Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Christ Roi

  • : Christ Roi
  • Christ Roi
  • : Blog d'informations royaliste, légitimiste, pour une France libre, indépendante et souveraine
  • Contact

Horloge

11 janvier 2017 3 11 /01 /janvier /2017 10:04
"Le lieu dans lequel une communauté musulmane prie devient Dar al-Islam, un lieu qui appartient pour toujours à l'islam" (Marco Tosatti)

FAUT-IL LAISSER LES MUSULMANS PRIER DANS NOS CHAPELLES ?

 

A l’aéroport international de Milan Malpensa, le chapelain a ouvert la chapelle catholique Notre-Dame de Lorette au culte musulman et désormais les photos de la Mecque et les tapis de prière côtoient l’autel et la Croix. Dans la chapelle, une lampe orientale trône au milieu des rosaires et des encycliques du Pape François. Lorsqu’on tourne l’interrupteur, une psalmodie en arabe s’élève : « c’est une sorte de jingle du Ramadan – répond en souriant un employé musulman – ce sont des formules de bons vœux, un peu comme votre Noël ». Le chapelain, Don Ruggero Camagni hausse les épaules : « ils me l’ont laissée, je l’ai mise là, où est le mal ? »

Selon Marco Tosatti, vaticaniste au prestigieux journal La Stampa, même si cette initiative part certainement d’une bonne intention, il pourrait bien s’agir d’une erreur colossale, il nous explique pourquoi :

« Le lieu dans lequel une communauté musulmane prie devient Dar al-Islam, un lieu qui appartient pour toujours aux compagnons du Prophète. A la différence du reste du monde, l’Occident en particulier, qui est Dar al-harb, la maison de la guerre, c’est-à-dire la terre qui doit encore être soumise à la vraie foi.

C’est précisément la raison pour laquelle Saladin, après avoir conquis Jérusalem et avoir visité l’Eglise du Saint Sépulcre s’est comporté comme il l’a fait : il fit abattre la Croix, briser les cloches et y installa un portier musulman mais il ne voulut pas y prier, justement pour éviter que le Sépulcre ne devienne Dar al-Islam. Il souhaitait en fait que ce lieu puisse demeurer un lieu de pèlerinage chrétien, notamment pour des raisons économiques parce que le flux de pèlerins était favorable au commerce.

Ce n’est pas un hasard si la Conférence Episcopale Italienne a publié les recommandations suivantes dans un document pastoral :

« Afin d’éviter toute confusion et tout quiproquo dangereux, les communautés chrétiennes ne doivent pas mettre les Eglises, les chapelles ni les lieux de culte catholique ni leurs locaux paroissiaux à disposition pour des rencontres de fidèles de confessions non chrétiennes. C’est pour cela qu’avant de promouvoir des initiatives culturelles ou des rencontres de prière avec les non-chrétiens, il faut soigneusement en discerner le sens et garantir un style de rapport interreligieux correct en suivant les dispositions de l’Eglise locale ».

C’est ainsi que ces derniers mois, une réunion au plus haut niveau s’est tenue au Vatican, rassemblant le Pape et ses collaborateurs autour de la problématique du dialogue avec l’Islam et de ses nombreux aspects. Le responsable d’un important dicastère, qui a une grande expérience de cette question et du monde musulman, a affirmé qu’il fallait mettre nos agents pastoraux en garde pour éviter que, par naïveté, ils ne prêtent des églises ou des locaux car ces événements restent gravés dans la mémoire collective des fidèles musulmans et pourraient faire l’objet de revendications dans un futur plus ou moins lointain.

Donc, s’il y a un évêque à Milan, il devrait s’activer pour remédier à la bonne volonté du chapelain.

Source : Marco Tosatti, San Pietro e Dintorni, La Stampa

Diakonos.be

Partager cet article

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Religion
commenter cet article

commentaires