Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
13 mars 2007 2 13 /03 /mars /2007 10:29

Via Vox Galliae : "Le Grand-Orient de France a contribué à faire la République, nos prédécesseurs (francs-maçons) ont inventé la société. … C'est la plus grande obédience de France, 47000 frères" (Hugues Le Forestier, Conseiller de l'Ordre, vient de publier "Frères à abattre, main basse sur le grand Orient de France", Nouveau Monde).

Des francs-maçons se mettent à parler de "crise" dans ou de la franc-maçonnerie. "La Franc-Maçonnerie n'a plus l'impact ni l'influence qu'elle a pu avoir autrefois sur la société"... Ca c'est ce qu'ils disent, dont ce Hugues Le Forestier. Qu'en est-il en réalité? La franc-maçonnerie continue-t-elle d'impulser les lois de société? Avant de passer devant le "Parle-ment", les lois passent devant les loges, preuves ici.
Les frères trois points tiennent la "république" qu'ils ont inventée et viennent nous expliquer qu'il n'en est rien...

Le Salon Beige relève le
vrai scandale :

Le "secrétaire général en 2005 et président du Conseil de surveillance de sa filiale immobilière en 2006, auteur de Frères à abattre, s'enorgueillit d'un autre scandale sur lequel il ne s'émeut aucunement :

"Le Grand-Orient de France, il a contribué à faire la République, nos prédécesseurs ont inventé la société. [...] Le GO a eu un rôle génial".

Sont cités pêle-mêle : l'abolition de l'esclavage, les caisses de retraites, les HLM, la sécurité sociale, les mutuelles, la séparation de l'Eglise et de l'Etat...

"C'est extraordinaire l'apport que le Grand-Orient de France a eu au niveau de la société".

Alors : qui gouverne ce pays ? Il est là le vrai scandale du Grand-Orient de France. A quand la séparation de l'Etat et de la Franc-maçonnerie ?"

Dans les commentaires sous cet article, à noter celui très juste de Pascal G.: "C'est un énorme mensonge maçonnique, ce qui est une tautologie :

"les caisses de retraites, les HLM, la sécurité sociale, les mutuelles," auraient été inventés par le Grand Orient.
Tout cela a été inventé et mis en oeuvre par le mouvement des catholiques sociaux,depuis Albert de Mun en passant par La Tour du Pin, jusqu'à Harmel et au delà, en 80 ans environ, entre la monarchie de juillet et l'après guerre de 1914-18."

Repost 0
11 mars 2007 7 11 /03 /mars /2007 20:13

Via telepubliqueblogspirit 

J'ai notamment retenu de cet entretien, à la question du journaliste sur "l'esprit de revanche au front national pour avoir été autant diabolisé pendant toutes ces années" (28:42 au curseur), la réponse d'Alain Soral, qui nous donne une description de la nature politique de la droite nationale et de celle des gauchistes :

"C'est pour ça que j'ai un vraiment respect pour Le Pen, y'a un esprit de mépris ironique, une espèce de fatalisme assez élégant, … il n'a été que trahi, vilipendé, sali toute sa vie, et justement il est particulièrement cool sur ce sujet. Il dit en gros, c'est le prix à payer du courage, de l'intégrité, quand on défend des idées à contre-courant. Je l'ai rarement vu s'énerver, il a plutôt de l'humour. Et j'ai remarqué ça aussi chez Gollnisch, ils répondent plutôt par l'humour. Et ça c'est un truc de droite, c'est vrai, il n'y a pas le côté teigneux et tacticien et technicien du professionnel de "l'agit-prop" (agitation-propagande) issu de mai 68. Je pense que les vrais salopards sur ce plan-là sont les gauchistes, parce que eux ils ont une vrai culture de la manipulation médiatique. C'est ce que les gens de la droite nationale n'ont pas. C'est pas dans leur tradition, c'est ce qui me les rend assez sympathiques." (Cette remarque est d'autant plus importante, percutante, quand elle vient de la part d'un ancien communiste comme Alain Soral. Cette caractéristique qu'il relève dans la droite nationale est celle de la droite classique, contrerévolutionnaire, qui n'a pas la culture subversive de l'agit-prop de gauche, ni la maîtrise de la manipulation médiatique comme les révolutionnaires. Cela a été remarquablement analysé par Thomas Molnar, dans son livre "La contrerévolution").

 

Autre phrase intéressante : "Le système se survit comme ça très bien, en divisant pour régner, en mettant en place les gens qui n'ont pas encore compris et en s'arrangeant pour que les gens qui ont compris soient mis sur la touche" (49 : 40 au curseur).

Voir le post où j'explique que la démocratie "moderne" (qui n'est pas la démocratie organique de type Ancien Régime) est nocive parce qu'elle détruit la communauté nationale, elle démembre la nation, en la divisant, la décomposant, la subvertissant en opposant les individus et les classes, la réduisant à un conglomérat d'unités artificielles et communautaires, le tout devant s'exprimer dans le cadre des institutions "démocratiques"...

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Citations
commenter cet article
10 mars 2007 6 10 /03 /mars /2007 18:17

Blog d'Hervé Ryssen

Le bolchevisme, c'est trente millions de morts, rien qu'en Russie et les prophètes d'Israël en sont les premiers responsables : Lénine, Karl Liebknecht, Rosa Luxemburg, Zinoviev, Trotsky, etc.

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Histoire
commenter cet article
10 mars 2007 6 10 /03 /mars /2007 15:33

"Les nouveaux docteurs ne cessent de se vanter de leur esprit de tolérance. Mais il n'y a guère de mérite à tolérer toutes les opinions quand on pense qu'il n'en est aucune qui soit digne d'estime" (Edmund Burke, Réflexions sur la Révolution de France, Pluriel Histoire, paris 2004, p. 191).

 

"La tolérance assure à toutes les religions une protection respectueuse et attachent de l'importance à tous les dogmes religieux, mais à des degrés différents (ibid., p. 191) : la tolérance ne doit pas entraîner l'égalité religieuse, encore moins une persécution de la religion de l'Etat. Ce n'est pas en témoignant d'une égale indifférence à toute chose qu'on fait preuve de son indulgence ou de son impartialité..., c'est tout en affirmant leurs préférences qu'ils se montrent tolérants à l'égard de ceux qui ne font pas la même choix" (p. 191-192). 

"Je pense que tout gouvernement national, conscient de sa mission et de ses responsabilités, a le devoir de posséder une censure, comme il possède une police. On ne va pas supprimer la police sous prétexte qu'il y a des honnêtes gens, et qu'ils sont la majorité. Car si l'on supprimait la police, tout le monde sait que les honnêtes gens seraient bien vite victimes des criminels (et des criminels il y en aura toujours).

"Il en est de même de la censure. A partir du moment où n'importe qui peut écrire n'importe quoi, n'importe comment, dans n'importe quel journal, la société qui le tolère déclenche le processus de sa propre décadence et court, tôt ou tard, à sa ruine.

"Les partisans bien intentionnés de la liberté de la presse semblent partir du principe qu'il n'y a que des journalistes honnêtes, qui n'écrivent que pour des lecteurs intelligents. Ils oublient ou ils ne veulent pas reconnaître qu'il y a (et il y aura toujours) des journalistes de mauvaise foi, dont le but délibéré, le rôle, ou la mission, est précisément de déformer la vérité, et qui sont lus par une masse de lecteurs ignares (tout au moins politiquement), prêts à accepter comme parole d'Evangile toutes les déformations de la vérité...

"En toute sincérité, je pense que la censure doit exister, aussi large, aussi clairvoyante, aussi tolérante que possible, mais elle doit exister. Car je ne vois pas d'autes solutions pratique pour mettre les pourrisseurs professionnels hors d'état de nuire.

"Des médecins, qui ne s'occupent pas du corps, on exige de longues études, des examens, des concours. Mais les journalistes qui exercent leur action sur les esprits et sur les âmes, on n'exige rien du tout. N'importe qui peut s'emparer d'une plume et gratter du papier...

"Si la formation des enfants et de la jeunesse, ce qu'on appelle l'Education nationale, est assurée, orientée, réglementée, contrôlée et sanctionnée par l'Etat..., comment peut-on admettre que l'information - qui est la formation des citoyens en général - puisse être entièrement libre et anarchique ?"

(Jean Haupt, "Le Procès de la démocratie", Cahiers Découverte, Lisbonne 1971).

Repost 0
10 mars 2007 6 10 /03 /mars /2007 14:20

S'il y a bien une liberté à inventer, ou à restaurer c'est bien la liberté des peuples à durer dans leur être (importance de l'identité dans les débats actuels...) Cette liberté existe pour tous les peuples de la planète, sauf le Français... qui, seul au monde, devrait accepter d'être submergé démographiquement, d'être substitué dans sa population, insulté dans son propre pays. Cette profonde injustice, ce deux poids deux mesures dans le traitement du racisme, risque à terme d'amener de violentes réactions.

L'autre liberté à restaurer serait la liberté de ne pas se laisser vomir dessus, dans son propre pays. Cette liberté n'est-elle d'ailleurs pas inscrite dans la déclaration des Droits de l'homme qui stipule (art. 4) que "La liberté consiste à pouvoir faire tout ce qui ne nuit pas à autrui. Ainsi, l'exercice des droits naturels de chaque homme N'A DE BORNES QUE CELLES QUI ASSURENT AUX AUTRES MEMBRES DE LA SOCIETE LA JOUISSANCE DE CES MÊMES DROITS"....  Les révolutionnaires finirent donc par l'admettre eux-mêmes - et ainsi se contredisant totalement avec la liberté d'expression ou de penser par exemple -, le paradoxe de la liberté est qu'elle ne peut exister sans sa limitation ("bornes"). L'autorité et la censure viennent au secours de la liberté.

En fait, le trait majeur de la "démocratie" "française" est sa profonde hypocrisie, mais aussi une fantastique imposture, une incroyable illusion : partant de l'abstraction individualiste et égalitaire, l'autosuffisance individuelle (l'individu-Roi et souverain), elle est incapable d'organiser une véritable représentation des intérêts présents dans la nation et qu'elle tend AU CONTRAIRE, pour conserver le pouvoir, à démembrer la nation (on le voit aujourd'hui : les faits donnent raison aux principes traditionnels), en la divisant, en la décomposant, subvertissant la Société en opposant les individus et les classes, la réduisant à un conglomérat d'unités artificielles et communautaires, le tout devant s'exprimer dans le cadre des institutions "démocratiques"... La démocratie "moderne" est nocive parce qu'elle détruit la communauté nationale, elle démembre la nation : c'est l'absolutisation ou universalisation de la liberté politique. En absolutisant les revendications individualistes et d'autonomie (un homme un vote), l'individualisme-roi détruit les moeurs et la Société qui a permis l'amélioration de sa condition (échec actuel complet de la démocratie, dans tous les domaines, déclin, décadence et destruction de la Société). Inversement, et paradoxalement, l'ordre politique de l'Europe classique (monarchies, "éclairées" par des élites parlementaires ou non...), permet en fait une approximation meilleure de la volonté générale que la domination pure et simple d'une Assemblée dite "représentative".

En voulant garantir les "droits de l'Homme", les "démocrates" Révolutionnaires raisonnèrent comme si la situation des hommes dans leur condition "naturelle" était préférable à celle dont ils jouissent dans l'état civil : il est donc logique qu'ils aient cherché à recréer dans les corps politiques les déchirements et les divisions qui caractérisent en fait "l'état de nature".... Inversement, si on veut réellement garantir les droits de l'homme (et donc par exemple les libertés publiques, la liberté de penser, etc....), si l'on veut garantir la sécurité (le droit de tout peuple à durer dans son être, la "Souveraineté nationale"...), il faut, avant de faire des grandes déclarations, d'abord créer un ordre politique qui, si libéral soit-il..., ne peut exister qu'au prix d'une LIMITATION de la liberté, au travers, nécessairement, d'un Etat "autoritaire". La Monarchie traditionnelle française est cet ordre politique.

"Un des premiers objets de la société civile, est que personne ne soit juge dans sa propre cause. Chaque membre de la société renonce au premier droit fondamental de l'homme naturel, celui de juger par lui-même, et de défendre son propre droit: il abdique le droit d'être son propre gouverneur. ... Les hommes ne peuvent jouir à la fois des droits de l'état de nature [uncivil] et de ceux de la société civile. Pour obtenir justice, l'individu renonce au droit de la déterminer... Et pour s'assurer d'une certain degré de liberté, il s'en déssaisit en totalité pour en confier la garde à d'autres instances" (Edmund Burke, Réflexions sur la Révolution de France, Pluriel Histoire, Paris 2004, p. XVI).

Les liens, les limitations créés par la civilisation sont précisément la condition de la sécurité et de la liberté de l'homme et d'une société et, au-delà, de l'amélioration de l'humanité. Dès lors, dans le "contrat social" tel que le conçoit Burke, il est impossible que "chacun s'unissant à tous n'obéisse pourtant qu'à lui-même et reste aussi libre qu'auparavant...." (J.J. Rousseau, Du contrat social, liv. I, ch. VI). C'est par là que les Révolutionnaires se contredisent (contradiction-polarité entre la liberté et la société civile) et que Burke est le plus éloigné de la pensée des Constituants de 1789, dont la doctrine de la loi "expression de la volonté générale" hérite de Rousseau... L'opposition entre "liberté" et "pouvoir-limitation" interdit de considérer la participation aux affaires publiques comme un droit fondamental, puisque les droits de l'homme, sa sécurité, sa liberté, ne peuvent être réellement garantis que par une LIMITATION de sa liberté politique, et qu'a contrario, le droit du citoyen à participer aux affaires publiques entraîne mécaniquement le démembrement de la nation (jeu incessant des minorités contre les majorités). Pour reprendre une phrase de Jean Haupt, la démocratie est donc "contraire à la fois aux intérêts légitimes des citoyens et aux intérêts supérieurs de la nation" (Jean Haupt, Le Procès de la démocratie, Cahiers Découvertes - Lisbonne 1971, p. 15). Mais ne nous méprenons pas, il n'est pas question pour nous de ressusciter subitement le passé médiéval ou même l'Ancien Régime, mais simplement de préserver dans les conditions de la "modernité" les anciennes règles de vie, les principes traditionnels de gouvernement qui s'opposaient tous à la l'absolutisation de la liberté politique, à l'individualisme-roi. La "modernité" devra conserver un lien vivant avec le monde traditionnel qui lui a permis de naître, ou bien la Société disparaîtra, sous l'effet des principes absurdes et contradictoires de la Révolution, disloquée, par l'anarchie produite par les illusions de l'autosuffisance individuelle, ou par le despotisme de la loi qui aura voulu compensé l'absolutisation de la liberté. Ou bien mourra-t-elle des deux ?...

Les Réflexions sur la Révolution française d'Edmund Burke sont un des apports les plus célèbres à la pensée conservatrice et contrerévolutionnaire et, au-delà, à la critique de philosophie politique dite "moderne" héritée des dites "Lumières". Elle constitue une des critiques les plus profondes de la Révolution, et surtout, une attaque d'un type inédit contre ce qui, dans l'Esprit des Lumières, avait pu préparer 1789.

Repost 0
10 mars 2007 6 10 /03 /mars /2007 11:33

 

 Le Figaro

L'activité française a du mal à repartir

MARIE VISOT. Publié le 10 mars 2007 Actualisé le 10 mars 2007 : 20h58

Malgré les messages d'optimisme répétés du gouvernement, les mauvais chiffres s'amoncellent depuis plusieurs mois.

IL Y A SIX mois encore, ... certains économistes, tout en appelant à la prudence, s'enthousiasmaient. « Enfin la France s'est accrochée au train de la croissance mondiale », se réjouissaient les uns. Les autres saluaient « l'accélération considérable », ou encore « l'excellente performance » de l'Hexagone.

C'était sans compter sur un arrêt brutal de l'activité. ... L'optimiste Thierry Breton a dû admettre que la croissance n'atteindrait pas le haut de la fourchette de 2 % à 2,5 % sur laquelle il avait toujours tablé. Le ministre de l'Économie a même rapidement reconnu qu'elle atteindrait le plancher de cette fourchette. ...

Alors que l'Allemagne annonce un excédent commercial plus fort qu'attendu en janvier, à 15,7 milliards d'euros, la France publie dans le même temps un déficit de 2,76 milliards d'euros pour la même période. Sur les douze derniers mois, le déficit du commerce extérieur dépasse désormais 28 milliards d'euros, indiquent les Douanes.

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Economie
commenter cet article
9 mars 2007 5 09 /03 /mars /2007 22:21

09/03/2007 18:14

PARIS (AFP) - Raymond Barre réfute toute accusation d'antisémitisme

Raymond Barre récuse toutes les accusations d'antisémitisme dont il est l'objet et annonce sa décision de se "tenir désormais à l'écart de toute polémique" sur ce sujet, dans une déclaration écrite adressée vendredi à l'AFP.

"Je n'accepte pas les attaques dont je suis l'objet à propos de récentes déclarations que j'ai faites sur France-Culture", écrit-il, faisant allusion à ses propos sur Maurice Papon, Bruno Gollnisch et le "lobby juif".

Repost 0
9 mars 2007 5 09 /03 /mars /2007 21:53

Faire-part du duc d'Anjou, Aîné de la Maison de Bourbon (fichier PDF)

Le Forum catholique

General
Le : 08/03/2007
Communiqué de presse : Naissance de la Princesse Eugénie de Bourbon

Monsieur le duc de Bauffremont, Président de l’Institut de la Maison de Bourbon, est heureux de faire part de la naissance de la Princesse Eugénie de Bourbon, fille du Prince Louis de Bourbon, duc d’Anjou, Chef de la Maison de Bourbon, et de la Princesse Marie-Marguerite, Madame la Duchesse d’Anjou.

Selon le communiqué du secrétariat de Monseigneur le Duc d’Anjou la Princesse Eugénie « est née le 5 mars 2007, à 18 h 02, à Miami (Floride-USA). Elle pèse 3,7 kg et mesure 52 cm ».
La Princesse Eugénie et sa Mère, Madame la Duchesse d’Anjou se portent bien.

Monseigneur le Duc d’Anjou, fils de Monseigneur le Prince Alphonse de Bourbon, Duc d’Anjou et de Cadix, aîné des descendants de rois de France, est chef de la maison de Bourbon depuis le 30 janvier 1989.
Marié en novembre 2004, le couple princier partage son temps entre la France et le Venezuela où le Prince exerce ses fonctions dans le secteur financier international.

Le prénom d’Eugénie a été donné à la Princesse en souvenir de l’arrière Grand-Mère du Prince Louis, la reine Victoire-Eugénie, épouse du Roi Alphonse XIII, chef de l’auguste Maison de Bourbon de 1936 à 1941.
Dans les prochains jours l’Institut de la Maison de Bourbon, fera célébrer un Te Deum d’action de grâces pour la naissance de la Princesse Eugénie.

Source :
Institut de la Maison de Bourbon

Deo Gratias ! Vive le Roi et vive la France ! Et longue vie a notre nouvelle petite princesse !

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Royalisme
commenter cet article
9 mars 2007 5 09 /03 /mars /2007 21:41

Le Salon Beige

Il l'a dit ce soir :

"L'identité nationale de la France, elle a un nom, c'est la République".

Et avant 1789, notre pays n'était-il pas la France? De qui la France tient-elle son nom?

Repost 0
9 mars 2007 5 09 /03 /mars /2007 20:53

Vox Galliae

Dans le courte séquence ci dessus, Bernard Antony, président de Chrétienté-Solidarité et de l'AGRIF, réplique aux propos insultants dont il a été l'objet de la part d'Alain Soral sur le Forum catholique. Il revient également sur la récente rediffusion des images de l'altercation qui l'avait opposé à Christophe Forcari, journaliste du quotidien Libération, et sur la version fallacieuse de l'affaire livrée par ce dernier sur le plateau de l'emission "Arrêts sur images".

"Karl Marx serait un lepéniste aujourd'hui. Ca rendait K. Marx sympathique somme toute, parce que la connotation lepéniste est positive. Or Marx est un affreux bonhomme, un bourgeois, oui monsieur Soral, un bourgeois. Comme Karl Marx qui engrosse sa servante et qui impose à Engels de l'épouser, pour la bonne réputation. Karl Marx le raciste qui parlait de son gendre, "sale nègre". Les propos antisémites de Karl Marx dépassent l'entendement. Donc une interprétation de l'histoire, fausse. Et donc je m'en prends à Karl Marx, il est vrai que je suis un anti-marxiste et un anti-communiste de longue date. Monsieur Soral me répond, à la manière bolchévique, 'Je suis un petit bourgeois'... Alors je me suis renseigné sur les origines de monsieur Soral, lui il est né fils de grands bourgeois, moi je suis né fils d'ouvrier dans un deux pièces. C'est une petite différence... Le fait de traiter quelqu'un de 'petit bourgeois', c'est le vocabulaire bolchévique, avec ça on a envoyé des dizaines de millions de personnes à la mort. Et la technique communiste consiste à ne pas réfuter un argument, mais à dire "un tel dit cela parce qu'il est petit bourgeois ou parce qu'il est koulak", et c'est comme cela que avec Lénine on ne tuait pas les gens pour ce qu'ils avaient fait, mais pour ce qu'ils étaient. Alors c'est dire que monsieur Soral a encore beaucoup de chemins à faire pour se décommuniser. Mais que quand il vient chez nous, il devrait avoir du respect pour ceux qui ont vu la perniciosité du communisme avant lui. ...  Et le fait d'avoir été communiste exigerait pour le moins de la repentance, de même que d'avoir été nazi. Voilà ce que j'avais à répondre à monsieur Soral. Et là il n'y a là aucune injure et je fais cela sans haine parce que la vivacité du propos n'implique pas la haine. On peut même avoir de la colère ou se battre sans haine. Et je trouve très grave parce que, finalement, dans son propos, il y a de la haine et moi je hais la haine et c'est ce qui avait de propre au communisme. Alors je souhaite à monsieur Soral, qui est venu dans notre camp, de savoir que quand même on n'est pas le camp de la haine. On est le camp du combat, mais on est le camp de l'amour."

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Politique
commenter cet article
9 mars 2007 5 09 /03 /mars /2007 20:45

Guysen Israël news

 

 

 

Au lendemain d’une conférence de presse donnée à Paris par Nicolas Sarkozy au cours de laquelle il exprimait sa vision de la politique extérieure française, Guysen Israël News apprenait qu’un timbre israélien à l’effigie du candidat UMP avait été créé par son comité de soutien en Israël.

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Occupation
commenter cet article
9 mars 2007 5 09 /03 /mars /2007 11:15

09/03/2007 10:30

 

JERUSALEM (AFP) - Une bactérie mortelle fait des dizaines de morts et sème la peur en Israël

 

Une bactérie mortelle résistante aux antibiotiques a fait des dizaines de morts et contaminé des centaines de malades dans les hôpitaux israéliens, semant la peur dans le pays.

 

Cinq cents personnes, hospitalisés dans une dizaine d'établissements, ont été contaminées par la bactérie Klebsiella au cours des six derniers mois et 30% d'entre elles en sont mortes, a déclaré Yair Amikam, chargé de la communication au ministère israélien de la Santé.

 

Selon les spécialistes, cette bactérie provoque de graves infections pulmonaires et urinaires qui ne peuvent être traitées en raison de sa résistance à tous les antibiotiques utilisés sur le marché.

 

Les médecins ont en effet averti que si des mesures immédiates n'étaient pas prises l'épidémie pourrait se propager très rapidement.

 

La bactérie mortelle, dont l'existence a été révélée cette semaine par les médias israéliens, fait depuis la une des journaux et des sites internet dans le pays.

 

"Crainte d'épidémie bactérienne", "Propagation d'une bactérie résistante. Des dizaines de morts", ont titré les quotidiens ces derniers jours.

 

Le ministère de la Santé avait au départ décidé de ne pas donner d'informations sur l'épidémie de peur de provoquer une vague de panique dans la population.

 

"Nous risquons d'être confrontés à un problème endémique au lieu d'un problème pouvant être contenu", a déclaré le docteur Itamar Shalit, président de l'association israélienne des maladies infectieuses.

 

Il a précisé que les experts ne s'étaient aperçus qu'au bout de 8 à 10 mois qu'il s'agissait d'une nouvelle bactérie résistante aux antibiotiques.

Repost 0
9 mars 2007 5 09 /03 /mars /2007 10:46

Alliance Royale

Un sondage BVA commandé par l’Alliance Royale révèle que 20% des personnes interrogées pourraient voter pour un candidat royaliste au premier tour et que 17% seraient favorables à ce que la fonction de Chef de l’État soit assumée par un Roi. Ceci confirme que le royalisme compte bien en France, au-delà de sa représentation politique actuelle !

Ce sondage est publié dans France Soir du 8 mars.

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Royalisme
commenter cet article
8 mars 2007 4 08 /03 /mars /2007 19:43

Gollnisch: Barre "n'est pas antisémite''

Le Figaro

Publié le 08 mars 2007 à 18h55

Le numéro deux du Front national, Bruno Gollnisch, estime que Raymond Barre, critiqué pour ses propos sur "le lobby juif", "n'est pas antisémite (...), pas davantage" que lui-même.

(Avec AFP).
 

 

Publié le 08 mars à 17h24

Propos/Barre : Buffet veut saisir la justice

La candidate PCF à la présidentielle Marie-George Buffet  dénonce les "propos ignobles" de Raymond Barre sur Maurice Papon et sur le "lobby juif", estimant que la justice doit être saisie afin que les déclarations de l'ancien premier ministre centriste soient "sanctionnées".

(Avec AFP).
Repost 0
Publié par Ingomer - dans Occupation
commenter cet article
8 mars 2007 4 08 /03 /mars /2007 19:31

8 mars 2007

Le blog d'Yves Daoudal

C’est la Journée des femmes : cérémonie communautariste laïque et obligatoire. Cette année, naturellement, elle est particulièrement célébrée par celle qui a réussi à faire croire aux médias qu’elle était la seule femme à se présenter à la présidentielle, et dont l’un des axes de campagne est que les critiques qui lui sont faites sont sexistes, donc non recevables et scandaleuses.

Hier soir, à Dijon, (Ségolène Royal) elle a fait l’apologie d’Olympe de Gouges, qu’elle fera entrer au Panthéon, « ce monument si peu accueillant aux femmes qu’il porte en son fronton : Aux grands hommes la patrie reconnaissante ». Car bien entendu Bécassine ne sait pas que le mot « homme », du latin homo, désigne l’espèce humaine, comme cela se voit dès la Genèse  : Dieu créa l’homme à son image, homme et femme il le créa.

Bécassine conclut ainsi son couplet sur le combat féministe d’Olympe de Gouges : « Le tribunal lui reprocha d’avoir oublié, je le cite, les vertus qui conviennent à son sexe. On la guillotina. » La vérité historique est que Marie Gouze (tel était son vrai nom) fut guillotinée, non pas du tout pour ses thèses féministes, mais parce qu’elle était girondine et s’opposait à la Terreur.

Olympe de Gouge avait rédigé une Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne, où l’on pouvait lire dans le Préambule : « Les mères, les filles, les sœurs, représentantes de la nation, demandent d’être constituées en assemblée nationale. »

C’est sans doute inspirée par ce (réel) sexisme que Marie-Ségolène Royal en est venue à s’exclamer : « Liberté, égalité, fraternité, aujourd’hui à Dijon j’en appelle à la sororité. »

Mais une fois de plus, Bécassine ne sait pas de quoi elle parle. Le mot sorority est aux Etats-Unis le pendant féministe de fraternity. Ici Fraternity ne veut pas dire fraternité (en anglais cela se dit plutôt brotherhood), mais désigne une prétendue « société secrète » d’étudiants (qui se désigne par des lettres grecques, cachant le véritable nom qui est « secret »). De telles associations ont été constituées par des étudiantes, et c’est l’une d’elles, ΓΦΒ (gamma-phi-bêta), qui a inventé le mot sorority pour qualifier ces fraternités exclusivement féminines.

On voit qu’on est très loin de la devise de la République.

Cela dit, l’exclamation de Marie-Ségolène est d’abord un clin d’œil au « féminisme » le plus subversif : « Liberté, égalité, sororité », c’est par exemple sous ce slogan que la dessinatrice Mad Meg (sic) range, sur son site internet, ses liens vers les Chiennes de garde, les Pénélopes, le Collectif national pour les droits des femmes (CNDF, lié à la CADAC , etc.), La Meute , Les fées du logis (revue des gouines en moufles...), Act-up...

Sans doute Marie-Ségolène a-t-elle vu « Liberté, égalité, sororité » sur le site de l’association André Léo (féministe communarde qui avait pris un nom d’homme..), site créé grâce à une subvention accordée par... la présidente du conseil régional Poitou-Charentes.

Et c’est cela que les socialistes veulent mettre à l’Elysée ?

Voir aussi l'article du Salon Beige à ce sujet.

Repost 0
8 mars 2007 4 08 /03 /mars /2007 19:25
Communiqué du site de campagne de Jean-Marie Le  Pen
 
Le ministre britannique de l’Intérieur, le travailliste John Reid, déclare que l’immigration illégale est « injuste », parce qu’elle « sape le droit des travailleurs britanniques, vole l’argent du contribuable en utilisant des allocations, des services publics, fournis par les contribuables britanniques pour les Britanniques ». En conséquence, il veut donc interdire « l’accès aux avantages de la Grande-Bretagne » à ceux qui entrent dans le pays illégalement.

Nous n’avons pas entendu la « blairiste » Ségolène Royal, ni aucune autre personnalité de droite ou de gauche, dénoncer ces propos, qui sont pourtant stigmatisés comme xénophobes lorsque c’est Le Pen qui les tient.

J’attire l’attention des Français sur cet accord parfait entre un ministre socialiste britannique et le candidat national à la présidentielle française.

Il tient au fait qu’il ne s’agit pas d’idéologie, mais simplement de bon sens, de défense de la patrie et du bien commun, qui sont les fondements de l’action politique, mais qui manquent tragiquement à mes concurrents.
Repost 0
Publié par Ingomer - dans Politique
commenter cet article
8 mars 2007 4 08 /03 /mars /2007 19:12

NOVOPRESS

Julien Dray, porte-parole de Ségolène Royal a, dans une récente interview au très droitier « Israël magazine », confirmé les déclarations de Raymond Barre sur le « lobby juif ». Julien Dray déclare ainsi « qu’il y a une tentation de la communauté, ces dernières années, de se transposer sur le modèle américain » et qu’il « faut sortir de la logique de lobby, et se comporter de manière républicaine. Parce que si on va vers un affrontement lobby contre lobby, le lobby juif perdra ».

Des déclarations qui risquent de déplaire à la communauté juive française, déjà largement acquise à Nicolas Sarkozy. D’après l’institut de sondage IFOP (cité par Marianne), et sur la base de deux premières vagues d’enquêtes réalisées pour le Cevipog au cours de l’année 2006, le potentiel électoral de Sarkozy, qui mesure la probabilité de vote en sa faveur, s’élève à 65 % parmi les personnes interrogées qui se déclarent comme juives contre 47 % dans la totalité de l’échantillon. Au contraire, le potentiel de Ségolène Royal est de 26 % contre 45 % dans l’échantillon général. Selon Jérôme Fourquet de l’IFOP, « l’électorat juif est l’électorat confessionnel le plus marqué à droite . » Ce qui plaît à la communauté juive, c’est d’abord le style Sarkozy, selon un dirigeant communautaire « ce n’est pas seulement un homme politique, c’est quelqu’un qui ressent les choses comme nous ». Le dirigeant de l’UMP n’a jamais caché son ascendance juive et multiplie depuis son installation à la mairie de Neuilly, les contacts avec les personnes les plus influentes de la communauté. Pour cela il s’appuie sur le président de la LICRA, Patrick Gaubert, et sur quelques personnalités populaires dans la communauté.

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Occupation
commenter cet article
8 mars 2007 4 08 /03 /mars /2007 18:57

Le Forum catholique

L'abbé Chéhère, curé de la paroisse de Niafles, dans le diocèse de Laval, est décédé le 6 mars 2007.

Il avait explicitement demandé, dans son testament (confié à des paroissiens de confiance) que ses funérailles soient célébrées selon le rit TRADITIONNEL.

L'évêque de Laval a refusé.

Les funérailles seront célébrées ce jeudi après-midi, selon le nouveau rite.

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Christ-Roi
commenter cet article
8 mars 2007 4 08 /03 /mars /2007 18:51

IN MEMORIAM

Le 6 mars 1906 mourait, dans l'église de Boeschèpe en Flandre française, Géry Ghysel, tué par les balles de la République laïque à l'occasion des inventaires pour avoir défendu l'honneur de Dieu et de l'Eglise.

La tombe de Gery Ghysel est toujours visible dans le cimetière.

Vous pouvez commander "Inventaires sanglants en Flandre", l'ouvrage écrit par le jeune historien Jean Vallier à l'occasion du centenaire de cet évènement majeur dans les Flandres françaises, publié aux éditions Renaissance Catholique Publications pour la somme de 10E (+3E de frais d'envoi) en écrivant à : Renaissance Catholique, 89 rue Pierre Brossolette 92130 Issy-les-Moulineaux (Chèques à l'ordre de Renaissance Catholique Publications)

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Histoire
commenter cet article
8 mars 2007 4 08 /03 /mars /2007 18:19

PARIS, 8 mars 2007 (AFP)

 

 

 

La communauté juive va célébrer dimanche le bicentenaire du Grand Sanhédrin, symbole de son intégration à la société française, alors qu'elle s'inquiète de la permanence de l'antisémitisme.

 

Le Grand Sanhédrin était une idée de Napoléon. Il avait baptisé ainsi cette assemblée en référence à l'aréopage de grands prêtres qui à Jérusalem représentait les Juifs auprès des Romains.

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Occupation
commenter cet article
8 mars 2007 4 08 /03 /mars /2007 17:51

Le Salon Beige

Jean-Marie Le Pen, interrogé sur radio Notre-Dame dans l'émission Face aux chrétiens, s'est demandé pourquoi la hiérachie de l'Eglise en France a critiqué très sévèrement par le passé celui dont le programme "est le plus proche de la doctrine sociale de l'Eglise", selon ses propres mots. Toutefois, il a considéré que cette critique s'altère, la hiérarchie épiscopale étant plus ouverte à son encontre.

Dans Présent, Jean Madiran notait effectivement qu'

"Il semble avoir obtenu que cessent les déclarations épiscopales attaquant le Front national. C’est donc un mieux, mais cela n’efface pas les accusations de «racisme» qui ont été longuement portées contre une prétendue «extrême droite» : elles n’ont pas été rétractées, elles survivent donc dans la plupart des paroisses. Un sondage sur les tendances politiques (et d’ailleurs sur la religion) du clergé diocésain le trouverait sans doute beaucoup plus à gauche qu’on ne l’imagine."

Lui étant demandé pourquoi on ne trouvait plus l'abrogation de la loi Veil dans son programme, il a répliqué qu'il ne l'avait pas vu "non plus dans le mandement des évêques" (le fameux texte, Qu'as-tu fait de ton frère?"). Aussi, "je ne veux pas être plus royaliste que le roi".

On peut ajouter que l'abrogation de la loi Veil n'est pas non plus inscrite dans aucun des programmes des autres candidats, cependant que Le Pen, lui, propose un referendum à ce sujet.

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Politique
commenter cet article
8 mars 2007 4 08 /03 /mars /2007 17:43

Le Salon Beige

Le nouveau président de la conférence épiscopale italienne, Mgr Angelo Bagnasco, 64 ans, a déclaré aujourd’hui au Giornale :

"La laïcité, c’est l’autonomie de la sphère civile et politique par rapport à la sphère religieuse, mais pas par rapport à la sphère morale".

Mgr Bagnasco est diplômé en philosophie et en théologie, avec la spécialisation «métaphysique et athéisme contemporain».

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Citations
commenter cet article
8 mars 2007 4 08 /03 /mars /2007 14:06

Via fdesouche, dans un entretien video à un site communautariste noir grioo.com, le philosophe Finkielkraut, classé "intellectuel", ne peut s'empêcher de vomir sur Le Pen en l'assimilant au raciste antinoir... Assez risible venant de la part d'un descendant spirituel des "Philosophes", racistes négrophobes du XVIIIe siècle (Voltaire, Montesquieu, Diderot, Raynal, Buffon, etc. tous grands investisseurs dans les compagnies de traite négrière). Et à la fois manifestation d'une justice immanente lorsque ce personnage, grand donneur de leçon de morale laïque et républicaine (il prend la défense des "Lumières" et de la colonisation...), vaniteux, hautain, mais qu'on devine exalté et névrotique, se fait traité de "négrophobe", quand on sait précisément que le siècle des dites "Lumières" est aussi le siècle du racisme philosophique.

Voltaire écrit ans l'Essai sur les moeurs et l'Esprit des nations (1756), que les peuplades d'Amérique "vivent sous des huttes; elles se vêtissent de peaux de bêtes dans les climats froids, et vont presque nues dans les tempérés. Les unes se nourrissent de chasse, les autres de racines qu'elles pétrissent : elles n'ont point recherché un autre genre de vie, parce qu'on ne désire point ce qu'on ne connaît pas. leur industrie n'a pu aller au-delà de leurs besoins pressants. Les Samoyèdes, les Lapons, les habitants du Nord de la Sibérie, ceux du Kamtchatka, sont encore moins avancés que les peuples de l'Amérique.  La plupart des Nègres, tous les Cafres sont plongés dans la même stupidité, et y croupiront longtemps." Voltaire, grand esclavagiste, résume ses théories d'une phrase allègre : "La race des nègres est une espèce d'hommes différente de la nôtre, comme la race des épagneuls l'est des lévriers…" "Comment se peut-il qu'Adam, s'interroge Voltaire, qui était roux et qui avait des cheveux, soit le père des nègres qui sont noirs comme de l'encre et qui ont de la laine noire sur la tête ?" (Essai sur les mœurs, 1756).

L'intendant Poivre, le philanthrope manchot qui prêche aux colons des Mascareignes de traiter les esclaves avec humanité et dont la veuve s'inscrira aux Amis des Noirs, exprime son mépris en ces termes : "Les nègres... ces hommes stupides qui s'estiment assez peu pour se vendre en détail les uns et les autres, ne pensent guère à la culture de leur terres. Contents de vivre au jour la journée sous un ciel qui donne peu de besoins, ils cultivent que ce qu'il leur faut pour ne pas mourir de faim" (Voyages d'un Philosophe).

Les maîtres des grands esprits, ceux qui ont les Lumières, n'ont pas hésité à côtoyer le Hollandais Cornelius de Pauw, lu en son temps..., un peu oublié aujourd'hui, qui dénonce dans les Sauvages, "une espèce dégénérée du genre humain, lâche, impuissante, sans force physique, sans vigueur, sans élévation dans l'esprit" (Recherches philosophiques sur les Américains, 1768).

Montesquieu est peut-être des "philosophes" des "Lumières" le plus odieux, il dit de l'Africain, condamné à l'abattement du corps et de l'esprit par le climat, qu'il est un "animal noir qui a de laine sur la tête, marchant sur deux pattes, presque aussi adroit qu'un singe, moins fort que les autres animaux de sa taille, ayant un peu plus d'idées qu'eux, et plus de facilité pour les exprimer".

Voilà qui restitue une vérité, soigneusement occultée par les maîtres propagandistes des "Lumières", comme Finkielkraut, sur les apôtres de la "tolérance"... grands esclavagistes, racistes et investisseurs notoires dans les compagnies de traite négrière.

Sources :

Pierre Pluchon, Histoire de la colonisation française, Fayard, Saint-Amand-Montrond 1996.

Edmund Burke, Réflexions sur la Révolution de France, Pluriel Histoire, Paris 2004.

Jean Sévillia, Historiquement correct, Pour en finir avec le passé unique, Perrin, Saint-Amand-Montrond 2003.

Repost 0
7 mars 2007 3 07 /03 /mars /2007 18:39

Parrainages : le Conseil constitutionnel définit un protocole anti-fraude

 

LEMONDE.FR avec AFP | 07.03.07 | 17h00  •  Mis à jour le 07.03.07 | 17h29

 

 


D
ans un communiqué diffusé mercredi 7 mars, le Conseil constitutionnel dit sa préoccupation sur la situation des maires en cette période de collecte des signatures pour l'élection présidentielle."Des maires subiraient des pressions pour remettre leur formulaire de présentation vierge à des tiers, voire pour obtenir un deuxième formulaire s'ils ont déjà adressé le leur au Conseil constitutionnel", écrit-il.

 

 

Il prévient qu'"il s'est mis en mesure de contrôler l'authenticité de la signature et du sceau" des maires et se dit prêt "à aviser le parquet" en cas de faux en écritures publiques ou usage frauduleux de sceaux. Les formulaires de parrainage doivent parvenir au Conseil constitutionnel au plus tard le 16 mars, à 18 heures.

Repost 0
7 mars 2007 3 07 /03 /mars /2007 13:44
"Ce qui fait la nocivité du marxisme, c'est l'esprit de lutte des classes, destructeur de toute communauté nationale. Le socialisme n'est pas lié nécessairement à l'idée de lutte des classes et c'est précisément ce qui nous permet de revendiquer bien des pages de Proudhon comme authentiquement contrerévolutionnaire" (Jacques Ploncard d'Assac, Les idées qui tuent, Société de philosophie politique, Lisbonne 1971, p. 38).

 

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Citations
commenter cet article