Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 novembre 2015 3 18 /11 /novembre /2015 13:31

Pauvre homme réduit à rejeter la responsabilité des évènements sur les autres. Pour l'histoire, il est important d'enregistrer les paroles d'un François Hollande amnésique, qui affirmait ce matin que "ce n'est pas la France, mais c'est cette organisation terroriste (Daech - l'Etat islamique Ndlr.) qui lui a déclaré la guerre".

 

Ce qui d'un point de vue historique est faux. François Hollande est un président de guerre. A chaque fois la lutte contre le terrorisme est avancée. Voici quelques faits et dates :

François Hollande : "ce n'est pas la France, mais c'est cette organisation terroriste (Daech - l'Etat islamique) qui lui a déclaré la guerre"

Source : EN DIRECT - Fin de l'assaut à Saint-Denis, deux morts et sept personnes interpellées, Le Figaro, Par Mis à jour le 18/11/2015 à 13:24 Publié le 17/11/2015 à 06:36

 

François Hollande ment. Voici pourquoi.

 

Un article de Mediapart du 15 septembre 2014 évoquait la responsabilité de François Hollande dans sa "lutte contre le terrorisme" :

 

Après le Mali, la Centrafrique, l'Irak et la Syrie, François Hollande est le président le plus guerrier de la Ve république.

François Hollande : "ce n'est pas la France, mais c'est cette organisation terroriste (Daech - l'Etat islamique) qui lui a déclaré la guerre"

Source : Mali, Centrafrique, Irak: Hollande, le président qui aime faire la guerre, Mediapart, 15 septembre 2014 | Par Lénaïg Bredoux et Thomas Cantaloube

 

Le 3 septembre 2014, lors d'un conseil restreint de défense, François Hollande envisageait une réponse militaire contre l'Etat islamique :

François Hollande : "ce n'est pas la France, mais c'est cette organisation terroriste (Daech - l'Etat islamique) qui lui a déclaré la guerre"

Source: EI: la France évoque une réponse militaire, Le Figaro, Flash Actu, Par Le Figaro.fr avec REUTERSMis à jour le 03/09/2014 à 18:41

Continuons nos investigations. Un article du 19 octobre 2014 du Figaro indiquait qu'"en moins de trois ans, François Hollande a engagé trois opérations militaires extérieures: le 11 janvier 2013 au Mali, le 5 décembre de la même année en Centrafrique et le 19 septembre dernier (2014 Ndlr.) dans le ciel de l'Irak, contre l'État islamique :

François Hollande : "ce n'est pas la France, mais c'est cette organisation terroriste (Daech - l'Etat islamique) qui lui a déclaré la guerre"

Source : Les trois guerres de François Hollande, Le Figaro, Par Alain Barluet Mis à jour le 19/10/2014 à 18:26 Publié le 19/10/2014 à 17:55

 

L'Etat islamique répondait entre les et par des attentats en France qui ont visé la rédaction du journal "Charlie Hebdo", des policiers et des clients d’une supérette cacher, et au cours desquelles dix-sept personnes ont été tuées.

 

Sans avoir alors déclenché l'état d'urgence, ni fermé les frontières pour autant, ni pris les décisions qui s'imposaient pour protéger les Français (ces décisions ne seront prises que trop tard au soir des attentats du 13 novembre 2015), François Hollande décidait, le 7 septembre 2015, l'envoi de vols de reconnaissance en Syrie contre l'Etat islamique :

François Hollande : "ce n'est pas la France, mais c'est cette organisation terroriste (Daech - l'Etat islamique) qui lui a déclaré la guerre"

Source : Réfugiés, Syrie, impôts : les réactions aux annonces de François Hollande, Le Figaro, Par Roland Gauron , William Plummer Mis à jour le 07/09/2015 à 16:43 Publié le 07/09/2015 à 09:19

 

Les premières frappes aériennes contre l'Etat islamique étaient réalisées le 27 septembre 2015. Manuel Valls affirma : « Nous frappons Daech en Syrie car cette organisation terroriste prépare les attentats vers la France depuis la Syrie, depuis ces sanctuaires (...). Nous agissons donc en légitime défense » :

François Hollande : "ce n'est pas la France, mais c'est cette organisation terroriste (Daech - l'Etat islamique) qui lui a déclaré la guerre"

Source : La France a mené ses premières frappes en Syrie, LE MONDE | 27.09.2015 à 08h20 • Mis à jour le 27.09.2015 à 15h32 | Par Nathalie Guibert

La France a mené ses premières frappes aériennes en Syrie contre le groupe État islamique, a annoncé François Hollande à New-York, ce dimanche 27 septembre. Il a justifié ces bombardements par la "sécurité nationale" de l'Hexagone, en marge d'une Assemblée générale de l'ONU où la question syrienne sera au centre du jeu diplomatique.

 

Quelles forces étaient engagées?

 

Selon François Hollande, l'armée de l'air française a mobilisé six avions, dont cinq Rafales, pour ces frappes. Un communiqué de l'Élysée précisait plus tôt que ces bombardements ont été effectués sur la base de renseignements collectés ces deux dernières semaines grâce à des vols de reconnaissance.

François Hollande : "ce n'est pas la France, mais c'est cette organisation terroriste (Daech - l'Etat islamique) qui lui a déclaré la guerre"

Source : Syrie: ce que l'on sait des premières frappes françaises contre Daech, L'Express, V.G. avec AFP, publié le 27/09/2015 à 16:42 , mis à jour à 17:32

Quoiqu'il en dise ce matin, c'est bien François Hollande qui a déclaré la "guerre" (sans le mot) à l'Etat islamique en Irak en 2014.

 

Conclusion. François Hollande est un président de guerre à l'extérieur (Mali, Centrafrique, Irak, Syrie) et un président de désarmement moral et spirituel à l'intérieur (laïcisme antichrétien, fabrication d'un "islam de France", formation des imams, financements publics des mosquées, politique de peuplement imposée dans chaque commune, lutte contre le racisme, islamophobie, etc.)

 

A chaque fois que la lutte contre le terrorisme est avancée, l'"islam de France" et la mixité multiculturelle sont affirmés en parallèle (des imams franc-maçons viennent à la rescousse pour affirmer que l'islam est soluble dans la république). Gouvernés par des fous, les Français sont livrés pieds et points liés à leurs ennemis.

 

Afin de donner le change, François Hollande annonce l'embauche de 10 000 policiers et gendarmes sur le quinquennat. Mesure en trompe l'oeil qui ne s'attaque pas aux causes du terrorisme. Il déclare qu’il faut « augmenter encore les moyens » pour lutter contre le terrorisme et assurer la sécurité des Français. 5 000 emplois supplémentaires de policiers et de gendarmes doivent être créés d’ici deux ans, « afin de porter le total des créations d’emploi de sécurité à 10 000 sur le quinquennat. […] Cela permettra simplement de restaurer le potentiel des forces de sécurité au niveau qu’elle connaissait en 2007. » Ces créations de postes « bénéficieront aux services de lutte contre le terrorisme, à la police aux frontières, et plus généralement à la sécurisation générale du pays ». (Source: Postes supplémentaires de policiers et de gendarmes : le détails des annonces de Hollande, Le Monde.fr | 16.11.2015 à 18h47 • Mis à jour le 16.11.2015 à 19h08)

 

Le gouvernement reproche au précédent gouvernement de droite d'avoir supprimer des postes dans les forces de police. Or, les islamistes sont partout et peuvent frapper n'importe où. François Hollande peut bien "augmenter encore les moyens" à l'infini, nous affirmons que ce n'est pas le fait d'embaucher 10 000 et même 150 000 policiers s'ils voulaient qui changera quoique ce soit.

 

Il fallait réaliser une politique de prévention en amont, s'attaquer aux causes de la "guerre", faire en sorte que les islamistes n'aient pas la volonté de frapper la France... Voilà ce qu'il fallait faire. Mais rien de ceci n'a jamais été fait.

 

Sous l'Ancien Régime par exemple, s'agissant des "forces de police armée, on peut dire que dans le royaume, elles n'existaient pas" ! C'est l'historien Frantz Funck-Brentano qui l'écrit dans son livre "Ce qu'était un Roi de France" (Librairie Hachette 1940, p. 189.)

 

Il n'y avait pas de force de police avant 1789, vous avez bien lu..., et il n'y avait pas les problèmes de sécurité que nous connaissons aujourd'hui.

 

L'historien protestant Pierre Chaunu, dans son livre "Le Grand déclassement", expliquait qu'"être français (avant 1789) s'est d'abord confondu avec le privilège de vivre protégé sous les fleurs de lys". On est loin aujourd'hui de connaître ce privilège !

 

En août 2015, un classement des villes les plus agréables du monde faisait reculé Paris au 29e rang mondial des villes où il fait le mieux vivre.... Un recul de plus de dix places qui s'expliquait par les attentats de janvier.

 

Pauvre France, la politique républicaine du tout sécuritaire ne vaut rien si elle n'est pas accompagnée d'une politique de prévention, d'éducation, de moralisation et de civilisation des Français. L'école républicaine fabiquant de parfaits consommateurs individualistes et égoïstes, et avec l'état laïciste antichrétien fabriquant un "islam de France" en parallèle, il ne faut pas s'étonner des résultats catastrophiques.

 

La république désarme les Français et les laisse sans résistance et sans force face à leurs ennemis. C'est pourquoi nous affirmons que la politique qui est actuellement conduite par les républicains de droite ou de gauche dans une belle "union républicaine" conduira la France dans le chaos. Il ne servira alors à rien à tel ou tel de dire c'est la faute aux islamistes.

 

Seul un réarmement moral et spirituel de la France pourra - peut-être si nous le méritons - changer le cours des évènements.

 

Vive Dieu, vive le Roi, vive la France.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

domremy 19/11/2015 06:44

Et voilà comment on se retrouve avec 500 victimes au coeur de notre Paris .

DIFFERENCE ENTRE UN CHEF D’ÉTAT ET UN PLEUTRE :
POUTINE ET VALLS :

*Valls: "vous devez vivre avec le terrorisme ::

https://www.youtube.com/watch?v=Jqjy0hB52nY


*Les chiottes by Vladimir Poutine sur les terroristes! :

“ Nous poursuivrons les terroristes partout , même dans les toilettes s’il le faut .
On les buttera même dans les chiottes . La question est close“

https://www.youtube.com/watch?v=qM_OPbgN00Y