Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 mars 2017 2 07 /03 /mars /2017 12:16

Les propos de Serge Moati vont embarrasser les élites oligarques et les francs-maçons. C'était prévisible... On a vu hier Anne Sinclair déplorer une "France blessée", constater "une entrée dans un monde nouveau", donc la fin d'une époque..., et admettre s'être trompée "tout le temps, comme tout le monde". Hier également, Serge Moati a fait une introspection de son parcours politique. C'est qu'après des décennies de positions politiques ultra-immigrationnistes, mélangistes et pro-multicultu, les Juifs de France découvrent la persistance des phénomènes identitaires, virent à l'extrême droite et quittent le navire pour Israël, en réclamant le droit pour eux d'exprimer leur "identité". C'est Serge Moati qui l'explique sur I24News" : 

Après des décennies de positions politiques de gauche, Serge Moati appelle à une Alya responsable et collective

Serge Moati, vient de sortir le livre "Juifs de France, pourquoi partir ?" (Stock)". Invité d'"I24NWS.TV" hier 6 mars, il explique dans une video :

 

"Je pense que les conditions de l''Alya' (retour en Israël. Ndlr.), on doit travailler constamment les conditions de l'Alya réussie. C'est une responsabilité collective, l'Alya. C'est une décision personnelle, mais c'est une responsabilité collective. Donc, il y a des choses qu'il faut arranger : l'équivalence des diplômes, la protection sociale évidemment, le prix des loyers, des choses comme cela. L'Alya, il faut la faire ou très jeune, ou très âgé".

 

S'agissant des Juifs de France qui restent (en France), le journaliste explique que finalement ils "finissent par se ghettoïser". Serge Moati explique alors ce qui motive le départ des Juifs de France pour Israël :

"Je connaissais un Israël plus à gauche, pour dire les choses brutalement.

 

Et là, j'ai rencontré des gens de la communauté des Juifs de France, à la fois religieux, sionistes et nationalistes. En France, on dirait 'de droite'. Donc la communauté juive de France a beaucoup changé", déclare Serge Moati.

 

"Alors, (elle a beaucoup changé) pour des raisons que je peux exprimer, poursuit Serge Moati. C'est-à-dire que c'est la grande crainte de l'immigration arabe, qui revient très souvent, et avec une brutalité qui m'a étonné. C'est-à-dire, on ne peut plus vivre en France, on n'est plus rien, on ne pèse plus rien, électoralement, etc., il faut qu'on aille dans un pays où l'on est majoritaire", conclut Serge Moati... "Et avec un grand mot qui sort tout le temps : où notre identité pourra s'exprimer".

Avant d'écrire ce livre, Serge Moati explique :

 

"Je n'en avais pas conscience. Je ne pouvais pas le savoir et le sentir à ce point.

 

Ce qui m'intéressait, c'est la netteté des propos, et de leur rendre cette netteté comme ils me l'ont donnée.

 

Ils me disent ça y est on part en Israël. On n'est plus en sécurité en France. On ne reconnaît pas la France qu'on a aimé. Et des propos qui suivent qui m'ont beaucoup troublé. Ces propos sont très clairs. Et donc j'ai décidé de faire ce bouquin... Une communauté juive de France qui ne compte plus que 470 000 êtres humains. C'est peu", ajoute Serge Moati.

Question: pourquoi ce type de propos est-il normal dans la bouche d'un juif, mais est-il taxé de "racisme", et de "fascisme" lorsqu'il est prononcé dans la bouche d'un catholique français qui voudrait lui aussi que son "identité" puisse "s'exprimer" ? Les propos de Serge Moati vont secouer le landerneau.

Partager cet article

Repost 0

commentaires