Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 novembre 2015 2 24 /11 /novembre /2015 09:12
La décision inconsidérée ou l'erreur fondamentale de François Hollande

François Hollande a fait preuve d'imprudence en engageant la France dans une guerre inconsidérée contre l'Etat islamique en Irak, en 2014, sans avoir d'espoir raisonnable de victoire et en étant certain des représailles de type attentats terroristes...

 

Ainsi, Christian de Moliner l'explique très bien sur Boulevard Voltaire :

 

"L’erreur fondamentale a été commise par François Hollande lorsqu’il est entré en 2014 en guerre aérienne contre Daech, et surtout lorsqu’il a décidé de bombarder la Syrie un an après. Les moyens militaires de la France étaient ridicules, comparés aux capacités américaines… François Hollande a provoqué inutilement le califat ! Bien sûr qu’il fallait combattre Daech, mais lorsqu’on entre en guerre, il faut être sûr d’avoir une chance raisonnable de victoire !" [1]

 

Les théologiens, à la suite de saint Thomas d'Aquin (II, 9-40) posent six conditions pour qu'une guerre soit juste.

 

1/ L'intention droite. Sont absolument illégitimes et très gravement, toutes révolutions fomentées par ambition personnelle, intérêt financier d'un individu ou d'un trust…

 

2/ Une cause juste. Etaient légitimes le soulèvement de la Vendée, en France contre la tyrannie des révolutionnaires de 1789, celui des chrétiens libanais contre l'alliance syro-palestinienne, celui des Noirs du Sud du Soudan contre les persécuteurs musulmans du Nord, etc… Pour que la cause soit juste, il faut que le bien commun du pays ou le bien commun d'une minorité légitime soient attaqués.

 

3/ Être le seul moyen. Tous les autres efforts pour la justice ayant été épuisés, et ceci en un laps de temps raisonnable.

 

4/ Un espoir raisonnable de victoire. C'est l'aspect pragmatique de la licéité d'un coup d'Etat ou d'une entrée en guerre : il ne faut pas que cela apporte un mal plus grand.

 

5/ Des moyens non intrinsèquement mauvais. Il serait illicite de séparer définitivement des familles, de castrer des groupes, de gazer ou supprimer une ethnie....

 

6/ Des moyens proportionnés à la cause défendue. Sont ainsi à exclure : la trahison, les armes causant des destructions ou des souffrances disproportionnées (Napalm, armes chimiques). De même s'attaquer aux civils, c’est-à-dire aux non-combattants, bombarder des zones résidentielles ou des villes entières (Dresde, Hiroshima…)

 

Lire : La légitime défense, le concept catholique de "guerre juste"

 

S'agissant des déclarations de Michel Onfray, l’intellectuel bête noire de Manuel Valls, qui tout en qualifiant notre politique étrangère d’islamophobe, propose d’arrêter de bombarder la Syrie et de négocier une trêve avec l’État islamique, Christian de Moliner explique, toujours dans cet article de BV :

 

"les bombardements français ne sont que des piqûres d’épingles et ne gênent guère Daech, sauf peut-être ceux qui visent les champs pétrolifères et les camions-citernes (et encore). Mais les sorties aériennes sur Raqqa ont une efficacité nulle ! Les camps d’entraînement et les casernes que l’on vise sont évacues depuis bien longtemps. Ces bombardements sur la capitale de l’émirat ne sont que des signaux envoyés à notre opinion publique mais ne servent à rien militairement !

 

En revanche, ils comportent un risque majeur. Quelles que soient les précautions employées, des civils (pire, des enfants) seront peut-être un jour tués par des bombes françaises. Si cette bavure se produit (et plus les bombardements se succèdent, plus cet événement risque de se produire), le résultat sera dévastateur ! Nous aurons, nous aussi, tué des innocents ! Comment, vis-à-vis de l’opinion publique musulmane et arabe, pourrons-nous mettre en avant nos morts du Bataclan puisqu’on nous reprochera d’agir de même !

 

[…] Peut-on négocier une trêve avec l’émirat ? Sans doute oui par des canaux indirects ! Mais on ne signera que l’illusion d’une trêve ! De même qu’aucun accord de fond n’était possible avec Hitler, aucun compromis sur le fond n’est possible à l’État islamique car Daech vise à l’hégémonie mondiale et à établir le califat chez nous en s’appuyant sur les musulmans français. Le pacte (temporaire) que nous pourrions signer avec l’État islamique serait : je ne te bombarde plus et tu ne pose plus de bombes chez moi ! L’émirat serait intéressé, non pas parce que nos opérations militaires le gênent, mais parce que cet accord soulignerait sa puissance. Il aurait fait capituler une grande nation occidentale ! Le résultat serait cataclysmique !

 

Le mieux que nous ayons à faire maintenant, c’est de continuer la guerre mais par des actions mesurées, spectaculaires mais exemptes de tout dérapage. La marge est vraiment étroite !" (Fin de citation)

 

 

Le Vatican a eu raison avant les autres. Le Pape François, dans une conférence de presse le 18 août 2014, prôna l'arrêt de "l'agresseur injuste" en Irak, "seulement cela, l'arrêter. Rien que cela", suggérant la création d'une force internationale d'interposition ("Une nation seule ne peut pas juger seule cela, comment on arrête l'agresseur l'injuste. Après la deuxième Guerre mondiale c'était l'idée de Nations Unies.") Autrement dit, une seule nation, comme la France, ne devait pas décider seule, d'entrer en guerre, ou même une "grande coalition" (occidentale). Condamnant le principe général d'un bombardement et d'une guerre ("je ne dis pas bombarder, faire la guerre, je dis l'arrêter"), le Pape suggéra l'idée que pour arrêter l'"agresseur injuste" - l'Etat islamique - il fallait une action de la communauté internationale.

 

Lire : Une claque aux bellicistes : le pape condamne le principe du bombardement et d'une guerre en Irak

 

Notes

 

[1] Michel Onfray a-t-il raison ?, Christian de Moliner, Boulevard Voltaire, 24/11/2015.

 

 

. Attentats du 13 novembre : "Ils nous ont dit que c'était à cause de François Hollande qu'ils étaient là"

. Général Jean-Claude Allard : détruire l'Etat islamique sera "très difficile"

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Cadoudal 24/11/2015 12:49

Et y a-t-il une chance raisonnable de l'éjecter ?