Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
29 septembre 2015 2 29 /09 /septembre /2015 14:19

Avant l'ouverture prochaine du Synode sur la famille, et en cette fête de Saint Michel Archange, le Supérieur de la Fraternité Sacerdotale Saint Pie X, Mgr Fellay, adresse une "supplique au Saint-Père":

Supplique au Saint-Père (Mgr Fellay)

Très Saint Père,

C’est avec la plus vive inquiétude que nous constatons autour de nous la dégradation progressive du mariage et de la famille, origine et fondement de toute la société humaine. Cette déliquescence est en train de s’accélérer fortement, notamment par la promotion légale des comportements les plus immoraux et les plus dépravés. La loi de Dieu, même simplement naturelle, est aujourd’hui publiquement foulée aux pieds, les péchés les plus graves se multiplient de façon dramatique et crient vengeance au Ciel.

Très Saint Père,

Nous ne pouvons vous cacher que la première partie du Synode consacré aux « Défis pastoraux de la famille dans le contexte de l’évangélisation » nous a très vivement alarmés. Nous avons entendu et lu, venant de personnes constituées en dignité ecclésiastique – qui s’autorisent de votre soutien, sans être démenties -, des affirmations si contraires à la vérité, si opposées à la doctrine claire et constante de l’Église concernant la sainteté du mariage, que notre âme en a été profondément troublée. Ce qui nous inquiète encore plus, ce sont certaines de vos paroles laissant entendre qu’il pourrait y avoir une évolution de la doctrine pour répondre aux nécessités nouvelles du peuple chrétien. Notre inquiétude vient de ce que saint Pie X a condamné, dans l’encyclique Pascendi, un tel alignement du dogme sur de prétendues exigences contemporaines. Pie X et vous, Très Saint Père, avez reçu la plénitude du pouvoir d’enseigner, de sanctifier et de gouverner dans l’obéissance au Christ qui est le chef et le pasteur du troupeau en tout temps et en tout lieu, et dont le Pape doit être le fidèle vicaire sur cette terre. L’objet d’une condamnation dogmatique ne saurait devenir, avec le temps, une pratique pastorale autorisée.

Dieu auteur de la nature a établi l’union stable de l’homme et de la femme en vue de perpétuer l’espèce humaine. La Révélation de l’Ancien Testament nous apprend, de la façon la plus évidente, que le mariage, unique et indissoluble, entre un homme et une femme, a été établi directement par Dieu, et que ses caractéristiques essentielles ont été soustraites par lui au libre choix des hommes, pour demeurer sous une protection divine toute particulière : « Tu ne convoiteras pas la femme de ton prochain » (Ex 20, 17).

L’Évangile nous enseigne que Jésus lui-même, en vertu de son autorité suprême, a rétabli définitivement le mariage, altéré par la corruption des hommes, dans sa pureté primitive : « Ce que Dieu a uni, que l’homme ne le sépare pas » (Mt 19, 6).
C’est la gloire de l’Église catholique, tout au long des siècles, d’avoir défendu contre vents et marées, malgré les sollicitations, les menaces et les tentations, la réalité humaine et divine du mariage. Elle a toujours porté haut – même si des hommes corrompus l’abandonnaient pour ce seul motif -, l’étendard de la fidélité, de la pureté et de la fécondité qui caractérisent le véritable amour conjugal et familial.

Alors qu’approche la deuxième partie de ce Synode consacré à la famille, nous estimons en conscience de notre devoir d’exprimer au Siège apostolique les profondes angoisses qui nous saisissent à la pensée des « conclusions » qui pourraient être proposées à cette occasion, si par grand malheur elles devaient constituer une nouvelle attaque contre la sainteté du mariage et de la famille, un nouvel affaiblissement du statut des couples et des foyers. Nous espérons de tout cœur, au contraire, que le Synode fera œuvre de véritable miséricorde en rappelant, pour le bien des âmes, l’intégrale doctrine salutaire concernant le mariage.

Nous avons pleinement conscience, dans le contexte actuel, que les personnes qui se trouvent engagées dans des situations matrimoniales irrégulières doivent être accueillies pastoralement, avec compassion, afin de leur montrer le visage très miséricordieux du Dieu d’amour que fait connaître l’Église.
Cependant la loi de Dieu, expression de son éternelle charité pour les hommes, constitue par elle-même la souveraine miséricorde pour tous les temps, toutes les personnes et toutes les situations. Nous prions donc pour que la vérité évangélique du mariage, que devrait proclamer le Synode, ne soit pas contournée en pratique par de multiples « exceptions pastorales » qui en dénatureraient le sens véritable, ou par une nouvelle législation qui en abolirait quasi infailliblement la portée réelle. Sur ce point, nous ne pouvons vous dissimuler que les récentes dispositions canoniques du Motu proprio Mitis iudex Dominus Iesus, facilitant des déclarations de nullité accélérées, ouvriront la porte de facto à une procédure de « divorce catholique » qui ne dit pas son nom, en dépit des rappels sur l’indissolubilité du mariage qui l’accompagnent. Ces dispositions suivent l’évolution des mœurs contemporaines, sans chercher à les rectifier selon la loi divine ; comment, dès lors, ne pas être bouleversé par le sort des enfants nés de ces mariages annulés de façon expéditive, qui seront les tristes victimes de la « culture du rebut » ?

Au XVIe siècle, le pape Clément VII refusa à Henri VIII d’Angleterre le divorce que celui-ci réclamait. Face à la menace du schisme anglican, le pape maintint, contre toutes les pressions, l’enseignement intangible du Christ et de son Église sur l’indissolubilité du mariage. Verra-t-on sa décision maintenant désavouée en une « repentance canonique » ?
De nos jours, partout dans le monde, de nombreuses familles se sont mobilisées courageusement contre les lois civiles qui sapent la famille naturelle et chrétienne, et encouragent publiquement des comportements infâmes, contraires à la morale la plus élémentaire. L’Église peut-elle abandonner ceux qui, parfois à leur propre détriment, et toujours sous les moqueries et les quolibets, mènent ce combat nécessaire mais difficile ? Cela constituerait un contre-témoignage désastreux, et serait source pour ces personnes de dégoût et de découragement. Les hommes d’Église, au contraire, de par leur mission même, doivent leur apporter un soutien clair et motivé.

Très Saint Père,

Pour l’honneur de Notre Seigneur Jésus-Christ, pour la consolation de l’Église et de tous les fidèles catholiques, pour le bien de la société et de l’humanité tout entière, en cette heure cruciale, nous vous supplions donc de faire retentir dans le monde une parole de vérité, de clarté et de fermeté, en défense du mariage chrétien et même simplement humain, en soutien de son fondement, à savoir la différence et la complémentarité des sexes, en appui de son unicité et de son indissolubilité. Nous vous supplions filialement de faire retentir une parole accompagnée de mesures efficaces, montrant votre soutien en acte à la famille catholique.
Nous confions cette humble supplique au patronage de saint Jean-Baptiste, qui connut le martyre pour avoir défendu publiquement, contre une autorité civile compromise par un « remariage » scandaleux, la sainteté et l’unicité du mariage ; suppliant le Précurseur de donner à Votre Sainteté le courage de rappeler à la face du monde la vraie doctrine concernant le mariage naturel et chrétien.

En la fête de Notre-Dame des Sept Douleurs, le 15 septembre 2015
+Bernard FELLAY

Supérieur général de la Fraternité Saint-Pie X

source

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Religion
commenter cet article
29 septembre 2015 2 29 /09 /septembre /2015 09:07
Syrie : Bachar el Assad dénonce le "principe européen du deux poids deux mesures" et accuse l'Europe d'avoir "une part de responsabilité" pour avoir "soutenu le terrorisme"

Aux prises avec une situation extrêmement compliquée en Syrie, qui affecte tout le Moyen-Orient jusqu’en Europe, le dirigeant du pays a livré son opinion au média russe RT dans un entretien video postée le 16 septembre dernier, sur la lutte contre le terrorisme et les origines de la crise des réfugiés.

 

Bachar el Assad nous fait légitimement la leçon quant au "principe européen du deux poids deux mesures", que je ne cesse de dénoncer sur ce blog. Il accuse l'Europe d'avoir "sa part de responsabilité pour avoir soutenu le terrorisme".

 

Chapeau les artistes !

A partir de 32:30:

Cette immigration est pour nous une grande perte.

Vous m'avez poser une question sur les élections. Les élections présidentielles ont eu lieu l'année dernière, alors qu'il y avait déjà de nombreux réfugiés dans de nombreux pays, surtout au Liban. D'après la propagande occidentale, tous ces réfugiés ont fui le gouvernement syrien qui les aurait chassés et tués. Et ils ont été considérés comme des opposants. Quelle n'a pas été la surprise des Occidentaux quand la majorité de ces réfugiés se sont rendus dans les bureaux de vote pour donner leurs voix au président. Ce fut un coup dur pour les instigateurs de cette propagande. Nous avions mis en place une organisation spéciale pour ce vote. Il devait y avoir des bureaux de vote dans chacune de nos ambassades. Et le gouvernement syrien contrôlait ce processus. Mais cela dépend des relations entre les Etats. Plusieurs pays ont rompu leurs relations avec la Syrie et fermé les ambassades syriennes. Par conséquent, les citoyens syriens n'ont pas pu voter dans ces pays. Ainsi, ils ont dû aller là où des bureaux de vote avaient été installés. C'est ce qui s'est passé l'année dernière.

Quant à l'Europe, il est sûr qu'elle est responsable (des vagues migratoires. Ndlr.) Aujourd'hui, elle essaie de présenter la situation comme si sa faute se limitait au fait qu'elle n'a pas donné assez d'argent ou su organiser l'immigration illégale en Europe, à cause de quoi, plusieurs réfugiés venus via la Mer Méditerranée ont péri noyés lors de leur voyage. Nous déplorons chaque victime innocente. Mais, est-ce que la vie d'un noyé en mer est plus précieuse que celle d'une personne décédée en Syrie ? Pourquoi aurait-elle plus de valeur que celle d'un innocent décapité par les terroristes ? Comment peut-on s'affliger de la mort d'un enfant en mer et ignorer les milliers d'enfants, de vieillards, de femmes et d'hommes qui sont devenues les victimes des terroristes ? Ce principe européen du deux poids deux mesures n'est plus acceptable. Cela ne fait aucun sens. Comment peut-on être attristé par la mort de certains et être indifférent au sort d'autres victimes ?

Ainsi, l'Europe a sa part de responsabilité pour avoir soutenu le terrorisme, sa meilleure couverture. Ce qu'elle continue de faire. Elle qualifie les terroristes de modérés. Elle les divise en groupes, tandis qu'ils sont tous des extrémistes.

Bachar el Assad explique les origines de la crise actuelle en Syrie:

Cela peut vous sembler étonnant si je vous dis que le moment clé en Syrie est, à la surprise de nombreuses personnes, la guerre en Irak de 2003. C'est quand les Etats-Unis ont envahi l'Irak: nous étions fortement opposés à cette invasion car nous savions que tout cela allait aboutir à la division de la société et à l'apparition de troubles. Or, nous sommes voisins de l'Irak. A cette époque, on comprenait que cette guerre allait faire de l'Irak un foyer de conflits sectaires. A l'Ouest de la Syrie, il y a un autre pays dans cette situation, le Liban. Et nous, nous sommes au milieu. Nous savions très bien que nous allions en subir les conséquences. C'est pourquoi, le début de la crise syrienne, et tout ce qui s'est passé alors est le résultat naturel de la guerre et du conflit confessionnel en Irak, parce qu'une partie de ses habitants sont arrivés en Syrie. Pour eux, c'était facile d'inciter certains groupes (terroristes Ndlr.) syriens à les rejoindre.

Il explique enfin la source des "conditions d'un soulèvement avec le soutien occidental et l'argent des Pays du Golfe" :

Le deuxième point qui peut être moins critique est le laisser-faire américain vis-à-vis des terroristes afghans dans les années 80, qu'ils appelaient alors combattants pour la liberté. Puis enfin, la création de DAECH en 2006, à l'aide de financements américains, et sans aucune opposition de leur part. Tous ces éléments rassemblés ont créé les conditions d'un soulèvement avec le soutien occidental et l'argent des pays du Golfe, en particulier du Qatar et de l'Arabie Saoudite, ainsi qu'avec l'aide logistique de la Turquie. En effet, Erdogan appartient de part sa façon de penser aux Frères musulmans. Par conséquent, il croit qu'un changement en Syrie, en Egypte et en Irak, donnera naissance à un nouveau sultanat. Pas le sultanat ottoman cette fois, mais celui des Frères musulmans, qui couvrirait des territoires allant de l'Océan atlantique jusqu'à la Méditerranée et qui serait dirigés par Erdogan.

Toutes ces choses mises ensemble nous ont conduit à la situation à laquelle nous sommes en ce moment.

Une fois de plus, je dis qu'il y a eu des erreurs, que ces erreurs donnent lieu à des failles et des points faibles. Mais cela n'est pas suffisant et ne justifie pas ce qui se passe actuellement. Et si ce genre d'erreurs est vraiment à l'origine de ces évènements, pourquoi les mêmes erreurs n'ont-elles pas mené à des révolutions dans les Pays du Golfe, surtout en Arabie saoudite qui ignorent complètement la démocratie ? Je pense que la réponse est évidente.

Repost 0
29 septembre 2015 2 29 /09 /septembre /2015 08:50

Chapeau les artistes !

Le ministre allemand de l’Économie Sigmar Gabriel souhaite que les sanctions contre la Russie soient levées

Le gouvernement fédéral (allemand NdCR.) commence à réaliser avoir été doublement piégé par les Américains. Les sanctions contre la Russie ont provoqué l’effondrement des exportations. Le scandale Volkswagen du contrôle antipollution met la branche industrielle la plus importante du pays sous pression. Dans ce contexte, Sigmar Gabriel, ministre fédéral de l’Économie, souhaite que les sanctions contre la Russie soient levées. Cette déclaration est un appel à l’aide aux Américains, lesquels, selon leurs propres déclarations, ont forcé l’Union européenne à participer aux sanctions. En effet, les Américains ont ouvertement admis avoir contraint l’Union européenne aux sanctions contre la Russie. C’est Joe Biden en personne qui déclarait qu’il était important, aux yeux d’Obama, que l’Europe puisse faire l’effort de subir des dommages économiques pour punir les Russes.

Ces déclarations de Biden prouvent que Merkel et ses collègues de l’Union européenne, Hollande en tête de tous les autres caniches, ont, sur ordre de Washington, porté préjudice à leurs peuples. Ils se sont rendus coupables de soumission aux intérêts américains. L’on admirera au passage le sang-froid de Vladimir Poutine et de son ministre Sergueï Lavrov, qui sortent grandis de cette affaire, désastreuse pour les Européens, et nous Français en particulier ! L’Allemagne piégée s’agite pour sortir de ce guêpier économique, quand Hollande vend les Mistral aux Égyptiens, payés par les Saoudiens, tout en perdant de l’argent. Chapeau, les artistes !

[...] Sigmar Gabriel a déclaré vendredi 24 septembre, à Berlin, que l’on ne peut demander aux Russes de collaborer sur le dossier syrien si les sanctions ne sont pas levées. « Chacun doit être assez intelligent pour savoir qu’on ne peut garder des sanctions ad vitam æternam et, de l’autre côté, vouloir collaborer ensemble. » Pour commencer de meilleures relations, il faudrait commencer par mettre en place un second pipeline et lever les sanctions contre la Russie. Gabriel continue : « Le conflit en Ukraine ne peut continuer à endommager les relations de l’Allemagne, de l’Europe et des États-Unis, pour que la Russie fasse défaut en Syrie. » Les déclarations de Gabriel viennent un peu tard. Les Russes ont déjà commencé à intervenir en Syrie, sans même « l’autorisation » américaine, et cela dans leur propre intérêt.

 

Source: L’Allemagne demande aux États-Unis la levée des sanctions contre la Russie, Boulevard Voltaire, 29 septembre 2015

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Allemagne
commenter cet article
29 septembre 2015 2 29 /09 /septembre /2015 07:56
Un Roi pour la France

Belle video d'"Alliance Royale" qui dénonce le "sortilège républicain".

 

Tout indique en effet que les Français fassent l'objet d'un sortilège très puissant, dont j'ai déjà parlé ici, qui fait que des catholiques formés ne voient pas le piège des élections dites "républicaines", sorte d'envoûtement collectif dont ils n'arrivent pas à s'extraire et qui fait qu'ils perpétuent malgré eux le maléfice dont ils se plaignent chaque jour:

Il n'y a pas de souveraineté sans un roi indépendant des factions.

Christophe Paillard

La république est une impasse, sortez du sortilège républicain. Osez penser royaliste!

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Royalisme
commenter cet article
28 septembre 2015 1 28 /09 /septembre /2015 19:48
http://www.lesoir.be/1001765/article/actualite/fil-info/fil-info-monde/2015-09-28/l-onu-obama-denonce-soutien-au-tyran-bachar-al-assad

http://www.lesoir.be/1001765/article/actualite/fil-info/fil-info-monde/2015-09-28/l-onu-obama-denonce-soutien-au-tyran-bachar-al-assad

Le président américain Barack Obama a dénoncé aujourd'hui à l’ONU le soutien de certains pays au président syrien Bachar al-Assad, un «tyran» qui «massacre des enfants innocents».

 

Devant l’assemblée générale de l’ONU, M. Obama a dénoncé, dans une référence à la position de Moscou, la logique consistant à soutenir «des tyrans comme Bachar al-Assad» sous prétexte que l’alternative «serait pire».

 

Le président a cependant affirmé qu’il était prêt à travailler avec la Russie et l’Iran, soutiens du régime de Bachar al-Assad, pour tenter de trouver une issue au conflit syrien. «Les Etats-Unis sont prêts à travailler avec tous les pays, y compris la Russie et l’Iran, pour résoudre le conflit», a lancé M. Obama. «Mais nous devons reconnaître qu’après tant de sang versé et de carnages, il ne peut y avoir un retour au statu quo d’avant la guerre», a-t-il ajouté.

En revanche, aucun mot d'Obama, aucune condamnation quant au criminel de guerre Porochenko, tyran qui tue son propre peuple dans l'Est de l'Ukraine avec son "opération antiterroriste", mais dont la politique terroriste avait été validée par... les Etats-Unis et qui a fait à ce jour,

 

- plus de 2500 civils tués selon un bilan déjà ancien de l'ONU du 27 août 2014 (les chiffres semblent depuis faire l'objet d'un silence total),

- 300 000 réfugiés en Russie selon le porte-parole du Comité d'enquête russe dans une procédure pénale pour génocide des russophones en Ukraine,

- un-demi-million de déplacés (260.000 déplacés à l'intérieur de l'Ukraine et le même nombre de réfugiés en Russie), selon le Haut-commissariat aux réfugiés des Nations unies à Genève.

Deux poids deux mesures d'Obama en Syrie et en Ukraine
Deux poids deux mesures d'Obama en Syrie et en Ukraine
Deux poids deux mesures d'Obama en Syrie et en Ukraine
Deux poids deux mesures d'Obama en Syrie et en Ukraine
DONBASS 12.000 réfugiés ukrainiens, dans la région de Rostov

DONBASS 12.000 réfugiés ukrainiens, dans la région de Rostov

Deux poids deux mesures d'Obama en Syrie et en Ukraine
Deux poids deux mesures d'Obama en Syrie et en Ukraine
Paulina (2007-2015), tuée le 16 mars 2015 avec sa mère par l'armée ukrainienne à Konstantinovka (Donbass, Est de l'Ukraine)

Paulina (2007-2015), tuée le 16 mars 2015 avec sa mère par l'armée ukrainienne à Konstantinovka (Donbass, Est de l'Ukraine)

Deux poids deux mesures d'Obama en Syrie et en Ukraine
Repost 0
28 septembre 2015 1 28 /09 /septembre /2015 17:42

Mis à jour le 1er octobre 2015

Dans le cadre de la 70e session de l'Assemblée générale de l'‪Onu, François Hollande s'est exprimé avant son discours à l'ONU en réitérant sa volonté de voir partir le président syrien  Bachar el Assad avant d'envisager une résolution contre la "menace terroriste" de Daech. Propos retranscrits de son intervention télévisée sur BFMTV après 18h30:

 

"L'opposition syrienne se bat contre Bachar el Assad comme légitime. J'ai eu des échanges avec le Premier ministreturc, libanais et des échanges avec le président Rouani d'Iran;

 

Nous devons tout faire pour qu'une transition politique puisse etre trouvée; elle passe par le départ de Bachar el Assad. Rien n'a changé. Et aucune initiative ne pourra nous faire croire qu'il faille revenir en arrière."

 

[...] Donc s'il doit y avoir une résolution (du Conseil de Sécurité de l'ONU) sur la Syrie, nous ne pouvons la soutenir que s'il y a une transition en Syrie".

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2015/09/28/97001-20150928FILWWW00311-assad-doit-partir-la-france-n-a-pas-varie-sur-ce-point-hollande.php

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2015/09/28/97001-20150928FILWWW00311-assad-doit-partir-la-france-n-a-pas-varie-sur-ce-point-hollande.php

Commentaire de Floris de Bonneville sur Boulevard Voltaire:

 

"Notre Président s’est ridiculisé devant le monde entier à la tribune des Nations unies. Poursuivant sa volonté d’abattre à tout prix le président Assad à qui il préfère l’opposition modérée dont il sait pourtant qu’armée, en partie par Fabius, elle se bat aux côtés et pour l’État islamique, Hollande s’enfonce dans une politique solitaire, irréaliste et criminelle.

 Il veut sauver le peuple syrien des mains du tyran responsable, pense-t-il (après avoir lu Le Monde ?), de 80 % des victimes civiles. Il persiste et signe devant une Assemblée générale indifférente à ce pantin qui gesticule tout au long de son discours, remuant les épaules, sautillant comme pour mieux marteler « Assad ne peut pas faire partie de la solution ».

Mais Hollande se retrouve bien seul. Après Barack Obama et Angela Markel revenus de leur ostracisme envers Assad, c’est au tour de Vladimir Poutine d’enfoncer le clou au cours d’un discours historique que la presse française a réduit a minima."

 

Source : Quand Poutine renvoie Hollande là où il devrait être : loin de nous, Boulevard Voltaire, 29/09/2015

 

Commentaire du spécialiste de la Syrie, Frédéric Pichon, Docteur en histoire, chercheur associé au sein de l'équipe EMAM de l'Université François Rabelais (Tours), pour RT en français, le 30 septembre 2015:

 

"Je crois qu'en réalité il ne faut pas accorder trop d'importance à la prestation de François Hollande devant l'ONU. En fait, au sein même de son gouvernement certains penchent, et au sein des services de renseignement, pour une solution pragmatique qui laisse la question du président syrien de côté. Aussi cette posture française [ndlr: le durcissement du ton de la France à New-York] a surtout été une manière de donner le change à nos alliés saoudiens. C'est quand même incroyable de voir que les deux seuls pays qui ont tenu ce langage à l'ONU sont la France et l'Arabie Saoudite. L'Arabie Saoudite dès le lendemain a dit «il faut que Assad parte, si ce n'est pas par la négociation, ce sera militairement, etc...». Pour moi, il s'agit juste de donner des gages à notre allié saoudien qui s'inquiète vraiment du lâchage des Etats-Unis."

 

Source: Pour Frédéric Pichon, cette enquête visant Assad est «le baroud d'honneur» d'une France isolée, RT en français, 30 sept. 2015

Repost 0
28 septembre 2015 1 28 /09 /septembre /2015 17:24
Poutine : "les rebelles modérés (en Syrie) formés par l'Occident rejoignent eux aussi les rangs de l'Etat islamique"

Le président russe Vladimir Poutine est intervenu à la tribune de l'Assemblée générale de l'‪Onu dans le cadre de la 70e session de l'Assemblée générale de l'‪Onu, a débuté à 18h02, heure de Paris. Il a expliqué notamment que dans le monde,

 

"l'exportation des révolutions, dites démocratiques, se poursuit. En Afrique du nord, les gens voulaient du changement (...) Au lieu des réformes, leur mode de vie a été détruit. Au lieu de la démocratie et du progrès - la violence, la pauvreté, une catastrophe sociale.

 

En Syrie,

"les rebelles modérés formés par l'Occident rejoignent eux aussi les rangs de l'Etat islamique. Dans les rangs de l'Ei combattent des membres de la soi-disant opposition modérée soutenue par l'Occident." 

 

A propos de la lutte contre l'Etat islamique, il a proposé de "créer une large coalition antiterroriste internationale".

 

D'une durée de 22 minutes, le discours s'est terminé à 18h24. Il était suivi en direct par Sputnik :

 
  • 18:26

    La Russie croit dans les principes de l'Onu, qui contribueront à éviter une confrontation globale.

  • 18:25

    Nous proposons de créer sous l'égide de l'Onu un forum spécial pour évoquer les problèmes environnementaux.

  • 18:24

    La Russie réduira les émissions de 70-75% par rapport au niveau de 1990.

    Il faut promouvoir de nouveaux projets, des technologies proches de la nature qui permettront de réparer l'équilibre détruit entre la biosphère et la technosphère.

  • 18:23

    La Russie propose une harmonisation des projets économiques régionaux.

  • 18:23

    Une série de pays se sont lancés dans la création d'unions économiques fermées.

    Les négociations à ce sujet se déroulent en couloir, à l'écart de leurs propres citoyens, a indiqué M. Poutine en faisant allusion au traité transatlantique.

  • 18:21

    Les pays d'Europe (orientale) ont été placés devant un faux choix: rester soit avec l'ouest, soit avec l''est.

  • 18:20

    Un coup d'Etat armé a été provoqué depuis l'étranger en Ukraine

    L'intégrité de l'Ukraine ne sera pas maintenue par les menaces et la force des armes.

    Il faut mettre en oeuvre de façon honnête les ententes de Minsk.

  • 18:19

    La logique de blocs du temps de la guerre froide domine encore chez certains de nos collègues.

  • 18:17

    Les migrations sont un nouveau grand déplacement de peuples, c'est un phénomène amer.

  • 18:17

    Il faut une stratégie inclusive de recontruction du Proche-Orient. Et alors les flux de réfugiés tariront.

  • 18:15

    Il faut créer une large coalition antiterroriste internationale

    Poutine aux leaders musulmans: votre action est cruciale, notamment contre ceux qui recrutent les terroristes.

  • 18:15

    Syrie: Notre approche honnête et directe est utilisée pour accuser la Russie de vouloir satisfaire ses ambitions

    On ne peut résoudre cardinalement le problème qu'en recréant la structure étatique là où elle a été détruite.

    Il faut fournir une aide tous azimuts au gouvernement syrien légal.

  • 18:14

    "A part les troupes de Bachar el-Assad et les troupes kurdes, personne ne se bat vraiment contre l'Etat islamique"

  • 18:12

    Moyen-Orient: Les rebelles modérés formés par l'Occident rejoignent eux aussi les rangs de l'Etat islamique.

    Dans les rangs de l'Ei combattent des membres de la soi-disant opposition modérée soutenue par l'Occident

    Toutes les tentatives de jouer avec les terroristes, et surtout de les armer, sont extrêmement risquées.

  • 18:09

    Sans l'Onu, "au final, il y aura dans le monde une multitude de protectorats, dirigés depuis l'étranger".

    "L'exportation des révolutions, dites démocratiques, se poursuit."
    "En Afrique du nord, les gens voulaient du changement (...) Au lieu des réformes, leur mode de vie a été détruit"
    Au lieu de la démocratie et du progrès - la violence, la pauvreté, une catastrophe sociale.

  • 18:08

    Conseil de sécurité : personne ne songeait en le créant qu’y règnerait l’entente

  • 18:07

    Les tentatives de déstabiliser la légitimité et la stabilité de l’Onu sont extrêmement dangereuses.

  • 18:06

    « Les Etats qui agissent en contournant la charte de l’Onu violent le droit international »

  • 18:05

    L'Onu fait récemment l'objet de nombreuses critiques, notamment en liaison avec l'usage du droit de véto.

    L'Onu est le siège de nombreuses divergences, notamment au Conseil de sécurité de l'oNU, ce qui est tout à fait naturel.

  • 18:02

    Début de l'allocution du président russe Vladimir Poutine

    70 ans de l’Onu : une occasion de revenir sur l’histoire et de se tourner vers notre avenir

    La décision de créer l'Onu a été prise par notre pays lors de la rencontre de Yalta par les représentants de la coalition antihitlérienne.

 
Repost 0
Publié par Ingomer - dans Russie
commenter cet article
28 septembre 2015 1 28 /09 /septembre /2015 17:05

Ce que l'on peut appeler la Grande convergence avance.

 

Lu sur Sputnik cet article d'Alexandre Latsa qui s'interroge:

 

[...] ici et là, de nouvelles dynamiques apparaissent. Les Français sont visiblement de plus en plus nombreux à mesurer l'incompétence de leur classe politique et à comprendre que la solution ne viendra pas d'en haut mais d'en bas, du peuple. Nombreux sont ceux qui envisagent désormais de nouvelles figures politiques issues pourquoi pas de la société civile. De tels scénarios ont du reste déjà été envisagés, que ce soit avec Michel Onfray et Éric Zemmour.

 

L'avenir pourrait-il voir l'émergence d'un gouvernement d'union nationale issu de la société civile?

 

Source: D’Onfray à Zemmour, et si la société civile prenait le pouvoir?, Points de vue, Alexandre Latsa, 11:54 28.09.2015(mis à jour 14:43 28.09.2015) URL courte

Grande convergence: D’Onfray à Zemmour, et si la société civile prenait le pouvoir ?
Repost 0
28 septembre 2015 1 28 /09 /septembre /2015 16:35

Comme je le prévoyais hier, le déploiement de la force armée russe en Syrie fait plier les Occidentaux. Nous assistons à une nouvelle volte-face de la diplomatie américaine en Syrie. Après l'appel le 27 septembre du porte-parole du Premier ministre britannique David Cameron à coopérer avec la Russie pour lutter contre l'Etat islamique, et l'appel consécutif du secrétaire d'Etat américain John Kerry hier dimanche à "une coordination contre Daech", c'est aujourd'hui au tour de Barack Obama d'affirmer devant la 70e session de l'Assemblée générale de l'‪Onu à New York qu'il était prêt à coopérer avec la Russie et l'Iran, soutiens de Damas, pour tenter de trouver une issue au conflit syrien. [1]

 

Hollande reste plus que jamais isolé diplomatiquement. On attend à présent que l'audacieux change de cap.

Obama prêt à travailler avec la Russie et l'Iran en Syrie, Hollande plus que jamais isolé diplomatiquement
Obama prêt à travailler avec la Russie et l'Iran en Syrie, Hollande plus que jamais isolé diplomatiquement

Notes

 

[1] Syrie : Obama prêt à travailler avec la Russie et l'Iran, Le Figaro.fr avec AFP et ReutersMis à jour le 28/09/2015 à 17:23 Publié le 28/09/2015 à 16:58

 

Repost 0
28 septembre 2015 1 28 /09 /septembre /2015 13:56

Ca avait commencé par des vols de vélos...

 

Alors qu'un syndicat de policiers propose de séparer chrétiens et musulmans, des bagarres ont éclaté hier entre réfugiés en Allemagne à la suite d'un différend lors du repas du midi.

Jeudi 24 septembre, d'autres bagares avaient éclaté entre Syriens et afghans à la suite également d'un différend lors du repas de midi entre "un afghan de 17 ans" et une "syrienne de 11 ans" :

Media suisse Les Observateurs.ch:

 

Allemagne : bagarres de masse dans des résidences de réfugiés

 

Article publié le 27.09.2015

 

Deux violentes bagarres ont eu lieu en Saxe dans deux résidences pour demandeurs d’asile : un affrontement au couteau à Chemnitz ainsi qu’une bagarre de masse entre 200 personnes à Leipzig.

Dans ces affrontements entre réfugiés, plusieurs personnes ont été blessées. A Chemnitz, deux Tunisiens âgés de 23 et 24 ans ainsi que deux Albanais âgés de 23 et 25 ans ont été emmené à l’hôpital. [...]

A Leipzig, il y a eu, jeudi soir, une bagarre entre quelques 200 Syriens et Afghans. Plusieurs personnes ont été blessées selon la police [...] Le différend aurait commencé après qu’un afghan de 17 ans ait menacé, un couteau à la main, une syrienne de 11 ans. [...]

Au mois d’août, un incident comparable avait eu lieu et 16 personnes avaient été blessées. Le déclencheur était alors un différend religieux. Un homme avait été attaqué par d’autres migrants parce qu’il aurait manipulé un Coran les mains sales. [...]

Source

via http://lesobservateurs.ch/2015/09/27/allemagne-bagarres-de-masse-residences-de-refugies/

Allemagne : bagarres de masse entre réfugiés non identifiés

Media français Le Figaro:

 

Le gouvernement allemand s'est dit aujourd'hui "extrêmement préoccupé" par les affrontements survenus la veille entre plusieurs centaines de réfugiés dans un centre d'accueil, alors qu'un syndicat de policiers propose de séparer chrétiens et musulmans dans les foyers.

"Nous observons avec une extrême préoccupation le fait qu'il y ait eu des violences" dans le centre, a déclaré un porte-parole du ministère de l'Intérieur.

Les affrontements ont éclaté hier dans un camp de tentes à Calden, dans la banlieue de Cassel (centre), où sont hébergés environ 1.500 migrants d'une vingtaine de nationalités. Ils ont duré plusieurs heures et ont opposé à coups de bâton et de gaz irritant des demandeurs d'asile pakistanais d'une part et albanais d'autre part, semble-t-il à la suite d'une altercation entre deux hommes au moment où les repas étaient servis le midi à la cantine, selon la police locale. Une dizaine de demandeurs d'asile et trois policiers ont été légèrement blessés, a ajouté la police.

 

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2015/09/28/97001-20150928FILWWW00148-refugies-berlin-preoccupe-par-des-bagarres.php

Source: http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2015/09/28/97001-20150928FILWWW00148-refugies-berlin-preoccupe-par-des-bagarres.php

Source: http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2015/09/28/97001-20150928FILWWW00148-refugies-berlin-preoccupe-par-des-bagarres.php

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Allemagne
commenter cet article
28 septembre 2015 1 28 /09 /septembre /2015 09:34
Catalogne: l'Oligarchie conteste le résultat indépendantiste au moyen d'un double standard

 

La liste « Junts pel si » (Ensemble pour le oui), qui regroupe indépendantistes de gauche et nationalistes de droite, a remporté le scrutin avec 62 députés, un résultat à la hauteur de ses espoirs. Si l’on y ajoute les 10 députés de la CUP, un parti séparatiste anticapitaliste et europhobe, les indépendantistes obtiennent la majorité absolue en nombre de sièges (72), mais pas en vote (47,8 %). [1]

 

Que signifie ce résultat ?

 

La forte participation, 77,5 %, soit 10,5 points de plus que lors des élections de 2012, déjà marquées par une forte mobilisation des électeurs, témoigne de l’importance d’un scrutin présenté comme « historique » par la plupart des partis en lice. Dans les quartiers populaires traditionnellement « unionistes » comme dans les fiefs indépendantistes, la participation a été très forte.

 

Le Parti populaire (PP), qui pensait que cette hausse de la participation lui serait favorable, obtient un score très décevant, avec 11 députés (8,5 %), ce qui en fait l’avant-dernier parti sur l’échiquier politique catalan. C’est le jeune parti de centre droit Ciudadanos (Citoyens) qui capitalise le vote anti-independantiste, se hissant à la deuxième position avec 25 députés (18 %).

 

Quelles sont les promesses des indépendantistes ?

 

La liste « Junts pel si » s’est engagée à réaliser une déclaration institutionnelle dès l’investiture de ses élus afin d’exposer officiellement son intention de déclarer l’indépendance. Après une première phase de la législature qui sera consacrée à la construction de « structures d’Etat » permettant un transfert de souveraineté, les indépendantistes ont promis la tenue d’élections constituantes dans un délai maximal de 18 mois.

 

Voici le raisonnement des « démocrates » tendant à annuler le vote des indépendantistes et développé par Le Monde dans cet article :

 

Les indépendantistes ont obtenu une majorité de sièges (72 députés alors que la majorité absolue se situe à 68) mais pas de voix (47,8 %). Ainsi la large victoire des indépendantistes ne peut être assimilée, au-delà de la différence du mode de scrutin, à un « oui » dans le cadre d’un référendum d’autodétermination : une majorité absolue de Catalans n’a pas voté pour eux.

 

C'est écrit tel quel par Le Monde. Et l'argument est repris en boucle ce matin 28 septembre par les media français.

 

Dans ce cas, François Hollande qui a été élu lui aussi par moins de 50% des inscrits devrait voir son élection invalidée, tenue pour nulle ?

 

Sans doute l'argument ne fonctionne-t-il que dans un seul sens: celui de l'Oligarchie.

 

Notes

 

[1] La Catalogne se dirige-t-elle vers une sécession ?, Le Monde.fr | 28.09.2015 à 05h27 • Mis à jour le 28.09.2015 à 08h45 | Par Sandrine Morel (Madrid, correspondance)

 

Repost 0
27 septembre 2015 7 27 /09 /septembre /2015 15:16

Article mis à jour le 29 septembre 2015.

Cette histoire de "mafia" dans l'Eglise, dont la source initiale qui a rapporté l'information est le site allemand “Kathnet”, et dont le but était de faire démissionner Benoît XVI et élire François prend de l'ampleur :

C’est maintenant le très sérieux site allemand “Kathnet” qui l’annonce (après avoir vérifié ses informations) : le Cardinal Danneels, archevêque émérite de Malines et Bruxelles (B) faisait partie d’un groupe d’évêques “mafieux” (sic) totalement opposés au pape Benoît XVI mais très favorables à l’élection de Jorge Bergoglio pour bâtir une Eglise d’un tout nouveau style.

Ajoutons qu'il est certain que S. Jean-Paul II et le Cardinal Ratzinger n’ignoraient rien de cette “mafia” qui avait des ramifications également dans l’ “Eglise-qui-est-en-France”.

Une "mafia" dans l'Eglise pour faire démissionner Benoît XVI et élire François

Les propos-aveux du Cardinal Danneels sont très clairs (voir aussi ici) : des cardinaux et des évêques se sont constitués en une organisation qu’ils ont eux-mêmes baptisée “mafia” et dont le but était de faire la vie dure au Pape Benoît XVI pour le contraindre à la démission. A la suite de quoi il s’agissait de manœuvrer pour obtenir l’élection du candidat préféré des “mafiosi”. Ce qui fut fait.

On ne fera plus croire à personne qu’il y a une continuité entre le Pape actuel et ses prédécesseurs. François a été choisi par ceux qui, au sein des institutions ecclésiales, manœuvraient en catimini pour favoriser et amplifier une “herméneutique de rupture” au sujet de laquelle Benoît XVI, dans son discours à la Curie romaine du 22 décembre 2005, disait qu’elle était à l’origine d’une grave crise dans l’Eglise elle-même.

Ajoutons - car il est temps de mettre les choses au clair - que le Cardinal Ratzinger, alors qu'il était Préfet de la Congrégation de la Doctrine de la Foi, avait écrit que “le Pape Jean-Paul II n'ignore rien de ces graves problèmes qui traversent aussi l'Eglise en France”. (1)

 

(1) Rappelons pour mémoire les propos du Cardinal Vingt-Trois rappelant au Pape Benoît XVI, en voyage en France, qu'il n'était pas un chef d'entreprise donnant des ordres à un épiscopat servile. Puis, au moment de la démission du même Benoît XVI, disant qu'il s'agissait d'une “démission lucide dont il se réjouissait”... Enfin le profond malaise - pour ne pas parler de fin de non-recevoir - qui a traversé une grande partie du clergé français au moment de la publication de “Summorum pontificum"...

Une "mafia" dans l'Eglise pour faire démissionner Benoît XVI et élire François

Donc, si l’on se rapporte aux révélations du Cardinal Danneels, lors du dernier conclave, le Parrain était donc plus à l’œuvre que l’Esprit-Saint. C’est peut-être ce qui explique l’attroupement de “hasbeen”, le 13 mars 2013, sur la loggia, aux côtés du pape nouvellement élu. Il y avait là une troupe de cardinaux (dont le Cardinal Danneels) qu’on avait déjà oublié, ou qu’on croyait déjà morts.

On savait depuis longtemps, avec certitude, que certains “princes de l’Eglise”, tous issus de la même génération et principaux promoteurs d’une idéologie dénoncée par S. Jean-Paul II puis par Benoît XVI, manœuvraient non pas au service du bien de l’Eglise, mais pour leurs propres intérêts. Peut-être pour tenter de régler leurs propres problèmes... “existentiels”.

Comme cela arrive souvent dans l’histoire de l’Eglise, l’élection de Benoît XVI paraissait marquée d’une certaine logique à la suite de Jean-Paul II. Joseph Ratzinger n’avait-il pas été appelé à Rome pour devenir le plus proche collaborateur du Pape polonais ?

La suite, c’est-à-dire le remplacement de Benoît XVI par le pape Bergoglio, paraît beaucoup moins... logique. Si les révélations du Cardinal Danneels au sujet d’une “mafia” n’invalident pas l’élection de François, elles donnent pourtant la nette impression de vouloir décrédibiliser l’actuel Souverain Pontife. Au moment de son élection, Jorge Mario Bergoglio avait-il connaissance de l’existence de cette “mafia” de cardinaux ? Avait-il des liens avec eux ? Car nous parlons bien ici du Pape François qui a déclaré qu’un mafieux était excommunié (Calabre, juin 2014).

La seule réponse que nous avons - et qui ne vaut bien entendu que ce qu’elle vaut - est la présence des “mafiosi”, le 13 mars 2013, directement aux côtés de François venant saluer les fidèles présents place Saint-Pierre d’un simple “Bona serra” marquant déjà une rupture d’avec les usages précédents.

Nul ne peut ignorer qu’on voyait soudain tous les comploteurs oubliés de longue date réapparaitre en pleine lumière.

Quand on sait que les “mafieux” dont parle le Cardinal Danneels n’avaient pour objectif que d’affaiblir les pontificats de Jean-Paul II puis de Benoît XVI (ce dernier ayant clairement parlé des loups infiltrés dans l’Eglise), on comprend mieux pourquoi dans des diocèses entiers sous influence, on s'est tellement évertué à faire exactement l’inverse - en matière de liturgie et de catéchèse, surtout - de ce que préconisaient ces deux grands papes.

On peut même se poser la question de l’étendue de la manœuvre, notamment lorsqu’on pense aux scandales de pédophilie qui ont été un sujet de grande souffrance pour Benoît XVI, lequel s’est, en plus, “pris dans la figure” les cas que certains évêques locaux s’étaient évertués à dissimuler (en Belgique, le Cardinal Danneels jouissait déjà de sa retraite alors que le Cardinal Ratzinger et Mgr Leonard étaient attaqués de toute part).

Chose étrange, la réalité de “réseau mafieux” dont on soupçonnait d’ailleurs depuis fort longtemps l’existence ainsi que les possibilités d’influences au sein des diocèses et jusque dans certaines paroisses, est portée à la connaissance du grand public aujourd’hui, deux ans après l’élection de Jorge Mario Bergoglio. D’où une question : pourquoi cette catégorie de clercs qui s’est déjà décrédibilisée elle-même tout au long de son existence, en arrive-t-elle à se décrédibiliser davantage encore en avouant avoir manœuvré contre l’Eglise (puisque c’est de cela dont on parle) ? Oui, pourquoi ?

Est-ce parce que les “mafieux” sont aujourd’hui atteints par des maladies de l’esprit liées à leur grand âge ? Dans ce cas, pourquoi ne pas diminuer l’âge des cardinaux électeurs de 5 à 10 ans, ce qui écarterait des conclaves les derniers représentants d’une ecclésiologie calamiteuse.

Est-ce parce qu’ils ressentent une frustration par rapport au pape actuel ? Auquel cas il leur faudrait à présent faire passer François pour un “conservateur” qui, malgré son côté trop “people”, rend l’Eglise audible dans le monde.

Est-ce parce que le Pape argentin a choisi de prendre ses distances avec ces “mafiosi” ? Mais alors, pour s’entourer de qui et dans quel but ? Certes, on voit bien certains cardinaux comme Mgr. Scola (Milan) se faire très discrets, pendant que d’autres comme Mgr Tagle (Manille) sont très présents. Ce qui pourrait donner lieu à des interprétations.

A leurs ordinations sacerdotale et épiscopale, le rite disait : “Que le Seigneur achève en toi ce qu’il a commencé” et non : “Je t’envoie pour commencer à achever...”. Pourtant, c’est bien ce qu’ont fait certain : ils ont cherché à achever un travail de sabotage qui avait été commencé dès les lendemains de Vatican II.

Que va faire François ? Une chose paraît certaine : s’il ne démissionne pas, ce ne sera pas à cause du scandale révélé par le Cardinal Danneels, mais à cause de son tempérament. Il pourrait néanmoins trancher dans le vif et inviter les prélats mafieux à se retirer et à se terrer dans le silence et la prière.

Le fera-t-il ? On constate, non sans une certaine inquiétude, que certains membres du C9 choisis par François pour être ses proches conseillers, semblent dans la lignée directe de ceux qui ont conspiré contre S. Jean-Paul II et Benoît XVI. Chacun en tirera les conclusion qu’il veut.

Une "mafia" dans l'Eglise pour faire démissionner Benoît XVI et élire François

La méthode des mafiosi :

Ils n’attaquent jamais les dogmes de face, ils s’appliquent simplement à les vider de leur substance, en affectant de respecter leur enveloppe.

André Frossard, Le parti de Dieu, Lettre aux évêques, éd. Fayard, 1992

Une "mafia" dans l'Eglise pour faire démissionner Benoît XVI et élire François

Sur le site de “Réinformation TV”, Anne Dolhein revient d’une intéressante façon sur la question du groupe de cardinaux et d’évêques constitués en “mafia” pour agir au sein de l’Eglise tel un magistère parallèle. Extraits :


« Des cardinaux et des évêques : “trop pour les nommer tous” s’il faut en croire le cardinal belge Godfried Danneels. Ces membres d’un groupe secret de prélats “de haut rang”, comme le disent ses biographes Jürgen Mettepenningen et Karim Schelkens n’ont pas tous été mis sous le feu des projecteurs alors que l’on apprend l’existence du “Groupe de Saint-Gall” où, entre 1995 et 2006, des réunions annuelles permettaient aux participants de préparer la modernisation de l’Eglise en tentant d’éviter l’élection du cardinal Ratzinger. (...)
Le groupe de Saint-Gall a-t-il œuvré pour obtenir l’élection du cardinal Bergoglio en 2013 ? Pas en tant que tel : d’après la biographie qui doit sortir, le groupe s’est dissous peu après l’élection du cardinal Ratzinger - et donc son échec - mais “l’élection de Bergoglio a été préparée à Saint-Gall, ça ne fait aucun doute. Et les grandes lignes de son programme sont celles dont Danneels et ses confrères discutaient depuis plus de dix ans”, selon Karim Schelkens.
Mettepenningen fait la même analyse : les membres de la “Mafia” recherchaient avant tout la “liberté de parole” qui leur permît d’exprimer leur désaccord avec les tendances du pontificat de Jean-Paul II et de celui qui prenait, à ses côtés, une place de plus en plus visible, le cardinal Ratzinger.

 

mafia-04

(...) “Dans l’engagement de ce petit groupe qui voulait la réforme de l’Eglise, qui voulait la rendre plus proche du cœur des gens, on y est allé progressivement. Au début des années 2000, alors que la fin de Jean-Paul II était désormais prévisible, on a pensé de manière plus stratégique à ce qu’il allait advenir de cette Eglise après Jean-Paul II. Depuis la venue du cardinal Silvestrini dans ce groupe de Sankt-Gallen, celui-ci a pris un caractère plus tactique et plus stratégique. C’est ce qui explique la déception chez le cardinal Danneels et bien d’autres personnes lors de l’élection du pape Benoît XVI, car l’Eglise ne se réformerait pas sous Benoît XVI. Cela ne commence vraiment à se faire que sous le pape François”, affirme Mettepenningen. Ainsi, “le groupe est d’une certaine manière parvenu à ses fins.”
(...) il s’agit bien d’un groupe constitué pour peser sur la marche en avant de l’Eglise, avec un programme, des lignes directrices, des préférences affirmées pour ceux qui seraient capables de les mettre en œuvre. Voilà qui fonctionne comme une société secrète, une hiérarchie parallèle en quelque sorte : la franc-maçonnerie ne fait rien d’autre en tant qu’atelier discret où s’établissent les grandes lignes des “réformes” à mettre en œuvre.
(...) Dans le groupe de Sant-Gallen, ce sont autant le secret que les orientations prises qui posent problème puisqu’il s’agit de modifier la pastorale de l’Eglise ce qui ne peut se faire sans changement de doctrine. Godfried Danneels lui-même avait déclaré en 1980 (...) qu’il était temps de trouver “un nouvel équilibre entre la loi et la miséricorde”.
C’est tout le sens des manœuvres actuelles de certains cardinaux emmenés par le cardinal Walter Kasper en vue du synode sur la famille, pour miner l’enseignement de l’Eglise sur l’indissolubilité du mariage.
Justement, le cardinal Kasper faisait partie de ce qu’ils appelaient la mafia. Et aussi Mgr Ivo Fürer, l’évêque suisse à l’origine des réunions, les cardinaux Ad van Luyn des Pays-Bas, Basil Hume d’Angleterre, Karl Lehmann, encore un Allemand, les Italiens Carlo Maria Martini et Achille Silvestrini, mais encore le Patriarche de Lisbonne, José da Cruz Policarpo, Cormac Murphy-O’Connor cardinal de Westminster, le cardinal ukrainien Lubomyr Husar, dont les noms ont été révélés en avant-première par le vaticaniste Edward Pentin,
ainsi que des prélats de France et d’Autriche cités par les biographes de Danneels.
(...) On se demande bien sûr pourquoi l’existence de la “Mafia” de Saint-Gall a été révélée, et pourquoi maintenant, à quelques jours du synode de la famille auquel Danneels, malgré son âge (82 ans) et malgré les accusations qui pèsent sur lui dans le cadre d’une enquête sur l’occultation d’une affaire de pédophilie ecclésiastique, a été personnellement convié par le pape.
Est-ce pour mettre le pape François en difficulté ? (...) Est-ce pour redorer son blason personnel ? Les motifs personnels passent bien souvent au premier plan dans ce monde fait d’hommes. Nul ne sait en tout cas si la révélation a été décidée de concert même si on peut supposer que le cardinal belge n’aurait pas révélé les noms de certains de ses confrères habitués de Saint-Gall sans leur accord. »

Une "mafia" dans l'Eglise pour faire démissionner Benoît XVI et élire François

Source: Pro Liturgia

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Religion
commenter cet article
27 septembre 2015 7 27 /09 /septembre /2015 14:44

Y a-t-il un théologien spécialiste pour nous dire si cette chose est licite ? Si oui, pourquoi ne pas autoriser n'importe quel sataniste militant revendiqué à faire la lecture de la Messe du pape ? (à faire la lecture de n'importe quelle messe d'ailleurs)

Messe du pape au Madison Square Garden de New York (25.09.2015) : Un homosexuel militant fait la lecture

La messe du pape au Madison Square Garden de New York [vendredi 25 septembre 2015. NdCR.] était une “eucharistie pour la préservation de la paix et de la justice”.

 

Ah bon. Le lecteur de la première lecture était Mo Rocca, un animateur de télévision, homosexuel militant.
Sur les réseaux sociaux, la communauté gay défaille de bonheur et déborde de tendresse pour son pape…
Et qu’on ne dise pas que ce n’était pas prévu. Mo Rocca est même le seul lecteur dont le nom figurait dans le programme officiel de la messe. (Source : cliquer ici)
(Parce qu’en plus, maintenant, on donne le nom des lecteurs, de l’organiste, de la chaisière... Comme jadis “Au théâtre ce soir” : les costumes sont de... les décors sont de... On est vraiment dans le spectacle. Ou l'autocélébration.)

 

Source: Pro Liturgia (Actualités du 27/09/2015)

Programme de la messe via le site de la "Conférence des Evêques des Etats-Unis".

Source: http://www.usccb.org/about/leadership/holy-see/francis/papal-visit-2015/upload/friday-9-25-mass-madison-square-garden.pdf

Source: http://www.usccb.org/about/leadership/holy-see/francis/papal-visit-2015/upload/friday-9-25-mass-madison-square-garden.pdf

Messe du pape au Madison Square Garden de New York (25.09.2015) : Un homosexuel militant fait la lecture
Repost 0
Publié par Ingomer - dans Religion
commenter cet article
27 septembre 2015 7 27 /09 /septembre /2015 13:11
Nouveau record au pays de Hollande : l’explosion de la taxe foncière

Elle a été multipliée par deux, dix ou cent. C’est la taxe foncière dont devront s’acquitter 1.730 propriétaires, pour cette année 2015, et qui ont sursauté – le mot est faible – à la vue de son montant.

Quelques exemples : à Boissy-Saint-Léger, dans le Val-de-Marne, une retraitée de 95 ans devra payer 6.000 euros au lieu de 2.600.

À Saint-Leu-d’Esserent, dans le Val-d’Oise, le coup est rude pour une autre personne âgée dont la taxe de 33 euros (sans doute anormalement basse) est passée à… 6.393 euros, soit un impôt multiplié par 193 : un nouveau record au pays de Hollande ! Et, à Morang-sur-Orge, dans l’Essonne, celle de ce retraité a grimpé de 390 à 3.185 euros.

Ces communes sont-elles devenues folles ? Non. Elles appliquent purement et simplement, depuis le 1er janvier, l’amendement voté en mars 2012 par le gouvernement Fillon, et intégré dans les projets de lois de finances 2013 et 2014. Lequel porte sur ce qui suit.

Les terrains constructibles non bâtis, situés dans les 28 agglomérations appelées « tendues « – en clair, là où sont prévus des logements sociaux -, en plus d’être surtaxés de 25 %, se voient majorés de 5 euros le mètre carré. Puis 10 euros en 2016. Six cent dix-huit communes concernées, cette année, dont les maires ont eu obligation de transmettre à l’administration fiscale la liste des terrains constructibles.

 

 

« Il s’agit d’une expropriation indirecte. En dix ans, dans certains secteurs, les propriétaires paieront en impôt l’équivalent de la valeur de leur terrain », s’indigne Jean Perrin, le président de l’Union nationale de la propriété immobilière.

Alors, quelles solutions pour les propriétaires que cette inflation démesurée va mettre en danger financier, à court terme ? Par exemple, l’administration fiscale vient de renvoyer l’un d’entre eux vers la mairie de la commune, laquelle pourrait alors… « retirer le terrain en questionde la zone constructible » ! Comme si on modifiait un plan local d’urbanisme (PLU) d’un coup de baguette magique ! Et quand bien même, le terrain alors ne vaudrait plus rien (ou presque)…

Une autre solution, si on ne peut faire face à une taxe foncière exorbitante, c’est de mettre son bien en vente avant la fin de l’année pour, ainsi, bénéficier d’un abattement de 30 % sur la plus-value. Sauf que d’ici le 31 décembre, cela risque d’être un peu râpé, convenu que pour vendre à son juste prix, il ne faut point être pressé…

En tout cas, interrogé, jeudi soir, sur ce sujet fort embarrassant – surtout après la promesse de Hollande ne plus augmenter les impôts jusqu’en 2017 -, Manuel Valls, dans l’émission « Des paroles et des actes », s’est montré bien gêné aux entournures :  

» […] Il faut regarder de très près quelles sont les modifications que l’on peut apporter pour qu’il n’y ait pas d’effet pervers à une mesure dont l’objectif était sain. » Sain, de défigurer nos campagnes avec des logements sociaux ? Sain, de mener une « politique de peuplement » – comme il l’avouait, il y a quelques mois – et dont l’issue est fatalement la substitution d’une population par une autre ?

Et, par-dessus le marché : sain, de, ni plus ni moins, remettre en cause le « droit inviolable et inaliénable » à la propriété privée ?

 

Source: Nouveau record au pays de Hollande : l’explosion de la taxe foncière, Boulevard Voltaire, 26 septembre 2015

 

Repost 0
27 septembre 2015 7 27 /09 /septembre /2015 12:12
IsraAID a marché aux côtés des réfugiés syriens. (Source: http://fr.timesofisrael.com/israaid-a-marche-aux-cotes-des-refugies-syriens/ )

IsraAID a marché aux côtés des réfugiés syriens. (Source: http://fr.timesofisrael.com/israaid-a-marche-aux-cotes-des-refugies-syriens/ )

Un agent israélien d’IsraAID guide une immigrée clandestine en Hongrie. Source: http://fr.timesofisrael.com/israaid-a-marche-aux-cotes-des-refugies-syriens/

Un agent israélien d’IsraAID guide une immigrée clandestine en Hongrie. Source: http://fr.timesofisrael.com/israaid-a-marche-aux-cotes-des-refugies-syriens/

L’implication du gouvernement israélien dans l’organisation du passage de “migrants” afghans et pakistanais a été mise en lumière. C’est la presse israélienne qui, par inadvertance, en a donné la mesure (lire ici). Alors que celle-ci rapportait le sauvetage de migrants au large des côtes turques par des “volontaires israéliens”, le rôle de l’agence IsraAID a été exposé en détail :

 

Les équipes d’IsraAID aident les “réfugiés” avec de la nourriture, de l’eau, des couvertures et même des cartes pourvues d’informations sur le chemin qu’ils doivent prendre. En plus de la Grèce, il y a une autre équipe d’IsraAID à la frontière serbo-hongroise […] Ils appellent plus d’Israéliens à les rejoindre : “Nous avons urgemment besoin de volontaires, principalement d’arabophones, parce qu’il y a un sérieux obstacle linguistique ici”.

 

Autre détail révélateur, une partie significative des pseudo “réfugiés” sont en réalité des immigrés clandestins issus du Pakistan et de l’Afghanistan sans lien avec le conflit syrien :

 

Dimanche soir, à 200 mètres des côtes de l’île de Lesbos, un moteur a explosé sur un bateau gonflable avec à son bort 50 “réfugiés” de Syrie, d’Afghanistan et du Pakistan.

 

Rappelons que dans le même temps le gouvernement israélien a formellement refusé d’accueillir les “migrants” (source) :

 

 

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a prévenu dimanche que son pays ne se laisserait pas «submerger» par des réfugiés syriens et africains et annoncé le lancement de la construction d’une clôture à la frontière avec la Jordanie.

«Nous le laisserons pas Israël être submergé par une vague de migrants illégaux et d’activistes terroristes», a affirmé M. Netanyahu lors du conseil hebdomadaire des ministres, au lendemain d’un appel du chef de l’opposition, Isaac Herzog, à accueillir des Syriens fuyant la guerre civile.

 

Une rapide recherche permet d’identifier les financiers de cette organisation. Le B’naï Brith – la maçonnerie juive – y joue un rôle important (lire ici).

Une organisation israélienne liée au B’naï Brith fait passer des “migrants” en Grèce et en Hongrie
Repost 0
27 septembre 2015 7 27 /09 /septembre /2015 12:03
Le groupe de presse Ouest-France ampute les nom de communes du mot Bretagne

Le groupe de presse Ouest-France (Ouest-Eclair) semble s’enfoncer dans une dérive déjà connue dans les démocraties populaires du Bloc de l’Est. Lié à l’établissement politique de la région artificielle des “Pays de la Loire”, ces derniers entreprennent depuis des années de doter cette création technocratique dépourvue d’histoire d’un semblant de légitimité. Le but ? Empêcher la réunification de la Bretagne.

Nouvelle étape dans ce processus de lavage de cerveau de type soviétique : amputer le nom des communes du département de Loire-Atlantique du mot “Bretagne” quand elles en possèdent. Ainsi Vigneux-de-Bretagne (voir ici) devient dans les colonnes de ce journal “Vigneux”. Sur la même page Montoir-de-Bretagne devient “Montoir” (voir ici).

Repost 0
27 septembre 2015 7 27 /09 /septembre /2015 08:50

Mis à jour le 28/09/2015 à 09h57.

Dans le cadre de la lutte contre l'Etat islamique, les troupes de marine russe de la 810ème brigade (Flotte de la Mer Noire) étaient établies sur le territoire syrien, après avoir construit dans un premier temps une nouvelle base aérienne près du port de Tartous. Les redoutables fusiliers marins russes – surnommés “la Mort Noire” – entraient en action contre les djihadistes de l’Etat Islamique, dans la semaine du 14 au 20 septembre. [1]

 

Sans attendre l’opinion de la diplomatie américaine sur le sujet, Vladimir Poutine a donné l’ordre le 25 septembre aux fusiliers marins d’engager leur première bataille contre les djihadistes tchétchènes de l’Etat Islamique dans la région d’Alep. Ces derniers opèrent sous le commandement d’Abu Omar al-Shishani, un cadre militaire de l’EI originaire de Tchétchénie et réputé pour être un des meilleurs officiers de l’Etat Islamique. L’armée russe entend libérer Alep, deuxième ville de Syrie, qui subit un siège de la part de l’insurrection djihadiste. L’offensive menée par la Russie intègre l’armée syrienne et le Hezbollah libanais. [2]

La Russie a mené ses premières opérations militaires en Syrie

Le 17 septembre, l’armée syrienne a reconnu avoir utilisé de “nouveaux types d’armes” fournies par la Russie, marquant le renforcement du soutien russe au gouvernement syrien. Une source du ministère de la Défense syrien a indiqué à Reuters (lire ici) que “de nouvelles armes – et de nouveaux types d’armes – sont livrés” et qu’elles sont “extrêmement précises et efficaces”. Parmi ces livraisons, on compterait l’hélicoptère MIL-28 (nom de code Otan “Chaos”), capables de détruire la plupart des chars de type US actuellement en possession des djihadistes de l’Etat Islamique. Les services de renseignement militaires américains estimaient que la Russie avaient, à cette date, déployé au moins 6 chars T 90 de 3ème génération, qui est le char de combat standard de l’armée russe. On compte aussi 35 blindés transports de troupe et 15 pièces d’artillerie. Les unités actuellement déployées appartiennent à l’infanterie de marine russe, appelée communément “la Mort Noire”, flotte stationnée en Crimée (lire ici). Les fusiliers marins russes sont des troupes de choc pouvant être rapidement déployées dans le but de s’emparer de points stratégiques avant d’être soutenues par des renforts conventionnels.

 

En parallèle, le 25 septembre, l’aviation russe a opéré les frappes dans le secteur d'Alep pour accélérer la progression des troupes au sol :

 

“Assistant les forces armées syriennes depuis le ciel, rien de moins que l’Armée de l’Air Russe, laquelle a frappé les positions de l’Etat Islamique dans l’Est d’Alep avec une remarquable précision et une férocité constante”. (Source: Almasdarnews)

Dès le 23 septembre, les “rebelles syriens” amis de Fabius, pouvaient déjà goûter un aperçu de ce qui les attendait, avec les vols de reconnaissance de deux SU-24 russes :

Autre bouleversement majeur au plan géopolitique dans un silence médiatique total en France : la Chine a rejoint la Russie dans son offensive en Syrie. Pour la première fois, les deux grandes puissances ont allié leurs forces armées au Proche-Orient pour y neutraliser les USA. Le porte-avion Liaoning-CV-16 vient d’arriver dans le port syrien de Tartous où stationne déjà la flotte russe. (source) Il est accompagné d’un croiseur doté de missiles guidés. La Chine entre donc formellement dans l’alliance associant déjà l’Iran et la Russie dans la région. Le porte-avion devrait accueillir ses chasseurs et hélicoptères en novembre, après qu’ils aient transité par l’Iran et l’Irak. A cette fin, une cellule de coordination a été établie en Irak entre l’Iran et la Russie (source). Il s’agit aussi de combattre l’Etat Islamique en Irak.

 

Des avions J-15 chinois seront ainsi déployés, soit sur le porte-avion, soit sur la base aérienne de Jableh où opèrent déjà les Russes. Des hélicoptères de lutte anti-sous-marine Z-18F les rejoindront ainsi que des Z-18J.

 

Au moins 1000 fusiliers marins devraient être déployés en Syrie pour combattre les djihadistes et plus particulièrement les islamistes Ouïghours dont Pékin veut se débarrasser sur place. La Chine veut ainsi tuer dans l’oeuf, à l’instar de la Russie avec les djihadistes tchétchènes, toute utilisation de ces derniers par Washington à des fins d’agitation séparatiste et terroriste.

La Russie a mené ses premières opérations militaires en Syrie

Selon les media arabes le 23 septembre, la Chine en Syrie a rejoint la Russie au port de Tartous :

Source almasdarnews : Google Translate https://translate.googleusercontent.com/translate_c?depth=1&hl=fr&rurl=translate.google.com&sl=ru&tl=fr&u=http://www.almasdarnews.com/article/chinese-military-personnel-expected-to-arrive-in-syria/&usg=ALkJrhjBH7We4xwITZTnModvQKvyf7JEew

Source almasdarnews : Google Translate https://translate.googleusercontent.com/translate_c?depth=1&hl=fr&rurl=translate.google.com&sl=ru&tl=fr&u=http://www.almasdarnews.com/article/chinese-military-personnel-expected-to-arrive-in-syria/&usg=ALkJrhjBH7We4xwITZTnModvQKvyf7JEew

Pour Israël, c’est un désastre car le Hezbollah et la Syrie de Bachar Al-Assad sont désormais soutenus sur le terrain par deux puissances nucléaires. Le poids global de la Chine, associé à son alliance avec l’Iran et la Russie, réduit à peu de choses Israël qui va désormais se voir imposer sa conduite, notamment sur la question palestinienne.

 

En Europe, seule l'Allemagne jusqu'à la déclaration du Premier ministre britannique (voir plus bas) a compris l’importance du mouvement chinois en Syrie. C’est ce qui explique la déclaration d’Angela Merkel sur la nécessite d’impliquer Bachar Al-Assad dans la résolution du conflit (source).

 

Si les vassaux européens de Washington pouvaient encore s’opposer à la Russie sur le dossier syrien ou ukrainien, ils ne peuvent absolument pas se confronter à l’alliance russo-chinoise en Syrie sans en subir, directement, de graves conséquences économiques et diplomatiques. La coalition entre la Russie, la Chine et l’Iran est tout simplement trop puissante et l’Europe est trop dépendante du marché chinois comme des exportations de la Chine.

 

Il s’agit là d’une des premières conséquences majeures de l'implication inconséquente de la politique étrangère de Laurent Fabius en Syrie depuis mai 2012 (en fournissant des armes aux insurgés islamistes) et de sa volonté de se servir de l'insurrection islamiste Al Nosra et Al Qaeda pour destituer le président syrien Bachar el Assad. Ce que n'a pas permis Vladimir Poutine.

 

Pour la diplomatie française, c’est un échec majeur. Après quatre années de soutien acharné aux Frères Musulmans, bandes islamistes et autres mercenaires équipés et encadrés par l’Arabie Saoudite, le Qatar et la Turquie, Paris voit toutes ses hypothèses s’effondrer. Son attitude radicalement anti-russe – au point de ne pas livrer les Mistrals – et ses positions extrémistes dans le cadre des négociations avec l’Iran aboutissent à un isolement total de la France.

 

"Fabius est devenu l'homme qui se trompe tout le temps", a résumé le journaliste Éric Zemmour sur Rtl, en rappelant qu'il était contre le rapprochement avec l'Iran, contre le bombardement de Daesh en Syrie et contre la porte ouverte à Poutine sur l'Ukraine. [3]

La Russie a mené ses premières opérations militaires en Syrie

"Laurent Fabius, l'homme qui a tout faux" (Éric Zemmour)

Aussi, comme le résume l'excellent site Breiz Atao qui suit de près l'évolution des évènements en Syrie par une revue de la presse étrangère :

 

"Nul n’est dupe sur l’annonce du bombardement par l’aviation française de cibles de l’Etat Islamique en Syrie : il s’agit de prendre le train en marche et de mitiger, dans l’opinion publique hexagonale, le désastre diplomatique précité."

Il s'agit de laisser dans l'opinion publique française l'idée que la France ne se laisse pas déborder par la Russie en Syrie dans la lutte contre l'Etat islamique. Il s'agit aussi pour les Etats-Unis d'envoyer comme toujours son vassal faire le travail en première ligne dans cette région.

 

Ainsi, dans un communiqué annoncé ce matin par la présidence française, la France «a frappé en Syrie», sur la base des renseignements collectés lors des vols de reconnaissance aérienne engagés depuis plus de deux semaines. L'Elysée a annoncé ce dimanche que la France avait mené ses premières frappes aériennes contre le groupe État islamique en Syrie. (Source: Le Figaro) [4]

 

Selon l'article du Figaro, l'Elysée s'entête toujours contre la Russie et estime que «plus que jamais, l'urgence est à la mise en place d'une transition politique» (en Syrie). La réalisation de cette transition, qui associerait «des éléments du régime et de l'opposition modérée», la France «y est engagée» et y travaillera activement, avec l'ensemble des acteurs impliqués, en soutien de l'envoyé spécial des Nations Unies pour la Syrie, selon le communiqué.

 

On ne voit pas trop comment François Hollande se tirera du piège diplomatique dans lequel Obama l'a laissé seul il y a deux ans dans sa volonté d'éliminer Bachar el Assad (lire ici). Ce que n'a pas permis le président russe jusqu'ici et qui ne le tolèrera pas plus à présent que son armée se trouve en Syrie aux côtés de l'armée chinoise.

 

Les oligarchies occidentales manifestement prises de court par le déploiement russe en Syrie, l'annonce de ces premières frappes intervient alors que le président François Hollande est à New York ce dimanche et lundi pour la 70e Assemblée générale de l'ONU et que le président américain Barack Obama doit présider mardi à New York, en marge de l'Assemblée générale des Nations unies, une réunion internationale sur la lutte contre l'EI. Nous arrivons au moment de vérité.

 

Quoiqu'il en soit, une analyse rapide de la correspondance dans les groupes ouverts de militants "Etat islamique" et de l'opposition "syrienne" dans les réseaux sociaux montre une panique dans les rangs des rebelles "syriens"le moral des "révolutionnaires" et "combattants pour le califat" est très différent de ce qui a été quelques semaines plus tôt. Il y avait un nombre important de messages et des messages appelant pour le moment à quitter la Syrie et à se déplacer vers l'Europe dans les rangs des réfugiés. (Source : Rusvesna via Google Translate)

 

Face à la présence de la flotte russe, les Américains ne seront pas en mesure de se sentir maîtres de la situation, leurs avions et les navires seront sous le contrôle des systèmes de navires de guerre de la Flotte de la mer Noire suivi par la radio-électronique.

 

Sommes-nous en train d'assister à un revirement géostratégique laissant de nouveau François Hollande seul dans son enfermement diplomatique ? Selon Rusvesna, la Grande-Bretagne est en effet prête à coopérer avec la Russie dans la lutte contre l'Etat islamique. Le Premier ministre britannique David Cameron est prêt à coopérer avec la Russie pour lutter contre l'EI. Cela a été annoncé par son porte-parole. "Nous croyons que l'EI est une grave menace à la fois la Russie et l'Europe, et tous les pays du monde. Par conséquent, nous devons trouver des moyens de travailler ensemble." (Source Rusvesna, 27/09/2015 - 13:05)

 

 

La Russie a mené ses premières opérations militaires en Syrie

Rappelons-nous que la volte-face d'Obama le 31 août 2013 dans la décision d'engager des frappes américaines contre Bachar el Assad est venue après le vote négatif du parlement britannique, trois jours avant, d'engager les forces armées contre Bachar el Assad.

 

Dans une dépêche Afp Le Figaro publiée à 18h07, on apprend qu'effectivement (et c'est venu plus tôt que prévu!), le secrétaire d'Etat américain John Kerry "appelle à une coordination contre Daech""Je crois que l'enjeu crucial, c'est que l'ensemble des efforts soient coordonnés. Ce n'est pas le cas actuellement. Je pense que nous devons réfléchir à la manière dont nous allons continuer". [5] On attend à présent l'inflexion de François Holllande qui pour l'instant continue d'isoler la France diplomatiquement.

 

La Russie a mené ses premières opérations militaires en Syrie

Notes

 

[1] Syrie : Les troupes de choc russes entrent en action contre les djihadistes, Breizatao, 18 septembre 2015

[2] Bouleversement géopolitique : La Chine envoie son porte-avion et 1000 fusiliers en Syrie, Breizatao, 25 septembre 2015

[3] "Laurent Fabius, l'homme qui a tout faux", lance Éric Zemmour, Rtl, par Éric Zemmour , Loïc Farge publié le 24/09/2015 à 11:20

[4] La France a mené ses premières frappes aériennes en Syrie, Par lefigaro.fr, AFP agence Mis à jour le 27/09/2015 à 09:06 Publié le 27/09/2015 à 08:51

[5] Kerry appelle à une coordination contre Daech, Par Le Figaro.fr avec ReutersMis à jour le 27/09/2015 à 18:10 Publié le 27/09/2015 à 18:07

 

Repost 0
26 septembre 2015 6 26 /09 /septembre /2015 10:56

Historien des gauches, éditorialiste à Marianne, Jacques Julliard, brocarde la manie de la gauche de traquer les intellectuels "comme on poursuit des délinquants" faisant "de ces «cibles» des vedettes absolues". Analysant la réaction des Français à la traque des intellectuels dans un entretien au Figaro du 26 septembre, il reprend notre expression de résistance passive :

C'est ainsi que successivement Alain Finkielkraut (qui au départ était plutôt un homme de gauche), Éric Zemmour (qui n'a jamais été à gauche), Michel Houellebecq (qu'il est impossible de situer) et Michel Onfray (qui vient de l'extrême gauche) ont été traqués comme on poursuit des délinquants. Aujourd'hui, quand on ouvre Le Monde ou Libération, on se demande toujours avec inquiétude de quoi l'on est coupable. Ce qui est frappant, c'est que le public a répondu à cette dérive. La gauche, et ce n'était pas son intention, a fait de ces «cibles» des vedettes absolues. Prenons le cas d'Alain Finkielkraut, son espèce de damnatio s'est traduite par son élection à l'Académie française, avec le retentissement considérable qui a suivi. Michel Houellebecq, au moment du 11 janvier, a été désigné dans des éditoriaux à la vindicte des islamistes. Comment a réagi le public? En faisant de son dernier livre un succès incroyable. En moins de six mois, il a vendu 650 000 exemplaires. Et Zemmour a obtenu un énorme succès avec Le Suicide français, Onfray se vend très, très bien. Tout se déroule comme s'il y avait une sorte de résistance passive de l'opinion à cette chasse aux sorcières.

Jacques Julliard

Jacques Julliard évoque la "résistance passive"

Source: Jacques Julliard : « Des intellectuels ont été traqués comme on poursuit des délinquants», Le Figaro, Par Vincent Tremolet de Villers Mis à jour le 25/09/2015 à 23:36 Publié le 25/09/2015 à 19:34

Repost 0
25 septembre 2015 5 25 /09 /septembre /2015 20:20

Mis à jour le 28 septembre, 10h57

 

On l'a vu pour le referendum sur l'indépendance de l'Ecosse, les élites mondialistes franc-maçonnerie (finance appuyée des media et des dirigeants), ne sont pas à l'origine du mouvement sécessionniste qui prend les différentes régions dans le monde occidental. L'Oligarchie ne souhaite pas que ces régions se séparent. Elle fait tout pour les en empêcher, à l'aide de menaces de toutes sortes. Le dernier exemple en date c'est la Catalogne qui doit se prononcer dimanche 27 septembre sur son indépendance. L'Union européenne et l'Otan ont déjà prévenu le 17 septembre qu'une Catalogne indépendante serait exclue. [1]

 

 

Sarkozy intervient contre la sécession de la Catalogne

Le scrutin du 27 septembre pourrait placer en tête une liste indépendantiste en Catalogne. C’est donc à dix jours des élections régionales que l’Union européenne a décidé de placer un nouvel avertissement. La déclaration est venue de la Commission européenne, par l’intermédiaire de sa porte-parole en chef, Margaritis Schinas :

 

«Si une partie d'un Etat membre cesse de faire partie de cet Etat, parce que ce territoire devient un Etat indépendant, les traités européens cessent de s'appliquer à ce territoire.»

 

En d’autres termes, une Catalogne indépendante serait de fait exclue de l’Union.

 

Un think-tank proche du Parti socialiste espagnol, organe pro-européen, y est allé également de son analyse. Dans une étude publiée jeudi 17 septembre, la Fundacion Alternativas a jugé qu’une sécession contre la volonté de l'Espagne serait «contraire au droit européen», qui reconnaît l'intégrité territoriale des pays membres.

 

«Une déclaration unilatérale d'indépendance, faite en contravention à la Constitution espagnole et aux traités européens, rend pratiquement impossible qu'une Catalogne hypothétiquement séparée de l'Espagne puisse être admise dans l'Union européenne ni même entamer un processus de négociation avec la Commission européenne pour y être admise», écrit la fondation qui rappelle qu'il faut l'unanimité des Etats membres pour entrer dans l'UE, dont l'accord de l'Espagne.

 

Madame Schinas a rappelé que cette position avait été exprimée pour la première fois par le président de la Commission Romano Prodi en 2004, au moment où l'Union accueillait plusieurs nouveaux pays d'Europe de l'Est. Déjà, en 2014, l’actuel chef de la Commission, le Luxembourgeois Jean-Claude Juncker l’avait réaffirmé à plusieurs reprises. Notamment lors du référendum sur l’indépendance de l’Ecosse qui avait vu, le 18 septembre 2014, le pays de William Wallace refuser la scission du royaume.

 

Vendredi 11 septembre, une marée humaine de plusieurs centaines de milliers de personnes a défilé à Barcelone en soutien aux listes prônant la sécession.

 

En savoir plus : 1,5 million de personnes défilent pour l’indépendance de la Catalogne à Barcelone

 

Le Premier ministre espagnol Mariano Rajoy a toujours refusé un référendum sur l'indépendance catalane.

 

Moins évident, ce sont les soucis que poseraient une éventuelle sécession catalane à l’OTAN. L’Espagne est en effet un membre stratégique de l’Alliance.

 

«Un territoire se séparant d'un Etat membre de l'OTAN ne saurait rester automatiquement membre de l'Alliance», a déclaré un responsable. «Il lui faudrait suivre les procédures en place s'il voulait rejoindre l'OTAN», a-t-il confirmé.

 

Après la large victoire de Syriza en Grèce le 25 janvier, les élites pro-européennes avaient averti : «Il ne peut y avoir de choix démocratique contre les traités européens». [2]

 

 

Dire que tout va changer parce qu'il y a un nouveau gouvernement à Athènes, c'est prendre ses désirs pour des réalités (…) Il ne peut y avoir de choix démocratique contre les traités européens.

Jean-Claude Juncker, président de la Commission européenne, Entretien au Figaro le 29 janvier 2015

Source: http://www.politis.fr/Juncker-dit-non-a-la-Grece-et,29890.html

Source: http://www.politis.fr/Juncker-dit-non-a-la-Grece-et,29890.html

L'Union européenne est décidément une étrange construction. Il est impératif d'être une démocratie pour y entrer. C'est même l'unique critère. Les élargissements hâtifs et désordonnés aux PECO (pays d'Europe centrale et orientale) opérés en 2004 et 2007 en furent une illustration. En revanche, une fois admis dans le club, requérir à son profit le respect des règles élémentaires de la démocratie est jugé avec sévérité... [3]

 

Les élections régionales en Catalogne ont bel et bien une dimension internationale. Après Barack Obama, Angela Merkel et David Cameron qui se sont prononcés contre l'indépendance, c'est au tour de Nicolas Sarkozy de s'employer vendredi 25 septembre, à deux jours avant un scrutin présenté comme un plébiscite sur l'indépendance de la région, à sauver la situation.

 

Ainsi, les milieux d'affaires et les banques espagnols mettent en garde les indépendantistes et prédisent de graves difficultés économiques et financières pour la Catalogne en cas de sécession.

 

L'ex-président français Nicolas Sarkozy a donc décidé d'apparaître aux côtés du Premier ministre conservateur "pour soutenir M. Rajoy et le Parti populaire en vue des élections", a précisé cette semaine le parti Les Républicains. [4]

 

Sarkozy intervient contre la sécession de la Catalogne

La Banque d'Espagne et les banques privées interviennent

 

L'économie a été le grand sujet de la campagne. Avec 200 milliards d'euros en 2014, la Catalogne représente 19 % du PIB espagnol, davantage qu'aucune autre communauté autonome. Les économistes indépendantistes concluent qu'en cessant de contribuer au pot commun, la Catalogne garderait 16 milliards pour ses propres dépenses. Les unionistes rétorquent qu'il faudrait retrancher les services prêtés par l'Espagne et les économies d'échelle.

 

Cette semaine, la Banque d'Espagne et les banques privées sont intervenues dans le débat, alertant des risques associés à l'indépendance: sortie de l'euro, inflation galopante, isolement commercial. «La campagne de la peur!» s'indignent les sécessionnistes. [5]

Sarkozy intervient contre la sécession de la Catalogne

Les marchés inquiets (banques, grands groupes, marchés), les ministres espagnols ont joué les Cassandre, annonçant qu'une séparation ferait de la Catalogne un Etat paria et ruiné, exclu de l'Union européenne, où le chômage atteindrait 37% et les retraites plongeraient de 44%.

 

"L'Europe avec une Espagne divisée serait une Europe affaiblie (...) les élections dimanche ne sont pas simplement le problème de l'Espagne et de la Catalogne, c'est le problème de toute l'Europe qui a besoin de votre unité", a clamé l'ancien chef de l'Etat français Nicolas Sarkozy devant les partisans de M. Rajoy.

 

Avant lui Angela Merkel et David Cameron, Barack Obama aux Etats-Unis, ont également plaidé pour une Espagne unie.

 

Et même en Catalogne, certains étaient soucieux, vendredi soir, comme Maria Garcia, informaticienne de 43 ans, rencontrée avec ses parents au meeting de M. Rajoy. "Nous sommes en train de passer un mauvais moment", avouait la mère, Pilar, 68 ans, visiblement angoissée.

 

"Ici, si tu n'as pas deux noms de famille catalans, tu es suspect", déplorait la fille: "Une minorité arrive à un point de non retour et la majorité se tait."

 

Les indépendantistes Junts pel si, de droite et de gauche, forment une grande coalition : vers la Grande convergence ?

 

Les indépendantistes, représentés par la grande coalition "Junts pel si", de droite et de gauche, et la liste d'extrême gauche de la CUP (Candidature d'unité populaire), ont décidé d'en faire un plébiscite: s'ils ont une majorité de sièges, comme l'indiquent les sondages, ils mettront en branle un processus qui mènera la Catalogne vers l'indépendance, en 2017.

 

Ce suffrage mène vers "l'espoir, la dignité, la liberté", a clamé vendredi soir leur figure de proue Artur Mas, le président sortant, devant les dizaines de milliers de personnes réunies par la coalition Junts pel si, "Ensemble pour le oui".

 

"Dimanche, le 27 septembre, est un jour historique", a-t-il martelé au pied de la montagne de Montjuic, où quatre colonnes illuminées en rouge symbolisaient les quatre traits rouges (sur jaune) du drapeau catalan. [6]

 

 

 

Sarkozy intervient contre la sécession de la Catalogne

 

Selon un article du Monde du 28 septembre:

 

la liste « Junts pel si » (Ensemble pour le oui) a remporté le scrutin avec 62 députés, un résultat à la hauteur de ses espoirs. Si l’on y ajoute les 10 députés de la CUP, un parti séparatiste anticapitaliste et europhobe, les indépendantistes obtiennent la majorité absolue en nombre de sièges (72), mais pas en vote (47,8 %). [1]

 

Que signifie ce résultat ?

 

La forte participation, 77,5 %, soit 10,5 points de plus que lors des élections de 2012, déjà marquées par une forte mobilisation des électeurs, témoigne de l’importance d’un scrutin présenté comme « historique » par la plupart des partis en lice. Dans les quartiers populaires traditionnellement « unionistes » comme dans les fiefs indépendantistes, la participation a été très forte.

 

Le Parti populaire (PP), qui pensait que cette hausse de la participation lui serait favorable, obtient un score très décevant, avec 11 députés (8,5 %), ce qui en fait l’avant-dernier parti sur l’échiquier politique catalan. C’est le jeune parti de centre droit Ciudadanos (Citoyens) qui capitalise le vote anti-independantiste, se hissant à la deuxième position avec 25 députés (18 %).

 

Quelles sont les promesses des indépendantistes ?

 

La liste « Junts pel si » s’est engagée à réaliser une déclaration institutionnelle dès l’investiture de ses élus afin d’exposer officiellement son intention de déclarer l’indépendance. Après une première phase de la législature qui sera consacrée à la construction de « structures d’Etat » permettant un transfert de souveraineté, les indépendantistes ont promis la tenue d’élections constituantes dans un délai maximal de 18 mois.

 

Voici le raisonnement des « démocrates » tendant à annuler le vote des indépendantistes et développé par Le Monde dans cet article :

 

"Les indépendantistes ont obtenu une majorité de sièges (72 députés alors que la majorité absolue se situe à 68) mais pas de voix (47,8 %). Ainsi la large victoire des indépendantistes ne peut être assimilée, au-delà de la différence du mode de scrutin, à un « oui » dans le cadre d’un référendum d’autodétermination : une majorité absolue de Catalans n’a pas voté pour eux."

 

C'est écrit tel quel par Le Monde.

 

Et l'argument est repris en boucle ce matin 28 septembre par les media français.

 

Dans ce cas, François Hollande qui a été élu lui aussi par moins de 50% des inscrits devrait voir son élection invalidée, tenue pour nulle ?

 

Sans doute l'argument ne fonctionne-t-il que dans un seul sens: celui de l'Oligarchie.

Notes :

 

[1] L’Union européenne et l'OTAN préviennent qu’une Catalogne indépendante serait exclue, RT en français, 17 sept. 2015, 21:14

[2] Juncker dit « non » à la Grèce et menace la France, Politis, 29 janvier 2015

[3] Du traité constitutionnel à Syriza : l'Europe contre les peuples, Le Figaro, Par Publié

Elections en Catalogne: qu'est-ce qui incite Sarkozy à intervenir?, Sputnik, 17:39 25.09.2015(mis à jour 18:13 25.09.2015)

[5] Les Catalans aux urnes pour un vrai-faux référendum, Le Figaro, Par Mathieu de Taillac Mis à jour le 25/09/2015 à 18:39 Publié le 25/09/2015 à 16:57

[6] Catalogne: fin de campagne électrique entre union et sécession, Courrier international, Barcelone (AFP) 26.09.2015 - 10:01

[7] La Catalogne se dirige-t-elle vers une sécession ?, Le Monde.fr | 28.09.2015 à 05h27 • Mis à jour le 28.09.2015 à 08h45 | Par Sandrine Morel (Madrid, correspondance)

Repost 0
25 septembre 2015 5 25 /09 /septembre /2015 17:24

A l’occasion de l’Assemblée générale des Nations Unies, qui réunissait ce vendredi à New York près de 170 chefs d’Etat, le pape François, en visite aux Etats-Unis, qualifié de "superstar aujourd'hui à New York" par la chaîne d'info BFM-TV, "lui qui avait l'air si tolérant" (sic) a néanmoins chagriné les partisans du Nouvel Ordre mondial atlantiste, en dénonçant "avec des propos assez durs contre le mariage gay et la théorie du genre" (dixit François Truchot vers 18h20), "des comportements de vie anormaux qui sont irresponsables". "On pensait qu'il faisait preuve de plus de tolérance sur ces sujets-là", a ajouté le journaliste chagriné de BFM-TV.

 

Citant son prédécesseur, Benoît XVI, qui avait expliqué que "l’homme ne se crée pas lui-même", le pape a défendu la loi naturelle en estimant qu’il y avait "certaines limites éthiques naturelles à ne pas franchir". Sans évoquer le dit "mariage" gay, il a appelé néanmoins l’ONU a reconnaître une "loi morale inscrite dans la nature humaine elle-même, qui comprend la distinction naturelle entre homme et femme" et a fustigé "la colonisation idéologique à travers l’imposition de modèles et de styles de vie anormaux, étrangers à l’identité des peuples". Une critique du comportement de certaines ONG en Afrique. [1]

 

François défend la loi naturelle à l'ONU et dénonce des "comportements de vie anormaux étrangers à l’identité des peuples"

Le second journaliste présentateur sur BFM-TV, manifestement sonné du rappel de la doctrine de toujours de l'Eglise, annonçait à 18h34 une polémique naissante déjà avec "l'emploi du terme anormal". Que n'a pas dit là le pape?

 

Pourtant, à cette heure-ci, de la dit "polémique" faite par le journaliste, parmi les sites d'infos mainstream sur internet, seul Valeurs actuelles a rapporté les propos forts pertinents du Saint-Père :

François défend la loi naturelle à l'ONU et dénonce des "comportements de vie anormaux étrangers à l’identité des peuples"

Les sites d'info mainstream et les "je fais ce que je veux de mon corps, du corps et de la vie des autres", vont-ils rapporter les dits "propos intolérants" au risque d'une annonce de la position de l'Eglise sur la théorie du genre et le "mariage" gay ?

 

Ces sites et journalistes, peu subtils, ne feront pas la différence entre le fait de ne pas juger les personnes (homosexuels) et le fait de juger des comportements... Le pape (ou le prêtre) juge les comportements, pas les personnes. C'est une question de pardon et de miséricorde.

 

Déjà lors d'une conférence de presse le 19 janvier 2015 à bord de l'avion qui le ramenait de son voyage apostolique au Sri Lanka et aux Philippines, le pape François avait cité à propos de la colonisation idéologique, l'exemple d'une école à qui l'on a proposé de prêter de l'argent contre l'enseignement de la théorie du genre :

 

"Chaque peuple a sa culture, a sa liberté, mais quand des conditions sont imposées par des empires colonisateurs pour faire perdre au peuple son identité, au nom de l'égalité entre tous, on est dans la mauvaise globalisation, dans la colonisation idéologique." A ce sujet, le pape conseille la lecture de The Lord of the World de Robert Benson (Londres, 1907). [2]

 

François défend la loi naturelle à l'ONU et dénonce des "comportements de vie anormaux étrangers à l’identité des peuples"

Notes

 

[1] Le Pape défend la sacralité de la vie humaine et de la nature à l’ONU, Valeurs actuelles, Vendredi 25 Septembre 2015 à 18:16 (mis à jour le 25/09/2015 à 18:16)

[2] Pape François : "La colonisation idéologique", Liberté politique, Article rédigé par KTO-tv, le 23 janvier 2015

Repost 0
25 septembre 2015 5 25 /09 /septembre /2015 05:47

Crise migratoire, qui tire les ficelles ?

Crise migratoire, outil pour déstabiliser l'Europe

Pour le chercheur en géopolitique Tony Cartalucci, la crise migratoire que traverse l'Europe aujourd'hui laisse croire que les pires ennemis de la civilisation européenne sont les autorités "de Washington, de Londres et de Bruxelles".

 

L'analyste, qui réside à Bangkok, estime que les dirigeants américains ont orchestré l'"afflux inévitable" des réfugiés vers l'Europe via la création d'un "chaos organisé" dans le Proche-Orient et dans l'Afrique du Nord (soi-disant "région MENA").

 

Selon lui, il s'agit d'une tentative de "manipuler l'opinion publique" en Europe en vue de rendre sa population plus favorable à une intervention militaire directe contre le gouvernement de Damas ainsi qu'à "des guerres à l'extérieur du territoire syrien".

 

M.Cartalucci affirme en outre que les Etats-Unis et les pays européens ont "coopéré pendant des années" avec la Turquie afin de "créer un flux permanent de réfugiés en provenance non seulement de la Syrie, mais également du MENA". Dans ce contexte, l'analyste souligne que l'idée selon laquelle Washington chercherait à déstabiliser le continent eurasien "dans l'espace de l'Europe de l'Ouest à la périphérie de la Chine" ne semble plus "une pure spéculation".

 

Toujours d'après lui, l'organisation terroriste Mouvement islamique du Turkestan oriental, responsable de plusieurs attentats meurtriers perpétrés en Chine ces dernières années, figure parmi les "principaux instruments" utilisés par Washington en vue d'atteindre ses objectifs géopolitiques en Eurasie.

 

L'expert indique que le réseau terroriste ouïgour, dont le fief se trouve dans la province chinoise du Xinjiang, représente une menace non seulement pour l'intégrité territoriale de la Chine, mais pour la sécurité de l'Asie dans son ensemble.

 

"L'objectif ultime, comme nous pouvons déjà le voir, consiste à justifier la surveillance et le contrôle accrus, ainsi que les guerres d'hégémonie à venir.

 

De telles mesures sont impossibles sans un état de crise suffisamment profond pour que les gens se sentent menacés et soient prêts à céder leur liberté, leur paix et leur prospérité en échange d'une prétendue sécurité", explique M.Cartalucci.

 

Source : Crise migratoire, outil pour déstabiliser l'Europe, Sputnik, 14:08 24.09.2015(mis à jour 15:35 24.09.2015)

 

Repost 0
24 septembre 2015 4 24 /09 /septembre /2015 19:19
Louis XIV - Roi de France, 1661 - Charles Le Brun - Jean de La Varende, Louis XIV, Éditions France-Empire, Paris 1958 - Château de Versailles

Louis XIV - Roi de France, 1661 - Charles Le Brun - Jean de La Varende, Louis XIV, Éditions France-Empire, Paris 1958 - Château de Versailles

Lettre ouverte à Louis XIV. Marie-Françoise Ousset, Guide-Conférencière de la Ville de Paris, fille du grand Jean Ousset, vient de nous faire parvenir sa "lettre ouverte à Louis XIV" à l'occasion du tricentenaire de sa mort. (Source: Lys de France Nicolas Chotard)

 

LETTRE OUVERTE A LOUIS XIV

Pour le 300ème anniversaire de sa mort

Cher Louis XIV,

 

Peut-être avez-vous été un peu contrarié de la manière dont la télévision a parlé de vous en ce premier septembre 2015. Bien sûr il y eut de magnifiques photos de Versailles mais, comme vous avez pu le constater, « la 2 » vous a fait passer une fois de plus pour un despote à la fois léger et cruel et s’est complu à évoquer l’homosexualité de votre frère, vos maîtresses, la licence des mœurs à la cour, les dragonnades, votre fistule mal placée, la gangrène de votre jambe. Elle a même déclaré péremptoirement que aviez inventé la perruque car vous étiez chauve (ce qui est complètement faux : votre père en portait déjà une et lança la mode en 1620 !). Comme cadeau d’anniversaire, c’était plutôt raté !

Ce n’est tout de même pas pour votre fistule que l’Europe entière a eu les yeux tournés vers vous, que l’empereur de Chine Kangxi essaya de vous ressembler en portant une perruque comme la vôtre, que votre siècle fut appelé « le Grand Siècle », qu’il fut même appelé « le siècle des saints » (il faut dire que St Vincent de Paul vous avait précédé !). Et si les ambassadeurs du Siam se sont prosternés devant vous, ce ne fût tout de même pas pour voir de plus près votre pied gangréné ! Votre règne avait été le plus brillant du monde ! 3 rois seulement en Europe ont été qualifiés de « Grand » : vous, Louis de Bourbon mort en 1342 et Louis 1er de Hongrie. Vous aviez reconstitué la France et, lorsqu’on annonça votre mort à la cour de Frédéric 1er, roi de Prusse il fut seulement dit : « Le roi est mort ». Tout le monde comprit qu’il s’agissait de vous et pas d’un autre roi. Vous les aviez tous éclipsés.

Pour vous consoler un peu, cher Louis XIV, permettez-moi donc de vous dire que beaucoup en France ont appris à vous aimer grâce à de nouveaux et très bons historiens.

Certes, vous avez un peu trop vite déclaré la révocation de l’Edit de Nantes, fait démolir les murs de Port-Royal des Champs mais nous savons que l’homme dur du régime fut Louvois. Les dragonnades c’est lui et lorsque vous avez appris les horreurs qu’il avait commises, vous avez devant lui jeté votre canne par la fenêtre en lui disant : « Autrement, je vous la cassais sur le dos » Il est vrai pourtant que les exactions ont continué. Mais on oublie de dire dans nos médias que le midi avait été mis à feu et à sang de 1621 à 1629 par les protestants. (F. Bluche).

Au lieu de donner une fois de plus la parole à ce Michel de Decker, toujours frétillant de joie lorsqu’il s’agit de raconter les petites bassesses des grands ; au lieu de couper trop vite la parole à l’excellent historien Jean-Christian Petitfils, la TV aurait pu rappeler que vous avez mis fin à 40 années de trouble ; vous avez laissé la France plus prospère, plus peuplée, mieux armée qu’elle ne l’était au début de votre règne. Vous avez aidé Vauban à construire, autour de la France, ce qu’il a appelé sa « ceinture de fer ».Vous avez reconstituée une force navale : de 9 vaisseaux de ligne en 1660, il y en eût 220 en 1680 dépassant ainsi de 45 unités la Royal Navy (Bluche). La France a pu ainsi mieux se protéger contre « les incursions continuelles des algériens sur les côtes du Languedoc et de la Provence… » car « il n’y avait personne qui n’eut à pleurer un parent massacré, un ami esclave ou une famille ruinée » (Cal Maury).

Vous avez acheté Dunkerque à l’Angleterre, vous vous êtes emparé facilement de Lille. Vous avez tenu tête à une quadruple alliance contre la France : Espagne, Autriche, Angleterre, Pays-Bas. Bien loin de parader au château de Versailles, vous fûtes un homme de terrain, inspectant les remparts, les bastions, inaugurant des canaux surveillant les travaux.

Pour cet anniversaire, la télé aurait pu citer la lettre que le nonce apostolique écrivit à Rome dès votre décès : « (Louis XIV) avait le talent de gagner le cœur de tous ceux qui avaient l’honneur de l’approcher…grande rapidité pour débrouiller les affaires les plus compliquées… il a fait fleurir l’ordre d’un bon gouvernement et étendu les sciences et les arts à travers tout le royaume ». Bien sûr, certains diront : c’est un prêtre et un ambassadeur, il se doit d’être indulgent et élogieux. Mais pourquoi alors n’a-t-on pas cité le très anticlérical Voltaire qui, dans son « Siècle de Louis XIV », reconnait que les amusements de la cour « étaient de perfectionner le goût, la politesse et… de faire des français la nation la plus policée du monde ». Ce Voltaire qui contribua beaucoup à la Révolution Française, écrit également : « Louis XIV (…) fit voir qu’un roi absolu qui veut le bien, vient à bout de tout sans peine. Il n’avait qu’à commander, et les succès dans l’administration étaient aussi rapides que l’avaient été ses conquêtes. C’était une chose véritablement admirable de voir les ports de mer, auparavant déserts, ruinés, maintenant entourés d’ouvrages qui faisaient leur ornement et leur défense, couverts de navires et de matelots… de nouvelles colonies, protégées par son pavillon, partaient de tous côtés pour l’Amérique ».

A ce propos bien peu savent que le mot « Louisiane » vient de Louis XIV et que le fleuve Mississippi s’appelait à l’époque « le fleuve Colbert ». Mais si vous avez eu, cher Louis XIV, des comptoirs, jamais vous n’avez voulu la mondialisation. Lorsqu’on vous a proposé être roi dans les Balkans, vous avez refusé (F. Bluche).

La TV aurait pu citer aussi le Mal de Berwick parlant de vous : « Il était l’homme de son royaume le plus poli … depuis la monarchie vous ne trouverez roi plus humain » « Il n’avait de fier en lui que l’apparence… dès qu’on voulait lui parler, son visage se radoucissait et il avait l’art de vous mettre à l’instant en pleine liberté avec lui. »

La TV aurait pu tout simplement vous donner la paroleciter les sages recommandations que vous avez écrites à votre petit fils, le roi d’Espagne. Citer aussi vos mémoires dans lesquelles vous expliquez que, si vous avez pris le soleil pour emblème, c’est par « le bien qu’il fait en tout lieu prodiguant sans cesse de tous côtés la vie, la joie et l’action » ou encore : « C’est par le travail qu’on règne. Il y a de l’ingratitude et de l’audace à l’égard de Dieu, de l’injustice et de la tyrannie à l’égard des hommes de vouloir l’un sans l’autre » ;

Certes, l’émission a montré que vous étiez un excellent danseur mais on aurait pu rappeler aussi que, sous votre règne, Pierre Beauchamp a eu l’idée de codifier les pas de danse et que, lorsqu’il s’agit de danse classique, encore de nos jours, on emploie des mots français dans le monde entier. On dit « échappée battues » ou « sauts de chat » à New-York comme à Pékin.

Il ne fallait pas, bien sûr, s’attendre à ce que «  la 2 » ait le courage de dire ce que Philippe Erlanger (haut-fonctionnaire et écrivain) a calculé, à savoir qu’en comptant les deux Trianons, sur un demi-siècle, Versailles n’a pas coûté plus cher qu’un porte-avion modernequ’il a coûté le prix du déficit de l’exposition universelle de Léon Blum en 1936 ou encore à peu près le prix d’une campagne électorale d’un Président de la République ! Cela aurait été pourtant amusant !

Heureusement, les images parlent mieux que les mots et les contredisent parfois. On a pu se demander, pendant cette émission, pourquoi un roi aussi despotique que vous, qui avait été entouré parfois à Versailles de 36.000 ouvriers (F. Bluche), avait voulu un château sans douve, sans protection avec, au rez-de-chaussée, uniquement des portes-fenêtres. Comment dit-on portes-fenêtres en anglais ? French windows.

On a pu se demander pourquoi un obsédé sexuel avait fait réaliser un jardin qui parle avant tout à l’intelligence jamais aux sens : pas de banquettes pour s’allonger, presque pas de bancs pour s’asseoir, pas de coins d’ombre, pas de salon de verdure pour se mettre à l’abri des regards indiscrets. On s’est demandé surtout comment « la 2 » avait pu dire que la ménagerie de Versailles ressemblait à un phallus alors que les gravures nous la montre octogonale entourée de cours en éventail pour les différents animaux.

Pour les jeunes qui n’aiment pas la France car ils ne la connaissent pas, on aurait pu montrer vos côtés anti-conformistes. Cela aurait changé un peu ! Leur dire, par exemple que vous fûtes toujours plus passionné par votre jardin que par l’intérieur de votre château. Que, voulant tout comprendre par vous-même, on vous a vu prendre les cisailles du jardinier pour couper des ifs à Versailles, que votre meilleur ami a sans doute été le jardinier André Le Nôtre. Vous le convoquiez tous les matins. Il osait vous embrasser et lorsqu’il fut très âgé, vous l’avez vous-même promené dans sa chaise roulante.

Pourquoi ne parle-t-on jamais de votre amour des enfants ? S’il y a autant de « marmousets » dans le parc de Versailles, c’est sur vos recommandations. Vous aviez peur qu’on y mette toujours plus de statues grecques. Nous avons conservé votre lettre disant « je veux de l’enfance répandue partout » et, à l’intérieur du château, c’est vous qui avez demandé, pour le « salon de l’œil de bœuf », une frise représentant des enfants. C’est d’ailleurs en allant voir les vôtres que vous avez fait la connaissance de Mme de Maintenon. Vous l’avez épousée à l’âge de 45 ans et vous lui êtes resté fidèle jusqu’à votre mort à 77 ans. Elle était pieuse, bigote dit-on à l’encan, mais vous n’avez pas eu peur d’épouser une femme qui était née à la prison de Niort car son père criblé de dettes y était emprisonné ; une femme qui eut une jeunesse misérable avant d’épouser le poète grabataire Scarron. Elle vous a peut-être dit que, pour gagner un peu d’argent, elle nourrissait en foin des chevaux et a même gardé des dindons …avant de garder les enfants que votre Majesté a eus de la Montespan ! (Cal Maury)

Si on avait voulu rétablir la vérité et sortir des poncifs on aurait pu dire tellement d’autres anecdotes amusantes qui vous auraient rendu plus familier à tous !

Vous avez été un grand roi peut-être parce que vous avez su écouter et regarder. Ecouter car dès votre plus jeune âge, Mazarin tenait à vous faire participer au Conseil. Et vous avez écrit dans vos mémoires que vous étiez heureux lorsque vous constatiez que les ministres prenaient la décision que vous aviez choisie dans votre petite tête d’enfant. Vous aviez une oreille excellente, ce qui vous a permis de choisir pour la cour les meilleurs musiciens de votre royaume : Campra, Lully Delalande. Vous aviez également un regard extraordinaire, « insoutenable » même a-t-on pu dire qui vous a permis de reconnaître autant les grands génies de votre époque qu’une erreur sur un champ de bataille, un défaut dans une statue, une dissymétrie dans les fenêtres du Grand Trianon ou dans la hauteur d’un jet d’eau.

Cher Louis XIV, merci pour la beauté que vous avez donnée à la France dans tous les domaines. Merci de nous avoir rendus fiers de notre pays. Vous saviez, sans doute, qu’aucune civilisation ne se détruit du dehors sans s’être détruite de l’intérieur.

Alors s’il vous plait, cher Louis XIV, là où vous êtes maintenant, au Paradis, faites-vous présenter un homme que vous apercevez sans doute au loin, dans le groupe des gens qui auraient donné leur vie pour sauver la France. Il a nom Jean Ousset. Vous devriez vous entendre avec lui. Dans votre brochure « Manière de montrer les jardins de Versailles », vous dites souvent : « il faut faire une pause pour considérer les fontaines, les bas-reliefs…les vases, les statues ». Vous employez pudiquement le terme « considérer » qui laisse entendre qu’il faut regarder attentivement et non pas vouloir admirer ou détester trop vite. Vous dites aussi très souvent dans cette brochure « on en fera le tour… on en fera le demi-tour ». Avec d’autres mots, Jean Ousset disait la même chose : « Il faut qu’une statue tourne, il faut tourner autour de l’œuvre d’art ».

Alors, avec lui, priez pour la France, dites à Jeanne d’Arc qu’elle vienne, d’une manière ou d’une autre, sauver la France une fois encore. Elle en meurt d’envie, elle, qui voulait tant continuer à se battre ! Son cœur est toujours ici, quelque part au fond de la Seine. Si Dieu n’a pas voulu qu’il brûle, vous pensez bien que ce n’est pas pour qu’il soit avalé par un poisson ou qu’il parte dans la Manche se rapprochant ainsi des côtes anglaises ! Son cœur est toujours chez nous, dans la Seine, c’est évident. Peut-être le retrouvera-t-on un jour.

Merci d’avance de tout ce que vous pourrez faire encore pour nous et veuillez agréer, cher Louis XIV, l’expression de ma respectueuse admiration.

 

Marie-Françoise OUSSET

Humour !

 

Le tricentenaire de la mort de Louis XIV coïncidait avec la rentrée scolaire et son nouveau programme d'histoire dans lequel le Roi-Soleil a disparu.
Sur les réseaux sociaux, cet événement a été relayé avec humour   

Lettre ouverte à Louis XIV

Source: Lys de France (Nicolas Chotard)

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Histoire
commenter cet article
24 septembre 2015 4 24 /09 /septembre /2015 13:02

Vu la déroute géopolitique que leur inflige la Russie contre l'Etat islamique en Syrie, dans deux jours, François Hollande (ou Valls..) dira qu'il faut dialoguer avec Assad :

Angela Merkel appelle à dialoguer avec Bachar al-Assad

Contrairement à certains dirigeants, dont François Hollande, la chancelière allemande Angela Merkel souhaite impliquer le président syrien Bachar al-Assad dans la recherche d'une solution au conflit syrien.

 

Comment résoudre le conflit syrien qui déchire le pays et force des milliers de Syriens à fuir la guerre? Jeudi à Bruxelles, lors d'un sommet extraordinaire consacré à la crise migratoire, Mme Merkel a affirmé aux autres 27 Chefs d'Etats européens que le règlement du conflit syrien nécessitait l'implication de Bachar al-Assad: "Il faut parler avec de nombreux acteurs, et cela implique (Bachar al, ndlr) Assad, mais il y en a d'autres".

 

Angela Merkel a également prôné une collaboration plus large et souligné qu'il fallait parler "non seulement avec les Etats-Unis, la Russie, mais aussi avec les partenaires régionaux importants, l'Iran, des pays sunnites comme l'Arabie saoudite".

Source: Angela Merkel appelle à dialoguer avec Bachar al-Assad, Sputnik, 10:48 24.09.2015(mis à jour 10:52 24.09.2015)

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Allemagne
commenter cet article
24 septembre 2015 4 24 /09 /septembre /2015 12:39

Le 19 septembre dernier, la famille de Bourbon a fêté ses onze siècles dans son berceau de l’Allier, au château de Bostz:

 

Je recommande à toute personne lucide qui ne craint pas de dire la vérité de s'affirmer monarchiste.

Jean Raspail

Jean Raspail, monarchiste
Repost 0
Publié par Ingomer - dans Royalisme
commenter cet article
24 septembre 2015 4 24 /09 /septembre /2015 12:08
Le film “Padre Pio” en français

23 septembre 2015, 47e anniversaire du décès de Padre Pio, saint Pio de Pietrelcina, jour aussi de sa fête dans l’Eglise universelle. Une bonne occasion de revoir le film Padre Pio (2000), de Carlo Carlei, mais cette fois en français.
 
La maison de production Saje a en effet sorti récemment une version française (en DVD) de ce grand film sur l’un des saints les plus connus du XXe siècle. Si Padre Pio apparaît sous les traits – et le jeu magnifique – de Sergio Castellito, il a désormais la voix de Michael Lonsdale.
 
Beaucoup ont sans doute déjà vu la version italienne originale de ce film. Pour ceux qu’inquiéterait le genre, parfois très à l’eau de rose, du style hagiographique, convenons que ce Padre Pio n’a guère à souffrir de ce reproche.
 

Le film “Padre Pio” en français

 
Ici, en effet, rien n’est occulté de ce monde de souffrance qui fut celui de notre saint. Le diable, au visage changeant, tantôt animal, tantôt humain, est fort inquiétant, et le combat qu’il livre des années durant au pauvre capucin de San Giovanni Rotondo est, autant que faire se peut, bien rendu.
 
Padre Pio avait aussi son caractère, où, derrière la brusquerie, très visible dans le jeu de Sergio Castellito, transparaît très vite une divine humanité, par laquelle il touche le cœur de ceux qui l’approchent, et lit réellement, miraculeusement, en eux comme dans un livre ouvert.
 
Mais la persécution la plus tragique dans la vie de Pio de Pietrelcina est sans doute celle qu’il dut subir de la part de l’Eglise, de ses frères.
 
Le film a pour cadre la dernière journée de Padre Pio, toute occupée ou presque par une rencontre avec un émissaire romain (bellement incarné aussi par Jürgen Prochnow) plus que sceptique : juge.

 

La vérité, ultime confession

 
Cette rencontre est l’occasion pour le Padre Pio de faire le récit de sa vie, récit qui tient tout à la fois de l’histoire et de la confession. Derrière les images fort belles, transparaît la sainteté du Padre Pio : la lutte avec le diable, bien sûr, et les miracles. Mais aussi, face à la persécution, cette obéissance admirable dont il disait au Père Benedetto, son directeur de conscience : « Je ne comprends plus rien, je redoute terriblement d’être abandonné à moi-même pour toujours et c’est par crainte que je m’agrippe – ou que je prends le risque de m’agripper – à l’obéissance qui, pourtant, semble elle aussi m’échapper inconsciemment. »
 
Une obéissance d’autant plus concrète, en définitive, qu’elle ne l’empêcha pas de dire clairement ce qu’il pensait, ce qu’il ressentait…
 
Parmi les accusations les plus insensées qu’il aura eu à subir de la part de certaines autorités ecclésiales, la moindre n’aura sans doute pas été cette volonté de le convaincre d’escroquerie à propos de ce don des stigmates. D’autant plus vive sans doute qu’il avait connu, à cause d’eux, dans les premières années, une grande confusion, croyant y desceller une nouvelle tentative du Malin pour le faire chuter par l’orgueil.

 

Des stigmates échappant à la science

 
Mais, dès 1920, le Dr Romanelli, mandaté par le Saint-Office, après l’avoir examiné à plusieurs reprises, constata : « La blessure du thorax montre clairement qu’elle n’est pas superficielle. Les mains et les pieds sont transpercés de part en part. Je ne peux trouver une formulation clinique qui m’autorise à classer ces plaies. » De son côté, le Dr Festa conclut à « des phénomènes, reliés harmonieusement entre eux, qui se soustraient au contrôle des recherches objectives et de la science ».
 
Tout cela n’empêcha pas Rome d’opposer son veto durant des décennies à la vie sainte de Padre Pio. Et ce, d’autant plus lorsqu’il s’opposa au nouveau rite de la messe…
 
Cette tension, cette terrible souffrance relevant tout à la fois de la transverbération, des stigmates et de l’incrédulité méchante, sont parfaitement rendues dans le film de Carlo Carlei.
 
Assez parlé, sans doute, de ce film qui se regarde comme une icône : voyez-le !
 
Hubert Cordat
• Pour ceux qui préfèrent lire, on peut toujours se référer au beau livre Padre Pio le stigmatisé d’Yves Chiron.

Le corps de Pardre Pio fut exhumé en mars 2008 à l'occasion du 40e anniversaire de sa mort : déterré, son corps était en parfait état. La décomposition et la putréfaction du corps est quelque chose qui commence immédiatement après le décès. Or le corps de Padre Pio était conservé, non corrompu. Aucun embaumement à sa mort n'eut lieu. Son corps dégageait une odeur très agréable tantôt florale tantôt une odeur d'épices. Il arrive encore que ce corps ce mette à saigner lorsqu'on le pique ou lorsqu'on le coupe. Les médecins déclarèrent ne pas avoir d'explication et avoir là "quelque chose qui dépasse l'entendement et les limites" de leurs connaissances.

Des son vivant, le Padre Pio eut des plaies aux mains et aux pieds, stigmates rappelant la Passion et la Crucifixion du Christ.

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Films
commenter cet article