Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Christ Roi

  • : Christ Roi
  • Christ Roi
  • : Blog d'informations royaliste, légitimiste, pour une France libre, indépendante et souveraine
  • Contact

Horloge

3 mars 2017 5 03 /03 /mars /2017 10:53
Phil Lawler : Cette désastreuse papauté

Dans une homélie à propos des lectures du jour du vendredi 24 février où le Christ interdit le divorce (voir ci-dessous les paroles du Christ dans "l'Evangile au quotidien"), le pape François ne retient que le passage sur l'autorisation donnée à Moïse en raison de la dureté de coeur. François met en garde contre l'hypocrisie et la tromperie d'une foi réduite à une "logique casuistique". L'homélie a été rapportée par Christopher Wells pour Radio Vaticana :

Phil Lawler : Cette désastreuse papauté

"Est-il permis à un mari de renvoyer sa femme?", est la question que les docteurs de la loi ont posée à Jésus dans l'évangile du jour.

 

Jésus ne cède pas à une logique casuistique, mais explique toujours la vérité

 

Ils ont posé la question une fois de plus pour mettre Jésus à l'épreuve, a observé le pape. En regardant la réponse de Jésus, le Pape a expliqué ce qui importe le plus dans la foi:

 

"Jésus ne répond pas s'il est licite ou non licite; Il n'entre pas dans leur logique casuistique. Parce qu'ils ont pensé à la foi seulement en termes de 'Oui, vous pouvez', ou 'Non, vous ne pouvez pas' - aux limites de ce que vous pouvez faire, les limites de ce que vous ne pouvez pas faire. Cette logique de la casuistique. Et il pose une question: 'Mais qu'est-ce que Moïse vous a ordonné? Qu'y a-t-il dans ta Loi?' Et ils expliquèrent la permission que Moïse avait donnée de renvoyer la femme, et ils tombèrent eux-mêmes dans le piège. Parce que Jésus les qualifie de 'durs de cœur': 'A cause de la dureté de vos coeurs, il vous a écrit ce commandement', et Il dit la vérité. Sans casuistique. Sans autorisation. La vérité." 

Et si c'est la vérité et que l'adultère est sérieux, comment se fait-il que Jésus ait parlé "plusieurs fois avec une adultère, un païen?" Qu'il "buvait du verre de celle qui n'était pas purifiée?", demande le pape. Et à la fin, il lui dit: "Je ne vous condamne pas. Ne pèche plus" ? Comment expliquer cela?

"Et le chemin de Jésus - c'est tout à fait clair - est le chemin de la casuistique à la vérité et à la miséricorde. Jésus écarte la casuistique. Pas ici, mais dans d'autres passages de l'Évangile, il qualifie ceux qui veulent le mettre à l'épreuve, ceux qui pensent avec cette logique du 'Oui, vous pouvez' comme hypocrites. Même avec le quatrième commandement ces gens ont refusé d'aider leurs parents avec l'excuse qu'ils avaient donné une bonne offrande à l'Église. Hypocrites. La casuistique est hypocrite. C'est une pensée hypocrite. 'Oui, vous pouvez; Non, vous ne pouvez pas ... qui devient alors plus subtil, plus diabolique: mais quelle est la limite pour ceux qui peuvent? Mais d'ici à ici je ne peux pas. C'est la tromperie de la casuistique." (Fin de citation)

Cette méthode du pape consistant à refuser de se prononcer clairement sur des points de doctrine tranchés par Notre Seigneur, puis à tirer des conclusions opposées à l'enseignement précis du Christ commence à inquiéter très largement dans le monde catholique.

 

Phil Lawler, éditeur de "Catholic World News" (CWN) et de "Catholic culture.org", medias catholiques du grand courant, s'est ainsi fendu hier d'un article dans lequel il titre "Cette désastreuse papauté". Il explique pourquoi nous avons à présent un "sérieux problème" avec le pape François. Phil Lawler en appelle à une intervention des évêques pour sauver l'intégrité de la foi catholique :

Phil Lawler : Cette désastreuse papauté

LifeSiteNews

Jeudi 2 mars 2017

 

Cette désastreuse papauté

 

Source: Life Site News https://www.lifesitenews.com/opinion/this-disastrous-papacy

 

Quelque chose s’est cassé avec un bruit sec vendredi dernier lorsque le Pape François a utilisé la lecture évangélique du jour comme une occasion de plus pour promouvoir son propre point de vue sur le divorce et le remariage.

 

Note de Christ-Roi. La lecture du jour du vendredi 24 février 2017:

 

Phil Lawler : Cette désastreuse papauté

Condamnant l'hypocrisie et la "logique de la casuistique", le Pontife dit que Jésus rejetait l'approche des érudits légalistes.

 

Assez vrai. Mais dans sa réprimande aux Pharisiens, qu'est-ce que Jésus dit au sujet du mariage ?

 

"Ainsi, ils ne sont plus deux, mais une seule chair. Donc, ce que Dieu a uni, que l’homme ne le sépare pas !"

 

…et…

 

"Celui qui renvoie sa femme et en épouse une autre devient adultère envers elle. Si une femme qui a renvoyé son mari en épouse un autre, elle devient adultère."

 

 

Jour après jour, dans ses homélies à la Messe du matin dans la résidence Saint-Marthe du Vatican, le Pape François dénonce les "docteurs de la loi" et l'application "rigide" de la doctrine morale Catholique. Parfois son interprétation des lectures de l'Ecriture du jour est forcée ; souvent sa caractérisation des Catholiques traditionnels est insultante. Mais dans ce cas, le Pape a complètement retourné l'Évangile à l’envers. En lisant le compte rendu de cette étonnante homélie à la Radio du Vatican, je ne pouvais plus prétendre que le Pape François ne faisait que proposer une nouvelle interprétation de la doctrine Catholique. Non ; c’est plus que cela. Il est engagé dans un effort délibéré pour changer ce que l'Église enseigne.

 

Depuis plus de 20 ans maintenant, écrivant quotidiennement au sujet des nouvelles du Vatican, j'ai essayé d'être honnête dans mon évaluation des déclarations et des gestes papaux. J'ai parfois critiqué Saint Jean-Paul II et le Pape Benoît XVI quand j'ai pensé que leurs actions étaient imprudentes. Mais je n’ai jamais cru que l'un ou l'autre de ces Papes posait un danger pour l'intégrité de la foi Catholique. En repensant à l'histoire de l'Église, je me rends compte qu'il y a eu de mauvais Papes : des hommes dont les actions personnelles étaient motivées par la cupidité, la jalousie, la convoitise pour le pouvoir et la simple luxure. Mais y a-t-il jamais eu un Pontife romain qui a montré un tel dédain pour ce que l'Église a toujours enseigné, cru et pratiqué — sur des questions telles que la nature du mariage et de l'Eucharistie ?

 

Le Pape François a suscité la controverse dès le jour où il a été élu successeur de Saint Pierre. Mais au cours des derniers mois, la controverse est devenue si intense, la confusion parmi les fidèles si répandue, l'administration au Vatican si arbitraire — et les diatribes du Pape contre ses ennemis (vrais ou imaginaires) si maniaques — que l'Église universelle se précipite aujourd'hui vers une crise.

 

Dans une grande famille, comment un fils doit-il se comporter lorsqu'il réalise que le comportement pathologique de son père menace le bien-être de toute la famille ? Il devrait certainement continuer à faire preuve de respect pour son père, mais il ne peut pas nier indéfiniment le danger. Finalement, une famille dysfonctionnelle a besoin d'une intervention.

 

Dans la famille mondiale qu’est l'Église Catholique, le meilleur moyen d'intervention est toujours la prière. Une prière intense pour le Saint-Père serait un projet particulièrement approprié pour la saison du Carême. Mais l'intervention exige également l'honnêteté : une reconnaissance franche que nous avons un sérieux problème.

 

Reconnaître le problème peut également fournir une sorte de soulagement, une détente des tensions accumulées. Quand je dis à des amis que je considère cette papauté comme un désastre, je remarque que, le plus souvent, ils se sentent bizarrement rassurés. Ils peuvent se détendre un peu, sachant que leurs propres appréhensions ne sont pas irrationnelles, que d'autres partagent leurs craintes sur l'avenir de la Foi, qu'ils n'ont pas besoin de poursuivre une recherche infructueuse pour trouver des moyens de concilier les irréconciliables. En outre, après avoir donné au problème un nom propre, ils peuvent reconnaître ce que cette crise du Catholicisme n'est pas. Le Pape François n'est pas un antipape et encore moins l'antéchrist. Le Siège de Pierre n'est pas vacant et Benoît XVI n'est pas le "vrai" Pontife.

 

François est notre Pape, pour le meilleur ou pour le pire. Et si c'est pour le pire — comme je le conclus tristement — l'Église a survécu aux mauvais Papes dans le passé. Nous, les Catholiques, avons été gâtés pendant des décennies, jouissant d'une succession de dirigeants exceptionnels au Vatican : des Pontifes qui étaient des enseignants doués et des hommes saints. Nous nous sommes habitués à regarder à Rome pour nous guider. Maintenant nous ne pouvons pas.

 

(Je ne veux pas dire que le Pape François a perdu le charisme de l'infaillibilité. S'il émet une déclaration ex Cathedra, en union avec les Évêques du monde, nous pouvons être sûr qu'il accomplit son devoir de transmettre ce que le Seigneur a donné à Saint Pierre : le dépôt de la Foi. Mais ce Pape a choisi de ne pas parler avec autorité, au contraire, il a catégoriquement refusé de clarifier son document d'enseignement le plus provocateur.)

 

Mais si nous ne pouvons pas compter sur des directions claires de Rome, où pouvons-nous nous tourner ? Premièrement, les Catholiques peuvent compter sur l'enseignement constant de l'Église, sur les doctrines qui sont maintenant trop souvent remises en question. Si le Pape est confus, le Catéchisme de l'Église Catholique ne l'est pas. Deuxièmement, nous pouvons et devrions demander à nos évêques diocésains de s’avancer et de prendre leurs propres responsabilités. Les Évêques, eux aussi, ont passé des années à renvoyer les questions difficiles à Rome. Maintenant, par nécessité, ils doivent fournir leurs propres affirmations claires et décisives de la doctrine Catholique.

 

Peut-être le Pape François va-t-il prouver que je me trompe et émergera comme un grand professeur Catholique. J'espère et je prie qu'il le fasse. Peut-être que toute mon argumentation est mal conçue. Je me suis trompé auparavant et sans doute me tromperai-je à nouveau dans l’avenir ; un autre point de vue erroné n'a pas de grande conséquence. Mais si j'ai raison et que le leadership du Pape actuel est devenu un danger pour la foi, alors d'autres Catholiques, et surtout des leaders ecclésiastiques, doivent décider comment y réagir. Et si j'ai raison — comme je le crois sûrement — alors que la confusion sur les enseignements fondamentaux de l'Église s’est généralisée, les Évêques, en tant que maîtres premiers de la foi, ne peuvent négliger leur devoir d'intervenir.

Sources:

 

(1) This disastrous papacy, Phil Lawler, Life Site News, jeudi 2 mars 2016 et Catholic culture.org

(2) Dieu et moi le nul

(3) Dieu et moi le nul

Partager cet article

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Religion
commenter cet article

commentaires