Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Christ Roi

  • : Christ Roi
  • Christ Roi
  • : Blog d'informations royaliste, légitimiste, pour une France libre, indépendante et souveraine
  • Contact

Horloge

16 janvier 2017 1 16 /01 /janvier /2017 16:24
Mgr Schneider met en garde contre "une mentalité de relativisme radical créé à l'intérieur de l'Église"

Traduction

 

Note de la rédaction: Voir la traduction complète de l'entretien de l'évêque Schneider ci-dessous.

 

13 janvier 2017 ( LifeSiteNews ) - L'évêque Athanasius Schneider met en garde les fidèles contre une "mentalité de relativisme radical" qui a infiltré l'Église catholique et qui menace l'affirmation chrétienne des vérités absolues et éternelles.

 

Dans un récent entretien avec le blog espagnol Adelante la Fe et traduit en anglais par LifeSiteNews, Mgr Schneider a évoqué la pratique de donner la sainte communion à ceux qui sont divorcés et "remariés" en dehors de l'Église, appelant cela "un phénomène vraiment très dangereux."

 

L'évêque Schneider a couvert une variété de sujets dans l'entretien, y compris l'usage de plus en plus fréquent de la messe latine traditionnelle, son espoir pour une reconnaissance formelle de la Société de Saint-Pie X et l'impossibilité d'ordonner des femmes au diaconat. On trouvera ci-dessous une traduction anglaise (traduite en français NdCR.) complète de l'entretien, à l'origine donné en espagnol et en portugais .

 

Il a dit à Adelante la Fe: «Oui, c'est vraiment un phénomène très dangereux, parce qu'une mentalité de relativisme radical est vraiment créée à l'intérieur de l'Eglise, dont le pape Benoît XVI nous avait déjà prévenus, en parlant du danger d'une certaine dictature du relativisme. Ce relativisme va grandir."

 

"Le 'relativisme' signifie qu'il n'existe pas de normes absolues ou permanentes", a déclaré M. Schneider. "C'est du relativisme, que de dire que nous pouvons faire ceci et cela, que c'est pareil. Mais cela est contraire à la révélation divine. C'est est un mensonge. Le relativisme est un mensonge. Ce n'est pas vrai. Il n'y a qu'une seule vérité."

 

Schneider, l'évêque auxiliaire d'Astana, au Kazakhstan, a demandé une déclaration du Magistère de l'Église catholique, ou de l'autorité d'enseignement, pour corriger la revendication moralement relativiste permettant la communion pour ceux qui commettent l'adultère tout en vivant dans un faux "remariages".

 

"Dieu n'a pas dit, 'Ne volez pas' - le septième commandement -, mais aussi 'vous pouvez voler.' "Vous ne pouvez pas commettre d'adultère, mais vous pouvez aussi commettre l'adultère", et ainsi de suite. Cela est contraire à la vérité divine, et ce relativisme, malheureusement, est diffusé, et je pense donc qu'il faut lever la voix et demander au Magistère de l'Eglise de se prononcer réellement, avec clarté, de réfuter, et d'éliminer ce relativisme."

 

L'évêque a réitéré son soutien aux "quatre cardinaux qui ont publié leur dubia", en se référant à plusieurs questions d'éclaircissement posées par les cardinaux Walter Brandmüller, Raymond Burke, Carlo Caffarra et Joachim Meisner, ainsi que les actes des autres prêtres et laïcs, de publier des pétitions, des déclarations, et de demander la clarté dans la doctrine."

 

"Je pense donc que c'est très grave qu'ils diffusent ce relativisme moral, et, à ses racines, c'est une attaque contre les commandements de Dieu lui-même", a déclaré Mgr Schneider. "C'est très dangereux parce qu'il faut voir la racine de tout cela, la racine de tout ce relativisme moral. ... La question fondamentale est de faire ma volonté ou de faire la volonté de Dieu. C'est la racine."

 

Le relativisme moral, provoque une inversion de la prière: 'Ta volonté soit faite' du Notre Père, substituant plutôt 'Que ma volonté soit faite et que ta volonté ne se fasse plus', a ajouté Schneider.

 

Ce qui conduit "au bonheur, le plus grand bonheur, c'est de suivre le principe, 'Que votre volonté soit faite, Seigneur, même si je dois souffrir'", a déclaré Schneider.

 

Au cours de cette entrevue, l'évêque a également exprimé son inquiétude à propos de l'idéologie du genre, qui niant la distinction naturelle des sexes et prétendant que son genre est subjectif, porte atteinte aux âmes des enfants, et a prié les parents de protéger leurs enfants de l'endoctrinement en les enlevant des écoles qui l'enseignent.

 

"L'idéologie du genre" ... est vraiment une sorte de perversion évidente, d'une conception de la réalité qui est en rébellion contre la réalité ", a déclaré Schneider. "L'idéologie du genre est une forme ultime et extrême du marxisme - il faut dire que c'est le marxisme dans la forme la plus radicale possible. C'est une rébellion contre la réalité, et fondamentalement une rébellion contre Dieu."

 

"Dans ce contexte, je pense que les parents catholiques chrétiens doivent, si c'est possible, retirer leurs enfants de ces écoles et, si possible, créer leurs propres associations à des fins éducatives. Merci à Dieu, par exemple, aux États-Unis, il est très facile de le faire d'une certaine manière, et en France aussi.

 

Schneider a été l'un des critiques les plus remarquables de ceux qui veulent permettre aux prêtres de donner la sainte communion à ceux qui vivent dans des états objectifs de péché mortel, une orientation que le pape François semble avoir approuvée dans sa récente exhortation apostolique, Amoris Laetitia.

 

Texte intégral de l'entrevue

 

Voici la traduction complète de l'entretien de l'évêque Athanasius Schneider à Adelante la Fe, traduit par Matthew Cullinan Hoffman de LifeSiteNews de l'original espagnol et portugais.

 

NOTE: En raison du style verbal de la parole, certaines répétitions ont été éliminées, et d'autres modifications ont été faites pour la lisibilité sans altérer le sens, y compris l'ajout de mots entre crochets et des phrases. En outre, quelques mots qui étaient inaudibles mais dont la signification était claire dans le contexte ont été ajoutés. Les mots inaudibles ou les phrases que le traducteur n'a pas pu discerner sont notés comme tels.

 

Adelante la Fe: Excellence, vous avez reçu le nom de baptême d'Antoine par vos parents et plus tard, lorsque vous avez rejoint les chanoines de la Sainte Croix à Coimbra, vous avez pris le nom d'Athanase. Qu'est-ce qui vous a amené à choisir ce nom? Avez-vous peut-être envie de suivre les pas de saint Athanase?

 

Évêque Athanasius Schneider : Je n'ai pas choisi ce nom de saint Athanase et je ne pensais pas, je ne pensais même pas que j'aurais vraiment ce nom, et c'est pourquoi ce fut une grande surprise quand mes supérieurs religieux m'ont donné ce nom. Ce n'est donc pas moi qui l'ai choisi. Plus tard, cependant, j'ai commencé à lire la vie de saint Athanase, parce que j'avais reçu son nom et que je devais en apprendre davantage sur mon nouveau patron. Plus tard, mes supérieurs m'envoyèrent à Rome pour étudier la Patristique, donc, par nécessité, je lisais beaucoup Athanase et de sa doctrine, et surtout de son magnifique travail de défense de la foi qu'il accomplit avec beaucoup de sacrifice pendant la crise arienne.

 

Adelante la Fe: Après avoir lu votre livre Dominus Est dans lequel vous réfléchissez sur vos souvenirs d'enfance qui a été caractérisée par un régime communiste dans lequel les prêtres étaient assassinés, les fidèles n'avaient pas d'églises et vous parlez même de confession purement spirituelle - ne croyez-vous pas qu'aujourd'hui nous vivons dans une situation semblable? Les fidèles, par exemple, n'ont pas de prêtres auxquels ils peuvent se confesser, et ils exécutent parfois des rites d'une validité douteuse une fois par an*. Cela ne peut pas être la seule différence avec ce que vous avez vécu, mais les laïcs ne seraient pas conscients qu'ils sont attaqués?

 

Mgr Schneider: Oui, exactement , il y a des différences qui sont historiques et dans un contexte complètement différent. Ici, dans l'ouest, ils n'ont pas persécuté les prêtres, du moins matériellement, et il y a beaucoup de prêtres et d'églises. Nous vivons dans une situation très différente, mais dans un certain sens il y a aujourd'hui dans le monde occidental, dans la vie de l'Église, des lieux où les prêtres, malheureusement, ne comprennent pas leur mission sacerdotale de prêtres catholiques, mais se comportent plutôt et parlent plus comme des ministres protestants ou bien ils inventent leurs propres idées, et de cette manière ils ne donnent pas la nourriture spirituelle aux fidèles. Il en résulte qu'il y a des familles dans le monde occidental - l'Amérique, l'Europe - qui doivent parcourir de longues distances, parfois même des centaines de kilomètres, pour trouver une messe digne, catholique, pour recevoir un enseignement sûr de la foi et participer à une liturgie digne, afin que leurs enfants puissent vraiment recevoir la foi catholique comme l'Église l'a toujours enseignée. C'est cela la vérité. En ce sens, il y a peut-être une sorte d'analogie.

 

Adelante la Fe: En 1973, quand vous étiez enfant, vous êtes allé avec votre mère en Allemagne, et vous aviez été prévenu auparavant des abus que vous avez dit qu'ils commettaient lorsqu'ils recevaient le Seigneur. Aujourd'hui, nous pouvons dire que cette situation est devenue générale; Les laïcs reçoivent la communion dans la main - ici en Espagne c'est la voie normale. Les prêtres eux-mêmes suppriment les agenouilloirs. Comment parler de la présence réelle du Seigneur dans l'hostie si ses propres pasteurs banalisent les sacrements?

 

Mgr Schneider: Oui. Vous, les laïcs, vous devez donner un exemple de votre profonde foi, de votre amour, de votre dévotion, au Très Saint Sacrement de Notre-Seigneur, en déclarant que c'est le Seigneur. Aussi en priant pour les prêtres, qu'ils viennent de nouveau reconnaître la vraie foi catholique, la vraie grandeur de la Très Sainte Eucharistie. Et je pense qu'un tel exemple [INAUDIBLE], et aussi en transmettant la littérature catéchétique catholique concernant l'Eucharistie, que, grâce à Dieu, nous avons aujourd'hui. Par exemple, en accomplissant un apostolat doctrinal concernant la foi catholique, par exemple, concernant les saints, comment ils vénéraient la très sainte Eucharistie et en demandant aux prêtres de fournir des agenouilloirs pour que les gens puissent s'agenouiller et en demandant aux prêtres de faire des expositions du Saint Sacrement, pour faire l'adoration eucharistique. Parce que c'est le cœur de l'Église; L'Eucharistie est le cœur de l'Église. Ce cœur maladif et faible, tout le corps est faible, et aujourd'hui, en regardant l'Eglise de la manière la plus générale, nous voyons ce que nous avons et que j'appelle la maladie du coeur eucharistique. Et nous n'allons pas avoir de renouvellement authentique de l'Eglise sans guérir d'abord cette maladie du coeur eucharistique comme une doctrine claire que nous tenons, que Jean-Paul II nous a laissée dans une magnifique encyclique eucharistique appelée Ecclesia de Eucharistia. Il vaut la peine de la lire - il l'a écrite avec une telle profondeur doctrinale et spirituelle. Et d'autres papes et saints, non? Nous devons faire connaître cette doctrine et donner des exemples et des incitations pour que les laïcs s'agenouillent tout en recevant l'Eucharistie d'une manière intérieure, en état de grâce. Nous devons leur expliquer cela. Nous devons aussi les conduire au sacrement de la pénitence. C'est seulement de cette façon que nous allons avoir un renouvellement authentique de l'Église. Si cela ne se produit pas, toutes les autres activités qui sont faites à l'intérieur l'Église seront une bouffée vide et ne produiront pas de fruits. C'est par l'Eucharistie que nous renouvellerons l'Église.

 

Adelante la Fe: Votre Excellence, à douze ans, vous vous êtes rendu compte que vous aviez une vocation tout en vivant dans un environnement pieux. Cependant, aujourd'hui, les enfants de cet âge ne sont pas éduqués dans ce qu'on appelle des "valeurs". On leur apprend que les relations entre deux hommes ou deux femmes sont normales. On ne leur enseigne pas la chasteté. Croyez-vous qu'il est possible que les vocations à la prêtrise se produisent dans un tel environnement appauvri?

 

L'évêque Schneider: C'est très difficile, exactement. Par miracle peut-être. Oui, je pense que ce dont vous parlez, la soi-disant "théorie du genre", "l'idéologie du genre", qui est vraiment une sorte de perversion évidente, d'une conception de la réalité qui est en rébellion contre la réalité. L'idéologie du genre est une forme ultime et extrême du marxisme - il faut dire que c'est le marxisme dans la forme la plus radicale possible. C'est une rébellion contre la réalité, et fondamentalement une rébellion contre Dieu. Dans ce contexte, je pense que les parents catholiques chrétiens doivent, si c'est possible, retirer leurs enfants de ces écoles et, si possible, créer leurs propres associations à des fins éducatives. Merci à Dieu, par exemple, aux États-Unis, il est très facile de le faire d'une certaine façon, et en France aussi, et je pense que les politiciens catholiques [INAUDIBLE] ou les juristes doivent travailler et lutter pour le droit fondamental des parents à éduquer leurs enfants - c'est le droit des parents, pas de l'État - et au moins avoir le droit à la liberté d'éducation. Et de cette manière, certainement dans ces contextes de bonne éducation humaine et religieuse, il y aura des vocations, mais surtout dans les grandes familles.

 

Adelante la Fe: Nous avons récemment lu quelques déclarations de votre part à Rome, très importantes, liées au sacrement du mariage. Cependant, le laïc moyen, pour ainsi dire, les catholiques qui sont dans les paroisses, lorsqu'ils entendent parler d'Amoris Laetitia, la comprennent pour signifier que le monde entier peut recevoir la communion. Si un pasteur ne permet pas à une personne de recevoir la communion, il va simplement à une autre paroisse, où elle lui est donnée. [Le raisonnement est que] l'annulation est facilitée si elle prend trop de temps, ou c'est la via caritatis (la voie de la charité), parce que le monde entier peut recevoir le Seigneur. Si le péché mortel n'existe plus, que deviennent nos fautes ou péchés véniels dans notre lutte pour la sainteté? Rien de tout cela n'existe plus?

 

L'évêque Schneider: Oui, c'est vraiment un phénomène très dangereux, parce qu'une mentalité de relativisme radical est vraiment créée à l'intérieur de l'Eglise, ce dont le Pape Benoît XVI nous a déjà prévenus, en parlant du danger d'une certaine dictature du relativisme. Et ce relativisme va croître. Le "Relativisme" signifie qu'il n'y a pas de normes absolues ou permanentes, c'est-à-dire que selon le relativisme, nous pouvons faire ceci et cela, cela est indifférent. Mais cela est contraire à la révélation divine. Ceci est un mensonge. Le relativisme est un mensonge. Ce n'est pas vrai. Il n'y a qu'une seule vérité. Dieu n'a pas dit: "Ne volez pas" - le septième commandement - "Ne volez pas, mais aussi vous pouvez voler." "Vous ne pouvez pas commettre l'adultère, mais vous pouvez également commettre l'adultère", et ainsi de suite. Ceci est contraire à la vérité divine, et ce relativisme est malheureusement diffusé, et je pense donc qu'il faut élever la voix et demander au Magistère de l'Eglise de se prononcer réellement avec clarté, de réfuter, et d'éliminer ce relativisme. Cela a été fait par les quatre cardinaux qui ont publié leur dubia et par d'autres prêtres et laïcs, qui publient des pétitions, des déclarations, demandant la clarté dans la doctrine.

 

Je pense donc que c'est très sérieux qu'ils diffusent ce relativisme moral, et cela, à sa racine, est une attaque contre les commandements de Dieu lui-même. C'est très dangereux, car il faut voir la racine de tout ce relativisme moral, qui est aussi concrètement [INAUDIBLE] pour les divorcés et les remariés et leur communion et ainsi de suite. La question fondamentale est de faire ma volonté ou de faire la volonté de Dieu. C'est la racine. Que ma volonté soit faite, que votre volonté ne soit plus faite. [Au contraire,] "Fiat voluntas tua" ("Que Ta volonté soit faite") - c'est cela, la grandeur. C'est la clé de toute l'histoire de l'humanité, en chacun de nous. "Que votre volonté soit faite, Seigneur, même si je dois souffrir." Mais cela m'apporte le bonheur, le plus grand bonheur, si je fais la volonté de Dieu même quand je dois souffrir. Aujourd'hui, fondamentalement, c'est ce relativisme moral, qui est entré dans la vie de l'Église, dans la pratique des sacrements. Comme vous l'avez dit, ce que nous voulons fondamentalement, c'est que Dieu fasse notre volonté et que nous ne fassions pas la volonté de Dieu. Aujourd'hui, nous voulons que Dieu nous serve et nous sommes ses seigneurs et Dieu devient notre serviteur et nous sert. Et nous sommes ses seigneurs, comme des dieux. C'est la première chose que le serpent a dit, le diable, quand il a tenté [INAUDIBLE] Eve. Donc, non, nous sommes les serviteurs de Dieu, et nous voulons faire Sa volonté. Il est le Seigneur. "Tu solus Dominus. Tu solus Altissimus" ("Toi seul est le Seigneur. Toi seul est le Très-Haut.") C'est ce qui nous apporte le bonheur.

 

Adelante la Fe: Votre Excellence, il y a quatre ans, en 2012, vous avez prononcé un discours important intitulé "La nouvelle évangélisation et la sainte liturgie", et vous avez parlé des cinq blessures du corps mystique liturgique du Christ. Vous avez fait référence aux servants d'autel féminins. Aujourd'hui, en 2016, nous parlons d'un diaconat féminin comme s'il s'agissait d'une réalité qui va prendre forme en 2017. Croyez-vous qu'en 2021, dans les quatre autres années qui viennent, les femmes officieront à la messe ? Est-ce notre rôle, le rôle des femmes au XXIe siècle ?

 

Mgr Schneider: Non, ce n'est pas le rôle des femmes. Je pense que ce ne sera jamais le cas dans l'Église catholique, parce qu'il contredit la nature de l'Église catholique, parce que le diaconat est une impossibilité, c'est un sacrement qui forme une unité dans l'ordination sacramentelle de l'épiscopat, du presbytère, et le diaconat. C'est un sacrement. Nous avons des sacrements, sept sacrements. L''ordination au diaconat en fait partie, et l'histoire entière de l'Église nous dit que l'Église n'a pas l'autorité pour prescrire des diacres féminins d'une manière sacramentelle. Les femmes peuvent recevoir des bénédictions, comme [INAUDIBLE]. Celles-ci, oui, mais elles ne peuvent pas être des diacres. Je pense que ce ne sera pas fait. Cela ne se produira pas dans l'Église catholique. Nous ne devrions donc pas avoir peur. Parce que Jésus a dit "les portes de l'enfer ne prévaudront pas sur mon Église", fondée sur Pierre. Je crois donc que la providence divine ne permettra pas au pape de permettre l'ordination des femmes au diaconat sacramentel.

 

 

Adelante la Fe: Excellence, permettez-moi de vous lire une citation. "Si nous semblons être dans une situation anormale, c'est parce que ceux qui ont autorité dans l'Église ont brûlé ce qu'ils ont adoré une fois, et adoré ce qu'ils ont brûlé une fois." Ce sont les mots de Mgr Marcel Lefebvre. En ce qui concerne la Fraternité de Saint Pie X, vous avez visité deux séminaires à l'invitation du Saint-Siège et avez eu des conversations avec Son Excellence Mgr Fellay. Vous avez donné une évaluation positive des mesures qui sont prises. Croyez-vous qu'il existe des conditions pour que la Fraternité entre en pleine communion avec Rome ? Et si oui, croyez-vous que ce serait la volonté de Mgr. Lefebvre ?

 

Mgr Schneider: Oui, je suis convaincu que dans les circonstances actuelles, Mgr. Lefebvre accepterait sans doute la proposition canonique d'une prélature personnelle. D'après ce que j'ai lu, la biographie de Mgr. Lefebvre, ses écrits, il était un homme très spirituel mais aussi très pratique, un homme avec un profond sensus ecclesiae (sens de l'Église). Et étant donné la situation dans laquelle il se trouvait, je pense qu'il se sentait moralement contraint de faire ces ordinations épiscopales qui furent contraires à la volonté du pape, à cette époque. Il a déclaré plus tard qu'il sentit en conscience qu'il devait le faire. Et que ce fut un acte extrême, pour lequel il souffrit, et en conséquence, il dit que cette situation - il dit cela plus tard - ne devrait pas durer trop de temps. Parce que si une communauté reste longtemps dans un état autonome, canoniquement autonome, il y a un danger, un danger de devenir autosuffisant et de perdre une caractéristique définitivement catholique, celle d'être soumis à l'autorité du Pape, Le Vicaire du Christ. Parce que nous ne pouvons pas rendre notre assujettissement au Vicaire du Christ dépendant de la personne du pape. Ce ne serait pas la foi; Ce serait le choix d'un parti. Mais la chaire de Pierre est toujours la même, ou les papes [INAUDIBLE]. Je ne peux pas dire maintenant que ce pape, je n'ai pas confiance en lui, donc je ne vais pas me soumettre, je vais attendre jusqu'à ce qu'un autre pape arrive. Ceci, pour moi, n'est pas un sens catholique des choses. Ce n'est pas surnaturel: c'est trop humain. Il faut davantage de sens du surnaturel, et plus de confiance dans la providence divine, dans le fait que Dieu est Celui qui guide l'Église.

 

C'est un danger pour la Fraternité de Saint-Pie X: plus il y a de temps qui passe, plus il y a de suffisance, et il y a déjà dans la Fraternité des indications de ces phénomènes négatifs d'autosuffisance que Mgr Fellay a dit aussi qu'ils ne devraient pas attendre trop longtemps. Et si le Saint-Siège propose maintenant une structure, s'ils peuvent accepter que le Saint-Siège ne va pas exiger des choses qui sont contraires à leur identité, oui, il est nécessaire d'accepter et de faire confiance à la providence divine. On ne peut pas s'attendre maintenant à avoir une certitude à cent pour cent. Nous ne pouvons pas avoir cela. Je souhaite beaucoup que la Fraternité de Saint Pie X soit reconnue et établie comme une structure normale de l'Église, dès que possible, et qu'elle soit pour le bénéfice de chacun, pour eux et pour nous. Ce serait vraiment une nouvelle force [dans l'Église], surtout dans cette grande bataille pour la pureté de l'Église, c'est pourquoi j'ai dit à Mgr. Fellay, "Excellence, nous avons besoin de votre présence, afin que nous puissions être ensemble, avec toutes les bonnes forces dans l'Église." Nous devons former aujourd'hui une grande unité pour défendre la foi de nos pères, des apôtres, générations futures. C'est notre vocation, que Dieu nous demande aujourd'hui, avec amour pour l'Église, avec amour pour le pape, toujours avec amour pour le pape, priant pour lui - ne pratiquant pas une certaine forme de papolâtrie, pas cela - mais aimant le pape surnaturellement, en priant pour lui, en reconnaissant qu'il est le Vicarius Christi (Vicaire du Christ) Servus Servorum Dei (Serviteur des Serviteurs de Dieu), et donc je prie et j'espère que l'œuvre de Mgr Lefebvre, qu'il laissa à l'Église, soit reconnue et produise encore plus de fruits.

 

Adelante la Fe: Votre Excellence, pour conclure: Croyez-vous que la Sainte Messe traditionnelle puisse être utile dans la crise de la foi dans laquelle nous vivons?

 

Évêque Schneider: Sans aucun doute! C'est très évident. C'est la forme de la messe vécue par nos ancêtres, nos pères, nos grands-parents, tant de saints que nous connaissons, et c'est grâce à cette forme de la liturgie qu'ils ont tiré beaucoup de force spirituelle - ils en ont été nourris. Cela est valable aussi aujourd'hui, et les faits le prouvent: notez que les formes liturgiques traditionnelles se développent dans le monde entier. C'est particulièrement le cas pour les générations les plus jeunes, qui ne connaissaient pas cette forme, non ? Et cela est évident parce que lorsqu'ils voient cette forme de sacrifice du Christ, cette forme de rituel où l'on peut éprouver le mystère du Christ, d'une manière plus contemplative, d'une manière plus riche aussi, et qui aide à être plus fort dans la foi. Elle attire les jeunes, même les enfants innocents, qui sont attirés par cette forme, qui [INAUDIBLE].

 

Et pour cette raison je pense que c'est un fait que nous devons affirmer que la liturgie traditionnelle, grâce à Dieu, à travers la grande œuvre prophétique du Pape Benoît XVI avec le Motu proprio Summorum Pontificum, a commencé le mouvement d'un renouvellement de l'Église provoqué par le Saint-Esprit. Je pense que ce mouvement, maintenant qu'il est commencé, ne peut être arrêté par personne. C'est une œuvre du Saint-Esprit, et nous devons croire que cela contribue à un véritable renouvellement de l'Église. Et cela, je suis convaincu, si aujourd'hui les pères du Concile Vatican II - supposons dans mon hypothèse - aient tous assisté dans une paroisse à une forme ordinaire de la messe célébrée aujourd'hui autour du monde, une communion à la main, des autels, etc., puis une messe en forme extraordinaire, je suis convaincu que presque tous les pères ou la grande majorité des pères du Concile Vatican II auraient dit: "C'est la Messe que nous pensions être et non l'autre". Si nous pouvions faire une telle hypothèse - et il suffit de lire les actes du Concile Vatican II sur la liturgie - il est évident que les pères du concile étaient très prudents, très prudents dans leurs discours sur la liturgie. Et donc je pense que la liturgie traditionnelle est la liturgie de Vatican II dans un certain sens. Il pourrait y avoir quelques petites modifications parce que la liturgie se développe aussi comme un corps. Il pourrait y avoir quelques modifications, pas beaucoup. Peut-être pourrait-il y avoir un peu plus d'espace pour la langue vernaculaire, pas tant, mais dans les parties didactiques, les lectures peut-être, et peut-être quelques petites modifications de la rubrique -, oui. C'est pour moi, essentiellement, la grande intention des pères du Concile Vatican II.

 

Adelante la Fe: Pendant que vous êtes ici avec nous, nous aimerions profiter de l'occasion pour vous suggérer que vous écriviez un livre sur la beauté de la masse traditionnelle, et si vous le pensiez bien, pour le mentionner dans le prologue.

 

Mgr Schneider: Oui, je pense que je n'ai pas le temps d'écrire un livre en ce moment, mais je pense que je voudrais peut-être écrire quelque chose de plus sur la liturgie, sur les aspects de la liturgie dans la vie de l'Église aujourd'hui, qui justifiera essentiellement la liturgie traditionnelle, les éléments principaux de la liturgie traditionnelle. Je voudrais donc publier un petit livre, un écrit, sur des sujets liturgiques, qui défende essentiellement les éléments substantiels, les éléments essentiels, de la liturgie traditionnelle.

 

Adelante la Fe: Je vous remercie, Excellence, de votre temps.

 

Mgr Schneider: Et je vous souhaite à tous que vous mainteniez, toujours fidèlement, vos vœux de baptême catholique, et que vous restiez, que vous demandiez à notre Seigneur la grâce de persévérer dans notre belle foi catholique, apostolique et romaine jusqu'à la fin de vos vies.

 

* Ceci est une référence à la pénurie de prêtres et à la rareté avec laquelle de nombreux catholiques dans diverses parties du monde peuvent recevoir la communion, ainsi qu'aux abus liturgiques qui pourraient remettre en question la validité de certains rites sacramentels.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Religion
commenter cet article

commentaires