Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 septembre 2017 7 24 /09 /septembre /2017 14:38
Thierry Wolton : "Être anti communiste reste péjoratif, quand cela devrait être une évidence"

«Le péché de presque tous les gens de gauche, c'est d‘avoir voulu être antifascistes sans être antitotalitaires» écrit Orwell. Qu'a-t-il voulu dire par là?

 

(...) Communisme et nazisme sont deux variantes du totalitarisme. Être contre l'un aurait dû amener à être contre l'autre, c'est cela que dit Orwell. Or l'hémiplégie d'une partie de l'opinion publique (cela va bien au-delà des intellectuels) consiste toujours à diaboliser un totalitarisme, le brun, pour excuser ou minorer l'autre, le rouge. C'est l'un des héritages du communisme dans les têtes. La seule attitude morale qui vaille est d'être antitotalitaire et de renvoyer dos à dos toutes les idéologies qui en sont le substrat.

 

Vous parlez de «négationnisme communiste». Comment expliquez-vous le deux-poids, deux-mesures dans le traitement mémoriel des totalitarismes nazi et communiste?

Le communisme a représenté un grand espoir de justice sociale, il a mis ses pas dans la démarche chrétienne. Cela explique en partie son succès: au message christique «les derniers seront les premiers» au paradis, l'idéologie a substitué l'idée que les prolétaires (les plus pauvres) gouverneront le monde pour instaurer l'égalité pour tous. L'échec est d'autant plus durement ressenti. La mort du communisme revient pour certains à la mort de Dieu pour les croyants: inacceptable, impensable. Le communisme n'est toujours pas sorti de cette phase de deuil, d'où le négationnisme dont je parle: on nie la réalité de ce qui fut pour ne pas souffrir des espoirs qu'il a suscité. Il est certes désormais reconnu que ces régimes ont fait des millions de morts. C'est un progrès. Il n'empêche, être anti communiste reste péjoratif, quand cela devrait être une évidence. L'intellectuel qui a eu des faiblesses envers le fascisme demeure coupable à jamais quand celui qui a idolâtré le stalinisme ou le maoïsme, ou le pol-potisme (le Cambodge des Khmers rouge) est vite pardonné. C'est aussi cela le négationnisme communiste. Il ne s'agit pas de faire des procès, mais de regarder la réalité historique en face.

(...)

 

Vous parlez de «retour impossible» du communisme.  À l'heure où on évoque une hypothétique résurgence du fascisme, pourquoi le communisme ne pourrait-il pas ressurgir? Est-ce une utopie vraiment morte ou reste-t-il des résidus?

En premier lieu, il reste encore des régimes communistes: outre la Chine, la Corée du Nord, le Laos, le Vietnam, Cuba, l'Erythrée notamment. Ces pays fonctionnent sous l'égide d'un parti unique qui se réclame de l'idéologie marxiste-léniniste, avec tout ce que cela comporte d'atteinte aux libertés et de drames humains. Maintenant, l'échec du bloc soviétique a discrédité ce type de système politique. Je doute que des régimes communistes nouveaux apparaissent. En fait, il n'y a plus le terreau nécessaire pour cela. L'idéal, comme les régimes qui s'en réclament, sont apparus dans un contexte idéologico-politico-économique particulier, fait à la fois de scientisme, de guerres, de massification des individus, de crises sociales, toutes choses que je développe largement dans mon livre, qui ne sont plus. J'ajoute que la mondialisation, l'ouverture obligée des frontières pour y participer, est antinomique avec l'esprit totalitaire qui oblige à l'enfermement des êtres comme des esprits. On peut d'ailleurs constater que les pays qui restent communistes s'ouvrent économiquement tout en restant fermés politiquement. La Chine en est le meilleur exemple. Or, à terme, cette schizophrénie politico-économique n'est pas viable. Non seulement le contexte mondial a changé pour que de nouveaux pays tombent dans la nasse communisme, mais ceux qui y restent sont condamnés à terme à disparaître, en tout cas tels qu'ils existent. Dans nos contrées démocratiques, seul un quarteron d'idéologues se réclame encore du communisme marxiste-léniniste vieille manière, celui qui a brillé au XXe siècle. Mais ils n'ont plus d'influence. La page est tournée. La protestation sociale née des inégalités, qui elles ne cesseront sans doute jamais, prend et prendra d'autres chemins, mais pas celui emprunté tout au long du XXe siècle.

 

SOURCE : LE FIGARO, Thierry Wolton: «Communisme et nazisme sont deux variantes du totalitarisme»

Partager cet article

Repost 0

commentaires