Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Christ Roi

  • : Christ Roi
  • Christ Roi
  • : Blog d'informations royaliste, légitimiste, pour une France libre, indépendante et souveraine
  • Contact

Horloge

21 novembre 2016 1 21 /11 /novembre /2016 16:37
Charles Gave :"L'Etat vous met en esclavage !"

L'économiste libéral Charles Gave, dont nous ne partageons pas toutes les vues historiques ou économiques, aborde quelques thèmes que nous développons sur ce blog. Il dénonce en particulier les graves dérives d'un Etat "totalitaire", dont la mise en esclavage des citoyens. Sur le site Institut des Libertés, l'auteur admet néanmoins, citant Colbert en commentaire, que "la France ne peut pas être elle même sans un Etat fort, ce qui ne veut pas dire un Etat obèse."

 

(A partir de la 7e minute) "Ne vous imaginez pas une seconde que l'Etat est là pour vous protéger, il est là pour vous mettre en esclavage."

 

La France est un pays dont se moquent même les Chinois qui envoient chez nous des étudiants observer de quelle manière le dernier pays communiste au monde fonctionne :

 

(A partir de 09:56) "Moi je vis en Chine, à Hong Kong. Les Chinois en rigolent en disant qu'ils vont envoyer une mission d'étude en France pour voir comment marche le dernier pays communiste au monde."

 

Questionné au sujet de la condamnation par l'Union européenne du protectionnisme, l'auteur pense que le protectionnisme économique "entraînerait le ralentissement économique" :

 

(A partir de 10:21) "Vous avez des tas de protectionnisme économique. Vous pouvez empêcher les produits de rentrer, la forme la plus ancienne, celle contre laquelle se battait Bastiat, mais vous pouvez aussi mettre des réglementations partout qui empêchent les hommes de travailler et les entrepreneurs de se développer. Donc la nuisance de l'Etat peut se passer par le protectionnisme mais aussi par la réglementation. Quand le code du travail français fait 3500 pages, vous ne pouvez pas dire qu'on vit dans un Etat libéral. Le code du travail suisse fait trente pages. Et je n'ai pas l'impression que les Suisses meurent dans la rue."

 

(A partir de 19:56) Charles Gave dénonce l'euro comme une "imbécilité foudroyante" et la classe dirigeante comme une "caste théocratique" :

 

"Prenez par exemple l'Euro qui est une imbécilité foudroyante. C'était tout à fait extraordinaire l'euro, parce que l'Europe allait très bien, on avait 3 ou 4% de croissance. Quand l'euro est sorti, j'avais dit cela va nous amener à 0% de croissance. Cela va faire trop de maisons en Espagne, trop de fonctionnaires en France et trop d'usines en Allemagne. On y est. Cela ne marche pas. L'Europe est en train de se détruire. Les pays recommencent à se haïr. C'était exactement une solution à la recherche d'un problème. Cela n'a pas marché. Ils sont en train de faire sauter l'Europe, mais ce qu'ils vous disent c'est qu'il faudra faire plus d'Europe. C'est exactement comme tous les communistes pour qui il fallait plus de communisme. C'est ce que j'appelle les 'oints du Seigneur.' C'est-à-dire des gens qui se mettent dans la position du prêtre. Ils font des jugements moraux et quand cela ne marche pas, ils vous disent 'si tu n'es pas d'accord tu iras en enfer.' Donc aujourd'hui on est gouverné par une caste théocratique. Une sorte de religion des droits de l'homme. Un drôle de truc auquel les gens n'adhèrent absolument pas. "

 

A partir de la 23e minute, l'économiste explique que la FED (la banque centrale américaine) a été confisquée par une ploutocratie. Un thème qu'il dénonce régulièrement :

 

"Il n'y a rien de plus important dans un pays que la monnaie. ... (Depuis la parabole de Jésus sur l'impôt à César) César, c'est la nation, c'est l'Etat. Pour qu'une nation fonctionne, il faut qu'il y est des transferts sociaux (défense, justice). Pour qu'il y est des transferts sociaux, il faut que des impôts soient prélevés. Et pour que ces impôts soient prélevés, il faut qu'il y ait une volonté de 'vivre ensemble', selon l'expression de Renan sur la nation. Donc, à partir du moment où vous capturez la monnaie, vous coupez le lien entre les impôts, la volonté de vivre ensemble et la nation. A ce moment-là vous détruisez l'affectio societatis qui unit tous les gens. Et vous détruisez la nation. Ce qui fait qu'on a rompu le lien entre la monnaie et la nation. Et à ce moment-là dans l'histoire, cela se termine toujours mal.

 

...Et aujourd'hui, le débat entre Clinton qui représente la ploutocratie et Trump, c'est ce débat-là. Et je n'ai pas de passion particulière pour Trump, mais il est plus important de se débarrasser de la classe criminelle que de prendre le risque de monsieur Trump. Je n'aime pas M. Trump, mais les autres sont des dangers publics et des assassins ! Il y a quand même une différence entre un type qui n'est peut-être pas doué pour le pouvoir et une mafia criminelle."

 

Dans son dernier ouvrage intitulé “Sire, surtout ne faites rien” aux éditions Jean-Cyrille Godefroy, et en fin d'entretien dans cette video, l'auteur propose une mesure que nous avions nous-mêmes proposée en 2014 (ici et ), à savoir la déclaration des membres de réseaux occultes s'ils veulent faire de la politique, "ne serait-ce que pour juger en connaissance de cause." En 2015, en Suisse, le Parlement du Valais a proposé d'imposer aux francs-maçons de se déclarer s'ils veulent faire de la politique.

 

(A partir de 28:20) "Cela me paraît tout à fait évident. Le citoyen doit choisir ses hommes politiques en fonction de ce qu'ils savent de lui. Or, aujourd'hui vous avez toute une série de décisions qui sont prises ou préparées dans des réseaux qui n'ont rien à voir avec la démocratie, et on vous dit qu'on ne peut pas faire autrement. ... Ces gens-là par ailleurs - je le décris dans mon livre - chassent toujours en meute, c'est-à-dire qu'il y a des mots d'ordre qui sont donnés, disant qu'il est temps de se payer, Renaud Camus, ou n'importe qui, cela n'a pas d'importance, ces gens-là se mettront tous à chasser en meute et ils vous dévaloriseront complètement aux yeux de l'opinion publique.

 

J'ai participé à de nombreux débats. Et la façon dont cela se passe en général quand je suis dans un débat, c'est que je suis l'idiot utile, le gars qu'on fait monter-là pour se faire flinguer, et puis vous avez trois ou quatre gars qui sont contre moi et on me dit à chaque fois que ce sont des indépendants, un professeur à polytechnique, un professeur à sciences-po, etc., mais ce qu'on me dit jamais c'est qu'ils appartiennent tous au même réseau et qu'ils sont tous à Terra nova, etc.

 

Je voudrais que les gens disent d'où ils parlent, comme disaient les communistes dans le temps, et au nom de qui.

 

Tony Blair, lorsqu'il est arrivé au pouvoir, il commençait à avoir des problèmes dans les réseaux de la police ou de la justice en Angleterre. Et il a dit : « tout le monde a le droit de faire partie de tous les clubs qu'il veut, ce n'est pas mon problème, mais s'ils est dans une position de pouvoir il doit le déclarer ». Et à ce moment-là, les effectifs de la franc-maçonnerie en Angleterre ont baissé de moitié.

 

Donc encore une fois, je n'ai rien contre la franc-maçonnerie, je m'en contrefous, chacun a le droit de se déguiser comme il veut, ce n'est pas mon problème. Mais il me semble que le reste des Français devraient savoir qu'ils bouffent ensemble. Ne serait-ce que pour juger en connaissance de cause. Surtout quand votre but c'est l'égalité devant le droit et que vous savez que la moitié des juges en France font partie de ce genre de réseaux. Si vous êtes en train de plaider et qu'en face, vous avez ce genre de réseau, vous savez que vous aller perdre. Ce qui fait que ces réseaux secrets posent des problèmes très graves. Donc je ne suis pas d'un naturel révolutionnaire, mais je dis simplement que je veux que l'information soit la même pour tous."

Partager cet article

Repost 0

commentaires