Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 juin 2017 3 14 /06 /juin /2017 15:30
48,71% de participation, 51,29% d'abstention au premier tout des législatives du 11 juin 2017.

48,71% de participation, 51,29% d'abstention au premier tout des législatives du 11 juin 2017.

Les macronistes s'emparent des places dans le pays en étant minoritaires, mais l'abstention record au premier tour des législatives 2017 qui atteint 51,3% a été largement battue durant la Révolution dite française, où les conventionnels élus en août 1792 et qui le 21 septembre 1792 voteront la première "république" et l'abolition de la monarchie n'ont été élus que par 15% des citoyens actifs ayant pris part aux élections (85% d'abstention). C'est sans doute cela leur démocratie...

 

Une abstention record sous la Ve république qui n'a été battue que durant la Révolution "française"

 

Pour être tout à fait exact, il faut donc préciser que si l'abstention devient aujourd'hui une action civique, militante et engagée pour nombre de Français compte tenu des multiples défauts du système (indéfinition du champ ultime de la démocratie, absurdité et dangers du système de la loi du nombre contre la raison, mépris du Décalogue et de la loi naturelle universelle, référendums et pétitions jetés à la poubelle, 50% d'électeurs qui n'existent pas, etc.) l'abstention dans l'histoire de la "république" n'a jamais permis une quelconque remise en question de ces inconvénients majeurs.

 

Quelques chiffres d'abstention durant la Révolution nous sont donnés par le grand historien François FURET dans sa préface à l'ouvrage de Patrice GUENIFFEY, Le Nombre et la Raison, où l'on trouve ces informations :

 

"le mouvement de la participation est clair : Gueniffey parle d'un taux de ... 23% en juin 1791 lors du scrutin pour l'Assemblée législative (77% d'abstention. Ndlr.); taux (de participation) qui s'effondre à nouveau en août 1792, quand les Français élisent la Convention, puisqu'il tombe à 15%.

 

Cette évolution, explique François Furet, est conforme à l'essoufflement de la révolution populaire notée par la plupart des historiens : en 1792, a écrit Michelet, 'le peuple est rentré chez lui' (J. MICHELET, Histoire de la Révolution française, éd. par G. Walter, Gallimard, Paris 1952, vol. 2, p. 8).

 

... si les élections de 1792 aboutissent à l'Assemblée la plus radicale de la Révolution bien qu'un minimum de citoyens y ait participé, c'est que le vote des assemblées primaires n'y est d'aucune importance", ajoute François Furet.

 

Source: François FURET, préface in Patrice Gueniffey, Le Nombre et la Raison, La Révolution française et les élections, Editions de l'Ecole des Hautes Etudes en sciences sociales, Paris 1993, p. VII.

 

Dans ce livre Patrice GUENIFFEY explique :

 

"élection après élection, les jacobins auraient fait par la violence 'le vide autour du scrutin' et se seraient emparés des places, accroissant patiemment leur mainmise sur le pays. Ce psychologisme, qui fait de la confiscation de la démocratie par une minorité le résultat d'une volonté sciemment élaborée et appliquée. [...] [L]es jacobins sont minoritaires dans l'Assemblée législative de 1791, et s'ils dominent les élections parisiennes en septembre 1792, la province ne leur est guère favorable". (Patrice GUENIFFEY, ibid. p. 20.)

 

Si le moment où l'abstention commence à progresser de façon importante, quelque part au tournant de 1790 et de 1791, est difficile à déterminer avec plus de précision, la rupture est consommée le 19 juin 1791. La participation s'effondre partout. (Patrice GUENIFFEY, ibid. p. 172.)

 

Patrice GUENIFFEY parle à partir de 1791 d'"uniformité du déclin de la participation au fil des consultations." (p. 173).

 

"En fait, l'échec dans l''application' était la conséquence logique de l'étrangeté du principe. Ce qui doit surprendre n'est pas la très faible participation de 1791 et des années suivantes, mais la participation élevée de 1790, nourrie d'équivoques. Une abstention massive était la rançon de l'avènement des principes de l'individualisme politique moderne, de l'invention de l'individu-citoyen." (p. 232.)

Le record d'abstention aux Législatives sous la Cinquième république n'a été battu que lors de la Révolution dite "française"

Partager cet article

Repost 0

commentaires