Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 février 2017 3 08 /02 /février /2017 13:56
Serge Abad Gallardo : "Pourquoi j'ai quitté la franc-maçonnerie?"

Ils interviennent dans des décisions importantes sur l'avenir de notre société. Valeurs morales, contraception, dépénalisation de l'avortement, mariage pour tous et aujourd'hui et demain, euthanasie.

En 24 ans, Serge Abad Gallardo a gravi tous les échelons maçonniques du "Droit humain" pour atteindre le grade de "Vénérable Maître". Avec beaucoup de courage, et il en faut, malmené depuis sa sortie de la franc-maçonnerie, dans sa vie privée comme professionnelle, il a écrit deux livres : "J'ai frappé à la porte du Temple" et "Je servais Lucifer sans le savoir". Il témoigne aujourd'hui en invitant les chrétiens, lorsqu'ils parlent avec des francs-maçons qui leur disent qu'ils sont francs-maçons, à "expliquer quel est le chemin qu'ils prennent alors qu'ils pensent en prendre un autre".

Source: https://youtu.be/lvfc6xjL2RU

 

Extrait de la présentation de la video :

 

"Cette organisation, cette mystique du moi humain, qu'on le veuille ou non, reste très secrète. Une forme d'externalisation s'est installée : régulièrement, des articles sont publiés dans les médias, et des noms sont cités, qui souvent nous surprennent ou nous étonnent. Des hommes et des femmes politiques, de droite comme de gauche, présents en nombre dans tous les gouvernements témoignent de leurs actions et, souvent, de leur pouvoir.

 

Ils interviennent dans des décisions importantes sur l'avenir de notre société. Valeurs morales, contraception, dépénalisation de l'avortement, mariage pour tous et aujourd'hui et demain, euthanasie. Quel est donc le rôle des loges dans notre société ? Pourquoi une démarche initiatique, avec ses symboles et ses rituels ? Pourquoi le 'frère' promet-il de ne pas trahir et de révéler ? La franc-maçonnerie qui agit en réseau, est-elle un accélérateur de carrière ? Peut-on enfin être catholique et franc-maçon ?

 

[...] Le nombre de francs-maçons en France est proche de 200.000, frères ou soeurs, répartis en principalement trois obédiences : le 'Grand Orient de France', la 'Grande Loge' et la 'Grande loge nationale française'.

 

De très nombreux francs-maçons occupent des postes clés, comme l'écrit Sophie Coignard, journaliste à l'hebdomadaire Le Point : Police, magistrature, éducation nationale, banques, compagnies d'assurances mutualistes, Edf, etc., mais aussi politiques. Qui ignore à ce jour l'appartenance à la franc-maçonnerie de Gérard Larcher (LR), président du Sénat, Jean-Michel Bayley, ministre, président du Parti radical de gauche, Alain Bauer, ancien 'Grand maître', conseiller pour les questions de sécurité..., Xavier Bertrand, président LR de la région Nord ? La liste est très longue.

 

[...] 'Il pleut': cette phrase codée permet d'obtenir instantanément le silence ou un changement de sujet, lorsqu'un profane comme moi s'approche d'un franc-maçon. Ce soir il ne pleut plus !"

Extraits du discours de Serge Abad Gallardo :

 

« Marie, c'est la Nouvel Eve, c'est celle qui a écrasé la tête du Serpent.

 

Les thèmes qui vont être traités ce soir (dans cette conférence Ndlr.) vont toucher aux relations entre l'Eglise et la franc-maçonnerie, mais surtout les problèmes d'engagement en franc-maçonnerie et de confession de foi. Ils vont toucher aussi à ce que j'appelle l'aspect luciférien de la franc-maçonnerie.

 

Autant j'ai écrit le premier livre "J'ai frappé à la porte du Temple" pour les catholiques surtout, de manière à ce qu'ils connaissent la franc-maçonnerie et sachent exactement de quoi il s'agit, non pas pour les dissuader, moi je ne suis pas là pour convertir les coeurs - seul le Christ convertit les coeurs -, mais de manière à ce que chacun puisse être libre de choisir son chemin. Jésus nous a dit "Je suis le chemin, la vérité et la Vie". La franc-maçonnerie nous dit - je cite de mémoire - monsieur Meley qui était président de l'obédience maçonnique du "Droit humain", et a fait une conférence à Carcassonne intitulée "la franc-maçonnerie est ouverte à tous". Et bien moi j'ose dire que non. Elle est peut-être "ouverte" à tout le monde, mais à ce moment-là cela obligera ce "tout le monde" à laisser derrière soi un certain nombre d'éléments de sa foi. Autant le second livre a été écrit pour les francs-maçons.

Carcassonne : "La franc-maçonnerie est ouverte à tous". Source: http://www.lindependant.fr/2015/02/03/la-franc-maconnerie-est-ouverte-a-tous,1987426.php

Carcassonne : "La franc-maçonnerie est ouverte à tous". Source: http://www.lindependant.fr/2015/02/03/la-franc-maconnerie-est-ouverte-a-tous,1987426.php

[...] Dans ce deuxième ouvrage, il y a environ deux cents citations, qui proviennent soit d'écrits de livres, de déclarations publiques, parfois de ce qu'on appelle des planches (une "planche" est un exposé maçonnique qui est lu lu en loge et discuté en suite), qui démontrent le lien entre la franc-maçonnerie et ce que je pourrais appeler une doctrine luciférienne.

 

Nombre de francs-maçons n'ont pas conscience de cet aspect. Le démon est subtil. "Subtil" est un terme que j'emprunte à l'alchimie. Or, toute une branche de la franc-maçonnerie, notamment celle qui pratique le rite écossais ancien et accepté est très imbibé d'alchimie, mais également d'autres rites. Et l'action du démon est subtile.

 

Il y a trois catégories dans la franc-maçonnerie.

 

La première catégorie que je vais situer peut-être à 15%, ce sont les maçons 'affairistes'. On les trouve dans certaines loges. Je ne veux pas montrer du doigt, mais il est clair qu'au sein même de la franc-maçonnerie, la 'Grande Loge nationale de France' passe pour une loge affairiste. Cela étant la Grande Loge nationale de France est une loge qui n'est pas anticléricale ni anticatholique. Certains de ses membres sont même amis de l'Eglise, au sens qu'ils donnent de l'argent pour que les églises ne s'effondrent pas. Il y a des affairistes dans d'autres loges. Il n'y a pas que la GLNF. Mais on va dire qu'il y a donc quand même une minorité palpable de francs-maçons qui sont affairistes et qui cherchent en franc-maçonnerie à obtenir un pouvoir, politique, financier, professionnel, et une carrière. Et cela marche. La franc-maçonnerie permet un réseau.

 

La deuxième catégorie, ce sont des francs-maçons que l'on va trouver surtout dans des obédiences comme le Grand Orient de France, le Droit humain, où j'étais, la Grand Loge féminine de France, mais essentiellement le Grand Orient. Ce sont des gens qui considèrent que la Révolution française n'a pas décapiter suffisamment de prêtres et de religieuses. Tous ne sont pas comme cela au Grand Orient de France, mais je parle de majorité et de catégories, avec des expressions comme 'à bas la calotte'.  Cette seconde catégorie est importante au sein des obédiences que j'ai citées.

 

La troisième catégorie, qui est également d'importance est constituée de personnes comme j'ai pu l'être, de francs-maçons qui cherchent sincèrement et qui espèrent trouver des réponses.

 

Il est important de savoir que ce qui compte en franc-maçonnerie n'est pas forcément ce qui est dit lors des tenues maçonniques (soirées maçonniques avec un rituel) ni ce qui s'exprime clairement. Le secret maçonnique ressemble à un millefeuille. Et ce qui se dit en franc-maçonnerie se lit entre les lignes et l'action luciférienne de la franc-maçonnerie, même si je cite des francs-maçons qui glorifient Lucifer (il y a des rituels qui glorifient Lucifer, au 'Droit humain', en particulier il y a un rituel qui glorifie Lucifer), et on verra l'ambiguïté assez troublante qu'il y a derrière ce terme de "Lucifer".

 

C'est surtout par ce qui n'est pas écrit ou n'est pas dit, que l'action de Lucifer se manifestera. [On voit ici que la méthode maçonnique est un moyen pour faire apostasier. NdCR.] C'est une action qui va attirer des personnes, des profanes, qui va ensuite les conduire à s'éloigner de la foi, pour ensuite les faire apostasier. [...] Par exemple, à un instant - vous verrez que c'est là que les choses se passent dans ce qui n'est pas dit - le 'Vénérable Maître' frappe un coup de maillet et dit : "Nous ne sommes plus dans le monde profane" (sous-entendu) nous sommes maintenant dans un monde sacré. Or, la différence entre ici et une église, c'est que cette sale n'est pas sacrée. Pour qu'elle le soit, il faudrait qu'un évêque vienne et qu'il la transforme en espace sacré. Et cet évêque, lorsqu'il transformerait cette salle en un espace sacré, à la Gloire de Dieu, lui n'est pas important, c'est l'Esprit Saint qui opère à travers lui. Lui n'est qu'un instrument. Le 'Vénérable Maître' au contraire, sanctifie l'espace et le temps : 'nous ne sommes plus dans le monde profane'. Mais il n'a pas le Saint-Esprit, et il n'est pas mandaté par Dieu. [...] Je précise que les travaux sociaux sont fondés sur la doctrine ésotérique de la maçonnerie. Ce n'est pas moi qui le dit, dans toutes les loges cela se répète.

 

[...] Vous tous qui êtes chrétien, lorsque vous parlez avec des francs-maçons qui vous disent qu'ils sont francs-maçons, essayez de leur expliquer quel est le chemin qu'ils prennent alors qu'ils pensent en prendre un autre.»

 

Première chose, la franc-maçonnerie ne dérive pas directement des confréries de constructeurs de cathédrales (aux XIIe et XIIIe siècles). La franc-maçonnerie ne dérive pas non plus de l'Egypte ancienne. Je parle bien de filiations directes.

 

La franc-maçonnerie a emprunté  : ce n'est pas moi qui le dit non plus, c'est Marie-France Etchegoin dans La Saga des francs-maçons (2009) . La franc-maçonnerie est née au XVIIIe siècle, précisément le 24 juin 1717 à Londres et elle a emprunté divers symboles et divers rituels à un certain nombre de courants que nous verrons par la suite.

 

La franc-maçonnerie essaime ensuite dans toute l'Europe au XVIIIe siècle, voire dans le monde entier aux Etats-Unis, et cela continue aujourd'hui. Il y a par exemple un 'Grand Orient d'Italie', un 'Grand Orient de Belgique', un 'Grand Orient d'Espagne'.

 

La classification des obédiences

 

1. Par importance numérique en France : Le Grand Orient de France, c'est 50 000 membres. La Grande Loge de France 33 000 membres, la Grande Loge nationale de France 30 000 membres, le Droit humain 17 000 membres, la Grande Loge féminine de France 12 000 membres, la Grande Loge traditionnelle et symbolique Opéra, (exclusivement masculine), 3 700 membres et les loges Memphis-misraïm, parce qu'il y en a plusieurs, 2000 membres. Ce qui fait globalement entre 150 et 170 000 francs-maçons en France.

2. Par tendance politique. La plupart des membres du Grand Orient, sont à 80% des gens de tendance socialiste ou similaire; le Droit humain, également, centre, centre-gauche, voire gauche; et la Grande Loge féminine de France.

3. Selon les rituels. Les francs-maçons disent qu'il y a des francs-maçonneries, mais moi je persiste à dire que la franc-maçonnerie ou les francs-maçonneries ont un tronc commun. Et c'est la raison pour laquelle j'utilise le terme de "la franc-maçonnerie". Pour résumer, il y a une franc-maçonnerie divisée en plusieurs obédiences. Et ces obédiences, on va les diviser en deux. Il y a les obédiences déistes et les obédiences athées, voire agnostiques. Elles se distinguent également par le rituel. Vous avez :

 - le "Rite écossais ancien et accepté" qui caractérise le Droit humain, la Grande loge de France et la Grande loge féminine de France. Ce sont des rituels quasiment obligatoires dans ces trois obédiences.

- le "Rite français", au Grand Orient de France essentiellement, même si s'y trouvent d'autres rites, mais il y est très majoritaire.

- le "Rite écossais rectifié", que l'on trouve à la Grande Loge nationale de France, et à la Grande loge traditionnelle et symbolique opéra

- le "Rite Emulation" pour une minorité

- le "Rite Memphis-misraïm"

 

Des portes d'entrée au démon

 

L'Eglise rejette l'ésotérisme et l'occultisme sur le fondement de l'Ancien Testament et des écritures du Nouveau comme constituant des portes d'entrée au démon.

Serge Abad Gallardo : "Pourquoi j'ai quitté la franc-maçonnerie?"

Le Rite écossais ancien et accepté (R.E.A.A.) est un rite de tendance déiste. Il est fondé sur l'hermétisme égyptien, le pythagorisme grec, l'alchimie islamique, la kabbale hébraïque, le gnosticisme chrétien et la chevalerie templière. Cela devrait nous plaire parce que l'on entend "chrétien" : je vous précise alors que le courant gnostique a été condamné par l'Eglise, et notamment par S. Irénée au IIe siècle, et qu'il est considéré comme hérétique. Donc on ne peut pas être gnostique et catholique. Et il y a tout le reste : on ne peut pas être un hermétiste, on ne peut pas non plus être un pythagoricien, c'est-à-dire fonder sa vérité de foi sur l'enseignement de Pythagore ou sur celui d'Hermès Trismégiste et croire dans le Christ ressuscité. Cela n'est pas possible.

 

Le Rite français a des similitudes importantes avec le Rite écossais, mais il s'appuie sur une démarche positiviste et pour le résumer, il considère que la Bible est une série d'allégories, un ensemble de légendes, une mythologie presque, qui peut servir au développement intellectuel et moral de ceux qui pratiquent ce rite. Donc, en tant que chrétien, je ne peux pas aller dans une loge qui considère que la Bible c'est une allégorie. Il y a des allégories dans la Bible, mais il y a la parole de Dieu.

 

Le Rite écossais rectifié est le rite qui va nous intéresser le plus parce qu'il se base sur la tradition chrétienne originelle, nourri des enseignements des Pères de l'Eglise. Donc cela, ca nous plaît, sauf que ce n'est pas le Magistère de l'Eglise, ce n'est pas un enseignement de l'Eglise, c'est une interprétation à partir des écritures des Pères. Cela veut dire que quiconque peut s'intituler interprète de ces écritures. On n'est pas dans la théologie. En admettant même que c'est compatible, la deuxième source de ce rite est l'enseignement de Martinès de Pasqually, qui est un occultiste, un magicien, un hermétiste qui a vécu au XVIIIe siècle, et qui a écrit un ouvrage "Traité de la Réintégration des Êtres", qui développe une doctrine manichéiste, parfaitement gnostique également, puisqu'il sépare la matière et l'esprit et que nous serions aujourd'hui prisonnier de la matière, alors que pour nous chrétiens, et catholiques en particulier, corps et esprit font un, même si l'âme est une troisième entité.

 

C'est un rite déiste.

 

Le Rite Emulation, qui est finalement le rite qui est le plus proche de ce que pourrait recherché un catholique en franc-maçonnerie. Mais néanmoins, même si c'est un rite où il y a peu de planches, c'est un rite qui se dit religieux, qui nécessite également la croyance en Dieu. Or cela pose un problème car cette croyance est une croyance dans le Grand Architecte de l'Univers, et ce rite va accepter par exemple des gens qui croient en Allah, en Yahvé ou en Dieu. Je ne suis pas certain qu'Allah soit le Dieu que je prie, et que le Jésus, "prophète" de la religion musulmane soit le Jésus en lequel je crois. [Le coran, sourate 112 affirme que Dieu n'a pas été engendré et n'a pas de Fils, ce qui contredit totalement notre dogme de l'Incarnation du Verbe fait chair. NdCR.] Donc si le catholique va en loge pour chercher le Christ comme il va à l'église pour chercher le Christ en Croix, il ne peut pas prier Allah : c'est comme s'il priait Allah dans une église.

 

Le rite Memphis-Misraïm est un rite très hermétique fondé sur la doctrine d'un certain Cagliostro, qui s'appelait Joseph Balsamo, était un magicien.

 

Voilà les principaux rites et ils sont tous fondés sur une doctrine hermétique. Et on ne peut pas être chrétien et hermétique. Ou alors on souffre de dichotomie psychologique ou de schizophrénie spirituelle.

La franc-maçonnerie est une religion

 

Il y a des rites, des rituels, des cérémonies, un idéal ou une croyance commune (l'idéal peut être le bonheur de l'Humanité, la croyance cela peut être le Grand Architecte de l'Univers, le Progrès de l'Humanité); il y a des adeptes : Jules Boucher, franc-maçon de référence qui a beaucoup écrit, utilise le terme d'"adepte"; et il y a un lien régulier entre les adeptes.

 

Les constitutions d'Anderson en 1721 parlent de "soumettre les personnes qui entrent en franc-maçonnerie seulement à cette religion que tous les hommes acceptent". Donc ce terme de "religion", il est dans l'article premier de la constitution qui est un des fondements de la franc-maçonnerie.

 

Oswald Wirth, écrivain très connu également. C'est un petit peu comme si on citait S. Irénée ou S. Thomas d'Aquin pour nous : "Reste à savoir si la franc-maçonnerie est oui ou non une religion. Ayons le courage de nous dire religieux, de nous affirmer apôtres d'une religion plus sainte que toutes les autres, propageant la religion de la république. En nous assimilant tous les enseignements de la maçonnerie, nous sommes appelés à exercer chacun en notre sphère, une prêtrise" (sic).

 

Donc des francs-maçons reconnus considèrent la franc-maçonnerie comme une "religion".

 

Les dogmes maçonniques

 

Le dogme de l'a-dogmatisme. La franc-maçonnerie dit qu'elle est adogmatique, et que c'est pour cela qu'elle n'est pas une "religion". Or, le fait de dire que pour prendre le chemin qui mène à la vérité il faut se libérer de tout dogme, vous posez un dogme. Parce que nous catholiques, nous disons, ma vérité c'est le Credo, et tous les dogmes de l'Eglise sont contenus dans le Credo (Virginité mariale, conception virginale, l'Immaculée conception, la Résurrection du Christ, Dieu Notre Père, etc.) Et le fait de dire "j'abandonne tout cela pour chercher la vérité" c'est également un dogme.

Serge Abad Gallardo : "Pourquoi j'ai quitté la franc-maçonnerie?"

Le dogme de la "lumière" maçonnique. La franc-maçonnerie considère que la seule lumière est la lumière maçonnique. Là encore je n'invente pas. Je vous cite le rituel d'initiation :

 

"Pourquoi ce profane demande-t-il à entrer en franc-maçonnerie ?, demande le Vénérable Maître.

 

Réponse du Premier Surveillant : "Parce qu'il est libre et de bonnes moeurs, qu'il cherche la lumière et qu'il est dans les ténèbres".

 

Cela veut dire deux choses. Premièrement, que seule la lumière maçonnique vous enlèverait des "ténèbres" dans lesquelles vous êtes ou vous seriez plongé. Cela s'appelle un dogme, c'est-à-dire que je pense que la "lumière" maçonnique est la seule lumière véritable. [...] Quand je dis cela, je vais ensuite prêter serment, d'obéir aux constitutions et aux règlements. Que fais-je alors ? Je renie mon baptême, puisque la seule lumière que je vais reconnaitre c'est la lumière qui va m'être donnée lorsqu'on m'enlèvera le bandeau. C'est ce que j'explique dans mon deuxième livre. Qu'est-ce que le baptême ? C'est un sacrement par lequel l'Esprit-Saint nous amène la lumière du Christ (et nous donne une protection contre les attaques du démon). Comme le dit Maurice Caillet dans l'une de ses interviews "quelle lumière ai-je besoin de chercher en franc-maçonnerie quand j'ai la lumière du Christ ?"

 

Vous voyez que l'on ne peut pas croire au Christ et à la lumière maçonnique en même temps.

 

Le dogme d'un dieu indéfinissable, protéiforme, multiple. Dire que que Dieu ne s'appelle pas Dieu mais s'appelle le Grand Architecte de l'Univers, c'est un dogme.

 

Le dogme de l'inaccessibilité de la vérité.

Le dogme d'Hiram.

Le dogme de l'identité du microcosme et du marcrocosme.

Le dogme de la relativité (de la vérité ? on ne voit pas le reste de la phrase)

L'incompatibilité doctrinale

Serge Abad Gallardo : "Pourquoi j'ai quitté la franc-maçonnerie?"

Dix ans après la naissance de la franc-maçonnerie, le Pape Clément XII a condamné la franc-maçonnerie en tant qu'institution (Bulle In Eminenti, 1738). Tout le XVIIIe et le XIXe siècles a été émaillé de déclarations semblables. Et le Préfet pour la Doctrine de la foi en 1983, le Cardinal Ratzinger a conclu dans un décret qui a précisé le Code de droit canonique, et je le cite :

 

"On a demandé si le jugement de l’Eglise sur les associations maçonniques était changé, étant donné que dans le nouveau Code de droit canonique il n’en est pas fait mention expresse, comme dans le Code antérieur. [...]
Le jugement négatif de l’Eglise sur les associations maçonniques demeure donc inchangé, parce que leurs principes ont toujours été considérés comme inconciliables avec la doctrine de l’Eglise, et l’inscription à ces associations reste interdite par l’Eglise. Les fidèles qui appartiennent aux associations maçonniques sont en état de péché grave et ne peuvent accéder à la sainte communion." Et " Les autorités ecclésiastiques locales n’ont pas compétence pour se prononcer" sur la compatibilité.

L'influence luciférienne en franc-maçonnerie

 

Le pavé mosaïque. On le voit dans toutes les loges. En général, c'est un rectangle de deux mètres sur trois. C'est un symbole que l'on va retrouver dès le grade d'apprenti, jusqu'au 30e degré, qui est le dernier grade symbolique du "rite écossais ancien et accepté" et ensuite, les 31, 32 et 33 sont des grades administratifs, auxquels je n'ai pas accédé et donc que je ne connais pas.

Serge Abad Gallardo : "Pourquoi j'ai quitté la franc-maçonnerie?"

Saint Augustin figuré dans ses vêtements épiscopaux, tenant à la main soit un livre (il est Père de l'Eglise et Docteur), soit un coeur enflammé, éventuellement percé de flèches, symbole de sa recherche de Dieu brûlante d'amour Cette "mosaïque" est l'expression des deux forces antagonistes qui gèrent le monde et qui ont valeur de divinité [Cf. Voir S. Augustin contre l'hérésie manichéenne]. Lisez Oswald Wirth, que je cite abondamment. Lisez Jules Boucher également, des planches maçonnique sur le "pavé mosaïque" en tapant l''édifice.net' sur internet. Et alors vous verrez que la franc-maçonnerie a une croyance. Il y a un livre qui a été écrit par Richard Dupuis, qui a été "Grand Maître" de la "Grande Loge de France" et qui s'appelle "La Foi d'un franc-maçon". Ils ont une croyance. Et cette croyance est que l'univers est régi par deux puissances également fortes. Cette croyance veut dire que le bien et le mal sont équivalents. Cela veut dire que si le bien et le mal sont équivalents, Dieu n'est pas Tout-Puissant. On est dans la doctrine manichéenne. Et cela veut dire également que le mal peut être utile au bien. Je ne l'invente pas, je le tire de planches que je cite dans mon deuxième ouvrage. Et donc quelque part, le mal est nécessaire à l'humanité. Or, l'enseignement du Christ, et de l'Eglise, ce n'est pas cela. Le Christ nous dit qu'il a vaincu définitivement le monde, il a vaincu le mal, en mourant sur la Croix. Saint Michel, aussi, écrase Satan et l'a vaincu.

 

Donc vous voyez ce pavé mosaïque est important parce qu'il va amener au relativisme, à la dualité, ensuite à l'inversion entre le bien et le mal... Et à une glorification de la transgression. Là non plus je n'invente pas :

 

"Le mal est l'ombre du bien. Il en est inséparable. Donc, le mal est nécessaire à l'humanité comme le sel est indispensable à l'eau des mers. Là aussi, l'harmonie ne peut seulement dériver que de l'équilibre des contraires." (Albert Pike, Morals and Dogma, volume 6, p. 212 et 213) pour les personnes qui auraient des doutes sur la réalité de la citation.

 

Cette inversion des valeurs amènera à la transgression. Je cite une planche maçonnique : "N'a-t-on pas prétendu que le Serpent tentateur était le diable, alors que de tout temps, le Serpent primordial a symbolisé le savoir, la connaissance". Vous voyez, lorsqu'on est catholique, on aurait du mal à dire que le Serpent représente la connaissance. [NdCR. Effectivement, dans notre religion catholique, au contraire, c'est Dieu qui est Connaissance qui nous donne par son Esprit-Saint le don d'intelligence (raison spéculative) et le don de conseil (raison pratique) pour saisir la vérité, ainsi que le don de sagesse et le don de science pour bien juger (Saint Thomas d'Aquin, Somme théologique, Seconde partie, La foi q. 8 et 9). Cf. Les sept dons du Saint-Esprit.]

 

Que fait le Serpent ? Il pousse Eve et Adam à consommer le fruit défendu par Dieu et il dit -comme le fait et le dit la franc-maçonnerie d'ailleurs - Vous serez comme des dieux, connaissant le bien et le mal. Dieu vous a menti. (Genèse III, 5). La franc-maçonnerie dit exactement la même chose que le Serpent de la Genèse. D'où il ressort que la franc-maçonnerie considère que l'homme doit devenir un dieu et dieu lui-même, [en désobéissant aux commandements de Dieu... NdCR.]

 

Cette divinisation de l'individu commence par une glorification personnelle. Cela est précisé au 4e degré des hauts grades, c'est le grade qui s'appelle "maître secret" :

 

- Voici le Rituel. "Êtes-vous Maître secret ?"

- Réponse : "Je m'en glorifie".

 

A contrario, voilà ce que nous dit Saint Paul : " Où est donc le sujet de se glorifier ? Il est exclu... par la loi de la foi" (Romains, III:5) Il poursuit dans Colossiens, chapitre 12, verset 7 : "Et pour que je ne sois pas enflé d'orgueil, il m'a été mis une écharde dans la chair. Un ange de Satan pour me souffleter et m'en empêcher de m'enorgueillir. Trois fois j'ai prié Seigneur de l'éloigner de moi et Il m'a dit: Ma grâce te suffit, car ma puissance s'accomplit dans la faiblesse. Je me glorifierai donc bien plus volontiers de mes faiblesses afin que la puissance du Christ repose sur moi."

Il n'y a pas cela en franc-maçonnerie : la grâce de Dieu n'existe pas, c'est l'autonomie du maître qui s'impose. Je cite de mémoire Oswald Wirth, qui dit : "Un maître maçon ne peut être contesté. Il est libre dans une loge libre".

 

Le signe luciférien du 18e degré des hauts grades de chevalier Rose-Croix. Il y a un signe luciférien. Mais les francs-maçons n'en ont pas conscience.

 

Serge Abad Gallardo : "Pourquoi j'ai quitté la franc-maçonnerie?"

Ce signe est le signe du 18e degré. Voilà ce que dit le rituel maçonnique du 18e degré des Hauts grades "Chevalier Rose Croix" : "le signe du grade s'exécute en élevant la main droite fermée, l'index montrant verticalement le ciel, le contre-signe s'exécute en descendant la main gauche en montrant la terre avec l'index. Signe et contre-signe évoque la maxime hermétique 'Ce qui est en haut est comme ce qui est en bas et ce qui est en bas est comme ce qui est en haut'". On retrouve la dualité du pavé maçonnique. Et là on est au 18e degré quand même, on n'est plus au grade d'apprenti. Le 18e degré, c'est un petit peu au-delà de la moitié des grades.

Et bien le Christ au contraire nous dit, je cite : "Jésus leur dit : 'Vous, c'est d'en bas que vous êtes, moi c'est d'en haut que je suis. Vous, vous êtes de ce monde ; moi, je ne suis pas de ce monde." (Jn 8:23) Alors, encore cela, c'est seulement sur le plan didactique, intellectuel, philosophique. Ce qui est en haut n'est pas comme ce qui est en bas. En bas c'est le diable, en haut c'est Dieu. Cela, c'est de l'iconographie, c'est de la philosophie, et de la doctrine.

 

L'arcane XV du Tarot

Ce personnage (du 18e degré) qui est un signe, vous allez le retrouver dans l'arcane XV du Tarot.

Serge Abad Gallardo : "Pourquoi j'ai quitté la franc-maçonnerie?"

Le Tarot est un langage hermétique qui précise certaines données de la franc-maçonnerie. On le retrouve dans les hauts grades et un certain nombre de choses comme l'astrologie et d'autres sciences dites occultes.

Dans ce signe (l'arcane XV du Tarot) vous voyez que le diable a une main pointée vers le haut et une autre pointée vers le bas. Il a des attributs également masculins et féminins. Et il a une sorte de coiffe avec des cornes. Cette carte s'appelle "le diable".

 

Le Baphomet (dessin d'Eliphas Levi)

Serge Abad Gallardo : "Pourquoi j'ai quitté la franc-maçonnerie?"

Dans le "Baphomet", dessin d'Eliphas Levi (1810-1845) qui est un occultiste de haut niveau, hermétiste et magicien franc-maçon du XIXe siècle, on va avoir la même posture. Sur les bras du diable est écrit "Solve et coagula", qui pointent vers le haut et vers le bas : le haut et le bas sont identiques...

Il a un attribut masculin symbolisé par cette espèce de hampe entourée de serpent et des seins féminins. Il porte le tétragramme sur le front qui est signe maçonnique du second degré du grade de compagnon; des ailes noirs, contraire des ailes blanches des anges; et puis une sorte de poids qu'on retrouvera dans un autre dessin de franc-maçonnerie. Ce dessin ne figure pas dans un livre maçonnique mais dans le livre d'Eliphas Levi, "Traité de la haute magie".

 

Desse Hishtar (dessin Oswald Wirth).

Serge Abad Gallardo : "Pourquoi j'ai quitté la franc-maçonnerie?"

Ce dessin, par contre, figure dans un livre maçonnique qui s'appelle "Le symbolisme occulte de la franc-maçonnerie". Nous voyons le même signe que le Baphomet, la même coiffe avec une sorte de lumière. Il y a un auteur espagnol qui parle ici de satanisme, de la lumière de Lucifer, non pas au sens latin ancien (lucifero) d'ange qui porte la lumière - on sait que Lucifer a chuté -, c'est la lumière du diable. Et vous voyez en bas du dessin l'illustration du pavé maçonnique.

La déesse Ishtar est une déesse sumérienne qui symbolise l'ambivalence, la dualité, et qui a une relation assez proche, par sa soeur, avec les enfers.

En commentaire de ce dessin - je vous le cite de mémoire - Oswald Wirth nous dit que le franc-maçon doit descendre en enfer pour se réaliser.

 

J'ai lu des livres maçonniques qui disent que le Baphomet n'est pas le diable. Or, une statue qui se trouve à Détroit (USA) est intitulée "Statue Eglise de Satan" (Cf. Image ci-dessous). C'est le Baphomet : donc la preuve que oui.

Serge Abad Gallardo : "Pourquoi j'ai quitté la franc-maçonnerie?"

... Je vous rassure, je n'ai pas vu de statue de Baphomet en loge. Mais vous voyez que la philosophie est quand même relativement proche. Mais dans cette statue, c'est le même personnage que dans le dessin d'Eliphas Levi. Et il dit également que ce qui est en haut est comme ce qui est en bas.

 

Lire aussi :  Le Temple Satanique organisait à Détroit une cérémonie de « débauche » pour dévoiler la statue de Baphomet, Reinformation.Tv, 27 juillet 2015 15 h 00 min·

 

Tubalcain. C'est le mot de passe des maîtres. La franc-maçonnerie vous dira que c'est un artisan forgeron. C'est cité dans la Genèse, c'est vrai, sauf que la Genèse précise bien qu'il descend de Caïn, et non pas de Seth, qui est le fils qui est né d'Adam et Eve après la mort d'Abel. Or, un franc-maçon écrit que "Tubalcain est un forgeron, il travaille les métaux et s'inscrit spirituellement comme continuateur de la lignée caïnite." La franc-maçonnerie elle-même, à travers certains membres et de travaux maçonniques, reconnaît que Tubalcain est un arrière-petit fils spirituel de Caïn. Or, c'est spirituellement qu'on est marqué aussi par la faute originelle d'Adam et Eve.

 

 

Serge Abad Gallardo : "Pourquoi j'ai quitté la franc-maçonnerie?"

Et il y a un mot sacré du grade de maître, le mot Bo-Hamon (orthographe incertaine Ndlr.), et la racine hébraïque du mot Bo-Hamon c'est "fils du père". Donc on a un mot de passe Tubalcain et un mot sacré Bo-Hamon qui signifie que lorsqu'on devient maître, on devient le fils du père de Tubalcain. Il est donc assez troublant d'avoir comme référence spirituelle Caïn.

 

Celui qui a formalisé le Rite Ecossais qui est utilisé par la Grande Loge nationale de France, s'appelait Jean-Baptiste Willermoz (1730-1824), et à la fin du XVIIIe siècle, il abandonne le 5 février 1785 mot de passe Tubalcain. Il remplace le nom de Tubalcain par celui de Phaleg, qui dans la Bible est un descendant de Seth. Donc c'est la lignée bienfaitrice, on va dire, de l'humanité, et pas maléfique. Et voilà ce qu'il précise : "Tubalcain est qualifié d'agent diabolique portant les vices charnels. C'est un nom d'abomination. Il n'apprit l'art du travail des métaux et de la maîtrise du feu que par des voies profanatrices et sataniques". Cela n'est pas Serge Abad-Gallardo, ancien franc-maçon, récemment revenu à la foi qui vous le dit, c'est Jean-Baptiste Willermoz, fin XVIIIe, franc-maçon et créateur d'un rite maçonnique.

 

Donc vous voyez, il y a dans la doctrine maçonnique des références qui devraient nous hérisser le poil. Alors, certes si on ne croit ni en Dieu ni au diable, les références sataniques ne gênent pas, sauf que Satan n'est pas un personnage sympathique...

 

Conclusion

 

Je vais terminer en paraphrasant Léon XIII, puisque j'ai prié récemment sur la tombe de Léon XIII : "Quels sont les fruits de la franc-maçonnerie ? ... Certains ont été cités tout à l'heure : le divorce, la contraception, l'avortement, bientôt l'euthanasie.

 

Le texte qui a modifié la santé publique sous le contrôle de Jean Leonetti.(principalement connu pour avoir donné son nom à la loi Leonetti du 22 avril 2005 relative aux droits des malades et à la fin de vie. Ndlr.) comporte des mots que j'avais déjà vus et trouvés dans une planche maçonnique d'une loge du Grand Orient de Caen, en 2004. Et vous avez dans divers écrits qui ont été adressés au Premier ministre de l'époque, les mots de sédation profonde et de sédation en phase terminale dans ces écrits avant même qu'ils n'apparaissent dans le texte.

 

Vous voyez donc que sur les fruits de la franc-maçonnerie, il y a des questions à se poser.

 

En tout état de cause, il me semble que ce qu'il y a de luciférien dans la doctrine maçonnique, c'est que cette doctrine a pour objectif (c'est le Solve et coagula, dissous-reconstruit, ordo ab chao, je détruis et je reconstruis, l'ordre revient après avoir tout détruit..), la destruction de la Création divine, la destruction de l'ordre et de la loi naturelle divine, et le remplacement par une création humaine - si c'est possible -, le remplacement de la morale et de la loi naturelle par une morale et une loi contingente, humaine, fluctuante.

 

Ce que je crains, c'est que quand la loi est simplement humaine, on peut aboutir à des camps de concentration. » (Fin de citation)

 

A une question du public, Serge Abad-Gallardo répond :

 

"Ce sont deux chemins qui sont incompatibles (le chemin de la foi et celui de la franc-maçonnerie. Ndlr.) : je n'aurais pas pu croire, comme je crois au Credo que "l'esprit de l'homme est prisonnier de la matière", selon l'enseignement de Martinès de Pasqually."

 

Note de Christ-Roi. L'incompréhension vis-à-vis de la matière et de la Création était aussi l'hérésie des manichéens que S. Augustin, Docteur de l'Eglise, et ancien manichéen lui-même, affronta et détruisit au IVe siècle. On voit donc, que depuis, c'est toujours la même gnose à l'oeuvre et renouvelée au fil des siècles, qui s'attaque toujours à nous et à la Création.

Serge Abad Gallardo : "Pourquoi j'ai quitté la franc-maçonnerie?"

Partager cet article

Repost 0

commentaires