Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 septembre 2013 1 02 /09 /septembre /2013 07:53
EN DIRECT. Syrie, le 2 septembre 2013. François Hollande lâché en rase campagne, pris dans un piège diplomatique
La constitution américaine, fondant un régime présidentiel, donne au président américain le droit de déclarer la guerre, par son statut de commandeur des armées. Mais, après le vote des députés britanniques contre une intervention militaire en Syrie, Obama a fait un volte-face étonnant qui a surpris tout le monde en  demandant un vote au Congrès avant toute intervention.

 

Dans le même temps, en France, F. Hollande déclarait que le vote négatif britannique n'entamait en rien sa détermination à agir. La constitution de la Ve république, fondant un régime semi-présidentiel, donne effectivement à F. Hollande la même prérogative que celle d'Obama. Il a lui aussi le droit de déclarer la guerre par son statut de "chef des Armées", sans passer par la représentation "dite nationale".

 

Mais, le vote négatif des députés britanniques, et le désistement surprise d'Obama laisse François Hollande seul en rase campagne, pris dans un piège diplomatique.

 

Le projet de F. Hollande de consulter le Parlement (le 4 août) sans vote, annoncé lors de son discours prononcé face aux ambassadeurs français réunis à l'Elysée le 27 août), referme le piège diplomatique sur le président.

 

La diplomatie va-t-en guerre tout azymuth de son ministre des Affaires étrangères, le déstabilise également. Laurent Fabius, parlait dès le 21 août, d'une "attaque chimique extrêmement grave" en Syrie, le "massacre de Damas", que la France condamnait "de la façon la plus ferme". Le 23 août, il réclamait une "réaction de force".

 

Hier encore, au lendemain du volte-face d'Obama, le ministre de l'Intérieur Manuel Valls le chimique quand même, déclarait qu'il ne fallait "pas laisser ce crime impuni".

 

Autrement dit, F. Hollande est doublement piégé, et par le recul d'Obama et par l'empressement de son propre gouvernement. S'il intervient en Syrie, il y intervient seul. S'il n'intervient pas, la diplomatie irresponsable de Laurent Fabius le ridiculise.

 

Au point qu'aujourd'hui, les amis de F. Hollande lui disent qu'ils se fichent du "vote au parlement".

 

8h35. Nathalie Kosciusko-Morizet: «Le président peut choisir, mais il est tellement affaibli qu'il n'a pas d'autres solutions» que d'organiser un vote.

 

Source: http://www.leparisien.fr/politique/en-direct-syrie-a-hollande-de-decider-si-la-situation-exige-un-vote-estime-bartolone-02-09-2013-3100567.php


8h55.  les affirmations de l'Occident concernant l'utilisation d'armes chimiques «ne convainquent absolument pas» la Russie. 

«On nous a montré quelques images où il n'y a rien de concret: ni cartes géographiques ni noms», indique le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov.

 

Source: http://www.leparisien.fr/politique/en-direct-syrie-a-hollande-de-decider-si-la-situation-exige-un-vote-estime-bartolone-02-09-2013-3100567.php

 

12h40. La Russie envoie un navire de surveillance électronique vers la Syrie.

Selon l'agence russe Interfax, le navire de guerre électronique SSV-201 «Priazovié» a quitté dimanche soir Sébastopol, port ukrainien où est basée la flotte russe de la mer Noire, «pour une mission dans l'Est de la Méditerranée». L'état-major russe, principal allié de Bachar al-Assad, avait indiqué la semaine dernière que le groupe de navires dans la Méditerranée effectuait de manière ininterrompue des observations et analyses des activités militaires autour de la Syrie.

 

Source: http://www.leparisien.fr/politique/en-direct-syrie-a-hollande-de-decider-si-la-situation-exige-un-vote-estime-bartolone-02-09-2013-3100567.php

 

18h38. La mise en garde d'Assad à la France

Dans une interview au figaro, Bachar el Assad met en garde la France contre toute intervention en Syrie : « Quiconque accuse doit donner des preuves. Nous avons défié les États-Unis et la France d'avancer une seule preuve. MM. Obama et Hollande en ont été incapables, y compris devant leurs peuples. ...Supposons que notre armée souhaite utiliser des armes de destruction massive: est-il possible qu'elle le fasse dans une zone où elle se trouve elle-même et où des soldats ont été blessés par ces armes, comme l'ont constaté les inspecteurs des Nations unies en leur rendant visite à l'hôpital où ils sont soignés? Où est la logique?

 

Le Moyen-Orient est un baril de poudre, et le feu s'en approche aujourd'hui. Il ne faut pas seulement parler de la riposte syrienne, mais bien de ce qui pourrait se produire après la première frappe. Or personne ne peut savoir ce qui se passera. Tout le monde perdra le contrôle de la situation lorsque le baril de poudre explosera. Le chaos et l'extrémisme se répandront. Le risque d'une guerre régionale existe.

 

Quiconque contribue au renforcement financier et militaire des terroristes est l'ennemi du peuple syrien. Quiconque œuvre contre les intérêts de la Syrie et de ses citoyens est un ennemi. Le peuple français n'est pas notre ennemi, mais la politique de son État est hostile au peuple syrien. Dans la mesure où la politique de l'État français est hostile au peuple syrien, cet État sera son ennemi. Cette hostilité prendra fin lorsque l'État français changera de politique. Il y aura des répercussions, négatives bien entendu, sur les intérêts de la France. »

 

Source: http://www.lefigaro.fr/international/2013/09/02/01003-20130902ARTFIG00532-la-mise-en-garde-d-el-assad-a-la-france.php

 

19h45. Ayrault: «Mercredi, il y aura un débat sans vote».

  1. Le Premier ministre n'en démord pas, malgré la pression de certains parlementaires, «c'est au président de la République qu'il appartient de décider si un vote doit avoir lieu». Ainsi, «mercredi, il y aura un débat sans vote». En parallèle, François Hollande «continue son travail de persuasion pour réunir dans les meilleurs délais une coalition», assure Jean-Marc Ayrault.

 

Source: http://www.leparisien.fr/politique/en-direct-syrie-a-hollande-de-decider-si-la-situation-exige-un-vote-estime-bartolone-02-09-2013-3100567.php

 

. Intervention militaire: Quand Hollande réclamait un vote du parlement

 

 

22h56. Le gouvernement publie une note et met en ligne six videos (émanant de l'opposition, ce qui n'est pas très crédible) pour prouver qu'il y a bien eu une «attaque chimique» le 21 août perpétrée par le régime syrien.

 

Lundi, en fin de journée, une note de synthèse de huit pages des services secrets français a été rendue publique pendant que le Premier ministre recevait à Matignon les parlementaires.

 

Ce document confirme qu'il y a bien eu une «attaque chimique» le 21 août perpétrée par le régime syrien. Une attaque qui, ce jour là, a fait «au moins 281 décès», dont la moitié sont des femmes et des enfants.

 

Ensuite, plus tard dans la soirée, le gouvernement a mis en ligne, sur le site du ministère de la Défense, six vidéos analysées par les services de renseignement français, sur l'attaque chimique. Attention, ces images peuvent choquer.

 

Les six vidéos publiées proviennent de médecins syriens, de civils et de membres de la rébellion. Elles font partie de 47 vidéos analysées par les services de renseignement français. Le gouvernement affirme qu'elles ont été «expertisées» et «authentifiées» par les services de renseignement français et de santé de la Défense.

 

Ces vidéos montrent des cadavres d'enfants, de femmes et d'hommes. Sur l'une d'entre elle, on voit des corps alignés dans une salle qui ne présentent pas de blessures corporelles. Une autre montre un enfant qui a des difficultés à respirer. Sur une autre, on voit un autre enfant, plus jeune, en «hypersalivation mousseuse». Une autre encore montre un petit garçon qui souffre de «mouvements musculaires incontrôlés».

 

Toutes débutent par un message d'avertissement compte tenu de la violence des images. Mais aussi d'une mention qui atteste qu'il s'agit d'un «film amateur (...) tourné le matin de l'attaque du 21 août»

 

 

Lundi, en fin de journée, une note de synthèse de huit pages des services secrets français a été rendue publique pendant que le Premier ministre recevait à Matignon les parlementaires.

 

Ce document confirme qu'il y a bien eu une «attaque chimique» le 21 août perpétrée par le régime syrien. Une attaque qui, ce jour là, a fait «au moins 281 décès», dont la moitié sont des femmes et des enfants.

 

Ensuite, plus tard dans la soirée, le gouvernement a mis en ligne, sur le site du ministère de la Défense, six vidéos analysées par les services de renseignement français, sur l'attaque chimique. Attention, ces images peuvent choquer.

 

Les six vidéos publiées proviennent de médecins syriens, de civils et de membres de la rébellion. Elles font partie de 47 vidéos analysées par les services de renseignement français. Le gouvernement affirme qu'elles ont été «expertisées» et «authentifiées» par les services de renseignement français et de santé de la Défense.

 

Ces vidéos montrent des cadavres d'enfants, de femmes et d'hommes. Sur l'une d'entre elle, on voit des corps alignés dans une salle qui ne présentent pas de blessures corporelles. Une autre montre un enfant qui a des difficultés à respirer. Sur une autre, on voit un autre enfant, plus jeune, en «hypersalivation mousseuse». Une autre encore montre un petit garçon qui souffre de «mouvements musculaires incontrôlés».

 

Toutes débutent par un message d'avertissement compte tenu de la violence des images. Mais aussi d'une mention qui atteste qu'il s'agit d'un «film amateur (...) tourné le matin de l'attaque du 21 août».

 

Pas de doute pour les renseignements français. Cette attaque a été «ordonnée et conduite par le régime» syrien, affirment-ils. Détaillant la manière dont l'attaque a été conduite, les services secrets en concluent que l’opposition syrienne ne pouvait pas être à l'origine de cette frappe, n'ayant «pas les capacités de conduire une opération d’une telle ampleur avec des agents chimiques».

 

Source: http://www.leparisien.fr/international/syrie-ce-que-revelent-les-documents-des-services-secrets-francais-02-09-2013-3101393.php

 

Note de Christ-Roi. Nous pouvons dors et déjà relever quelques petits problèmes pour la thèse "française" :

 

. des videos émanant de l'opposition "syrienne libre" attestant du "massacre chimique" le 21 août ont été postées sur internet un jour avant, dès le 20 août;

. dans la zone en question de la Ghouta, il n'y avait plus de civils "depuis plusieurs mois": des civils n'y ont donc pas pu être "gazés";

. Un expert en armes chimiques qui travaille à Londres, Stephen Johnson, a examiné plusieurs de ces vidéos montrant des victimes présumées et émet des doutes quant à leur authenticité : "Il y a des scènes qui semblent un peu hyper-réalistes, presque comme si elles étaient jouées. Certaines personnes ont de l’écume à la bouche qui paraît trop blanche, trop pure, et pas épaisse, sanglante ou plus jaune, comme on peut le voir quand il y a une blessure interne";  

. Une vidéo publiée le 25 août, tournée en Syrie montre des mercenaires "syriens", en train de charger un canon avec une bonbonne de substances chimiques; 

. Un dépôt d'armes chimiques a été découvert samedi (24 août NdCR.) par les troupes gouvernementales. Selon les médias syriens, des soldats ont découvert plusieurs tonneaux présumés contenir des substances toxiques, ainsi qu'un grand nombre de masques à gaz. Les inscriptions tracées sur les tonneaux indiquent qu'ils ont été fabriqués en Arabie saoudite. L'agence de presse SANA, affirme pour sa part que les rebelles ont utilisé des substances toxiques contre les militaires de l'armée gouvernementale.

. Les combats entre le 21 et le 25 août visent à empêcher les rebelles de détruire les preuves que pourraient relever les experts de l’ONU.

 

Source : Syrie: l'attaque chimique, une mise en scène ?

Partager cet article

Repost 0

commentaires