Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 novembre 2015 3 25 /11 /novembre /2015 16:35

Le réalisme rattraperait-il Manuel Valls qui, il y a six jours, ne croyait pas à la fermeture des frontières nationales pour sécuriser les Français ? Le discours du gouvernement français est en train de changer par la force des attentats du vendredi 13 novembre 2015. D'irénique et totalement déconnecté des réalités, il se raffermit. Conversion sincère ou manoeuvre politique destinée à calmer la colère qui monte ?

Valls charge Merkel et veut réduire l'accueil des réfugiés

A quelques heures d'un sommet franco-allemand à l'Élysée, Manuel Valls s'est chargé de dire tout haut ce que François Hollande pense tout bas: trois mois après l'exode massif qu'Angela Merkel a fait naître, l'Europe ne peut plus accueillir autant de réfugiés.

Le premier ministre y met les formes, sans citer nommément la chancelière. Mais le message est limpide: Ouvrir la porte aux Syriens, comme l'a fait Angela Merkel «était un choix respectable (…) mais ce n'est pas la France qui a dit: Venez à moi!», dit-il dans une interview au quotidien allemand Sueddeutsche Zeitung et à d'autres journaux européens. «Nous ne pouvons pas accueillir encore plus de réfugiés en Europe, ce n'est pas possible», poursuit Manuel Valls, dans le texte publié en allemand. (Paris a contesté cette version, plaidant que le premier ministre s'était opposé à l'accueil de «davantage de réfugiés» en Europe). A ses yeux, la vraie question est celle du contrôle de la frontière externe et la réponse décidera de l'avenir de l'UE: «si nous n'y parvenons, les peuples diront: l'Europe, ça suffit!»

Source: Valls charge Merkel et veut réduire l'accueil des réfugiés, Le Figaro, Par Jean-Jacques Mevel Mis à jour le 25/11/2015 à 16:04 Publié le 25/11/2015 à 12:24

"L'Europe doit arrêter d'accueillir des réfugiés du Proche-Orient à cause du risque d'infiltration. Voici en substance ce qu'a dit Manuel Valls à la presse allemande", selon un article de Lci.tf1.fr :

Valls charge Merkel et veut réduire l'accueil des réfugiés

"Le Premier ministre a déclaré à la presse allemande que l’Europe devait cesser d'accueillir les réfugiés du Proche-Orient à cause du risque d’infiltration. Des propos opposés à ceux tenus le 16 octobre 2015. Preuve que les attentats de Paris ont changé la donne. Pour Frédéric Delpech, journaliste à LCI, à l'approche des régionales, l'enjeu est aussi politique."

Extrait de la video de Tf1.lci.fr:

 

On va essayer de voir plus clair avec vous Frédéric Delpech. Est-ce que c'est une déclaration qui annonce un changement de position pour la France, ou est-ce simplement de la com de la part du Premier ministre ?

 

Frédéric Delpech : "Cela ressemble en tous cas en effet à un changement de pied, à une volte-face de la part de Manuel Valls. Alors on va attendre d'avoir la confirmation par François Hollande, mais c'est vrai que le Premier ministre s'exprimait devant un certain nombre de journalistes. Alors ce n'est pas à proprement parlé une déclaration à la télévision, mais en tous cas il l'a dit devant des journalistes. Alors cela contraste avec les propos de Manuel Valls. On va simplement écouter ce que le Premier ministre disait en octobre 2015 lorsque la France annonçait qu'elle allait accueillir au moins 24 000 migrants :

 

"Nous devons accueillir avec humanité, humanisme, dans le cadre républicain auquel nous sommes tous attachés. Et je le dis à mon tour: ceux qui prétendent que nous ne pourrions pas accueillir, ceux qui affirment que nous serions submergés, envahis, remplacés, victimes de je ne sais quelle 5e colonne, mentent."

 

Cela (cette déclaration de Manuel Valls. Ndlr.), c'était le 16 octobre dernier, précise la journaliste à Frédéric Delpech.

 

Réponse de Frédéric Delpech :

 

"Et oui. Et donc on voit le chemin parcouru. Alors, effectivement, depuis il y a eu les attentats. Alors, il y a deux choses. Il y a d'abord dans les propos de Manuel Valls un message à Angela Merkel qui, vous le savez, doit venir ce soir rencontrer François Hollande. La chancelière allemande qui semble d'ailleurs de plus en plus isolée dans son propre camp, puisque son aile droite en Allemagne, a pris ses distances. Et la France semble aujourd'hui prendre ses distances avec Angela Merkel.

 

Alors évidemment, cette nouvelle fermeté, Manuel Valls l'explique par le fait que deux des tueurs des attentats de Paris, auraient transité par l'Europe, auraient traversé les frontières et transité par l'Europe dans le flux des migrants. Et donc Manuel Valls plaide pour un renforcement des contrôles aux frontières extérieures de l'Europe. Mais il y a aussi dans cette déclaration du Premier ministre une considération de politique intérieure (bien évidemment on approche des Régionales). On a vu que dans les sondages, certes le PS gagnait un petit point globalement, mais le Front national aussi qui a vu d'une certaine façon valider cette thèse défendu par le parti de Marine Le Pen, avant les attentats, comme quoi accueillir des migrants, c'était prendre le risque d'accueillir des terroristes sur le sol européen."

Les propos de Manuel Valls contredisent aussi ceux de François Hollande qui le 3 septembre proposait de créer un "mécanisme permanent et obligatoire d'accueil des réfugiés", propos de Hollande pour lesquels nous disions attendre le "retournement de veste de François Hollande et la restauration des contrôles aux frontières"... A suivre.

Partager cet article

Repost 0

commentaires