Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Christ Roi

  • : Christ Roi
  • Christ Roi
  • : Blog d'informations royaliste, légitimiste, pour une France libre, indépendante et souveraine
  • Contact

Horloge

3 avril 2017 1 03 /04 /avril /2017 09:54
Bérénice Levet : "Donner à connaître, et à aimer notre héritage"

Dans son dernier livre "Le crépuscule des idoles progressistes", l'essayiste philosophe Bérénice Levet dénonce la nouvelle anthropologie mise en place dans les années 70 et fondée sur un "alibi" : l'individu serait d'autant plus libre, original et créatif qu'il serait délié de tout héritage. Cette idéologie a débouché sur un désastre anthropologique et civilisationnel.

 

Nous sommes les héritiers d'un génie français : la clé de la transmission est de donner à connaître, mais aussi à aimer, cet héritage.

A l'occasion de la sortie de son dernier livre "Le Crépuscule des idoles progressistes" (Stock Collection Les Essais), la philosophe Bérénice Levet a donné un entretien à Boulevard Voltaire. Extraits :

Au cours des années 70 est mise en place l'anthropologie progressiste avec cet alibi de la désaffiliation, cet alibi selon lequel l'individu serait d'autant plus libre, original, créatif qu'on le délierait de tout héritage, qu'on le laisserait se construire lui-même... Or, cet individu, en définitive, si vous ne lui transmettez, aucun monde, si vous ne l'introduisez pas dans le monde dans lequel il va avoir à répondre, vous ne créez pas du tout un individu "d'autant plus libre", mais un individu plein de conformisme..., parce que vous l'abandonnez au présent.

La grande vertu du passé c'est de nous apprendre qu'il existe d'autres modalités d'être au monde que celles qui sont les nôtres. Et donc sur cette base vous allez arriver à une articulation, effectivement, de l'individu et de la civilisation à laquelle il va devoir prendre part.

Et je crois que nous sommes à un tournant parce que quarante cinq ans d'anthropologie progressiste et nous voyons le désastre à la fois anthropologique et le désastre civilisationnel sur lequel cette idéologie a débouché.

[...] Et en définitive, (aujourd'hui) ces idoles progressistes sont à bout de souffle. La preuve en est le succès des ouvrages d'Eric Zemmour, de Patrick Buisson, de Philippe de Villiers, ou les résultats envisagés pour Marine Le Pen, montrent bien que plus qu'un essoufflement, il y a un épuisement de ces idoles. En revanche, l'hégémonie culturelle continue d'appartenir aux progressistes, en sorte qu'ils ont une chambre d'écho tout à fait extraordinaire.

Et pareillement, par exemple, Emmanuel Macron, s'il devait remporter ces élections présidentielles (2017) me semble une façon de tirer encore un voile sur la réalité des forces qui travaillent réellement la France aujourd'hui.

L'idole progressiste par excellence, c'est cette confusion entre la liberté et la désaffiliation. L'autre chose très importante, c'est le culte de l'Autre. Ainsi, dans les années 70, et l'émergence dans les années 80 de SOS Racisme, où l'Autre va s'imposer comme une sorte de figure de rédemption d'un occident nécessairement coupable, pour ne rien dire du Français..., qui est le coupable par excellence. Quand on tient déjà ces deux éléments, on comprend ce qui fait la passion, en définitive, des progressistes, c'est de venir à bout de notre héritage civilisationnel. Que ce soit de notre héritage chrétien, qui faisait de l'individu quelqu'un qui était toujours en tension vers quelque chose de plus grand que lui. Et finalement, - et c'est cela que je ne pardonne pas à l'anthropologie progressiste - on a comme rabougri l'individu... On l'a invité à être lui-même, à se contenter de ce qu'il était par nature... Or, dans notre héritage humaniste, nous avions cette idée qu'on ne naît pas homme, on le devient. Et nous avons posé un éteignoir sur tout ce processus d'humanisation... Une humanisation qui se fait par la transmission de l'héritage.

[...] Je cite souvent cette phrase magnifique de Montesquieu qui dit qu'"un peuple défendra avec toujours plus d'ardeur ses moeurs que ses lois". Et un peuple qui se voit fragilisé dans ce qui lui est de constitutif (moeurs, coutumes, usages transmis), il y a un instinct de survie, un instinct de défense.

Je crois que nous devrions énoncer, et cela vaut aussi pour les autres peuples européens, et cela a été aussi un des ressorts de l'élection de Donald Trump, un droit des peuples à la continuité historique... Il ne s'agit pas de se considérer comme supérieurs nécessairement en tant que civilisation, mais aspirer à cultiver notre singularité. Nous sommes les héritiers d'un génie français. Et c'est ce génie français, cette langue française, cette histoire, cet héritage que je veux absolument que nous prenions en charge. Mais nous ne pouvons aspirer à continuer cet héritage que si, d'abord nous le connaissons, naturellement, et si nous l'aimons. C'est la clé de la transmission. Et c'est pourquoi j'aimerais qu'une école soit (re)fondée sur cette base-là. D'abord, donner à connaître, mais pas simplement donner à connaître, donner à aimer.

Bérénice Levet

Partager cet article

Repost 0

commentaires