Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Christ Roi

  • : Christ Roi
  • Christ Roi
  • : Blog d'informations royaliste, légitimiste, pour une France libre, indépendante et souveraine
  • Contact

Horloge

28 mars 2017 2 28 /03 /mars /2017 17:22

Gilles Kepel a dressé dans Le Figaro un tableau lucide où toutes les recettes laïques héritées de la modernité ont échoué face au terrorisme islamiste. Il évoque un "processus en cours" qu'il nomme "la sécession", qui "malheureusement", est un "sujet" "tabou aujourd'hui et largement esquivé du débat de la présidentielle".

 

"Les Britanniques se sont un peu endormis sur leurs lauriers depuis les attentats de Londres de juillet 2005. À l'époque, les terroristes étaient passés par les camps de formation du Pakistan, mais étaient nés et avaient grandi en Angleterre. Cela marquait une rupture par rapport aux attentats du 11 septembre ou de Madrid commis par des étrangers ou des immigrés de passage. C'était le début de la transition entre la phase pyramidale du djihad et la phase indigène européenne. Bien qu'Ayman al-Zawahiri, le chef d'al-Qaïda, s'était réclamé de cette opération, elle s'était produite alors qu' Abou Moussab al-Souri venait de théoriser cette année-là le djihad de troisième génération à bas coût. Dans son «appel à la résistance islamique mondiale», ce dernier prévoyait de faire de l'Europe le ventre mou de l'Occident et la cible par excellence des attaques terroristes. Depuis lors, le Royaume-Uni a mené une politique de prévention, mais aussi de dévolution de quartiers entiers aux islamistes, tolérant notamment les tribunaux islamiques, dans le but d'acheter la paix sociale. [...] Le fameux quartier de Small Heath, où près de 95% de la population est musulmane, se voulait le contraire absolu du modèle français laïque et universaliste. En confiant à des salafistes la gestion de l'ordre public et de la communauté, les autorités britanniques espéraient ne pas avoir à affronter un djihadisme qui en France serait, selon eux, exacerbé par une gestion laïque de la société. L'attentat de Wesminster sonne le glas de cette illusion. [...] Les autorités britanniques ont considéré que le fait d'avoir un maire musulman, qui de surcroît a été proche par le passé d'organisations islamistes dans la mouvance des Frères musulmans, permettrait de mieux contrôler les réseaux et d'éviter la violence. Cependant Sadiq Khan apparaît comme un traître pour les plus radicaux. De manière générale, c'est une illusion que de penser que les accommodements raisonnables peuvent apaiser une société. Au contraire, ils favorisent la fracture.

[...] Le Royaume (Royaume-Uni. Ndlr.) apparaît plus désuni que jamais comme le montrent les velléités d'indépendance de l'Écosse ou de l'Irlande du Nord, mais aussi la sécession culturelle de certains quartiers ou le sentiment d'abandon de l'Angleterre périphérique. Cet enjeu se pose aussi en France: l'effondrement social et l'échec de l'école font que le processus est en cours. Malheureusement le sujet est tabou aujourd'hui et largement esquivé du débat de la présidentielle. D'un côté le FN dénonce le communautarisme sans voir qu'il exacerbe lui-même la question identitaire. De l'autre côté, la plupart des candidats cachent la tête dans le sable sans que le problème soit analysé comme il le devrait et sans qu'aucune mesure ne soit prise pour enrayer le phénomène. Personne ne veut avouer que la situation dans un certain nombre de quartiers n'est plus maîtrisée. Pourtant, celui qui sera élu devra nécessairement se confronter à cet enjeu", écrit le professeur à l'Institut d'études politiques de Paris, Gilles Kepel.

Source: http://www.lefigaro.fr/vox/societe/2017/03/24/31003-20170324ARTFIG00328-gilles-kepel-l-attentat-de-wesminster-sonne-le-glas-du-reve-communautariste-britannique.php

Source: http://www.lefigaro.fr/vox/societe/2017/03/24/31003-20170324ARTFIG00328-gilles-kepel-l-attentat-de-wesminster-sonne-le-glas-du-reve-communautariste-britannique.php

Les attentats islamistes et la sécession en cours au Royaume-Uni ne sont que des symptômes d'un mal plus profond.

 

Quelles sont les causes de la sécession ? 

 

La sécession dont parle Gilles Kepel n'est pas le résultat d'une politique donnée, c'est la conséquence d'une absence de politique, d'un vide en dehors duquel les gens s'organisent.

En Grande-Bretagne, la politique dite des "accommodements raisonnables" avec l'islam, est en échec. Le modèle maçonnique britannique différentialiste et 'multiculturaliste' n'a pas empêché l'attentat de Westminster. En France, la laïcité d'un "islam de France" (Manuel Valls), (Bernard Cazeneuve), ou la variante particulièrement intégriste d'une "religion de la république" (Vincent Peillon) est tout aussi inefficace. Le plan anti-harcèlement à l’école de Najat Vallaud-Belkacem montre également l'augmentation des incivilités. L'augmentation des incivilités, l'insécurité, la disparition des bonnes moeurs, le terrorisme, sont autant de fruits pourris des bâtisseurs de société à la truelle, l'équerre et le compas, qui avaient prétendu fonder la société en-dehors et contre Dieu, en rendant l'homme soit-disant "libre" (sans Dieu...), alors qu'ils ne faisaient que livrer l'homme à ses bas instincts, à son appétit naturel débridé, à l'individualisme où chacun fait ce qu'il veut. Ce que les Anciens appelaient "la barbarie", le règne du plus fort. En sens contraire, la civilisation, c'était le règne de la pensée et de la raison, le primat et la souveraineté de l'esprit sur la force brute et la matière. C'est ce que n'ont pas compris nos actuels républicains qui voudraient le règne de l'esprit avec celui de la matière, comme si ce qui était en bas valait ce qui était en-Haut...

 

Le vide ne saurait engendrer quoi que ce soit hormis la sécession des populations perdues de la république. C'est l'absence d'une politique de civilisation qui fait que des pans entiers du territoire s'organisent en dehors du système. 

 

Comment (re)fait-on, (re)crée-t-on, de nouveau, une société civilisée, stable et durable ?

 

On commence par arrêter les guerres pour des motifs économiques, financiers ou de puissance stratégique. On arrête la fabrication d'une histoire falsifiée à des fins politiques, on arrête la culpabilisation et la repentance sur le dos de nos ancêtres ("la colonisation, crime contre l'humanité" de Emmanuel Macron), on respecte le libre-arbitre de chacun (la liberté de conscience n'existait pas avant le christianisme. Dans l'Empire romain, le citoyen était forcé de croire à la religion de l'empereur sous peine de mort), on arrête avec la laïcité conçue comme un totem absolu.

Pourquoi les "candidats" à la candidature à la présidentielle ne s'emparent-ils pas du sujet ? Quelle force obscure les en empêche ?

La VRAIE laïcité, inventée par le christianisme, avait été définie par S. Augustin, expliquée par Benoît XVI en 2008 : la Cité de Dieu et la cité terrestre "avancent ensemble, enchevêtrées l'une dans l'autre jusqu'à ce que le jugement dernier survienne et les sépare". Voilà la réalité qui fait qu'aujourd'hui encore, les deux cités avancent ensemble, enchevêtrées l'une dans l'autre... Tout est religieux et toute politique est nécessairement métaphysique. La modernité même, et les athées n'y échappent pas. Quand bien même ils prétendent émanciper l'homme d'un ordre supérieur, ils créent la "religion de la république" !

Chaque laïcité produit ses fruits. Autant choisir la bonne, c'est-à-dire la nôtre !

 

Add. Mercredi 29 mars 2017. Hier, dans son discours d’ouverture pour l’assemblée plénière des évêques à Lourdes du 28 au 31 mars, Mgr Georges Pontier, Archevêque de Marseille, Président de la Conférence des évêques de France, a précisément déclaré au sujet des "responsabilités politiques" : "Ce qui fonde la vie en société est remis en cause (…) La crise de la politique est d’abord une crise de confiance envers ceux qui sont chargés de veiller au bien commun et à l’intérêt général." (Nous pensons qu'il s'agit plutôt d'une crise des institutions qui montre que tout ne dépend pas de la qualité des hommes, mais aussi de la qualité des institutions..) Et au sujet de notre laïcité, il a expliqué : "La laïcité dans laquelle nous voulons vivre est celle qui promeut la liberté de conscience, celle de croire ou de ne pas croire, celle de pouvoir exprimer et vivre ses convictions d’une manière qui ne provoque pas un trouble à l’ordre public".(Source : Mgr Pontier : « sont rappelées de manière incantatoire les valeurs de la République », Riposte catholique, 28 mars 2017)

Partager cet article

Repost 0

commentaires

domremy 02/04/2017 19:10

Alors qu'il suffit d'affirmer comme cette patriote polonaise :
(http://lesobservateurs.ch/2017/04/02/declaration-dune-patriote-polonaise-devant-une-foule-ici-cest-notre-terre-notre-foi-nous-ne-voulons-pas-des-migrants-musulmans/)

"Vous n'introduirez aucune de vos lois islamiques dans notre pays.
Ici c'est la Pologne. C'est NOTRE terre. C'est NOTRE pays. Ce sont NOS lois et NOS valeurs. Ici, Jésus est notre ROI.
Nous ne sommes pas intéressés par les directives européennes et encore moins par les quotas.
Je répète: Ce ne sont pas nos guerres. Ce n'est pas notre culture. Ce n'est pas notre foi et ce ne sont pas nos migrants."