Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 novembre 2016 4 17 /11 /novembre /2016 13:49

De la même façon qu'aucun candidats à la présidence de la république n'évoque l'augmentation de la pauvreté et la baisse concomitante du niveau de vie, aucun de ces candidats n'évoque non plus le thème de la formation des jeunes et de l'enseignement, ni même le fait que notre système éducatif fabrique de l'inégalité (enquête PISA 2013) [1], ou que la le niveau scolaire français chute dramatiquement dans le palmarès mondial [2], ou encore que l'illettrisme progresse. [3]

 

L'historienne Claire Colombi explique dans une video pour Medias Presse Info la destruction en cours de l'Education nationale, une destruction du système de formation et de recrutement des professeurs, dont on trouve le programme dans le livre de Jack Lang, "Pour une Révolution scolaire".

Extrait :

 

« Depuis 2005, sur le Capes et l'agrégation, les jurys ne sont plus composés par des professeurs de la matière. Ce sont des inspecteurs d'académie. Or, aujourd'hui en France, il est impossible d'être inspecteur d'Académie sans être franc-maçon. Il y a donc véritablement une volonté de la part du Mammouth de verrouiller absolument les jurys pour que l'idéologie dominante passe, et pour empêcher les professionnels de la matière, par matière, de procéder.

 

Suite à cela en 2005, tout le jury d'agrégation de mathématiques, qui n'est quand même pas un endroit où il va y avoir du politiquement incorrect, un tiers du jury a démissionné.

 

Tout cela est le résultat d'une volonté qui a été écrite par Jack Lang, dans le livre "Pour une Révolution scolaire". S'agissant de la formation des enseignants, il écrit :

 

"Le centre de gravité de la formation ne doit pas basculer du côté des universités, a fortiori depuis que l'autonome de ces dernières a été renforcée (C'est la loi d'autonomie des universités de 2003. Ndlr.) Sans quoi l'on s'expose à une prise de pouvoir délétère par les universitaires qui n'ont pas pour premier souci ni pour première compétence la formation au métier d'enseignant." »

 

L'idée c'est d'absolument faire des pédagogues (nous aurions utilisé le mot de propagandistes du système. Ndlr.) L'important c'est qu'un professeur soit un bon perroquet."

L'école, grande absente des débats des candidats à la présidence de la république avec la pauvreté et l'augmentation des inégalités

Dans le texte explicatif des démissionnaires du jury d'agrégation de mathématiques [4], on peut lire ceci :

 

"... La protestation de membres d’un jury d’agrégation peut apparaître comme dérisoire au regard de la crise que traverse la société, en particulier du chômage qui frappe 25% des jeunes. À ceux qui voient dans notre démarche une réaction élitiste, émanant de quelques privilégiés, nous disons que la formation de la jeunesse est la question clé aujourd’hui, et que nous refusons la destruction en cours des outils de cette formation. Quelle chance a-t-on d’entrevoir la sortie de la crise si on renonce à donner une formation de qualité aux futurs citoyens ?

 

...

 

La réforme de la formation des enseignants, dite mastérisation, continue de faire des ravages. Elle restera comme l’une des plus catastrophiques actions du gouvernement de Nicolas Sarkozy.

 

Cette réforme a été au coeur des manifestations des universitaires en 2009. Elle vient de provoquer la démission d’un quart du jury de l’agrégation externe de mathématiques. Je publie ci-dessous le texte explicatif des démissionnaires.

 

«Démission d’un quart du jury de l’agrégation externe de mathématiques : les effets de la masterisation.

 

Le système éducatif français est en crise, la situation est grave.

La crise apparaît d’abord dans l’asphyxie des moyens. Les fermetures de classes se succèdent à un rythme accéléré dans les écoles primaires, les collèges et les lycées. Les universités n’arrivent pas à accueillir décemment les étudiants ; elles sont précipitées dans une course effrénée aux financements. Il y a une baisse alarmante des effectifs dans les études scientifiques ainsi que dans les filières professionnelles. Les mesures indignes prises récemment à l’encontre des étudiants étrangers aggravent encore la situation. Élèves, étudiants, parents, chefs d’entreprises, enseignants, tous perdent peu à peu confiance dans notre système de formation.

 

Un signe alarmant est la désaffection croissante des étudiants pour le métier de professeur. Amorcé au début des années 2000, le phénomène a connu en 2011 une accélération brutale, effet immédiat de l’entrée en vigueur de la réforme de la formation et du recrutement (connue sous le nom de « masterisation »). Par exemple, au CAPES externe de mathématiques, où il y avait 846 postes ouverts en 2010 et 950 en 2011, le nombre de candidats présents aux épreuves écrites est passé de 2695 en 2010 à 1285 en 2011 (-53%), le nombre d’admissibles de 1919 à 1047 (-46%), le nombre d’admis de 846 à 574. Ainsi, l’effondrement du nombre de candidats a été tel que le jury n’a pu pourvoir en 2011 que 60% des postes offerts. De tels chiffres se passent de commentaire.

 

Lire : Education nationale Prof à la gomme (3 novembre 2016) : l'incroyable reportage

 

Sans être encore aussi catastrophique, la situation de l’agrégation n’en est pas moins alarmante : le nombre de candidats présents à l’écrit a régulièrement baissé depuis 2006 (ils étaient 1853 en 2006 et 1124 en 2011), alors qu’en même temps le nombre de postes augmentait. Les effectifs des préparations au CAPES ou à l’agrégation restent cette année à un niveau très bas. Pourtant le besoin en professeurs est énorme. Les rectorats en sont à publier des petites annonces pour rechercher les professeurs de mathématiques qui leur manquent. On recrute ainsi dans l’urgence des personnels précaires, non qualifiés et sans formation professionnelle. Les zones « difficiles » sont les premières touchées, ce qui va à l’encontre de l’égalité des chances et compromet la vie des générations à venir."

L'école, grande absente des débats des candidats à la présidence de la république avec la pauvreté et l'augmentation des inégalités

"Ce qui va à l’encontre de l’égalité des chances et compromet la vie des générations à venir." Quel "candidat à la présidence de la république" s'en souciera ?

Sources

 

[1] L’ascenseur social de l’école française en mauvais état, Liberté politique, Article rédigé par Denis Lensel, le 06 décembre 2013

[2] Niveau scolaire : la France recule dans le palmarès mondial, Le Figaro, Par Marie-Estelle Pech Mis à jour le 03/12/2013 à 08:32 Publié le 02/12/2013 à 06:00

[3]  Éducation nationale : la charge de la Cour des comptes, Par Marie-Estelle Pech Mis à jour le 22/05/2013 à 17:32 Publié le 22/05/2013 à 10:01

[4] Démission massive au Jury d'agrégation de mathématiques, Libération, sylvestre Huet 15 février 2012 (mise à jour : 1 septembre 2016)

Partager cet article

Repost 0

commentaires