Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 mai 2016 1 02 /05 /mai /2016 14:00

Le plan B des mondialistes est d'ignorer le sens d'un vote des Anglais pour un Brexit (sortie de l'Angleterre de l'Union européenne, protectionnisme, retour des identités, des frontières et des souverainetés), d'en renverser complètement le sens et d'en faire, au contraire, l'occasion d'un nouvel internationalisme libre-échangiste sous domination anglo-saxonne ! Ce plan B des mondialistes, analysé de Pauline Mille pour Reinformation.Tv, pourrait être élargi à l'ensemble des pays européens dont les volontés exprimées seront contournées. 

Brexit ou le Plan B des mondialistes : l'occasion d'un nouvel internationalisme ?

Si le Royaume-Uni quitte l’UE suite au référendum du 23 juin, une majorité de Suédois voudra emboîter le pas aux Britanniques, selon un nouveau sondage d’opinion.



Submergée par les migrants, la Suède a perdu son enthousiasme pour l’UE, l’Union européenne. Un sondage le montre : en cas de Brexit, ses habitants choisiraient le Suexit. Amenant de proche en proche la fin de l’UE. Le mondialisme a trouvé un plan B : une nouvelle zone de libre échange planétaire.

L’UE survivra-t-elle au Brexit ? C’est la question que se posent très sérieusement les commentateurs britanniques, en particulier l’éditorialiste influent du Spectator, Fraser Nelson. Les derniers sondages les y poussent. A l’automne 2015, selon un sondage d’Eurostat portant sur la moitié des 28 Etats membres de l’UE, cinq d’entre eux considéraient leur qualité de membre comme une mauvaise chose et neuf une bonne. Parmi les plus satisfaits le groupe Belgique, Pays-Bas, Allemagne, Irlande, et parmi les moins le groupe Tchéquie, Autriche, Italie, Grèce. Au milieu, l’Angleterre (49 % de satisfaits) et la France (53 %). Aujourd’hui, l’indice de satisfaction des Suédois est passé de 59 % à 39 %, selon une mesure de l’institut TNS Sifo.

 

La Suède refuse les migrants, les partisans du Brexit aussi


La raison de ce désenchantement est connue de tous : le pays, bon élève d’Angela Merkel, est submergé de migrants. En proportion de sa population, elle en a accueilli plus que l’Allemagne ou l’Autriche, et son ministre de l’intérieur, soutenu par toute la classe politique, a planifié sur plusieurs années des retours massifs par charters. Le nombre de graves incidents provoqués par des « réfugiés », l’assassinat sauvage par une bande d’entre eux d’une jeune bénévole, Alexandra Mezher, a révulsé la Suède. L’UE est devenue synonyme d’invasion, d’islamisme, de risque terroriste. Le mondialisme, qui a parfaitement mesuré cette grogne représentative du malaise européen, change son fusil d’épaule et organise un plan B au cas où son usine à gaz bruxelloise éclaterait.

Ses dirigeants les plus subtils ont rejoint le camp du Brexit en tablant que, selon la théorie des dominos, le départ du Royaume Uni entraînera celui d’autres pays nordiques, la Suède en premier. D’où l’importance des derniers sondages dans ce pays et l’argumentation de Fraser Nilson, qu’il faut examiner avec soin.

 

Si la Suède suit le Brexit, c’est la fin de l’UE ?


A la question, la Suède doit-elle rester dans l’UE ou la quitter, 44 % des sondés répondent rester, 32 % partir et 24 % ne savent pas. Mais, en cas de Brexit, les résultats changent du tout au tout : 36 % estiment que la Suède doit quitter l’UE, et le camp des rester et celui des ne sais pas recueillent chacun 32 % des intentions. Hier, un tel résultat aurait été utilisé en Grande Bretagne par les opposants au Brexit, sur le thème, si nous partons, c’est la fin de l’UE et des haricots. Aujourd’hui, c’est l’inverse, et c’est là que l’analyse du Spectator devient passionnante.

Pour Fraser Nilson en effet, « d’autres pays animés d’un esprit ouvert au mondialisme (globally-minded) sont las du protectionnisme et de l’insularité de Bruxelles. Les partisans des réformes en Suède (…) voient dans la Grande Bretagne leur principal allié pour tenter de mettre fin au protectionnisme (une récente étude montre leur alignement à 89 % sur nos vues, qui s’élève aussi à 88 % chez les Néerlandais et les Danois) ». Sa conclusion est que si les Anglais abandonnent la partie, la Suède les suivra.

 

La fin de l’UE sera l’occasion d’un plan B pour le mondialisme


Nilson y voit une occasion « fascinante » et un nouvel argument pour les partisans du Brexit. « Loin d’être isolationnistes, nous serons les pionniers d’une nouvelle alliance ouverte au mondialisme de pays qui n’en peuvent plus d’avoir à discriminer les biens, services et personnes qui ne sont pas Européens ». Ainsi le Brexit placera « la Grande Bretagne en tête d’un nouvel internationalisme ». Extraordinaire aveu, et contradiction extraordinaire. Le mondialisme a son plan B, qui ressemble trait pour trait à l’intention de Winston Churchill en 1951 : puisque l’UE ne marche pas, que les Européens n’en veulent pas, on en revient à une association plus lâche de libre échange qui s’intègrera dans l’ensemble des traités transatlantiques ou transpacifiques, satisfera le commerce international de la même façon et véhiculera aussi l’humanisme anglo-saxon.

 

Avec ou sans UE, le mondialisme se moque des peuples


Voilà pour l’aveu. La contradiction, elle, est si criante qu’elle en devient indécente. Ce qui est reproché à l’UE, ce n’est pas d’être l’antichambre du mondialisme, c’est d’être trop européenne, et de défendre encore trop, si peu que ce soit, les Européens. Le cri de la Suède, comme celui de tous les pays d’Europe, est : assez d’immigration, rétablissez les frontières. Et la conclusion du Spectator tend au contraire à créer une alliance des pays ouverts au mondialisme pour mettre fin à la discrimination contre les Non-Européens. On croit rêver. On ne rêve pas. Quand le mondialisme ne peut plus nier les faits, il inverse les interprétations, et il se sert du sursaut des peuples pour faire avancer son projet jusqu’à la fin. Il y a toujours un nouveau plan B. C’est vrai aujourd’hui du Brexit et de la Suède, c’est vrai avec ou sans l’UE, ce sera vrai pour la France demain.

 

Pauline Mille

 

Source: La Suède tentée de suivre le Brexit : la fin de l’UE, plan B du mondialisme, Pauline Mille, Reinformation.Tv

Partager cet article

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Europe
commenter cet article

commentaires