Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 janvier 2017 4 19 /01 /janvier /2017 06:25
La "Conscience" ne peut pas justifier la communion pour les remariés, a déclaré l'évêque de l'Ordinariat

Source: ‘Conscience’ cannot justify Communion for the remarried, says Ordinariate bishop,Catholic Herald,  by Staff Reporter, posted Wednesday, 18 Jan 2017

 

L'Ordinariat regroupe les convertis venant de l'anglicanisme.

 

Traduction Chris-Roi

 

Mgr Steven Lopes, chef de la branche américaine de l'ordinariat, a publié une lettre pastorale qui réaffirme l'enseignement traditionnel de l'Église sur la communion pour les remariés.

Vendredi, les évêques de Malte ont déclaré que les personnes remariées pourraient trouver "impossible" de vivre comme frère et sœur, et pourraient donc prendre la communion s'ils se sentaient "en paix avec Dieu".

Mais le document de l'Ordinariat, qui a été envoyé aux 42 paroisses ordinaires et aux communautés des États-Unis, répète l'enseignement des papes, y compris de Jean-Paul II et de Benoît XVI. Il dit que les couples divorcés et civilement remariés ne peuvent recevoir la communion que s'ils sont "engagés à la continence complète".

Dans le document de 16 pages intitulé Une Vérité engagée, l'évêque Lopes affirme que l'indissolubilité fait partie de la nature du mariage et que les dogmes de l'Eglise "illuminent le chemin de la foi".

Sur la question de l'Eucharistie, il écrit que, avant de recevoir la communion, un catholique doit avouer tout péché objectivement grave, et prendre une résolution de ne pas commettre de nouveau le péché - dans ce cas, l'adultère -.

L'évêque écrit: "Un couple civilement remarié prenant fermement la décision de la chasteté complète résout ainsi de ne pas pécher de nouveau, ce qui diffère en nature d'un couple civilement remarié qui n'a pas fermement l'intention de vivre la chasteté, bien qu'ils puissent ressentir de la tristesse pour l'échec de leur premier mariage. Dans cette situation, ils ne reconnaissent pas que leur impudicité, c'est-à-dire l'adultère, est gravement erronée, ou qu'ils n'ont pas fermement l'intention d'éviter le péché.

Le document dit qu'une résolution ferme de modifier est une étape nécessaire avant de recevoir la communion. "A moins que et jusqu'à ce que les remariés civils prennent honnêtement l'intention de s'abstenir entièrement de relations sexuelles, la discipline sacramentelle ne permet pas la réception de l'Eucharistie", dit-il.

Le document maltais prétendait qu'une telle résolution pouvait être "impossible" et qu'une "conscience informée et éclairée" pouvait décider de recevoir la communion.

L'évêque Lopes dit, en revanche, que la résolution est difficile mais possible, puisque Dieu "ne nous abandonne jamais dans notre faiblesse et notre besoin". Il rejette également l'idée que la conscience puisse trouver des "exceptions" aux interdictions morales absolues, comme celles de l'adultère. Plutôt: "La parole de Dieu et l'enseignement autoritaire de l'Église fournissent une vérité permanente pour l'éducation de la conscience".

Citant le Catéchisme, l'évêque ajoute : "La conscience n'est pas une loi en elle-même, et la conscience ne peut à juste titre écraser la sainte loi de Dieu, car la conscience 'témoigne de l'autorité de la vérité' mais ne crée pas cette vérité."

Citant également l'enseignement de S. Jean-Paul dans Familiaris Consortio, "l'interdiction de l'adultère n'admet aucune exception et le discernement à l'égard de la culpabilité individuelle et la croissance ne nous permet pas de considérer la loi comme un simple idéal à réaliser à l'avenir." Il aussi cité l'enseignement de Jean-Paul II selon lequel il n'existe pas de "différents degrés ou de formes de précepte dans la loi de Dieu pour différents individus et situations."

Le document dit que ceux qui vivent en tant que frère et sœur peuvent recevoir la communion quand il y a des "raisons sérieuses", comme la nécessité de prendre soin des enfants, ce qui les empêche de se séparer entièrement. Il dit aussi que la réception de la communion doit éviter les "occasions de confusion et de scandale".

Ailleurs dans le document, Mgr Lopes explique comment accompagner les divorcés et se remarier. Il dit qu'un tel accompagnement commence "en rappelant aux gens dans cette circonstance qu'ils sont aimés de Dieu et qu'ils restent des membres chéris de l'Église".

Il recommande également que les divorcés remariés civilement examinent si leur premier mariage était valable et s'il est possible de demander une annulation.

Mgr Lopes affirme que Amoris Laetitia doit être protégé contre ceux, y compris les médias laïques, qui "l'abuseraient pour promouvoir des pratiques contraires à l'enseignement de l'Église".

La plupart des membres de l'ordinariat sont d'anciens anglicans, et le groupe conserve les traditions anglicanes tout en étant entièrement catholique. Mgr Lopes a dit qu'il pourrait donc s'appuyer sur l'expérience de différents enseignements dans la Communion anglicane, qui a souvent accueilli le divorce, la contraception et les unions homosexuelles. "Cette communion (anglicane) en conséquence s'est fracturée compte tenu que le simple enseignement de l'Écriture, de la Tradition et de la raison a été rejetée."

Mgr Lopes a noté que la communion anglicane a également permis la communion pour les remariés.

L'évêque a déclaré que les anciens anglicans devenus catholiques par l'intermédiaire de l'Ordinariat ne subissent pas l'enseignement catholique "comme étranger ou externe, mais comme le nôtre.  L'indissolubilité du mariage est notre propre enseignement, trouvé dans l'Écriture, dans Notre Seigneur, dans notre liturgie, dans la raison et dans la nature même du mariage, et dans la Tradition de l'Église dont nous faisons partie."

Partager cet article

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Religion
commenter cet article

commentaires