Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Christ Roi

  • : Christ Roi
  • Christ Roi
  • : Blog d'informations royaliste, légitimiste, pour une France libre, indépendante et souveraine
  • Contact

Horloge

12 février 2016 5 12 /02 /février /2016 06:28
"Les enfants n'appartiennent pas à leurs parents" : Laurence Rossignol promue ministre de la famille

Battue deux fois aux législatives et tenue à distance du fauteuil de maire de Compiègne par son opposant de droite Philippe Marini, la socialiste compiégnoise Laurence Rossignol poursuit néanmoins son chemin sur le plan national. Elle a été nommée ce jeudi ministre de la Famille, de l’Enfance et des Droits des femmes.

 

Source: Oise : Laurence Rossignol promue ministre de la Famille et de l’Enfance, Le Parisien, Alexis Bisson (avec C.B.) | 11 Févr. 2016, 20h40 | MAJ : 11 Févr. 2016, 20h40

 

Le nouveau ministre est connu pour avoir déclaré : "Les enfants n'appartiennent pas à leurs parents. Donc la république doit leur offrir... Chaque enfant doit pouvoir accéder à des lieux qui lui permettront lui-même ensuite de faire son choix. Et c'est le cadre de l'école publique", dans l'émission Ce soir ou jamais du 5 avril 2013. Le site Arretsurimages a retrouvé l'extrait video (ci-dessous).

 

Des propos qui rappellent ceux de l'ancien ministre de l'Education nationale Vincent Peillon qui voulait "arracher l'élève à tous les déterminismes, familial, ethnique, social, intellectuel, pour après faire un choix." (JDD 2 septembre 2012)

Laurence Rossignol poursuivra en diffamation tous ceux qui lui attribueront ces propos : "Les enfants n'appartiennent pas à leurs parents. Ils appartiennent à l'État". Depuis plusieurs mois, cette citation de la sénatrice socialiste Laurence Rossignol traîne sur la toile pour alimenter plusieurs rumeurs et une pétition du collectif Civitas. Or, Rossignol assure ne pas avoir prononcé cette phrase. @si a retrouvé l'extrait vidéo.

 

Voici la citation exacte : "La laïcité, c'est ce qui protège l'enfant et garantit aux enfants les mêmes droits et l'accès aux mêmes valeurs. Les enfants n'appartiennent pas à leurs parents. Donc la République doit leur offrir... [elle est coupée]. Chaque enfant doit pouvoir accéder à des lieux qui lui permettront lui-même, ensuite, de faire son choix. C'est le cadre de l'école publique".

 

La suite sur www.arretsurimages.net

Repost 0
11 février 2016 4 11 /02 /février /2016 21:17

Avortement : ce que l’on ne vous dit pas. Des femmes témoignent

Un document exceptionnel – Une exclusivité Réinformation TV

Elle a avorté, un jour. C’était il y a 3 ans. Elle en a aujourd’hui 25. Lorsqu’elle s’est retrouvée enceinte, qu’elle l’a annoncé à son petit ami, Margaux ne s’attendait pas à une telle descente aux enfers. Très rapidement, son ami lui a demandé de ne pas garder l’enfant issu de leur union. Très rapidement, il la quittée. Elle s’est retrouvée totalement seule.

Pressions, abandon, solitude : des femmes témoignent

Subissant la pression de son entourage, qui lui indiquait que financièrement elle ne pourrait subvenir à ses besoins, Margaux a fini par avorter. C’est alors pour elle une longue traversée du désert. Sommeil troublé, crises de larmes à répétition. Mais elle a surtout des envies de suicide. « Je ne dormais plus, je mangeais plus, j’ai perdu 10 kilos. Ma mère qui avait fait pression sur moi pour que je ne garde pas mon enfant a reconnu plus tard qu’elle avait été égoïste… ».

Il y a Margaux, il y a aussi Anne-Laure. Cette jeune femme de 28 ans a subi un avortement par aspiration il y a un an et demi. Le témoignage déchirant de cette jeune femme ouvre le voile sur un tabou : la solitude, la souffrance, la très grande détresse de nombre de femmes qui, sous la pression, l’angoisse, l’inquiétude, privées des conseils dont elles auraient besoin, des soutiens financiers qui leurs seraient nécessaires, avortent, pour leur plus grand désespoir.

Souffre et tais-toi : des femmes brisent le silence autour de l’avortement

Les conséquences psychologiques sont immenses, les dégâts collatéraux souvent incalculables et la société se tait. Les femmes doivent souffrir en silence, sans se plaindre. Le sujet est tabou, mais pas sur internet. Partout sur le web, on trouve des témoignages de ce type. Certaines vont même jusqu’à poster leurs vidéos-témoignages sur YouTube. Elles ont besoin d’en parler, car personne ne veut les entendre. La souffrance post-avortement est pourtant un fait avéré. Des spécialistes commencent à l’évoquer enfin. Une étude sur 173.000 femmes californiennes à partir des remboursements de leur mutuelle médicale a révélé que le risque d'avoir recours à un traitement psychiatrique est 63% plus élevé pour les femmes ayant avorté.

Un reportage exceptionnel d’Armel Joubert des Ouches

 

Source: Reinformation.Tv

Repost 0
11 février 2016 4 11 /02 /février /2016 19:29
Risque de «guerre mondiale» en cas d'offensive terrestre étrangère en Syrie, selon Medvedev

Le premier ministre russe Dmitri Medvedev a estimé qu'une offensive terrestre étrangère en Syrie présenterait le risque de déclencher «une nouvelle guerre mondiale», dans un entretien au quotidien économique allemand Handelsblatt à paraître vendredi.

 

«Les offensives terrestres conduisent généralement à ce qu'une guerre devienne permanente», a averti le premier ministre, ajoutant à ce propos: «toutes les parties doivent être contraintes de s'asseoir à la table de négociations plutôt que de déclencher une nouvelle guerre mondiale».

 

Source : Risque de «guerre mondiale» en cas d'offensive terrestre étrangère en Syrie, selon Medvedev, La Presse.ca, Publié le 11 février 2016 à 13h21 | Mis à jour à 13h21

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Russie
commenter cet article
11 février 2016 4 11 /02 /février /2016 18:04
Retour de la crise financière : le krach bancaire contraint banques en "bien meilleure situation qu'il y a quelques années" (sic) et autorités politiques à "réinventer" le modèle économique

Au moment où une information BFM Business annonce un krach bancaire en Europe, une contre-information circule selon laquelle les banques seraient en "bien meilleure situation" qu'il y a quelques années".

 

Good Morning Business, du vendredi 5 février 2016, sur BFM Business :

 

Ce début d’année est extrêmement chaotique pour les valeurs bancaires en Europe. Toutes les raisons sont bonnes pour vendre, selon Marc Fiorentino. D'abord, en Italie, les valeurs ont dégringolé de 20 à 40% en quelques semaines. Le krach italien a ensuite entraîné celui des banques françaises qui, de surcroît, risquent d'être exposées au secteur pétrolier. A ceux-là s'ajoutent les cas particuliers d'autres grandes banques européennes en difficulté, comme la Deutsche Bank et le Crédit Suisse.

C'est tout le secteur bancaire qui est sous pression. Les banques sont en pleine mutation et doivent absolument réinventer leur modèle économique. Dans cet environnement de taux nuls ou négatifs, remonter la pente risque d'être très difficile.

Source: Marc Fiorentino, Good Morning Business, du vendredi 5 février 2016, sur BFM Business.

 

L'information du krach bancaire annoncée il y a six jours est confirmée ce matin sur Le Figaro :

 

Les banques attaquées

Les banques sont de nouveau en première ligne. L’action de la Société Générale décrochait de près de 9% jeudi matin à la Bourse de Paris, souffrant fortement de la non confirmation de son objectif de rentabilité sur fonds propres à fin 2016. Toujours dans le secteur financier Axa perd 5,5% et BNP Paribas 5,7%.L’italienne Ubi Banca a été suspendue après s’être effondrée de 11,64%, BMPS (-8,15%), Mediobanca (-7,65%), l’espagnol Santader (-5,60%). En Allemagne, Deutsche Bank, la première banque allemande, qui avait été contrainte de publier un communiqué pour rassurer sur sa solvabilité et qui avait gagné 10,2% mercredi, s’enfoncait de nouveau de 7,20%. A Londres, même tendance pour Standard Chartered (-7,81%), Barclays (-5,28%) Royal Bank of Scotland (-4,85%).

 

Source: Nouveau coup de tabac sur les marchés, Paris s’enfonce sous les 4000 points, Par Herve Rousseau,AFP agence Publié le 11/02/2016 à 08:56 Mise à jour le 11/02/2016 à 10:37

 

Pourtant, une autre information diffusée à mi-journée affirme au contraire que les banques sont en "bien meilleure situation" qu'il y a quelques années.

Retour de la crise financière : le krach bancaire contraint banques en "bien meilleure situation qu'il y a quelques années" (sic) et autorités politiques à "réinventer" le modèle économique

"Le président de l'Eurogroupe, Jeroen Dijsselbloem, s'est voulu rassurant alors que la zone euro craint une nouvelle crise bancaire.

Le président de l'Eurogroupe, Jeroen Dijsselbloem, a estimé jeudi que les banques de la zone euro étaient structurellement dans une "bien meilleure situation" qu'il y a quelques années."

 

Source: Zone euro: les banques en "bien meilleure situation" qu'il y a quelques années, Par lefigaro.fr avec AFPMis à jour le 11/02/2016 à 14:52 Publié le 11/02/2016 à 14:18

 

. Le "retour" de la "crise financière" : Banques, Etats et autorités européennes, vrais responsables

 

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Economie
commenter cet article
11 février 2016 4 11 /02 /février /2016 15:54
Des chercheurs réussissent à cryogéniser le cerveau d'un lapin. Implications

La percée a été annoncée mardi 9 février par la fondation pour la préservation du cerveau (BPF). Cette association avait lancé, il y a cinq ans, un concours à destination des chercheurs en neurosciences: arriver à cryogéniser de manière parfaite et sur le long terme un cerveau d'un petit mammifère.

 

L'équipe qui a gagné ce concours s'appelle 21CM (médecine du 21e siècle) et est dirigée par un diplômé récent du MIT, Robert McIntyre, rappelle Popular Science. Les chercheurs ont réussi à maintenir le cerveau d'un lapin à -135 degrés Celsius qui devrait donc pouvoir être préservé pendant des siècles.

 

La communauté scientifique travaille sur la cryogénisation depuis des années, mais le cerveau congelé était jusqu'alors invariablement dégradé. 21CM a utilisé un nouveau procédé bien particulier. Avant de cryogéniser l'organe, ils ont injecté un élément chimique, le glutaraldéhyde. Ce produit toxique est utilisé comme décontaminant ou encore pour le tannage du cuir. Le rapport avec le cerveau? Les chercheurs ont découvert que le glutaraldéhyde se répand très rapidement et stoppe la décomposition du cerveau. Plus exactement, il fixe les protéines dans le système vasculaire du cerveau.

 

Une fois l'organe stabilisé, il ne reste plus qu'à le cryogéniser dans une grosse cuve, qui fait penser à celle utilisée dans Star Wars.

 

Le procédé technique a été décrit dans une étude publiée récemment par la revue Science. La fondation a ensuite examiné en détail le cerveau cryogénisé, afin de voir s'il était bien préservé.

 

Grâce à un microscope électronique, l'organe a été passé en revue et les résultats sont très positifs: tous les neurones et les synapses (les connexions entre les neurones) sont intacts et visibles. 21CM a même réussi à cryogénisé un cerveau de porc, mais celui-ci n'a pas été étudié par la fondation.

 

Copier le cerveau (et avant cela, mieux le comprendre)

 

Les implications d'une telle découverte sont potentiellement nombreuses. Interrogé par Popular Science, Robert McIntyre rappelle que l'augmentation de la mémoire est égale à celle de la taille de nos synapses. Ainsi, si l'on préserve le "connectome" (le plan de nos connexions neuronales), on conserve théoriquement toute la mémoire.

 

Ainsi, même si le cerveau cryogénisé est devenu inutilisable, il serait possible, dans un futur lointain, de "copier coller" ses informations dans un nouveau cerveau. "Nous savons que le cerveau cryogénisé peut être concervé pendant des siècles en parfait état. Imaginez la technologie dont nous disposons actuellement, mais un million de fois plus puissante. Ce n'est pas absurde", assure le chercheur.

 

Derrière cet objectif de long terme fantastique et effrayant, la découverte aura d'autres implications plus concrètes dans les années à venir. Le fait d'arriver à conserver un cerveau en parfait état permettra de mieux comprendre sa structure et ses détails, comme la formation de plaques neurales, liées à la maladie d'Alzheimer, rappelle le site. Cela pourrait aussi aider les chercheurs en intelligence artificielle, qui travaillent justement à "copier" le cerveau et créer des réseaux de neurones artificiels. Qui serviront peut-être un jour d'hôte à la mémoire conservée de cerveaux cryogénisés...

 

Source: Des chercheurs ont réussi à cryogéniser le cerveau d'un lapin, Le HuffPost | Par Grégory Rozières, Publication: 11/02/2016 07h09 CET Mis à jour: 11/02/2016 07h09

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Sciences
commenter cet article
11 février 2016 4 11 /02 /février /2016 15:37
"Cette démocratie est une imposture" (Christophe Buffin de Chosal)

Christophe Buffin de Chosal, historien belge, correspondant de presse et directeur de programmes universitaires, a présenté sur TV Libertés son ouvrage "La fin de la démocratie". Le régime politique réputé le meilleur possible est une imposture dont l'humanité a été victime depuis la Révolution française.

 

Extrait:

 

"Dès le départ, la démocratie s'est conduite comme une imposture. On a promis au peuple la souveraineté et le peuple n'a jamais été souverain. C'était un prétexte pour pouvoir donner accès au pouvoir à des minorités plus puissantes, plus riches, qui ont trompé le peuple dès le départ. Aujourd'hui, comme à la Révolution française, ou comme plus tôt à la révolution britannique, cela a toujours été le peuple qui a payé les frais de la démocratie. Il n'a jamais vraiment exercé la souveraineté.

 

Dès le départ de la Révolution française, les "clubs" ont été à l'action, il y a eu des côteries et le peuple a été tenu à l'écart. On s'est toujours méfié du peuple en démocratie. On n'a jamais vraiment voulu lui donner le pouvoir.

 

C'est dans son essence que la démocratie est totalitaire, justement à cause du principe du Peuple souverain, rien ne peut arrêter le pouvoir du Peuple souverain. Puisque le Peuple souverain exerce son pouvoir par le biais du parlement, tout ce que vote le parlement doit s'exercer immanquablement. Ce qui donne à la démocratie une tendance totalitaire parce que son régime législatif s'impose malgré tous les obstacles.

 

["Aucune barrière ni droit naturel ni règle constitutionnelle" ne devait s'opposer, selon Mirabeau, à une majorité législative (en l'occurrence issue d'une minorité activiste dans le pays). Ce régime n'est en fait qu'une forme de la tyrannie. Sous l'angle de l'Etat de droit, elle marque une régression par rapport à la pratique, au XVIIIe siècle, de l'Ancien Régime. C'est ce que Hayek appelle une "démocratie illimitée", ce que Benjamin Constant avait stigmatisé comme une "souveraineté illimitée" [1] et Carré de Malberg, un "absolutisme parlementaire" ou un "parlementarisme absolu." [2]

Sur Christroi, nous appelons ce régime, république absolue de droit occulte ou maçonnique.]

 

En fait, nous sommes constamment dépouillés de notre souveraineté et nous ne l'exerçons quasiment jamais.

 

Les puissances d'argent sont en action depuis les origines de la démocratie. Le régime parlementaire - ce qu'il faut bien voir c'est que - a été mis en place pour donner accès au pouvoir aux puissances d'argent. Et elles sont entrées en action immédiatement. Dès le début des régimes parlementaires, il y a eu le suffrage censitaire et aujourd'hui quelles sont ces puissances d'argent ? Ce sont des grands groupes industriels, commerçiaux, les compagnies pétrolières, les banques naturellement, qui sont toutes plus puissantes que le régime politique parce qu'elles existent avant, pendant et après les mandats. Elles sont souvent plus riches que les Etats eux-mêmes, elles n'ont donc absolument aucun problème à exercer leur pouvoir.

 

Tout le monde est au courant qu'il existe au plus haut niveau politique des réunions dont le contenu reste secret.

Les réunions G 7, G 8, G 20, on ne sait pas exactement tout ce qui s'y discute. Par exemple le groupe Bilderberg et d'autres puissances occultes dont on ne sait pas grand chose, sauf qu'elles sont agissantes, par le simple fait qu'on cache ce que ces puissances et groupres peuvent faire.

 

Tous les régimes totalitaires sont nés de régimes électoraux

 

La toute première dictature de l'histoire moderne européenne, c'est la dictature d'Oliver Cromwell, qui est née dans la guerre parlementaire sous le règne de Charles Ier en Angleterre. C'est symptomatique que ce premier régime dictatorial et génocidaire est né dans un terreau démocratique. Après cela, ce fut toutes les dictatures bien plus absolutistes que la monarchie, que la démocratie a engendrées."

Notes

 

[1] Le Livre noir de la Révolution française, Les Editions du Cerf, Paris 2008, p. 14.

[2] Raymond Carré de Malberg, Contribution à la théorie générale de l'Etat, Editions du CNRS, Paris 1962, vol. 2, chap. 2 : le gouvernement représentatif.

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Livres
commenter cet article
11 février 2016 4 11 /02 /février /2016 15:27
Une association de Chrétiens d'Orient porte plainte contre l'Etat islamique

Une association de Chrétiens d'Orient a décidé de porter plainte contre l'Etat islamique.

 

L'association Coordination Chrétiens d'Orient en danger (CHREDO) a porté plainte contre X, accusant le groupe Etat islamique (EI) de crimes contre l'humanité à l'encontre des minorités chrétiennes d'Irak et de Syrie.

 

Des actes de torture. "Des assassinats, des conversions religieuses forcées, des enlèvements, des réductions en esclavage, des abus sexuels et physiques, des actes de torture" ont été constatés par l'ONU, relève l'association présidée par Patrick Karam, qui met en avant "la vaste campagne de purification ethnique et religieuse" menée par l'EI. La plainte, déposée pour crime de génocide et crime contre l'humanité et dont l'AFP a eu connaissance, déplore aussi "la destruction des lieux de culte et de recueillement".

 

Les poursuites sont-elles possibles ? Ces faits impliquent des ressortissants français partis faire le djihad en Syrie ou en Irak et des personnes résidant en France, les juridictions françaises ont donc "très exactement compétence", écrit l'association. "Il ne faut plus qu'aucune personne de nationalité française ou séjournant en France n'échappe aux poursuites auxquelles l'expose sa participation aux actes de barbarie de Daech qui sont perpétrés en France comme à l'étranger", a commenté l'avocate de CHREDO, Samia Maktouf.

 

En 2014, Ban Ki-moon, secrétaire général de l'ONU, avait estimé que la persécution des chrétiens de Mossoul (Irak) par l'EI pouvait être considérée comme un crime contre l'humanité.

 

Source : Chrétiens d'Orient : une association porte plainte contre l'EI pour crimes contre l'humanité, Europe 1, 12h11, le 11 février 2016, modifié à 12h21, le 11 février 2016

 

. La naissance de l'Etat islamique

Repost 0
11 février 2016 4 11 /02 /février /2016 09:45

Un article de Romarci Godin pour La Tribune analyse "le retour" de la "crise financière" comme une "poursuite de la grande crise de 2007", une "crise de la dérégulation" qui va à son terme". L'angle d'analyse est celui d'un économiste interventionniste. La déficience des dogmes ultra-libéraux d'un marché dérégulé qui s'auto-gèrerait par la "main invisible", montre la nécessité d'une intervention de l'Etat dans l'économie. "Les vrais responsables, ce sont les Etats et les autorités européennes qui ont mené une politique déflationniste et ont refusé toute vraie politique active de relance." "Seule une politique de relance de l'investissement et des salaires" créerait de la croissance.

 

Le "retour" de la "crise financière" : Banques, Etats et autorités européennes, vrais responsables

L'affaire semble entendue : la baisse des marchés s'expliquerait par la générosité des banques centrales. Cette interprétation oublie cependant pourquoi cette politique monétaire très accommodante est devenue inévitable...

 

La crise financière est de retour. Près de huit ans et demi après les premiers soubresauts de la crise des subprimes, les Bourses mondiales plongent à nouveau, la santé des banques est préoccupante, l'économie réelle inquiète. Pour la plupart des observateurs, la cause est entendue : ce nouveau coup de grisou a un coupable tout désigné, les banques centrales et leurs politiques accommodantes, le « QE ». Ce sont elles, assure-t-on, qui, en déversant des milliards de dollars, d'euros, de livres et des centaines de milliards de yens ont alimenté une bulle sur les marchés qui, aujourd'hui, éclate. Ce sont elles qui, en imposant des taux négatifs, pèsent sur les résultats bancaires.

 

Cette explication n'est pas entièrement erronée. Les politiques d'assouplissement quantitatif menées par la Fed, la Banque d'Angleterre, la Banque du Japon, puis la BCE ont certes déversé d'immenses quantités de liquidités sur les marchés. Leur diffusion dans l'économie réelle a été plus lente, voire réduite. Elles ont donc alimenté un puissant courant acheteur que les difficultés chinoises et le ralentissement de la croissance européenne ont brutalement freiné. D'où cette correction qui, en réalité, a débuté en août dernier, lors de la première « dévaluation » du yuan chinois.

 

Les deux erreurs de 2008 et 2010

 

Mais cette explication n'est que partielle. Cette nouvelle secousse, rappelons-le, n'est que la poursuite de la grande crise de 2007 - crise de la dérégulation - allant à son terme. Une crise qui a connu deux relances : la faillite de Lehman Brothers le 15 septembre 2008 qui a conduit le système financier au bord de l'abîme et le « sauvetage » tardif et inefficient de la Grèce le 10 mai 2010 qui a plongé la zone euro dans une tourmente économique dont elle n'est qu'à peine sortie. Dans les deux cas, l'erreur est venue principalement de gouvernements inconscients, pressés de gérer le court terme (on se souvient de l'obsession, pendant tout le printemps 2010, d'Angela Merkel pour les élections régionales en Rhénanie du Nord Westphalie) et enfermés dans des certitudes économiques fondées sur l'efficience du marché.

 

En 2008, les Etats-Unis ont ainsi voulu « faire un exemple » avec Lehman Brothers et montrer que l'Etat ne viendrait pas en aide à ceux qui avaient pris des risques démesurés. Le marché jouait son rôle « purificateur. » En 2010, les dirigeants européens ont appliqué la théorie ricardienne : il fallait rétablir rapidement les comptes publics des Etats touchés par la crise pour rétablir la confiance des marchés et des agents économiques. Il fallait aussi « punir » ceux qui avaient dépensé trop en leur faisant sentir les conséquences des déséquilibres qu'ils étaient censés avoir créés. Dans les deux cas, ces décisions ont été des désastres immenses et les banques centrales sont intervenues alors comme des « filets de protection », sauvant ce qui pouvait l'être. La BCE a été, du reste, la moins déterminée à agir. On se souvient que Jean-Claude Trichet a remonté deux fois les taux en pleine crise, en juillet 2008 et en juillet 2011, et qu'il a fallu attendre Mario Draghi et l'été 2012 pour voir une action déterminée de l'institution contre la crise européenne. Ce n'est pas sans raison que la BCE a été la dernière à se lancer dans le QE. Et ce n'est pas sans raison que la zone euro a été la région la plus frappée par la crise depuis 2007...

 

L'erreur des autorités européennes

 

Les banques centrales ont donc été des pompiers et sans doute se sont-elles muées en partie en pyromanes, mais pourquoi cette mutation a-t-elle eu lieu ? Parce qu'elles ont échoué en réalité à relancer les perspectives de croissance, donc d'inflation. Mais cet échec n'est pas que celui des banques centrales, c'est aussi celui des gouvernements qui se sont uniquement reposés sur la politique monétaire pour faire le travail de redressement de ces perspectives, alors qu'eux, au contraire, tiraient dans le sens inverse. L'exemple de la zone euro est, de ce point de vue, très parlant. Entre 2010 et 2014, les gouvernements et les autorités européennes, y compris la BCE, ont mené et incité à une politique centrée sur la consolidation budgétaire et les « réformes structurelles » visant surtout à réduire le coût du travail. Une politique clairement déflationniste qui a ruiné la croissance potentielle européenne et détruit la confiance dans l'avenir qu'elle devait établir. Dès lors, l'inflation faible s'est installée durablement.

 

Depuis octobre 2013, l'inflation annuelle sous-jacente, hors énergie et alimentation, n'est passé qu'une fois au-dessus de 1 %, c'était 1,1 % en octobre 2015. Dans ces conditions, les anticipations d'inflation ont reculé et lorsque les anticipations d'inflation reculent, l'incitation à investir est nulle. Or, la zone euro ne pourra connaître de reprise réelle sans reprise de l'investissement.

 

Les effets mondiaux de la politique européenne

 

Du reste, cette politique déflationniste européenne a eu d'autres répercussions. En réduisant la croissance européenne de façon durable, elle a pesé sur les exportations de plusieurs pays, comme la Chine. La deuxième économie du monde a alors tenté de contenir, pour des raisons politiques, ses niveaux de production tout en accélérant son retournement vers une économie moins dépendante de l'extérieur et plus de la demande interne. Ces deux mouvements ont conduit à une surproduction industrielle chinoise et à une explosion de l'endettement dans l'Empire du milieu à partir de 2012. Mais lorsque l'économie chinoise a engagé son ajustement inévitable, sa croissance a ralenti, entraînant une baisse des prix des matières premières (déjà engagée par la baisse de la croissance européenne) et une baisse de la demande chinoise en importations. D'où deux conséquences pour la zone euro : une nouvelle baisse de l'inflation et un ralentissement des perspectives économiques. Pour l'Allemagne, par exemple, la Chambre de Commerce vient de revoir à 1,3 % (contre 1,7 % pour le gouvernement) sa perspective de croissance pour 2015.

 

L'avertissement de Mario Draghi

 

Dans ces conditions, les banques centrales ont à nouveau agi (à l'exception de la Fed qui semble néanmoins revenir sur sa politique de resserrement). Mais cette politique ne peut se substituer à l'absence de perspectives pour les agents économiques. Elle peut aider la demande, pas la créer. Or, il fallait la créer. Lorsque Mario Draghi a projeté de lancer la BCE dans le grand bain du QE, le 22 août 2014, à Jackson Hole, il a indiqué qu'il ne le ferait que s'il était aidé, que si, en complément de la BCE, il y avait une politique de croissance en zone euro, comprenant une vraie relance. L'idée était simple : en relançant la demande, les Etats auraient stimulé la demande et créé des débouchés pour les fonds libérés par le QE. Autant de liquidités qui n'auraient pas servi, alors, à alimenter des bulles spéculatives. Mais il a obtenu une fin de non-recevoir. Wolfgang Schäuble, à l'époque, avait assuré qu'on avait « mal compris Mario Draghi. » Fermez le ban. Pour satisfaire les foules, on avait lancé un « plan Juncker » qui, comme le « pacte de croissance » de François Hollande en 2012, s'est perdu dans les sables de Bruxelles. Et le QE a bel et bien trop alimenté les bulles...

 

Ce que la politique monétaire accommodante a permis d'éviter

 

Il faudrait cependant ne pas oublier que les banques centrales ont permis d'éviter la mise en place d'un cercle déflationniste. Le QE aurait apporté un point d'inflation en 2015 en zone euro. Sans lui, l'inflation aurait été de -0,8 %, ce qui aurait enclenché à coup sûr une spirale déflationniste où, non seulement, l'investissement serait à l'arrêt, mais où les salaires et l'emploi aurait dû s'ajuster. Une telle spirale est un des pires dangers économiques dont il est fort délicat de s'extirper, le cas japonais ne cesse de le prouver. Mais il est souvent trop sous-estimé par les partisans de la « destruction créatrice » de Schumpeter. L'action de la BCE en 2014-2015 a donc été essentielle, comme en 2008 et 2012.

 

Mais, comme tout remède, il a des effets secondaires. Une action déterminée d'accompagnement des Etats ou de l'UE aurait pu réduire ces effets en permettant une meilleure transmission à l'économie réelle. On a préféré ne rien faire pour sauver la façade d'une politique de réduction budgétaire soit disant efficace, mais qui se révélera absolument inutile en cas de nouvelle récession. Pire même, pendant longtemps, les Etats - singulièrement la France - ont compté sur la seule action des banques centrales pour faire revenir la croissance, ne prenant pas au sérieux les avertissements de Mario Draghi sur l'incapacité de la politique monétaire à créer de la croissance.

 

Lampistes ?

 

La responsabilité des banques centrales est donc celle d'un lampiste. Les vrais responsables, ce sont les Etats et les autorités européennes qui ont mené une politique déflationniste et ont refusé toute vraie politique active de relance. Les banques centrales, la BCE en particulier, ont contenu avec les moyens dont elles disposaient l'incendie qu'elles n'ont pas allumé, ni entretenu. Cette action, produit de la passivité et de l'aveuglement idéologique des Etats, avait un revers. On en subit aujourd'hui les conséquences. Mais, en réalité, les banques centrales ont été les seules à montrer réellement du courage, de l'initiative et de l'innovation pour faire face à une crise d'une ampleur unique.

 

Accuser les banques centrales, c'est donc se tromper de responsable en réalité. C'est aussi prétendre que le marché aurait, sans leur action, réalisé un ajustement moins douloureux, alors que les expériences de 2008 et 2010 prouvent le contraire. C'est donc se payer de mots. Et l'économie européenne - et mondiale - s'est trop longtemps payée de mots. Elle a soif de vraie inflation que seule une politique de relance de l'investissement et des salaires apportera.

 

Source: Crise financière : les banques centrales, seules responsables ?, Par Romaric Godin | 10/02/2016, 16:44

Cette analyse interventionniste intéressante me semble toutefois pécher lorsque l'auteur avance pour critiquer cette manière de faire qu'"il fallait aussi « punir » ceux qui avaient dépensé trop en leur faisant sentir les conséquences des déséquilibres qu'ils étaient censés avoir créés". Cette décision qui aurait été, selon l'auteur, avec le rétablissement rapide des comptes publics, à l'origine de "désastres immenses". En réalité, en France, laisser les banques faire faillite n'a pas été fait. L'Etat est même fortement intervenu pour rembourser leurs dettes... On se souvient qu'après nous avoir expliqué en 2008 que les caisses étaient vides, François Fillon annonça un plan de 360 milliards d'euros pour rembourser les banques en déclarant : "Sauf accident majeur, cette opération n'aura pas de coût pour le contribuable."

 

Il ressort donc que malgré l'intervention de la Banque centrale (le QE ou planche à billet) qui a "apporté un point d'inflation en 2015 en zone euro" (ce qui est largement insuffisant pour relancer la croissance et l'emploi), malgré le remboursement massif des banques en 2008 (le contraire d'une auto-correction...), malgré l'austérité et le "rétablissement rapide des comptes publics" (dogme libéral), rien ne se passe.

 

Tout a été essayé et la crise financière continue son cours...

 

Les Etats et les autorités européennes sont les vrais responsables, mais les banques aussi. Tous complices et responsables.

 

Et ceci arrive parce que le fondement libéral de l'économie moderne des Etats basée sur le financement de la vie publique par la dette (emprunts des Etats auprès des banques) est inefficient. Les Anciens le savaient, une économie assainie, libérée de la dette bancaire et de l'usure, est une nécessité. Pourquoi ne pas y réfléchir ?

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Economie
commenter cet article
11 février 2016 4 11 /02 /février /2016 09:22

Un symposium sur les « Dommages de la pornographie sur les enfants et les jeunes » a permis de constater, mardi à l’Université de New South Wales en Asutralie, que les agressions sexuelles d’enfants sur d’autres enfants sont en forte augmentation. Les experts présents ont expliqué que la pornographie facilement accessible à tous sur Internet est responsable de cette hausse inquiétante, spécialement lorsqu’elle met en scène des actes violents et dégradants assortis de contrainte.

 

Les conséquences de la facilité d’accéder à ces « contenus » sexuellement explicites et contraires à toute dignité humaine sont multiples, au point de constituer une « crise de santé publique » : non seulement les enfants passent à l’acte très tôt, mais leur génération voit déjà le sexe violent et dégradant, dénué de toute dimension relationnelle, intime et amoureuse, comme la norme. Les conséquences sont incalculables, a prévenu Liz Walker, auteur du livre Not for Kids (« Pas pour les enfants ») lors du symposium. Tout cela prépare « les agresseurs sexuels de demain » et un monde de « violence sexuelle entre partenaires intimes », a-t-elle affirmé.

 

... Non seulement la moralité et la sécurité des enfants sont en jeu en raison de l’omniprésence de la pornographie sur Internet, mais aussi leur bonheur. « Nos enfants sont conditionnés et façonnés par ce qu’ils voient », affirme Melinda Tankard-Reist, une militante contre la « réification de la femme et la sexualisation des publicités » du groupe « Collective Shout ». « Les garçons apprennent qu’ils ont tous les droits tandis que les filles se voient comme des sortes de “station service” à la merci des garçons et des hommes », explique-t-elle dans une interview.

 

... Selon Melinda Tankard-Reist, le problème se rencontre dans la quasi totalité des écoles dans lesquelles elle se rend en tant que conférencière pour alerter les jeunes sur sa gravité. Dans l’Etat du Victoria, des enfants de quatre ans sont dirigés vers des programmes de réhabilitation en raison de leur comportement sexuel, afin de les faire de nouveau ressembler à des enfants normaux.
 
Alors que le présentateur lui rappellait que pendant longtemps, les auteurs pornographiques – tel Larry Flynt – revendiquaient la liberté artistique et la liberté de parole pour montrer « des gens qui se font du bien » comme le disait l’un d’eux, Mme Tankard-Reist a simplement répondu qu’il s’agit là d’un « abus de la liberté de parole ». Ce que voient les gamins de 10, 11 ans aujourd’hui, ce sont des viols pornographiques, du sadisme, de la violence, de la bestialité. « Ce n’est pas de la liberté d’expression ! »

 

Beaucoup d’enfants sont attirés dans ce monde malgré eux. Alors que l’industrie pornographique des seuls Etats-Unis représente 100 milliards de dollars, les marchands de « X » créent des sites avec des noms de personnages de dessins animés et étudient les fautes de frappe les plus fréquentes des jeunes pour les attirer alors qu’ils font des recherches tout à fait innocentes, accuse la jeune femme. Sans vouloir d’un « Etat Nounou », elle rappelle que les nounous sont justement chargées de veiller sur les enfants et qu’il est urgent que les pouvoirs publics aident les parents à protéger leurs garçons et leurs filles dans un monde où il devient de plus en plus difficile pour eux de le faire seuls.

 

L’un des participants au symposium a déclaré à un média Australien qu’il avait lui-même été attiré sur un site de pornographie à l’âge de 11 ans : une addiction est née qui a duré deux ans. « Je trouvais difficile de voir les femmes autrement qu’en tant qu’objets sexuels », raconte Tim Gordon, 23 ans. « Dans une certaine mesure, vous avez beau essayer de vous dire que ce sont des personnes intelligentes et complexes, votre esprit ne vous lâche pas lorsque vous êtes dans ce cadre : la pornographie a tendance à dominer votre esprit », témoigne-t-il.

 

Source (et suite): Reinformation.Tv

Repost 0
10 février 2016 3 10 /02 /février /2016 23:22

L'extrême-droite sera-t-elle à la remorque de la gauche, ou l'inverse ? Gouvernement "de gauche" en France, "extrême-droite" en Suède ont la même volonté de déchéance de nationalité pour tous (mono-nationaux comme bi-nationaux). Mais pendant qu'en Suède, le parlement repousse l'amendement présenté par l'extrême-droite, la même disposition qui est recherchée en France par le gouvernement Valls (qui doit être encore examinée par le Sénat à la mi-mars) a été votée aujourd'hui par l'Assemblée.

Le Parlement suédois rejette la déchéance de nationalité pendant que le parlement français la vote

Le Parlement suédois a repoussé une proposition de l'extrême droite pour déchoir de la nationalité suédoise toute personne condamnée pour un délit ou crime en lien avec le terrorisme.
La proposition des Démocrates de Suède était un amendement au projet de loi antiterroriste du gouvernement de gauche. Ce parti anti-immigration souhaitait introduire "la possibilité de retirer la nationalité suédoise à une personne condamnée pour un délit en lien avec le terrorisme, même si cela la rend apatride".

Seuls les 45 députés de ce parti ont voté pour. Les autres parlementaires ont voté contre (236) ou se sont abstenus (16 députés du Parti de gauche). Le vote est intervenu le même jour que celui en France de l'Assemblée nationale pour adopter un projet de révision constitutionnelle qui doit introduire cette possibilité.

 

Source: Le Parlement suédois rejette la déchéance de nationalité, Par lefigaro.fr avec AFPMis à jour le 10/02/2016 à 22:40 Publié le 10/02/2016 à 22:32

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Suède
commenter cet article
10 février 2016 3 10 /02 /février /2016 09:13

L'islam serait-il une secte secrète ?

 

Du 13 au 16 mai 2016 se tiendra la "rencontre annuelle des musulmans" au Bourget. Cet événement communautaire attire à chaque édition plus de 100 000 visiteurs. Source

"L'islam" "par étapes" "dans le secret le plus total", "jusqu'à ce qu'on mette en place le projet tout entier"

Or, Makhlouf Mameche, vice-président chargé de l'enseignement privé, membre de l'équipe de direction de l'UOIF, présent au Bourget lors de cette "réunion annuelle", a prêché en novembre 2012 le "plan d'action", le "projet d'un Etat islamique", le "programme" "par étapes", "dans le secret le plus total", "sans crier au loup", selon une video publiée sur GloriaTv. Un prêche en totale contradiction avec la parole et l'enseignement de Notre Seigneur-Jésus-Christ pour qui la Bonne nouvelle doit être annoncée ouvertement :

 

Quiconque fait le mal hait la lumière et ne vient pas à la lumière, de crainte que ses oeuvres ne soient démasquées. Celui qui fait la vérité vient à la lumière pour que ses oeuvres soient manifestées, elles qui ont été accomplies en Dieu.

Evangile selon saint Jean, chapitre III, versets 20-21

Une Bonne nouvelle annoncée ouvertement, une fois (sans insister), et si la Parole est prête à être entendue ("informez-vous qui y est honorable") :

Sur votre chemin, annoncez ceci: "Le royaume des cieux est proche..."

En quelque ville ou bourg que vous entriez, informez-vous qui y est honorable, et demeurez là jusqu'à votre départ. En entrant dans la maison, saluez-la; et si la maison en est digne, que votre paix vienne sur elle; mais si elle n'est pas digne, que votre paix vous revienne. Si l'on refuse de vous recevoir et d'écouter vos paroles, sortez de cette maison ou de cette ville en secouant la poussière de vos pieds.

Evangile selon Saint Matthieu, chapitre 10, versets 7 à 14

Dans cet enseignement de Notre Seigneur Jésus-Christ il n'y a pas de programme de guerre contre les habitants, ni de "secret". Ce qui n'est pas le cas dans l'islam, selon le prêche de Makhlouf Mameche :

"Voilà comment le Prophète a planifié dans un secret total, son plan d'action, son projet, son programme. On ne doit pas dévoiler tout ce qu'on fait aux autres, mais on doit travailler secrètement jusqu'à ce qu'on mette en place le projet entier."

 

"En tant que communauté musulmane de France, on doit travailler en douceur sans crier au loup. Nous devons suivre le Prophète, comment il a transmis son message. Un des compagnons lui dit: 'Si tu nous le permets, nous attaquons demain les habitants de Medine.' Les compagnons étaient prêts, du moment qu'ils ont passé un serment, du moment qu'ils compris leur rôle à jouer dans la société.

 

Mais le Prophète lui dit: 'Rien ne permet cette attaque pour le moment, retournez à vos campements.' Parce que les compagnons à cette époque-là étaient dans une situation de faiblesse. Et quand on est dans une situation de faiblesse, il faut attendre un peu.

 

Il leur a dit: 'Plus tard, quand toutes les conditions seront réunies, quand les Médinois seront rentrés chez eux et que l'ordre sera arrivé pour sortir.'

 

ll faut d'abord acquérir la force, explique Makhlouf Mameche, pour pouvoir réagir.

 

Le Prophète ne voulait pas livrer une bataille tout de suite, car les conditions de la victoire n'étaient pas réunies. ... Il prêche l'islam par étapes. Il ne veut pas brûler les étapes. Car le message de l'islam on doit le transmettre petit à petit.

 

...Quand on est dans une situation de faiblesse, il faut attendre un peu. Il leur a dit: 'Plus tard, quand toutes les conditions seront remplies'.

 

Il faut acquérir la force pour pouvoir réagir. Il ne faut pas livrer une batailles tout de suite."

 

- Makhlouf Mameche, UOIF

 

Source: GloriaTv

Repost 0
10 février 2016 3 10 /02 /février /2016 08:20

À quelques jours d'un remaniement qui pourrait intervenir ce vendredi, le ministre de l'économie Emmanuel Macron s'exprimant lors d'une conférence à Paris hier soir à la fondation France-Israël s'est de nouveau distingué en critiquant la "déchéance de nationalité" voulue par le gouvernement, en y apportant une alternative :

 

"On ne traite pas le mal en l'expulsant de la communauté nationale... Il faut prévenir et punir implacablement dans la communauté nationale". [1]

Macron critique la déchéance de nationalité

Notes

 

[1] Macron critique la déchéance de nationalité, Le Figaro, Mis à jour le 09/02/2016 à 23:44 Publié le 09/02/2016 à 22:17

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Politique
commenter cet article
9 février 2016 2 09 /02 /février /2016 10:57

Depuis quand change-t-on la Constitution en état de guerre ? Des choses se prépareraient-elles dans notre dos et dans celui des députés absents ? L'information est littéralement ahurissante. Une "assemblée nationale" aux trois-quarts vide a voté la constitutionalisation de l'état d'urgence hier soir à 22 heures en l'absence de 441 députés. La disposition a été adoptée par 103 voix, contre 26, et 7 abstentions [1], "en présence notamment de Manuel Valls." [2] Seuls 136 députés sur 577 étaient présents pour voter ! 110 députés PS étaient présents contre 10 pour Les Républicains. [3] On aimerait bien savoir lesquels ?

 

100 oligarques pour l'instant anonymes décident de la Loi fondamentale liant les Français entre eux, et après ces gens vont reprocher aux Français de ne pas aller voter... Quelle misère.

 

Ce premier volet du projet de loi constitutionnelle (article 1) prévoit que l'état d'urgence sera "décrété en Conseil des ministres" soit "en cas de péril imminent résultant d'atteintes graves à l'ordre public", soit en cas de "calamité publique" (événements naturels).

 

Les députés ont ensuite engagé l'examen de l'article 2 qui prévoit la déchéance de la nationalité française pour tous, une disposition qui serait beaucoup plus contestée à la fois dans la majorité et dans l'opposition. Le député centriste de la Marne, Charles de Courson, a fondu en larmes lors des débats portant sur cet article 2 du projet de révision constitutionnelle. «La déchéance de nationalité limitée aux seules binationaux (...) était inacceptable parce qu'elle était contraire à l'unité de notre Nation», a-t-il d'abord tancé. Avant d'invoquer «la mémoire de (son) grand-père, (...) député qui avait voté contre les plein-pouvoirs au maréchal Pétain». Et de rappeler ensuite que son père, résistant, «avait été qualifié de terroriste par l'occupant nazi».

 

Les députés examineront aujourd'hui l'article 2 qui étend la déchéance de nationalité à tous les Français, mono-nationaux comme ni-nationaux, au nom de l'égalité", sans voir qu'il y a une inégalité entre les bi-nationaux qui ont des droits supplémentaires liés à leur double nationalité que n'ont pas les mono-nationaux.

 

Selon le JDD, l'inscription de l'état d'urgence dans la constitution était "contestée par certains écologistes et le Front de gauche, comme par certains députés de droite." 

 

La députée écologiste Cécile Duflot s'est émue sur LCP de cette faible affluence lors d'une réforme pourtant très importante :

 

"Je trouve d'abord que la tenue de ce débat est un peu triste. 441 parlementaires absents au moment où on constitutionnalise l'état d'urgence... C'est une décision lourde, grave, ça ne peut pas ne pas poser question", a-t-elle déploré.

 

Selon l'article du Figaro qui rapporte l'information, un amendement interdisant la dissolution de l'Assemblée nationale "pendant toute la durée de l'état d'urgence" et soit-disant "déposé contre l'avis du gouvernement par le député PS de l'Hérault, Sébastien Denaja" "a d'abord été adopté par les élus présents", "avant d'être finalement voté en même temps que l'article premier dans sa globalité."

 

On nous prend vraiment pour des imbéciles. Représentez-vous la scène suivante : un salarié non qualifié à son poste dans une entreprise, décrète la suppression de deux consignes importantres de son propre chef et contre sa propre direction et en présence de son patron. Il fait adopter la nouvelle consigne par ses collègues qui votent la suppression des deux consignes, toujours en présence du patron. Pensez-vous qu'un tel cas dans la réalité puisse se réaliser ?

 

Le député les Républicains (LR) des Alpes-Maritimes, Éric Ciotti, a immédiatement dénoncé une "faute grave" sur Twitter. Et oui, c'est "grave", mais surtout on se moque de nous.

 

Les socialistes qui n'ont pas voté la constitutionalisation de l'état d'urgence sont :

 

Une assemblée aux trois-quarts vide vote la constitutionalisation de l'état d'urgence

Les députés se prononceront mercredi après-midi par un vote solennel sur l'ensemble du projet de loi que le Sénat examinera à son tour vers la mi-mars.


Pour être définitivement adoptée, toute révision constitutionnelle doit être d'abord votée dans les mêmes termes par les deux assemblées puis soumise au Parlement réuni en Congrès à Versailles où la majorité nécessaire est des trois cinquièmes des suffrages exprimés. [4]

 

3 parlementaires sur 5 pourraient voter le texte que le texte serait considéré comme adopté... Et après ils s'étonnent que les Français n'aillent pas voter.

Une assemblée aux trois-quarts vide vote la constitutionalisation de l'état d'urgence

Add. 23h05. L'amendement interdisant la dissolution de l'Assemblée nationale "pendant toute la durée de l'état d'urgence"

 

"a été qualifié mardi de «scélérat» par le patron des députés LR, Christian Jacob, qui a obtenu du premier ministre une nouvelle délibération pour faire rejeter l'amendement en nouvelle lecture." (Source)

Repost 0
8 février 2016 1 08 /02 /février /2016 20:42
Un autre million de migrants possible en 2016

Selon l'Organisation internationale pour les migrations (OIM), il est possible que, comme en 2015, cette année le nombre de migrants arrivant en Europe dépasse le chiffre d’un million de personnes.

 

L'OIM rapporte qu'environ 65.000 migrants sont arrivés en Europe uniquement pendant le mois de janvier. Si la tendance se poursuit durant les prochains mois, ce sont 780.000 réfugiés qui arriveront d'ici à la fin de l'année. De plus, il faut prendre en compte que le flux de migrants s'intensifie pendant l'été.

 

Pour comparaison, l'année dernière, selon les données publiées plus tôt par l'OIM 1.004.356 migrants et réfugiés sont arrivés en Europe. C'est quatre fois plus qu'en 2014, lorsque le nombre d'arrivées ne dépassait pas 219.000 personnes.

 

Et au cours des quatre premiers jours de février, il y avait 7.483 arrivées ce qui est plus que le nombre de migrants enregistrés durant la totalité du mois de février dernière. L'organisation a fait savoir, par ailleurs, que depuis le début de l'année 374 migrants ont été retrouvés morts.

 

La majorité (91%) est issue de pays en guerre — Syrie, Afghanistan et Irak.

 

Néanmoins, on observe désormais la tendance inverse. Fuyant la guerre et les violences, la plupart d'entre eux cherchent d'un eldorado européen, mais pas la paix et la sécurité. Déçus, certains migrants décident de rentrer chez eux.

 

La statistique de l'OIM montre cette tendance. Par exemple, le département grec de l'organisation a noté un grand intérêt parmi les migrants pour le Programme d'aide au retour volontaire et à la réintégration financé par l'UE qui les aide à rentrer chez eux s'ils le souhaitent.

 

Depuis le début de l'année, 1.600 personnes se sont inscrites au programme, 710 ont déjà quitté l'Europe et 400 autres partiront dans les deux prochaines semaines.

 

 

En outre, ce n'est qu'une goutte dans l'océan. Le nombre des arrivées augmente chaque jour en provoquant le mécontentement les populations locales.

 

Par exemple, ce samedi, le mouvement anti-immigration Pegida a organisé des manifestations dans plusieurs pays européens, les participants ont demandé de mettre fin, disent-ils, à l'"islamisation du continent".

 

Et le sondage effectué par la chaîne ARD en Allemagne, où, selon l'OIM, un total de 476.649 personnes ont demandé l'asile en 2015, montre que 81% des sondés estiment que les autorités sont complètement submergées par la situation liée aux migrants.

 

Source : Un million de migrants arriveront en Europe en 2016, SputnikNews, 

Repost 0
8 février 2016 1 08 /02 /février /2016 18:46
"Plan d'action" anti-migrants : l'Autriche veut "arrêter cette migration incontrôlée"

Le ministre autrichien des Affaires étrangères, Sebastian Kurz, a évoqué lundi à Sarajevo un "plan d'action" avec les pays des Balkans pour faire cesser le flux "incontrôlé" de migrants vers l'Europe occidentale, au début d'une tournée dans la région.

"Je pense que ça ne peut plus fonctionner de la même façon, et que l'Allemagne, l'Autriche et la Suède ne peuvent pas recevoir les réfugiés de façon illimitée", a déclaré M. Kurz lors d'une conférence de presse à Sarajevo.

"Il est donc nécessaire de faire ce qu'on aurait dû faire dès le début, à savoir (...) arrêter cette migration incontrôlée", a ajouté, au début de sa tournée dans les Balkans, le chef de la diplomatie autrichienne, dont le pays a accueilli en 2015 quelque 90.000 demandeurs d'asile.

 

Source: Vienne veut un "plan d'action" avec les Balkans pour arrêter le flux migratoire | MAJ :

 

. La Macédoine construit une double clôture pour maîtriser le flux migratoire

. Schengen : vers un rétablissement des frontières

 

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Autriche
commenter cet article
8 février 2016 1 08 /02 /février /2016 18:29
La Macédoine construit une double clôture pour maîtriser le flux migratoire

Skopje - La Macédoine a commencé à ériger une nouvelle clôture barbelée à sa frontière avec la Grèce, afin de mieux maîtriser le flux de migrants illégaux, a-t-on appris de source militaire.

 

La nouvelle clôture sera construite en parallèle avec une autre qui existe déjà, avec l'objectif de rendre plus difficiles les passages des migrants qui entrent dans le pays balkanique en provenance de la Grèce, a dit à l'AFP un responsable de l'armée macédonienne.

 

"L'idée est d'envoyer aux migrants un message pour dire qu'il y a une double clôture et de renoncer à la franchir illégalement", a déclaré ce responsable ayant requis l'anonymat.

 

La Macédoine a commencé en novembre à filtrer les migrants, en autorisant uniquement ceux venant des pays en guerre (la Syrie, l'Afghanistan et l'Irak) d'entrer sur son territoire pour poursuivre ensuite leur périple vers l'Europe occidentale.

 

Fin janvier, les autorités macédoniennes ont davantage limité le passage, laissant depuis passer uniquement les réfugiés qui affirment vouloir demander l'asile en Allemagne et en Autriche.

 

Toutefois, ceux issus de plusieurs autres pays, considérés comme des migrants économiques, tentent de passer illégalement la frontière entre la Grèce et la Macédoine.

 

La nouvelle clôture sera érigée près de celle placée en novembre des deux côtés du passage frontalier de Gevgelija par lequel passent régulièrement les réfugiés, selon le responsable militaire, qui a refusé de préciser sa longueur.

 

Les médias locaux affirment pour leur part qu'elle sera longue de plus de 30 kilomètres.

 

Plus de 68.000 réfugiés sont entrés en Macédoine depuis le début de l'année, tandis que la police locale a empêché en janvier quelque 4.000 personnes de franchir illégalement la frontière, selon les chiffres officiels.

 

La Commission européenne s'est engagée en janvier à renforcer la sécurité à la frontière greco-macédonienne où plus de 60 policiers de plusieurs autres pays sont actuellement déployés pour aider à contrôler l'afflux de migrants.

 

Le ministre macédonien des Affaires Étrangères, Nikola Poposki, a affirmé récemment que le gouvernement de son pays n'entendait pas fermer entièrement la frontière et qu'il était prêt à coordonner les actions avec l'Union européenne et faire "tout ce qui nécessaire" pour aider à régler la crise.

 

L'afflux des migrants souhaitant rejoindre les pays de l'Europe occidentale et nordique s'est poursuivi durant l'hiver malgré des températures basses et la périlleuse traversée de la mer entre la Turquie et les îles grecques.

 

Au moins 24 migrants, dont 11 enfants, ont trouvé la mort lundi en mer Egée, au large des côtes occidentales de la Turquie, dans un naufrage survenu alors qu'ils tentaient de rallier les îles grecques, a rapporté l'agence de presse turque Dogan.

 

Au début d'une tournée dans les Balkans, le ministre autrichien des Affaires étrangères, Sebastian Kurz, a évoqué lundi à Sarajevo un "plan d'action" avec les pays de cette région pour faire cesser le flux "incontrôlé" de migrants vers l'Europe occidentale.

 

Source : La Macédoine construit une double clôture pour maîtriser le flux migratoire, L'Express, Par AFP , publié le 08/02/2016 à 17:17 , mis à jour à 17:17

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Europe
commenter cet article
8 février 2016 1 08 /02 /février /2016 06:30

Une enquête sur les rapports des élèves et de la religion remet en cause toutes les orientations prises par la gauche depuis trente ans à l'école. Najat Vallaud-Belkacem désavouée par les jeunes.

Dommage que Jean-Paul Brighelli qui l'a commentée sur une position radicale façon "hussard noir de la IIIe république", et qui présente une "école saisie par la foi", n'ait pas compris la "saine laïcité" défendue par la doctrine sociale de l'Eglise.

Brighelli - L'école saisie par la foi. Najat Vallaud-Belkacem désavouée par les jeunes

"L'Obs" publie cette semaine une enquête sur les rapports des élèves et de la religion, que commente Najat Vallaud-Belkacem. Jean-Paul Brighelli l'a lue pour vous.

 

Par Jean-Paul Brighelli

 

 

L'Obs – et la presse de gauche en général – serait-il en train de lâcher doucement Mme Vallaud-Belkacem ? C'est la première idée qui m'est venue à la lecture du dossier « L'école défiée par la religion », qui confronte le ministre aux résultats – saisissants, quoique d'une méthodologie contestable – d'une enquête effectuée par une équipe conjointe du CNRS et de Sciences Po.

Les femmes au foyer, et les cochons seront bien gardés

 

Les ennuis commencent dès la sixième. Au programme, les grands textes fondateurs. « Au commencement, Dieu créa le ciel et la terre. » La prof de Français interviewée par le magazine a beau expliquer qu'il s'agit d'un mythe, nombre d'élèves s'insurgent. « C'est vrai, c'est bien comme ça que ça s'est passé. » Probablement y étaient-ils.

 

Les adolescents se définiraient donc d'abord en fonction de leur appartenance religieuse. Particulièrement les musulmans – nous y voilà, L'Obs flirte dangereusement avec l'islamophobie –, « fiers de leur religion » à 90 %. Mais dans la même statistique, les enquêteurs font dire aux athées – 39 % des élèves quand même, sur un échantillon de 9 000 collégiens des Bouches-du-Rhône, où ils représentent donc plus d'un tiers, les musulmans 2 5% et les juifs 1,6 % (sans que rien dans les graphiques ultérieurs de l'enquête n'indique les rapports de forces des différents groupes) qu'eux aussi sont fiers de leur religion – à 65 % : ils ne doivent pas avoir tout compris, à Sciences Po, sur l'étrange religion des athées.

 

Des croyants qui pensent à 71 % que Dieu a créé ex nihilo les espèces vivantes – y compris le moustique porteur de chikungunya et de Zika. Que la place de la femme est à la maison (à 40 % – les autres, ce sont les filles sans doute, mais l'absence de statistiques par sexe fausse largement les réponses). Et que les livres et les films qui attaquent la religion (flou artistique : j'aimerais assez connaître les réponses précises de gosses de 12 à 15 ans sur les « livres » en question – vous savez, ce machin imprimé sur du papier qu'on nous force à lire en classe : les rapports des élèves et du Dictionnaire philosophique de Voltaire, ou les écrits du curé Meslier, d'Holbach ou Helvétius sont… des rapports protégés) devraient être proscrits.

 

Ou que – cessons de rire – « si une loi heurtait tes principes religieux » (on tutoie les élèves, à L 'Obs – on est de gauche), 68 % d'entre eux suivraient la loi coranique contre la loi de la République. Charia incluse ? Quand on pense au nombre de musulmans entrés dans la police ou l'armée, on frémit, en ces temps d'attentats.

 

[...] Vallaud-Belkacem à la peine

 

C'est donc cette enquête si scrupuleusement scientifique que commente notre ministre. Il s'agissait, bien sûr, de la montrer (à ce propos, les photos de NVB dans L'Obs sont étrangement nulles, ce qui est en soi un commentaire subliminal) ferme sur la laïcité, après ses exploits récents au Supplément de Canal+ – une émission dont L'Obs, non sans perfidie, publie une image, précisant que « la ministre est restée coite » devant les propos d'Idriss Sihamedi, le barbu humanitaire (ne cherchez pas, c'est bien un oxymore). Où la perfidie ne va-t-elle pas se nicher ! Avec des copains comme ceux de L'Obs, NVB n'a pas besoin d'ennemis.

 

D'autant que dans le même temps Canal+ a précisé que NVB savait parfaitement qui elle devait rencontrer sur le plateau du Supplément. Lâchage généralisé !

 

Dans la réponse du ministre, aucune mise en cause des programmes ni de la pédagogie – la faute à « une société qui se cherche ». Et si la dévotion est « plus marquée chez les musulmans », c'est parce que « cette génération a grandi dans l'après-11 Septembre ».

 

Raisonnement étrange : j'aurais cru, moi, que les horreurs perpétrées au nom de l'islam depuis une bonne vingtaine d'années – n'oublions pas les exactions du FGIS et du GIA en Algérie dans les années 1990 – auraient dû avoir, sur un esprit normal, l'effet exactement inverse : comment se reconnaître encore dans une religion qui pousse des fanatiques à opérer des tueries de masse ?

 

Bien entendu, l'instauration du « livret laïcité » résoudra vite tous ces menus problèmes, pendant que la droite se contente « de tenir des discours incantatoires sur la laïcité, sans jamais donner des clés pédagogiques ». Le ministre devrait relire les raisonnements d'Élisabeth Badinter (ou l'un de mes derniers livres) et réfléchir ensuite à qui est à droite – au moment même où Le Point titre avec perspicacité sur « La gauche Finkielkraut ». D'ailleurs « la droite porte une lourde responsabilité » dans ce retour du religieux à cause de son « désinvestissement massif dans l'éducation ». Et la réforme du collège, ce n'est pas du désinvestissement, peut-être ? Sans compter que la droite n'a jamais rien compris à l'éducation, et a laissé des pédagos formés à gauche régenter la Rue de Grenelle depuis quinze ans – et même davantage.

 

NVB défend ensuite la laïcité – et même l'Observatoire de la laïcité et le cher, l'utile Jean-Louis Bianco, que Manuel Valls a pourtant pourfendu récemment. Ils devraient accorder à nouveau leurs violons – mais le même Valls a aussi recadré sauvagement NVB lors d'une réunion avec les présidents de région.

Sur ce point de détail, je dirai qu'en l'occurrence, je suis d'accord avec le ministre de l'Éducation, comme je l'ai déjà exprimé ici : quel patron voudrait raisonnablement employer des apprentis à 14 ans, semi-illettrés, peu habitués au travail – et apparemment imbibés de superstitions et de préjugés jusqu'aux oreilles?

 

Aux origines du grand retour du religieux

 

La vérité, c'est que cette religiosité tache d'huile trouve son origine dans la loi Jospin de 1989, qui, en instituant le droit à la libre expression d'élèves qui n'avaient rien à dire que les poncifs et les mensonges récoltés sur le Net et dans leur entourage, a autorisé le discours du « c'est votre avis, ce n'est pas le mien ». Cette formule fonde tous les affrontements verbaux si fréquents désormais en classe, la contestation massive des minutes de silence et la séparation en « communautés » antagonistes.

 

Source (et suite): Brighelli - L'école saisie par la foi, Le point, Par Jean-Paul Brighelli, Publié le 08/02/2016 à 06:11 | Le Point.fr

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Religion
commenter cet article
7 février 2016 7 07 /02 /février /2016 12:22
Le général Piquemal, arrêté et pousuivi, des raisons douteuses

Cinq personnes, dont un général ancien patron de la légion étrangère, passeront en comparution immédiate lundi 08 février au tribunal de Boulogne-sur-Mer. Ils ont été interpellés samedi soir à Calais lors d'un rassemblement hostile aux migrants.

 

Le général Christian Piquemal, général de corps d'armée à la Légion étrangère de 1994 à 1999, désigné comme ayant eu "le rôle principal" dans la manifestation anti-migrants interdite, et arrêté hier, est poursuivi pour "participation à un attroupement qui ne s'est pas dissout après sommation". Il risque un an de prison ferme.

 

Quatre autres personnes devraient être poursuivies pour "port illégal d'armes" risquent également une peine allant jusqu'à un an de prison ferme. Ces quatres autres individus avaient été contrôlés en amont de la manifestation et portaient sur elles "des armes dangereuses" de type taser, poing américain et cutter. "Ceux là, même s'ils n'ont pas participé à la manifestation, puisqu'ils ont été contrôlés avant, ils étaient là pour en découdre: on ne vient pas à une manifestation interdite avec des armes si on n'a pas l'intention d'en découdre", a expliqué le procureur de Boulogne-sur-Mer, Jean-Pierre Valensi. [1]

 

Hier soir, de nombreuses réactions à l'arrestation du militaire, ancien commandant de la Légion étrangère de 1994 à 1999, agitaient les réseaux sociaux.

 

La dépêche Afp rapportée par "HuffPost" indique que :

 

"la manifestation de samedi à l'initiative du mouvement islamophobe Pegida, qui avait été interdite par les autorités, a été marqué par des échauffourées entre les forces de l'ordre et des manifestants".

 

L'explication politico-médiatique est toujours la même : manif interdite, des manifestants violents. Pourtant, les videos montrent l'inverse : des forces de police agressives gazant des manifestants pacifiques...

 

Rappelons que selon le droit européen et la jurisprudence de la Cour européenne des droits de l'homme  :

 

" [...] la liberté de réunion et d’association, y compris lors de manifestations non organisées et non autorisées, est un droit essentiel dans une démocratie, garanti par l’article 11 de la Convention européenne des droits de l’homme (STE n°5), et évoqué de manière constante par la Cour européenne des droits de l’homme dans sa jurisprudence

 

(Résolution 1947 2013 de l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe)

 

Et que "le fait de participer à une manifestation non déclarée ou interdite ne suffit pas à caractériser l'infraction" (Madame Alexia Boyeau-Janecourt, thèse de droit sur la désobéissance politique publiée chez l'Harmattan en 2010.)

 

L'article 432-4 du code pénal lui-même avertit les forces de l'ordre:

 

"Le fait, par une personne dépositaire de l'autorité publique ou chargée d'une mission de service public, agissant dans l'exercice ou à l'occasion de l'exercice de ses fonctions ou de sa mission, d'ordonner ou d'accomplir arbitrairement un acte attentatoire à la liberté individuelle est puni de sept ans d'emprisonnement et de 100000 euros d'amende. Lorsque l'acte attentatoire consiste en une détention ou une rétention d'une durée de plus de sept jours, la peine est portée à trente ans de réclusion criminelle et à 450000 euros d'amende."

 

Or, vingt personnes ont été interpellées et dix placées en garde à vue hier soir.

 

Selon la préfecture, les personnes interpellées ont été envoyées au commissariat pour examen de leur situation et leur éventuel placement en garde à vue...

 

Le service communication de l'armée de terre "n'a pas souhaité faire de commentaire" sur l'interpellation du général.

 

"Soutien au général Piquemal, injustement et brutalement arrêté à Calais!", a écrit sur son compte Twitter la députée FN Marion Maréchal-Le Pen.

 

Gilbert Collard, député du Var, exprimait lui aussi son mécontentement sur le même réseau social.

 

"Le général Piquemal, ancien commandant de la Légion étrangère, vient d'être arrêté à Calais pour cause de manifestation: une honte!" a-t-il écrit. [2]

 

 

Sources:

 

[1] Le général Christian Piquemal en comparution immédiate lundi après la manifestation interdite à Calais, Le HuffPost avec AFP, Publication: 07/02/2016 11h57 CET Mis à jour: il y a 20 minutes

[2] Manif anti-migrants à Calais: Le général Christian Piquemal sera jugé lundi - Il risque 1 an de prison ferme, Jeanmarcmorandini.com

 

Repost 0
7 février 2016 7 07 /02 /février /2016 09:21

Alors que l'Allemagne est secouée par le scandale des viols de la nuit de la Saint-Sylvestre par des migrants et qu'Angela Merkel enfermée dans son dogme ultra-libéral de la "libre circulation", "un moteur économique", la chancelière refuse toujours de plafonner le nombre des réfugiés, (comme l'a annoncé l'Autriche le 20 janvier), ou de fermer les frontières allemandes, le pourtant très progressiste cardinal Reinhard Marx, président de l'Eglise catholique allemande, appelle lui aussi à ralentir l'immigration, rejoignant en cela les responsables politiques allemands à tous les niveaux qui estiment que l'Allemagne ne peut pas accueillir un autre million de réfugiés :

 

L'Eglise catholique allemande appelle à ralentir l'immigration

Le président de la conférence épiscopale allemande a plaidé ce week-end dans une interview pour une limitation du nombre de migrants en Allemagne. Mais les personnes accueillies doivent l'être dans la dignité, a-t-il insisté.

 

« Nous ne pouvons pas accueillir toutes les personnes en détresse. Cette question ne doit pas être traitée uniquement à l'aune de la charité, mais également de la raison. » Le président de la conférence épiscopale allemande, le cardinal Reinhard Marx, rejoint par ses déclarations les responsables à tous les niveaux qui estiment que l'Allemagne ne peut à l'avenir accueillir plus d'un million de réfugiés, comme elle a entrepris de le faire depuis l'an dernier.

 

Allemagne: la question des migrants bouscule Merkel

 

Mais le responsable de l'Eglise catholique allemande plaide pour un ralentissement du nombre des arrivants, il rejette en revanche toute limitation du droit d'asile estimant que « toute personne mettant le pied sur le sol européen doit être prise en charge dignement et bénéficier d'une procédure digne de ce nom ».

 

Reinhard Marx a défendu dans son interview à un journal régional la politique d'Angela Merkel évoquant le courage de la chancelière et sa capacité à prendre ses responsabilités. Le cardinal Marx s'inquiète de la montée de la xénophobie et au parti populiste Alternative pour l'Allemagne en hausse dans les sondages.

 

Le président de la conférence épiscopale juge « inacceptables et hostiles à l'humain » les déclarations de la présidente du parti qui affirmait récemment que l'Allemagne avait le droit de défendre ses frontières en tirant sur des réfugiés.

 

Source: L'Eglise catholique allemande appelle à ralentir l'immigration, Par RFI Publié le 06-02-2016 Modifié le 06-02-2016 à 23:19

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Allemagne
commenter cet article
7 février 2016 7 07 /02 /février /2016 08:51

Des habitants quittent leur quartier un à un. La "politique de peuplement" de Manuel Valls ?

 

Véhicules volés et vandalisés : ras-le-bol, route de Launaguet

«Est-ce lié au quartier qui change ?» Les riverains de la route de Launaguet, à proximité des Izards, à Toulouse, sont, pour beaucoup, à bout depuis plusieurs mois. «Chaque matin, lorsqu'on part au travail, on se demande si nos voitures seront là et, si oui, dans quel état ?» Victimes de vandalisme et de vols à la roulotte en série, ils se sentent abandonnés, inaudibles et démunis. Ils habitent pourtant dans des résidences fermées, leurs parkings souterrains sont privés mais, malgré de multiples plaintes, ces riverains quittent le quartier un à un.

«J'ai perdu mon emploi à cause d'eux»

 

Éric rentrait chez lui avec son véhicule de société le soir. «Je travaillais dans la menuiserie, relate-t-il. On m'a cassé une première fois et mon patron a compris. Puis c'est arrivé une seconde fois. En tout, ce sont 10 000 € de matériel qui ont été volés. Au bout de la deuxième fois, on m'a licencié…»

 

Éric n'est pas un cas isolé. Autour de lui, ses voisins, Muriel, Héloïse, Cécilia, Florian ou encore Euryalée, des habitants du Sporting IV ou du Grand Selve constatent : «Il y a des cambriolages en journée. On ne se sent pas en sécurité.»

 

Muriel a découvert sa voiture toute neuve, «roulottée» et aspergée de liquide à extincteur il y a quelques matins. «C'est du vandalisme. Du matériel a été volé.» «Moi, mon scooter a été dépecé et balancé par terre». «Nous, notre vitre arrière a été cassée», énumèrent les victimes. Et les délinquants de narguer leurs victimes : «Ils ont écrit «LOL» sur les autocollants qui représentent des caméras de vidéoprotection.» Pour les habitants de ce secteur, la coupe est pleine. «Pour nous, c'est invivable. Du coup, on déménage. Mais qu'est-ce que ça va être pour les autres dans quelques mois ?» Selon ces riverains, les actes de vandalisme se multiplient depuis six à huit mois.

 

Ras-le-bol, route de Launaguet : Des habitants "quittent leur quartier un à un"

Source: Véhicules volés et vandalisés : ras-le-bol, route de Launaguet, La Dépêche.fr, Publié le 07/02/2016 à 03:54, Mis à jour le 07/02/2016 à 06:25

Repost 0
6 février 2016 6 06 /02 /février /2016 17:19

Image illustrative de l'article Jacques ToubonJacques Toubon, défenseur des droits, invité de BfmTv ce samedi 6 février 2016 sur le thème de la "déchéance de la nationalité" a expliqué que le projet du gouvernement de déchoir de la nationalité tous les Français pose une "vraie question".

 

"Les debats d'aujourd'hui sur les apatrides viennent du fait que la loi actuelle exclut de créer des apatrides. ... On est en contravention avec le principe inscrit à l'article 1er de la Constitution, l'indivisibilité de la république et l'égalité de tous... La nationalité n'est pas dans la constitution, c'est un droit naturel de la personne."

 

Jacques Toubon soulève ainsi la question que je relevais dernièrement : Déchéance nationale pour tous : la France a-t-elle une Constitution ?

 

"L'article 16 de la Déclaration des droits de l'homme dit qu'on ne peut pas enlever un droit. Et qu'un pays qui enleve des droits, ne garantit pas les droits, est un pays qui n'a point de constitution." [1]

 

"Il faut faire attention, nous avons là une vraie question", a-t-il conclu...

 

Après le changement de civilisation ("réforme de civilisation" voulue par Christiane Taubira sur le "mariage" homo), ce projet de réforme de la Constitution en vue de déchoir de la nationalité tous les Français est un exemple précis montrant qu'un François Hollande a plus de pouvoir qu'un Louis XIV.

 

Historiquement, la première déchéance de nationalité a été réalisée en 1791-1792 par les Conventionnels et la première "république" qui vota le bannissement des Emigrés (ces nobles qui émigrèrent du fait de la mise en place de la Terreur) et leur peine de mort au cas où ils reviendraient sur le territoire national.

 

Comme je le disais ici,

 

"il faut être par principe contre la "déchéance de nationalité", du fait qu'une nationalité ne se cède pas, ne se divise pas et ne se perd pas.

... La dérive absolutiste de la dite "république" française ne doit pas tout permettre à ce Régime aux abois qui se permet de se contredire lui-même, et contredire sa propre constitution. Socle commun, rappelons-le, auquel il ne devrait pas être touché. Mais le Régime y touche quand même, à intervalles réguliers (depuis 1789, nous avons eu quinze constitutions successives alors que jusque-là nous n'en avions qu'une seule depuis 2000 ans), car le Régime n'est pas assis sur une légitimité politique solide (la "Volonté générale" qui peut tout changer...).

L'inscription de la déchéance de nationalité dans la Constitution est un un coup d'Etat qui est tourné contre tous les "citoyens" de ce pays et qui doit être analysé comme tel."

 

Ce triste épisode montre que la "république" est un régime qui défend mal les droits des personnes, voire les supprime du fait d'une légitimité politique fondée sur la Volonté générale qui peut tout changer et tout supprimer par principe, même les droits naturels de la personne...

 

Notes

 

[1] "Toute Société dans laquelle la garantie des Droits n'est pas assurée, ni la séparation des Pouvoirs déterminée, n'a point de Constitution." (Article 16 de la DDH de 1789)

 

. Le 6 janvier Manuel Valls s'oppose à la déchéance pour tous,... un mois après il l'approuve

. Déchéance de la nationalité : le coup d'Etat tourné contre tous les "citoyens" transformés en supects par nature

 

 

 

Repost 0
Publié par Ingomer
commenter cet article
6 février 2016 6 06 /02 /février /2016 17:10

La publication de cette nouvelle a immédiatement enflammé les réseaux sociaux :

Une manifestation interdite à Calais maintenue, un général de Corps d'Armée, Christian Piquemal, arrêté

Bientôt les premiers français déchus de leur nationalité ? Malgré l'interdiction préfectorale décidée par le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve, le mouvement "Patriotes européens contre l'islamisation de l'Occident" (Pegida) a maintenu sa manifestation aujourd'hui à Calais contre la présence des migrants.

Par crainte des débordements nous dit-on, et pour «veiller à faire appliquer l'arrêté préfectoral», un important dispositif de sécurité a été prévu, a indiqué la préfecture du Pas-de-Calais.

Pourtant, la video de l'arrestation du général ne montre pas des manifestants violents mais au contraire on voit des forces de police violentes gazant des manifestants pacifiques.

Révolté par l'interdiction préfectorale, le général de Corps d'Armée Christian Piquemal, combattant d'élite qui a commandé la légion étrangère de 1994 à 1999 et a longtemps présidé l'Union nationale des parachutistes (UNP) avait rédigé un communiqué (reproduit ci-dessous. Ndlr.) annonçant sa présence physique dans le cortège à Calais et appelant à une manifestation "dans l'ordre, le calme et la discipline des 'vieilles troupes'."

 

«Nous maintenons notre participation, apolitique, qui se fera dans l'ordre, le calme et la discipline des “vieilles troupes” ; j'y serai présent physiquement, mentionne le militaire en retraite. Il y aura dans nos rangs des personnes vulnérables (femmes, enfants, personnes âgées et/ou handicapées) et il n'est donc pas question, à aucun moment, de se confronter aux forces de l'ordre autrement qu'amicalement: des consignes précises ont été données et un personnel de sécurité veillera à leur application. C'est donc confiant dans le futur déroulement de notre action que j'invite tous les Patriotes et associations patriotiques à se joindre à nous».

 

Le communiqué du général :

 

Par décision du ministre de l’Intérieur, la manifestation prévue le 6 février à CALAIS vient d’être interdite, et ce pour deux raisons :

  • l’organisation en serait attribuée à PEGIDA France (organisation jugée à droite de l’extrême-droite) ce qui, selon les autorités politiques, présente des risques importants et pourrait occasionner des troubles à l’ordre public,

  • l’état d’urgence justifierait l’interdiction des manifestations à risques.

Malgré cette mesure arbitraire et abusive, et en raison notamment du nombre important de participants prévus ainsi que des moyens matériels qu’ils ont engagés, nous maintenons notre participation, apolitique, qui se fera dans l’ordre, le calme et la discipline des « vieilles troupes » ;  j’y serai présent physiquement.

Il y aura dans nos rangs des personnes vulnérables (femmes, enfants, personnes âgées et/ou handicapées) et il n’est donc pas question, à aucun moment, de se confronter aux forces de l’ordre autrement qu’amicalement : des consignes précises ont été données et un personnel de sécurité veillera à leur application.

C’est donc confiant dans le futur déroulement de notre action que j’invite tous les Patriotes et associations patriotiques à se joindre à nous.

Plus nous serons nombreux, plus nous serons crédibles et en mesure de faire pression sur le pouvoir politique afin qu’il tienne compte de la volonté et de la souveraineté du Peuple.

Serrons les rangs, restons DEBOUT, afin que VIVE la France !

 En nous, l’espoir doit subsister ! Du plus profond de notre Patrie jaillira toujours une flamme que rien, ni personne, ne pourra jamais éteindre !

GALLIA PATRIA NOSTRA !

Général de Corps d’Armée (2s) Christian PIQUEMAL,
         Président du Cercle de « Citoyens-Patriotes »

 

Source: http://blog.cercle-citoyens-patriotes.fr/a-propos-de-calais/

 

Loïc Perdriel, qui dirige la branche de Pegida en France s'est interrogé : «Que fera le Préfet, va-t-il envoyer de la lacrymo sur un général en retraite, et pas n'importe lequel?». [1]

 

Xavier Bertrand (LR), franc-maçon notoire élu récemment Président de la région Nord/Pas-de-Calais/Picardie, a déclaré le 4 février sur Europe 1 qu'il fallait mettre en prison ceux qui s'opposent politiquement et par des manifestations à l'afflux de clandestins à Calais. Source

 

Résultat: près d'une vingtaine d'interpellations ont d'ores et déjà eu lieu, dont celle du général Christian Piquemal, révèle Nord Littoral. «Nous sommes dans le même combat, je comprends votre présence, mais pas que vous nous chargiez», a ainsi indiqué aux CRS l'ancien militaire tout en appelant les manifestants à «décrocher». [2]

Le général Piquemal et 20 autres arrêtés à Calais lors d’une réunion interdite de PEGIDA (VIDEO) via RT en français :

Notes

 

[1] La manifestation de Pegida maintenue à Calais, malgré l'interdiction, Le Figaro, Par Delphine de Mallevoüe Mis à jour le 06/02/2016 à 10:45 Publié le 06/02/2016 à 08:00

[2] Calais : une centaine de personnes présentes au rassemblement Pegida, Le Figaro, Par Delphine de Mallevoüe Mis à jour le 06/02/2016 à 16:17 Publié le 06/02/2016 à 08:00

Repost 0
5 février 2016 5 05 /02 /février /2016 23:38

Le jour où le Premier ministre Manuel Valls déclarait approuver la "déchéance de nationalité" pour tous à l'Assemblée nationale, Jean-Marie Le Pen a déclaré de son côté qu'il ne voterait pas ce texte, une manip de Hollande pour "piéger la droite" :

Jean-Marie Le Pen ne voterait pas la déchéance de nationalité, une manoeuvre de Hollande pour "piéger la droite"

Jean-Marie Le Pen, ancien président et cofondateur du Front national, a estimé vendredi 5 février "qu'il faut supprimer la double nationalité", qui "ressemble un peu à la bigamie dans le mariage", selon lui. Interrogé par Sud Radio et Public Sénat sur la question de la déchéance de la nationalité, le fondateur du FN a indiqué que s'il était parlementaire, il ne voterait pas la révision constitutionnelle dont l'examen débute le jour même à l'Assemblée.

 

"Je ne voterai pas ce texte parce que je le trouve à la fois inutile et par conséquent nuisible, a-t-il expliqué. En revanche, je pense qu'il faut aller à la source et non pas à la sortie : il faut supprimer la double nationalité, qui est en effet un élément d'équivoque qui ressemble un peu à la bigamie dans le mariage."

 

L'objectif ? "Piéger la droite", estime Jean-Marie Le Pen

 

Et Jean-Marie Le Pen de continuer : "Si j'étais parlementaire, je voterais contre, parce qu'il me semble que c'est une manœuvre présidentielle de Monsieur Hollande pour essayer de piéger la droite sur le chantage 'si vous ne la votez pas vous risquez de passer pour des soutiens de Daech', ce qui est ridicule."

 

Source : Jean-Marie Le Pen veut "supprimer la double nationalité", comparable "à la bigamie", Francetv info avec AFP, Mis à jour le 05/02/2016 | 11:02, publié le 05/02/2016 | 10:39

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Politique
commenter cet article
5 février 2016 5 05 /02 /février /2016 22:31

A celui qui n'a rien, la nationalité est ce qui lui reste... Voici donc la suite de cette pièce de théâtre cousue de fil blanc ... Le régime de suspiscion et de déchéance pour tous se met en place. Un amendement prévoit même qu'une "personne peut être déchue de la nationalité française ou des droits attachés à celle-ci lorsqu'elle condamnée pour un crime ou un délit." A ce rythme, ils pourront bientôt déchoir de leur nationalité les Grands ancêtres terroristes de 1792-93 !... Mais cela, ne l'espérez pas trop !

 

Le 6 janvier Manuel Valls s'opposait à la déchéance pour tous :

Le 6 janvier Manuel Valls s'oppose à la déchéance pour tous,... un mois après il l'approuve

Un moins plus tard, ce 5 février, il approuve l'idée de pouvoir déchoir tous les Français de leur nationalité :

Le 6 janvier Manuel Valls s'oppose à la déchéance pour tous,... un mois après il l'approuve

Voici les principales déclarations du Premier ministre Manuel Valls qui a défendu vendredi le projet de révision constitutionnelle devant l'Assemblée nationale, ainsi que des extraits de l'exposé des motifs du nouvel amendement sur le projet de déchéance de nationalité.

 

Déchéance pour tous

- "Après de nombreux débats avec toutes les composantes de la représentation nationale, le gouvernement a souhaité que soit inscrit ce principe d'égalité dans notre Constitution. Ce texte, garant de l'égalité républicaine, ne fera ainsi aucune distinction fondée sur la naissance, sur le mode d'acquisition de la nationalité ou sur la détention d'une ou plusieurs nationalités".

- "Avec le président de la République, nous avons beaucoup écouté, beaucoup consulté (...) Et l'amendement que présentera à nouveau le gouvernement est, je le crois, le fruit de ce dialogue (...) Cet amendement inscrit donc au coeur de la Constitution le principe de l'égalité de tous devant l'exigence républicaine".
 

Amendement
- Une "personne peut être déchue de la nationalité française ou des droits attachés à celle-ci lorsqu'elle condamnée pour un crime ou un délit"
- "Dans un souci du respect du principe d'égalité, le projet de loi ordinaire qui en découlera unifiera les régimes de déchéance applicables aux personnes condamnées, qu'elles soient naturalisées ou nées françaises."

 

Source: Révision constitutionnelle: les principales déclarations de Valls, 05 Févr. 2016, 11h14 | MAJ : 05 Févr. 2016, 11h14

Repost 0
5 février 2016 5 05 /02 /février /2016 21:16

On le savait depuis septembre 2015, des milliers de combattants de Daech - l'état islamique s'infiltraient parmi les migrants. Cela va devenir de plus en plus difficile pour Hollande et Merkel, les immigrationnistes en général de le nier :

Daesh envoie en Europe des jihadistes déguisés en migrants

Le chef de la sécurité intérieure allemande a admis que des militants de Daesh se sont introduits en Europe déguisés en migrants.

 

Hans-Georg Maassen l'a indiqué au lendemain d'un attentat déjoué à Berlin par les forces de sécurité allemandes. Il explique que depuis les attentats du 13 novembre à Paris, des terroristes franchissent les frontières dans le flot de réfugiés. «Nous essayons de les reconnaître et de les identifier», a-t-il expliqué dans une interview donnée à la chaîne de télévision allemande ZDF.

 

Selon les dires de Hans-Georg Massen, repris par le journal Berliner Zeitung, la sécurité intérieure allemande a reçu plus de 100 tuyaux qui explique que des militants de Daesh sont actuellement en Allemagne parmi les réfugiés. Il refuse cependant de céder à la panique.

 

«Nous sommes dans une situation sérieuse avec un risque élevé d’attaques. Mais les agence de sécurité, les services de renseignement et les forces de police sont en état d’alerte et notre but est de minimiser le risque du mieux que nous le pouvons».

 

Source: Daesh envoie en Europe des jihadistes déguisés en migrants, Direct Matin, publié le

Repost 0