Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 octobre 2017 4 12 /10 /octobre /2017 22:59
Psychiatre: Amoris Laetitia est une "grave menace" pour les familles. Jean-Paul II l'a bien compris

12 octobre 2017 (LifeSiteNews) - Les fidèles de l'Église traversent actuellement une période difficile et stressante. Les enseignements de Jésus et de son Église datant de 2 000 ans ont été mis en péril par les déclarations du huitième chapitre d' Amoris Laetitia et par l'incapacité du pape François à corriger les positions hérétiques prises par la hiérarchie des membres de la communauté et des prêtres contre le mariage, l'eucharistie et la moralité sexuelle.

La réponse récente à cette crise dans l'Église a été influencée par les actions de saint Paul quand il a corrigé Saint Pierre, le premier pape choisi par le Christ.

"Mais quand Pierre est venu à Antioche, je me suis opposé à lui ouvertement, parce qu’il était dans son tort." - Galates 2:11.

Le pape François a également reçu une correction filiale formelle dans laquelle il est accusé de propager sept hérésies concernant le mariage, la vie morale et la réception des sacrements.

Amoris Laetitia a été largement critiqué comme étant un danger pour la foi catholique. Le pape François, dont la responsabilité principale est la défense et la transmission des vérités de la foi, a ignoré les demandes de clarification de ses sections les plus confuses et controversées par les cardinaux.

Dans Amoris Laetitia, paragraphe 303, le pape François a également été accusé d'avoir nié l'existence d'absolus moraux : (La thèse du conséquentalisme ou éthique de situation condamnée par Veritatis Splendor. NdCR.)

"Mais cette conscience peut reconnaître non seulement qu’une situation ne répond pas objectivement aux exigences générales de l’Évangile. De même, elle peut reconnaître sincèrement et honnêtement que c’est, pour le moment, la réponse généreuse qu’on peut donner à Dieu, et découvrir avec une certaine assurance morale que cette réponse est le don de soi que Dieu lui-même demande au milieu de la complexité concrète des limitations, même si elle n’atteint pas encore pleinement l’idéal objectif."

 

D'un point de vue psychologique, Amoris Laetitia constitue également une grave menace pour la santé et la stabilité du mariage, la vie familiale catholique et des enfants. La raison en est que le chapitre 8 soutient et préconise l'égoïsme et la pensée narcissique qui sont les principaux ennemis de la santé psychologique et donc des mariages stables et forts.

Nous avons travaillé avec de nombreux mariages et familles catholiques, heureuses et en bonne santé, qui ont été minées et détruites sous l'influence d'un conjoint qui a donné dans l'épidémie de narcissisme .

L'égoïsme est aussi le fondement de l'éthique situationnelle qui semble maintenant être renforcée par certains passages d'Amoris Laetitia.

La pensée narcissique a également gravement nui à la prêtrise au cours des 50 dernières années et a joué un rôle majeur dans la crise de l'Église. Aucun homme adulte n'attaquerait sexuellement un adolescent, les principales victimes de la crise, s'il ne croyait égoïstement qu'il avait le droit d'utiliser les autres comme des objets sexuels.

Saint Jean-Paul II a écrit sur les dangers sérieux de l'égoïsme dans le mariage, dans l'amour et la responsabilité :

"Car l'amour ne peut survivre que comme une unité dans laquelle se manifeste le 'nous' mûr; il ne survivra pas comme un arrangement de deux personnes égoïstes" (Love & Responsibility , 2013, p.71).

 

Actions contre les Instituts Saint-Jean-Paul II

 

L'action du Saint-Père a profondément aggravé les inquiétudes suscitées par la dissolution des principes fondateurs de l'Institut Jean Paul II d'études sur le mariage et la famille et par la modification de sa mission première. Désormais, l'Institut mettra principalement en avant les enseignements très controversés que l'on trouve dans Amoris Laetitia, plutôt que de mettre en œuvre l'enseignement brillamment clair et sans ambiguïté de Saint Jean-Paul II sur le mariage, la famille, la personne humaine et la sexualité.

En tant que psychiatre spécialisé dans le traitement des conflits conjugaux et familiaux au cours des 40 dernières années, j'ai pu constater les énormes avantages de la mise en œuvre de l'écriture et de l'enseignement révolutionnaires et indispensables de St. Jean-Paul II. J'ai aussi enseigné leur rôle dans la compréhension du mariage catholique et dans le renforcement des mariages et des familles lors de nombreuses apparitions publiques et en tant que professeur adjoint à l'Institut JPII à Washington DC.

Cet article identifie l'importance psychologique vitale de Familiaris Consortio, la grande charte pour les familles catholiques, en contraste avec la menace sérieuse que le huitième chapitre d' Amoris Laetitia pose à la santé psychologique des mariages catholiques, des familles et de la culture. Elle recommande que les principes fondateurs de l'Institut Jean Paul II d'études sur le mariage et la famille soient conservés et non remplacés par l'enseignement d'Amoris Letitia en partie à cause de la confusion sur le mariage et l'eucharistie dans le monde créée par le huitième chapitre de AL. Une autre raison sérieuse de cette recommandation est que AL omet totalement la préoccupation pastorale pour les millions d'enfants affectés annuellement par le divorce et des cas irréguliers, comme la cohabitation.

 

Familiaris Consortio et les Instituts Jean Paul II

 

Après le Synode sur la famille en 1980, le pape Jean-Paul II a écrit Familiaris Consortio, qui présente clairement et de manière convaincante ce qui est nécessaire pour les couples et les familles catholiques dans la lutte intense pour protéger la santé spirituelle et psychologique du foyer catholique et de la culture .

Le pape Jean-Paul II a ensuite institué le Centre Jean Paul II d'études sur le mariage et la famille à Rome en 1981. La dure réalité est que le jour où il devait établir cet institut, il fut fusillé et échappa miraculeusement à la mort. Cet événement ne devrait pas nous surprendre maintenant, étant donné la controverse intense et la confusion qui s'est développée récemment dans l'Église et la culture s'agissant de la vérité sur le mariage, la famille, la sexualité et l'Eucharistie.

Le récent mouvement du pape François qui a radicalement changé cet institut internationalement respecté et qui se base principalement sur son document confus et psychologiquement dangereux, Amoris Laetitia, a frappé de nombreux catholiques comme un autre attentat contre l'héritage de saint Jean-Paul II pour le mariage et la vie familiale.

Le site officiel des évêques catholiques allemands a célébré la dissolution par le pape de l'Institut Jean Paul II d'études sur le mariage et la famille, "un bastion de résistance contre l'agenda de la miséricorde de François", et son remplacement par un nouveau "think tank pour Amoris Laetitia."

En fait, les écrits de saint Jean-Paul II offrent une approche de la grande miséricorde du Seigneur parce qu'ils présentent la vérité aux conjoints, aux enfants et à la culture de la sexualité humaine, du mariage, de la jeunesse et de la vie familiale.

 

Cardinal Caffarra

 

Le regretté cardinal Carlo Caffarra, président fondateur de l'Institut Pontifical Jean Paul II d'Etudes sur le Mariage et la Famille et l'un des quatre cardinaux qui ont soumis le dubia pour demander une clarification d'Amoris Laetitia, en 2016 à la session de Washington de l'Institut pontifical Jean-Paul II pour les études sur le mariage et la famille, sur la vision du pape Jean-Paul II dans la fondation de l'Institut:

L'idée que la doctrine robuste n'avait pas d'importance fondamentale pour le ministère pastoral était totalement étrangère au pape. Au contraire, il ne pensait pas que la pastorale était possible à moins de "dire la vérité" de la doctrine Eph 4; 15.

Par conséquent, la recherche de la fondation du mariage et de la famille, un retour au commencement, était la tâche de l'Institut. Les deux principales caractéristiques de l'Institut découlent de ceci: un engagement fort dans le domaine de l'anthropologie et de la pensée christocentrique.

Le pape était profondément convaincu que la crise du mariage et de la famille était fondamentalement une crise anthropologique: la personne humaine avait perdu conscience de sa personne, de la vérité de son être, de sorte qu'elle ne comprenait plus la vérité du mariage.

Le fait que sa catéchèse sur l'amour humain (Jean-Paul II) ne soit pas considérée comme la base de la pratique pastorale du mariage a été une des principales raisons de graves difficultés avec les Synodes de 2014 et 2015.

Contrairement aux éléments ambigus et confus du chapitre 8 d' Amoris Laetitia, l'écriture de saint Jean-Paul II sur le mariage et l'Eucharistie dans Familiaris Consortio, n. 84, est claire et fidèle au sacrement du mariage, des enfants et de l'Eucharistie.

Il écrit:

L'Eglise, cependant, réaffirme sa discipline, fondée sur l'Ecriture Sainte, selon laquelle elle ne peut admettre à la communion eucharistique les divorcés remariés. Ils se sont rendus eux-mêmes incapables d'y être admis car leur état et leur condition de vie est en contradiction objective avec la communion d'amour entre le Christ et l'Eglise, telle qu'elle s'exprime et est rendue présente dans l'Eucharistie. Il y a par ailleurs un autre motif pastoral particulier: si l'on admettait ces personnes à l'Eucharistie, les fidèles seraient induits en erreur et comprendraient mal la doctrine de l'Eglise concernant l'indissolubilité du mariage. (Souligné par nous. NdCR.)

 

La santé psychologique des mariages et des enfants catholiques dépend d'une compréhension claire de la nature du mariage et de la sexualité décrite par Jean-Paul II et le Catéchisme de l'Église catholique. Les couples ont besoin plus que jamais de la connaissance contenue dans ces ressources que la croissance des vertus et de la grâce les aide à découvrir et à résoudre les conflits, protège leur amour et sauve leurs enfants des fléaux de l'égoïsme et du divorce.

À l'heure actuelle, le huitième chapitre d'Amoris Laetitia est un document magistériel confus, psychologiquement néfaste et dangereux pour les mariages et les familles catholiques selon mon opinion professionnelle. Il ne devrait pas être la base de l'enseignement des Instituts Jean Paul II pour les études sur le mariage et la famille. En fait, Amoris Laetitia sape les contributions brillantes et très nécessaires de Saint-Jean-Paul II pour le mariage et la famille dans Familiaris Consortio et Theology of the Body .

Rick Fitzgibbons, MD, est un psychiatre qui est le directeur de l'Institut pour la guérison conjugale en dehors de Philadelphie. Il a été professeur adjoint à l'Institut pontifical Jean-Paul II sur le mariage et la famille à l'Université catholique d'Amérique et consultant auprès de la Congrégation pour le clergé au Vatican. Il a écrit sur les origines et le traitement des conflits conjugaux dans deux livres de l'American Psychological Association.

 

(Fin de l'article)

Note de Christ-Roi. De même l'encyclique Veritatis Splendor de S. Jean-Paul II, qui pourrait être infaillible, condamne doublement le conséquentialisme (ou éthique de situation) que l'on trouve dans Amoris Laetitia, dans les chapitres 79 et 82 :

Psychiatre: Amoris Laetitia est une "grave menace" pour les familles. Jean-Paul II l'a bien compris

Rappelons que le père dominicain Basil Cole dans un texte paru le 16 décembre 2016 dans le New Catholic Register sur le blog d’Edward Pentin explique que l’éthique de situation contredit la ferme affirmation selon laquelle certaines normes morales valent toujours pour tous : ce sont les préceptes du Décalogue (ST I-II, q. 100, a. 8), et des préceptes universels négatifs du même ordre, car S. Thomas d'Aquin condamne des actes qui sont "mauvais en eux-mêmes et ne peuvent devenir bons" (ST II-II, q. 33, a.2). Il dit expressément que "l’on ne peut commettre l’adultère en vue de quelque fin bonne" (De Malo, q. 15, a.1, ad 5). Dans la même veine, Thomas d’Aquin tient que certains actes "comportent une difformité qui leur est inséparablement attachée, tels la fornication, l’adultère et d’autres actes ce type, qui ne peuvent d’aucune manière être accomplis d’une manière moralement bonne" (Quodlibet 9, q. 7, a. 2).

 

C'est une hérésie que de prétendre que "les circonstances peuvent rendre bonnes des actions intrinsèquement mauvaises" (éthique de situation) quand le Catéchisme de l'Eglise dit l'inverse : "les circonstances ne peuvent de soi modifier la qualité morale des actes eux-mêmes ; elles ne peuvent rendre ni bonne, ni juste une action en elle-même mauvaise." (CEC 1754.)

"Il y a des actes qui par eux-mêmes et en eux-mêmes, indépendamment des circonstances et des intentions, sont toujours gravement illicites en raison de leur objet ; ainsi le blasphème et le parjure, l’homicide et l’adultère. Il n’est pas permis de faire le mal pour qu’il en résulte un bien." (CEC 1756)

 

Soutenir que les circonstances peuvent atténuer la culpabilité de la fornication et l'adultère, nous fait tomber dans deux autres hérésies:

 

"parfois il peut manquer l'aide de Dieu pour ne pas pécher"

 

et

 

"il peut y avoir une situation où il n'y a pas d'autre possibilité que de pécher ..."

 

... Alors qu'en fait saint Paul dit:

 

"Aucune tentation ne vous est survenue, qui n'ait été humaine; et Dieu, qui est fidèle, ne permettra pas que vous soyez tentés au delà de vos forces; mais, avec la tentation, il ménagera aussi une heureuse issue en vous donnant le pouvoir de la supporter." (1 Cor 10,13.)

 

... Et le Concile de Trente définit:

 

« Nul, alors, bien que justifié, doit se considérer comme libre de l'observance des commandements, personne ne doit prendre ce regard téméraire et interdit par les Pères, sous peine d'excommunication, qu'il est impossible à l'homme d'être justifié en gardant les commandements de Dieu. Dieu en fait ne commande pas l'impossible; mais quand commandant il vous admoneste de faire ce que vous pouvez, et ce que vous ne pouvez pas, et il est pour vous une aide pour que vous le puissiez : Ses commandements ne sont pas pénibles (1 Jn 5,3) Son joug est facile et son poids léger (Mt 11, 30). Pour les hommes qui sont des enfants de Dieu, aiment Christ et ceux qui l'aiment - comme il le dit (Jn 14:23) - observer ses paroles, avec l'aide de Dieu, peut certainement se faire. »

 

Source: "Amoris Laetitia" : la logique de l'hérésie (Don Alfredo Morselli)

Partager cet article

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Religion
commenter cet article

commentaires