Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 mars 2017 1 20 /03 /mars /2017 10:57
Déposition du pape : Colloque international à Paris le 30 et 31 mars 2017

Des avocats, des théologiens et des savants du droit canon se réuniront à Paris dans deux semaines pour discuter d'un sujet qui n'a jamais été au centre d'une conférence catholique: Comment déposer un pape hérétique.

Intitulé Déposition du pape : Lieux théologiques - Modèles canoniques - Enjeux constitutionnels, la conférence cherche à explorer les mécanismes qui sont construits dans l'église catholique pour traiter avec un pape qui enseigne ouvertement le mensonge et même l'hérésie.

Le conférencier sera le Professeur Laurent Fonbaustier de l'Université de Paris qui a publié un livre de 1200 pages l'année dernière sur le thème intitulé La Déposition du Pape Hérétique.

La conférence comprend 15 conférenciers qui donneront un éventail de conférences sur le sujet avec des titres tels que "Le conciliarisme et la déposition d'un Pape à travers le prisme du gallicanisme", "La Chute du Pape : Entre Renonciation et Déposition", "La déposition de Jean XXII et de Benoît XIII à Constance, 1415-1417".

Les professeurs Nicolas Warembourg et Cyrille Dounot, deux des 45 universitaires catholiques qui ont adressé en juin dernier un appel au doyen du Collège des cardinaux à Rome, demandent une répudiation des propositions erronées qu'ils ont trouvées dans l'exhortation du pape Francis Amoris Laetitia.

Le groupe des 45 universitaires catholiques a déclaré que l'exhortation du pape présentait "des dangers pour la foi et la morale catholiques" car elle "contient un certain nombre de déclarations qui peuvent être comprises dans un sens qui est contraire à la foi catholique et la morale.

La conférence arrive après quatre ans de François à la barre de la Barque de Pierre. Pendant ce temps, le Pape et les personnes qu'il a mises dans des postes clés ont dirigé l'Église dans une direction qui aurait été impensable pour les fidèles catholiques sous les deux précédents pontificat de Jean-Paul II et du pape Benoît XVI. 

Les discours ambigus de François et surtout ses écrits pontificaux ont retourné cardinal contre cardinal, évêque contre évêque, fidèle laïc contre fidèle laïc. La confusion doctrinale a donné lieu à la publication de directives pastorales basées sur ses écrits et qui permettent la distribution de la Sainte Communion à ceux qui vivent dans l'adultère.

 

LIRE: Ils ont donné au pape François quatre ans pour "refaire l'Église". Voici comment ils ont essayé.

 

En novembre dernier, le vaticaniste Giuseppe Nardi a rapporté qu'une étude théologique de 1975 du savant laïc brésilien Arnaldo Vidigal Xavier de Silveira faisait le tour dans le Vatican. Le profane a examiné dans son ouvrage intitulé L'hypothèse théologique d'un pape hérétique s'il est possible pour un pape d'être ou de devenir un hérétique, et si oui, quelles conséquences en découleraient.

Nardi a déclaré : "Trois ans et demi après le début de son pontificat, le pape François a atteint ses limites. L'impression laissée par ses gestes et paroles, d'une intention latente de changer la doctrine de l'Église doit à un moment ou prendre une forme définie ou bien s'effondrer", écrivait-il alors.

"François se trouve coincé par l'atmosphère même qu'il s'est lui-même chargé de créer. Il ne s'agit plus d'un énoncé spontané de ceci ou cela, qui reste improvisé et non contraignant. Son travail pastoral et ses qualités de leader, qui exigent un sens de la responsabilité et un caractère exemplaire, atteignent leurs limites. Cela pourrait faire manquer le pontificat de François [...]", a-t-il ajouté.

La conférence a lieu trois mois après que le cardinal Raymond Burke a donné un entretien dans lequel il a expliqué que si un pape devait "professer officiellement l'hérésie, il cesserait, par cet acte, d'être le pape".

Burke a déclaré lors de l'entretien de décembre 2016 qu'il y avait un processus au sein de l'Église pour faire face à une telle situation, ajoutant son espoir que "nous n'en serons pas témoin à tout moment bientôt."

En décembre également, l'avocat de droit canon américain Edward Peters a abordé la question de ce qui pourrait être fait si un pape était jugé hérétique.

Peters écrit que la "question cruciale" du point de vue d'un canoniste est "qui déterminerait si un pape donné est tombé dans l'hérésie" puisque le Canon 1404 indique que le "Premier n'est jugé par personne."

Il trouva cependant dans la tradition canonique que si un concile général déterminait qu'un pape avait commis une hérésie, il se serait effectivement coupé de la vigne véritable, renonçant ainsi à son office.

Peters commente: "... si éloigné soit-il de la possibilité pour un pape de tomber dans l'hérésie et si difficile soit-il de savoir si un pape y est tombé, une telle catastrophe, Deus vetet [Dieu l'interdit], entraînerait la perte de l'office papal."

L'emplacement de la conférence prochaine est important, rapporte Church Militant. C'est dans les années 1300 que l'Université de Paris a exploré la question de savoir ce que l'on pourrait faire avec le pape hérétique Jean XXII, qui a nié la doctrine selon laquelle les âmes des justes étaient admises à la vision béatifique après la mort, une position qu'il rétracta sur son lit de mort.

Source image du colloque international : https://univ-droit.fr/actualites-de-la-recherche/manifestations/22670-la-deposition-du-pape

Source image du colloque international : https://univ-droit.fr/actualites-de-la-recherche/manifestations/22670-la-deposition-du-pape

Partager cet article

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Religion
commenter cet article

commentaires