Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 janvier 2017 1 16 /01 /janvier /2017 17:55

La division annoncée dans l'Eglise suite à la publication de l'exhortation Amoris laetitia du pape François, et la rupture de l'universalité de l'Eglise, devient réalité, avec les premiers anathèmes lancés par des Dominicains à l'encontre des évêques maltais qui ont autorisé les divorcés civilement remariés à recevoir la communion :

Qu'ils soient anathèmes ! La twittosphère s'enflamme contre les évêques maltais

BREAKING: Malta’s bishops allow civilly remarried divorcees to receive Communion, LifeSiteNews, Fri Jan 13, 2017 - 2:59 pm EST

 

Traduction

 

Les évêques de Malte autorisent les divorcés civilement remariés à recevoir la communion

 

Mise à jour: Dans un mouvement pris comme un signe d'approbation, le journal semi-officiel du Vatican a publié les lignes directrices des évêques maltais vendredi matin dans ses versions imprimée et en ligne.

MALTE, 13 janvier 2017 (LifeSiteNews) - Les évêques de Malte ont donné le feu vert aux catholiques divorcés et civilement remariés dans leurs diocèses pour recevoir la communion s'ils sont "en paix avec Dieu".

Les évêques disent qu'il peut être "humainement impossible" de suivre l'enseignement de l'Église et de vivre chastement tout en se remariant civilement, une exigence pour recevoir l'Eucharistie dans cette situation.

L'affirmation vient du nouveau document des évêques "Critères pour l'application du chapitre VIII d' Amoris Laetitia", dans lequel ils disent que leurs lignes directrices sont "en ligne avec les directives données par le pape François".

Les catholiques attendent encore une réponse du pape François aux dubia soumises en novembre par quatre cardinaux demandant des précisions sur les parties ambiguës d' Amoris Laetitia (AL) concernant le mariage et la réception de l'Eucharistie.

Les évêques maltais ont déclaré dans leur document:

"Si, à la suite du processus de discernement, entrepris avec 'l'humilité, la discrétion et l'amour pour l'Église et son enseignement, dans une recherche sincère de la volonté de Dieu et un désir de lui faire une réponse plus parfaite' (AL 300) une personne séparée ou divorcée qui vit dans une nouvelle relation gère, avec une conscience informée et éclairée, pour reconnaître et croire qu'elle est en paix avec Dieu, elle ne peut pas être empêchée de recevoir les sacrements de la Réconciliation et de l'Eucharistie (voir AL, notes 336 et 351).

En ce qui concerne la continence conjugale - l'abstinence de relations dans une union civile ou autre union conjugale irrégulière - les évêques disent que certains couples peuvent être en mesure de la faire, mais, "d'autre part, il y a des situations complexes où le choix de vivre" en frères et sœurs "devient humainement impossible et donne lieu à plus de mal (voir AL, note 329)."

Afficher l'image d'origine Le Pape Jean-Paul II et le Pape émérite Benoît XVI ont tous deux enseigné que les catholiques recevant l'Eucharistie vivant dans des unions non matrimoniales doivent s'abstenir de relations sexuelles et vivre chastes. Affirmer l'impossibilité de ce précepte entre en conflit avec l'enseignement établi par les pontifes précédents. [Affirmer l'impossibilité de vivre chaste est également un blasphème qui confine au raisonnement que tinrent les cardinaux devant Innocent III - sans y réussir - lors de l'approbation de la Règle de S. François et qui consiste à soutenir que l'observance des conseils évangéliques ou le voeu -de pauvreté pour S. François - qu'on en ferait, serait contraire à la raison ou quelque chose d'impossible à réaliser. Ce qui revient à dire que les enseignements de Notre Seigneur seraient impossibles à réaliser, ce qui est un blasphème. NdCR.]

 

Les évêques maltais disent que les nouvelles directives sont "destinées à accompagner les gens à la prise de conscience de leur situation de vie à la lumière de Jésus", selon le site des évêques, un message "aussi pertinent pour les couples et les familles qui se trouvent dans des situations complexes."

Ceux qui préconisent de permettre aux divorcés et remariés de recevoir la communion ont fréquemment utilisé le terme "accompagnement" au cours du synode ordinaire sur la famille.

L'exhortation du Pape François a créé la division depuis sa publication en avril dernier parce que son ambiguïté dans plusieurs sections permet aux évêques dans diverses régions du monde une marge de manœuvre pour interpréter le document différemment.

Cela a donné lieu à des conférences épiscopales agissant pour permettre d'accorder la sainte communion aux catholiques vivant dans le péché objectif, tandis que d'autres ont persisté à soutenir l'enseignement de l'Église.

La confusion et les dégâts des pratiques pastorales conflictuelles et le risque qui en résulte pour le salut des catholiques ont contraint les cardinaux Raymond Burke, Walter Brandmüller, Carlo Caffarra et Joachim Meisner à soumettre les dubia au pape François pour une clarification sur Amoris Laetitia .

Les évêques de Malte citent lourdement AL dans tout leur document, y compris les passages qui font l'objet des dubia présentées par les quatre cardinaux.

"En pensant que tout est noir et blanc, nous fermons parfois le chemin de la grâce et de la croissance, et décourageons les sentiers de sanctification qui donnent gloire à Dieu" (AL 305), déclarent-ils dans un cas.

Pour justifier la nouvelle politique, les évêques maltais se réfèrent aux Trois Rois fuyant Hérode après avoir vu l'enfant Jésus dans l'étable.

"Comme les rois mages, qui ont pris un chemin différent (à l'origine) à la maison après avoir rencontré Jésus (voir Mt 2, 12), ces personnes - parfois après un voyage difficile  - peuvent rencontrer le Christ qui leur offre un avenir même quand il leur est impossible de suivre la même voie que précédemment ", ont déclaré les évêques. "Grâce à l'accompagnement et au discernement honnête, Dieu est capable d'ouvrir de nouvelles voies pour ces personnes, même si leur parcours précédent peut avoir été une 'obscurité' marquée par des erreurs passées ou de tristes expériences de trahison et d'abandon".

Dans l'interprétation que donne un diocèse U.S. de l'AL, le jugement de savoir si une personne divorcée et remariée devrait recevoir l'Eucharistie dépend du propre sens de chaque individu de l'appel de Dieu.

Le diocèse de San Diego, dirigé par Mgr Robert McElroy, a déclaré dans un document en novembre: "Beaucoup de catholiques engagés dans ce processus de discernement concluront que Dieu les appelle à retourner à la pleine participation à la vie de l'Eglise et de l'Eucharistie."

Le Cardinal Burke a dit au Remnant dans un entretien le mois dernier qu'il était d'accord avec Ross Douthat du New York Times en ce que si cette interprétation du document du Pape François devient universelle, "alors l'enseignement de l'Église sur le mariage est terminé."

L'archidiocèse de Malte et le diocèse de Gozo ont demandé à leurs paroisses de lire une lettre ce dimanche à la messe expliquant les nouvelles directives sur l'interprétation d'Amoris Laetitia.

 

QU'ILS SOIENT ANATHÈMES ! LA TWITTOSPHÈRE S'ENFLAMME CONTRE LES ÉVÊQUES MALTAIS

SAINT DOMINIQUE, Fondateur d'Ordre (1170-1221) WASHINGTON DC (USA) - Un spécialiste renommé en théologie morale, le père dominicain Thomas Petri, vice-président et doyen de la Faculté Pontificale de l'Immaculée Conception de la maison d'études dominicaines vient de lancer une série de tweets enflammés contre les interprétations hétérodoxes d'Amoris Laetitia qui montre que la longue réputation des dominicains dans le combat contre les hérésies n'est pas usurpée.

Le Père Petri réagissait notamment à l'interprétation des évêques maltais qui viennent d'approuver la communion des divorcés remariés.

Extraits:

"Les évêques de Malte disent qu'il est humainement impossible de vivre sans sexe dans un remariage civil. Je me demande ce qu'ils pensent de leur propre célibat."

"Rappel aux étudiants: soyez précis dans vos notes de bas de page. Votre salut est peut-être en jeu."

Il cite ensuite Veritatis Splendor du pape Saint Jean-Paul II:

 

"32. Dans certains courants de la pensée moderne, on en est arrivé à exalter la liberté au point d'en faire un absolu, qui serait la source des valeurs. C'est dans cette direction que vont les doctrines qui perdent le sens de la transcendance ou celles qui sont explicitement athées. On a attribué à la conscience individuelle des prérogatives d'instance suprême du jugement moral, qui détermine d'une manière catégorique et infaillible le bien et le mal. A l'affirmation du devoir de suivre sa conscience, on a indûment ajouté que le jugement moral est vrai par le fait même qu'il vient de la conscience. Mais, de cette façon, la nécessaire exigence de la vérité a disparu au profit d'un critère de sincérité, d'authenticité, d'« accord avec soi-même », au point que l'on en est arrivé à une conception radicalement subjectiviste du jugement moral."

 

avec ce commentaire:

"St Jean-Paul II avait dénoncé cette absurdité il y a deux décennies dans Veritatis Splendor, que les évêques maltais ignorent superbement."

"Des évêques et des conférences épiscopales sont en train de promulguer des normes diamétralement opposées et certains prétendent encore que le chapitre 8 d'Amoris Laetitia ne nécessite aucune clarification ?"

"Qu'ils soient anathèmes !"

Source: LifeSiteNews (USA)

Source: Diakonos.be, facebook

Qu'ils soient anathèmes ! La twittosphère s'enflamme contre les évêques maltais

Partager cet article

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Religion
commenter cet article

commentaires