique de Nicolas Sarkozy est exact. Est-il sincère ? Nous en doutons.

Notes

(1) Nicolas Sarkozy mise sur l'international pour critiquer François Hollande, Le Figaro, Publié le 23/01/2015 à 10:32 http://www.lefigaro.fr/politique/le-scan/coulisses/2015/01/23/25006-20150123ARTFIG00129-nicolas-sarkozy-mise-sur-l-international-pour-critiquer-francois-hollande.php

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Politique
commenter cet article
23 janvier 2015 5 23 /01 /janvier /2015 11:02
Entretien TV Libertés avec Laurent Obertone sur la France Big Brother

Auteur il y a deux ans du Best-Seller « La France Orange Mécanique », Laurent Obertone a subi un lynchage médiatique et politique, simplement pour avoir décrit - exemples et chiffres à l'appui - la réalité de la violence et de l'insécurité en France. Faisant fi de l'opprobre, il récidive en ce mois de janvier 2015 avec «la France Big Brother », véritable pamphlet contre le système actuel verrouillé par le politiquement correct.

TV Libertés a pu interviewer celui qui est désormais boycotté par TOUTE la presse et TOUS les médias traditionnels (malgré les 120 000 exemplaires vendus de son premier ouvrage) :

Repost 0
22 janvier 2015 4 22 /01 /janvier /2015 19:11
Colonisation : Manuel Valls veut initier une «politique de peuplement»

Contre la «ghettoïsation», Manuel Valls veut initier une «politique de peuplement». Le premier ministre dit ne pas supporter que dans les écoles de certains quartiers «on ne trouve que des élèves issus de familles pauvres, souvent monoparentales, issues uniquement de l'immigration, des mêmes cultures et de la même religion». Il a dit vouloir lancer «une politique de peuplement» dans les banlieues pour mettre fin à «la ghettoïsation».

Outre l'idée de «politiques positivement discriminantes» dans les secteurs du logement et de l'enseignement, Patrick Kanner, ministre de la Ville, de la Jeunesse et des Sports, faisait remarquer mercredi qu'un taux de TVA réduit à 5,5% a été institué dans 1300 quartiers populaires depuis le 1er janvier dernier afin de multiplier le nombre de propriétaires dans ces zones. Il évoquait déjà cette mesure comme partie prenante d'une politique de peuplement. S'il admettait que l'État ne pourrait pas contraindre des foyers à venir s'installer dans ces zones défavorisées, il envisageait par exemple des mesures incitatives pour les jeunes couples. [1]

Comment va faire Manuel Valls ? Va-t-il demander aux élus de gauche de déménager, de mettre leurs enfants non plus dans des écoles privées cathos, mais dans les écoles des banlieues qui pendant des années ont été créées, «mises en valeur», pour avoir l'électorat immigré nécessaire à leurs élections et réélections, ou va-t-il déménager les banlieues dans les quartiers chics et encore préservés de l'immigration ?

 

Notes

 

[1] Contre la «ghettoïsation», Manuel Valls veut initier une «politique de peuplement», Le Figaro, Publié le 22/01/2015 à 17:12

Repost 0