Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
31 mai 2020 7 31 /05 /mai /2020 11:39

On avait prévenu le 31 mars : "n'est-il déjà pas trop tard pour les évêques ?"

Au motif en effet d'une épidémie, comment la suppression des messes, la fermeture du sanctuaire de Notre-Dame Lourdes (qui guérit les malades), le vidage des bénitiers pour les remplacer par des gels hydrocalocliques, pouvaient-ils convaincre les athées de la Toute-puissance de notre Dieu ? Comment non seulement la non-dénonciation de l'atteinte à la liberté de culte (après que d'autres établissements de commerce aient été ouverts) mais l'anticipation même plus de quinze jours à l'avance des mesures gouvermentales de suppression des messes dès le ler mars (!) pouvaient-ils convaincre les catholiques ? Durant cette épidémie, à la place d'une Eglise arche de salut pour tous les malades, une Eglise qui aurait joué son rôle en somme, nous avons eu une Eglise transformée en Ong. Un article de La Nuova Bussola Quotidiana titrait "Le silence de l'Église sur le confinement est une reddition aux barbares".

Nous avons également pu nous demander : "quand le fondement juridique même de la liberté de l’exercice du culte en France est en cause", et que la Conférence des évêques de France n'a rien tenté pour rétablir cette liberté fondamentale, à quoi sert cette institution ?"

 

Lire : Camouflet de la Conférences des évêques : à quoi sert cette institution post-Vatican II ?

 

Le 21 avril dernier, alors que des l’accès dès le 11 mai aux écoles, aux commerces, et aux transports publics étaient possibles, après une réunion avec des francs-maçons et des représentants du culte, Macron annonçait que les lieux de culte ne rouvriraient pas avant le mois de juin (comme si César avait le pouvoir d'ouvrir et de fermer les portes du monde surnaturel... Mais il s'agit-là d'un autre débat.) Mais le 23 mars déjà, il annonçait le prolongement du confinement par audioconférence avec "les autorités morales et religieuses" pour échanger sur "la cohésion morale du pays face à la crise", en comprenant les représentants des cultes, des francs-maçons et d'associations laïques." Parmi les participants figuraient le président de la Conférence des évêques de France Éric de Moulins-Beaufort, alors qu'une Bulle apostolique frappée de l'infaillibilité du Pape Clément XII (Bulle In Eminenti de 1738) interdit de "recevoir" les francs-maçons, "leur donner conseil, secours ou faveur ouvertement ou secrètement, directement ou indirectement par soi ou par d'autres", sous peine d'excommunication latæ sententiæ, c'est-à-dire qu'elle est automatique, encourue du fait même de la commission du délit (le droit canonique prévoit expressément ces cas).

 

Lire : Ces temps d'épidémie où les évêques discutent avec les francs-maçons, prolongent le confinement et oublient leur fidèles

 

Le 26 avril encore nous titrions : "Messes supprimées : Pas de gens, pas d'argent. Pour les paroisses, les comptes plongent dans le rouge foncé"

 

Et voilà que nous apprenons en ce 31 mai, fête de Pentecôte, sur Valeurs Actuelles, que l'évêque qui discuta avec les francs-maçons le 23 mars, "le président de la Conférence des évêques de France alerte sur une perte de 40 à 50 millions d’euros pour les paroisses françaises à cause du confinement" et que "touchée par la crise sanitaire, l'Eglise va lancer un “appel aux dons”" !

 

Texte de l'article de Valeurs actuelles :

 

https://www.valeursactuelles.com/societe/touchee-par-la-crise-sanitaire-leglise-va-lancer-un-appel-aux-dons-119961

 

Les paroisses aussi ont financièrement souffert du confinement. Alors que les catholiques du monde entier peuvent aujourd’hui se rendre dans leurs églises pour fêter la Pentecôte, le président de la Conférence des évêques de France (CEF), Mgr Éric de Moulins-Beaufort, a alerté sur les conséquences du confinement sur l’économie de l’Eglise française, dans les colonnes du Parisien. S’il est heureux de la reprise des cultes, l’ecclésiastique regrette la perte financière qu’a engendré cette période et annonce un « appel aux dons ».

 

40 à 50 millions d’euros de manque à gagner en deux mois

De fait, « chaque dimanche depuis plus de deux mois, il n’y a pas eu de quête », explique Mgr Moulins-Beaufort au quotidien francilien. « Cela fait 40 à 50 millions d’euros en moins dans les caisses qui servent d’ordinaire à éclairer, à chauffer, à nettoyer les églises mais aussi à payer le sacristain, à régler des ordures ménagères, à couvrir les charges », détaille-t-il, évoquant également l’arrêt des baptêmes et des mariages qui rapportent normalement des « dons ». Si bien que certaines paroisses et diocèses sont « dans le rouge », déplore-t-il.

 

Pour rétablir l’équilibre financier, l’ecclésiastique annonce donc le lancement d’un « appel national aux dons la semaine prochaine », qui s’adressera « aux fidèles avant tout ». « Chaque donateur indiquera, dans le formulaire, pour quel diocèse il veut donner. L’ambition, c’est de compenser le manque à gagner », précise Mgr Moulins-Beaufort. (Fin de citation)

*****

Conclusion du blog Christ-Roi

 

En somme, les évêques sont plus préoccupés des pertes financières que de la perte de foi, la perte des sacrements et le désarroi des fidèles...

Partager cet article

Repost0
Publié par Ingomer - dans Religion