Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 juillet 2016 6 02 /07 /juillet /2016 08:36

Nouvel épisode de la république absolue: l'Eglise face au totalitarisme éducatif.

République absolue: L’Église face au totalitarisme éducatif

Alerte : l’Église face au totalitarisme éducatif

 

Le 6 avril dernier, sur France 2, le ministre de l’Éducation nationale Najat Vallaud-Belkacem annonçait un projet de réforme de l’enseignement indépendant (ou hors contrat), dont elle devait ensuite préciser le contenu lors d’une conférence de presse le 9 juin suivant. Désormais, l’ouverture d’un établissement libre est soumise à un régime d’autorisation préalable qui remplace le simple régime de déclaration en vigueur jusqu’ici. Le ministre envisage également certaines contraintes en terme de programme.

 

Dès le 28 avril, le secrétaire général de l’Enseignement catholique (sous contrat), Pascal Balmand, adressait une lettre au Président François Hollande pour lui faire part de sa plus grande inquiétude vis-à-vis de ce projet. Alors qu’il avait soulevé l’indignation de nombreux catholiques en accueillant avec bien peu de réserves la réforme du collège, Pascal Balmand a émis cette fois-ci des critiques claires. Pour lui, comme pour de nombreuses personnalités qui ont fait part publiquement de leur opposition, ­l’État dispose déjà d’un arsenal législatif suffisamment efficace pour prévenir toute dérive sectaire ou communautariste, liée notamment à l’islam, objectif affiché du nouvel encadrement de l’enseignement indépen­dant. « L’état du droit positif, pleinement appliqué, satisfait dès à présent aux exigences des finalités recherchées », commentait-il. Il a ainsi appelé l’État à utiliser efficacement les moyens dont il dispose déjà plutôt que de sacrifier l’un des droits fondamentaux des parents à choisir l’éducation de leurs enfants et de mettre en péril la pluralité et la diversité pédagogiques permises par l’existence d’écoles « alternatives ».

 

Le projet de Najat Vallaud-Belkacem concerne également les évêques même si les écoles indépendantes catholiques ne dépendent pas directement des directions de l’enseignement catholique. Il les concerne d’abord parce que, comme catholiques, ils défendent la responsabilité éducative des parents soulignée par l’Église dans son Catéchisme (« Les parents sont les principaux et premiers éducateurs de leurs enfants », n° 1653) ainsi que dans le Compendium de la doctrine sociale de l’Église (« L’action politique et législative (doit) sauvegarder (…) la liberté effective de choix dans l’éducation des enfants », n° 252).

 

Plusieurs évêques de France ont également fait part de leur opposition au projet du ministre, notamment Mgr Ricard, archevêque de Bordeaux, en sa qualité de président du Conseil pour l’enseignement catholique, dans un communiqué du 8 juin dernier : « Depuis plusieurs décennies, l’Église a manifesté l’attention qu’elle porte à la liberté d’enseignement. Or, ce nouveau dispositif d’autorisation préalable serait, malgré les assurances apportées, une atteinte au principe même de cette liberté constitutionnelle en posant des conditions à l’ouverture des établissements scolaires ».

Pour Mgr Vingt-Trois, archevêque de Paris, « L’idée de lutter contre les écoles musulmanes qui seraient suspectes de radicalisation adopte une règle générale qui va surtout s’exercer, non pas à l’égard des écoles musulmanes, mais des écoles catholiques. » Sur quels critères autorisera-t-on l’ouverture d’une école ?, interroge encore le prélat.

 

… Mgr Cattenoz, archevêque d’Avignon, a également bien voulu nous faire part de son mécontentement vis-à-vis d’un projet de réforme qu’il estime clairement dirigé contre les écoles catholiques : « En réalité, je pense qu’on s’appuie sur l’idée d’écoles radicalisées pour faire disparaître les écoles hors contrat et les racines chrétiennes. L’argument du gouvernement n’est qu’un argument de façade, une fuite en avant pour faire dire ce qu’il veut. Il veut simplement progressivement faire disparaître ces petites écoles. L’objectif est très clair : il est de faire disparaître toutes nos racines chrétiennes jusqu’aux dernières. »

 

Source: Alerte : l’Église face au totalitarisme éducatif, L'Homme nouveau, 29 juin

Partager cet article

Repost 0

commentaires