Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 septembre 2014 3 10 /09 /septembre /2014 12:59

En filigrane de la guerre des Etats-Unis contre la Russie par procuration de l'UE en Ukraine, la soit-disant "Europe de la paix" prépare un scénario de "guerre d'hiver de type napoléonien"... Et comme d'habitude c'est nous, européens, qui allons payer la facture.


En prévision de l'hiver, la junte de Kiev embourbée dans son Stalingrad au Donbass, incapable de faire face à ses factures, a prévu le 4 août de couper le gaz à sa propre population à Kiev cet hiver.

 

Un rapport sur la sécurité énergétique dans le secteur gazier préparé par le Conseil de l'UE suggère pour nous en Europe des mesures immédiates en cas de perturbation des fournitures du gaz russe cet hiver et décrit les approches à moyen terme pour assurer la sécurité des livraisons. Selon certaines informations, ce document sera examiné lors d'une réunion informelle des ministres de l'Energie de l'UE le 6 octobre, et les propositions formulées seront étudiées au sommet de l'UE du 17 au 21 octobre.

 

Selon Alexeï Grivatch, directeur général adjoint de la Fondation russe pour la sécurité énergétique nationale, l'Europe n'est pas prête aujourd'hui à suspendre les importations de gaz russe: si le transit via l'Ukraine était interrompu, le déficit gazier en cas de consommation maximale s'élèverait en Bulgarie à 7,5 millions de mètres cubes par jour (70% de la consommation journalière) et à 6 millions de mètres cubes par jour en Grèce (40%). Un consommateur aussi important que l'Italie pourrait couvrir la demande maximale uniquement en puisant au maximum dans ses réserves et grâce aux achats au maximum de gaz norvégien, dont les approvisionnements seraient difficiles à assurer sur une longue période. Alexeï Grivatch précise que ces estimations sont faites avec les données de l'hiver dernier, qui était plutôt doux. "Dans l'ensemble, ce document est contradictoire. D'une part, l'UE a l'intention de trouver des fournisseurs de gaz alternatifs. De l'autre, elle souhaite créer un cartel de consommateurs intérieurs", souligne l'expert. D'après ce dernier, l'Europe pourrait faire appel à des quantités significatives de GNL uniquement en augmentant les tarifs, qui sont aujourd'hui inférieurs de 40% à ceux pratiqués en Asie. (1)

 

 

« L'UE joue avec le confort du citoyen ... L'Europe se prépare à un scénario de 'guerre d'hiver de type napoléonien' »

 

http://img.over-blog.com/280x164/0/51/99/49/Juillet-Aout-Septembre-Octobre-2014/Sanctions-economiques-de-l-UE.jpeg« L’Europe cherche à réduire sa dépendance au gaz russe qui passe par l'Ukraine. Ces derniers mois, un volume record de gaz a été stocké dans notre région de manière à minimiser les risques de pénuries au cours de l'hiver prochain. Entretemps, après Obama le 3 septembre, l'UE prépare le 8 septembre une nouvelles série de sanctions contre la Russie.

 

Sur le graphique ci-dessous de l'agence de presse Bloomberg, on peut suivre facilement les volumes de gaz transportés quotidiennement de la Russie vers la Slovaquie en passant par l’Ukraine (ligne bleue), dont on voit qu’ils sont tombés à un niveau très bas le mois dernier? En rouge, en bas, on voit également les niveaux du volume de gaz que l'UE a stockés au cours des derniers mois.

 

Gaz-russe-approvisionnant-l-Europe-via-l-Ukraine.jpg
Gaz russe approvisionnant l'Europe via l'Ukraine


 

Les livraisons directes de gaz de la Russie à l'Europe n’ont pas été affectées par la crise en Ukraine (depuis le mois de mars 2014, l'UE procède à un stockage massif de gaz en prévision de l'hiver 2015, Ndlr.). Selon les chiffres du lobby de l'infrastructure Gas Infrastructure Europe, les sites de stockage situés en Slovaquie étaient à 92% de leur capacité le 4 Septembre dernier.

 

L’Europe est donc en train de stocker de grandes quantités de gaz, probablement pour se prémunir contre une potentielle suspension des livraisons de la part de la Russie.

 

L'UE espère avoir stocké des quantités de gaz suffisantes à l’approche de l’hiver, mais elle souhaite surtout nuire à la Russie en privant les compagnies énergétiques russes de leurs recettes, tarissant ainsi leur source de financement (sanctions) afin de mettre l’économie russe en difficulté, et de forcer le président russe Poutine à plier...

 

Un plan audacieux qui comporte pourtant 3 écueils importants:

 

1) Il ne tient pas compte de l'hypothèse d'un hiver plus froid que la normale, un phénomène qui pourrait être avéré en raison du retour du phénomène El Niño, associé avec des hivers européens plus froids de 2 à 3° C en moyenne par rapport à la normale.

 

2) La Douma s’est déjà engagée à soutenir financièrement les sociétés russes affectées par les sanctions. Le gouvernement russe est prêt à débloquer 1.500 milliards de roubles pour maintenir le niveau de production de Rosneft à son niveau actuel. De son côté, Gazprom a sollicité des prêts auprès de banques européennes qui seraient en train de les lui octroyer avant l’entrée en application des sanctions.

 

3) Que se passera-t-il au printemps, lorsque l'industrie allemande aura besoin de gaz, et que les stocks seront épuisés ?

 

... Les dirigeants européens semblent donc prêts à faire un pari ayant pour enjeu les vies de leurs contribuables cet hiver, basé sur la météo - sous la pression de Washington? - écrit le blog Zero Hedge. Mais les stocks de gaz que l’Europe a constitués l’aideront-elle à éviter un désastre hivernal de type napoléonien ? (2)

 

Sources:

 

(1) http://fr.ria.ru/presse_russe/20140910/202386179.html

(2) http://www.express.be/business/fr/economy/lue-joue-avec-le-confort-du-citoyen-leurope-se-prepare-a-un-scenario-de-guerre-dhiver-de-type-napolonien/207675.htm

Partager cet article

Repost 0

commentaires