Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Christ Roi

  • : Christ Roi
  • Christ Roi
  • : Blog d'informations royaliste, légitimiste, pour une France libre, indépendante et souveraine
  • Contact

Horloge

29 janvier 2014 3 29 /01 /janvier /2014 20:19

 



Date de publication : 21/11/2013

Durée : 02:03:11

 

Discussion entre Marion Sigaut, historienne et écrivain et Claire Colombie, diplômée en histoire médiévale. Ayant étudié dans la même faculté, ces deux historienne nous parle du parcours d'historien. Elles dénoncent le "formatage", la censure que l'on rencontre pour passer ses diplômes.

 

Extrait :

 

"L'Université, c'est le temple du savoir dans lequel si vous voulez votre diplôme il faut en passer par la norme. Ce n'est pas le savoir. Le savoir il y est à la faculté, mais ce qu'il y a c'est qu'il faut pouvoir en sortir avec un diplôme, parce que si on sort de la faculté sans diplôme c'est comme si on n'y était pas allé.

Ils (les censeurs) sont dans la place... Ne dites rien, il ne faut pas toucher aux 'Lumières', il ne faut pas toucher au jansénisme, il ne faut pas toucher à la doxa, il ne faut pas toucher à la Révolution française. Il faut rentrer dedans, passer ses diplômes. Il faut l'ouvrir après."  (Marion Sigaut)

 

http://i18.servimg.com/u/f18/11/21/59/07/roman_10.jpg"L'histoire de la femme (à l'Université) c'est la femme est oppressée depuis la nuit des temps. Les paysannes sont oppressées parce qu'elles font douze enfants. Mais les femmes riches aussi sont oppressées, etc. Le but est d'expliquer que c'était absolument horrible d'être une femme aux périodes anciennes et qu'il faut devenir l'alliée du capital. Parce que depuis qu'on a la pillule, depuis qu'on a gagné nos 'droits sociaux', il faut surtout pas revenir en arrière parce que le 'Moyen Âge',... Et donc du coup on dit il faut soutenir la démocratie, il faut soutenir le libéralisme, il faut soutenir la modernité... Parce que sinon vous allez vous retrouvez dans une cuisine, vous allez vous faire violer, vous allez avoir douze enfants..." (Claire Colombie)

 

 

Source: http://www.dailymotion.com/video/x17gmae_marion-sigaut-et-claire-colombie-sur-l-enseignement-de-l-histoire-a-l-universite_news via http://www.egaliteetreconciliation.fr/Marion-Sigaut-et-Claire-Colombie-sur-l-enseignement-de-l-histoire-a-l-Universite-23066.html

 

 

. La femme au Moyen Âge et sous l'Ancien Régime : l'exclusion des femmes ne date pas des "siècles obscurs" mais vient plus tard, de la modernité

. La guerre des juges contre l'Eglise et la monarchie au XVIIIe siècle (Marion Sigaut)

. Jansénistes et jésuites (Marion Sigaut)

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Histoire
commenter cet article
29 janvier 2014 3 29 /01 /janvier /2014 14:21
Photo : L'image qu'il donne de la France à travers la planète ... IL NOUS FAIT HONTE !


Snowden proposé au prix nobel de la Paix : c'est Manuel Valls "éternellement lié à Israël quand même" et le gouvernement socialiste qui va être ennuyé ! 
Rappelons en effet que Valls a refusé l'asile d'Edward Snowden le 4 juillet 2013 au motif que les Etats-Unis étaient "nos amis" ! Si cette explication a le mérite de la sincérité, quand la liberté d'expression est enjeu, je crains que cela soit un peu court !
Après donc l'humiliation de la position française va-t-en-guerre sur la Syrie, on voit venir une nouvelle honte pour la France sur ce refus d'asile d'Edward Snowden.
 

Snowden proposé pour recevoir le prix Nobel de la Paix

Snowden proposé pour recevoir le prix Nobel de la Paix

 

L’ex-agent de la NSA, Edward Snowden (à l'origine de l'information sur le scandale "Prism", programme américain de surveillance électronique NdCR.), a été proposé pour recevoir le prix Nobel de la Paix 2014 par les députés du parlement norvégien Snorre Valen et Baard Vegar Solhjell.

 

« Les discussions publiques et les changeants politiques qui ont succédé les révélations de Snowden ont contribué à un ordre mondial plus stable et pacifique », selon les députés.

 

 

Source: La Voix de la Russie http://french.ruvr.ru/news/2014_01_29/Snowden-propose-pour-recevoir-le-prix-Nobel-de-la-Paix-2224/

 

 

. Deux poids deux mesures : asile de la femen Inna Shevchenko mais refus d'asile pour Edward Snowden (9 juillet 2013)

. PRISM: la France refuse d'octroyer un asile à Snowden (Ria Novosti) (4 juillet 2013)

Repost 0
28 janvier 2014 2 28 /01 /janvier /2014 13:29

Mis à jour le 23/02/2016.

Au risque d'oublier un grand évènement, ou de passer sous silence un fait ou une explication importante, il est difficile de faire le résumé de notre épopée nationale. Mais, nous pensons important de tenter d'en faire un, même succint ou incomplet. Voici donc la légende de Tolbiac, la conversion de Clovis et les fleurs de lys, l'origine de la France officiellement chrétienne.

La conversion de Clovis, les fleurs de lys, l'origine de notre histoire

Clovis recevant la fleur de lys - XVe siècle, Bedford Book of Hours, 1423, illustrant la légende du Roi Clovis recevant les fleurs de lys de son épouse sainte Clotilde. Au XIVe siècle, l'armorial français montre Clovis arborant des fleurs de lys. Lorsque Clovis se bat contre son ennemi et le tue près de la tour Montjoie, celui-ci confesse la Trinité et fonde l'abbaye de Joyenval qui accueille alors le bouclier comme relique.

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/0/0a/Battle_of_Tolbiac.jpg/491px-Battle_of_Tolbiac.jpg

Bataille de Tolbiac, fresque du Panthéon (Paris) de Paul-Joseph Blanc vers 1881 conjointement à d'autres fresques

 

Lors de la bataille de Tolbiac contre les Alamans, Clovis fit le voeu de se convertir s'il emportait la bataille. À l'occasion de cette bataille, les fleurs de lys, symbole de pureté virginale, lui furent données par son épouse sainte Clotilde à qui un ermite de la forêt de Marly avait remit un bouclier où figurait trois fleurs de lys, en référence à la sainte Trinité (Père, Fils et Saint-Esprit). L'ermite affirma l'avoir reçu d'un ange pour que le roi s'en serve durant la bataille à la place de ses armes ornées de trois croissants ou de trois crapauds. Selon l'ermite, ce bouclier devait lui assurer la victoire.


La bataille de Tolbiac vient sceller la nouvelle vision du monde initiée par l'empereur Constantin (306-337) et chez nous, l'alliance des Gallo-Francs avec le Christ. Après Tolbiac tous les peuples reçoivent tour à tour le baptême, et ceux qui étaient ariens renoncent à leurs erreurs pour redevenir catholiques.

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/b/b5/Labarum.svg/117px-Labarum.svg.pngLe peuple romain était resté sourd à l'appel du Christ et de ses apôtres, les merveilles du Pont Milvius ne l'avaient pas éclairé. Les successeurs de Constantin, Constance, Julien l'Apostat et Valens, se livrèrent à l'hérésie ou à l'impiété et persécutèrent l'Eglise. En vain le grand Théodose fit-il renaître un instant les jours de Constantin (édit de Milan de 313 accordant à chacun la liberté de culte) et offrit-il l'admirable exemple de la pourpre impériale s'humiliant devant saint Ambroise, la coupe d'iniquité était pleine. L'empire n'existait plus. Après avoir été persécutée par lui pendant trois siècles, l'Eglise se tenait debout sur ses ruines...

 

Ce furent d'abord les Wisigoths qui franchirent le Rhin et les Alpes, ravagèrent les Gaules et pénétrèrent en Italie. Une force inconnue poussait leur chef : "Une voix intérieure, disait-il, me crie sans cesse : Marche et va saccager Rome!". En 410 la ville éternelle fut prise et pillée. Plus heureux qu'Annibal, le chef barbabre Alaric entra dans la cité de Romulus. L'empereur Honorius, indigne fils de Théodose, s'enfuit à Ravenne..., et Rome fut mise à feu et à sang, dépouillée de ses statues païennes qui lui restaient. Certaines furent même fondues pour financer la défense de la ville, vaine on le sait. Mais le pape, saint Innocent qui fut pape de 401 à 417 resta à son poste à Rome. Les barbares s'inclinèrent devant la majesté du souverain pontife.

 

Nulle part on ne voit de personnalité païenne défendre la société romaine contre les Barbares avec efficacité. Partout cette défense est assurée par les évêques qui seront ainsi les derniers représentants authentiques de la romanitas, de saint Aignan à Orléans, à saint Loup à Troyes, à saint Sidoine Apollinaire en Auvergne, au pape saint Léon à Rome... Quel plus typique représentant de la romanitas de l'extrême fin de l'Empire que cet évêque de Gaule, Sidoine Apollinaire (432-489), lui qui n'a cessé de proclamer "Nôtre est César" ? De même, un peu plus tard, alors que l'Empire avait disparu en Occident, la contre-attaque victorieuse de l'Empire romain d'Orient sous l'empereur Justinien au VIe siècle vint d'un empereur catholique, la romanité ne fut rétablie seulement que dans les zones de christianisme majoritaire. La romanité n'était plus défendue que par le christianisme.

 

 

http://img.over-blog.com/600x463/2/43/14/66/Francs/Revoil-Genod-Pharamond.jpg

 

Au berceau de la royauté française, comme du temps de nos ancêtres les Gaulois,

"le Roi franc était à l'origine élevé sur le Pavois."

(Jean Favier, Charlemagne, Texto, Le Goût de l'histoire, lonrai 2013, p. 36-37.)

 

 

En 481, un jeune homme de quinze ans, Clovis fils de Childéric, était élu roi des Francs saliens et montait sur le pavois. La grande vertu des Francs était la fidélité aux traditions nationales, et ces traditions relevaient toutes du culte d'Odin. Abandonner devant les guerriers qui tant de fois avaient versé leur sang pour sa gloire, les dieux scandinaves, et se courber devant le dieu des chrétiens, c'était, aux yeux de Clovis, renier les ancêtres, s'aliéner le coeur des Francs et le soutien de son armée.

Pour raconter Tolbiac, il suffirait presque de traduire Grégoire de Tours. L'objectivité et la sincérité de cet historien qui écrivait déjà vers 580 est admise et reconnue aussi bien par les adversaires que par les amis de l'Eglise : "Une guerre éclata, dit-il, entre les Alamanni et les Francs. Clovis fut alors contraint par les évènements de faire ce qu'il avait toujours refusé jusque-là.

 

Bataille-de-Tolbiac.jpg

 

Au moment où les deux armées étaient aux prises, les troupes franques furent repoussées en tel désordre, que les bataillons refoulés les uns sur les autres se donnaient mutuellement la mort. A ce spectacle, Clovis ne put retenir ses larmes. Le coeur brisé, il leva les yeux au ciel et s'écria :

 

"Jésus-Christ, vous que Clotilde appelle le Fils du Dieu vivant, s'il est vrai que vous protégez ceux qui vous invoquent et donnez la victoire à vos serviteurs, j'implore votre assistance. Si vous me faites triompher de mes ennemis, si vous étendez sur moi cette puissance, dont votre peuple reconnaît l'efficacité, je jure de croire en vous et de me faire baptiser en votre nom. J'ai prié mes dieux : ils ne m'ont point écouté. J'en ai la preuve. A vous de m'arracher au péril !"

 

 

Ary-Scheffer---Bataille-de-Tolbiac-496.jpg

La Bataille de Tolbiac par Ary Scheffer (1795-1858), peinture du 19e siècle


A peine eut-il parlé ainsi, que le combat changea de face. Les Francs reprirent une ardeur nouvelle. Bientôt les Alamans plièrent et se mirent en pleine déroute. Leur roi fut tué. Les vaincus implorèrent alors la clémence du roi des Francs. "Faites cesser le massacre, lui dirent-ils. Nous sommes prêts à reconnaître votre autorité et à devenir votre peuple". Clovis donna aux siens l'ordre de cesser le carnage et ramena ses troupes sous la tente. Au retour, il raconta à la reine comment il devait la victoire à l'invocation du nom de Jésus-Christ. Dans ce récit si simple et si plein de grandeur est renfermée toute la tradition française. C'est tout ce qui nous reste de l'un des plus graves évènements qu'ait vus l'histoire; mais ces quelques lignes suffisent pour nous permettre de louer à jamais le Dieu des Armées, Deus Sabaoth, qui exauça les prières de Clotilde et prêta l'oreille au cri du chef barbare.

C'est depuis ce jour et cette heure que nous sommes une nation chrétienne et que notre patrie, la patrie qui donna à Constantin les légions gauloises du Pont Milvius, est devenue la fille aînée de l'Eglise.

Saint Rémi l'attendait à Reims avec Clotilde. "Père saint, lui dit Clovis, je suis prêt. Pourtant une considération me retient encore. Le peuple qui me suit ne veut pas qu'on abandonne ses dieux. Je vais convoquer les Francs, et je leur parlerai dans le sens de vos instructions". L'assemblée eut lieu. Sans doute le projet royal était connu de tous, car avant même que Clovis eût pris la parole, aussitôt qu'on le vit paraître, une acclamation générale se fit entendre :

"Pieux roi, dirent les Francs, nous abjurons le culte des dieux mortels, nous voulons servir le Dieu immortel que Remi adore!" Le bienheureux évêque, en apprenant la décision nationale, fut rempli d'une grande joie, et prépara tout pour le baptême solennel.

Le jour choisi pour le baptême était le jour de Noël 496. Rémi, pendant qu'il parlait, une lumière céleste éclata soudain dans l'église, effaçant la lueur des cierges allumés, et une voix se fit entendre qui disait : "La paix soit avec vous ! C'est moi, ne craignez point. Persévérez dans mon amour". Après ces paroles, la lumière surnaturelle disparut et un parfun d'une suavité céleste se répandit dans l'enceinte. Le roi et la reine se précipitèrent aux genoux du saint pontife, en versant des larmes d'émotion et de joie. L'homme de Dieu, illuminé lui-même par l'esprit prophétique,
s'écria :
"Apprenez, mon Fils, que le royaume de France est prédestiné par Dieu à la défense de l'Église romaine qui est la seule véritable Église du Christ ...
"Ce royaume sera un jour grand entre tous les royaumes, il embrassera les limites de l'empire romain et il soumettra tous les peuples à son sceptre... Il durera jusqu'à la fin des temps !
"Il sera victorieux et prospère tant qu'il sera fidèle à la foi Romaine, mais il sera rudement châtié toutes les fois où il sera infidèle à sa vocation. " (d'après Flodoard, Historia Ecclesiae Remensis)

La prière de l'évêque de Reims à l'autel de Marie est gravée dans la mémoire nationale : regnum Galliae, regnum Mariae ! Royaume de France Royaume de Marie. Nos plus chères traditions sont établies sur ces journées de décembre 496.


Source: Ferdinand Hervé-Bazin, Les Grandes Journées de la Chrétienté, Librairie Victor Lecoffre, Paris, 1887, rééd. Editions Saint-Rémi.



Le christianisme en France. Deux mille ans d'histoire

 

Blason de Saintes-Maries-de-la-MerC'est sainte Madeleine abordant au Ier siècle aux Saintes-Maries-de-la-Mer (en région Provence-Alpes-Côte d'Azur, NdCR.) avec sa soeur  Marthe, son frère Lazare et sa servante Sarah, et se fixant la première à la Sainte-Baume, la seconde à Tarascon, Lazare le ressuscité à Marseille, tandis que sainte Sarah demeurait au rivage où l'avait portée la barque miraculeuse.

 

[Sous le vocable de saintes Maries  ou Trois Maries, la tradition catholique désigne trois femmes disciples de Jésus : Marie-Madeleine, Marie Salomé et Marie Jacobé, qui serait les trois femmes au pied de la croix dans les évangiles synoptiques. Elles étaient accompagnées de Marthe, son frère Lazare le ressuscité, Maximin, l'un des soixante-douze disciples de Jésus, Sidoine l'aveugle qui deviendra saint Restitut et Joseph d'Arimathie, porteur du Saint Graal : chassés de Palestine et placés dans une barque sans voile ni rame, la Providence les poussa par les courants vers le delta du Rhône où ils échouèrent.]

 

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/9/9d/Saintes_Maries_en_Camargue.jpg/800px-Saintes_Maries_en_Camargue.jpg

Marie Salomé et Marie Jacobé sur leur barque dans l'église des Saintes-Maries-de-la-Mer

 

Ce serait saint Martial , l'un des disciples fixé à Limoges, Zachée, celui que sa taille trop exiguë empêchait de voir passer le Christ et qui pour l'apercevoir grimpa sur un sycomore, qui aurait évangélisé Rocamadour (en région Midi-Pyrénées) et, fixée à Soulac, sainte Véronique qui essuya la face du Christ.

 

... Chose curieuse, (en Gaule) ce sont ces mêmes centres officiels dans lequels étaient entretenu le culte païen de l'Etat qui voient se propager les premiers la religion nouvelle : Lyon en particulier, Autun, Bordeaux, etc....

 

Souvent les nouvelles églises s'élèvent dans des lieux où se trouvaient des sources ou des arbres sacrés; or l'on sait que le culte des sources et des arbres était essentiellement celtique. Du vivant même de saint Martin (IVe siècle), certains arbres reçurent des autels, et, de nos jours encore, on a signalé de nombreuses sources auprès des sanctuaires et dans quelques cas comme à Nohanent, dans l'église elle-même.

 

Ainsi la nouvelle religion s'insérait dans les coutumes ancestrales du peuple celte qui continuait à revenir aux endroits jadis honorés, mais pour un culte purifé et d'une tout autre essence.

 

Il ne s'agissait pas d'imposer brutalement les nouvelles façons de voir, ni de recourir à ces mesures artificielles qu'avaient adoptées la Rome des empereurs élevant des villes et des autels pour le culte officiel, mais bien de transfigurer les croyances existantes et de faire épanouir les possibilités latentes dans ce peuple celte que César déclarait entièrement tourné vers la religion.

 

Dans la suite des temps, l'histoire du christianisme en Gaule se confond avec l'histoire même du peuple français. Quelques îlots du paganisme subsistaient aux Ve et VIe siècles, mais on peut considérer que toute trace en avait disparu définitivement à la fin du VIIe siècle.

 

Regine-Pernoud--Histoire-du-peuple-francais--Des-origines.jpg

 

Régine Pernoud, Histoire du peuple français, Des origines au Moyen Âge, Nouvelle Librairie de France, Paris 1951.

 

 

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/f/f7/Clovis.jpg/544px-Clovis.jpg

 

 

Le baptême de Clovis

 

Le baptême de Clovis en 496 constitue traditionnellement dans l'histoire de France, le baptême de la France "Fille aînée de l'Eglise". Il constitue l'acte de naissance de ce que l'on nomme la France. Ce fait-là est un acquis, on ne peut pas l'effacer, faire comme s'il ne s'était jamais produit.

 

Les ennemis de l'Eglise (la franc-maçonnerie) ont alors imaginé de biaiser en enseignant aux enfants français qu'en réalité la France n'était pas née en 496, car d'abord ce baptême aurait été réalisé par Clovis à des fins disent-ils "politiques" (ce qui ôte l'élément religieux dans la naissance de la France) et qu'ensuite, la France se serait construite "petit à petit" (ils affirment que l'espace géographique de la France de Clovis était bien moindre que celui d'aujourd'hui alors qu'en réalité c'est le contraire.) Il s'agit donc pour eux de faire croire aux petits français que leur pays n'est pas né avec le baptême de Clovis. C'est tout l'enjeu : il faut remplacer 496 par 1789, effacer de la mémoire nationale ce baptême, faire comme s'il ne s'était jamais produit.

 

Seulement, l'histoire de France et les faits historiques sont têtus. L'on ne peut faire comme si ce baptême ne s'était jamais produit et on ne peut gommer d'un trait de plume plus de treize siècles d'histoire de France, sans apparaître pour ce que l'on est : un petit kapo de la pensée unique et du terroriste intellectuel.

 

C'est pourquoi, en ces temps de déclin, de décadence pour beaucoup, nous devons garder espoir et espérance, car les ennemis de l'Eglise ne pourront jamais faire que la France ne soit pas née en 496.

 

 

"Épris de la fière Burgonde [Clotilde], dont l'âme était aussi haute que la sienne, il [Clovis] lui donna une large part d'influence dans les affaires publiques. Elle régna véritablement avec lui, aux applaudissements des Francs, qui admiraient son intelligence, son énergie, son caractère résolu. Les Gaulois se réjouirent de voir assise sur le trône du glorieux Sicambre une femme de ce mérite; ils se prirent à espérer que Chlodowig [Clovis] subirait jusqu'au bout l'ascendant que sa noble épouse obtenait sur lui, et qu'il finirait, instruit à son école, par confesser la foi du Christ..."

 

(C. Guenot, Le Fils aîné de l'Eglise, Épopées de l'histoire de France, Vve H. Casterman, Tournai 1883, p. 49).

 

 

 

"On situe traditionnellement la date du baptême de Clovis à Reims avec 3000 guerriers par Saint Rémi, évêque de Reims, le 25 décembre 496 ou 498, voire 506" (Pierre Chaunu, Éric Mension-Rigau, Baptême de Clovis, baptême de la France, De la religion d'État à la laïcité d'État, Éditions Balland, Mayenne 1996, p. 23).

 

"L'estimation la plus prudente situe l'évènement entre 496 et 498" (Régine Pernoud, La femme au temps des cathédrales, Stock, Évreux 1980, p. 16).

 

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/c/cd/Sainte_Ampoule.jpg/462px-Sainte_Ampoule.jpg

 

La Sainte Ampoule dans son reliquaire originel

 

"Par la sainte Ampoule (qui aurait servi au baptême de Clovis NdCR.) se trouve symbolisée la doctrine chrétienne, selon laquelle tous les hommes étant égaux, aucun d'eux ne peut exercer l'autorité sur ses semblables si ce n'est par une délégation de Dieu, à qui il devra des comptes. D'ailleurs, l'expression, 'par la grâce de Dieu roi de France', telle qu'on l'employait aux temps féodaux, n'est pas autre chose qu'une forme d'humilité" (Georges et Régine Pernoud, Le tour de France médiévale, Stock, Évreux 1982, p. 63).

 

 

 

Marche Royale pour le Sacre de Charles VI de France (1380-1422) par Jordi Savall, musique médiévale

 

"Lors de la cérémonie du sacre, le roi jure de défendre l'Église et de conserver à chacun des évêques la loi et la justice qui lui sont dues; il jure également de rendre au peuple la justice à laquelle il a droit.

À cet instant, les voûtes de la cathédrale retentissent de cris: ce sont les seigneurs et le peuple qui, par trois fois, crient ensemble en latin: 'Nous approuvons, nous voulons qu'il en soit ainsi!' Ces cris, qu'on appelle, l''acclamation', rappellent au roi qu'il reste l'élu du peuple."

 

 Georges et Régine Pernoud, Le tour de France médiévale , Stock, Évreux 1982, p. 64.

 

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/a/a4/Charlemagne-by-Durer.jpg/291px-Charlemagne-by-Durer.jpg

 

Sous Charlemagne, la loi est "intangible" parce qu'elle "appartient au peuple", le roi ne peut y "toucher quant au fond" (Jean Favier, Charlemagne, Texto, Le Goût de l'histoire, Lonrai 2013, p. 334-335).

 

"Plus tard en 1789, NdCR.) les révolutionnaires, en s'acharnant sur Clovis avec une fureur dévastatrice (son sarcophage est profané, sa basilique est détruite, la Sainte Ampoule est solennellement brisée neuf mois après la mort de Louis XVI) le consacrent malgré eux comme le fondateur de la royauté sacrée. L'affrontement parfois violent au cours du XIXe s., des deux France [la France catholique et la 'France' républicaine] lui donne un nouveau souffle : comparé à Charlemagne, saint Louis ou Jeanne d'Arc, il (Clovis) devient le symbole de la France chrétienne et royaliste, opposée aux républicains laïcs (Pierre Chaunu, Éric Mension-Rigau, Baptême de Clovis, baptême de la France, De la religion d'État à la laïcité d'État, Éditions Balland, Paris 1996, p. 12. Un livre intéressant écrit par deux grands historiens protestants).

  

En 869, Hincmar, archevêque de Reims, nous dit que Rémi, immédiatement après le baptême de Clovis, l’avait sacré et oint avec une huile « envoyée du ciel dans la sainte ampoule » par le truchement d’une colombe venue se poser sur l’autel même de l’Eglise. Cette histoire plaisant fort au peuple, sera reçue comme un symbole par presque tous. Or, l'histoire telle qu'on l'enseigne aujourd'hui nous dit que "le premier monarque franc à avoir été sacré fut Pépin le Bref en 751 par Saint Boniface et en 754 par le pape". Il s'agit d'une thèse avancée par la maçonnerie pour ruiner l'origine baptismale de la France. Car si l'on en croit Hincmar, et nous ne voyons pas pour quelle raison on devrait écarter a priori son témoignage..., Clovis fut sacré et oint avec une huile sainte, ce qui est resté dans la tradition historique comme le premier sacre (de droit divin) de nos rois.

 

Voici maintenant la narration du baptême de Clovis tel qu'il se produisit, suivi de la présentation du serment de saint Rémi :

 

"Dans la nuit de Noël 496, au jour anniversaire et à l'heure même de Sa naissance, le Christ – lors de la naissance spirituelle de notre France et de nos Rois – voulut, par un miracle éclatant, affirmer la Mission providentielle de notre pays et de notre race Royale, au moment même où saint Rémi va proclamer cette Mission au nom du Tout-Puissant, pour sanctionner solennellement les paroles (divinement inspirées) de Son Ministre. À minuit, alors que le Roi, la Reine et leur suite sont dans l'Église Saint-Pierre où l'Archevêque les a convoqués, "soudain, raconte Hincmar (Migne, Patrologie Latines, tome CXXV, p. 1159. Hincmar, Vita Sancti Remigii, chap. XXXVI), une lumière plus éclatante que le soleil inonde l'Église! Le visage de l'évêque en est irradié! En même temps retentit une voix: La paix soit avec vous ! C'est moi! N'ayez point peur! Persévérez en ma dilection! Quand la voix eut parlé, ce fut une odeur céleste qui embauma l'atmosphère. Le Roi, la Reine, toute l'assistance épouvantée, se jetèrent aux pieds de saint Rémi qui les rassura et leur déclara que c'est le propre de Dieu d'étonner au commencement de Ses visites et de réjouir à la fin.

 

Puis soudainement illuminé d'une vision d'avenir, la face rayonnante, l'œil en feu, le nouveau Moïse s'adressant directement à Clovis, Chef du nouveau Peuple de Dieu, lui tint le langage – identique quant au sens – de l'ancien Moïse à l'ancien peuple de Dieu : "Apprenez, mon fils, que le royaume de France est prédestiné par Dieu à la défense de l'Église romaine, qui est la seule véritable Église du Christ. ... Ce royaume sera un jour grand entre tous les royaumes et il embrassera toutes les limites de l'Empire romain ! Et il soumettra tous les peuples à son sceptre ! Il durera jusqu'à la fin des temps ! Il sera victorieux et prospère tant qu'il sera fidèle à la foi romaine. Mais il sera rudement chatié les fois qu'il sera infidèle à sa vocation (Migne, Patrologie Latines, tome CXXXV, p. 51, Flodoard, Historia Ecclesiae Remensis, Lib. I, chap. XIII).

 

Bapteme-de-Clovis.jpg 

 

D'un point de vue politique, le choix par Clovis du catholicisme associé à l'Empire romain, faible et lointain, plutôt que celui de l'arianisme (peuplades barbares voisines) n'était certainement pas le choix le plus facile, le plus sûr pour son royaume, ni le plus logique. Au moment du baptême de Clovis, à la fin du Ve s., l'Eglise et les fidèles sont opprimés de tous côtés par des princes hérétiques. "L'empereur Anastase, en Orient, est livré aux Eutychiens; Theodorick, roi d'Italie, Alarik, roi des Wisigoths en Espagne et en Aquitaine, Gondebald, roi des Burgondes, Trasamond, roi des Vandales en Afrique, professent les erreurs d'Arius" (C. Guenot, Le Fils aîné de l'Eglise, Épopées de l'histoire de France, Vve H. Casterman, Tournai 1883, p. 77.) Il restait à Clovis à convertir ses 3000 guerriers, dont la majorité étaient païens... et s'assurer que les peuples barbares ne bougeraient pas. Par son baptême, Clovis se mettait le monde à dos. Tous les peuples vaincus de l'Empire romain étaient catholiques, mais toutes les nations barbares et victorieuses étaient ariennes, en Gaule, en Espagne, en Italie, en Afrique. Il fallait donc au Roi se séparer de tous les peuples amis, issus de la même origine, pour adopter la religion des peuples de race étrangère et ennemie ! C'était la vraie difficulté. Le prince avait vu s'introduire l'arianisme jusque dans sa propre famille. Sa sœur Alboflède, qu'il aimait beaucoup, et qui sans doute exerçait une grande influence sur son esprit était arienne. Cependant, l'épouse de Clovis, Clotilde était catholique. Elle était de plus l'ennemie personnelle des ariens qui avaient assassiné ses propres parents et tous ses frères. Si Clovis avait été astucieux et rusé (comme certains historiens le prétendent) il aurait feint la conversion, se réservant de revenir plus tard à ses convictions, quand sa domination eût été assurée; il ne le fit pas. Réduire son baptême à des "raisons politiques" est donc grotesque. Ses guerriers eurent tout aussi bien pu se révolter, les peuples barbares y trouver une raison de l'attaquer, et c'était tout le pouvoir de Clovis qui vacillait. On est donc loin d'une conversion par calcul politique telle qu'on l'enseigne aujourd'hui, puisque cette conversion entrainait mécaniquement un effet contraire au calcul politique : l'hostilité de tous les rois barbares alentour et la probable hostilité même des soldats ! Pour surmonter ces faits, il fallut donc que se trouve chez Clovis une véritable foi qui ne pouvait s'accomoder d'une quelconque tergiversation ou d'un quelconque calcul politique.

 

Il reste néanmoins vrai que la Gaule des campagnes était déjà à ce moment largement acquise au catholicisme. La conversion lui ouvrit sans doute des portes dans les provinces et affermit davantage son autorité. Mais il reste qu'à l'extérieur, voire même tout prêt des frontières du royaume franc (Burgondie, Espagne, Allemagne, Italie), les autres princes ne partageaient pas la foi catholique.

 

"Le roi des Francs, chose rare en ces temps de redoutable souvenir, possédait l'affection des peuples. Francs et Gaulois soumis à sa domination, proclamaient sans cesse leur amour pour l'illustre guerrier. Cette main si terrible dans les combats, était légère dans l'administration intérieure; tous bénissaient le sceptre étendu comme une protection sur les têtes. Les Gallo-Romains de l'Est et du Sud supplient Chlodowig de les ranger au nombre de ses sujets; il s'empresse de remplir leurs vœux. Les évêques assis au berceau du nouveau peuple, n'élèvent jamais en vain leur voix respectée; leurs ambassadeurs obtiennent la liberté des vaincus de Tolbiac, celle des prisonniers de Voulon; un prêtre sollicite le pardon des révoltés de Verdun, et il est exaucé.

 

L'Orient s'associe à l'admiration de l'Occident pour le Fils des Sicambres, et l'empereur de Constantinople [Anastase Ier (491-518)]lui envoie les insignes de la dignité suprême [510: pour le remercier de sa victoire sur les Barbares, l'empereur d'Orient lui offre les insignes de consul honoraire de Rome, ce qui le fait considérer par les évêques comme le successeur des empereurs romains, avec le titre d’ 'Auguste' ("nouveau Constantin")]. "Remigius (Rémi), le saint évêque de Reims, vient l'entretenir des devoirs d'un roi chrétien, et il est docilement écouté… Chlodowig a bien compris sa mission, qui est celle de la France; il est le fils aîné de l'Église

 

(C. Guenot, Le Fils aîné de l'Eglise, Épopées de l'histoire de France, Vve H. Casterman, Tournai 1883, p. 146-147).

 

"Que célèbre-t-on en 1996 ? Moins le 1500e anniversaire de Clovis – pour quelle raison célébrer le baptême d'un homme ? – que celui d'un mythe au sens le plus noble du terme: "le baptême de la France" ( Pierre Chaunu, Éric Mension-Rigau, ibidem., p. 11).

 

 

Retrouvez sur Christ-Roi :

 

- La cinématographie "Clovis, la France et la chrétienté" sur la vie de Clovis , le fondateur de la monarchie française civilisationnelle (alliance du Trône et de l'Autel conformément à l'union de l'Eglise et de l'Etat sous l'empire romain qui datait de 392, chacun, Eglise comme Etat étant autonomes dans sa sphère d'autorité propre) sans les habituelles boursouflures, déformations et falsifications historiques des mythographes républicains. Au Roi incombe la tâche de diriger les laïcs, à l'évêque… appartient la responsabilité de dire le Bien divin pour tous.  

 

Clovis et son temps (film de jean-jacques barsac)

- Le film "Clovis et son temps" de Jacques Barsac (conseiller historique Michel Rouche, Professeur à la Sorbonne) aux riches documents iconographiques et images de synthèse, France 3 Production 1997. Au Roi incombe la tâche de diriger les laïcs, à l'évêque… appartient la responsabilité de dire le Bien divin pour tous. Cette alliance des deux pouvoirs doit conduire au Bien commun, notion de théologie catholique.
Tels étaient les conséquences du baptême de Clovis. Distinguer l'activité des laïcs du rôle spirituel des clercs (comme le dit Jean-Paul II dans ses Mémoires, "distinction n'est pas 'séparation'…, mais saine collaboration". On est loin de la confusion des deux autorités dans la république d'un Vincent Peillon...

 

 

 

. 6 octobre 2013 - Commémorations du 17e centenaire de l'édit de Milan

. Le baptistère de Clovis enfin localisé (10 mars 2009)

. "Francia" : les origines de la France

. Histoire du peuple français

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Histoire
commenter cet article
28 janvier 2014 2 28 /01 /janvier /2014 11:52

L'enfer s'agite et envoie ses démons pour empêcher que son pouvoir ne soit renversé : 

 

Depuis hier soir, la police a reçu l'ordre d'empêcher Béatrice Bourges, et une autre personne venue se joindre à son jeûne pour la France, de poursuivre leur action. Entraves à la liberté de déplacement, pressions psychologiques, privation de sommeil ont été leur lot pendant toute la soirée et la nuit. Cette situation est intolérable !

Malgré cela, elles ont toutes deux rejoint ce matin la Place Edouard Hérriot, à proximité immédiate de l'Assemblée Nationale, où elles entendent rester toute la journée. Les députés sont aujourd'hui dans l'hémicycle. Ils doivent intervenir !

Nous vous demandons dès maintenant d'envoyer un mail ou même d'appeler au téléphone (standard téléphonique : 01 40 63 60 00, puis demander à parler à l'assistant parlementaire de votre député) pour enjoindre votre député de sortir du Palais Bourbon aujourd'hui et aller rencontrer Béatrice Bourges, pour parler avec elle et entendre le message qu'elle adresse, à travers son jeûne, à la représentation nationale.

 

Il y a URGENCE. Le gouvernement cherche à étouffer la voix des Français en colère. Merci de votre mobilisation immédiate auprès de votre député.

 

L'équipe de Jour de Colère

 

PS : Vous pouvez aussi appeler l'attention de la presse sur ce qui se passe aujourd'hui à Paris, digne de Kiev et bientôt de Damas. Envoyez un mail aux rédactions, commentez les articles qui parlent de notre action (retrouver la liste en tapant "Béatrice Bourges" sur Google news : https://news.google.fr/). Faites aussi pression sur les

journalistes. Merci.

 

 

Source: https://www.facebook.com/permalink.php?story_fbid=190000577877916&id=248669785309465&stream_ref=10

Repost 0
28 janvier 2014 2 28 /01 /janvier /2014 09:34

Lors de cette journée organisée par l'Institut Duc d'Anjou le 25 janvier 2014, le Prince a adressé ses voeux « à la France ». Il a soutenu la « ténacité  » des « sentinelles, des veilleurs  .... assez puissante pour, peu à peu, amener des changements législatifs majeurs, comme l’Espagne nous en montre actuellement l’exemple », cette « royauté dont les institutions reposaient sur la défense des faibles»,  et redit sa « disponibilité » pour la France. Sous les applaudissements ponctués de « vive le Roi », chacun a pu l'approcher dans le droit fil de la tradition monarchique française.

 


Chers Amis,

 

Quel plaisir de vous retrouver après cette cérémonie à la mémoire du roi Louis XVI qui nous a réunis, si nombreux, dans l’émotion et le souvenir.

 

Je commencerai par vous souhaiter une bonne et heureuse année, pour vous, les vôtres, vos familles, vos enfants. Mais ces vœux, je les adresse aussi plus largement à la France toute entière et aux Français. Je pense, notamment, à tous ceux qui se trouvent confrontés à des situations douloureuses de tout ordre. Beaucoup de nos contemporains souffrent, doutent, parfois sont désenchantés. Mes pensées vont vers eux.

 

Depuis des années, dans mes interventions publiques, j’ai rappelé qu’il ne s’agit pas pour nous d’être des nostalgiques, mais d’être des artisans de l’avenir.

Les exemples de grandes figures de la royauté vont dans ce sens. C’est à cela que sert la mémoire.

 

Louis XVI que nous venons d’honorer à travers cette belle cérémonie nous y convie. Mais, en 2014, un autre roi nous y aidera aussi : Louis IX, Saint-Louis, dont nous commémorons le 800e anniversaire de la naissance, survenue en 1214, la même année que la bataille de Bouvines.

 

Saint louis, roi de france (1214-1270), patron des armées françaises

Saint-Louis, par l’exemple de son œuvre et de sa vie, laisse une fondation solide sur laquelle il est toujours possible de construire. Son œuvre a été celle d’un roi qui a permis à la couronne de retrouver sa souveraineté face aux grands féodaux ; celle d’un roi qui a été habité par les valeurs chrétiennes pour réformer la justice et les institutions. Il a montré ainsi que l’éthique était au cœur de l’action publique. Voilà des principes encore bien actuels. Si actuels que, s’ils ne sont pas rappelés d’abord, puis remis au centre de l’action, notre société continuera à être instable et fragile.

 

Mais aujourd’hui, que représentons-nous ? Que souhaitons-nous ? À quoi sert de s’inscrire dans une tradition millénaire ?

Cela n’a vraiment de sens que si nous voulons apporter quelque chose à la société. Or, la société contemporaine est en pleine mutation. Je pense qu’elle a besoin de ce que la tradition représente et peut encore lui apporter.

 

Souvent, on me demande si je suis prêt à reprendre la place que la tradition donne à l’aîné des Bourbons. Je réponds toujours à cela, comme mon père l’a fait avant moi, que notre position est d’une nature différente. Nos droits sont incontestables et viennent du fond des âges et ils reposent sur cette union entre une dynastie et un peuple. Nous assumons ces droits restant disponibles.

 

Cette union a permis au royaume de France de se constituer peu à peu, du petit domaine entourant Paris, jusqu’aux frontières actuelles que Louis XVI s’évertuait à ouvrir au monde avec la Pérouse et les combats menés en Amérique contre l’Angleterre.

 

Tel est le miracle capétien, celui de la France aussi.

 

La France a progressé dans le cadre de la royauté dont les institutions reposaient sur la défense des faibles, et sur les valeurs héritées du message chrétien dont la première est le bien commun. Saint-Louis en a été le modèle que ses descendants ont suivi.

 

Le successeur légitime des rois de France doit conserver intact cet héritage, précieux trésor pour l’avenir. Ces valeurs ont fait leur preuve puisqu’elles ont permis à notre pays d’être gouverné et de progresser pendant huit siècles. Ce sont elles encore qui ont animé génération après génération les meilleurs de nos enfants. Cette permanence montre combien elles sont justes. Ce bien commun passe par l’unité nécessaire contre toutes les féodalités et les individualités qui veulent toujours s’imposer et imposer leur loi. Ce bien commun est aussi inspiré par le souci de la justice et du progrès social reposant sur la réalité et non l’idéalisme.

 

Devant les interrogations de notre génération actuelle face aux erreurs passées, nous croyons bien que nous aspirons à un renouveau. Le Pape François agit dans le même esprit en dénonçant avec vigueur les dérives de toutes sortes, notamment éthiques, qui désagrègent notre société.

 

Dans cette quête de renouveau et de sens, les jeunes se mobilisent. Ils retrouvent, faisant preuve d’une étonnante clairvoyance, le vrai, le juste et le beau. Ils l’expriment à leur manière et notamment à l’aide de tous les nouveaux modes de communication. J’y vois un message d’avenir. La ténacité de ceux qui ne furent d’abord que des sentinelles, des veilleurs, est assez puissante pour, peu à peu, amener des changements législatifs majeurs, comme l’Espagne nous en montre actuellement l’exemple. Nous savons que nous pouvons compter sur la puissance de la tradition et de ses réussites.

 

La force de la royauté a toujours été de savoir s’adapter aux évolutions tant que celles-ci avaient pour finalité le bien de l’homme créé à l’image de Dieu. Cette vérité de Saint-Louis, qui fut encore celle des grandes réformes du XVIII siècle initiées par les rois Louis XV et Louis XVI et que la Révolution est venue détourner, demeure actuelle. Saurons-nous l’entendre et la mettre en œuvre ?

 

Ce message est celui du présent et de l’avenir. Fidèle à la tradition royale française, je le porte, me sachant soutenu par l’exemple de mes ancêtres et par l’espoir qui vous anime.

 

Merci.

 

Louis, duc d’Anjou

 

Source: http://www.viveleroy.fr/?+Message-de-Louis-XX-aux-Francais+

 

 

Pour paraphraser Raspail : c'est cela, la légitimité.

 

 

 

Sur Vexilla galliae, retrouvez un compte-rendu et des photos de la journée du 25 janvier :

 

http://www.vexilla-galliae.fr/royaute/vie-des-royalistes/664-belle-journee-avec-louis-xx


Repost 0
27 janvier 2014 1 27 /01 /janvier /2014 19:14

 

Le chômage a continué d'augmenter à la fin de l'année 2013

 

 

Par Lefigaro.fr Mis à jour le 27/01/2014 à 18:08 Publié le 27/01/2014 à 17:57

 

10.200 demandeurs d'emploi sans activité supplémentaires (+0,3%) se sont inscrits à Pôle emploi au mois de décembre, en dépit de la promesse du chef de l'Etat d'inverser la courbe du chômage avant la fin de l'année 2013. La France comptait en décembre 2013 3,3 millions de chômeurs et même près de 5 millions (4,98 millions) si l'on comptabilise ceux qui exercent une activité réduite.

Sur un an, le nombre de demandeurs d'emploi qui ne travaillent pas du tout aura progressé de 177.800 (+5,7%). La hausse du chômage a cependant ralenti au cours de l'année, sous l'effet des contrats aidés. 154.000 se sont en effet inscrits de janvier à juin contre 23.800 de juillet à décembre. Le chômage des jeunes a par ailleurs reculé, grâce aux 100.000 emplois d'avenir budgétés en 2013 : les moins de 25 ans inscrits à Pôle emploi sont en effet légèrement moins nombreux (1500 de moins) en décembre 2013 qu'un an auparavant.

 

Source: http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2014/01/27/97002-20140127FILWWW00533-le-chomage-a-continue-d-augmenter-a-la-fin-de-l-annee-2013.php

 

. Le chômage continue d'augmenter (Jacques Sapir) (23 janvier 2014)

. Inversion de la courbe du chômage ? « C'est à une véritable "marée noire" du chômage et du quasi-chômage que l’on est confronté » (Jacques Sapir, le 30/11/2013)

. La manipulation des chiffres du chômage c'est maintenant ! Record de radiations en août... (25 septembre 2013)

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Economie
commenter cet article
27 janvier 2014 1 27 /01 /janvier /2014 14:11

L'annonce du jeûne spirituel de Béatrice Bourges et de la procédure légale de destitution de François Hollande par l'article 68 de la constitution. La destitution est prononcée par le Parlement constitué en Haute Cour.

 

Jeûne de Béatrice Bourges: «On proteste depuis un an et on ne nous écoute pas»

 

Le Figaro Publié le 27/01/2014 à 13:27

 

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/d/d3/Manif_pour_tous_Paris_2013-01-13_n25.jpg/220px-Manif_pour_tous_Paris_2013-01-13_n25.jpgINTERVIEW - Porte-parole du Printemps français, un mouvement engagé dans l'opposition au mariage homosexuel, Béatrice Bourges, a annoncé, à l'issue de la manifestation «Jour de colère» de dimanche, qu'elle commençait un «jeûne spirituel» jusqu'à la destitution de François Hollande. Elle a l'intention de rester jour et nuit devant l'Assemblée nationale.

 

LE FIGARO - Une grève de la faim pour demander la destitution du président de la République, n'est-ce-pas un peu excessif?

 

Béatrice Bourges. - Je pense que la France le vaut bien. Moi je me bats vraiment pour mon pays, car je pense qu'on est en train de tuer l'âme de nos enfants. Cela fait un an que l'on proteste et qu'on ne nous écoute pas. Que puis-je faire de plus que donner ma personne? Ce sera dur mais cela prouvera qui je suis et qui sont les gens qui m'entourent.

 

Je m'appuie sur quelque chose d'ultra non-violent et d'ultra légitime. Deux mois et demi avant les élections, j'aimerais savoir si les députés, comme certains le disent souvent, souhaitent vraiment le départ de François Hollande. Je leur offre sur un plateau d'argent la possibilité de montrer leur loyauté: l'article 68 de la Constitution autorise les élus des deux assemblés à engager une procédure de destitution du président de la République pour «manquement grave» à l'exercice de ses fonctions. Si je n'avais pas fait ce geste, les députés n'auraient rien tenté. Là une vie non-violente est en jeu.

 

Vous vous dites non-violente, comme votre mouvement, mais le «Jour de colère» d'hier s'est terminé dans la violence…

 

La manifestation s'est passée admirablement bien, avec des gens qui avaient des colères différentes. Si les gens de la manifestation avaient voulu en découdre, ils l'auraient fait pendant la manifestation… Moi, les violences, je ne les ai pas vues, je n'y étais pas. Ce que je sais de différents témoignages crédibles, c'est qu'il y a encore eu des infiltrations de forces de l'ordre. Huit minutes après la demande de dispersion, ils commençaient déjà à gazer les gens… Mais là, c'est le problème de Manuel Valls, pas le mien. Il faut préciser que même ceux qui se sont mis en colère n'ont rien détruit: il n'y a eu aucune vitrine brisée, aucune voiture brûlée.

 

Avec mon jeûne, je voudrais prouver que la colère, ce n'est pas la violence. On nous a traités d'extrémistes, on a trouvé que j'étais radicale. Aujourd'hui je pars avec mes armes à moi, des armes spirituelles. Le jeûne spirituel, c'est une arme extrêmement puissante.

 

Dans le défilé de dimanche, on a entendu des slogans antisémites…

 

J'étais devant. Je n'ai rien entendu. Mais il y a tellement de désinformation… Évidemment, je ne peux que condamner de tels slogans. Mais je suis comme St Thomas, je n'y croirai pas tant que je n'aurais pas entendu un enregistrement. Quant à Dieudonné, il n'était pas là. Et il n'était pas non plus parmi les cinquante partenaires de «Jour de colère». Parmi ces partenaires, d'ailleurs, il y a des pro-mariage homo, et moi qui suis contre, j'ai défilé avec eux! Cela montre que «Jour de colère» est très particulier: c'est une coagulation de différentes colères, et non une plate-forme politique.

 

 

Source: http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2014/01/27/01016-20140127ARTFIG00428-jeune-de-beatrice-bourges-on-proteste-depuis-un-an-et-on-ne-nous-ecoute-pas.php

 

****

 

 

Article 68 de la Constitution de la Cinquième République française

 

 

« Le Président de la République ne peut être destitué qu'en cas de manquement à ses devoirs manifestement incompatible avec l'exercice de son mandat. La destitution est prononcée par le Parlement constitué en Haute Cour.

 

La proposition de réunion de la Haute Cour adoptée par une des assemblées du Parlement est aussitôt transmise à l'autre qui se prononce dans les quinze jours.

 

La Haute Cour est présidée par le président de l'Assemblée nationale. Elle statue dans un délai d'un mois, à bulletins secrets, sur la destitution. Sa décision est d'effet immédiat.

 

Les décisions prises en application du présent article le sont à la majorité des deux tiers des membres composant l'assemblée concernée ou la Haute Cour. Toute délégation de vote est interdite. Seuls sont recensés les votes favorables à la proposition de réunion de la Haute Cour ou à la destitution.

 

Une loi organique fixe les conditions d'application du présent article. »

 

http://fr.wikipedia.org/wiki/Article_68_de_la_Constitution_de_la_Cinqui%C3%A8me_R%C3%A9publique_fran%C3%A7aise

 

Repost 0
27 janvier 2014 1 27 /01 /janvier /2014 11:04

Nous y étions.

Jour de colère 26 janvier 2014 0001

Alors que le Figaro faisait de l'intox deux jours avant le Jour de Colère en demandant "Combien de personnes il y aurait dimanche? (laissant penser qu'il n'y aurait personne) - "c'est la grande inconnue. ... Pour être pris au sérieux, ils devront faire bien mieux que la dernière manifestation anti-hollande qui, dimanche, n'avait réuni qu'un peu plus d'une centaine de personnes" -, ce soir les manifestants étaient "17 000 personnes selon la police, 160 000 selon les organisateurs" (chiffres Le Point, Le Monde).

 

 

 

Beaucoup de monde pour un 26 janvier, en plein hiver, par temps froid et sous la pluie.

 

 

 

Des anonymes qui sur internet, sans aucun relai médiatique ni publicité, sont capables de réunir autant de monde pour une première fois, ce n'est pas mal du tout.  

 

La situation est explosive, l'exaspération parmi le peuple à son comble. La tension était palpable.

 


Les intervenants au micro ont prévenu que si le peuple n'était pas entendu, il y aurait d'autres Jours de colère à suivre prochainement.

 

 

Jour de colère 26 janvier 2014 00037

 

La manifestation s'est déroulée dans le calme à ce que nous avons pu constater Place Vauban.

 

 

Pas de casse, une bonne ambiance, des mines souriantes mais graves à la fois. Des Bonnets rouges, beaucoup de jeunes, un groupe d'Anonymous défenseurs de la liberté d'expression était présent. Slogan: "Free speech", "Liberté d'expression" !

 

 

Jour de colère 26 janvier 2014 00047

 

Pas de grenades incendiaires lancées sur les policiers comme en Ukraine... Mais Valls a aussitôt dénoncé les "violences" (Manif anti-Hollande: Valls dénonce les violences Lefigaro.fr avec AFP Mis à jour le 26/01/2014 à 20:18 Publié le 26/01/2014 à 19:52)

 

 

Lors des Manifs pour tous 2013, Valls a envoyé sa police en civil infiltrer les manifestants pour provoquer des troubles à l'ordre public. La même manipulation-provocation de policiers s'est produite :

 

 

Nouvelles de Frannce annonce que des affrontements ont été "provoqués par la police" :

 

Des tensions entre manifestants et policiers ont également été relevés vers Odéon (photos ici et ). Il semble que la police ait reçu les instructions de lancer les hostilités 8 minutes après 18h, ainsi que le montre ce témoignage d’une manifestante :

« Petit témoignage rapide sur la façon dont les manifestants se sont fait piéger. 10 mn après l’annonce de la fin de la manif, je descends l’avenue de Breteuil en direction du XVe, pour rentrer chez moi. Pas envie de me faire embarquer, je pars donc à l’opposé de l’Elysée vers la sweet home ! La majorité des gens en font autant. Soudain, mouvement de foule. Un premier cordon de CRS avançait vers nous. 10 mn encore après, alors qu’on regardait ça sans vraiment comprendre, on se fait gazer une première fois. On retrouve deux amies qui ont été bloquées en essayant de rentrer chez elle côté Vauban. Nous sommes encerclés, et la manif n’est pas finie depuis 30mn !! Au final ils ont laissé partir les manifestants par petits groupes, jusqu’au moment où ils ne les ont plus laissé passer du tout. On a vu, de loin, la rue bloquée définitivement. C’est ce qui s’appelle chercher l’affrontement… côté CRS en tout cas. »

D’autres témoignages confirment que la Préfecture de police a cherché l’affrontement :

 

 

« Moins de 5minutes après la dispersion, je quitte la place Vauban par l’avenue de Breteuil pour rejoindre Montparnasse.

A 20 m de la place il y a un barrage de CRS avec barrières anti-émeute. Le chef des CRS nous indique un passage de 2m de large sur le trottoir de gauche. Je lui fait remarquer que le dispositif n’est pas approprié car tout le monde va vouloir sortir par là (c’est le métro le plus proche) et que ça va mal finir. Il me répond par un large sourire.

Je me dirige vers le trottoir de gauche où 10 CRS filtrent déjà les passants. La foule grandissant, 7 d’entre eux rejoignent leur camarades au milieu de l’avenue laissant les trois autres isolés (sympas la cohésion, c’est pas avec eux qu’on gagnera une guerre).

Les trois derniers rejoignent comme ils peuvent leurs camarades. Un coup de bouclier pas si méchant fait bousculer une mamie, un jeune répond par un coup de poing sur le bouclier, un flic en civil invite le jeune (auteur du coup de poing) à le suivre, des houuuuu sortent de la foule, puis des pétards et l’affrontement. »

La police de Manuel Valls (vexé d’avoir été comparé à Hitler dans la vidéo diffusée place Vauban ?) qui ne s’embarrasse pas face aux avocats :

 

 

Comme l’oligarchie n’a pas l’air décidée à lâcher le morceau, voici à titre didactique une vidéo de la prise d’assaut il y a quelques jours d’un bâtiment public de Vinnitsa, en Ukraine :

 

 

 

 

 

  Source: http://www.ndf.fr/poing-de-vue/27-01-2014/jour-de-colere-forte-mobilisation-jeune-en-attendant-la-destitution-du-president-hollande-et-affrontements-provoques-par-la-police

 

 

Détention arbitraire : les manifestants stockés dans le froid, derrière les barbelés

 

 

 

 

agenceinfolibre

 

Publiée le 26 janv. 2014

 

Détention arbitraire d'une cinquantaine de personne, dont nos deux reporters, au commissariat du 18eme arrondissement de Paris,rue de l'évangile.

 

Source: http://www.youtube.com/watch?v=DbT3eiW5ZG4#t=14

 

  

L'ignoble hypocrite gazeur François Hollande et avec lui derrière toute l'Oligarchie, les troupes d'occupation mentales les medias, condamne les violences contre les "manifestations pacifiques" en Ukraine, mais violente les manifestants ici en France, organise des affrontements avec la police et arrête des journalistes.


Dans ce contexte de mensonge et de tromperie du peuple organisé en bande, il faudra également se souvenir que le ministre de l'Intérieur, chargé en théorie du "maintien de l'ordre" a volontairement provoqué des troubles devant les lieux de spectacles de Dieudonné, afin de justifier une interdiction :

 

Lire :  

. Le ministère de l'Intérieur veut interdire les spectacles de Dieudonné (27 décembre 2013)

. Provocations de troubles à l'ordre public: Arno Klarsfeld appelle à manifester devant les spectacles de Dieudonné pour "justifier" une décision du ministre de l'Intérieur "sur des bases légales" (2 janvier 2014)

. Qui est le fonctionnaire du Conseil d'État qui a pris la décision d'interdiction des spectacles de Dieudonné la plus rapide depuis 1962 (9 janvier 2014)

 

Pas de violence, rien de brûlé. Enormément de dignité.

 

Mais voilà que les journalistes désignent les manifestants comme des catholiques "intégristes", l'"extrême droite" nazifiés, fachos, bonnets rouges, dieudonnistes et j'en passe.

 

Quelle honte pour la France d'avoir une telle presse aux ordres du pouvoir !

 

Jour de colère 26 janvier 2014 00052

 

Les intervenants au micro ont résumé les objectifs :

 

 

 

- La destitution de Hollande : « Hollande démission ».

 

- Ne plus voter pour les partis de l'oligarchie de droite comme de gauche complices et collabos.

 

 

 

Ils ont protesté contre « l'action gouvernementale délétère qui nous mène droit vers l'abîme » et « les partis de l'oligarchie, de droite comme de gauche ».

 

 

Béatrice Bourges a annoncé qu'elle allait désormais faire un jeûne, une grève de la faim et allait planter sa tante jusqu'à l'aboutissement de la procédure de destitution.

 

Jour de colère 26 janvier 2014 49

 

 

 

 

"JOUR DE COLERE" : Pourquoi ne supportent-ils plus François Hollande?

 

Source: http://www.youtube.com/watch?v=KNXRJGeoHGM

Repost 0
25 janvier 2014 6 25 /01 /janvier /2014 08:17

Les conférences du Père Yannik Bonnet sur Marthe Robin se dérouleront aux dates suivantes :

 

 

Deux prophéties de Marthe Robin concernant la France.
    

1)-Cette première prophétie a été confiée au Père Yannick Bonnet qui, en avril 1973, est allé voir Marthe Robin pour lui demander son avis sur la dégradation sociale et morale de la France (source : bulletin des EDM n°101) : Ce n'est rien à côté de ce qui va arriver. Vous n'imaginez pas jusqu'où l'on descendra ! Mais le renouveau sera extraordinaire, comme une balle qui rebondit ! Non, cela rebondira beaucoup plus vite et beaucoup plus haut qu'une balle !
    

2)-Cette seconde prophétie a été confiée au Père Finet, le co-fondateur des Foyers de Charité, en 1936 (source : bulletin des EDM n°75) : La France tombera très bas, plus bas que les autres nations, à cause de son orgueil et des mauvais chefs qu'elle se sera choisis. Elle aura le nez dans la poussière. Alors elle criera vers Dieu, et c'est la Sainte Vierge qui viendra la sauver. Elle retrouvera sa mission de fille aînée de l'Eglise et enverra à nouveau des missionnaires dans le monde entier.

 

 

 

 

 

Reportage tiré de l'emission Mystere diffusé sur TF1 dans les années 90.

 

L'énigme Marthe Robin

 

Franck Ferrand rouvre aujourd’hui l’un des dossiers les plus mystérieux de notre époque.

 

Celui de la mystique Marthe Robin, célèbre dans le monde entier pour être restée des décennies entières sans manger et sans boire, et pour avoir, le vendredi, revécu incessamment la Passion du Christ dont elle recevait les stigmates. Il y a trente ans, elle mourait à Châteauneuf-de-Galaure, près de Valence.

 

 

Marthe-Robin-ferrand.jpghttp://bit.ly/1hscOXs


Franck Ferrand rouvre aujourd’hui l’un des dossiers les plus mystérieux de notre époque…

 

Martherobin01.jpg

Celui de la mystique Marthe Robin, célèbre dans le monde entier pour être restée des décennies entières sans manger et sans boire, et pour avoir, le vendredi, revécu incessamment la Passion du Christ dont elle recevait les stigmates. Il y a trente ans, elle mourait à Châteauneuf-de-Galaure, près de Valence… Mais aujourd’hui encore, son cas pose de nombreuses questions, à différents niveaux…

Son invité : François de Muizon, ancien maître de conférences en sciences de l’information et de la communication.

 

 

 

 

 

 

Source: http://www.democratie-royale.org/article-marthe-robin-conferences-du-pere-yannik-bonnet-122229166.html

 

 

NdCR. La prophétie de Marthe Robin "La France tombera très bas, plus bas que les autres nations, à cause de son orgueil et des mauvais chefs qu'elle se sera choisis. Elle aura le nez dans la poussière. Alors elle criera vers Dieu, et c'est la Sainte Vierge qui viendra la sauver. Elle retrouvera sa mission de fille aînée de l'Eglise et enverra à nouveau des missionnaires dans le monde entier" rejoint les révélations qu'a pu avoir le frère rédemptoriste vietnamien Marcel Van mort dans un camp communiste en 1959 :

 

"la France est toujours le pays que j'aime et chérit particulièrement. J'y rétablirai mon Amour. ... De la France, mon Amour se répandra dans le monde. je me servirai de la France pour répandre partout le règne de mon Amour. ... Surtout, prie pour les prêtres de France. ... Le règne de mon Amour ne se répandra que très difficilement".

 

Van évoque les révélations selon lesquelles les "fumées de l'enfer" monteront pour étouffer la France... "L'ennemi veut faire de ce pays un foyer de discorde"... Mais le Christ dit qu'il se servira de notre pays pour répandre le règne de son amour dans le monde entier.

 

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Religion
commenter cet article
24 janvier 2014 5 24 /01 /janvier /2014 23:59

François Hollande a eu un entretien de 35 minutes ce matin au Vatican avec le pape. Sa version de l'entretien n'est pas la même que celle du pape.

 

Hollande au Pape François : « la France est le pays de la liberté de conscience »

 

Par Marie -Madeleine Courtial / le 24 janvier 2014 à 1:40 /

 

Lors d’une conférence de presse, François Hollande a dévoilé aux journalistes les sujets qui ont été abordés avec le Pape François. Les questions internationales ont tenu une grande partie de l’entretien comme la Centrafrique, le Moyen-Orient ou la Syrie. Hollande a dit son prétendu attachement à défendre les Chrétiens d’Orient et, selon lui, par là-même la liberté religieuse. La France a donc tenu très peu de place. Et là, Hollande dit d’un ton tranquille qu’il a assuré au Pape que: « la France est le pays de la liberté de conscience. » C’est un peu toute l’opération reconquête de l’électorat catholique qui échoue. En décembre 2012, François Hollande avait déclaré aux maires de France être favorable à la liberté de conscience sur le mariage homosexuel avant de se rétracter. Dernièrement, le Conseil Constitutionnel a définitivement dit non. De qui se moque-t-on ? Les maires doivent apprécier, notamment ceux qui ont dû faire face à la cabale médiatique. Quant au Vatican, il assure que les questions familiales et bioéthiques ont été abordées et bizarrement Hollande n’y a pas fait allusion ! Voilà de quoi plomber la visite de Hollande au Vatican !

 

Source: http://medias-presse.info/hollande-au-pape-francois-la-france-est-le-pays-de-la-liberte-de-conscience/5604

 

 

 

Famille, bioéthique : le Pape a abordé les dossiers sensibles avec François Hollande

 

Par Jean-Marie Guénois Mis à jour le 24/01/2014 à 19:45 Publié le 24/01/2014 à 19:16

 

Un communiqué du Vatican évoque ... des discussions sur «la défense et la promotion de la dignité de la personne humaine». Dont des sujets «d'actualité» comme «la famille» et la «bioéthique»… Thèmes évidemment très chauds - conflictuels même, entre l'Église catholique et ce gouvernement - que le président de la République n'a pas du tout évoqués dans sa version.

 

... François Hollande a pour sa part plutôt insisté, devant le Pape, sur «la laïcité, qui permet le débat avec tous les cultes et avec l'Église catholique en particulier», en assurant que «l'instance de dialogue» entre le gouvernement et l'Église catholique «aborde tous les sujets, y compris les plus graves, les plus lourds». Car, a martelé le chef de l'État, «le débat avec l'Église catho­lique est possible dans le plein respect de nos principes laïques».

 

Source: http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2014/01/24/01016-20140124ARTFIG00567-famille-bioethique-le-pape-a-aborde-les-dossiers-sensibles-avec-francois-hollande.php

 

 

"Liberté de conscience" et "laïcité" vraiment ? Ou dictature de la pensée et laïcisme conflictuel, de combat contre le catholicisme ? Jugez-en vous-memes :

 

Est-il tolérable que dans un pays laïque, normalement "neutre", un ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, appelle à «mener le combat contre les intégristes de l'ultradroite catholique» «pour défendre la laïcité» (Rencontre sur la laïcité organisée par le groupe socialiste de l'Assemblée nationale le 22 janvier 2014) Imaginez la tragédie si Manuel Valls avait déclaré : il faut «mener le combat contre les intégristes de l'ultradroite catholique juive sioniste»...

 

L'actuel ministre de l'Education nationale Vincent Peillon déclarait en toute impunité en 2008 : "On ne pourra jamais construire un pays de liberté avec la religion catholique. ... Il faut inventer une religion républicaine. Cette religion républicaine, qui doit accompagner la révolution matérielle, mais qui est la révolution spirituelle, c'est la laïcité. (Entretien aux Editions du Seuil du 08/10/2008) Autrement dit, catholiques, faites vos valises !

 

Repost 0
24 janvier 2014 5 24 /01 /janvier /2014 23:44

 

vendredi, 26 mars 2010

 

Le "Plan Bernard Lewis"

 

Mansur KHAN (*) :

 

Le « Plan Bernard Lewis »

 

 

 

Bernard_Lewis.jpgL’orientaliste Bernard Lewis (photo) a la réputation, en Occident, d’être un expert des questions islamiques. Lewis a été jadis un agent de ce département des services secrets britanniques que l’on appelle le « Bureau arabe ». Plus tard, on l’a muté aux Etats-Unis où il a reçu des chaires de professeur au « Princetown Center for Islamic Studies » et au CSIS de l’Université de Georgetown, un institut avec lequel Henry Kissinger entretenait des contacts très étroits. Mais ses principales couronnes de laurier, Lewis les a gagnées au service d’un institut de grande notoriété, l’ « Aspen Institute ». C’est de cette instance-là que notre célèbre expert en questions islamiques a reçu la mission officielle d’élaborer un plan permettant à terme de remodeler tout le Moyen Orient pour qu’il convienne enfin aux intentions de l’élite au pouvoir aux Etats-Unis. C’est ainsi qu’est né le fameux « Plan Bernard Lewis ». Il contient des propositions détaillées pour éliminer les Etats musulmans du Proche Orient et de les remplacer par une mosaïque de petits Etats gouvernés par des régimes dictatoriaux.

 

 

 

Ce plan, toutefois, ne se limitait pas au seul Proche Orient. Il proposait également, et dans le détail,de diviser et de balkaniser toute la région s’étendant du Proche Orient au sous-continent indien. Dans les coulisses du ministère britannique des affaires étrangères, le Plan Lewis circulait allègrement et était considéré comme un programme “officieux” du gouvernement. Ce Plan recevait l’appui de l’élite au pouvoir dans le Royaume-Uni et représentée dans la Haute Chambre, autour de personnalités comme Lord Cayser, Lord Victor Rothschild et d’autres figures en vue de la maçonnerie britannique de rite écossais, sans compter le Duc de Kent. On a commencé à le traduire dans la réalité en favorisant l’implosion du Liban en 1975, sous l’impulsion du ministre américain des affaires étrangères Henry Kissinger. La mise en place du régime de Khomeiny à Téhéran fait partie intégrante de ce plan diabolique: l’Aspen Institute a constitué l’instance principale qui agissait dans le sens de ce projet, ayant notamment favorisé le prise du pouvoir par Khomeiny en Iran (1). La décision de se débarrasser du Shah est tombée lors du “Sommet de la Guadeloupe” en janvier 1979. Le Plan devait favoriser une escalade dans les tensions déjà existantes entre l’Iran et l’Irak et préparer une guerre entre les deux pays. On espérait du régime de Khomeiny qu’il accélèrerait le processus général de dissolution dans la région, comme le préconisait le Plan Lewis. Dans un document significatif, on pouvait lire ce qui suit : « Les Chiites se dresseraient contre les Sunnites et les musulmans modérés contre les groupes fondamentalistes ; des mouvements séparatistes et des entités régionales propres comme le Kurdistan ou le Baloutchistan verraient le jour » (2).

 

 

 

http://euro-synergies.hautetfort.com/media/00/00/229775565.gifLors d’une conférence ultérieure du Groupe des Bilderberger, qui eut lieu en mai 1979 en Autriche, le Plan Lewis a été adopté de manière plus ou moins officielle. Il poursuivait l’objectif de « balkaniser » l’ensemble du Moyen Orient par le truchement du fondamentalisme islamique et de le fragmenter en de nombreuses petites entités étatiques. Lewis proposait à l’Occident d’encourager tous les groupes ethniques ou minorités autonomes comme les Kurdes, les Arméniens, les Maronites libanais et les peuples de souche turque à se dresser contre leurs gouvernements. Le chaos, qui en résulterait, créerait automatiquement un « arc de crise », dont les Etats-Unis pourraient profiter car la déstabilisation s’étendrait rapidement aux régions mahométanes du flanc sud de l’URSS (3). Un expert soviétique de la CIA, occupant un rang élevé dans la hiérarchie, a déclaré à l’époque et sans circonlocutions diplomatiques que la déstabilisation de l’Union Soviétique était devenue l’un des objectifs majeurs de la politique étrangère américaine et « que l’islam était le grand géant endormi de l’Union Soviétique qui attendait son heure pour se réveiller… et Khomeiny se sentait obligé de prêcher l’islam à ses frères au-delà de ses frontières ». Et Khomeiny, de fait, a apporté son soutien aux moudjahiddins afghans, en leur livrant des armes et en leur fournissant protection contre les Russes ; il a mis ensuite des émetteurs puissants en œuvre pour exporter la révolution islamique dans les régions musulmanes de l’URSS » (4).

 

 

 

Le Plan Lewis s’accommodait parfaitement avec les calculs sur le long terme du lobby pétrolier américain. Depuis longtemps, ce lobby cherchait à s’approprier les ressources pétrolières de l’Union Soviétique. Une déstabilisation de l’URSS permettrait aux consortiums pétroliers d’atteindre enfin les gisements de gaz et de pétrole, tant convoités, qui se trouvaient alors dans les régions méridionales de l’ « Empire du Mal ». C’est dans cette perspective qu’il faut aussi analyser la première guerre d’Afghanistan (5). L’un de ceux qui fomentèrent cette guerre, Zbigniew Brzezinski, qui fut pendant quelques décennies l’un des principaux conseillers à la sécurité aux Etats-Unis, l’avouera expressis verbis de très longues années après son déclenchement et au moins dix ans après son épilogue : le conflit dans les montagnes de Hindou Kouch avait été prévu et fomenté par les Etats-Unis pour amorcer le déclin de l’Union Soviétique.

 

 

 

Le Plan Lewis constituait un instrument génial entre les mains de l’élite occulte anglo-américaine car sa mise en œuvre entrainait toute une série de conséquences avantageuses. Le conflit de longue durée qu’il fallait escompter pour tout le Moyen Orient se laissait instrumentaliser sans difficulté et permettait de gagner du terrain et de faire avancer les intérêts américains. La mise en place de Khomeiny en Iran porte tout spécialement la marque de ce plan car il était de notoriété publique que Khomeiny entendait exporter par tous les moyens sa révolution islamiste au-delà des frontières iraniennes (6). De cette façon, d’autres conflits dans l’ensemble de la région pouvaient être préprogrammés. Y compris une guerre entre l’Iran et l’Irak car avec la prise du pouvoir par Khomeiny à Téhéran, une telle conflagration s’avérait plus envisageable que du temps du Shah ; Washington verrait ce conflit comme la solution idéale, vu qu’il mettrait hors combat deux puissances régionales qui contrecarraient, par leur existence même, les visées des Américains. L’Iran se verrait ainsi éliminé car la révolution islamique s’opposait de plus en plus clairement aux intérêts bancaires et pétroliers américains, de même que l’Irak, dont l’industrie pétrolière avait été étatisée dès 1972. Aucun des deux pays ne permettait plus aux consortiums américains de faire des bénéfices. Dans les bureaux de Washington, où l’on planifiait le sort du Proche et du Moyen Orient, on élaborait déjà des scénarios sur le plus long terme, prévoyant un nouveau renversement de pouvoir en Iran, car Khomeiny menaçait de plus en plus dangereusement les intérêts monétaires des Etats-Unis (7).

 

 

 

Ce qui s’ensuivit se déroula selon le schéma habituel. Washington réarma en secret les deux camps et à grande échelle pour permettre aux deux belligérants de se doter d’un potentiel militaire suffisant pour une offensive. L’industrie américaine de l’armement en profita largement, avant même que le premier coup ne fut tiré.

 

 

 

Mansur KHAN.

 

(extrait du livre de l’auteur « Das Irak-Komplott mit drei Golfkriegen zur US-Weltherrschaft », pp. 54-56, Grabert Verlag, Tübingen, 2004, ISBN 3-87847-213-7 ; traduction française : Robert Steuckers).

 

 

 

Notes :

 

(*) Mansur U. Khan est né en 1965 à Kaiserslautern. Dès ses plus jeunes années, il s’est vivement intéressé à l’histoire. Il a fréquenté l’Université de Maryland, où il a obtenu un diplôme de sciences politiques et d’économie politique, puis l’Université de Boston, où il a obtenu MA en relations internationales. Il a ensuite travaillé à une thèse de doctorat sur la seconde guerre du Golfe. Il a publié Das geheime Geschichte der amerikanischen Kriege (1998 & 2003, 3ième éd.) et Das Kosovo-Komplott (2001).

 

 

 

(1) Peter BLACKWOOD, Das ABC der Insider, Diagnosen, Leonberg, 1992, p. 378 & ss, p. 293.

 

(2) Ibidem, p. 303 & ss.

 

(3) William F. ENGDAHL, Mit der Ölwaffe zur Weltmacht – Der Weg zur neuen Weltordnung, Böttiger, Wiesbaden, 1997 (3ième éd.), pp. 265 & ss.

 

(4) Peter BLACKWOOD, Die Netzwerke der Insider – Ein Nachslagewerk über die Arbeit, die Pläne und die Ziele der Internationalisten, Diagnosen, Leonberg, 1986, p. 183.

 

(5) Rainer RUPP, Burchard BRENTJES u. Siegwart-Horst GÜNTHER, Vor dem Dritten Golfkrieg – Geschichte der Region und ihrer Konflikte. Ursachen und Folgen der Auseinandersetzungen am Golf, Edition Ost, Berlin, 2002, p. 133.

 

(6) Klaus-Dieter SCHULZ-VORBACH, Mohammeds Erben – Die Fundamentalisten auf dem Weg zum Gottesstaat, Goldmann, München, 1994, p. 53.

 

(7) Rainer RUPP (et alii), op. cit., p. 128.

 

Khan, Mansur

 

 

 

Source: http://euro-synergies.hautetfort.com/archive/2010/03/22/bc622dee55b1fe552aabc7b8f4ded9a3.html

 

Merci à B.

 

. «Clean Break : a new strategy for securing the realm», «Rupture Franche : nouvelle stratégie pour sécuriser le royaume»

Repost 0
24 janvier 2014 5 24 /01 /janvier /2014 18:21

 

Photo : L’OLIGARCHIE FRANÇAISE & ET SA SOIF D’ARGENT« Régime politique dans lequel la souveraineté appartient à un petit groupe de personnes, à une classe restreinte et privilégiée. » (du grec oligarkhia « commandement de quelques-uns ») – Le Petit Robert de la Langue Française. Le problème se posait déjà sous l’ère Sarkozy : les conflits d’intérêts surgissent et compromettent par exemple le rôle sain des médias comme « contre-pouvoir » (ce qu’ils ne sont plus depuis longtemps) dès lors qu’un président a comme amis proches les quatre puissantes personnalités qui détiennent l’écrasante majorité des médias, Lagardère, Dassault, Bouygues et Bolloré. Conflit d’intérêts : celui du président de la république est théoriquement de défendre les intérêts supérieurs de la France et du peuple français ; celui d’un grand groupe est de faire du profit. Par conséquent, quand on sait que Dassault est aussi un groupe d’armement, Bouygues un groupe de BTP et que Bolloré dispose du premier réseau de logistique intégrée dans 41 pays d’Afrique, du Maroc à l’Afrique du sud (Bolloré Africa Logistics), on ne peut que mieux comprendre l’orientation néocoloniale des politiques nationales (faites en notre nom bien sûr) et la partialité de médias qui défendent des intérêts économiques plutôt que d’informer ou d’élever le niveau de conscience et d’esprit critique du citoyen.Mais le conflit d’intérêt est beaucoup plus largement répandu lorsque l’on compte le nombre de politiques impliqués dans des organisations privées. Où se trouve l’intérêt général et le Bien Commun lorsque l’on travaille à l’enrichissement d’une grande entreprise, qui peut influencer la sphère du politique, donc les votes parlementaires ? Ouvrir son cabinet de consulting pour un ancien ministre ou même pour un député en exercice semble être une véritable mode : quelques exemples.# François Fillon a créé sa société « 2F Conseil », alors que l’article 146-1 du code électoral lui interdisait cette création une fois élu. Entreprise dont l’existence a été découverte par Rue89, qui en a publié sur son site les statuts :http://www.rue89.com/sites/news/files/assets/document/2012/08/extraitsstatuts2fconseil.pdf# Rachida Dati a fait de même avec « La Bourdonnais consultant » : « une structure qui devrait permettre à Rachida Dati, désormais député européenne, de faire profiter de son expérience les grandes entreprises ou le cabinet d’avocats américain Wilkie Farr & Gallagher pour lesquelles elle a déjà commencé à effectuer quelques missions. » (Paris Match du 23 juillet 2009).# Christian Jacob possède « CJCSE » (Christian Jacob Conseil et Stratégie en Entreprise). «

 

Avertissement très clair pour les élites mondialistes et les troupes d'occupation mentales (les medias) : en mai 2013 nous nous demandions si la loi Taubira porterait l'estocade à la Révolution. Aujourd'hui, le moins que l'on puisse dire est que ça chauffe pour les fossoyeurs de la famille, destructeurs de la société !

Selon un article publié aujourd'hui par Valeurs actuelles, le 5e "baromètre de la confiance politique" commandé par le Cese (Conseil économique, social et environnemental) et réalisé par le Cevipof (Centre de recherches politiques de Sciences Po) montre "un séisme" politique "en partie censuré" par le Cevipof :  

 

50 % des Français jugent “très bon” ou “assez bon” d'avoir à la tête de l'Etat « “un homme fort qui n’a pas à se préoccuper du Parlement ni des élections” — en clair : une monarchie ou une dictature. » « 68 % ne font pas confiance à l’institution présidentielle, 74 % se défient du gouvernement, 63% de l'Assemblée nationale, 61% du Sénat. 69% estiment que “la démocratie ne fonctionne pas bien” (69 %, + 15 points en un an !). 65 % ne font pas confiance à la justice. Pour les médias, c’est encore pire : plus de trois Français sur quatre s’en méfient (76 %) . Le rejet des partis politiques est quasi unanime : 88 % des Français ne leur font pas confiance. »

 

Ce qu'il faut ce n'est certainement pas une "dictature" : on nage déjà en plein totalitarisme !

Ce qu'il faut ce n'est pas moins de démocratie, mais plus (régime du poids), plus d'égalité, plus de libertés ! Se donner une représentation réelle des corps de la nation (familles, employés, ouvriers, artisans, paysans, professions libérales, fonctionnaires, clergé), une plus grande transparence dans l'élaboration de la loi (déclaration officielle des lobbys y compris de la franc-maçonnerie), en finir avec la confiscation du pouvoir par une oligarchie cachée qui instrumentalise le régime du nombre (suffrage dit "universel", "un homme un vote" en réalité essentiellement bi partite, "droite" - "gauche") et divise la société pour régner, en finir avec le totalitarisme de la "majorité", restaurer les limites et l'autorité de la loi naturelle, garantie de la justice et de l'Etat de droit.

Nous pourrons ensuite ... rappeler le Roi, qui viendra apporter la clé de voûte aux institutions qui ont fait la France, garant de l'identité, de l'unité, de la liberté et de la souveraineté de la France.

 

 

Vendredi 24 Janvier 2014 à 12:30 (mis à jour le 24/01/2014 à 12:27)

 

Cevipof : Le rapport qui accuse

 

Par Arnaud Folch

 

Séisme. En partie censuré, le 5e baromètre de la confiance politique est une bombe. “Valeurs actuelles” se l’est procuré dans son intégralité. Ses 84 pages révèlent une société au bord de l’explosion. Jusqu’à réclamer, pour la moitié des Français, un “homme fort qui n’a pas à se préoccuper du Parlement ni des élections” !

 

Commandé, pour cette dernière édition, par le Cese (Conseil économique, social et environnemental) et réalisé par le Centre de recherches politiques de Sciences Po (Cevipof), le baromètre de la vie politique dresse chaque année, depuis 2009, l’audit le plus approfondi de l’état de l’opinion française. Sondés via plusieurs centaines de questions par l’institut OpinionWay, les Français s’y livrent sur eux-mêmes, leur pays, leurs valeurs et leurs représentants. Pour la première fois depuis sa création, près d’un tiers des pages n’ont pas été rendues publiques. À les lire, on comprend pourquoi. Ce rapport témoigne, en effet, d’un pessimisme généralisé et d’une défiance inégalée à l’encontre de nos institutions, de la classe politique et du chef de l’État — qui “inquiète” 67 % des Français. Entre quête d’autorité, droitisation tous azimuts, rejet de l’Europe et de la mondialisation, c’est à une France fracturée et ulcérée que fait face la gauche, moins de deux ans après son accession au pouvoir.

 

Inquiets 65 %

 

C’est la part des Français qui prédisent que “la situation économique du pays va se dégrader au cours des douze prochains mois”, et ils sont presque aussi nombreux (60 %, + 5 points en un an) à penser la même chose pour leur propre situation financière. Mais cette inquiétude va très au-delà des questions pécuniaires. Quand on leur demande quels sont les qualificatifs qui caractérisent le mieux leur état d’esprit, les Français ne sont que 10 % à répondre la “confiance”. Contre 12 % qui répondent la “peur”, 30 % la “méfiance”, 31 % la “lassitude” et 34 % la “morosité”.

 

Jamais depuis la création de ce baromètre les Français n’ont été aussi résignés et inquiets pour leur avenir. Idem concernant celui de leurs enfants. À la question : “Pensez-vous que les jeunes d’aujourd’hui auront plus, autant ou moins de chances de réussir que leurs parents dans la société française de demain ? ”, ils ne sont que 3 % à répondre “plus de chances”, contre 72 % “moins de chances”. La moitié d’entre eux (51 %) estime même qu’“aujourd’hui, pour assurer leur avenir professionnel, les jeunes ont intérêt à quitter la France”.

 

Défiants 75 %

 

La défiance des Français vis-à-vis de l’État n’a jamais été aussi forte : 75 % d’entre eux ne lui font “pas confiance”, dont 36 % “pas du tout”. À l’opposé, seuls… 2 % lui font “tout à fait confiance”. À travers l’État, ce sont toutes les institutions, ou presque, qui sont aujourd’hui discréditées aux yeux d’une écrasante majorité de Français : 68 % ne font pas confiance à l’institution présidentielle, 74 % se défient du gouvernement. Idem, entre autres, pour l’Assemblée nationale (63 %) et le Sénat (61 %). Pour les Français, le verdict est sans appel : “la démocratie ne fonctionne pas bien” (69 %, + 15 points en un an !), notamment parce qu’elle a “du mal à prendre des décisions” et provoque “trop de disputes” (67 %). La justice n’est pas épargnée : 65 % ne lui font pas confiance. Pour les médias, c’est encore pire : plus de trois Français sur quatre s’en méfient (76 %).

 

Photo de l'Assemblée dite "nationale"

 

Blasés 88 %

 

Le rejet des partis politiques est quasi unanime : 88 % des Français ne leur font pas confiance, 83 % considèrent qu’il ne sert à rien de militer dans un parti politique. À la question : “Quand vous pensez à la politique, pouvez-vous me dire ce que vous éprouvez ? ”, le tiercé de tête des réponses des Français est “méfiance” (36 %), “dégoût” (31 %) et “ennui” (11 %)… Seuls 5 % y trouvent de l’“espoir” et 1 % du “respect” ! Hormis les maires, tous les élus sont perçus négativement. Principal reproche à leur être adressé : “ne pas se préoccuper [des] gens” — un jugement partagé par 87 % des Français, dont 49 % qui estiment qu’ils ne se “préoccupent pas du tout” d’eux. Politiques de gauche et de droite sont jetés dans le même sac : seuls 18 % des Français font confiance aux premiers et 21 % aux seconds pour diriger la France, tandis que 60 % n’ont confiance “ni dans la droite ni dans la gauche pour gouverner le pays”.

 

Autorité 50 %

 

Aussi incroyable que cela puisse paraître — d’où, sans doute, la censure de cette question par le Cevipof —, pas moins de 50 % des Français jugent “très bon” ou “assez bon” un système politique consistant à “avoir à sa tête un homme fort qui n’a pas à se préoccuper du Parlement ni des élections” — en clair : une monarchie ou une dictature… Considérant, pour 40 % d’entre eux, que “les démocraties ne savent pas bien maintenir l’ordre”, le besoin d’autorité au sommet de l’État est tel que 12 % des Français vont jusqu’à souhaiter que “l’armée dirige le pays” !

 

Contestataires 61 %

 

Les Français grondent : ils sont 61 % à se dire “prêts à participer à une manifestation”, alors qu’ils n’étaient que la moitié en 2010. Seuls 12 % n’y sont “pas prêts du tout”. Lorsqu’on leur demande “ce qui permet aux citoyens d’exercer le plus d’influence sur les décisions prises en France”, “manifester dans la rue” (32 %), “boycotter des entreprises ou des produits” (29 %) et “faire grève” (23 %) recueillent ensemble largement plus de suffrages que “voter aux élections” (63 %) — laquelle proposition n’est citée en premier que par un Français sur deux (51 %) !

 

 

Source: http://valeursactuelles.com/tous-clignotants-au-rouge

 

 

. Lettre à Louis XVI d'un Maupeou extra-lucide sur l'Oligarchie

. Mariage Pour Tous : Le Jour où Hollande alluma la mèche !

. La loi Taubira portera-t-elle l'estocade à la Révolution ? (23 mai 2013)

Repost 0
24 janvier 2014 5 24 /01 /janvier /2014 12:05
Repost 0
24 janvier 2014 5 24 /01 /janvier /2014 00:13

Le site Democratrie royale publie un extrait d'une lettre à Louis XVI d'un Maupeou extra-lucide sur l'Oligarchie :

 

Jeudi 23 janvier 2014

Oligarchie par Maupeou : Lettre à Louis XVI

 

« Ne serait-il pas à craindre qu'on ne vît bientôt s'élever une espèce d'oligarchie qui d'abord s'appuierait sur le peuple pour attaquer le souverain, et qui, après avoir enchaîné le souverain, retomberait sur le peuple de tout son poids. »

 

Source: http://www.democratie-royale.org/article-maupeou-lettre-a-louis-xvi-67687728.html

 

 

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/e/e1/Ren%C3%A9-Augustin_de_Maupeou.PNG/220px-Ren%C3%A9-Augustin_de_Maupeou.PNGMaupeou fut à l'origine du "Coup de majesté" de 1770 qui réussit pour la première à faire passer dans le droit français la réforme tant désirée de l'égalité devant l'impôt.

 

De 1770 à 1774, le gouvernement est constitué par le "Triumvirat". L'abbé Terray est aux Finances, le Duc d’Aiguillon est aux Affaires étrangères, Maupeou, est chancelier (Garde des Sceaux). Le "coup de majesté" sera une supression des parlements qui jusqu'ici s'étaient opposés à l'égalité devant l'impôt, une réfome qui rendit à la justice sa gratuité et son indépendance, en même temps que la noblesse et le clergé se voyaient imposés :

  • - Exil du Parlement de Paris qui est démantelé,
  • - Suppression des parlements régionaux, de la Cour des aides et création à la place de « Conseils supérieurs », la vénalité des offices de judicature est supprimée (1771),
  • - La justice devient gratuite,
  • - et les revenus de la noblesse et du Clergé sont imposés : c’était "une des réformes les plus désirées par le pays" (Jacques Bainville). 
  •  

"La suppression des parlements, acte d’une politique hardie, permettait de continuer cette rationalisation administrative de la France qui depuis des siècles, avait été entreprise par la monarchie" (J. Bainville). Mais la réforme sera malheureusement immédiatement annulée par un Louis XVI mal mal conseillé en 1774.

L’administration Terray avait commencé à corriger les abus, elle avait adouci d’abord les impositions les plus vexatoires avec l’intention des les abolir ensuite ; elle organisait les fameux vingtièmes (1771) qui avaient soulevé tant de résistances... ; elle s’occupa enfin de créer des taxes équitables, telle que la contribution mobilière reprise plus tard par l’ "Assemblée constituante" (1789-1791) (!) en un mot tout ce qui était rendu impossible par les parlements.

 

Autres articles sur ce sujet de l'obstruction parlementaire au XVIIIe siècle à toute tentative royale de faire la réforme de l'égalité devant l'impôt (des choses que l'école de la république ne vous apprendra pas !) :

 

. Face au deux poids deux mesures : prôner l'égalité et la liberté

. 14 juillet 1789 : La Révolution dite "française"

. La guerre des juges contre l'Eglise et la monarchie au XVIIIe siècle (Marion Sigaut)

Repost 0
23 janvier 2014 4 23 /01 /janvier /2014 22:43
La Russie ne va pas intervenir
Dans une interview publiée aujourd'hui sur le site du quotidien populaire Komsomolskaïa Pravda,
Dmitri Peskov, porte-parole du président russe Vladimir Poutine, a indiqué que la Russie n'allait pas intervenir dans la situation en Ukraine :

"Nous ne pensons pas avoir le droit d'intervenir dans les affaires intérieures de l'Ukraine de quelque manière que ce soit. C'est absolument inacceptable pour nous de nous ingérer dans les affaires intérieures" d'un autre pays.


La Russie est "convaincue" que les autorités ukrainiennes "savent ce qu'il faut faire et trouveront la meilleure solution pour faire revenir la situation à la normale et rétablir la paix", a indiqué M. Peskov tout en déplorant "l'ingérence étrangère" dans la crise en Ukraine, tout à fait "évidente" selon lui.

Source: http://www.lefigaro.fr/international/2014/01/22/01003-20140122LIVWWW00197-ukraine-le-face-a-face-entre-police-et-manifestants-degenere.php

 

 

. Ukraine : l'ignoble hypocrite gazeur François Hollande condamne les violences contre les "manifestations pacifiques"

. Nouvelle révolution orange en Ukraine ? (1er décembre 2013)

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Russie
commenter cet article
23 janvier 2014 4 23 /01 /janvier /2014 20:42

Mis à jour le 12.01.2016

 

 

 

 

Dimanche 23 septembre 2012 (video ci-dessus), le ministre de l'Intérieur de la république dite "française" affirmait lors de la "traditionnelle cérémonie des voeux à la communauté juive de France organisée à la grande synagogue de la Victoire à Paris", que "les Juifs de France peuvent porter avec fierté leur kippa".

 

Sur Christ-Roi, soyons clairs, cela ne nous pose aucun problème. C'est même très bien que les Juifs puissent être fiers de leur identité. Pourtant, le même ministre de l'Intérieur promouvant le communautarisme juif en 2012, en portant lui-même une kippa, se transforme un an et demi plus tard en faux laïque qui n'entend pas donner la même liberté aux catholiques et appelle à combattre l'"ultradroite catholique". Deux poids deux mesures... 

 

En effet, lors d'une rencontre sur la "laïcité" organisée par le groupe socialiste de l'Assemblée nationale mercredi 22 janvier 2014, Manuel Valls  a appelé la gauche « à mener le combat pour défendre la laïcité » la franc-maçonnerie "religion de la république" (mot de Vincent Peillon), à combattre avec « la même vigueur » les intégristes catholiques et les revendications religieuses dans les banlieues. Un « combat  » contre « des intégristes de l'ultradroite catholique, rejoints par une partie de la droite » lors des débats sur l'avortement ou sur le mariage homosexuel, un « combat  » à mener contre « une droite extrême qui veut revenir sur l'IVG, avec la même vigueur, il faut s'opposer [aux revendications religieuses]... [Sinon] notre modèle sera mis en danger. » Il faut « mener un combat parce qu'il y a danger ».

 

A ses côtés, l'ancien garde des sceaux Robert Badinter a en outre jugé que les revendications religieuses étaient « à chaque fois une épreuve de force pour faire reculer [la laïcité] ... Nous sommes entrés dans une période de conflit dur avec les communautaristes ». Selon Manuel Valls, les socialistes ont « réagi » sans hésiter pour les « stopper ». (voir article "Le Monde" ci-dessous)

 

Manuel Valls développe une "laïcité" de "combat" contre le catholicisme, une vision particulièrement conflictuelle et clivante de la laïcité. C'est un peu l'hôpital qui se moque de la charité, le roi des communautaristes qui s'en prend à l'égalité... et aux libertés françaises.

L'article du Monde:

Deux poids deux mesures : le faux laïque Manuel Valls appelle la gauche à «mener le combat contre les intégristes de l'ultradroite catholique» «pour défendre la laïcité» !

 

Valls appelle la gauche à mener le combat pour défendre la laïcité

 

Le Monde.fr avec AFP | 23.01.2014 à 00h29 • Mis à jour le 23.01.2014 à 07h46

 

 

Manuel Valls a appelé la gauche, mercredi 22 janvier, à combattre avec « la même vigueur » les intégristes catholiques et les revendications religieuses dans les banlieues. « Il faut mener un combat parce qu'il y a danger », a déclaré le ministre de l'intérieur lors d'une rencontre sur la laïcité, organisée par le groupe socialiste de l'Assemblée nationale.

 

Une première menace vient, selon lui, « des intégristes de l'ultradroite catholique, rejoints par une partie de la droite » lors des débats sur l'avortement ou sur le mariage homosexuel. Les socialistes ont, selon lui, « réagi » sans hésiter pour les stopper.

 

Mais, a-t-il poursuivi, « nous avons aussi un débat qui gêne plus la gauche, sur la montée des identités, des communautarisme», a ajouté Manuel Valls. Nous le rencontrons notamment dans les quartiers populaires où la misère, le chômage, la violence se rajoutent à une crise identitaire très forte. »

 

« CONFLIT DUR AVEC LES COMMUNAUTARISTES »

 

Estimant que la progression du port du voile ou les revendications sur les menus des cantines s'inscrivaient dans cette recherche d'identité « par le fait religieux », il a relevé que face « à des citoyens qui votent [socialiste], qui appartiennent aux classes populaires, il y a la tentation à gauche de céder, de ne pas voir le problème. »

 

« Comme on combat une droite extrême qui veut revenir sur l'IVG, avec la même vigueur, il faut s'opposer [aux revendications religieuses], a-t-il martelé. [Sinon] notre modèle sera mis en danger. » Pour que ce « combat » n'alimente pas le « sentiment d'humiliation » dans ces territoires, « il ne faut pas oublier le combat pour l'émancipation », « la lutte contre les discriminations » et pour l'égalité à l'école, a toutefois mis en garde Manuel Valls.

 

A ses côtés, l'ancien garde des sceaux Robert Badinter a également jugé que les revendications religieuses étaient « à chaque fois une épreuve de force pour faire reculer [la laïcité] ». « Nous sommes entrés dans une période de conflit dur avec les communautaristes », a-t-il dit.

 

Source: http://www.lemonde.fr/societe/article/2014/01/23/valls-appelle-la-gauche-a-mener-le-combat-pour-defendre-la-laicite_4352761_3224.html

 

 

. Quenelle Charte de la laïcité

. Edwy Plenel : "Le danger, ce n'est pas Madame Le Pen, le danger c’est Manuel Valls, c'est lui notre honte"

Repost 0
23 janvier 2014 4 23 /01 /janvier /2014 19:12

 

Hollande---Ukraine---Hollande-condamne-les-violences-contre.jpg

Le 20 janvier 2014 des manifestants ukrainiens ont frappé des policiers avec des barres de fer, leur ont jeté des pavés ainsi que des cocktails molotov à la figure. Plusieurs policiers ont pris feu vivants. Heureusement des pompiers sur place, équipés d'extincteur anti-incendie ont pu éteindre les policiers qui brûlaient. Les manifestants ont construit une catapulte en bois pour lancer leurs pierres et leurs cocktails Molotov sur les policiers.

 

 

Date de publication : 21/01/2014

 

Source video : http://www.dailymotion.com/video/x1a204y_kiev-les-policiers-brulent-vivants-a-cause-de-cocktails-molotov_news

 

 

 

Date de publication : 21/01/2014

 

Source video : http://www.dailymotion.com/video/x1a1zjx_ukraine-manifestants-frappent-les-policiers-avec-des-barres-de-fer_news

 

Depuis maintenant un mois et demi en Ukraine, les manifestants ukrainiens pro Union européenne, soutenus et manipulés par toutes les forces atlantistes gouvernementales et médiatiques, sont déterminés à renverser par la violence le gouvernement pro-russe. Casqués, armés de boucliers, de bâtons, de barres de fer, de cocktails Molotov et de grenaces incendiaires, ils chargent les forces de police qui, de leur côté, assurent une action strictement défensive et ripostent avec des tirs de balles en caoutchouc et de grenades assourdissantes.

 

Hier à Kiev, cinq manifestants ont malheureusement trouvé la mort et trois cents autres ont été blessés lors des affrontements avec la police qui ont atteint un nouveau seuil.

 

L'hypocrite totalitaire eutha-nazi Hollande-Hitler, petit valet de Bruxelles et de Goldman Sachs, qui n'a pas hésité à gazer les résistants français, pacifiques et non armés, femmes, enfants et personnes âgées de la Manif pour tous le 24 mars 2013, donne aujourd'hui des leçons de morale au gouvernement ukrainien et condamne "les violences contre les manifestations pacifiques qui ont lieu à Kiev". (voir dépêche Afp ci-dessous) À n'en pas douter ce personnage double donnera des ordres fermes à la police "française" pour violenter les manifestants pacifiques du Jour de Colère qui arrive, dimanche 26 janvier à Paris.


 

Hollande condamne les violences en Ukraine

 

 

Par Le Figaro.fr avec AFP Mis à jour le 23/01/2014 à 18:07 Publié le 23/01/2014 à 18:06

 

 

Dans un communiqué de l'Elysée, François Hollande a condamné aujourd'hui "avec la plus grande fermeté les violences contre les manifestations pacifiques qui ont lieu à Kiev".

 

Le chef de l'Etat a ajouté : "J'appelle les autorités ukrainiennes à retrouver sans délai la voie du dialogue et de l'apaisement".

 

Source: http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2014/01/23/97001-20140123FILWWW00582-hollande-condamne-les-violences-en-ukraine.php

 

 

. Oligarchie mondialiste : Violences policières en France et en Ukraine, deux poids deux mesures (11 décembre 2013)

Repost 0
23 janvier 2014 4 23 /01 /janvier /2014 11:49

"Ils veulent que l’Euro survive quelles qu’en soient les conséquences, parce qu’ils y trouvent leur intérêt, et pour cela ils sont prêts à mettre l’Europe à feu et à sang. Ils portent donc une responsabilité historique." 

(Jacques Sapir)

 

Quelques questions importantes

21 janvier 2014

Par Jacques Sapir

 

La présente note constitue la version “longue” d’un interview donné au journal argentin PAGINA-12 et qui sera publiée le dimanche 26 janvier. En raison de l’importance des thèmes abordés, j’ai décidé de la publier.


1- Quel est le contexte expliquant les dernières déclarations réalisées par le président François Hollande le 14 janvier dernier?

 

Le Président François Hollande se trouve aujourd’hui dans une situation très délicate. Son autorité a été érodée par l’inefficacité de la politique économique qui est menée depuis juin 2012. Il avait promis d’inverser la « courbe du chômage » d’ici à noël 2013. Dans les faits, le chômage continue d’augmenter. Selon la manière dont on le calcule, car il faut savoir que la DARES et Pôle Emploi utilisent divers critères, on arrive aujourd’hui à 3,2 millions ou 5,5 millions de chômeurs.

 

Graphique 1

G3-ChomCVS - copie

Source : DARES et Pôle-Emploi.

 

Le mouvement de désindustrialisation que connaît l’économie française devient désormais très inquiétant. La croissance, qui avait été annoncée, n’a pas été au rendez-vous. En fait, de nombreux économistes avaient critiqué la politique économique du gouvernement et les prévisions extrêmement optimistes qui étaient celles du Ministère de l’Économie et des finances à l’automne 2012. Et, malheureusement ce sont eux, et non le Ministère, qui ont eu raison. Mais, à cet échec économique, sont venus s’ajouter d’autres facteurs qui pèsent  sur l’autorité, et même la légitimité, du gouvernement et du Président. On a d’abord le sentiment d’un grand amateurisme sur un grand nombre de dossier. On a vu le gouvernement reculer sur de nombreux dossiers. Les réformes de société qui ont été votées au printemps 2013 divisent profondément la société. Enfin, la vie privée du Président n’est pas au-dessus de tout reproche. Cela explique l’effondrement de la popularité du Président, mais aussi du Premier Ministre, et a créer un contexte extrêmement défavorable à la veille de la conférence de presse du 14 janvier.

 

 

2- Quelles conséquences pourraient avoir “le pacte de responsabilité” présenté sur l’économie française?

 

Tel qu’il est présenté, le « pacte de responsabilité » repose sur un échange d’une diminution de charges des entreprises (30 milliards d’euros à raison de 10 milliards par an de 2014 à 2017) contre la création d’environ 200 000 emplois. Mais, ce « pacte » soulève de nombreuses questions. La première renvoie à l’analyse de la situation des entreprises françaises. Les études faites par l’INSEE montrent en effet que les marges des entreprises n’ont pas baissé. Les problèmes auxquels les entreprises sont confrontées viennent plus de la concurrence étrangère. Dans une note réalisée pour la banque NATIXIS[1] on peut lire que la baisse des charges sociales des entreprises n’est pas une politique adaptée. Ce qu’il faut aux entreprises c’est en réalité une dévaluation. La deuxième question c’est la réalité de l’engagement des entreprises d’embaucher 200 000 personnes en échange de cet allègement de charges. Outre le fait que 200 000 emplois est un nombre largement insuffisant, le Ministre du Redressement Productif, M. Montebourg, parle quant à lui de deux millions d’emplois sur lesquels les entreprises devraient s’engager, rien n’indique que les entreprises sont prêtes à jouer le jeu. Une troisième question qu’il faut alors poser est de savoir comment sera financé cet allègement des charges. Le Président a parlé d’économies à réaliser sur les dépenses publiques, mais on voit bien que sauf à couper soit dans les investissements soit dans prestations sociales, les possibilités d’économie sont faibles et hasardeuses. La piste avancée lors de cette conférence de presse, une réforme de l’organisation territoriale, semble aujourd’hui – après les déclarations du Président Hollande à Tulle – si ce n’est abandonnée du moins très largement compromise. Survient alors une quatrième question : cet allégement des charges ne risque-t-il pas d’engager un processus où les entreprises vont en profiter pour exercer des pressions supplémentaires sur les salaires et engager ainsi un processus de déflation ?

 

Ces questions montrent que ce « pacte » sera au mieux sans effet sur la situation réelle ; au pire il pourrait s’avérer non seulement un marché de dupes pour les travailleurs et l’amorce d’un processus déflationniste extrêmement dangereux.

 

 

3- Quelles sont les alternatives de politique économique pour que la France sorte de la crise économique?

 

En fait, et cela de nombreux économistes en sont conscients, le problème essentiel des pays du sud de l’Europe, et de la France en particulier, réside dans l’existence même de l’Euro, la monnaie unique. Ce problème est évident dans les échanges avec les pays extérieurs à la zone. Depuis sa création, l’Euro s’est fortement apprécié face au Dollar américain, mais aussi au Yen japonais et à la Livre Sterling avec des effets dévastateurs sur l’économie des pays du sud de l’Europe. Ceci est aujourd’hui compris par un nombre croissant d’acteurs ; on pense ainsi aux dirigeants des PME mais aussi à des responsables d’Airbus Industrie, et y compris au sein du gouvernement français où Arnaud Montebourg a exprimé ses réserves quant au taux de change actuel de l’Euro.

 

Mais, le rôle néfaste de l’Euro se fait aussi sentir dans le commerce à l’intérieur de la zone. De ce point de vue une dépréciation de l’Euro ne pourrait représenter au mieux qu’une solution partielle aux problèmes de la France et des pays de l’Europe du Sud. Depuis la création de l’Euro en 1999, on a constaté que les taux d’inflations des différents pays restaient différents, quoique désormais on ait une politique monétaire unique. Ceci révèle l’existence d’une inflation structurelle, dépendant des structures économiques de chaque pays.

 

 

La différence du taux d’inflation, qui pouvait atteindre 2% par an, entre l’Allemagne et les pays de l’Europe du Sud a abouti à un écart de compétitivité cumulé de 20% à 40% suivant les pays. Il en résulte que les produits allemands sont devenus de plus en plus compétitifs sur les marchés français, mais aussi italiens, espagnols ou grecs et portugais. Normalement, cette question de la différence des taux d’inflation structurels se traite par des dévaluations régulières (ou des réévaluations du pays dont l’inflation structurelle est la plus faible). Mais, ce mécanisme ne peut plus fonctionner du moment que l’on a une monnaie unique. Il en résulte que les pays du Sud de la zone Euro sont aujourd’hui engagés dans des politiques de dévaluation interne, politiques qui sont très coûteuses en matière de chômage mais aussi en ce qui concerne le niveau de production. Il y a aujourd’hui de plus en plus d’économistes qui considèrent qu’il faudrait que les pays de la zone Euro puissent retrouver cette souplesse de dévaluation.

 

...

 

4- Une sortie de la France de l’Euro signifierait-elle la fin de l’Union Européenne?

 

C’est l’un des arguments que l’on entend le plus chez les partisans de l’Euro. Mais, en réalité, il y a des pays, et non des moindres comme la Grande-Bretagne et la Suède, qui sont membre de l’Union Européenne mais pas de la zone Euro. En fait, l’Union Européenne a existé avant la mise en place de l’Euro et si l’Euro disparaît, l’Union Européenne existera toujours. Si l’on compte depuis l’entrée en vigueur du Traité de Rome et de la Communauté Économique Européenne, nous avons vécu de 1958 à 1999, soit 41 ans, avec nos propres monnaies et nous avons construit l’Europe pendant ce temps. Rien ne justifie donc cette affirmation selon laquelle la fin de l’Euro serait la fin de l’UE. On voit que c’est un argument utilisé à dessin par des gens qui sont décidés à défendre l’Euro et qui, pour cela, sont prêt à jouer sur les peurs, voire même à les susciter. Dire que la fin de l’Euro provoquerait un éclatement de l’UE, et nous conduirait à la guerre en Europe n’a tout simplement pas de sens. C’est une injure à l’intelligence et à ce que l’on connaît de l’histoire, qu’il s’agisse de celle de la première guerre mondiale[4] ou la seconde[5].

 

Maintenant, il est aussi clair que l’UE n’est aujourd’hui pas satisfaisante, et qu’il faudra que cette dernière change de manière considérable ou qu’elle disparaisse. Tel est l’enjeu de ces prochaines années.

...
C’est la présence de la monnaie unique, et la crise qui en découle, qui constitue aujourd’hui en réalité la principale menace pour la stabilité européenne. Si les politiciens qui s’en vont par les chemins en criant que la mort de l’Euro impliquerait celle de l’UE étaient réellement préoccupés par la situation de l’Europe, ils s’entendraient rapidement pour dissoudre l’Euro dans le calme. Mais, en réalité, on voit que leurs préoccupations réelles sont tout autres. Ils veulent que l’Euro survive quelles qu’en soient les conséquences, parce qu’ils y trouvent leur intérêt, et pour cela ils sont prêts à mettre l’Europe à feu et à sang. Ils portent donc une responsabilité historique.

 

...

En fait, ce qui provoque la crise économique, et conduit au démantèlement progressif des conquêtes sociales acquises depuis 1945, c’est bien une partie de la réglementation européenne et surtout l’existence de l’Euro. On voit, en particulier en France et en Italie, la constitution d’un bloc politique autour de l’oligarchie dominante qui défend coûte que coûte l’Euro et les aspects les plus réactionnaires de l’Union Européenne tandis que se constitue progressivement, mais dans des conditions politiques particulières dans chaque pays, un autre bloc représentant les travailleurs et les couches populaires de la population qui est fortement opposé à l’Euro. On a vu circuler un sondage indiquant que désormais 49% des Italiens sont opposés à l’Euro[6]. En France aussi, en dépit du fait qu’il n’y a pas de sondage précis, on peut penser que plus de 40% de la population est désormais opposé à l’Euro.

 

Le principal problème, en tous les cas de mon point de vue qui est celui d’un homme se situant à gauche sur l’échiquier politique, aujourd’hui est que ce bloc populaire qui est opposé à l’Euro risque d’être hégémonisé par des forces de droite. Mais, désormais, ce risque me semble mineur par rapport à celui, bien plus grave, que fait peser le maintien de la zone Euro.

 

 

6- Pratiquement tous les pays européens sont touchés par la crise. Y a-t-il des différences entre les pays? Comment expliquer les mauvaises performances de l’ensemble de l’Union Européenne depuis 2008?

 

En fait, les performances économiques des pays de l’UE sont très divergentes. Certains pays ont de bonnes performances, comme la Grande-Bretagne et la Suède. Surprise, surprise, ces pays ne font pas partie de la zone Euro.

 

 

 Tableau 2

Taux de croissance du PIB à prix constants. Moyenne par période

 

Moyenne 2001-2011

Moyenne 2001-2007

Moyenne 2007-2011

Australie

3,1%

3,4%

3,1%

Canada

2,1%

2,6%

1,4%

Norvège

1,8%

2,3%

1,2%

Suède

1,8%

3,0%

0,5%

Suisse

1,7%

2,0%

1,6%

Royaume-Uni

1,6%

2,6%

0,4%

États-Unis

1,9%

2,4%

1,3%

Zone euro

1,1%

1,9%

0,4%

Total OCDE

1,8%

2,4%

1,1%

SOURCES : Base de données de l’OCDE. Pour 2011, estimations. Pour 2010, chiffres provisoires.

 

Par contre, au sein de la zone Euro, on constate que la croissance est faible, et même que certains pays, comme l’Espagne, la Grèce, le Portugal et même l’Italie, sont en récession. La divergence des résultats est impressionnante. 


Source et suite : http://russeurope.hypotheses.org/1930

 

Le 25 septembre 2012, Jacques Sapir avait expliqué sur Ria Novosti que François Hollande avait "toutes les chances de perdre son pari" d'inverser la courbe du chômage à la rentrée 2013 :

 

"Le second pari porte sur le chômage. François Hollande semble se résoudre à une forte montée de ce dernier en France. Mais, il espère que ceci ne sera que momentané. D’ailleurs, il a dit dans sa récente intervention sur la chaîne de télévision TF1 qu’il se donnait pour tâche d’inverser le mouvement du chômage à la rentrée de 2013. Le pari réside ici dans l’espoir que la conjoncture internationale s’éclaircira dès l’été 2013, et que la croissance hors de la Zone Euro tirera cette dernière de la trappe récessionniste dans laquelle elle s’est enfermée. D’ici là, François Hollande compte sur les emplois aidés pour apaiser une partie du malaise social qu’il sent monter.

 

Mais, si l’on regarde les autres régions économiques du monde, on voit que rien ne vient conforter ce second pari. La Chine se prépare à une longue période de récession, et probablement de troubles politiques. Il est exclu qu’elle puisse jouer le rôle de tracteur de l’économie mondiale. La même chose peut être dite de l’Inde, qui elle aussi semble bien engagée dans une période de récession. Quant aux États-Unis, l’assouplissement monétaire auquel se livre la Réserve Fédérale (le QE-3) devrait y stabiliser la situation, mais ne saurait permettre une relance que quelque importance. Les problèmes économiques des États-Unis sont structurels, et caractérisés par un investissement très faible et une désindustrialisation avancée.

 

Sur ce point également François Hollande a toutes les chances de perdre son pari. Non seulement nous n’assisterons pas à une stabilisation, voire une légère régression du chômage à partir de septembre ou d’octobre 2013, mais tout laisse penser qu’il continuera de monter."

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Economie
commenter cet article
23 janvier 2014 4 23 /01 /janvier /2014 11:38

 

Ukraine : rasssemblement à Kiev devant l'ambassade des USA

Plusieurs milliers de personnes ont organisé mercredi soir un rassemblement devant l'ambassade des Etats-Unis à Kiev pour protester contre l'ingérence dans les affaires intérieures de l'Ukraine.

 

L'action était organisée par le mouvement « Habitants de Kiev pour une ville pure » qui s'était déjà prononcé contre les désordres dans le centre de Kiev. Les membres du mouvement estiment qu'il est temps que les manifestants démantèlent les barricades.

 

Le 14 janvier un rassemblement similaire avait été organisé devant l'ambassade d'Allemagne à Kiev.

 

 

Source: http://french.ruvr.ru/news/2014_01_23/Les-habitants-de-Kiev-organisent-un-piquet-devant-lambassade-des-USA-4827/

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Russie
commenter cet article
23 janvier 2014 4 23 /01 /janvier /2014 10:29

 

 

 

Une église vieille de 1500 ans découverte en Israël

 

Des archéologues ont découvert dans le sud d'Israël les restes d'une église, qui pourrait avoir été le centre des communautés chrétiennes de la région sous l'ère byzantine, il y a 1500 ans.

 

Source: http://video.lefigaro.fr/figaro/video/une-eglise-vieille-de-1500-ans-decouverte-en-israel/3091669147001/

 

Un article de Live Science est un peu plus complet :

 

Les mosaïques de l'église antique découverte en Israël

Livescience.com par Megan Gannon , Nouvelles éditeur | 22e Janvier , 2014 10:09 ET

 

Source: http://www.livescience.com/42761-ancient-church-mosaics-uncovered-israel.html

 

Traduction Christ-Roi

 

http://i.livescience.com/images/i/000/061/587/original/israel-mosaic.JPG?1390404801

  Photo de l'histogramme, monographie du nom de Jésus, des oiseaux le soutenant, une guirlande de fleurs au-dessus.

 

Les restes d'une église byzantine de 1500 ans ont été découverts dans le sud d'Israël avec des inscriptions grecques et des mosaïques antiques représentant des zèbres, des léopards, des tortues et autres animaux, selon les archéologues.

Les ruines ont été découvertes au cours d'une fouille de sauvetage avant d'un projet de construction dans Aluma à environ 30 miles (50 kilomètres) au sud de Tel-Aviv, a annoncé l'Autorité des Antiquités d'Israël (IAA) mercredi (22 janvier) .

Les
excavateurs pensent que l'église a servi de centre de culte chrétien pour les communautés voisines et faisait partie d'une implantation byzantine à côté de la route principale reliant la ville portuaire antique d'Ashkelon (Ascalon) à l'ouest, Beit Guvrin et Jérusalem à l'est. Les archéologues pensent que beaucoup de personnes à l'époque, dans la région, gagnaient leur vie par la production de vin et son exportation depuis la côte d'Israël à toute la région méditerranéenne. [Voir les Images d'une Mosaïque Byzantinne Découverte en Israël]

 

NdCR. Voici une de ces images :

 

 

Dans l'intérieur de la basilique 22 par 12 mètres, les archéologues ont trouvé des colonnes de marbre et une cour ouverte pavées avec un sol en mosaïque blanche, a déclaré Daniel Varga, directeur des fouilles de l'AAI.

 

Juste à côté de la cour, dans le narthex de l'église, ou hall d'accueil, se trouve "un sol en mosaïque bien décoré avec des motifs colorés géométriques" ainsi qu'"une dédicace de douze rangées en grec contenant les noms de Marie et de Jésus, et le nom de la personne qui a financé la construction de la mosaïque", a déclaré Varga dans un communiqué.

 

Les mosaïques de la salle principale, ou nef, sont décorées de vrilles de vigne sous la forme de 40 médaillons. Beaucoup des médaillons contiennent un animal différent (comme un zèbre, un léopard ou un sanglier) ou une conception botanique, ont dit les chercheurs. Trois contiennent des inscriptions commémorant deux responsables de l'Église locale et régionale nommés Demetrios (Démétrius) et Herakles (Héraclès).

Les fouilles ont également révélé des navires byzantins en verre et un atelier de poterie pour faire des lampes amphores, des marmites, des cratères, des boules et des lampes à pétrole, ont déclaré les responsables de l'AAI.


Pour éviter de construire sur des sites antiques, les archéologues sont souvent amenés à des faire des fouilles en amont de projets de construction comme celui-ci, ce qui donne souvent des découvertes stupéfiantes ; par exemple, on a découvert un temple cultuel et des traces d'une maison vieille de 10.000 ans à Eshtaol, à l'ouest de Jérusalem lors de l'élargissement d'une route. Et pendant les dernières extensions de la route principale reliant Jérusalem à Tel-Aviv , appelée "Autoroute 1", les fouilleurs ont trouvé une sculpture en forme d'un phallus de l'âge de pierre, un bâtiment rituel de l'époque Premier Temple, et des figurines animales datant de 9500 ans.

S'agissant des dernières découvertes, l'AAI prévoit de déplacer la mosaïque pour la présenter dans un musée régional ou à un centre de visiteurs.

 

Source: http://www.livescience.com/42761-ancient-church-mosaics-uncovered-israel.html

 

 

http://www.sacra-moneta.com/images/stories/labarum/labarum_constant.jpgSur le monogramme du Christ, et son rôle dans notre histoire, lire :

 

"Identité nationale : Pont Milvius (312) et Tolbiac (496) : berceaux de la civilisation chrétienne et française"

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Religion
commenter cet article
23 janvier 2014 4 23 /01 /janvier /2014 07:47

Manuel Valls "quand même", "éternellement lié à Israël", veut interdire de communiquer le général de corps d'armée Soubelet : "Je ne tolérerai aucun manquement à cette ligne de conduite" :

 

 

Toute vérité n'est pas bonne à dire

 

Lors d'une audition parlementaire, le 18 décembre dernier, le général de corps d'armée Bertrand Soubelet, directeur des opérations et de l'emploi à la direction générale de la gendarmerie, a dressé un tableau accablant de la délinquance en France, notamment dans les campagnes.

Livrant une "analyse pas très conventionnelle", il a indiqué que la délinquance n'avait pas augmenté "en valeur absolue" mais qu'il y avait une "réelle insécurité dans notre pays". Au jeu des questions-réponses avec les membres de la commission, il a précisé que 65% des cambrioleurs interpellés dans les Bouches-du-Rhône en novembre 2013 "sont à nouveau dans la nature", critiquant la politique pénale menée par le gouvernement.

Vous entendrez avec le plus grand intérêt les propos du général Soubelet devant les parlementaires et la presse grâce au lien ci-dessous.

Et voici quelle fut la réponse de Manuel Valls, ministre de l'Intérieur, lors de ses voeux à la Gendarmerie nationale le 7 janvier dernier :

Avec la garde des sceaux, nous avons souhaité tourner la page des débats et des polémiques stériles qui ont été entretenus. Opposer la justice aux forces de l’ordre est extrêmement contre-productif. La garde des sceaux et moi-même, je veux le dire ici, travaillons dans le même esprit de confiance réciproque et je demande ici, à l’ensemble des forces de l’ordre de s’engager, de poursuivre le travail dans le même état d’esprit et vous comprendrez que je souligne ici avec force qu’aujourd’hui, je ne tolérerai aucun manquement à cette ligne de conduite. La loyauté et l’engagement sont des éléments tout à fait indispensablesEt je compte évidemment sur vous."

Ce qui veut à dire dans le langage du ministre: "Je vous interdis de communiquer ce que vous savez à qui que ce soit, y compris aux parlementaires et même lorsqu'ils constituent une commission d'enquête."

C'est ce que pensait sans doute Jérôme Cahuzac lorsqu'il fut interrogé sur l'existence d'un compte bancaire planqué en Suisse...

A-t-on besoin d'en dire davantage ? Sinon que de l'imposture à la forfaiture, il n'y a qu'un pas.

Jean-Yves Pons

Le général Soubelet devant les parlementaires :  http://www.youtube.com/watch?v=h4ZJLQYM0oM

 

Source: http://www.vexilla-galliae.fr/actualites/politique/659-toute-verite-n-est-pas-bonne-a-dire 

 

 

 

****

 

ProRussia Tv:

 

Un officier de gendarmerie met les élus face à la ruine du système judiciaire français

 

C’est un homme d’honneur, un officier, qui s’est exprimé le 18 décembre devant la commission parlementaire de « lutte contre l’insécurité ». Il aura fallu un mois, pour que les propos du Général Soubelet, propos qu’il savait enregistrés, arrivent aux oreilles du public. Et les Français ont pu découvrir que le n°3 de la gendarmerie, n’avait ni sa langue dans sa poche, ni des œillères, fut-ce au prix de sa carrière. Pendant les 90 minutes qui lui furent accordées, ce général 4 étoiles s’est à la fois fait l’avocat de l’excellence de ses hommes et le procureur d’un système judicaire à bout de souffle, qui ne fonctionne qu’à l’idéologie et au dogmatisme. Ses propos posés, ceux d’un grand professionnel, en charge des opérations et de l'emploi, à la Direction générale de la gendarmerie nationale, ont dérangé beaucoup de monde.
 
Évoquant en préambule de son intervention, la lourdeur des procédures «sur le plan juridique», qui complique le travail des gendarmes, le général Bertrand Soubelet lâche je cite, que « les délinquants le savent et profitent du système (…) et il assène : Les gendarmes sont inquiets car on prend plus soin des auteurs que des victimes ». Il précise qu'en 2013, le travail de la gendarmerie a permis une hausse de 4% de personnes mises en cause, alors que le nombre de placements sous écrou « a diminué de 33% ». Et ça, c’est de la responsabilité de la justice.
 
Sans fard, loin du politiquement correct, il affirme que « les auteurs d'atteintes aux biens (cambriolages, vols...), les plus importantes numériquement, bénéficient d'un traitement pénal qui leur permet de continuer à exercer leurs activités ». Chiffres à l’appui, il illustre ses propos devant les députés : 65% des cambrioleurs interpellés dans les Bouches-du-Rhône, en novembre 2013 sont déjà dans la nature… Et le phénomène touche l’ensemble du territoire, puisque, je le cite à nouveau : « La notion de sanctuaire rural et périurbain n'existe plus (…) la délinquance et l'insécurité frappent au cœur de nos territoires, dans la ruralité profonde ».  Un phénomène lié à : une « migration importante de la population française en dehors des 25 agglomérations les plus importantes, vers la zone gendarmerie ».
 
Le général Soubelet s’interroge également : « Quand vous lâchez 65% de ceux qui se sont rendus coupables d'un certain nombre d'exactions, comment voulez-vous que les chiffres baissent ? ». Et il conclut : « c'est tout à fait impossible. Vous pouvez multiplier par deux, les effectifs de gendarmes dans les Bouches-du-Rhône, cela ne changerait rien. La réalité, c'est celle-là, je pense que c'est mon devoir de vous le dire, de manière peut-être un peu crue ». Pour bien faire comprendre que le problème de l’insécurité et celui du sentiment d’insécurité bien réel qui préoccupe les Français, ne sont pas générés par une défaillance des forces de l’ordre, il cite en exemple un autre département qu'il ne nome pas, où affirme-t-il encore : «le parquet recommande de mettre dehors les présumés délinquants mineurs étrangers, faute de moyens pour trouver un interprète ». Même laxisme de la justice, lorsque le « critère de valeur » pour une garde à vue, est qu'à « moins de 300 euros » de préjudice, « on remet tout le monde dehors ».
 
Rien de très neuf, en réalité.
Il est évident que le laxisme des juges, ne posant plus de barrières et de distinction claire, entre le bien et le mal, encourage la récidive, puisqu’elle s’apparente à une quasi-totale impunité. Et plus tôt intervient le rappel à la loi, plus tôt le délinquant peut avoir une seconde chance. Ce n’est pas le laxisme qui est humainement et socialement acceptable, mais bel et bien l’exemplarité de la sanction qui confère à la victime, comme au criminel, sa place dans la société. Ce qui est nouveau, en revanche, c’est qu’un officier parle publiquement, au nom de ses hommes. Il semblerait que ce corps d’élite en ait assez, de voir ses rapports confidentiels, finir au fond des corbeilles d’élus inconscients de la réalité du terrain, et tente de leur rappeler que la devise de la gendarmerie est : « Pour la patrie, l'honneur et le droit », trois notions que la Hollandie bafoue sans doute, un peu trop à leur goût.

 

Source:  http://www.prorussia.tv/Un-officier-de-gendarmerie-met-les-elus-face-a-la-ruine-du-systeme-judiciaire-francais_v708.html

Repost 0
22 janvier 2014 3 22 /01 /janvier /2014 23:59

Les lignes bougent aux Etats-Unis aussi.

 

USA: manif contre le droit à l'avortement

 

 

Par Avec Reuters Mis à jour le 22/01/2014 à 22:10 Publié le 22/01/2014 à 22:06

 

Des milliers de militants anti-avortement pro-vie ont manifesté aujourd'hui à Washington pour leur traditionnelle "Marche pour la vie". Soutenus par le pape François, qui a utilisé son compte Twitter pour "joindre (ses) prières à la 'Marche pour la vie'", ils ont entendu le chef de file de la majorité républicaine à la Chambre des représentants leur promettre qu'un vote serait bientôt organisé pour tenter de mettre fin à tout financement fédéral des interruptions volontaires de grossesse assassinats d'enfants.


"Nous ne pouvons laisser les adversaires de la vie affaiblir continuellement la structure morale de notre pays", a ajouté Eric Cantor, admettant cependant que le projet n'avait pratiquement aucune chance d'être adopté au Sénat.

 

Source: http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2014/01/22/97001-20140122FILWWW00611-usa-manif-contre-le-droit-a-l-avortement.php

Repost 0
22 janvier 2014 3 22 /01 /janvier /2014 23:39

DrapeauDans un entretien exclusif accordé à La Voix de la Russie, l’ex-président de la République tchèque Václav Klaus,  économiste à la renommée internationale, a montré le chemin aux pays membres de l’UE pour protéger leur souveraineté nationale déjà en commençant par ne pas participer à "un organe aussi absurde que le Parlement européen" .


Václav Klaus : « L’Euro a été une tragique erreur »

 

 

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/a/a7/Vaclav_Klaus_headshot.jpg/220px-Vaclav_Klaus_headshot.jpgVáclav Klaus : « Il n’est absolument pas impossible de défendre ce que je considère comme le bien le plus important d’un État. Je suis un fervent opposant à la fédéralisation de l’UE, et je ne souhaite pas voir mes petits-fils se battre pour une quelconque armée européenne. Je ne veux pas voir le drapeau européen en haut du château de Prague. Lorsque j’étais président, jamais il n’y a été hissé. Je pense que la création d’une Europe unie est contre nature, artificielle. Je reste sur cette position et j‘y resterai jusqu’à la fin. J’explique pourquoi. La République tchèque est un petit pays. Nous avons vécu pratiquement 400 ans sous la domination des Habsbourg et avons mis toutes nos forces pour nous en libérer. C’est devenu l’idée nationale. Dans la seconde moitié du XXe siècle, nous avons vécu sous l’autorité de Moscou. Et nous avons été heureux de retrouver notre indépendance après la chute du régime communiste. Et voilà que l’on pourrait de nouveau (pour la troisième fois) perdre notre souveraineté, se retrouvant sous le diktat de Bruxelles ? D’un point de vue historique, cette perspective est sans issue. Je rêve de pouvoir l’éviter. »

 

La Voix de la Russie : Mais, de toute évidence, la République tchèque souhaite une plus grande intégration dans le cadre de l’UE, et entrer dans la zone euro justement. C’est ce qu’a déclaré Jiří Rusnok en quittant son poste de Premier ministre.

 

V. K. : « Il m’a beaucoup surpris. C’est que, selon les derniers sondages, seuls 6 % des Tchèques souhaiteraient faire partie de la zone euro. 16 % parlent d’un avenir lointain. Cela veut dire que 78 % sont contre l’abandon de la couronne. Mais, bien sûr, l’opinion des citoyens ne garantit pas contre des erreurs du gouvernement. »

 

LVdlR : Quelle est, selon vous, l’avenir de la monnaie européenne ?

 

V. K. : « L’Euro a été une tragique erreur, une décision volontariste de la classe politique européenne. Rien n’a changé dans ma critique de l’euro depuis son introduction. »

 

LVdlR : La République tchèque, comme de nombreux pays de l’UE, s’efforce d’être plus indépendante par rapport aux ressources énergétiques russes. Comment vont évoluer les relations sur le marché énergétique européen ? La Russie maintiendra-t-elle sa position de leadership ?

 

V. K. : « En tant qu’économiste, je considère que le jeu politique lié à la crainte d’une dépendance aux fournitures de pétrole et de gaz russes est absurde. Il faut prendre des décisions économiques rationnelles. Il faut acheter les hydrocarbures où cela est plus intéressant au niveau du prix et où le transport est le plus fiable, que ce soit la Russie, ou bien l’Azerbaïdjan. Mais lorsque je vois que la classe politique à Bruxelles est soudainement devenue experte en énergie et dicte quel gazoduc, quelle route est préférable, je n’en reviens pas. Ce n’est pas leur domaine. Le plus important ici est l’avis des spécialistes. »

 

LVdlR : Il y a toujours dans les relations entre la Russie et l’UE des sujets sensibles, comme celui de la défense antimissile, et beaucoup d’autres. Comment s’en sortir parmi toutes ces prétentions et ces incompréhensions mutuelles ?

 

V. K. : « Il faut reléguer ces faux problèmes au second plan. Par exemple, je ne pense pas que, en 2014, le sujet de la défense antimissile puisse compliquer de quelque sorte que ce soit les relations russo-européennes. »

 

LVdlR : Monsieur le Président, pensez-vous revenir sur la scène politique ?

 

V. K. : « Je peux seulement dire que, pour l’instant, je n’ai aucune ambition politique, bien qu’il y ait de nombreuses spéculations concernant mon éventuelle participation aux élections européennes de mai prochain. Je n’ai pas l’intention de passer du “bon temps”, pourrais-je dire, dans un organe aussi absurde que le Parlement européen. »

 

Source: http://french.ruvr.ru/news/2014_01_20/V-clav-Klaus-L-Euro-a-ete-une-tragique-erreur-3143/

 

S'agissant de la crise de la zone euro et de l'argument faisant reposer la faute sur "un cataclysme mondial", Václav Klaus explique qu'"il n'en est rien" :

 

« Je ne peux pas détourner mon attention de la situation financière en Europe, que j’estime extrêmement mauvaise, pour ne pas dire catastrophique. J’ai dû polémiquer avec ceux qui affirment que la crise de la zone euro est le résultat d’un cataclysme mondial. Il n’en est rien ! Ce qui se passe et qui s’est passé concernant l’euro en 2011, 2012 et 2013 est purement européen. Nous n’observons rien de tel en Asie, en Afrique ou en Amérique du Sud. J’ai défendu ce point de vue lors du forum. » 


Lire la suite: http://french.ruvr.ru/2014_01_17/V-clav-Klaus-Je-respecte-la-Russie-pour-sa-stabilite-1497/

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Economie
commenter cet article
22 janvier 2014 3 22 /01 /janvier /2014 18:42

 

 

 

Une petite video bien faite récapitule l'antichristianisme de ces deux ou trois dernières années.

 

"Toutes et tous uni(e)s", "dans les medias, dans la rue", "faire entendre notre voix" : oui pourquoi pas si cela permet aux personnes de se rencontrer, d'échanger, de diffuser la vérité, et de créer des cercles de résistance. Sinon, préjuger d'un quelconque impact politique à ces manifestations de masse c'est oublier que la république se moque de leur nombre si ces manifestants ne vont pas dans le sens du "progrès" qu'elle a défini dans les loges, les méprisera et continuera son agenda...

 

"Toutes et tous uni(e)s", donc oui, mais contrairement à ce qui est dit, la solution n'est pas "dans les urnes" (cela n'a jamais été le cas, car on ne lutte pas contre le démon avec les armes du démon : régime du nombre, scrutins et "élections", armes de l'oligarchie). La solution n'est pas non plus "contre l'intolérance de la "laïcité" : la laïcité est une invention chrétienne, "Rendez à César ce qui est à César et à Dieu ce qui est à Dieu". Il s'agit de lutter pour la justice, pour le droit, pour la civilisation, dans davantage d'authentique laïcité chrétienne et de démocratie.

 

Ce qui implique :

 

. Une sortie de la Matrice, "faire sécession";

. une séparation de la franc-maçonnerie et de l'Etat qui ont véritablement fusionné aujourd'hui dans un nouveau césarisme ou holisme religieux qui confond le temporel et le "spirituel" maçonnique pour faire de la franc-maçonnerie la "religion de la république" selon les termes de Vincent Peillon;

. suprimer le DPR (Diviser pour régner de la machine révolutionnaire)

. remplacer le régime du nombre par le régime du poids, ce qui court-circuiterait la dérive oligarchique de la démocratie;

. restaurer l'égalité et la liberté d'expression réellement pour tous, dans les limites définies par la loi;

. laisser la liberté de réunion aux loges maçonniques contre l'engagement de déclaration publique ou "officielle", comme doivent le faire tous les lobbys pour faire de la politique à l'Assemblée nationale depuis le 1er janvier 2014. Ceci montrerait une plus grande transparence démocratique dans l'élaboration de la loi et réconcilierait les Français avec les institutions politiques et annulerait le travail de sape fait dans l'ombre et en secret. Autre avantage : la suppression de tout phénomène de haine-victimisation-réparation sur lequel ont pu joué les forces de l'ombre après avoir été interdites par une loi d'interdiction de la franc-maçonnerie du maréchal Pétain du 13 août 1940;

. une réappropriation de notre langage qui, depuis deux siècles, a subi une véritable inversion.


La solution concrète et ultra-rapide, on l'a vu, est dans la sortie de la matrice, une solution à la russe consistant à ne laisser sur place plus qu'une coquille vide qui s'effondrera en temps et en heure, dès que surviendra le moindre coup de vent.

 

Pour arriver à ce résultat, il faut comme l'écrit Pierre Jeanthon sur Vexilla-Galliae : "s’armer d’un esprit de sacrifice et de pardon, d’humilité et d’abnégation, de force, de courage et de charité sans lequel notre combat est voué à l’échec".

 

Ensuite, viendra le temps de la reconstruction.


 

. Subversion du langage : Un poème d'Armand Robin qui explique le programme des deux derniers siècles

. Face au deux poids deux mesures : prôner l'égalité et la liberté

Repost 0
22 janvier 2014 3 22 /01 /janvier /2014 12:01

Farida Belghoul sur l’état de déliquescence du système médiatique français

 

Par FB, janvier 18, 2014

 

Alors que le battage médiatique autour de l’affaire Dieudonné semble en train de s’essouffler, nous avons voulu connaître le point de vue de Farida Belghoul sur la crédibilité que l’on peut encore accorder aux médias officiels en France. Entretien bref mais sans concession…

 

1) Que pensez-vous des médias officiels?

 

Les médias officiels sont désormais définitivement les chiens de garde des méchants et des pervers. Ils soutiennent le parti de l’oppression et de la domination, du chaos organisé. Les résistants sont leurs bêtes noires. Ils les accablent à longueur de temps en les calomniant et en les diffamant. Ils n’informent pas; ils nous font la guerre. Cela dure depuis des années. Récemment, à l’occasion d’une conférence sur la théorie du genre et pour la promotion des Journées de Retrait de l’Ecole pour sauver les enfants, une journaliste du monde m’a sollicitée pour une interview. J’ai refusé, poliment mais j’ai refusé nettement. Je sais que mes réponses auraient été trafiquées à mon désavantage pour desservir la cause que je sers. Je ne me soumettrai pas à ces opérations de manipulation publique.  Aujourd’hui, l’information véridique se trouve sur internet. C’est la raison pour laquelle il faut défendre internet.

 

 

2) Quelles récentes expériences vous ont convaincues?

 

J’ai 55 ans. J’ai été l’un des leaders du mouvement beur des années 1980. Les medias ont alors tous soutenu l’OPA de SOS Racisme pour détruire le mouvement naissant des jeunes immigrés de la seconde génération. SOS Racisme nous a massacrés grâce au soutien inconditionnel du président Mitterrand, de l’Elysée et des medias.

 

 

 

3) Pensez-vous qu’ils puissent changer ?

 

Ils ne changeront jamais. C’est à nous de changer. C’est à nous de les ignorer et de les mépriser comme ils nous ignorent et nous méprisent. Arrêtons de nous plaindre. Cessons de quêter leur reconnaissance. C’est ridicule ! Je suis fière d’avoir été blacklistée pendant 29 ans. Je ne m’en plains pas. Les journalistes honnêtes doivent quitter les rédactions corrompues et créer des media indépendants. C’est la seule alternative. Une alternative enthousiasmante : nous devons reprendre le contrôle de nos vies !

 

 

 

4) Quels mots utiliseriez-vous pour les qualifier?

 

Manipulateurs pervers. Certains journalistes sont convaincus de leurs propres mensonges. Le diable enjolive toujours ses plans destructeurs.

 

 

Source: http://journal-audible.org/farida-belghoul-sur-letat-de-deliquescence-du-systeme-mediatique-francais/

via http://www.egaliteetreconciliation.fr/Farida-Belghoul-sur-l-etat-de-deliquescence-du-systeme-mediatique-francais-22815.html

 

****

 

Remarque : Farida Belghoul explique qu'elle n'a pas répondu à une demande d'entretien par une journaliste du Monde. Or, il se trouve qu'après que nous ayons diffusé les videos de Farida Belghoul et Mathias Cardet sur l'antiracisme (liens ci-dessous), Christ-Roi a également été contacté en novembre 2013 par un journaliste du Monde qui avait « quelques questions  à (nous) poser au sujet de Farida Belghoul »..., journaliste auquel le site n'a naturellement pas donné suite, pour les mêmes raisons, à savoir : des réponses trafiquées à notre désavantage pour desservir la cause que nous défendons, troncages des réponses ou inversions dans le développement du discours, la volonté de ne pas entretenir des medias qui nous font la guerre et ont pris le parti de l'empire mondialiste depuis 1789.

 

. L'arnaque de l'antiracisme (Conférence de Farida Belghoul et Mathias Cardet) (19 novembre 2013)

. Farida Belghoul alerte sur la théorie du genre (1er novembre 2013)

. L'"antiracisme" expliqué par Farida Belghoul, Mathias Cardet et Alain Soral (19 août 2013)

. De l’antiracisme à Égalité & Réconciliation : rencontre avec Farida Belghoul (20 mai 2013)

 

Quelques exemples parmi d'autres de manipulations et de falsifications journalistiques :

 

. La Préfecture de Police minore les chiffres des Manifs pour tous, falsifie grossièrement les images aériennes de la MPT dU 24 mars, photos truquées et reprises dans l'ensemble des medias

. Photo du bide de la "révolution fiscale" de Mélenchon le 1er décembre 2013 que les medias présentait au milieu d'une foule

. L'interview d’Alain Soral par BFM TV (non-diffusée par la chaîne) : « Dieudonné n'est jamais tombé en réalité dans ce que l'on appelle l'antisémitisme »

. Chrystel Camus flingue I-télé : "J'ai aussi dit qu'il y avait des juifs, ça a été coupé au montage"

. Dieudonné entre matraquage médiatique et désinformation sondagière

. Dieudonné : un "étrange sondage" désavoué par des commentateurs en ligne

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Presse - Medias
commenter cet article