Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
27 janvier 2007 6 27 /01 /janvier /2007 10:00

"Je veux être le président d’une France qui aura compris que la création sera dans le mélange, dans l’ouverture, dans la rencontre, je n’ai pas peur du mot, dans le métissage. »
(Nicolas Sarkozy, Discours d’investiture, Congrès de l’UMP, 14 janvier 2007).Via
fdesouche

Via le Salon Beige, on apprend que "Ce passage en gras n'apparaît pas dans le discours en ligne (vers la fin) sur le site de l'UMP, mais on peut l'entendre très distinctement dans la vidéo (à 1h16mn45).


"Le métissage, je le dis ici, est une chance pour la France. Je serai la présidente de la France métissée et qui se reconnaît comme telle."
(Ségolène Royal, Discours de campagne en Martinique, 26 janvier 2007).

 

Il est important de bien spécifier le sens des mots : lorsque nous disons qu'ils défrancisent la France, eux ils disent qu'ils la francisent (!) Pour les idéologues du métissage, métisser la France, c'est la franciser en quelque sorte (!) .... Cette manipulation mentale est d'un machiavélisme diabolique. Lorsque nous disons que pour nous la France, c'est un peuple européen, de race blanche et de culture celte, gréco-romaine et catholique (et que nous entendons qu'elle le reste), ils répondent que non, la France c'est le métissage... C'est l'avenir disent-ils.... Bref, nous ne pouvons pas nous entendre avec ces gens-là. 

La nouveauté, c'est qu'ils parlent maintenant ouvertement du "métissage de la France "quand ce discours-là était jusqu'ici tenu secret dans les arrières-loges. Bref, ils avancent au grand jour en pensant rester impuni de leurs outrages. Il est vrai que le système en place éduque le peuple français, dès la petite enfance, dans les écoles "laïques" et surtout obligatoires, à sa disparition dans le métissage et le grand magma euro-mondialiste.

Le métissage physique est tout aussi grave que le metissage culturel. A terme, si on le poursuit jusqu'au bout, il conduit au génocide (... programmé dans les loges) de notre peuple français, tel qu'on le connait depuis 2500 ans. Bref, le métissage (physique et/ou culturel) va à l'encontre du droit naturel de tout peuple de se perpétuer dans son être. Surtout, en tant que catholique, il va à l'encontre de la Création : Dieu a fait les races, ce n'est pas pour que nous les supprimions (!) ; il détruit ce que nous avons de plus cher. Nous devons donc être contre, et le métissage physique et le métissage culturel. Nous ne pouvons pas accepter la disparition de notre peuple. Ce génocide-là est tout aussi grave et inacceptable que, par exemple, le génocide des Juifs durant la IIe Guerre mondiale puisqu'il vise lui aussi, à terme, à faire disparaître notre peuple, tel qu'on l'a toujours connu.

Aujourd'hui, le cauchemar pour les mondialistes de l'UMPS qui ont programmé le métissage de notre patrie, c'est que les étrangers se mettent à voter Le Pen et trouvent naturel que les Français veulent rester Français. Imaginez un peu ce que cela peut représenter de cauchemar pour les Ségo et SarKö.

Dans tous les cas, les propos de Sarközy et de Royal sont proprement honteux, scandaleux. Ils marquent une volonté politique de substitution de population et une persécution inouïe des Français de souche qui devront disparaître pour laisser la place aux "métis", nouvelle race supérieure. Cela n'est pas possible. Il faudra réagir ou disparaître. Ca sera eux ou nous.

Lorsqu'ils l'apprirent, Mattathias et ses amis les pleurèrent amèrement et se dirent les uns aux autres : "Si nous faisons tous comme ont fait nos frères, si nous ne luttons pas contre les nations pour notre vie et nos observances, ils auront tôt fait de nous exterminer de la terre." Ce même jour, ils prirent cette décision : "Tout homme qui viendrait nous attaquer le jour du sabbat, combattons-le et nous ne mourrons donc pas tous comme sont morts nos frères dans leurs retraites." (I Maccabées, II, 40-41)

Repost 0
26 janvier 2007 5 26 /01 /janvier /2007 20:47

26/01/2007 20:59

NEW YORK (AFP) - L'ONU condamne le déni de l'holocauste, en pensant à l'Iran

L'Assemblée générale des Nations unies a adopté vendredi à l'unanimité une résolution condamnant sans réserve tout déni de l'holocauste, envoyant ainsi, mais sans le nommer, un message clair à l'Iran.

Dans cette résolution proposée par les Etats-Unis et parrainée par plus de 100 pays, l'Assemblée générale, où siègent 192 Etats, "condamne sans réserve tout déni de l'holocauste".

Elle "engage vivement tous les Etats à rejeter sans réserve tout déni de l'holocauste en tant qu'événement historique, que ce déni soit total ou partiel, ou toute activité menée en ce sens".

Adopté par consensus, sans vote, le texte souligne notamment le danger "des efforts visant à nier l'holocauste qui, en ignorant l'historicité de ces terribles événements, accroissent le risque qu'ils se reproduisent".

Plusieurs diplomates ont souligné que cette résolution, qui ne mentionne aucun pays en particulier, est inspirée par le comportement de l'Iran, dont le président, Mahmoud Ahmadinejad, et d'autres dirigeants, ont souvent nié l'holocauste.

"Nous pensons qu'il s'agit d'une réelle action de l'Assemblée générale de l'ONU pour désavouer le gouvernement iranien (...) et un désaveu des affirmations sans fondements et totalement erronées du président Ahmadinejad", a indiqué le secrétaire d'Etat américain adjoint Nicholas Burns à des journalistes.

Mardi encore, M. Ahmadinejad a qualifié l'holocauste de "fabrication", prédisant à nouveau que l'Etat d'Israël allait "tomber en morceaux".

Le gouvernement iranien s'est attiré une nouvelle vague de condamnations internationales en organisant en décembre à Téhéran une "conférence internationale" sur l'holocauste qui s'est révélée être une tribune pour les révisionnistes de nombreux pays.

L'ambassadeur d'Israël à l'ONU, Dan Gillerman, s'en est vivement pris à l'Iran dans un discours en séance. "Alors que les nations du monde sont réunies ici pour affirmer l'historicité de l'holocauste avec l'intention de ne jamais permettre un nouveau génocide, un membre de cette Assemblée acquiert les moyens d'en commettre un", a-t-il dit, en référence au programme nucléaire iranien.

"Le président iranien est en fait en train de dire: +il n'y a jamais eu d'holocauste mais, au cas où, nous allons finir le travail!+", a-t-il ajouté.

Le délégué iranien, Hossein Gharabi, a affirmé que Téhéran avait à plusieurs reprises condamné "tout génocide quel qu'il soit", accusant Israël d'en commettre un contre les Palestiniens. Il a accusé les auteurs de la résolution de poursuivre "des buts politiques" contre l'Iran.

"L'holocauste a été l'une des catastrophes morales les plus tragiques de l'histoire de l'humanité (...) Ceux qui le nient -et malheureusement il y en a- révèlent non seulement leur ignorance mais aussi leur faillite morale", lui a répondu l'ambassadeur américain par intérim, Alejandro Wolff.

Le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, "réitère sa conviction que le déni de faits historiques comme l'holocauste est inacceptable", a indiqué son service de presse dans un communiqué.

M. Ban, qui entamait vendredi une tournée en Afrique, "exprime le désir ardent de voir ce principe fondamental respecté à la fois en rhétorique et en pratique", ajoute le communiqué.

Les résolutions de l'Assemblée générale de l'ONU n'ont pas le caractère en principe contraignant de celles du Conseil de sécurité mais ont une forte valeur morale et symbolique.

En novembre 2005, l'ONU avait proclamé le 27 janvier "Journée internationale de commémoration en mémoire des victimes de l'holocauste" en l'honneur des quelque six millions de juifs et autres victimes assassinés par le régime nazi pendant la Deuxième Guerre mondiale. Le 27 janvier est la date de la libération en 1945 du camp d'extermination nazi d'Auschwitz-Birkenau, en Pologne.

***************************************************************************************************************

Le blasphème contre Dieu est "légal", mais le déni d'holocauste non..., il "est inacceptable" ! La police de la pensée se resserre : bientôt des procès en sorcellerie pour déni d'holocauste.

Repost 0
26 janvier 2007 5 26 /01 /janvier /2007 19:57

Via Altermedia.info

Lors de l'émission Riposte sur TV5, j'ai déploré, dans une région chère à mon cœur, la Bretagne que, dans la foulée de la traduction des noms de lieux ou de villes en langue régionale, ce que je ne contestais pas, l’on ait vu apparaître un bilinguisme systématique dans la signalétique routière générale (« toutes directions », « zone artisanale »), ce qu’en revanche, je combats.

Certains amis y ont vu matière à ouvrir un débat que je ne voudrais pas esquiver compte tenu de son importance et de l’indéfectible estime militante que je leur porte.

La tendresse que nous avons tous pour les cultures régionales ne doit pas nous faire perdre de vue les exigences du rétablissement de la Nation française et donc du maintien absolu du français comme seule langue officielle de l’Etat.

Dans mon esprit, que cela soit clair, cet attachement à l’unité linguistique de notre pays n’interdit en rien l’enseignement facultatif à l’école ou naturellement l’apprentissage dans le cadre familial de langues régionales dont je souhaite ardemment la préservation.

Chacun d’entre nous, en effet, entretient dans sa sphère privée des affections particulières pour une religion, une région ou toute autre identité spécifique. Ces affections particulières sont naturelles et respectables mais ne doivent à aucun moment nous faire perdre de vue notre devoir de prémunir notre peuple de tout risque de désunion culturelle ou territoriale.

Comme défenseur de la Nation, hostile au principe même de l’Europe des régions, je ne peux me résoudre à prendre comme modèle institutionnel l’Espagne déchirée par les séparatismes, la Grande-Bretagne communautarisée ou comme modèle politique la Ligue du Nord et son curieux projet de Padanie.

Nos adversaires n’ignorent pas que la langue est un des ciments de la Nation. Ce n’est pas un hasard si les mondialistes veulent généraliser l’anglais pour nos élites et si les Européistes tentent d’imposer aux Etats-nations la charte des langues régionales pour les peuples.

En outre, ne nous y trompons pas. Ce ne sont pas tant les langues vernaculaires ou les cultures régionales que défendent les internationalistes de tout poil, ce sont les langues et les cultures minoritaires. Cette situation nouvelle, issue du contexte de la mondialisation, nous sépare d’ailleurs fondamentalement des aspirations au régionalisme qui ont pu, dans un passé déjà lointain, s’exprimer dans notre famille de pensée.

A l’évidence, ce serait faire preuve d’un angélisme coupable que d’oublier l’objectif de nos adversaires de détruire les nations pour asseoir la victoire du projet mondialiste. Le bilinguisme régional dans les provinces justifiera demain la signalétique en arabe en Seine-St-Denis et dans les quartiers pour mieux légitimer et installer demain une France en peau de léopard.

Sauf à adopter une conception communautariste d’inspiration anglo-américaine qui verrait le triomphe des minorités religieuses, ethniques voire tribales, l’Etat ne doit utiliser qu’une langue officielle sur tout le territoire national. C’est d’ailleurs cette exigence historique et institutionnelle qui a jusqu’à présent préservé notre pays des tentations extérieures, et parfois malheureusement intérieures, de dislocation culturelle et territoriale.

Vouloir contrevenir à ce principe d’unité linguistique ne peut qu’ouvrir la voie à la libanisation de notre pays, à l’éclatement de la Nation française et donc à détruire notre capacité de résistance. C’est pourquoi j’y suis résolument opposée.

C’est le débat qui nous opposera aux communautarismes, affichés ou non, notamment de l’UMP et du PS, lors de cette élection présidentielle.

L’inutile agressivité exprimée par Alsace d’abord dans ce débat est symptomatique, puisque ce mouvement régionaliste pro-européen prône l’émergence de régions européennes au détriment de la Nation française.

Marine Le Pen.

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Politique
commenter cet article
26 janvier 2007 5 26 /01 /janvier /2007 19:08

Après sa gaffe lundi 22 janvier sur la souveraineté de la province canadienne du Quebec, après sa bourde sur le nombre de sous-marins nucléaires, ou sur la précarité, "Il faut redonner de la précarité... un vrai combat", nouvelle ségolinnade, piégée par l’imitateur Gérarld Dahan, qui se faisait passer pour le Premier ministre du Québec, Ségolène Royal dit en riant : “les Français ne seraient pas contre” l’indépendance de la Corse, mais “ne répétez pas ça, ça va encore faire un incident”... (Video via Ilys).

Ecoutez ce rire gras et idiot, via Vox Galliae

 

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Politique
commenter cet article
26 janvier 2007 5 26 /01 /janvier /2007 18:43

Indigènes, le film de Rachid Bouchareb, a été choisi pour être présenté aux Oscars à Hollywood dans la catégorie des films étrangers où il représentera... l’Algérie. 

Ce choix du réalisateur se veut symbolique mais il confirme qu’il s’agit bien d’un film politique dont l’objectif est plus la culpabilisation du peuple français et du gouvernement au pouvoir au sortir de la guerre que l’incarnation d’une vérité historique ou d’une supposée volonté de réconciliation franco-algérienne.

Le contribuable français notera que ce film, où évoluent Jamel Debbouze, Samy Nacéri, Roschdy Zem et Sami Bouajila, a été financé à hauteur de 90 % par la France et ses régions. En effet, les chaînes de télévision publique France 2, France 3 et Canal +, le Centre national du cinéma (permettant de facto au
film d’obtenir le financement des régions Île-de-France, Aquitaine, Franche-Comté, Alsace, Provence-Alpes Côte-d’Azur), ont participé au finacement, offrant entre autres 650.000 € d’avances sur recettes, 150.000 € d’aides pour les effets spéciaux, et divers fonds et appuis totalisant 90 % du budget. Les 10 % restant proviennent quant à eux du Maroc et de l’Algérie.

Via novopress.info

Conclusion : vous ne voulez pas participer à la destruction politique et idéologique de la France, jetez vos télévisions et supprimez l'abonnement à la redevance télévisuelle.

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Films
commenter cet article
25 janvier 2007 4 25 /01 /janvier /2007 13:55
 
Condamnation du député Vanneste confirmée en appel, pour avoir dit la vérité sur l'homosexualité ! Lu sur Le Salon beige :

Cv_1
Le député UMP Christian Vanneste a été condamné jeudi par la cour d'appel de Douai à 3000€ d'amende pour des injures publiques à la suite de ses propos sur la communauté homosexuelle, en janvier 2005, qui avaient été publiés dans deux journaux. Suivant les réquisitions, la cour d'appel a confirmé la peine infligée en première instance, le 24 janvier 2006, par le tribunal correctionnel de Lille. Christian Vanneste devra en outre verser 500€ de dommages et intérêts à chacune des trois parties civiles, Act-Up Paris, SOS-Homophobie et le Syndicat national des entreprises gay (SNEG), des associations de défense des droits des homosexuels. Christian Vanneste avait déclaré :

"Je n'ai pas dit que l'homosexualité était dangereuse, j'ai dit qu'elle était inférieure à l'hétérosexualité. Si on la poussait à l'universel, ce serait dangereux pour l'humanité. Il y a un modèle social qui est celui du mariage hétérosexuel et de l'éducation des enfants
".
Repost 0
25 janvier 2007 4 25 /01 /janvier /2007 13:45
Ce matin sur RMC, M. Bourdin demandait à Mme Royal :
 
« Combien la France possède t’elle de sous marins nucléaire ? »
 
Réponse de Mme Royal, après avoir tenté d’éviter la question, répond « 1 ».
 
Pour info la France en possède 4. Peut-on croire une seule minute que le futur président de la république n’ait aucune connaissance des dossiers internationaux, et ne connaisse pas la force militaire de son pays ? Soyons sérieux.
 
Le blog Vox Galliae indique que, selon Jean-Jacques Bourdin, journaliste à RMC-Info, nous en aurions sept. Extrait de Ségolène Royal sur RMC:

Jean-Jacques Bourdin : Au fait, on en a combien de ces sous-marins nucléaires lanceurs d'engins ?

Marie-Ségo élude la question DEUX FOIS. Bourdin la repose DEUX FOIS.

Marie-Ségo : Nous en avons… euh.. UN.

Bourdin : Non. Nous en avons SEPT.

Marie-Ségo : Oui, sept, oui.

Voir la vidéo (via France-Echos. Attention ce site France-Echos est à consulter avec beaucoup de précautions comte tenu de son parti pris systématique en faveur d'Israël en Palestine.)
Repost 0
Publié par Ingomer - dans Politique
commenter cet article
25 janvier 2007 4 25 /01 /janvier /2007 13:42
Repost 0
Publié par Ingomer - dans Politique
commenter cet article
25 janvier 2007 4 25 /01 /janvier /2007 13:08

Via le Salon Beige

La FCPE (fédérant les parents d'élèves de l'école publique et qui plaide notamment pour la distribution de préservatifs dans les lycées) a envoyé un questionnaire aux candidats à la présidentielle, sauf à Jean-Marie Le Pen et Philippe de Villiers. (des lépreux probablement ?!)

C'est "une décision politique". Les réponses seront publiées dans la revue de la FCPE tirée à 230000 exemplaires. La FCPE souhaite notamment que les établissements privés sous contrat soient intégrés à la carte scolaire.

Ils pratiquent l'ostracisme à notre encontre, ne nous laissons pas faire et, à notre tour, ostracisons-les. Sélectionnons rigoureusement nos fréquentations, dans notre entourage, envoyons-leur un message très clair. Revenons-en à la pratique (réellement) charitable des premiers chrétiens, annonçons-leur l'Evangile, disons-leur la vérité, mais s'ils ne veulent point la recevoir, alors secouons même la poussière de nos pieds et sortons :

Luc, IX, 1-6. La mission des Apôtres.

 

Si quelqu'un vient à vous et n'apporte point cette doctrine (du Christ), ne le recevez pas dans votre maison, ne lui dites pas même salut. (II Jean verset 10) 

Ne traînez point le même joug que les infidèles. Car quoi de commun entre la justice et l'iniquité? Ou quelle alliance entre la lumière et les ténèbres? 15. Quel accord entre le Christ et Bélial ? ou quel commerce entre le fidèle et l’infidèle ? 16. Quel rapport entre le temple de Dieu et les idoles ? 16. Quel rapport entre le temple de Dieu et les idoles ? Car vous êtes le temple du Dieu vivant, comme Dieu le dit : J'habiterai en eux, et je marcherai au milieud 'eux, et je serai leur Dieu, et ils seront mon peuple. 17. C’est pourquoi sortez d’au milieu d’eux, et séparez-vous, dit le Seigneur, et ne touchez point à ce qui est impur ; 18. Et je vous recevrai, et je serai votre père, et vous serez mes fils et mes filles, dit le Seigneur Tout-Puissant. (II Cor. 6.14)

"Et chaque fois qu’on refusera de vous recevoir, sortez cette ville, et secouez même la poussière de vos pieds en témoignage contre eux." (Luc, IX, 1-6.)

Repost 0
24 janvier 2007 3 24 /01 /janvier /2007 11:04
23/01/2007 22:49
- Ahmadinejad: l'holocauste est une "fabrication"

TEHERAN, 23 jan 2007 () - Le président iranien Mahmoud Ahmadinejad a défendu mardi ses propos sur l'holocauste, en le qualifiant de "fabrication", et en prédisant à nouveau que l'Etat d'Israël allait "tomber en morceaux".

M. Ahmadinejad a repris son argumentaire traditionnel sur le thème de l'extermination des juifs pendant la seconde guerre mondiale.

"Puisque le fondement de cet incident (l'holocauste, ndlr) est une fabrication, et que toute l'existence de ce régime (d'Israël) repose sur lui, par conséquent ce régime va tomber en morceaux, ce n'est pas la peine de faire la guerre, c'est une question de temps ", a dit le président dans une adresse télévisée diffusée mardi soir.

M. Ahmadinejad, qui a appelé par le passé à ce que l'Etat hébreu soit "rayé de la carte", avait provoqué un scandale en qualifiant le génocide de "mythe" en décembre 2005.

Le gouvernement iranien s'est attiré une nouvelle vague de condamnations internationales en organisant en décembre dernier à Téhéran une "conférence internationale" sur l'holocauste qui s'est révélée être une tribune pour les révisionnistes de nombreux pays.

Le président avait déclaré à cette occasion qu'Israël allait "bientôt disparaître", tout comme l'URSS, en recevant à Téhéran les participants à la conférence.

M. Ahmadinejad soutient que l'holocauste est un "mythe" qui a été utilisé par les Occidentaux pour justifier la création de l'Etat d'Israël et priver les Palestiniens de leur terre.

Mardi il a qualifié l'holocauste d'"incident historique", en posant à nouveau la question de savoir "s'il s'est produit ou non".

Repost 0
24 janvier 2007 3 24 /01 /janvier /2007 09:43

En réponse à un article du Salon Beige, nous avons répondu que la solution du Tradiland nous semblait devoir s'imposer de plus en plus compte tenu de la persécution sournoise, sous-jacente, de la société "libre" et "égale" à notre encontre, qui veut nous faire disparaître (c'est au programme au moins depuis la IIIe République). Cela va devenir un recours naturel, un échappatoire de survie. D'autant que l'appareil étatique va en se renforçant tandis que tout entrisme finit par devenir inefficace, improductif. La force d'inertie et d'entraînement est plus puissante. Un exemple : l'éducation des enfants ne devrait pas être laissée à l'Etat. C'est bien beau d'avoir des professeurs catholiques dans l'Education nationale (voir dans l'enseignement dit "catholique"…), mais qui définit les programmes, qui définit ce qui doit être enseigné ou non ? Il faudrait séparer l'éducation de l'Etat. Sous l'Ancien Régime, l'éducation n'était pas confiée à l'Etat. Aujourd'hui, un Etat omnipotent, socialiste, jacobin, impose une idéologie sectaire, foncièrement antichrétienne, matérialiste, hédoniste et athée. Les enfants ne peuvent pas en sortir et sont comme conditionnés à ce système dès leur plus jeune âge.... Nous devons nous regrouper dans des portions du territoire, refuser toute ingérence jacobine dans nos pensées et réclamer la liberté. Liberté de penser... Aujourd'hui les procès en sorcellerie sont courants. Ex: contre Gollnisch qui a pris trois mois de prison avec sursis et 5 000 euros d'amende et 55000 E de dommages-intérêts pour avoir dit : "Je ne nie pas les chambres à gaz homicides. Mais je ne suis pas spécialiste de cette question et je pense qu'il faut laisser les historiens en discuter. Et cette discussion devrait être libre".
Mais aussi liberté de l'éducation. "Pas de liberté pour les ennemis de la liberté" est un slogan d'agit-prop. révolutionnaire qu'aujourd'hui, nous pouvons et devons (!) renvoyer aux dictateurs qui entendent nous dicter notre façon de penser ! Là aussi, le débat est ouvert.

Repost 0
24 janvier 2007 3 24 /01 /janvier /2007 08:18

Henri de Fersan précise sa pensée au sujet du communautarisme catholique et brosse le portrait de ce que pourrait être un "Front Identitaire", vaste mouvement politique rassemblant au-delà des catholiques, alliance circonstancielle seule capable d'être un grain de sable dans la machine planétarienne broyeuse des peuples et des nations : "nous devons donc constituer non pas un Front National, encore moins un Front Populaire, mais un Front Identitaire en rassemblant dans une alliance circonstancielle tous ceux qui, quelque soit leur religion, leur ethnie ou leur culture, rejettent l'ordre planétarien."

Il nous semble que se dessine en ce moment une sorte d'alliance de tous ceux qui n'ont pas gouverné jusqu'à présent, alliance de tous ceux qui ne sont pas responsables de l'état actuel de la France : "tout sauf ceux qui sont en place. Tout sauf le PS et l’UMP.... une alliance de tous les autres, le rassemblement de tous les Français." (Dieudonné)

Ca et là, comme le sent Dieudonné mais avec un objectif différent puisqu'il est lui - pour le moment encore - pour un supranationalisme sans frontière et non-identitaire, se dessine une alliance antisystème, antieuropéenne, antimondialiste. Ce que ne conçoit pas pour le moment Dieudonné, c'est que sa vision républicaine de la France portée sur l'universel (il se dit "citoyen du monde") ne gêne aucunement ceux qu'il accable à longueur de discours, les mondialistes. Au contraire, la disparition de la France dans le grand magma multiculturel, sans frontière et non-identitaire, est l'objectif principal des mondialistes. En fait, en bon gauchiste, il est contre la mondialisation, tant qu'elle n'est pas socialiste. Nous, nous sommes contre la mondialisation tout court, libérale ou socialiste ! Contre les idéologies mortifères qui ont plongé le monde dans l'état où il se trouve et pour le droit de chacun à se perpétrer dans son être, dans son identité, cela nous semble à la fois plus raisonnable et plus naturel. Or, la république ne portant pas ce dessein-là, reste le Front Identitaire. La guerre du XXIe siècle sera entre les mondialistes de tout poil et les identitaires. Au moment où une partie du Front National derrière Marine Le Pen bascule dans le camp républicain et jacobin, négateur des identités locales et régionales, le débat "communautarisme versus république" est ouvert.

Repost 0
23 janvier 2007 2 23 /01 /janvier /2007 21:13
Communiqué de Bruno GOLLNISCH

Je salue la victoire des forces nationales en Serbie, acquise par les patriotes en dépit de toutes les pressions mondialistes, atlantistes et européennes.

Les commentaires tendancieux des media occidentaux ont tenté de minimiser cette victoire jusqu’au bout, en prétendant que le Parti Radical Serbe était « talonné » par son plus proche concurrent, alors qu’il obtient 5 points de plus que celui-ci, et 11 points de plus que le parti du Premier Ministre !

Il faut d’urgence libérer sans condition son leader, le professeur de droit Vojislav Seselj, accusé à La Haye pour sa participation aux guerres qui ont suivi le démembrement de la Yougoslavie, et incarcéré depuis 4 ans alors qu’il s’est livré spontanément dès l’ouverture des poursuites contre lui.

Il est anormal que lui soit refusé le droit de se défendre personnellement, et qu’ait été refusé aux parlementaires qui le souhaitaient et à moi-même, la possibilité de le visiter dans sa cellule. Une nouvelle demande dans ce sens va être immédiatement déposée.


... Quant à la prétendue « Communauté internationale », à l’Otan, aux gouvernements français américain, ou autres, et à l’Union Européenne, ils n’ont d’autres droits que de prendre acte de la volonté librement et démocratiquement exprimée par le fier et courageux peuple serbe.
Repost 0
Publié par Ingomer - dans Europe
commenter cet article
23 janvier 2007 2 23 /01 /janvier /2007 20:55

... au motif qu'il serait une menace pour la République.

Rien que ça !

Hérétique, rebelle aux dogmes sacrés de la "République", anti-sioniste déclaré, Kemi Seba doit être mis hors d'état de nuire.

Décidément, il ne fait pas bon être hérétique au pays de Voltaire et des droits de l'Homme !

Repost 0
23 janvier 2007 2 23 /01 /janvier /2007 20:32
23/01/2007 20:29
PARIS, 23 jan 2007 (AFP) - Ségolène Royal participe finalement au dîner annuel du Crif

La candidate du PS à l'élection présidentielle, Ségolène Royal, s'est rendue mardi soir au dîner annuel du Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif), auquel elle ne devait pas initialement participer, ont constaté des journalistes de l'AFP.

Mme Royal, accompagnée de François Hollande, premier secrétaire du PS, est arrivée juste après le candidat UMP Nicolas Sarkozy et quelques minutes avant le Premier ministre Dominique de Villepin.

La candidate socialiste et le chef du gouvernement, issus de la même promotion de l'ENA, ont échangé quelques mots au milieu d'une nuée de photographes et de caméramen.

 A noter que Jean-Marie Le Pen, représentant six millions de Français, n'a pas été invité. Nous saurons nous en rappeler en avril.

Repost 0
23 janvier 2007 2 23 /01 /janvier /2007 19:00

Le Figaro. Publié le 23 janvier 2007 à 16h30

Le candidat à la présidentielle Nicolas Dupont-Aignan a estimé aujourd'hui à Beauvais que le Parti socialiste et l'UMP avaient «culpabilisé les maires» pour qu'ils n'accordent pas leur parrainage aux autres candidats à la présidentielle.

(Avec AFP).
 
Repost 0
23 janvier 2007 2 23 /01 /janvier /2007 18:54
23/01/2007 18:43
PARIS (AFP) - France: déficit commercial record en 2006 à près de 30 milliards d'euros

Le déficit commercial français s'établira à un niveau record sur l'année 2006, à près de 30 milliards d'euros, en raison d'une facture énergétique qui a également atteint des sommets, a déclaré mardi le ministre de l'Economie, Thierry Breton, lors d'une conférence de la Coface.

... Toutefois, a affirmé le ministre, "hors énergie, notre solde commercial est positif".

Les chiffres définitifs du commerce extérieur seront publiés le 9 février. Sur les 11 premiers mois de l'année, son déficit atteignait 26,5 milliards d'euros. Sur l'ensemble de l'année 2005, le déficit du commerce extérieur avait également atteint un record à 23,1 milliards.

Le ministre a jugé que "la situation de notre commerce extérieur n'est pas si alarmiste", ajoutant que "nos exportations se portent bien: elles ont augmenté sur les 11 premiers mois de 2006 de plus de 9,4%", un chiffre jamais égalé, s'est-il félicité.

Les exportations françaises vers les pays émergents "connaissent des progressions spectaculaires", a-t-il poursuivi, citant les chiffres de +38,9% pour la Chine, +33,6% pour l'Inde, +40,8% pour la Russie +19,5% pour le Mercosur. "Nos ventes vers la zone euro se portent également bien" grâce à la reprise économique chez nos voisins, a aussi noté le ministre.

En lange clair: déficit record, mais tout va bien !

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Economie
commenter cet article
23 janvier 2007 2 23 /01 /janvier /2007 18:31
23/01/2007 14:15
LONDRES, 23 jan 2007 (AFP) - GB: le chef des catholiques se bat contre l'adoption par des homosexuels

Le cardinal Cormac Murphy-O'Connor, chef de l'Eglise catholique pour l'Angleterre et le Pays de Galles, est parti en guerre mardi contre le projet du gouvernement de forcer les agences d'adoptions à accepter les demandes de couples homosexuels.

Le cardinal a écrit une lettre à Tony Blair et son cabinet, les avertissant que son Eglise serait forcée de fermer les agences d'adoption catholiques si la loi les obligeait à agir contre leurs enseignements religieux.

Murphy-O'Connor, l'archevêque de Westminster, a indiqué que l'Eglise catholique aura "des difficultés importantes" à appliquer la législation qui condamne les discriminations contre les homosexuels dans la fourniture de biens et de services.

Cette législation, qui doit entrer en vigueur en avril, est en contradiction avec les enseignements de l'Eglise catholique sur le mariage et la vie familiale, a souligné le cardinal.

Selon les médias britanniques, Tony Blair, aurait de la sympathie pour le dilemme des catholiques et son cabinet serait en train de réfléchir aux modalités d'applications de la loi.

Mais Charles Falconer, le Lord Chancelor, qui a rang de ministre de la justice, a prévenu qu'il serait "extrêmement difficile" d'envisager des exceptions pour l'Eglise.

L'Angleterre et le Pays de Galles comptent sept agences d'adoptions catholiques qui représentent 32% des adoptions.

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Religion
commenter cet article
23 janvier 2007 2 23 /01 /janvier /2007 15:43

"Si nous faisons tous comme ont fait nos frères, si nous ne luttons pas contre les nations pour notre vie et nos observances, ils auront tôt fait de nous exterminer de la terre" (I Maccabées II, 39).

Mort de Judas Maccabée au combat de Béerzeth

"Judas répliqua : Il ne sera pas dit que j'ai choisi la fuite. Si notre heure est arrivée, mourons bravement pour nos frères et ne laissons pas ternir notre gloire" (I Maccabées IX, 10).

La doctrine de l'Eglise enseigne que la justice c'est rendre à chacun ce qui lui appartient. Pas plus ni moins. Un saint laissera son manteau à celui qui lui demandera sa chemise....

Maintenant, "Les théologiens, à la suite de saint Thomas d'Aquin (II, 9-40) posent six conditions pour qu'une guerre soit juste.

1/ L'intention droite
Sont absolument illégitimes et très gravement, toutes révolutions fomentées par ambition personnelle, intérêt financier d'un individu ou d'un trust…

2/ Une cause juste
Par contre étaient légitimes le soulèvement de la Vendée, en France, contre la tyrannie des révolutionnaires de 1789, celui des chrétiens libanais contre l'alliance syro-palestinienne, celui des Noirs du Sud du Soudan contre les persécuteurs musulmans du Nord, etc… Byzarrement, pour ceux qui ne le savent pas, l'O.N.U. ne s'en occupa pas ou y a renoncé. Pour que la cause soit juste, il faut que le bien commun du pays ou le bien commun d'une minorité légitime soient attaqués.

3/ Être le seul moyen
Tous les autres efforts pour la justice ayant été épuisés, et ceci en un laps de temps raisonnable.

4/ Un espoir raisonnable de victoire
C'est l'aspect pragmatique de la licéité d'un coup d'Etat : il ne faut pas qu'il apporte un mal plus grand !

5/ Des moyens non intrinsèquement mauvais
Il serait illicite de séparer définitivement des familles, de castrer des groupes, de gazer ou supprimer une ethnie....

6/ Des moyens proportionnés à la cause défendue
Sont ainsi à exclure : la trahison, les armes causant des destructions ou des souffrances disproportionnées (Napalm). De même s'attaquer aux civils,c’est-à-dire aux non-combattants, bombarder des zones résidentielles ou des villes entières (Dresde, Hiroshima…)

Seule la religion catholique a su toujours maintenir dans la concorde des nations ou des ethnies différentes. Les empereurs très catholiques d'Autriche régnaient sur une mosaïque de peuples et de religions (catholiques, protestants, orthodoxes et musulmans) différents, maintenant la paix, comme "princes de leurs peuples". La chute de l'empire en 1918 sema divisions, haines et guerres. En Afrique du Sud, le racisme est la source de la guerre civile continuelle entre les ethnies noires. Dans les années 60, Prétoria voulut nationaliser et laïciser toutes les écoles; pour être sûr de réussir, on augmentait trois fois la paye des maîtres qui entraient dans le jeu. Toutes les écoles protestantes cédèrent, mais pas les catholiques. Résultat : la haine raciale sévit chez les protestants (majoritaires), tandis que les zoulous se catholicisent en grand nombre et sont l'ethnie la moins raciste de toutes, et ils optent pour la solution non-violente dans la recherche de l'équilibre si délicat entre les races dans le pays."

(R.P. Marziac, Ancien Missionnaire, Précis de la doctrine sociale de l'Eglise à l'usage des chefs d'Etat, Préface et textes de son Excellence Monseigneur Marcel Lefebvre, Editions Pontificales suppléantes, Caussade 1991, p. 81-83.)

Dans l'Evangile, saint Jean le Baptiste dit clairement que le métier des armes n'est pas interdit. « Et des soldats aussi l’interrogeaient, disant : Et nous, que ferons-nous ? Et il leur dit : N’usez de violence ni de fraude envers personne, et contentez-vous de votre paye » (Luc 3.14).

Repost 0
23 janvier 2007 2 23 /01 /janvier /2007 14:26

Un article de Jeune Alsace indique assez bien le danger d'une jacobinisation du front national.

Marine Le Pen parle de "danger" au sujet des langues régionales et dénonce le bilinguisme français-breton et les panneaux bilingues comme "extrêmement grave"... Attristant et délirant.

C'est son père, Jean-Marie Le Pen qui doit être surpris, lui qui avait déclaré en son temps : "mon patriotisme est d'abord régional et provincial, je suis de France, et puis je suis d'Europe aussi."

La tendance de plus en plus jacobine et sectaire au front national, une tendance négatrice des identités locales et régionales, devient insupportable. A tout le moins fort inquiétant.

L'émission Ripostes, du dimanche 21 janvier 2007, où peut être visionné le faux pas de Marine Le Pen.

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Politique
commenter cet article
23 janvier 2007 2 23 /01 /janvier /2007 11:28

Via Le Salon Beige

Tshirt

 

 

 

 

 

 

 

 

Sauver les bébés n'est pas un crime. Le marché des t-shirts cathos envahit la France

Il y en a d'autres ici.

Repost 0
22 janvier 2007 1 22 /01 /janvier /2007 15:21

Rien appris, tout oublié

MOSCOU, 20 janvier - RIA Novosti. Les communistes russes projettent de lutter pour le rétablissement de l'Union soviétique et appellent les partis communistes des anciennes républiques d'URSS à s'unir.

"Nous estimons que le rétablissement de notre Patrie unique est notre objectif clef et nous déploierons à l'avenir également des efforts énergiques pour le réaliser", a déclaré le leader du Parti communiste de la Fédération de Russie (KPRF) Guennadi Ziouganov devant la session plénière du Conseil de l'Union des partis communistes - PCUS samedi à Moscou.

... "Sans une union de la Russie, de la Biélorussie, de l'Ukraine et de toutes les républiques soeurs qui formaient l'Union soviétique, nous n'avons pas de perspective historique", a-t-il estimé.

La résolution de la session plénière souligne que tous les partis d'obédience communistes sur le territoire de l'ex-URSS doivent s'unir. La lutte "pour la démocratie soviétique, pour le développement socialiste des Etats des peuples frères et leur réunification au sein d'une Union" doit devenir le principal objectif des partis unifiés, selon les participants à la session.

Outre la résolution, les journalistes se sont vu délivrer le projet de principales activités communistes pour 2007. En vertu de ce plan, le KPRF se préparera toute l'année au 3 congrès des peuples de l'Etat de l'Union (russo-biélorusse), prévu pour février 2008. Les communistes russes prévoient également de lancer des mesures coordonnées contre "les manifestations d'anticommunisme et de nationalisme fascisant, contre la mondialisation impérialiste et l'agression de l'OTAN".

Rappelons à ces gens : "Pas de liberté pour les ennemis de la liberté !" Ils devraient connaître ce slogan, c'était celui de leurs ancêtres... jacobins.

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Europe
commenter cet article
21 janvier 2007 7 21 /01 /janvier /2007 22:16

Camouflet pour l'union Européenne et les eurolâtres

 

Les ultranationalistes sont en tête du scrutin en obtenant le plus de voix dimanche aux législatives serbes sans parvenir à la majorité absolue, selon des estimations du CESID (Centre pour des Elections libres et la Démocratie), un organisme indépendant qui surveille les élections en Serbie.

 

 

 

 

 

"Avec un certain degré de confiance, nous pouvons dire que le Parti radical (SRS, ultranationaliste) a obtenu 28,5 % des voix", soit environ 80 sièges sur un total de 250, a indiqué Zoran Lucic du CESID.

Selon les estimations du CESID, le SRS devance la Parti démocrate (DS) du président Boris Tadic, crédité de 22,9 % et le Parti démocrate de Serbie (DSS) du Premier ministre Vojislav Kostunica qui recueille 17 % des voix.

Le SRS, présidé par l'ancien paramilitaire Vojislav Seselj dans l'attente d'être jugé pour crimes de guerre au Tribunal pénal international (TPI) de La Haye, était déjà le parti le plus représenté au parlement sortant où il détenait près d'un tiers des sièges.

Selon des résultats préliminaires de la Commission électorale portant sur 15,5 des bulletins dépouillés le SRS obtient 27,6 %, contre 22,6 % au DS et 16,6 au DSS.

"Nous avons gagné comme nous nous y attendions", a déclaré à l'AFP le chef du SRS Tomislav Nikolic. "Nous allons maintenant voir comment ces partis (le DS et le DSS) vont essayer de s'unir", a-t-il dit. "Il faut attendre le résultat final. La nuit porte conseille", a-t-il ajouté.

Les législatives de dimanche, considérées comme décisives pour l'avenir de la Serbie, ont opposé les réformateurs pro-européens aux ultranationalistes eurosceptiques.

Moins d'une semaine après ces législatives, le médiateur de l'ONU, Martti Ahtisaari doit présenter, le 26 janvier, ses propositions pour un nouveau statut du Kosovo dont la population, majoritairement albanaise, réclame une indépendance que Belgrade refuse.

Alors qu'aucun parti n'a remporté la majorité absolue la formation du prochain gouvernement devrait, selon les analystes, donner lieu à de difficiles et vraisemblablement longues négociations.

L'Union européenne (UE), qui suit avec attention ces élections, a indiqué clairement qu'elle souhaitait l'arrivée au pouvoir d'une coalition démocratique pro-européenne.

"Nous espérons un gouvernement pro-européen avec un engagement démocratique", a dit Javier Solana, Haut représentant de l'UE pour la politique extérieure.

Ces législatives sont déterminantes pour l'intégration de la Serbie à l'Europe, un processus que le manque de coopération des autorités serbes avec la justice internationale a nettement ralenti.

Pour sanctionner l'incapacité de Belgrade à arrêter le général Ratko Mladic, l'ex-chef militaire des Serbes de Bosnie, inculpé de génocide et crimes de guerre, Bruxelles a suspendu en mai 2006 ses négociations de rapprochement avec la Serbie.

La Croix, dépêche AFP

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Europe
commenter cet article
21 janvier 2007 7 21 /01 /janvier /2007 21:22

Un commentaire dans le comte rendu au fil des minutes tenu par le Salon Beige, indique que contrairement aux dires de la presse et des medias qui dénombrent 3000 personnes, "Les bloggers du Salon Beige ayant participé aux 3 marches peuvent affirmer qu'il y avait beaucoup plus de monde que les années passées. Entre 10 et 15 000 parraît tout à fait crédible."

Ce qui est intéressant de noter, encore une fois, c'est l'omerta, le silence des medias sur cette marche pour la vie et contre la culture de mort. Ce fait indique assez bien le niveau de collusion entre la Secte qui dirige la France et les medias censés informer le "peuple".

Et ce qui est encourageant, c'est la progression continue du nombre de participants à cette marche, organisée maintenant depuis trois ans pour dénoncer la loi Veil de 1975, et les six millions de bébés assassinés dans le ventre de leur mère (à raison d'une moyenne de 200 000 par an, un génocide), "30 ans ça suffit !" regroupant au-delà des partis (FN, MPF) et au-delà des divisions, tous les défenseurs de la vie. A terme, ce mouvement de défense de la vie, dans le cadre d'une politique et d'une culture de mort, apparaîtra immanquablement comme le vrai enjeu : la vie ou la mort.

Videos, photos, articles e-deo.net :

EDITION SPECIALE "MARCHE POUR LA VIE 2007": 20 minutes avant le départ, place de la République 

EDITION SPECIALE "MARCHE POUR LA VIE 2007": les caméras de France 2 sur place

EDITION SPECIALE "MARCHE POUR LA VIE 2007": échos dans les media...

Rien dans le JT de TF1. Trois secondes dans celui de France 2. (voir la brève sur le site de France 2) Quelques images (environ 8 secondes) dans le JT régional d'Ile-de-France sur France 3. L'article du quotidien gratuit 20 minutes (ici). L'excellent compte-rendu du Salon Beige (ici).

Des photos ici.

Repost 0
21 janvier 2007 7 21 /01 /janvier /2007 20:49

Auteur : Jean-Marie LE PEN

Date : dimanche 21 janvier 2007

Sujet : Discours à Paris sur le thème de la démographie

 

Mesdames et Messieurs,

Mes chers amis,

Permettez-moi avant toute chose de remercier les organisateurs de cette " Galette ", qui fut précédée d'un succulent déjeuner, et au premier chef le Secrétaire Départemental de Paris Martial Bild, ainsi que le Directeur des Grandes Manifestations, maître des cérémonies de la Campagne, Jean-Michel Dubois, ainsi que toute son équipe.

Je voudrais également, une fois n'est pas coutume, vous féliciter, vous tous qui participez à ce banquet patriotique.

Je voudrais vous féliciter parce qu'au moment où tant de nos compatriotes semblent se désintéresser de la vie politique, en se réfugiant dans l'abstention lors des consultations électorales, vous faites partie de ceux qui ont compris que l'avenir de la Nation passe, aujourd'hui comme hier et peut-être plus encore aujourd'hui qu'hier, par le réveil des énergies et la mobilisation de chacun au service de la Patrie.

Effectivement, mesdames et messieurs, il y a urgence.

Cette détermination qui est la vôtre, j'aimerais vous inviter à la traduire, pour ceux qui n'auraient pas encore franchi ce pas décisif, dans l'adhésion au FN.

L'adhésion à une formation politique n'est, en effet, pas de même nature qu'un simple don ou qu'une simple participation financière à l'effort commun.

Elle participe d'un acte supérieur de caractère presque spirituel, et la politique se nourrit avant tout d'un certain mysticisme, au cœur de la foi qui déplace les montagnes.

C'est la raison pour laquelle notre mouvement, en pleine ascension vers le pouvoir, fait actuellement un gros effort de recrutement que je vous demande, à tous, de relayer auprès de vos familles, de vos amis ou de vos relations professionnelles.

Il est, en effet, temps pour le Front National de s'affirmer comme la grande force de rassemblement de l'ensemble du peuple de France, une force de changement, capable de répondre à l'attente de nos compatriotes et s'inscrivant dans une démarche gouvernementale à vocation majoritaire.

Il est temps pour nous d'envisager, sereinement mais avec détermination, notre accession aux responsabilités du pouvoir.

Il est temps de nous préparer et de nous organiser.

Il est temps de mettre en œuvre notre programme de reconstruction nationale qui, seul, est de nature à arracher la France à la décadence et notre peuple au déclin.

Ceux d'entre vous qui ont atteint un certain âge se souviennent sans doute de cette inscription que l'on pouvait lire autrefois sur les horloges de nos églises:

" vulnerant omnes, ultima necat ",

" toutes blessent, la dernière tue ".

Mesdames et Messieurs, il est toujours plus tard qu'on ne le croit.

Les nuages qui s'accumulent au-dessus de nos têtes risquent de faire éclater bientôt l'orage destructeur.

Il en est un, particulièrement gros, particulièrement sombre, particulièrement menaçant, qui obscurcit singulièrement le ciel Français.

I - Je voudrais en effet évoquer devant vous un domaine qui est rarement évoqué par les hommes politiques, et qui pourtant, depuis l'aube de l'humanité, est peut-être le principal facteur d'explication de l'Histoire des peuples.

Ce facteur clef, c'est la démographie.

En un certain sens, il n'y a de problèmes politiques, économiques ou sociaux qu'en raison des évolutions démographiques.

Permettez-moi de vous en donner quelques exemples.

Si l'on en croit l'INSEE, le chiffre de la population Française est de 63 millions et demi de personnes au 1er janvier 2007.

J'affirme pour ma part que le chiffre réel de la population résidente en France dépasse 68 millions de personnes, en raison notamment de l'immigration non comptabilisée.

Mais retenons pour l'instant ce chiffre de 63,5 millions, ce qui représente 13 % de la population totale de l'Europe des 27.

On me dira que c'est beaucoup, que la France est l'un des pays les plus peuplés d'Europe, que la population française a cru de 50% dans la deuxième moitié du XXème siècle.

J'observe d'abord que cette croissance est relative, et que sur la même période, celles de l'Espagne et du Portugal ont été multipliées par 2, celles de la Turquie et de l'Egypte par 4, celles du Maroc, de l'Algérie et de la Tunisie par 6.

C'est là la cause première du mouvement historique d'immigration des peuples du Sud vers le Nord depuis 40 ans.

Souvenons-nous de l'avertissement en forme de menace lancé il y a près de 45 ans par le Président FLN algérien Boumedienne :

" Le temps est proche où les masses affamées du Sud vont monter à l'assaut des pays du Nord. Cette immigration ne sera ni pacifique, ni fraternelle ".

Depuis l'aube de l'humanité, le trop plein démographique, la faim ou le besoin d'espace poussent en effet les hommes à quitter leur territoire pour en occuper d'autres.

Mais aujourd'hui, le phénomène prend une dimension cosmique puisqu'en 100 ans, le chiffre de la population mondiale est passé de 1 milliard à près de 7 milliards, en progression continue, malgré la faim, la misère, les épidémies, les guerres et les massacres.

Déjà, deux pays ont largement dépassé le milliard d'habitants : la Chine, 1,3 milliards et l'Inde, 1,2 milliard.

Mais lorsque les mouvements sont trop amples, trop chaotiques, trop incontrôlés, les peuples cohabitent un temps, mais finissent par s'affronter.

A ceux, qui comme les spécialistes de l'INED, se félicitent que le nombre d'enfants par femme soit passé à 2 en 2006, je réponds qu'il s'agit là de la fécondité de la totalité des femmes résidant en France et non de celle des femmes d'origine française.

Il faut aller chercher ailleurs que dans les statistiques de l'INSEE pour découvrir par exemple que le département record de la fécondité est la Seine-Saint-Denis, et que dans ce département, 40% des naissances sont de mère étrangère.

Oui, mesdames et messieurs, le vrai bilan démographique, c'est celui d'une substitution de population, comme le reconnaissent maintenant même des démographes officiels.

Comment ne pas le voir ?

Encouragés par l'abandon de nos frontières, la perte de leur contrôle et par une législation sociale de préférence étrangère,


  • Il est entré au moins 10 millions d'immigrés en France depuis 30 ans, à partir surtout du regroupement familial initié par Giscard et Chirac.
  • Le solde annuel net de l'immigration est de 500.000 personnes supplémentaires chaque année.
  • 20% des mariages comprennent un époux étranger, et 15% des naissances sont issues d'au moins un parent étranger.



Le vrai bilan démographique, c'est l'effondrement des naissances Françaises.

Il y a en effet environ 700.000 naissances d'enfants Français de souche, sur un total de 830.000 naissances.

Le nombre d'enfants par femme française est donc plus proche de 1,80 que de 2.

On me répondra que la moyenne de l'Europe est à 1,5 ou que la situation est pire en Allemagne et en Russie, pays dans lesquels les décès dépassent d'ores et déjà les naissances, entrainant, année après année, une diminution du chiffre de la population.

Mais ce n'est pas une raison pour prendre le même chemin !





Si nous ne faisons pas assez d'enfants, si la France se prive de 200.000 naissances chaque année, si les couples sans enfants dépassent les couples avec enfants comme ce sera bientôt le cas, alors nous serons submergés.

L'immigration sera présentée par les mercantiles comme un besoin économique. Elle illustrera en réalité une règle essentielle de l'humanité : l'occupation des espaces vides, la soumission des peuples vieux.

Dès 1985, la pyramide des âges a commencé à s'inverser en se rétrécissant à la base, là où figurent les jeunes hommes et les jeunes femmes.

En outre, notre pays connait un phénomène extraordinaire, aux conséquences incalculées : l'allongement de la durée de la vie de 15 ans en 50 ans.

La France va devoir faire face au défi du vieillissement : si rien n'est fait dans les 5 ans, l'âge moyen sera de 45 ans en 2050, contre 39 actuellement.

Les plus de 60 ans représenteront 46 %, de la population en 2050. Près de la moitié de la population ! Ce chiffre était de 25 % en 2005.

D'après les chiffres du rapport Charpin, qui date déjà de 1999, l'on sait que la France devrait passer d'ici à 2040 de quatre à sept retraités pour dix actifs, et même, en 2050, à huit retraités pour 10 actifs.

La déformation de la pyramide des âges ajoute en effet ses effets à l'allongement de la vie. L'espérance de vie moyenne est de 80 ans aujourd'hui, elle n'était que de 74 ans en 1981.

C'est un fait, les Français vivent plus vieux, ils gagnent même un trimestre de vie par an.

On se rend donc bien compte de la stupidité criminelle des 35 heures ou de la retraite forcée à 60 ans : la durée de la vie active ne cesse de décroître tandis que la longévité humaine s'accroît, et avec elle le poids relatif des retraites et des soins de santé.

A la vérité, mesdames et messieurs, les pouvoirs publics successifs depuis 30 ans n'ont rien fait pour prévenir ou empêcher les spirales démographiques funestes dans laquelle la France se débat aujourd'hui.

C'est un aveuglement criminel, une faute impardonnable que ne peut absoudre ou effacer la baguette magique de la fée Gribouille.

Je serais curieux, de savoir, aujourd'hui, ce que pensent l'Altesse Royal(e) et le petit Prince de la Porte de Versailles, de la chute des naissances Françaises…

S'en sentent-ils au moins responsables, eux qui comme Bayrou ont été ministres de longues années ?

Je serai curieux de savoir ce qu'ils proposent pour rétablir la natalité française, pour rétablir la fécondité des Françaises. En fait, je le déduis de la politique qu'ils ont cautionnée : ils pensent que l'immigration y pourvoira, voulant oublier les exemples pourtant éclatants du Kosovo et du Sri Lanka.

Sarko et Ségo ne le diront jamais : les Français subissent un véritable déracinement dans leur propre pays.

Ce phénomène est d'autant plus fort que dans notre société fondée sur le matérialisme, il n'y a plus de valeurs transcendantes, et donc plus de structures morales solides.

Naguère, quatre piliers supportait l'édifice national : la famille, l'Ecole, la Religion, l'Armée. Depuis 68 surtout, la révolution silencieuse de l'anarchie et du mondialisme les ont ruinés.

La famille a été une des premières victimes de la désintégration morale des piliers institutionnels de notre pays.

Oui, il faut le dire : la famille traditionnelle, au cœur de la transmission des grandes valeurs morales et sociales qui structuraient notre peuple, est en train de disparaître, encore qu'elle reste la structure à laquelle les Français restent globalement les plus attachés.

La cause essentielle de ce déclin est que l'idéologie de l'argent - roi oblige les familles à sacrifier le bonheur familial au besoin d'argent.

Le coût de la vie et la dégradation du pouvoir d'achat des allocations familiales depuis 50 ans expliquent la nécessité pratique de travailler pour les femmes, ce qui, souvent, hypothèque leur rôle de mère.

Or, c'est dans la famille que dans les premières années de la vie de l'enfant s'acquièrent par mimétisme et par éducation les fondements sociaux et affectifs de la vie. L'école maternelle, quels que soient le dévouement et la compétence des personnels, ne peut remplacer le cadre familial.

Qu'a-t'on fait pour la famille depuis 40 ans ?

Songez qu'en un demi-siècle, les prestations familiales ont diminué de près de 70% pour les familles avec 3 enfants, et la dégradation de leur pouvoir d'achat est continue.

En 1945 pourtant, les allocations familiales avaient été mise en place dans un objectif avoué de favoriser la natalité Française et d'aider toutes les familles, quelle que soit leur revenu. Il n'y avait donc pas de conditions de ressources pour bénéficier des aides à la famille.

Petit à petit, sous l'influence d'une certaine idéologie socialiste de préférence étrangère, on a multiplié les plafonds : si vous gagnez trop, vous n'avez pas droit au complément familial, ni à telle aide pour la garde des enfants, ni à l'allocation de rentrée scolaire, ni à l'allocation adulte handicapé, ni à l'allocation parent isolé, ni à tant d'autres.

Voilà le bilan des trente cinq dernières années en matière de politique familiale : la part des allocations accordées sous conditions de ressources est passée de 1 sur 6 en 1970 à 4 sur 6 aujourd'hui.

On peut dès lors considérer que la politique familiale est devenue une modalité de la politique sociale.

Un malheur n'arrivant jamais seul, cette politique sociale est également devenue anti-nationale.

Au nom de l'égalité absolue de traitement, les étrangers ont aujourd'hui accès sans limites à nos avantages sociaux, au RMI, à la couverture maladie universelle, aux allocations familiales, à l'aide au logement....

Même les immigrés en situation irrégulière ont des droits :


  • droit à l'hébergement d'urgence,
  • droits aux soins médicaux gratuits,
  • droit à la scolarisation des enfants,
  • aide sociale à l'enfance
  • droits à la sécurité sociale aussi, en matière de maladies professionnelles et d'accidents du travail, pour le plus grand bénéfice des entreprises qui les embauchent, et au détriment des travailleurs français !


C'est délirant et surréaliste, mais hélas, c'est vrai.

Au nom de la lutte contre la discrimination, ce sont les Français, les familles françaises qui sont aujourd'hui moins bien traités chez nous, dans leur propre pays, que n'importe quel étranger.

La politique du gouvernement organise en effet une la préférence étrangère ou la préférence individuelle au détriment de la préférence familiale.

Pour les politiciens qui nous gouvernent, la famille française n'est plus, en effet, la valeur essentielle à défendre.

Dès lors, en la matière, l'inaction des pouvoirs publics accentue les tendances spontanées de la société.

En abandonnant la famille, on a contribué à dévaloriser le mariage.

Ainsi, le pouvoir d'achat des familles s'est dégradé considérablement par rapport à celui des célibataires et des couples sans enfant, encourageant le célibat ou diminuant le désir d'enfants.

En 30 ans, le nombre des mariages a chuté de 30 % et le nombre de divorces a été multiplié par 3.

Le temps passé dans le cadre familial ne cesse de se réduire. Il y a à ce jour 8 millions de personnes vivant seules, soit deux fois plus qu'il y a trente ans.


  • Il s'agit d'abord des personnes âgées qui vivent seules, généralement après le décès de leur conjoint.
  • Il y a également les moins de trente ans, qui sont de plus en plus nombreux à vivre seuls.
  • Enfin, la solitude s'explique par la montée des divorces, que j'évoquais à l'instant.


Il y a aujourd'hui près de 3 millions de familles monoparentales. Ce chiffre a augmenté de 22% en 10 ans.

C'est la conséquence de la dévalorisation de la famille depuis 68, de l'hyper-individualisme contemporain et du refus des engagements durables.





Malheureusement, les premiers à en souffrir sont les enfants, dont l'équilibre est toujours perturbé par la séparation des parents : chez ces enfants-là, les troubles affectifs et les échecs scolaires sont bien plus nombreux que chez les autres.



L'équilibre social s'en ressent, au travers de la multiplication des transgressions des jeunes, au travers de la délinquance des mineurs.



L'homme ou la femme ne peuvent pas vivre seuls. La nature humaine est sociable, familiale, et pousse chacun à la stabilité.



D'ailleurs, la difficulté à vivre dans une telle société est patente dans toutes les catégories de la population.

De plus en plus souvent, nos compatriotes cherchent à fuir le quotidien dans des paradis artificiels, et les signes cliniques du désarroi de la population se multiplient.

La dévalorisation de la valeur morale du travail, le développement, encouragé par l'Etat, des jeux sportifs ou de hasard, dégrade l'esprit de responsabilité, de prévision, de solidarité.

Permettez-moi de vous rappeler aussi que:


  • Notre pays détient le record du monde de consommation de tranquillisants.
  • En 25 ans, les admissions en hôpitaux psychiatriques ont été multipliées par 3.
  • Il y a environ 12.000 suicides réussis chaque année, sur environ 160.000 tentatives. Le suicide est la 1ère cause de mortalité chez les 25-34 ans.
  • Et que dire de l'aggravation de l'alcoolisme ou de la toxicomanie ?



Les spécialistes en sociologie disent que la société française s'atomise, terme froid qui n'évoque rien, ni les souffrances ressenties, ni les transgressions qui se banalisent.

Appelant un chat un chat, je dis pour ma part que la France se décompose.

La destruction de la famille traditionnelle entraîne d'abord un affaiblissement de la morale sociale, puisque les valeurs fondamentales qui structurent la société sont moins transmises ou moins bien transmises aux jeunes.

Le déclin de la famille accentue également notre affaiblissement démographique, portant préjudice à notre puissance politique et économique, ainsi qu'aux équilibres sociaux.



Il faut le rappeler sans cesse : la famille est la cellule de base de notre société.

Elle est le socle de l'identité de la Nation et de son avenir. Elle est le lieu privilégié de l'éducation des enfants et de la transmission des patrimoines matériels et culturels, ainsi que des valeurs morales.

Mesdames et Messieurs, les gouvernements successifs depuis 30 ans sont responsables de cette situation, parce qu'ils ont imposé ce modèle de société, et parce qu'ils sont incapables de prendre les décisions de bon sens qui permettraient de remettre le pays sur les rails.

Le vrai bilan démographique montre l'exigence cruciale d'une politique résolue contre la déferlante migratoire, pour la natalité française et le dynamisme du peuple Français.

Je vois trois grands axes à cet effort de redressement : la relance de la natalité française, la garantie du niveau de vie des familles et la protection de l'enfance.

Tout d'abord, la relance de la natalité suppose des mesures immédiates :

1 - La création d'un revenu parental destiné à offrir aux mères ou aux pères de famille la possibilité de choisir librement entre l'exercice d'une activité professionnelle et l'éducation de leurs enfants ou l'alternance de ces deux activités.

2 - La mise en place d'un statut juridique et social pour la mère (ou le père) de famille : protection sociale, droit à la formation professionnelle et droit à la retraite.

3 - La création d'un prêt familial aux logements. L'État doit consentir un effort pour permettre à chaque famille française d'accéder à la propriété.

4 - La promotion de l'adoption prénatale.

Elle permettra à tout couple ne pouvant pas avoir d'enfants d'adopter l'enfant à naître d'une autre femme, qui ne désire pas le garder. Cette adoption conférera les droits de la naissance légitime à l'enfant adopté.

Parallèlement, les conditions d'adoption des enfants français abandonnés seront simplifiées.

Second axe, la garantie du niveau de vie des familles :

1 - Il faut redonner aux prestations familiales un caractère familial et national, et non plus exclusivement social.



Les allocations familiales seront réservées aux familles françaises, revalorisées et indexées sur le coût de la vie. Elles retrouveront pour objectif de couvrir une partie conséquente du coût réel de l'enfant à charge.

2 - Je propose également d'instaurer la carte France-Famille

Elle remplacera la carte famille nombreuse et sera délivrée gratuitement à partir du deuxième enfant, donnant droit à des réductions dans les transports et les lieux culturels (théâtre, cinéma, musée…) ainsi que dans les complexes sportifs (piscines…).

Enfin, j'entends développer la protection de l'enfance, en luttant plus durement contre la maltraitance et en appliquant la loi de juillet 1949 sur les publications destinées à la jeunesse, qui interdit toutes les formes de violences et tout particulièrement la violence pornographique.

Concernant l'accueil de la vie, j'observe que la législation mise en place depuis la loi Giscard-Chirac-Veil ne répond pas aux objectifs initialement fixés par le législateur: protéger la vie et répondre à la détresse des femmes ayant recours à l'avortement.

J'entends donc mettre en place une véritable politique de fond, une politique préventive, une politique incitative: l'adoption prénatale, la création d'un revenu parental, la définition d'un statut juridique et social pour la mère de famille et la revalorisation des allocations familiales réservées aux familles françaises constitueront les moyens concrets pour réduire le nombre des avortements et relancer la natalité française.

Chacun doit être conscient en effet qu'il n'y a pas de redressement national sans redressement démographique.

Parallèlement à ces mesures nouvelles de valorisation et de protection de la famille, je m'engage à demander aux Français à l'occasion du dernier referendum du quinquennat - je rappelle que je compte en organiser un par année de la mandature - de promouvoir une nation moderne soucieuse du respect de la dignité humaine par l'inscription dans les textes qui fondent son existence et son développement du caractère sacré de la vie.

Vous le voyez, mesdames et messieurs, le Front National est le seul à pouvoir répondre à l'attente de notre peuple en matière de redressement familial et démographique, parce que nos propositions sont globales et qu'elles prennent en compte toutes les aspects de ces questions essentielles.



Nous sommes surtout les seuls à savoir qu'avant de traiter les conséquences, il faut agir sur les causes, faute de quoi l'on se contente de soigner le mal en appliquant des cautères sur des jambes de bois.

Les causes de l'affaiblissement de la France, vous les connaissez : la perte des valeurs qui ont fait notre civilisation, l'effondrement de l'autorité de l'Etat, la soumission aux diktats étrangers, la tentation mortelle de l'abandon et du renoncement.

Tous le reste est conséquence, même l'immigration, même l'insécurité, même la dénatalité....

Alors oui, mes chers amis, c'est sur nous mêmes et seulement sur nous mêmes que nous devons compter.

L'année 2007 sera décisive.

Quels que soient les tripatouillages, les magouilles, les manœuvres destinés à nous combattre, les élections présidentielles et législatives seront l'occasion pour les Français de dire leur mécontentement, leurs attentes, leurs espoirs.

C'est bien à une conjonction de la demande de notre peuple et de l'offre qui est la nôtre que nous allons assister.

J'ai souvent eu l'occasion de dire que la seule légitimité du combat politique était la perspective d'accéder au pouvoir.

Pendant très longtemps, nous avons avancé, portés par notre foi et poussés par la nécessité, mais ne sachant pas avec certitude sur quoi déboucherait notre marche.

On prête à Napoléon la formule suivante : " celui qui ne sait pas où il va ne va jamais très loin ".

Nous, nous savons où nous allons et nous y allons résolument.

Après trente ans d'engagement, trente ans de combat, trente ans de progression constante, le Front National touche au but qui sera d'ailleurs aussi un commencement.

Le Front National, c'est aujourd'hui le recours et l'espérance. Demain, avec vous, grâce à vous, ce sera la France enfin retrouvée.



Je vous remercie
Repost 0
Publié par Ingomer - dans Occupation
commenter cet article