Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
31 mars 2014 1 31 /03 /mars /2014 17:06

 

 

Le psychologue Yann Carrière explique que :

 

« Le genre (la théorie du genre), c'est un mal dissimulé sous un bien. Cela veut dire qu'on a retourné la logique normale, qui est d'essayer de faire le bien. Et là, on prétend faire le bien et en réalité on fait le mal. Il y a un vieux mot français pour dire cela, c'est le mot pervers qui signifie retourner complètement la logique normale. »

 

 Dans ses Exercices spirituels , Saint-Ignace de Loyola parle de "tentation sous manifestation de bien" ou "sous apparence de bien". C'est la tentation de Satan la plus élaborée, celle qui sa cache sous une apparence de bien.

 

 

« La "dissimulation" est ici une "grande confusion: on ne sait pas s'y retrouver. Il y a des gens qui ont l'air d'être très gentils et de dire que le genre c'est juste de vivre mieux, de tolérer tous ceux qui sont différents, qui ne sont pas dans la norme, qui sont dans la minorité. Et puis à part cela, on voit des textes alarmants, des choses alarmantes, des expériences alarmantes qui sont extrémistes et on se dit mais où est la vérité dans tout cela. »

 

La confusion (du genre) elle-même, est le but des idéologues du genre :

 

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/8/85/Judith_Butler_cropped.jpg/220px-Judith_Butler_cropped.jpg« Le titre du livre de Butlter est clair : "Trouble dans le genre" (Gender trouble, un livre de 1990, NdCR.) ». Son but c'est de semer le trouble. Et elle a parfaitement réussi.

 

Non seulement c'était son but. Mais c'est aussi la méthode. C'est-à-dire que le genre fait partie de ces courants post-moderne. Pourquoi dit-on post-moderne ? Parce qu'ils combattent et ils nient - même si c'est totalement incohérent et scie la branche sur laquelle ils sont assis - toute la valeur civilisationnelle de la rigueur intellectuelle, de la logique. ... C'est dans leur logique de ne pas être logique.

 

Si vous essayez d'argumenter avec eux (avec les post-modernes) - c'est pour cela que le mot pervers est important -, vous allez être paumé, et ils vont vous dire par exemple : "mais vous savez la rigueur et la logique c'est une invention de l'homme hétérosexuel blanc du XVIIIe siècle". Sous-entendu, "moi j'en ai rien à faire... Du moment que je défends les femmes, les homosexuels ou les gens d'autres ethnies, j'ai le droit de raconter n'importe quoi. Et cela je l'ai entendu partout. Y compris à l'université. 

 

Donc (la confusion), c'est dans le but, c'est dans la méthode. 

 

Bulter a été interviewée par le Nouvel Observateur dans un numéro de décembre 2013. On lui pose la question : "Vous dites que les différences sexuelles n'existent pas biologiquement?". Elle répond : "C'est vrai, le sexe biologique existe". Elle n'est pas toujours aussi claire, mais là elle le dit. "Simplement, ajoute-elle, sa définition nécessite un langage et un cadre de pensée - autant de choses qui par principe peuvent être contestées et qui le sont." »

 

Source : "Théorie du genre: Judith Butler répond à ses détracteurs", Le Nouvel Observateur, Publié le 15-12-2013 à 19h19, Mis à jour le 15-01-2014 à 11h15, http://bibliobs.nouvelobs.com/essais/20131213.OBS9493/theorie-du-genre-judith-butler-repond-a-ses-detracteurs.html

 

« Traduction : oui les différences biologiques existent. Mais si vous en parlez je vais vous démolir. Cela peut être contesté et cela l'est. Votre code de pensée est contestable et il va être contesté. Les mots que vous employez, ils sont contestables, et ils vont être contestés. Et vous n'aurez plus qu'à vous taire.»

 

 

 

 

  "C'est cela le plus grand danger de l'idéologie du genre" :

 

« C'est une idéologie totalitaire, fascisante, parce qu'elle va du côté de la haine.

 

C'est une idéologie qui détruit la pensée. Et concernant l'école, qui fait de la déséducation. Et c'est cela le plus grand danger. Parce que quelques soient les problèmes dans le monde, à partir du moment où on aura réussi à paralyser votre pensée, on sera bien embêté. La différence homme femme, tous les jours on y est confronté. Et si la pensée est paralysée là-dessus, alors bonjour la mise en esclavage de l'humanité.»

 

L'idéologie du genre débouche sur la haine :

 

«L'ennemi désigné, c'est le mâle blanc hétéro. Et au passage, vous voyez qu'il a perdu sa dignité humaine. On est vraiment dans la destruction des personnes : « c'est un mâle », c'est-à-dire un animal, ce n'est pas un être humain. Vous voyez jusqu'où va la haine.

 

Destruction de la pensée et haine. Vous voyez la gravité de l'idéologie du genre. 

 

 

... La déséducation (de la théorie du genre). Ce n'est pas un changement de civilisation, c'est une destruction de la civilisation. C'est aller vers la barbarie. On vous empêche de penser. Et que vous propose-t-on pour vous séduire ? La sexualité. Jouir sans entraves. Attention à ne pas tomber dans le piège. On va vous dire : "jouissez et ne pensez pas".

 

Donc, ce n'est pas un changement de civilisation. C'est un aller direct vers la barbarie et l'animalité, comme on le voit dans l'expression de Bulter, "le mâle hétérosexuel".

 

Deuxième perspective de Butler, c'est féminisme et subversion de l'identité. C'est la destruction de l'identité; la personne n'existe pas. Donc on est comme des petites crottes manipulées par le pouvoir. Et cela c'esty génial pour tous ceux qui veulent nous diriger. Je crois que c'est une des grandes raisons du succès de la théorie du genre. »

 

 

Suite de la conférence :

 

 

 

"Un combat pour la vie". Intervention de Maître Souchon. http://www.youtube.com/watch?v=oggUVTcdRRQ

 

Eugénisme et contrôle de la population.

 

 

. Subversion du langage : Un poème d'Armand Robin qui explique le programme des deux derniers siècles

. Docteur Yann Carrière sur la "théorie du genre", une "théorie fascisante"

. Le peuple français fait face à une entreprise totalitaire (Henri Hude)

Partager cet article

Repost0

commentaires