Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 avril 2016 7 24 /04 /avril /2016 12:22

Méfions-nous du phénomène Macron qui souhaite réactiver le clivage "entre progressistes et conservateurs" :

 

"A mes yeux, le vrai clivage dans notre pays (...) est entre progressistes et conservateurs, c'est ce clivage que je veux rebâtir maintenant et je ne veux pas attendre 2017" pour cela, déclare le ministre de l'Economie dans une interview qui doit être diffusée dimanche sur Arte. (1)

 

Emmanuel Macron conclut :

 

"Je veux pouvoir construire une action commune avec toutes les bonnes volontés qui croient à ce progressisme pour le pays."

 

Seul hic, plus personne ne croit dans ce "progressisme" car précisément la Révolution est morte. C'est ce qu'explique dans une conférence le 3 octobre 2011 au CUM de Nice l'historien Patrice Gueniffey, analysant la vie politique française :

 

"La chute du communisme en 1989-1991 a entraîné celle du mythe de la Révolution française en tant qu'annonciation d'une future révolution. 

 

... [C]haque année ou presque nous avons droit à une sorte de mise en scène de la Révolution, mais à laquelle en réalité les acteurs ne croient pas ou croient de moins en moins. ...

 

 

[C]e qui s'est effondré surtout avec le communisme c'est la croyance à un sens de l'histoire, la croyance que l'histoire aurait un sens (le "progressisme" de Macron. NdCR.), croyance qui avait occupé une place centrale dans la culture occidentale et pas seulement communiste, depuis plus de deux cents ans, puisqu'elle était née au XVIIIe siècle.

 

Cette croyance avait pris des formes très différentes. Pour les uns, c'était le mouvement irrésistible de la civilisation. Demain serait forcément meilleur qu'hier. C'était pour les autres l'inéluctable triomphe de la Raison, l'ignorance, la bêtise, les préjugés finiraient par disparaître de la surface de la terre... D'autres voyaient ce sens de l'histoire dans le progrès moral et scientifique (pensons à Pasteur, par exemple). Et puis d'autres le concevaient sous la forme de l'espoir de l'avènement d'une société sans classes, et sans différences de fortune. Mais partout, et chez tous, des Lumières aux libéraux, des libéraux à Marx et de Marx à ses rejetons, c'était chez tous la même foi dans l'histoire et dans une histoire qui était ordonnée, au moins tendanciellement, au progrès. L'Occident était porté par cette croyance que demain serait meilleure qu'hier. Et la philosophie libérale de l'histoire et son rejeton matérialiste, marxiste, se sont écroulés en même temps, il y a une vingtaine d'années.

 

 

Aujourd'hui, chacun se rend compte, chacun d'entre vous se rend compte, que l'histoire continue, qu'elle va continuer d'une manière indéfinie, mais personne ne peut lui donner un sens ou personne ne peut dire dans quelle direction elle va.

 

... Cette crise est aussi une crise politique. Si les classes moyennes ont été jusqu'à une époque assez récente aussi bien traitées qu'elles l'ont été dans les pays occidentaux, c'était pour des motifs essentiellement politiques, puisqu'il s'agissait avant tout de les empêcher de basculer du côté des Rouges. Et la conséquence quasi immédiate de la fin de la Guerre froide, a été précisément que l'économie s'est émancipée par rapport à toute possibilité de contrôle politique. Et cet affranchissement de l'économie (qui est nouveau dans l'histoire) a fait naître à son tour un sentiment aujourd'hui dominant dans nos sociétés occidentales, l'idée que l'Etat, et que la volonté politique sont absolument impuissants face aux intérêts. Et aussi bien, le sentiment que les individus sont aliénés à l'économie, sans aucun moyen de peser sur la réalité des choses, et a fortiori de la transformer. Bref, ce qui domine, ce sont des sentiments de fatalité. Et ce qui a disparu c'est la croyance à l'efficacité de l'action politique qui se trouvait au coeur du message délivré par la Révolution française. Et plus généralement par l'histoire de l'avènements de nos Etats démocratiques. En effet, la Révolution française avait porté cette croyance à l'efficacité de la politique à un point de paroxysme. Elle avait cru que la volonté humaine a une efficacité illimitée, c'est-à-dire que l'on pouvait absolument tout changer (le volontarisme en politique. NdCR.) Les évènements se sont alors chargés de montrer qu'en réalité en politique on ne peut pas tout faire, que les choses résistent, ne se laissent pas faire sans limites." (Fin de citation)

 

Pour résumer, le "en marche" d'Emmanuel Macron signifie en marche vers quelque chose qui est mort, le "progrès". Chacun en effet peut voir le résultat de deux siècles de progrès et de progressisme en France :  un tonneau des danaïdes de la dette qui ne cesse de se remplir, pendant que des écarts de richesses jamais atteints dans l'histoire de l'humanité atteignent des records, une classe de riches de plus en plus riches et une classe de pauvres de plus en plus pauvres, des écarts de richesses de plus en plus importants, une mortalité au plus haut depuis l'après-guerre, une France tiers-mondisée dont le PIB est dépassé par d'anciens pays en développement comme l'Inde ou le Brésil. Et chacun voyant le résultat de deux siècles de "progressisme" ne croit plus dans l'efficacité de la politique et dans le volontarisme en politique.

 

Enfin, quelle différence entre le projet Macron "rebâtir le clivage progressistes conservateurs" et la volonté d'une certaine frange de la droite "nationale" qui souhaite elle aussi réactiver le clivage droite gauche ? Derrière c'est toujours le révolutionnaire diviser pour régner contre le peuple, toujours au profit d'une Oligarchie protégée par des armées de policiers.

Emmanuel Macron veut rebâtir le clivage entre progressistes et conservateurs

Notes

 

(1) Macron : "La gauche aujourd'hui ne me satisfait pas", Francetv info avec AFP, Mis à jour le 23/04/2016 | 23:36, publié le 23/04/2016 | 20:43

 

Partager cet article

Repost 0
Publié par Ingomer - dans Politique
commenter cet article

commentaires